Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
Q
S

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

R

Texte intégral

Rada y Delgado, Juan de Dios de la (1827-1901)

1Avocat, écrivain et archéologue espagnol. Considéré comme l’un des fondateurs de la numismatique en Espagne. Il fait des études de droit à Grenade où, de 1849 à 1853, il dirige le secrétariat de l’Université et enseigne en chaire de notariat. De 1853 à 1856, il dirige le secrétariat de l’Université centrale de Madrid et enseigne le droit en chaire de Disciplina Eclesiastica. En 1856, l’École supérieure de diplomatique inaugure l’enseignement de l’archéologie en Espagne, en créant pour J. Rada y Delgado la chaire d’archéologie et numismatique qui s’intitulera un peu plus tard d’épigraphie et numismatique : J. Rada y Delgado à la génération de ceux qui, à l’École supérieure de diplomatique, illustrent la « méthode historique » et contribuent grandement à l’essor des disciplines historiques et archéologiques en Espagne. J. Rada y Delgado joue un rôle de premier plan dans la promotion des « sciences historiques », puisqu’il dirige l’École supérieure de diplomatique de 1876 à 1900. Il entre dans le corps des archives en 1882 et prend en 1891 la direction du Musée archéologique national. Il dirige plusieurs revues : la Revista Universitaria, le Museo Español de Antigüedades, la Academia, et publie aussi des romans historiques. Correspondant de la Real Academia de la Historia depuis 1854, il en devient membre en 1875. De sa chaire à l’École supérieure de diplomatique et de son poste de directeur du Musée archéologique national, J. Rada y Delgado crée les conditions favorables au développement de l’archéologie en Espagne.

Bibliographie sélective :

2Crónicas catalanas. Don Ramon Berenguer (El viejo). Conde de Barcelona, Barcelone, 1858 ; avec J. Amador de los Rios, Historia de la Villa y Corte de Madrid, quatre vol., Madrid, 1860-1864 ; « Antigüedades del cerro de los Santos en el término de Montealegre. Discurso leido ante la Real Academia de la Historia, el dia 27 de junio de 1875 Museo español de antigüedades 6 (1875), p. 249 et sq., 7 (1876), p. 595 et sq. ; Viajea Oriente de la fregata “Arapiles” y la comisión científica que llevo a su bordo, trois vol., Barcelone, 1876-1882 ; Catálogo del Museo Arqueológico Nacional, deux vol., Madrid, 1883 ; La necrópolis de Carmona, 1885 ; Bibliografía Numismática Española, Madrid, 1886 ; Catálogo de monedas arabigas españolas que se conservan en el Museo Arqueológico Nacional, Madrid, 1892 ; Espejos etruscos que se conservan en el Museo Arqueológico Nacional, 1894.

3VOIR :
J. Crooke y Navarrot, « Apuntes necrológicos acerca del Excmo. Sr. D. Juan de Dios de la Rada y Delgado », Discursos leidos ante la Real de la Historia en la recepción publica del Excmo Sr…, el dia 6 de abril de 1902, Madrid, 1902 ; M. V. Goberna, « Arqueología y prehistoria en el país valenciano. Aportaciones a la historia de la investigación », Arqueología del País valenciano, Alicante, 1985, p. 9-30 ; De Gabinete a Museo. Tres siglos de Historia. Museo arqueológico nacional, Madrid, 1993 ; I. Peiró Martín, La Escuela Superior de Diplomática, Saragosse, 1995 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Los Guardianes de la Historia, Saragosse, 1996 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de Historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Radet, Georges (1859-1941)

4Archéologue français. L’un des membres les plus représentatifs de l’École française d’Athènes de sa génération, il fait paraître, en 1901, une excellente histoire de la doyenne des institutions archéologiques européennes implantées à l’étranger. Agrégé d’histoire en 1884, il gagne Athènes, où l’École est placée sous la direction de P. Foucart et où il retrouve P. Paris, M. Holleaux et P. Monceaux. En mars 1885, il accompagne G. Fougères à Salamine et y relève des inscriptions importantes. La même année, il fait, avec P. Paris, une tournée à Amorgos et Rhodes. Ensemble, ils explorent encore la Lydie et la Caramanie. En 1887, avec H. Lechat, il se rend en Anatolie et, de Magnésie du Sipyle à Cyzique, il recueille des centaines d’inscriptions. Après son séjour athénien, il est professeur à Alger et à Bordeaux, dont il fait un centre très important d’études classiques régionales : avec C. Jullian, il anime la Revue des études anciennes, fondée en 1899, et en tient les « Chroniques ». Il s’occupe aussi de la Bibliothèque des universités du Midi, du Bulletin hispanique et du Bulletin italien. Il participe à la création de la Casa de Vélasquez à Madrid.

Bibliographie sélective :

5La Lydie et le monde grec au temps des Mermnades (687-546), 1892 ; L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; Alexandre le Grand, 1931.

6VOIR :
Mélanges Radet, Revue des études anciennes, 1940 ; W. Seston, Revue des études anciennes, 1941, p. 145 ; Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1941, p. 72-73 ; C. Picard, Revue archéologique, 1942-1943, p. 37-40 ; Bulletin de correspondance hellénique, n° 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire 1846-1996 », 1996.

Ramsauer, Johann Georg (1797-1876)

7Ingénieur des mines de Hallstatt (Autriche). Il découvre en 1846 sept sépultures et en réfère au baron von Sacken, conservateur du Cabinet impérial des médailles et antiquités de Vienne, qui perçoit immédiatement la possibilité d’enrichir son musée en objets visiblement plus anciens que l’occupation romaine. Il encourage Ramsauer à poursuivre ses travaux à Hallstatt et lui donne des instructions très précises : dessiner chaque tombe et son contenu, établir un plan d’ensemble du site ; il met à la disposition du jeune homme une somme prélevée sur le budget du Cabinet. En mai 1847, Ramsauer reprend la fouille et ne tarde pas à découvrir des tombes par dizaines, qui fournissent de nombreux objets de bronze, d’ambre et de fer. Les travaux sont menés avec une remarquable rigueur scientifique qui donne à Ramsauer une avance d’une génération pour les méthodes de fouille ; il poursuit pendant plusieurs années l’exploration systématique de la nécropole, mettant fin aux travaux en 1864, après avoir mis au jour neuf cent quatre-vingt-treize tombes. Les objets découverts, dont certains sont importés de l’Italie étrusque et d’autres sont du même modèle que ceux connus en Europe du Nord et en Scandinavie, permettent de dater le site entre 1000 et 500 av. J.-C., au début de l’âge du fer ; les géologues et préhistoriens européens saluent la découverte avec enthousiasme et les Anglais J. Evans, J. Lubbock, les suisses Franks et A. Morlot et le français É. Lartet se rendent sur le site. On inaugure alors la chronologie comparative qu’O. Montelius et Flinders Petrie mettront définitivement au point. Ramsauer avait découvert et révélé un site qui constitue un jalon primordial de la Préhistoire européenne.

8VOIR :
Baron von Sacken,
Das Grabfeld von Hallstatt, 1868 ; G. Bibby, The Testimony of the Spade, Londres, 1956 ; J. Filip. Manuel encyclopédique de préhistoire et protohistoire européennes, Prague, 1966 ; G. Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, 1975.

Raoul-Rochette, Désiré (1783-1854)

9Archéologue français, céramologue, épigraphiste et numismate. Successeur d’A. L. Millin au Cabinet des Médailles, il est le plus important représentant de l’archéologie classique de son époque. Fils d’un médecin de campagne, il fait de brillantes études secondaires à Bourges et, en 1810, est désigné pour entrer à l’École normale dans la première promotion. Nommé professeur d’histoire au lycée Louis-le-Grand en 1813, il répond au concours lancé par la Classe d’histoire et de littérature ancienne – l’ancienne Académie des inscriptions et belles-lettres – sur le thème, « Chercher ce que les auteurs anciens peuvent nous apprendre sur les colonies établies soit en Grèce soit en d’autres contrées… » ; il remporte le premier prix en 1814 et publie immédiatement une Histoire critique de l’établissement des colonies grecques qui, très remarquée dans le milieu savant, lui vaudra l’honneur d’être admis, à vingt-six ans, comme membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, par la même ordonnance royale du 21 mars 1816 qui rétablit les anciennes académies. Il épouse la fille du sculpteur Houdon et voit s’ouvrir à lui les salons parisiens. Pendant deux ans, il supplée Guizot dans sa chaire d’histoire moderne de la Faculté des lettres de Paris. À la mort d’A. L. Millin en 1818, D. Raoul-Rochette lui succède comme conservateur du Cabinet des Médailles et des Antiques de la Bibliothèque du roi, poste qui lui permet de cultiver son domaine de prédilection, celui des études anciennes. En 1817, lorsque le gouvernement royal redonne vie au Journal des savants en lui accordant une subvention, Raoul-Rochette est désigné pour faire partie du comité de rédaction et, pendant près de quarante ans, domine sans partage le département d’archéologie ; dans cette fonction, il entre en contact avec tous les savants européens et tout particulièrement les archéologues, philologues et historiens allemands, A. et W. von Humboldt, A. Boeckh, K. A. Boettiger, Gerhard, O. Müller...; il entretient avec eux une correspondance régulière et ne manque pas de les recevoir dans le salon qu’il tient à Paris. Il assure ainsi le lien scientifique entre la France et l’Allemagne. Sa renommée internationale tient aussi au rayonnement du cours d’archéologie qu’il dispense à la Bibliothèque royale, comme avant lui A. L. Millin, pour qui la chaire avait été créée en 1796. Jusqu’à la création en 1876 de la première chaire d’archéologie classique à la Sorbonne, le cours du Cabinet des Médailles était la seule forme d’enseignement de cette discipline en France. Il approfondit ses connaissances d’historien et d’helléniste par de nombreux voyages. Titulaire d’une mission officielle, il se rend en 1826-1827 en Italie et en Sicile, et réunit les premiers éléments d’une collection qui comprendra des vases peints, des figurines de terre cuite et des monnaies. Au cours de ce séjour, les découvertes de tombes peintes se multiplient à Tarquinia et attirent en Étrurie les membres de la Société des Hyperboréens romains ; c’est ainsi qu’O. Magnus von Stackelberg et le baron Kestner copient les fresques de la tombe des Biges et que D. Raoul-Rochette se rend lui aussi sur place pour recueillir la documentation et la publier dans ses Monuments inédits d’antiquité figurée grecque, étrusque et romaine (Paris, 1828-1829). Il se heurte à l’interdiction ecclésiastique de copier les peintures et, à son retour à Paris, il dénonce cette situation dans le Journal des savants, déclenchant une très vive polémique avec Stackelberg. Il porte à l’Étrurie un intérêt extrême et est le premier, dès 1828, à attirer l’attention du public sur les découvertes d’Étrurie méridionale, par une notice lue devant les Académies des inscriptions et des beaux-arts (« Notice sur la collection de vases peints et autres monuments de l’art étrusque appartenant à M. le Conseiller de cour Dorow », décembre 1828). Lorsqu’intervient la même année l’extraordinaire découverte de la nécropole de Vulci, il présente les vases peints dans une « Notice de la du prince de Canino « et dans ses Monuments inédits, selon un point de vue proche de celui d’E. Gerhard dans son Rapporto Volcente. Il est l’un des premiers à reconnaître et affirmer l’origine grecque – et non pas étrusque – des vases peints, tout en distinguant, parmi les vases retrouvés en Étrurie, des vases imitant les originaux grecs et fabriqués par des artisans indigènes. D. Raoul-Rochette est du nombre des Français membres de l’Institut de correspondance archéologique fondé à Rome en 1829. La révolution de Juillet 1830 le prive du soutien royal et le remplit d’amertume. Une période difficile commence alors pour lui car il ne bénéficie plus du soutien du pouvoir royal et se heurte à l’hostilité déclarée et tenace de J. A. Letronne ; les échos de leur querelle se font entendre jusqu’en Allemagne, où l’on porte une égale estime aux deux savants ennemis. En 1832, à la suite d’un vol spectaculaire au Cabinet, il est tenu pour responsable et, pour le sanctionner, on le contraint à en partager la direction avec… J. A. Letronne ! En 1829, il fait l’acquisition du trésor de Bertouville dans des conditions avantageuses pour le Cabinet des Médailles, mais des bruits calomnieux courent sur la transaction et, en 1848, on s’en prévaudra pour lui retirer la direction : on supprime alors le second poste de conservateur et, contre toute justice, c’est lui, le premier nommé, qui est privé de son poste. Il continue à beaucoup voyager, retourne en Italie en 1832, en 1843 et en 1851. En 1838, il réalise son rêve d’aller en Grèce, muni d’une mission du ministère de l’Instruction publique qui lui adjoint un architecte pour réaliser des relevés et des dessins ; de Syra, il se rend à Délos dont il souligne la richesse archéologique en appelant à l’organisation d’une exploration officielle de l’île. Il gagne ensuite Athènes où il fait un séjour de plus d’un mois, faisant mouler les bases et les chapiteaux du Parthénon, des Propylées et de l’Érechtéion. Après s’être arrêté à Assos et avoir vu les bas-reliefs d’un vieux temple dorique signalés déjà par N. Huyot, il obtient du gouvernement ottoman leur don à la France. Par son rapport sur l’École française d’Athènes, publié en 1850 dans le Journal des savants, il contribue très efficacement à la transformation de cette toute récente institution en un véritable centre de recherche. Conscient que la Grèce a hérité des civilisations orientales qui l’ont précédée, il est parfaitement attentif aux voyages d’exploration et aux travaux qui se déroulent en Orient et fait partie des commissions académiques, en particulier celle qui veille à la publication des fouilles de Khorsabad ; il est également chargé par la Commission pour l’exploration scientifique de l’Algérie du Rapport sur les recherches archéologiques à entreprendre (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres XII, 1839), dont le programme sera réalisé par la suite. Dans son dernier mémoire Sur l’Hercule assyrien et phénicien, considéré dans ses rapports avec l’Hercule grec, il entreprend de montrer ce que les Grecs ont emprunté aux civilisations du Proche-Orient, par l’intermédiaire des Phéniciens et des peuples d’Anatolie il est le premier à énoncer ces hypothèses et à leur donner un début de confirmation. Il annonce ainsi les découvertes qui, dans la seconde moitié du xixe siècle, bouleverseront la vision traditionnelle du monde grec. Il réunit les matériaux pour une Histoire de l’art antique, qui aurait commencé par l’Égypte et se serait acheminé par l’Orient jusqu’en Grèce et en Italie : il conçoit un plan que suivra G. Perrot pour sa monumentale Histoire de l’art dans l’Antiquité. Membre de l’Académie des inscriptions et de celle des beaux-arts, il est, en 1838, nommé secrétaire perpétuel. Céramologue très clairvoyant, mais aussi excellent numismate et épigraphiste, D. Raoul-Rochette redonne tout leur éclat aux études sur l’Antiquité à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en leur imprimant un caractère résolument scientifique.

Bibliographie sélective :

10Histoire critique des colonies grecques, quatre vol., Paris, 1815 ; traduction de G. Micali, L’Italie avant la domination des Romains, Paris, 1824 ; Monuments inédits d’antiquité figurée grecque, étrusque et romaine, Paris, 1828-1829 ; « Notice sur la collection de vases peints et autres monuments de l’art étrusque appartenant à M. le Conseiller de cour Dorow », Journal des savants, mars 1829 ; « Notice de la collection du prince de Canino », Journal des savants, février et mars 1830 ; avec J. Bouchet, Pompéi. Choix d’édifices inédits, maison du poète tragique, 1828-1830 ; Lettre à M. le duc de Luynes sur les graveurs des monnaies grecques, Paris, 1831 ; Peintures antiques inédites précédées de Recherches sur l’emploi de la peinture dans la décoration des édifices sacrés et publics chez les Grecs et les Romains, Paris, 1836 ; Mémoires de numismatique et d’antiquités, Paris, 1840 ; De l’état actuel des fouilles de Pompéi, 1841 ; Choix de peintures de Pompéi, 1844-1853 ; Rapport fait à l’Académie des inscriptions et belles-lettres sur le résultat de la découverte faite près des ruines de l’ancienne Ninive, Paris, 1845 ; Lettre à M. Schorn, supplément au catalogue des artistes de l’antiquité grecque et romaine, 1845 ; Mémoires d’archéologie comparée asiatique, grecque et étrusque dont un mémoire sur « l’Hercule assyrien et phénicien considéré dans ses rapports avec l’Hercule grec », Paris, 1848.

11VOIR :
E. Braun, dans Bullettino dell’Instituto, 1854, p. 811 ; E. Gerhard, Archäologischer Anzeiger, 1855, p. 47-48 ; Bulletin du bibliophile, janv. 1855, p. 31-32 ; Paulin Paris, dans Biographie universelle, de Michaud ; G. Perrot, « Notice sur la vie et les travaux de D. Raoul-Rochette », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1906, p. 638-701 ; J. Heurgon, « La découverte des Étrusques au début du xixe siècle » Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1973 ; Pompei e gli architetti francesi dell’Ottocento, catalogue exposition Paris-Naples-Pompéi, 1981 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; J. Leclant, « Raoul-Rochette », catalogue exposition Peintures à Pompéi. Peintures en Gaule, Le Blanc, 1999, p. 21-25.

Rassam, Hormuz (1826-1910)

12Chaldéen chrétien, au service de la Grande-Bretagne en Mésopotamie. Frère de Christian Rassam, vice-consul d’Angleterre à Mossoul, il assiste d’abord H. Layard, puis entreprend des fouilles pour le compte du British Museum, se livrant à un véritable système de pillage. Depuis Mossoul, choisi comme centre d’opérations, il sonde tous les sites identifiables dans une aire de cinq cents kilomètres carrés, dispersant les groupes de fouilleurs isolés. Sa découverte de la bibliothèque d’Assourbanipal sur le tell de Quyundjiq a été qualifiée de « déshonorant acte de piraterie » par les Anglais eux-mêmes : en effet, Anglais et Français s’étaient entendus pour diviser le site en un secteur septentrional français et un secteur britannique au sud, mais, en 1853, Rassam mena une équipe de nuit dans la zone française et découvrit la galerie de la chasse au lion et la bibliothèque du palais. Après une interruption de ses travaux, il succède en 1878 à G. Smith qui avait assuré la charge des fouilles du British Museum en Mésopotamie de 1873 à sa mort en 1877. En 1878, il dégage à Tell Balawat les fameuses portes de bronze de Salmanasar II, dont l’origine fut d’abord mise en doute par le British Museum ; en 1880, Rassam fouille, au sud de Bagdad, le site d’Abou-Habba, l’ancienne cité sumérienne de Sippar (fouillée ensuite par V. Scheil en 1894 et W. Andrae et J. Jordan en 1927) ; il y dégage plus de 60000 tablettes, dont la fameuse inscription de Nabonide, dernier roi de Babylone.

13VOIR :
A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. 1, Les Étapes, Paris, 1946 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust, Londres, 1980 ; J. Reade, « Hormuz Rassam and his discoveries », Iraq, 55, 1993, p. 39-62 ; M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, Londres et New York, 1996.

Ravoisié (ou -er), Amable (1801-1870 ?)

14Architecte archéologue français. Membre de la Commission de Morée et de la Commission pour l’exploration scientifique de l’Algérie, il est le premier architecte à procéder à des relevés de monuments en Afrique. Né à Paris, il est admis à l’École des beaux-arts en 1823. En 1829, il est attaché à la mission scientifique qui accompagne le corps expéditionnaire français en Morée ; il appartient à la section d’architecture et de sculpture placée sous la responsablité de l’architecte A. Blouet. Fait chevalier de la Légion d’honneur en 1838, il est intégré l’année suivante à la Commission pour l’exploration scientifique de l’Algérie, placée sous l’égide de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et il rejoint le Comité des Travaux historiques et scientifiques. C’est l’expérience acquise au cours de la Mission de Morée qui lui vaut de présider la section « beaux-arts, architecture et sculpture », alors que le capitaine A. Delamare est responsable de la section « Archéologie » ; des conflits naîtront entre les deux hommes car, leur domaine respectif n’étant pas assez clairement défini, ils entrent en concurrence pour les relevés archéologiques, dont la répartition dans l’ouvrage de l’un ou de l’autre sera source de conflit. A. Ravoisié se rend en Algérie, et, jusqu’en 1842, il y accomplit plusieurs missions successives entre lesquelles il revient à Paris pour mettre au point les relevés et les dessins effectués. Il parcourt le pays à la suite de l’armée d’est en ouest, visitant les provinces de Constantine, d’Alger et d’Oran. Il relève en priorité les monuments menacés par les troupes d’occupation qui procèdent à la récupération de matériaux sur les sites anciens. Il exécute dessins et plans des monuments et des sites, fouille parfois pour élucider des points de construction, recueille des inscriptions et relève les traces de voies antiques et de ponts. Ces travaux font faire des progrès décisifs à la connaissance du patrimoine archéologique de l’Algérie. De retour à Paris, Ravoisié se met immédiatement au travail et envisage même de publier à ses frais les résultats de l’exploration ; la Commission académique donne son approbation et souligne la nécessité de ne soustraire aucun document à la publication. En fait, seule la moitié des dessins sera publiée, le ministère de la Guerre imposant des restrictions draconiennes. De plus, les difficultés viennent encore de la définition de ce qui concerne l’architecture d’une part et l’archéologie d’autre part et, à ce sujet, A. Ravoisié et le capitaine Delamare s’opposent. Maintenu en Algérie jusqu’en mars 1842, il est attaché à la direction de l’Algérie, comme rapporteur près la Commisssion des bâtiments civils. Son nom ne figure plus sur les annuaires en 1870, ce qui semble indiquer qu’il est mort à cette date. Par sa précieuse contribution aux Commissions de Morée et d’Algérie, A. Ravoisié est de ces architectes qui concourent à l’essor d’une archéologie scientifique.

Bibliographie sélective :

15Avec A. Blouet, A. Poirot, E. Trézel et F. de Gournay, Expédition scientifique de Morée, Paris, 1831-1838 ; Monuments antiques et modernes de l’Algérie, Paris, 1840 ; Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842. Beaux-arts, architecture et sculpture, deux tomes, Paris, 1846-1851.

16VOIR :
C. Bauchal, Nouveau Dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, 1887 ; G. Mercier, « L’exploration scientifique de l’Algérie. La découverte de l’Algérie », dans J. Alazard et al., Initiation à l’Algérie, Paris, 1957 ; M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie. Une héritière méconnue de la Commission d’Égypte, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. XV, Paris, 1994 ; N. Oulebsir, « Rome ou la Méditerranée ? Les relevés d’architecture d’Amable Ravoisié en Algérie, 1840-1842 », dans M. N. Bourguet, B. Lepetit, D. Nordman, M. Sinarellis, L’Invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998, p. 239-271.

Rawlinson, sir Henry Creswicke (1810-1895)

17Officier britannique, membre de l’Intelligence Service et orientaliste. Entré à seize ans au service de la Compagnie des Indes, il est envoyé en Perse comme conseiller militaire du Shah ; de 1839 à 1842, il prend part à la campagne d’Afghanistan et s’y distingue. Passionné d’orientalisme, et excellent connaisseur des langues orientales, il copie les inscriptions du mont Elvend (1836-1837), puis se consacre entièrement à l’inscription trilingue de Behistun. À partir de 1843, il est agent politique de l’Angleterre à Bagdad, et en 1851 sera désigné pour coordonner et diriger les recherches archéologiques anglaises en Mésopotamie. Il fait preuve d’une grande générosité à l’égard des Français membres de l’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie : il met à leur disposition sa bibliothèque et leur donne l’autorisation de visiter les chantiers anglais et de prendre les estampages et les relevés des monuments de leur choix ; de plus, il offre des bas-reliefs à la France et le transport gratuit des antiquités jusqu’à Bassora ; lors du naufrage désastreux dans le Chatt el-Arab, il aide au sauvetage. Il entretient avec les Français des rapports cordiaux et évite de donner à la concurrence franco-britannique ce caractère âpre et exacerbé qu’elle prendra quand les frères Rassam auront la responsabilité des travaux. De retour en Angleterre en 1855, il est nommé directeur de la Compagnie des Indes puis devient membre du Parlement en 1858 ; l’année suivante, il rejoint Téhéran pour y assurer la fonction de ministre plénipotentiaire. Il est considéré comme le déchiffreur de l’écriture cunéiforme, au même titre que G. P. Grotefend qui, en 1802, avait élucidé les noms des inscriptions trilingues de Persépolis ou que J. Oppert. En 1857, la Royal Asiatic Society invita H. Rawlinson, F. J. Hincks, F. Talbot et J. Oppert à fournir séparément leur propre version du texte cunéiforme du cylindre de Teglatphalassar Ier : toutes les versions correspondaient et ce fut la confirmation que le déchiffrement du cunéiforme était accompli. Rawlinson fut aussi célébré et honoré qu’H. Layard : il fut reçu docteur honoris causa à Oxford et anobli en 1856.

Bibliographie sélective :

18« The Persian Cuneiform Inscription at Behistun decyphered and translated », Journal of the Royal Asiatic Society X, 1846, p. 1-349 ; A Commentary on the cuneiform inscriptions of Assyria and Babylonia ; including readings of the inscription on the Nimrudobelisk and a brief notice of the ancient kings of Nineveh and Babylon, read before the Royal Asiatic Society, Londres, 1850 ; « Analysis of the Babylonian Text at Behistun », Journal of the Royal Asiatic Society, t. XIV, 1851 ; « Notes on some Paper Casts of Cuneiform Inscriptions upon the sculptured Rock at Behistun exhibited to the Society of Antiquaries », Archaeologia XXXIV, 1852 ; Inscription of Tiglath Pileser I, King of Assyria, B. C. 1150, as translated by Sir Henry Rawlinson, Fox Talbot, Esq., Dr. Hincks, and Dr. Oppert, Londres, Royal Asiatic Society, 1857.

19VOIR :
G. Rawlinson, A Memoir of Major-General Sir Henry Creswicke Rawlinson Bart…, Londres, 1898 ; M. Pillet, « Place et les explorateurs anglais », Revue archéologique, 1916, II, et Khorsabad, les découvertes de V. Place en Assyrie, Paris, 1918. ; id., L’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie, 1851-1855, Paris, 1922 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust, Londres, 1980 ; J. Bottéro et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, « Découvertes » Gallimard, 1993 ; É. Fontan dir., De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1994 ; M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, Londres et New York, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; B. André-Salvini, « Les débuts de la recherche française en assyriologie. Milieu et atmosphère du déchiffrement », Journal asiatique, tome 287, 1999-1, p. 331-355.

Rayet, Olivier (1847-1887)

20Archéologue français, helléniste. Né au Cairon, dans le Lot, il perd sa mère tout enfant et est élévé par son père et son frère aîné. Il est envoyé à Paris, au lycée Bonaparte pour y préparer le concours d’entrée à l’École normale supérieure, où il est admis en 1866. En 1869, il obtient la première place à l’agrégation d’histoire. À l’École, il a reçu l’influence profonde d’E. Desjardins, qui y est chargé des conférences de géographie et d’histoire ancienne ; il apprend ainsi l’utilité des monuments figurés pour l’histoire. Devenu membre de l’École d’Athènes, il nourrit cependant le projet de travailler sur Rome et l’institution impériale il découvre la Grèce par de Sicile d’Italie méridionale. Il gagne ensuite l’Asie Mineure, se rend en Syrie et explore le cours moyen de l’Euphrate dont il essaiera de reconstituer l’histoire. Il rejoint E. Desjardins en Hongrie et en Serbie pour l’aider à y recueillir les inscriptions latines du Danube. Il parcourt l’Albanie, l’Épire et la Thessalie. Alors qu’il débarque à Cos, il apprend la déclaration de guerre contre la Prusse et il reprend aussitôt le chemin de la France pour combattre il affecté dans l’administration et devient sous-préfet à Murat, puis secrétaire général du département de l’Aude. Républicain, admirateur de Gambetta, il organise la résistance, et réussit à se faire incorporer comme capitaine d’état-major ; il est très affecté par la défaite. À partir de 1871, il est définitivement acquis à la Grèce et publie ses premiers articles d’érudition dans le Bulletin de l’École d’Athènes, précurseur du Bulletin de correspondance hellénique ; il entreprend l’étude de la topographie d’Athènes. De passage à Milet en 1870, il conçoit le projet de fouilles qu’il réalisera trois ans plus tard et pressent la richesse archéologique du site de Pergame. Lorsque les statuettes de Tanagra font leur apparition sur le marché des antiquités, il est l’un des premiers à reconnaître leur intérêt pour l’histoire de l’art, en achète et constitue une collection pour le Louvre. De 1871 à 1877, il forme sa propre collection de pièces remarquables. Il est l’un des premiers archéologues français à s’intéresser aux techniques de fabrication des objets qui lui permettent de reconnaître leur authenticité et de déterminer leur datation. En 1872, E. Desjardins le présente à Gustave et Edmond de Rothschild, tout disposés à concourir financièrement à une action archéologique ; O. Rayet leur suggère une intervention dans la vallée du Méandre et sur le territoire de Milet. L’exploration et les travaux de dégagement du théâtre commencent en octobre ; en mars 1873, O. Rayet revient accompagné d’A. Thomas, architecte de l’Académie de France à Rome, et tous deux travaillent sur l’agora d’Héraclée Latmique, puis à Hiéronda, sur le site du sanctuaire de Didymes. A. Thomas effectue une restauration certaine du temple et le dégagement permet de recueillir des marbres architecturaux très intéressants du point de vue de l’histoire de l’art grec, qui, offerts par les barons de Rothschild, enrichissent les collections du Louvre. Les fouilles de Milet terminées, E. Beulé lui demande en janvier 1874 de le suppléer à sa chaire de la Bibliothèque nationale, dont il deviendra titulaire en 1884 comme successeur de F. Lenormant. Il devient également directeur adjoint à l’École pratique des hautes études où il enseigne l’épigraphie grecque, la céramique et la topographie d’Athènes. Il suit les cours d’épigraphie de L. Renier et de P. Foucart au Collège de France, où il supplée ce dernier, devenu directeur de l’École française d’Athènes. Cette carrière brillante est brutalement compromise par la maladie qu’il a contractée à Milet et qui l’oblige bientôt à renoncer à l’enseignement. Les ouvrages en préparation – la monographie sur Milet, une Topographie d’Athènes et une Histoire de la sculpture grecque – resteront inachevés son Histoire de la céramique sera mise au point et publiée par M. Collignon. De 1875 à 1885, il a occupé une place privilégié dans l’histoire de la science et sa notoriété a franchi les frontières du strict milieu archéologique : rédacteur à la Gazette des beaux-arts pour tout ce qui concerne l’Antiquité, il joue un rôle important dans la divulgation des connaissances archéologiques et est apprécié pour ses avis par les collectionneurs et les amateurs. Très préoccupé de l’influence française dans le Levant, il prêche pour l’organisation de fouilles officielles sur le modèle de l’entreprise allemande d’Olympie, qu’il décrit, à l’invitation de son ami L. Gambetta, dans des articles de la République française. Avant de succomber à la maladie, il connaît la très grande douleur de voir disparaître celui qui incarnait son idéal politique. Sa mort prématurée prive l’archéologie grecque d’un de ses plus brillants représentants qui pendant dix ans a été le chef de file d’une nouvelle génération formée à l’École française d’Athènes.

Bibliographie sélective :

21« Recueil d’inscriptions inédites », Annuaire de l’Association pour l’encouragement des études grecques, 1875, p. 266-326 ; « Mémoire sur l’île de Cos », Archives des missions, 1876, p. 37-116 ; « Les fouilles d’Olympie », Gazette des beaux-arts, 1er février 1877 ; Monuments de l’art antique, Paris, 1884 ; « Fouilles contemporaines à Milet et dans la région du golfe Latmique. Leçon d’ouverture du cours d’archéologie, professé à la Bibliothèque nationale, 27 janvier 1874 », Études d’archéologie et d’art, Paris, 1888 ; avec M. Collignon, Histoire de la céramique grecque, Paris, 1888-1890.

22VOIR :
S. Reinach, « Notice biographique », Études d’archéologie et d’art, Paris, 1888, p. I-XVI ; G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; Bulletin de correspondance hellénique, n° 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire 1846-1996 », 1996 ; H. Duchêne et C. Straboni, La Conquête de l’archéologie moderne, l’histoire de l’École française d’Athènes de 1846 à 1914, cédérom, 1996.

Reinach, Adolphe Joseph (1887-1914)

23Helléniste et archéologue français. Fils de Joseph Reinach, il suit comme ses oncles la voie des études anciennes. Il accomplit de nombreux voyages en Méditerranée et devient membre de l’École française d’Athènes de 1909 à 1911. Il participe aux fouilles de Thasos en Grèce ; passionné par l’Égypte, il soumet à la Société française pour les fouilles archéologiques le projet d’une fouille à Coptos, exploré à la fin du siècle précédent par G. Maspero, puis Flinders Petrie. Il obtient les crédits qui lui permettent d’ouvrir le chantier avec l’égyptologue R. Weill ; tous deux appartiennent à une nouvelle génération d’archéologues soucieux de comprendre le site qu’ils explorent et de recueillir la meilleure documentation possible. Ils mènent ensemble la première campagne en 1910 ; pour la seconde, R. Weill s’étant retiré, A. Reinach propose à l’architecte A. Martinaud de le seconder. Celui-ci a l’expérience des fouilles de Delphes et réalise une couverture photographique exceptionnelle des travaux. L’importante collection de monuments et d’objets réunie au cours des deux campagnes est déposée au Musée Guimet de Lyon, et aujourd’hui présentée au Musée des beaux-arts de cette ville. Animé d’une curiosité et d’une énergie étonnantes, A. Reinach manifeste la grande diversité de ses intérêts par plus de cent quatre-vingt-dix publications aux sujets les plus divers. Et pourtant sa carrière est très courte puisqu’il meurt sur le front des Ardennes en 1914.

Bibliographie sélective :

24« Rapports sur les fouilles de Coptos (janvier-février 1910) », Bulletin de la Société française des fouilles archéologiques, Paris, 1910 ; Catalogue des antiquités égyptiennes recueillies dans les fouilles de Coptos en 1910 et 1911 exposées au Musée Guimet de Lyon, Lyon, 1912 ; Origine du Thyrse, 1912 ; Recueil Millet : textes grecs et latins relatifs à l’histoire de la peinture antique, Paris, 1921, rééd. par A. Rouveret, Paris, Macula, 1985.

25VOIR :
S. Reinach, « Notice nécrologique d’A. Reinach », Revue archéologique, 1919 ; C. Picard, A la mémoire des Reinach, Paris, s. d. ; A. Rouveret, préface à la rééd. du Recueil Millet…, Paris, 1985 ; Coptos. L’Égypte antique aux portes du désert, exposition Lyon Musée des beaux-arts, Réunion des Musées nationaux, 2000.

Reinach, Salomon (1858-1932)

26Archéologue français, véritable prodige d’érudition, à la fois philologue, épigraphiste, historien de l’art et des religions, philosophe, homme de musée et archéologue de terrain. Né à Saint-Germain-en-Laye, il consacrera toute sa carrière muséographique au Musée des antiquités nationales. Son père, homme d’affaires d’origine suisse installé à Mayence, vient à Paris vers 1843 ; il exerce sur ses fils une très forte influence, leur faisant dispenser par des précepteurs dûment choisis une éducation très soignée. Salomon a deux frères, Théodore et Joseph, dont la carrière sera tout aussi brillante et étonnante que la sienne. À l’âge de 14 ans, il entre au lycée Condorcet où il est élève de P. Foucart, futur directeur de l’École française d’Athènes ; à 18 ans, il publie la première traduction française de l’Essai sur le libre-arbitre de Schopenhauer. Entré premier à l’École normale supérieure en 1876, il appartient à la promotion d’E. Pottier et de C. Jullian et, comme eux, donne une formidable impulsion aux sciences historiques. En 1880, il publie son Manuel de philologie classique, l’année même où il est admis à l’École française d’Athènes, comme E. Pottier, avec qui il explore les rivages de la Méditerranée et fouille à Myrina de 1880 à 1882, faisant entrer au musée du Louvre une remarquable collection de ces terres cuites qui se révèlent d’un très grand intérêt pour l’histoire de l’art grec et qui vont connaître une vogue extraordinaire dans toute l’Europe. À Athènes, il fait la connaissance de C. J. Tissot, ministre de France en Grèce et président de l’Institut de correspondance hellénique, dont il devient le secrétaire. À la demande de C. Tissot, lui-même président de la Commission archéologique de Tunisie, S. Reinach accepte la charge de secrétaire de cette commission et élabore avec le diplomate archéologue un projet d’exploration du site de Carthage, où il se rend avec E. Babelon de novembre 1883 à mai 1884 ; il entreprend des fouilles à Carthage, Gighthis et Meninx. Il accomplit une seconde mission en Tunisie avec R. Cagnat en mars-avril 1885. Jusqu’en 1884, date de la mort de C. Tissot, il l’aide à la mise au point de sa Géographie comparée de l’Afrique romaine et assurera la publication de l’ensemble de son œuvre. En 1885, S. Reinach devient secrétaire de la rédaction de la Revue archéologique, où il tient jusqu’en 1896 la « Chronique d’Orient », précieux instrument d’information sur les découvertes archéologiques en Grèce et dans l’Empire ottoman. En 1903, S. Reinach partage avec E. Pottier la direction de la Revue archéologique, à laquelle il consacre une partie de sa fortune et confie un grand nombre d’articles. Nommé conservateur adjoint au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye en 1886, il collabore avec A. Bertrand et le supplée dans ses cours à l’École du Louvre de 1890 à 1892, puis de 1895 à 1905, avant de lui succéder à la chaire d’archéologie nationale de l’École du Louvre (1905-1910), puis comme directeur du Musée des antiquités nationales. Bien qu’ayant reçu la plus classique des formations archéologiques à l’École normale supérieure, puis à l’École française d’Athènes, S. Reinach porte un intérêt universel à tous les domaines de l’archéologie, y compris à la préhistoire qu’il illustre comme conservateur du Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Par Le Mirage oriental (1893), il s’attaque aux théories ultra-diffusionnistes qui soutiennent le postulat de l’ex oriente lux ; il réévalue la contribution européenne à l’évolution culturelle des civilisations et défend le caractère européen et indigène des civilisations mycénienne, étrusque et celtique ; dans cette pespective, il intervient dans l’« affaire Glozel », site auvergnat dont il soutient l’authenticité (Éphémérides de Glozel, Paris, 1928). Élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1896, il publie plus de sept mille articles, dont près de la moitié parus dans la Revue archéologique et une centaine d’ouvrages. Il s’attache à la diffusion la plus large des connaissances acquises par son enseignement à l’École du Louvre et des ouvrages de vulgarisation, conçus pour initier et former les jeunes générations ; à partir de 1897, il s’engage dans la vaste entreprise des Répertoires, dont le premier est consacré à la statuaire grecque et romaine, qui constitue un excellent ouvrage d’initiation. Par son œuvre d’une extraordinaire ampleur et diversité, S. Reinach a participé au formidable essor de l’archéologie « scientifique » française, aussi bien en préhistoire et archéologie nationale qu’en archéologie classique et orientale.

Bibliographie sélective :

27Voir Bibliographie de Salomon Reinach, Paris, 1936 (avec portraits et essais biographiques) ; Manuel de philologie classique, Paris, 1880 ; Traité d’épigraphie grecque, Paris, 1885 ; avec E. Pottier, Nécropole de Myrina, deux vol., Paris, 1887-1888 ; Peintures de vases antiques recueillies par A. L. Millin (1808) et J. Millingen (1813), Paris, 1891. Répertoire de la statuaire grecque et romaine, cinq vol., 1897-1930 ; Répertoire des vases peints grecs et étrusques, 1899-1900 ; Apollo, histoire génerale des arts plastiques professée en 1902-1903 ; Orpheus, histoire générale des religions, Paris, 1909 ; Antiquités nationales. Description raisonnée du musée de Saint-Germain-en-Laye, Paris ; Répertoire de l’art quaternaire, 1913 ; Glozel, la découverte, la controverse, 1928 ; Amalthée. Mélanges d’archéologie et d’histoire, trois vol., 1930-1931.

28VOIR :
C. Picard, À la mémoire de Salomon Reinach, Paris, s. d. ; E. Pottier, Revue archéologique, 1932, 2e sem., p. 137-154 ; R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de Salomon Reinach », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1932, p. 530-535 ; J. Carcopino, « Salomon Reinach », Les Nouvelles littéraires, 12 novembre 1932 ; Lettres à Liane de Pougy (de) Max Jacob et Salomon Reinach, Paris, 1980 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Salomon Reinach », Archéologia 186, janv. 1984, p. 77-80 ; É. Zola, É. Bersot, S. Reinach, Notre École normale, textes réunis et présentés par H. Duchêne, Paris, 1994 ; S. Reinach, Cultes, mythes et religions, éd. établie, présentée et annotée par H. Duchêne, Paris, 1996 ; H. Duchêne, « Un Athénien : Salomon Reinach », Bulletin de correspondance hellénique 120, n° spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 273-284 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998.

Reinach, Théodore (1860-1928)

29Archéologue français. Frère de Salomon et de Joseph Reinach. Véritable prodige, deux fois docteur à l’âge de vingt ans, il donne l’interprétation des notations musicales relevées sur le mur polygonal de Delphes. L’un des meilleurs numismates de son temps et professeur au Collège de France à partir de 1924, il accomplit d’importants travaux concernant la Palestine et la Phénicie et, en particulier, publie, avec Hamdy Bey, les sarcophages de Saïda. Député de Savoie de 1906 à 1914, il soutient le projet de loi élaboré par son frère Salomon pour la protection du patrimoine archéologique et la réglementation des fouilles. Membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à partir de 1909, il fait don à l’Institut de la villa Kérylos, qu’il a fait construire à Beaulieu-sur-Mer, sur les plans de l’architecte E. Pontremoli. Il dirige l’édition des œuvres complètes de Flavius Josèphe (1900), la Revue des études grecques (1888-1907) et la Gazette des beaux-arts (1906-1928).

Bibliographie sélective :

30Les Monnaies juives, 1887 ; Essai sur la numismatique des rois de Cappadoce, 1887 ; Textes d’auteurs grecs et romains relatifs au judaïsme. Histoire des Israëlites, 1884, puis 1914 ; avec B. Haussoulier, Recueil des inscriptions juridiques grecques, 1891, 1892, 1894, 1898, 1904 ; avec O. Hamdy Bey, « Une nécropole royale à Sidon, fouilles de Hamdy Bey », 1892 ; « La musique des hymnes de Delphes », Bulletin de correspondance hellénique 17, 1893 ; avec E. Babelon, Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, 1904.

31VOIR :
Bio-bibliographie de T. Reinach, s. l., 1906 ; C. Picard, À la mémoire des Reinach, Paris, s. d. ; R. Dussaud, Syria, 1928 ; R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de M. T. Reinach », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1931 ; J. Leclant, « de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 136-137.

Reisner, George Andrew (1867-1942)

32Égyptologue américain. Il fait ses études à l’Indianopolis Classical High School et à l’Université d’Harvard, puis se forme en philologie sémitique à Berlin et travaille d’abord sur les textes assyriens et babyloniens ; il se tourne enfin vers l’Égypte ancienne, se fait l’élève de l’égyptologue K. H. Sethe qui exerce sur lui une influence déterminante, lui inspirant des méthodes rigoureuses. Membre de la commission internationale pour le Catalogue du Musée du Caire, il participe à l’œuvre commune puis, en 1899, il rentre aux États-Unis où il obtient le financement de Mme P. Apperson Hearst, la mère du célèbre patron de presse, pour une première expédition en Égypte en association avec l’Université de Berkeley : les travaux se concentrent alors sur les grands cimetières de Naga ed-Der et les sites de Qouft et Deir el-Ballas. Le directeur du Service des antiquités d’Égypte, G. Maspero, cherche à cette époque à confier l’exploration du site de Gizeh à des archéologues compétents et son choix se porte sur E. Schiaparelli, G. Steindorff et G. Reisner, à qui revient finalement la plus importante concession, la mission italienne ayant quitté Gizeh pour d’autres sites. G. Reisner met au point à Gizeh un système de numérotation des centaines de tombes qui se répartissent le long des avenues et des rues de la nécropole. En 1905, Mme Hearst n’étant plus en mesure de maintenir sa contribution aux travaux, l’expédition américaine associe désormais l’Université de Harvard et le Museum of Fine Arts de Boston, dont le département égyptien sera confié à la responsabilité de G. Reisner de 1910 à 1942. À partir de ce moment, G. Reisner s’attache à l’étude du complexe monumental de Mykerinos et révèle les nombreux chefs-d’œuvre de la sculpture royale de la IVe dynastie ; il exécute la fouille stratigraphique du village proche de la pyramide. De 1907 à 1909, il dirige le Nubian Archaeological Survey, au cours duquel il découvre soixante-huit pyramides de rois éthiopiens et apporte une contribution décisive à la connaissance de la Nubie tardive. De 1908 à 1910, il dirige avec Fischer et Lyon, les fouilles de Samarie en Palestine, pour la Harvard-Boston Expedition et offre le modèle de la mission archéologique, scientifiquement conçue et menée ; confronté à un tell à la structure très complexe, il l’appréhende avec une parfaite clarté et ouvre ainsi la voie à ceux qui, à la génération suivante, introduiront dans l’archéologie proche-orientale des changements décisifs. Il met en œuvre une stricte méthode stratigraphique qui annonce celle imposée par M. Wheeler et K. Kenyon. Jusqu’en 1942, il accomplit de très nombreuses fouilles en Égypte, où il est le premier à recourir à une méthode aussi en appliquant toutes les techniques de la fouille documentaire ; en 1924, il décide d’explorer le cimetière est de la pyramide de Chéops et, l’année suivante, intervient la découverte extraordinaire de la tombe de la reine Hetepherès, épouse de Snéfrou et probablement mère de Chéops : il s’agit de la sépulture royale de l’Ancien Empire la mieux conservée que l’on ait jamais retrouvée. De 1914 à 1942, il est professeur d’égyptologie à l’Université de Harvard. Il est membre ordinaire de l’Institut archéologique allemand. En Palestine et en Égypte, G. Reisner est l’un des premiers à donner à l’archéologie les caractères d’une science rigoureuse et il contribue à l’évolution radicale des pratiques jusque-là en vigueur.

Bibliographie sélective :

33Sumerisch-Babylonische Hymnen ; Tempel Urkunden aus Telloh, 1905 ; Amulets, Catalogue du Musée du Caire, 1907 ; Archaeological Survey of Nubia, deux vol., 1910 ; The Early Dynastic Cemeteries of Naga-ed-Der, 1908-1909 ; Harvard Excavations at Samaria I, Cambridge Massachussets, 1924 ; A Provincial Cemetery of the Pyramid Age : Naga-ed-Der, The Development of the Egyptian Tomb down to the accession of Cheops, 1936 ; The History of the Giza Necropolis, deux vol., 1942 et 1955.

34VOIR :
D. Dunham, American Journal of Archaeology 46, 1942, p. 410-412 ; Annales du Service des antiquités 41, Le Caire, 1942, p. 11-18 ; A. Scharft, Archiv für Orientforschung, XV, 1945-1951, p. 187-188 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991 ; P. Der Manuelian « La découverte de la nécropole de Giza », L’Art égyptien au temps des pyramides, catalogue de l’exposition, Paris, 6 avril-12 juillet 1999, Paris, 1999.

Renan, Ernest (1823-1892)

35Écrivain, philologue et archéologue français. Fondateur de l’archéologie phénicienne et créateur du Corpus Inscriptionum Semiticarum, il répond parfaitement à l’idéal du philologue tel qu’il l’a lui-même défini, « à la fois linguiste, historien, archéologue, artiste, philosophe ». Né fils de paysans et marins bretons à Tréguier (Côtes-d’Armor), il perd très tôt son père et, avec sa sœur Henriette, est élévé par sa mère ; il restera toute sa vie très attaché à ces deux femmes. Il est confié aux pères du séminaire de Tréguier, où il se montre élève très studieux, attiré par les mathématiques ; ses excellents résultats le font remarquer par les envoyés de l’abbé F. Dupanloup qui recrute en province les meilleurs élèves pour son séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. L’adolescent est brusquement séparé de sa mère et coupé de ses racines et traverse une grave crise surmontée grâce aux efforts de l’abbé Dupanloup et à la soif de connaissances de l’enfant. Il passe trois années à Saint-Nicolas où il s’imprègne d’un humanisme assez superficiel et sent les premières atteintes du doute qui le conduira à la rupture d’avec le catholicisme. Il passe ensuite au séminaire d’Issy où il découvre la philosophie et s’y adonne avec passion, puisant dans la lecture de Hegel la conviction que le monde est « une métamorphose sans fin ». Au séminaire de Saint-Sulpice, il aborde la troisième étape de son éducation religieuse, l’étude de la théologie et l’apprentissage de l’hébreu et de l’allemand : il découvre alors les sciences historiques et l’école critique allemande grâce à l’enseignement de M. Le Hir, qui l’initie à la philologie et à la grammaire comparée des langues sémitiques. Sa vocation d’orientaliste et d’épigraphiste se révèle et ses dispositions sont si exceptionnelles qu’il est autorisé à suivre les cours d’hébreu d’É. Quatremère au Collège de France, où il a la révélation de la science enseignée dans la plus complète liberté. L’étude du texte de la Bible lui fait prendre conscience des erreurs et des contradictions du Livre sacré et lui inspire l’ambition de le mieux connaître grâce à la science laïque. Déjà ébranlé dans sa foi, il se détache du catholicisme, et, le 6 octobre 1845, quitte Saint-Sulpice. Avec l’aide de sa sœur Henriette, préceptrice en Pologne, et grâce à une modeste place de répétiteur dans une institution du quartier Saint-Jacques, il parvient à survivre et se fait « l’élève de l’Allemagne », se donnant Goethe et Herder pour modèles d’esprits, à la fois profondément religieux et critiques ; la philosophie et la science remplacent progressivement la foi. Pour prétendre à une situation universitaire, il lui faut obtenir les diplômes dont il est dépourvu et, en trois années, il parvient à l’agrégation de philosophie qu’il obtient en 1848, tout en complétant sa formation d’orientaliste par la fréquentation au Collège de France des cours d’É. Quatremère et d’E. Burnouf, et ceux de Caussin de Perceval et de Reinaud pour l’arabe. Pendant cette période, il trouve le temps de rédiger son Essai historique sur les langues sémitiques, couronné en 1847 par le prix Volney de l’Académie française. Il se lie d’amitié avec le futur grand chimiste M. Berthelot avec qui il partage la conviction que l’histoire de l’homme et de sa pensée suit les mêmes lois que l’histoire naturelle. Eugène Burnouf, professeur de sanscrit au Collège de France, exerce sur lui une influence décisive, lui découvrant que « l’étude des langues est l’instrument premier et indispensable de la méthode historique » ; Renan lui dédie L’Avenir de la science, véritable profession de foi écrite dans la fièvre de la Révolution de 1848, où il expose sa certitude, que l’histoire de la pensée est manifestée par celle des langues et des religions, et que la science assure le progrès humain. Augustin Thierry, qui privilégie l’étude minutieuse des documents et des sources et oppose à l’histoire éloquente de J. Michelet la science historique fondée sur l’érudition, est son modèle en histoire. En 1848, année qui, pour Renan, marque la fin de ses apprentissages, il possède une maîtrise peu commune du domaine qu’il s’est choisi : de l’Allemagne, il a appris l’exégèse et la critique ; aux sciences naturelles, il a emprunté sa vision d’un monde en perpétuel devenir et, enfin, la philologie historique lui procure sa méthode. En 1849, il accomplit une mission de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en Italie et est ébloui par Rome et l’Antiquité classique qu’il découvre ; il explore les bibliothèques de Toscane, en quête de manuscrits orientaux et réunit les matériaux de sa thèse sur Averroès et l’averroïsme qu’il soutiendra en 1852. À son retour d’Italie, il obtient une place de surnuméraire à la Bibliothèque nationale pour les manuscrits latins, puis orientaux ; il constate alors qu’un fonds d’une richesse extraordinaire est complètement négligé par les savants français et n’est exploité que par les Allemands et les Hollandais. Il voit dans ce phénomène l’explication du retard accusé par les sciences historiques en France et se trouve renforcé dans sa détermination à redonner vigueur et éclat aux études sémitiques ; il s’inscrit à la Société asiatique, dont le président, J. Mohl, s’attachait à promouvoir l’orientalisme et illustrait la fusion de la science allemande et française. En 1855, son Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, reprise de son essai de 1847, manifeste son engagement définitif dans la voie de la philologie. En 1856, il épouse Cornélie Scheffer, fille du peintre Ary Scheffer, et est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il fréquente de nombreux salons parisiens, en particulier ceux de la princesse Mathilde et d’Hortense Cornu, dont le rôle auprès de Napoléon III est décisif pour le développement de l’archéologie en France ; c’est elle qui attire l’attention de l’Empereur sur Renan, au moment où la France s’apprête à organiser une expédition en Syrie pour mettre fin aux massacres de chrétiens par les Druses ; selon le modèle fourni par la fameuse Expédition d’Égypte, on décide de joindre une mission scientifique au corps expéditionnaire. En octobre 1860, Renan, accompagné de sa sœur Henriette, embarque pour la Syrie. Il a pour objectif d’engager des fouilles en Phénicie, convaincu qu’elle recèle encore des documents aussi importants que le sarcophage d’Eshmounazar, découvert en 1855, et orné de la première inscription trouvée en Phénicie même. Sur place, il bénéficie de la collaboration du docteur Charles Gaillardot (1814-1883) qui, résidant en Syrie depuis vingt-cinq ans, a une parfaite connaissance du Lorrain avait professeur d’histoire à l’École de médecine du Caire et avait rejoint, comme médecin attaché à Soliman Pacha, l’armée égyptienne pendant la campagne de Syrie. Il avait alors dressé la première carte du Djebel el-Druse, encore utilisée cent ans plus tard sous le mandat français ; c’est lui qui réalise les cartes et les plans de la Mission de Phénicie. Par la suite, la mission reçoit le renfort de Édouard Lokroy (1840-1913), dessinateur à L’Illustration et futur ministre de la Marine, et de l’architecte Thobois. Quatre chantiers sont ouverts, à Amrit – l’antique Marathus – Gebeïl-Byblos, Saïda-Sidon et Sour-Tyr ; l’armée exécute les fouilles sous la direction de Renan à Byblos, du docteur Gaillardot à Sidon et de Thobois à Oumm el-Awamid, au sud de Tyr. Pendant ce séjour au Proche-Orient, Renan accomplit un voyage en Palestine pour voir les lieux de cette Vie de Jésus qu’il projette d’écrire depuis 1845 et qu’il rédige d’un seul trait avant de revenir en France. Cette mission de Phénicie, si fructeuse sur le plan scientifique, a pour E. Renan un terrible coût puisque sa sœur succombe à la fièvre paludéenne et qu’il perd celle qui lui avait prodigué sans compter son affection et son soutien. Il a prévu de se rendre à Chypre pour y mener une campagne de fouille, mais, affligé et malade, remet cette mission à M. de Vogüé et W. Waddington qui l’accompliront en 1862. Même s’il est déçu dans son espoir de trouver de nombreuses inscriptions et des vestiges de la Phénicie d’au-delà du Ier millénaire, Renan fonde l’archéologie phénicienne et sa magnifique Mission de Phénicie constituera pendant cinquante ans le traité fondamental et unique en ce domaine. La mission de Phénicie a, dans le domaine historique, donné naissance à la Vie de Jésus, publiée en 1863. La fin de sa vie sera occupée par la rédaction de deux ouvrages complémentaires, Les Origines du christianisme et LHistoire du peuple d’Israël : il a ainsi mené à bien la plus importante synthèse sur ce sujet, dépassant même le modèle de l’école allemande par l’originalité fait exalter juif pour la religion à celui qu’Athènes réalise pour la culture intellectuelle, et Rome pour la politique. À son retour de Syrie, il voit se réaliser le rêve conçu dès les années de Saint-Sulpice, est élu au Collège de France la chaire d’hébreu Quatremère ; cependant, sa leçon d’ouverture prononcée le 22 février 1862 offre à ses ennemis l’occasion de se déchaîner et de provoquer le scandale qui entraîne sa suspension. Le succès extraordinaire de la Vie de Jésus lui permettant de vivre sans contrainte professionnelle, il accomplit, avec sa femme, un voyage en Orient, se rendant en Égypte, où il est reçu par A. Mariette, retournant en Syrie sur la tombe de sa sœur et s’arrêtant six semaines à Athènes. En 1867, il prend avec F. de Saulcy, A. de Longpérier et W. Waddington l’initiative de créer le Corpus Inscriptionum Semiticarum, dont le projet est présenté à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui met en place une commission à la tête de laquelle Renan travaillera vingt-cinq ans : les découvertes se multiplient très rapidement et quatorze années de travail intense seront nécessaires pour élaborer le premier fascicule consacré aux inscriptions phéniciennes. Au sein de la commission du Corpus, Renan sait créer une véritable école d’épigraphistes qui assurent la pérennité de l’œuvre. Comme pour tous les savants français, la guerre de 1870 signifie pour Renan la ruine du rêve d’une Europe fraternelle où la France et l’Allemagne auraient été solidaires dans la science. Il a malgré tout la joie d’être rétabli dans sa chaire du Collège de France par le gouvernement de Défense nationale. Devenu président de la Société asiatique, il réaffirme que l’histoire ne peut se faire sans être fondée sur la philologie et l’archéologie et il plaide pour la création de chaires d’archéologie et de philologie dans notre système universitaire ; il concourt à la création de l’École française du Caire en 1880. En 1883, il devient administrateur du Collège de France et consacre ses dernières années à donner le plus grand éclat à l’illustre maison. En Renan, l’épigraphiste et l’archéologue ont procuré à l’historien les fondements mêmes de son œuvre ; par sa mission de Phénicie et par le Corpus Inscriptionum Semiticarum, Renan renouvelle complètement notre connaissance du Proche-Orient et permet les futurs développements de l’épigraphie et de l’archéologie sémitiques.

Bibliographie sélective :

36voir H. Girard et H. Moncel, Bibliographie des œuvres d’E. Renan, Paris, 1923 ; Œuvres complètes, publiées par H. Psichari, dix tomes, 1947-1961 ; J. Balcou dir., Correspondance générale, textes réunis, classés et annotés par A. M. de Brem, Paris, Librairie Honoré Champion, 1998 ; L’Avenir de la science. Pensées de 1848, Paris, 1890 ; Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, 1855 De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation, discours d’ouverture du cours de langues hébraïque, chaldaïque et syriaque au Collège de France, Paris, 1862 ; Mission de Phénicie, Paris, 1864-1874 ; Histoire des origines du christianisme, 1863-1873 ; Corpus Inscriptionum Semiticarum, pars prima inscriptiones phoenicias continens, Paris, 1881 ; Histoire du peuple d’Israël, cinq tomes, 1887.

37VOIR :
Ph. Berger et S. Reinach, « E. Renan », Revue archéologique, 1892 ; J. Darmesteter, La Vie et l’Œuvre d’E. Renan, 1893 ; J. G. Frazer, Sur Ernest Renan, Paris, 1923 ; J.-M. Carré, Voyageurs et écrivains en Égypte, deux vol., Le Caire, 1932 ; H. Psichari, Renan d’après lui-même, Paris, 1937 ; R. Dussaud, L’Œuvre scientifique d’E. Renan, 1951 ; A. Dupont-Sommer, « E. Renan et le Corpus des inscriptions sémitiques », Recueil de l’Institut de France, 1968 ; exposition Bibliothèque nationale Ernest Renan, Paris, 1974 ; E. Saïd, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, L’Harmattan, 1980 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Ernest Renan », Archéologia 224, mai 1987 ; F. Mercury, Renan, Paris, Olivier Orban, 1990 ; H. Mallat, Renan au Liban 1860-1861, Beyrouth, FMA, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

38Sur Ch. Gaillardot, voir G. M. Guémard, « Deux grands Lorrains d’Égypte : les Gaillardot Mémoires de l’Académie de Stanislas, vol. XXV, 6e série, 1928 ; N. Shehadi, « Charles Gaillardot », Archaeology and History in Lebanon, automne 2000, p. 35-41.

Renier, Charles Alphonse Léon (1809-1885)

39Épigraphiste français, maître incontesté de l’épigraphie romaine en France, pendant quarante ans. Né à Charleville d’une humble famille lorraine, il a gardé de son enfance des souvenirs des invasions de 1814 et 1815 et se montrera toujours très soucieux de l’honneur national. Il découvre Rome dans l’Histoire ancienne et l’Histoire romaine de Rollin et fait ses études au collège de Reims où il montre de si grandes dispositions pour les mathématiques qu’il est admis à l’École normale supérieure dans la section des sciences qu’il ne peut toutefois rejoindre à cause la Révolution 1830 quand il aura fait le choix des études romaines, il leur appliquera les méthodes de déduction mathématique et, en épigraphie, ses conclusions sont toujours le fruit d’un raisonnement mené avec une implacable rigueur. Sans appui et sans ressources, il entre comme correcteur dans une imprimerie, puis devient petit clerc, maître d’études et enfin principal du collège de Nesle en Picardie où il se marie. Ces années sont très difficiles et L. Renier ne peut se résoudre à cette vie médiocre qui lui impose de renoncer à sa vocation d’antiquisant ; d’un commun accord avec sa femme, il quitte son poste et le couple s’installe à Paris : répétiteur dans une pension privée, L. Renier entre à la rédaction du Journal général de l’Instruction publique. Il fait alors la rencontre décisive de P. Le Bas qui lui offre de collaborer au Dictionnaire encyclopédique de la France et à l’édition de Tite-Live, dans la collection Nisard s’inspirant des travaux de B. Borghesi, Renier rédige une étude sur l’administration et les magistratures romaines. C’est la première manifestation en France de la « science épigraphique », dont la méthode avait été définie par J. A. Letronne, mais qui, après ce grand précurseur trop tôt disparu en 1848, n’avait pas trouvé de défenseur assez ardent pour la faire accéder au même rang que les autres sciences de l’Antiquité. En 1848, il donne une traduction de Ptolémée, pour la partie concernant la Gaule, et confirme son engagement définitif sur la voie des études spéciales. En 1850, alors qu’il est devenu sous-bibliothécaire à la Sorbonne, s’ouvre à lui le domaine où il excellera, celui de l’Algérie où la conquête se poursuit et pour laquelle a été constituée une Commission d’exploration scientifique dont font partie A. Ravoisié et le commandant Delamare ; celui-ci a découvert Lambèse, camp de la IIIe légion romaine d’Auguste, et prévient L. Renier que ce site, extraordinairement riche en inscriptions, est menacé de destruction par les travaux d’aménagement militaires. L. Renier alerte alors le ministre de la Guerre et obtient une mission. Il séjourne près d’un an en Algérie malgré les conditions très rudes de vie et de travail et recueille plus de trois mille inscriptions d’un intérêt extraordinaire. Il accomplit une seconde mission l’année suivante, et poursuit sa quête en suivant les armées. Les travaux de L. Renier au cours de ces missions de 1850-1853 marquent l’avènement de l’épigraphie française, dont l’Afrique du Nord sera désormais le domaine privilégié. Les résultats acquis par L. Renier sont précieux, non seulement pour l’épigraphie, mais aussi pour la géographie et l’histoire : en effet, grâce aux documents relevés à Lambèse, c’est la légion romaine, jusqu’alors mal connue, qui se révèle avec son organisation et tous les détails de son administration officielle et de sa vie quotidienne. Les Inscriptions romaines de l’Algérie sont le premier recueil scientifique d’épigraphie latine : L. Renier y met en œuvre la méthode comparative et déductive héritée de Borghesi, mais l’utilise d’une façon originale, avec hardiesse et prudence, distinguant explicitement conclusion sûre et conjecture mal assurée. Cet ouvrage et les Mélanges d’épigraphie fondent sa réputation nationale et internationale et le révèlent comme le premier épigraphiste français à la hauteur des Italiens et des Allemands, depuis J. A. Letronne. En 1856, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, en même temps que son ami E. Renan. L’épigraphie est consacrée comme « science de l’Antiquité », le 27 févier 1861, date de la création, à son avantage, de la chaire d’épigraphie et antiquité romaine au Collège de France. L. Renier s’attache à former une véritable école épigraphique française et la tâche est loin d’être facile, puisqu’il doit combattre les préjugés des érudits, pour lesquels seuls les textes des historiens comptent, et qu’il doit montrer que l’épigraphie est une science indispensable pour la connaissance de l’Antiquité. Son public est fourni et son enseignement déterminant dans la formation de toute une génération d’antiquisants qui deviendront à leur tour de brillants épigraphistes, comme E. Desjardins ou R. Cagnat, ou qui tiendront le plus grand compte de l’épigraphie, parmi lesquels G. Boissier, G. Perrot ou A. Héron de Villefosse. À l’Académie, il est investi d’une autorité considérable, car il concentre entre ses mains tous les documents épigraphiques que l’on retrouve dans tout l’Empire romain. Il fait la connaissance d’Hortense Cornu qui, vers 1855, suivait assidûment les travaux de l’Académie et en rédigeait un compte rendu pour une revue allemande. Cette dernière se lie en particulier avec E. Renan et A. Maury, et utilise son crédit auprès de Napoléon III l’essor de la science c’est elle qui fait envoyer L. Renier à Rome en 1860, où il est chargé d’acheter la collection Campana. Durant son séjour, il surveille les fouilles des jardins Farnèse et suit celles de P. Rosa dans la campagne romaine. Il a, avec W. Henzen et G. B. de Rossi, des discussions sur l’œuvre administrative et politique de César, à propos de laquelle Napoléon III lui a fait remettre par H. Cornu un questionnaire ; il tient un journal manuscrit de ces discussions pour l’Empereur. À son retour, il succède à P. Le Bas comme administrateur de la bibliothèque de la Sorbonne dont il augmente considérablement le fonds. Avec H. Cornu, il oriente les choix de Napoléon III qui lance des missions pour lui permettre de compléter sa documentation sur les campagnes de César : c’est ainsi que L. Heuzey et G. Perrot accomplissent leurs fameuses explorations de Macédoine et d’Asie Mineure. En 1860, il a la magnifique occasion de compenser partiellement l’echec du projet français de Corpus Inscriptionum Latinarum, en dirigeant la publication des Œuvres de Borghesi, dont E. Desjardins a pu acquérir les papiers. À la tête de la commission constituée pour la publication, Renier s’associe Th. Mommsen, W. Henzen, G. B. de Rossi, et dirige et revoit les neuf volumes qui paraissent jusqu’en 1885. Il contribue par ailleurs à fonder l’École pratique des hautes études, l’accueille à la Sorbonne et la prend sous sa direction personnelle comme président la section d’histoire et de philologie et directeur des études romaines, il lui imprime sa marque et y développe un système de travail qui régénère l’érudition française. Même s’il n’a jamais perdu de vue les bénéfices de l’épigraphie pour l’histoire, L. Renier n’a pas été qu’épigraphiste, et par ses travaux en Algérie et son rôle dans l’octroi de missions, il concourt grandement au développement de l’archéologie française. Grâce à lui et par l’enseignement qu’il assure au Collège de France et à l’École pratique des hautes études, l’épigraphie connaît son avènement en France et est assurée de son avenir.

Bibliographie sélective :

40Voir la bibliographie publiée par A. Héron de Villefosse, dans les Mélanges Renier, Bibliothèque de l’École des hautes études, sciences philologiques et historiques, Paris, 1886 ; P. Le Bas, Commentaire sur Tite-Live, complément de l’édition de Tite-Live, de la coll. des auteurs latins sous la dir. de P. Nisard, Paris, 1840 ; Mélanges d’épigraphie, Paris, 1854 ; Inscriptions romaines de l’Algérie, Paris, Imprimerie impériale, 1855-1858 ; Recherche des antiquités et curiosités de la ville de Lyon par Jacob Spon, Lyon, 1858 ; Recherches archéologiques en Algérie, instructions générales rédigées par M. L. Renier, Paris, 1859 ; Recueil de diplômes militaires, Paris, Imprimerie nationale, 1876 ; Œuvres complètes de Bartolomeo Borghesi, publiées par les ordres et aux frais de S. M. l’Empereur Napoléon III, dix vol., Paris, Imprimerie impériale et nationale, 1862-1897.

41VOIR :
E. Desjardins, « Léon Renier », Mélanges Renier, Bibliothèque de l’École des hautes études, sciences philologiques et historiques, Paris, 1886 p. I-XXI. (portrait) ; R. Cagnat, « La chaire d’épigraphie latine et son premier titulaire », Livre jubilaire composé à l’occasion du quatrième centenaire du Collège de France, Paris, s. d ; P. A. Février, Approches du Maghreb romain, Aix-en-Provence, Édisud, 1989 ; M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique de l’Algérie, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. XIV, Paris, 1994 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris Éditions du CTHS, 1998 ; È. Grand-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Revett, Nicolas (vers 1721-1804)

42Peintre, architecte et voyageur anglais. On connaît peu de choses de sa vie jusqu’en 1742, date à laquelle il quitte l’Angleterre et s’embarque pour Livourne d’où il gagne Sienne et Rome ; là, il s’inscrit chez un peintre italien pour y achever ses études. C’est à la même époque qu’il rencontre J. Stuart avec qui il est très lié à partir de 1748 et fait une excursion à Naples. Ils conçoivent ensemble le projet de visiter la Grèce et quittent effectivement Rome en mars 1750 : ils parcourent le pays relèvant et dessinant les monuments, et tout particulièrement ceux d’Athènes. En 1764, Revett accompagne R. Chandler et le jeune peintre W. Pars dans un grand voyage que la Société des Dilettanti finance en Grèce et en Asie Mineure. De retour à Londres, Revett y mène une existence très modeste, préparant la publication des documents recueillis au cours des expéditions et exécutant des travaux d’architecture.

Bibliographie sélective :

43Avec J. Stuart, The Antiquities of Athens, vol. I, Londres, 1762 ; R. Chandler et W. Pars, Ionian Antiquities, Londres, Société des Dilettanti, 1769.

44VOIR :
Notice sur James Stuart et Nicolas Revett, Les Antiquités d’Athènes mesurées et dessinées par J. Stuart et N. Revett, peintres et architectes, publié par C. P. Landon, t. IV, vol. II, Paris, Imprimerie Firmin Didot, 1812 ; H. M. Colvin, Dictionary of National Biography ; L. Lawrence, « Stuart and Revett, their litterary and architectural career » Journal of the Warburg and Courtauld Institute, vol. II, n° 2, 1938, p. 128-146 ; F. M. Tsigakou, The Rediscovery of Greece, Londres, 1981 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984.

Rey, Léon (1887-1954)

45Archéologue français. Il fait des études de droit, mais il éprouve un profond intérêt pour l’histoire des civilisations et l’archéologie, et devient élève de l’École des chartes, où il fait l’apprentissage d’une méthode précise et d’une technique minutieuse. En 1914, il est mobilisé dans l’infanterie et participe à la bataille de Verdun ; en 1916, il demande à passer à l’armée d’Orient, où on lui propose de participer aux travaux du Service archéologique, créé par le général Sarrail le 21 février 1916. Il entre alors dans l’équipe constituée à Salonique et rencontre l’orientaliste F. Thureau-Dangin : il poursuit les travaux commencés par G. Mendel et certains membres de l’École d’Athènes sur les habitats primitifs de la région de Salonique et des nécropoles gréco-macédoniennes, situées près du camp retranché des forces alliées. À cette époque, la Macédoine est encore mal connue du point de vue archéologique, mais se révèle très riche pour le Néolithique, les périodes protohellénique et géométrique. L. Rey utilise les moyens de l’armée pour établir un inventaire descriptif, géographique et topographique des gisements, réalisant ainsi la première exploration minutieuse de cette région. Après la guerre, il visite le mont Athos et l’Albanie et, en 1923-1924, installe un chantier près du village et du monastère de Poyani, sur le site d’Apollonia d’Illyrie, ancienne colonie corcyréenne. En 1925, il fonde Albania, revue d’archéologie, d’histoire, d’art et des sciences appliquées en Albanie et dans les Balkans qui paraît jusqu’en 1939, et où il publie les résultats de ses missions. Les fouilles d’Apollonia sont soutenues par le ministère de l’Éducation nationale, l’Académie des inscriptions et belles-lettres et la Société française des fouilles archéologiques. Le matériel archéologique recueilli est réuni à Valona, où il crée et organise un musée, inauguré en 1937. L’entrée des Italiens en Albanie entraîne la destruction du musée et la suspension des travaux français : une convention, signée en 1928 entre l’Italie et l’Albanie, permet à une équipe d’archéologues italiens de reprendre le chantier d’Apollonia. En 1945, L. Rey tente de retourner sur le site, mais se voit refuser le séjour. Mal récompensé par la France, il abandonne le travail archéologique de terrain, revient aux recherches d’archives et se consacre à Versailles.

Bibliographie sélective :

46« Les observations sur les premiers habitats de la Macédoine », Bulletin de correspondance hellénique, t. 41 et 43 ; Le Petit Trianon et le hameau de Marie-Antoinette, 1936.

47VOIR :
C. Picard, Revue archéologique, 47, 1956, p. 202-204 ; P. Cabanes, « L’École française d’Athènes en Épire et en Albanie », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 397-403.

Ricci, Alessandro (?-1832)

48Médecin, dessinateur et collectionneur italien. Né à Sienne à une date indéterminée, il accompagne W. J. Bankes, riche voyageur et collectionneur britannique passionné par l’Égypte ancienne, dans ses expéditions dans la vallée du Nil et dessine pour lui les monuments. Il collabore avec G. B. Belzoni pour le relevé de la décoration de la tombe de Séti Ier à Thèbes et participe à son expédition pour retrouver le site de l’ancienne Bérénice. Entre 1819 et 1821, il accomplit de nombreux voyages jusqu’en Nubie et se rend avec Linant de Bellefonds au Sinaï ; il fait en 1828 partie de l’expédition franco-toscane en Égypte de J.-F. Champollion et I. Rosellini. Les collections qu’il a réunies sont aujourd’hui à Florence et à Dresde. Son journal a été publié par A. Sammarco pour la Société royale de géographie (deux vol., Le Caire, 1930).

49VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; B. Fagan, L’Aventure archéologique en Égypte, Paris, 1981 ; J.-J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes. 1815-1830, Paris, 1994.

Rich, Claudius James (1787-1821)

50Diplomate anglais. Fils naturel d’un officier écossais et d’une Française, il naît à Dijon, puis est conduit en Angleterre ou en Irlande et reçoit le nom de sa grand-mère. Il apprend le français, l’italien et les langues orientales. En 1808, la Compagnie des Indes, craignant de la part des Français une intervention en Perse et en Mésopotamie semblable à celle d’Égypte, renforce sa présence dans la région et nomme C. J. Rich à Bagdad. Il emploie le temps que lui laissent ses fonctions à des travaux topographiques et archéologiques sur les sites antiques de Mésopotamie. Même si, dans ses activités professionnelles, il ne peut être soupçonné d’indulgence envers les Français, sur le plan scientifique, ses liens avec la France sont étroits : en 1814-1815, il passe six mois à Paris et y rencontre un groupe de savants orientalistes, parmi lesquels I. Sylvestre de Sacy, à qui il communique sa connaissance de l’Orient. Ses recherches portent sur le site de Babylone dont il détermine les limites extrêmes, et sur les régions assyriennes qu’il explore en 1820-1821, à partir Mossoul il séjourne alors : il acquiert la conviction que les tells de Quyundjiq et Nebi-Yunus correspondent à l’ancienne Ninive dont il dresse un plan. La même année, il se livre en Perse à une très sérieuse exploration de Persépolis, mais ses projets de publication sont brusquement interrompus par son décès des suites du choléra, et sont conduits à leur terme par sa veuve. Sa collection d’objets recueillis sur les sites est achetée par le British Museum dont elle constitue le premier fonds d’archéologie orientale. Son ouvrage en deux volumes paru en 1836, où il rend compte de ses travaux dans la région de Mossoul, inspire à J. Mohl, secrétaire de la Société asiatique, le projet de l’exploration de ces sites par la France et l’ouverture d’un poste consulaire à Mossoul, auquel il fera nommer P.-É. Botta. C. J. Rich est considéré comme le pionnier des recherches de terrain en Mésopotamie par l’étude précise du site de Babylone et l’identification de Ninive ; ce sont ses travaux qui font naître les entreprises d’exploration en profondeur des sites et provoquent la résurrection des Assyriens.

Bibliographie :

51Memoiron the Ruins of Babylon, Bagdad, 1812 ; Second Memoir on Babylon containing an inquiry into the correspondance between the ancient description of Babylon and the remains still visible on the site, Londres, 1818 ; Narrative of a Residence Koordistan and on the site of Ancient Nineveh, with Journal of a Voyage down the Tigris to Baghdad and an account of a visit to Shiraz and Persepolis, 1836 ; Babylone and Persepolis, Londres, 1839 ; Narrative of a Journey to the site of Babylon in 1811, now first published. Memoirs on the ruins… Second Memoir on the ruins, in reference to Major Rennel’s remarks. With narrative of a journey to Persepolis…, publié par sa veuve, Londres, 1839.

52VOIR :
C. Alexander,
Bagdad in the Bygone Days, Londres, 1928 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust, Oxford, 1947 (éd. 1980) ; É. Fontan (dir.), De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1994 ; B. André-Salvini, « Les débuts de la recherche française en assyriologie. Milieu et atmosphère du déchiffrement », Journal asiatique, tome 287, 1999-1, p. 331-355.

Richter, Gisela Marie Augusta (1882-1972)

53Archéologue américaine, spécialiste de l’Antiquité classique. Née à Londres, elle reçoit une éducation cosmopolite : sa mère était romancière et son père, aux origines française et allemande, abandonne la théologie pour l’histoire de l’art, après un voyage en Italie. Gisela suit l’éducation primaire à Florence où les Richter vivent quelques années. À Rome, elle fréquente les cours d’E. Loewy, qui lui révèle son goût pour l’art grec et romain. Sa vocation archéologique est confirmée à Londres et au Girton College de Cambridge, où elle suit l’enseignement de K. Jex-Blake, le traducteur des chapitres que Pline l’Ancien consacre à l’histoire de l’art. Membre, en 1904-1905, de la British School of Archaeology d’Athènes, elle y commence l’étude des vases grecs peints et se lie d’une grande amitié avec Harriet Boyd Hawes, l’exploratrice du site crétois de Gournia, qui l’introduit aux États-Unis et au Metropolitan Museum of Art, où elle occupera successivement tous les postes jusqu’à celui de curator du Département de l’art grec et romain, qu’elle est la première femme à assumer aux États-Unis. Pendant vingt-trois ans, elle procède à l’enrichissement des collections, au service desquelles elle met ses compétences exceptionnelles. Elle rédige le catalogue monumental, et se consacre à la céramique attique. Par la suite, elle s’intéresse à la sculpture grecque et, jusqu’en 1954, produit sur ce sujet des ouvrages importants. À partir de 1952, année de sa retraite du Metropolitan Museum, elle s’installe à Rome, où elle travaille à la rédaction de son Handbook of Greek Art (1959), qui connaît un extraordinaire succès. Elle joue un rôle important auprès de l’American Academy de Rome, et son appartement romain devient un véritable cercle d’archéologues de toutes nationalités. Elle est membre de l’Accademia Pontificia Romana di Archeologia et de l’Accademia Nazionale dei Lincei.

Bibliographie sélective :

54Handbook of the Classical Collections, 1927 ; Sculpture and Sculptors of the Greeks, 1929 ; Red-figured Vases in the Metropolitan Museum, 1936 ; Archaïc Greek Art, 1949 ; Handbook of the Greek Collections, 1953 ; Catalogue of Greek Sculpture, 1954 ; Attic Red-figured Vases : a Survey, 1946 ; Attic Black-figured Kylikes in the Metropolitan Museum, dans la collection Corpus Vasorum Antiquorum, 1953 ; Portraits of the Greeks, trois vol., 1965 ; Korai, 1968 ; Engraved Gems ofthe Greeks, Etruscans and Romans, 1965-1971 ; Perspective in Greek and Roman Art, 1970.

55VOIR :
G. Richter,
My Memoirs, New York, 1972 ; Franck E. Brown, « Gisela Marie Augusta Richter », Studi Etruschi XLI (1973), p. 597-600.

Riedesel, Johann Hermann von (1740-1785)

56Diplomate allemand, ami de J. J. Winckelmann. Il est le premier de ses compatriotes à publier la relation d’un voyage en Grèce, dont il avait élaboré le projet avec Winckelmann qui renonça finalement à l’accompagner. Le jeune aristocrate rencontre pour la première fois Winckelmann à Rome en 1762, alors qu’il accomplit son « Grand Tour » en Europe : il a fait des études de droit à l’Université d’Erlangen et s’est engagé dans une carrière diplomatique au service de la Maison de Würtemberg. Winckelmann apprécie immédiatement en lui son sens esthétique et les deux hommes entretiennent des relations d’amitié, l’un devenant le maître de l’autre. En 1763, Riedesel regagne l’Allemagne et ne reviendra en Italie qu’en 1766 ; il retrouve Winckelmann à Rome et élabore avec lui le projet d’un voyage en Sicile, qui doit être le prélude d’une expédition qu’ils feraient tous deux en Grèce. En 1767, Riedesel se rend seul à Naples puis accomplit le tour de la Sicile muni d’instructions rédigées par Winckelmann. À son retour, celui-ci se charge d’assurer la publication de la relation du voyage de son ami : jamais, cependant, le grand historien de l’art grec ne se résoudra à faire le voyage jusqu’en Orient où Riedesel se rend seul en 1769. Par la suite, Riedesel est nommé ambassadeur de Prusse à Vienne et continue ses voyages en Égypte, en Espagne, au Portugal, en Angleterre et en Écosse. Les récits de ses voyages en Italie du Sud et en Grèce sont très caractéristiques de l’esprit de leur époque, véhiculant à la fois les idées de Winckelmann et celles de Montesquieu et de Rousseau.

Bibliographie sélective :

57Reise durch Sicilien und Grossgriechenland, Zurich, 1771 ; éd. fr. Voyage en Sicile et dans la Grande-Grèce, Lausanne, 1773 ; Remarques d’un voyageur moderne au Levant, Amsterdam et Stuttgart, 1773 ; éd. allemande, trad. C. W. Dohm, Bemerkungen auf einer Reise nach der Levante, Leipzig, 1774.

58VOIR :
W. Rehm, « Johann Hermann von Riedesel. Freund Winckelmanns, Mentor Goethes, Diplomat Friedrich des Grossen »,
Götterstille und Göttertrauer. Aufsätze zur Deutsch-Antiken Begegnung, Berlin, 1951 ; K. Edschmid et E. E. Becker, introd. et essai biographique dans l’éd. all. de Bemerkungen auf einer Reise nach der Levante, Darmstadt, 1942 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984.

Rifaud, Jean-Jacques (1786-1852)

59Sculpteur français, pionnier de la recherche des antiquités en Égypte, où il séjourne plus de douze ans, au service de B. Drovetti, se heurtant à son rival G. B. Belzoni, employé par le consul anglais H. Salt. Né à Marseille, il est mis en apprentissage chez différents sculpteurs, puis accomplit son « tour de France » qu’il termine à Paris, en 1805. Contraint de répondre à la conscription, il est envoyé à Turin puis transféré en Espagne alors en guerre et, après avoir probablement déserté les rangs de l’armée française, il y séjourne trois ans. Il entreprend ensuite un long périple en Méditerranée qui le conduit d’abord à Malte, puis à Smyrne, dans l’archipel grec et à Chypre à la fin de 1813, il s’embarque enfin pour l’Égypte et parvient à Alexandrie en janvier 1814. Il se présente immédiatement à B. Drovetti qui l’entraîne, ainsi que F. Cailliaud, dans un voyage en Haute-Égypte et lui propose de rechercher des antiquités pour lui. A partir de 1816, date à laquelle commence la quête effrénée d’antiquités en Haute-Égypte, il trouvera partout sur son chemin G. B. Belzoni, la rivalité des deux hommes reflétant la concurrence entre consuls français et anglais. En 1817-1818, alors que Belzoni explore la Vallée des rois et découvre le magnifique tombeau de Séti Ier, Rifaud conduit des travaux gigantesques à Thèbes, et fournit à B. Drovetti des œuvres d’une qualité exceptionnelle en si grand nombre que la collection du consul est la plus riche jamais réunie par un particulier en Égypte. À partir de 1823, Rifaud consacre ses travaux aux sites du Fayoum, encore peu explorés ; il fait œuvre de précurseur en procédant au découpage systématique, strate par strate de la pyramide en briques de Haouârah. Et, en effet, s’il est indéniable que le but poursuivi par Rifaud, comme par Belzoni, était l’acquisition d’antiquités transportables qui devaient constituer des collections susceptibles d’être acquises par les musées européens, il semble que le Français a été animé par un sens proprement archéologique, puisqu’il dégage des sites comme Antinoé (l’ancienne Crocodilopolis), envisageant les villes dans leur topographie, leur urbanisme, et considérant les ruines de briques crues comme des sources de renseignements sur le mode de vie des habitants. En 1825, il se transporte à San-Tanis et mène dans le grand temple des fouilles très fructueuses qui enrichiront la collection Drovetti. Il regagne l’Europe en 1826 et multipliera désormais ses efforts, en désespoir de cause, pour faire publier les résultats de ses travaux, cherchant des appuis jusque dans la Russie des tsars, sans toutefois parvenir à se faire reconnaître sur le plan scientifique. Il meurt en 1852 à Genève où il était venu solliciter la contribution de souscripteurs pour la publication de ses travaux en Égypte.

Bibliographie sélective :

60Voyage en Égypte, en Nubie et lieux circonvoisins, depuis 1805 jusqu’en 1827, cinq vol. de texte et un vol. de planches, Paris-Munich, 1829-1847 ; Tableau de l’Égypte, de la Nubie et des lieux circonvoisins : ou itinéraire à l’usage des voyageurs..., Paris, 1830 ; Rapports faits par les diverses académies et sociétés savantes de France et de l’étranger sur les ouvrages et les collections de dessins rapportés de l’Égypte, de la Nubie et lieux circonvoisins depuis 1805 jusqu’en 1828, par J.-J. Rifaud de Marseille, Munich, 1843.

61VOIR :
A. M. Pfister, « La vie errante d’un voyageur du xixe siècle : Jean-Jacques Rifaud », Musées de Genève, n° 17, juillet-août 1961 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; B. Fagan, L’Aventure archéologique en Égypte, Paris, 1981 ; P. Gautier, « La patience et la hâte », Cités disparues, revue Autrement, sept. 1991, p. 27-35 ; J.-J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes. 1815-1830, Paris, 1994 ; J. Yoyotte, « À la recherche d’un explorateur marseillais disparu : Jean-Jacques Rifaud », Pascal Coste. Toutes les Égypte, Éditions Parenthèses-bibliothèque municipale de Marseille, 1998.

Rigollot, Marcel Jérôme (1786-1854)

62Médecin français, amateur d’archéologie préhistorique et de paléontologie ; il est le premier à apporter à J. Boucher de Perthes un soutien véritablement scientifique. Médecin à Amiens et géologue confirmé, il préside la Société des antiquaires de Picardie et jouit donc d’un grand prestige ; en 1819, il a recueilli, dans les carrières de Saint-Roch-les-Amiens, des ossements de grands mammifères étudiés par Cuvier. Il est chargé par l’Académie d’Amiens, dont il est membre, de faire le compte rendu des Antiquités celtiques et antédiluviennes de Boucher de Perthes. Il explore les gisements de la région d’Abbeville et ceux de Saint-Acheul et de Saint-Roch, près d’Amiens, et procède à une rigoureuse analyse géologique qui confirme que les objets de silex, fruits manifestes du travail humain, se trouvent dans les couches qui contiennent les restes d’animaux « antédiluviens ». Il publie l’industrie lithique de Saint-Acheul, en un mémoire dont la clarté lui vaut sa nomination comme membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres… le jour même de sa mort ! L’appui que le docteur Rigollot apporte aux travaux de J. Boucher de Perthes engage la préhistoire sur la voie de la reconnaissance.

Bibliographie sélective :

63Mémoires sur les intruments en silex trouvés à Saint-Acheul, Amiens, 1854 ; Lettre à Boucher de Perthes du 29 novembre 1854.

64VOIR :
C. Cohen et J.-J. Hublin, Boucher de Perthes, 1768-1868. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, 1989 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, Jérôme Millon, 1994.

Rivière, Émile (1835-1922)

65Médecin et préhistorien français. Il apporte à ses travaux d’exploration des grottes un soin et une rigueur tout à fait remarquables à son époque et son exemple entraînera des avancées méthodologiques qui finiront par prévaloir. En 1872, puis 1874-1875, il fouille dans les grottes de Grimaldi et de Baoussé-Roussé, près de Menton, et met au jour plusieurs dépositions de corps avec offrandes, fournissant la preuve, non seulement de l’existence d’un art préhistorique, mais aussi de coutumes funéraires à caractère rituel. Ce sont ses rigoureuses méthodes de fouille et d’observation qui garantissent ses conclusions : il note la position des vestiges, dégage lui-même méticuleusement les squelettes découverts en observant les éléments qui accompagnent la sépulture et en les considérant dans leur relation ; il fait appel à la photographie et aux sciences exactes, recourant aux analyses chimiques des ossements humains et animaux et à l’examen au microscope, qui lui permettent de tirer le maximum d’informations sur le gisement. En 1895, il reprend l’exploration de la grotte de La Mouthe, près des Eyzies en Dordogne, et révèle une zone ignorée jusque-là, un couloir très étroit, auquel on accède par un boyau obstrué par des sédiments, et dont les parois sont décorées de gravures. Rivière réalise des estampages qui suscitent le scepticisme d’A. Gaudry, professeur de paléontologie au Muséum et membre de l’Académie des sciences, qui met en doute leur appartenance au Paléolothique. Par la fouille du sol de ce couloir, Rivière démontre que les gravures qui se poursuivent sous le niveau des dépôts en place sont contemporaines des ossements d’ours et d’hyènes des cavernes et de renne retrouvés. Rivière invite alors É. Harlé, L. Capitan et É. Cartailhac à constater l’existence indubitable d’un art pariétal paléolothique. Son exposé devant l’Académie des sciences fournit des arguments irréfutables aux défenseurs de l’authenticité de l’art pariétal préhistorique, dont on doutait encore depuis les découvertes de Lartet et Christy, et malgré l’intervention de Worsaae au congrès de Copenhague en 1869 et la découverte en 1875 des peintures d’Altamira par Marcelino de Sautuola. À partir des travaux remarquables d’É. Rivière, les découvertes de grottes ornées se multiplient, car désormais on est attentif, non seulement au contenu du sol, mais aussi à l’aspect des parois. En 1904, É. Rivière est président fondateur de la Société préhistorique de France. Son œuvre constitue une étape fondamentale de la préhistoire puisqu’il fonde l’étude de l’art pariétal en donnant à la recherche des méthodes scientifiques rigoureuses.

Bibliographie sélective :

66« Sur le squelette humain trouvé dans les cavernes de Baoussé-Roussé (Italie), dites grottes de Menton », Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique, 6e session, Bruxelles, 1872 ; Paléoethnologie. De l’antiquité de l’homme dans les Alpes maritimes, Paris, 1887 ; « Note relative à la détermination, par l’analyse chimique, de la contemporanéité ou de la non-contemporanéité des ossements humains et des ossements animaux trouvés dans un même gisement », Comptes rendus de l’Académie des sciences, CXV, séance du 12 septembre 1892 ; Les Parois gravées et peintes de la grotte de La Mouthe, 1905.

67VOIR :
Bulletin de la Société préhistorique française 19, 1922, p. 257-264 ; L’Anthropologie 32, 1922, p. 181-182 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, Jérôme Millon, 1994.

Robert, Louis (1904-1985)

68Épigraphiste et numismate français. Disciple de M. Holleaux, et son successeur au Collège de France, il met en œuvre l’épigraphie pour servir à l’histoire du monde grec. Issu d’une famille modeste du Limousin, très jeune, il perdit son père et fit ses études secondaires à Limoges puis à Paris. Dès son entrée à l’École normale, il apparaît comme un prodige en publiant deux études (dans la Revue des études grecques et le Bulletin de correspondance hellénique), où, à partir de textes supposés connus, il fait surgir des questions nouvelles ; il est alors compté au nombre des très grands épigraphistes par le premier d’entre eux, A. Wilhelm. Membre de l’École française d’Athènes, il accomplit de nombreuses missions d’exploration à Delphes, à Thèbes, en Phocide et en Mégaride, en Anatolie, ainsi que dans les îles. Il reçoit alors une mission de l’American Association for archaeological Researches in Asia Minor, qui sera renouvelée en 1934. De retour en France, il est, dès 1932, nommé directeur à l’École pratique des hautes études, puis, en 1939, à trente-cinq ans, il est élu professeur au Collège de France, en chaire d’épigraphie et antiquités grecques qui, depuis la mort de M. Holleaux en 1932, n’avait pas été attribuée ; ses cours attirent des auditeurs venus du monde entier et il forme à l’épigraphie grecque d’innombrables disciples. En 1938, il épouse Jeanne Vanseveren et c’est le début d’une longue et fructueuse collaboration : tous deux parcourent l’Anatolie en tous sens et publie des ouvrages écrits à quatre mains (À travers l’Asie Mineure : philologie et réalité). Pendant cinquante ans, ils assurent ensemble la préparation du « Bulletin épigraphique » de la Revue des études grecques : cette recension critique de tout ce qui paraît en matière d’épigraphie grecque constitue une chronique de cinq mille pages d’informations sur l’état des recherches sur l’hellénisme. L’enseignement de P. Foucart et de M. Holleaux, la lecture d’A. Wilhelm, lui ont découvert la valeur de l’épigraphie comme l’une des sources de l’histoire : il applique la méthode des parallèles apprise d’A. Wilhelm, le philologue, et de M. Holleaux, l’historien ; de plus, héritier de P. Vidal de la Blache, il associe toujours les documents au lieu d’où ils sont issus, et accorde une grande importance à la géographie. Pour lui, la connaissance de la civilisation grecque résulte de l’étude des documents originaux (inscriptions, monnaies, papyri, monuments figurés, petits objets, etc.) et de celle du territoire. Sa conception de l’archéologie est très large : « Tous les monuments que le sol nous fournit sont de l’archéologie. L’épigraphiste, par exemple, est un archéologue, comme il est un philologue, déjà pour comprendre et utiliser les inscriptions, et, comme il est un historien, pour utiliser à fond les documents et établir entre eux des liens (Opera minora, IV. p. 368). Soucieux d’assurer la transmission de l’héritage scientifique de M. Holleaux, il réunit ses œuvres en six volumes d’Études d’épigraphie et d’histoire grecques (1938-1968). Il est associé aux recherches américaines de Sardes. De 1950 à 1961, il fouille, avec J. Robert et R. Martin, le sanctuaire d’Apollon à Claros puis à Amyzon, en Carie. De 1956 à 1964, il dirige l’Institut français d’archéologie d’Istanbul. En 1965, il accomplit un voyage archéologique en Albanie, où, avec sa femme, il visite les sites de l’ouest du pays il permet le rétablissement des liens entre l’Albanie et la France et favorise les échanges de chercheurs. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1948. Héritier de P. Foucart et de M. Holleaux, L. Robert réalise pleinement l’alliance de l’épigraphie philologique et historique avec les autres sciences de l’Antiquité mises au service de l’histoire du monde grec.

Bibliographie sélective :

69Voir la bibliographie établie par lui-même en 1973 et la bibliographie présentée par P. Gauthier, Opera minora selecta. Épigraphie et antiquités grecques, t. IV et V, Amsterdam, 1974 et 1989, p. XI-XXIII ; Collection Froehner I : inscriptions grecques, Paris, Bibliothèque nationale, 1936 ; Études anatoliennes. Recherches sur les inscriptions grecques d’Asie Mineure, Paris, 1937 ; L’Épigraphie grecque au Collège de France, Leçon d’ouverture donnée le 25 avril 1939, Limoges et Paris, 1939 ; Hellenica. Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques, I à XIII, 1940-1965 ; « L’Épigraphie », Sanctuaire de Sinuri près de Mylasa, 1945 ; avec J. Robert, La Carie, histoire et géographie, t. II, 1954 et t. I, Fouilles d’Amyzon en Carie, 1983 ; L’Histoire et ses méthodes. Encyclopédie de la Pléiade, 1961, p. 453-497 ; « Sur des inscriptions de Délos », Bulletin de correspondance hellénique, supplément I (Études déliennes), 1973, p. 435-489 ; À travers l’Asie Mineure. Poètes et prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographie, Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome 239, Paris, 1980 ; avec J. Robert, Fouilles d’Amyzon, en Carie, tome I : Exploration, histoire, monnaies, inscriptions, Paris, 1983 ; Documents d’Asie Mineure, Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 239 bis, Paris, 1985, avec préface de J. Robert, regroupant les articles du Bulletin de correspondance hellénique ; « Bulletin épigraphique », de la Revue des études grecques, réimprimé, neuf vol. pour la période 1938-1980.

70VOIR :
son interview dans L’Histoire, déc. 1983 ; G. W. Bowersock, « Louis Robert, 1904-1985 », American Journal of Archaeology, 90-2, 1986, p. 171-172 ; J. Pouilloux, « Notice sur la vie et les travaux de Louis Robert (1904-1985) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1986, Gauthier, Revue archéologique, 1986, p. 143-146 ; P. Cabanes, « L’École française d’Athènes en Épire et en Albanie », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 397-403.

Robinson, Edward (1794-1863)

71Orientaliste américain, fondateur de la topographie biblique moderne. Formé dans la tradition puritaine d’une famille de paysans religieux, il fait ses études à Clinton. Avant son voyage en Palestine, il a connu des expériences scientifiques multiples : il commence sa carrière en enseignant les mathématiques et le grec avant de s’inscrire à l’École théologique d’Andover (Massachusetts), où il se forme à l’étude de l’hébreu en suivant les cours de Moses Stuart, dont il devient l’assistant pour l’enseignement de l’hébreu et de la littérature biblique. De 1826 à 1830, il s’initie à la recherche allemande à Berlin, Göttingen et Halle, où il est l’élève de Gesenius et C. Ritter. Il devient ainsi le plus grand bibliste américain : il traduit l’œuvre de Gesenius, A Hebrew and English Lexicon of the Old Testament, et lui-même rédige A Greek and English Lexicon of New Testament. En 1837, il accepte le poste de professeur de littérature biblique au séminaire de l’Union théologique de Boston mais y met la condition d’accomplir d’abord un voyage en Terre sainte pour y préparer un ouvrage sur la géographie biblique à partir de l’observation directe des lieux. Il accomplit donc un premier voyage en 1838, en compagnie d’Elie Smith, l’un de ses anciens élèves, devenu missionnaire au Levant, qui avait une parfaite connaissance du pays. Tous deux fondent leur enquête sur la confrontation des textes bibliques et des traditions locales recueillies auprès des habitants. Leur apport à la connaissance du territoire biblique est fondamental et la plupart de leurs identifications ont résisté à l’épreuve du temps : ils reconnaissent plus de cent sites et valident la méthode critique qu’ils ont adoptée. Robinson accomplit un second voyage en Palestine en 1852 ; il est le premier savant à porter au premier plan le problème de la géographie de la Bible.

Bibliographie sélective :

72Palästina und die angränzenden Länder, 1838 ; Biblical Researches in Palestine, Mount Sinaï and Arabia Petrea in 1838, Londres, 1841 ; Biblical Researches in Palestine and the adjacent Regions : Journal of Travels in the Years 1838 and 1852, Londres, 1852 ; Physikalische Geographie des heiligen Landes, 1869.

73VOIR :
T. Hitchcock,
The Life, Writings and Character of E. Robinson, New York, 1863 ; P. R. S. Moorey , A Century of biblical Archaeology, Cambridge, 1991.

Rochemonteix, Maxence de Chalvet, marquis de (1849-1891)

74Égyptologue français. Né à Clermont-Ferrand, dans une famille de vieille noblesse auvergnate, il fait ses études secondaires à Paris, aux lycées Saint-Louis et Louis-le-Grand, et les achève au lycée d’Alger, où, au contact de ses camarades, il apprend l’arabe et le kabyle. Alors qu’il se prépare pour l’École polytechnique, la guerre franco-prussienne éclate en 1870, et il s’engage ; il reste ensuite auprès de sa mère à Paris après la mort de son père. Il s’abandonne alors à son goût pour les études orientales, s’inscrit à l’École des hautes études pour les langues sémitiques, mais la curiosité le conduit en égyptologie : il suit les cours de G. Maspero et se lie d’amitié avec lui. Il présente une thèse restée inédite sur les monuments de l’Ancien Empire conservés au Louvre. Il entre dans les bureaux de la Banque de France, mais demande une mission pour l’Égypte, qui lui est accordée par H. Wallon, alors ministre de l’Instruction publique. Il part en octobre 1875, est reçu par A. Mariette qui le conduit sur les sites et l’initie à la connaissance de la civilisation égyptienne : le jeune homme procède à l’estampage de nombreuses inscriptions qu’il envoie au ministère de l’Instruction publique. A. Mariette l’incite à étudier, copier et publier le temple d’Edfou. De retour en France en juin 1876, M. de Rochemonteix sollicite une seconde mission et retourne en Égypte en novembre. Il s’installe dans le temple d’Edfou et, pendant un an, partage la vie des habitants avec l’aide des matelots qui l’ont accompagné, il estampe les inscriptions, étudie la disposition du temple, les dieux qui y sont représentés. De retour au Caire, il est sollicité pour apporter sa contribution à la Commission d’enquête constituée pour établir l’état réel de l’Égypte après la faillite d’Ismaïl Pacha : l’administration anglo-française lui propose un poste important, mais il rentre en France convaincu de pouvoir y faire une carrière scientifique. Les soucis familiaux et économiques qui l’assaillent repoussent l’échéance de la rédaction de sa thèse et interrompent ses études sur les dialectes berbères et nubiens. Il se marie et retourne avec sa jeune épouse au Caire, où il prend pour cinq ans le poste de sous-directeur de l’administration des Domaines de l’État égyptien. Surchargé de travail administratif et engagé dans les conflits qui agitent l’Égypte, il ne peut rédiger son livre sur Edfou et Horus. À la mort d’A. Mariette en 1881, il aurait pu lui succéder, mais sa candidature se heurte à des oppositions politiques qui l’en écartent. En 1885, il donne sa démission et revient en Europe. Dans la perspective de postuler un poste de professeur à la Sorbonne pour l’histoire orientale, il entreprend d’obtenir les diplômes nécessaires, se remet à suivre des cours au Collège de France, reprend ses études classiques, obtient la licence ès lettres et prépare un doctorat ; il est autorisé à ouvrir à Caen un cours libre d’égyptologie, qu’il peut donner en avril 1887. Il entreprend la publication du monument d’Edfou, mais, atteint par la maladie, il ne réussit à produire que le premier tome qu’É. Chassinat mettra au point, lui donnant une suite monumentale.

Bibliographie sélective :

75Le Temple d’Edfou, 1892 Œuvres diverses, dans G. Maspero, Bibliothèque égyptologique, tome III, Paris, 1894.

76VOIR :
G. Maspero, « Notice sur la vie de M. de Rochemonteix », Bibliothèque égyptologique, tome III, Paris, 1894. p. I-XXXIX ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Rodenwaldt, Gerhart (1886-1945)

77Archéologue allemand, secrétaire général du Deutsches Archäologisches Institut, à partir de 1922. Né à Berlin, il fréquente le Friedrichs-Werderschen Gymnasium, puis, à partir de 1904, étudie l’archéologie classique, la philologie et l’histoire de l’art aux universités de Berlin, Heidelberg et Halle. Boursier du Deutsches Archäologisches Institut, il voyage en 1909-1910, en Grèce tout d’abord où il participe aux fouilles de Tirynthe et étudie les fresques du palais, puis gagne l’Italie et Rome. Entre 1914 et 1917, il s’engage et se met au service de la Croix-Rouge et, en 1917, est nommé professeur à Giessen. En 1922, il est choisi pour assumer la responsabilité de Secrétaire général de l’Institut archéologique allemand, à un moment difficile où les relations avec les savants européens sont rompues ; il a le grand mérite de les rétablir et de redonner à l’Institut tout son éclat. Il redonne vigueur aux idées d’E. Gerhard qui avait présidé à la fondation de l’Institut de Correspondance archéologique et qui l’avait pourvu de plusieurs sections embrassant le domaine entier du monde antique. La célébration du centenaire en 1929 marque brillamment le succès de ses initiatives et illustre la politique d’ouverture en direction des institutions des pays de l’Est, l’Union soviétique, la Bulgarie, la Roumanie ; il établit également des liens étroits avec la Turquie, la Syrie et l’Égypte. L’ouvrage qu’il consacre à l’histoire de l’Institut archéologique allemand reste aujourd’hui encore indispensable. Cependant, appelé en 1932 à l’Université de Berlin, il décline la responsabilité qui lui est offerte de présider l’Institut archéologique allemand et préfère enseigner au sein de l’Institut J. J. Winckelmann, où ses cours attirent de nombreux étudiants étrangers. Son œuvre scientifique est considérable et embrasse l’art antique depuis l’époque mycénienne jusqu’à l’Antiquité tardive, mais il excelle dans l’étude des reliefs et de la peinture. Il inaugure les recherches dans un domaine entièrement nouveau alors, celui de la peinture des citadelles de Tirynthe et Mycènes, et aboutit à la conclusion que la culture mycénienne est distincte de la civilisation minoenne. Il poursuit l’œuvre de son maître C. Robert qui avait entrepris une présentation d’ensemble des reliefs des sarcophages antiques ; il s’intéresse également à l’art romain tardif, surtout au portrait et à l’architecture, et met en évidence la filiation de l’art médiéval. G. Rodenwaldt ouvre la voie vers une nouvelle histoire de l’art romain. Dans le domaine de la plastique grecque, il s’attache à l’étude des reliefs et, après avoir participé aux fouilles de Corfou, se voit confier la publication des frises du temple d’Artémis. Il envisageait une histoire de l’art antique de Minos à Justinien où il aurait fait la synthèse de ses très vastes compétences. Il se préoccupe beaucoup de la diffusion des connaissances sur l’art antique et publie de nombreux ouvrages destinés à un large public cultivé, dans lesquels il apporte un soin tout particulier à la photographie. La Seconde Guerre mondiale est particulièrement dramatique pour G. Rodenwaldt, qui perd son fils unique, tué sur le front de Méditerranée ; le 27 avril 1945, sa femme et lui mettent fin à leurs jours à Berlin. Soucieux de la défense et de la diffusion de l’humanisme dont l’Antiquité est porteuse, G. Rodenwaldt s’est employé à redonner à l’archéologie du monde gréco-romain le caractère d’entreprise internationale qu’elle avait avant la Première Guerre mondiale en rétablissant les relations entre savants européens. Son œuvre scientifique est novatrice et ouvre des perspectives pour l’histoire de l’art antique.

Bibliographie sélective :

78Die Komposition der pompejanischen Wandgemälde, 1909 ; Tiryns II. Die Fresken des Palastes, 1912 ; « Begriffliche und geschichtliche Bedeutung des Klassischen », Z.eitschrift Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft 11, 1918 ; Der Fries des Megarons von Mykenä, 1921 ; Das Relief bei den Griechen, 1923 ; Die Kunst der Antike : Hellas und Rom, Berlin, 1927 ; Archäologisches Institut des Deutschen Reiches, 1829-1929, Berlin, 1929 ; avec W. Hege, Die Akropolis, 1930 ; « Erforschung von Petra », ArchäologischeAnzeiger, 1931 ; « Griechische Reliefs in Lykien », Sitzungsberichte der Deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1933 ; avec W. Hege, Olympia, 1936 ; Metope aus Mykenai, Corolla Curtius, 1937 ; Altdorischen Bildwerke in Korfu, 1938 ; « Letzte Blütezeit der römischen Architektur », Forschungen und Fortschritte 15, 1939 ; avec W. Hege, Griechische Tempel, 1941 ; « Goethes Besuch im Museum Maffeianum zu Verona », 102 Berliner Winckelmannsprogramm, 1942 ; Neues Bild der Antike, 1942 ; O. Magnus von Stackelberg, der Entdecker der griechischen Landschaft, 1957.

79VOIR :
M. Bieber, American Journal of Archaeology 50, p. 405 ; L. Curtius, Forschungen und Fortschritte 21-23, 1947 ; C. Weickert, Gnomon 21, 1949, p. 82-86 ; U. Hausmann, Enciclopedia dell’arte antica VI, 1965 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, 1979 ; W. Schindler éd., « Gerhard Rodenwaldts Beitrag zur klassischen Archäologie », 35, 1986, p. 627-736 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Porträts und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, Philipp von Zabern, 1988 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; H. Sichtermann, Kulturgeschichte der klassischen Archäologie, Munich, 1996.

Rodriguez de berlanga, Manuel (1825-1909)

80Avocat, archéologue, épigraphiste et numismate espagnol. Né à Ceuta, il fait ses études au Seminario conciliar de Málaga, ville que sa famille rejoint alors qu’il est enfant. En 1843, il s’engage dans des études de droit à l’Université de Grenade. Après s’être inscrit au collège des avocats de Málaga, il gagne Madrid où il obtient le doctorat en 1852. Lorsqu’il revient à Málaga pour y exercer son métier, vient d’intervenir la découverte fortuite des deux tables en bronze qui contiennent une partie des lois municipales des municipes flaviens de Malaca et Salpensa ; après avoir été vendues à un fondeur de bronze, elles avaient été rachetées par J. E. Loring Oyarzabal, jeune commerçant, fils d’un Américain installé à Málaga. Informé par la presse, M. Rodriguez de Berlanga se met en contact avec J. Loring, avec lequel il noue une longue amitié et dont il épousera la sœur. Il prend conscience de la grande importance des tables et en publie une transcription et un commentaire, en faisant parvenir des exemplaires aux institutions savantes en Italie et en Allemagne ; c’est à l’aide de cette publication et des calques qu’il demande à M. Rodriguez de Berlanga, que Th. Mommsen écrit son article « Die Stadtrechte der lateinischen Gemeinden Salpensa und Malaca in der Provinz Betica » (Abhandlungen der Königlischen Sachsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig III, 1855, p. 363-507). En Allemagne comme en Italie, on salue la qualité du travail de M. Rodriguez de Berlanga et, en Espagne, il est élu correspondant de la Real Academia de la Historia en 1857. Il devient secrétaire du Banco de Málaga, fondé par les familles Heredia, Larios et Loring. Il épouse Elisa Loring Oyarzabal et seconde le couple Loring dans la composition et le classement du Museo Loringiano qu’ils installent dans leur propriété de La Concepción. M. Rodriguez de Berlanga est en relations régulières avec les institutions savantes berlinoises et romaines : il est correspondant de l’Institut de Correspondance archéologique de Rome et est en contact épistolaire avec les plus grands savants d’Europe, Th. Mommsen, W. Henzen, L. Renier. En 1860, il reçoit la visite à Málaga de l’épigraphiste allemand E. Hübner qui parcourt l’Espagne et le Portugal pour y recueillir les inscriptions qui doivent figurer dans le second volume du Corpus Inscriptionum Latinarum. Le savant allemand souligne la qualité des fac-similés que l’érudit espagnol est en train de réaliser des tables de Málaga, et en prend des calques ; le volume du Corpus Inscriptionum Latinarum qu’E. Hubner publie à Berlin en 1868, comprend de nombreuses inscriptions que Rodriguez de Berlanga lui a communiquées. Les deux hommes resteront en relation scientifique jusqu’à la fin de leur vie. À la même époque, il étudie le municipe de Cartima/Cartama, où a été découverte la mosaïque des « Travaux d’Hercule » transportée au Museo Loringiano. Il recueille en un volume tous les documents archéologiques et tous les textes anciens qui témoignent de la cité antique de Malaca (Monumentos históricos…). Les troubles qui agitent l’Espagne et ses liens avec les familles de la grande bourgeoisie l’obligent à trouver refuge à Gibraltar et Tanger jusqu’à la Restauration d’Alphonse XII. En 1873, il se rend à Osuna pour y examiner les fameuse tables qui viennent d’y être découvertes et qui portent une partie de la Lex ursonensis, et il en publie l’étude. Il parcourt l’Espagne, en examine les monuments antiques et visite les musées ; il voyage aussi beaucoup en Europe recueillant partout des documents épigraphiques. La qualité de ses travaux lui vaut une reconnaissance internationale qui se traduit par son admission au sein des grandes institutions européennes : l’Institut archéologique allemand de Rome et de Berlin, l’Académie royale de Turin et les académies de Rome, Vienne et Bruxelles. Cependant, s’il entretient des liens avec les savants de tous les grands pays européens, c’est en se référant au modèle allemand de la science que M. Rodriguez Berlanga illustre l’archéologie et l’épigraphie espagnoles.

Bibliographie sélective :

81« Estudios sobre los dos bronces encontrados en Málaga a fines de octubre de 1851 », Revista semanal pintoresca del Avisador Malagueño, n°s 7 à 12, 1853, p. 49-94 ; « Ensayo de una nueva version castellana del bronze salpensano », Revista general de Legislación y Juriprudencia XIV, Madrid, 1859 ; Estudios romanos por el Doctor Berlanga, publicados en La Razón, Madrid, 1861 ; Monumenta historica malacitana, 1863 ; Monumentos históricos del Municipio Flavio Malacitana, Málaga, 1864 ; Catálogo de algunas antigüedades reunidas y conservadas por los Excmos Señores Marqueses de Casa-Loring., Málaga, 1868 ; Los Bronces de Osuna, 1873 ; Los Bronces de Lascuta, Bonanza y Aljustrevel, 1881 ; El Nuevo Bronce de Italica. Con el apendice Malaca, descu-brimientos de la Alcazaba, 1891.

82VOIR :
E. J. Navarro, « Datos biográficos. El Dr. Manuel Rodriguez de Berlanga », Boletín de la Sociedad Malagueña de Ciencias, vol. II, n° 16, 1911, p. 11 et sq. ; M. Olmedo Checa, « Manuel Rodriguez de Berlanga y Rosado (1825-1909) », Málaga. Personajes en su Historia, Málaga, 1985, p. 125 et sq. ; P. Rodriguez Oliva, « Manuel Rodriguez de Berlanga (1825-1909) ; Notas la vida y la obra de un estudioso andaluz del mundo clásico dans J. Arce et R. Olmos éd., Historiografía de la arqueología y de la historia antigua en España (siglos XVIII-XX), Madrid, 1991, p. 99-106.

Rolland, Henri (1886-1970)

83Archéologue français à la formation d’architecte. Né à Nice, issu d’une vieille famille provençale, il se consacre d’abord à l’héraldique, à la généalogie des grandes familles provençales et à l’histoire des villes épiscopales. Il porte un très vif intérêt à la numismatique et publie les trouvailles effectuées à Nîmes, Entremont et Glanum. La Provence antique a suscité ses travaux d’archéologue de terrain et on lui doit l’exploration de Glanum, de Saint-Blaise et de Roquepertuse. Ce sont les fouilles entreprises à ses frais, en 1935, sur l’oppidum de Saint-Blaise qui le font connaître du monde savant. Il fut, avec Fernand Benoît, l’un des premiers à signaler la présence du bucchero étrusque en Provence et à évoquer les relations commerciales de cette région avec l’Étrurie. À partir de 1942, il entreprend les fouilles de Glanum, où il organise le seul chantier école d’archéologie classique en France, et y reçoit, pour les former aux pratiques du terrain, les futurs membres de l’École française de Rome. Il est, à partir de 1941, délégué aux Antiquités des Basses-Alpes, de Saint-Rémy et de Saint-Blaise et, à partir de 1956, assure la direction de la circonscription archéologique de Provence-Nord. Admis à la Société des antiquaires de France en 1933, il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1961. À la mort de F. Benoît, il devient vice-président pour la France de l’Institut international d’études ligures. En 1965, il publie dans le XVIIIe supplément à Gallia un très important travail sur les « Bronzes antiques de Haute-Provence ». H. Rolland est l’un des grands archéologues amateurs qui ont donné un très vif éclat à l’archéologie métropolitaine.

Bibliographie sélective :

84Les Donatifs de Carpentras, 1935 ; Les Armoiries de Cavaillon, 1936 ; Fouilles de Glanum, Paris, Éditions du CNRS, 1946 ; Fouilles de Saint-Blaise, Paris, Éditions du CNRS, 1951 ; Villes épiscopales de la Provence, Arles, Aix, Fréjus, Marseille, Riez, de l’époque gallo-romaine au Moyen Âge, 1954.

85VOIR :
H. G. Pflaum, « Henri Rolland », Revue de numismatique 12, 1970, p. 162-163 ; C. Livadie-Albore, « Henri Rolland », Studi Etruschi XXXIX (1971), p. 510-511 ; P.-M. Duval, « Henri Rolland (1887-1970) », Gallia, 29, 1971, p. 1-2 ; P.-M. Duval, Revue archéologique, 1973, p. 299-302 ; N. Duval, « Henri Rolland. Le “découvreur” de Glanum », Dossiers histoire et archéologie, n° 140, juil.-août 1989.

Romanelli, Pietro (1889-1981)

86Archéologue italien, spécialiste de l’Afrique impériale romaine. Il appartient à la première génération d’archéologues qui lancent les grandes fouilles et organisent l’administration des Antiquités en Tripolitaine après la conquête de 1911. Élève de la Scuola di Archeologia de Rome, il soutient en 1911 une thèse sur les quartiers juifs de Rome dans l’Antiquité. Membre de l’École italienne d’archéologie d’Athènes, il accomplit avec R. Paribeni, en 1913, une mission en Asie Mineure, au cours de laquelle ils explorent la Pamphylie, la Pisidie, la Lycie et la Cilicie. En 1914, il est envoyé comme inspecteur auprès de la Surintendance aux monuments et aux fouilles de la Tripolitaine, mais, en 1915, est affecté au Musée national romain. Il fait un nouveau séjour en Libye en 1919, et concentre son intérêt sur l’Afrique romaine : ses travaux se situent dans la continuité de l’œuvre de S. Gsell. Il mène une intense activité de fouilles et inaugure les travaux d’exploration de Leptis Magna de 1919 à 1925. De retour en Italie, attaché à la surintendance de Rome, il dirige le Musée de Tarquinia, repère les murs et les portes de la cité, ouvre les fouilles de l’Ara della Regina. Il enseigne, à l’Université de Rome, l’archéologie de l’Afrique romaine (1925-1960), chaire dont il est le premier titulaire. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, il assure la responsabilité de la Surintendance du Palatin et du Forum romain, ainsi que celle d’Ostie il s’attache à la restauration des monuments et à la réouverture des musées. Il se montre soucieux de préserver les activités italiennes en Libye et contribue à l’organisation de missions ; il participe à la création des Quaderni di archeologia della Libya et de la série Monografie di Archeologia libyca. Il concourt à la création de l’Association internationale d’archéologie classique, fonde l’Associazione nazionale dei Musei italiani, préside l’Istituto di Studi Romani et la Pontificia Accademia Romana di Archeologia. Il est membre de l’Accademia nazionale dei Lincei à partir de 1950.

Bibliographie sélective :

87Voir le choix bibliographique publié dans In Africa e a Roma, Rome, 1981, p. XI-XXVI ; « The Jewish Quarters of Ancient Rome », Palestine Exploration Fund XLVI, 1914, p139-140 ; avec R. Paribeni, « Studi e ricerche archeologiche nell’Anatolia meridionale », Monumenti Antichi XXIII, 1915, p. 6-274 ; Dieci anni di scoperte archeologiche in Tripolitania, 1922 ; Il Porto di Leptis Magna, 1924 ; « The Province of Creta and Cyrenaïca », Cambridge Ancient History, 1936 ; Le Grandi Strade dell’Africa settentrionale, 1938 ; Il Limes Romano in Africa, 1939 ; I Monumenti romani della Tunisia, 1940 ; Resurrezione archeologica della Tripolitania e della Cirenaïca, 1941-1942 ; Roma e l’Africa, Trenta anni di scoperte archeologiche in Libya, 1943 ; La Cirenaica romana, 1943 Storia delle provincie romane dell’Africa, 1959 Topografia e archeologia dell’Africa romana, 1970 ; In Africa e a Roma, Rome, 1981.

88VOIR :
Biografie e bibliografie degli Accademici Lincei, Rome, 1976, p. 1231-1236 ; A. M. Colini, Studi Romani XXX, 1982, p. 358-365 ; G. Salmeri, « Epigrafia e storia antica nel Mediterraneo : il “caso” italiano », dans V. La Rosa éd., L’Archeologia italiana nel Mediterraneo fino alla seconda guerra mondiale , CNR, Catane, 1986, p. 203-229 ; M. Floriani Squarciapino, Quaderni di Archeologia della Libya 12, 1987, p. 537-544.

Ronzevalle, Sébastien, R. P. (1865-1937)

89Archéologue français. Il passe son enfance à Beyrouth, où son père est drogman ; il apprend les langues sémitiques, entre à l’Université Saint-Joseph et étudie les antiquités. Ses travaux portent sur le temple de Baal-Markod et sur les monuments syriens. Il porte un intérêt particulier aux témoins des religions anciennes. En 1909, il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il fournit de nombreuses contributions aux Mélanges de l’Université Saint-Joseph.

Bibliographie sélective :

90Notes et études d’archéologie orientale.

91VOIR :
H. Seyrig, Syria, 1937.

Rosellini, Niccolo Francesco Ippolito Baldessare (1800-1848)

92Égyptologue italien. Fondateur de l’égyptologie dans son pays. Il fait ses études à Pise et à Bologne, où il s’initie aux langues orientales sous la direction de Mezzofanti. En 1824, il devient professeur de langues orientales à l’Université de Pise. Il se lie d’amitié avec J.-F. Champollion lors du séjour de ce dernier à Florence, devient son disciple et conçoit avec lui le projet d’une expédition franco-toscane en Égypte. En décembre 1826, il rejoint Champollion à Paris et l’aide à organiser les salles du Musée égyptien du Louvre. En 1828, la mission franco-toscane co-dirigée par Champollion et Rosellini gagne l’Égypte et parcourt la vallée du Nil jusqu’à la deuxième cataracte. Les documents recueillis devaient être publiés en deux éditions parallèles, en France et en Italie ; cependant, alors que le grand-duc de Toscane fournit très rapidement les fonds, le gouvernement français tarde et Champollion privilégie la rédaction de sa grammaire égyptienne, si bien que Rosellini peut faire paraître à Pise ses Monumenti dell’Egitto e della Nubia entre 1832 et 1844, lors même que Les Monuments de l’Égypte et de la Nubie de Champollion, parus entre 1835 et 1845, ne comportent que les volumes de planches. Rosellini, contraint par le grand-duc de Toscane de hâter cette publication, se résout à la mener seul à son terme. Jacques-Joseph Champollion-Figeac, à la mort de son frère en 1832, assumera la responsabilité de publier en français les documents réunis par l’expédition.

Bibliographie sélective :

93I Monumenti dell’Egitto e della Nubia, disegnati della spedizione scientifico-litteraria Toscana in Egitto..., neuf vol. en trois parties, Pise, 1832-1844.

94VOIR :
G. Gabrieli, Ippolito Rosellini e il suo giornale, Rome, 1925 ; Scritti dedicati alla memoria di I. Rosellini nel primo centenario della morte, Florence, 1945 ; Studi in memoria di Rosellini nel primo Centenario della morte, Pise, 2 vol. 1949-1955 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; catalogue de l’exposition Il Nilo sui Lungarni. Ippolito Rosellini egittologo del Ottocento, Pise, 1982 ; S. Donadoni, S. Curto, A. M. Donadoni Roveri, L’Egitto dal mito all’egittologia, Milan, 1990.

Ross, Ludwig (1806-1859)

95Archéologue allemand. Il fait d’abord des études de médecine à l’Université de Kiel, puis se consacre à la philologie et à l’histoire. Précepteur à Copenhague, il obtient en 1831 une bourse du gouvernement danois pour se rendre en Grèce. Il approfondit d’abord ses études grecques à Leipzig et ensuite gagne Nauplie. De 1832 à 1845, il séjourne à Athènes. En 1833, il devient conservateur adjoint des antiquités du Péloponnèse, puis conservateur en chef de celles d’Athènes (1834). En 1834, il accompagne le roi Othon dans son premier voyage en Grèce du Nord et publie les inscriptions grecques qu’il a lui-même recueillies, les Inscriptiones Graecae Ineditae (1834) ; il pose ainsi les principes de l’édition des inscriptions grecques au sein des sciences de l’Antiquité en Allemagne. Il dirige les fouilles sur l’Acropole d’Athènes, avec la collaboration des architectes E. Schaubert et C. Hansen, et procède au dégagement des Propylées et à l’aménagement d’ensemble. En 1836, il démissionne de son poste et assume alors les cours d’archéologie à l’Université d’Athènes, nouvellement fondée : il rédige le premier manuel d’« archéologie de l’art » en grec moderne. En contact étroit avec les archéologues grecs et les voyageurs, il parcourt la côte sud de l’Asie Mineure, les îles, Rhodes, Chypre ; sa connaissance approfondie du monde grec insulaire lui inspire la conviction, qu’il défend dès 1841, qu’il faut chercher en Orient l’origine de la civilisation grecque. La révolution grecque de 1843 prive L. Ross de son poste de professeur à Athènes ; de retour en Allemagne en 1845, il est nommé professeur à l’Université de Halle. Par la suite, il effectuera encore de nombreux voyages en Grèce, au cours desquels il recueillera de nombreuses inscriptions.

Bibliographie sélective :

96Inscriptiones Graecae Ineditae, 1834 ; Die Akropolis von Athen nach den neuesten Ausgrabungen, 1838.

97VOIR :
O. Kern, « Ludwig Ross », Mitteldeutsche Lebensbilder IV, 1929 ; C. Robert, « Zum Gedâchtnis von Ludwig Ross », Archäologische Aufsätze II, 1861, p. IX-XXI ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 29-30.

Rostovtzeff, Michael (1870-1952)

98Historien américain d’origine russe, archéologue, épigraphiste et papyrologue, l’un des fondateurs des études classiques en Russie. Né à Kiev, il enseigne l’histoire ancienne à l’Université de Saint-Pétersbourg au moment où la Révolution éclate. Il revient très souvent en Europe et voyage dans les pays méditerranéens et du Proche-Orient. Il entretient des rapports privilégiés avec les savants français, dont il a fait connaissance lors de son premier séjour en France, en 1896, alors que, pour préparer sa thèse, il avait entrepris de visiter plusieurs pays d’Europe et l’Afrique du Nord. À cette occasion, il rencontre M. Prou au Cabinet des Médailles et, avec lui, entreprend l’étude des plombs antiques : tous deux publient en 1900 le Catalogue des plombs de l’Antiquité…, couronné par l’Académie des inscriptions belles-lettres ; M. Rostovtzeff est le pionnier dans ce domaine et le premier à dresser le catalogue de ces objets, qui lui sont l’occasion de contribuer à l’histoire économique, sociale et religieuse. Il fait la connaissance de S. Reinach qui s’intéresse à l’archéologie de la Russie méridionale. Dès le début du xxe siècle, il bénéficie d’une grande réputation dans les pays d’Europe occidentale, et est reconnu comme un grand savant aux intérêts très larges : l’histoire socio-économique de l’Empire romain, la peinture décorative antique, l’art hellénistique de l’Égypte ou encore l’archéologie de la Russie méridionale. Il s’engage dans la vie publique, s’affirme partisan du rapprochement de la Russie avec la France et l’Angleterre et condamne l’attitude de l’Allemagne : élu membre de l’Académie de Berlin en 1914, il refusera la chaire de Th. Mommsen à l’Université ; membre actif du Parti constitutionnel démocrate, il s’oppose au pouvoir bolchevique. Lorsqu’il apprend sa nomination comme ministre de l’Instruction publique, il se rend en Suède pour une mission scientifique, fin juin 1918, et gagne ensuite la Grande-Bretagne, puis la France. N’y trouvant aucun poste, il se voit contraint de gagner les États-Unis où on lui propose d’assurer pour une année le cours d’histoire ancienne à l’Université de Madison, dans le Wisconsin. En 1919, il met à profit son séjour en France pour favoriser la création d’un institut russe à Paris. En 1920, E. Babelon l’invite à donner des conférences au Collège de France, sur les Iraniens et les Grecs en Russie méridionale. En 1925, il appartient définitivement à l’Université de Yale, puis, exclu de l’Académie des sciences russe en 1929, il fait le choix de la nationalité américaine. Il s’est spécialisé dans l’histoire politique, économique et culturelle de l’époque hellénistique et romaine, et ses ouvrages sont salués avec enthousiasme en Grande-Bretagne et en France. Après la découverte de Doura Europos et les premières fouilles qu’y mène son ami F. Cumont, pour l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1922-1923, il convainc l’Université de Yale de poursuivre les travaux en collaboration avec les Français ; on demande alors à M. Pillet, qui dirigera les travaux sur le terrain, de reconnaître le site et d’obtenir l’autorisation de fouille. J. H. Breasted, envoyé à Salihiyé au moment de la découverte, présente lui aussi un projet d’exploration pour l’Université de Chicago, mais il refuse les conditions imposées par le Service des antiquités de Syrie. De plus, R. Dussaud met tout en œuvre pour faire aboutir le projet de collaboration de l’Académie avec l’Université de Yale. M. Rostovtzeff assure la direction scientifique de la mission qui mène des campagnes annuelles entre 1928 et 1937 et réserve à F. Cumont l’étude du temple de Mithra découvert à Doura. Élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1920, il est élu membre associé étranger en 1927. M. Rostovtzeff exerce une influence considérable tout particulièrement en France, où, après la Seconde Guerre mondiale, toute une génération a assimilé ses conceptions novatrices sur l’économie et les sociétés antiques.

Bibliographie sélective :

99Voir la bibliographie complète établie par J. Andreau, dans l’édition franç. de Histoire économique et sociale de l’Empire romain (Paris, 1988, p. 647-667) ; avec M. Prou, Catalogue des plombs de l’Antiquité, du Moyen Âge et des Temps modernes, conservés au Département des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale, précédé d’une étude sur les plombs antiques, Paris, 1900 ; Tesserarum Urbis Romae et Suburbi Plumbearum Sylloge, Saint-Pétersbourg, 1903 ; Studien zur Geschichte des römischen Kolonats, Leipzig, 1910 ; La Peinture décorative en Russie du Sud, deux vol., Saint-Pétersbourg, 1914 ; Iranians and Greeks in South Russia, Oxford, 1922 ; Social and Economic History of the Roman Empire, Oxford, 1926 ; The Animal Style in South Russia and China, 1929 ; Skythica. Le Centre de l’Asie, la Russie, la Chine et le style animal, 1929 ; « Notes d’archéologie orientale », Syria, XIII, p. 321 ; « Dieux et chevaux. À propos de quelques bronzes d’Anatolie, de Syrie et d’Arménie » Syria XIV, p. 79 ; La Scythie et le Bosphore, 1931 ; Seleucid Babylonia. Bullae and Seals of clay with greek inscriptions, 1932 ; Caravanan Cities, 1934 ; « Dura and the problem of Parthian Art », Syria XVII, p. 388 et sq. ; Dura-Europos and its Art, Oxford, 1938 ; avec P. V. C. Brown et alii, The Excavation at Dura-Europos. Preliminary Reports 1929-1938, huit vol., New-Haven, 1929-1952 ; Social and economic History of the Hellenistic World, trois vol., Oxford, 1941.

100VOIR :
R. Dussaud,
Syria XXX, 1953, p. 183-185 ; A. Momigliano, « In memoria di Michele Rostovtzeff (1870-1952) », Rivista storica italiana LXV, 1953, p. 481-495 ; F. E. Brown, American Journal of Archaeology, 1954, p. 55 ; K. Krist, Von Gibbon zu Rostovzeff : Leben und Werk Führender Althistoriker der Neuzeit, Darmstadt, 1972 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutsches Archäologisches Instituts 1879 bis 1929, t. 2, Mayence, 1979 ; J. Andreau, « Introduction » à l’édition fr. Histoire économique et sociale de l’Empire romain, Paris, 1988, p. I-LXXXIV ; M.A. Wes, Mickael Rostovzeff, historian in exile, Stuttgart, 1990 ; G. Bongard-Levin, Le Roman scythe (en russe), Moscou, 1997 ; voir la communication de l’auteur, « Un Scythe russe sur les rives de la Seine », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1997, p. 863-880.

Rougé, Vicomte Emmanuel de (1811-1872)

101Égyptologue français. L’un des grands pionniers de l’égyptologie. Successeur de J.-F. Champollion au musée du Louvre, il est à sa suite le premier grand égyptologue à vivifier son héritage et à poursuivre son œuvre. Né dans une famille de la noblesse bretonne, il est d’abord élevé chez les Jésuites de Saint-Acheul et reçoit une formation classique. Au lieu de s’engager dans la carrière militaire comme son père, il s’inscrit à Paris pour étudier le droit, suit des cours d’hébreu et se forme à l’arabe avec Silvestre de Sacy, dont il retiendra les règles de méthode. La Révolution de 1830 change le cours de sa vie, puisque son père, pour ne pas avoir à servir la famille d’Orléans, donne sa démission du commandement du 17e régiment de ligne stationné à Lyon ; le jeune homme se consacrera à l’étude et fait alterner les séjours au domaine familial et à Paris, où il travaille à la Bibliothèque royale et découvre un jour la Grammaire hiéroglyphique de Champollion, dont la lecture en 1839 décide de sa vocation d’égyptologue et le porte vers le déchiffrement des textes hiéroglyphiques. Il se met en contact avec les hommes qui ont connu J.-F. Champollion, C. Lenormant, J.-J. Dubois et J. A. Letronne, dont il reçoit de très utiles conseils de méthode. Jusqu’en 1846, E. de Rougé se forme à la philologie égyptienne, sans que sa notoriété dépasse le petit cercle des savants parisiens. C’est en 1846, à l’occasion de la publication de sa critique de l’ouvrage de Bunsen (Aegyptens Stelle in der Weltgeschichte, 1844-1857), qu’il est d’emblée reconnu comme un maître : la réfutation de certaines théories aventureuses de C. von Bunsen est à la fois rigoureusement fondée et courtoise, et concourt à remettre l’égyptologie dans la voie de la science. Il publie dans la Revue archéologique des mémoires qui lui valent une réputation internationale et attirent à lui H. Brugsch, très jeune homme qui lui soumet son essai de « Grammaire démotique » ; E. De Rougé lui en fait une critique bienveillante et entretiendra avec lui de constantes relations d’amitié. Dès 1849, et la publication du Mémoire sur l’inscription du tombeau d’Ahmès, il définit la méthode scientifique de déchiffrement qu’adopteront les nouvelles générations d’égyptologues européens. En 1848, la disparition de J. A. Letronne laisse vacante sa chaire du Collège de France ; E. de Rougé se porte candidat à sa succession, mais C. Lenormant est élu, ce qui repousse de dix ans la renaissance d’un véritable enseignement de l’égyptologie en France. E. de Rougé accède malgré tout à une position officielle en devenant conservateur honoraire du Musée égyptien du Louvre, par arrêté ministériel de 1849, probablement inspiré par É. de Nieuwerkerke, directeur des Musées nationaux. Dès son entrée en fonction, il entreprend l’inventaire des collections dont il réorganise la présentation avec l’aide d’A. Mariette qu’il envoie en Égypte et dont il répercute les découvertes dans les milieux savants mais aussi pour le grand public. Titulaire d’une mission pour visiter les grandes collections européennes et acquérir la connaissance la plus complète des vestiges matériels de la civilisation pharaonique, il se rend en 1849 à Londres, Leyde et Berlin, où il retrouve H. Brugsch et son protecteur A. von Humboldt et où il est très chaleureusement accueilli par Passalacqua qui lui ouvre toutes grandes les portes du musée, provoquant l’hostilité de R. Lepsius. L’année suivante, il accomplit une tournée dans le sud de la France et se rend en Italie, à Turin, Florence et Rome. Parallèlement à ses responsabilités de conservateur au Louvre, il poursuit une brillante carrière de philologue, aborde l’étude de la religion égyptienne et révèle la richesse de la littérature, contenue dans livres hiératique ; par son étude du célèbre « Conte des deux frères » (« Notice sur un manuscrit en écriture hiératique… », 1852), il découvre la littérature romanesque égyptienne et fait accomplir au déchiffrement le plus grand progrès qu’il a connu depuis Champollion. Il se spécialise dans le déchiffrement de l’écriture hiératique. Il est le premier à établir les règles rigoureuses de la lecture et de la traduction de textes hiéroglyphiques. Son rayonnement est considérable et il soutient de jeunes égyptologues, ainsi A. Mariette et F. Chabas, avec lesquels il entretient une correspondance assidue. Dès 1851, il est reçu membre correspondant de l’Académie des sciences de Turin et de la Société archéologique de Madrid. En 1852, il devient conservateur titulaire au Louvre et, l’année suivante, est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Nommé au Conseil d’État, section de l’Instruction publique, en 1854, il ne peut cumuler les traitements et doit se contenter du titre de conservateur honoraire au Louvre. En 1860, il succède à C. Lenormant dans la chaire du Collège de France qui redevient de philologie et archéologie égyptienne, comme au temps de J.-F. Champollion ; il est le premier égyptologue véritable à assurer cet enseignement à la suite du Déchiffreur et, de cette chaire, il assure la diffusion des travaux de Mariette ; il donne un enseignement théorique et pratique, mettant en œuvre devant ses auditeurs le déchiffrement des textes qu’il a étudiés. Par son « Étude sur une stèle de la Bibliothèque impériale » (Journal asiatique, 1856-1858), il applique, pour la première fois à un document complet, la méthode définie dans le Mémoire sur l’inscription du tombeau d’Ahmès et fournit à ceux qui abordent l’étude de la philologie égyptienne un outil de travail infiniment précieux : de son propre aveu, c’est dans ce livre que G. Maspero apprit l’égyptien. Par les travaux d’A. Mariette et les collections du Louvre, il connaît intimement la civilisation égyptienne mais il ne s’est encore jamais rendu sur les bords du Nil ; en 1863, il prend la décision de prendre un congé de six mois et organise sa mission, dont font partie son fils Jacques, formé à la transcription des textes hiéroglyphiques, l’helléniste et épigraphiste C. Wescher, membre de l’École française d’Athènes, et un photographe, Aymar de Banville ; pour la première fois, la photographie est utilisée en Égypte pour présenter les monuments et fournir des documents aux études ultérieures. Reçus par Mariette, les membres de la mission consacrent cinq mois d’un travail acharné à recueillir textes et photographies qui sont de précieux témoins de l’état des monuments et des sites en 1865. À Karnak et Louksor, E. de Rougé complète le poème de Pentaour. Le rapport préliminaire présenté au ministère de l’Instruction publique comporte six volumes d’inscriptions inédites et deux cent vingt planches photographiées. Il restitue d’après les deux tables de Saqqarah et d’Abydos la succession des dynasties à l’époque thinite et memphite (Recherches sur les monuments que l’on peut attribuer aux six premières dynasties de Manéthon, 1864). Malgré son désir de publier le plus rapidement possible la documentation recueillie, l’ouvrage d’ensemble ne trouve pas le financement nécessaire et l’album de la mission ne doit sa publication qu’à la générosité d’A. de Banville ; de plus, E. de Rougé a la tristesse de subir les attaques de l’un de ses disciples les plus proches, F. Chabas, qui l’accuse à tort de retenir les documents pour répondre à des exigences de secret d’A. Mariette. À son retour à Paris, il retrouve le public cosmopolite de ses cours au Collège de France, où se forment de nombreux égyptologues, dont G. Maspero ou E. Brugsch. Directeur d’études à l’École pratique des hautes études, il choisit G. Maspero pour l’assister dans son cours et lui offre ainsi la possibilité de se vouer à l’égyptologie. À l’occasion de l’Exposition universelle de 1867, il intervient pour qu’A. Mariette soit chargé de l’organisation de la section égyptienne ; le ministère lui demande d’être rapporteur sur l’histoire de l’égyptologie, dont il fait un bilan tout à fait équitable. Fait sénateur en 1870, la guerre le prive de sa charge ainsi que de celle de conseiller d’État ; retiré à Précigné (Sarthe), dont il est maire, il assume courageusement les devoirs de sa fonction pendant la guerre et l’occupation prussienne. Il se remet à sa Chrestomathie qui l’occupe depuis 1847 et parvient à publier les deux premiers fascicules, avant de mourir subitement. Non seulement E. de Rougé perfectionne la découverte de J.-F. Champollion en mettant au point une méthode d’étude des textes, mais il fait accomplir à la science des progrès décisifs dans tous les domaines : chronologie, histoire, critique des sources, religion, arts, littérature, déchiffrement des écritures hiératique et démotique, traduction et commentaire des textes, grammaire et philologie. Il redonne vigueur et éclat à l’égyptologie française qui connaît une éclipse à la mort de Champollion et il ouvre la voie au jeune G. Maspero.

Bibliographie sélective :

102« Examen de l’ouvrage du chevalier de Bunsen, intitulé Aegyptens Stelle in der Weltgeschichte (la place de l’Égypte dans l’histoire du monde) », Annales de philosophie chrétienne, 1846-1847 ; « Lettre à M. Alfred Maury, sur le dernier article inséré dans la Revue archéologique par M. Prisse », Revue archéologique, 1847, t. IV, p. 115 et sq. ; « Lettre à M. de Saulcy sur les éléments de l’écriture démotique des Égyptiens », Revue archéologique, 1848, t. V, p. 321-342 ; Notice des monuments exposés dans la galerie d’Antiquités Égyptiennes au musée du Louvre, 1849 Mémoire sur l’inscription du tombeau d’Ahmès, Paris, 1849 ; « Notice sur un manuscrit en écriture hiératique, écrit sous le règne de Menemphtah, fils du Grand Ramsès, vers le xve siècle avant notre ère, lue à l’Académie dans la séance du 16 juillet 1852 », Revue archéologique, 1852, t. IX, p. 385-399 ; « Études sur l’archéologie égyptienne », Athenaeum français, 1852 ; « Sur l’histoire des Apis et sur les principaux papyrus de la collection Sallier, lu à l’Académie le 12 mai 1854 », Athenaeum français, 1854 ; Notice sommaire des Monuments exposés dans les galeries du Louvre, Paris, 1855 ; Le Poème de Pen-ta-our, Extrait d’un mémoire sur les campagnes de Ramsès II Sésostris, Paris, 1856 ; « Étude sur une stèle de la Bibliothèque impériale », Journal asiatique, t. VIII, X, XI, XII, 1856-1858 ; Discours prononcé par M. le vicomte E. de Rougé à l’ouverture du cours d’archéologie égyptienne au Collège de France, le 19 avril 1860, Paris, 1860 ; Rituel funéraire des anciens Égyptiens. Texte complet en écriture hiératique, I-IV, Paris, 1861-1864 ; Note sur les principaux résultats des fouilles exécutées en Égypte par les ordres de S. A. le vice-roi, Paris, 1861 Recherches sur les monuments que l’on peut attribuer aux six premières dynasties de Manéthon, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. VIII, 1864, et Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. XXV, 2e partie, 1866 ; Album de la mission remplie en Égypte par M. le vicomte de Rougé, Paris, 1866 ; « Exposé de l’état actuel des études égyptiennes », dans Recueil de rapports sur les progrès des lettres et des sciences en France. Sciences historiques et philologiques. Progrès des études relatives à l’Orient, Paris, 1867 ; Chrestomathie égyptienne, quatre vol., Paris, 1867-1876 ; Œuvres diverses, dans G. Maspero, Bibliothèque égyptologique, 6 vol., t. 21 à 26, 1907-1918.

103VOIR :
G. Maspero, « Notice biographique d’E. de Rougé », Bibliothèque égyptologique 21, 1907, portrait ; H. Wallon, « Notice sur la vie et les travaux de M. le vicomte E. de Rougé », Recueil de l’Institut de France, 1878 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; G. Andreu, « Les pionniers », catalogue de l’exposition Égyptologie, le rêve et la science, Fondation EDF Espace Electra, Paris, 1998, p. 30-31.

Roussel, Pierre (1881-1945)

104Épigraphiste et historien français. Directeur de l’École française d’Athènes de 1925 à 1935. Il fait ses études à la Faculté des lettres de Nancy où il est l’élève de P. Perdrizet. Admis à l’École normale supérieure et agrégé de lettres, il devient membre de l’École française d’Athènes, où il collabore au programme de recherche élaboré par Th. Homolle pour Délos : P. Roussel se consacre à l’épigraphie délienne et fouille les grands ensembles égyptiens et syriens à l’ouest du Cynthe. En 1914, il figure parmi les meilleurs représentants de l’école épigraphique française : U. von Wilamovitz-Möllendorf et Hiller von Gärtringen le choisissent pour éditer le catalogue de dédicaces et décrets de Délos pour le fascicule IV des Inscriptiones Graecae. En 1916, il soutient sa thèse, Délos, colonie athénienne. Pendant la Première Guerre mondiale, il est professeur au lycée Janson-de-Sailly, puis en 1918, maître de conférences de langue et littérature grecques à Bordeaux, et à Strasbourg jusqu’en 1925, date à laquelle il prend la direction de l’École d’Athènes. Il poursuit les recherches à Delphes et Délos, ainsi qu’à Malia, Thasos et Philippes. Pendant sa direction, il engage une politique de vastes publications. En 1930, il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, puis, en 1937, membre résident. En 1935, il obtient la chaire d’histoire grecque à la Sorbonne.

Bibliographie sélective :

105Inscriptiones Deli liberae XI, fasc. IV, 1914 ; Délos, colonie athénienne, Paris, 1916 ; Délos, Paris, 1925 ; La Grèce et l’Orient, des guerres médiques à la conquête romaine, Paris, 1922 ; avec F. Durrbach et M. Launey, Inscriptions de Délos, trois vol., 1935-1937 ; Sparte, Paris, 1939.

106VOIR :
R. Dussaud, Syria, 1944-1945, p. 290-291 ; R. Demangel, Bulletin de correspondance hellénique, 1944-1945, p. V-VII R. Lantier, « Notice sur la les travaux de Pierre Roussel », Recueil de l’Institut de France, 1949 ; G. Daux, Revue archéologique, 1950.

Ruspi, Carlo (1786-1864)

107Artiste et archéologue italien. Il travaille d’abord pour E. Gerhard, avec un traitement de l’Académie de Berlin, puis il exécute, à la demande de l’administration pontificale, puis de Louis Ier de Bavière, les relevés et les fac-similés des tombes de Tarquinia, publiées par l’Institut de correspondance archéologique en 1833. Il est le premier à avoir l’idée de décalquer les peintures étrusques, et d’en faire des fac-similés en couleurs, conservés à l’Institut archéologique allemand de Rome, dans les salles du Musée étrusque du Vatican et au British Museum. Les frères Campanari en acquirent certains, qu’ils utilisèrent pour l’exposition vente qu’ils organisèrent à Pall-Mall, à Londres, en 1837. Membre de la Congrégation des Virtuosi depuis 1820, il est décoré de la Croix de chevalier de l’ordre pontifical de Saint-Grégoire-le-Grand.

108VOIR :
Catalogue de l’exposition, Malerei der Etrusker in Zeichnungen des 19. Jahrhunderts, Mayence, 1986 ; catalogue de l’exposition de Tarquinia, Pittura etrusca. Disegni e documenti del XIX secolo dall’Archivio dell’Istituto Archeologico Germanico, Rome, 1986 ; C. Weber-Lehmann, « Les reproductions des peintures étrusques », catalogue de l’exposition Les Étrusques et l’Europe, Paris, 1992, p. 418-422.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Q
 
S

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site