Version classiqueVersion mobile

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Session C. Matériaux et traditions techniques : des données pour l'histoire de l'art, l'histoire des techniques, l'histoire économique et sociale

Documents sur les métiers de la teinturerie à Orléans (xviie et xviiie siècles)1

Denis Escudier

Résumé

Les teinturiers d’Orléans formèrent une communauté et obtinrent leurs premiers statuts en 1411. Dès l’origine ils apparaissent divisés en deux corps, et cette situation subsistera jusqu’à la Révolution : ainsi, dans une liste des Arts et métiers de la Ville d’Orléans dressée pour la milice de 1742, sont mentionnés parmi les métiers en jurande :
n° 60 Teinturiers du grand teint
n° 61 Teinturiers du petit teint.
Les conflits engendrés par cette division sont constants et permettent au pouvoir royal d’intervenir de plus en plus souvent, surtout depuis le temps de Colbert. Dans les cahiers de doléances du bailliage d’Orléans pour les États généraux de 1789, les maîtres présents aux délibérations, toujours séparés en deux corps, sont très peu nombreux : à peine trois « maîtres teinturiers du grand teint » et cinq du « petit teint » – reflet sans doute exact de leur présence dans la ville.
Les documents que nous présentons montrent surtout les conditions particulières d’exercice des métiers de la teinturerie à Orléans, jusqu’à l’abolition des corporations.

Texte intégral

Liste des documents consultés :

    • 1 Tous les documents présentés ici appartiennent à la Bibliothèque municipale d’Orléans. Nous remerci (...)

    Frère Sébastien de Saint-Aignan, Carme d’Orléans, Maximes et Exemples d’Architecture..., 1660 (Bibl. mun. d’Orléans, manuscrit 371) : notes sur l’installation des teintureries et recettes diverses (fol. 191-192).

  • Statuts, Ordonnances et Reglemens, que Sa Majesté veut estre observez par les Marchands Maistres Teinturiers en grand et bon Teint des Draps, Serges, et autres Etoffes de laine, de toutes les Villes et Bourgs de son Royaume. A Orléans, chez Gilles Hotot, 1670 (extraits : articles IV-XXXVI).

  • Copie d’une lettre du contrôleur général des Finances Orry à l’intendant d’Orléans, à propos de disputes entre les communautés des teinturiers du grand et du petit teint établies à Orléans. 20 mars 1739 (Bibl. mun. d’Orléans, manuscrit 830).

  • Copie d’une lettre du même au même, à propos d’une requête des marchands drapiers d’Orléans, tendant à obtenir l’extension de « la liberté... de se servir concuremment des teinturiers du grand et du petit teint pour les étoffes de 4 livres l’aune et au dessous ». 28 février 1741 (ibidem).

  • Lettres d’admission dans la maîtrise de teinturier du petit teint accordées à Denis Beaudeduit par Michel Vandebergue, lieutenant général de police d’Orléans. 26 mars 1754 (ibidem).

  • Doléances des maîtres teinturiers du grand et bon teint et des maîtres teinturiers du petit teint d’Orléans. 23 février 1789 (d’après C. Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d’Orléans pour les États généraux de 1789, Orléans, 1907).

1. Frère Sébastien de Saint-Aignan, Carme d’Orléans, Maximes et Exemples d’Architecture..., 1660 (Bibl. mun. d’Orléans, manuscrit 371) : notes sur l’installation des teintureries et recettes diverses

Tintureries

1Les Tintureries, s’il se peut, doivent estre basties proches des eaux, comme aux Goubellins à Paris, & que l’eau soit propre pour les tintures, & nettes pour laver les draps quand ils sont sortis des chaudières. Les Tintureries doivent estre(s) spatieuses : nombre de bastimens pour la famille, serviteurs, basse cours, apantis où se font des fourneaux à mettre les chaudières ou cuves de cuivre & d’estin, qui est de nouvelle invention pour teindre en écarlates de Ho(r)lande, de laquelle à présent il n’y a dame ny servante qui n’en soient vestuë, qui à la vérité sont les plus riches couleurs qu’on puisse voir.

Ecarlatte

2Pour teindre une livre d’étoffe en écarlatte de Holande, il faut premier, pour le bouillon, une once trois gros de farine de pois blancs, la mettre dans de l’eau estant tiède, une once de gravelle blanche batuë, une once trois gros de sel de gemme, trois & demy d’alun de Rome, une once deux gros d’eau forte, et faire bouillir l’estofe dedans, durant une heure & demye en vai[s]seau d’estin, à petit feu. Pour achever la dicte couleur, vous y mettrez une once deux gros d’amidon blanc & le bien détremper. Quand il n’y aura plus guère de bouillon, y mettre une once de cochenille, une once de gravelle blanche, plus deux gros d’eau forte, tant au bouillon que au cochenilage.

Nacarat

3Si vous désirez faire la couleur de nacarat, il n’i faut mettre que (que) trois d’once de cochenille & trois gros d’eau forte. Et pour faire des incarnadins, il n’y faut que demie once de cochenille & point d’eau forte, & diminuer de l’étoffe.

Teindre en noir

4Belle manière de teindre les étoffes blanche en noir, ainsy que le pratique les Religieuses Urselines en ceste ville d’Orléans, avec utilité.

5Il faut prendre :

64 livres de bon bois d’Inde couppée par petis morceaux

72 livres de noix galle la plus forte, ou en épy

82 livres de couperose

96 onces de vert de gris

106 onces de gomme arabique

116 onces de gomme arabique

12un petit sac de moulée bien déliée & bien liées

13une cheulée ou éculée de fleur de fourmant.

14Il faut faire sécher l’écorce d’aune au four & la battre avec un maillet, pour la randre en petis morceaux que l’on mettra tremper en un pot avec le bois d’Inde. Il faut concas[s]er la noix de galle assez menuë & la faire tremper, vert de gris & la gomme chacun à part. Toutes les drogues tremperont du moins cinq jours & on les remu[e]ra trois fois le jour.

Préparation

15Le jour de la teinture, on prendra le pot où le bois d’Inde & l’écorce d’aune aura trempé, que l’on fera bouillir dans la chaudière quand elle commancera à bouillir. Y mettre la cheulée ou éculée de fleur de fourmant détrempée dans de l’eau de noix galle, puis mettre le reste de l’eau de galle, le petit sac de moullée & la gomme arabique. Puis il faut laisser bouillir le tout en la chaudière bien couverte, qu’il n’y entre point d’air, l’espace de cinq heures. On remplira la chaudière de vieux teint, si on en a qui ne soit point gras.

Pratique

16Cela fait, on mettra la couperose & le vert de gris dans le milieu de la chaudière, en mouvant la teinture avec un baston, et au mesme temps, on étendra la serge par lay dans la bégnoire, de cinq cartiers de long. Et sur chacun lay, on y jettera de la teinture que l’on prendra dans la chaudière, prenant garde qu’il n’y reste rien de blanc, que tout soit mouillé. Puis il faudra couvrir la beignoire de trois ou quatre couvertures, & les y laisser trois ou quatre heures, & mème toute la nuit. Après, tirer la serge, la tordre fortement et l’étendre à l’air une heure durant. Pandant ce temps là, on fera chauffer le teint jusques à bouillir, puis en arrouser la serge par lay comme à la première fois, couvrir la baignoire des mèmes couvertures autant de temps que devant, la tordre & l’estandre à l’air, ce qu’il faut faire encore une fois, qui sera en tout trois fois, toujours en mesme manière.

Remarques

17Puis on fera encore un nouveau teint, les drogues ayant esté parties par la moytié & trempées en divers pots. Le viel teint servira pour remplir la chaudière au lieu d’eau, et de ce teint on en fera trois façons comme à la première fois. Après les six façons, il faut envoyer la serge à la rivière, la bien laver, la laisser tremper & la battre deux ou trois fois, jusques à ce qu’elle rande l’eau claire, puis l’étendre sans la tordre. Si l’on veut teindre du drap, il faudra faire trois nouveaux teins, et au lieu de quatre livres de bois d’Inde, y en mettre six livres, & des autres drogues à proportion.

Avis utile

18Si on veut teindre des passemens, rouleau, bounests, bas d’estames, laines et autres choses, les faut peser et faire du teint à proportion de leur pesenteur, comme il est fait et dit cy des[s]us. Le reste du teint peut servir à reteindre des serges, étamines & autre étofes qui seroient des chargées. Les Religieuses font teindre de la laine torse, de laquelle elles cousent leurs robes, qui dure plus que la sois.

2. Statuts, Ordonnances et Reglemens, que Sa Majesté veut estre observez par les Marchands Maistres Teinturiers en grand et bon Teint des Draps, Serges, et autres Etoffes de laine, de toutes les Villes et Bourgs de son Royaume. A Orléans, chez Gilles Hotot, 1670

3. Lettres d’admission dans la maîtrise de teinturier du petit teint accordées à Denis Beaudeduit par Michel Vandebergue, lieutenant général de police d’Orléans. 26 mars 1754

4. Lettre du contrôleur général des Finances Orry à l’intendant d’Orléans, Beaussan de Richegrou, à propos de disputes entre les communautés des teinturiers du grand et du petit teint établies à Orléans. 20 mars 1739 (Bibl. mun. d’Orléans, manuscrit 830)

Copie de la lettre de Mr le Controleur général à Mr l’Intendant d’Orléans, le 20 mars 1739.

Les pièces et procédures que je vous envoye m’ont aprie que les contestations qui s’élèvent entre les jurés des teinturiers de grand et du petit teint d’Orléans tirent bien plus tost leurs principes de l’annimozité qu’ils ont les uns contre les autres que non pas de l’intéressement public.

Je vois Grenet se transporter chez un chapelier avec un commissaire de police, un huissier et un assistant pour saizir une pièce d’étoffe qu’il a aprie n’avoir pas encorre l’amprinte des plond de teinture d’argan. Deux jour après, celuy cy cour, avec le mesme apareille et aux mesme fraix, saizir sur les rampart des coupons de draps que on luy dit sortir de chez Grenet et de chez sa belle mère. La procédures se grossit ensuite sur cest deux objets. Les juges se déterminent sur luy par la considération du bon teint et il prononcent différemment sur l’autre par des motiffs peu réfléchis ; enfin, voilà un apel porté au parlement où ces particuliers achèveront de s’épuiser en frais.

Je vous prie, Monsieur, d’examiner cette affaire dans tous ces points, tant au fonds, consernant le mérites des saisies, que sur la forme de procéder, et, en attendant que le Conseil y ait statué en conséquence de votre avis que vous aurez agréable de me donner sur le tout, vous deffenderée aux Jurée des deux Communautée de passer outre sur les contestations qu’ils ont ensemble, et leur enjoindrés de se renfermer dans les bornes ordinaires de leurs fonction sans se harceler à l’avenir par des recherches affectées et des perquisitions à contre temps.

Je vous prie encore de leurs ordonner de fair porter dorénavant au Buraux des Manufactures les étoffes qui seront trouvez en contravention, afin que l’inspecteur, en estant informé, puisse les visiter, le greffe de la police n’étant pas un dépot pour les marchandises que les juges ont seulement le droit de se faire représenter, lors que les contestations sur les saisies y donnent lieu, ainsy que je vous l’ay écrit le 27 janvier 1736, au sujet de ce qui se pratiquoit à Chartres.

Je suis votre très humble et très affectionné serviteur.

ORRY

5. Lettre du contrôleur général des Finances Orry à l’intendant d’Orléans, Beaussan de Richegrou, à propos d’une requête des marchands drapiers d’Orléans, tendant à obtenir l’extension de « la liberté... de se servir concuremment des teinturiers du grand et du petit teint pour les étoffes de 4 livres l’aune et au dessous ». 28 février 1741 (Bibl. mun. d’Orléans, manuscrit 830)

A Paris, le 28 feuvrier 1741

Monsieur,

Les nouvelles représentations que vous ont fait les marchands d’Orléans et que vous m’avées envoyées le 4 de ce mois tendent à ce que la liberté que je vous ay mendé le 6 janvier dernier de leurs accorder, de se servir concuremment des teinturiers du grand et du petit teint pour les étofes de 4 livres l’aune et au dessous, soit étendue et mesme illimitée, les teinturiers du grand teint de cette ville ayant des connoissances trop bornées pour assortir les couleurs d’échantillons sur toutes sortes de draperies, comme ils en sont convenus eux mesmes, et que l’ateste le sieur Deshays, inspecteur des manufactures.

Cette considération se fortifie, Monsieur, par les circonstances kritiques de la disette, qui semblent exiger des facilités, afin de donner au pauvres ouvriers qui travaille aux aprèts le moyen de faire subsister leurs familles.

Ainsi, quoyque mon intention soit d’établir, autant qu’il est possible, la perfection et la solidité des teintures, je veux bien pour le présent n’étendre pas cette perfection aux draps d’Aubigny, de Romorentin, de Chateauxroux et serge de Saint Lo, qui font le principal objet du commerce d’Orléans, ce qui doit estre entendu cependant avec re[s]trinction, car dans tout les cas de couleurs primitives, telle que les bleux, les roujes, les pourpres, les cramoisis et leurs nuances, les jaunes, les verts et leurs nuances, je ne veux pas que les teinturiers du petit teint puis[s]ent les entreprendre pour les étoffes qui seroient mesme entre le prix de 40 sous et de 4 livres l’aune en blanc : je sçais trop que leurs méthode d’employer le bois d’Inde, le bois de Brézil, l’orseil, la bourre garencée, le rocour, la graine d’Avignon et autre drogues de faux teint, ne donne que des couleurs faus[s]es, qui ne doivent estre tolérées que pour les étoffes du plus bas prix. Mais à l’égard des fauves, les drogues qui les fournissent sont presque toutes communes aux teinturiers du bon et du petit teint.

Si dont il vous paroit constaté, Monsieur, que les teinturiers du petit teint ne fasse usages que de la gaude, du brou de noix, de la racinne de noyer, de l’écorce d’aulne, du bois jaune, du cariatour, du soumac, de la couprose et des sels qui servent à bouillir et à préparer les étoffes, toutes drogues qui sont de bon teint et dont l’usage leur est permis par l’article 22 du règlement de 1737, vous pouvées étendre la permission jusqu’au étoffes drapées cy devant énoncées, en mettant dans votre ordonnance : ce jusqu’à nouvelle ordre, afin que les négotiant des autres villes du Royaume dont les ouvriers ne seroient pas dans le cas de la commisération du Conseil, ne puis[s]ent en prendre droit pour se soustraire à l’exécution du Règlement, étant certain qu’avec les ingrédiens que je viens de nommer, les teinturiers du petit teint peuvent faire toutes les couleurs de fauves, de racinne, de grie de rat, de grie de castor, grie clairs et communs, épine, noizette, ventre de biche, mesme les caffet et les marons qui n’auront rien de pourpré.

Quant aux autres couleurs qui doivent avoir du vife, de la rougeur, du vineux et du bluatre comme les teinturiers du petit teint ne peuvent guerre leur donner, ces nuances, sans employer l’orseille, le bois de Brézil, le bois d’Inde, dont les teintes ne résistent point à l’air, de la manière qu’il les introduisent dans les étoffes, le meilleur moyent de prévenir l’abus qui en résulteroit, est de leurs deffendre l’employ de cest drogues dans les teintures des étoffes, mesme de celles qui sont entre 40 sous et 4 livres l’aune en blanc.

Je suis, Monsieur, votre très humble et très affectionné serviteur.

ORRY

6. Doléances des maîtres teinturiers du grand et bon teint et des maîtres teinturiers du petit teint d’Orléans. 23 février 1789 (d’après C. Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d’Orléans pour les États généraux de 1789, Orléans, 1907)

Doléances des maîtres teinturiers du grand et bon teint d’Orléans

19Assemblée le lundi 23 février, chez le sieur Antoine Fédoux, syndic.

20Comparants : Constantin Juteau, adjoint, et Samuel Beaudéduit.

21Député : Antoine Fédoux.

22Observent lesdits maîtres qu’il règne une grande falsification dans les drogues dont ils se servent, et principalement dans le pastel qu’on tire d’Albi en Languedoc qui, de tout temps, a été pour être reconnu de meilleure qualité. Les fabricants le coupent jusqu’à quatre fois, tandis qu’il ne devrait l’être que deux tout au plus, afin que la plante pût prendre la nourriture de sa racine. De cette conduite intéressée, il en résulte beaucoup de préjudice dans le travail ; les couleurs demeurent sans qualité et sans solidité ; des marchandises de prix sont presque perdues et mal vendues, et les teintures se discréditent dans tout le royaume et même chez l’étranger.

23Demandent lesdits qu’il plaise à Sa Majesté que les dispositions du mois d’août 1667 soient renouvelées ; en conséquence, que les membres soient maintenus dans le privilège à eux accordé par l’article 60 dudit règlement sur les marchandises par eux teintes pendant deux années précédentes ; la suppression des aides et gabelles onéreux au public, et les droits qui se perçoivent sur les drogues et bois de teinture, comme trépas de Loire et signature d’officiers ; l’abolissement des francs-fiefs ; et que les nobles contribuent à toutes les impositions de tailles, corvées et autres, comme les autres sujets, sauf à leur être accordées des distributions personnelles.

Doléances des maîtres teinturiers du petit teint

24Assemblée le lundi 23 février à 10 heures du matin, dans la maison de Dalbin, syndic, rue Vieille-Foulerie, paroisse Saint-Paul.

25Comparants : Antoine Dalbin, syndic ; Michel Thomas, adjoint, rue des Carmélites, paroisse de Saint-Michel ; Jean-Baptiste-Ambroise-Robert Delamarre, rue Ruchepeuille (?), paroisse de Notre-Dame de la Conception ; Etienne Crespin, rue et paroisse de Sainte-Catherine ; Jean-Emery Argand, rue de l’Écu-d’Or, paroisse de Notre-Dame de Recouvrance ; et Denis Beaudéduit, rue d’Avignon, paroisse de Saint-Paul.

26Député : Jean-Emery Argand.

27(reprennent les sollicitations formulées par les précédents, au 2e alinéa).

Cahier général des doléances et remontrances du Tiers Etat du bailliage principal d’Orléans

---

28145° Qu’il soit accordé aux teinturiers et autres ouvriers privilège sur les étoffes fabriquées ou teintes par eux, tant qu’elles se trouveront dans les mains de ceux pour le compte desquels ils auront été employés.

Bibliographie

---

Charles CUISSARD, Étude sur le commerce et l’industrie à Orléans avant 1789, Orléans, éditions Herluison, 1897 (réédition : Laffitte Reprints, 1981).

Notes

1 Tous les documents présentés ici appartiennent à la Bibliothèque municipale d’Orléans. Nous remercions vivement monsieur DEGUILLY, conservateur en chef, et tous ses collaborateurs, pour leur aide diligente et efficace.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search