Version classiqueVersion mobile

L’Inde et l’Asie

 | 
Jean-Luc Racine

Ordre asiatique et enjeux économiques

Entre rivalités géostratégiques et concurrence économique : l’émergence d’une relation pragmatique entre l’Inde et la Chine

Jean-François Huchet

Texte intégral

  • 2 La dernière de très haut niveau étant celle du Premier ministre indien Manmohan Singh en janvier 20 (...)
  • 3 Drew Thomson, Singh’s Visit : Views from Beijing, in China Brief, Vol. VIII, n° 4, February 14, 200 (...)

1Après trois décennies de « glaciation » suite à la guerre entre les deux pays en novembre 1962, l’Inde et la Chine ont renoué depuis le début des années 1990 de nombreux échanges sur le plan diplomatique et commercial. Près de trente-deux années s’étaient écoulées entre la dernière visite officielle en Inde du Premier ministre chinois Zhou Enlai en 1956 et celle du Premier ministre indien Rajiv Gandhi en Chine en 1988. Depuis le début des années 2000, les relations diplomatiques entre les deux pays se sont fortement intensifiées avec des visites officielles des chefs d’État ou de gouvernement et de ministres qui se succèdent désormais plusieurs fois par an2. En avril 2005, lors de la visite officielle en Inde du Premier ministre chinois, Wen Jiabao, les deux pays ont signé un accord intitulé « Partenariat stratégique pour la paix et la prospérité ». En 2006, les deux pays ont célébré « l’année de l’amitié », et 2007 a de nouveau été déclarée « année de l’amitié par le tourisme ». Ces visites officielles ont également donné lieu à des avancées diplomatiques à forte charge symbolique comme la réouverture le 4 juillet 2006 du col frontalier de Nathu La entre l’État indien du Sikkim et le Tibet après 44 années de fermeture. Sur le plan commercial, les deux pays ont également brisé la glace puisque le commerce bilatéral qui était quasi inexistant avant 1991 (à peine 260 millions de dollars US) devait atteindre en 2008 près de 38 milliards de dollars US3.

  • 4 Slogan lancé au moment de la visite officielle du Premier ministre chinois Zhou Enlai en Inde en 19 (...)
  • 5 Expression qui s’est forgée depuis le début des années 2000, voir par exemple Jairam Ramesh, Making (...)

2Le contraste est effectivement saisissant lorsque l’on observe la période de tension et de glaciation qui a caractérisé les relations sino-indiennes depuis la fin des années 1950 et cette accélération tous azimuts des contacts officiels à partir du début des années 2000. S’il est encore trop tôt pour mesurer la portée réelle de ce réchauffement diplomatique, il apparaît tout de même intéressant, étant donné le poids grandissant des deux géants asiatiques sur l’échiquier mondial, de s’interroger sur la nature et l’évolution de cette relation bilatérale sur le plan des relations internationales et du commerce mondial. Les deux géants asiatiques ont-ils réellement enterré leurs rivalités et leur méfiance réciproque ? Assiste-t-on à un retour à l’entente fraternelle du début des années 1950 symbolisée par le slogan « Hindi-Chini Bhai-Bhai »4 cher à Nehru ? Plus généralement, ce réchauffement diplomatique et commercial pourrait-il déboucher sur un partenariat stratégique entre les deux pays, à l’instar de ce qui a pu se passer entre les États-Unis et le Royaume Uni, ou entre l’Allemagne et la France après la deuxième guerre mondiale, favorisant l’émergence d’une force motrice de l’intégration régionale asiatique et un axe structurant majeur des relations internationales ? Sur le plan économique par exemple, une des facettes de l’analyse, incarnée dans l’expression « Chindia »5, insiste sur le caractère complémentaire des deux économies : « l’usine du monde » – la Chine – et « le bureau du monde » – l’Inde – pourraient intensifier leur coopération technologique et construire un partenariat stratégique porteur de bouleversements importants sur la scène économique régionale et mondiale.

3Nous voudrions montrer dans ce chapitre qu’il convient de se méfier des emballements médiatiques ainsi que des apparences trompeuses liées à la similitude des tailles démographiques ou à celle du rythme rapide de la croissance économique dans les deux pays. Malgré l’existence de multiples opportunités de coopération, et sans vouloir réduire la portée des avancées considérables qui ont été effectuées ces dernières années par les deux gouvernements pour normaliser leurs relations, nous pensons que le pragmatisme restera de mise de part et d’autre de l’Himalaya. Nous montrerons dans une première partie que l’héritage historique des relations bilatérales dominées par la méfiance et les conflits est loin d’être soldé et qu’un certain nombre de problèmes qui ont conduit les deux pays à un choc frontal militaire restent encore bien présents malgré un contexte géopolitique régional et mondial renouvelé. Dans une deuxième partie consacrée aux aspects économiques, nous montrerons que le potentiel de coopération stratégique se limite à quelques dossiers alors que les rivalités économiques entre les deux pays sont beaucoup plus importantes, sans beaucoup d’espoir de les voir diminuer en intensité et en nombre dans les années à venir.

Méfiances et rivalités géostratégiques dans la relation bilatérale

Choc de deux nationalismes et rivalités pour le leadership asiatique

  • 6 M. J. Akbar, Nehru : the Making of India, New Delhi, Lotus Roli Books, 2002, p. 535 sq.
  • 7 Voir notamment les attaques du Sénateur américain Richard B. Russel, président de la Commission pou (...)

4Revenons dans un premier temps sur les tensions géopolitiques qui existaient dans les années 1950 entre New Delhi et Pékin. Jamais été exprimée officiellement, la rivalité entre l’Inde et la Chine pour prendre la tête du mouvement des pays en voie de développement désireux de maintenir une certaine indépendance vis-à-vis des États-Unis et de l’URSS, a joué un rôle important dans la détérioration des relations entre New Delhi et Pékin. Dès 1927, bien avant l’indépendance de l’Inde, Nehru, dans un discours devant le « All-India Congress », indiquait le rôle leader de l’Inde et de la Chine dans la lutte contre l’impérialisme6. Après l’indépendance, le neutralisme et la coexistence pacifique devinrent le pivot central de la politique extérieure de l’Inde. Le caractère démocratique du système politique indien et l’aura de Nehru sur la scène internationale permirent à l’Inde de se placer comme le leader naturel du mouvement des non-alignés, provoquant jalousies et irritations à Pékin parmi les dirigeants communistes. Plusieurs analyses ont évoqué dans les causes du déclenchement de la guerre par la Chine, en 1962, la volonté de Pékin de « donner une leçon » à Nehru et de limiter les ambitions de l’Inde dans la construction d’un leadership auprès des pays non-alignés, notamment en Asie. La question du leadership auprès des pays non alignés dans l’Asie nouvellement décolonisée opposait déjà donc bien les deux pays dans les années 1950. La Chine communiste n’était pas encore reconnue à l’Organisation des Nations Unies (ONU) et la situation économique intérieure de l’Inde et de la Chine ne permettait à aucune d’entre elles de projeter en Asie une politique d’influence. Cela permettait à l’Inde de Nehru d’assumer un rôle en Asie que la Chine, prisonnière de son système politique, était bien incapable de jouer. La guerre déclenchée par la Chine a sciemment brisé les ambitions de Nehru pour son pays en matière de politique étrangère. En forçant l’Inde à demander une aide militaire aux États-Unis face à la progression des troupes chinoises qui menaçaient les plaines de l’Assam, les limites de la politique indienne de non-alignement prônée par Nehru sont révélées au grand jour. L’aide militaire américaine lui est d’ailleurs accordée le 20 novembre 1962, à la fin du conflit, non sans critiques de la part d’une partie de la classe politique américaine qui reprochait à Nehru son manque de gratitude à l’égard de l’aide alimentaire octroyée à son pays, et son refus de s’aligner sur la position américaine contre le communisme7. Le conflit révèle également au monde les faiblesses militaires et tactiques indiennes face à la détermination et à la solidité chinoise. Nehru ressort considérablement affaibli tant sur le plan extérieur que sur le plan domestique de ce conflit auquel il n’avait jamais cru, malgré la multiplication des agressions chinoises et les avertissements des services de renseignement indiens. La « trahison chinoise », l’humiliation militaire indienne, et son impact sur la fin de la vie politique de Nehru qui meurt quelque mois après, en janvier 1964, laisseront beaucoup de traces dans la mémoire collective indienne.

5Tout ceci aurait vraisemblablement été oublié si les deux pays, à l’image de la France et de l’Allemagne au lendemain de deuxième guerre mondiale, avaient activement recherché à former un axe diplomatique solide en Asie en revenant à l’idée prônée par Nehru au début des années 1950. Rien de tel n’est survenu. Malgré l’évolution du contexte géopolitique mondial et régional et les grandes déclarations formulées à l’occasion des récentes visites d’État, la plupart des raisons qui ont conduit les deux géants asiatiques à la confrontation militaire sont toujours présentes.

  • 8 Les sources chinoises sur le conflit territorial et de la guerre de 1962 entre l’Inde let la Chine (...)
  • 9 Près de 140 intrusions de l’armée chinoise au-delà de la ligne de contrôle ont été dénoncées en 200 (...)

6Le conflit frontalier8 continue d’empoisonner les relations bilatérales. De nombreuses escarmouches auront lieu après le cessez-le-feu de 1962. À deux reprises, en 1967 (au Sikkim) et en 1984 (dans la vallée de Sumdorong Chu dans l’État de l’Arunachal Pradesh) les deux armées vont s’affronter. En 1987, le ton montera une nouvelle fois entre les deux capitales, faisant craindre l’imminence d’un nouveau conflit. Ce n’est qu’en 1993 que New Delhi et Pékin signeront un accord bilatéral de « tranquillité et de paix » le long de la ligne de contrôle. Malgré l’établissement d’un groupe de travail en novembre 2006 entre les deux pays pour la résolution du conflit frontalier, aucun résultat concret n’est ressorti jusqu’à présent des négociations. Plusieurs incidents récents de part et d’autres de la ligne de contrôle indiquent que le litige frontalier est loin d’être résolu. Les dirigeants indiens de l’État de l’Arunachal Pradesh ont manifesté à plusieurs reprises auprès de New Delhi leurs craintes face au renforcement des moyens militaires chinois depuis 2005. Les autorités indiennes se sont officiellement plaintes de plusieurs centaines d’incursions des troupes chinoises au-delà de la ligne de contrôle depuis 20069. Près de 65 incursions de l’armée chinoise ont été enregistrées depuis le début de l’année 2008 dans la région du Sikkim qui paraissait ne plus être contestée par Pékin, le gouvernement chinois ayant implicitement reconnu la souveraineté indienne sur cette région après le voyage en Chine du Premier ministre indien Atal Bihari Vajpayee en juin 2003. Les nouvelles revendications chinoises sur le Sikkim pourraient être un moyen de pression supplémentaire dans les négociations avec l’Inde pour obtenir gain de cause sur une autre région contestée, celle de Tawang dans l’Arunachal Pradesh. D’une façon générale, Pékin ne reconnaît pas le rattachement de l’Arunachal Pradesh à l’Inde, arguant du fait que ce territoire, aujourd’hui État indien, était partie intégrante du Tibet avant la signature du traité Mac Mahon en 1914, et qu’il lui revient donc. Pékin clame depuis la fin des années 1950 que ce traité signé entre le Tibet et l’Empire britannique est un héritage colonial sans légitimité, et que l’Inde, qui a souffert de la domination britannique, ne devrait pas non plus le reconnaître.

  • 10 Voir ci-dessous la section sur la question tibétaine.
  • 11 Drew Thomson, op. cit.
  • 12 Sudha Ramachandran, « India takes the high ground against China », in Asia Times, édition internet, (...)

7Sans préjuger du sort général de l’Arunachal Pradesh, la région de Tawang est un enjeu particulièrement important pour la Chine. Outre ses ressources minières importantes et sa situation stratégique à proximité immédiate du Tibet, Tawang est un haut lieu de la religion tibétaine. Le monastère Galden Namgey Lhatse, lieu de naissance du sixième dalaï lama, est le deuxième plus grand monastère du Tibet historique après le Potala à Lhasa. Le fait d’échapper au contrôle de la Chine en fait une base arrière importante pour le gouvernement tibétain en exil. On comprend de ce fait pourquoi les dirigeants communistes souhaiteraient récupérer ce territoire10. Côté indien, juste après sa visite officielle à Pékin en janvier 2008, le Premier ministre indien Manmohan Singh a effectué une visite dans l’Arunachal Pradesh. Par cette première visite dans ce territoire d’un Premier ministre indien depuis dix ans, Singh souhaitait rassurer les dirigeants locaux et montrer aux nationalistes indiens qu’il ne lâcherait rien de ce territoire dans les négociations menées avec Pékin sur la résolution du conflit frontalier. Il a également promis au moment de sa visite de débloquer près de deux milliards de dollars pour réaliser des travaux d’infrastructures dans la région frontalière, proche de la ligne de contrôle, provoquant immédiatement des protestations de la part de Pékin11. L’Inde vient également de rouvrir le 31 mai 2008 l’aéroport de Daulat Beg Oldi au Ladakh, après quarante-trois ans de fermeture. Situé à près de 5 000 mètres d’altitude près de la ligne de contrôle sino-indienne dans le plateau d’Aksai Chin et très proche de la route du Karakoram qui relie le Pakistan à la Chine, cet aéroport devrait permettre un renforcement important des moyens logistiques militaires indiens dans cette zone stratégique. Pékin a aussitôt réagi en indiquant son mécontentement. La réouverture de l’aéroport de Daulat Beg Oldi est analysée en Inde comme une réponse – tardive – aux multiples incursions chinoises au-delà de la ligne de contrôle depuis 2005, et comme un témoignage de la volonté de renforcement de la présence militaire indienne dans toute cette région stratégique12. Le conflit frontalier sino-indien est essentiellement, côté chinois, une affaire de sécurité géostratégique dont l’opinion publique ne semble pas s’être emparée, à la différence de ce qui touche au Japon ou à Taiwan. En revanche, côté indien, il faut faire la part de la charge nationaliste et émotionnelle qui l’entoure, héritage direct de l’humiliation subie en 1962. À moins d’un geste fort côté chinois, les marges de liberté côté indien sur la négociation resteront limitées.

  • 13 Dans laquelle elle a réussi à obtenir un siège d’observateur.
  • 14 Tarique Niazi, « Sino – Indian Rivalry for Pan-Asian Leadership » in China Brief, Vol. 6, n° 4, 15. (...)
  • 15 Olivier Zajec, « La Chine affirme ses ambitions navales » in Le Monde Diplomatique, Septembre 2008, (...)

8Sur le plan de la rivalité pour le leadership asiatique, la roue a largement tourné en faveur de Pékin. La Chine dispose d’un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, et forte de son développement économique, elle s’est engagée depuis le milieu des années 1990 dans une diplomatie très active avec les pays asiatiques. Comme Tarique Niazi l’indique dans un récent article, la Chine a usé des associations régionales telles que l’ASEAN, l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), et l’Association pour la Coopération Régionale en Asie du Sud13et a mis en œuvre une politique bilatérale très active avec les voisins de l’Inde (Népal, Bangladesh, Birmanie et bien sûr Pakistan), pour être présente dans la sphère d’influence indienne en Asie14. La Chine a également développé sa coopération militaire maritime avec plusieurs pays asiatiques pour bâtir « un collier de perles » (nom utilisé dans la presse chinoise) tout autour de l’Asie du Sud-est et de l’Asie du Sud, en cherchant à établir une série facilités permanentes pour sécuriser ses approvisionnements énergétiques15. Certaines de ces facilités existantes ou en construction comme celles de Chittagong au Bangladesh, de l’île Coco en Birmanie, de Hambantota au Sri Lanka, de Marao aux Maldives, ou de Gwadar au Pakistan, sont directement dans la « zone d’influence » maritime indienne.

  • 16 Qui réunit six pays, Cambodge, Laos, Vietnam, Birmanie, Thaïlande et l’Inde pour favoriser une coop (...)

9Face à toutes ces actions lancées par la Chine, l’Inde a tenté de répliquer en obtenant un siège à l’ASEAN Regional Forum et un siège d’observateur au sein de l’Organisation de Coopération de Shanghai, et en lançant quelques initiatives régionales comme le « Mekong Ganga Cooperation »16 en novembre 2000. Malgré ce sursaut indien, Pékin domine très nettement le jeu diplomatique du contrôle des sphères d’influences. L’Inde n’a pas pour autant renoncé à son rôle de leader en Asie. Près d’un demi-siècle après la mort de Nehru, dans une Asie transformée sur le plan économique et politique, l’Inde continue à tort ou à raison de croire que son poids démographique, ses valeurs démocratiques et, depuis quelques années, son dynamisme économique peuvent lui permettre de jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier asiatique. Cette ambition n’échappe pas aux dirigeants chinois. Cette rivalité entre Pékin et Delhi sur le leadership asiatique alimente une méfiance réciproque, comparable à ce qui a pu exister dans l’Europe de la deuxième moitié du xixe siècle entre la France et l’Allemagne prussienne, avec pour l’instant un net avantage pour Pékin.

10Le dernier dossier emblématique de cette rivalité géostratégique entre les deux pays réside dans la volonté de l’Inde de disposer d’un siège permanent au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. Pékin souffle le chaud et le froid dans son soutien à la candidature indienne sans jamais avoir officiellement annoncé une ligne claire sur ce dossier. Le dernier épisode en date, lors du sommet des BRIC (Brésil, Russie, Inde Chine) qui s’est tenu le 30 mai 2008 à Yekaterinburg en Russie, a vu la Chine refuser de signer un communiqué final proposé par les Russes dans lequel figurerait un soutien officiel à la candidature indienne au Conseil de sécurité de l’ONU. La gestion de ce dossier capital pour l’Inde montre que l’on est encore loin d’une coopération stratégique entre les deux pays.

Les craintes de l’encerclement et « ménage à trois » avec les États-Unis

  • 17 Ramachandra Guha, op. cit., p. 159.

11Dans le cadre des tensions géopolitiques existant entre les deux pays durant les années 1950, la crainte chinoise d’un encerclement issu d’une alliance stratégique militaire de l’Inde avec les États-Unis et l’Union Soviétique a joué un rôle majeur dans la dégradation des relations bilatérales. Nehru avait réussi le tour de force, dans les années 1950, de maintenir une relation étroite avec les deux ennemis de la Guerre froide (même s’il entretenait des relations difficiles avec John Foster Dulles, le Secrétaire d’État américain, fervent anticommuniste et initiateur du pacte signé entre le Pakistan et les États-Unis en février 195417). En 1959, Khrouchtchev critique ouvertement la Chine sur sa politique étrangère à l’égard de Taiwan, du Tibet et de la frontière sino-indienne. En juillet 1960, il décide de rapatrier les milliers d’experts soviétiques travaillant sur le sol chinois. Cette rupture avec l’Union soviétique place la Chine dans une situation d’isolement total. La double alliance que l’Inde est en passe de réaliser avec les États-Unis et l’Union Soviétique inquiète les dirigeants chinois qui craignent de voir leur pays totalement encerclé, et de devoir se protéger d’un nouveau front hostile le long de l’Himalaya, en sus de ceux existants le long de la frontière avec l’Union Soviétique, de la Corée, de Taiwan, et du Japon. La Chine s’inquiète également de l’agitation anti-chinoise sur le territoire tibétain. Le départ du dalaï lama de Lhassa en mars 1959 et l’accueil qui lui réserve le gouvernement indien renforcent les craintes de la Chine d’une possible déstabilisation militaire du Tibet.

12En déclarant la guerre à l’Inde le 10 octobre 1962, l’objectif de la Chine était bien de neutraliser avec un minimum de moyens les dangers pesant sur l’immense frontière sud-ouest de son territoire, afin de conserver suffisamment de moyens militaires pour faire face aux autres menaces provenant des États-Unis (avec Taïwan) et de l’Union Soviétique. Quant les États-Unis s’engagent finalement à soutenir militairement l’Inde, la Chine, consciente depuis quelques jours déjà qu’elle a atteint ses objectifs et qu’elle ne peut soutenir une invasion plus ample du territoire indien, déclare un cessez-le-feu unilatéral et se retire d’une bonne partie des territoires conquis pendant le mois de guerre. Mais la mission de sécurisation militaire de ses frontières au sud-ouest de son territoire a bien été accomplie. L’alliance sino-pakistanaise qui sera renforcée à partir de 1963 permettra à Pékin de compléter cette sécurisation des frontières du sud-ouest.

13La mort de Nehru en 1964, l’évolution de la politique intérieure vers un socialisme populiste à l’indienne et le rapprochement avec l’Union Soviétique menés par Indira Gandhi, vont progressivement éloigner l’Inde et les États-Unis. Cependant, l’intensification des relations entre l’Inde et l’Union Soviétique à partir du milieu des années 1960 va continuer de susciter en Chine dans la crainte d’un encerclement. Seules les années 1980 et surtout les années 1990, qui seront pour l’Inde une période de relatif isolement sur le plan diplomatique après l’effondrement du régime soviétique, vont constituer un moment d’accalmie pour la Chine.

  • 18 Le contenu de l’accord entre les deux pays a été finalement rendu public en août 2007.
  • 19 L’accord prévoit de placer 14 des 22 réacteurs nucléaires indiens sous surveillance de l’Agence Int (...)
  • 20 Voir pour le détail de l’accord Jayshree Bajoria, « The U.S.-India Nuclear Deal », in Council on Fo (...)

14La visite officielle en Inde du Président américain Bill Clinton en 2000, vingt-deux ans après celle de Jimmy Carter, ravive les craintes d’un encerclement pour les dirigeants de Pékin qui ont conscience que les États-Unis cherchent à contenir leur puissance économique émergente par des alliances avec le Japon, la Corée du Sud, les pays d’Asie Centrale et d’Asie du Sud-est. Ces craintes se sont renforcées quand le Premier ministre indien Manmohan Singh a signé à Washington, en juillet 2005, une proposition d’accord entre les États-Unis et l’Inde au sujet du nucléaire civil. Cet accord bilatéral, confirmé en 2008, mais non encore ratifié, prévoit18 que l’Inde, qui n’est pas signataire du Traité de non-prolifération nucléaire, accorde désormais aux inspecteurs de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique l’accès à ses sites nucléaires civils19 et qu’elle poursuive son moratoire volontaire sur les essais nucléaires. En échange de quoi l’Inde bénéficierait désormais d’un accès aux technologies nucléaires avancées, mettant fin à 34 ans d’embargo sur le commerce de produits nucléaires suite au premier essai nucléaire indien en 197420. Plus généralement, cet accord permet à l’Inde de rentrer officiellement dans le cercle restreint des puissances nucléaires de la planète tout en étant en dehors du Traité de non-prolifération.

  • 21 Amit Gupta, The U.S.-India Relationship : Strategic Partnership or Complementary Interests ?, Strat (...)

15Au terme de longs débats dans le pays, le gouvernement de Manmohan Singh a arraché de justesse, le 22 juillet 2008, le feu vert du Parlement indien pour cet accord, alors que les partis communistes du Front de gauche avaient lui retiré leur soutien en considérant, comme l’opposition menée par le BJP, que l’accord affaiblissait les marges d’autonomie stratégique de l’Inde. Ce retard a provoqué en retour une montée des critiques aux États-Unis sur l’incapacité de l’Inde à tenir ses engagements et sur le refus de sa classe politique de se rapprocher réellement des États-Unis. Néanmoins, plusieurs observateurs ont insisté sur le fait que les difficultés rencontrées dans le processus d’approbation de l’accord sur le nucléaire par le Parlement indien auront permis de tempérer l’enthousiasme de 2005 et d’envisager les relations bilatérales de manière plus réaliste et pragmatique21.

  • 22 R. Nicholas Burns, America’s Strategic Opportunity With India. The New U.S.-India Partnership, in F (...)
  • 23 Edward Luce, In Spite of the Gods : The Strange Rise of Modern India, Random House, New York, 400 p (...)

16Plus généralement, et au-delà de l’issue de l’accord sur le nucléaire, ces dernières années ont été marquées par une rupture idéologique profonde aux États-Unis comme en Inde sur la question des relations bilatérales. Les États-Unis ont décidé de prendre au sérieux les rôles politique, militaire, et économique joués par l’Inde en Asie et de l’intégrer dans leur plan d’action stratégique pour la sécurité en Asie22. Du côté indien, le BJP comme le Parti du Congrès ont chacun œuvré depuis le début des années 2000, lorsqu’ils ont été au pouvoir, en faveur d’un rapprochement avec les États-Unis23. Cette évolution s’est traduite par une nette augmentation de la coopération entre les deux pays dans les domaines stratégiques, militaires (exercices en commun dans l’Océan indien) et économiques.

  • 24 Voir pour les réactions officielles chinoises sur l’accord entre les États-Unis et l’Inde, Mohan Ma (...)
  • 25 Boston Globe, 20.11.2006.
  • 26 L’accord sur le nucléaire entre les États-Unis et l’Inde ne pourrait constituer pour Washington qu’ (...)

17Cette évolution profonde et certainement durable des relations bilatérales entre l’Inde et les États-Unis n’a pas échappé à Pékin qui a d’abord exprimé de sérieuses réserves sur cet accord de 2005 sur le nucléaire24 puis qui a cherché dans un deuxième temps à contrecarrer « l’offensive de charme » américaine en direction de l’Inde en lui faisant elle aussi miroiter la possibilité d’une coopération approfondie sur le nucléaire civil25. La déclaration conjointe issue du sommet sino-indien de novembre 2006 a considéré que la coopération internationale sur le nucléaire civil devait être engagée par le biais « d’approches innovantes », mais elle n’a été suivie pour l’instant d’aucune initiative significative de la part de Pékin. Si elle pouvait laisser penser qu’une coopération nucléaire entre la Chine et l’Inde était envisageable, elle a surtout marqué une inflexion de Pékin sur l’accord indo-américain. Outre les nombreuses réticences internes provenant des militaires chinois, Pékin espérait peut-être voir l’accord indo-américain repoussé par le Parlement indien. La Chine était aussi consciente que le seul effet d’annonce d’une telle proposition allait alimenter le camp des sceptiques à Washington, qui ont pu s’impatienter face aux débats suscités en Inde par les propositions américaines, certains considérant que l’Inde a trop peu souvent soutenu la politique étrangère américaine pour qu’on puisse s’attendre à une solide coopération stratégique de sa part26. Le vote du 22 juillet 2008 du Parlement indien en faveur de l’accord semble avoir calmé les esprits à Washington et désamorcé la tactique du gouvernement chinois visant à déstabiliser le Parti du Congrès via le refus des Partis communistes indiens de voter le texte.

18Les trois étapes suivantes ont été franchies sans trop de problèmes. L’Agence internationale de l’énergie atomique et le Groupe des (45) pays fournisseurs de nucléaire – Chine comprise – ont donné leur feu vert rapidement après le vote au Parlement indien et l’ajustement de la loi américaine nécessaire à la mise en œuvre de l’accord indo-américain de 2006 a été approuvé par le Congrès des États-Unis le 1er octobre 2008.

19Pékin est donc désormais dans une position plus inconfortable pour contrer les répercussions stratégiques du rapprochement entre les États-Unis et l’Inde. Pékin pourrait tout de même se décider à coopérer réellement avec l’Inde afin de ne pas laisser les États-Unis se transformer en partenaire privilégié de New Delhi sur la question du nucléaire. Engager une coopération nucléaire avec l’Inde permettrait aussi à la Chine de mettre New Delhi à l’épreuve sur la question du non-alignement. Se sachant « courtisé » par Washington et Pékin sur ce dossier, le gouvernement indien pourrait être en effet tenté de jouer la surenchère. Or le maintien d’une équidistance entre Washington et Pékin et la poursuite d’une politique de non-alignement par New Delhi seront désormais un équilibre difficile à maintenir. Toute perception d’une surenchère de New Delhi par Washington pourrait se retourner contre l’Inde comme par le passé et la discréditer dans son rôle de nouveau partenaire stratégique en Asie.

20Ce « ménage à trois », qui est sans aucun doute en train de structurer de manière durable et profonde les relations stratégiques sur la scène asiatique, devrait donc nous réserver encore quelques surprises. Pour contrer l’influence de l’Inde dans la région, Pékin dispose de multiples autres atouts, en raison de ses relations étroites avec le Pakistan, de son influence à l’ONU, de sa relation privilégié avec l’ASEAN, et de son poids économique dans la région. Mais le dossier du nucléaire indique très clairement, après une parenthèse de près de trente ans, que les craintes de la Chine d’un encerclement via le réchauffement des relations entre l’Inde et les États-Unis vont redevenir un élément central de la relation bilatérale. Cette évolution ne sera pas sans alimenter méfiances et pragmatisme de part et d’autre de l’Himalaya.

La question tibétaine

  • 27 In Look Magazine, 18 octobre 1960, repris dans Edgar Snow, The Other Side of the River : Red China (...)

21Lors du voyage du Premier ministre chinois Zhou Enlai en Inde en 1956, le dalaï lama, qui faisait partie de la délégation officielle chinoise, avait déjà pensé à demander l’asile politique aux autorités indiennes. Les relations entre les deux pays étaient alors au beau fixe. L’Inde avait reconnu officiellement dans un accord signé avec Pékin en avril 1954 l’appartenance du Tibet à la Chine. Nehru avait alors signifié au dalaï lama qu’il ne souhaitait pas s’immiscer dans les affaires sino-tibétaines par crainte de froisser le gouvernement chinois. Au moment où le dalaï lama franchit la frontière sino-indienne en mars 1959 pour se réfugier en Inde, les relations entre l’Inde et la Chine s’étaient déjà passablement dégradées. La construction par la Chine en 1957 de routes capables d’acheminer du matériel militaire le long de la frontière sino-indienne ; la publication en 1958 de cartes géographiques chinoises intégrant une partie du Ladakh dans le territoire chinois ; des échanges de lettres entre Nehru et Zhou Enlai dans lesquelles ce dernier indique fin 1958 que la Chine ne reconnaît pas la ligne MacMahon, et les premières escarmouches armées le long de la frontières avaient déjà largement contribué à détériorer les relations entre les deux pays. Une révolte armée tibétaine menée par les Khampas fin 1958 dans l’est du Tibet, et sévèrement réprimée par l’armée chinoise, achève de convaincre le dalaï lama que sa situation devient de plus en plus précaire à Lhasa. Dans ce contexte plus conflictuel avec la Chine, le gouvernement indien accepte cette fois sa demande d’asile politique. L’arrivée en Inde du dalaï lama fin mars 1959 va contribuer à détériorer encore un peu plus les relations sino-indiennes. Dans un entretien accordé au journaliste américain Edgar Snow en octobre 1960, Zhou Enlai déclarait : « la question frontalière est réellement devenue un grave problème au moment où le dalaï lama s’est enfui, [...] l’Inde veut transformer le Tibet en “zone tampon” et refuse la transformation socialiste du territoire tibétain [...], la partie indienne utilise la question frontalière sino-indienne comme une carte contre les forces progressives domestiques et comme un capital pour obtenir une aide étrangère »27.

  • 28 Voir Robert Barnett, Thunder from Tibet, in New York Review of Books, Vol. 55, n° 9, 29 May 2008.
  • 29  India Detains Tibet Protestors », in Time Magazine, 14.03.2008.
  • 30  India breaks silence, calls for talks on Tibet », in The Times of India, 16.03.2008.

22Près d’un demi-siècle après la fuite du dalaï lama en Inde, la question tibétaine demeure un objet de contentieux entre les deux pays. Le motus operandi entre la Chine et l’Inde sur la question tibétaine reste très fragile. Bien que les partisans du dalaï lama soient rappelés régulièrement à l’ordre par les autorités indiennes lorsqu’ils se livrent à des activités politiques contre la Chine, le dalaï lama conserve une liberté d’action sur le territoire indien qui irrite régulièrement les autorités chinoises. Le soulèvement du mois de mars 2008 de la population tibétaine a encore mis à mal cet accord entre la Chine et l’Inde au sujet de la question tibétaine28. Malgré les arrestations des tibétains responsables « d’actions antichinoises » sur le territoire indien29, le gouvernement indien a autorisé des manifestations dans plusieurs grandes villes indiennes et le ministère des Affaires étrangères indien est sorti de sa réserve pour appeler à des négociations impliquant le dalaï lama, et à une résolution non violente du conflit30.

23Il reste enfin un sujet de contentieux entre Pékin et New Delhi lié au Tibet : l’Arunachal Pradesh, qui fut jadis tibétain, comme on l’a vu. Au cours des pourparlers sino-tibétains en juillet 2007, la Chine s’est fermement opposée à la décision prise par le gouvernement tibétain en exil, en décembre 2006, de reconnaître la souveraineté de l’Inde sur l’Arunachal Pradesh. Le gouvernement tibétain en exil aurait, selon Pékin, agi sous la pression des politiciens, de l’opinion publique et des médias indiens, accusation qui a été rapidement démentie à Dharamsala et à New Delhi. Cette question est devenue une difficulté supplémentaire dans le règlement du différend frontalier entre les deux pays.

L’alliance sino-pakistanaise

  • 31 Swaran Singh (ed.), China-Pakistan Strategic Cooperation, New Delhi, Manohar & Centre de Sciences H (...)
  • 32 Savita Pante, « Nuclear Proliferation Concerns » in Swaran Singh (ed.), op. cit., pp. 159-175.
  • 33 Voir la partie II de l’ouvrage de Swaran Singh (ed.), op. cit., pp. 137-330.

24Le Pakistan fut le premier pays musulman et le troisième pays non communiste à reconnaître la République populaire de Chine en janvier 1950. Contrairement à ce qui a souvent été avancé, les deux pays étaient déjà sur la voie d’un partenariat stratégique bien avant la guerre sino-indienne de 1962 et l’accord de défense signé entre le Pakistan et les États-Unis en 195431. Dès 1960, alors que les États-Unis aident militairement le Pakistan et soutiennent les nationalistes chinois repliés sur Taiwan, le Pakistan soutient la République populaire dans la rivalité qui l’oppose à Taiwan pour obtenir un siège permanent au sein du Conseil de sécurité à l’ONU. La guerre sino-indienne va bien sûr renforcer encore un peu plus la coopération entre le Pakistan et la Chine. Les deux pays signent un accord frontalier en 1963. La Chine intervient également en faveur du Pakistan durant la guerre indo-pakistanaise en 1965 en posant un ultimatum à l’Inde, puis de nouveau en 1971 au moment de la sécession du Pakistan oriental en usant de son droit de veto au Conseil de sécurité pour empêcher le Bangladesh nouvellement créé avec l’aide militaire de l’Inde d’accéder à l’ONU. Les deux pays vont également renforcer à partir du milieu des années 1960 leur coopération militaire, notamment sur le nucléaire. La Chine sera le principal appui extérieur du Pakistan, avec l’assentiment tacite des États-Unis et l’aide indirecte de pays européens comme l’Allemagne de l’Ouest, dans son programme nucléaire militaire après l’explosion de la première bombe atomique indienne en 197432. L’aide militaire chinoise au Pakistan, bien que difficilement mesurable, serait selon les sources occidentales une des plus complètes et des plus importantes que la Chine ait apportée à un pays étranger depuis 194933. De son côté, le Pakistan usera de son influence tout au long des années 1960 auprès des États-Unis en faveur de la Chine communiste pour qu’elle remplace à l’ONU le gouvernement nationaliste chinois replié sur Taiwan. Le Pakistan jouera également un rôle important dans le rapprochement entre la Chine et les États-Unis en facilitant la visite secrète de Henry Kissinger à Pékin en juillet 1971, puis celle du Président Nixon en février 1972.

  • 34 Associated Press, 13.05. 2007.
  • 35 W. Laurence S. Prabhakar, « The Maritime Convergence », in Swaran Singh, op. cit., p. 231-247 ; voi (...)

25Le réchauffement des relations diplomatiques entre l’Inde et la Chine au début des années 1990 ne va pas altérer cette relation. Aux volets militaire et stratégique, viendra s’ajouter le volet économique qui s’élargit rapidement depuis le début des années 1990. À noter, à compter de 2002, le développement du port en eau profonde de Gwadar, situé à proximité du détroit d’Ormuz par lequel transite près de 20 % du commerce mondial de pétrole. La construction du port de Gwadar, dont la première phase est aujourd’hui pratiquement terminée, sera financée à 80 % par le gouvernement chinois (pour un coût total de 250 millions $ US) et assurée principalement par l’entreprise publique China Harbour Engineering Co. (près 350 ingénieurs chinois ont travaillé sur le site)34. En 2007, le gouvernement pakistanais a remis les opérations de gestion portuaire au groupe PSA de Singapour pendant 25 ans, tout en conférant au site de Gwadar le statut de port franc d’impôt pendant 40 ans. Bien que les accords portant sur la gestion du port ne donnent aucune exclusivité à la marine chinoise pour utiliser le port de Gwadar, l’aide apportée au moment de la construction et la solidité de la coopération sino-pakistanaise devraient normalement permettre à la Chine de faire bon usage de ce site stratégique pour sécuriser ses approvisionnements énergétiques et renforcer sa présence militaire. Ce projet emblématique du renforcement de la coopération militaire maritime entre le Pakistan et la Chine comporte pour l’Inde, selon W. L. S. Prabhakar, de sérieuses implications stratégiques. L’Inde devra faire face à une présence plus musclée de la marine chinoise dans cette région et au renforcement de l’effort chinois de contrôle de l’influence indienne dans Océan indien35.

  • 36 La Chine a par exemple réagi assez mollement aux essais nucléaires indiens de 1998. Plusieurs analy (...)

26De manière plus générale, bien que la relation sino-pakistanaise s’adapte progressivement au réchauffement diplomatique entre Pékin et New Delhi36, le Pakistan demeure une pièce hautement stratégique dans le jeu de la politique étrangère chinoise régionale. Un renversement d’alliance vers l’Inde, voire un rééquilibrage profond au profit de New Delhi paraissent encore bien peu probables. Bien que Pékin s’en défende, le Pakistan demeure pour la Chine un élément perturbateur contrariant la volonté de montée en puissance de l’Inde sur l’échiquier régional. Les liens entre les services secrets pakistanais et le terrorisme islamiste qui bloque – entre autres problèmes – la résolution du conflit du Cachemire ; la rivalité militaire avec l’Inde ; les conflits interreligieux entre hindous et musulmans qui empoisonnent la vie politique indienne ; la paralysie de l’Association pour la Coopération Régionale en Asie du Sud due à la rivalité indo-pakistanaise, et l’accès donné à la Chine sur le détroit d’Ormuz constituent autant de facteurs déstabilisateurs pour l’Inde, et de moyens de limiter l’influence indienne sur la scène régionale. Via le Pakistan, la Chine dispose également d’une entrée privilégiée dans le monde musulman. Enfin, la rivalité indo-pakistanaise permet indirectement à la Chine de maintenir une présence militaire relativement limitée sur le front sud-ouest de ses frontières. Malgré l’évolution de ses relations avec les États-Unis et la Russie, la Chine doit assurer sa sécurité sur 22 722 kilomètres de frontières terrestres (les plus longues du monde devant la Russie) touchant à quatorze pays (dont 4 057 kilomètres avec l’Inde, soit la troisième plus longue frontière terrestre de la Chine après la Mongolie et la Russie). Par ailleurs, la poursuite du différend sino-taiwanais et la présence militaire américaine au Japon et en Corée du Sud font que la Chine ne peut se permettre de concentrer trop de moyens militaires dans une seule zone frontalière.

  • 37 Voir introduction de Swaran Singh (ed.), op. cit.

27Pour toutes ces raisons, la relation sino-pakistanaise devrait donc continuer à prévaloir sur la relation sino-indienne. Du côté de New Delhi, même si de plus en plus de voix se font entendre pour adopter une attitude plus raisonnable et rationnelle à l’égard de la relation sino-pakistanaise37, celle-ci continue d’être très largement perçue comme une alliance stratégique forgée principalement contre l’Inde.

Au delà des complémentarités dans les relations économiques

Une alliance de façade entre « l’usine du monde » et le « bureau du monde »

28Parmi les analyses qui mettent en avant le potentiel de coopération économique stratégique entre les deux pays, l’alliance entre le « bureau du monde » (l’Inde) et « l’usine du monde » (la Chine) est certainement celle qui fait le plus fantasmer les esprits. On peut néanmoins se demander en quoi cette spécialisation de l’Inde et de la Chine sur deux segments différents de l’industrie de l’information et de manière plus générale sur deux secteurs économiques (l’industrie manufacturière pour la Chine, et les services pour l’Inde, voir graphique n° 1) induirait-elle nécessairement une plus grande coopération entre les deux pays ? Peu d’éléments jouent en effet actuellement en faveur d’une coopération industrielle approfondie entre la Chine et l’Inde, au-delà de cette complémentarité de façade.

Graphique n° 1. Comparaison des structures de PIB en Inde et en Chine en 2005

  • 38 Pour une analyse des forces et faiblesses du commerce extérieur indien et chinois voir T.P. Bhat, A (...)
  • 39 V.N. Balasubramanyam and Wei Yingqi, « Textile and Clothing Exports from India and China : a Compar (...)
  • 40 Voir parmi les dernières déclarations officielles indiquant ce refus, The Hindu, 22.04.2008 ou Busi (...)

29Premièrement, une coopération signifierait que chacun des deux pays renoncerait durablement à développer sur son territoire le segment dans lequel il a le moins d’avantages, à la fois absolus et comparatifs (au sens donné par Ricardo). Or aussi bien les politiques industrielles des deux gouvernements que les décisions des firmes dans chacun des pays indiquent justement le contraire. Depuis quelques années, et avec plus ou moins de réussite, les deux pays s’évertuent en effet à corriger leur trajectoire de développement économique qui a conduit en Inde à une atrophie de l’industrie et en Chine à un rythme de développement beaucoup moins rapide des services comparé à celui de l’industrie (voir graphique n° 1). Même en se bornant à la seule industrie de l’information, il apparaît clairement qu’aucun des deux pays n’a (encore) renoncé à développer sur son territoire les segments industriels qui lui font actuellement défaut. Depuis le début des années 2000, conscient du retard accumulé dans les services, le gouvernement chinois, à tous les échelons de l’administration, multiplie les mesures en faveur du développement de l’industrie des services informatiques et des biotechnologies. De même, l’Inde cherche à rattraper son retard dans le domaine industriel. Les entreprises indiennes réalisent de plus en plus d’incursions dans des domaines industriels où la Chine dispose d’un net avantage en termes de volume de production, d’exportation et de maîtrise des technologies de production de masse38. C’est le cas dans l’automobile, dans le textile (qui a moins souffert des exportations chinoises que ce que l’on anticipait au moment de la levée définitive des quotas sur les produits textiles en provenance des pays développement en 2005), dans l’industrie lourde (chimie et sidérurgie), et plus récemment dans la production de hardware dans l’industrie de l’information. Ces incursions se font pour l’instant à l’abri de politiques de protection de l’industrie domestique indienne et plutôt sur le marché domestique que sur les marchés à l’exportation. Lorsqu’elles conduisent à des exportations, notamment dans le textile, les producteurs indiens ont recherché des niches qui n’entrent pas en concurrence directe avec les exportations chinoises39. Plusieurs simulations montrent également qu’en cas de poursuite par le gouvernement indien d’une libéralisation ciblée du commerce extérieur (réduction des taxes à l’importation de produits intermédiaires pour les produits manufacturés destinés à l’exportation et diminution des coûts de transport), l’industrie indienne devrait commencer à engranger, comme la Chine durant les années 1990, les bénéfices d’une intégration dans la division internationale du travail, en accueillant de plus en plus d’investissements directs étrangers et en se positionnant rapidement sur des industries manufacturières à fort contenu en main d’œuvre. Sans même vouloir réaliser de projections à moyen et long terme, le gouvernement indien a montré, en adressant une fin de non recevoir à l’accord de libre échange proposé par la Chine, qu’il ne renonçait en aucune manière à se positionner sur des secteurs industriels où la Chine excelle. Mis sur la table des négociations par la Chine en 2004, et repris par les dirigeants chinois à l’occasion de chaque voyage officiel en Inde, cet accord a été repoussé tant par le BJP que par le Congrès lorsqu’ils ont exercé le pouvoir40. La dimension protectionniste est certes évidente dans ce refus, avec notamment un lobbying très soutenu du patronat indien (Confederation of Indian Industry) contre cet accord, mais il indique aussi, à juste titre, que le gouvernement indien souhaite protéger son industrie des produits manufacturiers chinois afin de lui permettre de se développer en tirant partie de l’immense marché intérieur.

  • 41 L’accès aux laboratoires Bell pour les firmes japonaises dans les années 1950 par exemple, voir Mar (...)
  • 42 Takashi Inoguchi and Daniel I. Okimoto, The Political Economy of Japan, Volume 2 : The Changing Int (...)

30Deuxièmement, quand bien même les complémentarités actuelles sur le plan des activités économiques et commerciales persisteraient, elles ne déboucheraient pas forcément sur une coopération industrielle et technologique plus étroite entre les deux pays. L’exemple du Japon et de la Chine est assez probant à cet égard. Malgré une progression très rapide des échanges commerciaux – le Japon est le deuxième partenaire commercial de la Chine après l’Union Européenne – et l’existence de complémentarités sur le plan des activités économiques, les deux pays n’ont pas pour autant développé un partenariat stratégique sur le plan technologique et industriel. Ce type de partenariat fait d’ailleurs plutôt exception dans les relations économiques internationales contemporaines. La coopération technologique et industrielle dans l’Union Européenne a été précédée et accompagnée d’un processus d’intégration politique unique dans l’histoire. On peut aussi citer le large accès donné aux entreprises japonaises, puis coréennes et taïwanaises aux technologies américaines après la deuxième guerre mondiale. Cette coopération était cependant en grande partie motivée par des considérations géopolitiques liées à la défense des intérêts américains et du développement d’un « front capitaliste » dans le contexte de la guerre froide41. Ces pays étaient aussi dans l’orbite de contrôle militaire américaine issue de la deuxième guerre mondiale, ce qui a facilité ce type de coopération jusque dans les années 1970. Mais aussitôt la guerre froide terminée, les États-Unis ont réclamé un accès plus important pour leurs produits sur les marchés intérieurs de ces pays, et le démantèlement de pratiques non concurrentielles au Japon et en Corée du Sud42.

31Les relations entre la Chine et l’Inde ne rentrent pas dans ces cas de figure d’intégration politique ou de domination et de protection militaire. Il y a donc de fortes chances pour que les complémentarités actuelles sur le plan des structures économiques débouchent non pas sur une coopération technologique et industrielle étroite, mais plutôt sur une progression « conventionnelle » des échanges commerciaux et des investissements directs croisés, ce qui en soit représenterait d’ailleurs une amélioration importante par rapport à la période précédente.

  • 43 Tata Consultancy Services a ouvert sa première filiale en Chine en 2004 à Shanghai dans la zone de (...)

32Il faut donc interpréter la présence de firmes chinoises comme Huawei à Bangalore ou de firmes indiennes comme Tata Consultancy Services à Pudong43 avec prudence et sobriété. La Chine est devenu un marché incontournable sur le plan mondial. Le développement des besoins en services informatiques, tant pour les firmes chinoises que pour les multinationales étrangères présentes en Chine, est tel qu’il serait presque suicidaire pour les firmes indiennes leaders dans ce domaine de ne pas accroître leur présence en Chine et de laisser le champ libre à la concurrence chinoise. A fortiori, bon nombre de multinationales étrangères, clientes de longue date des firmes indiennes, ont développé une présence importante en Chine qui requiert un accompagnement par les firmes indiennes dans le cadre de relations de sous-traitance traditionnelles.

  • 44 Gillian Goh Hui Lynn, China and India : Towards Greater Cooperation and Exchange, working paper, Le (...)

33On observe un processus semblable en direction de l’Inde. Les entreprises chinoises sont entrées depuis le début des années 2000 dans un processus de multinationalisation rapide. Comme leurs homologues indiennes, occidentales ou japonaises, elles ont pour impératif de renforcer et de diversifier leurs acquisitions de compétences technologiques sous peine de perdre pied dans la concurrence mondiale, et aussi sur leur marché domestique qui est plus ouvert depuis l’accession de la Chine à l’OMC. Les firmes chinoises en quête de technologies étrangères vont donc se « sourcer » dans les grands centres de production technologique mondiaux. Bangalore ou Hyderabad étant deux de ces centres, il apparaît normal pour les firmes chinoises de s’y implanter et de rechercher des coopérations avec les firmes indiennes leaders dans certains segments des services informatiques. La joint-venture entre Wipro et Huawei qui a débuté en 2002 dans le domaine des routers dans les télécommunications ne se distingue en rien des multiples coopérations de type commercial qu’entretiennent les entreprises indiennes avec des firmes américaines, européennes ou japonaises présentes à Bangalore ou à Hyderabad. Le fait qu’il s’agisse d’une joint-venture indo-chinoise mérite d’être souligné en tant que « première » après la longue période de glaciation des relations politiques et économiques entre New Delhi et Pékin. Mais cela n’est en rien le signe d’un développement d’un axe de coopération stratégique technologique et industriel étroit entre les deux pays, comme certaines analyses le laissent entendre44.

Complémentarités actuelles et concurrence future dans les relations commerciales

  • 45 Drew Thomson, Singh’s Visit : Views from Beijing, in China Brief, Vol. 8, n° 4, February 14, 2008, (...)

34Comme le montre le graphique n° 2, le commerce bilatéral qui était quasi inexistant dans les années 1990 entre les deux pays (260 millions de $ en 1991) progresse très rapidement depuis le début des années 2000. Les objectifs fixés par les deux gouvernements en 2005 d’atteindre 20 milliards de $ d’échanges commerciaux en 2008, puis 30 milliards de $ en 2010 ont été largement dépassés, puisque selon les dernières estimations le commerce bilatéral a atteint en 2007 près de 39 milliards de dollars US45.

  • 46 M. S. Qureshi et G. Wan, Trade Expansion of China and India : Threat or Opportunity?, United Nation (...)
  • 47 T. P Bhat, India–China Free Trade Area. Is it Feasible ?, Working Paper, Institute for Studies in I (...)

35Les travaux réalisés par M. S. Qureshi et G. Wan46 sur la structure du commerce extérieur des deux pays indiquent que les complémentarités commerciales entre l’Inde et la Chine ont augmenté ces dernières années, expliquant la forte croissance des échanges bilatéraux. Pour résumer, l’Inde exporte principalement des matières premières vers la Chine et les produits manufacturés sont prédominants dans les exportations chinoises vers l’Inde. La rapide croissance économique de chacun des pays ainsi que des « réserves de complémentarités » dans les produits échangés laissent aussi entrevoir, selon ces auteurs, la possibilité d’une poursuite du rythme de croissance rapide des échanges bilatéraux dans les années à venir. À ce rythme, avec une croissance annuelle proche de 50 % depuis 2000, le commerce bilatéral pourrait atteindre 60 milliards de $ à la fin de la décennie et près de 100 milliards de $ vers 201547.

Graphique n° 2. Évolution du commerce bilatéral Inde – Chine (en milliards de $)

Graphique n° 2. Évolution du commerce bilatéral Inde – Chine (en milliards de $)

Source : United Nations Comtrade Database

36Il existe néanmoins plusieurs limites potentielles à cette expansion du commerce bilatéral dont certaines sont susceptibles de générer des conflits commerciaux entre les deux géants asiatiques. La première est liée à la nature des exportations indiennes vers la Chine qui sont essentiellement composées de matières premières agricoles et minières. Ces ressources naturelles ne sont pas illimitées, et l’Inde, compte tenu de ses besoins domestiques, pourraient être amenée à autolimiter l’exportation de certains produits en direction de la Chine. Un premier cas d’autolimitation d’exportations de ressources minières est intervenu en juillet 2008. Le gouvernement indien, au grand dam des importateurs chinois qui avaient fortement augmenté ces dernières années leurs importations en provenance de l’Inde, a imposé une taxe de 15 % à l’exportation du minerai de fer afin de préserver l’approvisionnement destiné aux sidérurgistes indiens. Il ne serait pas étonnant de voir se reproduire ce type de mesures protectionnistes du côté indien compte tenu des énormes demandes d’importations en ressources minières émanant de la Chine et de la demande croissante provenant des producteurs indiens.

  • 48 Les exportations de l’Inde en 2007 se montaient à 151 milliards de $ contre 230 milliards de $ d’im (...)
  • 49 Swapan K. Bhattacharya et Biswa N. Bhattacharya, Gains and Losses of India-China Trade Cooperation (...)
  • 50 Idem, p. 22.

37La deuxième limite est liée au déséquilibre croissant des échanges en faveur de la Chine, porteur à terme de conflits commerciaux. Après avoir enregistré un solde des échanges équilibré, voire excédentaire entre 2003 et 2005, le déficit commercial de l’Inde vis-à-vis de la Chine se creuse rapidement depuis 2006. Il a atteint 9,39 milliards de $ en 2007 (voir graphique n°2), soit 11 % du déficit commercial total de l’Inde48. Avec près de 9,4 % des importations totales de l’Inde fin 2007, la Chine devrait être, si la tendance des premiers mois de 2008 se prolonge, le second partenaire commercial de l’Inde devant les États-Unis, et derrière l’Union Européenne. L’inverse est encore très loin de se matérialiser. Malgré une progression rapide de ses exportations en direction de la Chine, l’Inde ne représente que 1,3 % du total des importations chinoises. Les simulations effectuées par les spécialistes du commerce extérieur sur la mise en place d’un accord de libre-échange entre l’Inde et la Chine, indiquent que la Chine en ressortirait très largement gagnante. Une étude menée par l’Institute for Economic Research de Munich en 2007 indiquait qu’en cas de mise en place d’un accord de libre-échange entre les deux pays avec une réduction de 100 % des tarifs douaniers, la Chine verrait ses exportations (avec comme base l’année 2004) augmenter de 131 % contre seulement 38 % pour l’Inde49. Cette simulation (effectuée sur un modèle statique sans modification des avantages comparatifs) indique, comme bon nombre d’autres études sectorielles, que sans une amélioration significative de la compétitivité des produits indiens, toute réduction des tarifs douaniers simultanée et proportionnelle décidée par Pékin et New Delhi conduirait à une augmentation beaucoup plus forte des exportations chinoises vers l’Inde comparativement aux exportations indiennes vers la Chine50.

  • 51 Les taxes douanières sur les produits importés se montaient à 28 % en moyenne.

38On comprend donc le lobbying intense mené par le patronat indien en faveur d’un statu quo des tarifs douaniers, et les fins de non-recevoir du gouvernement indien formulées à plusieurs reprises depuis deux ans face à la proposition chinoise de mettre en place un accord de libre-échange. Au moment où l’Inde cherche à rattraper son retard dans l’industrie, la concurrence des produits chinois, qui constitue déjà un problème dans certains secteurs au niveau actuel de protection douanière51, serait dommageable pour le décollage industriel indien en cas de mise en place d’un accord de libre échange. Il n’y a donc rien d’étonnant à voir New Delhi continuer à refuser, comme bon nombre d’autres pays, d’accorder le statut d’économie de marché à la Chine dans le cadre de l’OMC. Ceci lui permet d’appliquer des mesures de protection de son marché intérieur lorsqu’elle estime que certains producteurs chinois font du « dumping » en bénéficiant d’avantages de coûts liés à l’héritage socialiste ou au non-respect de la législation (salaires, environnement).

39En d’autres termes, la progression rapide des échanges est un signe encourageant et positif du réchauffement des relations entre les deux pays. Elle indique aussi la fin d’une situation aberrante, qui a duré jusqu’au début des années 2000, marquée par un volume d’échanges commerciaux ridicule au regard des taux de croissance économique des deux pays, de leur proximité géographique et des complémentarités structurelles de leurs économies. Cependant, comme le montre l’exemple des relations sino-japonaises, le développement des échanges commerciaux n’est pas pour autant synonyme d’une coopération économique stratégique. La forte progression des échanges commerciaux est aussi potentiellement porteuse pour l’Inde de déséquilibres qui peuvent engendrer des différends commerciaux entre Pékin et New Delhi. L’Inde va très certainement continuer à protéger son industrie et ses ressources primaires vis-à-vis de la Chine, alors que cette dernière, qui est en position de force sur le plan commercial, devrait poursuivre avec de plus en plus d’insistance ses demandes d’ouverture du marché domestique indien. Tensions et conflits économiques entre les deux géants asiatiques ne sont donc pas à exclure, parallèlement à l’essor de leur commerce bilatéral.

Une quête parallèle et concurrentielle de nouvelles sources extérieures de matières premières

  • 52 Voir Asia Times, édition internet, 26.09.2006, http://www.atimes.com/atimes/South_Asia/HI26Df01.htm
  • 53 Gulshan Sachdeva, « India’s Attitude towards China’s Growing Influence in Central Asia », in China (...)
  • 54 Les deux pays collaborent dans l’exploitation, le transport et le raffinage du pétrole au Soudan. A (...)
  • 55 CNPC et ONGC, via des filiales, ont investi 850 millions de $ pour prendre 50 % de participation da (...)
  • 56 Le groupe indien Reliance et Shanghai Electric ont signé en août 2008 un accord de coopération indu (...)

40La signature d’un accord en janvier 2006 entre la Chine et l’Inde lors d’une visite à Pékin de Mani Shankar Aiyar, alors ministre du pétrole et du gaz naturel, a provoqué toute une série d’analyses et de commentaires sur une alliance entre les deux géants asiatiques en matière d’énergie52. Cet accord prévoit dans le domaine du pétrole et du gaz une large coopération sur la prospection, le raffinage, la distribution, et la promotion d’énergies alternatives. Juste avant la signature de cet accord-cadre, en novembre 2005, pour la première fois de leur histoire une entreprise indienne, l’ONGC (Oil & Natural Gas Corporation) et son homologue chinoise, la CNPC (China National Petroleum Corporation), s’étaient alliées pour racheter la part majoritaire que cédait Petro-Canada dans l’exploitation pétrolière syrienne de al-Furat53. La signature de l’accord de janvier 2006 a donné une véritable impulsion à la coopération sino-indienne dans le domaine de l’énergie. Plusieurs opérations communes de grande envergure entre les deux pays ont depuis été lancées au Soudan54, en Colombie55 et plus récemment dans le matériel de production pour l’énergie électrique56.

41L’idée de voir deux géants économiques, nouveaux entrants sur l’échiquier énergétique international, s’allier et bousculer les grandes compagnies américaines, européennes et japonaises sur leur terrain de chasse privilégié, notamment en Afrique, au Moyen Orient, en Amérique Latine ou en Asie Centrale, a bien évidemment séduit plus d’un observateur. Néanmoins, à l’image des autres domaines de la coopération bilatérale, la portée stratégique des quelques coopérations annoncées entre l’Inde et la Chine dans le domaine de l’énergie semble avoir été très largement exagérée.

  • 57 En août 2005, China National Petroleum Corporation a payé 4,18 milliards de $ pour acquérir la comp (...)
  • 58 International Business Time, 28.08.2008.

42Tout d’abord, on remarque en analysant les comportements des firmes indiennes et chinoises que c’est plutôt la concurrence, parfois très rude, qui caractérise leurs rapports. Dans le domaine de l’énergie pétrolière par exemple, les entreprises indiennes ont perdu depuis 2004 une série d’appels d’offre, en Angola, au Kazakhstan, en Equateur et en Birmanie au profit d’entreprises chinoises avec lesquelles elles étaient en concurrence directe57. Plus rare jusqu’à présent, compte tenu de l’antériorité des opérations à l’étranger des firmes chinoises, ONGC Videsh Limited (OVL, filiale de ONGC pour ses opérations à l’étranger) vient de coiffer sur le poteau SINOPEC (China Petroleum & Chemical Corporation), en acquérant la totalité des actions de Imperial Energy, une entreprise anglaise détenant des parts dans des exploitations pétrolières en Russie et au Kazakhstan pour un montant de 2,6 milliards de $58. Mais comment pourrait-il en être autrement dans un contexte où l’approvisionnement extérieur en énergie est devenu pour ces deux géants, en l’espace de quelques années, une des principales priorités nationales.

  • 59 Actuellement le charbon représente 56 % des ressources énergétiques de l’Inde et 74 % de celles de (...)
  • 60 World Energy Outlook 2006, op. cit., p. 101.

43L’Inde comme la Chine vont rester durant la première moitié de ce siècle encore très largement dépendantes du charbon, dont elles disposent en grande quantité sur leur territoire, comme source d’énergie primaire59. Mais, leur dépendance extérieure en matière de gaz et de pétrole devrait continuer à croître de manière vertigineuse si les deux pays maintiennent le rythme de croissance économique rapide qu’ils ont connu ces dernières années. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit que la dépendance extérieure de l’Inde en matière de pétrole passera de 73 % (en 2006) à 91,6 % d’ici à l’an 2020. Pour la Chine, autosuffisante jusqu’au milieu des années 1990, la dépendance extérieure devrait être proche de 50 % en 2010 et atteindre 77 % en 203060. L’indépendance nationale de ces deux pays est donc désormais en partie liée à l’accès à de nouveaux gisements étrangers. Or, cette demande croissante d’hydrocarbures émanant des deux géants asiatiques intervient durant une période de forte incertitude sur les réserves et les prix au niveau mondial.

  • 61 Le gouvernement indien est resté relativement épargné des critiques internationales concernant sa p (...)
  • 62 Soit 10,3 millions de tonnes de pétrole à la fin de l’année 2007, in Business Week, 13.02.2008.
  • 63 Sudan Tribune, 06.03.2006, http://www.sudantribune.com/article.php3?id_article=14363
  • 64 Jason Qian and Anne Wu, « China’s Delicate Role on Darfur », in Boston Globe, 23.07.2007 ou Washing (...)

44Derniers venus sur la scène pétrolière internationale, la Chine et l’Inde n’ont donc pas la partie facile pour se frayer un chemin parmi les grands groupes pétroliers mondiaux qui dominent l’industrie depuis plus d’un siècle avec une remarquable stabilité. Quoi qu’on dise de leurs « réussites africaines » qui ont fait couler beaucoup d’encre depuis quelques années, les firmes chinoises et indiennes doivent souvent faire de la surenchère pour remporter des appels d’offre là où les firmes occidentales et japonaises sont traditionnellement bien positionnées. L’Inde et la Chine doivent aussi se rapprocher de pays considérés désormais comme non fréquentables sur le plan politique pour les firmes occidentales ou japonaises, afin d’accéder à de nouvelles sources d’approvisionnement. Pékin et New Delhi semblent peu préoccupés de l’argument moral (comme l’étaient d’ailleurs jusqu’il y a peu de temps les gouvernements occidentaux), mais ce type de coopération n’est pas sans avoir des coûts politiques comme le démontrent les critiques adressées à la Chine sur son rôle dans la crise du Darfour61. Le Soudan fournit à la Chine et à l’Inde respectivement 6 % et 5 % de leurs approvisionnements extérieurs en pétrole62 et le gouvernement soudanais a octroyé l’exploitation de 40 % de ses gisements pétroliers à la Chine, 30 % à la Malaisie et 25 % à l’Inde63. Le gouvernement chinois a été accusé de fermer les yeux sur la crise du Darfour, et de soutenir économiquement le régime de Khartoum qui a fait l’objet de plusieurs sanctions votées aux Nations Unies. Durant la préparation des Jeux olympiques de Pékin au début de l’année 2008, la diplomatie chinoise a été obligée de sortir de son mutisme pour faire face aux critiques internationales sur son rôle au Soudan64. En Birmanie, le soutien militaire, économique et diplomatique accordé au régime militaire birman par l’Inde et la Chine en échange de l’exploitation des ressources en gaz a également fait l’objet de vives critiques sur le plan international.

  • 65 in Ecomine, plusieurs numéros, Direction générale de l’énergie et des matières premières, Ministère (...)

45Par ailleurs, la concurrence qui existe entre les deux pays ne se limite pas au domaine des hydrocarbures. Elle est également très vive sur d’autres matières premières pour lesquelles les deux pays ne sont pas autosuffisants. Phosphate, minerais de fer, nickel, plomb, ferraille, bauxite, cuivre, zinc, tungstène, et ce malgré des ressources domestiques importantes notamment pour la Chine, font également l’objet d’une vive concurrence, qui touche il est vrai tous les grands pays importateurs et pas uniquement la Chine et l’Inde65.

  • 66 http://www.cnooc.com.cn/yyww/hzsy/dwhz/244281.shtml
  • 67 Shell, ExxonMobile, BP, ou MacDonald’s sont les principaux partenaires stratégiques de SINOPEC, in (...)
  • 68 http://www.ongcvidesh.com/display1.asp?fol_name=News&file_name=News&file_name=news135&get_pic=ovl_n (...)
  • 69 Notamment avec l’Italie, la Russie, le Brésil, le Venezuela, la Russie.
  • 70 Rapport d’activité, années 2003, 2004, 2005, 2006, 2007.

46Enfin, lorsque les grands groupes indiens et chinois de l’énergie décident de collaborer, rien n’indique que ces projets communs se déroulent dans le cadre d’une relation stratégique et privilégiée qui se ferait aux dépens des coopérations entretenues avec d’autres pays. Bien au contraire. Lorsqu’on analyse les coopérations étrangères des groupes pétroliers et gaziers des deux pays, celles entretenues avec des groupes européens, américains, russes, japonais, saoudiens, australiens et des grands pays en voie de développement, comme le Brésil, le Chili, l’Iran ou le Venezuela sont beaucoup plus anciennes, nombreuses et soutenues. À la fin de l’année 2006, China National Offshore Oil Corp. (CNOOC) avait par exemple signé 182 contrats et accords dans le domaine du pétrole avec 76 sociétés étrangères en provenance de 21 pays66. Shell, Exxon, Chevron, Total sont les grands partenaires de CNOOC, loin devant les entreprises indiennes. Sur les 50 gisements de pétrole offshore en Chine détenus par CNOOC, 27 sont exploités conjointement avec des entreprises étrangères, et aucune firme indienne ne faisait partie de la liste des partenaires étrangers à la fin de l’année 2006. Il en est de même pour l’autre grand géant de l’industrie du pétrole et du gaz chinois, SINOPEC (China Petroleum & Chemical Corporation). Aucune firme indienne ne figure parmi les grands partenaires stratégiques de SINOPEC qui entretient par contre, tant sur le plan de l’exploitation que de la commercialisation, une coopération étroite avec les grandes multinationales occidentales67. Du côté indien, rien n’indique non plus que la place occupée par les firmes chinoises en matière de coopération internationale soit plus importante que celle des groupes occidentaux, japonais, ou celle des pays en développement. ONGC Videsh entretient par exemple des liens beaucoup plus étroits avec le groupe brésilien Petrobras, avec qui il vient de signer une série d’accords stratégiques en 200768. Les accords signés avec CNPC ou SINOPEC ne sont en rien exclusifs ou différents des multiples accords que ONGC Videsh vient de signer avec des partenaires étrangers depuis le début des années 200069. Même stratégie pour Reliance70. La coopération entre l’Inde et la Chine dans le domaine de l’énergie n’est donc en rien exclusive, dans le sens où les deux pays entretiennent chacun de leur côté des relations de coopération plus anciennes et plus soutenues avec d’autres pays, ce qui relativise la portée des récents projets communs qu’ils viennent de lancer. L’Inde pour la Chine, et inversement la Chine pour l’Inde sont devenues depuis quelques années des partenaires potentiels pour des alliances sur des projets ponctuels au même titre que les autres grands acteurs étatiques et privés présents sur la scène énergétique mondiale.

47Sur la base de ces différents éléments, et malgré la mise en place de quelques projets communs dans le domaine des hydrocarbures depuis 2005, nous sommes donc loin de voir émerger une réelle relation stratégique entre l’Inde et la Chine dans le domaine de l’énergie et des matières premières. La coopération entre des firmes chinoises et indiennes semble pour l’instant relever plus de l’exception que de la règle, qui reste plutôt celle d’une rude concurrence dans la recherche de nouveaux approvisionnements extérieurs en matière d’énergie.

Alliances pragmatiques dans les institutions économiques internationales

48Conscient du rôle quasi hégémonique des États-Unis et de l’Europe dans les institutions internationales de Bretton Woods créées au lendemain de la seconde guerre mondiale, Jawaharlal Nehru avait recherché activement, dès l’indépendance de l’Inde en 1947, le soutien de son voisin chinois pour contrebalancer le poids des pays développés et défendre les intérêts des pays en développement. La conférence de Bandung en avril 1955 réunissant 29 pays en développement a représenté le point culminant de cette stratégie où l’Inde jouait un rôle central. L’impossibilité pour le régime communiste de Pékin de participer aux organisations internationales de Bretton Woods jusque dans les années 1970 (la Chine étant représentée par le gouvernement nationaliste installé à Taïwan) ainsi que la guerre entre les deux pays, brisera définitivement cet espoir de constitution d’un axe stratégique Pékin – New Delhi orienté en faveur de la défense des intérêts des pays en développement. Bien que la Chine communiste réintégra progressivement toutes les organisations internationales durant les années 1970 (ONU) et 1980 (FMI, Banque Mondiale), c’est surtout au moment de son accession à l’OMC en 2001, à un moment où se discutent des réformes importantes du commerce international, que l’opportunité d’un axe New Delhi – Pékin est apparue de nouveau. Entamées en 2001, les négociations du cycle de Doha dans le cadre de l’OMC ont été marquées par une forte opposition entre les pays développés et les pays en développement, et l’Inde a joué un rôle particulièrement actif dans la défense des intérêts de ces derniers.

  • 71 The Hindu, 16.04.2007.

49Nouvelle venue dans l’enceinte de l’OMC, la Chine a gardé un profil bas durant les négociations du cycle de Doha. Pékin s’est néanmoins aligné très nettement sur les positions de New Delhi, laissant l’Inde jouer un rôle leader lors des conférences ministérielles. La Chine a également pesé de tout son poids pour soutenir l’Inde à des moments décisifs des négociations. Lors de la réunion ministérielle des négociations de Doha par exemple, qui s’est tenue à Genève le 29 juillet 2008, le soutien de la Chine à la position indienne a été crucial après la défection du Brésil et son alignement sur les positions des pays développés. En avril 2007, lors d’une rencontre à Pékin entre le ministre du commerce chinois Bo Xilai et son homologue indien, Kamal Nath, les deux pays avaient exprimé dans le cadre d’une déclaration conjointe une position commune forte sur la défense des intérêts des pays en développement71.

  • 72 The Hindu, 18.12.2007.

50L’Inde et la Chine ont également défendu des positions communes dans les négociations internationales liées au réchauffement climatique, notamment en ce qui concerne l’établissement des règles qui entreront en vigueur à la fin de la première étape du protocole de Kyoto en 2012. Les deux pays ont fait cause commune depuis plusieurs années, réaffirmant avec force cette entente lors de la dernière « Conférence des parties à la convention pour la lutte contre les changements climatiques » qui s’est tenue à Bali en décembre 200772, pour refuser toute tentative de la part des pays développés (à l’exception des États-Unis) d’imposer des quotas d’émission de gaz à effet de serre à leur encontre. Les deux pays ont également fait cause commune pour refuser le principe, proposé notamment par la France, d’une taxe aux importations imposée aux produits en provenance de pays à fort taux d’émission de gaz à effet de serre. L’Inde et la Chine ont également proposé en commun l’établissement d’un fonds financé par les pays « historiquement » responsables de l’effet de serre (les États-Unis et l’Europe) afin de couvrir le coût des innovations et des transferts de technologies réduisant les émissions de CO2.

51Devant l’impact de ces alliances entre l’Inde et la Chine, plusieurs analyses ont parlé d’une nouvelle ère dans les organisations économiques internationales, notamment à l’OMC. Impensables il y a encore quinze ans, compte tenu de l’état de leur relation bilatérale et de la participation limitée de la Chine dans les organisations économiques internationales, ces alliances pourraient se renouveler dans le futur et modifier l’état actuel des rapports de force dans les négociations internationales. Nous pensons néanmoins que les alliances entre l’Inde et la Chine resteront ponctuelles et pragmatiques et ne déboucheront pas sur la constitution d’un axe systématique pour la défense des pays en développement. Les nombreuses rivalités géostratégiques entre les deux pays que nous avons évoquées dans la première partie de cette étude limitent la portée de ces alliances, qui restent en effet encore largement dictées par une convergence ponctuelle liée à la défense d’intérêts nationaux circonscrits à quelques dossiers économiques. Sur d’autres dossiers, comme par exemple la réforme de l’ONU ou celle du FMI, les deux pays ne sont pas des alliés comme le montre l’attitude de la Chine à l’égard de la candidature de l’Inde pour l’obtention d’un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

Conclusion

  • 73 Edgar Snow, op. cit, p. 761.
  • 74 Ramachandra Guha, op. cit, p. 336.

52En analysant différents pans de la relation bilatérale entre la Chine et l’Inde, nous avons voulu montrer dans ce chapitre, que derrière l’enthousiasme très médiatique et officiel du réchauffement diplomatique et économique depuis le début des années 1990, les rapports entre les deux pays restaient en fait entravés par toute une série de rivalités géostratégiques et économiques. La relation entre New Delhi et Pékin continue d’être habitée par une méfiance réciproque, héritée du conflit de 1962, lui-même issu d’un choc de deux nationalismes ambitieux et difficilement conciliables sur la scène asiatique. En 1959, trois ans avant le début du conflit, dans un entretien accordé au journaliste américain Edgar Snow, Jawaharlal Nehru déclarait que « la raison principale du différend sino-indien réside dans le fait que l’Inde et la Chine sont « deux nouvelles nations », fraîchement indépendantes et portées par un leadership nationaliste dynamique, et que dans un certain sens ces deux nations se « rencontraient » à leur frontière pour la première fois de leur histoire »73. L’historien indien Ramachandra Guha insiste dans le même ordre d’idée sur le fait que le différend sino-indien « était alors un conflit de mythes nationaux, d’ego nationaux, d’insécurités nationales et – en dernier ressort et inévitablement – de deux armées »74.

53Le contexte géopolitique a bien sûr beaucoup évolué aujourd’hui, mais ce choc de deux nationalismes sur la scène asiatique continue d’influencer les relations sino-indiennes. Certaines tensions sous-jacentes présentes dans les relations sino-indiennes durant les années 1950, à savoir la concurrence pour le leadership asiatique, la crainte de Pékin d’un encerclement militaire et d’une alliance entre les États-Unis et l’Inde, continuent encore à l’heure actuelle de peser lourdement sur les relations bilatérales. Les années 1950 auront également laissé dans leur sillage un lourd héritage qui est loin d’être réglé sur la question tibétaine, la démarcation des frontières, ainsi que sur les relations sino-pakistanaises. La défaite militaire indienne dans le conflit armé de 1962 a été vécue comme une des plus grandes humiliations nationales de l’Inde indépendante. Elle aura également entièrement détruit le capital de confiance accordé au voisin chinois par Jawaharlal Nehru, un des pères de la nation indienne, et révélé au grand jour les contradictions et les limites de la politique de non-alignement poursuivie par l’Inde. Près d’un demi-siècle s’est écoulé, et pourtant, les ondes de choc créées par ce conflit n’ont pas totalement disparues dans l’establishment politique et militaire indien. À chaque regain de tension entre les deux pays, elles reviennent hanter l’esprit des dirigeants indiens.

  • 75 Kyodo, 27.11.2006.
  • 76 Amartya Sen, « Passage to China », in The New York Review of Books, Vol. 51, n° 19, 2 décembre 2004

54De cet héritage bilatéral lourd et complexe, ne pouvait émerger, après trente années de « glaciation », qu’une relation fondée sur le pragmatisme. Comme nous avons voulu le montrer, la relation bilatérale entre Pékin et Delhi est aujourd’hui alimentée beaucoup plus par des tensions et des conflits qui séparent les deux pays que par des projets communs qui les rapprochent. La normalisation des relations entre les deux géants asiatiques n’est donc pas pour l’instant synonyme de l’émergence d’un véritable partenariat stratégique ; et l’hypothèse selon laquelle le développement des échanges bilatéraux pourrait balayer les rivalités, les tensions et les méfiances mutuelles issues du champ politique apparaît comme bien peu crédible. Comme le faisait remarquer Brahma Chellaney, chercheur au Centre for Policy Research de New Delhi, au sujet de la relation entre la Chine et le Japon, « les 200 milliards de $ du commerce bilatéral sino-japonais ne garantissent pas la modération et la retenue dans les relations bilatérales lorsque des animosités stratégiques demeurent non résolues »75. Le « doux commerce » entre les hommes et les nations, cher à Montesquieu et à Adam Smith, permet aujourd’hui à la Chine et à l’Inde de se (re)découvrir mutuellement76, et de collaborer ponctuellement dans quelques domaines comme l’énergie, l’environnement ou dans le cadre de l’OMC. Mais il n’effacera pas à lui seul, comme par un coup de baguette magique, les multiples différends qui pèsent aujourd’hui dans les relations bilatérales, ainsi que les effets de deux ambitions nationales hégémoniques en Asie.

  • 77 Tarun Khana, Billions Entrepreneurs, Boston, Harvard Business School Press, 2007, 353 p.

55En d’autres termes, l’Inde et la Chine sont bien en train de bien changer le monde77; mais elles le font plus de manière séparée, via l’émergence de leur puissance économique et militaire respective, qu’au travers d’un partenariat stratégique qui relève pour l’instant davantage d’un effet d’annonce que de la réalité.

Notes

2 La dernière de très haut niveau étant celle du Premier ministre indien Manmohan Singh en janvier 2008 qui suivait celle du Président chinois Hu Jingtao en novembre 2006.

3 Drew Thomson, Singh’s Visit : Views from Beijing, in China Brief, Vol. VIII, n° 4, February 14, 2008, pp. 8-10.

4 Slogan lancé au moment de la visite officielle du Premier ministre chinois Zhou Enlai en Inde en 1956 pour signifier le caractère fraternel des relations entre la Chine et l’Inde.

5 Expression qui s’est forgée depuis le début des années 2000, voir par exemple Jairam Ramesh, Making Sense of Chindia : Reflections on China and India, New Delhi, India Research Press, 2005.

6 M. J. Akbar, Nehru : the Making of India, New Delhi, Lotus Roli Books, 2002, p. 535 sq.

7 Voir notamment les attaques du Sénateur américain Richard B. Russel, président de la Commission pour les forces armées au Sénat, in Ramachandra Guha, op. cit., p. 340 sq.

8 Les sources chinoises sur le conflit territorial et de la guerre de 1962 entre l’Inde let la Chine sont très rares. La Chine n’a jamais révélé par exemple le nombre de morts parmi ses troupes durant le conflit.

9 Près de 140 intrusions de l’armée chinoise au-delà de la ligne de contrôle ont été dénoncées en 2007 par le gouvernement indien, Times of India, 6.04.2008.

10 Voir ci-dessous la section sur la question tibétaine.

11 Drew Thomson, op. cit.

12 Sudha Ramachandran, « India takes the high ground against China », in Asia Times, édition internet, 14 juin 2008, http://www.atimes.com/atimes/South_Asia/JF14Df02.html

13 Dans laquelle elle a réussi à obtenir un siège d’observateur.

14 Tarique Niazi, « Sino – Indian Rivalry for Pan-Asian Leadership » in China Brief, Vol. 6, n° 4, 15.02.2006.

15 Olivier Zajec, « La Chine affirme ses ambitions navales » in Le Monde Diplomatique, Septembre 2008, n° 654, pp. 18-19.

16 Qui réunit six pays, Cambodge, Laos, Vietnam, Birmanie, Thaïlande et l’Inde pour favoriser une coopération régionale sur les questions d’éducation, de tourisme, de transport et de culture.

17 Ramachandra Guha, op. cit., p. 159.

18 Le contenu de l’accord entre les deux pays a été finalement rendu public en août 2007.

19 L’accord prévoit de placer 14 des 22 réacteurs nucléaires indiens sous surveillance de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique.

20 Voir pour le détail de l’accord Jayshree Bajoria, « The U.S.-India Nuclear Deal », in Council on Foreign Relations, février 2008, http://www.cfr. org/publication/9663/usindia_nuclear_deal.html ?breadcrumb=%2Fbios %2Fbio %3Fgroupby %3D0 %26hide %3D1 %26id %3D13611 %26page %3D3

21 Amit Gupta, The U.S.-India Relationship : Strategic Partnership or Complementary Interests ?, Strategic Studies Institute, US Army War College, Février 2005.

22 R. Nicholas Burns, America’s Strategic Opportunity With India. The New U.S.-India Partnership, in Foreign Affairs, Novembre-Décembre 2007.

23 Edward Luce, In Spite of the Gods : The Strange Rise of Modern India, Random House, New York, 400 p., voir chapitre 7, pp. 261-299.

24 Voir pour les réactions officielles chinoises sur l’accord entre les États-Unis et l’Inde, Mohan Malik, « China Responds to the U.S.-India Nuclear Deal », in China Brief, Vol. 6, n° 7, 29.03.2006.

25 Boston Globe, 20.11.2006.

26 L’accord sur le nucléaire entre les États-Unis et l’Inde ne pourrait constituer pour Washington qu’un « levier » limité sur New Delhi qui pourrait obtenir des technologies similaires de la part de la Chine, in Jayshree Bajoria, The U.S.-India Nuclear Deal, Council on Foreign Relations, février 2008.

27 In Look Magazine, 18 octobre 1960, repris dans Edgar Snow, The Other Side of the River : Red China Today, New York, Random House, 1963, cité par Ramachandra Guha, op. cit. p. 319.

28 Voir Robert Barnett, Thunder from Tibet, in New York Review of Books, Vol. 55, n° 9, 29 May 2008.

29  India Detains Tibet Protestors », in Time Magazine, 14.03.2008.

30  India breaks silence, calls for talks on Tibet », in The Times of India, 16.03.2008.

31 Swaran Singh (ed.), China-Pakistan Strategic Cooperation, New Delhi, Manohar & Centre de Sciences Humaines (CSH), 2007.

32 Savita Pante, « Nuclear Proliferation Concerns » in Swaran Singh (ed.), op. cit., pp. 159-175.

33 Voir la partie II de l’ouvrage de Swaran Singh (ed.), op. cit., pp. 137-330.

34 Associated Press, 13.05. 2007.

35 W. Laurence S. Prabhakar, « The Maritime Convergence », in Swaran Singh, op. cit., p. 231-247 ; voir également Olivier Zajec, op. cit.

36 La Chine a par exemple réagi assez mollement aux essais nucléaires indiens de 1998. Plusieurs analyses ont également fait remarquer que même durant la période de glaciation entre l’Inde et la Chine, Pékin n’a jamais « tiré un coup de feu » pour défendre le Pakistan au moment de la guerre de 1965 ou de l’indépendance du Bangladesh en 1971, contrairement à ce qu’attendaient plusieurs hauts dirigeants pakistanais, voir Ramachandra Guha, op. cit., p. 458.

37 Voir introduction de Swaran Singh (ed.), op. cit.

38 Pour une analyse des forces et faiblesses du commerce extérieur indien et chinois voir T.P. Bhat, Atulan Guha et Paul Mahua, India and China : Trade Complementarities and Competitiveness, Bookwell, New Delhi, 2008.

39 V.N. Balasubramanyam and Wei Yingqi, « Textile and Clothing Exports from India and China : a Comparative Analysis », in Journal of Chinese Economic and Busines Studies, n° 1, 2005, pp. 23–37.

40 Voir parmi les dernières déclarations officielles indiquant ce refus, The Hindu, 22.04.2008 ou Business Standard, 09.02.2008.

41 L’accès aux laboratoires Bell pour les firmes japonaises dans les années 1950 par exemple, voir Mark W. Fruin, The Japanese Enterprise System – Competitive Strategies and Cooperative Structures, Oxford, Clarendon Press, 1994.

42 Takashi Inoguchi and Daniel I. Okimoto, The Political Economy of Japan, Volume 2 : The Changing International Context, Stanford, Stanford University Press, 1988.

43 Tata Consultancy Services a ouvert sa première filiale en Chine en 2004 à Shanghai dans la zone de développement technologique de Pudong.

44 Gillian Goh Hui Lynn, China and India : Towards Greater Cooperation and Exchange, working paper, Lee Kuan Yew School of Public Policy, National University of Singapore, 2006.

45 Drew Thomson, Singh’s Visit : Views from Beijing, in China Brief, Vol. 8, n° 4, February 14, 2008, pp. 8-10.

46 M. S. Qureshi et G. Wan, Trade Expansion of China and India : Threat or Opportunity?, United Nations University, UNU-WIDER, Research Paper, n° 2008/08.

47 T. P Bhat, India–China Free Trade Area. Is it Feasible ?, Working Paper, Institute for Studies in Industrial Development, New Delhi, 2008, p. 20.

48 Les exportations de l’Inde en 2007 se montaient à 151 milliards de $ contre 230 milliards de $ d’importations, soit un déficit commercial de 79 milliards de $.

49 Swapan K. Bhattacharya et Biswa N. Bhattacharya, Gains and Losses of India-China Trade Cooperation – A Gravity Model Impact Analysis, Munich, CESifo, Working Paper n° 1970, avril 2007, p. 18.

50 Idem, p. 22.

51 Les taxes douanières sur les produits importés se montaient à 28 % en moyenne.

52 Voir Asia Times, édition internet, 26.09.2006, http://www.atimes.com/atimes/South_Asia/HI26Df01.html

53 Gulshan Sachdeva, « India’s Attitude towards China’s Growing Influence in Central Asia », in China and Eurasia Forum Quarterly, Vol. 4, n° 3, 2006, pp. 23-34.

54 Les deux pays collaborent dans l’exploitation, le transport et le raffinage du pétrole au Soudan. Après le retrait des firmes occidentales et japonaises en raison du conflit au Darfour, la Chine, la Malaisie et l’Inde se partagent désormais l’activité pétrolière au Soudan.

55 CNPC et ONGC, via des filiales, ont investi 850 millions de $ pour prendre 50 % de participation dans Omimex Colombia (filiale américaine de Omimex Resources) qui exploite du pétrole et du gaz dans les pays d’Amérique du Sud.

56 Le groupe indien Reliance et Shanghai Electric ont signé en août 2008 un accord de coopération industrielle pour cinq ans sur le design, la fabrication et la commercialisation de matériels de production électrique, in http://www.2point6billion.com/2008/08/18/india-china-us3bn-energy-pact/

57 En août 2005, China National Petroleum Corporation a payé 4,18 milliards de $ pour acquérir la compagnie pétrolière canadienne Petro-Kazakhstan passant devant l’offre de l’India’s Oil and Natural Gas Corporation qui offrait 3,9 milliards de $, in J. Nandakumar, « India-China Energy Cooperation : Attaining New Heights », Institute for Defence Studies and Analyses, Strategic Comments, 28.11.2005 et pour l’Angola AFP, 15.10.2004.

58 International Business Time, 28.08.2008.

59 Actuellement le charbon représente 56 % des ressources énergétiques de l’Inde et 74 % de celles de la Chine ; voir pour les projections, International Energy Agency, World Energy Outlook 2006, Paris, 2006.

60 World Energy Outlook 2006, op. cit., p. 101.

61 Le gouvernement indien est resté relativement épargné des critiques internationales concernant sa présence massive dans l’industrie du pétrole au Soudan.

62 Soit 10,3 millions de tonnes de pétrole à la fin de l’année 2007, in Business Week, 13.02.2008.

63 Sudan Tribune, 06.03.2006, http://www.sudantribune.com/article.php3?id_article=14363

64 Jason Qian and Anne Wu, « China’s Delicate Role on Darfur », in Boston Globe, 23.07.2007 ou Washington Post, 14.12.2006.

65 in Ecomine, plusieurs numéros, Direction générale de l’énergie et des matières premières, Ministère de l’Industrie, http://www.industrie.gouv.fr/energie/publi/f1e_pub.htm

66 http://www.cnooc.com.cn/yyww/hzsy/dwhz/244281.shtml

67 Shell, ExxonMobile, BP, ou MacDonald’s sont les principaux partenaires stratégiques de SINOPEC, in http://english.sinopec.com/about_sinopec/our_business/our_partners/ou http://english.sinopec.com/about_sinopec/our_business/sinopec_worldwide.

68 http://www.ongcvidesh.com/display1.asp?fol_name=News&file_name=News&file_name=news135&get_pic=ovl_news&p_title=&curr_f=135&tot_file=155

69 Notamment avec l’Italie, la Russie, le Brésil, le Venezuela, la Russie.

70 Rapport d’activité, années 2003, 2004, 2005, 2006, 2007.

71 The Hindu, 16.04.2007.

72 The Hindu, 18.12.2007.

73 Edgar Snow, op. cit, p. 761.

74 Ramachandra Guha, op. cit, p. 336.

75 Kyodo, 27.11.2006.

76 Amartya Sen, « Passage to China », in The New York Review of Books, Vol. 51, n° 19, 2 décembre 2004.

77 Tarun Khana, Billions Entrepreneurs, Boston, Harvard Business School Press, 2007, 353 p.

Table des illustrations

Légende Graphique n° 1. Comparaison des structures de PIB en Inde et en Chine en 2005
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Graphique n° 2. Évolution du commerce bilatéral Inde – Chine (en milliards de $)
Légende Source : United Nations Comtrade Database
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/7980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search