Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Réseau Asie L’Inde et l’Asie L’Inde et l’Asie de l’Ouest : un ...

L’Inde et l’Asie

 | 
Jean-Luc Racine

Le nouvel échiquier géopolitique : voisinage proche, voisinage étendu

L’Inde et l’Asie de l’Ouest : un nouvel horizon

Jean-Luc Racine

Texte intégral

1Voici soixante ans, l’Inde fraîchement indépendante entreprit de préciser les principes démocratiques selon lesquels elle entendait fonctionner : la Constitution, promulguée en 1950, les afficha solennellement. Dans les décennies qui suivirent, l’Inde post-coloniale se définit aussi par deux lignes de force, l’une diplomatique, l’autre économique. Sa politique étrangère, fondée par Jawaharlal Nehru sur le non-alignement, lui valut l’incompréhension américaine, que renforça la signature en 1971, par Indira Gandhi, d’un traité d’amitié avec l’URSS. Quant aux choix économiques – une économie mixte sous barrières protectionnistes – ils furent peu à peu altérés par une réglementation croissante, qui permit de parler de Licence raj : l’empire du permis, soumettant les initiatives des entrepreneurs à nombre de contraintes, qui ne garantirent ni protection sociale pour le plus grand nombre, ni plein emploi, ni réduction drastique de la pauvreté. Au fil des années, un décalage s’accentua entre les pays les plus dynamiques d’Asie, dont la Chine après 1979, et une Inde jugée à la traîne. Quand les experts pensaient l’Asie, ils parlaient généralement de l’Asie orientale, ce vaste arc courant de la Chine à l’Asie du Sud-est en passant par le Japon. L’Inde était un autre monde, en dépit d’un long passé qui l’avait vu jouer une fonction essentielle dans l’élaboration des civilisations asiatiques, exportant le bouddhisme et parfois l’hindouisme, accueillant Afghans, Mongols et Turcomans, dont elle fit des rois et des empereurs, générant la culture indo-persane.

  • 1 Le premier sommet de l’ASEM, en 1996, a réuni les 15 États membres de l’Union européenne et, pour l (...)

2Symptomatiquement, l’année même où les États membres de l’ASEAN accordèrent à l’Inde le statut mesuré de « partenaire de dialogue à plein titre », en 1996, les dix États asiatiques qui lancèrent l’ASEM (Asia-Europe Meeting), pourtant défini comme simple « structure informelle de dialogue », décidèrent de l’écarter, alors même que, quatre ans plus tôt, après la fin de la guerre froide, New Delhi avait lancé sa « politique de regard vers l’Est » en direction de l’Asie du Sud-est. Il fallut attendre 2006 pour que l’ASEM invite l’Inde, ainsi que le Pakistan et la Mongolie, à la rejoindre1. L’ASEM, structure de peu de poids, ne faisait que consacrer tardivement le retour de l’Inde en Asie. Bien plus significative avait été, en 2005, la participation de l’Inde au premier sommet de l’Asie de l’Est, où elle retrouva tous les pays avec qui, depuis des années, elle renforçait ses relations économiques voire – s’agissant des puissances décisives dans la région : Chine, Japon, Australie, États-Unis – ses engagements stratégiques.

3On a moins parlé, et pour cause, d’un pareil mouvement vers l’Ouest, tant les tensions indo-pakistanaises et les soubresauts de l’Afghanistan inscrivent cette région dans un tout autre modèle – un contre-modèle plutôt – alors même qu’un peu plus loin, dans ce que l’Inde appelle l’Asie occidentale et que nous appelons le Moyen-Orient, les crises s’ajoutent aux crises : Palestine, Liban, Irak, Iran. Pourtant, l’Inde porte une attention accrue à cette région, pour de multiples raisons. À la présence d’une diaspora nombreuse, et à la quête de ressources énergétiques qui lui font défaut, s’ajoute désormais la volonté de jouer un rôle géopolitique plus marqué dans un espace où se croisent crises régionales et enjeux mondiaux de premier plan.

  • 2 Après les essais nucléaires de 1998, les premiers ministres Atal Behari Vajpayee et Nawaz Sharif si (...)

4Certains observateurs indiens parlent déjà d’une « politique de regard vers l’Ouest ». Au sens propre du terme, la formule est adéquate : l’Inde regarde bien, avec un intérêt accru, vers le Moyen-Orient et vers l’Asie centrale. Mais l’expression prêterait à confusion si elle laissait penser que l’Inde déploie désormais vers l’Ouest une politique structurée et ambitieuse équivalente à celle qu’elle a mise en œuvre après 1992 en direction de l’Est. La diplomatie indienne vers ses voisins de l’Ouest se heurte en effet à deux difficultés spécifiques. L’une tient à son voisinage proche. Si les relations avec le Pakistan tendent à se stabiliser après les difficiles années 1999-20022, elles ne sont pas encore pleinement normalisées. Le Pakistan refuse toujours d’accorder à l’Inde un droit de transit vers l’Afghanistan, et voit avec suspicion la présence indienne en ce pays. Une barrière géopolitique forte existe donc toujours entre l’Inde et l’Asie occidentale. L’autre difficulté ne doit rien à l’héritage douloureux des relations indopakistanaises. Elle relève de la nature même du Moyen-Orient d’aujourd’hui, périlleux « croissant des crises », où les tensions internes compliquent inévitablement le cours de la diplomatie des acteurs extérieurs tels que l’Inde, qui ne peut peser lourd sur le cours des choses, et qui doit gérer les contrecoups des différends qui opposent entre eux des pays avec qui New Delhi entend développer de bonnes relations bilatérales : avec Israël comme avec les pays arabes ; avec l’Iran comme avec les États-Unis.

L’Inde émergente repense sa politique de voisinage

5Avant de s’arrêter sur la politique de l’Inde vis-à-vis de ses voisins de l’Ouest, il convient de rappeler brièvement ce que sont les principes qui gouvernent sa politique étrangère, au-delà du souci de préserver une autonomie aussi grande que possible. La défense et la promotion de l’intérêt national, mis en avant, se déclinent en quelques objectifs majeurs : i)- tenter de stabiliser le voisinage proche (une tâche délicate, au-delà même des relations avec le Pakistan) ; ii)- être présent dans le « voisinage étendu », terme sous lequel New Delhi désigne l’espace qui va des pays du Golfe au détroit de Malacca, via l’Asie centrale, les dernières définitions du concept intégrant tout le nord de l’Océan indien – et pas seulement la route du pétrole – des côtes de l’Afrique de l’Est à celle de l’Australie ; iii)- développer des relations avec tous les grands acteurs mondiaux ; iv)- développer les relations avec les États émergents, tels le Brésil et l’Afrique du Sud ; v)- plaider pour la réforme du système international, en élargissant les rangs des membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU ; vi)- assurer évidemment la sécurité stratégique de l’Inde, mais aussi sa sécurité énergétique, le pays étant fortement déficitaire en hydrocarbures. La dimension stratégique prend en compte aussi bien le jeu des puissances, leur politique de défense et leur diplomatie d’influence, que les périls imposés par les acteurs non étatiques, au premier rang desquels les réseaux terroristes.

6Dans un important discours prononcé devant le Collège National de Défense, en 2006, le ministre indien des Affaires étrangères, Pranab Mukherjee, a clairement énoncé ce que sont les logiques indiennes vis-à-vis de son voisinage proche ou étendu. On peut déduire de ses propos quelques points d’importance. Le premier porte sur les relations avec le Pakistan. Après 1996, sous l’impulsion d’Inder Kumar Gujral, ministre des Affaires étrangères puis Premier ministre, l’Inde chercha à échapper à la focalisation excessive sur le problème pakistanais. La « doctrine Gujral », par exemple, cherchait à améliorer les relations avec les voisins immédiats de l’Inde, sans porter sur le Pakistan. Au-delà de l’application régionale de ce principe, on peut considérer que l’Inde a largement réussi, depuis quinze ans, à hausser son statut international sans véritablement normaliser ses relations avec ses voisins immédiats, avec qui les échanges économiques restent très faibles. Pour s’en tenir à deux pays clés, les États-Unis ont clairement transformé leur vision traditionnelle de l’Asie du Sud, en faisant sortir autant qu’il se peut leurs relations avec l’Inde et le Pakistan de la logique du jeu à somme nulle, qui voulait que tout accord avec l’un soit perçu par l’autre comme un revers. De même la Chine, offrant au Pakistan son « amitié indéfectible » (mais aussi un soutien de poids à la genèse de son programme nucléaire), est devenue très prudente sur la question du Cachemire, et n’a pas attendu le feu vert d’Islamabad pour intensifier ses relations avec New Delhi, sur tous les plans.

  • 3  Indian Foreign Policy : A Road Map for the Decade Ahead ». Speech by External Affairs Minister Shr (...)
  • 4 L’intervention de Shyam Saran, alors Foreign Secretary, est à cet égard très explicite : « Does Ind (...)

7Le gouvernement de Manmohan Singh, en place depuis 2004, mesure toutefois plus clairement les limites de cette stratégie de relatif contournement des voisins immédiats. Citons Mukherjee : « un axe majeur de notre politique étrangère au fil de la prochaine décennie devra porter sur une redéfinition significative de nos relations avec nos voisins. Une grande puissance a rarement émergé sur la scène mondiale – ou s’y est rarement maintenue – au sein d’un contexte régional marqué par les conflits et la pauvreté ». Poussant plus loin le raisonnement qui étaie la montée en puissance de l’Inde non sur sa seule politique étrangère et de sécurité, mais aussi sur les paramètres économiques qui en définissent tout à la fois les marges de manoeuvre et les objectifs, Mukherjee précise : « la tâche première de la politique étrangère indienne consiste à faciliter le processus de développement du pays, en jouant au mieux de nos partenariats internationaux. Notre but dans les décennies à venir doit être de promouvoir le commerce et les flux d’investissements, d’aider à la modernisation des infrastructures, d’assurer un accès aux ressources énergétiques qui soit régulier et à prix raisonnable, et d’obtenir un accès aussi large que possible aux technologies de pointe ». Il ajoute : « la sécurité maritime, la prolifération des armes de destruction massive, la sécurité énergétique, le terrorisme sont des questions essentielles à la définition de la sécurité régionale. Nous avons (donc) à promouvoir un environnement de paix et de sécurité dans la région et au-delà, ce qui est véritablement un préalable au développement »3. Il s’agit donc, dans les différents cercles qui constituent les horizons proches et éloignés du voisinage indien de favoriser « le commerce des biens et des idées », le concept-clé développé par la diplomatie indienne à cet égard étant celui de « connectivité ».4Trois horizons, à cet égard, retiendront ici notre attention : celui des voisins les plus proches, défini par le Pakistan et ses propres voisins que sont l’Afghanistan et l’Iran ; celui du Moyen-Orient, l’Asie occidentale des Indiens ; enfin, et plus rapidement, celui de l’Asie centrale.

Pakistan, Afghanistan, Iran

8Vis-à-vis de l’ensemble de ses voisins de l’Ouest, la première des connectivités que souhaiterait établir l’Inde est aussi la plus difficile à mettre en œuvre : c’est celle qui la relierait normalement au Pakistan, sans attendre la résolution formelle du conflit du Cachemire. Tant que les choses ne bougeront pas de façon significative à cet égard, – des avancées sont notées, mais beaucoup reste à faire – les liaisons avec les voisins plus éloignés en pâtiront. Le problème est d’autant plus délicat qu’il s’est aggravé avec la détérioration de la situation intérieure pakistanaise. Des insurrections affectent en effet les deux provinces pakistanaises voisines de l’Afghanistan, dans une partie des zones tribales de la Province frontière du Nord-ouest, où des talibans pakistanais s’opposent avec efficacité aux interventions de l’armée, et au Baloutchistan, où des mouvements autonomistes voire séparatistes ont été affaiblis par la répression, mais sans être circonvenus. C’est dire que même si les relations indo-pakistanaises s’amélioraient sensiblement, dans la logique du dialogue ouvert entre les deux pays depuis 2004, la « connectivité » souhaitée avec les voisins du Pakistan que sont l’Afghanistan et l’Iran n’en resterait pas moins fragilisée.

9Le discours indien sur la « puissance bénigne » et les effets positifs du commerce et des échanges ne doit pas occulter pour autant le jeu de la real-politik. Tout en souhaitant une normalisation de ses relations avec Islamabad, New Delhi n’entend pas céder sur le Cachemire au-delà d’une reconnaissance du statu quo, et de la transformation éventuelle de la ligne de contrôle qui tranche la province contestée en « frontière ouverte ». Le Pakistan pourrait s’en accommoder tout en disant refuser de reconnaître la Ligne de contrôle comme frontière de jure. Si les infiltrations de combattants du jihad venus du Pakistan restent limitées comme elles le sont plus ou moins depuis 2003, on pourrait donc s’acheminer vers des relations plus ouvertes entre les deux parties du Cachemire. Inde et Pakistan ont avancé prudemment dans ce sens, façon de calmer le jeu sans trop aigrir les faucons des deux camps. La chute du général Musharraf, contraint à la démission six mois après les élections législatives de février 2008, et l’élection à la présidence de la République du Pakistan d’Asif Ali Zardari, en septembre, ne changent pas la donne à cet égard.

10New Delhi n’entend pas davantage laisser passer l’opportunité qu’a été pour elle l’arrivée au pouvoir de Hamid Karzai en Afghanistan. La déroute des talibans en novembre 2001 a en effet scellé la perte d’influence d’Islamabad sur l’Afghanistan. Le Pakistan du Général Musharraf a dû virer de bord et rejoindre « la guerre contre le terrorisme » menée par les États-Unis et leurs alliés. Or, de longue date, le Pakistan avait cherché en Afghanistan une « profondeur stratégique » face à l’ennemi indien, afin d’éviter la prise en tenailles entre New Delhi et un régime afghan qui serait pro-indien (en outre, Kaboul n’a jamais formellement reconnu la frontière avec le Pakistan, cette « Ligne Durand » qui tranche des terres pachtounes des deux pays). Islamabad voit donc avec inquiétude l’Inde avancer ses pions en Afghanistan, par le biais de programmes de développement et – à défaut de présence militaire – par un abondant contingent consulaire soupçonné à Islamabad de jouer contre les intérêts pakistanais, voire de soutenir les insurgés baloutches. L’entrée de l’Afghanistan au sein de la SAARC, l’Association pour la Coopération Régionale en Asie du Sud s’est faite en 2007 à l’initiative de l’Inde. Le Pakistan a répliqué en faisant accepter par la SAARC la Chine comme observateur, l’Inde faisant aussitôt accepter le Japon dans cette même catégorie. La poursuite du dialogue indo-pakistanais, qui tient bon malgré les obstacles, n’exclut donc pas le jeu d’influences croisées s’appuyant sur des pays tiers.

11La relation de l’Inde à l’Iran répond pour partie à la même logique. L’Iran chiite s’était opposé aux talibans, et les relations entre Téhéran et Islamabad n’ont pas toujours été au beau fixe. Comme l’Afghanistan, l’Iran est, pour New Delhi, un pays de revers, au flanc de l’adversaire pakistanais. On a vu ainsi l’Inde aider à la construction d’une route afghane menant à la frontière iranienne, afin d’offrir à l’Afghanistan un débouché maritime autre que Karachi, d’autant que l’Inde a aidé au développement du port iranien de Chabahar, à l’entrée du Golfe Persique, réponse indienne (sur un mode mineur) aux lourds investissements chinois dans le nouveau port pakistanais de Gwadar, proche de la frontière iranienne. Le projet de gazoduc transafghan à partir du Turkménistan étant compromis par l’instabilité afghane, un axe Turkménistan-Iran intéresse l’Inde, susceptible de s’approvisionner par mer.

12Mais les ambiguïtés de la politique nucléaire de Mahmoud Ahmadinejad posent un double problème à New Delhi. D’une part, l’Inde est peu soucieuse de voir une nouvelle puissance nucléaire émerger dans son voisinage et contribuer probablement à lancer une course au nucléaire au Moyen-Orient. Elle rappelle donc Téhéran à ses obligations de pays signataire du TNP, le traité de non-prolifération (une démarche audacieuse pour un pays qui, lui, n’a pas signé ce traité), tout en s’opposant à une politique de sanctions. D’autre part, l’Inde se trouve piégée par les exécrables relations de l’Iran avec les États-Unis. Soucieux de conforter le rapprochement indo-américain, et les promesses d’un accord bilatéral donnant à l’Inde l’accès aux technologies nucléaires civiles avancées – accord esquissé en 2005, accepté par le Congrès américain après débats, et finalement signé le 10 octobre 2008 –, New Delhi a par deux fois voté en 2006 comme le demandait Washington, pour transférer le dossier iranien de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique au Conseil de sécurité. Ces décisions ont été vivement critiquées en Inde comme étant la marque d’une soumission indue à Washington. Cette question iranienne a un temps freiné les négociations entre New Delhi et Washington sur la mise en œuvre de l’accord sur le nucléaire civil car la loi américaine modifiée à la demande du Président Bush pour permettre cette coopération exceptionnelle avec un pays non signataire du TNP, a été amendée par le Congrès dans un sens contraignant et mentionnant explicitement la nécessité pour New Delhi d’ajuster sa politique iranienne. Sous la pression de l’opposition, et surtout des communistes, appuyant alors le gouvernement avant de retirer leur soutien, Manmohan Singh s’est opposé à cette clause du Hyde Act de 2006, amendé en 2008, avant signature par George W. Bush.

13New Delhi, qui avait reçu le Président Khatami en visite d’État en 2003 et signé avec lui une « Déclaration de Delhi » et une « feuille de route pour une coopération stratégique », reconnaît la légitimité des ambitions de l’Iran à être une puissance régionale, mais se trouve quelque peu en porte-à-faux entre Téhéran et Washington. Les méandres de cette haute politique expliquent pour une part pourquoi les négociations avec l’Iran et le Pakistan pour un gazoduc Iran-Pakistan-Inde sont longues et difficiles, alors même qu’Islamabad, en la matière, serait prêt à jouer la carte de la connectivité chère à New Delhi, en établissant un tel corridor énergétique. Mais Washington voit d’un mauvais œil tout ce qui contribue à renforcer le régime iranien. New Delhi n’a pas encore conclu l’affaire avec Téhéran, mais n’entend pas non plus se faire dicter sa politique régionale par Washington, alors que l’Iran – au-delà de la personne d’Ahmadinejad – apparaît comme incontournable dans une stratégie de regard vers l’Ouest.

Pays du Golfe et Moyen-Orient

14Au-delà de l’Iran, la politique indienne en direction du monde arabe retrouve une certaine vigueur. Après le traité de Sèvres (1920) et le démembrement de l’Empire ottoman, Gandhi avait milité un temps pour le rétablissement du califat, façon de rappeler que l’Inde d’avant la partition comptait un tiers de musulmans (elle en compte 135 millions aujourd’hui, ce qui en fait, derrière l’Indonésie et le Pakistan et le Bangladesh le quatrième pays musulman du monde). À l’inverse, avec Nasser, l’Egypte avait été un des piliers du mouvement des non-alignés cher à Nehru, et l’Inde avait vu plutôt d’un bon œil, à ses débuts, le sécularisme du parti Baas irakien.

  • 5 Arabie Saoudite, Oman, Qatar, Koweit, Émirats Arabes Unis.

15Aujourd’hui, l’intérêt indien pour l’Asie occidentale répond à plusieurs préoccupations. La diaspora indienne y est très importante, moins qualifiée en moyenne que celle des États-Unis, mais plus nombreuse : entre quatre et cinq millions de citoyens indiens travaillent dans la région, et renvoient au pays quelque six milliards de dollars par an. De plus en plus, la question énergétique est décisive : l’Inde ne produit qu’un tiers du pétrole dont elle a besoin, et doit aussi importer du gaz. Les pays du Conseil de Coopération du Golfe5 fournissent à l’Inde environ 45 % de son pétrole, l’ensemble du Moyen Orient comptant pour les deux tiers des importations indiennes (l’Inde a des intérêts pétroliers en Syrie, par exemple, où un accord conjoint sino-indien a été trouvé avec Damas en 2005). Côté gaz, Oman est un fournisseur décisif, le gaz liquéfié arrivant par bateau. Les grandes compagnies indiennes publiques (ONGC) ou privées (Reliance) sont également à l’œuvre en matière d’exploration et de raffinage. Au-delà du secteur énergétique, mais tiré par lui, les investissements croisés entre l’Inde et les pays du Golfe sont en nette hausse, et le principe d’une zone de libre échange doit être négocié.

16Reste la dimension géopolitique. Elle est importante, à la mesure du défi porté par les réseaux terroristes des islamistes radicaux. L’Inde ne goûte guère l’idéologie wahabite qui régit l’Arabie saoudite, d’autant que Ryad a contribué, avec les États-Unis renforcer le Pakistan de Zia ul Haq, alors « État du front » appuyant les mujahideen afghans contre les Soviétiques, dans les années 1980. L’URSS retirée, puis disparue, le défi radical ne s’est pas amoindri, les réseaux wahabites et les jihadis arabes autour d’Osama ben Laden trouvant dans le mouvement pakistanais deobandi un relais en faveur du retour aux origines supposées de l’Islam puritain et combattant. Depuis, la nébuleuse d’al Qaeda s’est retournée contre les monarchies du Golfe, « suppôts de l’Amérique », et New Delhi partage avec les dynasties régnantes des intérêts majeurs en matière de sécurité. La visite d’état en Inde du roi Abdullah d’Arabie saoudite, en 2006, témoigne au mieux de ces convergences, qui portent sur deux fronts sécuritaires croisés : d’une part la lutte d’ensemble contre le terrorisme, d’autre part – et plus spécifiquement – la nécessité de sécuriser la route maritime du pétrole, qui relie le Golfe au détroit de Malacca, principal passage des tankers vers le Japon et la Chine. L’Inde, puissance navale grandissante, joue un rôle décisif de contrôle des eaux de l’Océan indien, en liaison accrue avec la Vème flotte américaine. La création au sud de Bombay, sur la côte indienne de la Mer d’Arabie, de la nouvelle base de Karwar, appelée à devenir la plus grande base navale d’Asie, illustre à l’évidence les ambitions indiennes dans une région essentielle à la sécurité du Moyen-Orient.

17Face à ces développements, les observateurs indiens sont nuancés. Certains jugent que la politique indienne vis-à-vis de l’Asie occidentale manque encore de consistance sur le long terme. L’Inde, à les entendre, n’est qu’un acteur de troisième ordre dans la région : sa présence dans la FINUL, force des Nations Unies au Liban, ne peut suffire à son crédit. D’autres soulignent au contraire les promesses des nouvelles relations qui se tissent. Tous estiment qu’il est temps que l’Inde renoue véritablement avec une région qui historiquement avait de solides relations avec elle, aussi bien commerciales (les marchands arabes), que civilisationnelles (avec l’Islam, avec la culture persane). L’Inde est tentée par une diplomatie d’influence, si limitée soit-elle. En 2003, le gouvernement nationaliste d’Atal Behari Vajpayee avait envisagé d’envoyer des troupes en Iraq. Il avait dû y renoncer devant l’opposition d’une bonne partie du Parlement et des médias. Mais l’Inde ne désespère pas de jouer un rôle dans la reconstruction du pays, quand les années difficiles seront révolues. New Delhi se réjouit ainsi d’avoir été invitée, en novembre 2007, à la conférence d’Annapolis organisée par le président Bush pour tenter de faire avancer le dossier israélo-palestinien. Elle y fut représentée par un diplomate ayant visité les capitales de la région lors de la crise libanaise de 2006 ayant opposé Israël au Hezbollah, avec un titre significatif : « Envoyé spécial du Premier ministre pour l’Asie occidentale et le processus de paix au Moyen-Orient ».

  • 6 Ainsi de Maharajakrishna Rasgotra, ancien Foreign Secretary et président du Conseil de Sécurité Nat (...)

18Ce petit pas diplomatique (d’autres pays émergents bien éloignés du Proche-Orient furent aussi invités à Annapolis, tels le Brésil et le Mexique) ne se traduit pas encore en véritable capacité d’influence. Quand une personnalité indienne de haut vol lance l’idée d’une initiative regroupant pays arabes et pays d’Asie, pour sortir de l’impasse dans laquelle le quartet reste enlisé, il ne s’agit encore que de pure hypothèse6. Non que l’Inde manque totalement d’atouts. Elle a longtemps traité Yasser Arafat en chef d’état, régulièrement reçu à New Delhi, tout en ayant développé, depuis 1992, une politique de coopération croissante avec Israël. Coopération technique, en matière d’agriculture et d’irrigation par exemple, mais surtout coopération de défense. Israël est devenu le second fournisseur d’armement de l’Inde, qui compte pour 50 % des exportations israéliennes du secteur. Les contrats portent sur les appareillages sophistiqués de surveillance électronique, sur l’avionique et incluent même la vente sensible d’AWACS à l’Indian Air Force, les services de renseignements ayant aussi des relations suivies. Ces bonnes relations avec Israël dans un secteur particulièrement sensible imposent toutefois à New Delhi de trouver un bon équilibre sur l’échiquier du Moyen-Orient. Au-delà de la seule question palestinienne, il convient pour New Delhi de ne pas apparaître aux yeux du monde arabe comme étant, en Asie du Sud, ce qu’Israël paraît être à nombre d’observateurs du Moyen-Orient : le relais de l’influence américaine dans la région. Si la voix de l’Inde a peu de chance de se faire entendre sur la question israélo-palestinienne – la position indienne étant du reste assez proche de celle de l’Union européenne, comme elle l’est sur la question iranienne – l’essentiel pour New Delhi semble toutefois acquis : le Pakistan n’a pas le monopole des relations avec le monde arabe, et si l’Inde n’a jamais pu se faire accepter, à cause d’Islamabad, comme membre de l’Organisation de la Conférence Islamique (pas même comme observateur, un statut accordé à la Russie en 2005) elle est plus que jamais un interlocuteur crédible, et un partenaire économique qui prend du poids. Au demeurant, la Conférence n’a jamais été particulièrement en pointe sur la question du Cachemire, hormis des déclarations convenues, essentiellement rhétoriques. New Delhi peut donc envisager l’avenir de ses relations avec l’Asie occidentale avec un certain optimisme.

L’Asie centrale et les acteurs russe et chinois

19L’Inde retrouve en Asie centrale les grands acteurs dont l’ombre plane à l’arrière plan du grand jeu déployé en Asie occidentale : la Russie et la Chine, mais qui sont là en première ligne, à leurs frontières, dans ce qui fut, jusqu’en 1991, des Républiques de l’URSS. Depuis 1971 New Delhi a cultivé avec l’URSS des relations privilégiées. Après l’indépendance des nouveaux États d’Asie centrale, qui vit les anciens communistes rester au pouvoir sous les nouveaux oripeaux nationalistes, l’Inde pensait bénéficier de cet héritage, face au Pakistan qui, comme la Turquie et l’Arabie saoudite, pensaient pouvoir jouer la carte de l’identité musulmane pour étendre leur influence dans la région, Téhéran pariant plutôt sur les affinités de la langue tadjike avec le persan. En réalité, l’Inde et le Pakistan ont dû quelque peu modérer leurs ambitions régionales, les anciennes républiques soviétiques restant, le plus souvent, tenues d’une main de fer.

20Trois questions demeurent cependant prioritaires dans la région pour les dirigeants indiens. Les ressources énergétiques de la région intéressent l’Inde, mais la posture pakistanaise et l’imbroglio afghan contrarient pour le moment, on l’a dit, les perspectives de gazoduc reliant les bassins gaziers de la Caspienne à l’Asie du Sud. En second lieu, l’Inde joue ses pions aux abords du Pakistan et de l’Afghanistan. Dans ce pays, elle avait soutenu le tadjik Ahmed Shah Masood, très méfiant envers les services pakistanais appuyant son concurrent pachtoune Gulbuddin Hekmatyar lors des années post-soviétiques, marquées par la compétition entre factions mujahideen opposées. Après l’arrivée au pouvoir des Talibans, l’Inde a financé l’hôpital de Farkhor, sis au Tadjikistan à proximité de la frontière afghane, pour les blessés de l’Alliance du Nord (Masood serait mort dans cet hôpital après avoir été victime d’un attentat suicide le 9 septembre 2001). Deux ans plus tard, l’Inde signait avec le Tadjikistan un accord lui permettant d’établir une base aérienne à Farkhor (appelée aussi Ayni). L’importance de la présence militaire indienne n’est pas connue, mais la base est désormais opérationnelle, au revers des frontières septentrionales du Pakistan. C’est la première base indienne à l’étranger, dans ce qui n’est déjà plus l’Asie du Sud : le signe discret, mais notable, que l’Inde émergente n’entend pas se confiner à son environnement immédiat.

21Le troisième paramètre est celui de la grande géopolitique déployée par les puissances qui comptent en Asie centrale. Les États-Unis, la Russie et la Chine partagent des intérêts communs dans la lutte contre le terrorisme, et aucun des trois pays ne souhaitent voir le pôle de déstabilisation afghano-pakistanais faire tâche d’huile en Asie centrale, où le Mouvement Islamiste d’Ouzbékistan est proscrit. Aux marges de l’Asie centrale, la Tchétchénie et les séparatistes ouigours du Sinkiang sont, pour Moscou et pour Pékin, des foyers où l’islamisme croise dangereusement le nationalisme. C’est pour contrer cette menace, et pour stabiliser les frontières entre les États nouvellement indépendants et leurs grands voisins du Nord et de l’Est que la Russie et la Chine ont promu en 1996 le groupe des « Shanghai Five » (Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan) devenu, avec l’accession de l’Ouzbékistan en 2001 l’Organisation de Coopération de Shanghai. L’OCS a élargi son horizon bien au-delà des questions frontalières et de la lutte contre l’islamisme armé. Moscou et Pékin ont convaincu l’Ouzbékistan de fermer, en 2006, la base américaine établie dans le sud de l’Ouzbékistan, à Karshi-Khanabad, en appui aux opérations lancées en Afghanistan après les attentats du 11 septembre, l’autre base américaine de Manas, au Kirghizstan, restant ouverte, non sans controverses.

22S’il est trop tôt pour voir dans l’OCS une manière de contre OTAN en Asie centrale comme le suggèrent certains observateurs, force est de constater que l’Organisation a étendu ses objectifs : politique de sécurité, défense, questions énergétiques, coopération économique sont désormais à l’ordre du jour, en veillant à ce que les États-Unis ne puissent faire fructifier les avancées qu’avaient connu les stratèges de Washington et les compagnies pétrolières américaines dans la région après l’effondrement de l’URSS. Cette stratégie de plus grande envergure explique aussi pourquoi l’OCS a accueilli des pays observateurs en son sein : la Mongolie en 2004, l’Inde, le Pakistan et l’Iran en 2005, (l’Afghanistan et le Turkménistan, ni membres, ni observateurs, ont toutefois été invités au sixième sommet de l’OCS, en novembre 2007). Mais le statut est ambigu et l’Inde aimerait davantage. Elle a ses propres structures de dialogue bilatéral avec la Russie et la Chine, et en outre les trois pays organisent désormais, depuis 2006, des sommets annuels pour discuter, entre autres, de questions de sécurité internationale. Le nucléaire iranien et les difficultés de la reconstruction afghane étaient ainsi à l’ordre du jour du sommet trilatéral tenu à New Delhi en février 2007. Là encore, l’Inde ne jouera pas toutes ses cartes régionales sur la seule OCS, a fortiori si celle-ci prenait un tour plus directement anti-américain. Mais du moins le statut d’observateur concédé à l’Inde (et refusé aux États-Unis) vaut-il reconnaissance de ses intérêts légitimes dans la région. On imagine mal, du reste, que le Tadjikistan ait attribué une base aux Indiens sans l’accord de Moscou et l’approbation discrète de Pékin.

Ambitions et pragmatisme

  • 7 « Address by External Affairs Minister on the Occasion of the National Launch of Global India Found (...)

23Après les promesses de l’ouverture vers l’Est, l’Inde cherche, sans bousculer son calendrier diplomatique, à intensifier ses relations avec l’Asie occidentale. Le ministre des affaires étrangères a clarifié à cet égard les intentions et les moyens : « Nous espérons renouveler les succès acquis à l’Est par une dynamique diplomatique similaire avec nos voisins occidentaux. Développer des régimes commerciaux libéraux, travailler à une meilleure connectivité et à l’intégration économique avec nos voisins du Nord-ouest, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Asie centrale, l’Asie occidentale et l’Afrique sont aujourd’hui des priorités majeures de mon gouvernement »7.

  • 8 Pranab Mukherjee, op. cit., 16 janvier 2007.

24Certes, la tâche est plus complexe, en raison d’un contexte géopolitique particulièrement fracturé, et de crises régionales ayant une résonance mondiale. L’Inde se trouve donc face à un nouveau défi. Au départ, dans les années 1990, sa politique de regard vers l’Est s’est heurtée à un certain scepticisme des pays concernés. La hausse confirmée de la croissance économique de l’Inde, à plus de 8 % en moyenne depuis 2003, et les effets de sa nucléarisation ouverte l’ont fait prendre au sérieux, aussi bien par la Chine que par les pays d’Asie du Sud-est heureux de voir émerger à la fois un nouveau partenaire commercial et un possible contrepoids à la montée en puissance de Pékin. Aujourd’hui, dans les années 2000, la politique indienne d’ouverture à l’Ouest s’intègre dans un nouveau cadre conceptuel lié au statut désormais confirmé de pays émergent. Les avancées économiques, le dynamisme des entreprises indiennes les plus performantes qui investissent à l’étranger, et l’active quête de ressources énergétiques ne dessinent qu’un volet de ce nouveau cadre. L’autre volet est porté par le nouveau regard que l’Inde porte sur elle-même, et sur l’ordre mondial. Quand le ministre des Affaires étrangères indien considère qu’en matière de politique étrangère « notre défi majeur consiste à changer notre état d’esprit », le message vaut aussi pour la communauté internationale. Celle-ci doit comprendre que l’Inde change, quand le chef de sa diplomatie déclare : « Nous ne voulons pas être des observateurs passifs, affectés par les actions d’autrui. Nous souhaitons être l’une des puissances contribuant à la formation de l’ordre mondial en voie d’émergence, afin de préserver nos intérêts vitaux »8.

  • 9 Pranab Mukherjee, op. cit., 16 janvier 2007.

25Le scepticisme avait un temps accueilli l’ouverture indienne vers l’Est. De nouveaux doutes, politiques ceux-là, prévalent désormais côté Ouest quand les dirigeants indiens se disent prêts « à pleinement contribuer à la résolution pacifique des différents conflits qui agitent l’Asie occidentale »9. L’Inde a-t-elle vraiment l’autorité et les moyens de siéger à la haute table des négociations globales sur le Proche-Orient, quand elle n’a toujours pas réglé le dossier du Cachemire qui fut posé, comme celui de la Palestine, sur le bureau des Nations Unies à la fin des années Quarante ? Quand elle n’est pas membre permanent du Conseil de sécurité ? Etre invitée à Annapolis n’est qu’une modeste avancée.

26Mais un mouvement est indéniablement engagé. L’ouverture à l’Ouest de la diplomatie indienne n’est pas simplement portée par la volonté de défendre les intérêts immédiats ou futurs de New Delhi dans la région : diaspora, énergie, lutte anti-terroriste. Elle s’inscrit dans une double logique. D’une part, retrouver en Asie, du Proche-Orient aux portes du Pacifique, un espace d’influence et d’échanges qui avait été rompu par les puissances coloniales à leur profit, et que la guerre froide avait maintenu compartimenté. D’autre part, repenser ce que peut être le type de diplomatie conduite par l’Inde émergente.

  • 10 Lord Curzon : « The Place of India in the Empire », Londres 1909. Cité par C. Raja Mohan : Crossing (...)
  • 11 Pranab Mukherjee, op. cit. 2007.

27À l’apogée de la gloire du British Raj, Lord Curzon, qui avait été vice-roi des Indes, avait publié un essai sur la place de l’Inde dans l’Empire, la maîtrise de l’Inde assurant, à l’entendre « la puissance prééminente dans le continent asiatique et donc, peut-on ajouter, dans le monde »10. Un siècle plus tard, les États-Unis ont bien compris les « intérêts parallèles » (Kissinger dixit) qu’ils partagent avec l’Inde entre Aden et Singapour – pour reprendre les ports-clés de l’Empire britannique – ou, pour le dire de façon plus contemporaine, du Golfe à l’Asie du Sud-est. Mais l’Inde n’entend pas apparaître comme portée par des ambitions hégémoniques dont ses voisins, le Pakistan au premier chef, lui font souvent reproche. Le nouvel horizon indien en Asie, qui entend couvrir désormais la totalité du continent et l’Océan indien, cherche donc à se parer d’autres valeurs. Sans renier les manœuvres de la real-politik qui ravive dans le voisinage de l’Inde le « grand jeu » d’autrefois entre puissances majeures, New Delhi entend cultiver l’image de la modération. Jouant de l’aura démocratique d’une société plurielle et de la tradition pacifique qui porta son influence antique par le commerce et la pensée plus que par les armes, les dirigeants d’aujourd’hui entendent rassurer. Ils se plaisent à voir, dans leur nouvelle diplomatie de voisinage, y compris vers l’Ouest, « le commencement de la réaffirmation du rôle bénin et stabilisateur, fondé sur le commerce des idées et des biens, qui fut historiquement celui de l’Inde dans ces régions ». Retrouvant inévitablement l’espace terrestre et maritime de Curzon, mais plaidant pour un monde post-westphalien, ils appellent à dépasser le vieux principe de l’équilibre des puissances pour rechercher à sa place « un système bien pensé promouvant l’équilibre des intérêts »11.

28Derrière de pareilles déclarations, il faut moins déceler une rhétorique confinée aux effets d’annonce, qu’une plaidoirie pour le pragmatisme, permettant à l’Inde de chercher à la fois à conforter ses dynamiques économiques et à étendre son influence géopolitique, les deux piliers sur lesquels elle entend hausser son statut macrorégional. Pour elle, la quête de la puissance militaire est d’un triple intérêt : vis-à-vis du Pakistan, qui s’efforce de poursuivre la course aux armements engagée en Asie du Sud, non pour rechercher la parité avec l’Inde, mais pour maintenir une capacité de dissuasion à la fois conventionnelle et nucléaire ; vis-à-vis de la Chine, bien plus puissante que l’Inde en termes économiques, diplomatiques et militaires, mais qui a compris que l’émergence de son grand voisin était désormais engagée ; vis-à-vis du théâtre mondial, les capacités militaires, dans les trois armes et pour les forces stratégiques, étant perçues comme un attribut nécessaire de la puissance. Mais dans le même temps, l’Inde joue la carte du soft power et des échanges ; plaide pour la paix, et s’avance à petits pas – particulièrement en Asie occidentale – vers les cercles d’influence qui débattent des conflits, de leur gestion, voire de leur résolution dans une région frappée par des crises majeures.

  • 12 Même quand les nationalistes hindous ont été au pouvoir de 1998 à 2004, quels qu’aient été les viru (...)

29Dans ce contexte général, la politique de regard vers l’Ouest qui s’esquisse se manifeste sur un mode nécessairement différent de ce qui fut et de ce qui est encore conduit à l’Est. Mais les intentions de New Delhi n’en sont pas moins claires : conquérir, ou reconquérir, un espace d’influence dans son voisinage étendu, dans une zone vitale pour la sécurité énergétique de l’Inde, mais aussi pour la sécurité du monde. Et pour ce faire, aider à restructurer un espace de la Grande Asie – de la Méditerranée au Pacifique –, qui fut morcelé par la colonisation, par la guerre froide, par les nationalismes. Là comme ailleurs, cette stratégie illustre la volonté de poursuivre le rapprochement avec les États-Unis, en jouant quand il le faut la référence aux valeurs démocratiques, mais sans s’enfermer dans un lien de dépendance trop étroite vis-à-vis de Washington, a fortiori quand la politique américaine contribue, délibérément pou non, à susciter de nouvelles barrières, et de nouvelles fractures, car l’Inde récuse le choc des civilisations12. Creuser ce nouveau sillon n’est pas toujours aisé, ni toujours bien compris. Mais entre les incertitudes que nourrissent les contradictions entre les aspirations de l’Inde et ses moyens effectifs, et ce qui témoigne d’une volonté de présence accrue dans un horizon aussi large que possible, c’est sans doute la volonté et la persévérance qui, à long terme, l’emporteront sur les incertitudes.

Notes

1 Le premier sommet de l’ASEM, en 1996, a réuni les 15 États membres de l’Union européenne et, pour l’Asie, Brunei, la Chine, la Corée du Sud, l’Indonésie, le Japon, la Malaysia, les Philippines, Singapore, la Thaïlande et le Vietnam.

2 Après les essais nucléaires de 1998, les premiers ministres Atal Behari Vajpayee et Nawaz Sharif signent la déclaration de Lahore pour calmer le jeu, mais le général Musharraf, alors chef d’état major de l’armée, envoie des combattants franchir la ligne de contrôle au Cachemire. Commence alors la « guerre de Kargil », qui s’achèvera trois mois plus tard par le retrait pakistanais. En 2002, suite à l’attentat contre le Parlement indien de décembre 2001, l’Inde, puis le Pakistan, mobilisent d’importantes forces près de leur frontière, pendant dix mois. La guerre menace, mais n’aura pas lieu.

3  Indian Foreign Policy : A Road Map for the Decade Ahead ». Speech by External Affairs Minister Shri Pranab Mukherjee at the 46th National Defence College Course, New Delhi, 15 novembre 2006.

4 L’intervention de Shyam Saran, alors Foreign Secretary, est à cet égard très explicite : « Does India have a neighbourhood policy ? » Indian Council of World Affairs, New Delhi, 9 septembre 2006.

5 Arabie Saoudite, Oman, Qatar, Koweit, Émirats Arabes Unis.

6 Ainsi de Maharajakrishna Rasgotra, ancien Foreign Secretary et président du Conseil de Sécurité Nationale, à la conférence « Emerging Security Concerns in West Asia, organisée à New Delhi par l’Observer Reserach Foun-dation à la veille de la conférence d’Annapolis, en novembre 2007. Voir www.observerindia.com. (Report list).

7 « Address by External Affairs Minister on the Occasion of the National Launch of Global India Foundation – « India and the Global Balance of Power », New Delhi, 16 janvier 2007.

8 Pranab Mukherjee, op. cit., 16 janvier 2007.

9 Pranab Mukherjee, op. cit., 16 janvier 2007.

10 Lord Curzon : « The Place of India in the Empire », Londres 1909. Cité par C. Raja Mohan : Crossing the Rubicon. The Shaping of India Foreign Policy, Viking, New Delhi, 2003, p. 205.

11 Pranab Mukherjee, op. cit. 2007.

12 Même quand les nationalistes hindous ont été au pouvoir de 1998 à 2004, quels qu’aient été les virulents discours anti-musulmans de leurs factions les plus radicales, le gouvernement Vajpayee a ouvert à plusieurs reprises le dialogue avec le Pakistan, a envoyé son ministre des affaires étrangères à Ryad, a reçu à New Delhi, pour la fête de la République, l’ayatollah Khatami.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search