Version classiqueVersion mobile

Habitat, État, société au Maghreb

 | 
Pierre Robert Baduel

Première partie. Les politiques de l'habitat

L’industrie du bâtiment au Maroc

Lahsen Abdelmalki

Texte intégral

1Si l’évaluation des performances de l’industrie marocaine du bâtiment n’est pas aisée, elle est néanmoins ressentie de plus en plus comme une nécessité. D’une part, le Maroc s’étant farouchement engagé dans le processus de développement, la construction est devenue un facteur essentiel conditionnant, par son rendement et la qualité de ses produits, la réussite de cet engagement. La construction de logements, d’équipements collectifs, d’écoles, d’hôpitaux et d’usines constitue, en effet, la base sur laquelle reposent fondamentalement les efforts de croissance économique et de progrès social. D’autre part, l’extension des besoins sous le poids de la pression démographique rend plus onéreux le coût d’accroissement de la capacité d’offre, ce qui oblige à réduire les gaspillages et à rapprocher les ressources allouées des résultats atteints.

2Après avoir recensé les obstacles qui entravent l’évaluation des performances de la construction et établi l’impossibilité, au plan de l’analyse économique, d’en mesurer le potentiel, nous nous attacherons à décrire les principaux résultats de cette industrie et ses dysfonctionnements durant la période récente.

1. – LA PLACE DU BATIMENT DANS L’ECONOMIE MAROCAINE

3La plupart des indicateurs socio-économiques connus soulignent la place importante de la construction dans l’économie marocaine. Celle-ci doit au bâtiment une part appréciable du Produit Intérieur Brut (PIB) et une proportion élevée de la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF). En outre, comme dans les pays industrialisés, son coefficient de travail est relativement haut en raison de la structure faiblement capitalistique des processus de production du cadre bâti. Elle a donc aussi un rôle à jouer en tant qu’employeur.

1.1. Les problèmes d’évaluation

4L’industrie de la construction se ressent, par nature, de diverses difficultés qui lui sont propres et qui empêchent à la fois de l’identifier comme telle et d’en évaluer les performances. Elle relève aussi bien du secteur productif que du secteur social, du secteur public que du secteur privé et elle est si diversifiée, sur le plan géographique comme par les types d’activités et de produits, qu’il est souvent malaisé de la délimiter en fonction des facteurs économiques. Ce sont là autant de raisons qui expliquent son statut étriqué dans les plans de développement.

5En outre, ses moyens de production sont fournis par beaucoup d’autres branches, ce qui complique le calcul de son niveau de production et du rapport entrées-sorties. Enfin, on a souvent du mal à déterminer son volume d’emploi et le coût des salaires en raison des variations saisonnières et de la nature occasionnelle des occupations qu’elle offre.

6Ces caractéristiques ne sont certes pas propres au Maroc ni même, plus généralement, aux pays en développement. Toutefois, ici, plus qu’ailleurs, la dispersion de l’appareil de production et l’hétérogénéité de ses structures productives rendent plus aigus les problèmes d’évaluation. En particulier, le poids important du secteur « informel » et des formes diffuses de production artisanales et populaires obèrent très fortement les renseignements statistiques sur lesquels se fondent habituellement les plans de croissance.

7Ainsi, si les statistiques des douanes permettent de connaître avec une relative exactitude le volume des matériels et matériaux de construction importés et si les suivis du cadastre informent régulièrement sur les périmètres fonciers consommés au titre de la construction, en revanche il est impossible d’évaluer avec fiabilité le nombre et la taille des opérations, la quantité de matériaux domestiques utilisés ou même le nombre des entreprises oeuvrant dans le bâtiment ou leur chiffre d’affaires.

1.2. Les principaux indicateurs économiques

1.2.1. La contribution au PIB

8La production du bâtiment était évaluée en 1983 à 1540 MDH, représentant 4,5 % du PIB. L’analyse de cet indicateur dans le temps permet de constater qu’en un peu plus d’une décennie (1970-1983), la contribution du bâtiment au PIB a pratiquement doublé ( + 97 %).

9Toutefois, la croissance du BTP ne s’est pas réalisée de manière continue. Son évolution est fortement corrélée avec les orientations industrielles et économiques globales, et plus particulièrement avec les orientations étatiques en matière de politique de construction.

10Ainsi, les statistiques relatives au plan quinquennal 1973-1977 prouvent le rôle moteur que peut jouer le BTP comme secteur producteur de valeur. Correspondant à une phase de prise de conscience de la gravité de la crise du logement, soutenue dès lors par une politique « active » de l’Etat, la croissance du BTP a connu une progression très importante. La part du BTP est passée de 3,76 % en 1973 à 7,68 % en 1977.

11Inversement, durant le plan triennal de développement 1978-1980,le taux de croissance du BTP a connu une régression sensible, la part du BTP dans le PIB se réduisant de 6,5 % en 1978 à 4,6 % en 1980. Cela est dû au fait qu’après la crise financière et économique qui a affecté le Maroc en 1977, les pouvoirs publics ont mis en place un plan de « pause » pour « consolider les acquis antérieurs ». Ce qui explique que le BTP, secteur dépendant du reste de l’économie, ait été la cible principale de cette pause. Les premières années du dernier quinquennat (1981-1985) confirment cette tendance régressive avec, cependant, des fluctuations qui stabilisent globalement la part réelle du BTP dans le PIB autour de 4,5 %.

12Mais, si les grandeurs et les comparaisons qui viennent d’être relatées situent assez distinctement la place du secteur dans l’économie, elles ne font apparaître que bien discrètement les effets d’ensemble exercés par le secteur. L’analyse de la valeur ajoutée ne se rapporte en effet qu’aux effets directs engendrés par le secteur. Elle ne tient pas compte des « effets d’approvisionnement » provoqués par le recours, en amont, aux consommations intermédiaires produites par les autres industries.

1.2.2. Les consommations intermédiaires : l’effet approvisionnement

13Les consommations intermédiaires constituent un autre moyen dont l’analyse permet de repérer l’impact exercé par le bâtiment. Les travaux portant sur la hiérarchie des industries, à partir d’une triangulation du TES marocain, soulignent unanimement le faisceau d’effets réels ou potentiels déductibles des relations qu’entretient le bâtiment avec le reste des industries en amont.

14Ils font apparaître, d’une part, le statut spécifique de la construction à la fois producteur de biens de productions et de biens de consommation et, d’autre part, la qualité du bâtiment comme client privilégié pour la plupart des branches du système productif. Ce qui lui vaut d’être pressenti au rôle de locomotive pour la croissance de l’économie nationale.

1.2.3. La contribution à la formation du capital

15Une appréciation judicieuse du rôle du bâtiment ne saurait se satisfaire d’une simple prise en compte des inputs et outputs en valeur de cette industrie. En effet, l’argumentation précédente peut être en partie récusée en raison de la nature même du produit bâtiment en tant qu’il est pondéreux, onéreux et fait appel à une multitude d’éléments, au cours de son élaboration : sol, études, matériaux, matériels...

16Dès lors, raisonner en termes de matières consommées ou de valeur ajoutée créée masque inévitablement l’impact plus ou moins prépondérant des augmentations de prix et des activités spéculatives dans la constitution de cette valeur. De même, l’opposition vive des intérêts des intervenants successifs dans l’acte de bâtir peut, à travers la stratégie de domination de certains d’entre eux, induire un gonflement artificiel de la richesse produite sans que ni l’appareil de production ni les rythmes réels de construction s’en ressentent.

17Si l’on considère que l’accroissement de ces rythmes est étroitement tributaire de la transformation des conditions de la production, c’est principalement à travers les flux d’investissement et leur composition qu’il faut rechercher le test de la performance de l’industrie du bâtiment.

18A ce propos, les plans de développement créditent le bâtiment d’une part de FBCF sans cesse croissante. Elle est passée de 19 % en 1968 à 23 % en 1974 puis à 35 % en 1984. Le bâtiment et les Travaux Publics absorbent à eux seuls 52 % de la FBCF totale à cette date ; ce qui constitue un effort appréciable pour une économie en développement.

19Cette hausse appelle cependant deux remarques qui permettent d’en mesurer la nature et les effets. D’une part elle est obtenue grâce à un surcroît d’importation de biens de capital en l’absence d’une production nationale en la matière. D’autre part, il est évident que l’intérêt n’est pas d’abord de constater la hausse mais d’examiner quel usage il est fait réellement des ressources allouées. M. Germouni (1978 : 138 et suivantes) montre, en effet, que si l’on ventile les investissements en biens d’importation en entretien, rechange et équipement proprement dit, il s’avère que cette dernière catégorie absorbe la plus petite partie des montants investis.

20En outre, Dar Al-Handasah (1977 : 107, rap. 1) attire l’attention sur le fait que l’accélération de l’investissement dans le logement appelle une étude appropriée pour déterminer dans quelle mesure elle a contribué à une amélioration des méthodes de production et quelle est la part de la spéculation sur les types d’habitat, les prix et les surfaces destinées au logement dans ces ressources.

1.2.4. La production de logements

21En matière de logements urbains, le Maroc aurait produit en moyenne 12 500 logements annuels pendant la décennie 60 et 25 000 logements pendant la décennie suivante. Ce doublement du rythme de construction porte ainsi le parc global de logements urbains de 480 000 en 1956 à 1 073 550 unités en 1980, soit un accroissement de 124 % et un rythme annuel moyen de réalisation, en vingt-cinq ans, de 23 740 logements environ.

22Quel que soit le type de jugement que l’on peut porter sur ces chiffres au demeurant appréciables et de surcroît minorés, comme on l’a vu, des réalisations non recensées, il perd une grande partie de sa signification s’il n’est pas assorti d’une comparaison avec les besoins et leur évolution. Les statistiques officielles permettent ici de faire état de deux tendances :

  • En une seule décennie 1971-1980 le déficit du parc de logements urbains, compte tenu de la dynamique démographique et de l’exode rural, s’est accru de 34 % portant le nombre de logements nécessaires pour le combler à un million environ, soit l’équivalent du parc existant en 1980.
  • En vue de résorber les déficits ultérieurs tout en réduisant le taux de cohabitation à cinq personnes par logement, c’est un parc de 3 254 000 unités logements qu’il conviendrait de construire entre 1980 et l’an 2000. Ce qui permet d’évaluer le rythme annuel nécessaire à 162 700, à comparer à la fois au rythme moyen antérieur (23 740) et à la capacité de production disponible qui varie, selon les estimations, entre 40 000 et 75 000 logements.

23On mesure à la lecture de ces données l’ampleur de l’effort qui reste à consentir et l’importance du champ ouvert pour une transformation technique et organisationnelle significative de l’appareil de production.

2. – LES FACTEURS DE BLOCAGE ET LES VECTEURS D’EVOLUTION

24Bon nombre de problèmes que connaît l’industrie de la construction dans les pays en développement sont les mêmes que ceux auxquels elle se heurte dans les pays industriels ; mais ils tendent à être exacerbés par l’environnement socio-économique (faiblesse de la productivité, déficit en compétences et en qualifications ouvrières...). D’autres, au contraire, relèvent des caractéristiques structurelles du sous-développement (rigidité du système de l’offre, dysfonctionnements dans l’approvisionnement, état embryonnaire des industries de biens de capital, insuffisance de l’effort d’innovation...). La persistance de la plupart de ces facteurs de blocage au Maroc détermine amplement les résultats obtenus jusqu’ici, mais surtout leur levée progressive apparaît comme une condition incontournable du développement de l’industrie de la construction.

2.1. La structure de l’industrie du bâtiment

25L’organisation de l’industrie du bâtiment est fortement marquée par la forme « socialement éclatée » de sa production, tenant d’une part au nombre élevé des entreprises et à la diversité des formes d’exécution de la production et d’autre part à la multiplicité des agents intervenant dans les processus techniques de production.

2.1.1. La segmentation de l’appareil de production

26Très peu d’études ont tenté de faire le bilan du potentiel de production du bâtiment au Maroc. Les résultats de l’enquête de structure du Ministère du Plan sur le BTP en procédant en 1985 à une recension des entreprises « organisées » et « non organisées » comble un vide qui a empêché pendant longtemps d’observer les évolutions qui se sont opérées dans l’appareil de production.

27Cette étude met notamment en relief la démultiplication des entreprises de toutes strates et tous régimes juridiques. Néanmoins, une césure forte demeure entre un petit nombre de grosses entreprises à capitaux nationaux et/ou étrangers exécutant la plupart des grands travaux et de très nombreuses petites entreprises se partageant le reste. Appréhender ces dernières relève d’ailleurs davantage de l’observation d’un vécu que d’études statistiques proprement dites. Beaucoup parmi ces dernières se réduisent à un tâcheron ou ouvrier-maçon, absents du fichier des patentes et sans enseignes fixes.

28De cette cassure de l’appareil de production, il résulte un gigantesque fossé financier qu’il est impossible aux petites unités de franchir et qui les enferme dans une succession de cercles vicieux s’imbriquant les uns dans les autres. L’image type de ces difficultés étant l’obligation pour ces unités de compter sur une certaine régularité dans les commandes pour s’octroyer les services d’une main-d’oeuvre permanente et compétente. Or, les adjudications comme les crédits ne sont obtenus que lorsqu’on a prouvé, au préalable, avoir mené des travaux à bonne fin.

2.1.2. Le jeu des acteurs : une logique conflictuelle

29Les conséquences des divisions fonctionnelles du bâtiment sont tout aussi contraignantes. Ainsi, la dissociation de la conception et de la réalisation est en soi une entrave à l’efficacité et à l’innovation. Le constructeur, réduit aux tâches d’exécution, est dans l’incapacité d’appliquer les techniques les plus économiques.

30Il est vrai que cette difficulté est également celle des pays industriels, mais les effets peuvent en être particulièrement sensibles dans une industrie en cours de constitution et qui, dans la phase actuelle de son développement, se trouve en étroite dépendance à l’égard de travaux de conceptions étrangers. Or, J. Perrin (1971) avait montré la corrélation existante entre les pays d’origine des études et ceux qui fournissent les procédés et les équipements correspondants. De la sorte, ces transferts s’opèrent dans l’ignorance qu’il existe des équipements plus performants localement.

31L’opposition entre les producteurs de matériaux de construction et les entreprises de réalisation d’un côté, l’avènement d’une promotion immobilière privée forte et organisée de l’autre, impriment également au bâtiment son rythme actuel d’évolution. Durant la période récente, le Maroc a sensiblement accru la production locale de matériaux et incité à leur normalisation en même temps que les pouvoirs publics ont apporté leur aide au développement de la promotion immobilière pour « lubrifier » le marché. Précisément, cet infléchissement est pour beaucoup dans les luttes que se livrent ces agents autour de la maîtrise du produit.

32Pour les producteurs de matériaux, il s’agit, avec le bénéfice des nouvelles mesures, de faire en sorte que la mise en oeuvre et le contrôle du processus de production ne soient plus le bien propre des entreprises de réalisation. Par l’élaboration de produits « complets », ils entravent la stratégie des entreprises de réalisation consistant à orienter de manière exclusive la demande des biens qu’elles produisent.

33Ces dernières, pour leur part, refusent de voir leur rôle réduit à celui de simples unités assurant le montage et la finition des éléments de construction. Elles résistent par l’emploi de techniques traditionnelles et donc de matériaux peu élaborés qui n’altèrent nullement leur maîtrise du produit et du processus productif. On comprend dans ces conditions que les politiques urbaines récentes aient mis en avant la nécessité de normaliser la production du cadre bâti et qu’elles aient apporté un soutien actif aux industries des matériels et matériaux de construction avec parfois l’appui d’entreprises étrangères. Il s’agit, en effet, d’une tentative de résoudre les contradictions issues de l’immobilisme des entreprises de réalisation, en apportant aux producteurs de matériaux les moyens de transformer les conditions finales de la production de logements.

34Le comportement de la promotion immobilière privée doit être appréhendé autrement et en relation avec l’ensemble des autres agents. Elle doit notamment être distinguée de la promotion publique. En effet, l’Etat, dans sa tâche de régulation sociale, vise entre autres, par le biais de l’industrialisation des techniques de construction, à minimiser les coûts pour répondre plus massivement aux besoins croissants en logements. Par contre, le promoteur immobilier privé se présente avant tout comme le support d’un capital de circulation. En tant que tel, il s’intéresse davantage à la vitesse de commercialisation des programmes de construction qu’aux conditions techniques de leur réalisation. Dans ces conditions, la promotion privée ne peut fonctionner pleinement que si les possibilités de rentabiliser les innovations techniques sont suffisantes, soit par la localisation des terrains, soit par la taille des chantiers.

35Cette contradiction apparente entre les objectifs d’industrialisation et les objectifs de commercialisation conduit à considérer la primauté donnée, à partir des années 70, aux grandes opérations urbaines, en particulier au logement collectif, comme une tentative pour concilier les deux objectifs : amorcer, grâce à la possibilité offerte par une telle échelle de production, une démarche véritablement industrielle, à l’intérieur de laquelle l’objectif d’industrialisation du logement en tant que baisse des coûts constitue un atout pour assurer des débouchés et des conditions de rentabilité suffisants.

2.2. L’emploi et les techniques

36La prudence s’impose lorsqu’on étudie les statistiques de l’emploi et de la qualification dans le bâtiment. Même dans les pays industriels, le travail y est souvent occasionnel, de sorte qu’on évalue de 20 à 30 % la proportion des ouvriers temporaires et occasionnels dans la construction en France. Ce phénomène est encore plus marqué au Maroc où l’on est toujours en mesure de trouver une réserve de chômeurs prêts à accepter toutes sortes de travaux.

37Si le bâtiment est connu pour être une industrie de main-d’oeuvre, trois éléments semblent caractériser cette main-d’oeuvre au Maroc. D’abord, elle est souvent d’origine rurale. Elle échoue dans le bâtiment par les mécanismes de l’exode rural. Ensuite, elle est instable. Les mauvaises conditions de travail et le niveau faible des rémunérations l’incitent, dès que possible, à se servir du bâtiment comme « tremplin » vers les autres secteurs d’activité. Enfin, les deux caractéristiques précédentes sont à l’origine d’un taux de sous qualification élevé et de la présence d’une frange significative de main-d’oeuvre d’encadrement étrangère.

38Prenant conscience de cette situation, les pouvoirs publics ont récemment entrepris un vaste effort de formation professionnelle. Mais, faut-il le souligner, cet effort ne peut atteindre les objectifs qui lui sont assignés que s’il est renforcé et maintenu dans le temps.

39Depuis longtemps, l’orientation des pouvoirs publics en matière de techniques de construction a constamment affirmé l’importance de l’apport des techniques locales à fort coefficient en travail. Celles-ci sont, en effet, non seulement techniquement fiables mais aussi économiquement viables pour une large gamme d’opérations. Mais, depuis quelques années, on a considéré que le développement démographique et l’accroissement des besoins en logements constituaient des paramètres principaux qui devaient orienter les choix du système de l’offre vers la normalisation et l’industrialisation de la construction.

40Aujourd’hui, on est encore, il est vrai, à la recherche du dosage le meilleur entre la main-d’oeuvre et l’équipement.

41Si l’on considère le présent, fortement marqué par l’importance des besoins et l’urgence de les satisfaire aux meilleures conditions d’accession, cette option pour une variété de techniques peut paraître justifiée. En apparence, elle serait en adéquation avec l’inégal développement de l’appareil de production et la structure différenciée de la demande. Il semble cependant possible d’attirer l’attention sur le biais que véhicule à son insu cette vision et qui est de nature à opposer, à la longue, des obstacles insurmontables au développement technologique de l’industrie du bâtiment.

42Ce biais a trait à l’opposition opérée entre les choix techniques de court terme et ceux qui relèvent d’une stratégie de long terme. Si le Maroc veut oeuvrer à la constitution, à échéance raisonnable, d’une industrie du bâtiment performante et à la hauteur de rythmes de construction appelés sans cesse à être plus rapides, il se doit de définir une politique de développement technologique cohérente à l’égard du bâtiment, laquelle ne peut se réduire à une reproduction à l’identique des méthodes de construction existantes.

43Cela requiert, l’expérience le montre, un engagement important de l’Etat comme financeur et comme client, un effort constant d’innovation de même que la résolution des principaux dysfonctionnements qui peuvent entraver les processus de production de l’amont à l’aval.

44Il est bien connu que la maturation des programmes d’investissement dans la construction exige des délais de montée en production et des surcoûts importants lorsqu’il s’agit en particulier de la mise en oeuvre de technologies complexes. Ces facteurs qui grèvent provisoirement la productivité sont aussi le prix à payer pour une rationalisation progressive de la production ou, ce qui en est l’équivalent, le prix de l’apprentissage technique.

45Dans ce cadre, la fermeture de la plupart des sites de préfabrication récemment installés au Maroc semble s’être effectuée sans la prise en compte des contraintes propres à ce type de production et sans que l’on ait cherché à dissocier, dans leur « échec », ce qui relève des caractéristiques structurelles du sous-développement (technologique) de la formation sociale marocaine – qui ne prédisposent pas celle-ci, sans quelques précautions préalables, à la maîtrise et à l’absorption des technologies « évoluées » – et ce qui relève à proprement parler de la non efficience des modes opératoires spécifiques à la préfabrication. La prise en compte de cette différence fondamentale sera, on ne peut en douter, l’un des facteurs majeurs qui devront déterminer le développement industriel dans le bâtiment durant les prochaines années.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abdelmalki (L), 1987, Le logement au Maroc, changements techniques, stratégies industrielles et enjeux sociaux. Presses Universitaires de Lyon/Editions Toubkal, Casablanca, 225 p.

Abdelmalki (L) et Yahiaoui (M.S.), 1987, « A propos de l’industrialisation de la construction au Maghreb », in Crise de l’habitat et perspectives de co-développement technologique avec les pays du Maghreb, Ed. Publisud, Paris, 222 p.

Abdelmalki (L) et Yahiaoui (M.S.), 1987, « Le Maghreb au pied du mur » in Les Tiers-Nations en mal d’industries. Economica, 335 p.

Bahi (H), 1982, Habitat urbain et espace social. Contribution à l’analyse de la crise du logement au Maroc, Thèse de 3ème cycle en Sciences Economiques. Université de Saint-Etienne, 321 p.

Boyd (A.D.) et Wilson (A.H.), 1975, Technology transfer in Construction, Science Council of Canada, Background Study n° 32, Ottawa, 163 p.

Strassman (W.P.), 1978, Housing and Building technology in developing Countries, Michigan State University Press, 345 p.

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search