Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Session C. Matériaux et traditions techniques : des données pour l'histoire de l'art, l'histoire des techniques, l'histoire économique et sociale

Les pigments dans la peinture égyptienne

Daniel Le Fur

Texte intégral

1L’architecture du temple égyptien était conçue pour pratiquer le culte quotidien, acte secret accompli dans l’intimité, loin de la foule, par les prêtres qui en avaient reçu la mission. Ce vaste complexe mais cohérent à sa façon, était spécialement élaboré pour agir sur le monde par son organisation architecturale, par ses ornements picturaux, par les objets qui y étaient déposés. Toutes les parois intérieures des temples étaient décorées de bas-reliefs polychromes, des colonnes jusqu’aux plafonds. L’ensemble de ces décorations puisaient dans un répertoire commun à tous les temples de culte d’Egypte.

Les pigments

  • 1 LERMUZIAUX A., Le secret des peintures égyptiennes, dans Science et Avenir, 1971, p. 62.
  • 2 LUCAS A., Ancient Egyptian Materials and Industries, 4e édition, 1962, Edward Arnold, London, p. 33 (...)
  • 3 CARRIVEAU G.W. and al., Identification of the Forbes Collection Pigments, dans actes, Congrès IIC, (...)
  • 4 JAKSCH H., Farbpigmente aus Wandmalerein altägyptischer und Tempel. Thèse Heidelberg, 1985.

2L’opinion généralement admise et complaisamment entretenue1 est que les anciens Égyptiens possédaient d’étranges secrets, qui se seraient « hélas » perdus, pour fabriquer des produits ne craignant pas l’outrage du temps et faisant l’admiration de milliers de touristes, apprenant au cours de leurs voyages que les pigments sont des pierres précieuses broyées, comme la turquoise, le lapis-lazuli ou l’émeraude ! Or, depuis la découverte au xixe siècle (1807) à Pompéï de bleu égyptien, les chimistes de l’époque ont examiné cette couleur et identifié ses éléments majeurs. A. Lucas, chimiste de l’équipe qui découvrit la tombe de Toutankhamon en 1922, établit une liste des pigments d’après de nombreuses analyses effectuées sur des échantillons provenant de fouilles ou de prélèvements. Il mit en évidence leur nature minérale d’origine naturelle2. E.W. Forbes, collectionneur, rassembla durant sa vie plus de 6200 échantillons de pigments organiques et minéraux dont de nombreux pigments égyptiens. Cette collection se trouve actuellement dispersée dans plusieurs institutions ou musées. De nombreux échantillons ont été incorrectement identifiés. G.W. Carriveau en a effectué une analyse systématique3 et a déjà publié partiellement ses résultats qui sont en accord avec ceux de A. Lucas. Récemment, H. Jaksch a effectué plusieurs centaines de prélèvements de pigments dans les tombes et dans les temples qui confirment les travaux de Lucas4.

  • 5 HARRIS J.R., Lexicographical Studies in Ancient Egyptian Minerals, Akademie-Verlag GmbH, Berlin, 19 (...)

3Les Egyptiens distinguaient deux séries de pigments5 :

  • ceux se présentant naturellement sous forme de poudre, mesurés en unité de volume (les pigments rouges et jaunes),

  • ceux résultant du broyage de corps durs, mesurés en unité de poids (les pigments bleus et verts).

4Les pigments noirs et blancs ne sont pas compris dans la liste.

Les pigments blancs

5Deux sortes de pigments étaient utilisées :

  • du calcaire blanc broyé de la vallée du Nil, mais également celui provenant de nombreuses carrières d’Egypte. Ces carbonates de calcium ont souvent été utilisés comme pigments dans l’art. Il existe de nombreuses variétés telles que la craie, la poudre de coquillages, de la calcite broyée, difficiles à différencier entre elles.

  • du plâtre issu de la cuisson du gypse de la Mer Rouge, du Fayoum ou du désert, sous forme de roses des sables. Jaksch signale également deux autres pigments qui ne sont utilisés que très rarement :

    • la calcite magnésiée ou dolomite,

    • la huntite.

Les pigments noirs

  • 6 DANIEL F., Les polychromies égyptiennes de l’Ancien Empire du Musée du Louvre. Etude des pigments, (...)

6Le noir est généralement constitué de carbone sous forme de charbon de bois ou de suie. Du noir d’os a été identifié sur des sculptures de l’Ancien Empire6. Plus rarement on utilisa un oxyde de manganèse appelé pyrolusite ou polianite, qui est souvent en mélange terreux avec adjonction de fer, de couleur noire. La pyrolusite provient des montagnes du Sinaï et elle a été utilisée pour peindre des poteries. Un fragment de graphite daté de la xiie dynastie a été trouvé à Kerma. D’après Lucas, cette matière servait à noircir les céramiques.

Fig. 1. Palette d’artiste peintre découverte dans les temples de Karnak : a) Pilon en basalte, b) Coquillage de la mer rouge contenant de la calcite, c) Petit pot servant à délayer les couleurs, d) Fragments de chrysocolle, e) Pot en terre cuite contenant de la jarosite, f) Hématite, g) Pot en terre cuite contenant de l’hématite mélangée à de l’argile, h) Bleu égyptien.

Les pigments verts

  • 7 ULLRICH D., Reconstructing the Ancient Technique for Producing Green Frit and Egyptian Blue, dans A (...)

7La principale source de vert est la malachite. Elle provient du désert oriental ou des mines de cuivre du Sinaï. Elle est attestée durant tout l’histoire égyptienne. Le vert peut être constitué de chrysocolle. Il provient de zones oxydées des gisements de cuivre. L’usage de paratacamite (chlorure de cuivre) est connue dès l’Ancien Empire (3000 à 2130 av. J.C.), ainsi qu’aux époques postérieures. L’atacamite est attestée au Moyen Empire (2130 à 1550 av. J.C.). La pâte de verre, enfin, a été utilisée à toutes les époques. On l’obtient en changeant les proportions des composés de cuivre/calcaire avant la cuisson du mélange conduisant à la synthèse du bleu égyptien7. Le vert s’obtient parfois à partir d’un mélange de bleu égyptien et d’ocre jaune.

Les pigments jaunes

  • 8 LE FUR D., DELCROIX G., Caracterisation des matériaux et techniques de la peinture murale à Karnak (...)
  • 9 JAKSCH H., ABD EL RAZEQ H., M. ELGORESY A., Ancient Egyptian Pigments from Wall Paintings of Tombs (...)

8Les pigments jaunes, généralement attestés, sont obtenus à partir d’ocre jaune (oxyde de fer plus ou moins hydraté). On en trouve près du Caire et dans les oasis du désert occidental. La cuisson de l’ocre jaune permet d’obtenir artificiellement de l’ocre rouge mais il n’est pas prouvé que les Égyptiens aient utilisé ce procédé. La jarosite, sulfate de fer et de potassium, a été identifiée dans une palette d’artiste peintre (fig. 1), découverte dans le temple de Karnak8. C’est un minéral secondaire se formant dans des conditions particulières d’altérations des grès en climat aride. Le trisulfure d’arsenic, appelé orpiment est attesté dès le Moyen Empire. Ce pigment n’existe pas en Egypte. Il proviendrait peut-être de l’Ile Saint-Jean dans la Mer Rouge ou plus vraisemblablement d’une importation en provenance d’Urmia en Asie Mineure9. Le massicot (oxyde de plomb) de couleur jaune n’est attesté qu’à l’époque tardive (1070 à 30 av. J.C.).

Les pigments rouges

  • 10 PARTINGTON J.R.,Origins and Development of Applied Chemistry. London, 1935, 138.

9Les ocres rouges, oxydes de fer anhydre sont très courants en Egypte, surtout à Tell el Amarna et dans les oasis. Le rouge minium (oxyde de plomb) n’apparaît qu’à l’époque romaine. Le réalgar, sulfure d’arsenic rouge-orangé est attesté au Nouvel Empire (1550 à 1070 av. J.C.). Le cinabre, sulfure de mercure, d’un rouge éclatant n’apparaît qu’à la basse époque10. Le mélange des ocres entre eux ou avec du blanc donne de nombreuses teintes allant du jaune clair au brun foncé en passant par le rose.

Les pigments bleus11

  • 11 RIEDERER J., Recently Identified Egyptian Pigments, dans Archeometry, 16, 1974, pp. 102-10.

10La principale source de bleu est le bleu égyptien : silicate de cuivre et de calcium obtenu artificiellement par cuisson (mélange de malachite, poudre de calcaire, et de sable). L’azurite est également attestée (IVe dynastie) ; carbonate de cuivre, on en trouve dans le Sinaï et le désert oriental. Le bleu de cobalt a été suggéré, mais ce pigment semble lié aux glaçures des céramiques et n’a jamais été obtenu indépendamment. L’obtention de la coloration bleue dans la céramique se faisait lors de la cuisson.

  • 12 ALDRED C., Le Trésor des Pharaons, La joaillerie égyptienne de la période dynastique Tallandier, Pa (...)

11Les Egyptiens ont essayé de trouver des substituts naturels et artificiels à leurs pierres précieuses12. Ce qu’ils recherchaient, c’était une substance bleu-foncé imitant le lapis-lazuli. Cette pierre n’existe pas en Egypte. Elle provient de Badakschan (nord-est de l’Afghanistan) et de la région près du lac Baïkal. A l’époque prédynastique, ils avaient déjà trouvé le moyen de cuire de la poudre de quartz pour obtenir une substance compacte de couleur verte ou bleue à partir de composés à base de cuivre. Le bleu égyptien fut exporté à Rome à l’époque impériale et servait de couleur aux fresquistes des maisons et palais.

  • 13 VITRUVE, De Architectura VII, 11. Édition S. Ferri, Rome, 1960.

12Pour le désigner, plusieurs noms furent employés : le bleu cœruleum, le bleu vestorien ou le bleu romain qui fut l’ancienne dénomination du bleu pompéïen. La fabrication de ce bleu artificiel était déjà connue et suggérée dans certains textes antiques. L’architecte romain Vitruve en donne le mode de fabrication : un mélange aggloméré de sable, fleur de nitre (nitrate de potasse ou salpêtre) et de copeaux de cuivre cuits au four13. Certains textes de la bibliothèque d’Assurbanipal (viie siècle av. J.C.) attestent également la production du bleu égyptien.

  • 14 WIEDMANN H. G., BAYER G., Ägyptisch Blaü, ein synthetisches Farbpigment des Altertums, wissenschaft (...)
  • 15 NOLL W., HANGST K., Grün und Blaupigmente der Antike, dans N. Jb. Miner, mh., 12, 1975, pp. 529-540

13A partir de produits chimiques purs et un fondant alcalin, Wiedmann effectue en 1976 une synthèse et obtient une coloration bleue intense14. En 1979, Noll propose une chronologie des pigments15, confirmée par Jaksch en 1985 sur 83 échantillons de l’Ancien Empire jusqu’à l’époque tardive.

Technique de la peinture murale

14De nombreuses peintures inachevées permettent de suivre les différentes étapes de leur exécution. La paroi dressée, l’artiste commençait par tracer au pinceau ou « battre » sur l’enduit ou la pierre polie, avec une corde trempée dans de la couleur rouge. Les horizontales séparaient les registres, et les réseaux de carreaux déterminaient les proportions des figures et des hiéroglyphes (Schéma 1). Le dessin préparatoire, en rouge, était s’il y en avait lieu, repris et corrigé en noir. La peinture était alors exécutée par aplats, sur lesquels on superposait les détails.

Schéma N° 1. Représentation du Roi Thoutankhamon (mur Sud de sa tombe à Thèbes). Reconstitution de la grille déterminant les proportions du personnage.

  • 16 VIELLECAZES C., LE FUR D., Essai d’identification de liants issus de peintures murales (site de Kar (...)

15Les peintures égyptiennes sont des détrempes. Les pigments étaient broyés et agglutinés avec un peu de liant à base de gomme d’acacia-nilotica16. Les mélanges étaient appliqués sur des fonds secs (mélange de gypse, poudre de calcaire, et de sable), et ne s’incorporant pas à eux (fig. 2). Les pinceaux étaient fabriqués avec des bâtonnets de bois fibreux de palmes, et utilisés chacun pour une couleur particulière (fig. 3).

Fig. 2b. Observation au microscope électronique M.E.B. (x 5000) de la morphologie de l’enduit (plaquettes de gypse et d’anhydrite).

Fig. 2a. Vue stratigraphique d’une couche picturale de bleu égyptien sur son enduit d’origine (plâtre, poudre de calcaire et sable).

Fig. 3. Paquet de pinceaux et de brosses ficelés avec une corde torsadée, utilisée pour tracer les lignes horizontales et verticales sur la paroi (exposé au Musée du Caire).

Conclusion

16Depuis que les monuments égyptiens ont été déblayés et livres aux variations climatiques, les parois peintes fragilisées, se sont altérées rapidement. La préservation des peintures des nécropoles et des temples est l’une des préoccupations actuelles de l’Organisation des Antiquités de l’Egypte. On ne saurait donc intervenir dans la conservation et dans la restauration de ces édifices sans une connaissance parfaite des matériaux et des techniques utilisés par les artistes égyptiens.

Notes

1 LERMUZIAUX A., Le secret des peintures égyptiennes, dans Science et Avenir, 1971, p. 62.

2 LUCAS A., Ancient Egyptian Materials and Industries, 4e édition, 1962, Edward Arnold, London, p. 338-353.

3 CARRIVEAU G.W. and al., Identification of the Forbes Collection Pigments, dans actes, Congrès IIC, Copenhague, 1984, pp. 83-84.

4 JAKSCH H., Farbpigmente aus Wandmalerein altägyptischer und Tempel. Thèse Heidelberg, 1985.

5 HARRIS J.R., Lexicographical Studies in Ancient Egyptian Minerals, Akademie-Verlag GmbH, Berlin, 1961.

6 DANIEL F., Les polychromies égyptiennes de l’Ancien Empire du Musée du Louvre. Etude des pigments, dans Conservation, Restauration des Biens Culturels. Recherches et techniques actuelles, Paris 15, 16 octobre 1987, p. 120.

7 ULLRICH D., Reconstructing the Ancient Technique for Producing Green Frit and Egyptian Blue, dans Abstracts IVth ICE, 1985, Munich, pp. 244-246.

8 LE FUR D., DELCROIX G., Caracterisation des matériaux et techniques de la peinture murale à Karnak à des fins de conservation et de restauration. Congrès International d’Egyptologie, Munich, Août 1985.

9 JAKSCH H., ABD EL RAZEQ H., M. ELGORESY A., Ancient Egyptian Pigments from Wall Paintings of Tombs and Temples : Technologies of Production and their Possible Provenance. Abstracts IVth ICE, 1985, Munich, pp. 101-102.

10 PARTINGTON J.R.,Origins and Development of Applied Chemistry. London, 1935, 138.

11 RIEDERER J., Recently Identified Egyptian Pigments, dans Archeometry, 16, 1974, pp. 102-10.

12 ALDRED C., Le Trésor des Pharaons, La joaillerie égyptienne de la période dynastique Tallandier, Paris, 1979, p. 17.

13 VITRUVE, De Architectura VII, 11. Édition S. Ferri, Rome, 1960.

14 WIEDMANN H. G., BAYER G., Ägyptisch Blaü, ein synthetisches Farbpigment des Altertums, wissenschaftlich betrachtet, dans Bulletin Sandoz, n° 40, 1976, pp. 20-40.

15 NOLL W., HANGST K., Grün und Blaupigmente der Antike, dans N. Jb. Miner, mh., 12, 1975, pp. 529-540.

16 VIELLECAZES C., LE FUR D., Essai d’identification de liants issus de peintures murales (site de Karnak). Congrès Master Art, Paris, Avril 1987.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Palette d’artiste peintre découverte dans les temples de Karnak : a) Pilon en basalte, b) Coquillage de la mer rouge contenant de la calcite, c) Petit pot servant à délayer les couleurs, d) Fragments de chrysocolle, e) Pot en terre cuite contenant de la jarosite, f) Hématite, g) Pot en terre cuite contenant de l’hématite mélangée à de l’argile, h) Bleu égyptien.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Schéma N° 1. Représentation du Roi Thoutankhamon (mur Sud de sa tombe à Thèbes). Reconstitution de la grille déterminant les proportions du personnage.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 2b. Observation au microscope électronique M.E.B. (x 5000) de la morphologie de l’enduit (plaquettes de gypse et d’anhydrite).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8163/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 2a. Vue stratigraphique d’une couche picturale de bleu égyptien sur son enduit d’origine (plâtre, poudre de calcaire et sable).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8163/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 3. Paquet de pinceaux et de brosses ficelés avec une corde torsadée, utilisée pour tracer les lignes horizontales et verticales sur la paroi (exposé au Musée du Caire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8163/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteur

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540