Version classiqueVersion mobile

Habitat, État, société au Maghreb

 | 
Pierre Robert Baduel

Première partie. Les politiques de l'habitat

Les limites permises à la conception et à la construction autonomes de l’espace local au Maroc

Jean Hensens

Texte intégral

1On évoque ici les limites infranchissables que le système d’aménagement centralisé, techniciens compris, oppose à l’encontre des auto-développements entrepris en commun de l’espace construit des groupements d’habitat locaux, dans un pays en développement tel que le Maroc.

2Les multiples projets de développement local et auto-centré d’habitat, entrepris par les pouvoirs centraux dans les décades passées, limitèrent leur définition de façon à ce que soit maintenue la dépendance, sinon la compatibilité, du développement local - ou micro-développement - vis à vis du développement territorial - ou macro-développement. Ainsi, l’auto-construction locale ne devra pas compromettre ou contrarier l’intervention directe dans le milieu local des moyens et des principes centralisés d’aménagement et de réalisation.

3Si l’auto-construction familiale encadrée est permise ou tolérée, l’auto-construction collective de groupements autonomes organisés, de villages ou de quartiers, le sera généralement moins et ne sera pas instituée. La tutelle effective de l’instance technique et juridique centralisée sur le développement local n’aura été desserrée en aucun cas au cours de la récente période de la modernisation des formes de l’aménagement local.

4Il y a deux aménagements locaux : l’un par le haut de l’organisation territoriale, l’autre par le bas. Cette dernière forme d’aménagement local, traditionnelle pour ce qui est de l’habitat social, est maintenant déstructurée et appauvrie, mais elle est encore fort répandue notamment en milieux ruraux et périurbains. L’aménagement local centralisé officiel doit en tenir compte. Il doit composer avec cet aménagement basique pour le transformer, souvent afin de s’y substituer. Mais souvent aussi l’écart entre modèles sociaux ainsi mis localement en présence est si important que la substitution espérée ne se produit pas ou nécessite des durées historiques pour se produire. Il en est ainsi, par exemple, quand les principes de l’aménagement local centralisé et ceux de l’aménagement local décentralisé appartiennent à deux aires socio-culturelles distinctes. Ce qui a été fréquent par le passé.

5Pour peu que l’on connaisse les campagnes marocaines, hier organisées par les unités collectives d’exploitation paysanne de type communautaire ou villageoise, on se rend compte que l’auto-construction collective qui y a été pratiquée leur nouvelle forme de concentration. Les modèles officiels de réagrégation d’habitat à courte distance migratoire ne furent pas installés simultanément à aurait très bien pu être actualisée par une progression endogène de la technologie du bâtiment et de l’aménagement spatial. Il aurait été nécessaire pour y parvenir de réduire plutôt que d’élargir la distance qui sépare les producteurs d’espaces bâtis des habitants consommateurs de ces espaces, au moins pour la construction. Même aujourd’hui que les communautés de base pré-modernes sont désagrégées, résiduelles et rétrogrades, cette idée s’impose à l’esprit.

6Autrement dit : il ne serait pas inéluctable que le progrès des autonomies locales collectives anciennes - citadines comme paysannes - soit la concentration territoriale du pouvoir et des moyens d’intervention directe dans le milieu local. Il s’agit là, plutôt, d’un choix central intégrant le développement des petites localités au système centralisé universel de développement local. C’est un choix de société, de modèle de développement, qui fait collectivement du citadin l’avenir du paysan (urbanisation et concentration de celle-ci), qui fait coïncider « modernité » avec concentration territoriale des interventions locales et avec progrès (degré de polarisation tel que le pôle est souvent situé à l’extérieur de l’espace d’un seul pays, et même d’une seule aire culturelle). Inversement, « tradition » coïncidera donc avec autonomies locales, voire même avec autonomies régionales ou nationales, et avec régression ou avec immobilité dans le temps et dans l’espace.

7Les formes d’aménagement local, différentes par les degrés d’éloignement du siège des interventions directes par rapport au lieu de leur impact, ne sont d’ailleurs pas toujours contradictoires et incompatibles dans le même espace local. De trop grands écarts de distance dans l’aménagement social local rendront conflictuelle la cohabitation de plusieurs systèmes territoriaux, surtout s’ils sont de conceptions culturelles différentes. C’est ce qui a différencié généralement l’aménagement local conçu et entrepris par en haut de l’aménagement local conçu et entrepris par en bas, depuis l’universalisation de l’architecture et de l’urbanisme au Maroc.

8Les opérations officielles d’auto-développement local entrepris au Maroc depuis les années 60 concernaient l’habitat d’une population rurale et urbaine à faibles revenus, et souvent insolvable, mal préparée aux aménagements centralisés dominants qui sont généralement marchands à l’échelle des groupements d’habitation et donc, dans le cas de clients peu solvables, minimalisés et médiocres. L’auto-construction garantissait encore alors de meilleures conditions d’habitabilité pour les catégories pauvres de population que celles offertes par les habitats d’urgence et minimum industrialisés.

9Il y eut des opérations-prototypes marquantes d’auto-développement local de l’habitat, en milieu rural d’abord, comme la « rénovation de l’habitat rural des vallées présahariennes, 1968 » (30 000 logements programmés) puis en milieu urbain, comme le « projet de développement urbain de Doum-Hajja-Maadid à Rabat, 1976 » (12 000 logements programmés). Leur but était de canaliser et de régulariser les phases résiduelles de l’auto-construction traditionnelle autant que les phases progressives informelles de la nouvelle auto-construction moderne, chacune étant devenue individualisée, appauvrie et non réglementée : douars, bidonvilles, lotissements et quartiers « clandestins » en dur...

10Ce parc d’habitations construites indépendamment des règles formelles et légales de conformité technique et juridique, dans lequel est compris l’habitat des villes et des villages anciens, peut être estimé encore à 65 % du parc total d’habitations au moins (1982 : 35 % du parc urbain, 90 % du parc rural, selon une évaluation personnelle), soit 2,2 millions de logements qui augmentent encore de près de la moitié de la croissance des ménages.

11Pour les catégories de population solvables, zonées par l’urbanisme de masses, aux comportements acquis de consommateurs d’un habitat marchandise, la question de l’auto-construction ne s’est guère posée. Dans leur cas la résorption des pénuries de logements n’était pas liée au mode de production de ceux-ci ou au modèle d’aménagement local. Cependant quelques aspects physiques de l’auto-construction ont été insérés parfois dans une production industrielle d’habitat de séries. Pour les classes du système hautement centralisé de pouvoir local, l’urbanisme de masses et d’objets, les organisations répétitives et mécaniques de l’espace construit, les zonages catégoriels de l’habitat, les cités ouvrières et les cités de petits exploitants-propriétaires... sont bien la version prospective de l’habitat révolu des localités précoloniales, ainsi que l’habitat auto-produit des quartiers et des villages « spontanés » actuels, centralisés localement.

12L’idée d’un habitat évolutif urbain et rural, qui était couramment mise en pratique dans l’auto-construction de la maison familiale, depuis des siècles au Maroc, a été aussi intégrée dans les productions centralisées d’habitat standard. La préfabrication industrielle du bâtiment a tenté d’y conformer ses éléments de construction dès les années 40-50, sans y réussir pour l’habitat social. L’habitat familial groupé en lotissements est resté en grande vogue dans les villes du Maroc jusque maintenant. Ces lotissements d’auto-construction du Maroc moderne, réglementaires et non réglementaires, construits par recours à de petites entreprises, réglèrent la crise endémique du logement populaire dans les décades passées. Ils caractérisent le paysage urbain des banlieues très étalées, au mécontentement des professionnels centralisés qui préfèrent comme il se doit, une architecture de « grands ensembles » et d’immeubles collectifs à une architecture populaire de petites constructions individuelles de logements.

13Divers projets d’habitat individuel furent donc établis à destination des catégories populaires les moins solvables, prévoyant d’étaler dans le temps le processus de réalisation des habitations et de leur groupement, prévoyant aussi de rapprocher davantage l’organisation de l’espace à bâtir des usages qui sont faits spontanément de ces espaces par leurs habitants, à des fins d’économie matérielle et d’efficacité sociale. Ainsi l’extension de la durée parvenait à compenser la faiblesse des ressources momentanées capables d’atteindre une accumulation suffisante au bout de 15/20 ans pour la réalisation d’un habitat normal. Nombre de ces projets, à l’intégration économique et sociale à un échelon local démontrée, furent battus en brèche et ne purent voir le jour.

14Aux années 70, les conceptions marchandes et technicistes reprirent le pas rapidement sur les conceptions plus sociales d’espace bâti, spécialement en milieu urbain. Une prise en charge de l’habitat des moins fortunés par la classe moyenne fut à cette époque imaginée, dans la perspective d’une éradication des bidonvilles et du transfert de leur population dans un patrimoine locatif réalisé en dur. Elle fut partiellement mise en pratique. Elle a consisté à fournir en propriété individuelle aux ménages des classes moyennes plus de logements que nécessaire à leurs propres besoins, afin que la petite spéculation immobilière de rapport locatif dirigée sur la classe de revenus directement inférieure à la classe moyenne se saisisse du surplus.

15De cette époque date aussi un urbanisme péri-urbain marchand, directement conçu en dossiers d’exécution, de lotissement foncier et de construction, immédiatement réalisés sur des étendues de centaines d’hectares, sans passer par l’étape d’un urbanisme de projection urbaine à moyen terme et à caractère juridique. L’inflation d’un habitat-marchandise développée dans un contexte de haute centralisation de la conception et de la production de l’espace bâti, n’a pas éliminé pour autant des banlieues urbaines les auto-constructions individuelles irrégulières. Au contraire, de vastes secteurs d’habitat familial auto-construit sur lotissements clandestins se sont simultanément développés à proximité de méga-lotissements préconçus et autorisés, comme s’il y avait une relation de cause à effet de l’un à l’autre de ces ensembles différents d’habitat. (Les méga-lotissements de Rabat et de Salé n’éliminèrent pas les bidonvilles et les réalisations irrégulières en dur situées à leur immédiate proximité, qui s’étendirent à leur occasion).

16En milieu rural, pratiquement tout l’espace local d’habitation est en auto-construction sur parcellaire individuel. Les grandes entreprises centralisées qui remodèlent macro-formellement les infrastructures collectives locales ainsi que l’espace agricole n’ont pas réussi à capter la production de l’habitat social en milieu rural. Les essais de reconversion centralisée et marchande de l’habitat rural s’échelonnent sur 50 ans dans les grands périmètres agricoles sans parvenir encore à se vulgariser pour la construction. Par contre, l’ordre local des agglomérations est souvent devenu macro-formel.

17On trouve dans les espaces remembrés de l’agriculture moderne en présence d’un habitat rural auto-construit en profonde mutation, techniquement et organiquement inadapté à la nouvelle agriculture mécanisée et aux nouveaux modes de construction, et ainsi soumis aux fortes pressions transformatrices exercées par la dualité des échelles de l’aménagement local.

18La problématique de l’aménagement local, qui résulte des tensions établies et entretenues dans le rapport entre les échelons territoriaux qui interviennent directement localement, se manifeste dans tous les domaines de la vie en cohabitation groupée. Les solutions momentanées, conjoncturelles et isolées localement sont variées et multiples mais leur orientation globale commune à long terme - le modèle de développement local - reste macro-formel depuis qu’il y a eu de l’aménagement centralisé au Maroc. Cette multiplicité de solutions modernes pour l’habitat rural va du laisser-faire à la centralisation territoriale la plus rigoureuse.

19Ainsi, pour améliorer des pratiques locales, en technologie comme en organisation de l’espace bâti, en production comme en usage, en habitat urbain comme en habitat rural, y transfèrera-t-on dorénavant des pratiques centralisées extérieures, ou encore captera-t-on les pratiques locales pour une reproduction plus centralisée. La progression endogène et autonome proprement locale, caractérisant le développement de la société par le bas, s’est trouvée ainsi contrariée et exclue des projets d’aménagement local.

20Dans les domaines des métiers, des techniques, de l’organisation du logement et du groupement d’habitation, des équipements collectifs, de l’architecture..., une juxtaposition d’ordres locaux différents est installée pour organiser la substitution des moins centralisés, préalablement dominés et réduits, par les plus centralisés. Les exemples de telles dérives de la progression endogène locale de l’habitat sont trop nombreux pour pouvoir tous être cités et détaillés. On développera ci-après les deux cas déjà mentionnés qui illustrent bien les limites permises à un auto-développement local encadré par les pouvoirs publics.

Milieu urbain : Projet Doum-Hajja-Maadid, Rabat (1976-1986).

21L’opération d’aménagement des quartiers de Doum-Hajja-Maadid a porté sur un espace construit d’environ 12 000 logements habités. Son objectif a été de réaliser le durcissement et l’équipement sans déplacement ni « écrémage » de la population, d’un habitat pauvre auto-construit. L’aménagement entrepris associait, en outre, l’emploi et l’activité de la population à son habitat localement.

22L’opération a constitué un tournant considérable dans la politique d’habitat relative aux bidonvilles et aux lotissements clandestins, remettant en cause bon nombre des principes habituels précédemment appliqués qui visaient à la substitution d’habitat et au transfert de population. Le projet survint après que de nombreux autres projets d’éradication établis sur les sites n’eurent pas aboutis.

23Les organisations d’auto-constructeurs ne participèrent pourtant pas plus qu’avant aux décisions d’aménagement, mais ils contribuèrent, néanmoins individuellement, à personnaliser socialement leur espace d’habitation, dans un tissu urbain auto-construit, mieux que dans l’urbanisme de masses mis à cette occasion en compétition de modèle.

24Le dégagement des espaces d’infrastructures internes aux quartiers existants aménagés nécessita, cependant, la réalisation d’un lotissement de 1 000 logements neufs pour reloger les délogés, situé en contiguïté des quartiers auto-construits. Le projet, sur sa lancée, avait préparé pour cette phase une opération tout à fait inhabituelle d’auto-conception populaire d’un habitat nouveau à ériger en terrain vierge, en auto-construction dirigée.

25Cette définition pour un habitat nouveau ne fut pas autorisée, ce qui situe clairement la limite mise à une auto-production locale d’habitat urbain en 1976. La phase d’extension en habitat nouveau fut réalisée comme une opération habituelle d’habitat répétitif de série, dans le cadre d’un urbanisme de masses, construite par une seule entreprise. Ainsi, si certains compromis de principes pouvaient être acceptables ou nécessaires pour régler le contentieux d’une situation existante embarrassante de quartiers auto-construits inamovibles encastrés dans la ville comme une médina ancienne, il n’en pouvait être de même pour une projection future de l’habitat social urbain en terre vierge.

26Aujourd’hui (1987), l’urbanisme hautement centralisé domine à nouveau dans les aménagements de réorganisation à une petite échelle locale de l’habitat auto-construit.

Milieu rural : Projet de rénovation de l’habitat rural dans les oasis présahariennes (1968-1973).

27Le projet de rénovation de l’habitat rural des grandes oasis présahariennes du Dra et du Tafilalt était établi pour un ensemble d’environ 30 000 logements à améliorer. Il a été conçu selon les principes d’un auto-développement local villageois. L’inexistence au village d’une instance collective constituée par ascendance s’est révélée une importante lacune pour l’établissement d’un dialogue entre les partenaires du projet, c’est-à-dire entre aménageurs-encadreurs centraux et habitants-exécutants locaux.

28La structure administrative communale est située à un degré territorial trop élevé pour avoir à connaître et à organiser au quotidien et en détail tous les besoins collectifs en aménagements et en travaux pour une cinquantaine de villages à la fois. Il n’est matériellement pas possible depuis le seul chef-lieu commun d’assurer quotidiennement les services collectifs de première nécessité et à proximité pour un ensemble d’habitat rural aussi étendu et aussi dispersé que la circonscription communale rurale (moyennes nationales : 15 000 habitants, 2 400 ménages répartis en plus de 50 localités dans un rayon de 15 kms). Aussi, les aspects collectifs des villages groupés ne sont-ils pratiquement plus pris en charge localement par les habitants dont l’habitat se désagrège et se disperse en conséquence.

29L’utilité d’une institution représentative de la localité villageoise était manifeste pour rétablir une auto-construction villageoise capable, conformément au projet, de continuer après le projet par ses propres moyens et par recours aux ressources matérielles et technologiques locales. Pourtant cette nécessité manifeste n’a pas provoqué la création de telles organisations villageoises. La participation paysanne à l’oeuvre de rénovation de l’habitat rural fut donc plutôt individuelle et ne porta que sur l’exécution de travaux conçus unilatéralement par les spécialistes centralisés encadreurs.

30Quand les matériaux locaux de construction ont intéressé davantage les pouvoirs centraux, pour des raisons d’économies de transports et d’énergie, ce n’est pas la technologie et les métiers locaux qui firent l’objet de développement, mais bien la technologie et les métiers industriels-centralisés qui furent localement déployés et substitués aux productions locales. Le transfert en milieu rural de matériaux et de procédés urbains du bâtiment se poursuit plus rapidement pour la construction des équipements de services collectifs locaux que pour la construction d’habitations. Mais l’habitat rural auto-construit est aujourd’hui largement atteint et conditionné par des principes, des organisations et des produits centralisés, hors de portée locale : ciment, tôle ondulée, réemploi d’emballages métalliques et plastiques... La dimension culturelle des objets sociaux locaux comme l’habitat paysan ne sera donc plus spécifiquement locale puisqu’elle sera en provenance de centralités territoriales plus lointaines et transférée localement avec les procédés, les outils, les machines de la mise en valeur centralisée des petites ressources locales.

31Le changement de degré de concentration territoriale de l’intervention locale change l’identité culturelle des sociétés locales dans le sens de l’uniformisation. Le folklore et le formalisme d’apparence ont pour fonctions de faire transition, de retarder artificiellement des échéances de transformation structurellement engagées.

32On peut aujourd’hui considérer que la rénovation de l’habitat rural effectuée dans les oasis présahariennes il y a 20 ans, a eu pour principal objet de ralentir une désintégration trop rapide des anciennes organisations locales, dans l’attente des nouveaux rapports de production préparés par la mise en valeur hydro-agricole engagée à ce moment dans ces vallées. Ces nouvelles structures locales, génératrices d’un nouvel habitat rural ne se sont pas encore stabilisées et régularisées à ce jour.

Conclusions

33Les initiatives prises dans les projets centraux d’habitat qui encadrent et aident l’auto-construction s’inscrivent dans une dynamique orientée de changement structurel des organisations locales. Elles ne peuvent sortir de ce cadre sans se heurter à des obstacles techniques et juridiques importants. Dans ces formes d’aménagement local, le changement est seulement plus étalé et plus lent, et ses transitions plus adaptées à l’évolution de la réalité sociale vécue.

34La souplesse de l’aménagement local est sans doute plus grande en milieu rural qu’en milieu urbain. En quelques régions rurales, il serait encore possible de projeter un auto-développement local collectif pour l’habitat, les organisations locales correspondantes étant encore vivantes ou réanimables. Mais à échéance, en l’état actuel des politiques d’habitat, le changement local rural est programmé pour coïncider avec celui parcouru par l’espace urbain des groupements sociaux de base.

35Dans ces conditions, une progression endogène des autonomies locales, en matière de technologie du bâtiment, d’architecture, d’aménagements et d’infrastructures de petits niveaux collectifs, serait à attendre plutôt d’une évolution spontanée du milieu que d’interventions directes centralisées, de la base plutôt que du sommet. On détecte déjà en divers endroits des inventions et des initiatives imprévues et informelles dans les aménagements locaux de base.

36Les tentatives centrales opérées pour réanimer et normaliser la construction de l’espace local par la base des sociétés ont été au Maroc davantage le fait de spécialistes isolés, alors que la production de cet espace local par le haut de la pyramide sociale et territoriale a toujours reflété une orientation centrale unanime. A ce niveau supérieur, la promotion de la construction locale est perçue comme exclusivement liée au franchissement et à l’élimination des degrés subalternes d’une hiérarchie territoriale de la concentration des interventions locales directes, comme si l’aménagement avait pour objet essentiel la concentration, et qu’une déconcentration ne pourrait être acceptable pour des pouvoirs centraux qu’après que la concentration territoriale ait été généralisée au plus haut degré universel.

37Mais il y a encore beaucoup d’endroits au Maroc, surtout en milieu rural, où des transitions seraient à aménager pour protéger des équilibres et des stabilités locales dans l’évolution en direction des changements globaux planifiés entrepris. Ces compromis faits avec l’existant et le réel seront plus ou moins approchés des formes traditionnelles d’auto-organsiation et d’auto-production villageoise, selon des variations géographiques de l’habitat rural et selon des principes personnels d’aménageurs. Mais l’aménagement légal de l’habitat n’aura dévié en aucun cas de son objectif constant qui est d’amener les formes locales autonomes d’habitat social à leur expression dépendante et centralisée, ces dernières préfigurant le progrès et la modernisation.

38Quelquefois le compromis avec les sociétés locales se règlera selon des principes personnels de concepteurs centraux interprétant la législation de l’urbanisme et de la construction de manière à ce que le corps social installé dans les espaces produits soit obligé de les transformer lui-même pour pouvoir y conformer son comportement.

39La grande majorité de ces compromis d’organisation de l’espace local dans l’habitat populaire s’établissent d’ailleurs de manière non planifiée, spontanément, par simple contact de relations territoriales soutenues et de rapports de production. Constructions et usages, espaces et sociétés, s’écartent et se rapprochent les uns des autres, dans l’espace, dans le temps, dans l’ordre social sans être encore parvenus dans leur relation à une réciprocité satisfaisante.

40Le contrôle social du cadre bâti qui n’est plus exercé à l’échelon local par les habitants des lieux se reporte aussitôt à un niveau collectif supérieur à celui de niveau local, d’où il s’exerce, le temps des mutations, par d’autres organisations et par d’autres gens que ceux qui sont sur place, et sur la base de règles locales communes à de plus vastes territoires que celui de la localité. Ainsi se séparent et s’isolent, pour la réalisation d’architectures et de paysages collectifs, décision et exécution, production et consommation, conception et usage, biens matériels et travail, pouvoir et devoir... Un mouvement de concentration territoriale de l’intervention locale tend ainsi à se développer et à s’étendre progressivement jusqu’à l’extrême réduction et l’homogénéisation universelle du groupe social de base et de son espace local.

41Le changement des autonomies locales soumises longtemps à la centralisation n’a pas dépassé de beaucoup la désagrégation des situations antérieures et la migration à longue portée des éléments désagrégés localement en surplus vers la déstabilisation des autonomies locales.

42Le changement d’échelle de l’organisation locale, s’il a bien converti en ordres de masses les ordres de base des groupements locaux d’habitat, n’a pas converti autant la construction des logements, principalement à la campagne où ces groupements sont petits et dispersés. Il peut apparaître que l’alternative d’une politique future d’habitat social qui tiendrait compte des développements attendus de l’habitat « informel » au Maroc ne porterait pas seulement sur la mise en exploitation des ressources locales mais aussi, et corrélativement, sur la réhabilitation de l’échelle locale des systèmes de production d’habitat. Le déploiement supplémentaire d’une centralisation territoriale atteignant les plus petites ressources locales serait avantageusement compensé par l’économie d’échelle d’unités territoriales plus réduites. Or, cette réduction territoriale de l’unité de conception et de production du bâtiment, qui serait capable de normaliser le « secteur informel » de la construction et de l’organisation de l’habitat rural et urbain, n’est ni envisagée ni souhaitée au niveau central décisif. Elle demeure par conséquent incontrôlée, illégale et non réglementée.

43Les outils techniques et juridiques centralisés sont loin d’avoir obtenu la réorganisation, conformément à leur modèle de société locale, de la grande masse d’habitat auto-construit pourtant déjà désagrégée et déstabilisée. De tels changements de société s’accomplissent lentement, mettant longtemps à défaire d’abord les systèmes antérieurs ou parallèles d’habitat moins centralisés qui les contrarient. La combinaison locale d’édifices centralisés et d’habitations autochtones est un compromis qui persiste à exprimer une inadéquation d’échelles territoriales entre conceptions et usages collectifs.

44L’auto-suffisance locale en construction de logements - bien que désolidarisée, bien qu’utilisant les matériaux industriels substitués aux matériaux locaux, bien que diminuée matériellement, bien qu’interdite -, est souvent encore compétitive avec les conceptions et les réalisations équivalentes de bureaux d’études et d’entreprises aux envergures nationales, au plan social et au plan matériel. Pour les habitations seulement, bien entendu. Car, pour les édifices de services collectifs proches de l’habitation, même les plus « traditionnels » dont la réalisation a été centralisée, ce n’est déjà plus le cas : école primaire, captage d’eau potable, mosquée, dispensaire... Aussi, quand l’auto-construction d’habitations s’agglomèrera aujourd’hui en quelque nouvelle unité villageoise ou de quartier illégal, ne disposera-t-elle plus d’équipements de services collectifs suffisants pour assurer une organisation collective correcte de l’agglomération. Dans ce cas, la dispersion de l’habitat peut offrir plus d’avantages que sa concentration, et rivaliser avec celle-ci. Des dispersions actuelles d’habitat rural sont favorisées par l’absence d’intérêt à s’agglomérer.

45L’aménagement centralisé ne perçoit plus, ou pas encore, l’auto-aménagement local moderne comme un système potentiellement compatible et complémentaire avec lui, qui est seulement situé à un autre degré d’envergure territoriale. Tant qu’il le percevra comme concurrent, il ne saurait donc l’accepter et encore moins le légaliser.

46Le contraste de formes et d’organisations entre le douar paysan et la cité d’ouvriers et de personnel des services installés dans une même petite agglomération ou la discontinuité des techniques de construction de la maison et de l’école du paysan, si fréquemment observée au Maroc, sont les signes d’une incompatibilité structurelle de deux modes locaux de construction, de deux territorialisations locales en conflit. Dans l’habitat social, production et consommation centralisées et non centralisées, tendent depuis trois quarts de siècle à annuler leur antagonisme mutuel. Le système local dominant et légal étant le plus centralisé. Maintenant, le dualisme révolu « moderne/traditionnel », à différence historique prédominante, s’est métamorphosé dans le seul mode moderne en un dualisme nouveau « formel/informel », centralisé/décentralisé, légal/illégal, à différence territoriale prédominante.

47Le Maroc est en situation de transition territoriale pour son habitat - autre espace, autre société - depuis l’intensification des relations extérieures directes avec son espace, au début du siècle. Il mobilise encore aujourd’hui beaucoup de ses moyens consacrés à l’aménagement des groupes locaux pour circonscrire, contraindre, modifier et remplacer des développements non maîtrisés d’habitat réactif. Les opérations centralisées qui ont été définies et réalisées au Maroc dans les 25 années écoulées, pour réautonomiser un développement local moderne de l’habitat populaire - auto-production d’espaces, d’infrastructures, de techniques,... — n’ont jamais été conduites jusqu’au stade de leur reproductibilité locale autonome.

48Une multitude d’auto-productions locales est aussi capable qu’une production centralisée déployée localement de satisfaire les besoins prévisibles d’habitat social. Des dosages de chacun des deux modes de production de l’habitat social composent les solutions adaptées à l’évolution progressive et diversifiée des autonomies locales vers leur concentration nationale et même universelle, considérée comme projet de l’aménagement local au Maroc.

49Depuis qu’ont été instaurées les politiques centrales d’aménagement local et de construction d’habitat, la substitution des organisations et des techniques autonomes locales, de petites envergures, par leurs homologues centralisés intervenant localement directement, a été préférée à une progression endogène des autonomies locales. L’aménagement macro-formel des localités est d’emblée indistinct pour tous les degrés à la fois, et pour tous les domaines d’activité à la fois, de l’organisation collective de l’espace. Ainsi s’élimine la différence entre ce qui est, et qui était, proprement du domaine central (armature urbaine, équipements territoriaux généraux, activités réservées, habitat catégoriel...) de ce qui était proprement du domaine local (reproduction, écologie, subsistance alimentaire, petites ressources dispersées, journée solaire, marche à pieds...). Le local sera donc à assujettir au territorial. Le progrès local autorisé ne saurait ainsi résulter que du fait centralisé venu se substituer au fait local. Le fait local autonome dominé, réduit, désagrégé, dessaisi de ses ressources, n’est plus en mesure de progresser par ses propres moyens. Ainsi disparaissent les architectures régionales au Maroc.

50La réactivation d’unités de production auto-consommatrices plus larges que la famille ne sont pas souhaitées par les aménageurs. Les concessions qui sont faites parfois à l’égard du développement communautaire sont conjoncturelles et momentanées, et toujours partielles. Elles ont pour strict objet de mieux assurer la transition de situations locales bloquées vers leur état centralisé, et selon une évolution favorable aux catégories sociales déjà centralisées. L’aménagement sert avant tout la puissance collective qui le conçoit et qui le réalise.

51Les principes pour un urbanisme direct, pour une auto-construction collective, pour une intégration sans intermédiaires des groupes locaux à leur espace bâti, pour un aménagement local différent et séparé de l’aménagement territorial, etc., furent formulés avec précision, aux années 70, au Maroc. Un urbanisme de lotissements et de plan de masses sans plans, une grille de l’organisation naturelle des groupes sociaux de base adaptable aux différents modes effectifs d’organisation locale convenue, les archétypes régionaux de l’habitat rural auto-construit, etc. Certains de ces principes furent appliqués partiellement dans des projets d’habitat social centraux, comme ceux mentionnés. Mais ils ne furent pas appliqués dans leur entièreté, même expérimentalement, ou restèrent inédits pour la plupart (travaux CERF/DUH/Min. de l’Intérieur 1968-1972).

52Les réalisations centralisées de l’espace de petits groupements locaux de cohabitation organisée servent en premier lieu les desseins des réalisateurs, installent localement les formes bâties de la centralisation. En matière d’ordre local de l’espace habité, les urbanismes et les technologies peuvent refléter la souveraineté des habitants sur leur habitat, ou sur leur milieu local de petite envergure spatiale et collective, tout comme ils peuvent refléter la subordination de l’habitat ou du milieu local aux généralisations spatiales et collectives de grande envergure territoriale. L’autonomie territoriale et l’autonomie locale ne produisent pas le même urbanisme, ni les mêmes techniques, localement. Les normes sociales ont des dimensions territoriales. L’autonomie comme la démocratie change de signification si on la rapporte à un vaste territoire ou à une petite localité.

53Les besoins de construction d’habitat social sont généralement évalués, pour la prévision, du point de vue d’une production centralisée seule, comptabilisant la substitution des auto-productions locales qui pourvoient toujours la plus grande part des besoins ordinaires d’habitat social. Un tel objectif de centralisation totale de l’habitat, pour autant qu’il puisse être atteint jamais, ne peut être projeté à court terme, tant les substitutions seraient volumineuses. Une normalisation lente des auto-constructions se poursuivra encore parallèlement, sans que l’on puisse même présager si finalement ce seront les valeurs locales ou centrales de l’habitat qui prédomineront.

54Les tentatives faites par le passé pour normaliser les auto-productions d’habitat social de dimensions locales - au même titre qu’est normalisée la production centralisée d’habitat - en prévision de développements généraux ultérieurs de ce type d’habitat ne furent considérées alors par les pouvoirs publics que pour leur utilité localisée et conjoncturelle, partielle et momentanée, jamais comme modèle de développement local.

Auteur

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search