Version classiqueVersion mobile

Théorie quantique et sciences humaines

 | 
Michel Bitbol

Première partie. Réflexions épistémologiques

La structure quantique de la connaissance individuelle et sociale

Michel Bitbol

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mécanique quantique est perçue comme paradoxale aussi longtemps qu’on pense qu’elle a pour but de décrire le monde. Les paradoxes se dissolvent dès qu’on a admis qu’elle est une réponse formelle à une certaine classe de situations de connaissance. Pour le comprendre, on doit d’abord se rappeler que l’acte de connaître consiste idéalement à mettre à distance une partie de ce qui arrive, de façon à ne plus se contenter d’y adhérer et d’y participer, mais de l’anticiper et de le maîtriser. On doit ensuite réaliser que ce programme idéal définit en creux ses propres bornes : d’une part rien n’empêche qu’il rencontre des obstacles infranchissables dans certains domaines, et d’autre part il suppose de toutes manières un état initial où la distance n’est pas encore établie.

La mécanique quantique se comprend comme la réponse des sciences physiques au premier type de borne que rencontre le programme de la connaissance. Elle est une réponse formelle aux strictes limites de la distanciation...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search