Version classiqueVersion mobile

L’islam des théophanies

 | 
Souâd Ayada

Première partie. Révélation et métaphysique de l'image en islam

Chapitre II. Théologie de la théophanie en islam

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le péril du monothéisme abstrait

Pour introduire au théophanisme1 et comprendre la genèse de ce schème philosophique, nous partirons du contenu central de la révélation, que le Coran désigne par les termes suivants : « la religion vraie », « la religion du Vrai » (dīn al-aqq)2, la « religion fermement établie », la religion « authentique » (dīn qawīm) qu’Abraham a professée (millat Ibrāhīm)3. C’est cette religion que Muhammad entend restituer, par-delà ses falsifications, et dont le Coran se veut l’énonciation entièrement achevée.

La principale caractéristique du Dieu de l’islam est d’être soustrait à l’ensemble des réalités composant les mondes dont Il est le créateur. Dieu est incommensurable à toute chose. Dieu est simple, ineffable, sauf à se désigner, en son essence, par le pronom personnel de la troisième personne, dont le sens, selon les grammairiens, est la pure altérité : Il est « Lui », « huwa ». Ainsi lisons-nous, dans la deuxième sourate, La vache (al-baqara) : « Votre Di...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search