Version classiqueVersion mobile

L’islam des théophanies

 | 
Souâd Ayada

Conclusion

Le sens du monothéisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En islam, les notions d’art et d’esthétique ne recoupent pas le sens philosophique que nous leur donnons communément, dans l’horizon des réflexions formulées par Kant dans la Critique de la faculté de juger, moins encore dans l’horizon de la première esthétique philosophique pleinement réalisée, celle de Hegel. La philosophie de l’islam ne propose pas une théorie de l’art qui prendrait la forme de l’étude spéciale d’un domaine spécial de l’activité humaine. Elle ne dispense pas le savoir philosophique de la réalité particulière que constitue l’œuvre d’art. Elle ne développe pas une esthétique qui serait la mise au jour des concepts qui gouvernent la production et la réception de l’œuvre d’art. Nulle trace, dans la masse des textes que nous avons pu consulter, de traités philosophiques d’esthétique. Dans le système des matières philosophiques, nous trouvons les divisions de l’existant correspondant à la physique, aux mathématiques. Ces disciplines sont dominées par la métaphysique, s...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search