Version classiqueVersion mobile

L’homme et la mort

 | 
Anne-Marie Tillier

Chapitre 3. L’archéologie de la mort. Apport de l’archéothanatologie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le développement d’une anthropologie « de terrain »1 soucieuse de comprendre le dispositif sépulcral en accordant enfin aux ossements toute leur importance a ouvert un champ de recherche considérable. Il devenait possible de développer les études concernant l’identification (ostéobiographie) des défunts (âge, sexe, état de santé, etc.) et, dans le cas de grands ensembles funéraires des périodes plus récentes (nécropoles, cimetières, etc.), de restituer la structure de mortalité (par âges et par sexes) de la population inhumée.

Il est apparu rapidement que les objectifs et les méthodes de cette anthropologie « de terrain » devaient s’affranchir des grands découpages chronologiques2. La thanatologie (du grec thanatos mort et logos discours) s’intéresse aux différents aspects biologiques et sociologiques de la mort, et elle met au premier plan le mort lui-même. Deux chercheurs français, Henri Duday et Bruno Boulestin, ont proposé récemment de substituer le terme d’« archéothanatologie »...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search