Version classiqueVersion mobile

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Session B. Mesurer, caractériser, désigner, mémoriser les couleurs

Couleur, nature et origine des pigments verts employés en peinture murale gallo-romaine

François Delamare, Laurent Delamare, Bernard Guineau et Gilles-Serge Odin

Texte intégral

Introduction

1Ce travail se fixe deux buts. Le premier est d’esquisser un tableau général de l’emploi des verts en Gaule romaine. Le second est de montrer l’importance de l’apport potentiel des Sciences de la Terre (Géologie et Minéralogie) dans ce domaine. Nous verrons qu’elles permettent d’aller plus loin dans l’exploitation des données acquises par les pratiques analytiques liées à la seule Science des Matériaux et d’aborder le problème des sources de pigments verts.

2Pourquoi avoir choisi les verts ? Les teintes vertes, comme les violettes d’ailleurs, peuvent être réalisées avec des matériaux homogènes de cette couleur, ou bien par mélange ou superposition de deux autres couleurs (ici, le bleu et le jaune). Qu’elles soient réalisées à partir de pigments ou de colorants, que ceux-ci soient naturels ou artificiels, on peut espérer observer, grâce à cette triple possibilité de choix, une plus grande variété des matériaux employés pour les verts que, par exemple, pour les rouges ou les bleus.

3Pourquoi se restreindre à la peinture murale ? Nous sommes convaincus qu’exception faite des décors allant au feu, les mêmes pigments furent utilisés quels que fussent les supports. Or c’est certainement parmi les nombreux décors muraux peints trouvés sur toute l’étendue de l’Empire, que l’on trouve la plus riche collection de couches picturales d’époque romaine. Ce choix n’implique donc aucunement une restriction, mais donne, au contraire, accès à un matériel très abondant, dont le principal défaut est d’être trop rarement daté. De plus, il existe des textes techniques contemporains des couches picturales étudiées : ils décrivent la nature et l’origine des pigments, ainsi que les techniques de réalisation des couches picturales murales.

Les verts en peinture murale romaine : la bibliographie

  • 1 VITRUVE, « de Architectura », Livre VII.
  • 2 PLINE, « Naturalis Historia », Livres XXXIII, XXXIV et XXXV
  • 3 DIOSCORIDE, « de Materia Medica », Livre V.
  • 4 S. AUGUSTI, « I Colori Pompeiani ». De Luca, Roma, 1967.
  • 5 P. et L. MORA, P. PHILIPPOT, « La conservation des peintures murales » Bologne, 1977.
  • 6 M.H. GHISDAL, « Les pigments minéraux dans la peinture romaine » Mémoire de licence, Louvain, 1988.

4Pour la période qui nous retient, trois textes anciens nous intéressent : ceux de Vitruve1, Pline l’Ancien2. et Dioscoride3. Ils ont fait l’objet de nombre de tentatives d’interprétation dues à l’obscurité de certains des termes techniques employés (par exemple456). En ce qui concerne la réalisation des couleurs vertes, ces auteurs citent diverses possibilités. Ainsi, l’emploi de l’acétate de cuivre, et ses différentes recettes de fabrication. Mais ils semblent donner une réelle primauté à un pigment minéral tiré de la « chrysocolla », roche ou minéral contenant du cuivre, généralement interprétée comme étant notre actuelle malachite (CuCO3, Cu(OH)2). Dioscoride cite trois provenances possibles : Arménie, Macédoine et Chypre. Pline en énumère différentes qualités, note que leurs prix s’étagent de 12 à 28 sesterces la livre, et ajoute que ces prix élevés sont à l’origine d’un commerce de pigments de substitution moins onéreux. Parmi ceux-ci, il cite une chrysocolle artificielle ; un mélange de « caeruleum » et de « lutea », probablement mélange de bleu égyptien et d’un pigment blanc teinté à la gaude ; et enfin, de « l’appianum » argile ou terre verte (« creta viridis ») provenant du Val Appiana (Monte-Baldo, Italie). Pline précise que cette dernière constitue l’un des pigments les moins onéreux (1 sesterce la livre). Vitruve, lui, parle à peine des terres vertes. Il mentionne seulement que la meilleure vient de Smyrne.

5On retrouve donc bien dans ces textes la variété des pigments et des colorants, naturels ou artificiels, que nous espérions. Qu’en est-il dans la réalité ?

6Dans l’ensemble du monde romain, c’est par centaines que les décors peints ont été mis au jour. Dans quelques-uns d’entre eux, des fragments ont été prélevés et soumis à l’analyse pour identification du pigment. Bien que ces résultats puissent difficilement passer pour représentatifs de la pratique générale, on peut noter que dans presque tous les décors étudiés, qu’ils soient à Rome, en Italie, en Gaule, Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, Hongrie, voire même à Doura-Europos, la couleur verte des couches picturales est due à l’emploi d’une terre verte. Seule exception : Pompeï, où, sur 12 pigments verts étudiés, Augusti identifie 5 fois une terre verte, 6 fois l’acétate de cuivre et 1 fois la malachite.

7Cette quasi continuité dans le choix du pigment vert est-elle une caractéristique de la technique romaine, comme l’est l’emploi exclusif de minéraux verts à base de cuivre en Egypte ancienne ? Ou bien est-ce un effet de la non représentativité de l’échantillonnage analysé, voire de la non-prise en compte de la fonction de la couche picturale dans le décor ?

  • 7 M. FRIZOT, « L’analyse des pigments de peintures murales antiques. Etat de la question et bibliogra (...)
  • 8 R. GIOVANOLI, « Provincial roman wall painting investigated by electron microscopy »,Archaeometry, (...)
  • 9 T. GEDEON et A. NEMCSICS, « A balàcai romai villa freskoinak tecnikai vizsgàlata. Vesz prémmegyei m (...)

8A ce stade des études (on en trouvera une revue dans7, aucun auteur ne va plus loin dans l’identification des pigments. Même lorsque le terme de « glauconite » est avancé rien ne permet, en vérité, de dire plus que « terre verte », soit que l’analyse n’autorise à en dire plus8, soit qu’aucun résultat analytique ne soit présenté9. Il en est de même lorsque l’on parle de « chlorite » : nous sommes là dans le domaine des argiles, dans lequel le vocabulaire et les connaissances ont profondément évolué en vingt ans.

Les verts en peinture murale gallo-romaine

  • 10 A. BARBET, « Recueil général des peintures murales de la Gaule. I. Narbonnaise ».XXVIIe suppl. à Ga (...)
  • 11 J. GIRARDIN, « Analyses de plusieurs produits d’art d’une haute antiquité », Précis analytique des (...)
  • 12 D. HECKENBENNER, « Peintures murales romaines au pays de Sarrebourg. Le péristyle de la villa de St (...)

9L’utilisation des terres vertes comme pigments de peintures murales a déjà été constatée en Gaule, par exemple à Glanum10. Mais des pigments différents ont également été signalés ; au moins deux fois, mais, nous semble-t-il de manière non convaincante. Ainsi, à Lillebonne (Seine-Maritime), une couche picturale verte aurait dû sa couleur à « des oxydes de fer et de cuivre... ce qui semble indiquer qu’elles ont été obtenues avec un mélange d’ocre jaune et de fritte d’Alexandrie »11 c.à.d. de bleu égyptien. Nous aurions plutôt tendance à interpréter ces résultats assez vagues comme correspondant à la présence d’une terre verte contenant du bleu égyptien, ce qui, nous le verrons, est assez fréquent. De même, l’emploi de malachite est signalé à Saint-Ulrich, près de Sarrebourg12. Nous avons montré que, dans ce cas, il s’agissait sans aucun doute possible de terre verte.

  • 13 F. DELAMARE, « Les peintures murales romaines de l’acropole de Léro : étude physico-chimique et col (...)
  • 14 G.S ODIN et F. DELAMARE, « Nature et origine des phyllites vertes utilisées comme pigments dans les (...)
  • 15 F. DELAMARE, « Les terres vertes et leur utilisation en peinture murale romaine », in « Caractérisa (...)

10Notre enquête concerne des fragments de décors datés, et de fonction bien définie. Elle a commencé sur le site de Léro (île Sainte-Marguerite, Alpes-Maritimes) dont l’abondant matériel permit d’extraire suffisamment de pigment des couches picturales pour obtenir, en son temps, des déterminations sûres des minéraux des terres vertes13. L’enquête fut étendue aux sites de Lyon (rue des Farges) et du Liégeaud, près de la Croisille-sur-Brillance1415. Elle a été généralisée récemment à l’ensemble de la Gaule à l’occasion d’une A.T.P. du C.N.R.S., A. Barbet s’étant chargée de demander et de centraliser les fragments de couches picturales répondant aux critères déjà mentionnés. Nous disposions ainsi d’une centaine de fragments verts provenant de cinquante décors répartis sur une trentaine de sites. Datés du 1er s. av. au iies. ap. J.C., ils couvrent quatre siècles.

  • 16 F. DELAMARE, « Vision et mesure de la couleur », in PACT 17, op. cit.

11Lorsque cela avait un sens, les coordonnées trichromatiques (x, y, Y, C.I.E. 1931) des couleurs des couches picturales ont été mesurées. La figure 1 montre leur répartition projetée sur le plan xoy de l’espace colorimétrique correspondant16. On remarquera la proximité du nuage des points du point achromatique W.

Fig. 1. Répartition des couleurs des couches picturales murales gallo-romaines vertes (toutes fonctions confondues) dans le plan xOy de l’espace colorimétrique C.I.E. 1931. W, point achromatique. Le secteur limite approximativement la zone des verts, avec les bleus à gauche et les jaunes à droite.

Tableau I.Nature des pigments retrouvés bruts ou extraits de couches picturales (cp) murales gallo-romaines : terres vertes (TV), bleu égyptien (BE) et acétate de cuivre (VdG).

Tableau I.Nature des pigments retrouvés bruts ou extraits de couches picturales (cp) murales gallo-romaines : terres vertes (TV), bleu égyptien (BE) et acétate de cuivre (VdG).

12La moitié environ des couches picturales a été analysée par diverses méthodes : spectrométries E.D.S., Raman, absorption dans l’infrarouge et le visible, diffraction des rayons X et observation au microscope électronique à balayage. Les résultats sont nets : dans tous les cas, les pigments verts utilisés sont des terres vertes (tableau 1). Une seule fois, pour la représentation d’une feuille végétale, on note la présence d’une autre pigment vert additionnel : de l’acétate de cuivre, probablement.

  • 17 P. et L. MORA et P. PHILIPPOT, op. cit., note p. 123.

13Ces résultats confirment donc ceux obtenus dans le reste de l’Empire : l’emploi des terres vertes paraît quasi-exclusif, quelle que soit la fonction de la couche picturale dans le décor et donc, quelle que soit la catégorie à laquelle appartiennent les peintres de ces couches picturales17. Le tableau 1 met également en évidence une habitude qui semble générale en Gaule du 1er s. av. au 1er s. ap. J.C. celle d’ajouter de 3 à 5 % (en poids) de bleu égyptien - pigment artificiel et onéreux, importé, à cette époque d’Italie - à la terre verte. Cette habitude semble se perdre par la suite. On constate également que les terres vertes sont utilisées presque pures

14Peut-on aller plus loin dans l’exploitation de l’information « terre verte » ?

Glauconies et Céladonite

15Une terre verte est une roche, c.à.d. un mélange de minéraux dont l’un au moins est vert. On peut donc la caractériser par la nature des minéraux qui la composent.

16Deux minéraux peuvent lui donner sa teinte verte : une glauconie, ou bien la céladonite. Tous deux appartiennent à la famille des argiles ou phyllites, structures composées de feuillets de silicoaluminates pouvant accueillir entre eux de l’eau et divers éléments (Fe, K,...). Tous deux sont très proches par leur composition, leur structure cristalline et leur couleur. C’est ce qui explique qu’en tant que pigments, ils aient si souvent été confondus. Or, les Sciences de la Terre nous apprennent que leur mode de formation est radicalement différent.

  • 18 . G.S. ODIN, « Les glauconies, constitution, formation, âge » Thèse, Paris, 1975, C.N.R.S. n° AO 10 (...)
  • 19 G.S. ODIN et A. MATTER, « de Glauconiarum origine », Sedimentology, 28 (1981) 611.

17Les glauconies se forment dans les sédiments de mers froides, par exemple à partir de la calcite1819. C’est un matériau qui mûrit, et qui tend progressivement vers 1 état de mica glauconitique. Il n’y a donc pas UNE glauconie, mais DES glauconies. On peut les caractériser par leur maturité (couleur, morphologie des grains, teneur en potassium ou nanostructure : lamelles sphérolitiques plus ou moins développées, , la nature des minéraux associés, ou bien l’âge du gisement (datation K/Ar). Les glauconies et les sables glauconieux sont extrêmement abondants, en particulier, en Gaule (crétacé). L’identification du lieu d’extraction d’une glauconie est donc, a priori, difficile.

18La céladonite, elle, est un minéral bien défini. Elle le doit aux conditions de sa formation : une cristallisation lente dans des fissures ou des vacuoles de roches volcaniques lessivées par des eaux de ruissellement chargées en sels minéraux. On la trouve donc dans des poches, dont le volume n’excède guère le centimètre cube. Ses gîtes exploitables sont exceptionnels. II y a donc là un espoir sérieux de pouvoir les localiser, si l’on peut mettre en évidence des caractéristiques locales de ces gisements (perfection de la cristallisation, minéraux d’accompagnement), et les comparer à celles que l’on pourrait observer dans des couches picturales.

  • 20 H.A. BUCKLEY, J.C. BEVAN, K.Y. BROWN et L.R. JOHNSON ; « Glauconite and celadonite : two separate m (...)
  • 21 C.A. GRISSOM, « Green Earth », in National Gallery of Arts Pigments Book, 1987.
  • 22 « Green Marine Clays », Dev. in Sedimentology n° 45, ed. by G.S. ODIN, Elsevier, 1988.

19Comment distinguer entre glauconies et céladonite ? Chacune des méthodes physiques d’analyse montre qu’il existe des différences légères, mais significatives sur les spectres obtenus, 20, 21, 22. La nanostructure elle-même est différente, puisque les céladonites cristallisent en cristaux rectangulaires plans, ou lattes, faciles à différencier des sphérolites des glauconies.

20Il serait plus délicat de distinguer une glauconie (minéral mal cristallisé) d’une céladonite altérée, c.à.d. dont l’état de cristallisation se serait dégradé au cours du temps.

L’altération des terres vertes

21Dans l’industrie des peintures, on dit les terres vertes extrêmement stables. En fait, on sait peu de choses sur le vieillissement de ces minéraux, qui pourrait avoir eu lieu soit dans la couche picturale, soit dans le milieu géologique.

22Une couche picturale constitue un milieu ouvert, c.à.d. un milieu dont la grande surface spécifique facilite les échanges avec l’extérieur. Il est donc facilement lavé par les eaux de ruissellement, qui tendent à solubiliser et à entraîner les ions résultant de la décomposition de la terre verte. Un seul produit resterait sur place, la goethite (FeO(OH)). La figure 2 montre les profils de concentrations observés sur la coupe d’une peinture murale composée de trois couches superposées : un violet d’hématite (Fe2O3) pure, un mélange de terres vertes, et un blanc de carbonate de calcium. On constate que différents éléments chimiques ont pu diffuser à partir de la couche verte vers les couches adjacentes. C’est particulièrement net dans le cas du potassium : si l’on se fonde sur ce que nous voyons actuellement, 10 % (en poids) de cet élément aurait diffusé, se répartissant à peu près également des deux côtés. Cette altération, dont la cinétique est difficile à préciser (elle s’étend, au plus, sur 2000 ans), ne concerne guère que les 10 µm les plus superficiels, de chaque côté de la couche picturale verte. On peut donc espérer éviter ce type d’altération en n’examinant que la partie centrale des couches. De fait, on peut observer au centre de celle-ci, au microscope électronique à balayage, la présence de grandes lattes tout à fait semblables à celles de la céladonite de Brentonico.

Fig. 2. Altération d’une terre verte dans une couche picturale (milieu ouvert). Examen de la coupe d’un raccord entre un vert (céladonite ++ glauconie) et un fond violet. L’analyse se fait localement, à la microsonde électronique, suivant le tracé ab. En abscisse, les distances sont comptées par rapport à la surface de l’intonaco. En ordonnée, les concentrations élémentaires sont traduites en concentrations moléculaires. Le potassium (K) présent dans la couche verte a diffusé dans les deux couches voisines : la violette (hématite) et la blanche (calcite).

23A une échelle de temps différente, les phyllites s’altèrent aussi dans leur milieu natif, milieu fermé. On peut observer sur différents échantillons chacune des étapes de leur décomposition en goethite, et en une autre phyllite, la smectite. Cette très lente évolution s’accompagne d’un changement de couleur, qui passe progressivement du vert-bleu (céladonite) ou d’un vert un peu plus jaune (glauconies) au jaune moutarde de la goethite. C’est ce que montre la figure 3, qui regroupe - broyées à la même granulométrie - des glauconies d’origines diverses (collection Odin) et des céladonites de Brentonico prélevées dans un même filon, et dont le degré d’altération croît avec la proximité à la paroi de la roche-mère. La réaction de décomposition des céladonites est, bien sûr la même que pour les glauconies. Les couleurs évoluent donc de la même façon. On pourrait donc théoriquement extraire, dans la gamme de teintes présentes, le minéral correspondant à celle que l’on désire. En fait, si l’on veut un vert un peu franc, il convient de choisir une terre verte non altérée. Il semble bien que cela ait été le cas, au moins pour les couches picturales contenant de la céladonite et pour Léro 62, dans lequel on a trouvé des grains de glauconie entiers.

Fig. 3. Influence de l’altération des terres vertes en milieu fermé (géologique) sur leur couleur.glauconies ;céladonites ;goethite. W, point achromatique.

Les sources de céladonite

24Les gîtes exploitables sont, nous l’avons dit, extrêmement rares. En fait, ce sont des curiosités géologiques et la Gaule en est dépourvue. Il nous fallait donc localiser avec suffisamment de précision ceux situés à distance raisonnable, nous en procurer des échantillons sûrs, et analyser ceux-ci dans nos différents laboratoires.

  • 23 G. de BRIGNOLI de BRUNNHOFF, « Dissertation sur la chlorite ou terre verte de Vérone ». J. de Physi (...)

25Nous avons d’abord recherché ceux désignés par un nom de lieu. C’est à quelques kilomètres de Brentonico, dans le vaste massif du Monte-Baldo, que nous avons retrouvé les filons autrefois exploités, d’où était extraite la terre de Vérone, ou Baldogée23, .

26Si, à Brentonico, la céladonite se trouvait par kilogrammes à 200 m sous terre, à Chypre, dans le massif de Troodos, on l’exploitait à la tonne, à fleur de terre, jusqu’à tout récemment. Cette source de terre verte n’est pas citée par les auteurs anciens. En revanche, Vitruve dit que la meilleure provient de Smyrne. Or, géologiquement, il n’y a aucune chance d’en trouver dans cette région, et les géologues locaux consultés n’en connaissent pas. Smyrne aurait-elle monopolisé la production de céladonite de Chypre ?

27Tous ces échantillons, prélevés par nous, ou bien reçus du Service des Mines de Troodos ont été comparés à ceux provenant de diverses collections minéralogiques (Ecole des Mines de Paris, British Museum), et à ceux vendus dans le commerce sous des appellations « d’origine ». Les caractéristiques confirmées de quelques céladonites font l’objet du tableau II. On constate que les trois gîtes étudiés se distinguent parfaitement. La céladonite du Val di Fassa (massif du Monte-Baldo également) n’est, à notre avis, pas exploitable.

28Nous n’avons encore pu associer un seul type de roche à l’appellation de « Terre de Bohême », qui semble cependant plutôt devoir sa teinte à une glauconie.

Nature et origine des minéraux employés comme pigments verts en peinture murale gallo-romaine.

29Les résultats acquis font l’objet du tableau III. Les pigments verts y sont classés par la date du décor, et la fonction qu’y remplit la couche picturale dont il est issu. On note d’abord une certaine diversité, avec la présence de céladonites et de glauconies pures, ainsi que de mélanges naturels. Les mélanges de céladonite et de chlorite sont naturels. Ils indiquent que la céladonite s’est formée par décomposition de pyroxène, premier occupant des vacuoles. Les minéraux soulignés sont abondants dans la couche picturale examinée. Deux types de mélanges artificiels apparaissent clairement : glauconie ++ acétate de cuivre, mélange probablement effectué par le peintre, et céladonite ++ glauconie. Il faut bien noter que ce dernier type de mélange n’attire notre attention qu’à la suite des remarques du géologue sur les conditions différentes de la formation de ces deux minéraux. Un tel mélange est probablement plutôt le fait du marchand de couleurs.

Tableau III.Nature des minéraux utilisés comme pigments de peintures murales gallo-romaines : céladonite (Ce) ; glauconie (Gl) ; chlorite (Chl) ; acétate de cuivre (VdG). Les mélanges naturels sont indiqués par + et les mélanges artificiels par + +. Dans les mélanges, les minéraux les plus abondants sont soulignés.

Tableau III.Nature des minéraux utilisés comme pigments de peintures murales gallo-romaines : céladonite (Ce) ; glauconie (Gl) ; chlorite (Chl) ; acétate de cuivre (VdG). Les mélanges naturels sont indiqués par + et les mélanges artificiels par + +. Dans les mélanges, les minéraux les plus abondants sont soulignés.

30Les origines proposées tiennent compte des critères exposés dans le tableau II ou, en ce qui concerne la glauconie du Vieux-Pierrefeu (au Nord de Nice), de critères du même genre.

  • 24 A. LE BOT et M.J. BODOLEC, Histoire et Archéologie, 89 (1984) 35

31Il est intéressant de comparer LYON 1 et LYON 2. Ils proviennent de la même pièce de la même maison de la rue des Farges24. Le décor 2 était encore en place sur les murs. Le décor 1, détruit, a été en partie retrouvé sous le sol de cette même pièce. On constate qu’à environ 5 ans d’intervalle, ces deux fonds vert céladon, apparemment identiques, ne sont pas réalisés avec le même pigment. De plus, pour le décor 2, la nature du pigment employé dépend de la fonction de la couche picturale, comme si, pour ces couleurs très proches, les peintres avaient eu des fournisseurs différents, ou bien, avaient usé de pigments de prix divers. On note que la situation inverse apparaît au Liégeaud.

32Plus étonnant, la même recette, utilisant le même mélange des mêmes pigments (75 % en poids de céladonite de Brentonico, 20 % de glauconie du Vieux Pierrefeu, et 5 % de bleu égyptien) a permis la réalisation des fonds vert céladon de LYON 2 (10 av. J.C.) et de Léro (15 ap. J.C.). Qu’il s’agisse dans ce cas de mélanges préparés par un marchand de couleurs, ou bien, effectués par le peintre lui-même, on peut parler à bon droit de recette d’atelier. Cette identité des recettes repose d’ailleurs le problème de la datation de ces décors.

33Enfin, nous soulignerons que, sur les 16 couches picturales examinées ici, 12 sont réalisées avec de la céladonite importée, tantôt de l’Italie du Nord, tantôt de Chypre, tantôt d’une troisième source non encore identifiée qui fournissait le mélange céladonite + chlorite.

Les couleurs vertes disponibles

34Grâce aux échantillons réunis pour cette étude, on peut se faire une idée d’ensemble des teintes vertes mises à la disposition des peintres gallo-romains. La figure 4 regroupe les coordonnées trichromatiques de l’ensemble des minéraux disponibles broyés à une granulométrie identique très fine (environ 5 µm).

Fig. 4. Répartition chromatique des teintes vertes disponibles avec des pigments minéraux broyés grossièrement (150 µm ; ligne noire) ou finement (5 µm) : ● glauconie ; b, céladonite de Brentonico ; m, malachite de Chessy. Le secteur limite la région des teintes vertes, et l’ellipse, celle des couleurs des couches picturales gallo-romaines (figure 1).

35Le groupe des céladonites, plus bleues, est nettement distinct de celui des glauconies. L’ensemble des couleurs suit la ligne géodésique qui relie la couleur de la céladonite la plus bleue à celle de la goethite. On a ajouté, pour comparaison, la malachite provenant de la Mine Verte de Chessy-les-Mines, près de Lyon. Elle fournit des teintes peu différentes de celles des céladonites, quoique un peu plus saturées. Quelques mesures effectuées sur des grains beaucoup plus gros (environ 150 µm) extraits des couches picturales, permettent de tracer la courbe équivalente correspondant à cette granulométrie. On constate, ce qui est normal, que les couleurs obtenues sont un peu plus saturées. La comparaison des figures 1 et 4 montre que les couleurs des couches picturales vertes diffèrent peu de celles des minéraux verts broyés et purs. On retrouve donc là ce que nous avions mis en évidence par l’analyse élémentaire quantitative : les terres vertes sont employées pures. Du fait du broyage des minéraux, les couleurs disponibles sont peu saturées, (fig. 5). C’est un défaut bien connu des palettes antiques, en particulier, pour les bleus et les verts. Une astuce destinée à abuser en partie l’œil de l’observateur est signalée par Pline. Elle consistait à déposer la peinture verte sur un fond noir. Cette manière de faire, que l’on observe effectivement en peinture murale gallo-romaine, fournit une teinte plus sombre et non pas plus saturée.

Fig. 5. Saturation des pigments verts gallo-romains. Les teintes des minéraux verts broyés se répartissent dans l’étroite zone hachurée proche de W. La zone limitée par les tiretés correspond aux teintes que l’on sait actuellement réaliser matériellement.

Conclusions

36L’identification précise des pigments verts de couches picturales murales provenant de l’ensemble de la Gaule romaine, et datant du 1er s. av. au iiie s. ap. J.C. permet de se faire une idée plus précise de leur nature et de leur emploi. Contrairement à ce que suggèrent les textes techniques contemporains, les pigments verts employés sont presque exclusivement des terres vertes. Ils ne permettent d’obtenir que des teintes peu saturées.

37On s’est attaché à identifier les minéraux composant ces terres vertes (céladonites, glauconies et minéraux associés). On peut ainsi mettre en évidence une variété certaine des approvisionnements, des mélanges artificiels et une recette d’atelier. L’identification des sources de céladonite et la collecte d’échantillons d’origine sûre a permis de commencer un répertoire des particularités locales des céladonites provenant des différents gîtes exploitables. Grâce à lui, on peut montrer que la plupart des pigments verts utilisés en Gaule étaient importés d’Italie du Nord (terre de Vérone, ou, plus précisément, de Brentonico), de Chypre, et au moins d’une troisième source non encore identifiée. Autant de faits à verser au dossier du commerce des pigments à cette époque.

Notes

1 VITRUVE, « de Architectura », Livre VII.

2 PLINE, « Naturalis Historia », Livres XXXIII, XXXIV et XXXV

3 DIOSCORIDE, « de Materia Medica », Livre V.

4 S. AUGUSTI, « I Colori Pompeiani ». De Luca, Roma, 1967.

5 P. et L. MORA, P. PHILIPPOT, « La conservation des peintures murales » Bologne, 1977.

6 M.H. GHISDAL, « Les pigments minéraux dans la peinture romaine » Mémoire de licence, Louvain, 1988.

7 M. FRIZOT, « L’analyse des pigments de peintures murales antiques. Etat de la question et bibliographie », Revue d’Archéométrie, 6 (1982) 47.

8 R. GIOVANOLI, « Provincial roman wall painting investigated by electron microscopy »,Archaeometry, 11 (1969) 53.

9 T. GEDEON et A. NEMCSICS, « A balàcai romai villa freskoinak tecnikai vizsgàlata. Vesz prémmegyei mùzeumsk kozleményei » (1964) 459.

10 A. BARBET, « Recueil général des peintures murales de la Gaule. I. Narbonnaise ».XXVIIe suppl. à Gallia. 1974.

11 J. GIRARDIN, « Analyses de plusieurs produits d’art d’une haute antiquité », Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen (1851-52) 142.

12 D. HECKENBENNER, « Peintures murales romaines au pays de Sarrebourg. Le péristyle de la villa de St. Ulrich » Catalogue de l’exposition, Sept. 1985).

13 F. DELAMARE, « Les peintures murales romaines de l’acropole de Léro : étude physico-chimique et colorimétrique des fonds verts et blancs », Revue d’Archéométrie, 7 (1983) 7.

14 G.S ODIN et F. DELAMARE, « Nature et origine des phyllites vertes utilisées comme pigments dans les peintures murales romaines en Gaule : céladonite et glauconie » C.R. Acad. Sc., t 302, Série II, 11 (1986) 745.

15 F. DELAMARE, « Les terres vertes et leur utilisation en peinture murale romaine », in « Caractérisation et datation de la peinture pariétale et murale antique », PACT 17, ed. by T. HACKENS, B. HELLY et F. DELAMARE, Louvain, 1989.

16 F. DELAMARE, « Vision et mesure de la couleur », in PACT 17, op. cit.

17 P. et L. MORA et P. PHILIPPOT, op. cit., note p. 123.

18 . G.S. ODIN, « Les glauconies, constitution, formation, âge » Thèse, Paris, 1975, C.N.R.S. n° AO 10611.

19 G.S. ODIN et A. MATTER, « de Glauconiarum origine », Sedimentology, 28 (1981) 611.

20 H.A. BUCKLEY, J.C. BEVAN, K.Y. BROWN et L.R. JOHNSON ; « Glauconite and celadonite : two separate mineral species », Mineralogical Mag, 42 (1978) 373.

21 C.A. GRISSOM, « Green Earth », in National Gallery of Arts Pigments Book, 1987.

22 « Green Marine Clays », Dev. in Sedimentology n° 45, ed. by G.S. ODIN, Elsevier, 1988.

23 G. de BRIGNOLI de BRUNNHOFF, « Dissertation sur la chlorite ou terre verte de Vérone ». J. de Physique, de Chimie et d’Histoire Naturelle et des Arts, XC (1820) 355 et 423.

24 A. LE BOT et M.J. BODOLEC, Histoire et Archéologie, 89 (1984) 35

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Répartition des couleurs des couches picturales murales gallo-romaines vertes (toutes fonctions confondues) dans le plan xOy de l’espace colorimétrique C.I.E. 1931. W, point achromatique. Le secteur limite approximativement la zone des verts, avec les bleus à gauche et les jaunes à droite.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Tableau I.Nature des pigments retrouvés bruts ou extraits de couches picturales (cp) murales gallo-romaines : terres vertes (TV), bleu égyptien (BE) et acétate de cuivre (VdG).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 2. Altération d’une terre verte dans une couche picturale (milieu ouvert). Examen de la coupe d’un raccord entre un vert (céladonite ++ glauconie) et un fond violet. L’analyse se fait localement, à la microsonde électronique, suivant le tracé ab. En abscisse, les distances sont comptées par rapport à la surface de l’intonaco. En ordonnée, les concentrations élémentaires sont traduites en concentrations moléculaires. Le potassium (K) présent dans la couche verte a diffusé dans les deux couches voisines : la violette (hématite) et la blanche (calcite).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 3. Influence de l’altération des terres vertes en milieu fermé (géologique) sur leur couleur.glauconies ;céladonites ;goethite. W, point achromatique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau II.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Tableau III.Nature des minéraux utilisés comme pigments de peintures murales gallo-romaines : céladonite (Ce) ; glauconie (Gl) ; chlorite (Chl) ; acétate de cuivre (VdG). Les mélanges naturels sont indiqués par + et les mélanges artificiels par + +. Dans les mélanges, les minéraux les plus abondants sont soulignés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 4. Répartition chromatique des teintes vertes disponibles avec des pigments minéraux broyés grossièrement (150 µm ; ligne noire) ou finement (5 µm) : ● glauconie ; b, céladonite de Brentonico ; m, malachite de Chessy. Le secteur limite la région des teintes vertes, et l’ellipse, celle des couleurs des couches picturales gallo-romaines (figure 1).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8134/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 5. Saturation des pigments verts gallo-romains. Les teintes des minéraux verts broyés se répartissent dans l’étroite zone hachurée proche de W. La zone limitée par les tiretés correspond aux teintes que l’on sait actuellement réaliser matériellement.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8134/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search