Version classiqueVersion mobile

L’homme et la mort

 | 
Anne-Marie Tillier

Chapitre 6. Que nous apprennent les dépôts archéologiques associés aux morts ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pratique consistant à placer auprès d’un défunt des objets est ancienne. Les raisons d’un tel geste sont diverses et elles ne sont pas toujours aisées à décrypter pour l’archéologue. La nature de l’objet et son emplacement par rapport au corps du défunt ne doivent rien au hasard et ont une valeur symbolique qui nous échappe totalement. De plus, et c’est particulièrement vrai dans le cas des sépultures paléolithiques, nous ne disposons que des objets en matière non périssable qui sont parvenus jusqu’à nous. L’existence d’autres objets susceptibles d’avoir été placés auprès du défunt – en matière végétale ou animale telle que la peau ou les plumes – ne peut être soupçonnée qu’à partir d’indices indirects.

La discussion concernant ces vestiges associés au défunt s’engage dès que les informations sont transmises par les fouilleurs. Ainsi, la présence de petits blocs de grès et de plusieurs débris animaux (dents de rennes, cheval et mandibule de hyène) dans la dépression contenant l’en...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search