Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
S
U

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

T

Texte intégral

Talbot, William Henry Fox (1800-1877)

1Philologue et orientaliste britannique. Membre de la Chambre des communes, il mène des études littéraires, archéologiques et scientifiques : il obtient en particulier les premiers tirages photographiques sur papier (1834) et les premiers instantanés photographiques (1851). Il travaille au déchiffrement des textes cunéiformes, et, en 1857, la Royal Asiatic Society l’invite, en même temps qu’H. Rawlinson, J. Oppert et E. Hincks, à envoyer sa version du texte du cylindre du roi d’Assyrie Teglatphallassar Ier, qui avait été récemment retrouvé à Qalaat Shergat-Assur et était conservé au British Museum ; son interprétation concorde avec celle des autres savants, confirmant le déchiffrement de cette écriture. Le secret de l’écriture cunéiforme était enfin percé et la voie était dès lors ouverte pour la compréhension des milliers de documents que les explorateurs de la Mésopotamie mettraient au jour.

Bibliographie sélective :

2Inscription of Tiglath-Peleser I, King of Assyrians BC 1150, as translated by Sir H. Rawlinson, Fox Talbot, Dr. Hincks and Dr. Oppert, Londres, 1857.

3VOIR :
A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946; J. Bottero et M. J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

Tarradell i Mateu, Miquel (1920-1995)

4Historien, archéologue et préhistorien espagnol. Disciple de P. Bosch Gimpera, de M. Almagro Basch et L. Pericot, il envisage un très large domaine de recherche, du Néolithique à la période romaine. Il fait des études d’histoire à la Faculté de philosophie et lettres de Barcelone et soutient en 1949 son doctorat sur La Cultura del Argar à l’Université centrale de Madrid. À partir de 1944, il est boursier de la section de Barcelone de l’Institut Diego-Vélasquez du CSIC (l’équivalent de notre CNRS), et collabore aux fouilles que dirigent en Catalogne M. Almagro Basch et L. Pericot. Il est chargé en 1947 d’organiser le Service archéologique provincial de la région de Grenade ; il fouille alors les sites de la culture de l’Argar, sur lesquels porte sa thèse de doctorat, où il dément le mythe de l’uniformisation culturelle de la péninsule Ibérique à partir de l’Argar. En 1948, il dirige à Tétouan le Service archéologique du protectorat espagnol au Maroc et mène des recherches en préhistoire, procédant à la fouille de grottes néolithiques et réfutant la thèse de la diffusion du Proche-Orient à la péninsule Ibérique par la africaine il dénie des Ibères qu’il considère peuple autochtone. Pendant son séjour marocain, il explore Lixus et Tamuda et s’intéresse au monde phénico-punique dont il étudiera l’impact sur la péninsule Ibérique. En 1950, bénéficiaire d’une bourse de la William L. Bryant Foundation, il séjourne pendant un semestre à New York, suivant les cours d’art gréco-romain du professeur Lehman et visitant de nombreux musées américains. En 1951, il se rend à Paris où il travaille au musée de l’Homme et assiste aux cours de R. Vaufrey à l’Institut de paléontologie humaine. À cette époque, il est en étroite relation avec P. Bosch Gimpera qui dirige à Paris la division de philosophie et humanités de l’Unesco. En 1956, il obtient la chaire d’archéologie, épigraphie et numismatique de l’Université de Valence où il devient doyen de la Faculté de philosophie et lettres en 1964 ; délégué à Valence du Service national des fouilles, il organise de nombreux chantiers dans le pays valencien et aux îles Baléares. Les travaux les plus célèbres sont ceux qui, patronnés par la Bryant Foundation, ont lieu à Majorque sous sa direction et celle d’A. Arribas Palau et D. E. Woods et qui permettent de mesurer l’importance de la colonisation phénico-punique. Secrétaire des publications à l’Université de Valence, il crée la collection « Papeles del Laboratorio de Arqueología de Valencia », pour faciliter la publication des travaux de son équipe. Il est de retour à l’Université de Barcelone en 1970, dans la chaire d’archéologie, épigraphie et numismatique, et en 1979 fonde la revue Fonaments. Prehistoria i Mon Antic als Països Catalans. Correspondant de la Real Academia de la Historia depuis 1954, il est membre de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelone, de l’Institut archéologique allemand et de l’Institut italien de préhistoire et de protohistoire de Florence. M. Tarradell, par ses recherches dans des domaines aussi divers que le Néolithique, la colonisation phénico-punique et le monde ibérique et romain, a ouvert de nouvelles perspectives, et par son enseignement à Valence et à Barcelone, a formé une partie de la génération contemporaine des archéologues espagnols.

Bibliographie sélective :

5« Marruecos púnico », Historia de Marruecos, Tétouan, 1960 ; avec L. Pericot, Manual de Prehistoria africana, Madrid, 1960 ; « Prehistoria i antiguat », dans Ferran Soldevila dir., Historia del catalans, t. I, Barcelone, 1963-1966 ; Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée occidentale, Paris, 1965 ; Arte ibérico, Barcelone, 1968 ; Arte romano en España, Barcelone, 1969 ; « La España antigua », dans J. Vicens Vives dir., Historia de España, Barcelone, 1971 ; Terracotas púnicas de Ibiza, Barcelone, 1974 ; Eivissa cartaginesa, Barcelone, 1975 ; « Barcelona antiga », dans A. Durán i Sanpere dir., Historia de Barcelona, Barcelone, 1975 ; « Primeras culturas », dans M. Tuñon de Lara, Historia de España, t. I, Madrid, 1980.

6VOIR :
J. Padró, M. Prevosti, M. Roca et J. Sanmarti (coord.), Homenatge a Miquel Taradell, Barcelone, 1993 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de Historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Teilhard de Chardin, Pierre (1881-1955)

7Jésuite, géologue et paléontologiste français dont les travaux scientifiques ont ouvert des voies nouvelles de recherche pour la préhistoire. Né en Auvergne, il est très tôt initié aux sciences naturelles par son père, ancien élève de l’École des chartes et fervent naturaliste. Après ses études secondaires, il décide d’entrer en religion et rejoint le noviciat d’Aix-en-Provence, puis poursuit sa formation à Jersey, où il séjourne jusqu’en 1905, prépare une licence de lettres et s’adonne à des recherches de géologie. Devenu jésuite, il est envoyé en Égypte pour y enseigner la physique et la chimie et se livre à la quête de fossiles dans la région du Mokattan et du Fayoum. De retour en Angleterre en 1908, il y reprend ses recherches géologiques de terrain. Ordonné prêtre en 1911, il est autorisé à se consacrer entièrement à la recherche scientifique et passe deux ans au Laboratoire de paléontologie du Muséum de Paris, au côté de M. Boule qui l’initie à la paléontologie humaine et en fait un adepte de la théorie darwinienne de l’évolution. Cette rencontre est décisive et détermine la suite de ses travaux, orientés dorénavant dans la perspective de l’élucidation des origines de l’homme. À cette époque, il explore la région de Louvain, les environs de Paris et la Normandie. En 1913, M. Boule lui présente l’abbé Breuil et il participe aux travaux conduits par H. Obermaier et P. Wernert à Puente Viesgo, dans le nord de l’Espagne ; il découvre, guidé par l’abbé Breuil, les grottes ornées et en particulier celle d’Altamira. Pendant la Première Guerre mondiale, il rend de remarquables services comme brancardier mais poursuit aussi ses recherches d’ordre géologique et préhistorique : il observe les coupes révélées par les tranchées et recueille des spécimens sur les dépôts thanétiens du conglomérat de Cernay, dans la montagne de Reims ; ces travaux constitueront un chapitre de sa thèse soutenue en 1922. Il est alors nommé professeur adjoint de géologie à l’Institut catholique de Paris et élu président de la Société géologique de France. En 1923, ses supérieurs hiérarchiques désapprouvant ses idées, il est relevé de ses fonctions d’enseignant ; il est invité à rejoindre en Chine le père É. Licent, naturaliste qui explore le bassin du fleuve Jaune, en quête de fossiles et d’échantillons de botanique et de géologie ; ensemble, ils organisent une première expédition dans les Ordos, région, qui au nord confine au désert de Gobi, et établissent l’existence du Paléolithique en Chine du Nord. Les travaux menés avec une grande rigueur scientifique révèlent le Paléolithique en Asie et inaugurent la suite des recherches systématiques de paléontologie humaine dans cette région du monde. De 1926 à 1928, il fait un second séjour en Chine, où il travaille auprès du père Licent, fondateur du musée laboratoire de Tien-tsin. À l’occasion d’un troisième voyage en Chine, il s’arrête sur la côte des Somalies pour une mission géologique, explore des sites paléolithiques à Obock, Diré-Daoua, et signale l’importance de la région de Tadjourah pour la Préhistoire ; il a dès ce moment la certitude que l’Afrique recèle les premières traces de l’espèce humaine et son intuition sera confirmée moins de cinq ans après sa mort par les extraordinaires découvertes d’Afrique orientale. En 1930, il participe à la mission Centre-Asie, dirigée par R. Chapman Andrews pour l’American Museum of Natural History de New York. L’année suivante, il est appelé à faire partie de la fameuse expédition Citroën comme géologue et, en dix mois, il estime avoir doublé ses connaissances sur l’Asie. Jusqu’en 1946, le père Teilhard poursuit en Asie orientale des explorations qui lui permettent d’établir la géologie de la Chine, de l’Inde, de la Birmanie, de Java, et de découvrir à Chou-Kou-Tien l’existence des premiers restes humains de Sinanthrope, ce qui constitue l’événement le plus marquant de sa carrière : conseiller au Service géologique de Chine, il participe aux fouilles sur ce site de 1929 à 1937 et, à partir de la découverte de « l’Homme de Pékin », tous ses travaux visent à résoudre les questions posées par l’homme fossile d’Asie. Il organise des expéditions en Birmanie, aux Indes et à Java et établit l’existence dans toutes ces régions d’un riche Paléolithique. En 1951, il est invité par la Wenner-Gren Foundation et s’installe à New York comme « associé de recherche » ; il poursuit aux États-Unis ses recherches de terrain et accomplit, entre 1951 et 1953, des séjours en Afrique du Sud où il poursuit l’investigation des sites à Australopithèques et conçoit un plan de recherche des origines humaines en Afrique, au sud du Sahara. Il est élu membre de l’Académie des sciences en 1950 proposé pour la chaire de l’abbé Breuil au Collège de France, il se voit contraint de la refuser sur ordre de ses supérieurs dans la hiérarchie religieuse. P. Teilhard de Chardin, fondateur de l’Institut de géobiologie, réalise la synthèse des sciences de la terre et de l’homme : il est à la fois géologue et paléontologue.

Bibliographie sélective :

8Voir C. Cuénot, « Premier essai de bibliographie », Pierre Teilhard de Chardin, Paris, Club des Éditeurs, 1958, p. I-XLI ; Teilhard de Chardin, L’Œuvre scientifique, textes réunis et édités par N. et K. Schmitz-Moormann, Fribourg-en-Brisgau, 1971 ; Œuvres de Teilhard de Chardin, douze tomes, Paris, 1976 ; « Fossil Man in China. The Chou-Kou-Tien cave deposits with a synopsis of our present knowledge of the late Cenozoïc in China », Geological Memoirs, Peiping, Series A, n ° 11, 1903 ; Les Mammifères de inférieur français et leurs gisements (thèse de doctorat), 1922 ; avec M. Boule et H. Breuil, « Le Paléolithique de la Chine », Archives de l’Institut de paléontologie humaine, Mémoire n° 4, 1928 ; « Le Paléolithique en Somalie française et en Abyssinie », L’Anthropologie, t. 40, 1930 ; « Observations géologiques à travers les déserts d’Asie centrale de Kalgan à Hami (mission Citroën Centre-Asie, 1931-1932) », Revue de géographie physique, vol. V ; avec H. Breuil et P. Wernert, « Les industries lithiques de Somalie française », L’Anthropologie, t. 49, 1939-1940 ; « Une interprétation biologique plausible de l’histoire humaine ; la formation de la noosphère », Revue des questions scientifiques, janvier 1947 ; « Australopithèques. Pithécanthropes et structure phylétique des hominiens », Comptes rendus de l’Académie des sciences , t. CCXXXIV, 21 janvier 1952 ; « Les recherches pour la découverte des origines humaines en Afrique, au sud du Sahara », L’Anthropologie, t. LVIII, 1954 ; « L’Afrique et les origines humaines », Revue des Questions scientifiques, 68e année, 5e série, t. XVI, janvier 1955 ; Le Phénomène humain, Paris, 1955 ; La Place de l’homme dans la nature, Paris, 1963.

9VOIR :
H. Breuil, La Table ronde, n° 90, juin 1955 ; M. Almagro Basch, « Padre P. Teilhard de Chardin (1881-1955) », Ampurias, t. XVII-XVIII, 1955-1956 ; C. Cuénot, Pierre Teilhard de Chardin, Paris, Club des Éditeurs, 1958 ; J. Piveteau, Le Père Teilhard de Chardin savant, Paris, 1964 ; Bulletin de l’Association des amis de Pierre Teilhard de Chardin ; colloque international de l’Unesco sur Teilhard de Chardin, 1981 ; « Teilhard de Chardin et les origines de l’homme », Histoire et archéologie, les dossiers, n° 75, août 1983 ; C. Cuénot, « Teilhard de Chardin (P.) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998 ; É. de la Héronnière, Teilhard de Chardin, Paris, 1999.

Texier, Charles Félix Marie (1802-1871)

10Voyageur et archéologue français. Né à Versailles, il est le fils d’un médecin de la maison militaire de Louis XVI. Il fait des études de mathématiques, de grec et de chimie, et entre à l’École des beaux-arts en 1823. Dès 1825, il s’intéresse aux monuments de la France et, en 1827, est nommé inspecteur des travaux publics de Paris, puis chargé de la direction des fouilles dans les ports de Fréjus et d’Ostie, pour déterminer les causes du retrait de la Méditerranée. En 1833, il entreprend un long voyage dans le Levant où il accomplit trois explorations successives en 1834, 1835, 1836, réalisant le plus grand périple mené par un seul voyageur ; il recueille des résultats d’une très grande nouveauté et d’une très grande richesse. En Anatolie turque, il parvient à Bogazkoÿ et Yasilikaya, où il découvre les ruines d’une grande cité fortifiée que l’on identifiera comme Hattusa, capitale du royaume hittite. À sa suite, W. Hamilton, puis Barth et Mordtmann, se rendent sur ce site, où G. Perrot, au cours de sa fameuse exploration, recueillera une très riche documentation et en particulier les premières photographies, avant que K. Humann ne donne les premiers plans exacts des ruines de Bogazköy. E. Chantre visitera lui aussi le site, relevant des tablettes inscrites, mais c’est à H. Winckler que l’on doit les premières fouilles ouvertes en 1907, et poursuivies de 1931 à 1939 par K. Bittel. De retour en France en 1837, C. Texier présente ses résultats à l’Académie et prépare la publication de la Description de l’Asie Mineure ; dans cette tâche, il rencontre de nombreuses difficultés d’ordre économique qui l’obligent à garder en cartons la moitié de ses documents. Alors qu’il envisage une nouvelle expédition, pour laquelle il a obtenu une allocation annuelle votée par la Chambre des députés, il s’en voit privé par A. de Salvandy, ministre de l’Instruction publique, qui transfère la subvention au profit de D. Raoul-Rochette pour son séjour en Grèce. Malgré tout, C. Texier repart en 1839, et visite la Perse, l’Arménie et la Mésopotamie. En 1840, il est nommé professeur suppléant d’archéologie au Collège de France, puis chargé, en 1842, de recueillir les marbres du temple de Diane Leucophryne de Magnésie du Méandre, qu’il fait entrer au Louvre. En 1845, il est chargé par le maréchal Soult de l’inspection générale des bâtiments civils en Algérie. Membre correspondant de l’Académie des beaux-arts depuis 1834, il est élu membre libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1855. Par sa découverte de Bogazköy, C. Texier est le pionnier de l’hittitologie, même si ce n’est qu’à la fin du xixe siècle que les archéologues furent en mesure d’attribuer aux Hittites ces ruines énigmatiques d’Anatolie.

Bibliographie sélective :

11Mémoire relatif à la géologie des environs de Fréjus, 1833 ; Description de l’Asie Mineure, trois vol, 1838-1848 ; L’Arménie, la Perse et la Mésopotamie, 2 vol., 1843-1848 ; Les Ports antiques situés à l’embouchure du Tibre, 1858 ; Asie Mineure, 1862 ; L’Architecture byzantine, recueil des monuments des premiers temps du christianisme, 1865.

12VOIR :
Nouvelle Biographie générale, sous la direction de M. le Dr. Hofer, Paris, 1866 ; C. M. Ceram, Enge Schlucht und schwarzer Berg. Entdeckung des Hethiter Reiches, 1957 ; É. Masson, « À la découverte des Hittites », Dossier d’archéologie. Les Hittites, mai 1994, p. 3-4 ; L. Rivet et alii, Atlas topographique des villes de Gaule méridionale, 2. Fréjus, supplément à la Revue archéologique de la Narbonnaise, 2000.

Thomas, Félix (1815-1875)

13Architecte français, membre de l’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie et seul architecte à avoir travaillé en Mésopotamie au siècle dernier. Né à Nantes, il entre à l’École polytechnique en 1834, mais, attiré par les disciplines artistiques, il est admis à l’École des beaux-arts où il devient l’élève d’H. Lebas, et obtient le grand prix de Rome d’architecture en 1845 ; de 1845 à 1851, il parcourt l’Italie, se rend à Athènes, Constantinople et Smyrne. Son envoi de 1849 est composé de quatorze dessins présentant l’état actuel et la proposition de restauration du « temple de Neptune » à Paestum. De retour en France en 1851, il est désigné pour faire partie de l’Expédition scientifique de Médie et de Mésopotamie, conduite par F. Fresnel à Babylone et en Basse-Mésopotamie. Il est plutôt déçu par les sites visités et un incident provoque son abandon de la mission Fresnel : victime d’une insolation, il est pris d’un accès de folie. Sur la route du retour pour la France, il s’arrête à Mossoul et sa nouvelle visite à Khorsabad le détermine à y rester pour aider V. Place dans l’étude des vestiges architecturaux que celui-ci a découverts. Il exécute les relevés des différentes parties dégagées du palais, fournissant les éléments du plan général, et met en œuvre le procédé de moulage inventé par Lottin de Laval. En août 1853, Thomas est de retour à Paris avec les seuls documents conservés des travaux de V. Place : des plans et des relevés, une série de rapports et une vingtaine de boîtes contenant des objets intéressants. Les dessins de F. Thomas sont d’une importance capitale puisque c’est à travers eux que l’on découvre l’architecture assyrienne : les originaux sont présentés à l’Exposition universelle de 1867, année où lui est attribué le titre de chevalier de la Légion d’honneur pour les « services à aux arts ». De retour de Mésopotamie, il s’adonne sivement à la peinture, retiré dans sa propriété de Pornic.

Bibliographie :

14V. Place, Ninive et l’Assyrie, avec des essais de restauration par F. Thomas, trois vol., Paris, 1867-1870.

15VOIR :
Baron de Girardot, Félix Thomas, grand prix de Rome, architecte, peintre, graveur, sculpteur, Nantes, 1875 ; M. Pillet, L’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie, 1851-1855, Paris, 1922 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. II, Technique et problèmes, Paris, 1952, p. 36 ; É. Fontan éd., De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, 1994.

Thomsen, Christian Jürgensen (1788-1865)

16Archéologue danois. Il conçoit et applique le système des Trois Âges et fournit ainsi le premier cadre chronologique de la Préhistoire européenne. Fils d’un riche marchand de Copenhague, il témoigne d’un intérêt très précoce pour les antiquités et se fait connaître comme numismate, grâce à un remarquable talent en matière de classement. En 1816, alors que l’on cherche un successeur à R. Nyerup comme secrétaire du Comité royal pour la protection et la collection d’antiquités nationales, il est choisi pour procéder au classement des collections réunies et est désigné comme premier conservateur du Musée national. Il se met immédiatement au travail, et, dès la première année, il établit les bases de son système en le fondant sur la distinction des matériaux dans lesquels les objets sont fabriqués c’est ainsi qu’il constitue trois d’objets selon qu’ils sont en pierre, en bronze ou en fer, et les rattache à trois périodes différentes à l’intérieur catégorie, il les objets selon leur fonction et leur forme. Il donne naissance à une nouvelle science détachée des documents textuels et fondée sur l’observation et le classement raisonné. En 1819, le Musée national danois, organisé selon les principes mis en œuvre par Thomsen, ouvre ses portes au public et apporte l’illustration de la validité du système des Trois Âges. Très ouvert à la jeunesse et soucieux de former des disciples, il lie des relations d’amitié avec de jeunes savants suédois, dont B. E. Hildebrand qu’il forme à la numismatique et à l’archéologie ; celui-ci, revenu à Lund, procède au classement du musée selon le système des Trois Âges, puis fait de même pour le musée de Stockholm ; l’influence de Thomsen en Suède s’exerce aussi sur S. Nilsson, professeur de zoologie à Lund, qui, dans un essai sur l’origine de la pêche et de la chasse en Scandinavie, plaide pour la reconnaissance des Trois Âges. À la même époque, le système des Trois Âges est appliqué en Allemagne, par G. C. Friedrich Lisch au musée du grand-duc de Mecklembourg, et par Danneil sur les sépultures préhistoriques du Salzwedel, et il semble bien qu’ils en ont emprunté les principes à Thomsen. C. J. Thomsen forme une véritable école et son œuvre sera poursuivie par son assistant J. J. A. Worsaae. Véritable fondateur de l’archéologie moderne, il a exercé une influence considérable sur les archéologues scandinaves et européens.

Bibliographie sélective :

17Ledetraad til Nordisk Oldkyndighed, Copenhague, 1836 ; trad. all., Leitfaden zur nordi-schen Altertumskunde, Copenhague, 1837 ; trad. anglaise, A Guide to Northern Antiquities, 1848.

18VOIR :
Matériaux pour servir à l’histoire positive et philosophique de l’homme, I, 1864-1865 ; H. Seger, « Die Anfänge des Dreiperioden-Systems », Schumacher-Festschrift zum 70. Geburtstag Karl Schumacher, 14. Oktober 1930, Mayence, 1930 ; « Christian J. Thomsen », Dansk Biografisk Lexicon, XXIII, Copenhague, 1942 ; O. Klindt-Jensen, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, 1975, p. 49-52, 53-57, 61-72 ; G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; B. Gräslund, « The Background to C. J. Thomsen’s Three-Age System », dans G. Daniel éd., Towards a History of Archaeology, Londres, 1981 ; J. Jensen, « Ch. J. Thomsen. An appreciation in the Bicentennial of his birth », Acta Archaeologica 58, 1987, p. 1-15 ; B. Gräslund, The Birth of Prehistoric Chronology, Cambridge, 1987 ; A. Schnapp, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, 1993 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994 ; K. Lundbeck-Culot, « L’influence du Danemark dans la création du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye », dans P. Jacquet et R. Périchon éds, Aspects de l’archéologie française au xixe siècle, La Diana, Montbrison, 2000, p. 41-54.

Thouvenot, Raymond (1896-1981)

19Archéologue français. Spécialiste de l’Espagne et du Maroc. Élève de l’École normale supérieure, mobilisé en 1917, blessé et décoré de la croix de guerre, il est libéré en 1919. Agrégé d’histoire, il gagne l’École française de Rome en 1920. Victime de difficultés de santé, il doit interrompre ses travaux, qu’il reprendra en 1925. Il est alors nommé membre de l’École des hautes études hispaniques (future Casa de Vélasquez) : il se consacre à l’histoire et à l’archéologie romaine de la péninsule Ibérique et participe à des fouilles archéologiques, en Andalousie et en Aragon. En 1926-1927, il fouille avec G. Bonsor, à Setefilla, une nécropole protohistorique, constituée d’importants tumulus à dépositions aristocratiques d’époque orientalisante (viie-vie siècle av. J.-C.), qu’ils publient ensemble. En 1931, après une brève parenthèse d’enseignement au lycée d’Oran, il est affecté au Service des antiquités du Maroc, dont il deviendra le directeur en 1941. Il étudie les antiquités romaines et se livre à l’exploration de Valentia Banasa dans le Gharb et à celle de Volubilis. Sa thèse principale est consacrée à « la province romaine de Bétique ». De retour en France, il est, de 1955 à 1967, professeur d’histoire ancienne et archéologie moderne à l’Université de Poitiers.

Bibliographie sélective :

20Outre de nombreux articles dans les Cahiers du Service des antiquités du Maroc, dans le Bulletin des antiquaires de France, dans celui des Antiquaires de l’Ouest, dans Hesperis, dans la Revue des études anciennes, le Journal des savants, la Revue archéologique, il publie : Catalogue des bronzes antiques du Musée de Madrid avec G. Bonsor, Nécropole ibérique de Setefilla. Lora del Rio (Sevilla). Fouilles de 1926-1927, Bordeaux, 1928 ; avec V. Ponz Bardaviu, chanoine de Saragosse, Fouilles dans la région d’Alcañiz (prov. de Teruel), Bordeaux, 1930 ; Valentia Banasa. Une colonie romaine de Maurétanie Tingitane, Paris, 1941 ; Essai sur la province romaine de Bétique, 1942 (remise à jour en 1973) ; Volubilis, Paris, 1949.

21VOIR :
J.-M. Delaunay, Des Palais en Espagne. L’École des hautes études hispaniques et la Casa de Vélasquez au cœur des relations franco-espagnoles du xxe siècle, 1898-1979, Madrid, 1994 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Maier Allende, Jorge Bonsor (1855-1930). Un académico correspondiente de la Real Academia de la Historia y la arqueología española, Madrid, Real Academia de la Historia, 1999.

Thureau-Dangin, Jean Geneviève François (1872-1944)

22Assyriologue français, épigraphiste et archéologue. Fils de l’historien Paul Thureau-Dangin. Élève de J. Loisy et J. Oppert, il est attaché en 1895 au Département des antiquités orientales du Louvre, dirigé par Léon Heuzey, qui lui confie le déchiffrement des textes de Tello. Dès 1896, L. Heuzey lui demande de l’accompagner à Constantinople où F. Thureau-Dangin trie un lot très important de tablettes retrouvées par E. de Sarzec, et reconnaît qu’elles remontent aux règnes de Sargon l’Ancien et de Naram-sin ; il étudie aussi les inscriptions sur le cône historique d’Entéména, et fait progresser la connaissance de cette langue encore presque inconnue. Il publie le texte de la Stèle des vautours, et, par son étude sur les Inscriptions de Sumer et d’Akkad (1905), où il définit les règles de la lecture du sumérien, il fait faire un progrès décisif aux recherches en ce domaine, démontrant une fois pour toutes l’existence de la langue sumérienne et confirmant le point de vue de J. Oppert. En 1908, il devient au Louvre conservateur adjoint, puis conservateur en chef du département des Antiquités orientales en 1925. Pendant la Première Guerre mondiale, il demande à être envoyé dans les tranchées de première ligne, puis est transféré sur le front de Salonique où il participe aux recherches archéologiques de l’armée d’Orient. Il est élu membre ordinaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1917. Il porte une attention particulière aux problèmes de chronologie, et, en utilisant l’archéologie et les synchronismes fournis par les textes astronomiques, en 1927, il fixe la date des trois premières dynasties babyloniennes ; les travaux de Mari, d’Atchana et de Ras Shamra le contraindront à une révision. Il établit les rapports économiques entre Tello et Agadé (Akkad), et la chronologie relative des souverains d’Agadé et de la troisième dynastie d’Our. Avec le père Vincent Scheil, il dirige la Revue d’assyriologie. Il ne se contente pas de fonder la sumérologie, il étudie également les textes akkadiens et ceux de l’époque séleucide en Cappadoce et publie les textes mathématiques de l’époque haute babylonienne. En 1923, il accomplit avec É. Dhorme un grand voyage d’exploration en Syrie et en Mésopotamie durant ce séjour, ils entreprennent la fouille de Tell Ashara sur le Moyen-Euphrate et la poursuivront jusqu’en 1931. En 1927, il retourne en Syrie et explore Tell Ahmar (Til Barsib) sur l’Euphrate, et à l’est Arslan-Tash (Hadatu), où il découvre la stèle monumentale d’Asarhaddon ; il prend alors la décision de continuer l’exploration du site et donne sa démission du Louvre en 1928. Il s’installe à Arslan-Tash, assisté tout d’abord d’A. Barrois et de G. Dossin, puis de M. Dunand : deux palais assyriens sont dégagés, dont l’un révèle un incomparable lot d’ivoires syro-phéniciens du ixe siècle avant notre ère. Entre 1929 et 1931, M. Dunand et lui accomplissent trois campagnes à Tell Ahmar, l’ancienne Til Barsib, où ils découvrent les ruines d’un palais assyrien de la fin du IIe millénaire qui a conservé sa décoration de fresques ; ils révèlent d’importantes sculptures hittites du xe siècle et une tombe du IIIe millénaire. Membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1917, F. Thureau-Dangin poursuit la tradition de l’orientalisme à l’Académie et l’illustre aussi bien comme épigraphiste que comme archéologue.

Bibliographie sélective :

23Voir sa bibliographie établie par É. Dhorme, Mitteilungen und Verhandlungen der Gesellschaft Ex Oriente Lux 8, Leide, 1946, p. 19-35 ; Tablettes chaldéennes inédites, 1897 ; Recherches sur l’origine de l’écriture cunéiforme, 1898 ; Recueil de tablettes chaldéennes, 1903 ; Les Inscriptions de Sumer et d’Akkad, 1905 ; avec L. Heuzey, Restitution matérielle de la Stèle des vautours, 1905 puis 1909 ; Die sumerischen und akkadischen Königsinschriften, trad. de H. Winckler, vol. I de la Vorderasiatische Bibliothek, 1907 ; Textes de l’époque d’Agadé, 1910 ; Une relation de la huitième campagne de Sargon (714 av. J.-C.), Paris, 1912 ; Rituels akkadiens, Paris, 1921 ; La Correspondance de Hammourabi avec Samas-Hasir, Paris, 1924 ; Les Cylindres de Goudea, 1925 ; Le Syllabaire akkadien, 1926 ; « La chronologie des trois premières dynasties babyloniennes », Revue d’assyriologie XXIV, 1927, p. 181 et sq. ; Les Homophones sumériens, 1929 ; avec G. Dossin et M. Dunand, Arslan-Tash, Paris, 1931 ; Esquisse d’une histoire du système sexagésimal, Paris, 1932 ; avec M. Dunand et le concours de L. Cavro et G. Dossin, Til Barsib, Paris, 1936 ; Textes mathématiques babyloniens transcrits et traduits, Paris, 1938.

24VOIR :
R. Dussaud, « Notice sur la vie et les travaux de Fr. Thureau-Dangin », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1944 ; « Hommage à la mémoire de l’éminent assyriologue François Thureau-Dangin 1872-1944 », Mémoire de la société orientale « Ex Oriente lux », n° 8, Leyde, 1946 ; E. Weidner, Archiv für Orientforschung XV, 1945-1951, p. 174-175 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946, p. 464-487.

Tissot, Charles-Joseph (1828-1884)

25Diplomate français, il illustre la tradition des consuls archéologues inaugurée par P.-É. Botta en Mésopotamie. Il est l’auteur d’une œuvre magistrale par laquelle il contribue à fonder la géographie comparée moderne. Il est né à Paris, d’une très ancienne famille originaire d’Italie et installée en Franche-Comté au xiie siècle. Son père, avocat à Paris, avait fait des études de médecine et de théologie et, agrégé de philosophie, avait choisi l’enseignement de cette discipline à Bourges, puis à Dijon. C’est lui qui assume l’éducation de son fils, lui faisant apprendre l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le latin et le grec, favorisant aussi ses dons en dessin. C.-J. Tissot poursuit brillamment ses études à Paris, au lycée Charlemagne, puis à Dijon à la Faculté de droit. Admis à l’École d’administration qui vient d’être créée, il choisit une carrière consulaire. Nommé élève consul à Tunis en 1852, il se lie d’amitié avec le père Bourgade, aumônier de Saint-Louis-de-Carthage, qui décide de sa vocation archéologique : en 1853, il accomplit sa première mission d’exploration dans le sud tunisien. De retour à Paris, il décide de préparer une thèse sur les conseils d’E. Renan et de L. Renier. Il regagne la Tunisie en 1855 et consacre sa thèse latine à l’étude du lac Triton, que les Grecs plaçaient dans l’Afrique carthaginoise et que C.-J. Tissot tente d’identifier en confrontant les textes et les observations sur le terrain. Dès 1856, il conçoit un projet de fouilles profondes à Carthage, mais sera empêché de les réaliser. En Tunisie, il se livre aux relevés épigraphiques et se consacre à la chorographie (étude des routes et itinéraires) : en 1857, il entreprend un long voyage à travers toute la Régence, fait une importante moisson d’inscriptions romaines, découvre une voie non mentionnée par la Table de Peutinger et repère l’emplacement de Thuburbo Majus ce qui lui permet de déterminer les points intermédiaires entre Thuburbo et Hadrumète. Pour accéder au titre de consul, il doit quitter la Tunisie et séjourne successivement en Espagne, à Salonique, à Andrinople. Protégé par M. de Lavalette, ambassadeur de France à Constantinople, Tissot travaille avec lui à résoudre la question d’Herzégovine et à réconcilier Turcs et Monténégrins. C.-J. Tissot suit M. de Lavalette à Rome, où celui-ci est nommé ambassadeur auprès du Saint-Siège, mais il ne rêve que de retourner à Tunis, ce qui, malheureusement, ne lui sera pas accordé ; en effet, 1862, il commence la de son sur La Campagne de César en Afrique, et que le manuscrit est soumis à Napoléon III, ce n’est pas lui qui est envoyé à Tunis pour repérer les lieux de la campagne de César dont l’empereur a entrepris d’écrire l’histoire. C.-J. Tissot est envoyé à Jassy, en Roumanie. Son œuvre scientifique se ressentira des aléas de sa carrière diplomatique pour laquelle C.-J. Tissot nourrit de très hautes ambitions qui le contraindront à sacrifier une partie de ses recherches. Devenu sous-directeur politique au ministère des Affaires étrangères, il ne peut se consacrer à l’archéologie. En 1869, M. de Lavalette, devenu ambassadeur à Londres, entraîne C.-J. Tissot à sa suite comme premier secrétaire. En 1871, il est enfin nommé ministre plénipotentiaire au Maroc, où il peut reprendre ses explorations et ses relevés. De 1871 à 1876, il vit la période la plus féconde de sa carrière archéologique : il parcourt toutes les voies romaines du Maroc, relève les ruines et les inscriptions et dresse la carte d’une région presque inexplorée jusque-là ; personne avant lui n’avait encore étudié aussi complètement la Maurétanie tingitane. En même temps qu’il rédige ses « Recherches sur la géographie comparée de la Maurétanie poursuit son et publie dans la Revue archéologique les inscriptions qui révèlent le nom et l’emplacement de Banasa, ainsi qu’une carte de la Maurétanie tingitane. En 1874, il confie son mémoire à son ami E. Desjardins, qui le soumet à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, devant laquelle C.-J. Tissot en donne lecture et qui l’élit membre correspondant en 1876 ; soucieux de parfaire son travail, il se refuse à le publier et cette œuvre, si en avance sur son temps en 1875, paraîtra trop tard, à un moment où les progrès considérables accomplis par les recherches en Afrique du Nord, l’auront rendue obsolète. La même année, il explore, en Tunisie, le cours inférieur de la Medjerda. Nommé ministre de France à Athènes, de 1876 à 1879, il fréquente les membres de l’École française et Albert Dumont, son directeur, qui lui confie la présidence de l’Institut de correspondance hellénique. Après avoir obtenu un congé et une mission, il peut accomplir sa dernière exploration en Tunisie : il parcourt la vallée de Bagrada, reconstituant la voie romaine de Carthage à Hippone par Bulla Regia et relevant de très nombreuses inscriptions. C’est à cette époque qu’il entre en relations épistolaires avec Th. Mommsen, qui entreprend alors le Corpus des inscriptions latines d’Afrique : C.-J. Tissot lui communique les nombreuses inscriptions inédites qu’il a trouvées et accepte de retoucher la carte de Kiepert de l’Afrique ancienne, en fonction de ses découvertes sur le terrain. Le savant allemand salue le généreux désintéressement de Tissot et le fait nommer membre de l’Institut archéologique allemand. Dès cette époque, C.-J. Tissot est conscient que son œuvre allait paraître trop tard pour conserver toute sa valeur, d’autant que les événements politiques bouleversent profondément la situation de l’archéologie en Tunisie : le traité du Bardo, signé en mars 1881, ouvre le pays aux investigations scientifiques ; officiers et « l’Académie inscriptions l’Instruction publique multiplient les relevés topographiques et épigraphiques qui confirment l’œuvre de Tissot, mais risquent de la submerger. Nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Constantinople en 1880, puis à Londres en 1882, il tente de diriger le travail collectif sans, bien sûr, y parvenir ; il refuse catégoriquement de suivre le conseil de S. Reinach et de confier l’exploration de la Tunisie à des élèves de l’École de Rome, mais ne peut, par ailleurs, renoncer à la carrière diplomatique, pour se consacrer tout entier à la direction des recherches tunisiennes. Avec S. Reinach, devenu son collaborateur, il met au point sa Géographie comparée de la province romaine d’Afrique. En mars 1883, il est nommé président de la Commission archéologique de Tunisie, mais meurt le 3 juillet 1884, sans avoir pu se rendre à Carthage pour commencer, avec S. Reinach et E. Babelon, le programme de fouilles profondes qu’il voulait appliquer. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1880. C.-J. Tissot est l’artisan des progrès accomplis dans la connaissance de l’Afrique ancienne à partir de 1850, mais son œuvre, très novatrice au moment de sa conception, a trop longtemps attendu sa publication et a été dépassée par l’accélération des recherches à la fin du xixe siècle.

Bibliographie sélective :

26Des proxénies grecques et leur analogie avec les institutions consulaires (thèse principale) et De Tritonide lacu (thèse complémentaire), Dijon, 1863 ; « Recherches sur la géographie comparée de la Maurétanie tingitane », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1877 ; Le Bassin du Bagrada et la voie romaine de Carthage à Hippone par Bulla Regia, Paris, 1881 ; Recherches sur la campagne de César en Afrique, 1884 ; Exploration scientifique de la Tunisie. Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, deux vol. et un atlas, Paris, Imprimerie nationale, 1884-1891 ; S. Reinach éd., Fastes de la province romaine d’Afrique, Paris, 1885.

27VOIR :
S. Reinach, préfaces aux Fastes de la province romaine d’Afrique, 1885 et à Géographie comparée, t. II, 1888 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Charles-Joseph Tissot », Archéologia 209, janv. 1986, p. 67-72.

Titeux, Philippe Auguste (1812-1846)

28Architecte français. Élève d’A. Blouet, il appartient à la première promotion de l’Académie de France à Rome autorisée, par le décret du 22 février 1845, à séjourner officiellement à Athènes. Il meurt dans la capitale grecque avant d’avoir achevé son envoi consacré aux Propylées de l’Acropole, où il a ouvert des fouilles qui seront reprises par A. Paccard, J. Tétaz et enfin E. Beulé.

29VOIR :
H. Lapauze, Histoire de l’Académie de France à Rome, deux tomes, Paris, 1924 ; M.-C. Hellmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique n° 120, spécial « Cent cinquantenaire », 1846-1996, 1996.

Toda i Güell, Eduardo (1852-1941)

30Diplomate et historien espagnol, pionnier de l’égyptologie dans son pays. Né à Reus, province de Tarragone, il fait ses études de droit à l’Université centrale de Madrid et entre dans la carrière diplomatique. Il est d’abord vice-consul à Macao puis à Hong Kong, Canton et Shangai. Attiré depuis l’enfance par les recherches d’érudition historique, il publie des ouvrages sur les pays où il a séjourné. De 1884 à 1886, il est consul général d’Espagne au Caire, où il se passionne pour la civilisation égyptienne et se lie d’amitié avec G. Maspero qui dirige le Service des antiquités ; il se rend en Haute-Égypte et, à Deir el-Médineh, découvre et ouvre la tombe intacte de Sennedyem. Par la suite, il sert à Helsinki puis au Havre, mais se retire de la carrière diplomatique et s’installe à Londres où il réalise de prospères affaires. En 1918, il revient en Espagne en possession d’une fortune considérable. Il tente alors de susciter les études d’égyptologie dans son pays en créant la collection « Estudios Egiptológicos », pour accueillir les futurs travaux ; son initiative n’a pas l’effet escompté et il échoue dans son projet de faire naître en Espagne une école d’égyptologie. Il traduit en espagnol l’œuvre de J. Rawlinson : Historia del Antiguo Egipto (1894), puis, retiré dans le château d’Escornalbou, il satisfait sa passion de l’érudition en se consacrant à l’histoire du monastère de Poblet, dont il promeut la restauration. En 1939, il est professeur à l’École de bibliothécaires de la Diputación Provincial de Barcelone. Il est correspondant de l’Institut d’Estudis catalans et membre de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelone. Il fait don de sa bibliothèque à diverses institutions catalanes et confie sa collection de numismatique à l’Archivo Histórico Nacional et les objets égyptiens au Musée archéologique national et au Musée Balaguer de Villanueva y Geltrù.

Bibliographie sélective :

31Macao (Recorts de viatje), Barcelone, 1877 ; Poblet. Recorts de la Conca de Barberá, Barcelone, 1883 ; La Vida en el Celeste Imperio, Madrid, 1887 ; Sesostris, collection « Estudios egiptológicos », Madrid, 1886 ; La Muerte en el Antiguo Egipto, collection « Estudios egiptológicos », Madrid, 1887 ; Son Notem en Tebas : Inventario y textos de un sepulcro egipcio en la XX dinastía, Madrid, 1887 ; Catálogo de la Colección Egipcia de la Biblioteca-Museo Balaguer, Madrid, 1887 ; A través el Egipto, Madrid, 1889.

32VOIR :
F. Valls Taberner, « Necrología. Eduardo Toda y Güell », Hispania 4, 1941, p. 123-128 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Padró, « Édouard Toda, diplomate espagnol, érudit catalan et égyptologue du xixe siècle », Bulletin de la Société française d’égyptologie 113, oct. 1988, p. 34-41 ; T. Montero, L’Antic Egipte. Documentacio manuscrita de Eduard Toda, Barcelone, Orientalia Barcinonensia 8, 1990 ; F. J. Martín Valentín, « para una historia de la Egiptología en España », Boletín de la Asociación Española de Egiptología 4-5, 1992-1994, p. 176-179 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Torremuza, Gabriele Lancellotto Castello, prince de (1727-1792)

33Antiquaire italien. Né à Palerme, il est le premier érudit à présenter une classification complète et rationnelle des monuments de l’Antiquité. Au cours de ses fouilles à Palerme, il découvre le temple de la Concorde et des catacombes. Le roi de Naples le nomme conservateur des monuments de Sicile. Il procède à l’organisation des universités de Palerme, Syracuse, Trapani, Cattagirona et Piazze. Il est le créateur de l’Observatoire, du Jardin botanique et du Cabinet de physique de Palerme. Il fut « associé libre résident » de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

34VOIR :
J. Leclant, « L’Académie des inscriptions et belles-lettres… Il y a deux cents ans », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1989, fasc. 3-4.

Tournal, Paul (1805-1872)

35Pharmacien français, préhistorien amateur. Conservateur du musée de Narbonne, dont il est le fondateur, il introduit, dans la recherche moderne, le terme de « préhistoire ». Associé à Jules de Christol et à Marcel de Serres, naturaliste de Montpellier, élève de Cuvier et de Lamarck et ami de Buckland, il fouille, dans les années 1820, certaines grottes du département de l’Aude, découvre à Bize des ossements humains et d’animaux éteints associés et en déduit la contemporanéité d’hommes et « d’animaux d’espèces perdues » ; il pose ainsi les bases d’une histoire géologique de l’homme.

Bibliographie sélective :

36« Note sur la caverne de Bize près Narbonne », Annales des sciences naturelles XVI, 1828, p. 349 ; « Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bize, près de Narbonne (Aude), et sur les ossements humains confondus avec des restes d’animaux appartenant à des espèces perdues », Bulletin des sciences naturelles et de géologie XIX, 1829, p. 18-28 ; « Considérations générales sur le phénomène des cavernes à ossements », Annales de chimie et de physique LII, 1833, p. 161-181 ; « Sur la présence, dans les cavernes, d’animaux d’espèces disparues », Bulletin de la Société géologique de France, 2e série, XVIII, 1860-1861.

37VOIR :
Matériaux VII, 1872, p. 152 ; D. K. Grayson, The Establishment of Human Antiquity, New York, Academic Press, 1983 ; W. Stoczkowski, « La préhistoire : les origines du concept », Bulletin la Société française La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Troyon, Frédéric Louis (1815-1866)

38Archéologue suisse. Il s’attache, avec É. Desor, à expliquer les origines du peuplement en Suisse occidentale. Engagé dans des études de théologie, il les abandonne pour se consacrer aux recherches archéologiques, après avoir, dès 1838, fouillé, dans la propriété familiale de Cheseaux-sur-Lausanne, une nécropole du haut Moyen Âge. Pour se former, il accomplit de nombreux voyages et séjours en Europe, en particulier au Danemark, où les antiquaires ont élaboré et expérimenté le système des Trois Âges de la Préhistoire. Il est aussi en relation avec le fondateur du Römisch-germanisches Museum de Mayence, Ludwig Lindenschmit. Devenu en 1852 conservateur du Musée des antiquités à Lausanne, il entreprend en 1856 la fouille d’un tumulus au-dessus de Lausanne, dans la forêt de Vernand de Blonay.

Bibliographie sélective :

39« Description des tombeaux antiques de Bel-Air près Cheseaux-sur-Lausanne », Mitteilungen der Antiquarischen Gesellschaft in Zurich I, 9, 1841, p. 1-18 ; Album, en trois vol. illustrant son rapport de fouilles du tumulus « helvétien » de Vernand de Blonay, 1856 ; Habitations lacustres des temps anciens et modernes, Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la suisse romande, 17, 1860.

40VOIR :
M. R. Sauter, « Cent ans de recherches dans les palafittes », Congrès préhistorique de France, XVe session, Poitiers-Angoulême, 1956, Paris, Société préhistorique française, 1957, p. 883-888 ; A. Rapin, « Un grand archéologue du siècle dernier : Frédéric-Louis Troyon (1815-1866) », Revue historique vaudoise 74, 1966, p. 141-149 ; G. Kaenel, « Troyon, Desor et les “Helvétiens” vers le milieu du xixe siècle », Archéologie suisse 14, 1991-1, 19-28 N. Coye, « bel âge de lacustre entre Ferdinand Keller et Oscar Paret », dans B. Barraqué, D. Bley, G. Boëtsch, M. Masali, E. Rabino Massa dir., L’Homme et le lac. Usages et représentations de l’espace lacustre, Côme, 1995, p. 61-72.

Tsountas, Christos (1857-1934)

41Archéologue grec. L’un des géants de l’archéologie grecque. Éphore du Service archéologique de 1883 à 1904, il joue un rôle de premier plan au sein de la Société archéologique d’Athènes. Né en Thrace, il achève ses études secondaires à Athènes puis complète sa formation classique en Allemagne. Devenu éphore des antiquités, il mène des travaux à Salamine, où il retrouve des vestiges des bateaux de la grande bataille. En 1891, il relève les stèles funéraires d’Érétrie. Après avoir commencé des recherches à Mycènes en 1886, il sera, jusqu’en 1910, chargé, comme éphore, de la surveillance de la région, ainsi qu’à Tanagra, en Laconie et à Tirynthe. À Mycènes, il poursuit les travaux de Schliemann, découvre les ruines du palais sur l’acropole, fouille autour de l’immense fortification et met au jour la citerne souterraine. De plus, il dégage une soixantaine de tombes à chambres autour de Mycènes et explore la tholos de Vaphio, près de Sparte : toutes ces recherches font considérablement progresser les connaissances sur les modes funéraires à l’époque mycénienne et permettent à C. Tsountas d’établir une synthèse sur Mycenae and the Mycenaean Age, qui paraît en grec en 1893 et est traduite en anglais en 1897, en collaboration avec l’américain J. I. Maniatt. Dans cette œuvre d’une importance capitale, il établit la chronologie de la civilisation mycénienne en dressant le répertoire des objets mycéniens trouvés en Égypte (dans les fouilles de W. Flinders Petrie à Tell el-Amarna), et celui des objets égyptiens découverts dans le monde égéen. De 1894 à 1898, il assume la responsabilité des Cyclades, qui se révèlent comme un centre important pour l’âge du bronze ancien en Égée. Il ouvre plusieurs centaines de tombes à Syros, Paros, Siphnos, Despotiko et Amorgos. Il mène la première fouille d’un site du Cycladique ancien, à Kastri, place forte près de Chalandriani, sur l’île de Syros. Il est le premier à reconnaître une culture de l’âge du bronze caractéristique des îles et à en commencer l’analyse. Par la suite, il s’occupe de la Thessalie, dirige les fouilles de Marmariani et de Volos (1901), où il met au jour des vestiges d’époque mycénienne. De 1901 à 1903, il dégage les acropoles des sites néolithiques de Sesklo et Dimini, où il accomplit une œuvre de pionnier et fait faire un bond considérable à la préhistoire grecque : il est le premier à reconnaître les caractères et les limites chronologiques de la civilisation néolithique en Grèce. Il ne néglige pas l’archéologie classique et consacre une part de ses recherches à l’épigraphie attique, à celle de l’Acropole, d’Éleusis et d’Érétrie et aux figurines de Tanagra. Son ouvrage de synthèse sur l’art grec ancien conserve encore une grande validité. Directeur de l’École de philosophie d’Athènes de 1904 à 1924, C. Tsountas est reçu à l’Académie d’Athènes en 1926. Si H. Schliemann a révélé la civilisation mycénienne, C. Tsountas est le premier à en faire l’étude systématique. Il est le premier à présenter une vision synthétique de la Protohistoire égéenne qu’il a lui-même contribué à révéler.

Bibliographie sélective :

42« Epigraphè ek Thrakês », Dèmosieugmata tês Archaiologikês Ephemeridos (AE) 1883 ; « Epigraphè ex Eleusinos », AE, 1884 ; « Epigraphè ex Akropoleôs », AE, 1884 ; « Oi proïstorikoi taphoi en Helladi », AE, 1885 ; « Archaiotètes ek Mukènôn », AE, 1887 ; L’Acropole d’Athènes, Athènes, 1900 ; The Mycenean Age. A Study of the monuments and Culture of pre-Homeric Greece, Londres, 1897 ; « Ai proïstorikai akropoleis Diminiou kai Sesklou », Bibliothèkè tês en Athinais Archaiologikês Etaireias, 1908.

43VOIR :
B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. H historia tôn 150 chronôn tês. 18371937, Athènes, 1987 ; J. L. Fitton, The Discovery of the Greek Bronze Age, Cambridge, Massachusetts, 1996, p. 104 ; O. Polychronopoulou, Archéologues sur les pas d’Homère. La naissance de la protohistoire égéenne, Paris, Noêsis, 1999.

Tubino, Francisco María (1833-1888)

44Écrivain et préhistorien espagnol, l’un des pionniers de la préhistoire dans son pays. Né à Cadix, il prépare et obtient la licence de philosophie et lettres à l’Université de Séville. En 1859-1860, il est correspondant pendant la guerre d’Afrique et dirige le journal La Andalucia. En 1865, il est reçu membre de l’Academia de Buenas Letras de Séville et, la même année, s’installe à Madrid, où il fonde et dirige la Revue des beaux-arts, qui publie les informations concernant l’actualité archéologique en Espagne et en Europe. Associé à J. Vilanova y Piera, il mène l’exploration archéologique de Castilleja de Gusman et de Cerro Muriano et donne à Madrid et à Séville une conférence sur « La culture et l’art préhistorique » ; Vilanova et lui assistent au Congrès international d’archéologie préhistorique qui se tient à Norwich et à Londres en 1868 et, l’année suivante, se rendent à Copenhague pour le Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques : F. M. Tubino présente une communication sur « Les monuments mégalithiques d’Andalousie ». Le récit que Vilanova et Tubino publient de ce voyage au berceau de la préhistoire européenne en 1871 marque la reconnaissance officielle de la préhistoire en Espagne. Tubino assistera ponctuellement à tous les congrès suivants, à Bologne, Bruxelles et à Lisbonne. Il poursuit ses recherches sur les sites préhistoriques d’Andalousie en explorant plusieurs grottes de la province de Málaga, fait partie des membres fondateurs de la Société anthropologique de Séville et appartient également à la Société espagnole d’histoire naturelle. En 1873, il est élu secrétaire général de la Société espagnole d’anthropologie. Directeur du séminaire La Academia, il centralise les informations sur les activités archéologiques menées dans tout le pays. Membre depuis 1877 de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, il est élu correspondant de la Real Academia de Ciencias de Lisbonne et appartient à la Société des antiquaires du Nord de Copenhague. Il entretient des liens très étroits avec les anthropologues et préhistoriens européens et considère l’archéologie comme un moyen de comprendre la vie des peuples antiques et comme une science auxiliaire de l’anthropologie ; il introduit en Espagne les idées évolutionnistes et celles de K. O. Müller sur le mythe comme expression de la conception du monde par les Anciens.

Bibliographie sélective :

45Estudios prehistóricos, Madrid, 1868 ; « Estudios Prehistóricos D. Casiano del Prado », Boletín Revista de la Universidad de Madrid II, n° 7, 1870 ; « Recientes publicaciones sobre ciencia prehistórica », Boletín Revista de la Universidad de Madrid, II, nos 15 et 16, 1870 ; avec J. Vilanova y Piera, Viaje scientifico a Dinamarca y Suecia con motivo del congreso internacional prehistórico, Madrid, 1871 ; Les Travaux préhistoriques en Espagne pendant l’année 1871, Toulouse, 1872 ; « Historia y Progreso de la arqueología prehistórica », Museo Español de Antigüedades I, 1872 ; « Mitología comparada. El martillo de Thor », Revista de Antropología I, 1874 ; « Los monumentos megalíticos de Andalucia, Extremadura y Portugal y los aborigenes ibéricos », Museo Español de Antigüedades VII, 1876.

46VOIR :
M. Ayarzaguena, « Origenes de la arqueología prehistórica en España », Revista de Arqueología 105, janv. 1990, p. 16-24 ; G. Rueda Munoz de San Pedro, « Francisco María Tubino y la Revista de Bellas Artes (1866-1868) », dans J. Arce et R. Olmos éd., Historiagrafía de la arqueología y de la historia antigua en España (siglos XVIII-XX), Madrid, 1991, p. 59-63 ; J. Suarez Otero, « Prehistoria nordica el Museo Arqueológico nacional », De Gabinete a Museo. Tres siglos de historia, Madrid, 1993, p. 326-337.

Tylor, sir Edward Burnet (1832-1917)

47Anthropologue anglais, père de l’anthropologie britannique. Il fait des études d’ethnologie à Grove House, Tottenham, puis, en 1855, il voyage aux États-Unis, à Cuba et au Mexique, avec le banquier H. Christy, qui éveille en lui l’intérêt pour l’anthropologie et collaborera avec É. Lartet dans l’exploration des sites préhistoriques de la vallée de la Vézère en Dordogne. E. Tylor propose d’introduire, dans la division des Trois Âges, les concepts anthropologiques d’état sauvage, d’état barbare (qui commence avec l’agriculture) et d’état civilisé (qui commence avec l’écriture) ; cette conception sera développée par l’anthropologue américain L. H. Morgan. Docteur honoris causa d’Oxford en 1875, il devient conservateur du cabinet d’ethnographie de la Royal Society de Londres en 1883 et occupe en 1895 la première chaire d’anthropologie créée à Oxford. Le roi Edouard VII l’anoblit en 1910.

Bibliographie sélective :

48Researches into the Early History of Mankind, Londres, 1865 (3e éd. 1878) ; Primitive Culture. Researches into the Developement of Mythology, Philosophy, Religion, Language, Art and Custom, Londres, 1871 ; Anthropology. An introduction to the study of Man, 1881.

49VOIR :
G. Daniel et C. Renfrew,
The Idea of Prehistory, Londres, 1988 ; C. Rivière, « E. B. Tylor (1832-1917) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

S
 
U

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site