Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
P
R

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

Q

Texte intégral

Quatremère de Quincy, Antoine Chrysostome (1755-1849)

1Architecte français. Il fait ses études au collège Louis-le-Grand, puis suit des cours de droit, mais manifeste un goût très vif pour les arts du dessin, l’architecture et la sculpture antiques. Il se rend en 1776 à Rome, puis en 1779 à Naples ; près de Girgenti (Paestum), il visite les ruines du temple de « Jupiter olympien », qui lui révèlent les véritables proportions de l’architecture dorique, telles qu’il les rétablira dans son Dictionnaire historique d’architecture (1788). Lors d’un séjour italien entre 1782 et 1785, il se lie d’amitié avec A. Canova, W. Hamilton et V. Denon. Il visite alors Agrigente et voit s’éveiller sa vocation d’antiquaire ; en 1785, il rédige un mémoire, couronné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, sur la question : « Quel fut l’état de l’architecture chez les Égyptiens et qu’est-ce que les Grecs en ont emprunté ? » et se fait l’ardent défenseur du néo-classicisme. Nommé député de Paris à l’Assemblée législative en 1791 et partisan de la monarchie constitutionnelle, il est jeté en prison sous la Terreur et libéré à la mort de Robespierre. Réfugié en Allemagne, il proteste hautement contre la politique de spoliation menée par Bonaparte et le Directoire pendant la Campagne d’Italie. Proscrit en 1798, mais rappelé par le gouvernement consulaire, il est élu en 1804 à l’Institut de France. Intendant des Arts et Monuments publics, et membre du Conseil de l’Instruction publique, il devient secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts et occupe jusqu’en 1828 la chaire d’archéologie au Cabinet des Médailles. Il est le principal théoricien des restaurations de monuments anciens et, à ce titre, exerce une profonde influence sur les pensionnaires de l’Académie de France à Rome, où il contribue à la conception du règlement de 1821, instituant en particulier les cours d’archéologie, confiés à A. Nibby.

Bibliographie sélective :

2Dictionnaire historique d’architecture, Paris, 1788 ; Lettres à Miranda sur le préjudice qu’occasionnerait aux arts et à la science le déplacement des monuments de l’art de l’Italie…, 1796, éd. Pommier, Paris, 1989 ; Le Jupiter olympien ou l’art de la sculpture antique, Paris, 1815 ; Lettres écrites de Londres à Rome sur les marbres Elgin ou les sculptures du temple de Minerve à Athènes Paris 1815 ; Essai sur la nature, le but les moyens de l’imitation dans les beaux-arts, 1823.

3VOIR :
D. Raoul-Rochette, « Discours de M. D. R. Rochette, secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts aux funérailles de M. Quatremère de Quincy, le 30 décembre 1849 », Institut de France, 1850 ; R. Schneider, Quatremère de Quincy et son intervention dans lesarts (1788-1830), Paris, 1910 ; Pompei e gli architetti francesi dell’Ottocento, catalogue exposition Paris-Naples-Pompéi, 1981 ; C. Moatti, À la recherche de la Rome antique, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1989 ; A. Pinelli, « Storia dell’arte e cultura della tutela. Le “ Lettres à Miranda ” di Quatremère de Quincy », Ricerche di storia dell’arte8, p. 43-62 ; E. Pommier, « Introduction. La Révolution et le destin des œuvres d’art », dans Quatremère de Quincy, Lettres à Miranda, Paris, 1989, p. 7-83.

Quibell, James-Edward (1867-1935)

4Archéologue britannique. Diplômé d’Oxford, il devient l’assistant de W. F. Petrie en Égypte, en 1893 à Coptos, où ils révèlent les premiers vestiges de la Ire dynastie, et en 1894 à Négada et Ballas, qui livrent pour la première fois un très riche matériel prédynastique que Quibell semble avoir immédiatement reconnu comme tel, contrairement à M. W. Flinders Petrie qui les rattachait à une hypothétique « New Race » de la première période intermédiaire : Quibell confirmait ainsi les conclusions que J. de Morgan tirait de ses travaux à Négada et consacrait la découverte de la Préhistoire en Égypte. Le meilleur spécialiste de son époque pour les sites les plus anciens, il dirige les fouilles d’Hiérakonpolis, découvre la palette de Narmer et les ruines du plus ancien temple jamais trouvé en Égypte. Il travaille au Catalogue du Musée du Caire, et, en 1898, est rattaché au Service des antiquités, en tant qu’inspecteur du secteur du Delta, puis inspecteur de Saqqarah, où, de 1906 à 1908, il dégage la pyramide satellite du roi Téti et une partie du temple funéraire. De 1913 à 1923, il est conservateur du Musée du Caire que ses travaux ont beaucoup enrichi. Devenu secrétaire général du Service des antiquités en 1923, il prend sa retraite en 1925 mais poursuit ses travaux en assistant C. M. Firth, qui lui a succédé à l’inspection de Saqqarah puis comme directeur des fouilles sur le site de la pyramide à degrés, où ses travaux seront repris par l’architecte français J.-P. Lauer. J. Quibell adopte, en les perfectionnant, les méthodes de F. Petrie.

Bibliographie sélective :

5avec W. M. F. Naqada, 1895 ; avec W.M. F. Petrie, Ballas, 1896 ; avec W.M.F. Petrie et F.W. Green, Hierakonpolis, deux vol., 1900-1902 ; Archaïc Objects, deux vol., Catalogue du Musée du Caire, 1904-1905 ; Excavations at Saqqarah, trois vol., 1908-1909 ; avec C. M. Firth et J.-P. Lauer, The Step Pyramid, deux vol., 1935.

6VOIR :
Chronique d’Égypte 11, 1936 ; Journal of Egyptian Archaeology 21, 1935 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J.-P. Lauer, Saqqarah. Une vie, Paris, 1988 ; A. Labrousse avec la collaboration de M. Albouy, Les Pyramides des reines. Une nouvelle nécropole à Saqqarah, Paris, 1999.

Quicherat, Jules (1814-1882)

7Archiviste et archéologue français. Médiéviste, il a par ailleurs grandement contribué au réveil de l’archéologie nationale. Né à Paris d’un père ébéniste, il suit le cours de J. Michelet à la Sorbonne et est son élève à l’École des chartes en 1834. Sous la direction de Champollion-Figeac, directeur de l’École de 1839 à 1846, il procède au dépouillement des collections de la Bibliothèque nationale. C’est à lui que l’on doit la création de la Bibliothèque de l’École des chartes, collection consacrée à l’étude du Moyen Âge, et première revue historique à paraître en France (1839). Spécialiste du Moyen Âge, il a pris une part très importante à la polémique sur l’identification du site d’Alésia, favorisant ainsi le développement des recherches sur la période celtique. Il accorde une part considérable de son activité à l’archéologie et, pendant dix ans, soutiendra une violente polémique sur le site d’Alésia, défendant – quant à sa localisation – l’Alaise de Franche-Comté contre l’Alise de Bourgogne. Sollicité en 1845 par A. Régnier pour un résumé sur les antiquités nationales destiné à l’instruction du comte de Paris, il inaugure en 1847 l’enseignement de l’archéologie nationale à l’École des chartes. Admis en 1849 à la Société des antiquaires de France, et membre, à partir de 1858, du Comité des Travaux historiques et des Sociétés savantes, il assure un rôle déterminant d’intermédiaire entre les savants de province et Paris. En 1876, il est vice-président de la section d’archéologie du Comité des Travaux historiques, dont il deviendra le président à la suite de L. Renier. Il appartient aussi au Bureau des missions scientifiques et littéraires et à la Commission des monuments historiques. En 1871, il est nommé directeur de l’École des chartes, et fonde la Bibliothèque de l’École des chartes. Par ses travaux, qui portent aussi bien sur l’archéologie médiévale que gallo-romaine, celtique et préhistorique, il contribue grandement à l’essor de l’archéologie nationale sous le Second Empire, en établissant le lien entre les sociétés savantes de province et Paris.

Bibliographie sélective :

8Mélanges d’archéologie et d’histoire. Antiquités celtiques, romaines et gallo-romaines, Paris, 1885.

9VOIR :
R. de Lasteyrie, Jules Quicherat, sa vie et ses travaux, Paris, 1883 ; Livre du centenaire de l’École des chartes (1821-1921), t. I. L’École, son histoire, son œuvre, Paris, 1921 ; L’École nationale des chartes. Histoire de l’École depuis 1821, Paris, Gérard Klopp éditeur, 1997 ; Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998.

Quiquerez, Auguste (1801-1882)

10Archéologue suisse. Il fait ses études à Fribourg et à l’École des Mines de Paris (1819), puis s’installe dans le domaine familial à Porrentruy. Parmi ses recherches archéologiques régionales, ses travaux sur les mines de fer dans le Jura bernois sont remarquables ; il est considéré comme l’initiateur des recherches sur la métallurgie antique.

Bibliographie sélective :

11Ville et château de Porrentruy, 1870 (rééd. 1982).

12VOIR :
G. Lovis, Auguste Quiquerez et nos vieilles gens, 1982 ; E. Abetel, « Auguste Quiquerez : parcours d’un passionné », Les Archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 378-406.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

P
 
R

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site