Version classiqueVersion mobile

L’islam des théophanies

 | 
Souâd Ayada

Deuxième partie.L’art islamique et la religion esthétique

Chapitre III. La peinture ou la parousie du visible

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le livre, le verbe, l’image

Le verbe n’est pas seulement ce qui se dit. Il est aussi ce qui s’écrit et se voit. Quand elle s’inscrit dans la métaphysique gouvernée par l’intuition de la théophanie, la langue dessine une esthétique de l’apparition et de l’image. Elle devient un art du visible, de la visibilité de Dieu. Les arts de la parole sont aussi des arts de l’image1. La poésie est un art visionnaire, où la langue projette une multitude d’images qui sont autant de formes visibles. De même, la peinture est un art du verbe, où le crayon et le pinceau servent à formuler des scènes littéraires ou des épisodes coraniques. Le trait, la figure, la couleur ne sont pas simplement des formes plastiques, mais des évocations qui prennent place dans un livre et qui se justifient par l’existence du Livre.

En islam, le Livre est la matrice de tous les discours. Il institue l’unité des différentes sortes d’expression esthétique. Cette unité prend une forme déterminée, celle du livre où se trouven...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search