Version classiqueVersion mobile

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Allocution de bienvenue prononcée par M. Louis Holtz, Directeur de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes du CNRS

Texte intégral

1Mesdames, Messieurs, mes chers Collègues,

2C’est Monsieur André Tchernia qui aurait dû, au nom du département des Sciences de l’Homme et de la Société, prononcer le premier, en ouvrant ce colloque du CNRS, les paroles de bienvenue. Il ne peut être des nôtres ce matin, mais nous rejoindra en début d’après-midi. A ce moment-là, lorsque nous nous remettrons au travail après le déjeuner, il nous dira lui-même tout le bien qu’il pense - je ne peux en douter - de l’initiative prise par quelques équipes françaises d’organiser un colloque international pluridisciplinaire consacré aux pigments et aux colorants employés dans l’Antiquité et dans le Moyen-Age, du moins jusqu’à la fin du xiie siècle, pour des techniques telles que l’enluminure, la teinture et la peinture.

3La foule nombreuse réunie ici est un gage de succès et couronne amplement les efforts des organisateurs. L’idée première est venue de la « Jeune équipe » du CNRS connue sous le titre « Étude des pigments, histoire et archéologie », dont les responsables sont MM. Jean Vézin et Bernard Guineau, et au sein de laquelle collaborent déjà des historiens et des chimistes. Connaissant l’importance qu’à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes nous accordons à la miniature médiévale, ils sont venus me faire part un jour de leur projet : réunir, en des journées d’étude, des spécialistes des couleurs, les uns historiens d’art et imagiers, les autres physiciens et chimistes, et approfondir entre eux les contacts déjà établis entre ces disciplines, c’est-à-dire transporter sur une scène beaucoup plus vaste le dialogue permanent entre scientifiques et historiens qui caractérise leur propre équipe, et, ce faisant, étendre la réflexion à d’autres techniques que celles de la miniature en conviant archéologues, spécialistes des peintures murales et des teintures sur tissus, à mettre en commun leur expérience avec celle des spécialistes qui étudient les colorants utilisés pour l’enluminure des livres.

4Notre colloque témoigne donc d’un double souci d’interdisciplinarité. D’un côté le dialogue entre physiciens ou chimistes et historiens, dans lequel, je me dois de le souligner ici, les demandeurs sont les historiens ; de l’autre, interdisciplinarité entre secteurs relevant de l’histoire : histoire du livre, histoire de l’art, et divers types d’histoire des techniques en rapport avec l’archéologie. Le Centre National de la Recherche Scientifique est le lieu naturel de pareilles rencontres, mais j’ai été particulièrement touché que nos collègues aient spontanément pensé à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes pour assurer la réalisation de leur projet. En effet, la pluridisciplinarité, la rencontre permanente entre spécialistes de disciplines différentes et complémentaires pour collaborer à l’étude d’un même objet, le livre manuscrit, texte et support, voilà l’une des principales caractéristiques de l’institut que j’ai l’honneur de diriger, et cet objectif n’a pas changé depuis la fondation de l’IRHT en 1937.

5Prenant en mains avec la jeune équipe Guineau-Vézin l’organisation de notre colloque, j’ai tout de suite demandé au Centre de Recherche sur la Conservation des Documents graphiques du CNRS, animé et dirigé par notre collègue et amie Madame Flieder et dont les travaux de pointe et les initiatives sont internationalement connus, d’accepter de prendre place parmi les organismes co-invitant à la manifestation de ces jours-ci. Je remercie Madame Flieder d’avoir mis de notre côté le poids de son expérience et le renom de son équipe.

6C’est alors que nous avons choisi Orléans comme lieu de notre colloque, et je dois à ce sujet quelques mots d’explication.

7Vous comprenez bien que lorsque nous avons fait ce choix, ce n’était pas pour éviter les inconvénients d’une grève imprévisible des transports parisiens. En fait, plusieurs motifs nous engageaient à préférer Orléans à Paris. Et d’abord l’implantation à Orléans, au centre Augustin-Thierry, de notre section d’iconographie, fondée et dirigée il n’y a pas si longtemps par Monsieur l’abbé François Garnier ; mais aussi l’orientation de ces trois journées, tournées vers la rencontre entre littéraires et scientifiques. Ici, à Orléans, sur le campus du CNRS, toutes les équipes de recherche appartiennent à d’autres secteurs que les sciences humaines, sauf l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes et le Centre de recherche sur la numismatique antique Ernest-Babelon, au sein duquel, dans un autre domaine, celui de l’analyse des métaux constituant les monnaies antiques, collaborent, et de façon institutionnelle, physiciens et historiens. Il nous est apparu tout de suite qu’il serait bon, vu la similitude des démarches, d’organiser notre rencontre tout près du Centre Ernest-Babelon, et je remercie chaleureusement son directeur, Jean-Noël Barrandon, qui ausculte les monnaies anciennes dans le cyclotron, de bien vouloir prendre part de façon active à notre colloque. Je rappelle en passant que ce soir, entre 17 h 30 et 18 h 30, une double visite permettra aux participants de faire connaissance avec le Centre Augustin Thierry de l’Institut de recherche et d’histoire des textes et, sous la conduite de Jean-Noël Barrandon, avec le cyclotron du CERI.

8Mais le campus d’Orléans est également le siège du « Bureau de recherches géologiques et minières », qui nous reçoit aujourd’hui dans ses locaux si modernes et si confortables, et dont plusieurs spécialistes sont directement intéressés par notre thème. Nous devons particulièrement remercier M. Claude Guillemin, inspecteur général honoraire au Bureau de recherches géologiques et minières, et ses collègues pour leur hospitalité et la qualité de leur accueil. Nulle part mieux qu’ici, les conditions matérielles se trouvent réunies pour que notre colloque se déroule avec efficacité et harmonie.

9En définitive, le campus d’Orléans nous a semblé prédestiné pour un colloque appelé à approfondir le dialogue entre sciences exactes et historiens, et l’on peut même estimer qu’il y a là une vocation spécifique de ce campus et de la 8e circonscription administrative du CNRS. J’ajouterai enfin que, même quand il n’y a pas de mouvements sociaux, il est plus difficile de se concentrer pendant trois jours à Paris, sollicité comme on est par toute sorte de distractions. Ici au moins, vous ne serez tentés que par les distractions que nous avons prévues pour vous !

10Ainsi donc, nous avons demandé à M. le Maire d’Orléans de bien vouloir placer notre colloque sous son haut patronage. Il nous recevra ce soir, comme nous recevra demain le conservateur de la bibliothèque municipale, M. Déguilly, qui a accepté d’organiser à notre intention une exposition de manuscrits enluminés originaires de Fleury-sur-Loire, exposition qui nous réunira demain matin à 9 h 00 au musée Groslot. Au nom de tous - mais nous aurons d’autres occasions de le faire, - j’exprime la gratitude de tous les participants à l’égard de la municipalité.

11Qu’il me soit permis, au moment d’ouvrir notre colloque, de saluer la présence parmi nous de représentants des couleurs venus de loin et spécialement nos collègues étrangers, qu’ils soient là pour présenter une communication ou simplement en observateurs : nos amis de Belgique, de Hollande, nos collègues allemands de Berlin, de Göttingen et de Munich, nos collègues autrichiens, italiens. Nous sommes particulièrement honorés de la présence parmi nous de Monseigneur Paul Canart, vice-préfet de la Bibliothèque Vaticane, que je remercie de s’être déplacé personnellement. Parmi les instituts représentés, j’ai plaisir à nommer le « Zentralinstitut für Kunstgeschichte » de Munich, dirigé par Madame Mütherich, qui a dû pour des motifs de santé renoncer à être présente parmi nous. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Je nommerai aussi M. le Professeur Derek Long du Laboratoire de spectroscopie moléculaire de l’Université de Bradford et représentant la National Gallery, l’ « Institut für Physiche Geographie » de la Freie Universität de Berlin, le « Central Research Laboratory for Objects of Art and Science » d’Amsterdam, la « Forschungsstelle für Technik mittelalterlicher Buchmalerei » de Göttingen, l’ « Institut royal du patrimoine artistique » de Bruxelles, l’ « Istituto centrale per la patologia del libro » de Rome, qui vient de fêter son cinquantenaire. Toutes ces équipes de renom sont intéressées aux mêmes problèmes d’identification des pigments que nos équipes françaises.

12Parmi les équipes françaises qui ont envoyé ici des représentants figurent en bonne place le laboratoire de spectrochimie infrarouge et Raman de Lille et de Thiais, dans le cadre de son appartenance à la jeune équipe Vézin-Guineau, l’école nationale supérieure des mines de Paris, avec deux équipes de Sophia-Antipolis, le centre de mise en forme des matériaux et le centre de télédétection des milieux naturels ; je relève aussi la participation du laboratoire de spectrochimie moléculaire de l’université de Paris VI, le laboratoire de physique appliquée à l’archéologie de Bordeaux, la maison de l’Orient méditerranéen et les membres du groupe PACT du conseil de l’Europe, le centre d’étude des peintures murales romaines de Paris, la Bibliothèque Nationale, les Archives du Cher, le centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

13J’ai cité ces équipes un peu pêle-mêle, sans distinguer historiens et physiciens chimistes, comme s’il était naturel de réunir tant de chercheurs d’horizons si différents. Ne croyez pas que ce soit tâche facile pour les organisateurs. Les habitudes des uns et des autres sont souvent sans commune mesure. Or l’essentiel est de dialoguer, de s’entendre, de se comprendre. Plusieurs fois nous aurions pu, (n’est-ce pas M. Guineau), renoncer à notre entreprise. Mais nous avons tenu bon et dépassé d’innombrables difficultés.

14Nous avons été aidés et encouragés à la fois par les directions scientifiques, celles des Sciences de l’Homme et celle de la Chimie, par les autorités locales, et aussi par ces institutions prestigieuses, bien représentées parmi nous en ce jour, que sont le collège de France auquel appartient notre ami M. le Professeur Jean Irigoin, et l’école pratique des hautes études, 4e section, présente ici par des savants de grande renommée, MM. Beaujouan, Halleux, Pastoureau, Vézin.

15Les autorités locales, et notamment celles du CNRS en la personne de M. Doucelance, administrateur de la 8e circonscription, de M. Mellottée, délégué scientifique régional, nous ont aidés et encouragés de leurs conseils et nous ont orientés vers un certain nombre d’entreprises qui ont accepté de nous aider. Nous remercions les sociétés :

  • Ciba Geigy, de Rueil-Malmaison (pigments, colorants),

  • Dilor, de Lille (Constructeur d’appareils),

  • Entreprise générale de Télécommunication d’Orléans,

  • IBM France, d’Orléans,

  • Nicolet instrument, de Plaisir (Constructeur d’appareils),

  • Les parfums Christian Dior, d’Orléans,

  • Rank-Xerox, d’Orléans,

  • Wild-Leitz, de Rueil-Malmaison (instruments d’optique),

  • Yves Ollivier, d’Orléans (papeterie).

16Mes remerciements ne seraient pas complets s’ils ne s’adressaient aussi au personnel du Centre Augustin-Thierry d’Orléans et d’abord à Madame Reynaud qui a assuré à elle seule le secrétariat depuis plusieurs mois, et à tous ceux qui, notamment ces jours derniers, ont accepté de veiller tard le soir pour que tout soit prêt, à tous ceux aussi qui participent ces jours-ci à l’accueil. Je suis tout à fait heureux en tant que directeur de l’IRHT de la solidarité qui s’est manifestée à cette occasion.

17Avant de céder la parole aux présidents de la première séance, je voudrais rappeler les principaux points d’articulation de ces trois journées.

18Elles comprennent 4 sessions :

19La première, celle de ce matin, est intitulée : « Pour une typologie de la couleur : l’information couleur pour l’archéologue, pour l’historien d’art, pour le physicien ou le chimiste ».

20La seconde, la session B, comprend les séances de cet après-midi et de la journée de mardi dans son ensemble. Elle s’intitule : « Mesurer, caractériser, désigner, mémoriser les couleurs ».

21La session C occupe le mercredi matin. Elle a pour thème : « Matériaux et traditions techniques : des données pour l’historien de l’art, l’histoire des techniques, l’histoire économique et sociale ».

22Enfin, la session D s’intitule : « Mise en œuvre d’une recherche pluridisciplinaire : l’échange des informations et l’exploitation des résultats obtenus ».

23C’est dans cette dernière session D, tournée vers l’avenir et l’intensification de la collaboration entre disciplines, c’est là qu’aurait dû se placer normalement la table ronde animée par mon ami Bruno Helly, avec les membres du groupe PACT du conseil de l’Europe et intitulée : « Pour la création d’une banque européenne de données et d’échantillons ».

24Nous avons dû par nécessité, puisque les animateurs de la table ronde, pris par une réunion, ne pouvaient rester mercredi, avancer à mardi cet échange. Et nous le regrettons, car l’harmonie du colloque qui savamment interpose communications de type historique et de type physico-chimique se trouve un peu remise en cause.

25En fait, aujourd’hui, nous commençons tard et nous terminerons tôt puisque ce soir, il y a les visites que j’ai dites et la réception à la mairie ; mardi, la journée commence par la visite de l’exposition et le début des communications n’est fixé qu’à 11 h. 00. Le soir, le buffet campagnard sera précédé de la présentation des posters au restaurant du CNRS. En fait, c’est mercredi surtout que la journée est dense : elle sera clôturée, après les conclusions générales que tirera Bernard Guineau, par un banquet à Orléans. Enfin, jeudi, un prolongement agréable du colloque mènera ceux qui ont pris inscription à Montoire-sur-le-Loir et à Vendôme.

26Le rythme de nos travaux est donc tout à fait soutenu. Certes c’est aux présidents de séance qu’il revient d’organiser le déroulement de chaque étape. Seuls les trois rapports généraux de ce matin sont prévus pour durer une demi heure, et la table ronde de demain pour durer au maximum une heure. Mais toutes les autres communications ne doivent jamais dépasser 20 minutes, afin de laisser place à un débat. En effet, ce qui compte dans un colloque comme celui-ci, ce sont les échanges, les objections, les comparaisons d’expérience, bref, les discussions. Je demande aux auteurs de communication d’être raisonnables et aux présidents de séance d’être d’une sévérité aussi aimable qu’impitoyable.

27Enfin, un colloque de cette ampleur, réunissant des spécialistes si divers, riches de tant d’expériences, ne doit pas être seulement paroles qui passent, ne doit pas non plus rester sans lendemain. Il faut qu’il en sorte des actes. C’est pourquoi il est demandé aux auteurs de communication de remettre leur texte soit immédiatement soit dans un délai très court (31 janvier) au secrétariat du colloque, et à ceux qui interviennent dans les discussions d’avoir la gentillesse de résumer leur intervention par écrit, au moyen de fiches qui seront distribuées.

28J’insiste pour que nous ne prenions pas de retard et cède tout de suite la place aux présidents de la première session, MM. Irigoin et Guillemin.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search