Version classiqueVersion mobile
X
Z.

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

Y

Texte intégral

Yadin, Ygaël (1917-1984)

1Officier et archéologue israëlien. Chef d’état-major de l’armée et héros de la guerre d’indépendance de 1948-1949, il est, ainsi qu’Y. Aharoni, l’un des pères fondateurs de l’archéologie israélienne et joue un rôle de premier plan dans la vie militaire et politique de son pays, l’exercice de l’archéologie s’inscrivant pour lui dans la perspective de la promotion de la jeune nation dans l’opinion nationale et internationale. Étudiant à l’Université hébraïque de Jérusalem, il acquiert une grande familiarité avec l’Ancien Testament, se forme à la philologie hébraïque et arabe, aux études bibliques et classiques ; il se met à l’école de E. L. Sukenik, qui, le premier, sut dater les rouleaux de la mer Morte et reconnaître leur importance scientifique. Pendant cette période, il appartient à la Haganah (unités autonomes de protection), puis intègre l’armée au sein de laquelle il est l’un des plus efficaces artisans de la fondation militaire d’Israël. En 1952, il quitte l’armée pour reprendre le cours de ses travaux archéologiques ; il se rend en Grande-Bretagne pour y achever une thèse et, de retour dans son pays, il se consacre désormais à l’exploration et à l’étude des grands sites de l’histoire hébraïque. C’est ainsi qu’il concentre ses travaux sur Hatsor, Masada et les grottes de la côte occidentale de la mer Morte, entre Qumran et Masada. Il a une prédilection pour les sites de grandes dimensions, où il fait appel à l’architecte archéologue I. Dunayewsky et pratique des dégagements de très larges surfaces, selon des méthodes scientifiques de fouille dans la tradition de G. A. Reisner, C. S. Fischer et sur le modèle inauguré par M. Wheeler, dont Y. Yadin est un fervent admirateur. Comme W. F. Albright, il accorde une extrême importance à la céramique pour établir la chronologie du site et des bâtiments. De 1955 à 1958, il mène les fouilles de Tell el-Qedah identifié à la cité biblique de Hatsor, en Galilée ; il s’agit d’un site clé pour l’étude d’Israël sur la terre de Canaan, à la fin de l’âge du bronze. La mission reçoit une organisation militaire et la fouille est conduite selon la méthode stratigraphique de M. Wheeler. En 1960-1961, il participe à l’expédition organisée par l’Hebrew University, l’Israel Exploration Society et le Département des antiquités, dans l’oasis d’En Gedi, sur la côte occidentale de la mer Morte. C’est Y. Yadin qui, reprenant un projet d’E. L. Sukenik, propose de mener l’exploration archéologique de cette zone comprise entre Qumran et Masada et d’où sont issus des manuscrits retrouvés par les Bédouins dans les grottes puis vendus sur le marché antiquaire et au milieu scientifique. En 1953 et 1955, Y. Aharoni avait procédé à l’examen de certaines grottes sous la protection de l’Armée, mais avait constaté que les Bédouins l’avaient précédé. La mission, coordonnée par J. Aviram, secrétaire de l’Israel Exploration Society, est composée de quatre groupes, dirigés respectivement par Y. Aharoni, N. Avigad, P. Bar-Adon et Y. Yadin. Dans son secteur, Y. Yadin explore une vaste grotte inviolée et y découvre les vestiges laissés par les compagnons de Bar-Kochba, prince d’Israël qui régna deux ans sur Jérusalem et dirigea le second soulèvement contre de 131 nombreux rédigés en araméen en hébreu, sont signés de Bar-Kochba et restaurent une page de l’histoire juive jusque-là fort mal connue. De 1963 à 1965, Y. Yadin conduit l’étude d’un autre grand site historique, celui de Masada. Directeur de l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem, Y. Yadin exerce une très profonde influence sur plusieurs générations d’archéologues israéliens et assure à l’archéologie de son pays une renommée internationale.

Bibliographie sélective :

2« The Expeditions to the Judaen Deserts 1960, 1961 », The Israel Exploration Journal 11, 1961 et 12, 1962 ; The Finds from the Bar-Kokhba Period in the Cave of Letters, Judaean Desert Studies I, Jérusalem, 1963 ; « Hazor », dans D. Wiston Thomas dir., Archaeology and Old Testament Studies, Oxford, 1967 ; Masada. Der letze Kampf um die Festung des Herodes, Hambourg, Hoffmann und Campe Verlag, 1969 ; Bar-Kokhba. The Rediscovery of the legendary hero of the last Jewish Revolt against Imperial Rome, Londres, Weidenfeld and Nicolson Ltd, 1971 ; Hazor (The Schweich Lectures 1970), Londres, 1972.

3VOIR :
Eretz Israel 20, 1989 ; P.R.S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991 (éd. ital., Milan, 1998) ; J. Perrot, Et ils sortirent du Paradis…, Paris, Éditions de Fallois, 1997.

Young, Thomas (1773-1829)

4Médecin et physicien britannique. Il est l’un des pionniers de l’égyptologie. Fils d’un riche marchand et banquier, il fait ses études de médecine à Londres et Édimbourg et soutient un doctorat de physique à l’Université de Göttingen. Ses recherches dans le domaine de l’optique sont remarquables, puisqu’il est le premier à reconnaître le phénomène de l’astigmatisme et à formuler la théorie ondulatoire de la lumière. En 1801, il est nommé professeur de philosophie naturelle à la Royal Institution ; en 1827, il comptera parmi les huit membres associés étrangers de l’Académie française. Des papyri, que son ami sir William Rouse Boughton avait rapportés d’Égypte, éveillent son intérêt pour les hiéroglyphes et il se met à étudier une copie de la pierre de Rosette : il se lance dans l’étude de l’inscription démotique intermédiaire, avec l’intuition qu’elle devait permettre le déchiffrement des hiéroglyphes et parvient à établir un alphabet de cette écriture. Il se met en relation avec I. Silvestre de Sacy et J. D. Akerblad, et apprend le copte, soupçonnant qu’il peut ainsi remonter jusqu’à la langue égyptienne primitive, le démotique et les hiéroglyphes étant deux formes de la même langue. ll fut le premier à établir que les Égyptiens employaient concurremment des signes alphabétiques et non alphabétiques. Il reconnaît les cartouches du roi Ptolémée et de la reine Bérénice. Même si ses travaux n’ont pas la même portée que ceux de Champollion, il a fait franchir au déchiffrement une étape décisive. Cependant, devant les difficultés qu’il rencontre pour obtenir des appuis qui lui permettraient de poursuivre ses travaux, il abandonne l’étude des hiéroglyphes et retourne à ses recherches en médecine, physique, astronomie et mathématiques.

Bibliographie sélective :

5Lettre à Silvestre de Sacy, 3 octobre 1814, traduction conjecturale de l’inscription démotique; Remarks on Egyptian Papyri and on the Inscription of Rosetta, 1815; « Égypte », Encyclopaedia Britannica, supplément, Londres, 1819 ; An Account of Some Recent Discoveries in hieroglyphical Literature and Egyptian Antiquities, including the author’s original alphabet as extended by M. Champollion, Londres, 1823.

6VOIR :
A. Wood et F. Oldham, Thomas Young, 1954 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Leclant, « Aux sources de l’égyptologie européenne : Young, Champollion, Rosellini, Lepsius », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1991 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

X
 
Z.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search