Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
R
T

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

S

Texte intégral

Sacken, baron Eduard von (1825-1883)

1Archéologue et anthropologue autrichien. Il fait ses études de philologie à Vienne, où il devient en 1854 conservateur puis directeur du Cabinet des médailles et antiquités de Vienne. Prévenu par J. G. Ramsauer de la découverte de sépultures qu’il a faite à Hallstatt, le baron Sacken lui donne des directives de fouille et finance les travaux en prélevant une somme sur le budget du Cabinet. Il présente les résultats des premières vingt années de fouilles et fait le répertoire minutieux de neuf cent quatre-vingt-treize tombes. Cette nécropole illustrait la transition entre l’âge du bronze et l’âge du fer : en 1872, H. Hildebrand définit les deux phases de l’âge du fer, donnant à la première le nom de Hallstatt.

Bibliographie sélective :

2Die Sammlungen, 1866 ; Archäologischer Wegweiser durch Niederösterreich, Vienne, 1868-1878 ; Das Grabfeld von Hallstatt in Oberösterreich und dessen Alterthümer, Vienne, 1868.

3Voir :
G. Bibby, The Testimony of the Spade, Londres, 1956 ; J. Filip, Manuel encyclopédique de préhistoire et de protohistoire européennes, Prague, 1966.

Safar, Saïd Fuad (1903-1978)

4Archéologue irakien. Il appartient au Département des antiquités du jeune État irakien indépendant et, après un séjour de formation à l’Université de Chicago, il assume, en 1936, la responsabilité d’un chantier ouvert sur le site islamique de Wasit dont il fouille parfaitement l’une des trois mosquées et le palais adjacent, réalisant des dessins et des plans d’excellente qualité. En 1941, Sati al-Husri, directeur du Département des antiquités, décide d’ouvrir le premier chantier irakien pré-islamique et le choix se fixe sur le site du Tell ‘U +qair, où sera dégagé un temple proto-sumérien bien conservé ; la direction du chantier est partagée entre F. Safar et S. Lloyd, devenu conseiller technique au Directorate General of Antiquities. Les deux directeurs du chantier signent ensemble la publication et poursuivront une très fructueuse collaboration pendant huit années. En 1943-1944, ils dirigent conjointement la fouille d’Hassuna, site découvert deux ans plus tôt par F. Safar, au sud de Mossoul ; deux campagnes y sont menées pour le Département des antiquités d’Iraq, au cours desquelles le sondage pratiqué au cœur du tell révèle une succession de quinze niveaux superposés de l’époque assyrienne à la période néolithique au VIe millénaire av. J.-C. Jamais chantier mésopotamien n’avait fourni une telle stratigraphie. Le site d’Hassuna révélait la période de transition entre le Néolithique et le Chalcolithique et marquait une étape très importante de la reconstitution de la Protohistoire mésopotamienne. Entre 1946 et 1949, il dirige encore avec S. Lloyd le chantier d’Abou Shahrein, site de l’antique et prestigieuse cité d’Eridu, à quelques kilomètres au sud d’Ur ; la fouille du secteur de la ziggourat restitue dix-huit sanctuaires superposés qui illustrent d’une façon exemplaire l’époque d’El Obeïd, et révèle une céramique extrêmement abondante et variée qui correspond à la phase la plus ancienne de la période. Après le départ de S. Lloyd pour Ankara, F. Safar poursuit pendant une année la fouille à Eridu, dégageant deux petits palais sumériens en dehors du périmètre du tell principal. En 1951, il entreprend la fouille d’Hatra qui mobilisera les fonds et les forces du Département des antiquités pendant vingt-cinq ans : le site est du plus grand intérêt pour les historiens arabes et pour l’histoire de l’art à l’époque parthe. F. Safar assume ensuite de grandes responsabilités au Département des antiquités dont il devient inspecteur général. Sa mort accidentelle en 1978 prive l’archéologie irakienne de l’une de ses grandes figures.

Bibliographie sélective :

5Wasit : the Sixth Season’s Excavations, Iraq Directorate General of Antiquities, Bagdad, 1945 ; avec S. Lloyd, « Tell Uqair : Excavations by the Iraq Directorate General of Antiquities in 1940-1941 », Journal of Near Eastern Studies 4, 1945 ; « Eridu. Foreword (Dr Naji al-Hasil), History of Eridu (Seton Lloyd), Excavations (Fuad Safar) », Sumer III, 1947, n° 2, p. 84-111 ; « Excavations of the Directorate General of Antiquities at Eridu », Sumer III, 1947, n° 2, p. 219-269 (en arabe) ; avec S. Lloyd, « Eridu, A Preliminary Communication on the Second Season’s Excavations 1947-1948 », Sumer IV, 1948, n° 2, p. 105-125 « Eridu. A Preliminary Report on the Third Season’s Excavations 1948-1949 »,Sumer VI, 1950, p. 27-33.

6VOIR :
A. Parrot, Archéologie mésopotamienne. II. Techniques et méthodes, Paris, Albin Michel, 1953 ; S. Lloyd, Fondations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, 2e éd., Londres, Thames and Hudson, 1980, p. 197-199 et 204-205.

Sainte Fare Garnot, Jean (1908-1963)

7Égyptologue français, archéologue, philologue, historien des religions. Directeur de l’Institut français d’archéologie orientale de 1953 à 1959. Élève de l’École normale supérieure, il bénéficie du soutien d’É. Drioton et de P. Lacau et devient membre de l’Institut français orientale dirigé par P. Jouguet; séjour, il travaille à Deir el-Médineh et à Edfou, au sein de la mission franco-polonaise. De retour en France en 1938, il succède à A. Moret dans sa conférence de l’histoire des religions de l’Égypte à l’École pratique des hautes études. Il se préoccupe également de philologie et d’onomastique et, pendant sa direction de l’IFAO, il reprend ses travaux archéologiques à Edfou et Gizeh et, juste avant de mourir, s’apprêtait à travailler à la pyramide de Téti à Saqqarah, où J.-P. Lauer et J. Leclant assureront la relève. En 1959, il succède à M. Alliot à sa chaire de la Sorbonne. En 1961, il préside la Société française d’égyptologie. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1957.

Bibliographie sélective :

8L’Appel aux vivants dans les textes funéraires égyptiens, 1938 ; La Vie religieuse dans l’ancienne Égypte, 1948 ; Religions égyptiennes antiques. Bibliographies analytiques 1939-1943, 1952 ; L’Hommage aux dieux dans l’Ancien Empire égyptien d’après les textes des pyramides, thèse, 1953 ; Défis au destin, 1960 ; Mélanges Maspero. I. Orient ancien, 4e fasc., Mémoires IFAO LXVI, 1961, p. 214-218 ; « Les monuments antiques de la Nubie seront-ils sauvés ? », Revue de synthèse 17-18, 1960, p. 5-15 et p. 22-24, 1961, p. 9-25 ; « Les hiéroglyphes, l’évolution des écritures égyptiennes », L’Écriture et la psychologie des peuples, XXIIesérie de synthèse, 1963, p. 51-57.

9VOIR :
J. Vandier, « Jean Sainte Fare Garnot (1908-1963) »,
Syria 41, 1964, p. 186-187 ; J. Leclant, Archiv für Orientforschung XXI, 1966, p. 273-275 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Saint-Non, Jean Claude Richard, abbé de (1727-1791)

10Graveur et amateur d’art. Né à Paris et destiné à l’église comme cadet de famille, il n’envisage cependant pas une carrière ecclésiastique ; il ne prend que le sous-diaconat et, en 1749, achète une charge de conseiller clerc au Parlement de Paris. Il est très lié au milieu des amateurs d’art et des antiquaires, tout particulièrement avec le comte de Caylus, dont il se fait le disciple. Au moment du conflit déclenché par la bulle Unigenitus et l’affaire des billets de confession, il s’exile à Poitiers avec le Parlement et s’adonne en toute liberté à ses goûts artistiques, la musique, la peinture et la gravure. Après la réconciliation du roi et du Parlement, il vend sa charge et, en 1759, obtient en commande l’abbaye de Poultières au diocèse de Langres. Il passe alors quelques mois en Angleterre, puis se rend en Italie, où il se fixe pour but Naples et Herculanum. Les résultats des fouilles, commencées en 1738, et l’ouverture la même année du Musée royal de Portici attirent amateurs, antiquaires et artistes. Quand il gagne l’Italie, l’abbé de Saint-Non nourrit le projet de publier un bel ouvrage, dont Naples et Herculanum lui offriraient la matière. Il est en particulier très curieux des peintures romaines qui viennent d’être découvertes : il participe du movement de « retour à l'antique » qui se manifeste alors en architecture et partage l’intérêt porté à l’étude des objets familiers de la civilisation romaine. Recommandé par J.-J. Rousseau et d’Alembert, il rend visite à Voltaire à Ferney et gagne Rome où il fréquente l’ambassade de France, l’Académie royale et le salon du bailli de Breteuil. Il entre en relation avec le père P. M. Paciaudi, à qui il a été annoncé et recommandé par le comte de Caylus ; il devient l’émule de cet antiquaire romain, historiographe de l’ordre de Malte, que l’abbé Barthélemy a fait membre correspondant de l’Académie des inscriptions en 1757, et qui est le principal pourvoyeur d’antiquités pour le comte de Caylus. Cependant, l’abbé de Saint-Non est artiste plutôt qu’antiquaire, et n’a aucune prétention de savant : il est avant tout un dessinateur et un graveur en quête de beauté. C. Natoire, directeur de l’Académie de France présente Hubert Robert à Saint-Non : le jeune peintre est arrivé à Rome en 1754 dans la suite du nouvel ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, le comte É. F. de Stainville, futur duc de Choiseul, qui obtient pour lui de C. Natoire une place de surnuméraire à l’Académie de France, où il est admis comme pensionnaire en 1759. À Rome, les deux jeunes gens visitent les collections et les sites, et dessinent beaucoup ; mais Saint-Non ne publie pas les dessins, probablement dans l’attente de leur appliquer un moyen satisfaisant de reproduction qu’il inventera et mettra au point plus tard, l’aquatinte. En 1760, l’abbé de Saint-Non entraîne H. Robert à Naples et Herculanum et, malgré les difficultés opposées par l’administration royale, ils dessinent les vestiges antiques aux environs de Naples. À partir des peintures romaines exposées au Musée de Portici, Saint-Non compose ce qu’il appelle « la deuxième suite de Naples », en reproduisant et en embellissant les originaux. De retour à Rome en mai 1760, Saint-Non et H. Robert s’adjoignent J. H. Fragonard, pensionnaire de l’Académie de France, et résident à la villa d’Este où ils réalisent de très nombreux dessins. À Rome, Saint-Non leur fait dessiner les bas-reliefs antiques conservés au Musée du Capitole et dans les collections. Au mois de mars 1761, J. H. Fragonard part seul à Naples, aux frais de Saint-Non, mais ne reproduit ni reliefs ni objets de fouilles antiques. L’abbé de Saint-Non, désireux de lui faire mieux connaître l’Italie, lui propose de rentrer à Paris par Bologne, Venise et Gênes. En 1777, J. B. de La Borde, premier valet de chambre de Louis XV et éditeur, conçoit le projet éditorial d’une description de l’Italie, qu’il confie à l’abbé de Saint-Non, et qui se réduit au seul Voyage de Naples et de la Sicile. L’abbé de Saint-Non et son frère, M. de La Bretèche, apportent les trois quarts des capitaux. Pour compléter sa documentation, Saint-Non pressent à Naples D. Vivant Denon, qui est alors attaché de l’ambassade de France protégé du comte de Vergennes, il l’a servi à Saint-Pétersbourg et l’a suivi à Naples. D. Vivant Denon conduit à Naples les dessinateurs que Saint-Non recrute à l’Académie de France à Rome et réussit à les faire travailler à la dérobée à Pompéi, dont l’accès avait été interdit à Winckelmann lui-même. Denon fournit un texte pour lequel il préfère garder l’anonymat, puis, ayant changé d’avis, se montre mécontent de l’hommage que lui rend Saint-Non. Les cinq volumes de l’ouvrage comprennent cinq cent quarante-deux planches gravées par Saint-Non lui-même et les meilleurs artistes : la publication luxueuse engloutit la fortune de l’abbé et de son frère mais est achevée en 1786. L’œuvre de l’abbé de Saint-Non, qui s’inscrit dans le prolongement de celle de C. L. Clérisseau, joue un rôle important dans la redécouverte de l’Antiquité au xviiie siècle et concourt à la diffusion de la « peinture de ruines ».

Bibliographie sélective :

11Voyage pittoresque ou Description des royaumes de Sicile et de Naples, cinq vol., Paris, 1779-1786.

12VOIR :
G. Brizard, Notice sur Jean-Claude-Richard de Saint-Non, Paris, 1792 ; R. Portalis et H. Beraldi, Les Graveurs du xviiie siècle, trois vol. Paris, 1880-1882, I ; Nouvelle Biographie générale, sous la dir. de M. le Dr Hofer, Paris, 1884 ; L. Guimbaud, Saint-Non et Fragonard, d’après des documents inédits, Paris, 1928 ; P. Rosenberg et B. Breton de Lavergnée, « Saint-Non-Fragonard », Panopticon italiano. Un diario di viaggio ritrovato, Rome, 1986 ; J.-P. Cuzin et P. Rosenberg éds, Jean Honoré Fragonard e Hubert Robert a Roma, Rome, 1990 ; A. Schnapp, « L’Antiquité retrouvée », dans T. W. Gaehtgens et K. Pomian, Histoire artistique de l’Europe, sous la dir. de G. Duby, M. Laclotte et P. Sénéchal, Paris, 1998, p. 291-293 ; A. Themelly, « Les dessins romains d’Hubert Robert », dans J. Raspi Serra et F. de Polignac éds, La Fascination de l’Antique 1700-1770. Rome découverte, Rome inventée, Paris-Lyon, Somogy-Musée de la civilisation gallo-romaine, 1998, p. 106-113.

Saint-Périer, René de Pouilloue, comte de (1877-1950)

13Préhistorien français. Docteur en médecine, il consacre tout d’abord ses loisirs à la période gallo-romaine. Après la guerre de 1914, il se tourne vers le Paléolithique supérieur ; les grottes Lespugue (Haute-Garonne) lui livrent de nombreuses œuvres d'art dont la célèbre « Vénus de Lespugue », qu’il publia d’une façon remarquable. Mais c’est surtout dans les deux salles de la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques) qu’il réalisa, en collaboration avec sa femme Raymonde, les travaux les plus importants ; ils relèvent des stratigraphies imposantes comportant des couches moustériennes, aurignaciennes, périgordiennes, solutréennes, magadaléniennes et plus récentes, et recueillent des œuvres d’art de très grand intérêt. Poursuivie par Raymonde de Saint-Périer, la magnifique publication des découvertes d’Isturitz demeure essentielle. À la suite d’une donation, la majeure partie de la collection Saint-Périer se trouve aujourd’hui au Musée des antiquités nationales.

Bibliographie sélective :

14« Statuette de femme stéatopyge découverte à Lespugue (Haute-Garonne) », L’Anthropologie, t. 32, 1922, p. 361-381 ; La Grotte d’Isturitz, Archives de l’Institut de paléontologie humaine, 1936.

15Voir :
H. Delporte, E. Piette. Histoire de l’art primitif, Paris, 1987, p. 276.

Salt, Henry (1780-1827)

16Artiste et diplomate britannique. Il est choisi pour occuper le poste stratégique de consul général à Alexandrie, avec mission de défendre les intérêts britanniques contre les Français, après la défaite de Napoléon à Waterloo en 1815. Pour la couronne britannique, il s’agit de mettre à profit le recul de la politique française en Égypte pour y reconquérir une place prépondérante. Le vice-roi, Méhémet-Ali, saura jouer des deux grandes puissances et de leurs représentants, accordant à l’un et à l’autre ses « firmans » pour les fouilles. De 1802 à 1806, H. Salt a accompli un long voyage comme secrétaire dessinateur du vicomte George Valentia et parcourt l’Inde, se rend à Ceylan, en Abyssinie et en Égypte. Avant sa nomination à Alexandrie, il avait été envoyé par le gouvernement britannique pour une mission d’exploration et de contacts diplomatiques en Abyssinie en 1809-1810 ; la publication de son rapport de mission lui avait valu un grand succès. Dès son arrivée, il est d’autant plus curieux des vestiges de la civilisation pharaonique qu’il a pris l’engagement auprès de lord Valentia, devenu comte Mountnorris, et du British Museum, de se procurer des antiquités pour compléter leurs collections. Son intérêt est aussi d’ordre scientifique et artistique et, dès 1816, il contribue aux travaux de déchiffrement des hiéroglyphes du docteur Young. Pendant les onze années de son séjour en Égypte, il sert les intérêts politiques et « britanniques, s’efforçant de contrarier les entreprises de son homologue français, B. Drovetti, avec lequel, cependant, il maintiendra d’excellentes relations de courtoisie. La première opération que le consul Salt finance sur les fonds officiels reçus pour collecter les antiquités, est confiée à G. B. Belzoni et consiste à rapporter la statue colossale du « Jeune Memnon », que les savants français de l’Expédition avaient découverte et retournée mais avaient renoncé à emporter. En 1816 commencent les fouilles systématiques en Haute-Égypte où, pendant de nombreuses années les agents de Salt et de Drovetti vont rivaliser d’efforts les uns contre les autres. Jusqu’à sa mort en 1827, il fait exécuter de nombreuses fouilles pour constituer d’extraordinaires collections : il emploie Belzoni à Thèbes et en Nubie, et Caviglia aux Pyramides. Alors qu’il a investi sa fortune personnelle dans la constitution de sa collection, il est contraint d’en céder une grande partie au British Museum pour une somme dérisoire ; cependant, il réussit à faire parvenir à Livourne un important ensemble d’antiquités que J.-F. Champollion peut examiner et faire acheter par la France : Champollion, nommé conservateur du Musée égyptien Charles-X, pouvait mettre en œuvre ses principes scientifiques de classement et de présentation des monuments. Maintenu en Égypte malgré son terrible état de santé, le consul britannique meurt près d’Alexandrie en 1827. La vente de sa troisième collection eut lieu en 1835 et le British Museum acquit la plupart des pièces importantes.

Bibliographie sélective :

17Account of a Voyage to Abyssinia, and Travels into the Interior of that Country... in the years 1809-1810, Londres, 1814 ; Essay on Dr. Young’s and M. Champollion’s Phonetic System of Hieroglyphics, with some additional discoveries…, 1825.

18Voir :
J. J. Halls,
Life and Correspondance of Henry Salt esq., deux vol., Londres, 1834 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; B. Fagan, L’Aventure archéologique en Égypte, Paris, 1981 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; J.-J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes. 1815-1830, Paris, 1994.

Salzmann, Auguste (1824-1872)

19Peintre français. Il accomplit des voyages en Italie, en Algérie, en Égypte, avant de demander, en 1853, une mission en Orient, pour y étudier les monuments laissés par les chevaliers Hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean. Délaissant son premier objectif, il se rend à Jérusalem pour photographier tous les monuments étudiés par F. de Saulcy en 1850-1851. Il fait partie de la seconde mission de F. de Saulcy en Terre sainte en 1863. À partir de 1853, il se consacre à des recherches archéologiques à Rhodes, où, entre 1858 et 1863, il découvre avec le consul britannique Biliotti le Trésor de Camiros, réparti entre le British Museum, le Louvre et le musée de Colmar. En 1865, il poursuit avec Biliotti, pour les Trustees du British Museum, les travaux engagés par C. Newton au Mausolée d’Halicarnasse. Il meurt à son retour à Paris en 1872.

Bibliographie sélective :

20Jérusalem. Étude et reproduction photographique de la Ville sainte, depuis l’époque judaïque jusqu’à nos jours, Paris, 1856 ; Nécropole de Camiros, Paris, 1874.

21Voir :
F. Heilbrun, « Auguste Salzmann.
Photographe malgré lui », dans le catalogue de l’exposition, F. de Saulcy (1807-1880) et la Terre sainte, Paris, RMN, 1982, p. 115-130.

Sarzec, Gaston Charles Ernest Choquin de (1837-1901)

22Diplomate archéologue français ; il perpétue la tradition des consuls français adonnés à l’archéologie inaugurée par P-É. Botta et révèle les Sumériens. En 1875, il est nommé vice-consul de France à Bassora et possède déjà une profonde expérience de l’Orient puisqu’il a commencé sa carrière diplomatique en Égypte et en Érythrée. Ses responsabilités diplomatiques lui laissant de nombreux loisirs, à l’exemple de J. E. Taylor, consul britannique qui, en 1853-1854, avait reconnu Lu et Eridu, il se lance dans des prospections archéologiques. En 1877, il est conduit à Tello, non loin du Shatt el-Haï, à la suite d’informations qui lui ont été fournies sur la découverte de statues issues de fouilles clandestines. Jugeant le site prometteur, il engage les premiers travaux à ses frais : de 1877 à 1900, il mènera onze campagnes sur trois des nombreux tells qui définissent l’emplacement de l’ancienne cité qu’il identifie à Lagash, dont on pense aujourd’hui, qu’elle se situe plutôt à Tell el-Hiba, à une vingtaine de kilomètres au nord-est, Tello correspondant à l’ancienne ville sainte de Girsu. Les premiers travaux, menés en deux campagnes en 1877-1878, se révèlent immédiatement fructueux sur les deux tells explorés de Sarzec pour ministre, W. Waddington, numismate de renom et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui l’adresse à L. Heuzey, alors conservateur adjoint des Antiques du musée du Louvre. En découvrant les antiquités qu’E. de Sarzec a rapportées, L. Heuzey mesure immédiatement l’importance du site et demande au diplomate de poursuivre les recherches, mais en observant la plus grande discrétion pour éviter que ne se renouvellent les mésaventures connues à Khorsabad. Cependant, H. Rassam, l’agent du British Museum, était déjà sur place et mettait à profit l’absence d’E. de Sarzec pour commencer des fouilles à Tello, avec l’intention d’obtenir un firman pour poursuivre l’exploration ; par chance, avant de regagner Bassora, E. de Sarzec s’arrête à Constantinople et obtient une concession de fouille en bonne et due forme établie par le sultan : le site est donc acquis à la France. Le consul se remet au travail dès le début de l’année 1880 et, sur le tell A, retrouve toute la série des grandes statues de Gudéa et d’Ur-Babu, plusieurs morceaux de la fameuse stèle des Vautours, des statuettes en pierre, des figurines en bronze, des vases et un grand nombre d’inscriptions : le sultan ayant accordé son autorisation, cette magnifique collection parvint en France en mai 1881. Immédiatement, L. Heuzey présente les découvertes à l’Académie des inscriptions et belles-lettres et suscite une immense émotion en révélant cet art antérieur à l’époque assyrienne, dont A. de Longpérier avait eu l’intuition quelque vingt ans auparavant et qui émanait d’un peuple dont J. Oppert avait fait l’hypothèse et auquel il avait donné le nom de « sumérien ». Sur proposition de J. Ferry, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, la Chambre vote un crédit de 130 000 francs pour l’acquisition par le Louvre des antiquités rapportées de Tello ; en même temps, toujours pendant l’été 1881, est créé au Louvre le Département des antiquités orientales dont L. Heuzey prend la responsabilité, alors qu’E. de Sarzec est nommé membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à la fin de l’année. Le consul regagne la Mésopotamie mais, en 1883, il est en poste à Bagdad et officiellement chargé d’une mission scientifique ; il ne peut donc reprendre les travaux à Tello qu’en 1888, après de longues négociations avec Hamdi Bey, directeur des Musées de Constantinople, pour obtenir un aménagement de la loi sur l’exportation des antiquités devenue beaucoup plus restrictive. Les campagnes menées sur le tell K entre 1888 et 1890 révèlent des objets plus anciens, liés à la première génération des patésis ; on retrouve alors d’autres morceaux de la stèle des Vautours et le vase d’argent d’Entéména. Nommé à Batavia, E. de Sarzec suspend les travaux qui ne reprendront qu’en 1893, lorsqu’il aura rejoint son poste à Bassora. Dans l’intervalle, le site est pillé par les clandestins et sera encore leur proie, alors même que les travaux réguliers auront repris entre 1893 et 1895 : E. de Sarzec met au jour des dizaines de milliers de tablettes inscrites sur le tell V, mais les clandestins, qui ont repéré un deuxième gisement, extraient de 35 000 à 40 000 tablettes revendues à Bagdad et Bassora. La lecture et l’étude des tablettes acquises à la France sont confiées à F. Thureau-Dangin. De 1895 à 1898, Sarzec malade doit demander un congé et les travaux sont à nouveau suspendus : malgré son état de santé, le consul, devenu ministre plénipotentiaire, tient à rouvrir le chantier des tells K et V et le conduit jusqu’en 1900, date à laquelle il rentre en France pour se faire soigner. Sur le tell K, il ouvre un puits qu’il approfondit jusqu’aux eaux d’infiltration et, sans s’en douter, il rejoignait les époques les plus anciennes de la Protohistoire mésopotamienne, qu’H. de Genouillac allait reconnaître en 1929 en pratiquant un véritable sondage stratigraphique. E. de Sarzec et sa femme qui l’avait toujours assisté sur les chantiers meurent en 1901. Le site de Tello est à nouveau la proie des clandestins qui dispersent de nouveaux lots de tablettes acquises par les musées européens et étudiées, entre autres savants, par F. Thureau-Dangin et H. de Genouillac qui confirment l’intérêt de reprendre l’exploration du site ; L. Heuzey obtient que le capitaine G. Cros succède à E. de Sarzec et mène quatre nouvelles campagnes de 1903 à 1909, selon des méthodes beaucoup plus respectueuses des exigences scientifiques. Des contraintes de carrière empêchent l’officier de poursuivre des travaux pourtant très fructueux et ce n’est qu’en 1929 qu’H. de Genouillac ouvrira la dernière phase de l’exploration de Tello, à laquelle A. Parrot met fin en 1933. À Tello, E. de Sarzec avait fait une découverte aussi retentissante que celles de P.-É. Botta à Khorsabad et de A. H. Layard à Ninive : grâce à lui, les Sumériens retrouvent leur place dans l’histoire de l’humanité. Il a révélé le IIIe millénaire inconnu jusqu’à lui et a marqué le début de la remontée dans le temps jusqu’aux origines les plus lointaines des civilisations du Proche-Orient.

Bibliographie sélective :

23E. de Sarzec et L. Heuzey, Découvertes en Chaldée, deux vol., 1884-1912 ; E. de Sarzec et L. Heuzey, Une ville royale chaldéenne environ 4000 ans avant notre ère, d’après les levées et les notes de M. de Sarzec, Paris, 1900 ; L. Heuzey, Musée national du Louvre. Catalogue des antiquités chaldéennes, Paris, 1902.

24VOIR :
A. Parrot, Archéologie mésopotamienne. Les Étapes, Paris, Éditions Albin Michel, 1946 ; M. Pillet, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 25 févr. 1958, p. 52-66 ; S. Lloyd, The Archaeology of Mesopotamia, 1978, p. 106 ; N. Chevalier, « Des consuls en Iraq », M. Baud éd., Cités disparues. Découvreurs et archéologues au Proche-Orient, hors-série n° 95, Éditions Autrement, sept. 1991, p. 58-94 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Saulcy, Louis Frédéric Joseph Caignart Félix de (1807-1880)

25Archéologue, numismate, épigraphiste français, fondateur de l’archéologie biblique et l’un des maîtres d’œuvre de l’archéologie métropolitaine. Né à Lille, dans une famille de la noblesse militaire, il fait ses études à Rouen, où son père est affecté, et marque un goût précoce pour la numismatique. En 1826, il est admis à l’École polytechnique et entre à l’École d’application de l’artillerie et du génie de Metz. En 1831, cantonné à Dieulouard (Meurthe), il fait ses premières armes en archéologie, en faisant exécuter des fouilles systématiques sur une station romaine et en soumet le rapport à l’Académie royale de Metz, dont il devient bientôt membre. Devenu professeur de mécanique à l’école du Génie, il se consacre à la numismatique et publie en 1833 ses Recherches sur les monnaies des évêques de Metz puis, en 1836, l’Essai de classification des suites monétaires byzantines, deux ouvrages couronnés par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui font de lui l’un des maîtres de la numismatique française et ouvrent des voies nouvelles de recherche. Ses compétences et la rigueur de sa méthode sont immédiatement reconnues et saluées et il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1842. Dans le domaine de la numismatique, il accomplit une œuvre gigantesque, étudiant et publiant des pièces de toute origine et de toute époque. Il s’installe définitivement à Paris, où il devient conservateur du Musée de l’artillerie, poste qui lui laisse beaucoup de temps disponible et lui permet de se mettre à l’étude des langues orientales anciennes : à cette époque, il s’intéresse aux monnaies de Carthage et aux documents en langue phénicienne et punique, à l’inscription bilingue de Thugga, aux stèles votives de Carthage et au tarif de Marseille. Attiré par l’Orient dont on commence à révéler l’antiquité, il s’engage dans un long voyage qui le conduit d’Italie en Égypte, en passant par la Grèce et la Turquie il restera toujours curieux des progrès de l’égyptologie, défendant les acquis de J.-F. Champollion contre ses détracteurs, et, en 1863, lors d’un second voyage en Palestine, il repassera par l’Égypte et rendra visite à A. Mariette. En 1847, lorsque les monuments assyriens découverts à Khorsabad par P.-É. Botta entrent au Louvre, F. de Saulcy entreprend l’étude de l’écriture cunéiforme mais se contente de poser des jalons, préférant se tourner vers la Palestine, domaine où aucun Français ne s’est encore aventuré. En 1850, il part avec l’intention de rapporter des monuments archéologiques qu’il destine au Louvre et se rend en Syrie où il passe l’hiver 1850-1851, fait le tour de la mer Morte, explore le territoire de la Pentapole et, enfin, entreprend des fouilles Jérusalem, où il s'attache au « Tombeau des Rois », situé au nord de la ville. Ce séjour en Terre sainte détermine sa vocation pour l’archéologie biblique qu’il fonde par ses premiers travaux. Le récit de son Voyage autour de la mer Morte et dans les terres bibliques (1853) soulève une très vive polémique, suscitée en particulier par son identification erronée du « Tombeau des Rois » avec celui de David et Salomon certains vont jusqu’à mettre en doute la réalité de son expédition autour de la mer Morte, alors que la carte qu’il a établie au cours de son périple sera très utile à ses successeurs, dont le duc de Luynes et le marquis de Vogüé. Son expédition comptait deux peintres et aucun photographe qui pût attester l’authenticité de ses découvertes ; en 1853-1854, F. de Saulcy met à profit la mission en Orient du photographe A. Salzmann pour obtenir qu’il effectue des clichés des monuments de Jérusalem pour apporter la preuve de leur existence. Il entretient des liens étroits avec Napoléon III et s’engage à son côté dans la promotion de l’archéologie métropolitaine. Nommé sénateur en 1859, il est président de la Commission de topographie des Gaules : il rédige un grand nombre des articles du Dictionnaire archéologique de la Gaule ; il soutient et encourage les fouilles d’Alésia et se fait le promoteur enthousiaste du musée de Saint-Germain-en-Laye qu’organise A. Bertrand. À cette époque, il constitue une extraordinaire collection de monnaies gauloises et, une fois encore, fait œuvre de précurseur en fondant la numismatique gauloise. Cependant, il n’a pas renoncé à la nécessité d’assurer les résultats de son premier séjour en Terre sainte et, en 1863, stimulé par la mission de son ami E. Renan en Phénicie, il organise une nouvelle expédition à la tête d’une véritable équipe de spécialistes le cartographe C. Gélis, le Dr C. qui avait collaboré aux travaux de Renan, l’archéologue V. Guérin, l’architecte C. Mauss et le photographe A. Salzmann. En Palestine, il identifie correctement les ruines d’Araq el-Emir (Iraq el-Amir), sur lesquelles le marquis de Vogüé se penchera à sa suite et, à Jérusalem, reprend ses travaux sur le « Rois et y découvre un sarcophage qu’il attribue à la sœur du roi David et qu’il rapporte pour le musée du Louvre ; il s’agit en fait d’une sépulture du ier siècle de notre ère attribuée à la reine Hélène d’Adiabène. Grâce à lui, la première collection d’antiquités judaïques entre au Louvre, ainsi que les premiers monuments phéniciens et chypriotes. De retour à Paris, il se consacre à l’étude de l’art et de l’histoire de la Palestine et rédige plusieurs ouvrages sur l’histoire du peuple juif. De l’étude de la collection de monnaies qu’il a constituée au cours de son voyage, sortira sa remarquable Numismatique de la Terre sainte. En 1867, il est, avec E. Renan, A. de Longpérier et W. Waddington, à l’origine de la création, auprès de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, de la commission pour le Corpus Inscriptionum Semiticarum, qu’il préside. Ruiné par la chute de l’Empire, il se voit contraint de vendre sa bibliothèque et sa collection de monnaies gauloises qu’il cède au Cabinet des Médailles, pour un prix bien moindre par rapport à celui que lui proposait le British Museum. Pionnier en de multiples domaines, F. de Saulcy est l’initiateur de l’archéologie en Palestine, dont il est le premier à avoir entrepris l’étude systématique.

Bibliographie sélective :

26Voir la bibliographie établie par S. Dubois, Félix de Saulcy (1807-1880) et la Terre sainte, Paris, RMN, 1982, p. 70-89 ; « Recherches sur les monnaies des évêques de Metz », Mémoires de l’Académie royale de Metz, 1832-1833, p. 1-95 ; « De l’histoire et de l’état actuel des études phéniciennes », Revue des Deux Mondes 16, 1846, p. 1055 et sq. : « Le Musée assyrien du Louvre », Revue des Deux mondes, t. 20, 1847, p. 447-467 ; Recherches sur l’écriture cunéiforme assyrienne. Inscriptions de Van, Paris, 1848 ; Sur les inscriptions assyriennes de Ninive (Khorsabad, Nimroud, Koiounjouk), Paris, 1850 ; Récit d’une excursion sur les bords de la Mer Morte, Paris, 1851 ; « Recherches sur les tombeaux des rois de Juda et preuves que le couvercle qui a été trouvé dans un de ces tombeaux, et qui est déposé au Louvre, est celui de la tombe de David », Annales de philosophie chrétienne, t. 5, 1852, p. 245-266, 354-371, 452-462 ; Voyage autour de la mer Morte et dans les terres bibliques, trois vol., Paris, 1853 ; Histoire de l’art judaïque tirée des textes sacrés et profanes, Paris, 1858 ; « Lettres à M. A. de Longpérier sur la numismatique gauloise… I à XXX », Revue de numismatique, t. 4 à t. 14, de 1859 à 1869-1870 ; Dictionnaire des antiquités bibliques…, Petit-Montrouge, 1859 ; Voyage en Terre sainte, deux vol., 1865 ; Dictionnaire archéologiqe de la Gaule (époque celtique), Paris, 1867-1868 ; Recherches sur l’emplacement véritable du tombeau d’Hélène reine d’Adiabène, Paris, 1869 ; Numismatique de la Terre sainte : description des monnaies autonomes et impériales de la Palestine et de l’Arabie Pétrée, Paris, 1874 ; Dictionnaire topographique abrégé de la Terre sainte, Paris, 1877 ; « La salle d’Alésia au musée de Saint-Germain-en-Laye », Journal des savants, 1880, p. 558-565, p. 622-630 ; Corpus Inscriptionum semiticarum…, Pars prima : inscriptiones phoenicias continens tomus I, Paris, 1881.

27VOIR :
W. Froehner, « Notice sur les travaux de F. de Saulcy» G. Schlumberger, « Éloge de M. de Saulcy », Société de l’Orient latin, Genève, 1881 ; H. Wallon, « Louis-Félix de Saulcy », Institut de France, 1881 ; F. Bassan, F. de Saulcy. Carnets de voyage en Orient (1845-1869), Paris, 1955 ; Félix de Saulcy (1807-1880) et la Terre sainte, Paris, RMN, 1982 ; È et J. Gran-Aymerich, « Félix de Saulcy, fondateur de l’archéologie biblique », Archéologia 220, janv. 1987, p. 65-75 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Saumagne, Charles (1890-1972)

28Juriste et archéologue français. Né à Carthage, il suit les conseils de J. Carcopino et s’engage dans des études de droit : il conserve cependant son intérêt pour l’histoire, l’épigraphie et l’archéologie. Il sera secrétaire général du protectorat tunisien ou Dar el-Bey, mais consacrera une grande partie de son activité à l’archéologie de Carthage, pour laquelle son goût s’est très tôt éveillé, à l’occasion de la découverte, dans la propriété familiale, de la grande dédicace à la déesse Cybèle et de l’autel augustéen de la déesse Rome et Énée. Il collabore aux travaux du Service des antiquités et, en 1924, rétablit le plan du territoire urbain de la Carthage romaine, en distinguant le tracé des deux centuriations du sol de Carthage (celles de Caius Gracchus et de Jules César). Entre El-Djem et Mahdia, il repère les traces de l’arpentage, qui servit de base au cadastre impérial. À Timgad, il restitue le plan de la colonie. Il dirige la Revue tunisienneet il est le président de l’Institut de Carthage : la fin de son mandat marque la fin de l'ère des bénévoles dans la recherche archéologique.

Bibliographie sélective :

29Voir la bibliographie dans Cahiers de Tunisie 15, 1967, p. 17-26 ; Carthage, Tunis, 1907 ; « Colonia Julia Karthago », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques, 1924 ; « Les recherches récentes sur la topographie de Carthage », Journal des savants, 1931, p. 145-157 ; « Le port punique de Carthage : observations et hypothèses », Historia 5, 1931, p. 173-195 ; « Sondages effectués à Carthage dans le flanc sud-ouest de Byrsa », Bulletin archéologique du Comité 33, 1932, p. 67-73 ; « La photographie aérienne au service de l’archéologie en Tunisie », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1952, p. 287-300 ; « La survivance du punique en Afrique au vie siècle ap. J.-C. », Karthago 4, 1953, p. 169-178 ; Le Droit latin et les cités romaines sous l’Empire. Essais critiques, Paris, 1965 ; « Quelques observations sur la “Constitutio Antoniniana” », Mélanges J. Carcopino, Paris, 1966, p. 849-861 ; La Numidie et Rome. Massinissa et Jugurtha, Tunis, 1967 ; Saint Cyprien, évèque de Carthage, « Pape d’Afrique » 248-258, Études d’Antiquités africaines, Paris, Éditions du CNRS, 1975.

30VOIR :
J. Carcopino, avant-propos des Mélanges offerts à C. Saumagne, Cahiers de Tunisie 15, 1967, p. 11-15 ; Dictionnaire biographique d’Outremer, t. 7, 1986, p. 89-98 ; A. Beschaouch, La Légende de Carthage, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

Sautel, Joseph, chanoine (1880-1955)

31Archéologue français. Son nom est attaché à la découverte de Vaison-la-Romaine ; il appartient à la première génération des directeurs de circonscriptions des Antiquités historiques créées par les lois Carcopino, puisqu’il est affecté dès 1941 à la direction de la XIIIe circonscription (Vaucluse, Drôme, Ardèche). Il se forme à l’archéologie en suivant à Aix-en-Provence les cours de M. Clerc, qui, convaincu avec C. Jullian qu’il s’agit d’un site majeur du Midi, l’encourage à se rendre à Vaison-la-Romaine pour y envisager des travaux d’exploration. J. Sautel visite en 1907 le lieu-dit « Les Lunettes », dénomination qui évoque deux arcades dépassant de terre ; il engage immédiatement des ouvriers pour fouiller au pied, poursuit les travaux malgré le manque de moyens, en partie pallié par les fonds investis par M. Burrus, un industriel alsacien en villégiature, ce qui lui permet de dégager le théâtre, les rues, les maisons et les monuments d’une partie de la ville. Il mène les travaux jusqu’en 1940, assurant la publication rapide et régulière de leurs résultats, dont il présente périodiquement une synthèse. Il consacre sa thèse de doctorat à Vaison dans l’Antiquité et devient professeur d’archéologie et d’histoire ancienne aux facultés catholiques de Lyon. En 1940, le site de Vaison-la-Romaine est pris en charge par la Direction des monuments historiques qui confie la continuation des travaux à A. Piganiol, avec qui J. Sautel collabore pour l’étude d’un amas de marbres antiques découvert à Orange. Directeur de circonscription très actif, il publie très régulièrement le compte rendu des activités dans la revue Gallia. Membre du Comité des Travaux historiques, correspondant de la Société nationale des antiquaires de France et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, J. Sautel est l’un des représentants de la tradition de l’archéologie nationale.

Bibliographie sélective :

32Voir la bibliographie établie par lui dans Les Découvertes archéologiques de Vaison-la-Romaine de 1907 à 1937 ; Catalogue descriptif et illustré des antiquités romaines du Musée de Vaison, Mémoires de l’Académie de Vaucluse, XVIII, 1918 ; Vaison et ses monuments, Avignon, 1921-1923 ; Vaison dans l’Antiquité, l’histoire, les inscriptions, les monuments (thèse de doctorat), trois vol., Lyon, 1926 ; avec L. Imbert, Les Villes romaines de la vallée du Rhône, Lyon, 1926 ; Vaison, collection « Sites et Monuments », Lyon, 1929 ; La Provence romaine, Lyon, 1929 ; La Sculpture grecque à Vaison-la-Romaine, Vienne, 1934 ; avec S. Gagnière et L. Germand, La Préhistoire et la Protohistoire dans le département de Vaucluse, Lyon, 1931-1933 ; Carte archéologique de la Gaule romaine, Forma Orbis Romani, publiée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, sous la dir. d’A. Blanchet, fasc. VII, département de Vaucluse, Paris, 1939, et fasc. XI, département de la Drôme, 1956 ; Vaison dans l’Antiquité : suppléments, travaux et recherches de 1927 à 1940, trois vol., Avignon-Lyon, 1949 ; Études et documents sur Vaison-la-Romaine, treize fasc. 1937-1953 ; avec A. Piganiol, « Inscriptions cadastrales d’Orange », Gallia XIII-1955, p. 5-39.

33Voir :
P. Pellerin, Le Chanoine Sautel exhume Vaison-la-Romaine, Paris, 1954 ; A. Grenier, « Le Chanoine Joseph Sautel (1880-1955) », Gallia, t. XIV, 1956, fasc. 1, p. 161-167, avec bibliographie.

Sautuola, Marcelino Sanz de (1831-1888)

34Préhistorien espagnol. Il explore les sédiments préhistoriques de plusieurs grottes des Asturies, celles par exemple de Camargo et Altamira dès 1868. Lors de ses fouilles préhistoriques dans la grotte d’Altamira, près de Santillana del Mar à Santander, il découvre en 1875 le premier grand ensemble de peintures rupestres paléolithiques, qu’il publie en 1880. Il défend vainement jusqu’à sa mort l’authenticité de sa découverte, malgré l’appui que le préhistorien Vilanova y Piera lui apporte à l’occasion de conférences qu’il donne à Santander en 1880 ; mais même ce soutien lui fait défaut, puisque, devant le scepticisme général, Vilanova n’ose pas exposer ces découvertes au congrès de préhistoire de Lisbonne en 1880. É. Harlé visite Altamira en 1881, et dans son rapport, paru dans la revue Matériaux pour l’histoire de l’Homme 17 (1881), ne tient pas compte des déductions de Sautuola. Au congrès de préhistoire de La Rochelle en 1882, Vilanova y Piera défendra encore l’authenticité de la découverte, mais ni G. de Mortillet (La Préhistoire, 1883) ni É. Cartailhac, (Les Âges préhistoriques de l’Espagne, 1886) ne mentionneront les peintures d’Altamira. Il faudra attendre les découvertes d’É. Rivière dans la grotte de La Mouthe en 1895, et la réunion à Montauban du congrès de la Société française pour l’avancement de la science en 1902, pour que l’authenticité des peintures pariétales préhistoriques soit acceptée. É. Cartailhac rendra enfin hommage à M. de Sautuola en 1902, dans son Mea Culpa d’un sceptique.

Bibliographie sélective :

35Breves apuntes sobre algunos objetos prehistóricos de la provincia de Santander, 1880.

36VOIR :
J. Carballo, Descubrimento de la Cueva y Pinturas de Altamira por D. Marcelino Sanz de Sautuola, 1950 ; M. Sanemeterio Cobo, « Apuntes bibliográficos sobre el descubrimiento de la Cueva de Altamira (Santillana del Mar, Santander). 1864-1906 », dans Escritos y documentos de Marcelino Sanz de Sautuola, preparados… Por Benito Madariaga de la Campa, Santander, 1976.

Savary, Claude Étienne (1750-1788)

37Voyageur et orientaliste français. Ses Lettres sur l’Égypte, parues en 1785-1786, constituèrent, au même titre que le Voyage en Syrie et en Égypte de Volney, le manuel qui introduisit à l’Égypte les savants de l’Expédition de Bonaparte. Même si aujourd’hui la relation du séjour de Savary a été éclipsée par l’œuvre de son contemporain, elle a cependant immédiatement reçu un accueil enthousiaste, a connu trois éditions françaises, une traduction allemande et une autre suédoise, et a exercé une influence considérable. Après de solides études au Collège de Rennes, Savary part pour l’Égypte en 1776, y passe trois années et revient en France par l’Archipel grec. Très cultivé et fort de sa bonne connaissance de l’arabe, il publie une traduction du Coran et une Vie de Mahomet, ainsi qu’une Grammaire arabe, publiée seulement après sa mort en 1813. Retiré dans une résidence où l’accueille l’un de ses amis, M. Le Monnier, médecin du roi et membre de l’Académie des sciences, il peut se consacrer à la rédaction de ses souvenirs d’Égypte ; alors qu’il a entrepris de consigner par écrit son expérience de la Grèce, il meurt subitement en 1788. Ses Lettres sur l’Égypte traduisent un intérêt beaucoup plus grand pour l’Antiquité et ses vestiges que l’on ne peut le trouver chez Volney ; de plus, il se préoccupe de l’interprétation des hiéroglyphes et pressent la démarche qu’adoptera Champollion, soulignant l’importance du démotique et du copte.

Bibliographie sélective :

38Lettres sur l’Égypte – Où l’on offre le parallèle des mœurs anciennes et modernes de ses habitants…, trois vol., Paris, 1785-1786.

39VOIR :
J.-M. Carré, Les Voyageurs et écrivains français en Égypte, deux vol. Le Caire, 1932, 2e édition revue et corrigée, 1951 ; C. Traunecker et J.-C. Golvin, Karnak, Résurrection d’un site, Paris, 1984 ; J. Leclant, « L’Égyptologie avant l’expédition d’Égypte », L’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, Académie des sciences, Paris, 1999, p. 121-128.

Savignac, Raphaël, R. P. (1874-1951)

40Professeur à l’École biblique de Jérusalem, auteur avec le père Jaussen de la fameuse mission qui associe leurs deux noms. Faute de crédits suffisants, l’École fondée par le père Lagrange ne peut assurer le fonctionnement de vastes chantiers archéologiques et ses membres concourent à la connaissance de la Palestine par des explorations épigraphiques et archéologiques, apportant une contribution fondamentale au Corpus Inscriptionum Semiticarum. Le marquis de Vogüé, en charge de la partie araméenne du Corpus, avait incité l’École biblique de Jérusalem à explorer le site encore mal connu de Pétra : alors que le père Lagrange rapporte la grande inscription nabatéenne de Pétra, le père Savignac donne une étude du Zibb Atouf ou Haut lieu de Pétra. On conçoit par ailleurs le projet d’étendre l’exploration du pays nabatéen avec l’appui de la Société française des fouilles archéologiques : le père Savignac, accompagné du père Jaussen, se rend au Néguev en 1899, puis en Arabie du Nord et en Transjordanie en 1907 et 1912, et tous deux accomplissent encore une mission épigraphique à Palmyre en 1914. Le père R. Savignac participe avec les pères F. Abel et L. H. Vincent au relevé des monuments de Jérusalem. La mission en Arabie conjugue le relevé de monuments et d’inscriptions, essentiellement nabatéennes, et l’étude ethnographique conduite par le père Jaussen précise notre connaissance de l’Arabie du nord-ouest. En 1937, R. Savignac fouille à Ma’in en Jordanie, sous la direction du père R. Guérin de Vaux.

Bibliographie sélective :

41« Le Haut lieu de Pétra », Revue biblique, 1903, p. 280-288 ; avec le père Jaussen, Mission en Arabie, trois vol., 1909 ; 1920 ; 1922.

42VOIR :
R. Dussaud, Syria, XXX, 1953, p. 373-374.

Schaafhausen, Hermann (1816-1893)

43Médecin et anthropologue. Professeur de physiologie à la Faculté de médecine à Bonn, il est l’un des fondateurs de l’anthropologie moderne. Il fait ses études de médecine à Bonn à partir de 1834 et manifeste dès ce moment son intérêt pour l’anthropologie. Il achève ses études à Berlin, où il obtient le grade de docteur en médecine en 1839 ; il se spécialise en physiologie, discipline où il publie de nombreux articles de grande valeur. Il complète sa formation en suivant des cours d’art et d’archéologie. Après avoir obtenu l’habilitation à l’Université de Bonn en 1845, il y enseigne l’anthropologie et draine un auditoire de plus en plus passionné et issu des autres universités. À partir de 1870, il introduit des cours sur la préhistoire de l’homme. Il favorise l’éveil de l’intérêt qui peut se manifester pour l’anthropologie et la préhistoire, traite des écrits de Darwin et défend ses idées, introduisant une nouvelle philosophie de la nature ; il aborde les questions des êtres diluviens et des sites lacustres. C. Fuhlrott, à qui ont été soumis les ossements trouvés à Neandertal, près de Düsseldorf en 1856, les lui remet pour un examen complémentaire ; il en donne une description détaillée et, soulignant la forme extraordinaire du crâne, les arcades sourcilières proéminentes et le front bas, il considère d’emblée ces restes comme ceux de l’un des premiers habitants de l’Europe. Ces conclusions soulèvent une polémique et nombreux sont les savants à mettre en doute la nature humaine des ossements ; quant à R. Virchow, il soutient qu’il s’agit des restes d’un homme moderne dégénéré. H. Schaafhausen participe à de nombreux congrès internationaux et accomplit de nombreux voyages d’étude à Paris, à Londres ou en Italie. Co-fondateur de la Deutsche Anthroplogische Gesellschaft, il préside la Vereine von Altertumsfreunden der Rheinlande, manifestant ainsi l’intérêt non démenti qu’il porte à l’Antiquité classique, à laquelle il consacre certaines de ses publications. C’est à cette société qu’il confie la plupart de ses écrits réunis en volume en 1885. La moitié de ses très nombreuses publications sont consacrées à l’anthropologie : zoologie du Diluvium, anthropoïdes, ethnologie.

Bibliographie sélective :

44« Ein menschliche Hirnschale aus Neandertal bei Hochdal », Verhandlungen der naturhistorischen Vereines der preussischen Rheinlanden und Westphalens XL, 1857, p. XXXVIII-XLII ; « Zur Kenntnis der ältesten Rassenschädel », Archiv für Anatomie und Physiologie, 1858, p. 453-477 ; « Sur le crâne de Neandertal », Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris IV, 1863, p. 322-323 ; Ueber die Methode der Vorgeschichtlichen Forschung, Bonn, 1871 ; Anthropologischen Sammlungen Deutschlands, depuis 1878 ; Anthropologische Studien, Bonn, 1885 ; Der Neandertaler Fund, Bonn, 1888.

45VOIR :
Allgemeine Deutsche Biographie XXXV, p. 748-751, Leipzig, 1893 ; I. Filip, Manuel encyclopédique de préhistoire et protohistoire européenne, Prague, 1966 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, 1994.

Schaeffer-Forrer, Claude F. A. (1898-1982)

46Archéologue français, préhistorien et orientaliste. Il est l’un de ceux qui donnent à l’archéologie proche-orientale une impulsion décisive. Fils d’un industriel strasbourgeois, il fait ses études dans sa ville natale et à Oxford. Il se forme à la préhistoire avec R. Forrer, fondateur de l’archéologie alsacienne, dont il épouse la fille et dont il adoptera le patronyme. Il suit à Strasbourg les cours d’A. Grenier, archéologue de formation classique, mais qui, en Italie et en France, s’attache à l’étude de la Protohistoire. Entre 1920 et 1928, C. Schaeffer explore de nombreux tumulus néolithiques de la forêt de Haguenau et fait l’étude de la collection Nessel. Il se révèle, dès cette époque, comme l’un des meilleurs et des plus actifs archéologues de sa génération. En 1924, il est nommé assistant au Musée préhistorique et gallo-romain de Strasbourg, et conservateur du cabinet numismatique de la bibliothèque universitaire. Quand éclate l’affaire de Glozel, C. Schaeffer exprime, en une série d’aricles parus entre 1927 et 1928, le point de vue du préhistorien de terrain et adopte le parti de ceux qui dénoncent la fraude : il rejoint R. Dussaud, conservateur du Département des antiquités orientales au Louvre, pour qui les inscriptions « phéniciennes », figurant sur des tablettes retrouvées avec des objets d’époque paléolithique sur ce site de l’Allier, empruntent leurs caractères à un ouvrage dépassé dont elles reproduisent les erreurs. R. Dussaud sut gré à C. Schaeffer de ce soutien dans une polémique qui l’opposait en particulier à S. Reinach ; en 1928, il confie à C. Schaeffer l’étude des antiquités de l’âge du bronze de ses collections. À la fin de la même année, la nouvelle de la découverte par un paysan de Ras Shamra, près de Lattaquié en Syrie, d’une tombe construite en pierre de taille parvient à R. Dussaud. Ce dernier, à qui revient la responsabilité de l’essor de l’archéologie française au Proche-Orient, décide d’organiser une mission en mobilisant les Musées nationaux, l’Académie des inscriptions et belles-lettres et le ministère de l’Éducation nationale. Convaincu qu’il est nécessaire de développer des travaux archéologiques méthodiques, il remet la direction de l’exploration de la tombe de Minet el-Beïda à Claude Schaeffer. Celui-ci, accompagné de G. Chenet, lui aussi préhistorien, se rend en Syrie en 1929 et, à Minet el-Beïda, découvre plusieurs tombes monumentales au riche mobilier intact, qui témoignent des relations établies aux xive-xiiie siècles av. J.-C. entre le monde égéen et le Levant. Au terme de quatre campagnes, les archéologues allaient découvrir que les tombes dégagées étaient en fait construites sous les maisons d’habitation, pratique confirmée par la fouille du tell voisin de Ras Shamra. Les tablettes d’argile inscrites découvertes à Ras Shamra apportent des révélations extraordinaires sur l’origine de l’alphabet phénicien : en effet, une partie des documents étaient inscrits en une langue inconnue jusqu’alors, ne comportant qu’une trentaine de signes qui devaient appartenir à un système alphabétique. Très rapidement, se constitue une équipe internationale, composée des français C. Virolleaud et É. Dhorme et de l’allemand H. Bauer, qui parvient au déchiffrement d’une langue ouest-sémitique, ancêtre du phénicien. Dès 1931, Ras Shamra est identifié avec Ougarit, capitale cananéenne connue par les textes égyptiens, babyloniens et hittites. En cinquante ans de travaux, interrompus seulement entre 1940 et 1947, C. Schaeffer multiplie les découvertes archéologiques et épigraphiques. Il porte sur le site un regard de préhistorien et s’intéresse particulièrement aux niveaux les plus anciens qu’il retrouve en pratiquant des sondages stratigraphiques ; c’est ainsi qu’il peut reconnaître les premiers niveaux d’occupation du site au VIIe millénaire, au début du Néolithique. En 1939, il découvre le palais royal d’Ougarit et, jusqu’en 1956, le dégage, mettant au jour les archives. Les travaux de Ras Shamra mettent en évidence le rôle joué par Ougarit au IIe millénaire av. J.-C., au point de contact des influences exercées par l’Égypte, la Mésopotamie et le monde égéen de plus, l’importante d’armes en découvertes sur le et la maîtrise de la métallurgie qu’elles révèlent conduisent C. Schaeffer à discerner des relations entre Ougarit et les cultures balkaniques européennes. Sous l’influence du diffusionnisme dominant à cette époque, il élabore la théorie des « porteurs de torques », abandonnée aujourd’hui, mais qui a le mérite de mettre en évidence les rapports entre l’Europe de l’Est et le Proche-Orient. Étant donné la position géographique d’Ougarit et ses relations étroites avec Chypre, C. Schaeffer mène parallèlement les fouilles de Ras Shamra et celles qu’il engage, dès 1932, sur la grande île. En 1934, chargé d’une mission des Musées nationaux et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il décide d’explorer le site d’Enkomi, où l’avait précédé E. Gjerstad et qui était considéré comme une nécropole de l’âge du bronze ; il y révèle la cité mycénienne d’Alasia, capitale de l’île entre 1600 et 1100, dont les habitations comportent, comme à Ras Shamra, des tombes creusées dans le sol. L’exploration stratigraphique permet de reconnaître quatre villes dont les vestiges se répartissent sur sept niveaux entre les xviiie et xie siècles av. J.-C. L’établissement du bronze moyen atteste l’exportation du cuivre vers la Syrie, conformément aux traces qui en avaient été relevées à Ras Shamra. Par ses travaux menés simultanément à Ougarit et à Enkomi, C. Schaeffer élucide les relations entre Chypre et le monde oriental et apporte des éléments de réponse à la question si débattue depuis la fin du xixe siècle quant au rôle respectif des Phéniciens et des Égéens. Devenu en 1933 conservateur adjoint au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, il s’engage en 1940 dans la Marine française libre, puis il est chargé par le général de Gaulle, en 1944, d’organiser le Service de protection et de sauvegarde du patrimoine architectural et artistique français ; de 1946 à 1959, il assure la coordination de la recherche archéologique comme Secrétaire général de la Commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères. En 1948, il est reçu docteur honoris causa à Oxford, où il publie sa Stratigraphie comparée et chronologie de l’Asie occidentale. En 1945, il devient directeur de recherche au CNRS, et, en 1951, succède à R. Lantier à sa chaire de Préhistoire européenne et archéologie nationale à l’École du Louvre. En 1953, la chaire d’archéologie de l’Asie occidentale est créée pour lui au Collège de France et il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Par ses travaux de Ras Shamra et d’Enkomi, C. Schaeffer répond au vœu de R. Dussaud de voir se développer l’exploration profonde et méthodique du Proche-Orient et consacre l’avènement de l’archéologie scientifique en Syrie.

Bibliographie sélective :

47Haches de pierre néolithiques du musée de Haguenau, 1924 : Les Tertres funéraires préhistoriques de la forêt de Haguenau, 1926-1930 ; Ugaritica, sept vol., 1939-1978 ; « French Archaeological Excavations in Syria between the two Wars », Journal of the Royal Central Asiatic Society 24, juil.-oct. 1942 ; « Chypre. Fouilles d’Enkomi », Revue archéologique, 1947 ; Stratigraphie comparée et chronologie de l’Asie occidentale (IIIe et IIe millénaires). Syrie, Palestine, Asie Mineure, Chypre, Perse et Caucase, Oxford, 1948 ; Enkomi-Alasia. Nouvelles missions en Chypre, 1946-1950, Paris, 1952 ; « Leçon inaugurale faite le lundi 24 janvier 1953 au Collège de France », chaire d'archéologie de l’Asie occidentale, Paris, 1955, p. 5-27.

48VOIR :
P. Amiet, « Hommage à Claude Schaeffer », Archéologia n° 175, février 1983, p. 14-16 ; J.-C. Courtois, « Claude Schaeffer (1898-1982) », dans Universalia 1983 de l’Encyclopaedia Universalis, et dans Syria, 60, 1983, p. 343-345 ; A. Caquot, « Les découvertes de Ras Shamra », Institut de France, 1983-1990, p. 3-12 ; J. Vercoutter, « Notice sur la vie et les travaux de C. Schaeffer-Forrer », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1989 ; A. Caubet, « Claude Schaeffer, inventeur d’Ougarit », dans M. Baud éd., Cités disparues. Découvreurs et archéologues au Proche-Orient, éditions Autrement, 1991, p. 65-73 ; J. Lagarce, « Enkomi. Fouilles françaises », Kinyras. Archéologie française à Chypre, Lyon, 1993 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; B. Schnitzler, La Passion de l’Antiquité. Six siècles de recherches archéologiques en Alsace, Publication de la Société savante d’Alsace, 1998.

Scheil, Jean Vincent, R. P. (1858-1940)

49Dominicain, orientaliste et épigraphiste français, assyriologue de la Délégation archéologique française en Perse. Né à Koenigsmacker en Moselle, il suit les traces de son frère aîné, qui deviendra directeur du séminaire dominicain de Mossoul, et entre dans l’ordre de Saint-Dominique. Il poursuit ses études théologiques en Espagne, au Tyrol et en Corse. De retour à Paris en 1887, il suit à l’École pratique des hautes études les cours de G. Maspero et ceux d’A. Amiaud en assyriologie ; en 1883, il rejoint l’École française du Caire, dont il deviendra membre en 1890. Pendant ce séjour, il copie de nombreuses tombes à Thèbes. Cependant, il fait le choix définitif de l’assyriologie et, attaché au Musée impérial de Constantinople à partir de 1892, il est chargé par Hamdi Bey, son directeur, de mener les fouilles de Sippar (Abou Habba) en Mésopotamie : il y découvre de nombreuses sépultures et des textes de l’époque d’Hammourabi. En 1893, il participe également aux fouilles d’E. Chantre à Bogazköy et reçoit la charge d’établir le catalogue des collections du Musée impérial ottoman. Ces travaux lui donnent accès à de très nombreux documents concernant la civilisation mésopotamienne. En 1895, il est nommé directeur de la conférence d’assyriologie à la quatrième section de l’École pratique des hautes études, et se voue passionnément à l’enseignement. Sa réputation lui vaut d’être choisi par J. de Morgan en 1899 pour devenir l’assyriologue de la Délégation archéologique française en Perse. Par son travail sur les textes découverts à Suse, V. Scheil fait non seulement œuvre de déchiffreur en traduisant les textes élamites sémitiques et anzanites, mais il concourt à faire revivre la civilisation de l’Élam et son histoire : il publie l’obélisque de Manishtusu et la stèle de Naram-Sin et montre qu’il s’agit de monuments pillés en Mésopotamie et rapportés à Suse. En 1901-1902, il a l’occasion de démontrer son étonnante maîtrise en donnant, en quelques mois d’un travail acharné, la traduction et l’interprétation du Code de Hammourabi découvert à Suse. Il parvient à déchiffrer l’élamite de Suse qui représente un état antérieur de l’élamite achéménide figurant sur les inscriptions trilingues de Persépolis et de Behistun. Il consacrera seize volumes des Mémoires de la Délégation aux textes susiens. Jusqu’en 1933, il enseigne à l’École des hautes études, section philologique et historique, et publie sur tous les domaines ouverts par les textes produits par le sol de la Mésopotamie. À partir de 1910, il co-dirige la Revue d’assyriologie. À la démission de J. de Morgan en 1912, il assume avec R. de Mecquenem, la direction conjointe de la mission et la responsabilité des publications. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1908.

Bibliographie sélective :

50Voir la bibliographie établie par J.-M. Vosté, « Essai de bibliographie du P. J. V. Scheil », Orientalia XI, 1942, 80-108 ; Textes élamites-sémitiques, Mémoires de la Délégation française en Perse II, 1900 ; Textes élamites anzanites, Mémoires de la Délégation française en Perse III, première série, 1901 ; « Une saison de fouilles à Sippar (Abou Habba) », Mémoires de l’Institut du Caire I, 1902 ; « Code des lois de Hammourabi, roi de Babylone, vers l’an 2000 av. J.-C. », Mémoires de la Délégation française en Perse, t. IV, 1902 ; Textes élamites-anzanites, Mémoires de la Délégation française en Perse V, deuxième série, Paris, 1904 ; Textes élamites-anzanites, Mémoires de la Délégation française en Perse IX, troisième série, Paris, 1907 ; Annales de Tukulti-Ninip II, Bibliothèque de l’École des hautes études, 1910 ; Recueil des lois assyriennes, 1922 ; Au service de Clio. Notices diverses, Chalon-sur-Saône, 1937.

51VOIR :
M. Roques, « Dernier hommage à la mémoire du regretté père Scheil », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1940, p. 372-385 ; R. Dussaud, Syria XXI, 1940, p. 361-362 ; id., « Notice sur la vie et les travaux du père Vincent Scheil », Recueil de l’Institut de France, n° 12, Paris, 1941 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; R. J. Tournay, « Scheil (Jean-Vincent) », Supplément au Dictionnaire de la Bible, fasc. 66, 1992, p. 231 ; B. André-Salvini, « L’œuvre du père Jean-Vincent Scheil », dans N. Chevalier dir., Une mission en Perse (1897-1912), Paris, RMN, 1997.

Schiaparelli, Ernesto (1856-1928)

52Égyptologue italien. Fils d’un professeur d’histoire antique à l’Université de Turin, il appartient à une famille qui comprend de nombreux savants. Il étudie l’égyptologie à l’Université de Turin où il suit les cours de F. Rossi, et à Paris, où il se forme en suivant ceux de G. Maspero entre 1877 et 1880. De 1880 à 1894, il dirige la section égyptienne du musée de Florence, et, pendant la même période, il commence à fouiller en Égypte, explorant la tombe d’Harkhuf à Assouan. En 1894, il revient à Turin où il assure la direction du musée et celle de la surintendance archéologique ; les collections du musée de Turin étaient constituées d’objets appartenant aux périodes tardives et le premier souci d’E. Schiaparelli est de combler les lacunes, tout d’abord en procédant à des acquisitions, puis, à partir de 1903, à des fouilles. Il obtient, avec le soutien économique de l’Accademia Nazionale dei Lincei, la création d’une mission archéologique italienne, financée personnellement par le roi Victor-Emmanuel III et soutenue par des crédits du ministère de l’Instruction publique et de celui des Affaires étrangères. La mission comprend un grand nombre de collaborateurs, dont un anthropologue, G. Marro, qui recueille un grand nombre de restes humains riches d’informations pour connaître les types physiques de l’Égypte ancienne. Le choix des sites à explorer est dicté par le désir d’obtenir la documentation la plus complète possible sur toutes les périodes de l’antiquité égyptienne : E. Schiaparelli sollicite auprès de Maspero, alors directeur du Service des antiquités, une concession de fouille pour la nécropole de Gizeh ; il est en concurrence avec l’américain G. A. Reisner et l’allemand G. Steindorf, et obtient de fouiller des deux côtés de la pyramide de Chéops en 1903-1904. Jusqu’en 1920, il fouille aussi à Héliopolis, Hermopolis Magna, Assiout et Gebelein ; dans la Vallée des reines à Thèbes, il rouvre les tombes de Nefertari, Khaemwese et Sether-Kepshef ; à partir de 1905, il explore les nécropoles de Deir el-Médineh et y fait sa découverte la plus importante, celle de la tombe de l’architecte Kha et de sa femme.

Bibliographie sélective :

53Il Libro dei Funerali degli antichi Egiziani, trois vol., 1881-1890 ; Museo archeologico di Firenze. Antichità egizie…, 1887 ; Les Hypogées royaux de Thèbes, avec E. Lefébure et É. Naville, 1889 ; Relazione sui lavori della Missione archeologica italiana in Egitto, anni 1909-1920, 1914-1927.

54VOIR :
Museo Egizio di Torino. Guida alla Statuaria e alle Sale del primo piano ; R. Paribeni, Commemorazione di E. Schiaparelli, Reale Accademia Nazionale dei Lincei, Scienze morali, storiche e filologiche, ser. 6, vol. IV, p. 197-204, Rome, 1928 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; S. Donadoni, S. Curto, A. M. Donadoni Roveri, L’Egitto dal mito all’egittologia, Milan, 1990.

Schliemann, Heinrich (1822-1890)

55Homme d’affaires et archéologue allemand. D’origine modeste, il entre rapidement dans la vie professionnelle et se lance dans le commerce d’importation ; en 1846, il s’installe à Saint-Pétersbourg où il crée une entreprise et se marie une première fois. Entre 1850 et 1852, il se rend aux États-Unis pour y étendre ses affaires, puis visite le Proche-Orient. En 1864-1866, il accomplit un tour du monde qui le conduit d’Égypte jusqu’en Amérique en passant par la Chine et le Japon. Il cultive son intérêt pour l’orientalisme à Paris entre 1866 et 1870. Un voyage qu’il fait en 1868 en Grèce et en Troade détermine sa vocation d’archéologue : il s’attachera désormais à retrouver les lieux de l’épopée homérique. Ses premières activités archéologiques sont les fouilles qu’il mène à Ithaque en 1869. En Troade, il rencontre le consul américain Frank Calvert qui, féru d’archéologie, était convaincu que le site de Troie correspondait à la colline d’Hissarlik, dont il avait acheté la moitié pour y ouvrir des fouilles ; informé et encouragé par F. Calvert qui l’initie au dégagement et à la lecture stratigraphique des vestiges, H. Schliemann entame ses travaux à Troie, sans d’ailleurs en avoir demandé la permission aux autorités turques. Il mènera de nombreuses campagnes à Hissarlik-Troie (en 1870-1873, 1879, 1882-1883 et de 1889 à sa mort), où il fait appel à R. Virchow et E. Burnouf en 1879, puis, à partir de 1889, à W. Dörpfeld, qui poursuivra les fouilles sur le site jusqu’en 1894 et en rétablira la stratigraphie exacte. Même si l’attitude de Schliemann à l’égard de F. Calvert est très éloignée de la déontologie scientifique, il n’en reste pas moins l’un des premiers et très rares à concevoir l’importance de la Préhistoire que F. Calvert et R. Virchow lui découvrent. En 1874-1876, il entreprend à nouveau des fouilles à Ithaque et ouvre le chantier de Mycènes ; en 1880, il travaille à Orchomène et en 1884-1885 à Tirynthe, où, secondé par W. Dörpfeld, il découvre le premier palais mycénien. Par ses travaux en Grèce et en Asie, il révèle la Préhistoire grecque et il est l’un des pionniers de l’archéologie moderne, en particulier pour l’importance qu’il accorde à la stratigraphie dans l’interprétation des sites ; il est aussi parmi les premiers à mesurer l’importance de l’analyse comparée de la céramique. Schliemann publie immédiatement, en plusieurs langues et de la manière la plus complète, le résultat de ses travaux. De son vivant, il tenta de se faire accepter par le monde savant qui ne lui dissimula jamais les réticences qu’il formulait à son égard ; à partir de 1881 cependant, le milieu universitaire lui rend justice et rejoint l’opinion publique qui considère Schliemann comme un véritable héros. Aujourd’hui, sa personnalité et ses pratiques archéologiques continuent à susciter de nombreuses discussions, mais il n’en reste pas moins l’un des plus populaires pionniers de l’archéologie. À Hissarlik, Schliemann révèle la nature d’un tell semblable à ceux du Proche-Orient et donne la clef de la « lecture » de ces collines artificielles, constituées de l’accumulation des ruines de cités successives : la coupe stratigraphique offre l’image de la chronologie des vestiges ; Schliemann ouvre ainsi la voie à l’exploration scientifique des sites antiques et, en révélant la Protohistoire égéenne, il fait franchir à l’archéologie une étape décisive dans une étonnante remontée dans le temps jusqu’à la Préhistoire, que les archéologues du xxe siècle rejoindront au Proche-Orient.

Bibliographie sélective :

56Ithaca. Peloponnese and Troy, Leipzig, 1869 ; Ithaque, Péloponnèse. Recherches archéologiques, Paris, 1869 ; Trojanische Alterthümer. Bericht über die Ausgrabungen von Troja, Leipzig, 1874 ; Mycenae : a Narrative of Researches and Discoveries at Mycenae and Tiryns, Londres, 1878 ; Ilios : The City and Country of the Trojans, Londres, 1880 ; Tiryns. Der prähistorische Palast der Könige von Tiryns, Leipzig, 1885 ; Ilios, ville et pays des Troyens, explorations faites en Troade de 1881 à 1882, Paris, 1885.

57VOIR :
S. Schliemann et A. Bruckner,
Heinrich Schliemann Selbstbiographie, Leipzig, 1892 ; C. Schuchhardt, Schliemanns Ausgrabungen in Troja, Tiryns, Mykenai, Orchomenos, Ithaca im Lichte der heutigen Wissenschaft, Leipzig, 1890 ; E. Ludwig, Schliemann. The Story of a Goldseeker, Boston, 1931 ; E. Meyer, Briefwechsel von Heinrich Schliemann, deux vol., Berlin, 1953 et 1958 ; id., Heinrich Scliemann, Kaufmann und Forscher, 1968 ; F. Marquez Miranda, Siete arqueologos, siete culturas, Buenos Aires, Hachette, 1959 ; L. Denel, Memoirs of Heinrich Schliemann. A Documentary Portrait drawn from his Autobiographical Writings. Letters and Excavation Reports, Londres, 1978 ; W. M. Calder III et D. Trail éds, Myth, Scandal and History : The Heinrich Schliemann Controversy, Detroit, 1986 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 45-46 III J. éds, Heinrich Schliemann nach hundert Jahren, Frankfort-sur-le-Main, 1990 ; P. Faure, Henri Schliemann, une vie d’archéologue, Paris, 1990 ; C. Andree, Briefe von Rudolf Virchow und Heinrich Schliemann aus den Jahren 1877-1885, Cologne, 1991; J. Herrmann éd., Heinrich Schliemann : Grundlagen und Ergebnisse moderner Archäologie 100 Jahre nach Schliemanns Tod, Berlin, 1992 ; Schliemanns Gold und die Schätze Alteuropas aus dem Museum für Vor-und Frühgeschichte : eine Dokumentation, 13-15, Mayence, 1993 ; M. Siebler, « Internationales Tauziehen um das Gold von Troia », Antike Welt, 24.4.1993, p. 348-349; id., Troia, Mayence, 1994 ; « Le Trésor de Priam », Dossier d’archéologie, 206, juillet 1995 ; H. Duchêne, L’Or de Troie ou le rêve de Schliemann, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1995 ; D. A. Traill, Schliemann of Troy. Treasure and Deceit, New York, 1995, (éd. fr. Paris, 1996) ; J. L. Fitton, The Discovery of the Greek Bronze Age, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1996 ; V. Tolstikov et M. Treister, The Gold of Troy : Searching for Homer’s Fabled City, New York, 1996 ; O. Polychronopoulou, Archéologues sur les pas d’Homère. La naissance de la protohistoire égéenne, Paris, Noêsis, 1999 ; L. Klejn, « Heinrich Schliemann (1822-1890) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 109-125.

Schlumberger, Daniel (1904-1972)

58Archéologue français, inspecteur du Service des antiquités de Syrie, directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan et successeur d’H. Seyrig à la tête de l’Institut français de Beyrouth. Né à Mulhouse, il est l’élève de P. Perdrizet à l’Université de Strasbourg puis complète ses études d’histoire et d’archéologie à Paris. Ses liens avec H. Seyrig, lui aussi originaire de Mulhouse, le conduisent en 1925 en Syrie où il participe à la mission d’exploration du nord du pays dirigée par P. Perdrizet, qui, l’année précédente, avait accompli un premier voyage avec H. Seyrig. D. Schlumberger retournera en Syrie en 1929, appelé par H. Seyrig, directeur du Service des antiquités, pour y occuper le poste d’inspecteur jusqu’en 1939 ; pendant cette période, il se consacre à la Syrie antique et plus particulièrement à Palmyre et à son domaine. Il étudie les sites de la Palmyrène du Nord-Ouest, dont il fait le sujet de sa thèse. À Qasr el-Heir el-Gharbi, il découvre l’importance de l’Orient post-classique en dégageant les vestiges d’un palais omeyyade. Après la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il sert dans l’armée, il est nommé à la tête de la Délégation archéologique française en Afghanistan, créée en 1922, sur le modèle de la Délégation archéologique française en Perse. Sa carrière scientifique aborde alors un tournant décisif, puisque l’Afghanistan occupera dorénavant le centre de ses recherches. Il se fixe d’abord pour but de retrouver les traces d’Alexandre en Bactriane, qu’il cherche sur le site même de Bactres, d’où il se porte à Lashkari Bazar, important site ghaznévide où il aborde pour la seconde fois le monde de l’Islam. Nommé en 1955 professeur à l’Université de Strasbourg, il continue à assumer la responsabilité de la Délégation en Afghanistan et, en 1957, intervient la magnifique découverte de Surkh Kotal et du temple du feu d’époque kouchâne construit par l’empereur Kanishka. Enfin, en 1964, il découvre le site hellénistique d’Aï Khanoum sur l’Oxus. Les découvertes et les travaux de D. Schlumberger apportaient à la connaissance de l’art parthe des éléments nouveaux ; ils éclairaient un domaine qui s’étendait de l’Iran jusqu’en Inde par la Bactriane et redonnaient réalité à l’art kouchan en témoignant pour les « Descendants non méditerranéens de l’art grec » (Syria XXXVII, 1960). En 1967, il est nommé directeur de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, mais son œuvre qui s’annonçait riche en innovations est brusquement interrompue par la maladie. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1958. À la fois archéologue et historien, D. Schlumberger poursuit et enrichit l’œuvre novatrice des savants qui animent la recherche au Proche-Orient après la Première Guerre mondiale.

Bibliographie sélective :

59Voir la bibliographie étabie par E. Will, Syria 50, 1973 ; « Les formes anciennes du chapiteau corinthien en Syrie, en Palestine et en Arabie », Syria XIV, 1933, p. 283-317 ; « Études sur Palmyre », Berytus II, p. 49-167; « Les fouilles de Qasr el-Heir el-Gharbi », rapport préliminaire, Syria XX, 1939 ; 1re partie, p. 195-238 ; 2e partie, p. 324-373 ; « Les origines antiques de l’art islamique à la lumière des fouilles de Qasr el-Heir », Bericht über den VI. Internationalen Kongress für Archeologie, Berlin 21-26 August 1939, Berlin, 1940, p. 241-249 ; « L’exploration archéologique de l’Afghanistan. Résultats acquis et perspectives d’avenir », Afghanistan 1947-4, p. 1-23 ; La Palmyrène du Nord-Ouest (thèse principale), Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français de Beyrouth, Paris, 1951 ; L’Argent grec dans l’Empire achéménide (thèse complémentaire), Mémoires de la Délégation archéologique française en Afghanistan XIV, Paris, 1953 ; « Le temple de Surkh Kotal en Bactriane », I. Journal asiatique CCXL, 1952, p. 433-453 ; II. Journal asiatique, CCXLII, p. 161-187 ; III. Journal asiatique CCXLIII, 1955, p. 269-279 ; IV. Journal asiatique 1964, p. 303-326 « Le palais ghaznévide de Lashkari Bazar », Syria XXIX, 1954, p. 251-270 ; « Descendants non méditerranéens de l’art grec », Syria XXXVII, 1960, p. 131-166 et 253-319 ; « Surkh Kotal and the problem of Hellenism in Bactria and India », Proceedings of the British Academy XLVII, 1961, p. 77-95 ; Der hellenisierte Orient, coll. « Kunst der Welt », Baden-Baden, 1969 ; L’Orient hellénisé, coll. « L’Art dans le monde », Albin Michel, Paris, 1970.

60VOIR :
E. Will, « Daniel Schlumberger (1904-1972) », Syria 50, 1973, p. 267-276 ; P. Amandry, « Notice sur la vie et les travaux de Daniel Schlumberger », lue dans la séance du 23 juin 1978 de l’Académie des inscriptions belles-lettres, Institut de France, 1978.

Schmerling, Philippe-Charles (1791-1836)

61Médecin et paléontologue belge. Professeur à l’Université de Liège, il a étudié la médecine à Leiden, La Haye puis à Liège. Pionnier des études préhistoriques en Belgique, il entreprend, à partir de 1829, l’exploration systématique des grottes à ossements du secteur d’Engihoul et Engis, près de Liège : il découvre sept crânes humains accompagnés d’outils de silex et d’ossements de rhinocéros et de mammouth, et démontre, par des arguments stratigraphiques incontestables, l’existence de l’homme fossile et sa contemporanéité avec des animaux éteints. Le géologue britannique C. Lyell lui rend visite à plusieurs reprises, mais l’importance de ses travaux ne fut reconnue qu’un quart de siècle plus tard. Membre correspondant de l’Académie royale de Bruxelles en 1834 et de l’Institut royal des Pays-Bas en 1836, P.-C. Schmerling, comme J. Frere et Mac Enery en Grande-Bretagne, ou C. Picard, F. Jouannet ou P. Tournal en France, appartient à la génération des précurseurs, pionniers de la préhistoire, qui énoncent la question de l’homme fossile mais dont l’œuvre fondatrice ne sera reconnue que lorsque la préhistoire triomphera enfin en 1867.

Bibliographie sélective :

62Recherches sur les ossements fossiles découverts dans les cavernes de la province de Liège, deux vol. et un vol. de planches, Liège, 1833 ; « Über die Knochenholen bei Lüttich », Neues Jahrbuch für Mineralogie, Geognosie, Geologie und Petrefaktenkunde, 1833.

63VOIR :
C. Morren, « Notice sur la vie et les travaux de Ph.-Ch. Schmerling », Annuaire de l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Bruxelles, IV, 1838, p. 130-150 ; E. De Seyn, Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, deux vol., Bruxelles, 1935-1936 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; Index biographique des membres, correspondants et associés de 1769 à 1984 de l’Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1984 ; L. Henderickse, « Philippe-Charles Schmerling révèle l’antiquité de l’homme grâce aux dépôts antédiluviens des grottes liégeoises », Revue d’archéologie et de paléontologie 10, 1996, p. 24- 66 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, Jérôme Millon, 1994.

Schmidt, Erich Friedrich (1897-1964)

64Archéologue orientaliste américain, spécialiste de l’Asie Mineure, de la Mésopotamie et de la Perse. Né à Baden-Baden, il est officier pendant la Première Guerre mondiale et, fait prisonnier par les Russes, il passe quatre ans dans les camps de Sibérie. De 1921 à 1923, il fait des études à l’Université de Berlin puis part pour les États-Unis et, de 1924 à 1926, il mène des fouilles en Arizona, pour le Musée d’histoire naturelle de New York. À partir de 1926, il est engagé dans une collaboration avec l’Oriental Institute de Chicago qui, au début des années 1920, entreprend un vaste programme de recherches en Anatolie, pour étudier la civilisation hittite et ses origines. E. F. Schmidt conduit en 1926, avec H. H. von der Osten, une prospection au terme de laquelle plus de trois cents nouveaux sites sont repérés ; les deux hommes choisissent de fouiller Alishar Hüyük, qu’ils sondent entre 1927 et 1932. En 1931-1932, E. F. Schmidt dirige une mission de l’Université de Pennsylvanie sur le site préhistorique de Tépé Hissar, puis, en 1934-1935 et 1937-1938, il explore les vallées du Rumishgan et de Saimarrah au sud du Louristan, à la tête de la Holmes Luristan Expedition pour l’American Institute for Persian Art and Archaeology. Le sommet de sa carrière est atteint lorsqu’il succède à E. Herzfeld sur le chantier de Persépolis de 1935 à 1939, date à laquelle le site reviendra au Service archéologique iranien dirigé par A. Godard. Il procède à la couverture aérienne des sites iraniens en vue d’établir une carte archéologique de la région comprise entre Pasargades et Shiraz.

Bibliographie sélective :

65Avec H. H. von der Osten, fouilles d’Alishar Hüyük publiées dans Oriental Institute Publications VI et VII, Chicago, 1930-1932, et seul, XIX et XX, 1932-1933 ; « The Tepe Hissar Excavations », Museum Journal of Philadelphia, vol. XXXII, 1933 ; « The Treasuries of Persepolis and other Discoveries in the Homeland of the Achemenians », Oriental Institute Communications, Cahier 21, Chicago, 1939 ; Flights over Ancient cities of Iran, 1940 ; Anatolia through the Ages. Discoveries at the Alishar Mound 1927-1929 ; Persepolis I et II, Chicago, 1957, 1961.

66VOIR :
J. H. Breasted,
The Oriental Institute, Chicago, 1932 ; A. Godard, « Persépolis », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1946, p. 260-270 ; L. Vanden Berghe, L’Archéologie de l’Iran ancien, Leide, 1959 ; Journal of Near Eastern Studies, 24, 1965, p. 145-148 ; E. Weidner, Archiv für Orientforschung XXI, 1966, p. 263-264.

Schulten, Adolf (1870-1960)

67Archéologue allemand ; spécialiste de la péninsule Ibérique, il exerça une profonde influence sur la recherche en Espagne, établissant en particulier le corpus commenté des textes grecs et latins qui font référence à la péninsule Ibérique. Inscrit en 1888 à l’Université de Göttingen, il y est l’élève de U. von Wilamowitz et de Th. Mommsen, sous la direction duquel il rédige un mémoire, De conventibus civium Romanorum, qui décide de sa carrière d’archéologue : grâce à une bourse que Wilamowitz lui obtient en 1899, il entreprend en effet un voyage dans le Midi de la France, en Italie, en Espagne, en Grèce, en Afrique du Nord, et s’engage dans des travaux sur le droit public romain et l’histoire de l’agriculture. Il reçoit donc une excellente formation d’historien de l’Antiquité qui lui assure une supériorité évidente sur les savants espagnols, envers lesquels il maintiendra une attitude plutôt méprisante. En 1896, l’intervention de Wilamowitz lui permet de devenir « Privatdozent » à Göttingen, poste qu’il occupe jusqu’en 1906, avant d’enseigner l’histoire antique à l’Université d’Erlangen. Son premier domaine de recherche est l’Afrique du Nord et, jusqu’en 1914, il assure la publication d’une chronique annuelle, les Archäologische Nevigkeiten aus Nordafrika. C’est en Afrique du Nord qu’il s’initie à l’archéologie de terrain, expérience qu’il mettra plus tard à profit en Espagne. L’hiver 1902-1903 marque le tournant de sa carrière, puisque c’est en lisant l’Iberiké d’Appien qu’il conçoit le projet de reconstituer sur le terrain, grâce à des fouilles, les installations militaires du siège de Numance. Il entreprend ces travaux en 1905, dégageant la ville et les camps grâce à des crédits importants obtenus par Wilamowitz. Il mène la première étude sur Numance, dont le site avait déjà été reconnu par des savants espagnols, prouve que la ville celtibérique se trouvait à cet endroit et montre l’ampleur de ses vestiges. A. Schulten, soutenu par U. von Wilamowitz, assure l’illustration de la science allemande en Espagne, à une époque où les préhistoriens (L. Lartet, É. Cartailhac, l’abbé Breuil) et les hellénistes français (L. Heuzey, P. Paris, A. Engel) ont pris conscience de l’étendue et de l’importance du domaine de recherche qu’offre la péninsule Ibérique ; à la veille du premier conflit mondial, l’Espagne sera au cœur des enjeux qui opposent Français et Allemands. Pendant la Première Guerre mondiale, A. Schulten vit en Allemagne et consacre deux volumes à Sertorius et Viriatus. Il aborde un autre thème, celui du royaume mythique de Tartessos, qu’il entreprend de localiser en se fondant sur l’analyse des textes ; ses hypothèses sont considérées aujourd’hui comme caduques. En 1922, il s’associe à P. Bosch Gimpera pour publier la série Fontes Hispaniae Antiquae et consacre le premier volume au périple d’Avienus. À la veille de la guerre civile, il est nommé docteur honoris causa de l’Université de Barcelone. Malgré les liens étroits qu’il entretient avec l’école catalane d’archéologie animée par P. Bosch Gimpera, il reste fidèle à l’idéal de « l’Espagne éternelle» qui suppose le maintien d’une situation de sous-développement et explique le peu d’intérêt qu’il portait aux travaux des archéologues espagnols ; cette vision surannée de l’Espagne le conduira, malgré son rejet catégorique du national-socialisme allemand, à épouser la cause du régime franquiste, qui pourtant ne le favorisa guère dans ses recherches. Cependant, ses études sur la conquête romaine et la résistance indigène restent fondamentales et ses Fontes constituent une œuvre encore indispensable. Beaucoup plus que son activité archéologique et les hypothèses formulées sur Tartessos ou la présence des Étrusques en Espagne, ou encore la localisation de Mainaké, c’est son œuvre d’historien de la conquête romaine qui lui a conservé en Espagne une grande notoriété. Par son enseignement en Allemagne, mais aussi à Barcelone et Valence et dans les universités portugaises, et les très nombreux articles rédigés pour la Real Enzyklopädia Pauly-Wissowa et l’Anzeiger de l’Archäologisches Jahrbuch de Berlin, il a ranimé les études sur l’Antiquité ibérique.

Bibliographie sélective :

68Voir la bibliographie établie par L. Pericot, 1940 ; Das römische Africa, 1899 ; Geografía y etnografía antiguas de la Península Ibérica. Avieno. Ora Maritima, periplo massaliota del siglo VI a. de J.-C., junto con los demás testimonios anteriores al 500 a. de J.-C., Barcelone, 1922 ; Fontes Hispaniae Antiquae, I. Avieno, Ora Maritima, Barcelone, 1922 ; Tartessos. Ein Beitrag zur ältesten Geschichte des Westens, Hambourg, 1922 ; « Die Etrusker in Spanien », Klio 23, 1930, p. 365-432 ; Historia de Numancia, Barcelone, 1946 ; Iberische Landeskunde, trad. en esp., Geografía y Etnografía de la Península ibérica, deux vol., Madrid, CSIC, 1959 et 1963.

69VOIR :
L. Pericot, « Adolfo Schulten.
Su vida y sus obras. Homenaje de la Universidad de Barcelona a su Doctor H. C. con motivo de su 70 aniversario », Anales de la Universitat de Barcelona. Memors y coms, 1940, p. 45-76 ; F. Marquez Miranda, Siete arqueólogos, siete culturas, Buenos Aires, 1959 ; H. Berve, « Adolf Schulten », Gnomon 32, 1960, p. 468-488 ; A. Garcia y Bellido, «Adolf Schulten », Archivo Español de Arqueología 33, 1960, p. 222-228; W. G. Madrider Mitteilungen I, 1960, p. 225-227; C. Picard, « Adolf Schulten, 1870-1960 », Revue archéologique, 1962-2, p. 223-224; L. Pericot, « Schulten y Tartessos », Tartessos y sus problemas. V Symposium internacional de prehistoria peninsular, Jerez de la Frontera, septiembre 1968, Barcelone, 1969, p. 63-74 ; M. Tarradell, « Schulten. Medio siglo de historia antigua de España », Saguntum 11, 1975, p. 38-406; M. Blech, « Schulten und Numantia », Madrider Mitteilungen 36, 1995, p. 38-47 ; R. Olmos, « A. Schulten y la historiografía sobre Tartessos en la primera mitad del siglo XX », et G. Cruz Andreotti, « Schulten y el “carácter tartesio” », dans J. Arce et R. Olmos éd., Historiografía de la arqueología y de la historia antigua en España (siglos XVIII-XX), Madrid, 1991, p. 135-144.

Schwab, Friedrich, colonel (1803-1869)

70Officier de la milice volontaire suisse, il découvre le site de La Tène. Il représente, comme le général Pitt Rivers, ces archéologues amateurs, issus de l’aristocratie ou de la bourgeoisie aisée, qui consacrent une partie de leur fortune à la recherche. Sous l’influence d’E. Müller-Haller, notaire de Biel qui fouille des tumuli préhistoriques et relève le tracé des voies romaines, il s’engage avec lui dans l’exploration des sites lacustres du lac de Neuchâtel et des lacs de l’de la Suisse, avant que F. Keller ne révèle leur nature et leur appartenance à la Préhistoire par la découverte d’Il poursuit les travaux de relevés et de fouilles pendant douze ans et se place sous l’autorité scientifique de F. Keller, à qui Müller-Haller et lui remettent tous les documents établis par leurs soins sur les sites du Bielersee. En 1857, il fait une découverte d’un autre ordre, sur les rives du lac de Neuchâtel, sur le site de La Tène, où l’un de ses assistants met au jour un amoncellement artificiel de pierres et recueille de nombreuses armes de fer ; cette découverte est très surprenante car, jusque-là, tous les objets retrouvés sur les autres sites du lac étaient en pierre ou en bronze. Dès 1858, Schwab prend lui-même en charge l’exploration du site, puis reçoit l’assistance d’É. Desor, professeur à Neuchâtel, avec qui les travaux se poursuivent pendant trois ans, révélant des centaines d’armes en fer, en excellent état de conservation. Les épées, en particulier, constituent un précieux moyen de datation, car des objets identiques ont été trouvés à Tiefenau, près de Berne, associés à des pièces romaines, de même que dans le fossé du camp romain installé au pied du mont Réa, devant Alésia : les combattants gaulois contre César étaient armés d’épées du type de La Tène, que l’on peut donc dater de la première moitié du dernier siècle av. J.-C. et qui permettent de situer chronologiquement les nombreux sites où elles apparaissent, du sud de l’Angleterre et du nord de la France à la vallée du Pô, en Allemagne et dans les Balkans. Le Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques réuni à Stockholm en 1874 reconnaît la valeur de jalon du site de La Tène et B. E. Hildebrand propose de désigner les deux phases de l’âge du fer par les noms des sites de Hallstatt et de La Tène. Les travaux du colonel Schwab sont poursuivis à partir de 1868 par Émile Vouga, conservateur au musée de Neuchâtel, qui recueille encore de très nombreux objets et les restes probables d’un habitat. La découverte des sites éponymes de la Protohistoire européenne revient à deux amateurs, Ramsauer et Schwab ; à sa mort, l’inventeur de La Tène remit sa très riche collection au musée de Biel.

71VOIR :
E. Vouga, Les Helvètes à La Tène, 1885 ; H. G. Bandi, Hundert Jahre Pfahlbauforschung in der Schweiz, 1954 ; G. Bibby, The Testimony of the Spade, Londres, 1956 ; M. R. Sauter, « Cent ans de recherches dans les palafittes », Congrès préhistorique de France, XVe session, Poitiers-Angoulême, 1956, Paris, Société préhistorique française, 1957, p. 883-888 ; G. Daniel, One Hundred andFifty Years of Archaeology, Londres, 1975; J. Filip, Manuel encyclopédique de préhistoire et protohistoire européenne, Prague, 1966 ; N. Coye, « Le bel âge de l’archéologie lacustre entre Ferdinand Keller et Oscar Paret », dans B. Barraqué, D. Bley, G. Boëtsch, M. Masali et E. Rabino Massa, L’Homme et le lac. Usages et représentations de l’espace lacustre, Côme, 1995, p. 61-72.

Séguier, Jean-François (1703-1784)

72Antiquaire et botaniste français. Fils d’un conseiller au présidial de Nîmes, élevé chez les Jésuites, il manifeste très tôt un goût extraordinaire pour la numismatique et la botanique. Sous la pression de sa famille, il fait des études de droit à Montpellier, mais peut enfin se consacrer à l’archéologie, quand le marquis S. Maffei arrive à Nîmes et convainc ses parents de le laisser suivre sa vocation. Il accompagne le savant italien dans ses voyages en Europe. À Paris, il est chargé par l’abbé Bignon de mettre en ordre l’herbier du Cabinet du roi. Il se fixe auprès de Maffei à Vérone, jusqu’à la mort du marquis en 1755, date à laquelle il revient à Nîmes. En étudiant les vestiges des lettres de l’inscription de la Maison carrée, il découvre que ce monument a été consacré en l’honneur de Caius et Lucius, fils d’Agrippa et petits-fils d’Auguste. Il est l’auteur d’un index de toutes les inscriptions alors connues et d’une dissertation célèbre sur la Maison carrée (1759). Il est le meilleur représentant de l’Académie constituée à Nîmes sur le modèle de celle de Paris et témoigne de l’impulsion donnée à la science en province, grâce à la politique de recherche des monuments archéologiques développée par Colbert. En 1772, il est associé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

73Dissertation sur l’inscription de la Maison carrée, Paris et Nîmes, 1759 et 1776.

74VOIR :
S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique 19, 1898, p. 102 ; G. Boissier, Revue des Deux Mondes, 1er avril 1871 ; G. P. Marchi, « Il viaggio di Maffei e Séguier attraverso l’Europa », dans Un accademico dei Lumi fra due città : Verona e Nîmes. Scritti in onore di Jean-François Séguier nel secondo centenario della morte, Vérone, 1987, p. 51-59 ; A. Buonopane, « Scipione Maffei e l’epigrafia romana d’Europa », Les Archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993 ; F. de Polignac et J. Raspi Serra dir., La Fascination de l’Antique. Rome découverte, Rome inventée, Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, Paris, Somogy, 1998.

Sellin, Ernst (1867-1945)

75Orientaliste et archéologue allemand, spécialiste des études bibliques. À l’issue d’études de théologie et d’orientalisme à Rostock, Erlangen et Leipzig, il est professeur au Gymnasium de Ratzeburg ; mais, après avoir obtenu son habilitation à Erlangen, il devient professeur à l’Université de Vienne en 1899. La suite de sa carrière est rapide et brillante puisqu’en 1908 il est nommé à Rostock, en 1913 à Kiel et enfin, en 1921, il occupe une chaire à Berlin. Il confronte sa connaissance de l’Ancien Testament à la réalité du monde oriental que l’exploration archéologique du Proche-Orient révèle : il mène en effet des travaux à Tell Taannek de 1902 à 1904, marquant ainsi le début de l’intervention de l’Allemagne dans l’archéologie de terrain en Palestine. Assisté de C. Schumacher, il applique la méthode de F. Petrie et, pour distinguer les différentes périodes d’occupation du site, se fonde sur les différents types de céramique. De retour en Europe, il enseigne en Allemagne, puis, de 1907 à 1909 et à nouveau en 1911, il ouvre, en collaboration avec C. Watzinger et des architectes, la première de la fameuse série d’explorations de Tell es-Sultan, l’ancienne Jéricho, où lui succèderont J. Garstang puis K. Kenyon ; le volume Jericho, publié en 1913, est le premier véritable rapport de fouilles sur un site palestinien, présentant de bons plans, d’excellentes photographies et de judicieuses observations sur la stratigraphie. Il s’est intéressé à toutes les questions du domaine de ses études : introduction à l’Ancien Testament, théologie de l’Ancien Testament, histoire du peuple hébreu ; il produit un de monographies et d’articles sur des points particuliers. Il a confronté l’Ancien Testament avec le contexte du monde oriental pour mieux comprendre le sens du texte ; le mérite d’E. Sellin est d’avoir mis l’archéologie au service de l’histoire de la Palestine.

Bibliographie sélective :

76Jericho, 1913 ; Einleitung in das alte Testament, 1950.

77VOIR :
O. Eissfeldt,
Archiv für Orientforschung XV, 1945-1951, p. 189 ; H. Weippert, Palästina in vorhellenistischer Zeit, Handbuch der Archäologie Vorderasien II, tome 1, Munich, 1988 ; P. R. S Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991.

Sethe, Kurt Heinrich (1869-1934)

78Égyptologue allemand, la plus grande figure de la philologie égyptienne avec son compatriote A. Erman. Il appartient à une famille de juristes prussiens, fait des études de droit et suit les cours d’A. Erman à Berlin. Professeur d’égyptologie à l’Université de Göttingen à partir de 1900, il succède à A. Erman en 1923 à l’Université de Berlin. Son œuvre est immense dans tous les domaines de la philologie, de la première période dynastique jusqu’au démotique et au copte, mais également en histoire, géographie, pour la chronologie et dans le domaine de la religion. Il collabore au Wörterbuch der ägyptischen Sprache, dirigé par A. Erman, et est l’auteur de nombreux ouvrages de grammaire qu’il contribue à rendre beaucoup plus claire. Il réunit et édite les « Textes des Maspero avait le premier. avait les « des pyramides » dès le temps de ses études universitaires et y travaillera jusqu’à ses derniers jours. Dans l’entreprise du Wörterbuch, Sethe est chargé de mettre sur fiches les « des pyramides » et rédige une première traduction. À sa mort, son œuvre reste inachevée mais la publication posthume (Übersetzung und Kommentar zu den altägyptishen Pyramidentexten) en est assurée par une commission de l’Académie de Berlin, composée de Erman, Steindorff et Grapow ; le manuscrit est mis au point par Sander-Hansen, collaborateur de Sethe. Il fonde et dirige les Untersuchungen zur Geschichte und Altertumskunde Aegyptens en 1896. En 1904-1905, il se rend en Égypte où il recueille un nombre important d’inscriptions qu’il publie rapidement. Il fait en 1925 un second séjour en Égypte qui lui inspire l’envie d’exposer sa conception de l’histoire primitive et de la plus ancienne religion des Égyptiens.

Bibliographie sélective :

79Das Aegyptische Verbum in Altägyptischen, Neuägyptischen und Koptischen, trois vol., 1899-1902 Urkunden des Alten Reichs, 1903-1933 ; Beiträge zur ältesten Geschichte Ägyptens, 1905 ; Urkunden der 18. Dynastie, 1906-1909 ; Die Altaegyptischen Pyramidentexte, quatre vol., 1908-1922 ; Urgeschichte und älteste Religion der Ägypter, 1930 ; avec C. E. Sander-Hansen, Übersetzung und Kommentar zu den Altägyptischen Pyramidentexten, 1935-1962.

80VOIR :
A. Scharff,
Bayerische Akademie der Wissenschaften Jahrbuch, 1934-1935, p. 32-39 ; J. Capart, Chronique d’Égypte 10, 1935, p. 77-78 ; Journal of Egyptian Archaeology 20, 1934, p. 213-214 ; Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde, 70, 1934, p. 132-134 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Seyrig, Henri (1895-1973)

81Helléniste français, archéologue, épigraphiste et numismate, directeur du Service des antiquités de Syrie et du Liban de 1929 à 1939 et directeur fondateur de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth jusqu’en 1967. Fils d’une grande famille d’industriels liée à la Confédération helvétique et installée à Mulhouse, il est élevé par un milieu cosmopolite dans une Alsace alors allemande. Ses premières études sont partagées entre l’Alsace et la France et, sans vocation bien définie, en 1914, il s’inscrit à Oxford pour préparer un diplôme de sciences politiques. Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, il est mobilisé dans l’artillerie, d’abord à Verdun, puis en Italie et, en 1917, à Salonique, où, émerveillé, il découvre la Grèce et un monde qui détermine le choix de sa carrière : il se fixe pour but d’entrer à l’École française d’Athènes. Démobilisé en 1919 et conseillé par V. Bérard, il prépare et obtient l’agrégation de grammaire en 1922, et est admis en même temps que F. Chapouthier à l’École française d’Athènes, alors dirigée par C. Picard. Ses premières recherches ont lieu en Grèce du Nord, à Samothrace et à Thasos. En 1923, il fait deux rencontres décisives, celle de D. Schlumberger, comme lui originaire de Mulhouse, et celle de P. Perdrizet, professeur à l’Université de Strasbourg, qui lui fait découvrir le Proche-Orient en l’associant à une mission qu’il organise en Syrie en 1924 ; l’année suivante, D. Schlumberger sera associé à l’expédition. En 1928, H. Seyrig accepte le poste de secrétaire général de l’École française d’Athènes mais, l’année suivante, il est sollicité pour assumer la direction du Service des antiquités de Syrie et du Liban, à la suite de C. Virolleaud ; il rencontre alors à Alep le maître d’œuvre de l’archéologie proche-orientale, R. Dussaud, qui confirme sa nomination. En 1930, il épouse Hermine de Saussure, qui, avec Marthe Ollié, avait fouillé à Malia en Crète. Il s’installe à Beyrouth pour près de quarante ans et pourvoit l’archéologie du Liban et de la Syrie d’une organisation tout à fait remarquable qui lui donne un éclat incomparable. Pour faire fonctionner le Service des antiquités, il fait appel à D. Schlumberger et à de nombreux architectes et fait immédiatement dégager le sanctuaire de Bêl de Palmyre, occupé jusqu’alors par run village réédifié ailleurs ; le même type d'opération sera réalisé pour le sanctuaire de Jupiter Héliopolitain à Baalbek et pour le Krak des chevaliers. Sur le site de Palmyre, les recherches sont étendues à la ville et à la nécropole ; de grandes missions françaises sont également organisées, à Byblos dont M. Dunand conduit la fouille, et, en Syrie, où C. F. A. Schaeffer révèle à Ras Shamra l’antique cité d’Ougarit, alors qu’A. Parrot explore le site de Mari. Par ailleurs, il ouvre le Liban et la Syrie aux missions étrangères : c’est ainsi que le baron M. von Oppenheim explore Tell Halaf et que ses collègues allemands procèdent au relevé des temples romains du Liban et de l’Anti-Liban, alors qu’une mission de l’Université de Princeton mène des recherches à Antioche et qu’une autre de l’Université de Yale reprend les fouilles de Doura-Europos, sous la direction de M. Rostovtzeff. H. Seyrig met en place une législation libérale sur les fouilles et instaure avec les archéologues locaux des liens de confiance qui permettront d’éviter les difficultés au moment de l’accession à l’indépendance en 1945. Il réorganise l’Institut français de Damas, en fait un centre scientifique dès 1932 et en assure la direction de 1938 à 1942. En 1940, H. Seyrig se déclare pour la France libre et refuse la responsabilité de l’Institut d’Istanbul offert par le gouvernement de Vichy. Jusqu’en 1942, il reste à Beyrouth, puis gagne Londres où il se voit confier le poste d’attaché culturel de la France libre à New York. De retour à Paris en 1946, il parvient à convaincre de l’utilité d’ouvrir à Beyrouth un institut d’archéologie pour préserver les acquis accumulés depuis 1920. L’Institut français d’archéologie accueille deux pensionnaires : l’un d’eux est l’abbé J. Starcky, curé de Palmyre, dont H. Seyrig avait fait la connaissance sur le site ; la bibliothèque, dont la constitution retient toute son attention, devient rapidement le premier pôle pour la recherche au Proche-Orient. C’est ainsi qu’en 1946 est complété le réseau des écoles françaises d’archéologie implantées en Méditerranée, dont la première, celle d’Athènes, avait vu le jour un siècle plus tôt. En 1967, H. Seyrig passe le relais à D. Schlumberger et s’installe à Neuchâtel et à Paris. En France, il met en œuvre ses grandes qualités d’organisateur de la recherche archéologique et suscite la création au sein du CNRS du Centre de recherche archéologique (CRA), celle du Service d’architecture antique et celle du Centre d’analyse documentaire pour l’archéologie. À la demande d’André Malraux, il occupe le poste de directeur des Musées de France de 1960 à 1962. Nommé maître de conférences des universités en 1938, il renonça à rédiger une thèse qui lui aurait assuré un poste de professeur et préféra la publication de nombreux articles sur des sujets très divers et réunis en volumes. Archéologue, il ne le fut jamais sur le terrain mais il se montra très sensible à l’objet et fut un épigraphiste et un excellent numismate qui apporta à la connaissance de la Syrie hellénistique et romaine une importante contribution. H. Seyrig, par son œuvre à la tête du Service des antiquités de Syrie et à la direction de l’Institut français de Beyrouth, est l’un des artisans de l’extraordinaire épanouissement de l’archéologie française au Proche-Orient.

Bibliographie sélective :

82« Quatre cultes de Thasos », Bulletin de correspondance hellénique, 1927 ; Trésors monétaires : monnaies séleucides, deux vol. ; Antiquités syriennes, sept vol., Paris, 1931-1966 ; édités par G. Le Rider, Scripta varia, Paris, 1985, et Scripta numismatica, coll. « Bibliothèque archéologique et historique » de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient, 1986.

83VOIR :
G. Le Rider, Revue suisse de numismatique 52, 1973, p. 167-171 ; E. Will, « Henri Seyrig (1895-1973) », Syria 50, 1973, p. 258-265 ; id., « Notice sur la vie et les travaux de Henri Seyrig », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; 1993, p. 384-394 ; J.-C. Gardin, « Une archéologie moderne : les initiatives d’Henri Seyrig », Célébration du cinquantenaire de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient, séance du 18 octobre 1996 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1996 ; D. Knoepfler, « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière (1922-1929) », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 285-309.

Sigal, Louis, abbé (1877-1945)

84Archéologue et professeur au petit séminaire de Narbonne. Par ses travaux à Narbonne et à Ensérune, il compte parmi les figures importantes de l’archéologie nationale. Après des études d’histoire à l’Université de Toulouse, son affectation en 1905 comme professeur au petit séminaire de Narbonne décide de sa carrière scientifique. Dessinateur remarquable (plans, relevés, dessins). il entreprend d’abord d’étudier l’héritage du Moyen Âge il découvre un manuscrit du xive siècle sur l’édification de la cathédrale Saint-Just, et l’étude des modes de construction le conduit à appliquer la méthode archéologique en confrontant le texte et le monument. Il donne à cette occasion le premier exemple des essais d’« histoire archéologique » qu’il produira sur Narbonne et sa région. Les origines chrétiennes de la Narbonnaise le retiennent ensuite et pour les élucider, en l’absence de textes pour les iiie et ive siècles, il recourt à l’archéologie : pendant l’hiver 1941-1942, il ouvre des fouilles dans l’église Saint-Paul et autour de l’édifice, et découvre un cimetière chrétien du ive siècle et une chapelle primitive dédiée à l’évangélisateur de Narbonne. Il remonte encore dans le temps et s’intéresse à l’antiquité païenne : pour reconstituer la topographie de la cité antique, il surveille les travaux de voirie et entreprend des sondages. Au terme de cette enquête, le tracé et la date de l’enceinte sont précisés, l’emplacement du Capitole et de l’amphithéâtre fixés de plus, L. Sigal découvre, en 1925, les galeries et les cellae d’un horreum très semblable à celui d’Ostie ; la fouille souterraine qu’il poursuit jusqu’à la veille de sa mort lui permet d’établir le plan de ces magasins. Ses recherches sur le terrain permettent de restituer le plan topographique général de la cité, mais aucune publication de l’ensemble des résultats ne verra le jour. En 1923, un autre domaine de recherche s’ouvre à lui : F. Mouret, propriétaire terrien féru d’archéologie, lui propose de l’aider dans son exploration du site d’Ensérune, où il a commencé les fouilles en 1915 et révélé un habitat et une nécropole de la période préromaine, de la fin du ve siècle au iiie siècle av. J.-C. Le site est l’un des hauts lieux du Midi de la Gaule indépendante et son importance lui vaut la visite en 1916 de deux prestigieux archéologues, E. Pottier et S. Reinach. En 1922, l’administration des Beaux-Arts acquiert la partie haute du site, menacé par la construction d’une villa, et F. Mouret fait don à l’État des parcelles qu’il possède, en se ménageant la direction des fouilles qu’il poursuit et le droit de publication ; il fait paraître un fascicule du Corpus Vasorum Antiquorum où il réunit les plus beaux vases attiques retrouvés au cours de ses travaux (CVA, France 6, collection Félix Mouret, 1927). En 1928, le site est classé et l’abbé Sigal est officiellement chargé de la direction des fouilles et de la conservation du musée qu’il a constitué ; les fouilles sont subventionnées par l’administration des Beaux-Arts et, chaque année, l’abbé Sigal dirige les travaux avec J. Formigé, architecte des Monuments historiques. Alors que F. Mouret avait exploré la nécropole, c’est l’habitat qui est privilégié à partir de 1929 : au nord de l’Acropole, sont dégagés le rempart, un quartier de maisons et une rue ; un autre secteur est fouillé au sud. L’exploration est menée systématiquement selon les méthodes rigoureuses mises au point par L. Sigal, en particulier l’observation de la stratigraphie, le relevé de toutes les données recueillies au cours des travaux, la réalisation de plans et de dessins précis. Il révèle les rares vestiges de la seconde moitié du vie siècle av. J.-C. dans la partie la plus ancienne de l’habitat. Il rédige scrupuleusement des rapports annuels très circonstanciés mais ne produit pas de synthèse sur le site. Son successeur à la direction du chantier, J. Jannoray, pourra exploiter ces documents d’une très grande rigueur scientifique et publier Ensérune, Contribution à l’étude des civilisations préromaines de la Gaule méridionale (Paris, 1955). L. Sigal est maintenu à la direction des fouilles et du musée d’Ensérune après la création en 1942 des circonscriptions archéologiques. Ses hautes compétences historiques et archéologiques lui valent le titre de membre correspondant de la Commission des monuments historiques en 1937, et celui de membre de la Commission archéologique de Narbonne. Ses remarquables travaux à Narbonne et à Ensérune répondent à toutes les exigences scientifiques et marquent une avancée importante de l’archéologie nationale.

Bibliographie sélective :

85« Contribution à l’histoire de la cathédrale Saint-Just de Narbonne », Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne 15, 1921, p. 11-253 ; « Histoire archéologique de l’église romane d’Ouveillan », Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne, 1922-1923, p. 382-429 ; « Les premiers temps chrétiens à Narbonne (iiie et ive siècles) d’après l’archéologie », Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne 20, 1939-1940, p. 93-151, et 22, 1947-1948, p. 21-67 ; « Les fabri subaediani d’après une inscription inédite du Musée de Narbonne », Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne, 16, 1924, p. 141-156.

86VOIR :
J. Jannoray, « Louis Sigal (1877-1945) », Revue archéologique XXXVII, janv.-mars 1951, p. 199-203 ; C. Dubosse, Corpus vasorum antiquorum, Musée national d’Ensérune, France, fascicule 37, Paris, 1998.

Silvestre de Sacy, Antoine Isaac, baron (1758-1838)

87Orientaliste français, il fait de Paris le centre de l’orientalisme européen. Né à Paris, il perd son père, notaire au Châtelet, en 1765. Il est élevé par sa mère qui lui donne une culture classique, dans la tradition janséniste ; il habite non loin de Saint-Germain-des-Prés et fréquente les jardins de l’abbaye. Il y est accueilli par Dom Berthereau, spécialiste des textes arabes, à qui il demande de l’initier aux langues sémitiques. Parallèlement, il étudie le persan, les langues européennes et suit les cours de l’École de droit. En 1781, il est nommé conseiller à la Cour des monnaies, mais ne délaisse pas les travaux d’érudition et publie dans le Repertorium für biblische und morgenländische Litteratur ; c’est ce qui lui vaut d’être appelé, en 1785, à l’une des huit places d’académiciens libres résidents au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. En 1792, il est nommé commissaire général des Monnaies, mais donne sa démission pour ne pas cautionner un gouvernement révolutionnaire ; il se retire avec sa famille dans un village de la Brie et se consacre à la recherche. Le 30 mars 1795, la Convention nationale décrète la fondation de l’École spéciale des langues orientales vivantes près la Bibliothèque nationale, et nomment deux professeurs, Louis Langlès, conservateur des manuscrits à la Bibliothèque nationale, pour le persan, et Silvestre de Sacy pour l’arabe ; celui-ci refuse de prêter le serment politique, résigne sa chaire, mais continue à enseigner jusqu’à ce qu’on lui trouve un remplaçant, ce qui s’avère impossible ; son poste lui est donc conservé. Il étudie les inscriptions de Naqs-i-Rustan, copiées par K. Niebuhr pendant son séjour à Persépolis, et identifie l’une des trois langues, le pehlvi sassanide. Pour son fils aîné, il rédige ses Principes de grammaire générale mis à la portée des enfants et propres à servir d’introduction à l’étude de toutes les langues (1799), puis, dans la perspective de son enseignement, il élabore la Grammaire arabe, à l’usage des élèves de l’École spéciale des langues orientales, qui est le premier ouvrage à mériter ce titre. Réintégré à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1803, il est nommé professeur de persan au Collège de France en 1806. Par son enseignement, le meilleur dans l’Europe de cette époque, il attire de nombreux élèves de tous les pays et forme des générations d’arabisants, en particulier en Allemagne, dont de nombreux étudiants viennent suivre ses cours ; parmi eux figure F. Bopp, créateur de la philologie indo-européenne. Le retentissement de ses cours est tel que, le 20 juin 1820, le roi de Prusse lui écrit pour le remercier de la qualité de l’enseignement qu’il dispense aux jeunes gens de son pays. Remarquable professeur, il inaugure une pédagogie très moderne, qui annonce les principes didactiques de l’École pratique des hautes études : il organise des séances de commentaires de textes par les élèves et n’intervient que pour apporter des explications ou des corrections. L’École des langues orientales et le Collège de France deviennent le centre de l’enseignement de l’orientalisme. Très ouvert, il encourage et aide les jeunes gens, notamment J. D. Guigniaut, A. Chézy, E. Burnouf. J.-F. Champollion se formera à sa méthode et deviendra le rival heureux de son maître dans le déchiffrement des hiéroglyphes ; I. Silvestre de Sacy a, en effet, entrepris l’élucidation du texte démotique de la pierre de Rosette et isole trois noms propres, dont celui de il ne poursuit pas plus avant dans déchiffrement cependant, il maintiendra son soutien à T. Young et reconnaîtra la victoire définitive de Champollion. De 1815 à 1817, il se consacre à la commission de l’Instruction publique, chargée d’établir le programme des études, de proposer au ministère la nomination et la révocation des personnels et de réorganiser l’École normale supérieure. Il joue un rôle important dans la création de la Société asiatique en 1822 et en assure la présidence. Devenu administrateur du Collège de France en 1823 et de l’École des langues orientales en 1824, il exercera ces responsabilités de direction jusqu’à sa mort. Sa réputation était si grande qu’A. von Humboldt intervint personnellement auprès des troupes alliées pour qu’elles respectent ses propriétés. Membre du Corps législatif à la fin de l’Empire, il est, sous Louis XVIII, recteur de l’Université de Paris (1815). Pair de France en 1832, il est, en 1833, conservateur des manuscrits orientaux à la Bibliothèque royale, inspecteur des types orientaux de l’Imprimerie royale et secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Depuis ses chaires d’arabe et de persan de l’École des langues orientales vivantes et du Collège de France et comme président de la Société asiatique, I. Silvestre de Sacy joue un rôle primordial dans l’essor de l’orientalisme en Europe.

Bibliographie sélective :

88Mémoires sur les antiquités de la Perse et sur les médailles des rois de la dynastie des Sassanides, 1793 ; Mémoire sur l’histoire des Arabes avant Mahomet, couronné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; Les Mille et Une Nuits, contes arabes, traduits par Galland, revue et corrigée sur l’édition de 1704, augmentée par M. le baron Silvestre de Sacy, trois vol., Paris, s. d. ; Principes de grammaire générale mis à la portée des enfants et propres à servir d’introduction à l’étude de toutes les langues, 1799 ; Chrestomathie arabe ou extraits de divers écrivains arabes…, trois vol., 1re éd. 1806, puis 1827, réimp. Osnabrück, 1973 ; Grammaire arabe, à l’usage des élèves de l’École spécialedes langues orientales, deux vol., 1810, 2e édition avec traité de prosodie et de métrique des Arabes, 1831 ; Principes de grammaire générale, 1815 ; Mémoire sur les monuments et les inscriptions de Kirmanchah et de Bi-Soutoun et sur divers autres monuments sassanides, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1815 ; Anthologie grammaticale arabe, 1829.

89VOIR :
Duc de Broglie, « Éloge de Silvestre de Sacy », dans Silvestre de Sacy, Mélanges de littérature orientale ; M. Daunou, Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. le baron Silvestre de Sacy, Institut de France, Paris, 1839 ; G. de L. (Grangeret de Lagrange), « Notice nécrologique », Journal asiatique, 3e série, vol. V, 1838, p. 297 ; A. Maury, « Érudits modernes : Sylvestre (sic) de Sacy », Moniteur universel, 1853, p. 642 H. Derenbourg, « Silvestre de Sacy (1758-1838). Esquisse biographique », Édition du centenaire de l’École des langues orientales vivantes (1795-1895), Paris, 1895 ; H. Dehérain, « Silvestre de Sacy et ses correspondants », Journal des savants, 1914-1919, Paris, 1919 ; Silvestre de Sacy : 1758-1838. Ses contemporains et ses disciples, Paris, 1938 ; id., Centenaire de Silvestre de Sacy (1758-1838). Hommage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1938 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; E. Saïd, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, L’Harmattan, 1980 ; L. Bazin, « Silvestre de Sacy », Célébration du bicentenaire de l’École des langues orientales, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1995, p. 19-22 ; J. Leclant, « L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », dans Institut de France, Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Siret, Louis (1860-1934)

90Ingénieur et archéologue belge. Né à Saint-Nicolas, en Flandre, il est le frère cadet d’Henri, né en 1857. Le père, Adolphe Siret, est commissaire du district et à ses heures de loisir s’intéresse à la littérature, à l’histoire et à l’archéologie, est membre de l’Académie royale de Belgique, fonde le Journal des beaux-arts et publie un dictionnaire historique des peintres. Comme son frère Henri, Louis fait des études d’ingénieur à Louvain, et sort major de sa promotion. En 1881, il rejoint son frère, installé depuis 1878 en Espagne, où il travaille dans le bassin minier de Cuevas de Almanzora, province d’Almería : il deviendra principal propriétaire de la Compagnie de mines de Sierra Almagrera, qui exploite principalement l’argent, jusqu’à la crise mondiale des années 1920. Dès 1880, Henri a eu connaissance par un ouvrier d’objets de silex trouvés, avec des morceaux de minerai de cuivre, à l’est de Cuevas, sur un site qui se révèle préhistorique. Les deux frères emploient leurs loisirs à prospecter et fouiller aux alentours de Cuevas et découvrent à Fuente Alamo, dans la Sierra de Almagro, un habitat de l’époque du bronze, dont le sol des maisons abrite les sépultures de leurs occupants. Jusqu’en 1886, date du retour définitif d’Henri en Belgique, ils étudient les sites archéologiques de la région, qui deviendront points de référence obligés pour la Préhistoire et la Protohistoire ibérique et européenne : El Argar, Los Millares, El Oficio, El Garcel, Almizaraque, Villaricos, Herrerias ; ils mettent au point ensemble Les Premiers Âges du métal dans le sud-est de l’Espagne, publié à Anvers en 1887, qui obtient le prix Martorell et les médailles d’or des expositions universelles de Toulouse (1887) et Barcelone (1888) : le livre fait le bilan de cinq années de recherches et présente plus de quarante gisements, situés entre Carthagène et Almería, et appartenant au Néolithique et aux âges du bronze. L’ouvrage fait très grande impression dans le milieu des préhistoriens, et en particulier sur É. Cartailhac qui a publié en 1886 Les Âges préhistoriques de l’Espagne et du Portugal, où il déplorait l’absence de recherches de terrain ; les frères Siret sont donc les premiers à faire paraître une véritable étude de la Préhistoire espagnole fondée sur une exploration systématique des sites. À partir de 1890, Louis Siret entreprend de nouvelles fouilles dans la nécropole de Villaricos, sur les dolmens de la province de Grenade et dans l’habitat et la nécropole de Los Millares, sites qui appartiennent à la fin du Néolithique. Il entretient d’étroites relations avec les pré- et protohistoriens français et tout particulièrement J. Déchelette et É. Cartailhac qui lui ouvre les pages de sa revue L’Anthropologie. En 1894, il s’installe avec sa jeune femme et sa fille à Herrerias et traverse une épreuve tragique puisque la naissance de son fils entraîne la mort de la mère ; il se consacre alors à l’exploitation des mines de fer d’Herrerias et de la Sierra Almagrera et constitue avec un associé une société qui prospérera jusqu’en 1914. Il poursuit parallèlement l’exploration archéologique du sud-est espagnol et fait de sa maison d’Herrerias un véritable musée que visitent de nombreux savants espagnols et étrangers ; il est pleinement reconnu par le milieu scientifique, en Espagne, où il devient membre de la Real Academia de la Historia, et en France, où la Société préhistorique française le compte au nombre de ses membres et où il entretient des échanges, parfois polémiques, avec certains savants, ainsi J. Déchelette et P. Paris. Il ouvre sa maison et ses collections que viennent étudier certains chercheurs : en 1932, M. Astruc séjourne chez L. Siret, chargée par R. Dussaud, conservateur du Département des antiquités orientales au Louvre, d’étudier les vestiges phéniciens et puniques de la péninsule Ibérique. L’année suivante, Véra et Georges Leisner se rendent à Herrerias pour y recueillir les éléments de leur ouvrage sur Die Megalithgräber der Iberischen Halbinsel, der Süden (Berlin, 1943). Louis Siret lègue sa collection au Musée archéologique national de Madrid. Il est le premier à donner une vision d’ensemble de la Préhistoire en Espagne depuis le Paléolithique jusqu’à l’âge du fer et ouvre aux chercheurs un très riche domaine d’étude.

Bibliographie sélective :

91Avec H. Siret, Les Premiers Âges du métal dans le sud-est de l’Espagne, Anvers, 1887 ; résumé des auteurs présenté par É. Cartailhac, Matériaux pour servir à l’histoire positive de l’homme, 3e série, t. V, mars et avril 1888 ; trad. espagnole, Barcelone, 1890 ; « Recherches préhistoriques en Espagne », Annales de la Fédération archéologique et historique de Belgique, Anvers, 1892 ; « L’Espagne préhistorique », Revue des questions scientifiques, Bruxelles, 1893 ; « Origines de la civilisation néolithique (Turdétans et Égéens) », Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, XIIIe session, Monaco, 1908, t. II, p. 5-31; « Essai sur la chronologie protohistorique de l’Espagne», Revue archéologique X, 1907, p. 373-395; « Religions néolithiques de l’Ibérie », Revue préhistorique, Paris, 1908 ; « Villaricos y Herrerías. Antigüedades púnicas, romanas, wisigóticas y árabes », Memoria de la Real Academia de la Historia, XIV, 1908 ; « Les Cassitérides et l’empire colonial des Phéniciens », L’Anthropologie XIX, 1908, XX, 1909, XXI, 1910 ; Questions de chronologie et d’ethnographie ibériques, t. I, De la fin du Quaternaire à la fin du bronze, avec préface d’É. Cartailhac, Paris, 1913.

92VOIR :
Bulletin de la Société préhistorique française, n° 7-8, 1934 ; R. Vaufrey, L’Anthropologie, 1934 ; R Lantier, « Louis Siret », Revue archéologique, 1935, p. 116-119 (avec bibliographie) ; M. Astruc, « Recuerdos de Siret », Caesaragusta 8-9, 1957 ; M. Almagro Basch et A. Arribas, El Poblado y la necropolis megalíticos de Los Millares (Santa Fe de Mondujar, Almería), Madrid, 1963 ; D. A. Casanova Parraga, Un Belga en España. Luis Siret y el sudeste milenario, Madrid, 1965 ; P. Bosch Gimpera, Memories, Barcelone, 1980 ; Homenaje a Luis Siret (1934-1984), Séville, 1986 ; Du Néolithique à l’âge du bronze dans le sud-est de l’Espagne, Musées royaux d’art et d’histoire, Bruxelles, 1985 ; Exposición homenaje a Luis Siret, Musée archéologique national, Madrid, 1985 ; C. Herguido, Apuntes y documentos sobre Enrique y Luis Siret, ingenieros y arqueólogos, Almería, 1994 ; A. Arribas Palau, dans L. Siret, Orientales y Occidentales en España en los tiempos prehistóricos, Almería, 1994 ; M. Ayarzagüena Sanz, « Estudio preliminar », dans L. Siret, Estudios de Arqueología, Mitología y Simbolismo, Almería, 1996, p. 9-28.

Smith, George (1840-1876)

93Orientaliste britannique. Graveur de matrices de billets de banque, passionné d’orientalisme, auquel il s’initie grâce aux livres d’H. Layard, il passe tous ses loisirs au British Museum, à étudier les reliefs de Quyundjiq et de Nimrud. Remarqué par S. Birch, conservateur des antiquités orientales, il est employé au musée comme réparateur de tablettes. Il devient, en 1866, assistant au Département des antiquités orientales ; en 1872, il découvre un fragment du récit du Déluge, et, de 1873 à 1875, se rend à Ninive pour retrouver les fragments manquants : sans aucune expérience de déterre, Smith déterre, au cinquième jour de fouille, le fragment complétant sa tablette du British Museum. Son The Chaldean Account of Genesis fut l’un des principaux « best-sellers » archéologiques. Il dirige la suite des travaux en Mésopotamie pour le British Museum, mais meurt à Alep, sur le chemin du retour, après sa troisième campagne ; il sera remplacé par H. Rassam.

94VOIR :
S. Lloyd,
Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, 1980 ; J. Bottéro et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

Smith, sir Grafton Elliot (1871-1937)

95Anatomiste et anthropologue australien. Très influencé par sir E. B. Taylor, le père de l’anthropologie britannique, il est l’un des grands spécialistes du cerveau et de l’évolution humaine. Il fait ses études de médecine à Sydney, puis gagne Saint John’s College de Cambridge, en 1896. En 1900, A. Macalister, professeur d’anatomie à Cambridge qui manifeste de nombreux intérêts très divers, mais surtout pour l’anthropologie et l’Égypte, propose Elliot Smith pour la première chaire d’anatomie à l’École de médecine du Caire. En Égypte, il étudie les restes humains et les momies de nombreux sites de Nubie. Il est le premier à procéder à l’examen systématique des momies royales du Musée du Caire et à définir exactement la technique d’embaumement. Ses études sur la momification lui inspirent ses théories sur la diffusion de la civilisation à partir de l’Égypte : il tient que l’Égyte est le foyer originel où s’est constituée la civilisation humaine qui, de là, s’est répandue dans le monde. En 1909, il est nommé professeur d’anatomie à Manchester, puis en 1919, à l’University College de Londres. À Manchester, il suscite des disciples qui constituent l’« école de Manchester », dont W. J. Perry est le plus fervent défenseur des idées diffusionnistes et qui durcit encore les positions de son maître, ce qui le mène à quelques affirmations aberrantes.

Bibliographie sélective :

96Voir la bibliographie publiée dans W. R. Dawson éd., Sir Grafton Elliot Smith. A Biography. Records by his Colleagues, 1938 ; A Contribution to the Study of Mummification in Egypt…, 1906 ; avec F. Wood Jones, Report on the human Remains, Archaeological Survey of Nubia, deux vol., 1910 ; The Ancient Egyptians, 1911 ; The Royal Mummies, Catalogue du Musée du Caire, 1912 ; Migrations of early Culture, 1915 ; Evolution of the Dragon, 1919 ; The Ancient Egyptians and the Origin of Civilization, 1923 ; In the Beginning : the Origins of Civilization, Londres, 1928 Human History, 1930 ; The Diffusion of Culture, Londres, 1933.

97VOIR :
American Anthropologist 39, 1937, p. 523-526 ; J. Capart, Chronique d’Égypte 12, 1937, p. 231-232 ; W.R. Dawson éd., Sir Grafton Elliot Smith. A Biography. Records by his Colleagues, 1938 ; G. Daniel, The Idea of Prehistory, Londres, 1962, et 2e éd. avec C. Renfrew, Édimbourg, 1988 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Smith, Robert Murdoch (1835-1900)

98Officier britannique qui contribua aux travaux menés par C. T. Newton à Halicarnasse et Cnide. Il appartient au commandement du Gorgon, navire que la Royal Navy mit à la disposition de Newton, ainsi que son équipage, pour le dégagement du Mausolée à Bodrum-Halicarnasse. C’est lui qui reconnaît l’ensemble du site, indique à Newton l’emplacement exact du monument et en dresse le plan ; en l’absence de Newton, il dirige la poursuite des travaux et, à Cnide, organise l’embarquement difficile du fameux lion. En 1860-1861, il mène avec son ami le lieutenant E. A. Porcher une dangereuse et fructueuse expédition à Cyrène, dont ils rapportent pour le British Museum des scupltures importantes. À la fin de sa carrière, il devint directeur du Musée de la science et de l’art d’Édimbourg, aujourd’hui Musée national d’Écosse.

Bibliographie sélective :

99R. Murdoch Smith et E. A. Porcher, History of the recent Discoveries at Cyrene made during an Expedition to the Cyrenaica in 1860-1861, Londres, 1864.

100VOIR :
R. Murdoch Smith,
The Life of Major-General Sir Robert Murdoch Smith, Édimbourg et Londres, 1901 ; I. Jenkins, Archaeologists and Aesthetes in the Sculpture Galleries of the British Museum. 1800-1939, Londres, British Museum Press, 1992.

Smith, William (1769-1839)

101Géologue britannique. Surnommé « Strata Smith » et reconnu comme le père de la géologie moderne anglaise, il met en évidence la stratification géologique : il distingue trente-deux strates principales qu’il répartit selon une table et observe que chaque strate contient des fossiles différents ; il en conclut une chronologie relative des couches géologiques dont il soutient qu’elles se sont déposées dans cet ordre au long d’une très longue période.

Bibliographie sélective :

102Geological Map of England, 1815 ; Strata Identified by Organized Fossils, 1816.

103VOIR :
A. Geikie,
Founders of Geology, 2e éd. Londres, 1905; H. B. Woodward, History of Geologyet History of the Geological Society of London, Londres, 1907 ; G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 G. Daniel et C. Renfrew, The Idea of Prehistory, Édimbourg, 1988.

Spon, Jacob (1647-1685)

104Médecin et érudit lyonnais. Il appartient à une famille protestante d’origine souabe ; son père, médecin, avait fait ses études à Ulm et Paris. Il fait des études de médecine et de lettres à Strasbourg et à Paris, où il fréquente le Cabinet du roi. Il devient professeur à l’Université de Lyon. En 1674, il se rend à Rome, où il séjourne cinq mois, consacrés à collectionner les inscriptions et à visiter les monuments antiques et les galeries. C’est à Rome qu’il rencontre George Wheler avec qui il décide de se rendre en Grèce en 1675. Ils passent trois semaines à Constantinople où ils rencontrent les ambassadeurs anglais et français : le marquis de Nointel leur prodigue des conseils pour la suite de leur voyage et leur procure un passeport qui les met sous la protection du roi de France. Ils se rendent d’abord à Smyrne et visitent Éphèse. Ils gagnent ensuite Athènes, visitent ses monuments antiques et en font une description qui, pendant cent ans, sera considérée comme la seule référence fiable, jusqu’à la publication de l’œuvre de Stuart Revett, Antiquities of Athens en 1762 en effet, présentation du Parthénon est d’une valeur inestimable puisqu’ils sont parmi les premiers et assurément les derniers à avoir vu le temple encore intact. Ils visitent Éleusis, Mégare, Corinthe et Salamine : ils reconnaissent le site de Delphes. De retour à Lyon, Spon, tout en s’adonnant à sa passion pour l’Antiquité, reprend l’exercice de la médecine mais ne peut refaire entièrement sa clientèle et connaît la pauvreté. En 1685, craignant les persécutions à la suite de la révocation de l’édit de Nantes, il décide de se retirer à Zurich, mais, gravement malade et sans ressources, doit s’arrêter à Vevey, où il meurt à l’hôpital de cette ville. G. Wheler et J. Spon sont les premiers à se rendre en Grèce avec l’intention déclarée de reconnaître et de décrire les sites et les monuments antiques. Les relations de leur périple fondent la tradition de la littérature du voyage en Grèce. La publication de J. Spon, en 1678, fut un véritable événement littéraire et le livre, qui connaît de très nombreuses rééditions, reste, jusqu’au xixe siècle, le manuel du voyageur en Grèce. Spon est considéré comme l’introducteur du terme « archéologie » dans le monde érudit moderne et « le premier des épigraphistes qu’ait encore eus la France » selon L. Renier.

Bibliographie sélective :

105Recherche des antiquités et curiosités de la ville de Lyon, 1673 (éd. de 1857, avec l’introduction biographique de J.-B. Montfalcon) ; Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant fait aux années 1675-1676, trois vol., Lyon, 1678 (édition en deux vol. à Amsterdam en 1679, puis en italien et en allemand) ; Miscellanea Eruditae antiquitatis, Lyon, 1685 (1er volume).

106VOIR :
J.-B. Montfalcon, « Étude sur la vie et les écrits de J. Spon », dans l’introduction à l’édition de 1857 de la Recherche des antiquités ; C. B. Stark, Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst. Handbuch der Archäologie der Kunst, t. 1, Leipzig, 1880, p. 111, 137-141 ; E. Babelon, Traité des monnaies grecques et romaines. 1. Théorie et Doctrine, Paris, 1901, p. 128, 137, 138, 140, 145, 147 ; A. Grenier, « La tradition de l’archéologie gallo-romaine », dans Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 1, Paris, 1931 (éd. 1985), p. 27-30 ; Der Archäologe. Graphische Bildnisse aus dem Porträtarchiv Diepenbroick, Münster, 1983, p. 189 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984 ; R. Étienne et J.-C. Mossière éd., Jacob Spon. Un humaniste lyonnais du xviie siècle, Lyon, 1993 ; J.-C. Mossière, « Le voyage en Orient et le livre d’Athènes », Les Archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 162-179.

Stamatakis, Panayotis (mort en 1885)

107Archéologue grec. Né en Laconie, à une date inconnue. En 1866, il devient l’assistant de l’éphore local des Antiquités. Il entre à la Société archéologique d’Athènes en 1871, et, en son sein, il fait beaucoup pour la protection des antiquités. Il mène des fouilles dans de nombreuses régions de Grèce : en Attique, Béotie, dans le Péloponnèse, à Délos et à Delphes. En 1876, il participe aux fouilles de Schliemann à Mycènes comme représentant de la Société archéologique grecque. Ses travaux les plus remarquables sont ceux de Thèbes, de Chéronée, de Tanagra. Il est le dernier et le meilleur des archéologues grecs autodidactes, par ses grandes qualités de précision et de méthode.

Bibliographie sélective :

108« Epigraphai Tanagras kai Delphôn », Dèmosieugmata tês Archaiologikês Ephemeridos, Athènes, 1883.

109VOIR :
B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, 1987.

Starcky, Jean, R. P. (1909-1988)

110Sémitisant français, épigraphiste et historien. Né à Mulhouse, il se forme entre 1934 et 1938 à l’exégèse biblique et à l’étude des langues sémitiques anciennes à l’Institut catholique de Paris et à l’École pratique des hautes études, puis à l’École biblique et archéologique de Jérusalem et à l’Institut pontifical de Rome. Dès 1938, il enseigne à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, et, en 1941, se rallie au général de Gaulle, devient aumômier dans les Forces françaises libres, et participe avec la 2e DB aux campagnes de Libye et d’Italie, obtenant de nombreuses citations et nommé Compagnon de la Libération. Alors qu’il est curé de Palmyre, il rencontre H. Seyrig, directeur du Service des antiquités de Syrie et du Liban, lors de l’une de ses visites sur le site, et, en 1946, est appelé à être l’un des deux pensionnaires – le second étant E. Will – de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth dont H. Seyrig obtient alors la création ; J. Starcky en sera le directeur adjoint de 1968 à 1971. De retour à Paris, il a, comme prêtre, la responsabilité des paroisses de Saint-Jacques-du-Haut-Pas et de Saint-Germain-l’Auxerrois et enseigne jusqu’en 1952 à l’Institut catholique. Il a rapporté de Terre sainte un petit Musée biblique, qui est aujourd’hui abrité à l’Institut catholique. Il lance avec le chanoine Lecomte le périodique Bible et Terre sainte qui deviendra Le Monde de la Bible. Il collabore à la Bible de Jérusalem et entre dans l’équipe chargée de la publication des manuscrits de la mer Morte : avec le père F.M. Abel, il participe à l’édition des Livres des Maccabées (1961) et publie des articles importants dans les Suppléments du dictionnaire de la Bible. Sa grande notoriété comme spécialiste de l’araméen lui vaut d’être chargé, dès 1949, de la partie « Palmyre» du Corpus Inscriptionum Semiticarum, puis de la partie nabatéenne avec J. Milik. Intégré au CNRS en 1951, il y mène jusqu’en 1973 une carrière au cours de laquelle il privilégie deux sites, Palmyre et Pétra. Spécialiste du monde sémitique du nord-ouest et excellent épigraphiste, J. Starcky met ses compétences au service de la connaissance de l’histoire, de la religion et de l’art de Palmyre. Par ses travaux sur Pétra, il joue un rôle important dans la révélation du monde nabatéen.

Bibliographie sélective :

111Guide archéologique de Palmyre, 1940 ; « Inscriptions de l’agora », dans l’Inventaire des inscriptions de Palmyre, t. X, 1949 ; Palmyre, collection « Orient illustré n° 7, 1952 ; avec A. Dupont-Sommer Les Inscriptions araméennes de Sifré, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1958 ; « Palmyre », Suppléments du Dictionnaire de la Bible VI, 1960 ; « Pétra et la Nabatène », Suppléments du Dictionnaire de la Bible, VII, 1964 ; avec F. M. Abel, éd. des Livres des Maccabées, 1961 ; « Qumran », Suppléments du Dictionnaire de la Bible, IX, 1978.

112VOIR :
E. Will, « Jean Starcky (1909-1988) », Syria LXVI, 1989, p. 353-354.

Stein, sir Aurel (1862-1943)

113Explorateur et archéologue britannique d’origine hongroise. Né à Budapest, il fait ses études dans sa ville natale mais aussi à Dresde, Vienne et Tübingen. En 1885, il gagne Londres, pour parfaire sa connaissance des langues orientales. Il nourrit très tôt l’ambition d’explorer le cœur de l’Asie, qui était encore « terra incognita ». Il réalisera son projet et suscitera l’admiration de ses contemporains pour ses multiples compétences d’explorateur, d’archéologue et de géographe. Il rencontre H. Rawlinson, qui l’encourage dans sa vocation. Nommé principal de l’Oriental College de Lahore, il met cette situation à profit pour parfaire sa formation au Cachemire et sur la frontière du nord-ouest. Il déploie une considérable énergie pour obtenir des autorités britanniques les moyens des explorations dont il rêve : il aboutit en 1900 et se voit confier la mission d’explorer les ruines de Khotan, dans le Turkestan chinois. Il organise trois grandes expéditions en Asie centrale (1900-1901, 1906-1908, 1913-1916). Au cours de sa deuxième exploration, il traverse le Turkestan chinois, le désert de Gobi, jusqu’aux frontières de la Chine occidentale et du Tibet ; il découvre la muraille de Chine et se rend acquéreur d’un grand nombre de manuscrits et d’objets d’art. Il explore la Perse (1926-1936) et, en particulier, le sud de l’Iran et le Baloutchistan. Il meurt à Kaboul, au moment d’entreprendre l’exploration de l’Afghanistan.

Bibliographie sélective :

114Preliminary Report of a Journey of Archaeological and Topographical Exploration in Chinese Turkestan, Londres, 1901 ; Ancient Khotan, Oxford, 1907 ; Ruins of Desert Cathay, Londres, 1912 ; Serindia, Oxford, 1921 ; Innermost Asia, Oxford, 1928 ; On Alexander’s Track to the Indus, Londres, 1929 ; Archaeological Reconnaissance in Northwest India and Southeast Iran, Londres, 1937 ; Old Routes of Western Iran, Londres, 1940.

115VOIR :
P. M. Sykes,
American Journal of Archaeology, avril-juin 1944, p. 178 ; J. Mirsky, Sir Aurel Stein. Archaeological Explorer, Chicago, 1977 ; A. Walker, Aurel Stein. Pioneer of the Silk Road, Londres, John Murray, 1995.

Stoffel, Eugène, baron (1823-1907)

116Officier et archéologue français. Ancien élève de l’École polytechnique, il devient officier d’artillerie et est envoyé en 1866 à Berlin, en qualité d’attaché militaire auprès de l’ambassade de France. Il avertit le gouvernement impérial des préparatifs de la Prusse en vue d’une guerre contre la France, mais, à Paris, on ne tient aucun compte de ses informations. Il fait partie de l’état-major de l’armée du Rhin en 1870-1871. Il regagne Paris après Sedan, et est mis à la retraite en 1872. Outre la direction des fouilles à Alésia de 1862 à 1865, le colonel Stoffel accomplit en 1863 une mission en Espagne à la demande de Napoléon III, pour retrouver les lieux de la guerre civile de César, en vue de réunir la documentation destinée à l’Histoire de Jules César que l’Empereur a entreprise.

117VOIR :
Pro Alesia I, 1906-1907, p. 177-180 ; Revue archéologique, 1907, p. 329-332 ; J. Le Gall, Alésia, archéologie et histoire, Paris, 1963 ; id., « La préparation de L’Histoire de Jules César de l’empereur Napoléon III », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1982, p. 121-132 ; id., « Un exemple de collaboration franco-espagnole en archéologie, au siècle dernier : Napoléon III fait rechercher les traces des campagnes de César en Espagne », Gerion 5, 1987 ; M. Reddé, S. von Schnurbein et alii, « Fouilles archéologiques et recherches nouvelles sur les travaux de César devant Alésia (1991-1994) », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission 76, 1995, Mayence, p. 73-158.

Strobel, Pellegrino von (1821-1895)

118Naturaliste et préhistorien italien. Il appartient à une très ancienne famille du Tyrol autrichien installée à Milan à l’occasion de l’occupation autrichienne. Il fait d’abord des études de droit, puis de sciences naturelles à Parme. En 1857, il devient professeur d’histoire naturelle à Piacienza et, l’année suivante, fonde la Société italienne de sciences naturelles à Milan. En 1859, il obtient la chaire de sciences naturelles à Parme où il rencontre B. Gastaldi qui l’entraîne dans la recherche préhistorique : P. Strobel entreprend des recherches sur les sites de terramare d’où est issu le matériel archéologique que B. Gastaldi a étudié au Museo di Antichità. Il se rend à Castione dei Marchesi, grand site de la région de Parme, et, prenant conscience qu’il ne peut l’explorer seul, il demande au jeune L. Pigorini, qui achevait ses études au lycée et, à ses heures de loisir, s’adonnait à la numismatique au Musée de Parme, de se joindre à lui. Lorsque, la même année 1861, L. Pigorini aura fait la connaissance de G. Chierici à Reggio Emilia, la « palethnologie » italienne pourra prendre son essor, nourrie par la curiosité, l’énergie et les compétences de ses pionniers. En 1865, P. Strobel gagne l’Argentine et fonde à Buenos Aires la Faculté de sciences naturelles ; deux ans plus tard, il reprend l’enseignement à Parme et continue à s’occuper de préhistoire. Il dirige avec G. Chierici et L. Pigorini le Bullettino di Paletnologia Italiana.

Bibliographie sélective :

119Voir V. Strobel, Bio-bibliografia del naturalista Pellegrino von Strobel, Atti dell’ Accademia Roveretana degli Agiati, série VI, vol. XVIII-XIX, 1980 ; avec L. Pigorini, « Le terremare dell’Emilia. Prima relazione », dans B. Gastaldi, Nuovi Cenni sugli oggetti di alta antichità trovati nelle torbiere e nelle marniere dell’Italia, Turin, 1862 ; Avanzi preromani raccolti nelle terremare e palafitte dell’Emilia, I et II, Parme, 1863-1864; avec L. Pigorini, « Le terremare e le palafitte del Parmense », Atti della Società Italiana di Scienze Naturali VI, Milan, 1864 ; La Scienza, i contributi ed il congresso paletnologico tenutosi in Bologna nell’ottobre 1871, Parme, 1872 ; « Intorno all’origine delle terremare », Archivio per l’Anthropologia e l’Ethnologia, IV, 1874 ; « Le razze del cane delle Terramare », Bullettino di Paletnologia italiana, VI, 1880 ; « Accampamenti di terramaricoli nel Parmense », Bullettino di Paletnologia italiana, XV, 1889, p. 133-158.

120VOIR :
L. Pigorini, Matériaux pour l’histoire de la paléoethnologie italienne, Parme, 1874 ; id., Preistoria. Cinquanta anni di storia italiana (1860-1910), Rome, 1911 ; M. Desiterre, « Contributo alla storia della paletnologia italiana », C. Morigi Govi et G. Sassatelli, Della Stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della formazione del Museo Civico Archeologico di Bologna, Bologne, 1984 ; M. Desiterre, Paletnologi e studi preistorici nell’Emilia Romagna dell’Ottocento, Reggio Emilia, Civici Musei, 1988 ; A. Guidi, Storia della Paletnologia, Rome, 1988 ; R. Peroni, « Preistoria e protostoria, la vicenda degli studi in Italia »,Le Vie della preistoria, Rome, Manifestolibri, 1992, p. 9-70 ; « Biografia del prof. Pellegrino von Strobel, naturalista, Naturwissenschaftler, 1821-1895 », dans M. Bernabo Brea et A. Mutti, Le terremare si scavano per concimare i prati, La nascità dell’archeologia preistorica a Parma nella seconda metà dell’Ottocento, Parme, 1994, p. 61-65 ; N. Coye et N. Provenzano, « Un octobre émilien : palethnologie et sentiment national au lendemain de l’Unification italienne », Préhistoire, anthropologie méditerranéennes, 1996, t. 5, p. 5-16.

Strong, Eugénie Sellers (1860-1943)

121Archéologue britannique. Née à Londres, d’un père anglais et d’une mère française, elle passe la plus grande partie de son enfance en Espagne, en France et en Italie, ce qui développe en elle des capacités linguistiques exceptionnelles et des intérêts cosmopolites. Elle est élève d’A. Furtwängler en Allemagne. En 1897, elle épouse sir A. Strong, bibliothécaire à la Maison des lords. À sa mort, en 1904, elle lui succède comme bibliothécaire du duc de Devonshire à Chatsworth. En 1909, elle devient directeur adjoint de la British School of Archaeology à Rome. À partir de ce moment, elle réside à Rome, où elle devient une figure marquante de l’archéologie, par le salon très brillant qu’elle tient. Elle travaille sur l’art romain, pour lequel elle publie le meilleur manuel en langue anglaise, qu’elle traduit elle-même en italien (1923) : elle défend la qualité intrinsèque de l’art romain et nie qu’il soit une simple copie de l’art grec. En ce qui concerne l’art grec, elle joue un rôle de premier plan dans la conception de l’exposition du Burlington Fine Arts Club de 1903 et dans la préparation du catalogue. En 1928, elle publie le catalogue de la collection de Lord Melchett (Greek and Roman Antiques, 1913-1914) et elle donne les « Charles Eliot Norton Lectures » à l’Archaeological Institute of America.

Bibliographie sélective :

122The elder Pliny’s chapters on the History of Art, 1896 ; Roman Sculpture from Augustus to Constantine, 1908 ; Scultura romana da Augusto a Constantino, deux vol., 1923 et 1926 ; Apotheosis and After Life. Art of Ancient Rome from the earliest times to the time of Justinian, 1928.

123VOIR :
G. M. Richter,
American Journal of Archaeology, janv-mars 1944, p. 79 ; C. Picard, Revue archéologique, 1950, p. 93.

Stuart, James, dit « Athenian » (1713-1788)

124Peintre et architecte britannique. Né à Londres, il doit très tôt subvenir aux besoins de sa famille, que la mort précoce du père a mis dans une situation difficile : il aborde la peinture en commençant par peindre des éventails. En 1742, il se rend en Italie pour y étudier la peinture et y séjourne six ou sept ans ; pendant cette période de sa vie, il acquiert des connaissances littéraires et en matière d’architecture. C’est à Rome qu’il rencontre N. Revett et qu’il envisage avec lui un voyage en Grèce. Ils partent au début de 1750, sont à Athènes de mars 1751 jusqu’à la fin de 1753, gagnent ensuite Salonique et Smyrne, puis retrouvent Londres, au début de 1755. Les deux hommes ont reçu le soutien financier de nombreux membres de l’aristocratie britannique et mettent au point le premier volume des Antiquities of Athens qui paraît en 1762. Hélas, leur collaboration ne se maintiendra pas et Stuart mourra avant d’avoir mis la dernière main au deuxième volume. À la parution du premier volume, l’œuvre révéle l’art grec dans tout son éclat Stuart reçoit le surnom d’Athénien et devient membre de la Société des antiquaires et de celle des Dilettanti. Il accomplit une brillante carrière d’architecte et de dessinateur, et, grâce à l’appui de Lord Anson, est nommé inspecteur de l’hôpital de Greenwich. Le deuxième volume des Antiquités est mis au point par l’architecte W. Newton et paraît en 1790, alors que les troisième et quatrième seront publiés en 1794 et 1816. Ce retard infligé à la publication favorise l’architecte français, J.-D. Leroy, qui, après avoir séjourné à Athènes en 1755, parvient, soutenu par le comte de Caylus, à précéder les Anglais : l’ouvrage de Leroy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, paraît en 1758, quatre ans avant celui de Stuart et Revett. Le Français suscite ainsi les critiques de Stuart qui lui reproche sa précipitation. L’œuvre de J. Stuart et de N. Revett ajoute à la description d’Athènes par J. Spon et G. Wheler la précision et l’exactitude des relevés d’architecture et fait faire un progrès décisif à la connaissance des monuments antiques. Ils illustrent magnifiquement la complémentarité de l’architecture et de l’archéologie.

Bibliographie sélective :

125J. A. Stuart et N. Revett, Antiquities of Athens, Londres, 1762-1816, et, édition française, Les Antiquités d’Athènes mesurées et dessinées par J. Stuart et N. Revett, peintres et architectes, publié par C. P. Landon, t. 4, vol. 2, Paris, Imprimerie Firmin Didot, 1812.

126VOIR :
Notice sur J. Stuart et N. Revett dans
Les Antiquités d’Athènes…, publié par C. P. Landon, Paris, 1812 ; H. M. Colvin, Dictionary of National Biography ; L. Lawrence, « Stuart and Revett, their litterary and architectural career », Journal of the Warburg and Courtauld Institute, vol. II, n° 2, 1938, p. 128-146 ; R. Jenkyns, The Victorians and Ancient Greece, Oxford, 1980 ; F. M. Tsigakou, The Rediscovery of Greece, Londres, 1981 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984 ; E. Ikonomou, « La tradition du néo-classicisme en Angleterre (1700-1850) », Athènes, ville capitale, Athènes, 1985, p. 68-72.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

R
 
T

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site