Version classiqueVersion mobile

L’homme et la mort

 | 
Anne-Marie Tillier

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En Préhistoire, l’émergence de la conscience de la mort et le traitement accordé au défunt ont tous deux une histoire récente qui ne remonte pas au-delà de 150 000 ans1.

L’essentiel de la documentation est fourni par les sépultures primaires, même si l’existence d’autres gestes funéraires ne peut être exclue. La distribution spatiale des sépultures connues pour le Moustérien ne correspond pas à celle des sites d’habitat inventoriés, du moins d’après le corpus actuel, mais il est vrai qu’elles sont bien moins nombreuses que les habitats. Toutes les sépultures retrouvées en France se trouvaient sous abri-sous-roche ou en grotte et toutes sont localisées au sud de la Loire, principalement dans le grand Sud-Ouest (Charente, Dordogne, Corrèze). Cela peut tenir à des raisons d’ordre géologique qui expliquerait la meilleure conservation des vestiges humains en milieu karstique. Curieusement, on ne connaît aucune sépulture moustérienne en Italie, en Espagne, dans de nombreuses régions d’Euro...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search