Version classiqueVersion mobile

L’islam des théophanies

 | 
Souâd Ayada

Première partie. Révélation et métaphysique de l'image en islam

Chapitre III. Les structures théophaniques

1. Le plan des noms divins

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les degrés de la théophanie

Le processus de la théophanie décrit dans les Fuū suffit à préserver Ibn’Arabî de l’accusation de monisme ou de panthéisme. Entre l’essence divine infinie et sa manifestation visible, le tajallī ilāhīs’effectue selon des degrés différenciés. Le plan que forment les réalités créées n’est que la dernière des étapes ou stations (manāzil) mouvement de l’apparition divine.

De même qu’il conçoit le fay selon deux modalités, Ibn’Arabî distingue deux sortes de théophanie1, al-tajallī al-aqdas et al-tajallī al-muqaddas. Ces deux théophanies correspondent à deux déterminations (ta’ayunnāt) de l’essence divine. La première détermination possède une primauté qui n’est ni temporelle ni hiérarchique, elle ne concerne que le Soi divin dans le rapport qu’il entretient avec Lui-même. Ibn’Arabî la nomme « l’autorévélation du Mystère divin », tajallī al-ghayb, désignant ainsi la manifestation invisible de l’invisible. La théophanie est, dans le secret de l’essence, apparit...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search