Version classiqueVersion mobile

L’Inde et l’Asie

 | 
Jean-Luc Racine

Le nouvel échiquier géopolitique : voisinage proche, voisinage étendu

Inde, Look East policy et régionalismes asiatiques

Isabelle Saint-Mézard

Texte intégral

1Que l’Inde ait dû lancer très officiellement une politique de « Regard vers l’Est » au début des années 1990 semble être un paradoxe pour un pays dont l’histoire ancienne montre qu’il fut intimement lié à ses voisins d’Asie orientale. Tant par son dynamisme marchand que par sa sophistication artistique et philosophique, le sous-continent indien s’affirma en effet comme un pôle de premier plan en Asie et, du troisième siècle avant notre ère au xiiie siècle, il exerça un fort attrait sur les contrées de son pourtour proche et éloigné. L’essaimage des diverses écoles bouddhistes sur tout le continent, de l’Asie centrale à la Chine, jusqu’au Japon et à l’Asie du Sud-est illustre à lui seul l’ampleur de l’influence exercée par la civilisation indienne.

  • 1 Birendra Prasad, Indian Nationalism and Asia, New Delhi : B.R. Publishing Corporation, 1979 ; Sisir (...)
  • 2 Werner Levi, The Challenge of World Politics in South and Southeast Asia, London : Prentice-Hall, 1 (...)

2Cette influence s’éteignit au cours des xiiie et xive siècles. L’Inde garda néanmoins le souvenir de ce passé glorieux, de sorte que lors de la lutte pour l’indépendance à partir des années 1920, et encore dans les années 1950, certains intellectuels nationalistes exhumèrent cet « âge d’or » de la civilisation indienne et s’en prévalurent pour affirmer la vocation de leur nation à retrouver son rôle de chef de file du continent asiatique. L’Inde fit preuve d’un activisme tel qu’elle se trouva constamment sur le devant de la scène diplomatique sur les sujets intéressant le continent asiatique. New Delhi fut ainsi la première capitale à accueillir la Conférence des Relations Asiatiques, en 1947, ainsi qu’une Conférence internationale en faveur de l’octroi de l’indépendance à l’Indonésie en 19491. Dans les années 1950, le désir de contenir à la fois l’extension de la Guerre Froide en Asie et les tensions couvant avec la Chine communiste prit progressivement le pas sur l’asiatisme indien, au point que celui-ci se dilua peu à peu dans la thématique du non-alignement2. La guerre éclair de 1962 contre la Chine mit brutalement fin aux ambitions asiatiques de New Delhi. Il fallut attendre trois décennies et la fin de la Guerre Froide pour que l’Inde s’essaie à rétablir des liens forts avec ses voisins d’Asie orientale, et qu’à la faveur de sa politique de Regard vers l’Est, elle tente de retrouver une certaine influence sur cette région.

3Ce chapitre s’intéresse précisément à la réémergence de l’Inde en tant qu’acteur influent en Asie orientale. Il s’interroge notamment sur les perspectives d’évolution du positionnement indien par rapport aux grands équilibres stratégiques dans la région. De prime abord, ce positionnement apparaît déterminé par deux dynamiques, distinctes l’une de l’autre mais également complémentaires. La première a trait à la politique de Regard vers l’Est précédemment évoquée, c’est-à-dire au projet indien de se réorienter tant diplomatiquement qu’économiquement et stratégiquement vers ses voisins d’Asie orientale. La deuxième dynamique doit au rapprochement stratégique qui s’opère entre l’Inde et les États-Unis, acteur dont la présence continue de jouer un rôle structurant en Asie orientale. Bien qu’elles datent du début de la décennie 1990, ces deux dynamiques n’ont vraiment commencé à porter leur fruit qu’au début des années 2000 et ce sont elles qui contribuent aujourd’hui à donner un nouveau relief à la présence de l’Inde en Asie orientale. À y regarder de plus près néanmoins, il apparaît que le positionnement de l’Inde sur la scène asiatique est mouvant, et qu’il oscille entre la tentation d’un rapprochement continu avec les États-Unis et le souhait de rester dans la ligne indépendante qui a été celle du pays depuis ses débuts.

4Le chapitre reviendra donc dans un premier point sur la politique de Regard vers l’Est et la contribution de l’Inde au régionalisme asiatique, pour ensuite s’intéresser aux implications du rapprochement stratégique indo-américain pour l’Asie. Le troisième et dernier point cherchera à comprendre quel positionnement l’Inde sera portée à privilégier pour contribuer à la stabilité régionale, en envisageant deux options qui renvoient chacune à un modèle distinct d’équilibre stratégique : coalitions flexibles sous houlette américaine d’un côté, ordre multipolaire de l’autre.

La politique indienne de Regard vers l’Est

5La politique de Regard vers l’Est fût lancée au début des années 1990, dans le contexte des grandes réformes économiques entreprises par le gouvernement du Premier ministre P. V. Narasimha Rao et de son ministre des Finances Manmohan Singh. Aiguillonnés par le modèle des « tigres » et des « dragons », ces décideurs entendaient rattraper les pays à forte croissance d’Asie du Nord-est et du Sud-est, et faire de l’Inde le nouveau terrain d’expérimentation de ce miracle économique qui s’était déjà reproduit en cascade sur toute la façade Pacifique du continent asiatique. Il s’agissait par là même de renouer avec les voisins d’Asie orientale, et de mettre un terme à une parenthèse de trente ans au cours de laquelle l’Inde s’était désolidarisée de cette partie de l’Asie dont pourtant elle était historiquement très proche. Les considérations économiques furent ainsi prédominantes dans la mise en œuvre de la politique de Regard vers l’Est. Car si l’Inde s’employait à courtiser ses voisins asiatiques, c’était tout à la fois pour s’inspirer de leur modèle de croissance, pour commercer et pour attirer leurs investisseurs à l’heure où se faisaient criants les besoins en capitaux étrangers. Plus généralement, le pays ambitionnait de profiter de leur fort dynamisme en s’insérant aux mouvements socio-économiques de régionalisation à l’œuvre dans la zone est-asiatique. Furent donc ciblés en priorité le Japon, la Corée du Sud, Singapour, la Malaisie et la Thaïlande, autant de grands pôles économiques dont on pouvait espérer en Inde qu’ils portent un intérêt favorable à la politique de Regard vers l’Est.

  • 3 Pour un discours typique, voir P.V. Narasihma Rao, « India and the Asia Pacific – A New Relationshi (...)

6L’objectif de l’Inde fut en somme de réinvestir un espace asiatique qu’elle avait délaissé. La politique de Regard vers l’Est se composa d’un faisceau d’initiatives non pas seulement économiques, mais aussi politiques et culturelles, visant toutes à donner une visibilité inédite au pays, à le positionner dans l’horizon asiatique comme un nouvel acteur incontournable. Maîtres d’oeuvre de cette vaste entreprise, les décideurs indiens enchaînèrent sans relâche les visites en Asie orientale, faisant connaître les réformes économiques indiennes, démarchant les communautés d’affaires et financières, pénétrant les cercles décisionnels. Ce faisant l’Inde chercha à valoriser sa proximité historique et culturelle avec ces pays et redécouvrit son « asianité ». Les apports de la civilisation indienne au reste du continent furent rappelés, de façon suffisamment subtile pour souligner les liens historico-culturels sans froisser les susceptibilités nationales des pays asiatiques. Les références systématiques aux cheminements de l’hindouisme et du bouddhisme jusqu’aux confins du continent permirent de justifier l’existence d’un socle de valeurs communes qui, dans ses aspects les plus contemporains, rappelaient que l’Inde, en dépit de son retard de développement, était un membre inaliénable de la grande fratrie asiatique3.

7Bien que son ouverture suscita un certain intérêt auprès de ses divers interlocuteurs en Asie orientale, l’Inde souffrit durablement du handicap que constituait son réveil économique tardif et elle sembla rester au seuil de « l’Asie du Miracle » pendant l’essentiel des années 1990. Ce fut seulement vers la fin de la décennie qu’il se produisit un basculement, tant dans la façon dont les pays de la région percevaient l’Inde que dans le positionnement même de celle-ci par rapport à ses voisins asiatiques. Les effets de la crise asiatique contribuèrent notablement à changer les perceptions. Ayant échappé à la faillite financière qui s’était abattue sur les « tigres » et les « dragons » asiatiques en 1997-1998, l’Inde passa d’un statut de pays à la traîne, frappant aux portes de ses voisins plus prospères, à celui d’économie aux « fondamentaux » stables et sains. Au sortir des années 1990, l’Inde bascula ainsi dans la posture de grand pôle émergeant en Asie, posture que conforta encore la décision de s’affirmer ouvertement comme une puissance nucléaire en 1998.

  • 4 Le Japon, la Corée du Sud et Singapour figurent parmi les dix premiers investisseurs en Inde. En 20 (...)
  • 5 Chiffres extraits de la banque de données du Ministère indien du Commerce, disponible à : http://co (...)

8Une quinzaine d’années après le lancement de la politique de Regard vers l’Est, l’Inde peut se targuer d’une relative réussite au regard des objectifs qu’elle s’était originellement fixés. En premier lieu, il y a bien eu un rapprochement économique avec les pays de l’ASEAN, ainsi qu’avec le Japon, la Corée du Sud et la Chine. Ceux-ci sont pour la plupart des investisseurs désormais actifs sur le marché indien4. En 2005-2006, l’Asie orientale représentait un quart du commerce extérieur de l’Inde. L’ASEAN a elle seule comptait pour presque dix pour cent des échanges de l’Inde avec le monde5. Mais l’évolution la plus rapide est venue de la Chine qui a pleinement profité du réchauffement en cours au niveau politique pour se hisser au rang de deuxième partenaire commercial de l’Inde en quelques années. La Chine a de ce point de vue pris une importance grandissante dans la politique indienne de Regard vers l’Est, alors même qu’elle ne figurait pas à l’origine parmi les partenaires prioritaires ciblés par New Delhi. Par ailleurs, l’Inde a pris l’initiative de négocier des accords de libre-échange avec plusieurs pays de la région, dont le Japon, ainsi qu’avec l’ASEAN. Le plus important d’entre eux a déjà été conclu, en 2005, avec Singapour – la cité-État ayant de longue date misé sur l’Inde – et comprend un accord de libre-échange pour le commerce des biens et des services.

  • 6 F. Liu and P. Régnier (eds.), Regionalism in East Asia : Paradigm Shifting ? London : Routledge Cur (...)
  • 7 Singapour, le Japon et l’Indonésie ont en effet activement milité en faveur de la participation de (...)

9L’activisme indien a aussi porté ses fruits dans le champ diplomatique, de sorte que le pays est désormais bien représenté dans les instances de concertation régionale. En l’espèce, l’Inde a depuis le début concentré ses efforts sur l’ASEAN, qui est au cœur des tentatives de construction régionale en Asie. Dès 1996, l’association l’a invitée à ses réunions annuelles en tant que partenaire de dialogue, ainsi qu’à son forum stratégique, l’ASEAN Regional Forum. En 2001, New Delhi a obtenu qu’un mécanisme annuel de rencontres au sommet avec l’ASEAN soit mis en place en parallèle à l’ASEAN+3, le nouveau cadre de concertation régionale qui s’est instauré entre l’ASEAN, la Chine, la Corée du Sud et le Japon au lendemain de la crise asiatique de 1997-19986. En 2005 enfin, l’Inde a participé en tant que membre fondateur au Sommet de l’Asie orientale, une réunion de haut niveau rassemblant les principaux pays de la région et destinée à se tenir tous les deux ans7. L’année suivante elle a été invitée à l’ASEM (Asia-Europe Meeting), la structure de dialogue eurasiatique, confirmant son ancrage de plus en plus solide à l’espace politique asiatique.

10Cette dynamique d’arrimage à l’Asie orientale est confortée par la bonne tenue des relations avec la Chine, qui s’affirme elle-même comme un moteur de l’intégration régionale. Même si le dégel dans les relations sino-indiennes date de la fin des années 1980, celles-ci n’ont vraiment pris leur essor que depuis la fin de la décennie 1990, c’est-à-dire depuis que les essais nucléaires indiens de 1998 ont forcé Pékin à prendre son grand voisin méridional au sérieux. La cadence des échanges bilatéraux s’est nettement accélérée, engageant les décideurs au plus haut niveau à s’investir personnellement dans la construction d’un partenariat sino-indien stable et durable. La Chine est devenue un interlocuteur d’autant plus important de la politique de Regard vers l’Est qu’elle occupe une part croissante du commerce extérieur de l’Inde. Et l’absence d’avancée significative dans les négociations sur le contentieux frontalier n’empêche pas des progrès dans d’autres domaines sensibles. Les armées de deux pays entretiennent ainsi des contacts et conduisent quelques exercices conjoints. Un accord de défense bilatéral a même été signé en 2006, qui prévoit une intensification de la coopération bilatérale dans le domaine militaire.

11Il reste qu’en comparaison de la capacité d’initiative de la Chine, l’Inde apparaît encore quelque peu en retrait des développements régionaux. Cela est particulièrement net si l’on compare le dynamisme économique et diplomatique de la Chine à celui de l’Inde. Il est néanmoins un registre où l’Inde fait preuve d’une grande capacité d’initiative : celui de la défense. De fait, la plupart des États d’Asie du Sud-est, de même que le Japon, tendent à accueillir la montée en puissance de l’Inde comme un facteur d’équilibre face à la Chine dont ils redoutent la prééminence. Contrairement à la cette dernière, l’Inde n’a pas de contentieux territorial avec ses voisins d’Asie du Sud-est, ni de passé belliqueux, de sorte qu’elle ne pose pas de problème aux États de la région. Cette image relativement positive de puissance bénigne a permis à New Delhi de multiplier les initiatives en matière de coopération de défense. Des accords en ce domaine ont par exemple été signés avec Singapour, l’Indonésie, le Japon et la Corée du Sud. L’activisme indien n’est jamais aussi visible que dans le domaine naval. Les échanges avec les États d’Asie du Sud-est sont devenues denses, avec Singapour au premier chef, mais aussi avec le Vietnam et l’Indonésie. La marine indienne a également instauré des contacts réguliers avec les gardes-côtes japonais et depuis l’année 2000, conduit avec eux des exercices annuels. En vertu de cette diplomatie navale, la marine indienne est en mesure d’assurer une présence soutenue dans le Golfe du Bengale, dans le détroit de Malacca et même en mer de Chine. Du reste, New Delhi ne cache pas son ambition d’exercer une influence importante du détroit d’Hormuz au détroit de Malacca, voire au-delà, jusqu’en mer de Chine.

Un rapprochement avec le « gendarme régional » américain

12Les prémices du rapprochement indo-américain furent perceptibles dès la fin des années 1980, quand les alignements de la Guerre Froide disparaissant peu à peu, le Pacific Command de Hawaï effectua quelques premières ouvertures à l’endroit des Indiens pour mener des exercices navals conjoints. Les relations entre les deux États restèrent néanmoins teintées de méfiance et de malentendus pendant l’essentiel de la décennie 1990, notamment parce que New Delhi ne voulut en rien céder aux pressions américaines pour cesser ses activités nucléaires et balistiques. Les essais nucléaires indiens (et pakistanais) du printemps 1998 jetèrent un nouveau froid sur les relations entre New Delhi et Washington. Mais, tout en renforçant le dispositif des sanctions internationales contre l’Inde, l’administration du Président Clinton chercha à décrisper la situation par la voie du dialogue. Un échange de vue au plus haut niveau fut ainsi très vite instauré entre les deux États. Il allait paradoxalement révéler plus de convergences que de dissentiments. Car, loin de s’en tenir à leur seul désaccord sur la non-prolifération, les deux États se découvrirent des préoccupations communes quant à l’environnement stratégique en Asie.

13Le rapprochement entre l’Inde et les États-Unis ne prit ainsi vraiment corps qu’à la toute fin des années 1990. La visite réussie du Président Clinton en Inde, durant la dernière année de son mandat, symbolisa particulièrement bien l’ampleur des changements en cours. Rien n’aurait mieux su marquer les consciences que ce déplacement historique de mars 2000 qui ferma une parenthèse de vingt-deux années au cours de laquelle aucun président en exercice américain n’avait posé le pied sur le sol indien. La visite du président Clinton donna en outre l’occasion aux décideurs des deux États de s’engager à approfondir le partenariat indo-américain, engagement que le changement d’administration aux États-Unis, marqué par l’arrivée d’un Président républicain à la Maison Blanche, n’a en rien démenti, bien au contraire.

  • 8 Sur ce point, voir en particulier : Central Intelligence Agency, National Security Strategy of the (...)

14Tel qu’il s’est présenté depuis 2001, sous les deux administrations Bush, le partenariat naissant entre l’Inde et les États-Unis a mis l’accent sur deux thématiques principales. La première a souligné les valeurs démocratiques partagées. Cette communauté de valeurs a même été présentée comme naturelle et évidente dans la mesure où elle unissait deux pays qui se redécouvraient l’un l’autre comme les « deux plus grandes démocraties au monde » (l’Inde se prévalant du nombre et les États-Unis de l’histoire). Outre cette coloration idéologique, le rapprochement a privilégié les tonalités stratégiques et identifié des intérêts convergents à maintenir la paix et la sécurité en Asie en général, et dans l’océan Indien en particulier. Cette dimension stratégique a été d’autant plus marquée que le rapprochement indo-américain s’est déroulé pour l’essentiel dans le contexte de l’après-11 septembre, et qu’en conséquence Indiens et Américains se sont trouvés côte à côte dans la guerre contre le terrorisme8. Le drame du 11 septembre a, il est vrai, entraîné un redéploiement de la puissance militaire des États-Unis en Asie. Partant, ces derniers ont cherché à se rapprocher de pays qui, à défaut d’être alliés, leurs étaient suffisamment favorables et fiables pour relayer leurs objectifs dans la région. À ce titre, l’Inde est apparue comme une puissance émergente, stable et fréquentable politiquement, et qui plus est pesant d’un réel poids militaire au sein d’une région où Washington entendait lutter contre le terrorisme, l’extrémisme et la prolifération des armes de destruction massive. Les États-Unis ont certes aussi renoué avec le Pakistan dans le cadre de la guerre contre le terrorisme, mais ils ont pour la première fois réussi à découpler leur partenariat avec le Pakistan de celui construit avec l’Inde, le premier ayant vocation à contribuer aux opérations de stabilisation en Afghanistan, alors que le second s’est inscrit dans leur stratégie générale en Asie.

15Le tropisme stratégique qui a prévalu dans la relation indoaméricaine a conduit à une coopération de défense renforcée. Echanges en matière de contre-terrorisme, reprise des ventes d’armes, contacts de haut niveau entre chefs militaires, et exercices conjoints au sein de chacune des trois armées ont été autant d’axes de coopération qui ont fait la substance du nouveau partenariat indo-américain. Le domaine naval a été particulièrement propice aux échanges bilatéraux et a vu une multiplication des manœuvres conjointes. À cet égard, la conduite conjointe d’opérations d’escorte dans le détroit de Malacca en 2002 a été significative du possible rôle que les États-Unis semblaient disposés à assigner à la marine indienne. Il s’est agi en l’occurrence de l’investir d’une mission de sécurisation des voies maritimes, cela jusqu’en Asie du Sud-est, et de contribuer ainsi à l’ambition indienne de s’imposer comme une puissance stabilisatrice dans l’Océan Indien. Les deux États ont du reste conclu un accord de coopération en matière de sécurité maritime (Maritime Security Cooperation Agreement) début 2006 par lequel ils se sont engagés à conjuguer leurs efforts pour protéger les voies commerciales et lutter contre les menaces que sont la piraterie et la prolifération des armes de destruction massive.

  • 9 Voir notamment la déclaration de la secrétaire d’État Condoleezza Rice lors de son déplacement en I (...)
  • 10 Joint Statement by President George W. Bush and Prime Minister Manmohan Singh, White House Press Re (...)

16De façon générale, les États-Unis ont montré une nouvelle disposition à aider New Delhi à acquérir les attributs d’une grande puissance, capable de peser sur les équilibres asiatiques9. La démarche américaine a consisté depuis 2001 à démanteler le dispositif des sanctions et restrictions entravant les transferts de technologies duales vers l’Inde. Ainsi les « Nouvelles mesures dans le Partenariat Stratégique » (Next Steps in Strategic Partnership) signées en janvier 2004 ont-elles ouvert des perspectives de coopération dans le domaine du commerce des hautes technologies ainsi que dans les volets civils des secteurs spatial et nucléaire et en matière de défense anti-missile. Les accords-cadres de défense (New Framework for the US-India Defense Relationship) signés en juin 2005 ont prévu pour les dix prochaines années des transferts de technologies et des co-productions, ainsi qu’une coopération pour des opérations multilatérales et en matière de défense anti-missile. Enfin, le 18 juillet 2005, les deux États ont annoncé leur projet de mener les négociations nécessaires pour autoriser une coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire civile10. La visite du Président Bush en Inde au mois de mars 2006 a confirmé le souhait des deux États de faire aboutir ce projet parmi les plus symboliques de l’ampleur du nouveau partenariat. L’accord indo-américain pour la coopération dans le nucléaire civil a finalement été signé le 10 octobre 2008, après deux années d’âpres négociations dont la conclusion positive doit largement à la détermination et à l’investissement personnel des décideurs au plus haut niveau, à Delhi comme à Washington.

17En raison de son ampleur, la nouvelle entente entre Indiens et Américains a suscité des états d’âme à Pékin. La propension de Washington à louer les valeurs démocratiques partagées avec New Delhi a contrasté de fait avec la fermeté de son attitude par rapport au régime politique chinois dont il ne s’est pas lassé de dénoncer le caractère archaïque. En outre, les Américains ont associé l’Inde aux discussions sur la défense anti-missile – il existe même un dialogue bilatéral sur ce sujet – alors que la Chine s’est opposée à ce projet. Au cours des quelques mois qui ont séparé la prise de fonction de l’Administration Bush du drame du 11 septembre, le rapprochement indo-américain a paru d’autant plus troublant, vu de Pékin, que les relations sino-américaines connaissaient des tensions. Les Chinois n’ont d’ailleurs pas caché leur malaise et ont accusé Indiens et Américains de se livrer à une stratégie d’encerclement de leur pays. Ils ont dans le même temps redoublé d’initiative pour s’attirer les bonnes dispositions de l’Inde, entretenant de la sorte une logique vertueuse entre les trois capitales. De plus, le contexte de l’après-11 septembre a atténué la dimension potentiellement anti-chinoise de la relation indo-américaine, les trois nations se trouvant communément engagées dans la lutte contre le terrorisme. La Chine n’est toutefois pas entièrement rassérénée quant aux visées de Washington et de New Delhi, notamment lorsque les forces spéciales de ces deux pays se retrouvent à conduire des exercices conjoints au Ladakh, non loin des zones frontalières contentieuses sino-indiennes, comme cela a déjà été le cas en 2006.

Quel positionnement en Asie ?

18Si l’Inde cherche à accroître son influence en Asie orientale, son positionnement semble encore hésitant. En l’espèce, la posture indienne semble osciller entre deux options. La première, classique, consiste à chercher à s’affirmer comme un pôle indépendant, si besoin en marquant ses distances avec la superpuissance américaine, et en promouvant les relations avec les puissances alternatives telles que la Chine et la Russie, cela en vue d’œuvrer en faveur d’un ordre multipolaire en Asie. La seconde option est au contraire de privilégier un rapprochement continu avec les États-Unis et leurs alliés en Asie, tels le Japon ou l’Australie, au point de participer d’une façon ou d’une autre aux projets américains dans la région. Dès lors, l’Inde pourrait se trouver associée à des coalitions ponctuelles avec les États-Unis et leurs partenaires en Asie. Alors même que cette dernière hypothèse semble faire peu cas des grands idéaux fondateurs de la tradition diplomatique indienne – indépendance, non-alignement et coopération Sud-Sud – il est intéressant de noter que New Delhi s’est déjà laissé tenter : dans les quelques jours qui ont suivi le dramatique raz-de-marée de décembre 2004, l’Inde s’est rapidement trouvée associée aux États-Unis, à l’Australie et au Japon au sein d’un Core Group censé coordonner les opérations de secours d’urgence en faveur du Sri-Lanka, de la Thaïlande, des Maldives et de l’Indonésie. Cette coopération a été de courte durée car les Nations Unis ont, dès janvier 2005, pris le relais des opérations de secours sur tout le pourtour du Golfe du Bengale. Un précédent n’en a pas moins été établi pour les Indiens à cette occasion.

  • 11 Voir en particulier : Speech by Mr. Taro Aso, Minister for Foreign Affairs on the Occasion of the J (...)

19Les opérations post-tsunami ont de fait connu certains prolongements. Ainsi, dans leur déclaration conjointe du 18 juillet 2005, Indiens et Américains se sont-ils engagés à « lancer une initiative de gestion des catastrophes naturelles qui se fonde sur l’expérience du Tsunami Core Group ». Surtout, des réflexions ont été menées sur les possibilités d’établir un « dialogue à quatre », entre le Japon, l’Australie, l’Inde et les États-Unis. En l’occurrence, c’est le Japon qui s’est avéré le plus enclin à promouvoir ce format de concertation car il est apparu comme une première manifestation tangible de « l’arc de la liberté et de la prospérité » que Tokyo a entrepris de promouvoir sous la houlette du Premier Ministre Shinzo Abe, au pouvoir de septembre 2006 à septembre 2007, et de son ministre des Affaires Etrangères Taro Aso11. Du point de vue du Japon, un tel « arc » avait vocation à instaurer des liens privilégiés entre les nations en Asie qui, à son instar, voulaient promouvoir la loi du marché et les valeurs démocratiques, cela dans l’objectif général de stabiliser la région asiatique.

  • 12 Ce format de dialogue a été instauré en mars 2006, au niveau des ministères des Affaires Étrangères (...)
  • 13 Joint Statement, Towards Japan – India Strategic and Global Partnership, 15 décembre 2006, paragrap (...)

20Cette « diplomatie des valeurs » a conduit Tokyo à accorder une attention renouvelée à l’Inde au plan diplomatique et stratégique. Lors de la visite du Premier ministre Manmohan Singh à Tokyo, en décembre 2006, le Japon a même sondé la partie indienne sur la possibilité d’une participation à un dialogue stratégique trilatéral déjà existant avec les États-Unis et l’Australie12. Sans officiellement accepter de participer à ce format à quatre, la partie indienne a fait part de son intérêt. Ainsi la déclaration conjointe du 15 décembre 2006 a-t-elle mentionné que les deux États avaient « des vues communes sur la pertinence d’un dialogue entre le Japon, l’Inde et les autres pays animés du même état d’esprit dans la région de l’Asie Pacifique sur des thèmes d’intérêts mutuels »13. Dans la lignée de ces premiers contacts, des concertations politiques quadripartites se sont effectivement tenues entre représentants des États-Unis, du Japon, de l’Australie et de l’Inde les 24 et 25 mai 2007, en marge des rencontres du forum régional de l’ASEAN. Se gardant d’adopter une approche formelle – il n’y avait pas d’ordre du jour –, les concertations ont été décrites comme une initiative exploratoire visant à établir des liens constructifs entre les nations impliquées.

  • 14 « Trilateral naval exercises in Pacific Ocean », The Hindu, 17 Avril 2007. Shinzo Abe a démissionné (...)
  • 15 Les manœuvres trilatérales avaient été précédées par des exercices bilatéraux entre marine indienne (...)

21Mais c’est au niveau des forces de sécurité que les contacts se sont avérés les plus fructueux. Répondant finalement aux sollicitations du Japon, la marine indienne a accepté de participer à la mi-avril 2007 à des manœuvres navales trilatérales avec les forces d’autodéfense du Japon et des bâtiments de la 7e flotte de l’US Navy, au large de la baie de Tokyo14. Même si ces manœuvres se sont avérées très limitées au plan technique – il s’est agi seulement d’exercices de communication par transmissions radio et par signalétique de drapeau – elles ont néanmoins constitué une première pour les trois nations et ont révélé leur projet de développer une plus grande familiarité, voire à plus long terme une certaine interopérabilité entre leurs forces navales15. Indiens, Japonais et Américains ont d’ailleurs réédité l’expérience à peine cinq mois plus tard, en septembre 2007, en invitant cette fois les marines australienne et de Singapour à se joindre à des manœuvres d’assez grande ampleur dans le Golfe du Bengale. Ces premiers contacts multilatéraux, qui ont été interprétés comme potentiellement annonciateurs d’une coalition informelle, appelée le « Quad », n’ont pas été renouvelés en 2008. Mais, l’accession de Taro Aso au poste de Premier ministre en septembre 2008, a donné un nouvel élan aux relations de défense nippo-indiennes et à leurs éventuels prolongements multilatéraux. Les deux États ont d’ailleurs signé une déclaration conjointe de coopération en matière de sécurité, en date du 22 octobre 2008, qui réaffirme leur communauté de valeurs et de perceptions stratégiques, et prévoit entre autres mécanismes de coopération, la participation à des exercices bilatéraux et multilatéraux.

  • 16 Daniel Twining, « America’s Grand Design in Asia », The Washington Quarterly, vol. 30, n° 3, 2007, (...)

22Si elle devait s’investir plus avant dans cette option de renforcement des liens avec les États-Unis et leurs alliés, l’Inde pourrait progressivement devenir un relais de la politique américaine en Asie, en contrepartie de transferts en armements et en technologies avancées. Plus précisément l’Inde profiterait pleinement de l’aide décisive que les États-Unis peuvent apporter à sa montée en puissance, mais reconnaîtrait en contrepartie leur vocation à se maintenir comme acteur prééminent en Asie. De la sorte, elle participerait pleinement aux grands objectifs américains en Asie, lesquels, selon Daniel Twining, consistent à « préserver la position stratégique de Washington dans la région en facilitant l’ascension de pôles de puissance qui lui sont favorables et qui contraindront la quête hégémonique de la Chine tout en permettant aux États-Unis de se maintenir en tant qu’acteur stratégique décisif en Asie »16.

  • 17 « Goodwill joint naval drill ? », People’s Daily, 21 avril 2007. Pourtant, dans une initiative de c (...)
  • 18 Siddharth Varadarajan, « Four-power meeting drew Chinese demarche », The Hindu, 14 juin 2007.

23Mais pour les Indiens, le risque majeur d’une telle orientation est de fragiliser leur relation bilatérale avec la Chine. Cette dernière a du reste peu apprécié la tenue des exercices navals multilatéraux d’avril et de septembre 2007. Dès avril, le Quotidien du Peuple a ainsi commenté : « il n’est absolument pas nouveau que le Japon et les États-Unis se retrouvent à conspirer ensemble, mais il est plutôt intriguant que l’Inde soit de la partie »17. De même Pékin a-t-il cherché à dissuader les diplomaties indienne, nippone, américaine et australienne de tenir des concertations quadripartites en mai 200718. Toujours hantée par la crainte d’être encerclée, la Chine reste rétive à toute perspective de contacts multilatéraux entre les États de son voisinage. Or, une priorité de la politique extérieure indienne est de maintenir des relations cordiales avec Pékin. Le rapprochement indo-américain éprouve déjà la politique de bon voisinage avec la Chine. Il va sans dire qu’une association ouverte avec le Japon et l’Australie risquerait de mettre la relation sino-indienne encore plus sous tension, et il n’est pas certain que New Delhi soit prêt à accepter le coût d’un tel choix.

  • 19 À l’été 2008, les 45 États-membres du Groupe ont dû se prononcer au consensus sur le projet d’autor (...)
  • 20 Sandy Gordon, Widening Horizons : Australia’s New Relationship with India, Australian Strategic Pol (...)

24Dès lors, l’Inde pourrait trouver plus d’avantages à privilégier une posture alternative. Et plutôt que de se laisser coopter dans le réseau des alliés de Washington en Asie, elle pourrait aussi bien vouloir préserver sa pleine indépendance d’action, dans le respect de la tradition diplomatique qui a été la sienne depuis plus de cinq décennies. Par là même, l’Inde préférerait promouvoir l’avènement d’un ordre multipolaire en Asie, plutôt que de contribuer à la pérennité de la prédominance américaine. Cette posture alternative est d’autant plus envisageable que les relations de l’Inde avec les alliés des États-Unis en Asie – le Japon et l’Australie – ne sont pas exemptes de difficultés, en raison notamment de la question nucléaire. Le Japon et l’Australie sont traditionnellement très attachés à la défense du régime de non-prolifération. Une partie des milieux politiques dans ces deux pays a donc manifesté un certain malaise face aux négociations indo-américaines visant à instaurer une coopération dans le nucléaire civil (l’Inde n’étant pas signataire du TNP). Ainsi les représentants nippons et australiens au Groupe des Fournisseurs Nucléaires se sont-ils joints à contrecœur au consensus en faveur de l’octroi d’un régime d’exception pour l’Inde, à l’été 200819. Du reste, ni le Japon, ni l’Australie ne se sont pour l’heure déclarés prêts à coopérer avec l’Inde en ce domaine (la seconde se refusant notamment à lui livrer de l’uranium). Enfin, l’Australie semble hésiter sur le bien-fondé d’un élargissement du dialogue trilatéral avec le Japon et les États-Unis à l’Inde, de crainte d’irriter la Chine avec qui elle entend maintenir des relations cordiales20.

  • 21 P.S. Suryanarayana, « No evil design behind proactive exercises : Admiral Mehta », The Hindu, 21 ma (...)
  • 22 Les questions de sécurité relevant du domaine non conventionnel englobent une grande diversité de c (...)
  • 23 Annoncée en mai 2003 par le Président Bush, la PSI a pour objectif de lutter contre les transferts (...)

25En tout état de cause, dans l’esprit de nombreux décideurs indiens, leur pays ne saurait être comparable à des nations telles le Japon ou l’Australie, qui ont entièrement mis leur destin diplomatique dans l’orbite des États-Unis. Ces mêmes décideurs – au niveau politique et militaire – sont ainsi encore très prompts à souligner que New Delhi n’entend pas participer à quelque coalition que ce soit pour des opérations militaires conventionnelles hors du cadre des Nations Unies. Interrogé sur la nature des exercices trilatéraux avec les États-Unis et le Japon, le Chef d’État major de la Marine indienne, l’amiral Suresh Mehta a précisé en 2007 : « Nous mettrions très certainement nos forces à disposition de toute opération qui pourrait être conduite sous l’égide des Nations Unies. Nous n’avons aucune intention de contribuer de tout autre manière (à d’autres opérations) »21. La marine indienne s’affirme donc disposée à s’associer aux marines des États-Unis et de leurs alliés, pour autant qu’il s’agisse de conduire des opérations de secours humanitaire, ou que le champ d’action considéré se limite au maintien de la sécurité dans le domaine non conventionnel, comme la lutte contre la piraterie et le trafic d’armes22. Du reste la marine indienne ne montre qu’un intérêt prudent à l’égard de concepts reposant sur des coalitions multilatérales telles que la Proliferation Security Initiative ou la 1000-ship Navy, en dépit des invitations qui lui ont été faites de s’y joindre23.

26Enfin, cette posture d’indépendance a l’avantage de convenir au voisin chinois. Outre qu’à titre bilatéral, les relations avec Pékin sont au rang de ses toutes premières priorités diplomatiques, l’Inde trouve quelque intérêt à explorer les possibilités de dialogue trilatéral avec ses homologues chinois et russes. L’idée d’un « triangle stratégique » entre Moscou, New Delhi et Pékin a de fait été proposée par la Russie dès la fin des années 1990, avant d’être reprise par la Chine au début des années 2000. Pour les Indiens, l’avantage d’un tel « triangle » est de les mettre en présence d’interlocuteurs de premier plan, néanmoins différents des Américains et de leurs alliés, et de rassurer ainsi ceux qui, dans le pays, craindraient une dépendance grandissante envers les États-Unis. New Delhi ne s’est pourtant prêtée qu’avec prudence au jeu de ces concertations tripartites, surtout lorsqu’elles ont semblé mues par le désir de temporiser les excès de l’unilatéralisme américain. Les Indiens ont ainsi paru plus à l’aise sur des sujets plus techniques, comme la coopération en matière d’énergie. Du point de vue indien, les réunions tripartites avec la Russie et la Chine se présentent certes comme une bonne opportunité de ne pas s’enfermer dans un partenariat exclusif avec les États-Unis. Elles ne sauraient néanmoins mettre en péril ce qui reste l’une des principales lignes directrices de la politique étrangère du pays.

Conclusion

27Vue de New Delhi, l’Asie orientale constitue un espace sur lequel la puissance et l’influence de l’Inde ont naturellement vocation à se déployer. Les décideurs indiens gardent en effet le souvenir d’une histoire millénaire qui a vu le sous-continent rayonner sur son voisinage oriental et considèrent les pays de la région comme de « proches cousins », partageant un héritage culturel commun avec l’Inde. Dans un registre plus concret et contemporain, ils ont cherché à réaffirmer la vocation asiatique de l’Inde, en menant une politique de Regard vers l’Est, véritable offensive de charme pratiqué avec constance depuis la fin de la guerre froide. En vertu de cette politique volontariste d’ouverture sur ses voisins d’Asie orientale, l’Inde a réussi à s’imposer dans l’horizon régional. L’accélération du taux de croissance de l’économie indienne à près de neuf pour cent depuis le début des années 2000, de même que son expertise reconnue dans certains secteurs de pointe tels que ceux des technologies de l’information et de l’ingénierie ont contribué à conforter son statut de grand pôle émergent en Asie. À cela s’ajoutent ses capacités militaires qui en font un acteur de premier plan sur la scène régionale et qui, n’engendrant globalement pas de suspicions en Asie orientale, lui permettent d’engager une active coopération de défense avec ses voisins, voire de se profiler comme pourvoyeur de sécurité et de stabilité pour le bien collectif.

28Il reste à voir comment, du fait de son influence grandissante, l’Inde va se positionner par rapport aux équilibres stratégiques régionaux. Une première option pour New Delhi est de s’affirmer en tant que puissance émergente, fidèle à sa posture traditionnelle d’indépendance, recherchant donc une certaine équidistance dans ses relations avec les États-Unis et les autres grands pôles régionaux que sont la Chine et la Russie. La finalité de cette posture serait d’œuvrer en faveur d’un ordre multipolaire en Asie. C’est l’objectif qu’à titre officiel la diplomatie indienne continue d’appeler de ses vœux. Mais une telle orientation implique de maintenir de bonnes relations avec la Chine, en dépit d’un contentieux territorial toujours non résolu et d’un climat de méfiance réciproque que n’altèrent guère les initiatives de rapprochement lancées tous azimuts entre les deux nations. Plus encore, il faudrait que la Chine accepte que l’Inde s’affirme comme un nouveau pôle sur la scène asiatique, une évolution que, jusque dans les années 1990, elle s’est employée à contrecarrer du fait notamment de son étroite coopération avec le Pakistan. Dès lors, une posture alternative et tentante pour bien des décideurs en Inde, serait d’exploiter le levier américain en privilégiant les liens avec Washington et ses alliés en Asie. Les Indiens sont sans nul doute flattés par l’intérêt qu’ils suscitent auprès des États-Unis et captivés par les perspectives de coopération qui s’ouvrent à eux, notamment dans les technologies duales. Ils n’en sont pas moins sur leur garde vis-à-vis d’une puissance qui en retour de ses faveurs, a des exigences sur leurs positions en matière de politique étrangère.

29En dernière analyse, il est probable que New Delhi continue d’osciller entre ces deux postures qui, sans être mutuellement exclusives, renvoient à des visions distinctes, portées d’un côté par ceux qui conçoivent la montée en puissance du pays sur la base d’un rapprochement continu avec le partenaire américain, et portées de l’autre par ceux qui entendent l’inscrire dans la quête d’un ordre asiatique multipolaire, dans une logique dès lors plus proche des aspirations de la Chine ou de la Russie. L’effet d’attraction que les États-Unis sont en mesure d’exercer sur une partie des cercles décisionnels indiens semble néanmoins particulièrement fort. Il n’est donc pas exclu qu’en corollaire à la dynamique proprement bilatérale du partenariat indo-américain, New Delhi continue d’explorer les perspectives de concertation à un niveau multilatéral avec les alliés des États-Unis, le Japon en premier chef. L’Inde pourrait ainsi marquer une nette inclination pour les coalitions informelles, c’est-à-dire des formats de coopération multilatéraux ponctuels et souples, restreignant au minimum sa souveraineté et sa marge de manœuvre diplomatique, mais lui donnant le bénéfice des pratiques, des savoir-faire et des concepts propres à ce type d’arrangements.

Notes

1 Birendra Prasad, Indian Nationalism and Asia, New Delhi : B.R. Publishing Corporation, 1979 ; Sisir Gupta, India and Regional Integration in Asia, Bombay : Asia Publishing House, 1964.

2 Werner Levi, The Challenge of World Politics in South and Southeast Asia, London : Prentice-Hall, 1968.

3 Pour un discours typique, voir P.V. Narasihma Rao, « India and the Asia Pacific – A New Relationship », The Singapore Lecture Series, Singapore, Institute of South-East Asian Studies, 8 septembre 1994.

4 Le Japon, la Corée du Sud et Singapour figurent parmi les dix premiers investisseurs en Inde. En 2004-2005 par exemple, les investissements japonais en Inde se sont élevés à 122 millions de dollars, ce qui plaçait le pays au cinquième rang. Singapour était septième avec 64 millions de dollars investis. Chiffres tirés de : Reserve Bank of India Annual Report 2005-2006, Mumbai, Reserve Bank of India, 2006, p. 98.

5 Chiffres extraits de la banque de données du Ministère indien du Commerce, disponible à : http://commerce.nic.in/eidb/default.asp.

6 F. Liu and P. Régnier (eds.), Regionalism in East Asia : Paradigm Shifting ? London : Routledge Curzon, 2003 ; R. Stubbs, « ASEAN Plus Three : Emerging East Asian Regionalism ? », Asian Survey, vol. 42, n° 3, mai – juin 2002, pp. 440-455.

7 Singapour, le Japon et l’Indonésie ont en effet activement milité en faveur de la participation de l’Inde, ainsi qu’en faveur de celle de l’Australie et de la Nouvelle Zélande. La Chine et la Malaisie étaient à l’origine peu favorables à l’élargissement d’un sommet qu’elles auraient préféré limiter aux pays de l’ASEAN+3.

8 Sur ce point, voir en particulier : Central Intelligence Agency, National Security Strategy of the United States of America, septembre 2002.

9 Voir notamment la déclaration de la secrétaire d’État Condoleezza Rice lors de son déplacement en Inde de mars 2005, au cours duquel elle a déclaré que les États-Unis aiderait l’Inde à devenir « une puissance mondiale majeure au xxie siècle ». U.S. Department of State, Background Briefing by Administration Officials on U.S.-South Asia Relations, 25 mars 2005.

10 Joint Statement by President George W. Bush and Prime Minister Manmohan Singh, White House Press Release, 18 juillet 2005.

11 Voir en particulier : Speech by Mr. Taro Aso, Minister for Foreign Affairs on the Occasion of the Japan Institute of International Affairs Seminar « Arc of Freedom and Prosperity : Japan’s Expanding Diplomatic Horizons », 30 novembre 2006. Disponible à : http://www.mofa.go.jp. Taro Aso a été ministre des Affaires étrangères d’octobre 2005 à août 2007, c’est-à-dire sous le gouvernement de Y. Koizumi et sous celui de S. Abe.

12 Ce format de dialogue a été instauré en mars 2006, au niveau des ministères des Affaires Étrangères des pays concernés, avant d’être élargi aux ministères de la Défense. Les sujets traités concernent surtout la lutte contre la prolifération, le terrorisme et la criminalité.

13 Joint Statement, Towards Japan – India Strategic and Global Partnership, 15 décembre 2006, paragraphe 46.

14 « Trilateral naval exercises in Pacific Ocean », The Hindu, 17 Avril 2007. Shinzo Abe a démissionné en septembre 2007. Son successeur, Yasuo Fukuda est resté au pouvoir un an, avant que Taro Aso ne prenne le relais.

15 Les manœuvres trilatérales avaient été précédées par des exercices bilatéraux entre marine indienne et marine américaine au large d’Okinawa.

16 Daniel Twining, « America’s Grand Design in Asia », The Washington Quarterly, vol. 30, n° 3, 2007, p. 80.

17 « Goodwill joint naval drill ? », People’s Daily, 21 avril 2007. Pourtant, dans une initiative de construction de la confiance, la marine indienne a tenu à organiser des exercices conjoints avec la Chine en même temps qu’elle menait ses manœuvres trilatérales au large du Japon, cela en vue de démentir l’idée que de tels contacts pouvaient avoir une vocation antichinoise.

18 Siddharth Varadarajan, « Four-power meeting drew Chinese demarche », The Hindu, 14 juin 2007.

19 À l’été 2008, les 45 États-membres du Groupe ont dû se prononcer au consensus sur le projet d’autoriser les exportations de technologies nucléaires civiles vers l’Inde. Il s’agissait d’une étape essentielle pour que l’Inde et les États-Unis puissent ensuite signer l’accord bilatéral de coopération nucléaire. Le consensus en faveur de l’Inde a été obtenu au prix de pressions diplomatiques très fortes de la part des États promoteurs du projet, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France.

20 Sandy Gordon, Widening Horizons : Australia’s New Relationship with India, Australian Strategic Policy Institute, mai 2007.

21 P.S. Suryanarayana, « No evil design behind proactive exercises : Admiral Mehta », The Hindu, 21 mai 2007.

22 Les questions de sécurité relevant du domaine non conventionnel englobent une grande diversité de cas, mettant souvent en jeu des acteurs non étatiques et/ou des problématiques transnationales. Elles sont définies par opposition aux enjeux de sécurité dits conventionnels qui opposent les forces armées régulières des États-nations.

23 Annoncée en mai 2003 par le Président Bush, la PSI a pour objectif de lutter contre les transferts illicites de technologies et d’équipements relevant d’armes de destruction massive. Elle est constituée par un noyau dur associant une quinzaine d’Etats, qui se sont dotés des outils politiques, juridiques et militaires leur permettant de mener des recherches à bord des navires et appareils aériens soupçonnés de transporter de tels équipements ou technologies. La « 1000-ship Navy » est un concept américain, qui est apparu en 2006 et qui propose d’instaurer des partenariats entre les marines des États désirant assurer la sécurité et protéger la libre circulation sur les mers.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search