Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’homme dépossédé

 | 
Stéphane Haber

Chapitre 2. « Le naturalisme accompli de l’homme » : travail aliéné et nature dans les Manuscrits de 1844

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Marx n’utilise le terme « naturalisme » qu’à cinq reprises1 dans le texte des Manuscrits de 1844. Mais il le fait chaque fois à des moments si décisifs de son argumentation que l’on peut penser que celui-ci exprime correctement, à ses yeux, sa position philosophique de l’époque. Au moins peut-on affirmer que Marx propose à ce moment de son évolution un modèle de « théorie critique » fondé sur le thème de la perte d’une « nature » à retrouver. Il est naturaliste dans la mesure où il pense que quelque chose « préexiste » à l’ordre des faits sociaux et culturels, quelque chose dont continue factuellement de dépendre en partie cet ordre et qui peut aussi permettre d’en évaluer normativement les manifestations. C’est ce qui explique le fait que, sous le vocable « naturalisme », Marx puisse désigner en même temps une position théorique défendable (qui pour lui, à l’époque, se distingue nettement du « matérialisme » et soutient son esquisse d’analyse économico-sociale) et une forme de vie ...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540