Version classiqueVersion mobile

Habitat, État, société au Maghreb

 | 
Pierre Robert Baduel

Introduction

La production de l’habitat au Maghreb

Pierre Robert Baduel

Texte intégral

“L’instinct primordial de tout être vivant est de s’assurer un gîte. Les diverses classes de la société n’ont plus de gîte convenable, ni l’ouvrier ni l’intellectuel. C’est une question de bâtiment qui est la clef de l’équilibre rompu aujourd’hui : architecture ou révolution”.
Le Corbusier (Vers une architecture, 1924)

  • 1 La présente publication a été précédée d’un colloque organisé du 16 au 18 Septembre 1987 à La Baum (...)
  • 2 On peut ajouter à ces publications trois livraisons de la Revue de l’Occident Musulman et de la Mé (...)
  • 3 J’ai développé cette problématique dans “La production de l’espace national au Maghreb”, Introduct (...)
  • 4 Renouveau qui s’est poursuivi avec, par exemple, Ph. Aydalot éd. (Espace et crise, Economica, 1984 (...)

1Habitat, Etat et Société au Maghreb s’inscrit dans la continuité des travaux et publications inaugurés au Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes (CRESM) au début des années soixante-dix avec André Adam (1972) et René Duchac (1974, a et b). Sa problématique a cependant été plus particulièrement élaborée dans le cadre de l’axe de recherche Espace, Etat moderne et Société au Maghreb1. Les deux premières publications de ce programme (P.R. Baduel éd., 1984 et 1985)2 s’efforçaient d’apporter dans l’analyse des mutations que connaissent les pays du Maghreb le souci de tenir ensemble3 l’étatique, le sociétal et le spatial, dans une perspective que stimulait le renouveau de la question de l’espace en sciences sociales4. La question de l’habitat a été choisie comme troisième étape de ce programme pour des raisons tenant à la fois de la continuité et de la conjoncture.

Continuité dans la thématique d’abord

2Les problèmes d’habitat relèvent pour partie des questions d’urbanisme et d’aménagement du territoire, dont Etats, territoires et terroirs au Maghreb traitait déjà, mais alors plutôt dans la perspective de la mise en évidence de l’articulation entre extension de l’Etat moderne, clôture/frontiérisation de l’espace national et politiques de développement, administration et aménagement du territoire. Cependant cette fois-ci, à la différence des précédents ouvrages, l’échelle internationale est absente (sauf sous l’aspect, pour reprendre des catégories de la sociologie classique, civilisationnel par opposition à culturel), car il sera essentiellement question de problèmes internes.

Continuité dans la problématique ensuite

3La question de l’habitat semblait devoir constituer un support particulièrement intéressant pour la poursuite d’une réflexion sur les rapports du spatial, de l’étatique et du sociétal : de la “maison comme projection au sol des valeurs du groupe” aux politiques d’habitat comme projection spatiale des valeurs idéologiques, implicites ou professées, promues par l’Etat, on peut chercher à voir la manière dont se fait - ou ne se fait pas - l’articulation des rapports entre la société et le pouvoir sur un point aussi sensible que l’espace domestique dans son articulation avec l’espace public, et dans une époque où les sociétés locales sont amenées nolens volens à renoncer à leur autonomie, donc à une forme de leur privauté : avec la fin des terroirs analysée dans les deux précédentes publications la fin des architectures vernaculaires ? Les mutations de l’espace habité apparaîtront alors comme autant d’indices des mutations sociétales.

La conjoncture d’autre part

4A l’instar de la plupart des pays en voie de développement, les villes du Maghreb connaissent des croissances démographiques impressionnantes, voire - de par leurs conséquences quant à l’ordre public - inquiétantes pour les pouvoirs en place. En particulier sur le front du bâti une certaine nervosité sociale s’est développée ces dernières années. Avec une donne relativement neuve par rapport au passé : à savoir que dans ces cités, la pénurie de logements semble durement ressentie jusque dans des strates de plus en plus larges de la population.

  • 5 Sur l’habitat bidonvillois d’avant les Indépendances, voir par exemple pour la Tunisie P. Sebag 19 (...)

5Hier encore en effet, cette crise concernait essentiellement les classes défavorisées, celles qui, la plupart du temps ayant fui la campagne, étaient parties à la recherche d’un “petit travail” en ville et n’avaient trouvé à se loger que dans les médinas délabrées ou les bidonvilles, lesquels pour n’être pas bien sûr un phénomène nouveau5 n’ont pas pour autant disparu à l’Indépendance, malgré diverses mesures, certaines bien expéditives : n’a-t-on pas tenté voici quelques années en Algérie d’éradiquer cet habitat par la manière forte, non en trouvant un relogement en ville des populations qui l’occupaient mais par leur transport vers des lieux d’origine souvent bien lointains par rapport au lieu de travail et parfois même quittés depuis plusieurs générations ? Ailleurs les politiques de vitrine n’ont-elles pas conduit d’une certaine manière à scotomiser le problème, en transformant en dur cet habitat précaire, quand on ne se contentait pas, dans les cas les plus caricaturaux, de le masquer derrière des écrans de murs bien peints ou de petites boutiques sur rues passantes ?

  • 6 Politique qui en Algérie touche tous les secteurs, voir par exemple pour l’agriculture S. Bedrani (...)

6Or cette crise du logement atteint désormais les classes intermédiaires ou “moyennes” (qui incluent la catégorie sensible des fonctionnaires moyens et supérieurs), dans le même temps où une fraction de la population, la plus industrieuse selon les uns, la plus exploiteuse selon les autres, se construit à l’abri des économies libérales ou en voie de libéralisation6 de plus ou moins somptueuses, voire provocantes, résidences aux portes mêmes des bidonvilles : comme si la richesse, longtemps tenue pour illégitime au regard de la lutte qu’un peuple toutes classes confondues mena contre l’occupant colonial avait désormais pleinement droit de cité, comme si on pouvait désormais sans retenue en manifester publiquement l’existence, la résidence constituant l’un des signes de la réussite jouant symboliquement dans la concurrence des possédants entre eux.

7Ainsi dans le paysage bâti et dans un urbanisme sauvage se lit de façon patente l’éclatement de la société maghrébine, s’accusent ses contradictions, portant au premier rang des préoccupations des gouvernants les problèmes sociaux, les condamnant à cette gestion du quotidien trop longtemps différée au profit de grands projets économiques ou politiques qu’ont progressivement désenchanté l’évolution de la situation internationale et l’épuisement de la provision de crédit qu’avait donné aux dirigeants, mais sous bénéfice d’inventaire, leur participation à la lutte pour l’indépendance.

L’habitat, une situation explosive ?

  • 7 Dans la suite du texte, les noms d’auteurs qui ne sont suivis d’aucune autre référence renvoient a (...)

8Le logement constitue-t-il donc aujourd’hui au Maghreb “le noeud des tensions sociales” (B. Semmoud)7, d’autres ne craignant pas de dire que “la crise du logement crée un climat social qualifié de pré-révolutionnaire” (F. Salhi) ? En fait la situation se présente selon les pays de façon relativement différente.

9Cette situation semble plutôt favorable en Tunisie : ici l’offre effective de logements dépasse les prévisions du Plan (J.M. Miossec), ce qui est suffisamment singulier pour mériter d’être signalé. Cependant cette euphorie des statistiques officielles doit être immédiatement corrigée, des distorsions importantes apparaissent si on passe des bilans globaux à une analyse plus fine, qui montre que cette offre de logements ne se fait pas en direction de toutes les catégories sociales, mais vise en fait principalement les catégories solvables et laisse pour compte les couches populaires (M. Chabbi), traitement particulièrement bancal d’un problème grave.

10En Algérie et au Maroc l’euphorie même purement statistique n’est pas possible. Le taux d’occupation par logement (T.O.L.) est très fort, entre 7 et 8 en Algérie (M. Bouhaba, B. Semmoud), plus de 5 au Maroc (L. Adelmalki, 1987), dans des logements très exigus : 83 % des logements en Algérie ont de 1 à 3 pièces, les deux-tiers de 1 à 2 pièces (B. Semmoud) ; ce T.O.L. urbain pose le problème de la cohabitation avec toutes les conséquences d’hygiène et de santé qu’on peut imaginer : lors d’une mission en Algérie en décembre 1985 des personnes tout à fait dignes de foi m’ont cité pour Alger et Constantine des cas vécus qui pour être extrêmes ne leur paraissaient pas comme devant être rares : une famille de 18 personnes vivant dans une seule pièce, le soir venu les femmes dorment en premier, puis les vieux et les enfants, le reste de la famille dormant dans des abris de fortune (voiture...), ou encore le cas de cette famille où le médecin appelé en consultation urgente de nuit est obligé d’enjamber des corps pour pouvoir accéder au malade. Par ailleurs il faudra dans un terme plus ou moins proche penser à renouveler un parc immobilier parfois déjà bien vétuste ou même le parc nouvellement construit (habitat collectif type Z.H.U.N. , Zone d’Habitat Urbain Nouvelle, en Algérie) dont la durée de vie est estimée seulement à trois décennies, s’il est entre temps parfaitement bien entretenu. Dans ces conditions, le déficit en logements est impressionnant : en Algérie en dépit d’une production importante de logements en promotion publique et privée, à la fin du second plan quadriennal (1985-1987), et dans la meilleure des hypothèses, il serait de 2 millions de logements et atteindrait les 6 millions en l’an 2000 (S. Boubekeur) ; au Maroc, le déficit en 1987 était évalué à 1,5 millions de logements : on peut voir d’après ces estimations et compte tenu des T.O.L. indiqués le gigantisme du problème social du mal-logement actuel au Maghreb . Et L. Adelmalki (1987) de bien situer l’enjeu économique du problème pour le Maroc : “En vue de résorber le déficit, tout en maintenant un taux de cohabitation de 5 personnes par logement, c’est un parc de 3 254 000 logements qui doit être construit sur une durée moyenne de 20 années, c’est-à-dire d’ici l’an 2000. Ce qui nous permet d’évaluer le rythme annuel de construction à 162 700 logements, à comparer avec le rythme annuel enregistré depuis 1956, qui était de 23 742 logements. Même si l’on devait se fonder sur les capacités de production disponibles actuellement (37 000 logements annuels pendant la période 1978-1980), le Maroc doit néanmoins plus que quadrupler cette capacité, s’il entend, à échéance, résorber son déficit en logements”. Pour l’Algérie, les termes du problème ne sont pas différents (S. Boubekeur).

Les pouvoirs publics face à la crise

11Les Etats du Maghreb ont longtemps négligé la question du logement. D’une part on a pendant de longues années, comme en Algérie, vécu sur l’euphorie du parc logement laissé vacant à la suite du départ massif des colons. Mais surtout priorité avait été accordée dans les politiques de développement à l’accumulation au détriment de la consommation, dont le logement. Or comme en ont pris conscience les autorités politiques avec la fin du modèle de développement des années 70, les turbulences sur le marché international du marché des hydrocarbures et aussi du fait de l’arrêt de la soupape de régulation du marché intérieur de l’emploi qu’était jusqu’au début des années 70 l’émigration vers l’Europe, “le citoyen n’adhère plus à la politique de sacrifice systématique des aspirations sociales au bénéfice d’une accumulation primitive” (rapport officiel algérien cité par M. Bouhaba). La rue devient ainsi un peu partout une nouvelle priorité, donc le logement. Selon quelles solutions dès lors qu’une politique d’accumulation n’a pas réussi à produire d’excédents de biens tels qu’une réallocation sociale des nouvelles ressources soit envisageable ?

12Les choix sont de différents ordres, dont deux particulièrement significatifs. D’abord, l’appel à l’industrialisation de la construction : elle s’est faite avec les difficultés propres aux transferts de technologies certes, mais elle a surtout été victime de graves dysfonctionnements internes qu’analysent bien ici même S. Boubekeur et L. Abdelmalki, au point qu’on ne peut la considérer aujourd’hui comme une réussite ; elle demeure cependant plus que jamais une des clefs de la solution au problème de l’habitat. Ensuite du fait de l’essoufflement de ses capacités de financement, partout au Maghreb l’Etat se désengage et fait appel à l’initiative et l’épargne privées (J. Miossec, M. Bouhaba, B. Semmoud, L. Qasmi et F. de Vesvrotte), avec des risques bien réels : ce choix ne marginalisera-t-il pas un peu plus les classes défavorisées et n’entérinera-t-il pas en quelque sorte le développement rampant d’une économie et d’une société à deux vitesses ? La constatation faite par M. Chabbi pour le marché tunisien selon laquelle la promotion privée s’adresse essentiellement aux catégories solvables, qui semble bien pouvoir s’appliquer au Maroc (B. Zyani) mais également à l’Algérie du Président Chedli (B. Semmoud), ne dessine-t-elle pas déjà d’une certaine façon cet avenir ? N’y aurait-il pas entre l’Etat et le privé individuel la possibilité de remettre en branle des capacités et des initiatives plus communautaires (J. Hensens) ?

Une solution urbanistique ?

  • 8 Congrès Internationaux d’Architecture Moderne, fondés en 1928 et ayant élaboré La charte d’Athènes(...)
  • 9 Sur T.D. Hall et la proxémique, je reviens ci-après pp. 8 à propos de l’étude de l’habitat vernacu (...)

13Quel habitat pour un urbanisme contemporain ? La question ne date pas d’aujourd’hui. En cette année Le Corbusier et quelques mois après la disparition de Michel Ecochard dont on sait l’action au Maroc (et en Syrie), il était bon de rappeler avec Jean de Maisonseul quelques principes inspirés de ce courant architectural contemporain qui s’est illustré dans les C.I.A.M.8. Certes la théorie corbuséenne connaît des limites, qu’a bien vues en particulier Edward T. Hall qui, selon Françoise Choay, “montre le rôle de la culture dans la construction de l’espace et fait apparaître la diversité des normes selon les cultures, non seulement en matière de Lebensraum mais dans les modalités d’organisation et de remplissage de l’espace <...>. Les principes “universels” de la charte d’Athènes sont donc mis en question <...> en particulier dans les pays en voie de développement” ; proposant de nouvelles méthodologies relativistes, Hall “recoupe les travaux plus arides et spécialisés, entrepris par Charles Abrams pour les minorités urbaines et les microcultures des villes occidentales et par John Turner pour les pays en voie d’urbanisation”9. Il n’empêche que, le relativisme culturel étant intégré aux projets d’aménagement, certaines exigences de cette conception de l’habitat dans un urbanisme évolutif énoncés par Jean de Maisonseul au début des années 70, comme la priorité donnée à l’équipement sur l’habitat ou la nécessité de constituer des réserves foncières, eussent permis, s’ils avaient été assimilés par le politique, de limiter les conséquences du développement des bidonvilles et constituent implicitement une critique anticipée d’un certain laxisme dont B. Zyani démontre ici même les méfaits dans le cas de Casablanca.

Du bidonville à l’habitat illégal, ou l’Etat et les stratégies parallèles

14Dans la production scientifique sur les problèmes d’habitat au Maghreb, l’intérêt pour la question des bidonvilles a été progressivement relayé par la multiplication des études sur le développement d’un phénomène relativement nouveau, un type de pratique qui a reçu selon les pays des qualificatifs variables qui ne sont pas sans consonances idéologiques implicites : du bidonville en tant qu’habitat “précaire”, “sous-intégré” se distingue désormais en effet un habitat dit “clandestin”, “spontané”, “illégal” ou “irrégulier”.

  • 10 Ce bidonville est très ancien, A. Adam dans sa monographie de 1951 donne déjà une population de 50 (...)

15Le bidonville reste un phénomène significatif au Maroc et en Algérie. Au Maroc, environ 10 % de la population urbaine vit en bidonville, avec des pointes selon les agglomérations : près de 14 % de la population à Salé ou encore à Casablanca (où certains bidonvilles constituent de véritables cités dans la cité, comme Ben M’sick avec ses 87 150 habitants10 et Carrières Centrales avec 27 780 habitants, selon B. Zyani), pour atteindre 22 % à Meknès (M.F. Zniber). En Algérie, certaines entreprises socialistes ont eu jusque dans un passé récent une politique de logement destinée à favoriser le recrutement et éviter le turn-over, avec des pratiques différenciées selon qu’il s’agissait de la main d’oeuvre de maîtrise ou de la main d’oeuvre d’exécution, “promouvant” délibérément pour celle-ci un espace bidonvillois : ainsi à Annaba-El-Hadjar, dans la mouvance du grand complexe sidérurgique, les 60 000 personnes qui vivaient en 5 000 baraques en 1979 seraient devenues 300 000 en 50 000 baraques en 1985 (F. Salhi). Le bidonville serait-il la “face cachée du marché du travail” (F. Salhi), le revers de la politique d’accumulation tant vantée ? Des mesures intéressantes sont certes prises pour améliorer le sort des populations bidonvilloises (M.F. Zniber), mais n’arrivent-elles pas dans un “mauvais moment”, à savoir une situation de réduction des capacités de financement public, dont elles ne peuvent que se ressentir ?

16Et dans le temps où désormais les conditions d’accès à la ville et au sol où construire une “baraque” ont progressivement changé : “L’ère des occupations illégales et de la location du sol aux bidonvillois est révolue. Les terrains sont réservés de plus en plus à la construction de logements destinés aux solvables” (M. Ameur). Derrière cette constatation se trouve toute la différence entre l’habitat “sous-intégré” et l’habitat “irrégulier” : le rapport habitat/foncier n’y est plus le même, l’habitat “irrégulier” est en dur et n’est pas le fait des mêmes classes de la population.

  • 11 L’équation foncière dans la nouvelle donne économique semble un phénomène aujourd’hui général dans (...)

17Le foncier en effet est devenu l’un des éléments clefs des nouveaux problèmes de l’habitat au Maghreb, et pas seulement pour l’habitat “irrégulier”11. Car le propre de ce type d’habitat est que les bâtisseurs sont devenus de façon peu régulière propriétaires du sol, en attendant une régularisation. C’est là, à travers le problème foncier, que transparaît une partie du fond du problème de ce type d’habitat : dans une analyse qui sur ce thème de l’habitat illustre bien les thèses de P. Grémial sur le “pouvoir périphérique”, le “système nobiliaire” (cf mon introduction à Etats, Territoires et Terroirs au Maghreb), A. Abouhani montre notamment comment dans le cas d’un lotissement non réglementaire de Salé la classe des propriétaires fonciers/notables (à un titre ou un autre) s’est transformée en promoteur de biens fonciers réputés non lotissables mais pour lesquels elle se présentait comme capable de par sa position d’accéder au Centre pour obtenir le contournement de la loi au profit de ses clients/débiteurs. Comment dans ces conditions de promotion foncière maintenir l’appellation de lotissement “clandestin” ? Pas plus clandestin ou tout autant que le bidonville d’Annaba-El-Hadjar ! Sans doute cependant faudrait-il modérer cette analyse par une étude d’autres sites et selon d’autres méthodes, comme permettent d’y contribuer les travaux de N. Lahbil ou de M. Ameur sur Fès qui concluent à une certaine hétérogénéité de la catégorie des promoteurs fonciers de lotissements irréguliers.

18En tout cas il est certain que dans des conditions plus ou moins semblables, une sorte de frénésie de la résidence individuelle tend à se développer partout au Maghreb et que ces lotissements faussement sauvages sont légion : sur Fès, M. Ameur estime que 25 % de la population vit dans de tels lotissements (pour la Tunisie voir par exemple M. Chabbi 1986 ; pour l’Algérie, voir par exemple A. Hafiane 1983). Il faut par ailleurs donc noter qu’il ne s’agit plus dans ce type d’habitat des classes les plus démunies, comme dans l’habitat bidonvillois, mais bien de ces mêmes classes moyennes (auxquelles appartiennent, du fait du niveau de leurs ressources, les émigrés en Europe) qui, sans cette solution, n’auraient plus accès qu’avec beaucoup de difficultés au marché “régulier” du logement, car les coûts de la construction y sont estimés prohibitifs eu égard au revenu moyen de cette strate de la population, alors que dans le cas d’un lotissement irrégulier les coûts de production d’un logement sont bien moindres (jusqu’à quatre fois moins à Salé selon A. Abouhani). Il faut ajouter que cet habitat est parfois construit à usage locatif, et que parfois ce sont des bidonvillois qui y construisent dans ce but (M. Ameur) ! Face à cette situation, s’il est arrivé dans le passé que les pouvoirs publics aient réagi technocratiquement par des destructions, faute de pouvoir offrir de solution alternative, ils ferment désormais le plus souvent les yeux et en viennent au bout du compte parce que cet habitat, à la différence du bidonville, est un habitat en dur le plus souvent de bonne qualité, à régulariser la situation.

Architecture et société

19Cet habitat spontané (bidonville compris) est particulièrement intéressant pour saisir la manière dont les populations pensent et produisent par elles-mêmes, sans l’assistance de concepteurs professionnels, leur propre espace habité. Certains projets récents ont su prendre en compte les caractéristiques urbanistiques de ces lotissements “spontanés” et le savoir-faire technique de ses habitants, comme à Agadir dans le cas de la cité nouvelle de Dakhla (F. Debbi, 1987), et il y a déjà bien longtemps qu’un R. Simounet avait procédé de la sorte pour Alger, comme J. de Maisonseul en a relaté l’aventure (1986). Il y a là aujourd’hui tout un débat au Maghreb, portant tout autant sur le matériau, les techniques que sur l’architecture elle-même. Ce débat n’est pas sans arrière-fond idéologique, en cette période de crise des modèles de développement et de tentative, dans certains milieux plus que dans d’autres, de réarmement culturel dans le passé le plus ancien, donc le plus prestigieux, de la civilisation islamique. Reste à savoir à quoi se référer quand on dit vouloir s’inspirer des traditions arabo-islamiques en matière d’habitat (P.R. Baduel). Et quelle place faire au patrimoine architectural vernaculaire, dont la richesse est des plus grandes (S. Adjali, C. Bousquet, M. Naciri, J. Bisson et M. Jarir) ? Certes celui-ci est lui-même en crise, le plus souvent délaissé par ses héritiers naturels, parfois folklorisé. Il n’empêche qu’il offre une représentation particulièrement intéressante des modèles d’habiter qui avaient cours dans les sociétés traditionnelles, de l’articulation entre “vision du monde”, société, famille, bâti et milieu (P.R. Baduel). Une “vision” et des pratiques encore reproductibles dans l’univers très hétérogène dans lequel ces mêmes populations vivent désormais ? F. Navez-Bouchanine montre dans le cas, non plus de l’habitat précaire ou “irrégulier”, mais d’un habitat résidentiel “de luxe” quels sont les “modèles d’habiter” qui se développent aujourd’hui, les ruptures et continuités par rapport au passé. En situation de crise du logement, ce débat doit apparaître comme une question d’école pour les masses démunies, dont l’habitat précaire, “irrégulier” ou collectif (type ZHUN en Algérie), est le destin, sans espoir d’accéder aux bénéfices des dernières recherches architecturales réservées, ici comme ailleurs, à une élite.

L’habitat rural, un enjeu pour la ville ?

20Même les zones les plus reculées de la campagne maghrébine ont connu depuis les Indépendances de profondes modifications. Le développement des réseaux routiers, l’école, le dispensaire, l’exode rural, l’émigration à l’étranger, etc., ont définitivement ouvert ces régions à d’autres valeurs culturelles, introduit de nouvelles pratiques sociales et s’est développée une autre économie. Si les villes du Maghreb apparaissent comme d’immenses chantiers de construction, il en est de même des campagnes, parfois sous l’action de l’Etat comme en Algérie à l’époque du projet des 1 000 villages de la Révolution agraire (D. Lesbet 1978, F. Burgat et M. Nancy 1984) ou en Tunisie dans le cadre plus souple des P.D.R. (programmes de développement ruraux), presque partout désormais selon diverses modalités d’autoconstruction, assistée ou spontanée (M. Côte, G. Duvigneau, M. Kachmar, M. Tamim et C. Crépeau).

21Parfois assiste-t-on à un mouvement de production de l’habitat rural qui va apparemment à contre-courant du phénomène général de descente de l’habitat vers les plaines là où antérieurement, pour des raisons de sécurité, on avait affaire à des habitats d’altitude : ainsi G. Fay et A. Benabdellah présentent-ils un cas particulièrement intéressant de “remontée” de l’habitat, de transformation de bergeries en véritables habitations plus ou moins permanentes consécutivement à des modifications introduites dans les pratiques d’exploitation de la montagne.

  • 12 Mission personnelle, décembre 1985. Information S. Adjali, étude en cours.

22On notera globalement que les modifications de l’économie rurale locale entraînent souvent la disparition de certaines pratiques qui intégraient la maison dans le cycle de l’économie domestique ; je prendrai deux exemples mettant en rapport habitat, économie et techniques de conservations des produits agricoles : dans le sud-tunisien la substitution d’une production de rente (la culture des dattes deglat nour) à des productions limitées à l’autosubsistance (culture de dattes communes) a fait disparaître la nécessité de structures bâties pour le séchage (nombreuses fentes d’aération en hauteur sur les murs jusque dans les pièces d’habitation, pièce de conservation) (P.R. Baduel, 1977) ; même phénomène, pris cette fois dans la vallée de l’oued Abdi (Aurès) : si la traditionnelle culture des abricots persiste, son exploitation ne se fait plus pour l’essentiel par sa commercialisation sous la forme de fruit sec mais désormais par sa transformation sous forme de produit agro-industriel à la faveur de l’installation d’une petite unité de traitement locale, aussi voit-on également disparaître la nécessité de la traditionnelle pièce de séchage et de conservation12.

23Par ailleurs, la plupart du temps, l’on assiste à l’introduction d’importants bouleversements quant aux matériaux de construction employés, désormais pour la plupart en provenance de la ville, en rupture avec l’exploitation à bien moindre coût des matériaux locaux, sans parler de la défiguration des paysages qui s’ensuit du fait de la disparition de l’intégration ancestrale des matériaux au site : le sort du patrimoine architectural de la vallée de l’Oued Abdi (Aurès) ici-même étudiée par S. Adjali est “exemplaire” aujourd’hui d’un destin malheureux. Mais l’émigration à l’étranger surtout a introduit jusque dans les campagnes les plus reculées de nouveaux goûts, de nouvelles exigences en commodités, une nouvelle gestion de l’espace habité aussi, avec souvent le développement d’une spécialisation des pièces que ne connaissait pas partout et dans toutes les strates sociales l’habitat rural.

24Quoi qu’il en soit de ces évolutions, il est certain que l’amélioration des conditions d’habitat - poste d’investissement prioritaire de l’épargne des émigrés en Europe (P.R. Baduel, 1977 ; M. Côte ; M. Naciri) - est, dans une période où la politique d’industrialisation cherche un nouveau souffle et où donc l’on a besoin de limiter la pression sur la ville, une condition de la rétention à la campagne des populations rurales. Cet objectif ne pourra être atteint que si les autorités politiques consentent d’importants investissements pour le poste habitat et si on cesse, comme ce fut par exemple le propos utopique de la Révolution agraire en Algérie, de projeter sur la campagne des rêves urbains, des “modèles d’habiter” prétendant changer l’Homme en même temps que et par le bais de l’espace bâti : nous sommes pourtant loin de l’époque des C.I.A.M., et ce qui était “compréhensible” dans le contexte intellectuel contemporain de la sociologie d’un Lucien Lévy-Bruhl (avant son autocritique) l’est-il aujourd’hui ?

Conclusion

25L’on voit, à travers tous ces cheminements, toute la complexité et l’intérêt de cette étude de l’habitat au Maghreb. Sur le plan de la problématique du programme dans lequel s’insère cette publication, telle que je l’ai énoncée en ouvrant cette introduction, l’habitat semble bien s’être révélé comme un lieu d’observation particulièrement sensible de la manière dont se nouent les rapports entre l’Etat et la société, et son étude complète l’approche des deux précédentes publications (P.R. Baduel, 1984, 1985) ; la réflexion se doit cependant d’être poursuivie, probablement en élargissant le champ de référence. Sur le plan d’une approche spécifique du problème de l’habitat, une prise en compte des travaux moins conjoncturels mais plus fondamentaux menés en d’autres zones, Tiers-Monde mais aussi pays développés, est souhaitable sinon nécessaire. Sur le plan conjoncture, la question de l’habitat s’est bien révélée comme cruciale et permet de mieux saisir certains enjeux politiques et sociaux dans le Maghreb d’aujourd’hui. Si l’art de gouverner a toujours supposé que puissent être donnés au peuple “du pain et des jeux”, sans doute faut-il aussi ajouter aujourd’hui plus que jamais “un toit”.

Bibliographie

ÉLÉMENTS DE BIBLIOGRAPHIE

1. Références Générales

ADAM (A.), Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contad de l’Occident, Collection du CRESM, Ed. du CNRS, Paris, 2ème édition 1972, 895 p.

Al Omrane. Revue nationale d’architecture et d’urbanisme, Publication de l’Association nationale des architectes et urbanistes du Maroc (A.N.A.U.), Rabat, paraît depuis 1980.

BADUEL (P.R.) éd., Enjeux sahariens, Ed. du CNRS, 1984, 442 p.

BADUEL (P.R.) éd., Etats, territoires et terroirs au Maghreb, Editions du CNRS, Paris, 1985, 421 p.

DUCHAC (R) éd., Les influences occidentales dans les villes maghrébines à l’époque contemporaine, Ed. de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1974a, 276 p.

DUCHAC (R.) éd., Villes et sociétés au Maghreb. Etudes sur l’urbanisation, Edit. du CNRS, Paris, 1974b, 233 p.

HAUMONT (N.) et MARIE (A) éd., Politiques et pratiques urbaines dans les Pays en voie de développement, L’Harmattan, Paris, 1987, 2 tomes, 342 et 327 p.

MASSIAH (G.) et TRIBILLON (J.F.), Villes en développement. Essai sur les politiques urbaines dans le Tiers Monde, La Découverte, Paris, 1987, 320 p.

URBAMA, Présent et avenir des Medina (de Marrakech à Alep), Université de Tours, Fasc. 10-11, 1982, 281 p.

2. Habitat, technologies et économie de la construction

ABDELMALKI (L.), Le logement au Maroc. Changements techniques, stratégies industrielles et enjeux sociaux, P.U.L./Edit. Toubkal, Lyon/Casablanca, 1987, 200 p.

BENZAKOUR (S.), “La formation du capital dans le BTP”, in Bulletin économique et social du Maroc ? 141-142, 1979, 5-12.

BOUBEKEUR (S.), L’habitat en Algérie. Stratégies d’acteurs et logiques industrielles, P.U.L., Lyon, 1986, 256 p.

BOUBEKEUR (S.) éd., Economie de la construction à Tunis, L’harmattan, Paris, 1987, 125 p.

BOUCHRARA (M.), “Industrialisation rampante et innovation clandestine en Tunisie”, in Economie et humanisme, n° 289, 1986, 58-65.

BOUZERAA (M.), La force de travail immigré et le savoir-faire dans le gros oeuvre du bâtiment, Mémoire D.E.A. en Economie de la Production, Université de Lyon II, 1982.

CLARK (K.N.) and PAYLORE (P.) éd., Desert housing. Balancing experience and technology for dwelling in hot arid zones, The University of Arizona, Office of arid lands studies, Tucson, Arizona, 1980, 339 p.

C.S.T.B., Recherche d’une conception économique d’un habitat traditionnel dans un pays en développement. Application au Maroc, C.S.T.R.-M.H.A.T.-L.P.E.E., 1982, 85 p. + annexes.

DURKHEIM (Y.), PRIN (D.) et LE CLERC DE BUCY (B.), Economie de la construction au Caire, L’Harmattan, Paris, 1987, 178 p.

HEDLI (M.), “Industrialisation et retard des politiques de l’habitat en Algérie”, in Economie et Humanisme n° 276, 1984, 15-25.

MOINE-PRADEAU, Eléments d’architecture adaptés au climat désertique en pays islamiques, Thèse 3e cycle, U.R.A. Bordeaux, 1979.

QASMI (L.), Economie des changements technologiques dans l’industrie du bâtiment au Maroc, Thèse de 3ème cycle en Economie de la Production, Université de Lyon II, 1985.

QASMI (L.) éd., Crise de l’habitat et perspectives de co-développement avec les pays du Maghreb, Publisud, Paris, 1987, 224 p.

ROYON (M.) et VINCENT (M.) éd., Economie de la construction au Maroc. Rabat-Salé et Marrakech, L’Harmattan, Paris, 1987, 190 p.

SAMIRI (M.), Transfert entre systèmes techniques d’inégal développement et maîtrise de la technologie cimentière : le cas du Maroc, Thèse de 3ème cycle en Economie de la Production, Université de Lyon II, 1983.

SKOURI (A.), Structure et fonctionnement du capitalisme dans l’industrie marocaine du ciment, Mémoire D.E.S. ès-sciences économiques, Faculté de Droit, Rabat, 1984.

SKOURI (A.), “Eléments sur l’accumulation du capital dans l’industrie marocaine du ciment”, in Economie et socialisme, Revue Marocaine de réflexion et de débat n° 7, 1986, 93-107.

THEUNYCK (S.) et WIDMER (M.) éd., Economie de la construction à Nouakchott, L’Harmattan, Paris, 1987, 225 p.

YAHIAOUI (M.J.), L’industrialisation dans le gros-oeuvre du bâtiment. Le cas des logements urbains en Algérie, Thèse de 3ème cycle en Economie de la Production, Université de Lyon II, 1984, 325 p.

3. Habitat, question foncière et politique du logement

BADUEL (P.R.), Les conséquences sociales de l’émigration temporaire en Europe sur la vie de la région d’origine : le cas de la délégation de Kébili (Sud-tunisien), Thèse de sociologie, Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle, 1977, 344 p.

BADUEL (P.R.), “Emigration et micro-urbanisation dans le sud-tunisien”, in Migrations internationales de travail et urbanisation des pays d’origine, Université de Poitiers, 1983, 76-93.

BAHI (H), Habitat urbain et espace social. Contribution à l’analyse de la crise du logement au Maroc et notamment à Marrakech, Thèse 3e cycle en Sciences Economiques, Université de St-Etienne, 1982, 329 p.

Banque Mondiale, Gestion foncière au Maroc et en Tunisie, Actes du symposium, Barcelone, 22-25 septembre 1986, 335 p.

BELFQUIH (M.) et FADLOULLAH (A.), “Croissance urbaine, spéculation foncière et nouvelles formes d’appropriation du sol urbain au Maroc : l’exemple de Rabat-Salé”, in Revue de Géographie du Maroc ? 6, 1982, 49-80.

BELGUIDOUM (S) et MILLET (D.N.), “Détournements et retournements des modèles urbains à Sétif (Algérie)”, in N. Haumont et A. Marie éd., T.2, 228-247.

BENAMRANE (D.), Crise de l’habitat, perspectives de développement socialiste en Algérie, C.R.E.A., Alger, 1980.

BENMATTI (N.A.), L’habitat du Tiers-Monde (cas de l’Algérie), S.N.E.D., Alger, 1982.

BENZAKOUR (J), Essai sur la politique urbaine au Maroc 1912-1975. Sur le rôle de l’Etat, Les Editions Maghrébines, Casablanca, 1987, 309 p.

BOUHABA (M.), Le logement et la construction dans la problématique du développement en Algérie, thèse de troisième cycle en économie, Université de Montpellier, 1984.

BURGAT (F.) et NANCY (M.), Les villages socialistes de la Révolution agraire algérienne (1972-1982), Postface de W. Ruf, Edit. du CNRS, Paris, 1984, 288 p.

CROUSSE (P.), LE BRIS (E.) et LE ROY (E.) éd., Espaces disputés en Afrique Noire. Pratiques foncières locales, Khartala, Paris, 1986, 426 p.

DEBBI (F.), “Eléments pour l’évolution de la cité nouvelle de Dakhla (Agadir Sud Est, Maroc”, in N. Haumont et A. Marie éd. T.1, 102-117.

DRISSI ALAMI (M.) et al., “Système foncier, promotion immobilière et urbanisme”, Revue Marocaine de Droit et d’Economie du Développement (RMDEP), n° 12, Université Hassan II, Casablanca, 1986, 1-265.

DURAND-LASSERVE (A.) et TRIBILLON (J.F.), “La production foncière et immobilière dans les villes des pays en développement”, in Hérodote n° 31, 1983, 9-37.

GUERROUDJ (T.), Instruments et procédures d’urbanisme en Algérie, GRET, Paris, 1985, 16 p.

LE BRIS (E.), LE ROY (E.) et LEIMDORFER (F.) éd., Enjeux fonciers en Afrique Noire. ORSTOM/Khartala, Paris, 1983, 425 p.

LESBET (D.), La politique des 1 000 villages socialistes, Thèse de 3e cycle, Université de Sciences Economiques, Paris VIII, 1978.

LESBET (D.), Les coûts d’un logement gratuit, GRET, Paris, 1985, 88 p.

MASSON (A.), “Urbanisation et habitat du grand nombre : l’approche marocaine”, in R. Duchac éd., 1974 b, 105-143.

MAURET (E.), “Urbanisme et habitat du plus grand nombre au Maroc de 1947 à l’Indépendance”, in Al Omrane, N° spécial Prix Aga Khan d’architecture, Novembre 1986, 26-27.

NACIRI (M.), “Politique urbaine et politiques de l’habitat au Maroc : incertitudes d’une stratégie”, in J. Métrai et G. Mutin éd., Politiques urbaines dans le Monde Arabe, Maison de l’Orient, Lyon, 1984, 71-98.

NACIRI (M.), “L’aménagement des villes et ses enjeux”, in Maghreb-Machrek ? 118, Oct.-Déc. 1987, 46-70.

NAVEZ-BOUCHANINE (F.), Habitat et différenciation sociale. Monographie du quartier Beni-M’Hamed-Sbatta à Meknès, Thèse de troisième cycle en sociologie, Université Mohamed V, Rabat, 1978, 584 p.

PINSON (D.), L’habitat contemporain au Maroc et son rapport à l’évolution des modes de vie, Rapport de Recherche ? 2, Ecole d’Architecture de Nantes, 1988, 111 p. ronéo.

PINSON (D.) et ZAKRANI (M), “L’adaptation d’un système d’habitat composite : le lotissement économique au Maroc”, in N. Haumont et A. Marie éd. T.2, 313-327.

PINSON (D.) et ZAKRANI (M.), “Maroc : l’espace centré et le passage de la maison médinale à l’immeuble urbain”, in Cahiers de la Recherche Architecturale, n° 20-21, 1987, 104-111.

SALHI (F.), Marché du travail, crise du logement et grande entreprise. Le cas de la sidérurgie à Annaba-El Hadjar (Algérie), Thèse de 3e cycle, Université de Paris XII, Institut d’Urbanisme de Paris, 1983, 385 p.

SIDI BOUMEDINE (R.), Les politiques de l’habitat dans l’Algérie indépendante, GRET, Paris, 1985, 8 p.

TEKARI (В.), Le cadre juridique de l’aménagement urbain en Tunisie : essai sur le rôle du droit en matière d’urbanisme, Thèse d’Etat en Droit, Faculté de droit et de sciences économiques et politiques, Tunis, 1983, ... p.

4. Habitat sous-intégré et habitat illégal

ADAM (A.), “Le “bidonville” de Ben Msik à Casablanca. Contribution à l’étude du prolétariat musulman au Maroc”, in Annales de l’Institut d’Etudes Orientales, Faculté des Lettres de l’Université d’Alger, t. VIII 1949-1950, paru en 1951, 61-199.

AMEUR (M.) et NACIRI (M.), “L’urbanisation clandestine au Maroc : un champ d’action pour les classes moyennes”, in Revue Tiers-Monde XXVI, n° 101, 1985, 79-92.

BENATIA (F.), Alger : agrégat ou cité. L’intégration citadine de 1919 à 1979, Préface de J. Berque, SNED, Alger, 1980, 408 p.

CHABBI (M.), Une nouvelle forme d’urbanisation à Tunis : l’habitat spontané péri-urbain, Thèse en urbanisme et aménagement, Université de Paris-Val de Marne, Institut d’urbanisme de Paris-Créteil, 19, 436 p.

DELUZ-LABRUYERE (J.), “Planification urbaine et quartiers spontanés. Un exemple d’intervention à Blida”, in N. Haumont et A. Marie éd., T.1, 264-281.

DESCLOITRES (R.), REVERDY (J.-C.) et DESCLOITRES (C), L’Algérie des bidonvilles. Le Tiers-Monde dans la cité, Préface de J. Berque, Mouton & Co, Paris-La Haye, 1961, 129 p.

EL KADI (G.), L’urbanisation spontanée au Caire, URBAMA/ORSTOM, Tours, 1987, 376 p.

GHANEM (M.), “L’évolution de deux quartiers d’habitat illicite à Constantine (Algérie)”, in N. Haumont et A. Marie éd., T.2, 44-53.

GUERROUDJ (Z.), “Pratique des nouveaux logements par les habitants de bidonvilles d’Alger”, in N. Haumont et A. Marie éd., T.2, 269-283.

HAFIANE (A.), Les défis à l’urbanisme : l’exemple de l’habitat illégal à Constantine, O.P.U., Alger, 1988 (publication de Dynamique urbaine et planification : l’habitat illégal dans l’évolution de Constantine, Thèse de 3e cycle, Institut d’Urbanisme, Université de Grenoble II, 1983).

JOLE (M.), KHATIBI (A.) et MARTENSON (M.), “Urbanisme, idéologie et ségrégation : l’exemple de Rabat”, in R. Duchac éd., 1974 a, 161-178.

LE PAPE (M.), “Taudis français, gourbis algériens. Politique de l’habitat et morale”, in Cahiers Internationaux de Sociologie, LX, P.U.F., Paris, 1976.

MAISONSEUL (J. de), “Djenan El Hassan. Relations espace/temps ou la redécouverte de l’échelle humaine”, in R. Simounet, 1986, 17-20.

MARTHELOT (P.), “Les bidonvilles enracinés : contribution à l’étude du surpeuplement à Alger”, in R. Duchac éd., 1974 a, 123-134.

MASSON (A.), “La croissance des zones d’habitat dense et spontané au Maroc. Bilan et perspectives”, in R. Duchac éd., 1974 a, 189-198.

NAVEZ-BOUCHANINE (F.), “Modèles de fait et modèles de référence dans l’habiter d’un quartier clandestin : cas de Douar Soussi, Meknès”, in Bulletin Economique et Social du Maroc ? 158, 1986, 25-58.

NAVEZ-BOUCHANINE (F.), “Place des populations dans les interventions de restructuration et de réhabilitation des quartiers spontanés au Maroc”, in N. Haumont et A. Marie éd., T.l, 308-322.

SEBAG (P.) “Le bidonville de Borgel”, in Les Cahiers de Tunisie, N° 23-24, 1958, 267-309.

Notes

1 La présente publication a été précédée d’un colloque organisé du 16 au 18 Septembre 1987 à La Baume-lès-Aix. Cette rencontre, la troisième de ce programme que j’ai lancé en 1980 dans le cadre du CRESM/IREMAM, a pu être tenue grâce au concours financier de différentes institutions : le Centre National de la Recherche Scientifique, le Ministère des Affaires Etrangères, l’Institut du Monde Arabe et l’Université de Provence ; à l’appui constant du Professeur André Raymond, Directeur du CRESM et de l’IREMAM ; et à la collaboration pour le secrétariat général de Nicole Yvan, pour l’organisation matérielle de Nadia Chemini et Louis Laforest. La frappe des manuscrits pour la présente édition a été assurée par Annie Rival, Solange Magnan et Claudie Desautel. A chacun, personne ou organisme, mes plus vifs remerciements.

2 On peut ajouter à ces publications trois livraisons de la Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée (Edit. Edisud, Aix-en-Provence) que j’ai organisées autour des mêmes préoccupations scientifiques : Désert et montagne au Maghreb. Hommage à Jean Dresch ( ? 41-42, 1986/1-2, 424 p.), La société, la terre et le pouvoir dans le monde arabe (144 p., ? 45, 1987/3) et Le monde musulman à l’épreuve de la frontière (N° 48-49, 1988/2-3).

3 J’ai développé cette problématique dans “La production de l’espace national au Maghreb”, Introduction à P.R. Baduel éd., 1985, 3-47.

4 Renouveau qui s’est poursuivi avec, par exemple, Ph. Aydalot éd. (Espace et crise, Economica, 1984), F. Auriac et R. Brunet éd. (Espace, jeux et enjeux, Fayard, 1986), ou encore M. Foucher (L’invention des frontières, Publications de la Fondation de la Défense Nationale, 1987). On notera également la réédition d’un des pères fondateurs de la géopolitique : Friedrich Ratzel (La géographie politique. Les concepts fondamentaux. Choix de textes et traduction par F. Ewald, Avant-propos de M. Korinman, Fayard, Paris, 1987).

5 Sur l’habitat bidonvillois d’avant les Indépendances, voir par exemple pour la Tunisie P. Sebag 1958 ; pour le Maroc A. Adam 1951, 1972 ; pour l’Algérie R. Descloîtres et al. 1961 ou F. Benatia 1980.

6 Politique qui en Algérie touche tous les secteurs, voir par exemple pour l’agriculture S. Bedrani “Algérie : une nouvelle politique envers la paysannerie ?”, in Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée ? 45, 1987-3, 41-54.

7 Dans la suite du texte, les noms d’auteurs qui ne sont suivis d’aucune autre référence renvoient aux articles de la présente publication.

8 Congrès Internationaux d’Architecture Moderne, fondés en 1928 et ayant élaboré La charte d’Athènes. Sur ce même mouvement au Maroc, voir E. Mauret (1986) et A. Masson (1974 a et b).

9 Sur T.D. Hall et la proxémique, je reviens ci-après pp. 8 à propos de l’étude de l’habitat vernaculaire.

10 Ce bidonville est très ancien, A. Adam dans sa monographie de 1951 donne déjà une population de 50 000 habitants.

11 L’équation foncière dans la nouvelle donne économique semble un phénomène aujourd’hui général dans les pays du tiers-monde (cf. A. Durand-Lasserve et J.F. Tribillon 1983, E. Le Bris et al. 1983, P. Crousse et al. 1986).

12 Mission personnelle, décembre 1985. Information S. Adjali, étude en cours.

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search