Version classiqueVersion mobile

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Session C. Matériaux et traditions techniques : des données pour l'histoire de l'art, l'histoire des techniques, l'histoire économique et sociale

Pigments et colorants dans la Mappae Clavicula

Robert Halleux

Texte intégral

Introduction

1La Mappae Clavicula est le plus célèbre des recueils médiévaux de « recettes techniques ». A ce titre, elle est souvent utilisée par les archéologues, les historiens d’art, les restaurateurs et les physico-chimistes qui analysent des objets anciens. En réalité, la Mappae Clavicula ne constitue qu’un chaînon d’une foisonnante tradition littéraire dont l’exploitation nécessite des précautions méthodologiques particulières.

2Quoique les historiens n’en utilisent qu’un petit nombre, les recettes techniques se trouvent partout : dans les marges et les blancs des manuscrits, sur les pages de garde, ou réunies dans des recueils spéciaux. Ces réceptaires ont été inventoriés très partiellement par Daniel V. Thompson, Pierre Cézard, François Avril. On y trouve, en vrac, des procédés de tout genre : métallurgie, verrerie, cuisine, pharmacie, teinture, pigments, agriculture, magie amusante.

3On se trompe en voyant dans la recette la transposition fidèle des gestes de l’artisan. Entre la pratique vivante et le texte publié s’interposent des écrans filtrants qui modifient régulièrement l’image. Tout d’abord, la pratique artisanale se transmet oralement, du père au fils, du patron à l’apprenti. La mise par écrit est le fait d’hommes doctes, parfois étrangers au métier (sauf, peut-être, pour l’enluminure). La coexistence, pour le même procédé, de versions élaborées (Vollrezepte) et de simples aide-mémoire (Kurzrezepte) montre l’importance du non-écrit : ce qui va de soi, et ce qui fait le tour de main particulier, le secret de fabrication, tout cela est réservé pour l’exposé oral.

4Une fois mise par écrit, la recette vit d’une vie autonome, indépendante de la pratique. Elle se recopie de manuscrit en manuscrit, que le procédé soit encore appliqué ou non. Dans cette littérature conservatrice, des bouts de textes antiques aboutissent jusqu’au xvie siècle. Au fil de la tradition, le copiste, praticien ou non, ne se prive pas d’ajouter des ingrédients ou des opérations, d’en supprimer, d’en modifier, de contaminer deux recettes. Très souvent, il doit interpréter un modèle peu lisible écrit cursivement.

5Dans ces conditions, utiliser une recette isolée pour fonder une analyse ou une reconstitution n’a pas de sens. Il faut constituer des séries, aussi fournies que possible, et à l’intérieur de ces filières prendre un compte minutieux des ressemblances et des différences, reconstituer la structure opératoire fondamentale (l’ur-rezept), et dresser le stemma de ses états successifs.

6Cette méthode peut avantageusement recourir à l’ordinateur. A l’Université de Liège, le projet THEOREMA étudie de cette manière les recettes médicales. Sur un corpus de 29.382 recettes du ier au xe siècle, des logiciels permettent de repérer les récurrences de 2, 3, 4, 5 substances associées.

7Un réceptaire apparaît ainsi comme la superposition de plusieurs strates. A chacune d’entre elles correspond un niveau lexical spécifique. Les substances changent de nom, et les noms changent de substance. Ainsi, pour les rouges, minium, cinnabari, sandaraca, sang de dragon, uzifur, terre de sinope désignent des substances différentes au fil du temps. Malgré les travaux de Gino Testi, de Hans Lüschen, de Dietlinde Goltz, ce lexique reste à faire, en utilisant les glossaires anciens et les descriptions des substances dans les recueils alchimiques et pharmaceutiques. On le sait, les drogues médicinales s’appellent, au Moyen-Âge, pigmenta et l’apothicaire pigmentarius. C’est chez lui que le peintre, l’enlumineur, le médecin et l’alchimiste vont s’approvisionner.

8Dernier piège sur le chemin de la reconstitution, la composition chimique des ingrédients. On ne reconstitue pas une recette avec des produits chimiques modernes et des plantes de son jardin. Le chimiste ancien travaille sur des substances dont la pureté était variable. Les minéraux sont impurs, et caractéristiques du gisement dont ils portent le nom (cinabre de Sisapo - Almaden). Produits végétaux, minéraux et animaux étaient souvent falsifiés par les marchands de drogues. Cependant, l’opérateur médiéval se trouvait dans la même situation que nous lorsqu’il s’efforçait d’appliquer, à Paris, une recette de Razi.

9Tels sont les problèmes critiques que l’on se propose d’illustrer par l’exemple de la Mappae Clavicula.

La Mappae Clavicula, texte composite

10La Mappae Clavicula est connue par trois manuscrits principaux : Corning Museum of Glass, anciennement Collection Thomas Phillipps (xiie siècle) ; Sélestat 17 (fin xe siècle) ; Glasgow, Hunterian, 110 (xive siècle) dont le texte correspond à celui du manuscrit Corning. De vastes extraits sont transmis par un vieux florilège compilé en Italie du Sud vers l’an mil, dont il reste trois manuscrits : Cava 3 (début xiie s.), Madrid 19 (début xiie s.), Paris BN latin 7418 (début xive s.). Enfin, des séquences plus ou moins longues de recettes sont éparses dans de nombreux manuscrits. Utiles pour l’édition critique, elles ne peuvent guère contribuer à l’histoire du texte. La comparaison de ces divers témoins permet d’identifier trois niveaux.

1. Le noyau primitif, un texte alchimique

11Le manuscrit de Sélestat s’ouvre par une table de 197 numéros. De cette table, les 39 premiers numéros correspondent à des recettes effectivement présentes dans ce manuscrit. La suite y est perdue, des feuillets ont été sectionnés au canif. D’autre part, les 124 premiers numéros de la table correspondent à des recettes conservées dans le manuscrit Phillipps-Corning, quoique un rubricateur négligent y ait quelquefois mal placé les titres. Les recettes correspondant aux numéros 125 à 197 de la vieille table ne sont pas conservées dans les manuscrits principaux, mais quelques-unes ont survécu dans le vieux florilège.

12Ces 197 premières recettes constituent la Mappae Clavicula primitive, exclusivement consacrée au travail des métaux et des pierres précieuses. La plupart des recettes possèdent des parallèles littéraux dans les papyrus de Leyde et de Stockholm, dans la Collection des alchimistes grecs, dans les écrits syriaques mis au nom de Zosime et de Démocrite. En fait, il s’agit de la traduction d’un traité grec d’alchimie, et on a pu démontrer que le titre absurde Mappae Clavicula « petite clé de la serviette » était un contre-sens sur Kleidion cheirokmeton « petite clé des tours de main », titres attestés en grec. La traduction, difficile à dater, pourrait remonter au ve siècle.

2. Les compositions de Lucques

13On sait depuis longtemps que les textes qui suivent dans le manuscrit Phillipps (et ceux qui suivent la lacune du manuscrit de Sélestat) sont pour la plupart identiques, mais que leur ordre est différent. On y trouve :

  1. des procédés de construction, et des indications sur les proportions en architecture, comme il en existe chez les architectes latins tardifs ou dans le corpus des arpenteurs romains ;

  2. deux tables de poids spécifiques des métaux, souvent présentes dans la tradition manuscrite de Vitruve ;

  3. des recettes relatives à l’art militaire (machines et compositions incendiaires) traduites du grec et parallèles à celles de Julius Africanus ou d’autres tacticiens tardifs ;

  4. un réceptaire relatif à l’artisanat de luxe : coloration du verre et mosaïque, dorure, teinture des tissus, des peaux, du bois, de l’os, pigments divers.

14Cette dernière section correspond, en désordre, aux Compositions de Lucques. Il s’agit d’un vénérable recueil de recettes conservé à la fin du manuscrit 490 de la Bibliothèque Capitulaire de Lucques qui fut copié à Lucques entre 780 et 815.

15Les manuscrits de Lucques, de Sélestat et de Corning sont indépendants l’un de l’autre : c’est tantôt l’un, tantôt l’autre qui conserve le texte plus complet d’une recette ou d’une série de recettes. Leur désordre n’est qu’apparent : les déplacements correspondent à des groupes homogènes. Les feuillets du manuscrit de Lucques sont labiles et ont été mal ordonnés. Il en va sans doute de même pour les archétypes des manuscrits S et P. Les tableaux qui suivent comparent les structures des trois manuscrits.

16Le contenu des Compositiones est hybride. A côté des recettes subsistent quelques chapitres tirés d’un herbier, un glossaire des substances et des fragments d’histoire naturelle sur la génération des métaux. Les recettes sont manifestement traduites du grec, certaines sont même simplement translittérées. Ce qui se laisse ainsi reconstituer du grec n’est pas du même niveau linguistique que la première partie. Le grec en est plus vulgaire. De même, la technique du traducteur n’est pas la même, la servilité et le barbarisme évoquent la traduction médicale de Ravenne et d’Afrique au vie s.

3. Le niveau le plus récent

17Reste un petit nombre de recettes propres au manuscrit P Deux d’entre elles (190, 191 Phillipps) contiennent des mots en vieil anglais et une série d’autres (195-203) des mots arabes. Or, le manuscrit London BL Royal 15 CIV (xiiie s.), f. 2v°, donnant une table du contenu, mentionne comme dernier article Liber magistri adelardi Bathoniensis qui dicitur Mappae Clavicula. Le texte correspondant ne se trouve plus dans le manuscrit. Rapprochant les deux indices, Marcelin Berthelot en conclut que les recettes en question avaient été ajoutées par Adélard à la Mappae Clavicula.

18Les recettes comprennent : trois formules de nielle, une coloration de l’or, un affinage de l’or, un alliage à dorer, une coloration d’argent, trois soudures. L’origine des recettes n’est pas facile à déterminer, quoiqu’elles présentent une certaine ressemblance générale avec celles du Liber sacerdotum, un réceptaire arabo-latin publié par Berthelot.

19Que la Mappae Clavicula ait été remaniée dans le milieu des traducteurs d’Espagne, on en trouve un indice supplémentaire dans le « Catalogue de Palerme » (ms 4° Qq 10, f. 371, début xive s.). Il s’agit du catalogue des livres d’alchimie que possédait, à la fin du xiiie s., le frère Dominique, moine au couvent de San Procolo à Bologne. On y lit (f. 37 lr, 1. 25-26) après plusieurs titres d’ouvrages en vers. Item alium librum metricum qui dicitur mappa clavicula per robertum translata de arabico in latinum qui incipit. Quere dei regnum prius et tibi cuncta dabuntur. (TK 1191). « De même, un autre livre en vers qui s’intitule Mappa clavicule, traduit par Robert de l’arabe en latin. Il commence « cherchez le royaume de Dieu d’abord et tout vous sera donné ». Steinschneider vit dans Robertus le traducteur Robert de Ketton (de Chester ou de Retines), archidiacre de Pampelune.

20Le manuscrit du frère Dominique est perdu, mais H. Schipperges a retrouvé le texte dans le ms Trier Stadtbibl. 1026/1936, xve s., f. 163r a. Il accompagne un court traité sur les couleurs et leurs mélanges intitulé incipit mappae clavicula. Or, ce texte se retrouve en tête du ms. Phillips Corning de la Mappae Clavicula, avant la préface originelle. Il est précédé d’un court poème de sept hexamètres.

Sensim per partes discuntur quaelibet artes
Artis pictorum prior est factura colorum
Post, ad mixturas convertat mens tua curas
Tunc opus exerce, sed ad unguem cuncta coerce
Ut sit ad ornatum quod pinxeris, et quasi natum
Postea multorum documentis ingeniorum
Ars opus augebit, sicut liber iste docebit.

21« C’est peu à peu, partie par partie, que s’apprennent tous les arts. L’art des peintres est précédé par la confection des couleurs. Ensuite, que votre esprit tourne ses soins vers les mélanges. Alors, passez à l’œuvre, mais soumettez tout à la rigueur, pour que ce que vous peindrez soit orné, et comme naturel. Ensuite, par bien des preuves d’ingéniosité, l’art augmentera l’œuvre, comme le montrera ce livre ».

22C’est à tort que ces hexamètres ont été considérés comme la préface de Théophile. En réalité, ce poème est interpolé dans deux manuscrits de Théophile, le BL Egerton 840 A (olim Cambridge Trinity Ms R 15 5) d’où Raspe l’a tiré pour son édition, et le BN 6741 (ms de Jean le Bègue). Ces deux manuscrits sont d’ailleurs interpolés d’autres extraits de la Mappae Clavicula.

De quelques précautions critiques

23Ainsi, le plus célèbre vade-mecum d’artisan rassemble, en réalité, des débris de textes divers par le genre, l’époque, le niveau lexical. Le noyau primitif est un texte alchimique, peut-être écrit au ive siècle et traduit au ve s.. La tradition y a joint les fragments d’une encyclopédie technologique dont une section, écrite en grec vulgaire, fut probablement traduite au vie siècle. Enfin, un manuscrit fut, au xiie s., enrichi de formules alchimiques traduites de l’arabe. Cette hétérogénéité n’est pas sans conséquences sur les problèmes d’interprétation.

24Toutes les recettes n’ont pas le même rapport à la pratique réelle. Dans un texte alchimique, des procédés réels, reproductibles, coexistent avec de pures expériences de pensée.

25De même, le vocabulaire est complètement différent : le vert-de-gris est aerugo dans la partie alchimique etiarin dans la partie apparentée aux compositions. On observe semblablement les doublets indicum et lulacium, pour l’indigo : ancusa ou lacca, pour l’orcanette ; aes ustum et cecucecaumenon pour le cuivre brûlé, caeruleum et quianuspour le bleu de cuivre, chalcanthum et bitriolum pour le sulfate de cuivre etc.

26Importante, enfin, est la différence des époques, puisque le même mot n’a pas désigné la même substance tout au long du Moyen Âge. Pour le copiste ou l’opérateur, la littérature pharmaceutique de son temps - herbiers et synonymies - constitue la référence indispensable, au point d’intégrer souvent des chapitres d’herbiers dans les réceptaires. Cette littérature est donc notre meilleure base pour l’identification des substances. Encore faut-il choisir les parallèles pertinents. Les identifications de substances employées dans la partie alchimique se feront avec le secours de Dioscoride, de Galien, et des lexiques grecs d’alchimie. Pour les Compositions de Lucques on consultera le Corpus Glossariorum Latinorum, l’Oribase latin ou le De simplicibus medicamentis ad Paternianum dont certains chapitres ont été repris par le copiste. Enfin, pour le niveau le plus récent, il faudra se reporter aux synonymies et aux herbiers de Salerne comme Platearius, l’Alphita ou la Synonoma Bartholomei.

27Ces quelques observations s’appliquent, sans grand changement, à tous les recueils des recettes. Qu’elles soient médicales, techniques et alchimiques, elles constituent un genre qui a ses règles propres d’interprétation. S’y attaquer avec son Gaffiot et un livre de chimie est le plus sûr moyen de dériver.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search