Version classiqueVersion mobile

L’islam des théophanies

 | 
Souâd Ayada

Deuxième partie.L’art islamique et la religion esthétique

Chapitre IV. Une esthétique de l’espace et du lieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Religion venue d’Arabie, l’islam s’étend très vite et s’impose à nombre de peuples. Au fil de conquêtes fulgurantes, notamment celles que conduit le second calife, ’Umar, les « fils du désert » dominent un vaste empire et font de l’islam une force historique de premier plan. Devenu un maillon du devenir mondial de l’humanité, l’islam peut se prévaloir d’une position de force objective, qui, pour une grande part, est une domination remarquable de l’espace. L’architecture, civile et religieuse, s’inscrit dans ce dispositif de mainmise sur l’espace, et participe à l’effort d’expansion de l’islam. Elle est un instrument de marquage de l’espace, une sorte de miroir objectif de la domination géographique. L’architecture islamique est bien, comme le suggère Henri Stierlin1, la figuration spatiale d’une foi soucieuse de s’énoncer dans les termes du pouvoir et de la domination.

La thèse est juste et trouve dans le destin historique de l’islam de nombreuses illustrations. Elle est cependant pa...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search