Version classiqueVersion mobile

L’homme et l’habitat

 | 
François Valla

Chapitre premier. Les paradoxes des Natoufiens, hommes des cavernes cultivateurs ou chasseurs-cueilleurs sédentaires ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Natoufien a été isolé en 1928 par Dorothy Garrod. La préhistorienne britannique fouillait alors la grotte de Shukbah dans l'oued en-Natouf qui se trouve dans le piémont des montagnes de Judée, pas très loin de la ville actuelle de Tel Aviv1. Entre une industrie de silex de type moustérien et une couche riche en poterie byzantine était intercalé un dépôt par endroit très épais (jusqu'à 3,50 m) qui contenait un assemblage d'objets jusque là jamais trouvé dans une couche bien déterminée et en place.

Cet assemblage attirait d’autant plus l’attention qu’il semblait incohérent à un esprit habitué à la préhistoire européenne qui, à l’époque, à la fois par ethnocentrisme spontané et parce que l’Europe était la région la mieux explorée, représentait la référence obligée de l’histoire des sociétés humaines avant l’écriture. En quoi consistait la bizarrerie ? L’outillage de silex était microlithique, c’est-à-dire qu’il était fait de très petits objets, dépassant rarement 5 cm de long. Parmi ...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search