Version classiqueVersion mobile
U
W

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

V

Texte intégral

Vallet, Georges (1922-1994)

1Archéologue et historien français. Directeur de l’École française de Rome de 1970 à 1983. Fils d’enseignants, né à Pierreclos, près de Cluny en Bourgogne, il entre à l’École normale supérieure, obtient l’agrégation de grammaire et devient, en 1948, membre de l’École française de Rome. Attiré d’abord par la linguistique et l’étude des dialectes anciens de la côte adriatique, il rencontre F. Villard, qui a entrepris l’étude de la céramique grecque de Sicile et qui l’entraîne sur le chantier de Mégara Hyblaea au nord de Syracuse, où ils mettent en œuvre des techniques de fouille exigeantes, en associant archéologie et critique textuelle. Il fait de la colonisation grecque en Italie et en Sicile son domaine de recherche privilégié ; il consacre sa thèse à l’histoire et à la civilisation du détroit de Messine. Professeur à la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand, puis de Paris X-Nanterre, il dirige à partir de 1962 l’Institut français de Naples, où il entretient de riches relations d’amitié et de collaboration avec les collègues italiens et qu’il transforme en un véritable centre universitaire, auquel collaborent les plus grands noms des sciences humaines : F. Braudel, G. Duby, M. Foucault, J.-B. Duroselle… Il prend une part considérable aux congrès de Tarente au service desquels il met sa parfaite connaissance de la recherche archéologique dans le sud de l’Italie. En 1966, il crée le Centre Jean-Bérard, consacré à la recherche sur l’Italie méridionale : il tisse des liens très étroits entre la France et l’Italie depuis son poste de conseiller culturel auprès de l’Ambassade de France à Rome (Quirinal), puis comme directeur de l’École française de Rome (1970-1983), qu’il réorganise en lui donnant trois directeurs des études, pour l’Antiquité, le Moyen Âge et les périodes moderne et contemporaine. Il crée un régime de bourses et la résidence de la place Navone, fait aménager le troisième étage du palais Farnèse, étend la bibliothèque et donne un développement extraordinaire aux publications. Il élargit le domaine de recherche de l’École à la Yougoslavie et renoue avec la tradition en instaurant une collaboration avec les archéologues du Maghreb. Il met en place un vaste réseau de recherche commune avec les universités et les institutions italiennes et européennes : par exemple, il lance, avec G. Nenci, directeur de la section littéraire de la Scuola Normale de Pise, la « Bibliothèque topographique de la colonisation grecque en Italie et dans les îles tyrrhéniennes ». Directeur de recherches au CNRS et installé à Naples, il participe à la réorganisation du Musée Paolo-Orsi de Syracuse et, avec G. Vozza, à l’organisation du nouvel antiquarium de Mégara. Il assume, à partir de 1990, le secrétariat général de la Commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères et la vice-présidence du Centre universitaire européen pour les biens culturels à Ravello. Membre de l’Accademia dei Lncei et de la Pontificia Accademia Romana di Archeologia, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1989. Fondateur avec F. Villard de l’histoire des échanges en Méditerranée occidentale, G. Vallet a donné un formidable essor à l’archéologie française à l’étranger et a été l’un des grands artisans de la coopération franco-italienne.

Bibliographie sélective :

2Rhégion et Zancle. Histoire, commerce et civilisation des cités chalcidiennes du détroit deMessine, Paris, 1958 ; sur Mégara Hyblaea, avec F. Villard, La Céramique archaïque, 1964 ; avec F. Villard, Le Temple du ive siècle, 1966 Le Quartier de l’agora archaïque, 1976 ; avec F. Villard, Guide des fouilles, version fr. et ital., 1983.

3VOIR :
Hommage à Georges Vallet, Paris, 1990 ; J. Nobécourt, Un archeologo nel suo tempo, Georges Vallet, Syracuse, 1991 ; J. Leclant, Archéologia 301, mai 1994, p. 7 ; M. Gras, « Georges Vallet », Mélanges de l’École française de Rome 106, 1994, p. 7-14 ; P. Gros, Revue archéologique, 1994, p. 99-102 ; A. Fratta éd., Georges Vallet, Sorrente, I Quadernide « La Terra delle Sirene », 1995 ; J. Leclant, Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1996-I, p. 68-71.

Vandier, Jacques (1904-1973)

4Égyptologue français, conservateur en chef du Département des antiquités égyptiennes au musée du Louvre de 1946 à 1973. Né à Haubourdin, près de Lille, il commence sa scolarité à Lille, mais la Première Guerre mondiale entraîne sa famille à Nantes puis à La Rochelle ; de retour à Lille après l’armistice, ses parents fixent leur domicile à Paris, où J. Vandier entre en première supérieure au lycée Louis-le-Grand, sans pouvoir suivre la filière pour des raisons de santé. Il s’inscrit à l’École du Louvre et entre à l’Institut catholique de Paris, où il découvre l’égyptologie enseignée par l’abbé Drioton ; à l’École pratique des hautes études, il suit les cours de philologie égyptienne de G. Lefebvre à la ive section et rencontre sa future femme qui lui apportera un soutien constant et contribuera à ses travaux. Il soutient une thèse des hautes études sur La Famine dans l’Égypte ancienne, sujet jamais encore abordé, qu’il traite remarquablement, ce qui lui vaut son admission à l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, qui, dirigé alors par P. Jouguet, connaît la grande époque des fouilles de Médamoud, de Tôd, de Déir el-Médineh. J. Vandier aborde la carrière d’archéologue militant sur le site de la nécropole de Déir el-Médineh et publie, avec Jeanne Vandier d’Abbadie, La Tombe de Nefer-Abou, en 1935. Envoyé sur le chantier de Tôd, au sud de Louksor, où il est chargé de copier et de photographier les inscriptions du temple ptolémaïque du dieu Montou, il a le bonheur de participer, le 8 février 1936, à l’importante découverte des quatre coffrets de bronze contenant le trésor d’argent et de lapislazulis. Pendant son séjour égyptien, il visite les sites de la vallée du Nil, se rend en Nubie et dans l’oasis de Kharga. Il s’intéresse tout particulièrement aux textes de la xie dynastie et, avec le dessinateur P. Clère, entreprend d’établir le corpus des Textes de la Première Période intermédiaire et de la xie dynastie (1948) ; P. Lacau, directeur du Service des antiquités, lui confie la publication du tombeau d’Ankhtifi à Mo’alla, au sud de Louksor, dont il recueille encore des inscriptions biographiques et historiques de cette Première Période. En 1935, avant même la fin de son séjour à l’Institut, C. Boreux, conservateur du département des Antiquités égyptiennes au Louvre, l’invite à entrer dans son service comme chargé de mission ; en 1937, il deviendra conservateur adjoint, en remplacement d’É. Drioton, nommé directeur du Service des antiquités ; en entrant au Louvre, J. Vandier qui, jusque-là était philologue, devient archéologue et historien de l’art. Il prend le relais d’É. Drioton dans la publication de l’Histoire de l’Égypte ancienne pour la collection « Clio » des Presses universitaires de France, et fournit un outil de travail plusieurs fois réédité et tout à fait indispensable. À cette époque, il aborde le domaine religieux qui, avec la philologie, gardera sa préférence. Il sait saisir l’occasion de publier un document exceptionnel qu’on lui apporte au Louvre : il s’agit d’un long papyrus en bon état de conservation, couvert de hiéroglyphes de l’époque lagide avec de nombreuses vignettes. J. Vandier y découvre un recueil de mythes et de légendes qui expliquent les noms de lieux, des centres religieux, des coutumes et des croyances de l’une des provinces les moins bien connues de l’Égypte ancienne. J. Vandier fait immédiatement acquérir par les Monuments nationaux ce papyrus Jumilhac, qui est un spécimen unique de ce type de textes. Il entreprend sa publication, menant simultanément un travail de philologie et d’histoire de la religion. Outre ses responsabilités de conservateur, il enseigne à l’École du Louvre de 1940 à 1955, et assure la suppléance d’É. Drioton à l’Institut catholique, où, de 1936 à 1951, il enseigne la philologie égyptienne, formant de nombreux disciples. Devenu conservateur en chef en 1946, il réaménage les salles en modernisant leur présentation et procède à l’enrichissement des collections dans la tradition d’É. de Rougé et T. Devéria : fait entrer des documents propres à instruire le public et les spécialistes et accorde la priorité aux pièces qui comblent des lacunes ; par ailleurs, il recueille les collections égyptiennes, conservées au Cabinet des Médailles, au musée Rodin et au musée Guimet. Sa connaissance approfondie des collections égyptiennes partout dans le monde le conduit à rédiger le Manuel d’archéologie égyptienne, pour lequel il adopte un plan original : après deux volumes consacrés à la Préhistoire, à la Protohistoire et aux trois premières dynasties, dans la suite, il répartit le matériel archéologique par catégories (architecture, statuaire, bas-reliefs et peinture) ; le dernier des sept volumes est mis au point et publié par Jeanne Vandier d’Abbadie. Il laisse par ailleurs inachevé le Catalogue des statues égyptiennes du musée du Louvre, commencé par G. Lefebvre. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1965. J. Vandier, philologue de formation et d’affinité, répond encore à la définition de l’égyptologue complet, puisqu’au contact de l’Égypte et des collections du Louvre, il se fait archéologue et historien de l’art.

Bibliographie sélective :

5Tombes de Déir el-Médineh. La tombe de Nefer Abou, dessins de Jeanne Vandierd’Abbadie, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1935 ; La Famine dans l’Égypte ancienne, Le Caire, 1936 ; La Religion égyptienne, Paris, 1944 ; avec É. Drioton, Les Peuples de l’Orient méditerranéen, II. L’Égypte, collection « Clio », Presses universitaires de France, 1946 ; Textes de la Première Période intermédiaire et de la xie dynastie, 1er fasc., 1948 ; La Religion égyptienne, collection « Mana », Presses universitaires de France, 1944, rééd. 1949 ; Mo’alla. La tombe d’Ankhtifi et la tombe de Sébekhotep, Institut français d’archéologie orientale, Bibliothèque d’étude, Le Caire, 1950 ; avec P. Jouguet, E. Dhorme, A. Aymard, G. Contenau, F. Chapouthier, R. Grousset, Les Premières Civilisations, Peuples et civilisations, Histoire générale, Paris, 1950 ; Manuel d’archéologie égyptienne, sept vol. de texte et trois vol. de planches, Paris, Picard, 1952-1969 ; Le Papyrus Jumilhac, Paris, Éditions du CNRS, 1962 ; « Iousâas et (Hathor)-Nébet-Hétépet », Revue d’égyptologie, 1964-1966, 1967 ; Le Département des antiquités égyptiennes. Guidesommaire…, Paris, Éditions des Musées nationaux, 1970.

6VOIR :
A. P. (André Parrot), « Jacques Vandier (1904-1973) », Syria 51, 1974, p. 220-221 ; G. Posener, Notice sur la vie et les travaux de M. Jacques Vandier, lue dans la séance du24 janvier 1975, Institut de France, 1975.

Varille, Alexandre (1909-1951)

7Égyptologue français. Né à Lyon, il fait des études de droit et de lettres et obtient une licence d’économie politique et une licence ès lettres. Sa carrière prend un autre cours lorsqu’il rencontre V. Loret, dont il suit l’enseignement avec ferveur et enthousiasme de 1925 à 1929, manifestant un goût particulier pour la langue égyptienne. Il parfait sa formation d’égyptologue à Paris, en s’inscrivant à la section des sciences philologiques et religieuses de l’École des hautes études. Bénéficiaire d’une bourse de la Caisse nationale de la recherche scientifique, il gagne l’Égypte en 1931 et prend un premier contact avec les chantiers français. L’année suivante, il sera attaché à l’Institut français d’archéologie orientale et le restera jusqu’en 1943 ; en 1932-1933, il seconde F. Bisson de la Roque à Médamoud et lui succède à la direction du chantier, où il retourne souvent avec C. Robichon jusqu’en 1939 il accompagne R. Weill au Kôm de Zaouiet el-Maïetin en 1933-1934. En 1934-1935, C. Robichon et lui découvrent le temple funéraire d’Amenhotep, fils de Hapou. A. Varille conservera toujours un intérêt particulier pour la période d’Aménophis III. Il se fixe en Égypte grâce à des missions du CNRS, qui, renouvelées chaque année, l’attachent à l’IFAO. Sur la rive gauche à Thèbes, il poursuit l’exploration du site des temples funéraires royaux de la xviiie dynastie. En 1940, il s’embarque trop tard pour la France, doit rester en Égypte et ne peut prendre la chaire de l’École pratique des hautes études qui lui était offerte, à la suite de la destitution de R. Weill par application des lois raciales. De 1940 à 1944, il dirige à Karnak, le chantier ouvert au nord du temple d’Amon-Rê-Montou ; secondé par C. Robichon, il met en œuvre la même méthode qu’ils avaient déjà employée sur le temple funéraire d’Amenhotep, fils de Hapou, à Thèbes : ils portent une attention extrême à tous les vestiges découverts et à leur enregistrement. Renvoyé de l’Institut du Caire, il est attaché au Service des Antiquités d’Égypte en 1943 comme épigraphiste et explore la pyramide du roi Djedkarê-Isési à Saqqarah, puis révise l’attribution des pyramides de Snéfrou à Dachour. Nommé expert scientifique au Service des antiquités égyptiennes, il entreprend le dégagement et la reconnaissance de la zone orientale du grand temple d’Amon-Rê. Au moment de sa disparition, A. Varille préparait un ouvrage d’ensemble sur Aménophis III et son temps. Par ses travaux de terrain auxquels est associé C. Robichon, A. Varille transforme profondément l’archéologie pratiquée sur les sites égyptiens.

Bibliographie sélective :

8Voir la bibliographie donnée par L. A. Christophe, « Alexandre Varille (1909-1951) », Annales du Service des antiquités d’Égypte 53, 1956 ; « Une stèle du vizir Ptahmès, contemporain d’Aménophis III (n° 88 du musée de Lyon) », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale XXX, 1931, p. 497-507 ; avec C. Robichon, Le Temple du scribe royal Amenhotep fils de Hapou, t. I, Le Caire, Fouilles de l’IFAO, t. XI, 1936 ; avec C. Robichon, En Égypte, Paris, 1937 ; La Tombe de Ni-ankh-Pepi à Zâouyet el-Mayetin, Le Caire, Mémoires de l’IFAO, t. LXX, 1938 ; avec C. Robichon, Description sommaire du temple primitif de Médamoud, Le Caire, IFAO, 1940 ; Karnak, t. I, Fouilles de l’IFAO, t. XIX, Le Caire, 1943 ; Quelques caractéristiques du temple pharaonique, Le Caire, 1946 ; À propos des pyramides de Snéfrou, Le Caire, 1947 ; Karnak, t. II, Fouilles de l’IFAO, t. XX ; Le Sage Amenhotep fils de Hapou, maître d’œuvre d’Amenophis III, Bibliothèque d’étude de l’IFAO, t. XIV ; Thèbes sous Aménophis III, Bibliothèque d’étude de l’IFAO, t. XV.

9VOIR :
P. Montet, Revue archéologique, 1953, p. 194-196 ; M. Alliot, « La vie et l’œuvre d’Alexandre Varille (1909-1951) », Revue d’égyptologie, t. 9, 1952, p. I-VII, avec bibliographie ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Vercoutter éd., L’Institut français d’archéologie orientale, livre du centenaire, Le Caire, IFAO, 1980 ; catalogue de l’exposition Un siècle de fouilles françaises en Égypte. 1880-1990, École du Caire-Musée du Louvre, Paris, 1981.

Vaufrey, Raymond (1890-1967)

10Géologue, paléontologue et préhistorien français. Il mène une carrière exceptionnelle dans trois spécialités, la géologie, la paléontologie et la préhistoire. Blessé pendant la Grande Guerre, il est soigné au Val-de-Grâce par le docteur et préhistorien Louis Capitan, qui décide de sa vocation. Il suit à l’École du Louvre les cours d’H. Hubert, et, à l’Institut de paléontologie humaine de Paris, ceux de M. Boule, qui l’orientera vers l’étude la Préhistoire est J. Piveteau et du père Teilhard de Chardin. En 1922, il obtient une licence en sciences naturelles et, après avoir été boursier à Londres en 1927, il est attaché à l’Institut de paléontologie humaine l’année suivante et soutient sa thèse de doctorat. À partir de 1929, il est membre de la Commission des monuments historiques, section de préhistoire. En 1930, il est nommé professeur à l’Institut de paléontologie humaine et dans sa leçon, « La géologie et la préhistoire », il démontre que c’est à la géologie seule « qu’il appartient de fixer les bases de la chronologie paléolithique ». Entre 1923 et 1935, il accomplit de nombreuses missions en Italie, en Sicile, à Malte, en Tunisie, en Algérie, au Maroc et en Europe centrale, dans la perspective de l’étude comparative des industries préhistoriques d’Europe et d’Afrique. À la suite de G. de Mortillet, il est le premier Français à travailler sur la Préhistoire italienne. Entre 1934 et 1939, il envisage les questions des relations entre les industries capsiennes et l’art rupestre et anime la recherche sur le terrain, pour laquelle il bénéficie de la collaboration de nombreux chercheurs amateurs en Algérie et en Tunisie ; au cours de sa mission de 1935, il explore, dans le Sud oranais et le Constantinois, de nombreux sites où se manifeste l’art rupestre, et s’attache à en établir la chronologie en procédant au relevé systématique des industries lithiques. De 1933 à 1942, il est chercheur au CNRS et membre de la xve commission consultative du CNRS pour les fouilles métropolitaines, et directeur régional des Antiquités, pour la première circonscription préhistorique (1942). Il lutte longtemps pour la création d’un véritable Service des antiquités et pour la mise en place de structures universitaires : il s’efforcera, de sa place au sein de la commission consultative du CNRS, de remplacer par des cadres professionnels entraînés et coordonnés les « quelques tirailleurs dispersés », dont il déplorait l’inefficacité dès 1932. Directeur d’études à l’École pratique des hautes études et directeur du laboratoire de paléontologie du Quaternaire, à l’Institut de paléontologie humaine, il dirige la revue L’Anthropologie à partir de 1930. Il a occupé une place décisive dans la recherche française pour les études du Quaternaire ; parmi ses disciples, on compte F. Bordes et D. de Sonneville-Bordes. Son terrain de prédilection de fouilles et prospections a été l’Afrique du Nord, en particulier l’Algérie et la Tunisie, où il obtient la collaboration du docteur E. G. Gobert, dans les recherches sur les cultures ibéromaurusienne et capsienne, ou sur l’art rupestre nord-africain. Ses recherches marquent une étape déterminante dans la connaissance de la Préhistoire en Afrique du Nord, où il poursuit l’œuvre des pionniers et ouvre la voie à une nouvelle génération de préhistoriens, parmi lesquels L. Balout.

Bibliographie sélective :

11Le Paléolithique italien, Archives de l’Institut de paléontologie humaine, mémoire 3, Paris, 1928 ; Les Éléphants nains des îles méditerranéennes, Archives de l’Institut de paléontologiehumaine, mémoire 6, 1929, (thèse) ; avec E. G. Gobert, « Deux gisements extrêmes d’Ibéromaurusien », L’Anthropologie, t. XLII, 1932, p. 449-490 ; « Notes sur le Capsien », L’Anthropologie, t. XLIII, 1933, p. 457-483 ; « Les plissements acheuléo-moustériens des alluvions de Gafsa », L’Anthropologie, t. XLIII, p. 83-92 ; « L’Âge de l’art rupestre nord-africain », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 33, n° 11, 1936 ; « L’art rupestre nord-africain », Archives de l’Institut de paléontologie humaine, mémoire 20, 1939 ; « L’organisation des recherches et des études préhistoriques », Revue scientifique, oct. 1941 ; « L’Âge de l’art rupestre naturaliste du Levant espagnol », L’Anthropologie, t. LI, 1947 ; Préhistoire de l’Afrique, t. I, Le Maghreb, t. II, Au nord et à l’est de la Grande Forêt, Tunis, 1955-1969.

12VOIR :
I. Filip, Manuel encyclopédique de préhistoire et protohistoire européennes, Prague, 1966 ; Bulletin de la Société préhistorique française 64, 1967, 1-14 ; C. Roubet, Économie pastorale préagricole en Algérie orientale : le Néolithique de tradition capsienne. Exemple : l’Aurès – Études d’antiquités africaines, Paris, Éditions du CNRS, 1979, p. 18-56 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, Jérôme Millon, 1994 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Vaux, Roland Guérin de, R. P. (1903-1971)

13Dominicain, archéologue et exégète français. Directeur de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem de 1945 à 1965. Il fait ses études à la Sorbonne et suit les cours de théologie au séminaire de Saint-Sulpice ; il est ordonné prêtre en 1929. En 1933, il gagne l’École biblique et archéologique de Jérusalem, où il est l’élève du père L. H. Vincent pour l’archéologie palestinienne. Au contraire de son maître, le père de Vaux est un archéologue de terrain et, en 1937, il fouille, avec le père Savignac, à Ma’in en Transjordanie. En 1946, il entreprend sa première grande fouille à Tell el-Farah, où il poursuivra les travaux jusqu’en 1960 ; la même année (en 1946), intervient la découverte extraordinaire des « manuscrits de la mer Morte », trouvés par les Bédouins taamireh dans des grottes ouvertes sur le rivage occidental. En 1949, la Légion arabe localise la grotte d’où proviennent certains des rouleaux de manuscrits vendus sur le marché des antiquités ; Lankester Harding et le père de Vaux explorent la grotte et retrouvent de très nombreux fragments de rouleaux associés à de la céramique et à de petits objets, ce qui atteste l’authenticité des documents apparus en 1946. En 1951, le père de Vaux engage des fouilles à Khirbet Qumran, à un kilomètre et demi au sud de la grotte ; on dégage un vaste édifice contemporain des niveaux d’occupation des grottes qui recelaient les rouleaux. De 1938 à 1953, il dirige la Revue biblique, et, de 1945 à 1965, l’École de Jérusalem. Il prend une part importante à l’édition de la Bible de Jérusalem et, dans la Cambridge Ancient History, consacre deux importants articles à la « Palestine during the Neolithic and Chalcolithic periods » et à la « Palestine in the early Bronze Age ». En 1958 et 1960, il publie deux volumes sur les Institutions de l’Ancien Testament. Il concourt à acquérir les manuscrits de la mer Morte pour le Palestine Archaeological Museum ; il en assure la publication, à la tête d’une équipe internationale. À partir de 1960, il dirige, conjointement avec K. Kenyon, les recherches sur l’Ophel à Jérusalem. Parallèlement à son activité archéologique sur le terrain, le père de Vaux assure un enseignement multiple, d’histoire et d’archéologie biblique, d’exégèse de l’Ancien Testament, de langue assyrienne et babylonienne. À la tête de l’École de Jérusalem, il développe la collaboration avec l’école britannique. Il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1952.

Bibliographie sélective :

14« The Excavations at Tell el-Farah and the Site of ancient Tirzah », Palestine Exploration Quatterly, 1956 ; Les Institutions de l’Ancien Testament, deux vol. , 1958-1966 ; L’Archéologie et les manuscrits de la mer Morte, 1961 ; Histoire d’Israël ; Bible et Orient, 1967.

15VOIR :
A. P. (André Parrot), « Le R. P. de Vaux (1903-1971) », Syria 49, 1972, p. 279-278 ; Levant 4, 1972, p. V-X ; Bulletin of the American Schools of Oriental Research 207, 1972, p. 3-5 ; Commémoration du centenaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, Séance publique annuelle Académie des inscriptions et belles-lettres, 23 nov. 1990, Paris, Institut de France, 1990 ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991.

Vega del Sella, comte de la (1870-1941)

16Préhistorien espagnol. L’un des agents de l’essor de la préhistoire espagnole et de son institutionnalisation. Il offre l’hospitalité à H. Obermaier et à son élève P. Wernert et leur apporte une aide économique ; il les introduit par ailleurs auprès d’E. Hernandez Pacheco au Musée des sciences naturelles de Madrid. Le comte s’est formé à la géologie britannique et germanique, en lisant les œuvres de C. Lyell, d’É. Suess et d’A. Wegener, dont il retient la nécessité d’une observation attentive de la stratigraphie des gisements. Il mène l’exploration de grottes préhistoriques dans les Asturies, ainsi à Collubil en 1912 ou à la Cueva del Conde, ou encore à la grotte du Penicial. En étroite collaboration avec H. Obermaier, il s’attache à l’étude des glaciations pour déterminer les variations de climat en les mettant en relation avec les différents types et moments d’occupation humaine au Paléolithique. Il entretient également une étroite relation de collaboration avec le géologue E. Hernandez Pacheco, professeur à l’Université de Madrid, qu’il rencontre à l’occasion d’une prospection géologico-archéologique dans les Asturies. Hernandez Pacheco suggère la création de la Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas qui marque en 1912 un tournant des recherches préhistoriques en Espagne, stimulant les initiatives espagnoles et opposant une institution nationale à l’Institut de paléontologie humaine du prince de Monaco. Cette commission est dirigée par le marquis de Cerralbo et le comte de la Vega del Sella en fait partie. Celui-ci est en relation avec l’abbé Breuil et les préhistoriens français dont il connaît parfaitement les recherches. Par sa collaboration avec H. Obermaier, il contribue à la mise en place d’institutions officielles et il donne à la préhistoire espagnole une large ouverture internationale.

Bibliographie sélective :

17La Cueva del Penicial(Asturias), Madrid, Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas, Memoria 4, 1914 ; Notas para la Climatología Cuaternaria, Madrid, 1921 ; Teoría del glaciarismo cuaternario por desplazamientos polares, Madrid, Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas, Memoria 35, Serie Paleontológica, 7, 1927.

18VOIR :
E. Hernandez Pacheco, « El conde de la Vega del Sella (Homenaje póstumo) », Boletín de la Real Sociedad Española de Historia Natural, XL, 1942, p. 173-184 ; M. del C. Marquez Uría, « Las excavaciones del conde de la Vega del Sella en la cueva del Conde (Tuñón, Asturias) », Boletín del Instituto de Estudios Asturianos, 90-91, p. 431-446 ; M. del C. Marquez Uría, « El conde de la Vega del Sella (1870-1941) y la Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas », dans J. M. Sanchez Ron, éd., 1907-1987. La Junta para Ampliación de los Estudios e Investigaciones scientíficas 80 años después, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones scientíficas, 1988, vol. II, p. 485-500 M. del C. Marquez Uría, « Obermaier y el conde de la Vega del Sella. El paradigma scientífico », dans A. Moure Romanillo éd., « El Hombre Fosil » 80 años después, Santander, 1996.

Ventris, Michael George Francis (1922-1956)

19Architecte et philologue britannique. Co-déchiffreur du linéaire B avec J. Chadwick, il meurt dans un accident de voiture. Sa vocation de philologue est précoce puisque c’est dès l’âge de 13 ans qu’il s’intéresse à la question des écritures crétoises, à l’occasion de l’exposition organisée à Londres par la British School of Archaeology at Athens, pour son cinquantième anniversaire, et de la conférence donnée par sir A. Evans sur le monde minoen. Fasciné par l’archéologie crétoise, il se lance dans l’entreprise de déchiffrement des tablettes découvertes à Cnossos. À 18 ans, il publie un premier article sur ce sujet dans l’American Journal of Archaeology. Il poursuit par ailleurs des études d’architecture et devient un architecte de renom. Après quelques années passées dans la Royal Air Force, il reprend en 1949 ses recherches sur les écritures crétoises et, en 1950, publie un bilan des rercherches fondé sur les réponses à un questionnaire envoyé à plusieurs savants et sur ses travaux personnels. Après avoir longtemps cherché une voie en utilisant la langue étrusque, il franchit une étape décisive en 1952, lorsqu’il constate que les tablettes de Cnossos et de Pylos peuvent renfermer un dialecte grec. En juillet 1952, il peut annoncer, sur les ondes de la BBC, qu’il a reconnu, sur les tablettes de Cnossos et de Pylos, du grec très archaïque : il distingue le linéaire A, utilisé pour transcrire la langue minoenne, et le linéaire B utilisé à Pylos pour écrire le grec. Aussitôt, J. Chadwick propose sa collaboration et, en quelques mois, le déchiffrement du linéaire B est acquis et révélé en un article commun publié dès 1953, dans le Journal of Hellenic Studies. M. Ventris publie ensuite d’autres articles sur les problèmes posés par l’interprétation des textes mycéniens ; il connaît avec J. Chadwick le couronnement de ces recherches en 1956 par la parution des Documents in Mycenaean Greek et la tenue à Gif-sur-Yvette du premier colloque international d’études mycéniennes réuni autour d’eux par M. Lejeune. M. Ventris s’est aussi intéressé aux écritures chypriotes et a contribué en 1954-1955 aux recherches archéologiques de l’École britannique d’Athènes à Chios. En Grande-Bretagne, il a été reconnu comme savant, puisqu’il fut nommé Honorary Research Associate de l’University College de Londres et reçut l’ordre de l’Empire britannique. Dès 1954, l’Université d’Uppsala le faisait docteur honoris causa. Ses travaux constituent une étape décisive dans la connaissance de la Protohistoire hellénique révélée à la fin du siècle précédent et renforcent encore l’éclat de la recherche britannique si brillamment illustrée par sir Arthur Evans à Cnossos. En 1956, M. Ventris meurt dans un accident de voiture mais ses travaux sont publiés par son collaborateur J. Chadwick, philologue de Cambridge.

Bibliographie sélective:

20« Introducing the Minoan language », American Journal of Archaeology, 44, 1940, p. 494-520; The Languages of the Minoan and Mycenaean Civilizations. Mid-century Report, Londres, 1950; avec J. Chadwick, « Evidence for Greek Dialect in the Mycenaean Archives », Journal of Hellenic Studies, 73, 1953, p. 84-105; avec E. L. Bennett et J. Chadwick, The Knossos Tablets. A revised transliteration…, Londres, 1956; avec J. Chadwick, Documents in Mycenean Greek, Cambridge, 1956.

21Voir:

22O. Masson, Syria, XXXIV, 1957, p. 402-404; J. L. Fitton, The Discovery of the Greek bronze Age, Cambridge-Massachusetts, 1996, p. 172.

Vermiglioli, Giovan Battista (1769-1848)

23Épigraphiste et archéologue italien, le plus grand étruscologue de son époque, héritier de L. Lanzi. Il fait des études de juriste au séminaire d’Orvieto et, devenu professeur d’archéologie à l’Université de Pérouse à partir de 1810, il fait connaître les découvertes qui interviennent à Pérouse, ainsi le fameux cippe et son inscription, ou à Chiusi la tombe du Grand-Duc. Il fouille en 1840 l’hypogée étrusque des Volumnii, près de Pérouse, et la nécropole voisine. Il envisage avec F. Oriolli, un corpus des inscriptions italiques qui ne sera réalisé par A. Fabretti qu’après la création de l’État italien.

Bibliographie sélective :

24Iscrizioni perugini, etrusche, greche e romane, 1804-1805 ; Saggio di bronzi etruschi trovati nell’agro perugino, Pérouse, 1813 ; Sepulcro etrusco chiusino, Pérouse, 1819 ; Lezioni elementari di archeologia, Pérouse, 1822 ; Saggio di congetture sulla grande iscrizione etrusca…, Pérouse, 1824 ; I sepolcri dei Volumni, 1840.

25VOIR :
M. Pallottino, Etruscologia, Milan, 1984 ; G. Colonna, « L’aventure romantique », Les Étrusques et l’Europe, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1992, p. 322-337.

Vidal de la Blache, Paul (1845-1918)

26Géographe français. Fondateur de la géographie moderne, il exerce une très grande influence sur les historiens et les archéologues de son temps et les générations qui l’ont suivi. Né à Pézenas, il fait ses études secondaires à Rodez puis au lycée Charlemagne à Paris, et est reçu premier au concours d’entrée à l’École normale supérieure ; classé premier à l’agrégation d’histoire, il devient membre de l’École française d’Athènes de 1867 à 1870. Pendant son séjour athénien, il accomplit de nombreux voyages en Grèce, Italie, Turquie, Syrie, Palestine et en Égypte où il assiste à l’inauguration du canal de Suez. De retour en France, il est affecté au lycée d’Angers, et il enseigne aussi à l’École supérieure de lettres et sciences de la même ville. Historien de formation, il soutient une thèse sur Hérode Atticus et consacre sa thèse complémentaire à une étude d’épigraphie grecque : De Titulis funebribus graecis in Asia minore. Son accès en 1873 à la chaire d’histoire occupée par Fustel de Coulanges à l’Université de Strasbourg, qui est transférée à Nancy, marque le tournant décisif de sa carrière, puisqu’il décide alors de se consacrer exclusivement à la géographie : la prise de conscience qui suit la défaite de 1870 et l’appel de J. Simon au renouvellement de la géographie en France ont certainement joué un rôle dans cette conversion. En 1877, il quitte Nancy pour l’École normale supérieure, où il assure la maîtrise de conférence de géographie et où, jusqu’en 1898, il crée la nouvelle école française de géographie ; il exerce une forte influence sur plusieurs générations de normaliens, et, en particulier, sur C. Jullian, qui, dans son œuvre, associera géographie et histoire. Son Tableau de la géographie de la France inspirera L. Febvre et M. Bloch, fondateurs de la Revue des Annales d’histoire économique et sociale. Il pourra faire triompher ses conceptions à la Sorbonne en accédant à la chaire de géographie en 1898. En 1891, il fonde Les Annales de géographie où il fait paraître ses « Principes de géographie humaine » qui, de l’analyse des rapports entre les sociétés et leurs milieux, font naître le concept de civilisation ; le géographe combine la double approche du géologue et de l’historien et, en cela, rejoint les préoccupations des historiens de l’Antiquité qui s’intéressent à la Préhistoire, comme A. Bertrand ou C. Jullian. De 1908 – date de sa retraite de la chaire de la Sorbonne – à 1917, il dispense un cours de géographie générale à l’École libre des sciences politiques. En 1906, il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

Bibliographie sélective :

27Voir la bibliographie établie par P. Claval, éd. de Tableau de la géographie de la France, Paris, 1979 ; États et nations de l’Europe, 1889 Atlas géneral Vidal Lablache, 1894 ; « Le principe de la géographie générale », Annales de géographie, 1896 ; Tableau de la géographie de la France, 1er tome de l’Histoire de France, dirigée par E. Lavisse, Paris, 1903 et nombreuses rééd. ; La France de l’Est, Paris, 1917 ; Principes de géographie humaine, publiés en 1922 par P. de Martonne.

28VOIR :
L. Gallois, « Paul Vidal de La Blache », Annales de géographie, 1918 ; E. Bourgeois, « Paul Vidal de La Blache », Revue des sciences politiques, 33, 1918, p. 333-340 ; id., « Notice sur la vie et les travaux de M. P. Vidal de La Blache », Recueil de l’Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, 1920 ; R. E. Dickinson, The Makers of Geography, Londres, 1965, chap. XVII ; P. Claval et J.-P. Nardy, « Pour le cinquantième anniversaire de la mort de Paul Vidal de La Blache », Cahiers de géographie de Besançon 16, 1968 ; Ph. Pinchemel, « Paul Vidal de La Blache (1845-1918) », Bulletin de la section de géographie du Comité des Travaux historiques et scientifiques 81, 1975, p. 9-23 ; J.-Y. Guiomar, « Le Tableau de la géographie de la France de Vidal de La Blache », P. Nora dir., Les Lieux de mémoire, II. La Nation, vol. 1, p. 569-597 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Vilanova i Pierá, Juan (1821-1893)

29Géologue, naturaliste et préhistorien espagnol. Avec F. M. Tubino, il contribue à la reconnaissance de la préhistoire en Espagne. Il fait des études de médecine à Valence et se forme à la géologie et aux sciences naturelles à Madrid. Assistant au Musée d’histoire naturelle de Madrid, il occupe successivement la chaire d’histoire naturelle à l’Université d’Oviedo en 1850 et à celle de Madrid en 1852 ; il sera plus tard titulaire de la chaire de géologie et de paléontologie. Il participe au Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques tenu à Paris en 1867 et à ceux qui ont lieu à Norwich et Londres en 1868, puis à Copenhague en 1869, à Bologne et enfin à Bruxelles. Il est très lié à F. M. Tubino avec qui il mène l’exploration de sites préhistoriques et entreprend le voyage dans les pays scandinaves à l’occasion du congrès de 1869 ; ils avaient été précédés au Danemark par le marquis de la Ribera, chargé des affaires commerciales à l’ambassade d’Espagne à Copenhague, qui, pendant son séjour, entre 1840 et 1846, avait constitué une collection d’objets préhistoriques d’abord déposée au Musée d’histoire naturelle de Madrid, puis intégrée au Musée archéologique national créé en 1867. Vilanova et Tubino gagnent le Danemark en suivant un itinéraire établi en fonction de leur intérêt pour la Préhistoire et la géologie européennes. Ils vont au Danemark et en Suède, pleinement conscients qu’ils se rendent au berceau de la préhistoire européenne ; ils ont l’intention de recueillir des échantillons géologiques et des objets préhistoriques, qui enrichiront la collection du marquis de la Ribera. Pendant leur séjour, ils visitent et fouillent des kjokkenmoddings, des sites palaffitiques et des dolmens, dans la perspective d’établir des rapprochements avec les sites identiques de la péninsule Ibérique. Le récit que les deux savants font de leur voyage constitue un document exceptionnel par le témoignage qu’il apporte sur l’état des recherches préhistoriques en Espagne en 1869. De plus, cet ouvrage, récompensé à la fois par l’Académie royale de l’histoire et celle des sciences, marque la reconnaissance officielle de la préhistoire en Espagne. Vilanova défend l’authenticité des peintures rupestres d’Altamira, dès leur découverte par M. de Sautuola.

Bibliographie sélective :

30Avec F. M. Tubino, Viaje scientífico a Dinamarca y Suecia con motivo del Congreso Internacional Prehistórico celebrado en Copenhague en 1869, Madrid, 1871 ; Origen, naturaleza y antigüedad del hombre, Madrid, 1872 ; avec J. de D. de la Rada, « Geología y Protohistoria Ibéricas », dans A. Canovas del Castillo dir., Historia de España, t. I, p. 355-358 et 475-482.

31VOIR :
F. Vilanova Pizcueta et V. Macho, « Don Juan Vilanova y Pierá. Nota biográfica », Linneoen España.Homenaje a Linneo en su segundo centenario 1707-1907, Saragosse, 1907, p. 355-364 et 365-370 ; L. Siqueiros, « Impacto del Darwinismo en la Paleontología española : Juan de Vilanova y Pierá », Actas del II Congreso de la Sociedad Española de Historia de las ciencias, Saragosse, 1984, p. 523-558 ; M. Ayarzaguena, « Origenes de la arqueología prehistórica en España », Revista de Arqueología 105, janv. 1990, p. 16-24 ; J. Suarez Otero, « Prehistoria nórdica en el Museo Arqueológico nacional », De Gabinetea Museo. Tres siglos de historia, Madrid, 1993, p. 326-337.

Vincent, Louis-Hugues, R. P. (1872-1960)

32Dominicain et archéologue français. À l’École biblique de Saint-Étienne à Jérusalem, il est le dernier représentant de la première génération dominicaine formée par le père Lagrange. Entré chez les dominicains de la province de Lyon en 1889, il est envoyé à Jérusalem en 1891. Il ne quittera le couvent de Saint-Étienne que pour servir dans l’armée en 1914-1918 et assurer les tâches paroissiales à Paris en 1940-1944. Le père Lagrange discerne immédiatement chez L.-H. Vincent les qualités de l’archéologue : parfaitement formé à la philologie et à l’histoire, il a un don d’observation, de grandes qualités de dessinateur ; il rend compte de toutes les fouilles et découvertes dans la Revue biblique et est appelé sur les chantiers comme expert. Son enseignement répond exactement aux perspectives définies pour cette « école pratique d’études bibliques » : mettre au service de l’exégèse biblique les recherches archéologiques et épigraphiques. Il met au point une méthode rigoureuse qui consiste à interroger d’abord les textes littéraires bibliques et profanes, puis à les confronter aux faits archéologiques, pour aboutir enfin aux conclusions qui résultent de la combinaison des deux séries de documents. Par ses cours sur l’archéologie palestinienne, qu’il connaît parfaitement car il a pu fréquenter tous les chantiers ouverts alors en grand nombre par les grandes nations occidentales, il initie ses élèves aux méthodes de recherche les plus modernes : stratigraphie et étude de la céramique. Il forme des archéologues, en particulier le R. P. R. de Vaux ou encore J. Perrot, qui, à la différence de leur maître, pratiqueront l’archéologie de terrain ; il est aussi celui qui initie l’archéologie de terrain le grand orientaliste américain, W. F. Albright. À cette époque, le budget de l’École biblique ne permettait pas d’ouvrir des chantiers archéologiques et la recherche avait un caractère essentiellement épigraphique, prenant la forme de missions annuelles d’exploration et de relevés, auxquelles le père Vincent participe très activement : c’est ainsi qu’il contribue à l’exploration épigraphique de Pétra et au relevé des monuments anciens de Jérusalem. Parfaitement informé des innovations méthodologiques introduites sur les chantiers du Proche-Orient, il entreprend de dresser un tableau de Canaan, d’après l’exploration récente (1907) : il retrace l’histoire des fouilles archéologiques en Palestine et en Syrie, tient compte des données de la géologie et de la préhistoire et consacre un chapitre entier à la céramique, dont Flinders Petrie a démontré l’importance pour l’identification et la datation des sites. Par cet ouvrage, le premier consacré à l’archéologie biblique qui constitue une référence durable, le père Vincent joue un rôle important dans la diffusion et la compréhension des méthodes les plus modernes, datation par la céramique et fouille stratigraphique rigoureuse. Rédacteur de la Revue biblique de 1931 à 1938, il assure la continuité de sa parution pendant l’Occupation ; il est en effet surpris par la guerre pendant l’un de ses séjours à Paris, et fait paraître la revue, suspendue en raison de la censure allemande, sous un autre titre. Il a pu mener à bien l’œuvre capitale de sa vie, sa publication monumentale sur Jérusalem, dont le dernier volume paraît en 1956. Élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1927, il est aussi membre de la British Academy et docteur honoris causa de Louvain. Le père L.-H. Vincent est au premier rang de ceux qui concourent à faire de l’École biblique de Jérusalem un véritable centre de recherches archéologiques et historiques, et assurent en Palestine la continuité des travaux lancés par F. de Saulcy, E. Renan ou C. Clermont-Ganneau.

Bibliographie sélective :

33« Les fouilles de Jérusalem d’après M. Bliss », Revue biblique V, 1896, p. 241-247 ; Canaan, d’après l’exploration récente, 1907 ; Jérusalem sous terre. Les récentes fouilles de l’Ophel, 1911 ; avec le R. P. F. M. Abel, Jérusalem. Recherches de topographie, d’archéologie etd’histoire, quatre vol. , Paris, 1914-1925 ; avec le R. P. Abel, Bethléem. Le sanctuaire de laNativité, 1914 ; avec E. J. H. Mackay et F. M. Abel, Hébron. Le Haram el-Khalil, 1923 ; Céramique de la Palestine, Paris, 1924 ; Emmaüs, sa basilique et son histoire, 1932 ; L’Authenticité des lieux saints, 1933 ; avec le père J.-M. Stève pour l’illustration, Jérusalem de l’Ancien Testament. Recherches d’archéologie et d’histoire, trois vol. , 1954-1956.

34VOIR :
W. F. Albright,
Bulletin of the American Schools of Oriental Research 164, déc. 1961, p. 2-4 ; Mgr G. Ryckmans, Annua Nuntia Lovaniensia, t. XVI, Louvain, 1963, p. 285-292 ; E. Weidner, Archiv für Orientforschung XX, 1963 ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991 ; J. Perrot, Et ils sortirent du Paradis. Souvenirs d’unarchéologue en Orient, Paris, Éditions de Fallois, 1997.

Virchow, Rudolf (1821-1902)

35Médecin, physicien, anthropologue et préhistorien allemand, père de l’anatomie pathologique. Il s’intéresse à la préhistoire italienne, favorisant son rapprochement avec l’anthropologie et l’ethnologie. Il collabore avec H. Schliemann pour les fouilles de Troie-Hissarlik en 1879 et contribue avec lui à promouvoir la préhistoire en Allemagne. En 1869, il est le principal initiateur de la fondation de la BGAEU (Berliner Gesellschaft für Archäologie, Ethnographie und Urgeschichte) et en 1886 du Musée d’ethnologie de Berlin. Lors de la découverte des ossements de Neandertal, en 1857, il s’oppose à l’interprétation de Schaafhausen, qui y reconnaît un homme préhistorique, et défend le point de vue qu’il s’agit des restes d’un homme moderne dégénéré.

Bibliographie sélective :

36Pour les fouilles de Troie : « Über altgriechischen Funde », Verhandlungen der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, 1873 ; « Beiträge zur Landeskunde der Troas », Abhandlungen der königlichen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1879.

37VOIR :
J. H. Ottaway, « Rudolph Virchow : An Appreciation »,
Antiquity 47, 1973, p. 101-108 ; C. Andree, Briefe von R. Virchow und H. Schliemann aus den Jahren 1877-1885, Cologne, 1991 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996.

Virolleaud, Charles (1879-1968)

38Orientaliste français. Premier directeur du Service des antiquités de Syrie de 1920 à 1929. Né à Barbezieux (Charente), il fait ses études secondaires à Poitiers, pense préparer le concours d’entrée à l’École normale supérieure, mais, attiré par l’histoire des religions et l’étude des langues et civilisations orientales, qui ne sont pas enseignées dans cet établissement, il s’inscrit à la Sorbonne en histoire et géographie et suit les cours d’arabe, d’hébreu et d’assyrien à l’École des langues orientales. Envisageant la rédaction d’un ouvrage sur la divination assyrienne, il obtient une mission pour copier au British Museum des tablettes cunéiformes, issues de la Bibliothèque d’Assourbanipal à Ninive puis, en 1900, il se rend à Istanbul pour copier des tablettes sumériennes recueillies à Tello. Une fois cette documentation réunie, il publie très rapidement, dans la Zeitschrift für Assyriologie et la Revue sémitique, des articles sur l’astrologie assyrienne et chaldéenne. Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, il demande à être incorporé dans un régiment de zouaves en Tunisie, où il visite les sites archéologiques et apprend à connaître l’archéologie carthaginoise. De retour à la vie civile, il est chargé d’une conférence d’histoire ancienne de l’Orient, à la Faculté de Lyon, et poursuit ses recherches en assyriologie et histoire des religions qui aboutissent à la publication entre 1906 et 1912 de quatorze fascicules consacrés à l’Astrologie chaldéenne qui constituent une source incomparable d’information pour les spécialistes ; la publication du commentaire des textes est suspendu par la guerre, mais Ch. Virolleaud le communique à son collègue britannique M. Jastrow pour son ouvrage sur la Babylonie et l’Assyrie, donnant un bel exemple de générosité scientifique. Soucieux d’assurer la diffusion des connaissances, il fonde en 1906 la revue Babyloniaca, fusionnée en 1940 avec la Revue des études sémitiques, pour donner naissance en 1948 à Semitica. Son champ d’intérêt est très large, s’étendant vers l’Anatolie, où il effectue une mission en 1909, et vers la Perse où il séjourne en 1913-1914, explorant la région entre Hamadan – l’ancienne Ecbatane – et Téhéran. La Première Guerre mondiale entraîne au Proche-Orient de profondes mutations politiques qui ont des conséquences importantes pour l’archéologie : 1920 est, de ce point de vue, une date charnière pour l’archéologie proche-orientale et la carrière de Ch. Virolleaud ; le Liban et la Syrie sont en effet placés sous mandat français et le général Gouraud, haut-commissaire, organise un Service des antiquités, patronné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres et placé provisoirement sous la direction de J. Chamonard, ancien membre de l’École d’Athènes. En même temps, est fondée l’École française d’archéologie de Jérusalem, rattachée à l’École biblique du père Lagrange : E. Pottier et R. Dussaud, tous deux membres de l’Académie et conservateurs au musée du Louvre, ont inspiré ces deux initiatives qui aboutissent à la création d’une commission de Syrie-Palestine au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Ch. Virolleaud, orientaliste reconnu, semble tout désigné pour diriger le Service des antiquités et gagne son poste à Beyrouth, où il restera jusqu’en 1929, suscitant la poursuite ou l’ouverture de nombreux chantiers : les travaux du docteur G. Contenau à Saïde-Sidon se poursuivent ; É. de Lorey reprend les recherches à Oum el-Awamid, tandis qu’à Byblos, P. Montet continue le dégagement du sanctuaire et entreprend celui de la nécropole royale de Sidon qui sera poursuivi par M. Dunand à partir de 1926. Des musées sont créés à Beyrouth, Alep et Damas ; avec R. Dussaud, C. Virolleaud fonde la revue Syria et la Bibliothèque archéologique et historique du Service des antiquités. Au printemps 1928, la découverte fortuite d’une tombe mycénienne près de Minet el-Beida l’alerte sur l’importance de ce site et du tell de Ras Shamra. R. Dussaud intervient auprès de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui se détermine en faveur de l’ouverture d’un chantier, confié, en 1929, à Claude Schaeffer et Georges Chenet : des tablettes inscrites en une écriture inconnue apparaissent et sont étudiées par Ch. Virolleaud, définitivement installé à Paris, qui est associé, dans le déchiffrement des textes de Ras Shamra, à Hans Bauer de l’Université de Halle, et à Édouard Dhorme, professeur à l’École archéologique et biblique de Jérusalem. Lors de la séance de la Société asiatique du 14 février 1930, Ch. Virolleaud expose ses résultats : il reconnaît une écriture alphabétique qu’il fait remonter au xiiie ou xive siècle avant notre ère. Il poursuit ses travaux sur les textes de Ras Shamra-Ougarit pendant quarante ans, lisant et publiant le matériel épigraphique, et, en particulier, les hymnes et poèmes mythologiques, qui bouleversent toutes les connaissances et hypothèses sur les origines de l’écriture, la Phénicie, ses croyances, son organisation sociale et politique. Par ailleurs, il continue à s’intéresser à d’autres aspects du domaine oriental, s’attachant à restituer les Légendes de Babylone et Canaan, présentant dans l’Encyclopédie de la Pléiade la littérature assyro-babylonienne. Professeur à l’Université de Paris, il assure, à partir de 1930, un cours d’art et de civilisation de la Syrie à l’Institut d’art et d’archéologie. En 1931, il est chargé, à l’École pratiques des hautes études, d’une conférence sur la religion des Phéniciens. Il forme ainsi de jeunes orientalistes et intervient pour la défense et la promotion des études orientales, comme président de la Commission pour l’Orient du CNRS. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1941. Ch. Virolleaud a consacré sa vie à révéler la richesse de la Phénicie décelée par E. Renan, et à mettre en place les institutions que les grands initiateurs et promoteurs des études sémitiques avaient réclamées dès la fin du xixe siècle.

Bibliographie sélective :

39Voir Travaux et publications de Ch. Virolleaud, Luçon, 1941 ; « Préstages tirés des éclipses de soleil et de l’obscurcissement du soleil ou du ciel », Zeitschrift für Assyriologie XVI, 1902, p. 201 et sq. ; L’Astrologie chaldéenne, Poitiers, 1903 ; L’Astrologie chaldéenne, quatorze fasc., 1906-1912 ; « Découverte à Byblos d’un hypogée de la xiie dynastie égyptienne », Syria III, 1922, p. 86 et sq. ; Les Travaux archéologiques en Syrie de 1920 à 1922, Paris, 1923 ; « Les inscriptions cunéiformes de Ras Shamra », rapport à l’Académie, lu le 20 septembre 1929, et Syria X, 1929, p. 304 et sq. ; « Le déchiffrement des tablettes alphabétiques de Ras Shamra », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1930, et Syria XII, 1931, p. 15 et sq. ; pour la traduction des textes de Ras Shamra, voir la série Ugaritica, de 1939 à 1968 ; La Légende phénicienne de Danel, Paris, 1936 ; La Déesse Anat. Poème de Ras Shamra, Paris, 1938 ; Légendes de Babylone et de Canaan, Paris, 1949.

40VOIR :
R. Dussaud, « L’œuvre scientifique syrienne de M. Charles Virolleaud », Syria 33, « Jubilé. Hommage à M. Ch. Virolleaud », 1956 ; A. Dupont-Sommer, Notice sur la vie et les travaux de M. Ch. Virolleaud, Institut de France, 1969 ; A. P. (André Parrot), « Charles Virolleaud (1879-1968) », Syria 46, 1969, p. 390-391 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Charles Virolleaud. Premier directeur des Antiquités de Syrie », Archéologia 226, juill. 1987, p. 71-75 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Visconti, Ennio-Quirino (1751-1818)

41Archéologue italien qui fut tout à la fois philologue traducteur de Sophocle et d’Euripide, numismate, épigraphiste et antiquaire, et qui eut, pour les études sur l’Antiquité en Italie, un rôle semblable à celui de J. J. Winckelmann en Allemagne : il vit à Rome à l’époque des découvertes qui révolutionnent la connaissance du monde antique, et, comme Winckelmann, Visconti entend donner à la « science de l’Antiquité » toutes ses dimensions humanistes et universelles, en dépassant le cadre étroit de la philologie. Fils de Giovambattista Antonio Visconti, numismate et antiquaire, chargé des antiquités du Vatican, il est élevé par son père, qui entendait ainsi démontrer la supériorité de l’éducation privée ; il manifeste des dons extraordinaires et reçoit des leçons de géographie, de chronologie, d’histoire romaine, de langues anciennes et de numismatique. Destiné par son père à l’état ecclésiastique, il est nommé en 1771 « camérier d’honneur » du pape et bibliothécaire du Vatican, mais son refus obstiné d’entrer dans les ordres lui vaut la perte de ces charges. En 1785, il donne sa conception de la « science antiquaire » dans le discours intitulé Stato attuale della romana letteratura, adressé au prince Chigi, son protecteur libéral et non conformiste, qui lui confie le soin de sa bibliothèque : il voue une profonde admiration à F. G. Heyne, le maître de Göttingen, et contribue à l’avènement de la « science de l’Antiquité classique » que F. A. Wolf illustrera en Allemagne et à laquelle les trois savants, inspirés par l’humanisme de Winckelmann, assignent l’étude de toutes les manifestations de la vie individuelle et sociale du monde antique pour concourir à son histoire. En 1794, il devient conservateur du Musée du Capitole. Son père, à qui a été confiée la description du musée Pio-Clementino, remet ce travail à son fils, et le restitue dans ses charges auprès du pape. Il aborde alors l’aspect le plus célèbre de son œuvre, la rédaction de catalogues des grands musées romains auxquels s’ajoutent ceux qu’il consacre au musée du Louvre. Il y manifeste son désir de parvenir, par l’analyse des monuments, à la restitution du cadre historique d’ensemble, en utilisant la « science antiquaire » – associée à l’épigraphie, à l’étude des textes et à la topographie – comme un « outil » historique. Pendant l’occupation française et le gouvernement provisoire du général Berthier, Visconti devient, en 1797, ministre de l’Intérieur et, en 1798, l’un des cinq consuls de la République romaine. Ses liens avec les Français lui valent de nombreuses inimitiés, et il est contraint de se retirer à Pérouse ; en 1799, il n’a d’autre recours que de quitter l’Italie pour gagner la France avec Bonaparte, qui le nomme administrateur du musée des Antiques et des Tableaux du Louvre. En 1803, il devient conservateur des Antiques et membre de l’Institut de France, classe des Beaux-Arts. Il rédige les premiers catalogues du musée du Louvre et, en 1814, est appelé à Londres pour y évaluer les « marbres Elgin » : le mémoire qu’il rédige alors fait accomplir à l’histoire de l’art de considérables progrès, dans la mesure où il révèle les qualités spécifiques de l’art de Phidias, introduisant de nouveaux critères pour évaluer un art grec que l’on appréciait jusque-là par le truchement des copies romaines. Restaurateur des études classiques en Italie, il fut reconnu de ses contemporains et de la génération qui le suivit immédiatement, mais son œuvre ne reçut pas en Italie le prolongement que l’on pouvait attendre et les répercussions en furent différées.

Bibliographie sélective :

42Œuvres réunies par G. Labus, dix-neuf vol. , Milan, 1818 ; Notice des statues, bustes et bas-reliefs de la galerie des Antiques du Musée national du Louvre, Paris, 1801, rééditée plusieurs fois jusqu’en 1817 ; dernier titre : Description des antiques du Musée royal, Paris, 1817 ; Description des vases peints du Musée national du Louvre, Paris, 1802 ; Iconographie grecque, trois vol. , Paris, 1808, un vol. de planches, 1811 ; Iconographie romaine, Paris, 1817 ; Mémoires sur les ouvrages de sculpture du Parthénon et de quelques édifices de l’Acropole d’Athènes, Paris, 1818 ; Museo Pio-Clementino, sept vol. , Milan, 1818-1822 ; Museo Chiaramonti, Milan, 1822 ; Monumenti gabini della Villa Pinciana, Milan, 1835 ; Monumenti scelti borghesiani, Milan, 1837 Due discorsi inediti, dont Stato attuale della romana letteratura, Milan, 1841.

43VOIR :
G. Rossi, Florilegium visconteo, Milan, 1848 ; G. B. Zannoni, Storia della Accademia della Crusca e Rapporti ed elogi, Florence, 1848 ; G. Sforza, « Ennio-Quirino Visconti e la sua famiglia », Atti della Società ligure di storia patria II, 1923 ; C. Justi, Winckelmann und seine Zeitgenossen, trois vol. , Leipzig, 1923, I, p. 477 ; S. Ferri, La Critica d’arte II, 1937, p. 226-235 ; P. Treves, Lo Studio dell’Antichità classica nell’Ottocento, Milan, 1962, p. 3-74 S. Settis, « Da centro a periferia : l’archeologia degli Italiani nel sec. xix », dans L. Polverini (éd.), L’Antichità classica nell’Ottocento, Atti del convegno Acquasparta 1988, Acquasparta, 1993.

Vitet, Ludovic (1802-1873)

44Premier inspecteur général des Monuments historiques. Initié dès l’enfance à l’archéologie du Moyen Âge, il fréquente à Rouen Auguste Leprévost, ami de sa famille, et les jeunes érudits fondateurs de la Société des antiquaires de Normandie, et tout particulièrement Arcisse de Caumont. Témoignant de très vives dispositions musicales, il deviendra critique musical au journal Le Globe où se retrouve une partie de l’opposition au régime de Charles X. Il fait des études de droit au cours desquelles il rencontra probablement Prosper Mérimée et suit les cours de philosophie de Jouffroy qui exerce sur lui une influence déterminante ; il s’y lie d’amitié avec Tanneguy Duchâtel, futur ministre de la monarchie de Juillet. Après la Révolution de Juillet 1830, il entre dans le nouveau gouvernement comme membre de la « commission chargée d’examiner l’état actuel des théâtres » et il ne tarde pas à convaincre F. Guizot de créer un poste d’inspecteur général des Monuments historiques de la France, qui lui est confié le 23 octobre 1830. Il n’a pas oublié les connaissances acquises lors de sa fréquentation du milieu de l’érudition normande et prend sa tâche d’archéologue très au sérieux. Il procède à des tournées d’inspection dans les départements de l’Aisne, de la Marne, du Nord et du Pas-de-Calais : la forme qu’il donne à son Rapport inspirera Mérimée dans ses Notes de voyage. En 1831, le comte d’Argout et son chef de cabinet, P. Mérimée, passent du ministère de la Marine à celui du Commerce et des Travaux publics dont dépend l’inspection des Monuments historiques : L. Vitet et P. Mérimée ont désormais de nombreuses occasions de se rencontrer et apprennent à se connaître. Très lié à Casimir Perier, qu’il soutient lors de la période difficile que traverse son ministère, il épouse sa nièce en 1832. Il entreprend en 1833 un voyage dans le Sud-Ouest et, par Blois, Poitiers, Angoulême, il gagne Bordeaux et Toulouse, visitant Pau, Auch et poussant jusqu’à Narbonne. Lors du remaniement ministériel de 1834, Vitet suit son ami intime Tanneguy Duchâtel au ministère du Commerce et devient secrétaire général ; dans le même temps, le service des monuments historiques est rattaché au ministère de l’Intérieur et des Travaux publics dirigé par Thiers qui propose le poste d’inspecteur des Monuments historiques à P. Mérimée. L. Vitet initie son ami à l’archéologie et l’écrivain s’acquitte admirablement de sa tâche. Devenu député en 1834, pendant quelques années, Vitet se consacre entièrement à la politique. Il ne délaisse pas complètement l’archéologie, puisqu’il consacre des articles aux monuments de Paris ou à l’architecture du Moyen Âge en Angleterre. En 1837, il devient membre de la commission des Monuments historiques alors créée et la préside ; il rédige immédiatement une circulaire adressée aux préfets pour établir la liste des monuments dignes de recevoir une subvention de l’État. Pendant les premières années de la commission des Monuments historiques, il joue auprès de Mérimée un rôle important de conseil et met son influence auprès du gouvernement et du ministère des Finances au service de la sauvegarde d’un grand nombre de monuments. Après les journées de février 1848, L. Vitet abandonne la commission des Monuments historiques. Lors du coup d’État du 2 décembre 1851, il est arrêté et incarcéré à Vincennes ; il se maintiendra dans son opposition à l’Empire et ses relations avec Mérimée en seront très altérées. En 1871, il est élu député de la Seine-Inférieure. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1839, puis de l’Académie française en 1845.

Bibliographie sélective :

45« L’architecture lombarde », Revue française XVI, juillet 1830, p. 151 ; Rapport à M. leministre de l’Intérieur sur les monuments, les bibliothèques, les archives et les musées desdépartements de l’Oise, de l’Aisne…, Paris, De l’Imprimerie royale, 1831 ; Histoire de Dieppe, 1833 ; Études sur les beaux-arts, Paris, 1846-1847 ; « La collection Campana », Revue des Deux Mondes, 1er septembre 1862.

46VOIR :
F. Guizot, « M. Vitet, sa vie et ses œuvres », notice précédant les Études philosophiques et littéraires, Paris, M. Lévy, 1875 ; introduction de M. Parturier aux Lettres de Mérimée à Ludovic Vitet, Paris, Plon, 1934 ; F. Bercé, Les Premiers Travaux de la Commission des Monuments historiques, 1837-1848, Paris, Éditions A. et J. Picard, 1979 ; F. Bercé, La Naissance des Monuments historiques : correspondance de Prosper Mérimée avec Ludovic Vitet, Paris, Éditions du CTHS, 1998.

Vogüé, Melchior, marquis de (1829-1916)

47Diplomate, homme politique et orientaliste français. Issu d’une famille de la vieille noblesse, il est né à Paris. Il fait ses études au lycée Henri-IV et se prépare pour Saint-Cyr où il est reçu mais refuse d’entrer, préférant briguer l’École polytechnique ; la Révolution de 1848, qui éclate alors qu’il prépare le concours, provoque son échec et décide ainsi de la suite de sa carrière. En effet, son père pense pour lui à la diplomatie et le fait entrer dans le cabinet d’Alexis de Tocqueville, ami de la famille et alors ministre des Affaires étrangères. Il suit le général de Castelbajac, nommé ambassadeur à Saint-Pétersbourg, comme attaché d’ambassade et séjourne deux années en Russie, où s’éveille sa vocation d’archéologue : il s’intéresse aux pièces d’orfèvrerie russe du Moyen Âge qu’il découvre dans le trésor impérial et certaines collections privées à Moscou, et les dessine. Son tempérament et ses talents d’artiste lui inspirent son intérêt pour les monuments don il fait des relevés de grande qualité. Il renonce à son poste en Russie et remet sa démission à l’annonce du coup d’État de Louis-Napoléon. Lors de son voyage de retour en France, il parfait ses connaissances archéologiques en étudiant les antiquités romaines des bords du Rhin. Ne sachant quel emploi occuper, il décide avec deux de ses amis de gagner l’Orient qu’il parcourt pendant deux années en 1853-1854 : de Marseille, ils se rendent en Grèce qu’ils visitent d’Athènes à Salonique, en passant par Delphes, Sparte, Corinthe, Épidaure, Mycènes et Argos. Il rejoint Constantinople qu’il quitte pour la Syrie : de Beyrouth, il part visiter les ruines de Baalbek et celles de Palmyre, où, en suivant le mode de vie des Bédouins, il se consacre aux relevés des monuments et des inscriptions ; il gagne ensuite la Palestine et rejoint l’Europe par l’Égypte, remontant le Nil jusqu’à la deuxième cataracte. Au moment où ses compagnons regagnent la France, il décide de retourner à Jérusalem pour y étudier les monuments : pendant plus de quinze jours, il amasse les documents et les notes et réunit les matériaux d’un ouvrage complet sur les édifices chrétiens du pays. De retour en France, il prépare la rédaction de cet ouvrage en étudiant les langues orientales et, en 1860, fait paraître Les Églises de la Terre sainte où sa vocation d’archéologue et ses talents de dessinateur et d’architecte trouvent leur éclatante confirmation. La même année, la Syrie était le théâtre d’événements dramatiques qui conduisaient Napoléon III à organiser une expédition militaire à laquelle est associée une mission scientifique conduite par E. Renan. Par ailleurs, W. Waddington prend l’initiative, à titre individuel et à ses frais, d’apporter un complément au programme de Renan en explorant l’arrière-pays syrien, limitrophe du désert : pendant l’année 1861, le savant visite Palmyre, mais aussi le Hauran et le Ledja, régions encore inexplorées, et, devant l’ampleur de la tâche à accomplir en matière de relevés, il a l’idée de faire appel à M. de Vogüé qui, accompagné de l’architecte E. Duthoit, le rejoint à Beyrouth, où ils rencontrent G. Perrot qui accomplissait alors sa mission en Asie Mineure. Chargés par E. Renan de faire quelques fouilles à Chypre, Waddington, de Vogüé et Duthoit s’y rendent et recueillent des inscriptions chypriotes, phéniciennes et grecques, relèvent les monuments du temps des Lusignan et prélèvent des sculptures chypriotes destinées au musée du Louvre. De retour à Damas, Waddington et de Vogüé entreprennent l’exploration du Sâfa, région au sud-est de Damas, où le premier n’avait pu entrer l’année précédente : les rochers basaltiques y sont couverts d’inscriptions dont certaines ne seront déchiffrées que plus tard, à partir de 1877, par J. Halévy. Après avoir traversé le Hauran et le Ledja, ils séjournent assez longtemps à Jérusalem pour que M. de Vogüé procède à l’étude détaillée du temple. Alors que Waddington regagne la France, de Vogüé et Duthoit restent quelque temps en Syrie et en explorent la zone centrale, comprise dans un triangle défini par les villes d’Antioche, Alep et Apamée, région qui, en 1863, était à peu près inconnue et où étaient conservées des ruines très bien préservées de cités antiques appartenant à l’époque du christianisme primitif. De cette exploration, résulteront les trois volumes consacrés à La Syrie centrale ; il y émet l’hypothèse de la transmission par Byzance en Occident des savoirs, des méthodes et des formes architecturales mises au point en Orient et conservées en Syrie. Alors que W. Waddington se charge de la publication des inscriptions grecques et latines, M. de Vogüé consacre le troisième volume aux Inscriptions sémitiques, donne le texte, la traduction et le commentaire développé de près de deux cents documents palmyréniens et propose la transcription des inscriptions safaïtiques. Cet ouvrage magistral lui vaut son élection comme membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1868, dans le fauteuil du duc de Luynes. De 1868 à 1870, il accomplit un nouveau voyage en Palestine pour mettre au point l’ouvrage que le duc de Luynes avait laissé inachevé, son Voyage d’exploration à la mer Morte, qui paraîtra en 1875. Cependant, au début de la IIIe République, il renoue avec la carrière diplomatique et, en 1871, est envoyé par Thiers comme ambassadeur à Constantinople, puis, en 1875, à Vienne. La vie politique ne fait pas négliger à M. de Vogüé la promotion de la science qu’il continue à servir, puisque, de son poste de Constantinople, il se préoccupe de favoriser l’implantation à Jérusalem d’une « École pratique d’études bibliques », dont il conçoit le projet avec le père V. Ligiez, assistant du maître de l’ordre des Dominicains. Rappelé en France, il retourne à ses recherches et se consacre aux travaux du Corpus inscriptionum semiticarum créé par Renan en 1867, dont il préside la commission après la mort de celui-ci. En 1901, il entre à l’Académie française. Avec W. H. Waddington qui appartient aussi à la commission du Corpus, M. de Vogüé est l’un de ceux qui, par ses explorations du Proche-Orient et ses travaux d’épigraphiste et d’archéologue, ont le plus contribué à l’essor considérable de l’orientalisme en France et ont permis que les recherches pionnières d’E. Renan sur le sol de la Phénicie soient prolongées et amplifiées. Waddington et lui appartiennent, comme le duc de Luynes, à la lignée des « grands seigneurs » voyageurs et explorateurs du monde antique, mais, qui par leur formation et leur œuvre, témoignent de l’évolution des études classiques et orientales dont ils contribuent à affirmer le caractère scientifique.

Bibliographie sélective :

48Les Églises de la Terre sainte, 1860 ; Le Temple du Jérusalem, monographie du Haram-ech-Cherifsuivie d’un essai sur la topographie dela ville sainte, Paris, 1864 ; Essai sur la topographie de la ville sainte, 1865 ; Syrie centrale : architecture civile et religieuse du Ier au viie siècle, Paris, deux vol. , 1865-1877 ; Mélanges d’archéologie orientale, Paris, 1868 ; Syrie centrale. Inscriptions sémitiques publiées avec traduction et commentaire…, Paris, 1868 ; R. P. Lagrange, « Notre exploration de Pétra », et M. de Vogüé, « Inscription nabatéenne de Pétra », Revue biblique, avril 1897 ; Jérusalem, hier et aujourd’hui, 1912 ; préface à R.P.L.-H. Vincent et R.P.F.M. Abel, Jérusalem, recherches de topographie, d’archéologieet d’histoire, Paris, 1914-1925.

49VOIR :
Florilegium ou recueil de travaux dédiés à M. le marquis Melchior de Vogüé à l’occasion du 80e anniversaire de sa naissance, Paris, 1909 ; J.-B. Chabot, « Le marquis de Vogüé. Notice sur ses travaux d’épigraphie et d’archéologie orientale », Journal asiatique, xie série, t. IX, s. d., Paris ; R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de M. le marquis de Vogüé », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1919 ; J. Charay, Le Marquis de Vogüé. Archéologue et historien, Aubenas, 1968 ; A. Parrot, Syria 47, 1970, p. 179-180 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Volney, Constantin François Chassebœuf, comte de (1757-1820)

50Voyageur français. La relation de son Voyage en Égypte et en Syrie, qui paraît l’année qui suit la publication des Lettres sur l’Égypte de Claude Étienne Savary, fut le livre de chevet des savants de l’Expédition d’Égypte. Son père, avocat resté veuf deux ans après la naissance de l’enfant, pensa nécessaire, pour favoriser la réussite future de son fils, de substituer au nom de Chassebœuf celui de l’une de ses terres ; plus tard, le jeune homme adoptera le nom sous lequel il se fera connaître, en empruntant à Voltaire la première syllabe et à sa propriété de Ferney la dernière. Confié très jeune à un collège d’Ancenis, il souffre de l’indifférence de son père, puis poursuit de brillantes études classiques au collège d’Angers. Émancipé par son père et en possession de l’héritage maternel, il se rend à Paris, où il travaille assidûment dans les bibliothèques et étudie la médecine. Il fréquente les encyclopédistes, réunis autour de Mme Helvétius qui tient salon à Auteuil. En 1781, alors qu’il reçoit un héritage inattendu, il conçoit le projet de l’utiliser pour orner son esprit et former son jugement par le voyage, et choisit de se rendre en Égypte, pays qui lui semble convenir pour les « observations politiques et morales » auxquelles il veut se livrer. Pendant an, retire chez son oncle à Angers et se soumet à un entraînement physique intensif qui doit lui permettre d’affronter les difficultés du voyage en Orient. Il part à la fin de l’année 1782 et séjourne sept mois seulement au Caire ; après avoir visité Alexandrie, Rosette, les pyramides et Suez, il gagne la Syrie qu’il parcourt pendant un an, visitant Baalbek et Palmyre. Malgré son titre, le livre de Volney n’a rien d’un journal de voyage : il s’agit du traité d’un philosophe, géographe et historien, étudiant l’histoire et les institutions politiques et sociales. L’Égypte antique ne l’intéresse pas particulièrement, même s’il consacre un chapitre obligé aux pyramides ; il discerne l’intérêt d’organiser une expédition dans ce pays. Son ouvrage connaît un très grand succès en France et en Europe. Installé en Corse à son retour d’Orient, il rencontre Bonaparte qu’il retrouve à Paris où il est nommé professeur d’histoire à l’École normale supérieure : tous deux en effet fréquentent le salon de Mme Helvétius qui, craignant pour sa santé, dissuadera Volney d’accompagner Bonaparte en Égypte.

Bibliographie sélective :

51Voyage en Syrie et en Égypte pendant les années 1783, 1784 et 1785, deux vol. , Paris, 1787 (2e éd., 1792 ; 3e éd. revue et corrigée par l’auteur, Paris, an VII, 1799 ; trad. allemande, Iéna, 1788-1800 trad. hollandaise, Leyde, 1789) ; rééd. collection « Le monde d’outremer passé et présent », 2e sér., docs. II, avec introduction et notes par J. Gaulmier, Paris-La Haye, 1959 (voir compte rendu dans Syria 40, 1963, p. 212-215).

52VOIR :
M. Bréal, « Volney orientaliste et historien », Journal des savants, 1899, p. 98-108 et 261-272 ; J.-M. Carré, Les Voyageurs et écrivains français en Égypte, deux vol. , Le Caire, 1932, 2e édition revue et corrigée 1951 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Gaulmier, L’Idéologue Volney, 1757-1820. Contribution àl’histoire de l’orientalisme en France, rééd. Genève-Paris, Slatkine, 1980 J. Leclant, « La modification d’un regard (1787-1826), du Voyage en Syrie et en Égypte de Volney au Louvre de Champillon », Séance annuelle del’Académie des inscriptions et belles-lettres, 27 novembre 1987, Paris, 1987 ; J. Leclant, « L’égyptologie avant l’expédition d’Égypte », L’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, Paris, Académie des sciences, 1999, p. 121-128.

© CNRS Éditions, 2007

Licence OpenEdition Books

U
 
W
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search