Version classiqueVersion mobile

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Session D. Mise en œuvre d'une recherche pluridisciplinaire : l'échange des informations et l'exploitatioin des résultats obtenus

Utilisation d’un livre de modèles pour la reconstitution de la peinture de manuscrits

Aspects historiques et physico-chimiques2

Robert Fuchs et Doris Oltrogge

Texte intégral

  • 2 Nous remercions M. Michel PARISSE, Mission historique franco-allemande, Göttingen d’avoir corrigé n (...)
  • 1 Forschungsstelle für Technik mittelalterlicher Buchmalerei, Tammannstr. 4, D-3400 Göttingen, RFA. L (...)

1Note portant sur l'auteur1

  • 3 Sur ce problème il n’existe que les travaux de Heinz ROOSEN-RUNGE qui a fait des recherches sur les (...)
  • 4 Cette méthode fut développée par ROOSEN-RUNGE ; voir particulièrement : H. ROOSEN-RUNGE, Farbgebung(...)

2La variété des couleurs de l’enluminure médiévale n’a jusqu’à aujourd’hui pas été suffisamment analysée. En particulier on ne sait encore que très peu de choses des préférences marquées dans certains pays et à certaines époques pour l’utilisation de matières colorantes données3. Une excellente occasion de mener une recherche sur ces questions nous est offerte par les nombreuses collections de recettes que le Moyen Age a transmises. L’analyse des traditions textuelles permet de déterminer quelle était la diffusion de chaque recette. Mais jusqu’à quel point ces recettes ont-elles été effectivement utilisées pour des manuscrits ? Pour répondre à cette question il faut rechercher parallèlement les recettes et les manuscrits enluminés. Les couleurs utilisées dans les enluminures doivent être analysées pour savoir quelles préférences ont manifesté les miniaturistes de certaines régions et à certaines époques. Puis il faut comparer les résultats de ces recherches avec les collections de recettes de l’époque correspondante4.

  • 5 Voir particulièrement : Hellmut LEHMANN-HAUPT, The Göttingen Model Book, Columbia, 1978, avec un fa (...)

3Pour point de départ de nos enquêtes nous avons retenu un manuscrit dans lequel des recettes et des couleurs ont été transmises ensemble. Il s’agit d’un livre de modèles conservé à la bibliothèque de Göttingen (Niedersächsische Staats- und Universitäts-bibliothek Göttingen, Cod. ms. 8° Uff. 51 Cim.) qu’on appelle « Göttinger Musterbuch »5, (GMB). On y trouve des modèles pour une bordure de feuilles d’acanthe et des fonds ornementés sous différentes formes (fig. 1). Le livre donne en outre les ingrédients de presque chaque couleur et les détails nécessaires à leur préparation.

  • 6 Voir : H. LEHMANN-HAUPT, Göttingen Model Book (l.c.), p. 17 s. ; Gisela HÖHLE, Zur ober-und mittelr (...)
  • 7 Voir : H. BLOESCH, Katalog der Handschriften zur Schweizergeschichte, Bern 1895, S. 547, Nr. XII 45 (...)
  • 8 Les rapports des trois manuscrits sont analysés en détail dans D. OLTROGGE, R. FUCHS, S. MICHON, La (...)

4Un manuscrit parallèle, conservé à Berlin au Staatliche Museen (Preussischer Kulturbesitz, Kupferstichkabinett, 78 A 22) et connu depuis longtemps (BMB), permet de savoir que cette combinaison de recettes et de modèles n’est pas un cas unique6. Un autre manuscrit, récemment retrouvé à Berne (Burgerbibliothek, ms. Helv. Hist. XII 45)7 et qui remonte au même archétype, présente celui-ci quelques variantes et donne des indications claires sur le lieu et le moment de l’apparition de cette littérature d’atelier particulière (CKB)8. La juxtaposition d’une collection de recettes et de données précises pour la fabrication d’une bordure et de fonds ornementés semble avoir été faite à Mayence dans le deuxième quart du 15e siècle ; la zone de diffusion du texte fut la région du Rhin moyen et supérieur.

  • 9 Sur ce groupe de livres voir : H. LEHMANN-HAUPT, Göttingen Model Book (l.c), pp. 81-92 ; Elgin VAAS (...)
  • 10 Il s’agit des couleurs suivantes : « Liechtrosel » (rose clair) et « Sattrosel » (rose foncé) faite (...)

5Dans le CKB les modèles prévus n’ont pas été réalisés, le scribe a seulement laissé la place pour les feuilles d’acanthe (fig. 2). Ce changement est peut-être dû à une autre fonction du manuscrit : en effet le CKB, qui contient aussi des recettes médicales et magiques, n’est plus un manuel d’atelier comme l’était l’archétype. Les modèles proposés dans le GMB et le BMB ont été employés dans un ensemble de livres de ces deux régions dans les deuxième et troisième quarts du 15e siècle9. La parenté de ces manuscrits ne se réduit pas à la forme de la feuille d’acanthe ou des fonds ornementés, elle consiste aussi dans l’utilisation des mêmes matières colorantes. Le GMB ne décrit que dix couleurs différentes, et tous les manuscrits du même groupe se contentent de ces dix couleurs10.

Fig. 1. Göttinger Musterbuch, (GMB), f. 3v.

Fig. 2. Colmarer Kunstbuch, (CKB), pp. 116-117.

  • 11 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France 56, 1969. p. 131, n° 343.
  • 12 Dans le GMB le cinabre est utilisé seulement pour colorer l’assiette en combinaison avec le bol d’A (...)

6On trouve au contraire d’autres couleurs dans des manuscrits contemporains mais d’un style différent. Par exemple, pour un bréviaire alsacien de la fin du 15e siècle conservé à Colmar (Bibliothèque municipale, ms. 494)11 on a utilisé quelques-unes des couleurs décrites et employées dans le GMB comme le bleu d’azurite. Mais il y a aussi des différences : alors que le livre de modèles recommande l’utilisation du minium comme couleur rouge, dans le bréviaire on ne trouve pas le minium mais le cinabre, un pigment que le GMB ne mentionne pas pour la peinture12 (fig. 1 et 3).

7Dans le cas du livre de modèles de Göttingen, nous pouvons constater qu’il y a des rapports étroits entre les recettes et la pratique contemporaine, ou plutôt celle d’un ou plusieurs ateliers étroitement liés par leur style. Il faut alors rechercher si cela vaut aussi pour d’autres collections de recettes. Dans la plupart des autres textes, les données techniques n’ont pas été transmises combinées avec leur utilisation. Pour faciliter la comparaison, nous avons commencé à faire une banque de données de recettes médiévales, en particulier de recettes allemandes du Moyen Age tardif. La comparaison des textes permet de discerner des traditions textuelles différentes. On trouve trois groupes :

  1. des instructions d’origine antique qui sont très répandues au Moyen Age,

  2. des couleurs inventées au Moyen Age et qui ont connu un grand succès dans toute l’Europe,

  3. des recettes du Moyen Age qui ne sont connues que dans quelques ateliers ou dans quelques régions.

  • 13 La préparation du minium est décrite par exemple dans Mappae Clavicula, A 7 (Ed. : Thomas PHILIPPS, (...)
  • 14 V. par ex. De Clarea (Ed. : Rolf E. STRAUB, Der Traktat de Clarea in der Burgerbibliothek Bern, Sch (...)
  • 15 CKB, chap. 111, 150, 152.

8Quant à l’utilisation des couleurs décrites dans les textes, c’est, en particulier pour le premier groupe, les recettes d’origine antique, dont on peut douter qu’il s’agisse seulement de traditions textuelles sans ancrage dans la pratique effective. Mais dans le cas du GMB on est assuré de l’utilisation effective des recettes d’origine antique. Trois des couleurs du livre de modèles se retrouvent dans la plupart des collections de recettes dès l’antiquité : le minium13, le blanc de plomb et le noir obtenu par combustion. La préparation de ces couleurs est toujours tout à fait identique. Le GMB ne décrit pas la fabrication du minium et du blanc de plomb, mais seulement leur préparation pour la peinture, préparation pour laquelle on trouve aussi des parallèles dans les recettes du haut Moyen Age14. En plus il y a trois recettes semblables pour la fabrication du blanc de plomb dans le CKB15. La combustion de bâtons résineux est décrite dans le GMB comme dans les manuscrits plus anciens. Dans le GMB et le BMB aussi on a peint avec ce noir comme avec le minium et le blanc de plomb.

Fig. 3. Colmar, Bibliothèque municipale, ms. 494, f. 18.

  • 16 Le Bègue qui a compilé son manuscrit (Paris, Bibliothèque Nationale, lat. 6741) en 1431, ne sait pl (...)

9Cela n’exclut pas qu’on ait parfois recopié certaines recettes anciennes qui n’étaient plus utilisées dans les ateliers contemporains. Par exemple, le greffier parisien Jehan le Bègue a rassemblé d’une part des recettes de peintres contemporains et d’autre part des recettes trouvées dans les manuscrits anciens dont il ne comprenait parfois plus les termes techniques16. Les rapports entre les textes et la pratique contemporaine peuvent donc différer selon la fonction des textes, qui peut être très diverse. La collection de Jehan le Bègue semble être une sorte d’encyclopédie humaniste des couleurs au contraire du livre de modèles contemporain qui est un livre technique.

  • 17 La première mention connue se trouve dans une collection de recettes hébraïques écrite en 1262 au P (...)
  • 18 Ulrich SCHIESSL, Musivgold. Eine pigmentgeschichtliche Skizze. Maltechnik Restauro 87. 4, 1981, pp. (...)
  • 19 L’Aurum Musicum se trouve par ex. dans tous les manuscrits du groupe du GMB, dans le Durandus de la (...)
  • 20 Recettes dans manuscrits alsaciens et du Rhin moyen se trouvant par ex. dans le GMB, ff. 9v-10) ; l (...)

10Considérons le deuxième groupe de recettes, c’est à dire les couleurs inventées au Moyen Age. Est-ce que leur succès dans les textes correspond au succès dans les ateliers ? Parmi les recettes les plus répandues dans le Moyen Age tardif, il y a celle d’un substitut de l’or, l’Aurum musicum ou l’or mussif, qui à partir de sa première mention en 1262 ne manque quasiment dans aucun livre de recettes des 14e et 15e siècles17. Jusqu’ici on avait établi un décalage entre sa mention fréquente dans les textes, et son utilisation à peine connue jusque là18. Le problème devait pourtant résider dans le fait que l’or mussif, un sulfure d’étain (SnS2), ne ressemble pas toujours à de l’or, comme on pourrait s’y attendre, mais a une couleur brunâtre qui laisse pourtant au microscope apparaître nettement sa structure cristalline. Nos recherches sur des manuscrits du Rhin moyen et supérieur et de Bohème du 15e siècle ont prouvé en de nombreux cas l’utilisation de l’Aurum musicum19, si bien qu’au moins dans ces régions est attestée une étroite relation entre la tradition textuelle et la pratique des ateliers20.

  • 21 Parfois il est difficile de savoir si une couleur « Lazur », « Azur » ou « Blau » signifie le bleu (...)
  • 22 Le manuscrit clm. 20174 a des rapports très étroits avec le GMB. Comme le CKB il est plus volumineu (...)

11Parmi les recettes de diffusion régionale figurent celles de la préparation de l’azurite et de la malachite. Les deux pigments sont mentionnés très rarement dans les textes médiévaux21. En outre, le GMB donne l’indication d’un traitement spécial avec une lessive (pour l’azurite) ou du vinaigre (pour la malachite). Ces préparations spéciales se retrouvent seulement dans quelques manuscrits : les recettes de l’azurite et de la malachite sont décrites par exemple sous une forme très semblable dans un manuscrit écrit à Tegernsee vers 1470/80 (München, Bayerische Staatsbibliothek, clm. 20174, f.199, azurite et ff. 172v - 173, malachite)22.

  • 23 Par ex. le GMB (ff. 4v-5) décrit l’extraction avec une lessive (le même procédé se trouve dans le m (...)
  • 24 Une extraction de quelques heures se trouve par ex. chez le Bègue, ch. 293 (ed. MERRIFIELD, l.c., p (...)
  • 25 La craie est ajoutée au brésil par ex. dans le GMB, la craie, la chaux ou le blanc de plomb par ex. (...)

12Parfois les recettes mentionnent les mêmes matériaux mais décrivent un procédé différent pour la préparation. Ici on doit se demander si ces différences sont vraiment signifiantes. Le cas le plus évident se présente si l’on compare les diverses recettes du brésil. Des instructions pour une couleur rouge faite à partir du bois de brésil sont très répandues à la fin du Moyen Age, mais il y a des différences dans la préparation. On peut extraire le colorant avec une lessive, avec de l’urine ou avec du blanc d’œuf23. Le temps de l’extraction peut varier entre quelques heures et quelques jours24. On peut ajouter au colorant extrait de la craie, de la chaux ou du blanc de plomb25. D’après les textes on peut distinguer deux différentes couleurs, un pigment pur et un colorant mêlé avec un pigment blanc. Mais on peut se demander s’il est vraiment important de distinguer trois méthodes d’extraction. Les textes ne donnent pas d’indication précise sur le fait que les différentes méthodes d’extraction pourraient produire différentes couleurs. Mais si l’on exécute les recettes, on constate que l’agent utilisé pour l’extraction n’est pas sans importance pour la couleur obtenue. La couleur extraite avec une lessive est un rouge pourpre, la couleur extraite avec du blanc d’œuf est un rouge clair et pâle. Et le temps de réaction peut aussi être important. Si on utilise une lessive on obtient une couleur pourpre après quelques heures, mais une couleur brune après trois ou quatre jours. Au contraire la couleur obtenue par l’extraction avec du blanc d’œuf ne change pas (fig. 4). Cet exemple nous montre que les différences entre les recettes représentent plus qu’une variante insignifiante pour la tradition textuelle et pour l’analyse des enluminures, et qu’elles peuvent être des instructions pour obtenir des couleurs totalement différentes.

  • 26 Cette méthode fut développée par H. ROOSEN-RUNGE qui comparait ses modèles reconstitués et les coul (...)

13Pour l’analyse des recettes et aussi des couleurs utilisées dans les manuscrits il n’est donc pas suffisant de connaître les pigments ou colorants employés, il faut aussi reconstituer les couleurs pour connaître la réaction chimique provoquée par la préparation décrite dans le texte médiéval ainsi que les couleurs obtenues par l’artiste du Moyen Age26.

  • 27 Les analyses modernes des fresques médiévales ont montré qu’avant le xiiie siècle on a utilisé dans (...)
  • 28 R. FUCHS, D. OLTROGGE, S. MICHON : Laubwerk (l.c.).

14Dans le texte du GMB, on trouve l’emploi de deux pigments très connus : le schiffergrün ou berggrün, qui est la malachite, et le blo, qui est l’azurite. Ces deux minéraux ont des compositions chimiques très voisines, ce sont des carbonates de cuivre basiques, la malachite : Cu(CO3).Cu(OH)2 et l’azurite : 2Cu(CO3).Cu(OH)2. Ils se trouvent à l’état naturel toujours réunis comme des frères. Dès le Moyen Age27 ces deux minéraux étaient moulus, puis utilisés pour les manuscrits comme pigments vert et bleu. On a pu les analyser déjà dans plusieurs manuscrits. Si on examine précisément le texte du Musterbuch de Göttingen, on y trouve des indications qui ont été insuffisamment étudiées. L’auteur décrit un processus complémentaire28.

Fig. 4. Modèles de couleurs faits avec bois de brésil : a-c) couleur extraite avec une lessive (manuscrit de Strasbourg, ch. 28), d-e) couleur extraite avec le blanc d’œuf (manuscrit de Naples, ch. 12), f-g) couleur extraite avec l’urine (Le Bègue, Expérimenta 15).

fol 5r
nota grun
30 Berg grün oder schiffer grün daz süllent ir uber
31 nacht beÿssen in gebranten win oder in essig oder
32 sust in guten starcken wissen win
(nota : le vert Berg grün ou schiffer grün mordancez pendant la nuit dans l’eau-de-vie ou dans le vinaigre ou dans un vin blanc bien fort...)
fol 5v
10 wann ez wol gerÿben ist so temperieren es dan
11 mit win oder mit essig
(... si (le vert) est bien broyé tempérez le avec du vin ou vinaigre...)
fol 4v
6 Nement daz blo und le gent es in luter
7 lauge uber nacht odir ein stunde odir zwo und
8 ribent es dan uff ein stein an die lauge mit eiges
9 dotter dar nach so flossent es recht wol mit laugen
(... prenez le bleu et mettez le dans une lessive pure pendant la nuit ou pendant une ou deux heures et broyez le sans la lessive sur une pierre avec du jaune d’un œuf et ensuite il devient bien liquide avec de la lessive...)

Fig. 5. Azurite : minéral, bleu d’azurite mordancé, bleu d’azurite mordancé et traité avec une lessive.
Malachite : minéral, vert de malachite mordancé, vert de malachite mordancé et traité avec du vinaigre, vert de gris.

15Si on met la malachite pendant quelques heures ou pendant toute la nuit dans du vinaigre, et l’azurite dans une lessive, on constate une amélioration des couleurs. La reconstitution de ce processus fait apparaître des couleurs très foncées (fig. 5).

16Le chimiste d’aujourd’hui sait que cela provoque une réaction chimique. L’enlumineur a donc transformé la malachite en vert-de-gris et l’azurite en différents autres produits.

17L’analyse du produit de la malachite montre que, suivant la puissance et la quantité de vinaigre, il se forme un mélange plus ou moins fort de vert-de-gris et de malachite.

18Cu(CO3).Cu(OH)2 + 4 HAc → 2 Cu(Ac)2.H2O + 2 CO2 + H2O

  • 29 Souvent dans les sources le terme « lessive » n’est pas expliqué en détail. Mais parfois on trouve (...)

19La compréhension du processus chimique de l’azurite avec la lessive est moins évidente. D’abord on doit savoir quelle est la lessive que l’enlumineur a voulu mentionner. En collationnant plusieurs sources médiévales, on constate que la lessive pouvait être une solution de potasse, des solutions ammoniacales ou de sel ammoniac29. L’analyse montre que l’azurite se transforme partiellement en des produits mal connus aujourd’hui, en carbonates de cuivre basiques et, avec du sel ammoniac, en carbonate d’ammonium. Si on laisse l’azurite dans une lessive trop forte ou pendant une trop longue durée, elle se transforme en une couleur gris-vert désagréable. On a également retrouvé cette couleur dans quelques manuscrits de la fin du Moyen Age.

  • 30 Si on prépare des acétates de cuivre par différentes méthodes on obtient différents produits. Par l (...)
  • 31 J- GAUTHIER ; Etude des quelques propriétés des sels neutres et basiques de cuivre des acides formi (...)

20On a beaucoup de problèmes pour analyser les sels basiques de cuivre. Les acétates de cuivre basiques sont également mal identifiés aujourd’hui. Nos recherches sur le vert-de-gris, selon le processus décrit par exemple chez le moine Théophile, ont fait apparaître plusieurs produits chimiques. Si on place des lames de cuivre dans un tonnelet de chêne, dans une atmosphère vinaigrée et chaude, en plaçant par exemple le tonnelet dans du fumier, il se forme à la surface des lames de cuivre une patine verte et bleu-vert. Cette patine est constituée d’acétate de cuivre monohydraté et d’acétates de cuivre basiques. Nous avons tenté d’identifier ces produits basiques et nous avons constaté que plusieurs des formules publiées jusqu’ici sont fausses, car pour déterminer ces formules on a analysé seulement le pourcentage de carbone et calculé les pourcentages des autres éléments. Dans nos recherches nous avons identifié par l’analyse thermique deux sur cinq des différents acétates de cuivre basiques30. Suivant la nomenclature proposée par J. Gauthier dans sa thèse31 nous désignons le vert-de-gris (Cu(CH3COO)2.H2O) comme type [101] (cela veut dire : 1xCu(CH3COO)2.0xCu(OH)2. 1xH2O) ou (Cu(CH3COO)2.3Cu(ΟΗ)2.2H2O) = type [132] etc.

21Pourquoi n’a-t-on jamais trouvé ces produits basiques dans les manuscrits ? Les anciennes analyses se limitaient à l’examen de la surface au microscope. Ainsi on pouvait distinguer l’azurite et l’indigo, mais l’examen ne permettait pas de constater la différence entre lapis lazuli et azurite. L’analyse spectrale non destructive montre la différence entre l’azurite, le lapis lazuli et l’indigo (fig. 6), mais pas entre les différents produits basiques.

  • 32 Malachite : [Cu(CO3).Cu(OH)2], azurite : [2Cu(CO3).Cu(OH)2], vert-de-gris : [Cu(CH3COO)2.H2O], Cu(C (...)

22La plupart des analyses de pigments dans l’enluminure médiévale sont faites par la fluorescence des rayons X. Mais cette méthode ne montre que les éléments chimiques plus lourds que l’oxygène. L’analyse de la malachite, de l’azurite et du vert-de-gris présente les mêmes résultats : les éléments cuivre, oxygène et carbone32. La spectrométrie Raman ou des ondes infrarouges permet de distinguer même les produits basiques (fig. 7) mais elle a du mal à différencier les produits mélangés. La diffraction des rayons X est très caractéristique de chaque composition chimique (fig. 8). La méthode permet d’identifier, dans un mélange, des phases chimiques qui s’y trouvent dans un pourcentage plus élevé que 5 %.

Pourquoi est-il nécessaire d’analyser les pigments avec autant d’exactitude ?

23Le vert-de-gris est connu depuis longtemps comme un pigment agressif, qui mange bel et bien le papier et le parchemin. Au cours de nos recherches climatiques avec des échantillons de couleurs que nous avons préparés en reconstituant les recettes, nous avons pu constater des réactions très curieuses. Le vert-de-gris neutre ne se comporte pas comme le vert-de-gris avec le vinaigre. Le vert-de-gris acide montre une puissance de diffusion plus forte que le pigment neutre, il pénètre dans le papier et le parchemin jusqu’à la page suivante. Cet effet peut être démontré dans la chromatographie sur papier. La vitesse de diffusion des acétates de cuivre basiques, neutres et acides est très différente (fig. 9). L’acétate de cuivre acide chemine avec un solvant (ici avec de l’eau) plus vite que l’acétate neutre ou basique. Dans une contre-épreuve avec un solvant acide (ici avec du vinaigre), tous les trois pigments cheminent à la même vitesse (à cause de l’acide). Cette dernière expérience montre que le procédé médiéval d’amélioration de la couleur donne au pigment une puissance agressive qui peut détruire les manuscrits. Cette puissance est encore parfois augmentée, car dans le texte du Musterbuch l’enlumineur décrit qu’on doit ajouter du vinaigre aussi dans les liants.

Fig. 6. Spectres de réflexion en lumière visible : (1) indigo, (2) lapis lazuli, (3) azurite.

Fig. 7. Spectres infrarouges de vert-de-gris (1) et des acétates de cuivre basiques : type 132 = (2), type 215 = (3).

Fig. 8. Spectres de diffraction des rayons X de vert-de-gris (1), acétates de cuivre basiques : type 132 = (2), type 215 = (3).

Fig.9. Chromatogrammes sur papier. De gauche à droite et de haut en bas : (I) l’acétate de cuivre basique, (2) neutre, (3) acide - tous les trois avec l’eau utilisée comme solvant ; (4-6) les trois compositions avec du vinaigre comme solvant.

Fig. 10. Spectres de diffraction des rayons X de la réaction de l’azurite avec le sel ammoniaque après un jour. La comparaison avec les spectres du carbonate d’ammonium et de l’azurite montre que s’est formé un peu de carbonate d’ammonium.

24Les compositions basiques de cuivre qui se forment avec l’azurite sont très dangereuses pour le papier. On sait qu’en général les lessives font d’abord gonfler la cellulose avant de la détruire. L’ammoniaque accélère ce processus bien connu dans la production de la rayonne. La gomme qui sert de liant (gomme arabique ou gomme de cerise) est une composition chimique de la famille des polysaccharides comme la cellulose. A cause de cela, les compositions basiques de cuivre peuvent manger la gomme, qui est très répandue comme liant au Moyen Age. Par exemple si on met l’azurite dans une lessive faite de sel ammoniac, une partie de l’azurite forme le carbonate d’ammonium, qui est montré par le spectre de rayons X (fig. 10). C’est une des raisons de la détérioration du bleu dans les manuscrits. Si on veut fixer les grains du pigment azurite avec ce même liant, la gomme, ce processus se répètera encore une fois, car les enlumineurs ont mis aussi de la lessive dans le liant avant de peindre les miniatures :

fol 4v
6 Nement daz blo und le gent es in luter
7 lauge über nacht odir ein stunde odir zwo und
8 ribent es dan uff ein stein an die lauge mit eiges
9 dotter dar nach so flossent es recht wol mit laugen
(... prenez le bleu et mettez-le dans une lessive pure pendant la nuit ou pendant une ou deux heures et broyez-le sans la lessive sur une pierre avec du jaune d’un œuf et ensuite il devient bien liquide avec de la lessive...).

25Ici un exemple : dans un incunable à Cologne, le Donatus, imprimé chez Peter Schöffer à Mayence vers 1460, on peut observer que la lessive dans l’azurite a pénétré la page jusqu’au verso (fig. 11 et 12).

  • 33 R. FUCHS, Solange MICHON : Von Pergament und Farben - Die mittelalterliche Buchmalerei im Spiegel d (...)

26Nous pensons que notre méthode, notre stratégie pour analyser les enluminures médiévales est la seule qui ne porte aucune atteinte aux manuscrits. Selon un procédé que le Prof. Roosen-Runge a exposé, on lit d’abord les recettes médiévales, on les interprète et ensuite on reconstitue les couleurs. Dans la préparation et l’analyse de ces échantillons on obtient des informations précieuses sur les matériaux, les techniques et les produits d’une réaction chimique33.

Fig. 11. Initiale « A », Köln, Diözesanbi-bliothek, Donatus (imprimé chez Peter Schöffer à Mayence vers 1460) f. 5 recto.
Fig. 12. Initiale « A », Köln, Diözesanbi-bliothek, Donatus (imprimé chez Peter Schöffer à Mayence vers 1460) f. 5 verso.

27Des informations fiables peuvent être obtenues par la seule combinaison de plusieurs méthodes d’analyse. La plupart de ces méthodes exigent des échantillons importants, qui peuvent être préparés par la reconstitution des recettes médiévales. A partir des résultats de cette recherche, il devient possible d’intervenir sur les origines sans risquer de les détruire ; l’interprétation de ces analyses est facilitée et rendue plus précise par les résultats des recherches sur les échantillons.

  • 34 Robert FUCHS : Nolite manuscripta cruciare sed conservate potis. Überlegung zur Konservierung mitte (...)

28Pour trouver les substances de conservation les plus appropriées, il faut comprendre le processus de détérioration ; cela n’est possible que si l’on connaît parfaitement les matériaux de l’enluminure ainsi que la technique picturale et l’influence des différentes conditions climatiques (chaleur, humidité, gaz nocifs) sur ces matériaux34.

Notes

2 Nous remercions M. Michel PARISSE, Mission historique franco-allemande, Göttingen d’avoir corrigé notre texte français.

1 Forschungsstelle für Technik mittelalterlicher Buchmalerei, Tammannstr. 4, D-3400 Göttingen, RFA. La Forschungsstelle est un projet de recherche sur l’enluminure médiévale en collaboration avec l’Université (Prof. O. GLEMSER, Institut für Anorganische Chemie ; Prof. K. ARNDT, Seminar für Kunstgeschichte) et la Bibliothèque universitaire (Dir. H. VOGT). Le projet est financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et le Land Niedersachsen. Nous les remercions ainsi que l’Institut für Anorganische Chemie d’avoir mis leurs laboratoires à notre disposition.

3 Sur ce problème il n’existe que les travaux de Heinz ROOSEN-RUNGE qui a fait des recherches sur les couleurs (technique y compris) de l’enluminure. Voir particulièrement : H. ROOSEN-RUNGE, Farbgebung und Technik frühmittelalterlicher Buchmalerei, München 1967, H. und Marie ROOSEN-RUNGE, Das spätgotische Musterbuch des Stephan Schriber in der Bayerischen Staatsbibliothek München, Cod. icon. 420, 3 vols., Wiesbaden 1981.

4 Cette méthode fut développée par ROOSEN-RUNGE ; voir particulièrement : H. ROOSEN-RUNGE, Farbgebung (l.c.), H. ROOSEN-RUNGE, Die Farben- und Malrezepte des 1. Buches der Schedula Diversarum Artium des Theophilus Presbyter und die Buchmalerei des frühen Mittelalters, in : Actes du XVIIe Congrès International d’Histoire de l’Art, La Haye 1955, pp. 221-228, H. und Marie ROOSEN-RUNGE, Das spätgotische Musterbuch des Stephan Schriber (l.c.).

5 Voir particulièrement : Hellmut LEHMANN-HAUPT, The Göttingen Model Book, Columbia, 1978, avec un facsimilé du manuscrit. Doris OLTROGGE, Robert FUCHS, Solange MICHON, Laubwerk-Zur Texttradition einer Anleitung für Buchmaler aus dem 15 Jh.,Würzburger medizinhistorische Mitteilungen 7, 1989 (sous presse).

6 Voir : H. LEHMANN-HAUPT, Göttingen Model Book (l.c.), p. 17 s. ; Gisela HÖHLE, Zur ober-und mittelrheinischen Buchmalerei um die Mitte des 15. Jahrhunderts-ausgehend von zwei Maltraktaten, Diss. Berlin 1984 ; D. OLTROGGE, R. FUCHS, S. MICHON, Laub-werk (l.c.).

7 Voir : H. BLOESCH, Katalog der Handschriften zur Schweizergeschichte, Bern 1895, S. 547, Nr. XII 45. D. OLTROGGE, R. FUCHS, S. MICHON, Laubwerk (l.c.). Le manuscrit fut écrit par le frère Jacobus Haller à Colmar en 1478/9.

8 Les rapports des trois manuscrits sont analysés en détail dans D. OLTROGGE, R. FUCHS, S. MICHON, Laubwerk (l.c.).

9 Sur ce groupe de livres voir : H. LEHMANN-HAUPT, Göttingen Model Book (l.c), pp. 81-92 ; Elgin VAASSEN, Die Werkstatt der Mainzer Riesenbibel in Würzburg, in : Archiv für Geschichte des Buchwesens 13, 1973, coll. 1121-1428 ; G. HÖHLE, Zur ober-und mittelrheinischen Buchmalerei (1.c.) ; Eberhart KÖNIG, Gutenberg und die Kunst der Buchgestaltung, in : Johannes Gutenbergs 42zeilige Bible, Kommentarband zum Faksimile. München 1979, pp. 71-125, particulièrement pp. 96 ss.

10 Il s’agit des couleurs suivantes : « Liechtrosel » (rose clair) et « Sattrosel » (rose foncé) faites du bois de brésil ; « Blo » (bleu) d’azurite (sur le traitement spécial voir plus loin) ; « Berggrun » ou « Schiffergrun  » (vert de montagne, c’est à dire malachite ; sur le traitement spécial voir plus loin) ; « Saftgrun  » (vert de jus de plantes) ; « mynge » (minium, Pb3O4) ; « Blygel » (jaune de plomb) ; « Blywiss » (blanc de plomb) ; « Purpur » (pourpre) faite d’un mélange d’azurite, de brésil et de blanc de plomb ; « Aurum Musicum » (Or mussif, SnS2) et « Swarz  » (noir) fait par la combustion de bâtons résineux. Les ingrédients les plus importants de l’ « Assis » (assiette) sont la craie, le bol d’Arménie et le cinabre.

11 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France 56, 1969. p. 131, n° 343.

12 Dans le GMB le cinabre est utilisé seulement pour colorer l’assiette en combinaison avec le bol d’Arménie (f. 4). Sur les problèmes de la signification de « cinabre » et « minium » v.n. 13.

13 La préparation du minium est décrite par exemple dans Mappae Clavicula, A 7 (Ed. : Thomas PHILIPPS, Mappae Clavicula. A Treatise on the Preparation of Pigments During the Middle Ages, Archeologia, 32, 1847, pp. 183-244, part. p. 188) ; Heraclius III, 36 (Ed. : Albert ILG, Heraclius Von den Farben und Künsten der Römer, Wien 1888, p. 76 ss.) ; Theophilus I, 37 (Ed. : C.R. DODWELL, Theophilus, De Diversarum Artium, London etc. 1961, p. 32). Le terme « minium » représente au Moyen Age toujours le Pb3O4 tandis que le terme « cinabre » représente le HgS. Dans l’Antiquité on avait souvent des problèmes avec ces deux termes, parce que « minium » pouvait signifier ou le HgS ou le Pb3O4 et « cinabre » ou le Pb3O4 ou le HgS ou même le sang de dragon (v. p. ex. Pline, Histoire naturelle, XXXIII ; 111 ; Vitruve VII, 9). La fabrication du blanc de plomb se trouve par ex. dans Theophilus I, 37 (Ed. Dodwell, l.c., p. 32) ; Lucca F 25-31 (Ed. : Hjalmar HEDFORS, Compositiones ad Tingenda Musiva, Uppsala 1932, p. 15) ; Mappae Clavicula A 7 et ch. 107 (Ed. Philipps, l.c., pp. 188 et 210). La combustion de bâtons résineux pour faire un noir est décrite par ex. par Vitruve VII, 10 ; Le Bègue, Tabula de sinonimis, s.v.« Attramentum  » (Ed. : Mary MERRIFIELD, Original Treatises Dating from the Twelfth to Eighteenth Centuries on the Arts of Painting, London 1849, t.I, pp. 1-321, p. 19).

14 V. par ex. De Clarea (Ed. : Rolf E. STRAUB, Der Traktat de Clarea in der Burgerbibliothek Bern, Schweizerisches Institut für Kunstwissenschaft, Jahresbericht 1964, pp. 89-114, sp. p. 94).

15 CKB, chap. 111, 150, 152.

16 Le Bègue qui a compilé son manuscrit (Paris, Bibliothèque Nationale, lat. 6741) en 1431, ne sait plus expliquer par exemple le terme « menesch  » (utilisé par ex. par Theophilus) qu’il pense être ou une couleur rouge ou une couleur bleue ou une couleur verte (Tabula de vocabulis sinonimis ; Ed. MERRIFIELD, l.c., p. 31, s.v. menesch.)

17 La première mention connue se trouve dans une collection de recettes hébraïques écrite en 1262 au Portugal, le manuscrit De Rossi 945 de la Biblioteca Palatina de Parma (voir : D.S. BLONDHEIM, An Old Portugese Work on Manuscript Illumination, Jew. Quart. Rev., new series 19, 1968, pp. 97-135 ; Harold J. ABRAHAMS, A Thirtheenth-Century Portugese Work on Manuscript Illumination, Ambix 26, 1979, pp. 93-99). A partir du 14e siècle on trouve cette recette dans presque chaque collection, par. ex. le manuscrit de Strasbourg, ch. 19 (Ed. Ernst BERGER, Quellen und Technik der Fresko-, Oel- und Tempera-Malerei des Mittelalters, München 1912, S. 167-190) ; Berlin, Staatsbibliothek, ms. germ. fol. 244 (Rhin moyen, 2e quart du 15e siècle), f.295 ; München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm. 20174 (Tegernsee, env. 1470/80), ff. 174-175, 176, 187v - 188, 205 - 205v, 207, 208 - 208v (6 recettes).

18 Ulrich SCHIESSL, Musivgold. Eine pigmentgeschichtliche Skizze. Maltechnik Restauro 87. 4, 1981, pp. 219-229.

19 L’Aurum Musicum se trouve par ex. dans tous les manuscrits du groupe du GMB, dans le Durandus de la Bibliothèque diocésaine de Cologne (Mayence, vers 1460), dans la Bible Cod. ms. Theol. I Cim. de la Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen (Prague, vers 1400/10), dans le Bréviaire Colmar, Bibliothèque de la ville, ms. 494 (Alsace, fin du 15e siècle), dans la règle des clarisses London, British Library, Add. 15686 (Villingen, ca. 1470).

20 Recettes dans manuscrits alsaciens et du Rhin moyen se trouvant par ex. dans le GMB, ff. 9v-10) ; le CKB, ch. 309 ; chez Valentin Boltz von Ruffach, Illuminierbuch , Basel 1549.

21 Parfois il est difficile de savoir si une couleur « Lazur », « Azur » ou « Blau » signifie le bleu azurite, le bleu outremer, le bleu artificiel ou un bleu fait de plantes.

22 Le manuscrit clm. 20174 a des rapports très étroits avec le GMB. Comme le CKB il est plus volumineux et contient beaucoup plus de recettes de couleurs que le GMB et aussi des recettes médicales, magiques etc. Mais presque toutes les recettes du GMB sont mentionnées, bien que la plupart sont traduites en latin.
L’analyse des textes ne peut être que préliminaire jusqu’à ce que nous ayons complété notre banque de données.
Sur les problèmes chimiques des traitements de la malachite et de l’azurite voir plus loin.

23 Par ex. le GMB (ff. 4v-5) décrit l’extraction avec une lessive (le même procédé se trouve dans le manuscrit de Strasbourg, ch. 28 (Ed. BERGER, l.c., p. 173s.) où la lessive est décrite plus exactement comme une lessive de cendres) ; l’extraction avec l’urine se trouve par ex. chez le Bègue, Exper. 15 et 293 (Ed. MERRIFIELD, l.c., pp. 52 ss ; et 270 s.) ; l’extraction avec le blanc d’œuf est décrit par ex. dans le manuscrit de Naples, ch. 12 (Ed. Franco BRUNELLO, De Arte Illuminandi e altri trattati sulla tecnica della miniatura médiévale, Vicenza 1975, pp. 78 ss.) ou chez le Bègue, Exper. 16 (Ed. MERRIFIELD, l.c., p. 54 s.).

24 Une extraction de quelques heures se trouve par ex. chez le Bègue, ch. 293 (ed. MERRIFIELD, l.c., p. 270 s.), dans le GMB l’extraction dure quatre journées (ff. 4v-5), dans le CKB on veut laisser extraire la couleur pendant huit journées, (ch. 134 ; cette recette n’est pas semblable à celle du GMB, les recettes parallèles du GMB concernant la prépa ration du rose sont CKB ch. 3 et 4.).

25 La craie est ajoutée au brésil par ex. dans le GMB, la craie, la chaux ou le blanc de plomb par ex. chez le Bègue ch. 293 (Ed. MERRIFIELD l.c., p. 270 s.).

26 Cette méthode fut développée par H. ROOSEN-RUNGE qui comparait ses modèles reconstitués et les couleurs utilisées dans les manuscrits avec un microscope et parfois avec la fluorescence. Ces comparaisons permettaient l’identification de quelques couleurs seule ment. C’est pourquoi nos recherches s’appuient sur plusieurs autres méthodes non-destructives, les spectrométries d’absorption UV-visible et infrarouge et - pour de petites feuilles - la diffraction des rayons X.

27 Les analyses modernes des fresques médiévales ont montré qu’avant le xiiie siècle on a utilisé dans toute l’Europe du Nord comme pigment bleu le lapis lazuli et seulemen après l’azurite. Il faut vérifier cela aussi dans les manuscrits.

28 R. FUCHS, D. OLTROGGE, S. MICHON : Laubwerk (l.c.).

29 Souvent dans les sources le terme « lessive » n’est pas expliqué en détail. Mais parfois on trouve mentionné l’urine fermentée qui contient le carbonate d’ammonium (NH4CO3) et l’eau d’ammoniaque (NH4OH) ou la lessive de cendres ou le sel ammoniac (NH4Cl), qui est obtenu par la distillation sèche des cheveux.

30 Si on prépare des acétates de cuivre par différentes méthodes on obtient différents produits. Par l’analyse on peut en identifier deux : Cu(Ac)2.3Cu(OH)2.2H2O et 2Cu(Ac)2.Cu(OH)2.5H2O. Trois autres produits ont pu être distingués, mais il n’est pas possible d’établir exactement leur formule. Au contraire même les formules hypothétiques, nommées dans la littérature, n’ont pas pu être confirmées. Voir : Gudrun KOLTERMANN : Versuche zur Darstellung basischer Kupferacetate unter Berücksichtigung mittelalterlicher Rezepte oder Vorschriften, Diplomarbeit 1988, Institut für Anorganische Chemie der Georg August Universität Göttingen.

31 J- GAUTHIER ; Etude des quelques propriétés des sels neutres et basiques de cuivre des acides formique, acétique, propionique. Thèse présentée à la faculté des sciences de l’Université de Paris, Lyon 1958.

32 Malachite : [Cu(CO3).Cu(OH)2], azurite : [2Cu(CO3).Cu(OH)2], vert-de-gris : [Cu(CH3COO)2.H2O], Cu(CH3COO)2.3Cu(OH)2.3Cu(OH)2.2H2O] et [2Cu(CH3COO)2.Cu(OH)2.5H2O] contiennent les éléments Cu, C, O, H.

33 R. FUCHS, Solange MICHON : Von Pergament und Farben - Die mittelalterliche Buchmalerei im Spiegel der Kunst-und Naturwissenschaften, Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung 1, Worms 1987, S. 57-65. Robert FUCHS, Solange MICHON : Memento manuscriptorum ornatorum. Überlegungen zur Erhaltung mittelalterlicher Buchmalerei-Untersuchungen zur Technik illuminierter Handschriften am Beispiel des Pfäferser Liber Viventium, Unsere Kunstdenkmäler - Nos monuments d’art et histoire - I nostri monumenti storici, Mitteilungsblatt für die Mitglieder der Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte 37. 4, Bern 1986, S. 354-368. Robert FUCHS : Zerstörungsfreie Untersuchungen an mittelalterlicher Buchmalerei - eine wissenschaftliche Herausforderung. Tagungsband zum Symposium für Zerstörungsfreie Prüfung von Kunstwerken, 19/20. November 1987, Deutsche Gesellschaft für Zerstörungsfreie Prünfung e.V., Berichtsband 13, Berlin 1988, S. 120-127. Robert FUCHS : Farbmittel in der mittelalterlichen Buchmalerei - Untersuchungen zur Konservierung geschädigter Handschriften, Praxis der Naturwissenschaften, Chemie, 8/37 1988, S. 20-29.

34 Robert FUCHS : Nolite manuscripta cruciare sed conservate potis. Überlegung zur Konservierung mittelalterlicher Buchmalerei, Maltechnik-Restauro 93. 2, 1987, S.39-49. Robert FUCHS, Doris OLTROGGE : Das Auge des Restaurators und das Auge Naturwissenschaftlers. Untersuchungen an einer Stuttgarter Handschrift. Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung 4, 1990, (sous presse). Robert FUCHS : Des Widerspenstigen Zähmung-Pergament in Geschichte und Struktur, in : Historische Hilfswissenschaften, Bd. 2, Sigmaringen 1988, (sous presse). Robert FUCHS, Doris OLTROGGE, Gertrud SCHENK, Renate VAN ISSEM : Glas oder Kunststoff ? Zur Konservierung der in Italafragmente der Deutschen Staatsbibliothek in Berlin (DDR), Restauro 96. 4, 1988, S. 285-291.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Göttinger Musterbuch, (GMB), f. 3v.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 2. Colmarer Kunstbuch, (CKB), pp. 116-117.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 3. Colmar, Bibliothèque municipale, ms. 494, f. 18.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 4. Modèles de couleurs faits avec bois de brésil : a-c) couleur extraite avec une lessive (manuscrit de Strasbourg, ch. 28), d-e) couleur extraite avec le blanc d’œuf (manuscrit de Naples, ch. 12), f-g) couleur extraite avec l’urine (Le Bègue, Expérimenta 15).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,4k
Légende Fig. 5. Azurite : minéral, bleu d’azurite mordancé, bleu d’azurite mordancé et traité avec une lessive.Malachite : minéral, vert de malachite mordancé, vert de malachite mordancé et traité avec du vinaigre, vert de gris.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 6. Spectres de réflexion en lumière visible : (1) indigo, (2) lapis lazuli, (3) azurite.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 7. Spectres infrarouges de vert-de-gris (1) et des acétates de cuivre basiques : type 132 = (2), type 215 = (3).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 8. Spectres de diffraction des rayons X de vert-de-gris (1), acétates de cuivre basiques : type 132 = (2), type 215 = (3).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig.9. Chromatogrammes sur papier. De gauche à droite et de haut en bas : (I) l’acétate de cuivre basique, (2) neutre, (3) acide - tous les trois avec l’eau utilisée comme solvant ; (4-6) les trois compositions avec du vinaigre comme solvant.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 10. Spectres de diffraction des rayons X de la réaction de l’azurite avec le sel ammoniaque après un jour. La comparaison avec les spectres du carbonate d’ammonium et de l’azurite montre que s’est formé un peu de carbonate d’ammonium.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 11. Initiale « A », Köln, Diözesanbi-bliothek, Donatus (imprimé chez Peter Schöffer à Mayence vers 1460) f. 5 recto.Fig. 12. Initiale « A », Köln, Diözesanbi-bliothek, Donatus (imprimé chez Peter Schöffer à Mayence vers 1460) f. 5 verso.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8189/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search