Version classiqueVersion mobile

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Session C. Matériaux et traditions techniques : des données pour l'histoire de l'art, l'histoire des techniques, l'histoire économique et sociale

Annexe. Histoire de toutes les curiosités naturelles de la province de Berry1

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un manuscrit intitulé « Idée généralle de la ville de Bourges contenant les noms des rues (...)

1On trouve dans le Berry plusieurs curiosités naturelles qui peuvent servir à enrichir l’histoire de la province, comme ocre, bol, sanguine...

2L’ocre de St Georges sur la Prée est à deux lieux de Vierzon entre le midy et le couchant et le terrein où se situe les ocre est fort élevé, au bas duquel coule la rivière du Cher : l’ocre qu’on en tire est jaune et très fine et très belle et ne devient rouge que par le feu, ce qui est ordinaire à tous les ocre. Elle est fort avant dans la terre, où elle s’étend par veines et par cantons, de manière que pour la trouver il faut faire un trou aussi large que celuy que l’on fait pour les plus grandes carrières et c’est par là qu’en creusant toujours, on tire la terre à bannées (comme on dit dans le pays), par le secours d’une grande roue.

3Lorsqu’on a longtemps tiré de la terre à bannées (ce sont de ces espèces de paniers creux), il se rencontre un rocher fort dur et épais, qui marque que l’ocrière n’est pas loing, et ce rocher est si difficile à percer qu’avec toute l’industrie de l’homme et tous les instruments dont on ait pu s’aviser, on en tire quelquefois en un mois par le travail de quatre hommes pas si gros que la forme du chapeau ; c’est pour cela que cet ouvrage ne se donne qu’à la tâche et non à la journée et que l’entrepreneur a 500 livres, outre la fourniture de toute espèce de bois qui lui est nécessaire pour chaffauder au dessus qu’en dedans du trou, au long de l’allée que l’on fait de 4 pieds de large dans toute sa longueur, et pour soutenir les terres, au lieu et place de l’ocre que l’on tire.

4On fournit encore à l’entrepreneur toute la meilleure huile que l’on peut trouver et il en remplit trois lampes faites en forme d’étoile, qui sont nécessaires au trou, dans l’allée et au tirage de l’ocre. On ne se sert que d’huile d’olive parce qu’elle fait moins de fumée et que sa lumière ne s’éteint pas comme celle des autres huiles ou des chandelles, et même de la meilleure cire, le tout sans aucune diminution des 500 livres.

  • 2 Ce renseignement chronologique est faux, mais il correspond peut-être à une reprise de l’exploitati (...)

5Depuis l’an 1676 que l’on a commencé à tirer de l’ocre2, la profondeur des trous a toujours été de 52 à 56 pieds et la plus grande quantité qu’on ait pu tirer a été de cinq à six cent poinçons.

6L’allée ou gallerie qu’on fait après le trou est environ de 14 pieds de large et en droite ligne et tellement pratiquée que les ouvriers ont l’ocre devant eux et à leur hauteur.

7L’ocre est comme une veine ou couche épaisse pour l’ordinaire de 12 à 14 pouces, et quand cette couche est à sa fin, elle n’a que 4 à 5 pouces.

8De quelle épaisseur que soit la couche ou veine d’ocre, elle est dans toute son étendue assise sur un banc de sable très blanc et très fin, et par-dessus elle touche à terre, en telle sorte que pour la virer les ouvriers enfoncent à coups de malloches ou marteaux de bois, entre la terre et l’ocre, des coins de bois, le plus dur que l’on peut trouver, après toutefois avoir tiré du sable de dessous, ce qui est très facile. Par le moyen de ces coups de marteaux les ouvriers font tomber des morceaux de 5 à 6 pieds de long. Ces mêmes ouvriers ont soin d’étayer à mesure qu’ils avancent dans l’allée ou gallerie, crainte d’accident.

9L’ocre ne s’étend quelquefois en largeur que 5 à 6 pieds et quelquefois à moins et sa longueur ne va pas plus de 80 ou 90 pas et est souvent moindre.

10Cette ocrière de St Georges a passé pour la plus abondante et la plus belle de la province et prise sur le chantier s’est toujours vendue au moins huit livres le poinçon et le sieur Wansbrohen, négociant à Nantes, a longtemps pris toute l’ocre de ce canton qu’il envoyoit ensuite en Hollande, en Espagne, en Italie et en Angleterre où il en faisoit le commerce.

  • 3 Commune du canton des Aix-d’Angillon, département du Cher. On n’a pas d’autres renseignements sur c (...)

11Il y a une ocrerie à Morogues3, dont l’ocre ne diffère guère de celle de St Georges sur la Prée, si ce n’est que l’ocre de Morogues est plus pâle, mais le grain est fort bon. Cette ocrière fut découverte environ l’an 1665. Elle est située au bois aux Etats près la Mothe d’Humbligny ; elle contient une demi lieue ou environ. Le lieu est marécageux, à un pied par dessus l’ocre on trouve une pierre bonne, qui peut avoir un demi-pied d’épais. On trouve encore de l’ocre couleur de lie de vin dans laditte terre de Morogues à six lieues de Bourges.

  • 4 Thauvenay, commune du canton de Sancerre, département du Cher. Un terrier de la seigneurie de Thauv (...)
  • 5 La définition de l’expression ocre de rue est énigmatique ; son origine l’est encore plus. Il s’agi (...)

12En la paroisse de Tauvenay4, au village de Fretoy, on découvrit environ l’an 1689 une ocrière moins bonne à la vérité que celle de Morogues. L’ocre en est jaune et à 25 pieds de profondeur ; ensuitte on trouve une couche de terre jaune de l’épaisseur d’un pied, puis une pierre platte de demi-pied, ensuite un pied d’ocre de Ruë couleur d’orange5. L’ocre jaune est dessus épaisse d’environ un pied et demi et la terre de dessus est une terre propre à faire de la tuile.

13Cette ocrière est abondante et s’étend d’un quart de lieue du costé du château de la Grange Chaumont. Elle est large environ de 400 pas. On en trouve encore dans l’étendue de la même paroisse à un village nommé Rousseau.

  • 6 Chef-lieu de canton, département du Cher.

14On trouva en 1717 une ocrière près le château de Charost6 dont l’ocre approche du brun rouge d’Angleterre.

  • 7 Sans doute Neuilly-en-Sancerre, canton d’Henrichemont, département du Cher

15A Neuilly7, on trouve de l’ocre jaune à la profondeur de six pieds ; elle n’a pas plus de quatre doigts de tranche.

  • 8 Savigny-en-Sancerre, canton de Léré, département du Cher.

16A Savigny-sous-Sancerre8 proche l’étang de la Massée dépendant du prieuré de Savigny, elle se tire de terre sans qu’il y ait de rocher dessus. Il ne faut creuser que six pieds ; la terre qui est grise est bonne pour faire des pots. L’ocre n’a qu’un demi pied d’épaisseur et il en a environ un quart de lieue de circuit. Proche le bourg même de Savigny, auprès des champs des Etourneaux, on trouve encore une ocrière, mais peu abondante à 9 ou 10 pieds de profondeur. Elle n’a point de tranche ; elle se trouve par morceaux parmi de la terre rouge.

17Sanguine

  • 9 Commune du canton de Sancerre, département du Cher.

18A Sury-en-Vaux9, au lieu des Ecouteaux, appartenant à Mrs de St Etienne de Bourges, entre les quatre chemins où toutes les eaux abordent, on trouve à cinq ou six pieds de profondeur de l’ocre rouge par morceaux semblable à celle de Savigny ci-dessus.

  • 10 Commune du canton de Vailly-sur-Sauldre, département du Cher.

19En la paroisse de Subligny10, proche le bourg, tirant sur le chemin de Sancerre, on trouve aussi de l’ocre rouge par morceaux à la profondeur de quatre à cinq pieds.

  • 11 Menetou-Ratel, canton de Sancerre, département du Cher.
  • 12 Rians, canton des Aix-d’Angillon, département du Cher.

20En la paroisse de Mennetou Ratel11 entre le bourg et l’étang de Couët, on trouve de l’ocre par morceaux parmi la terre rouge, mais on en fait peu de cas. On trouve encore de l’ocre à Rebourcin au village de Guilly, paroisse de Rian12, mais l’ocre de Guilli est rouge.

Notes

1 Extrait d’un manuscrit intitulé « Idée généralle de la ville de Bourges contenant les noms des rues, ensemble des curiosités naturelles de la province, la chronologie sommaire des papes et des archevesques de Bourges et quelques notices de l’ancien et du nouveau chapitre du Château. 1770 » (Archives du Cher, fonds Ch. Ribault de Laugardière). Ce manuscrit avait été rédigé ou compilé par M. Gilbert DANIE, chanoine de Saint-Oûtrille du Château-lès-Bourges dans la seconde moitié du xviiie siècle (Arch. du Cher 2 F 505).

2 Ce renseignement chronologique est faux, mais il correspond peut-être à une reprise de l’exploitation après un temps de mise en sommeil.

3 Commune du canton des Aix-d’Angillon, département du Cher. On n’a pas d’autres renseignements sur cette ocrerie qui ne paraît pas avoir été exploitée, faute sans doute de débouchés.

4 Thauvenay, commune du canton de Sancerre, département du Cher. Un terrier de la seigneurie de Thauvenay, daté de 1738 mentionne bien la faculté de tirer de l’ocre dans l’étendue de la seigneurie, l’existence d’un moulin à ocre etc... (Archives privées). On ignore quelle était la commercialisation du produit.

5 La définition de l’expression ocre de rue est énigmatique ; son origine l’est encore plus. Il s’agit d’une qualité d’ocre sur laquelle le sieur WATTIN, auteur de L’art du peintre, doreur, vernisseur (2e éd., Paris, 1773), donne les indications suivantes : « L’ochre de rue ou de rut, ou le jaune obscur, est une terre naturelle qui se prend aux ruisseaux de mines de fer... » (p. 26) – et encore : « L’ochre de rue, que nous avons rangé dans les jaunes, sert à peindre en brun clair, canelle, et pour imiter les couleurs de pierre ; en la mêlant dans les badigeons, il donne des couleurs de bois plus ou moins foncées : les peintres en tableaux s’en servent beaucoup » (p. 34). Son ouvrage se termine par un tarif des marchandises qu’il avait dans ses magasins. On y remarque pour les couleurs rouge et jaune les indications suivantes et pour la livre de 16 onces :[Image non convertie]

6 Chef-lieu de canton, département du Cher.

7 Sans doute Neuilly-en-Sancerre, canton d’Henrichemont, département du Cher

8 Savigny-en-Sancerre, canton de Léré, département du Cher.

9 Commune du canton de Sancerre, département du Cher.

10 Commune du canton de Vailly-sur-Sauldre, département du Cher.

11 Menetou-Ratel, canton de Sancerre, département du Cher.

12 Rians, canton des Aix-d’Angillon, département du Cher.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search