Version classiqueVersion mobile

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Avant-Propos

Bernard Guineau

Texte intégral

1La couleur fait partie de notre environnement quotidien. Elle est partout présente dans la nature mais elle existe aussi sous d’autres formes artificiellement créées par l’homme depuis les temps les plus reculés. Les témoignages qui nous renseignent sur cette couleur domestiquée par l’homme composent le plus riche des nuanciers dont l’extraordinaire variété de teintes plus ou moins lumineuses, plus ou moins saturées reflète, à n’en pas douter, les regards de ceux qui les ont créées. Les historiens de l’art nous ont appris à percer l’intimité de ces regards. En nous invitant à pénétrer dans le champ de vision du peintre, ils nous ont appris à lire ces couleurs, à découvrir dans toute son étendue l’image qu’elles nous renvoient de l’environnement culturel, économique ou social constituant ce champ de vision.

2Il en est ainsi de la peinture de l’Ecole impressionniste qui témoigne à la fois d’une sensibilité nouvelle à la couleur résultant pour une bonne part des immenses progrès de la physique et de la chimie (fabrication de nouveaux pigments de synthèse, développement des études sur la couleur et leurs contrastes) en même temps que des bouleversements économiques et sociaux, de la naissance de nouvelles doctrines philosophiques qui ont marqué le xixe siècle.

3Ce champ de vision a cependant beaucoup varié et le nuancier des couleurs s’est aussi enrichi depuis l’époque paléolithique, mais cet enrichissement est loin d’être continu et aux périodes de plein épanouissement peuvent succéder des périodes moins riches ; notre époque curieusement ne semble pas épargnée par ce phénomène, comme le remarque Michel Pastoureau dans son exposé. En outre, les fonctions remplies par la couleur sont multiples, elles ont évolué souvent différemment. La reconnaissance des métaux et de leurs propriétés par leur couleur spécifique, l’estimation de la température d’un four par la couleur d’une montre ont précédé les essais à la touche ou les réactifs colorés des chimistes ou des biologistes ou l’observation de raies colorées émises au cours de transformations intimes de la matière.

4En outre, avec le développement des nouvelles techniques (détection instrumentale sans intervention de l’œil humain, imagerie « fausses-couleurs »,...), le concept même de la couleur s’est aussi élargi.

5Il n’est donc pas surprenant que les historiens de l’art se voient confrontés aujourd’hui dans leurs recherches aux investigations des archéologues, des historiens, des physico-chimistes ou des informaticiens. Leur regard attentif à l’information couleur en se posant sur les objets archéologiques, sur les textes d’anciennes recettes, sur des phénomènes physico-chimiques abstraits, sur de nouvelles images traduites en pixels, a engendré des problématiques nouvelles en construisant de nouveaux modèles. Les exposés qui suivent n’auront aucun mal par leur diversité à en convaincre le lecteur. L’interaction lumière/matière y côtoie l’image numérisée ou symbolique de la couleur, l’évolution de la technique, l’étude d’une œuvre ou les problèmes posés pour sa conservation.

6L’étude de la couleur qui « pense par elle-même », suivant la très belle définition de Baudelaire, connaît donc aujourd’hui de nouvelles approches qui modifient profondément les problématiques anciennes en les élargissant vers des horizons nouveaux et multidisciplinaires.

7De sérieux obstacles cependant freinent cette évolution et le premier d’entre eux est celui d’un langage commun à toutes ces disciplines pour désigner, quantifier, prendre en compte l’information couleur. Le fossé est loin d’être encore comblé entre la formule développée du chimiste identifiant un édifice polyatomique, un cristal coloré ou une fonction chromophore et la terminologie propre au philologue et au grammairien étudiant des textes ou des inscriptions anciennes ou à l’analyse descriptive et parfois subjective de l’historien de l’art ou de l’informaticien. La difficulté existe toujours en effet, pour désigner le résultat des observations et pour le communiquer d’une manière univoque à toutes les branches de la communauté scientifique, indépendamment des contraintes d’espace et de temps. Le vert bouteille ou le rose saumon des archéologues ne se traduit pas aisément en termes d’une codification alphanumérique sans que parallèlement les recherches dans des domaines aussi différents que ceux de l’optique ou de la physiologie sensorielle n’aient apporté leur contribution essentielle.

8Les clés indispensables manquent encore, mais dans la progression de nos connaissances actuelles, quelques axes de recherches prennent forme étayant la grande cause pluridisciplinaire. L’information couleur ne doit plus, ne peut plus être ignorée, laissée en jachère. Les œuvres d’art conservées ne sont plus seules concernées, l’objet archéologique (selon l’acception du terme la plus étendue), la création contemporaine et l’industrie actuelle requièrent aussi à des titres divers la prise en compte de cette information couleur, mieux définie, codifiée, traitée, mieux utilisée.

9Un extraordinaire exemple nous en est donné par l’intérêt sans cesse accru que notre civilisation actuelle porte sur la stabilité, sur la pérennité de ses créations colorées que ce soit dans le domaine graphique et photographique, ou plus généralement dans celui de la production d’objets manufacturés. Combien de siècles pourrons-nous conserver encore ces notes manuscrites d’un grand auteur écrites à l’encre verte, cette quadrichromie d’un grand affichiste, la peinture en trompe-l’œil de cet immeuble ou plus simplement les couleurs vives de ce vêtement ?

10Les peintures ou les teintures des objets archéologiques que les siècles, parfois les millénaires, nous ont transmises et qui sont l’objet de nos recherches peuvent apporter à leur manière une réponse originale à ces questions d’actualité.

11Il était donc tentant de réunir en un même lieu et pour quelques jours, des chercheurs issus de disciplines parfois très éloignées, pour confronter les approches, échanger les expériences ou les points de vue. En s’additionnant, les regards ont ainsi capté un peu plus de lumière, de cette lumière à la fois source d’énergie, de sensations colorées et de connaissance.

12Les distances sont encore grandes malgré tout entre les uns et les autres et tous les obstacles ne peuvent être surmontés à l’occasion d’une seule rencontre. Les philologues ont montré les dangers d’une interprétation des textes un peu trop simpliste et les erreurs qui pouvaient naître d’une transcription sans la construction de séries et l’établissement de l’apparat critique indispensable.

13Les physico-chimistes ont expliqué la complexité des études qui leur sont soumises et souvent l’énorme distorsion entre le coût que ces études entraînent et l’exploitation immédiate de résultats qui ne peuvent être qu’incomplets, provisoires.

14Un tel déséquilibre devrait être mieux pris en compte, d’autant que ses effets sont parfois tout à fait pernicieux et redoutables en se traduisant par ce que nous avons coutume d’appeler le « syndrome de la Joconde », lequel consiste à rassembler tous les moyens autour d’une œuvre prestigieuse plutôt que sur quelques fragments archéologiques moins nobles, sans que soit toujours posée a priori l’appartenance de l’étude à une problématique, à un axe de recherche prioritaire.

15Les archéologues, de leur côté, ont montré comment l’étude de la couleur s’intégrait peu à peu à leur quête d’informations, dépassant ainsi le stade de la simple épicerie où les résultats d’analyse physico-chimique les avaient jusqu’à présent quelque peu confinés. La publication de ces résultats ne se limite plus maintenant à de simples tableaux ornant en annexe les publications mais participe aux interprétations en aidant à définir de nouvelles problématiques.

16D’énormes progrès ont, il est vrai, été obtenus ces dernières années dans l’acquisition et le traitement de données nouvelles dans différents domaines : celui de l’instrumentation d’une part, où les techniques de microanalyse autorisent désormais l’étude non destructive des œuvres conservées et apportent par le biais de méthodes parfois complémentaires des informations à la fois nouvelles et plus complètes. En ne mettant pas en danger la vie des œuvres pour les besoins de l’analyse, ces techniques ont élargi le champ de l’investigation et levé certains obstacles qui freinaient encore l’étude d’objets de petites dimensions précieux ou fragiles.

17Les moyens informatiques d’autre part, ont aidé au rassemblement des données et par leur traitement ont permis les études comparées indispensables. L’information est ainsi mieux distribuée, mieux répartie, mieux utilisée.

18Aucune institution, aucun organisme autre que le Centre National de la Recherche Scientifique n’était mieux placé pour rassembler, coordonner, faire le bilan des recherches en cours. Ces actes, qui n’auraient pu être publiés sans son concours, portent le témoignage de son attachement au développement de recherches nouvelles menées autour d’un axe commun par des équipes de chercheurs appartenant à différents secteurs ou disciplines, communiquant entre elles leurs résultats et acceptant de les confronter aux regards à la fois critiques et constructifs de leurs nouveaux partenaires scientifiques.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search