Version classiqueVersion mobile

L’islam des théophanies

 | 
Souâd Ayada

Première partie. Révélation et métaphysique de l'image en islam

Chapitre IV. Les structures théophaniques

2. La doctrine de l’homme parfait

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’originalité de la notion de l’homme parfait

Si la théorie des noms divins est le pilier central de l’édifice construit par Ibn ’Arabî, la doctrine de l’homme parfait en est la cime. Dans les Fuū, les remarques spéculatives qui portent sur la notion de « l’homme parfait » composent un ensemble cohérent où se découvrent l’unité d’intention et la destination de l’édifice tout entier.

Ibn ’Arabî n’est pas le premier à faire usage, en terre d’islam, de l’expression « l’homme parfait ». L’expression, « al-insān al-kāmil » en langue arabe, n’est cependant pas aussi ancienne que le soufisme. Nous n’en voyons aucune trace chez Kalâbâdhî1, chez Abû Yazîd Bistâmî2. Elle est à peine évoquée chez Hujwîrî3, et ignorée chez Junayd, le maître d’al-Hallâj4. On en voit apparaître la notion chez Niffarî5. Dieu dit à Niffarî : « Tu es le sens caché de l’univers en sa totalité » – « anta ma’nä al-kawn kulli-hi » – ce qui veut dire que le soufi est l’homme parfait, condensant en lui la signification in...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search