Version classiqueVersion mobile

L’islam des théophanies

 | 
Souâd Ayada

Deuxième partie.L’art islamique et la religion esthétique

Chapitre II. La médiation paradoxale de la poésie : le Dīvān de Hâfez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La poésie et le dessin sont frère et sœur, comme tu le sais, de même que les mots et les couleurs. »
Orhan Pamuk

L’oblitération hégélienne

Si nous avons élu Hegel pour nous introduire à la situation philosophique de l’art islamique, c’est parce que ses analyses inaugurent les deux modèles interprétatifs majeurs qui seront convoqués quand il s’agira de penser la signification des formes artistiques façonnées dans le cadre de la révélation islamique. Les réflexions hégéliennes sur Rûmî témoignent d’un certain malaise philosophique. Mais ce malaise est recouvert, comme refoulé par la convocation de la notion de panthéisme.

Hegel assoit une conviction qui finira par devenir une sorte de moule herméneutique : si le « panthéisme » est bien la représentation qui gouverne l’islam, cette représentation ne trouve pas dans la philosophie son dire privilégié. Elle atteint sa formulation pleinement consciente et achevée dans la poésie1. Deux thèses s’imposent au confluent des analyses menées dans ...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search