Version classiqueVersion mobile

L’islam des théophanies

 | 
Souâd Ayada

Deuxième partie.L’art islamique et la religion esthétique

Chapitre I. Le Dieu sublime de l’islam

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La religion du sublime

Dans son Cours d’esthétique, Hegel développe une réflexion serrée sur l’art islamique. Cette réflexion est fille de son temps. Elle est le résultat philosophique de ce que Raymond Schwab a appelé la « Renaissance orientale1 ». L’Occident, principalement l’Allemagne et la France, croit déchiffrer son destin spirituel dans le miroir de l’Orient. Il veut se définir selon une figure nouvelle, et trouve dans les textes venus d’Orient et récemment traduits, une source d’inspiration et de mise en question de ses valeurs fondatrices. Hegel bénéficie de l’intense mouvement de traduction qui caractérise cette « Renaissance orientale » et qui rend accessibles en langue allemande – et en d’autres langues européennes – les grandes œuvres de la littérature arabe et persane. Il dispose de poèmes de Rûmî et de Hâfez, ainsi que de quelques œuvres majeures de la littérature arabe et de l’épopée persane2.

L’analyse hégélienne exclut des formes majeures de l’art islamique – l’archi...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search