Version classiqueVersion mobile

Théorie quantique et sciences humaines

 | 
Michel Bitbol

Première partie. Réflexions épistémologiques

Paradoxes « quantiques » et libre-arbitre de l’homme1

Jean-Pierre Dupuy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire que je vais raconter commence par un paradoxe affectant la théorie de la décision rationnelle et que nous devons, dit-on, à un physicien quantique nommé William Newcomb : le paradoxe de Newcomb. Ce qui relie ce paradoxe à la mécanique quantique est loin d’être évident à première vue. L’histoire se clôt par un autre paradoxe, pragmatique cette fois, celui de l’efficacité de la dissuasion nucléaire. La solution commune que je propose à ces deux paradoxes résonne d’une certaine manière avec des thèmes et des figures de la mécanique quantique : le temps s’y met en boucle, le passé et l’avenir se déterminant mutuellement ; certaines solutions à des problèmes de décision prennent la forme de superposition d’états. Y a-t-il là plus qu’analogies formelles ? Quant aux étapes intermédiaires du parcours que je propose, on voit encore moins ce que la mécanique quantique viendrait y faire : il est question de problèmes qui relèvent de la théorie du choix rationnel, de la philosophie m...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search