Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
V
X

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

W

Texte intégral

Wace, John Bayard Alan (1879-1957)

1Archéologue britannique. Directeur de la British School of Archaeology d’Athènes de 1914 à 1923. Il fait ses études au Pembroke College de Cambridge et son intérêt se porte tout d’abord sur les antiquités romaines et l’Italie. En 1902, il devient membre de la British School d’Athènes, où, en 1905-1906, il assume la responsabilité de la bibliothèque. De 1912 à 1914, il est professeur d’histoire ancienne et d’archéologie à l’Université de Saint-Andrew, en Écosse. Il est alors déjà très connu pour ses importants travaux en Thessalie qui l’orientent vers l’étude du préhellénisme, pour lequel il invente le terme d’« helladique » : en effet, entre 1907 et 1910, il fouille successivement à Théotokou, Zerelia, Lianioklâdhi (près de Lamia), Tsani Maghula, Rakhmani et Tsangli. Comme R. M. Dawkins, il oriente les recherches vers la Grèce du Nord et les Balkans et souligne les influences du nord et de l’est. Il fouille à Korakou avec C. Blegen et, pendant la Première Guerre mondiale, étudie la céramique de Mycènes au Musée national d’Athènes. Devenu en 1914 directeur de la British School d’Athènes, il reste en Grèce pendant la guerre, dans les services de la légation ; il conçoit alors le projet de poursuivre les fouilles d’H. Schliemann à Mycènes convaincu avec A. Evans de l’intérêt de reprendre les fouilles après les découvertes de Crète, qui jetaient une lumière radicalement nouvelle sur la civilisation mycénienne, A. Wace assure la direction du chantier entre 1920 et 1923. Il succède, sur ce site fameux entre tous, à C. Tsountas qui avait restitué le plan du palais. Il engage de nouvelles fouilles, conduites sur les principes de l’archéologie moderne, qui doivent répondre à des questions très précises, en particulier d’ordre chronologique, et son travail aboutit à la première vision cohérente de l’histoire de Mycènes. Il travaille avec une équipe réduite d’ouvriers encadrés par des membres de la British School, qui participeront à la publication des travaux. En mettant en relation la céramique avec les structures architecturales, il parvient à dater l’enceinte cyclopéenne de l’Helladique tardif III, vers 1400 av. J.-C., conclusion qui surprend les spécialistes, mais qui est confirmée par les fouilles allemandes de Tirynthe ; toujours en se fondant sur l’étude de la céramique, il date et explique les aménagements du Cercle des tombes et reconstitue la succession chronologique des tombes à tholos. Les travaux, interrompus en 1923, sont repris en 1939, et enfin parachevés de 1952 à 1955 : on découvre, dans les magasins princiers de la ville moyenne, les tablettes inscrites qui seront déchiffrées par J. Chadwick et M. Ventris. Ses conclusions sont mises en cause et même catégoriquement refusées par A. Evans qui ne peut admettre un développement autonome de la civilisation mycénienne, qu’il conçoit comme entièrement dépendante de la civilisation minoenne. C’est la violente réaction d’A. Evans qui provoque la fermeture du chantier de Mycènes en 1923. Membre de l’American Philosophical Society qui soutient ses fouilles à Mycènes, A. Wace est en 1923-1924 « Norton lecturer » à l’Archaeological Institute of America. Il devient professeur d’archéologie classique à l’Université de Cambridge et retourne à Mycènes en 1939. Il a la satisfaction de voir ses conclusions confirmées par les recherches ultérieures, en particulier par le déchiffrement du linéaire B, qui prouve que les tablettes sont écrites en grec, langue de l’administration des palais du continent et de celui de Cnossos dans sa phase finale, dissipant le « mirage minoen » créé par A. Evans. A. J. B. Wace fait faire de très grands progrès à la connaissance des origines mycéniennes et à celles des premières cultures continentales de l’Hellade. Il mène des activités très diverses et publie sur des sujets très étendus il collabore à la publication du sanctuaire d’Artémis Orthia, sous la direction de R. M. Dawkins, et, en 1918, publie avec C. W. Blegen, une première étude décisive de la céramique pré-mycénienne du continent grec, qui fournit la base de toutes les classifications sur la céramique helladique et est à l’origine de nombreuses fouilles. « Deputy Keeper » au Département des textiles du Victoria and Albert Museum, de 1905 à 1950, il consacre une grande partie de ses recherches à l’histoire des tissus. En 1934, devenu « Lawrence Professor » d’archéologie classique à Cambridge, il contribue à la réorganisation du Fitzwilliam Museum, dont il est par ailleurs l’un des bienfaiteurs. De 1944 à 1952, il est professeur d’études classiques et d’archéologie à l’Université d’Alexandrie et procède à l’exploration du Sérapéion et à des recherches dans le domaine gréco-égyptien en Moyenne-Égypte. Il travaille également sur la sculpture romaine et grecque. A. J. B. Wace est, à la suite des grands pionniers de la « Préhistoire » grecque – H. Schliemann et A. Evans –, l’un de ceux qui, en appliquant une méthode scientifique rigoureuse, font le plus progresser sa connaissance.

Bibliographie sélective :

2Voir bibliographie dans Annual of the British School of Athens 46, 1951 (mélanges Alan Wace), p. 241-242, et H. Waterhouse, « A. J. B. Wace, supplementary bibliography », Annual of the British School at Athens 63, 1968, p. 327- 329 ; avec M. Thompson, Prehistoric Thessaly, 1912 ; avec M. S. Thomson, The Nomads of the Balkans, 1914 ; avec C. Blegen, « The pre-Mycenaean pottery of the mainland », Annual of the British School at Athens, 22, 1916-1918; Chamber tombs at Mycenae, 1932, 82e vol. d’Archaeologia ; An Approach to Greek Sculpture, 1935 ; Mycenae : an Archaeological History and Guide, 1949 ; avec V. R. d’A. Desborough, « Mycenae 1939-1955 ». 1. Preliminary Report on the Excavations of 1955. 2. Ephyreaen Ware. 3. Two Tombs. 4. « “Egyptian” Amphorae, Correction », Annual of the British School at Athens 51, 1956, p. 103-131 ; « Mycenae 1939-1956, Introduction. Addendum, Mycenae 1957 », 1. « Neolithic Mycenae », Annual of the British School at Athens 1957, p. 193-196 ; 2. « A Faience Cylinder », ibid., 197-204 ; « Prehistoric Cemetery. A Deposit of LH III Pottery », ibid., p. 207-219 ; 5. « The chronology of Late Helladic III B», ibid., p. 220-223 ; avec E. L. Bennett, E. B. Wace, « The Mycenae Tablets », 2, Transactions of the American Philosophical Society, 48, 1, Philadelphie, 1958 ; avec A. H. S. Megaw et T. C. Skeat, Hermopolis Magna, Ashumenein, Alexandria University. Faculty of Arts. Publication, 8, Alexandrie 1959 ; avec P. Stubbings, A Companion to Homer, Londres, 1962 Excavations at Mycenae, 1939-1955, The British School of Archaeology at Athens, Supplementary volumes 12, Londres, 1980.

3VOIR :
M. S. Ruipérez, « Alan J. B.Wace », Minos 5, 1957, p. 210-211 ; S. Hood, « Alan John Bayard Wace »,
Gnomon 30, 1958, p. 158-159 ; H.A. Thompson, « Note on Alan John Bayard Wace », American Journal of Archaeology 62, 1958, p. 229 ; C. Picard, « Alan John Bayard Wace (1879-1957) », Revue archéologique, 1959-1, p. 91-94 ; H. Waterhouse, The British School at Athens. The First Hundred Years, Londres, Thames and Hudson, 1986 ; J. L. Fitton, The Discovery of the Greek Bronze Age, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1996, p. 150-155.

Waddington, William Henry (1826-1894)

4Numismate, épigraphiste, diplomate et homme politique français. Il fait ses études à Paris, au lycée Saint-Louis, puis en Angleterre, à Rugby et au Trinity College de Cambridge : son goût pour les sciences de l’Antiquité et les explorations archéologiques s’affirme dès cette époque. De retour en France en 1849, il se marie et, pour voyage de noces, il visite, avec sa jeune épouse, l’Asie Mineure et la Grèce il procède au relevé de la position de villes antiques, recueille de nombreuses monnaies et transcrit des inscriptions. Ces travaux donneront naissance à de nombreux articles dans la Revue numismatique et les Mélanges de numismatique et de philologie. En 1861, alors qu’E. Renan a gagné le Proche-Orient en même temps que les troupes de l’expédition lancée par Napoléon III pour venir en aide aux chrétiens, W. Waddington décide de retourner en Syrie pour y poursuivre ses études à ses frais et à titre personnel : il parcourt le pays, s’aventurant dans des régions peu explorées jusque-là, comme le Hauran. Étant donné l’ampleur de la tâche à accomplir, il propose à son ami M. de Vogüé, qui a déjà séjourné en Syrie et en Palestine, de le rejoindre à Beyrouth. Accompagnés de l’architecte Edmond Duthoit, ils se rendent à Chypre où Renan lui-même n’a pu se rendre, relèvent les monuments du temps des Lusignan, transcrivent de nombreuses inscriptions chypriotes, grecques, latines et phéniciennes et rapportent quelques antiquités pour le musée du Louvre. De retour à Damas, ils entreprennent l’exploration du Sâfa et recueillent, outre les inscriptions grecques et latines publiées par Waddington, de très nombreuses inscriptions sémitiques à Palmyre, dans le Hauran et en Nabatène, ouvrant ainsi une ère nouvelle dans la recherche sur la Syrie centrale. Il rédige le commentaire des documents épigraphiques recueillis par Ph. Le Bas durant sa mission en Grèce et en Asie Mineure de 1843-1844 et devient membre de la commission du Corpus inscriptionum semiticarum. L’édition du fameux édit de Dioclétien lui vaut son élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1865. Parallèlement à sa carrière scientifique, il joue un rôle très actif en politique, puisque, élu député en 1871, il est ministre de l’Instruction publique en 1873 et 1876, président du Conseil en 1879 ; il représente la France au congrès de Berlin en 1878, puis devient ambassadeur à Londres en 1882. En lui, l’homme politique défend et promeut activement les études que le savant continue à cultiver : c’est ainsi qu’il contribue à la création de l’École pratique des hautes études, avec M. Bréal, A. Maury, L. Renier et E. de Rougé, tous membres de la commission de patronage pour la IVe section, sciences historiques et philologiques, et défend l’institution à l’Assemblée en 1872 ; de plus, il dote le Collège de France d’une chaire d’épigraphie grecque et fait voter un budget pour l’acquisition des antiquités de Tello. Il est l’un des premiers à concevoir la réforme de l’Université, pour laquelle il préconise le regroupement des facultés en universités régionales puissantes, dans le souci d’assurer une relative décentralisation. En politique, il a très habilement préparé le protectorat de la France sur la Tunisie. Sa mort subite laisse une œuvre interrompue qui cependant a largement contribué à l’essor des recherches archéologiques, épigraphiques et numismatiques au Proche-Orient.

Bibliographie sélective :

5Avec la collaboration d’E. Londron, édition mise au point et complétée de Ph. Le Bas, Voyage en Grèce et en Asie Mineure fait… pendant les années 1843-1844, Paris, 1847-1863 ; Voyage en Asie Mineure au point de vue numismatique, Paris, 1853 ; Mélanges de numismatique et de philologie, Paris, 1861 ; Inscriptions grecques et latines de la Syrie centrale, Paris, 1870 ; Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure commencé par M. Waddington, membre de l’Institut, continué et complété par E. Babelon, membre de l’Institut, et T. Reinach, docteur ès lettres, Paris, 1904.

6VOIR :
« Funérailles de M. Waddington, le 17 janvier 1894 : discours de P. Meyer et de L. Say », Institut de France, Paris, 1894 ; G. Perrot, « Notice sur la vie et les travaux de M. W. H. Waddington », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1909 ; H. Dehérain, « Lettres de William Henry Waddington sur son voyage en Syrie (1861-1862) », Journal des savants, 1914, p. 269 et sq. ; O. Masson, « Les archéologues et voyageurs du xixe siècle », Kinyras, archéologie française à Chypre, Lyon, 1993, p. 17-22 ; H. I. Mac Adam, « William Henry Waddington : Orientalist and Diplomat, 1826-1894 S. Quest for Understanding Arabic and Islamic Studies in Memory of Malcom H. Kerr, Beyrouth, 1991, p. 283-320.

Ward-Perkins, John Brian (1912-1981)

7Archéologue britannique. Directeur de la British School de Rome de 1946 à 1974, il lui donne une impulsion considérable et en fait un centre de recherche très dynamique. Fils d’un officier de l’armée des Indes, il est élevé par ses grands-parents dans le Kent ; il participe, sous le contrôle de son instituteur, à des fouilles dirigées par J. N. L. Myres, au prieuré de Buttley dans le Suffolk ; pendant ses études à Oxford, il participe à d’autres fouilles médiévales. Il choisit pour domaine de recherche l’âge du fer en Angleterre et en France. En 1934, il participe aux fouilles de Gergovie, étudie la céramique du site et passe en revue la céramique de l’âge du fer dans le sud-ouest de la France. En 1936, il est assistant au Musée de Londres sous la direction de M. Wheeler, rédige le catalogue de la collection médiévale du Musée et fouille la villa romaine de Lockley, dans le Kent. En 1939, il est nommé professeur d’archéologie à l’Université royale de Malte, où il reste six mois et procède à deux surveys, qui se révéleront précieux après la Guerre puisqu’ils témoignent de l’état de l’île avant les destructions. Il retourne en Angleterre comme engagé volontaire sous les ordres de M. Wheeler et rejoint l’Afrique du Nord, qui sera l’un des pôles principaux de son activité archéologique. À l’initiative de M. Wheeler, il organise la protection des antiquités sous le gouvernement militaire de Libye, dont il visite alors les sites ; dès sa première visite, il est fasciné par les ruines de Leptis Magna, dont il étudie l’architecture et la décoration (Journal of Roman Studies, 1948), et qui continuera tout au long de sa carrière à alimenter sa réflexion sur l’architecture romaine. Il participe comme lieutenant-colonel à la campagne d’Italie, où il dirige la Monuments and Fine Arts Sub-Commission. L’expérience de la guerre lui apporte la connaissance du terrain et lui fait prendre conscience de l’importance de la géographie. Lorsqu’il prend la direction de la British School à Rome en 1946, il est jeune mais il connaît bien le patrimoine italien, a de bonnes relations avec les chercheurs italiens et étrangers. Il commence par définir le programme de l’École britannique en Libye, en collaboration avec les Italiens : établir la séquence chronologique de la céramique de Tripolitaine, recueillir les inscriptions, réaliser le «survey » des sites côtiers pour l’architecture et le relevé systématique des sites de l’intérieur. En Libye, la plupart des découvertes des Italiens étaient nouvelles pour les autres Européens et en particulier pour les Anglais. Il établit la collaboration avec les spécialistes italiens de la Libye et avec les équipes des départements locaux des antiquités, en particulier avec R. Goodchild et les autorités militaires. Avec Joyce Reynolds, il envisage un catalogue d’inscriptions de Tripolitaine (Inscriptions of Roman Tripolitania, 1952), qui doit beaucoup aux Italiens qui ont travaillé avant eux – Aurigemma, Bartoccini, Caputo, Romanelli – aussi bien qu’à R. Goodchild ; Ward-Perkins lui-même consacre environ trente articles à la Tripolitaine, pendant la décennie qui suit la Seconde Guerre mondiale, et travaille en collaboration avec R. Goodchild sur les monuments et la topographie, avec J. M. C. Toynbee pour la décoration architecturale et J. M. Reynolds pour l’épigraphie. En 1948, il dirige avec K. Kenyon un chantier à Sabratha, et entreprend des fouilles à la curie, au forum et aux alentours du théâtre ; K. Kenyon est chargée de restituer la séquence chronologique pour la céramique. Avec R. Goodchild, B. Ward-Perkins explore l’arrière-pays côtier de Tripolitaine et tous deux donnent la première description d’installations rurales fortifiées dans l’hinterland, très peu connu jusque-là. Leurs travaux constituent un apport considérable à la connaissance des installations de frontière dans les zones pré-désertiques. La collaboration avec Goodchild porte aussi sur l’étude des défenses romaines et byzantines de Leptis Magna et aboutit à l’inventaire des antiquités chrétiennes de Tripolitaine et de Cyrénaïque ; après la mort prématurée de R. Goodchild, B. Ward-Perkins complète son travail au théâtre du marché à Cyrène et sur les maisons de Ptolémaïs. Tous ces travaux conjoints permettent de combler les lacunes dans l’histoire de la Tripolitaine. Par ailleurs, B. Ward-Perkins se concentre sur certains sites, en particulier Leptis Magna qu’il considérait comme révélatrice de l’architecture et de l’art pour l’ensemble de l’Empire ; de plus, à Leptis il découvre le sujet qui l’intéresse le plus, celui du commerce du marbre. Après dix ans d’activité en Libye, il lance la British School dans une entreprise italienne qui offre davantage de possibilités aux étudiants que le programme libyen : il s’agit du « survey » de l’Étrurie méridionale, pour lequel il recourt aux photographies aériennes prises par la RAF sur l’Italie et les pays voisins, dont il a constitué la collection pour l’École. À ce programme sont associés non seulement des archéologues et des architectes classiques, mais aussi des médiévistes, des archéologues – amateurs et professionnels –, et archivistes, des historiens des périodes tardives et des artistes. Au sein de ce programme qui concerne l’archéologie et la topographie, Ward-Perkins et son équipe se concentrent sur Véies et son territoire, en particulier à Quattro Fontanile, nécropole villanovienne où l’École britannique collabore avec l’Institut d’étruscologie de l’Université de Rome et la surintendance de l’Étrurie méridionale, pour produire l’information la plus sûre sur la civilisation villa-novienne ; ses recherches sur la topographie de Véies ouvrent un nouvel horizon de perspectives sur la formation de la cité étrusque. Ce « survey », mené pendant vingt ans, fait de la British School une institution d’avant-garde, qui crée l’archéologie de sauvetage appelée à se développer deux décennies plus tard. Il mène aussi des recherches sur l’architecture et son ornementation en collaboration avec l’historien de l’art, J. Toynbee, puis avec l’un de ses élèves, D. Strong, avec qui il publie l’étude du temple rond du Forum Boarium et du temple de Castor sur le forum romain. Sa réflexion sur le travail du marbre, commencée à Leptis Magna, le porte vers les cités d’Asie Mineure, d’où seraient issus les sculpteurs de la basilique de la capitale de la Tripolitaine, et il est conduit à remettre en cause cette hypothèse. Dans la même optique, il travaille sur les sarcophages, étudiant les rapports entre l’artisan et le client, s’intéressant avant tout aux conditions de production, de commerce et de fabrication ; son œuvre en ce domaine est particulièrement importante et originale, et rompt avec les travaux traditionnels fondés sur le classement iconographique. Par ailleurs, il joue un rôle de premier plan dans la restauration de relations de collaboration internationale après la Seconde Guerre mondiale. Il apporte son concours à la fondation de l’International Association of Classical Archaeology, pour rétablir à Rome les grandes bibliothèques allemandes, pour fonder et maintenir les Fasti Archaeologici ; il contribue à réactiver la publication systématique de la sculpture dans l’Empire romain dans le cadre du Corpus Signorum Imperii Romani, à lancer la carte de l’Empire romain (Tabula Imperii Romani) et à encourager l’étude systématique des marbres dans le monde romain. Il s’associe à l’entreprise du Supplementum Epigraphicum Graecum et à la reprise de la publication des inscriptions grecques. Il entretient également des liens étroits avec les chercheurs américains, et, dès 1957, est « Visiting Professor » au Fine Arts Institute de New York. Il reste très actif, même après avoir pris sa retraite : en 1977, il organise l’exposition sur Pompéi et la fouille d’une insula dans la cité campanienne. Il préside le XIe Congrès international d’archéologie classique, tenu à Londres, et la Society of Libyan Studies. Dans les dernières années de sa vie, il s’attache surtout à achever la publication des travaux de R. G. Goodchild, en particulier à Tolmeida (Cyrénaïque). Élu membre de la British Academy, il est président de l’Union des instituts étrangers à Rome, dont il est l’un des fondateurs. Excellent organisateur et administrateur, B. Ward-Perkins fait de la British School de Rome un centre d’activité très vivant et s’affirme comme l’un des chefs de file de la communauté archéologique internationale, formée par les écoles étrangères à Rome. Par ses travaux dont le champ d’application est d’une remarquable ampleur, il est l’un des plus grands représentants de l’archéologie classique.

Bibliographie sélective :

8« Visigothic France », vol. 87 d’Archaeologia, 1938 ; « Christian Antiquities in the Cyrenaican Pentapolis », Bulletin d’archéologie copte, vol. 9, 1943 ; avec R. Goodchild, « The Limes Tripolitanus in the light of recent discoveries », Journal of Roman Studies, 1949, p. 81-95 ; « Tripolitania and the Marble Trade », Journal of Roman Studies, 1951 ; avec J. Reynolds, Inscriptions of Roman Tripolitania, 1952 ; « Early Roman Towns in Italy », Town Planning Review XXVI, 1955, p. 127-154 ; avec J. Toynbee, The Shrine of St. Peter and the Vatican Excavations, Londres, 1956 ; Hippolytus Sarcophagus from Trinquetaille, 1956 ; Garland Sarcophagi from Proconnesos, 1958 ; « The early development of Roman town planning », Acta congressus Madvigiani Hafniae MDMLIV, 4, Copenhague, 1958, p. 109-123 ; « Historical Method and the Etruscan Problem», Ciba Foundation symposium on medical biology and Etruscan origins, Londres, 1959, p. 89-92 ; « Landscape and History in Central Italy », J. L. Myres Lecture, Oxford, 1964 ; « Città e pagus. Considerazioni sull’organizzazione primitiva della città nell’Italia centrale », Studi sulla città antica. Atti del Convegno di studi sulla città etrusca e italica preromana, Bologna 1966, Bologne, 1970, p. 293-297 ; N. Pevsner éd., Roman Architecture, Penguin History of Art, 1970 ; « Quarrying in Antiquity : Technology, Tradition and Social Change », Mortimer Wheeler Memorial Lecture, 1971 ; Cities of Ancient Greece and Italy, Londres, 1974 ; Dyonisiac Sarcophagi in Baltimore, 1976 ; « Nicomedia and the Marble trade », Annual of the British School at Rome, 1980.

9VOIR :
G.
Studi Romani 27, p. 277-281 ; J. Reynolds, et M. Pallottino, « John Bryan Ward-Perkins, CMG, CBE, FBA, 1912-1981 », Annual of the British School at Rome 48, 1980, p. XIII-XVIII ; F. Castagnoli, « John Brian Ward-Perkins », Studi Romani 30, 1982, p. 87-88 ; J. J. Wilkes, « John Bryan Ward-Perkins, 1912-1981 », Proceedings of the British Academy 69, 1983, p. 631-655; J. Reynolds, « John Bryan Ward Perkins », Quaderni di Archeologia della Libia, 12, 1987, p. 545-547 ; E. Billig, C. Nylander et P. Vian éds, « Nobile Munus ». Origini e primi sviluppi dell’Unione internazionale degli Istituti di Archeologia, Rome, 1996.

Watzinger, Carl (1877-1948)

10Archéologue allemand. Spécialiste de l’art hellénistique, de la peinture des vases grecs et des monuments de Palestine, Syrie et Chypre. Il fait ses études secondaires à Darmstadt, puis se forme à l’archéologie classique et à la philologie, aux universités de Heidelberg, de Berlin et de Bonn, où il suit les cours de H. Usener, F. Bücheler et G. Loeschke, les plus remarquables représentants de l’« École de Bonn ». En 1900-1901, il est boursier du Kaiserliches Deutsches Archäologisches Institut. En 1903, il devient assistant au département des sculptures des Musées de Berlin. Chargé de publier les sarcophages en bois recueillis dans les fouilles de la Deutsche Orientgesellschaft à Abousir, il se rend en Égypte. Professeur à Rostock de 1905 à 1909, il participe avec Ernst Sellin, pour la Deutsche Orientgesellschaft, au chantier de Jéricho en 1908 et 1909. Professeur à Giessen à partir de 1909, il est appelé à Tübingen en 1916. De 1916 à 1918, il est chargé de la protection des monuments en Turquie, Syrie et Palestine. Il appartient à la direction du Deutsches Archäologisches Institut de Berlin, est membre de l’Académie des sciences de Vienne et correspondant de la Société archéologique d’Athènes.

Bibliographie sélective :

11Tübinger Vasenkatalog, 1924 ; vol. III de A. Furtwängler, F. Hauser, K. Reichhold, Griechische Vasenmalerei, 1932 ; Denkmäler Palestinas, deux vol., 1939.

12VOIR :
M. Bieber,
American Journal of Archaeology 54, 1950, p. 133 et sq. ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988 ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991.

Weill, Raymond (1874-1950)

13Officier et égyptologue français. Polytechnicien, il fait jusqu’à l’âge de 30 ans une brillante carrière d’officier du Génie, puis se découvre une vocation d’égyptologue : il se forme en suivant les cours de G. Maspero au Collège de France et il s’inscrit à l’École pratique des hautes études. Il accompagne F. Petrie dans son expédition du Sinaï et en rapporte la matière d’un Recueil d’inscriptions. Il soutient une thèse de doctorat à la Sorbonne sur La Presqu’île du Sinai, dont il donne une carte qui constitue un apport essentiel à la connaissance de cette région. Il fouille à Coptos avec A. Reinach, pour la Société française des fouilles archéologiques, et découvre la fameuse série des décrets royaux de l’Ancien Empire. Les deux volumes qu’il consacre à La Fin du Moyen-Empire fournissent le point de départ des travaux sur la période hyksos. Entre les deux guerres mondiales, il fouille à Zaiouet el-Maïetin, au Kom el-Ahmar et à Tuna. Après la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il sert comme officier, il fouille à Dara, en Haute-Égypte. Il dirige également la mission archéologique du baron de Rothschild à Jérusalem. En 1928, il est élu directeur d’études à l’École pratique des hautes études et préside la Société française d’égyptologie.

Bibliographie sélective :

14« L’art de la fortification dans la haute antiquité égyptienne », Journal asiatique, 1900 ; Recueil des inscriptions égyptiennes du Sinai…, 1904 ; La Presqu’île du Sinaï, études de géographie et d’histoire, Paris, 1908 (thèse) ; Des monuments et de l’histoire des deuxième et troisième dynasties égyptiennes (thèse complémentaire), Paris, 1908 ; « Koptos. relation sommaire des travaux exécutés par MM. A. Reinach et R. Weill pour la Société française des fouilles archéologiques (campagne de 1910) », Annales du Service des antiquités d’Égypte, XI, 1911 ; Les Décrets royaux de l’Ancien Empire (…), étude sur les décrets royaux trouvés à Koptos, 1910,1911 La Fin du Moyen-Empire égyptien : étude sur les monuments et l’histoire de la période comprise entre la XIIe et la XVIIIe dynastie, deux vol., Paris, 1918 ; Bases, méthodes et résultats de la Chronologie égyptienne, deux vol., Paris, 1926-1928 ; Le Champ des Roseaux et le Champ des Offrandes dans la religion funéraire et la religion générale, 1936 ; La Phénicie et l’Asie occidentale, Paris, 1939 ; Douzième Dynastie, royauté de Haute-Égypte et domination Hyksos dans le Nord, 1953 ; avec Mme Tony-Revillon et M. Pillet, Dara : campagnes de 1946-1948, 1958.

15VOIR :
Bulletin de la Société française d’égyptologie 4, 1950, p. 29-31 ; M. Stracmans, Chronique d’Égypte, 1951, p. 115-119 ; M. Pillet, « Notice nécrologique de R. Weill », Revue archéologique, 1953 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; Coptos. L’Égypte antique aux portes du désert, exposition Lyon, Musée des beaux-arts, Réunion des Musées nationaux, 2000.

Welcker, Friedrich Gottlieb (1784-1868)

16Philologue et archéologue allemand. Il fait des études de théologie, de sciences naturelles et de droit à Giessen. Parallèlement, il se forme à la philologie et, à partir de 1803, il enseigne au Gymnasium de Giessen, puis à la Faculté de théologie. En 1806-1808, il accomplit son premier séjour à Rome dont l’architecture et les collections l’impressionnent beaucoup ; il fréquente alors Caroline et Wilhelm von Humboldt dont les enfants reçoivent son enseignement. Sa connaissance de l’Antiquité dans ses vestiges matériels sera complétée par un voyage en Grèce et en Asie Mineure en 1841-1843. En 1809, commence sa carrière scientifique : il est alors nommé, grâce à W. von Humboldt, professeur de littérature grecque et d’archéologie à Giessen, où il ouvre en 1812 un séminaire de philologie. En 1816, il enseigne à Göttingen, qu’il quitte pour Bonn en 1819 ; il y occupe la chaire de philologie et d’archéologie, dirige la bibliothèque universitaire et l’Akademisches Kunstmuseum où il crée une collection de moulages. Son objectif était de rendre accessibles au peuple l’art et la culture grecs, et le musée, selon lui, devait être un lieu de formation pour les philologues. En effet, à ses yeux, l’art et la littérature étaient indissociables et s’éclairaient l’un par l’autre ; il envisage l’Antiquité comme un tout qu’il s’efforce de reconstituer dans son ensemble. En 1854, il renonce à ses charges de direction et confie ses cours d’archéologie à O. Jahn qui lui succède à Bonn et qui l’aide dans la poursuite de ses travaux lorsqu’il perd la vue en 1862. F. G. Welcker est un des philologues archéologues qui eurent une très grande influence et concoururent tant à définir l’archéologie qu’à déterminer sa place dans l’Altertumswissenschaft.

Bibliographie sélective :

17Zoëgas Leben, deux vol., 1819 ; Die äschylische Trilogie, 1824 ; Der epische Cyclus, deux vol., 1835-1849 ; Die griechische Tragödien, trois vol., 1839-1841 ; Alte Denkmäler, cinq vol., 1849-1864 ; Tagebuch einer griechischen Reise, deux vol., 1865.

18VOIR :
R. Haym éd., W.
von Humboldt’s Briefe an F. G. Welcker, 1859 ; R. Kekulé, Das Leben F. G. Welckers, 1880 ; E. Sander-Rindtorff éd., Karoline von Humboldt und F. G. Welcker. Briefwechsel 1807-1826, 1836 ; W. Ehrhardt, Das Akademische Kunstmuseum der Universtät Bonn unter der Direktion von F. G. Welcker und O. Jahn, 1982 ; W. M. Calder et alii, Friedrich Gottlieb Welcker : Werk und Wirkung, Hermes 49, Stuttgart, 1986 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse, Porträts und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996.

Wheeler, Robert Eric, sir Mortimer (1890-1976)

19Archéologue britannique. L’une des plus grandes figures de l’archéologie en Grande-Bretagne, après la Première Guerre mondiale. D’abord attiré par une carrière d’artiste, il choisit de se consacrer à l’étude des lettres classiques à l’University College de Londres et, incité en ceci par E. Gardner, il décide de s’engager dans la carrière archéologique, par l’étude de la Grande-Bretagne romaine. Il participe en tant qu’étudiant à des fouilles d’époque romaine en 1913 et obtient la bourse Franks qui vient d’être créée par l’Université de Londres et la Society of Antiquaries. Il se rend alors en Rhénanie pour y étudier la céramique romaine et établir la comparaison avec celle de Grande-Bretagne. À son retour, il obtient un poste de « jeune chercheur » au sein de l’English Royal Commission on Historical Monuments et est chargé du relevé des ruines romaines dans l’Essex. Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, il se porte volontaire et est engagé comme instructeur de l’Officer Training Corps à l’Université de Londres, devient capitaine et est maintenu en Grande-Bretagne pour l’instruction des jeunes appelés pendant trois ans. En octobre 1917, il est envoyé avec sa brigade sur le front belge, pour participer à l’offensive Passchendaele, puis est transféré en Italie et en France où il se distingue et est décoré. De retour à la vie civile, il reprend le « survey » des ruines romaines de l’Essex pour l’English Royal Commission, et obtient à Cardiff un poste de conservateur pour l’archéologie au Musée national du pays de Galles, trouvant ainsi l’occasion de donner toute sa mesure, aussi bien pour l’organisation du Musée que dans l’enseignement de l’archéologie à l’Université qui est associé au poste de conservateur ; il s’efforce de fédérer les compétences et de définir une stratégie globale de recherche. Il est convaincu que la connaissance historique ne peut progresser qu’à partir de nouvelles découvertes archéologiques, obtenues grâce à une pratique beaucoup plus scientifique, et il se fixe pour tâche de créer une « nouvelle archéologie » ; inspiré par l’expérience du général Pitt Rivers, il s’engage dans l’application de ses méthodes – surveillance constante de la fouille, enregistrement systématique de tous les vestiges en trois dimensions et dégagement stratigraphique – sur des sites soigneusement choisis. Il nourrit l’ambition de donner une vision globale de l’archéologie du pays de Galles, en y incluant la préhistoire, et de lui donner un statut de discipline universitaire, en assurant des cours et en organisant des chantiers où les étudiants se formeraient. Il réussit à faire du Musée un centre fédérateur des recherches et entreprend, avec sa femme Tessa, sa première fouille importante au fort romain de Segontium, près de Caernarvon, où il intervient avec une équipe d’étudiants et applique la méthode stratigraphique, en exécutant des relevés de coupes : c’est sur ce site qu’il élabore sa méthode. En 1924, il est nommé directeur du Musée qu’il aménage et organise pour son ouverture au public en 1927. Dès 1926, désireux de faire de l’archéologie une discipline universitaire à part entière, il conçoit le projet de réaliser, au sein de l’Université de Londres, un Institut d’archéologie, qui serait un véritable laboratoire de la « science archéologique », qui pourrait recevoir le secours d’autres sciences – la géologie, la botanique, la paléontologie… ; il décide alors qu’il lui faut regagner Londres et accepte le poste de conservateur du London Museum, pour lequel il obtient des crédits indispensables à son aménagement et à son fonctionnement. À Londres, il réussit, comme à Cardiff, à créer un lieu de culture où le public se rend volontiers et en grand nombre. Il poursuit la création de l’Institut d’archéologie et franchit une première étape en obtenant l’introduction à l’University College d’un cycle d’enseignement de l’archéologie : il ouvrait ainsi une brèche dans la citadelle universitaire. M. Wheeler reçoit le soutien de M. Flinders Petrie et obtient en 1934 l’installation de l’Institut d’archéologie à l’Université de Londres : il réalise son rêve d’un centre de formation à l’archéologie de terrain, non seulement pour la Grande-Bretagne, mais aussi pour le Proche-Orient ; K. Kenyon, qui s’est formée auprès de M. Wheeler, est chargée du secrétariat du Comité de direction. Au cours de cette période, les Wheeler mènent d’importantes fouilles à Verulanium, et à Maiden Castle, dans le Dorset : sur cet habitat de l’âge du fer, il perfectionne encore sa méthode de fouille, s’inspirant des travaux que R. Dawkins avait menés au sanctuaire d’Artémis Orthia à Sparte en 19061909 ; il procède par sondages réguliers de carrés, séparés par des bermes, témoins de la stratigraphie ; toutes les trouvailles sont scrupuleusement enregistrées, la publication est complète et rapide. Ces procédés seront connus en France comme la « méthode Wheeler » et font de leur « inventeur » un pionnier de l’archéologie scientifique, très en avance sur son temps. Il entreprend un voyage au Proche-Orient, au cours duquel il visite de nombreux chantiers, dont celui que C. Schaeffer dirige à Ougarit. C’est dans le train qui le conduit à Boulogne qu’il apprend, en lisant le Times, que sa femme Tessa a succombé à l’issue d’une opération ; non seulement il perd la femme aimée, mais il est privé d’une précieuse collaboratrice qui a été l’artisan de sa réussite. Dès la seconde saison de fouilles à Maiden Castle, M. Wheeler organise une mission d’exploration des sites fortifiés de la même période en Bretagne et en Normandie : l’hiver 1936-1937, il se rend lui-même en France, pour un « survey » et une rencontre avec le conservateur du Musée de Saint-Germain-en-Laye, Raymond Lantier, dont il obtient l’autorisation de fouiller les sites de son choix ; il se décide pour le camp d’Artus, près d’Huelgoat, dans le Finistère, et pour l’oppidum du Petit-Celland, près d’Avranches il établit ailleurs la carte archéologique de la Bretagne et de la Normandie. En 1939, il accomplit une seconde expédition en Normandie dont il relève les sites fortifiés et reconnaît à l’est de la Seine les ouvrages caractéristiques des Belges ; il fouille le camp du Canada, près de Fécamp, et l’oppidum de Duclair, mais l’imminence de la guerre accélère le retour de la mission à Londres. Par ses travaux en Bretagne et en Normandie, M. Wheeler apporte une très importante contribution à l’archéologie protohistorique française. Il s’engage comme volontaire, se voit confier le commandement de la 48e batterie anti-aérienne légère et entraîne avec lui son propre fils Michael et J. B. Ward-Perkins. À la tête de trois batteries, il est affecté en Afrique du Nord en 1942, participe à la seconde bataille d’El-Alamein et, à la poursuite de Rommel, parvient à Tripoli. Il est à l’origine de la mise en place d’un service de protection des antiquités en Libye : avec J. B. Ward-Perkins, il veille à ce que soit préservé le centre archéologique italien à Tripoli, puis tous deux se rendent à Leptis Magna et découvrent les dommages causés par l’armée anglaise : en quelques jours d’information des officiers et des troupes, ils obtiennent que l’armée s’installe ailleurs. À l’issue du rapport qu’il adresse à l’administration civile et militaire, J. B. Ward-Perkins est pour organiser le de sauvetage; au groupe chargé de préparer le débarquement en Italie, M. Wheeler souligne la nécessité de protéger les monuments en Sicile. C’est à Alger, en 1943, qu’il apprend que l’India Office lui propose le poste de directeur général de l’archéologie en Inde ; il accepte, mais à condition de n’entrer en fonction qu’après le débarquement en Italie auquel il tient à participer. Il arrive à Bombay en 1944 et, en quatre années, réalise une œuvre considérable, aussi bien sur le plan scientifique qu’administratif : il poursuit la recherche archéologique et développe la connaissance de l’histoire indienne, forme des jeunes gens aux méthodes modernes et sensibilise le gouvernement, les universités et le public. Dès octobre 1944, il est en mesure d’ouvrir l’école d’archéologie qu’il a organisée à Taxila et où affluent de nombreux étudiants venus de toutes les régions de l’Inde. En 1945, il ouvre, avec les meilleurs de ses étudiants, le chantier d’Arikamedu, près de Pondichéry, d’où est issue la céramique romaine qu’il a reconnue dans les réserves du musée ; l’installation d’un comptoir romain vers le changement d’ère lui fournit un repère chronologique sûr pour tout le sud de l’Inde. Puis il entreprend en 1946 les travaux à Harappa où son prédécesseur, J. Marshall, avait fouillé, ainsi qu’à Mohenjodaro, et avait révélé la civilisation de l’Indus. Il donne un souffle nouveau à l’archéologie du sous-continent indien et obtient la création du Musée national pour l’art, l’archéologie et l’anthropologie à New Dehli. En 1948, il quitte l’Inde, s’arrête à Karachi, capitale du nouvel État du Pakistan, où on lui demande d’organiser le Département d’archéologie, responsabilité qu’il accepte à raison de trois mois par an pendant trois ans. De retour à Londres, il ne se voit offrir qu’un poste de professeur à temps partiel au sein de l’Institut d’archéologie qu’il a lui-même créé ! En 1949, il séjourne à Karachi pour y organiser le service d’archéologie et l’ouverture d’un chantier à Mohenjodaro, où, l’année suivante, il établit un chantier école sur le modèle de celui de Taxila. En 1949, il est désigné comme secrétaire honoraire de la British Academy qu’il s’emploie à réveiller de sa léthargie, et est invité par la Royal Commission on Historical Monuments et l’Ancient Monuments Department du ministère des Travaux publics à mener des fouilles sur des sites de son choix: il entreprend l’exploration de l’oppidum de Stanwick, dans le Yorkshire, qui marque le terme de sa carrière dans le domaine de l’archéologie britannique. En 1952, il est invité par l’Archaeological Institute of America et est anobli. Pendant vingt ans, il s’attache à faire de la British Academy la principale institution pour la promotion des initiatives en sciences humaines ; M. Wheeler, au nom de l’Académie, renforce le soutien aux écoles britanniques à l’étranger et permet leur redressement après la Seconde Guerre mondiale. Il obtient la création en 1961 de l’East African Institute qui est implanté d’abord à Dar-es-Salam, puis à Nairobi. Il intervient aussi très activement dans la formation du British Institute of Persian Studies à Téhéran, dont D. Stronach est nommé directeur, alors que, par ailleurs, il prend en charge la fouille de Pasargades, site choisi pour l’Institut par M. Wheeler. Soucieux, comme au début de sa carrière, de la formation et de l’information du public, il accepte d’animer avec Glynn Daniel une émission de télévision consacrée à l’archéologie et intitulée « Animal, Vegetable, Mineral ? », qui connaît immédiatement un immense succès. M. Wheeler fait franchir à l’archéologie une étape décisive de son développement en lui donnant des méthodes scientifiques et en créant les premières écoles de formation à l’archéologie de terrain, en Grande-Bretagne, en Inde et au Pakistan ; par la fondation de l’Institut d’archéologie, il introduit cette discipline à l’Université. Sur le plan scientifique, il contribue grandement à l’archéologie protohistorique et romaine en Grande-Bretagne et en France, et fait accomplir des progrès décisifs à la connaissance de l’histoire ancienne du sous-continent indien. Enfin, il applique ses dons extraordinaires d’organisateur et d’administrateur et sa formidable énergie à la création et à la promotion d’institutions qui donnent à l’archéologie britannique un éclat inédit.

Bibliographie sélective :

20Segontium and the Roman Occupation of Wales, Londres, 1923 ; Prehistoric and Roman Wales, Oxford, 1925 ; London in Roman Times, London Museum Catalogue, Londres, 1930 ; avec T. V. Wheeler, « Verulanium : A Belgic and Two Roman Cities », Society of Antiquaries London Research Committee Report, Londres, 1943 ; « Maiden Castle, Dorset Society ofAntiquaries London Research Committee Report, Londres, « Indus Cambridge History ofIndia Supplementary Volume, 1953 Archaeology from the Earth, Oxford, 1954, trad. fr. avec préface de P. Courbin, Archéologie : la voix de la terre, « Forts of Northern France », Society of Antiquaries London Research Committee Report, Londres, 1957 ; My Archaeological Mission to India and Pakistan, Londres, 1976.

21VOIR :
Son autobiographie
Still Digging, Londres, 1955 ; M. Mallowan, « Sir Mortimer Wheeler 1890-1976 », discours prononcé à St James Church, Piccadilly, 1976 ; K. M. Kenyon, Levant, IX, 1977, p. I-II ; J. Hawkes, Mortimer Wheeler, Adventurer in Archaeology, Londres, 1982 ; B. Cunliffe, « Sir Mortimer Wheeler (1890-1976) », in T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 371-383.

Wheler, sir George (1650-1723)

22Pasteur, érudit et voyageur britannique. Au cours de son « tour » en Suisse en Italie, il rencontre J. Spon à Rome, en 1674. Avec lui, il se rend en Grèce et au Levant et assume les frais du voyage. Ensemble, ils visitent Athènes et redécouvrent l’emplacement de Delphes. De retour en Grande-Bretagne, il s’établit pasteur et se marie.

Bibliographie sélective :

23A Journey into Greece by G. Wheler in company of J. Spon, Londres, 1682.

24VOIR :
R. W. Ramsey, « Sir George Wheler and his Travels in Greece, 1650-1724 »,
Transactions of the Royal Society of Literature, XIX, 1942, p. 1-38 ; C. W. Eliot, « George Wheler, Christian Traveller and Philosopher », Échos du monde classique, XXII, n° 1, janv. 1978 ; F. M. Tsigakou, The Rediscovery of Greece, Londres, 1981 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984 ; J.-C. Mossière, « Le voyage en Orient et le livre d’Athènes », Les Archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 167-169.

Wiegand, Theodor (1864-1936)

25Archéologue allemand. Il organise et dirige de très grandes entreprises sur des sites de premier plan, et contribue au progrès de la connaissance non seulement par les publications scientifiques mais par de nombreuses expositions. Il fait ses études d’archéologie classique, de philologie et d’histoire ancienne à Munich et Berlin, puis est l’élève de F. Studinizka à Fribourg. Après un séjour à Rome et à Athènes, il rejoint C. Humann à Smyrne, en qualité de boursier du Deutsches Archäologisches Institut ; il se voit confier la responsabilité de la fouille de Priène qu’il explore systématiquement de 1895 à 1897, en collaboration avec H. Schrader, donnant l’un des plus beaux exemples de dégagement, d’étude et d’interprétation d’une ville antique. En 1897, il succède à C. Humann comme directeur du département des Musées de Berlin en résidence à Constantinople et est par ailleurs attaché culturel auprès de l’ambassade allemande ; c’est lui qui, jusqu’en 1918, facilite les négociations entre officiels turcs et administration allemande en maintenant avec Hamdi Edhem Bey, directeur des Musées ottomans, les relations amicales établies par C. Humann, indispensables pour permettre le développement des entreprises archéologiques allemandes en territoire ottoman. Il envisage alors de développer l’exploration archéologique de l’Asie Mineure et, lors du passage à Istanbul de l’empereur Guillaume II en route pour le Proche-Orient, il demande que l’on négocie avec le sultan l’octroi aux Musées de Berlin des objets découverts au cours des fouilles prévues à Milet, Baalbek et Babylone ; un accord secret est passé en 1899 entre les deux gouvernements et permet aux Musées de Berlin de garder la moitié des objets et monuments. Il obtient l’ouverture d’un grand chantier à Milet où il espère retrouver des monuments d’époque archaïque et classique, mais doit se contenter de restituer la ville d’époque hellénistique et romaine ; il parvient à faire acheminer jusqu’à Berlin la fameuse porte du Marché. De 1898 à 1905, il dirige les fouilles de Baalbek ; jusqu’en il dégage le d’Apollon de Didymes conduit la fouille de l’Héraion de Samos. De 1916 à 1918, avec le titre d’inspecteur général des Antiquités pour la Syrie, la Palestine et l’Arabie occidentale, il joue un rôle décisif dans l’application de la Kulturpolitik développée à l’égard de la Turquie ; il devient agent de liaison auprès du commandant de la 4e armée turque, Djemal Pacha. Il est officiellement chargé de conduire des travaux topographiques, historiques et archéologiques au sein du commando germano-turc pour la protection des monuments, mais se livre aussi à l’inventaire des monuments susceptibles d’enrichir les Musées de Berlin. Sa première mission consiste à répertorier les monuments byzantins du Sinaï, puis il parcourt la Syrie, la Jordanie, se rend à Palmyre, Pétra, Jérusalem et Damas, et publie les résultats de ces enquêtes. Il est aussi à cette époque le premier à recourir à la photographie aérienne en archéologie qu’il applique d’abord dans ses études du limes romain, dans la région de Dobroudja, sur le Bas-Danube, puis en Palestine du Sud et au Sinaï. En 1924, il obtient la réouverture des fouilles de Didymes, puis en 1927 celles de Pergame qu’il dirige. De 1911 à 1931, il dirige la section des antiquités aux Musées de Berlin et crée le Pergamon Museum qui va abriter le grand autel de Pergame et la porte du Marché de Milet. Il est élu membre de l’Académie de Berlin en 1923. De 1932 à 1936, il est président du Deutsches Archäologisches Institut. T. Wiegand est l’un des grands artisans de l’essor de l’archéologie allemande en Asie Mineure jusqu’en 1918 et il est l’un de ceux qui travaillent à lui redonner tout son éclat entre les deux guerres mondiales.

Bibliographie sélective :

26Die archaische Porosarchitektur der Akropolis, deux vol., 1904 ; Priene, 1904 ; Milet, 19061935; Sinai, 1920; Baalbek, 1921-1925; Petra, 1921; Pergamon V 1, 1930 ; Palmyra, 1932; avec H. Knackfuss, Didyma I, trois vol., 1941.

27VOIR :
G. Wiegand (éd.),
Halbmond im letzen Viertel : Archäologische Reiseberichte, Mayence, 1985 ; C. Watzinger, Theodor Wiegand, ein deutscher Archäologe 1864-1936, Munich, 1944 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts 1879 bis 1929, Mayence, Verlag Phipp von Zabern, 1979 ; S. Wenk (éd.), Auf den Spuren der Antike: Theodor Wiegand, ein deutscher Archäologe , Benndorf-am-Rhein, R. et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 154-155 ; S. L. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996.

Wilamowitz-Moellendorff, Ulrich von (1848-1931)

28Philologue allemand, réputé le plus grand helléniste des temps modernes. Il exerce une immense influence et joue un rôle de premier plan dans la promotion de l’archéologie. Né à Markowitz dans la province de Posen, dans la Pologne prussienne, il appartient à une famille aristocratique et restera toute sa vie très loyal envers les Hohenzollern. Il est élevé par sa mère qui exerce sur lui une très profonde influence, en l’initiant aux œuvres d’Homère, de Shakespeare et des classiques allemands ; sa vocation d’intellectuel se révèle dès l’enfance et se renforcera encore lors de son séjour à la « Schulpforte », installée depuis 1543 près de Naumburg dans un couvent cistercien, où ont été formés de nombreux très grands érudits. À Pforte, il bénéficie d’un traitement de faveur puisqu’il réside dans la famille de son maître, H. Peter, pour qui il éprouvera toute sa vie une très grande vénération. Il reçoit une excellente formation classique à laquelle s’ajoute l’apprentissage des langues modernes, l’anglais, le français et l’italien. À cette époque, il se détermine pour une carrière scientifique consacrée à l’étude de l’Antiquité et, provoquant la colère de son père, il refuse d’entrer dans la carrière militaire ou diplomatique. En 1867, il s’inscrit à l’Université de Bonn où il suit les cours d’H. Usener et d’O. Jahn avec qui il entretient une relation très chaleureuse, puis il poursuit ses études en philologie classique à Berlin. À la lecture des œuvres d’A. Boeckh, de F. G. Welcker et de K. O. forme de auquel il tentera de restaurer l’unité perdue des recherches sur l’Antiquité qui suppose l’alliance des différentes disciplines, philologie, histoire, archéologie, histoire de l’art et des religions, philosophie. Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, il sert comme grenadier, puis accomplit les voyages obligés en Italie et en Grèce ; il vit en Italie de 1872 à 1874 et découvre la Grèce durant l’hiver 1873. À Rome, il se fait le disciple de Th. Mommsen dont il admire l’ampleur de la vision de l’Antiquité ; c’est au contact du grand historien qu’il mesure la nécessité de bien comprendre les institutions et l’évolution des sociétés antiques, de recourir à toutes les formes d’information, en particulier celles fournies par l’épigraphie et l’archéologie. Comme Th. Mommsen, il associe la Grèce et Rome dans la même sphère de l’Antiquité classique. Professeur à Greifswald en 1876, il y rencontre immédiatement un très grand succès auprès des étudiants. En 1878, il épouse la fille de Th. Mommsen, Marie, et contribue à l’œuvre de son maître et beau-père, pour le cinquième volume de la Römische Geschichte et le troisième du Römische Staatsrecht. En 1880, il met en application les « leçons » de Mommsen, dans une histoire et étude topographique de l’Attique écrite avec C. Robert (Aus Kydathen). Il est ensuite nommé à l’Université de Göttingen en 1883 et y passe les années les plus productives et les plus heureuses de sa vie, avant d’être affecté à Berlin en 1897. Il met toute son énergie et ses compétences à revivifier les études classiques et à amplifier leur écho auprès d’un large public : sa traduction de l’Agamemnon d’Eschyle (1885), portée au théâtre, connaît un très vif succès et est à l’du regain d’du public pour la tragédie antique. Son édition de l’Héraklès d’Euripide (1888) constitue le premier commentaire moderne d’une tragédie grecque et fait époque pour la critique textuelle, l’des textes et celle des mythes. En 1897, dans le cadre de son enseignement à l’Université de Berlin, il crée avec H. Diels un séminaire où les étudiants sont initiés à la nouvelle philologie ; il obtient par la suite la fondation d’un Institut d’classiques qui regroupe philologie, histoire et archéologie. Son influence universitaire est immense et il joue un rôle important auprès du ministère de l’Éducation. La Première Guerre mondiale bouleverse sa vie personnelle, puisqu’il perd son fils, tué au début des hostilités, alors même qu’elle provoque une crise dans la société allemande U. von Wilamowitz, profondément conservateur, voit l’monde s’écrouler et considère que la culture allemande est menacée. Son œuvre, très novatrice, est d’une importance capitale dans le domaine de la philologie grecque et celui de la critique méthodique de l’histoire des textes ; en outre, il est, parmi les philologues allemands, l’un de ceux qui reconnaissent l’et la validité des recherches archéologiques pour la connaissance des cultures antiques. Il attache la plus grande importance à l’enseignement et forme de nombreux disciples dont des archéologues, parmi lesquels A. Schulten dont il favorise la carrière et qu’il oriente vers l’de l’Espagne et de l’Afrique du Nord. Son influence dépasse les frontières de l’Allemagne et son enseignement attire des étudiants étrangers et en particulier l’P. Bosch Gimpera qu’convainc de devenir archéologue pour porter la recherche espagnole au niveau de la science des autres pays européens. Membre correspondant de l’Académie de Berlin, il en devient membre ordinaire en 1899.

Bibliographie sélective :

29Hiller von Gaertringen et F. Klaffenbach, Wilamowitz Bibliographie 1868-1929, Berlin, 1929 ; M. Armstrong, W. Buchwald, W. M. Calder III, Ulrich von Wilamowitz Bibliography 1867-1990, Hildesheim, 1991 ; Analecta Euripidea, Berlin, 1875 ; avec C. Robert, Aus Kydathen, Berlin, 1880 ; Homerische Untersuchungen, Berlin, 1884 ; Aischylos Agamemnon. Griechischen Text mit deutscher Übersetzung, Berlin, 1885 ; Euripides Herakles erklärt, deux vol., Berlin, 1889 ; Aristoteles und Athen, deux vol., Berlin, 1891 ; Griechisches Lesebuch, deux vol., Berlin, 1902 ; Die griechische Literatur des Altertums, Berlin, 1905 ; Staat und Gesellschaft der Griechen und Römer, Leipzig et Berlin, 1910 ; Die Ilias und Homer, Berlin, 1916 ; « Geschichte der Philologie », dans A. Gerke et E. Norden, Einleitung in die Altertumswissenschaft, Leipzig, 1921, trad. A. Harris, History of Classical Scholarship, Londres, 1982 ; Hellenistische Dichtung in der Zeit des Kallimachos, deux vol., Berlin, 1924 ; Der Glaube der Hellenen, deux vol., 1931 ; Kleine Schriften, six vol., Berlin, 1935-1972.

30VOIR :
Ses
Erinnerungen, 1848-1914, Leipzig, 1928 ; R. Harder, « Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf », Gnomon 7, 1931, p. 557-560 ; F. et D. von Gaertringen éds., Mommsen und Wilamowitz Briefwechsel 1872-1903 , Berlin, 1935 ; W. Jaeger, Classical Philology at Berlin 1870 to 1945, 1960 ; L. Canfora éd., Cultura classica e crisi tedesca. Gli scritti politici di Wilamowitz 1914-1931, Bari, 1977 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, t. II, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979 ; A. Momigliano, « Premesse per una discussione su Wilamowitz », Sesto Contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico I1, Rome, 1980, p. 337-349 ; F. Solmsen, « Wilamowitz in his last ten years », Greek, Roman and Byzantine Studies 20, 1979, p. 89122 ; W. M. Calder éd., Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf. Selected Correspondance 1869-1931, Naples, 1983 ; W. M. Calder III, Studies in Modern History of classical Scholarship, Naples, 1984 ; W. M. Calder, H. Flashar, T. Lindken, Wilamowitz nach 50 Jahren, Darmstadt, 1985 ; R. L. Fowler, « Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf (18481931) », dans W.W. Briggs et W. M. Calder III, Classical Scholarship. A Biographical Encyclopedia, New York et Londres, 1990, p. 489-522 (avec bibliographie) ; S. L. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 17501970, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; W. M. Calder III, Men in their Books. Studies in the Modern History of Cassical Scholarship, Hildesheim-Zurich-New York, Georg Olms Verlag, 1998, p. 1-109.

Wilhelm, Adolf (1864-1950)

31Philologue allemand, spécialiste du monde grec, considéré comme l’un des fondateurs de l’épigraphie moderne. Né à Tetschen-Liebwerd en Bohême, il fait toutes ses études en Autriche, puis de 1894 à 1905 il séjourne en Grèce, où, à partir de 1898, il est secrétaire de l’Institut archéologique autrichien. Il voyage en Eubée et parcourt la région côtière de l’Asie Mineure méridionale, en particulier la Cilicie en 1891, 1892, 1914 et 1926. Ses premiers travaux portent sur les inscriptions recueillies au cours de ces explorations auxquelles il ajoute celles de l’Attique dont il fait sa spécialité. Il devient dès ses débuts un maître précoce et incontesté de l’épigraphie grecque et le demeurera pendant cinquante ans. De 1895 à 1900, il publie régulièrement des articles dans les Archeologisch-epigraphische Mitteilungen aus Österreich-Ungarn et dans les Anzeigen de Göttingen, faisant preuve d’une érudition universelle et d’une connaissance intime de tous les types d’inscriptions. Il rédige également des mémoires annuels dans les Jahreshefte de l’Académie de Vienne depuis leur fondation, mais ne réalise aucune œuvre de synthèse ni aucun manuel d’épigraphie. Helléniste complet, il possède une connaissance extraordinaire de la langue et de la littérature grecque, d’Homère au grec moderne épigraphiste à la méthode la qui, à partir des textes, dégage les réalités juridiques, politiques, religieuses et sociales. Il traite des inscriptions aux sujets les plus variés et de toute provenance, de l’Italie à la Susiane, de l’Égypte au Pont-Euxin, selon une méthode dont il est, avec M. Holleaux, le principal promoteur, celle des textes parallèles, qui est devenue une règle en épigra-phie : le principe en est de ne jamais étudier un texte isolément mais de le mettre en parallèle avec tous les documents de la même catégorie, quel que soit leur lieu d’origine. Il entretient avec M. Holleaux, directeur de l’École française d’Athènes de 1904 à 1912, des relations d’amitié et publie dans le Bulletin de correspondance hellénique.Professeur à l’Université de Vienne jusqu’en 1933, il n’a pas formé de disciples directs, mais son œuvre a eu une grande influence sur les épigraphistes français, M. Holleaux et L. Robert.

Bibliographie sélective :

32Voir la bibliographie établie par J. Keil, Almanach der Österreichischen Akademie der Wissenschaften 101, 1951, p. 317-327 ; et « Adolf Wilhelm, 1864-1950, Zum Gedenken an die 100. Wiederkehr seines Geburtstages am 10. 1964 », publication de l’Académie de Vienne Reisen in Kilikien, Urkunden dramatischer Aufführungen in Athen, 1906 ; Beiträge zur griechieschen Inschriftenkunde, 1909 ; Die lokrische Mädcheninschrift, 1911 ; Urkunden aus Messene, 1914. GrabinschriftenKleinasien », Sitzungsbericht der Akademie der Wissenschaften zu Wien, XXVII, 1932, p. 792-865 ; Attische Urkunden et Neue Beiträge zur griechieschen Inschriftenkunde, 1943 ; Griechische Inschriften rechtlichen Inhalts, Athènes, 1951 ; Akademieschriften zur griechi-schen Inschriftenkunde (1895-1951), Teil I : Neue Beiträge zur Inschriftenkunde, Attische Urkunden, Teil 2, 1895-1937, Teil 3, 1939-1951, Leipzig.

33VOIR :
L. Robert, « Communication inaugurale », actes IIe congrès international d’épigraphie, Paris, 1952, p. 1-20, publiée dans Opera minora selecta III, p. 1749-1755 ; G. Daux, « Adolf Wilhelm (1864-1950) », Revue archéologique XLV, janv.-juin 1955, p. 47-48 ; « Adolf Wilhelm, 1864-1950, Zum Gedenken an die 100. Wiederkehr seines Geburtstages am 10. 1964 », publication de l’Académie de Vienne, 1964.

Wilkinson, sir John Gardner (1797-1875)

34Égyptologue britannique, considéré comme le fondateur de l’égyptologie en Grande-Bretagne. Il fait ses études à Harrow, où il subit l’influence du Dr George Butler, ami de Thomas Young, qui l’initie au déchiffrement des hiéroglyphes. En 1820, lors d’un voyage en Italie, il rencontre, à Rome, sir William Gell, qui le convainc de se consacrer à l’archéologie égyptienne. Il entreprend l’étude de la langue de l’ancienne Égypte, où il se rend en 1821 et où il séjourne douze ans sans interruption. Il y apprend l’arabe et le copte qu’il utilise, comme Champollion, pour déchiffrer les hiéroglyphes ; il parvient d’ailleurs aux mêmes conclusions que le Français, identifiant de nombreux noms de rois et établissant la première liste chronologique des rois et des dynasties. Il visite tous les sites importants, dessinant avec beaucoup de talent les monuments. Il se rend par deux fois jusqu’au sud de la deuxième cataracte et fouille à Thèbes (1824, 1827-1828), dont il dresse le premier plan et où il exécute de très nombreux dessins de tombes. De retour en Angleterre en 1833, il est couvert d’honneurs, et occupe pour l’égyptologie la même place qu’H. Rawlinson pour l’assyriologie. Il retourne en Égypte en 1842, puis en 1848-1849, et enfin une dernière fois en 1855, accomplissant dans l’intervalle un voyage au Monténégro et en Bosnie. Il fut le premier à procéder à l’inventaire systématique, d’un point de vue archéologique et historique, des principaux sites d’Égypte et de Nubie, où il a précédé les grands égyptologues européens. À la différence de J.-F. Champollion et de K. R. Lepsius, il ne reçut jamais aucune aide du gouvernement de son pays et accomplit seul une œuvre d’une richesse inégalée. Il a mené à bien un extraordinaire travail de copie et de relevé de documents. Il enrichit les collections du British Museum de nombreux objets et papyri. Il fut membre de nombreuses sociétés savantes et académies européennes dont l’Institut de correspondance archéologique de Rome. Sa synthèse, The Manners and Customs of the Ancient Egyptians connut de nombreuses rééditions, dont celle de 1878 revue par S. Birch est la plus populaire.

Bibliographie sélective :

35Materia Hieroglyphica. Containing the Egyptian Pantheon and the Sucession of the Pharaohs, from the earliest Times to the Conquest by Alexander…, deux vol., Malte, 18281830 ; Topographical Survey of Thebes and general view of Egypt…, Londres, 1835 ; The Manners and Customs of the Ancient Egyptians, trois vol., Londres, 1837 (nombreuses rééd. dont celle revue et corrigée par S. Birch, 1878) ; A Handbook for Egypt…, Londres, 1847 ; The Egyptians in the Time of the Pharaos. Being a Companion to the Crystal Palace Egyptian Collections, 1857.

36VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill,
Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; J. Thomson, Sir Gardner Wilkinson and His Circle, Austin, University of Texas Press, 1992.

Will, Ernest (1913-1997)

37Archéologue français. Il poursuit la tradition des hellénistes qui se consacre à l’Antiquité au Proche-Orient. Né à Uhrwiller (Bas-Rhin), il reçoit une solide formation classique à Strasbourg, entre à l’École normale supérieure et devient membre de l’École française d’Athènes de 1937 à 1939. Lorsque H. Seyrig obtient en 1946 la fondation à Beyrouth de l’Institut français d’archéologie, E. Will en est le premier pensionnaire – le deuxième étant J. Starcky. À son retour en France en 1951, il est nommé professeur à l’Université de Dijon, puis à Lille, pour gagner enfin Paris-Sorbonne (Paris I). Il enseigne la littérature et la culture grecques et l’archéologie du Proche-Orient hellénisé. En 1973, il retrouve le Liban, pour assurer, jusqu’en 1980, la direction de l’Institut français d’archéologie, aux moments les plus sombres de son histoire ; pendant la guerre du Liban, malgré les risques encourus, le directeur se refuse à fermer l’Institut, et, bien loin d’adopter une position de repli, il joue l’ouverture en créant deux antennes, l’une à Damas en Syrie et l’autre à Amman en Jordanie, ce qui justifie le nouvel intitulé – Institut français d’archéologie du Proche-Orient –, tissant des liens avec de nouveaux partenaires sur des secteurs nouveaux et orientant les chercheurs et les techniciens vers les recherches de terrain. Il revient sur les questions majeures de l’archéologie classique au Proche-Orient et relance la discussion sur le terrain pour l’architecture hellénistique monumentale à partir d’un des rares exemples bien conservés au Proche-Orient, celui du Qasr el-Abd d’Iraq el-Amir, ou encore par l’examen du fonctionnement des grands sanctuaires comme celui de Bêl à Palmyre, ou celui de Zeus à Jerash. Lui-même prend une part de ces recherches et encourage d’autres initiatives dans des secteurs voisins pour la constitution de corpus et d’inventaires en épigraphie, pour la sculpture et l’architecture. En France, comme au Liban, il participe à la gestion des institutions scientifiques et à l’organisation de la recherche historique après avoir assuré la des du nord de la France, il appartient au Conseil supérieur de la recherche archéologique, à la Commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères, et au Comité de direction du Service d’architecture antique du CNRS. Il ne délaisse pas le Liban et intervient au sein de l’Unesco pour la conservation des sites dégagés dans le centre ville de Beyrouth. En 1978, il succède à A. Parrot à la direction de Syria, lui donne une nouvelle impulsion en transformant la revue et en lui assurant une meilleure diffusion. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1973. Dans la tradition inaugurée par les hellénistes de la fin du xixe siècle et perpétuée par H. Seyrig, E. Will s’attache à mettre en évidence les relations entre les cultures, dans le Proche-Orient hellénistique et romain.

Bibliographie sélective :

38La Sculpture romaine au Musée lapidaire de Vienne, Vienne, 1952 ; Le Relief culturel gréco-romain. Contributions à l’histoire de l’art de l’Empire romain, Bibliothèque des écoles françaises de Rome et d’Athènes, fasc. 183, Paris, 1955 ; « Le Dodé-kathéon », Exploration archéologique de Délos, fasc. 22, Paris, 1955 ; avec H. Seyrig et R. Amy, Le Temple de Bêl à Palmyre, deux vol., Biliothèque archéologique et historique, Institut français d’archéologie de Beyrouth, 1975.

39VOIR :
J.-M. Dentzer, Syria 74, 1997, p. 1-2 ; G. Le Rider, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1999.

Winckelmann, Johann-Joachim (1717-1768)

40Historien de l’art et archéologue allemand. Né à Stendal en Prusse. Fils d’un savetier, il connaît, tout comme son contemporain C. G. Heyne, une enfance et une jeunesse très difficiles : un vieux maître d’école aveugle lui enseigne les langues anciennes, puis il entre, à 18 ans, dans un Gymnasium de Berlin et plus tard à l’Université de Halle, où il apprend la théologie, l’hébreu, le grec, l’histoire et le droit. Après avoir occupé plusieurs places de précepteur, il obtient le poste de troisième bibliothécaire auprès de la famille von Bünau à Nöthenitz, près de Dresde (1748-1755). Il fait la connaissance du futur cardinal Archinto, alors nonce à la cour de Dresde. Il se convertit au catholicisme en 1754, avec l’intention de se rendre en Italie. Les artistes qu’il fréquente à la cour de Dresde jouent un rôle déterminant dans la formation de Winckelmann, qui, sous la direction d’Adam Oesen, écrit son premier ouvrage en 1755, Gedanken über die Nachahmung der griechischen Werke in der Malerei und Bildhauerkunst, qui lui vaut le versement d’une pension royale. Il se rend à Rome la même année et y est guidé par le peintre A. R. Mengs, les cardinaux Archinto et A. Albani, grâce auxquels il obtient la place de bibliothécaire à la chancellerie papale (1757). L’Italie, et Rome tout particulièrement, est « Land der Menschlichkeit », terre humaine par excellence, et il y connaît un bonheur de vivre qui lui était interdit en Allemagne. En 1764, il sera nommé antiquaire de la chambre apostolique et président des Antiquités de Rome : il surveille les découvertes faites à Rome et dans ses environs, pour éviter leur exportation illicite, et, à ce titre, est parfaitement au courant des progrès de l’archéologie en Italie et en Grèce, d’où arrivent à Rome des œuvres antiques qui doivent être restaurées ou expédiées dans les autres pays européens. Il visite les fouilles commencées à Herculanum et Pompéi et se rend à Paestum ; son étude des œuvres est le fruit du contact direct et permanent qu’il a avec elles à Rome, démarche qui lui était impossible auparavant quand il résidait à Dresde. Sa Geschichte der Kunst des Alterthums, parue en 1764, s’est élaborée pas à pas au cours de son séjour en Italie : sa connaissance des monuments s’élargit grâce aux découvertes, dont il s’informe très exactement. Ses Monumenti antichi inediti (1767) sont des œuvres que lui-même découvre aux savants et aux amateurs en Europe. L’étude de la collection de gemmes de Philipp von Stosch à Florence lui fait prendre conscience des problèmes stylistiques et le convainc de la nécessité d’une observation et d’une analyse minutieuse des objets (Description des pierres gravées du feu baron de Stosch, 1760). De sa visite à Paestum, où la découverte des temples soulève en lui une très vive émotion et un extraordinaire enthousiasme, il tire ses Anmerkungen über die Baukunst der alter Tempel zu Girgenti in Sizilien (1759) et ses Anmerkungen über die Baukunst der Alten (1761). Avec le comte de Caylus, il concourt à diffuser auprès d’un large public les résultats des fouilles à Herculanum et Pompéi (Nachrichten von den neuesten herculanischen Entdeckungen, 1764). À Naples, il est reçu par Lord Hamilton, ambassadeur de Grande-Bretagne auprès de la cour de Naples, chez qui il rencontre le chevalier d’Hancarville et son compatriote Riedesel ; en 1867, Lord Hamilton confie à Winckelmann la partie de description des scènes historiques et mythologiques des vases de sa collection, mais ce travail ne reçut qu’un début de réalisation, publié dans les Monumenti inediti et la dernière édition posthume de la Geschichte der Kunst : en effet, lors d’un voyage de retour de Vienne en Italie, en 1768, il est assassiné par un compagnon de voyage. J. J. Winckelmann est le fondateur de l’histoire de l’art et d’une méthode d’analyse et d’interprétation des monuments qui repose sur le principe que l’art d’une nation doit s’envisager dans le contexte géographique, social et politique ; l’art a une histoire et suit un cycle qui le conduit de sa naissance à son apogée et à sa décadence. Il définit des styles distincts et des périodes, annonçant ainsi la constitution des typologies d’objets dans la seconde moitié du xixe siècle. Bien qu’il ne se soit finalement pas rendu aux nombreuses invitations à se rendre en Grèce et n’en ait jamais foulé le sol, son œuvre jette les fondements du philhellénisme en Allemagne, où il jouit d’une très grande popularité et exerce une influence décisive sur des écrivains aussi importants que Lessing, Schiller ou Goethe ; sa gloire dépasse rapidement les frontières de son pays d’origine et devient vite internationale.

Bibliographie sélective :

41Œuvres complètes, J. Eiselein éd., douze vol., 1825-1829, rééd. 1965 ; Gedanken über die Nachahmung der griechischen Werke in der Malerei und Bildhauerkunst, Dresde, 1756 (trad. fr. H. Jansen, « Réflexions sur l’imitation des artistes grecs », dans Recueil de différentes pièces sur l’Art, Paris, 1786) ; Anmerkungen über die Baukunst der alter Tempel zu Girgenti in Sizilien, 1759 Description des pierres gravées du feu baron de Stosch, 1760 ; Anmerkungen über die Baukunst der Alten, Leipzig, 1761 ; Abhandlung von der Fähigkeit der Empfindung des Schönen in der Kunst, Dresde, 1763 (trad. fr. H. Jansen, Recueil de différentes pièces sur l’Art, Paris, 1786) Geschichte der Kunst des Alterthums, Dresde, 1764 (trad. fr. Huber, 1781 et H. Jansen, 1794) ; Nachrichten von den neuesten herculanischen Entdeckungen, Dresde, 1764 ; Monumenti antichi inediti, Rome, 1767.

42VOIR :
J. W. von Goethe,
Winckelmann und sein Jahrhundert, 1805, réimp. dans J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, Vienne, 1934 ; C. Justi, Winckelmann. Sein Leben, seine Werke und seine Zeitgenossen, 1866-1872 ; C. B. Stark, Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880 (rééd., Munich, 1969), p. 13, 193 etsq., 328 ; B. Vallentin, Winckelmann, Berlin, 1931 ; H. Rüdiger, Winckelmann und Italien, Krefeld, 1956 ; H. Koch, Johann Joachim Winkelmann, Berlin, 1957 ; W. Rehm, Winckelmanns Lebensform und Selbstbildnis in seinen Briefen, Berlin, 1958; Stoll, Winckelmann, seine Verleger und seine Drucker, Berlin, 1960 ; A. Schulz, Winckelmann und seine Welt, Berlin, 1962 ; W. Leppmann, Winckelmann. Eine Biographie, 1971 ; W. Leppmann, Winckelmann, Ein Leben für Apollo, Bern-Munich, 1982 ; catalogue Münster-Hannovre-Berlin 1984, Der Archäologe. Graphische Bildnisse aus dem Porträtarchiv Diepenbroick, Münster, 1983, p. 219-223 ; P. et H. Zazoff, Gemmensammlerund Gemmenforscher, Munich, p. Constantine,Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984 ; A. H. Borbein, « Winckelmann und die Klassische Archäologie », dans T. W. Gaehtgens éd., Johann Joachim Winckelmann 17171768, Hambourg, 1986, p. 289 et sq. ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 5-7 ; « Greek Vase-Painting : Two Hundred Years of Connoisseurship », Papers on the Amasis Painter and his World, The J. Paul Getty Museum, Malibu (Calif.), 1987, p. 185-186 ; É. Pommier dir., Winckelmann : la naissance de l’histoire de l’art à l’époque des Lumières, Louvre, conférences et colloques, Paris, La Documentation française, 1991 ; Ch. M. Ternes, « Réflexions sur “l’utilité” de l’archéologie et de l’histoire de l’art d’après les Gedanken über die Nachahmung griechischen Werke de Les et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993 ; A. Schnapp, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993 ; A. Potts, Flesh and the Ideal : Winckelmann and the Origins of Art History, New Haven Conn. 1994 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; H. Sichtermann, Kulturgeschichte der klassischen Archäologie, Munich, 1996; Winckelmann-Museum Stendal. Austellung zur Biographie Johann Joachim Winckelmanns, Mayence, Verlag Philipp von Zabeon, 1996 ; F. de Polignac et J. Raspi Serra dir., La Fascination de l’Antique, 1700-1770. Rome découverte, Rome inventée, Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, Paris, Somogy-Éditions d’art, 1998.

Winckler, Hugo (1863-1913)

43Assyriologue allemand. En 1903-1904, il mène des fouilles à Sidon en collaboration avec T. Macridy-Bey qui représente le gouvernement ottoman. En 1906, il est chargé de conduire les premiers travaux sur le site de Bogazköy en Anatolie, et choisit L. Curtius pour l’assister par et T. Bey est co-directeur du chantier pour les Musées de Constantinople. À Bogazköy, H. Winckler entend trouver les archives dont sont extraits les nombreux fragments de tablettes que l’on retrouve sur le site, et, en effet, il découvre une tablette rédigée en akkadien et en écriture cunéiforme assyro-babylonienne, émanant de Ramsès-le-Grand qui soumet au roi hittite Hattusil le contenu de leur traité. Winckler est dès lors convaincu que Bogazköy est la capitale du royaume hittite. La seconde campagne est conduite en 1907 avec le soutien du Deutsches Archäologisches Institut, dont le secrétaire général, O. Puchstein, souligne la nécessité d’étudier l’architecture de la citadelle hittite. H. Winckler recueille plus de 10000 fragments de tablettes, révélant des archives aussi riches et aussi importantes que celles de Ninive et de Tell el-Amarna qui permettent d’identifier le site avec Hattousa, capitale de l’Empire hittite. Cependant, H. Winckler, avant tout soucieux de recueillir le plus grand nombre de tablettes, ne porte aucune attention aux travaux de dégagement qui ne répondent à aucun des principes élémentaires de la fouille scientifique. Dès le rapport préliminaire de ses travaux, H. Winckler établit la première liste des rois hittites. Il poursuit les travaux en 19111912 ; les fouilles seront reprises par K. Bittel de 1931 à 1939, puis en 1952. Les travaux et les découvertes de Bogazköy donnent à l’hittitologie une impulsion décisive : c’est après avoir visité Bogazköy en 1907 que J. Garstang publie The Land of the Hittites…(1910), qui longtemps restera l’ouvrage de référence, jusqu’à ce que B. Hrözny ait trouvé la clef de la langue hittite et permis une étude plus précise de cette civilisation.

Bibliographie sélective :

44Voir O. Schroeder, bibliographie dans Mitteilungen der Vorderasiatisch-Ägyptischen Gesellschaft, vol. 20, I ; Der Tontafelfund von Tell el-Amarna, Berlin, 1890 ; « Vorläufige Nachrichten über die Ausgrabungen in Boghazköi im Sommer 1907. Die Tontafelfunde », Mitteilungen der Deutschen Orientgesellschaft 35, 1907, p. 1-59 ; avec O. Puchstein, « Excavations at Boghaz-Keui in the summer of 1907 », Smithsonian Report for 1908.

45VOIR :
A. Jeremias et O. Weber, « Two addresses in memory of Hugo Winckler.
Delivered on July 2, 1913 », Mitteilungen der Vorderasiatisch-Ägyptischen Gesellschaft, vol. 20, I ; C. W. Ceram, Enge Schlucht und Schwarzer Berg. Entdeckung der Hethiter Reiches, 1957.

Witte, Jean Joseph Antoine Marie, baron de (1808-1889)

46Archéologue belge, l’un des plus grands représentants de l’archéologie gréco-romaine en Belgique, membre fondateur de l’Institut de correspondance archéologique de Rome. Né à Anvers, il s’installe à Paris en 1821, et se forme en philologie, en histoire et en géographie. En 1829, il rencontre C. Lenormant chez le chevalier E. Durand, célèbre collectionneur, que Lenormant avait accompagné en 1824 dans un voyage en Italie et en Sicile ; J. de Witte établira le catalogue de sa collection, vendue en 1836. À partir de cette rencontre, J. de Witte fait de C. Lenormant son maître en archéologie. Il fait aussi la connaissance de T. Panofka qui exerce sur lui une grande influence : celui-ci avait, en 1825, lors d’une visite aux ruines de Métaponte, été présenté au duc de Luynes, qui l’avait introduit auprès du duc de Blacas, ambassadeur à Naples et propriétaire d’une magnifique collection d’antiquités. T. Panofka, devenu l’antiquaire attitré du duc de Blacas, établit le catalogue de sa collection, l’accompagne à Naples où il dirige ses fouilles à Nola et l’aide à enrichir sa collection. J. de Witte et T. Panofka ont l’occasion de travailler ensemble au sein de l’Institut de correspondance archéologique qu’ils contribuent tous deux à créer à Rome et, de 1830 à 1834, ils assurent la publication des organes de l’Institut à Paris où le duc de Luynes en assure les frais. J. de Witte entretient aussi d’étroites relations avec E. Gerhard, Premier secrétaire de l’Institut, le guide, lors de ses séjours à Paris en 1834 et 1835, dans les musées et les collections ; J. de Witte est en retour reçu par T. Panofka et E. Gerhard à Berlin en 1836 et 1838. Il accomplit avec C. Lenormant de nombreux voyages en Europe, en particulier en Italie et en Angleterre. En 1841, il participe, avec J.-J. Ampère et P. Mérimée, à la mission en Grèce dont F. Guizot a chargé C. Lenormant : après un long séjour à Rome, où ils s’intéressent aux salles du Musée étrusque-grégorien pour y étudier les vases peints, ils gagnent Naples, puis Malte et Athènes d’où ils se rendent dans les îles et en Asie Mineure. La collaboration avec C. Lenormant aboutit à la publication des quatre volumes de l’Élite des monuments céramographiques, dont le dernier est tout entier de J. de Witte. Cet ouvrage, très inspiré des principes magistralement établis par E. Gerhard dans son Rapporto volcente, marque une date importante pour les débuts de la céramographie grecque en France. Reconnu comme un maître dans ce domaine, en 1862 J. de Witte participe à l’arrangement de la collection Campana et appartient à la commission présidée par le comte de Nieuwerkerke pour la répartition des objets entre le Louvre et les musées de province. Avec A. de Longpérier, il entreprend la publication en 1855 du Bulletin archéologique de l’Athéneum français qui, faute d’éditeur, ne paraît que pendant deux années, mais l’année suivante, tous deux reprennent la publication de la Revue numismatique, dont J. de Witte est un actif collaborateur et pour laquelle il aborde une histoire monétaire des empereurs du iiie siècle en Gaule, dont il fera paraître l’album des planches en 1868. Après la mort du duc Casimir de Blacas, fils de l’ambassadeur à Naples, qui laissait une édition française inachevée de l’Histoire de la monnaie romaine de Th. Mommsen, J. de Witte assure la révision de la traduction et la publication des trois derniers volumes (Paris, 1865 à 1875). Élu membre titulaire de la classe des lettres de l’Académie royale de Belgique en 1851, il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1843, et membre associé étranger en 1864. Il rend hommage aux grands archéologues qu’il a connus – T. Panofka, E. Gerhard, A. de Longpérier, C. et F. Lenormant – par des notices publiées dans l’Annuaire de l’Académie de Belgique et contribue ainsi à l’histoire de l’archéologie de son époque. J. de Witte exerce une immense influence sur l’étude de l’Antiquité figurée, en particulier pour la céramographie grecque, et, par son rôle au sein de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, est l’un des garants des relations scientifiques internationales.

Bibliographie sélective :

47Notice bibliographique de J. J. A., baron de Witte, Bruxelles, 1874 ; Vente du cabinet de feu M. le Chevalier E. Durand, 1835 ; Description des antiquités et objets d’art du cabinet d’E. Durand, 1836 ; Description d’une collection de vases peints et de bronzes antiques, provenant des fouilles de l’Étrurie (Musée du prince de Canino), Paris, 1837 ; avec C. Lenormant, Élite des monuments céramographiques : matériaux pour l’intelligence des religions et des mœurs de l’Antiquité, quatre vol., Paris, 1837-1861 ; Description des vases peints et des bronzes antiques de la collection de M. de M., 1838 ; Description de la collection d’antiquités de M. Beugnot, 1840 ; Choix de terres cuites antiques du cabinet de M. de Janzé, 1857 ; Catalogue du Musée Campana ou Napoléon-III ; Notice des vases peints du Musée Napoléon-III, Paris, 1862 ; éd. de la trad. fr. par C. de Blacas, de Th. Mommsen, Histoire de la monnaie romaine, Paris, Bibliographie publications M. Longpérier, Paris, 1884.

48VOIR :
Chevalier Edmond Marchal, Le Baron J. J. A. M. de Witte (1808-1889), Bruxelles, 1907 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Wood, Robert (vers 1717-1771)

49Savant, voyageur et homme politique britannique. On sait peu de choses de lui avant qu’il n’entreprenne ses célèbres voyages en Orient, sinon qu’il dut se former à Oxford où il acquit une parfaite culture classique ; il occupa probablement un premier emploi de précepteur ambulant. Il se rend en Grèce et dans l’archipel pour la première fois en 1742-1743. Le voyage qui le rend célèbre est entrepris en 1749: à Rome, J. Bouverie et J. Dawkins, tous deux diplômés d’Oxford, l’invitent à participer à une expédition en Orient. Ils se documentent sur la géographie des régions qu’ils vont visiter et s’embarquent à Naples avec une véritable bibliothèque savante ; les frais sont assurés par Dawkins qui se fait le mécène de la mission. Ils restent en Troade en juillet et août 1750 ; après avoir parcouru l’archipel, l’Hellespont et l’Asie Mineure, ils gagnent Palmyre puis Baalbek. Ils sont de retour à Athènes en mai 1751 et y rencontrent J. Stuart et N. Revett, occupés au relevé des monuments antiques : Dawkins s’offre alors pour contribuer à financer leurs travaux qu’ils auraient été contraints d’interrompre faute de ressources suffisantes. De retour à Londres en juin 1751, Wood continue à voyager et se rend en France et en Italie. En 1756, il est nommé sous-secrétaire du Premier ministre Pitt et occupera des charges importantes jusqu’à la fin de sa vie. Il est admis au sein de la Société des Dilettanti en 1763 et il est le premier à y organiser des travaux archéologiques c’est probablement lui qui inspira l’expédition de R. Chandler en Grèce en 1764, pour laquelle il rédige des instructions très précises publiées dans la préface des Travels in Asia Minor. La collaboration et les échanges entre Wood et Chandler, et plus généralement entre les membres de la Société des Dilettanti, étaient constants et assuraient le dynamisme de la recherche. Dès 1755, Wood conçoit son important Essay on the Original Genius of Homer qui le place parmi les premiers savants à se pencher sur l’œuvre homérique. Son texte, traduit en allemand, exerça une profonde influence sur le mouvement du « Sturm und Drang». Cette œuvre de critique littéraire offre l’originalité de s’appuyer sur des arguments fondés sur la connaissance des lieux reconnus comme ceux des épopées homériques : R. Wood accomplit ses voyages dans la perspective d’étudier le texte d’Homère et de le mieux comprendre.

Bibliographie sélective :

50The Ruins of Palmyra, Londres, 1753 ; The Ruins of Balbec, Londres, 1757 ; An Essay on the Original Genius of Homer and Writings of Homer with a comparative View of the Ancient and Present State of the Troade, Londres, 1775.

51VOIR :
S. Colvin et L. Cust,
History of the Society of Dilettanti, Londres, 1914 ; H. Hecht, T. Percy, R. Wood und J. D. Michaelis. Ein Beitrag zur Literaturgeschichte der Geniezeit, Stuttgart, 1933 ; F. M. Tsigakou, The Rediscovery of Greece, Londres, 1981 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984.

Woolley, Charles, sir Leonard (1880-1960)

52Égyptologue et orientaliste britannique, auteur de l’une des plus grandes découvertes archéologiques du xxe siècle, celle de la nécropole d’Ur. Après des études de théologie au New College d’Oxford, il devient conservateur adjoint, sous l’autorité d’A. Evans, à l’Ashmolean Museum où il exerce ses fonctions de 1905 à 1907, date à laquelle il gagne l’Égypte où il entreprend des fouilles en Nubie jusqu’en 1912, au sein de l’Oxford University Expedition. En 1914, il se rend au Sinai pour y accomplir une mission du Palestine Exploration Fund, puis participe aux travaux de Karkemish, sous la direction d’Hogarth, avec T. E. Lawrence et R. Campbell-Thompson. Ces missions sont bien sûr archéologiques mais répondent aussi aux exigences de l’espionnage en cette période où la Grande-Bretagne et l’Allemagne s’affrontent au Proche-Orient ; d’ailleurs, capitaine de l’Intelligence Service en Égypte pendant la Première Guerre mondiale, L. Woolley est fait prisonnier en Turquie de 1916 à 1918. Il est de retour en Égypte en 1921, fouille à Tell el-Amarna pour l’Egypt Exploration Society et y applique des méthodes scientifiques remarquables, empruntées à la pré- et protohistoire. L’année suivante, assisté de M. Mallowan, il assure la direction de la Joint Expedition du British Museum et de l’University Museum de Pennsylvanie, sur les sites d’El Obeïd et d’Ur, dans le Sud mésopotamien : à El Obeïd, il reconnaît ce que l’on considère alors comme la première période de la Protohistoire, faisant remonter au IVe millénaire les origines de la civilisation en Mésopotamie. Parallèlement, il commence l’exploration du site d’Ur, où il retrouve les vestiges d’une cité portuaire et dégage méthodiquement la zone sacrée dont la ziggourat est l’une des mieux conservées de Mésopotamie. Au cours de la cinquième campagne, en 1926-1927, il met au jour la nécropole royale, qu’il dégage dans ses différentes phases, des origines aux époques d’El Obeïd et d’Uruk, jusqu’à la période grecque ; jusqu’en 1934, il mène à bien un travail méthodique et minutieux qui témoigne des préoccupations de la nouvelle génération d’archéologues orientalistes à laquelle il appartient. La découverte de la nécropole d’Ur connaît un retentissement aussi grand que celle de Troie par H. Schliemann, ou de la tombe de Toutankhamon par H. Carter. En 1936, alors qu’il a repris les travaux à Karkemish, il explore le tell d’Atchana qui se révèle comme un point de contact entre Égyptiens, Égéens, Hittites, Hourrites et Akkadiens. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est lieutenant-colonel, conseiller pour l’archéologie auprès de la Direction des affaires civiles et obtient du général Eisenhower l’interdiction de bombarder les bâtiments abritant des œuvres d’art. En Égypte et au Proche-Orient, C. L. Woolley poursuit l’œuvre de Flinders Petrie et est l’un des grands promoteurs de l’archéologie scientifique.

Bibliographie sélective :

53« Hittite burial Customs », Annals of Archaeology and Anthropology VI, 1914 ; avec T. E. Lawrence, Wilderness of Sin ; Ur of the Chaldea, Londres, 1929 ; Ur Excavations, Londres et Philadelphie, 1934 ; The Development of Sumerian Art, Londres, 1935 ; « Excavations at Atchana-Alalakh », Antiquaries Journal XIX, 1939 et XXVIII, 1948.

54VOIR :
Son autobiographie posthume: As I Seem to Remember, 1962 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, vol. I, Les Étapes, Paris, 1946 ; id., Syria 37, 1960, p. 384-386, portrait ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, 1980 ; H. V. F. Winstone, Woolley of Ur. The Life of Sir L. Woolley, Londres, 1990.

Worsaae, Jens Jacob Asmussen (1821-1885)

55Préhistorien danois, qui poursuit les travaux des pionniers de l’archéologie scandinave, Nyerup, Nilsson et Thomsen. Il manifeste un goût précoce pour l’archéologie, réunit une collection intéressante et se livre à des fouilles, en particulier celle d’une tombe mégalithique à Gronhoj. À partir de 1838, il fait ses études de théologie et de droit à Copenhague et se met en contact avec les archéologues du Musée national et en particulier avec J. pendant travaille au musée, mais la mort de son père le contraint à réclamer un salaire qu’on lui refuse, et il doit quitter le musée. Le roi Christian VIII, lui-même très curieux d’archéologie, le prend sous sa protection, et c’est pour répondre à ses encouragements que Worsaae rédige son Histoire du Danemark ancien qui marque une date importante, car, tout en suivant le système des Trois Âges de Thomsen, il propose une chronologie plus élaborée et aborde les questions de techniques de fouille et de conservation. Il souligne les liens qui unissent les Danois modernes et leurs ancêtres préhistoriques et convainc un très large public de la nécessité pour la nation danoise de connaître ce qui fait le fondement de son histoire : son livre est un brillant plaidoyer pour la préhistoire et les traductions en anglais et en allemand permettent une large diffusion en Europe de ces idées très nouvelles. Avec le Guide de Thomsen aux antiquités danoises du Musée de Copenhague, l’ouvrage de Worsaae constitue la contribution la plus importante de la première moitié du xixe siècle à l’archéologie ; en effet, Thomsen et Worsaae énoncent les principes fondateurs de l’archéologie préhistorique, aussi bien pour le déroulement des travaux d’exploration sur le terrain que pour l’étude des objets ; ils inventent la méthode typologique de classement des antiquités qui permet d’établir une chronologie relative et à laquelle O. Montelius et H. Hildebrand donneront de brillants développements. Worsaae pousse plus loin les acquis de Thomsen en suggérant la possibilité de dater les objets préhistoriques de l’Europe du Nord par référence aux cultures historiques méditerranéennes où les mêmes objets apparaissent: il annonce ainsi la fameuse méthode du « cross dating», mise au point par Flinders Petrie. Grâce à la protection royale, Worsaae a la possibilité de beaucoup voyager dans toute l’Europe et de se rendre en Grande-Bretagne et en Irlande en 18461847, pour y étudier les vestiges vikings. Il est, avec son aîné Thomsen, membre de la Commission des antiquités, mais, lorsque le Musée national et la Commission passent sous l’autorité du ministère de la Culture, la Commission est dissoute et Worsaae est nommé inspecteur pour la conservation des monuments antiques. Il entreprend alors des recherches sur les amoncellements de coquillages depuis longtemps relevés en retrait de certaines côtes de Zealand. Il travaille en collaboration avec le géologue Forchhammer et le zoologue Steenstrup et il procède à l’exploration rigoureuse d’un de ces tas de coquillages à Mejlgaard, dans l’est du Jütland : ses observations lui permettent de constater la présence, parmi les coquillages, d’outils de silex, de charbon de bois et de restes d’animaux il en conclut que ces amoncellements correspondent à des lieux où se rassemblaient des populations préhistoriques pour consommer les coquillages et les désigne sous le terme de « Kjokkenmoddinger » qui sera adopté dans les autres langues européennes. En 1855, est créée pour lui à Copenhague la première chaire de préhistoire dans une université scandinave. En 1866, il renonce à l’enseignement pour assumer à la suite de C. J. Thomsen la direction du Musée royal des antiquités nordiques, tout en restant directeur des monuments anciens, ce qui allait permettre une plus grande cohésion entre les deux institutions. En 1869, il est la figure centrale du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, réuni à Copenhague. En 1873, il obtient de l’État danois d’importants crédits pour organiser une tournée d’inspection systématique des monuments préhistoriques et prendre des mesures de protection il s’agit de la première initiative de cette nature au monde. Comme ses compatriotes Nilsson et Thomsen, ou comme le suédois B. E. Hildebrand, Worsaae crée la Préhistoire en reculant les frontières de l’histoire par des moyens archéologiques et en lui fixant le cadre chronologique des Trois Âges. Les géologues, quant à eux, poseront la question fondatrice de l’existence de l’homme fossile et de son antiquité, et permettront ainsi la définition complète de la « science préhistorique ».

Bibliographie sélective :

56Danmarks Oldtid oplyst ved Oldsager og Gravhoöie, Copenhague, 1843 (trad. anglaise, Primeval Antiquities of Denmark, Londres, 1849) ; Nordiske Oldsager i det Kongelige Museum i Kjobenhavn, Copenhague, 1859 ; Nordens Forhistorie, 1878.

57VOIR :
Ses mémoires : En Oldgranskers Erindringer (Les Souvenirs d’un antiquaire), Copenhague, 1934 ; L’Homme, II, 1885 ; Matériaux pour servir à l’histoire positive et philosophique de l’homme, XIX, 1885 ; G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, 1975 ; Dictionary of Scientific Biography, 1976, p. 39-44 ; K. Kristiansen, « A social history of Danish archaeology (1805-1975) », in G. Daniel (éd.), Towards a History of Archaeology, Londres, 1981 ; B. Gräslund, The Birth of Prehistoric Chronology, Cambridge, 1987 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994 ; K. Lundbeck-Culot, « L’influence du Danemark dans la création du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye Aspects l’archélogie française au xixe siècle, La Diana, Montbrison, 2000, p. 41-54.

Wuilleumier, Pierre (1904-1979)

58Archéologue et épigraphiste français. Né à Paris, il est petit-neveu d’E. Pottier par sa mère. Élève de l’École normale supérieure, il est premier à l’agrégation de lettres, et devient membre de l’École française de Rome où, de 1926 à 1929, il révèle sa nature d’homme de terrain : il réalise des missions au Maroc, en Algérie, en Grèce et en Italie du Sud. Ses intérêts le portent surtout vers la céramographie et l’épigraphie. Son sujet de thèse lui est suggéré par J. Carcopino et porte sur « Tarente avant la conquête romaine De France, enseigne de des de Lyon. Il consacre alors ses recherches à l’archéologie et à l’épigraphie de la Gaule romaine : à Fourvière, il met au jour un grand théâtre et un odéon. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé comme officier d’état-major à la frontière des Alpes. À Lyon, il s’engage dans la résistance. La paix revenue, il s’implique dans de nombreuses associations (Association internationale des épigraphistes, Association Guillaume-Budé…) et assure longtemps la rédaction de L’Année épigraphique. Élu à la Sorbonne, il organise en 1957 les IPES (Instituts de préparation à l’enseignement secondaire).

Bibliographie sélective :

59Tarente, des origines à la conquête romaine, Paris, 1939 ; éditions des Philippiques de Cicéron et des Annales de Tacite.

60VOIR :
J. Perret, Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1981, p. 68-71.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

V
 
X

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site