Version classiqueVersion mobile

L’homme et la mort

 | 
Anne-Marie Tillier

Chapitre premier. L’appréhension de la mort

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mort est le point focal de toute société, elle s’inscrit dans le contexte de la parenté et de la communauté. Le rituel funéraire peut représenter un apaisement pour les survivants par rapport à la douleur ressentie, mais aussi un soutien pour surmonter l’angoisse de la non-existence1. S’ils sont une nécessité, les soins apportés au cadavre sont également un signe social : marques d’affection, de respect, ils revêtent un sens symbolique. Les gestes prodigués aux défunts, les rites funéraires plus ou moins élaborés rendent compte d’une attitude qui peut différer selon la communauté : le cadavre conserve la personnalité du défunt, il s’agit, soit de prolonger sa présence parmi les vivants, soit au contraire d’en effacer toute trace.

Autrefois, la mort était omniprésente, entre autres, en raison de l’absence de traitement antiseptique et prophylactique pour soigner les malades. Il suffit d’évoquer les grandes épidémies entre le xvie et le xixe siècles dont on sait grâce aux archives h...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search