Version classiqueVersion mobile
O
Q

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

P

Texte intégral

Pallottino, Massimo (1909-1995)

1Archéologue et historien italien, spécialiste de la civilisation étrusque. Il fait ses études à Rome, où il est l’élève de G. Q. Giglioli. Commissaire de la Mostra Augustea della Romanità, organisée à Rome en 1937, il se voit confier la présentation des salles consacrées aux arts figuratifs, à la science, à l’agriculture et au commerce. Sa thèse, soutenue en 1937, porte sur Tarquinia et son histoire. De 1933 à 1940, il est attaché à la Surintendance aux antiquités et aux beaux-arts, à la Villa Giulia. Il succède à son maître Gigliogli à l’Université de Rome en 1939. Malgré son très vif intérêt pour l’histoire et l’art romains, ce sont les Étrusques et les origines de l’Italie qui suscitent ses plus nombreux travaux. Il aborde les études étrusques entre 1925 et 1930, à une époque où la recherche connaît quelque effervescence, puisqu’en 1925 est formé à Florence le Comité permanent pour l’Étrurie, qui devient en 1932 l’Instituto di Studi Etruschi ; c’est de plus en 1927 que paraît la revue Studi Etruschi. Toutes ces initiatives témoignent de l’intérêt grandissant suscité par les Étrusques, mais, comme le souligne M. Pallottino dès la première édition de son Etruscologia, les recherches sont menées par des historiens, archéologues, linguistes, formés aux études classiques qui abordent les questions étrusques, sans que pour autant l’étruscologie en tant que discipline spécifique existe. C’est à lui que revient le mérite d’avoir fait de l’étruscologie une véritable discipline, au même titre que l’égyptologie ou l’assyriologie. Persuadé que, pour accéder à la connaissance de la Protohistoire italienne, il faut appliquer une méthode interdisciplinaire, faisant appel à la fois à l’archéologie, à l’épigraphie, à la philologie et à l’histoire, il fouille à Véies, en 1939-1940. Contre la thèse de l’origine orientale des Étrusques, et sous l’influence de linguistes comme Trombetti, il incline dès le début vers un certain « autochtonisme », et développe progressivement sa conception de la formation de la civilisation étrusque par assimilation des éléments orientaux, à partir du substrat villanovien : « Formation ethnique, et non provenance transmarine, tel est le renversement de méthode que M. Pallottino a imposé depuis la guerre à toute l’étruscologie » (J. Heurgon, 1991). À Pyrgi, l’un des ports de Cerveteri, il découvre, entre les temples A et B, les fameuses lamelles d’or inscrites, qui attestent les rapports entre les Étrusques, les Grecs et les Puniques. Il envisage la civilisation étrusque dans le contexte italique et en relation avec les autres cultures de la péninsule. C’est dans cette perspective qu’il s’attache à faire connaître les origines de Rome. Les fouilles, que l’on effectue en grand nombre dans le Latium, le conduisent à organiser, en 1976, l’exposition Civiltà del Lazio primitivo. En 1992, il préside encore à l’organisation de l’exposition « Les Étrusques et l’Europe », présentée à Paris et à Berlin. De sa chaire de l’Université de Rome, il a dominé, pendant plus de quarante ans, l’étruscologie italienne, pour laquelle il a formé de nombreux disciples. Les relations de solide amitié et de collaboration scientifique qu’il a entretenues avec les étruscologues français, J. Heurgon et R. Bloch, ont contribué à renforcer l’étruscologie comme discipline spécifique. Membre de l’Accademia Nazionale dei Lincei, il est aussi membre étranger de l’Institut de France, du Deutsches Archäologisches Institut, de la British Academy, de l’Académie royale de Belgique, et docteur honoris causa de l’École normale supérieure.

Bibliographie sélective :

2Gli Etruschi, 1939 ; Etruscologia, 1942 (nombreuses rééd. jusqu’en 1984 et nombreuses traductions) ; L’Origine degli Etruschi, Rome, 1947 ; La Peinture étrusque, Genève, 1952 ; Testimonia linguae etruscae, Florence, 1954 ; La Prima Roma, 1957 ; Le Origini di Roma, 1960 ; Che cos’è l’archeologia, Florence, 1963 ; Storia della prima Italia, Milan, 1984 ; Notizie sugli studi etruscologici, Florence, 1990.

3VOIR :
Biografie e bibliografie degli Accademici Lincei, Rome, 1976 ; Saggi di antichità. Scritti minori, Rome, 1979 G. Colonna, « Massimo Pallottino “cultore di Studi Romani, 30.4, oct.-déc. 1982, p. 464-466 ; J. Heurgon, « Introduction à la méthode de Massimo Pallottino », « Miscellanea etrusca e italica in onore di Massimo Pallottino », Archeologia Classica 43, 1991, p. XIII-L ; L. Bonfante, « Massimo Pallottino, 1909-1995 », American Journal of Archaeology 100, 1996, p. 157-159 ; F. Gaultier, «M. Pallottino (1909-1995) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom 1998 ; Incontro di studi in memoria di Massimo Pallottino, Pise-Rome, 1999.

Panofka, Théodore (1800-1858)

4Archéologue allemand, l’un des fondateurs de l’Institut de correspondance archéologique de Rome. Il suit à Berlin les cours de philologie classique d’A. Boeck. Désireux de connaître directement sur place les œuvres et les monuments de l’Antiquité, il se rend en Italie et en Sicile. En 1823, il s’installe à Rome et entre en relation avec le cercle des Hyperboréens romains, auquel appartiennent aussi O. M. von Stackelberg, A. Kestner et E. Gerhard. À partir de 1824, il séjourne plusieurs années à Naples et y affirme sa vocation d’archéologue : il acquiert une excellente connaissance des collections publiques et privées et se révèle particulièrement compétent pour les vases du sud de l’Italie qu’il décrit dans les Neapels Antiken Bildwerke, publiés avec E. Gerhard. En 1825, il rencontre à Naples les ducs de Luynes et de Blacas ; ce dernier lui confie la publication de ses très riches collections. Il restera très lié au duc de Blacas qu’il accompagnera à Paris pour faire la description de son musée. En 1828, il suit le duc à Naples et dirige les fouilles de Nola. En 1829, il joue un rôle de premier plan dans la création l’Institut de Correspondance archéologique de Rome dont il devient l’un des secrétaires. À Paris, il veille, avec J. de Witte, à l’édition des Annales et des Monumenti de l’Institut romain. De retour à Berlin en 1835, il devient membre de l’Académie, puis professeur à l’Université en 1844 et conservateur des collections de vases.

Bibliographie sélective :

5Avec E. Gerhard, Neapels Antiken Bildwerke, Stuttgart, 1828 ; avec E. Gerhard, Recherches sur les véritables noms des vases grecs et sur leurs différents usages d’après les auteurs et les monuments anciens, Paris, 1829 ; Musée Blacas, les vases peints, Paris, 1830-1833 ; Le Cabinet du comte de Pourtalès, Paris, 1834.

6VOIR :
J. de Witte, Notice sur T. Panofka, Annuaire de l’Académie royale de Belgique, 1859 ; A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico-germanico, 1829-1879, Rome, 1879 ; C. B. Stark, Handbuch der Archäologie der Kunst, I « Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst », Leipzig, 1880 (rééd. Munich 1969) ; G. Rodenwaldt, Archäologisches Institut des Deutschen Reiches, 1829-1929, Berlin, 1929 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, 1979 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 2526 ; S. L. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Papadimitriou, John (1904-1963)

7Archéologue grec. Directeur du Service archéologique grec. Né à Skyros, il fait des études de lettres à l’Université d’Athènes. Il entre au Service archéologique comme « épimélète » en 1929. Il effectue des stages aux universités de Berlin et de Munich et voyage en Europe. En 1955-1956, il est membre de l’Institute for Advanced Studies de Princeton. C’est un archéologue de terrain qui fait de brillantes découvertes : en 19521954, il met au jour, avec G. Mylonas, le second cercle (B) des tombes de Mycènes, et fouille le sanctuaire d’Artémis à Brauron. Il réorganise, consolide et étend le Service d’archéologie.

8VOIR :
J. L. Caskey,
American Journal of Archaeology, The Discovery of the Greek Bronze Age, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1996.

Pareti, Luigi (1885-1962)

9Archéologue italien. Il fait des études de lettres et de philosophie à l’Université de Turin, mais il assiste au séminaire de G. De Sanctis, qui le détourne de la littérature comparée et le convertit à l’histoire ancienne : il entreprend des recherches sur l’histoire des Ptolémées. À la Scuola di archeologia, il est formé par J. Beloch. En 1912, il obtient la chaire d’histoire antique de l’Institut d’études supérieures de Florence et l’occupe jusqu’en 1933, date à laquelle il est nommé à la Faculté des lettres de Catane. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, il est décoré de deux croix de guerre. De 1920 à 1924, il s’emploie à transformer l’Institut de Florence en véritable université. Il porte beaucoup d’intérêt à la Préhistoire. Il fait paraître de nombreux articles dans la revue Atene e Roma, qu’il dirige. Du 27 avril au 4 mai 1926, a lieu à Florence le premier Congrès national étrusque, dont il prononce la conférence d’introduction « Come un storico risolve il problema dell’origine degli Etruschi », où il rattache les Étrusques aux cultures palaffites et terrimaricoles. Nommé à l’Université de Naples, il dirige son intérêt vers la Grande-Grèce et la Sicile, qu’il envisage de la période de la colonisation gréco-punique à l’âge de l’administration romaine. Enfin, il se consacre tout entier à son Histoire de Rome, en six volumes, de la Préhistoire à Constantin.

Bibliographie sélective :

10Voir « Curriculum vitae e bibliografia riguardante l’Antichità di Luigi Pareti », Studi minori di storia antica, 1-2, Rome, 1958 ; Ricerche sulla potenza marittima degli Spartani, Turin, 1909 ; « Contributi per la storia della guerra Annibalica », Rivista di Filologia classica, 1911 ; Studi siciliani ed italioti, Florence, 1914 ; Storia di Sparta arcaica, 1917 ; Le Origini etrusche, 1926 ; L’Epica e le Origini greche, Florence, 1942; « La tomba Regolini-Galassi e la civiltà dell’Italia centrale », Monumenta Vaticana, VIII, 1947 ; Storia di Roma e del mondo romano, six vol., 1952-1961 ; Storia della Sicilia antica, Palerme, 1959.

11VOIR :
G. Gianelli, « Luigi Pareti », Studi Etruschi XXX, 1962, p. 391-395; F. Lepore, «Luigi Pareti, 1885-1962 », Praelectiones Patavinae, Rome, 1972.

Paribeni, Roberto (1876-1956)

12Archéologue italien. Élève, à l’Université de Rome, de De Ruggiero, Loewy et Beloch, il soutient avec ce dernier une thèse sur la Cyrénaïque. Il entre à la Scuola di archeologia de Rome en 1898, et, en 1901, est envoyé en Grèce et au Monténégro. En 1902, il entre dans l’administration des Antiquités et devient successivement inspecteur au Musée national de Naples, puis au Musée préhistorique de Rome, directeur du Musée des Thermes, qu’il réorganise, et surintendant aux Antiquités de Rome et du Palatin en 1919. En Italie, il fouille à Pompéi en 1902 et publie les nécropoles du territoire de Capoue. En 1903, il participe, avec F. Halbherr, à la fouille d’Haghia Triada en Crète et publie le fameux sarcophage. En 1906, il entreprend des fouilles en Érythrée, sur le site de l’antique Adulis. En 1913, il est chargé de diriger et de coordonner la mission archéologique en Asie Mineure méridionale, destinée à préparer l’expansion italienne dans la région. Avec P. Romanelli, il explore la Pamphylie, la Pisidie, la Lycie et la Cilicie. Pendant la Première Guerre mondiale, il est officier du corps expéditionnaire italien en Palestine et assure la direction de l’organisme responsable des missions italiennnes à l’étranger ; c’est à ce titre qu’il envoie un archéologue en Albanie pour tenter d’y faire échec aux entreprises françaises et, en effet, grâce au traité d’amitié passé entre l’Albanie et l’Italie en 1926, une mission italienne peut s’installer. De 1928 à 1933, il a la responsabilité de la Direction générale des antiquités et des beaux-arts. De Rome, il dirige les missions scientifiques dans le Levant et favorise les entreprises d’expansion italienne en Méditerranée. Jusqu’en 1949, il assure un enseignement d’archéologie et d’histoire antique à l’Université catholique de Milan. R. Paribeni appartient à une génération d’archéologues qui contribuent à l’essor de l’archéologie italienne en Méditerranée et qui témoignent des complexes relations de la science et de la politique.

Bibliographie sélective :

13Voir A. M. Esposito dans G. Capecchi, A. M. Esposito, M. G. Marzi, V. Saladino, éd., Scritti di Enrico Paribeni, Rome, 1985 ; « Necropoli del territorio capenate », Monumenti AntichiXVI, 1906 ; «Il sarcofago dipinto di Haghia Triada», Monumenti Antichi XIX, 1908; «Missione italiana Asia Studi Romani I,1913, 336 etsq. ;P. Romanelli, « Studi e ricerche archeologiche nell’Anatolia meridionale », Monumenti Antichi XXIII, 1914, p. 6-274 ; « L’Asia Minore e la regione di Adalia », Rivista coloniale, 1915 ; Guerra e politica nel paese di Gesu, Rome, 1919 ; « Trionfale Romanità Africana », Rivista della Tripolitania I, 1924-1925, p. 370 et sq. ; Optimus princeps, deux vol., 1926-1927.

14VOIR :
P. Romanelli, Bolletino d’Arte XLI, 1956, p. 287-288 ; G. de Angelis d’Ossat, Studi in onore di A. Calderini e R. Paribeni, I, Milan, 1956, p. LXIII-LXVI ; S. Ferri, « Roberto Paribeni », Studi Etruschi 25, 1957, p. 669; G. Salmeri, «Epigrafia e storia antica nel Mediterraneo il « caso italiano », dans V. La Rosa éd., L’Archeologia italiana nel Mediteraneo, Catania, 1986 ; id., « Archeologia e imperialismo da F. Halbherr a R. Paribeni », Rivista di storia della storiografia moderna VIII/2-3, 1987, p. 75-89 ; M. Petricioli, Archeologia e Mare Nostrum. Le missioni archeologiche nella politica mediterranea dell’Italia 1898-1943, Rome, Valerio Levi Editore, 1990 ; M. Barbanera, L’Archeologia degli Italiani, Rome, Editori Riuniti, 1998.

Paris, Pierre (1859-1931)

15Archéologue français. Fondateur directeur de la Casa de Vélasquez à Madrid. Élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres, il est membre de l’École française d’Athènes de 1882 à 1885. Formé à l’épigraphie par Paul Foucart, il s’intéresse d’abord aux terres cuites, et fait le catalogue de la collection du Musée d’Athènes. Il pratique l’archéologie de terrain sur le chantier de Délos, conduit des fouilles à Élatée en Phocide, et en fera l’objet de sa thèse (Élatée, la ville, le temple d’Athéna Cranaia, Paris, 1891). En 1885, il devient maître de conférences pour les antiquités grecques et latines à Bordeaux, où il crée un musée de moulages et où, en 1892, la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art est créée pour lui. De 1898 à 1913, il dirige l’École des beaux-arts de Bordeaux. En 1887, il fait un premier voyage en Andalousie, au moment où Léon Heuzey, conservateur du département des Antiquités orientales au Louvre, envoie A. Engel, dont P. Paris a fait la connaissance à Athènes, enquêter en Espagne sur l’authenticité des statues découvertes au Cerro de los Santos, dans la province d’Albacete ; L. Heuzey reconnaît dans cette sculpture préromaine l’expression d’un art spécifiquement ibérique. P. Paris, qui entretient des liens étroits avec L. Heuzey et A. Engel, s’intéresse lui aussi aux découvertes qui interviennent en Espagne et révèlent sa protohistoire ; il accomplit un nouveau voyage en 1895, et parcourt le pays en tous sens, visitant sites et musées. Il y rencontre A. Engel et G. Bonsor qui ont entrepris ensemble de consacrer leurs efforts à l’étude de l’Andalousie ibérique. En 1897, il retourne en Espagne, se rend à Madrid et à Elché pour étudier les statues du Cerro de los Santos et y apprend qu’une nouvelle statue vient d’être découverte. Il est le premier archéologue à l’examiner et il s’en porte acquéreur pour le musée du Louvre : il s’agit de la fameuse Dame d’Elché qui fera l’objet d’un accord de restitution entre le gouvernement de Vichy et le régime franquiste, et regagnera Madrid en 1942. P. Paris, conscient des possiblités de développement de la recherche française en Espagne, envisage dès lors de mener à bien une histoire de l’art ibérique, et s’emploie à développer les rapports culturels et scientifiques entre la France et l’Espagne. En 1898, il présente avec A. Engel au directeur des Beaux-Arts un projet d’École française d’Espagne qui n’aboutira pas immédiatement mais qui lance l’idée d’une institution inspirée des modèles athénien et romain. La collaboration avec A. Engel se poursuit au début de notre siècle par les fouilles à Osuna où ont été découverts des fragments de sculpture préromaine, et l’exploration du Cerro de la Cruz à Almedinilla dans la province de Cordoue. En 1902, P. Paris remporte le prix Martorell pour son Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, où il examine toutes les manifestations matérielles de la civilisation des Ibères ; il constitue ainsi le premier catalogue des monuments ibériques et révèle l’intérêt d’un art jusque-là complètement ignoré. Ses Promenades archéologiques (1910, 1921, 1936) concourent à faire mieux connaître l’Espagne à un large public. Il ne renonce pas à son projet d’établir une École à Madrid, pour assurer à la science française une place équivalente à celle qu’occupe l’archéologie allemande représentée par A. Schulten. En 1909, il obtient la création de l’École des hautes études hispaniques, fondée à Madrid par l’Université de Bordeaux, où P. Paris a reçu le soutien de G. Radet, comme lui ancien membre de l’École d’Athènes. Il en devient le directeur et y attire d’anciens membres des écoles d’Athènes et de Rome – parmi lesquels E. Albertini – et les engage dans la tâche d’inventaire des objets archéologiques conservés dans les musées espagnols. En ce début du xxe siècle, avant la Première Guerre mondiale, l’Espagne donne une impulsion décisive à la vie scientifique en créant de très importantes institutions, dont la Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Scientíficas, et se donne un cadre législatif pour la réglementation des fouilles. Dès lors, les travaux archéologiques se développent en Espagne en collaboration étroite entre institutions espagnoles et étrangères ; c’est ainsi qu’en 1917, P. Paris inaugure, pour son École des hautes études hispaniques, les fouilles sur le site de Belo, près du détroit de Gibraltar. Il s’agit de la première entreprise archéologique menée en Espagne, à laquelle collaborent des institutions espagnole – la Junta para Ampliación –, française et américaine – l’Hispanic Society – d’A. Huntington. G. Bonsor offre son concours à l’exploration de Bolonia et assure la responsabilité des travaux sur la nécropole. Pendant la Grande Guerre, P. Paris organise le réseau scolaire français en Espagne et anime la propagande française, pour tenter de neutraliser l’influence allemande. De 1916 à 1928, il défend le projet d’une école française d’Espagne, qui regrouperait historiens, archéologues, écrivains et artistes. Il aboutit en 1928, date d’inauguration de la Casa de Vélasquez, qui complète le réseau des écoles que la France a créées tout autour de la Méditerranée. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1920. Avec A. Engel et G. Bonsor, P. Paris est l’un des grands précurseurs dans le domaine de l’archéologie ibérique dont il a favorisé le développement ; il a également permis, par la création de la Casa de Vélasquez, que les archéologues français participent à l’essor de l’archéologie en Espagne.

Bibliographie sélective :

16Polyclète, Paris, 1895 ; Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, deux vol., Paris, 1903-1904 ; avec A. Engel, « Une forteresse ibérique à Osuna, fouilles de 1903 », Nouvelles Archives des missions scientifiques et littéraires 13, Paris, 1906 ; avec A. Engel, «Fouilles et recherches à Almedinilla (province de Cordoue) », Revue archéologique VIII, 1906, p. 49-92 ; Lexique des antiquités grecques, Paris, 1909 ; Promenades archéologiques en Espagne, Paris, 1910, 1921, 1936 ; avec G. Bonsor, « Exploration archéologique de Bolonia (province de Cadix) », Bulletin hispanique XX, 1918, p. 77-127 ; Le Musée archéologique de Madrid, Paris, 1936.

17VOIR :
A. Audollent, « Notice sur la vie et les travaux de M. Pierre Paris », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1940 ; J. Marcadé, « La vie et l’œuvre de Pierre Paris », dans Célébration du centenaire de la naissance de Pierre Paris et Georges Radet, 10 et 11 mars 1961, Université de Bordeaux ; R. Étienne et G. Demerson, préface et prologue de P. Paris, L’Espagne de 1895 et 1897. Journal de voyage, publications du Centre n° et Archéologia211, mars 1986, p. 71-75 ; A. Niño Rodriguez, Cultura y diplomacia : los hispanistas franceses y España de 1875 a 1931, Madrid, 1988 ; R. Étienne et P. Le Roux, « Un siècle de recherche sur l’épigraphie romaine de la péninsule Ibérique », Actes du colloque international de l’Année épigraphique, Paris, 19-21 octobre 1988, Paris, PUF, 1990 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Les échanges franco-espagnols et la mise en place des institutions archéologiques (1830-1939) », dans J. Arce et R. Olmos éd., Historiografía de la Arqueología y de la Historia Antigua en España (siglos XVIII-XX), Madrid, 1991, p. 117-124 ; J.-M. Delaunay, Des palais en Espagne. L’École des hautes études hispaniques et la Casa de Vélasquez au cœur des relations franco-espagnoles du xxe siècle, 1909-1979, Madrid, 1994 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Maier Allende, « En torno a la genesis de la arqueología proto-histórica en España. Correspondencia inédita entre Pierre Paris y Jorge Bonsor », Mélanges de la Casa de Vélasquez 1997, Madrid, 1999 ; P. Rouillard, « A. Engel, P. Paris y los primeros pasos en los estudios ibéricos dans J. L. Pérez éds, La Cultura ibérica a través de la fotografía de principios de siglo, 1999.

Parrot, André (1901-1980)

18Archéologue orientaliste français, inventeur du site de Mari. Fils d’un pasteur de l’église luthérienne du pays de Montbéliard, il est reçu à Saint-Cyr, mais choisit en 1921 de faire des études à la Faculté de théologie protestante de Paris, puis les reprend de 1929 jusqu’à son doctorat de théologie en 1938. Élève de l’École du Louvre dès 1924, il suit les cours de R. Dussaud. Il participe, en 1926, aux fouilles de Neirab près d’Alep, sous la direction des pères Carrière et Barrois, de l’École biblique de Jérusalem, dont il est boursier jusqu’en 1928. En 1927, il dirige une exploration de la ville basse de Baalbek et, en 1928, participe aux fouilles de Byblos sous la direction de M. Dunand. En 1929, il décide de s’orienter vers l’archéologie mésopotamienne : d’abord en Iraq, sous mandat britannique, où il participe, avec R. Ghirshman, à la fouille de Tello-Lagash, sous la direction de l’abbé de Genouillac ; en 1933, il explore le site de Larsa, où il retournera en 1967. En 1933 encore, à la demande de H. Seyrig, il se rend sur le site de Tell Hariri, au bord de l’Euphrate, non loin de la frontière syro-irakienne, où a été fortuitement découverte une grande statue ; il identifie la cité de Mari disparue au milieu du IIe millénaire. De 1933 à 1974, il y mène vingt et une campagnes et dégage un immense palais qui livre non seulement des œuvres d’art en grand nombre, mais aussi de très riches archives de milliers de tablettes cunéiformes, dont il confie l’étude à une équipe d’épigraphistes dirigée par G. Dossin et composée de MM. Jean, Boyer, Kupper, Nougayrol, Jestin et de Mlle Rutten ; les archives sont publiées dans la collection des Textes cunéiformes du musée du Louvre. F. Thureau-Dangin consacre plusieurs articles de la Revue archéologique à des documents issus de Mari. Conservateur adjoint du département des antiquités orientales au Louvre en 1936, et conservateur en chef en 1946, il devient inspecteur général des Musées en 1965 ; en 1967, grâce à la confiance que lui manifeste A. Malraux, il devient le premier Directeur du musée du Louvre. Élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1963, il en assure la présidence en 1970. Il occupe le poste de secrétaire général de la Commission des fouilles au ministère des Affaires étrangères de 1959 à 1973. Il enseigne à l’École du Louvre et à la Faculté de théologie protestante de Paris et assure la direction de Syria et de la Revue d’Assyriologie. Par ses travaux à Mari, A. Parrot perpétue la brillante tradition française de l’archéologie mésopotamienne.

Bibliographie sélective :

19Voir la bibliographie de ses travaux sur Mari établie par A. Parrot lui-même dans Mari, capitale fabuleuse, Paris, Payot, 1974, p. 194-206 ; Mari, une ville perdue, 1936 ; Archéologie mésopotamienne, t. I-II, Paris, 1946-1953 ; Sumer, collection «L’univers des formes», Paris, Gallimard, 1960; Assur, collection « L’univers des formes», Paris, Gallimard, 1961 ; Mari capitale fabuleuse, Paris, 1974; « Les fouilles de Mari, XXIe campagne de fouilles (automne 1974) », Syria LII, I-2, 1975, p. 1-17.

20VOIR :
Son autobiographie, L’Aventure archéologique, Paris, 1979 ; E. Will, « André Parrot (19011980) », Syria, 58, 1981, p. 1-6 ; P. Garelli, « Les découvertes de Mari », lecture faite dans la séance publique annuelle du 25 novembre 1983, Institut de France, 1983 ; P. Amiet, « Hommage à André Parrot », Archéologia n° 150, janvier 1981 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 151 ; P. Amiet, « André Parrot (1901-1980) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998.

Passalacqua, Giuseppe (1797-1865)

21Collectionneur italien. Né à Trieste, il se rend en Égypte comme vendeur de chevaux et devient marchand d’antiquités. Son importante collection, constituée pour l’essentiel d’objets provenant de Thèbes, est présentée à l’exposition du 52, passage Vivienne, en 1826; proposée au gouvernement français pour 400000 francs, elle fut acquise par Frédéric Guillaume IV de Prusse, qui l’acheta 100000 francs pour le musée de Berlin, où Passalacqua devint conservateur à vie et eut Lepsius comme successeur.

Bibliographie sélective :

22Catalogue raisonné et historique des antiquités découvertes en Égypte par J. Passalacqua, 1826.

23VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill,
Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Pendlebury, John Devitt Stringfellow (1904-1941)

24Archéologue britannique, qui déploie son activité en Égypte et en Crète et s’attache à élucider les relations entre ces deux pôles du monde antique. Après avoir fait ses études à Cambridge, il devient en 1927 membre de la British School à Athènes ; en 1928, il fait partie de l’Expédition archéologique en Macédoine et fouille aussi en Crète. L’année suivante, il se joint à la mission de l’Egypt Exploration Society, à Erment et Tell el-Amarna, où Flinders Petrie avait lancé les travaux en 1891-1892. À partir de 1930, il dirige le chantier à Tell el-Amarna où il poursuivra les fouilles jusqu’en 1936, en les conciliant avec sa charge de conservateur à Cnossos et ses travaux en Crète. À Tell el-Amarna, il mène à bien un travail considérable de dégagement et d’élucidation du centre de la cité, reconstituant le plan du temple d’Aton et du palais principal. Par sa classification et son étude des objets égyptiens trouvés en Grèce, il met en évidence les relations entre l’Égypte et la mer Égée. En Crète, il fouille à Lassithi de 1936 à 1939 et apporte des renseignements précieux sur l’aube de la civilisation minoenne et la transition de l’âge du bronze à celui du fer. En Crète, il succède à D. Mackenzie comme conservateur de Cnossos, où il reprend les travaux d’A. Evans et établit les preuves pour la datation des différentes sections du palais. Il parcourt l’île à pied et en établit avec précision la topographie, ce qui lui permet de présenter une excellente synthèse sur la Crète des origines à la période proto-hellénique, sous tous les aspects connus grâce à l’archéologie : son Introduction to the Archaeology of Crete est le fruit de ses prospections, un livre de référence fondé sur une observation directe du terrain. Officier réserviste en 1939, puis capitaine en 1940, il est désigné comme vice-consul britannique à Candie et officier de liaison auprès des troupes grecques. Blessé au cours d’une sortie lors du siège d’Héraklion (Candie) par les forces allemandes, il est gravement blessé, interrogé par les Allemands et fusillé pour avoir refusé de les renseigner sur les positions britanniques. Par ses travaux menés parallèlement en Égypte et en Crète, J. Pendlebury apporte une contribution importante à la connaissance des échanges entre ces deux contrées du monde ancien.

Bibliographie sélective :

25Aegyptica, a Catalogue of Egyptian Objects in the Aegean Area, 1930 ; A Handbook of the Palace ofMinos, 1933 Tell el-Amarna, An Introduction to the Archaeology of Crete, 1939.

26VOIR :
J. Capart,
Chronique d’Égypte 18, 1943, p. 272-273 ; S. R. K. Glanville, The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 28,1942, p. 61-63 J. L. Myres, A. J. B. et P. Dixon, Annual of the British School at Athens, 1940-1946 ; C. Picard, Revue archéologique, 1946, p. 153-154; Who was Who in Egyptology, L The Discovery of the Greek Bronze Age, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1996.

Pengelly, William (1812-1894)

27Géologue et préhistorien britannique. Ses travaux menés avec H. Falconer à Brixham, conjugués à ceux de J. Boucher de Perthes dans la vallée de la Somme, emportent l’adhésion du monde scientifique à l’évidence de la contemporanéité de l’homme et des animaux éteints. Fils d’un capitaine de navire, il s’initie par lui-même à la préhistoire. En 1836, il ouvre une école à Torquay et, l’année suivante, fonde un institut de mécanique. En 1844, il crée la Torquay Natural History Society, où il suscite la création d’un comité de fouilleurs de la caverne Kent ; il reprend les travaux de Mac Enery et de R. A. Goodwin Austen qu’il poursuivra jusqu’en 1883 et apporte les preuves irréfutables de la validité de leurs conclusions. Il multiplie les discours et conférences pour informer sur les découvertes préhistoriques et convaincre les milieux scientifiques, très hostiles. Ce n’est qu’en 1858-1859, après les résultats de la fouille dans les grottes de Brixham, que la cause de la très haute ancienneté de l’homme sera entendue : le paléontologue H. Falconer informe les sociétés de géologie britanniques et organise un comité composé de Ramsay, Prestwich, Lyell, Goodwin Austen et Pengelly, qui supervise lui-même les fouilles, apportant l’évidence incontestable de la contemporanéité d’outils et d’ossements d’animaux disparus. Ses conclusions entraînent l’adhésion de Lyell et Prestwich qui s’engagent dans la lutte pour faire reconnaître la préhistoire. Pengelly reprend son exploration de Kent’s Cavern de 1865 jusqu’en 1883 et démontre le bien-fondé des travaux de Mac Enery qui l’avait précédé dans la grotte de 1825 à 1841. Il découvre en 1867 la moitié d’une mâchoire humaine du Paléolithique supérieur, dont le type ne diffère pas de celui de l’homme moderne. Par ses travaux des grottes de Kent et de Brixham, W. Pengelly joue en Grande-Bretagne le même rôle dans la naissance de la préhistoire que J. Boucher de Perthes qui, en 1859 précisément, fait connaître aux géologues anglais, H. Falconer, J. Evans et J. Prestwich ses découvertes des gravières de la Somme.

Bibliographie sélective :

28Il publie en 1869 les manuscrits de J. Mac Enery sur la grotte de Kent et ses propres travaux : « The Literature of Kent’s Cavern », Transactions Devonshire Association, XVI.

29VOIR :
H. Pengelly,
A Memoir of William Pengelly, Londres, 1897, dont le chapitre sur son œuvre The Founders of Geology, Londres, 2e éd. ; H. B. Woodward, History of the Geological Society of London, Londres, 1907 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; B. M. Marsden, Pioneers of Prehistory. Leaders and Landmarks in English Archaeology (1500-1900), Ormskirk, 1984 ; G. Daniel et C. Renfrew, The Idea of Prehistory, Édimbourg, 1988.

Péquart, Saint-Just (1881-1944)

30Préhistorien français. Sa femme Marthe et lui effectuent de remarquables recherches dans les amas coquilliers de Teviec et de Hoedic (Morbihan) et, en 1928, publient un exposé sur les « Techniques de fouilles préhistoriques », où s’affirme le caractère extrêmement scientifique et novateur de leurs méthodes. À partir de 1935, encouragés par l’abbé Breuil, ils reprennent les travaux d’É. Piette au Mas-d’Azil, où ils explorent une galerie jamais fouillée auparavant, qui leur fournit un outillage et des œuvres d’art magdaléniens de qualité exceptionnelle qui enrichissent le Musée du Mas-d’Azil. Saint-Just Péquart fut fusillé à Montpellier en septembre 1944.

Bibliographie sélective :

31« Techniques de fouilles préhistoriques », Revue des musées et collections archéologiques, III, 1928.

32VOIR :
H. Delporte, É. Piette. Histoire de l’art primitif, Paris, 1987, p. 275 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, Jérôme Millon, 1994.

Perdrizet, Émile Frédéric Paul (1870-1938)

33Archéologue français, helléniste et médiéviste. Né dans la principauté de Montbéliard, il est initié au folklore et aux traditions locales par son père et conservera cet intérêt pour la religion populaire dans son œuvre, qui manifeste tout son désir d’ouvrir des voies nouvelles à l’étude des religions et des arts populaires. En 1890, il est reçu premier à l’École normale supérieure où il est l’élève de G. Boissier, M. Collignon et G. Bloch. Il est à la fois partagé entre la Grèce et Rome, et tenté par les études de critique littéraire. Enfin, une fois l’agrégation de lettres obtenue, il part avec P. Jouguet, pour l’École française d’Athènes, en passant par Rome. Il fouille à Delphes de 1894 à 1899 et en 1901, et souligne l’importance de la Préhistoire sur ce site ; il s’y révèle aussi bon épigraphiste qu’archéologue et mène les études sur les inscriptions et la sculpture monumentale ou mineure mais, le volume sur les grandes sculptures ne lui étant pas confié, il se détourne de Delphes. Il parcourt la Macédoine, la Turquie, l’Asie Mineure, Chypre, la Syrie et la Petite Arménie et concentre son intérêt sur le domaine gréco-oriental. Il entreprend en 1896 l’exploration de Chypre, où il se rend avec C. Fossey avec le projet d’ouvrir un chantier de l’École française d’Athènes à Larnaca. Il gagne ensuite la Syrie du Nord. De retour en France en 1899, il est nommé maître de conférences à Nancy et épouse la fille du maître verrier E. Gallé. Il enseigne l’archéologie et la langue grecque, mais aussi l’art du Moyen Âge auquel il consacre ses thèses ; il crée un musée de moulages, qui sera détruit par un bombardement allemand en 1918. En 1900, il est rappelé à Athènes par T. Homolle et parcourt la Thrace et la Macédoine ces voyages sont publiés en série dans le Bulletin de correspondance hellénique. Ces travaux lui valent une telle renommée internationale qu’en 1908 U. von Wilamowitz lui propose la responsabilité du volume consacré aux inscriptions de Macédoine pour le Corpus Inscriptionum Graecarum ; hélas, les conditions politiques difficiles, qui règnent alors dans cette région, l’empêchent de mener à bien cette entreprise. En 1904, il accepte la mission que lui confie P. Berger pour le Corpus Inscriptionum Semiticarum, et se rend à Saïda pour élucider la question de fausses inscriptions rapportées à tort au temple d’Eshmoun. Son attirance pour l’Orient le porte en Égypte en 1909 et, au congrès du Caire, il fait connaissance du docteur Fouquet, grand collectionneur d’objets de l’Égypte gréco-romaine, et se lance dans l’étude de l’hellénisme égyptien. Lorsqu’éclate la guerre, il s’engage à Toul dans un régiment d’infanterie, devient officier et interprète les informations de la presse grecque. Après la guerre, il accepte la chaire d’archéologie à Strasbourg et, comme à Nancy, suscite de nombreuses vocations archéologiques, par exemple celles d’A. Grenier qu’il oriente vers l’étude des Étrusques, ou de D. Schlumberger, qui entraînera H. Seyrig dans le nouveau voyage en Syrie que son maître organise en 1924-1925. Tous trois et le capitaine Piquet-Pellorce parcourent la région en aval de Karkemish et visitent les deux sites de Tell Amar et Arslan-Tash. Dans son rapport au général Sarrailh, haut-commissaire pour la Syrie, il demande l’autorisation d’entreprendre des fouilles régulières sur ces deux tells, situés au contact du monde hittite, mais ce n’est qu’en 1927 que F. Thureau-Dangin pourra y mener une mission de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, subventionnée par les Musées nationaux et le ministère de l’Instruction publique. Correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1923, il est élu membre libre en 1934. P. Perdrizet laisse une œuvre monumentale en archéologie grecque, latine, chrétienne, et, par son rayonnement, a contribué à faire de Nancy et de Strasbourg des centres très actifs dans la promotion des disciplines archéologiques.

Bibliographie sélective :

34Voir C. Picard, Revue archéologique 1938-2, p. 236-237 ; « Voyages dans la Macédoine première », Bulletin de correspondance hellénique, 1894, 1895, 1897, cuites de l’Asie Mineure », Monuments Piot, 1897 ; « Voyage dans la Syrie du Nord ; le Mausolée d’Hermel », Bulletin de correspondance hellénique, 1898 ; Fouilles de Delphes, t. V, Bronzes, vases, antiquités diverses, 1905-1908 ; avec R. Jean, La Galerie Campana et les musées français, Bordeaux, 1907 ; La Vierge de Miséricorde. Étude d’un thème iconographique, 1908, (thèse principale) ; Les Bronzes grecs d’Égypte de la collection Fouquet, 1911 ; avec G. Lefebvre, Les Graphites grecs du Memnonion d’Abydos, Nancy, 1919 ; Les Terres cuites de l’Égypte gréco-romaine de la collection Fouquet, deux vol., 1921.

35VOIR :
G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 C. Picard, Revue archéologique 12, 1938, p. 236-239, et Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1938, p. 270-280 ; O. Masson, « Les archéologues et voyageurs du xixe siècle », et O. Picard, «Chypre et l’École française d’Athènes », Kinyras, archéologie française à Chypre, Lyon, 1993 ; D. Knoepfler, «De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière (1922-1929)», Bulletin de correspondance hellénique, n° 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, I, p. 295-299.

Pérez de Barradas y Alvarez de Eulate, José (1897-1980)

36Naturaliste, anthropologue et préhistorien espagnol, disciple de H. Obermaier. Il se forme aux sciences naturelles à l’Université centrale de Madrid où il soutient son doctorat. En 1917, en collaboration avec H. Obermaier et P. Wernert, il accomplit des prospections dans la province de Madrid, à la recherche de gisements paléolithiques. À l’occasion du IVe Congrès géologique international qui se tient à Madrid en 1924, H. Obermaier obtient de la mairie qu’elle apporte une contribution à son organisation et que Pérez Barradas, officiellement délégué, en soit chargé : il devient alors archéologue municipal et lance les travaux pour établir la carte préhistorique de la province de Madrid, initiative intéressante qui annonce les inventaires et les cartes archéologiques régionales qui seront réalisées plus tard. Pour permettre que les renseignements sur les sites soient recueillis avec efficacité, Pérez de Barradas publie la Cartilla de Divulgación de Prehistoria, où il présente une rapide synthèse sur la Préhistoire européenne et rédige des instructions et un questionnaire adressés aux notables de la province, qui répondent en grand nombre, révélant de nouveaux sites archéologiques. Cet exemple sera suivi par Martinez Santa-Ollalla à Burgos et inspirera une initiative du même type sur le plan national. L’exploration des gisements se poursuit dans la perspective de la célébration à Madrid du XVe Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques en 1926. En 1929, les résultats de ses travaux convainquent la mairie de Madrid de créer le Servicio de Investigaciones Prehistóricas, dont la direction lui est confiée : il explore les vallées du Jarama et du Manzanares, puis élargit ses recherches aux régions de Ségovie, de Tolède, de Málaga, envisageant aussi bien le Néolithique que les périodes romaine et visigothique. En 1930, il crée l’Anuario de Prehistoria Madrileña, édité par le Service municipal de recherches préhistoriques, auquel collabore J. Martinez Santa-Olalla. Il organise les collections réunies en un musée préhistorique municipal, dont la modification des statuts en 1935 provoque la suppression du Service de recherches préhistoriques. Constatant le manque d’enthousiasme de la mairie et le ralentissement des activités, J. Pérez de Barradas finit par accepter en 1936 un contrat du ministère de l’Éducation pour la Colombie, où il reste deux années, donnant des conférences et réalisant des fouilles. À son retour, il retrouve son poste du musée préhistorique municipal, mais sa nomination en 1940 comme directeur du Musée national d’ethnologie l’éloigne définitivement des activités archéologiques patronnées par la ville. Professeur auxiliaire d’anthropologie à la Faculté des sciences de l’Université centrale de Madrid, il devient professeur en chaire en 1941. Il est correspondant de la Real Academia de la Historia. Disciple d’H. Obermaier, il a tenté de donner à la préhistoire dans la province de Madrid le même éclat que P. Bosch Gimpera a su donner à l’archéologie en Catalogne, mais, faute d’un engagement suffisant des autorités municipales, les institutions qu’il organise ont une existence éphémère.

Bibliographie sélective :

37« Los yacimientos prehistóricos de los alrededores de Madrid », Boletín del Instituto geológicoy minero de España 2, 1919, p. 153-322 avec P. Wernert, «Yacimientos paleolíticos del valle del Manzanares (Madrid) », Memorias de la Junta Superior de Excavaciones y Antigüedades 33, Madrid, 1921 ; Prehistoria. (Cartilla de divulgación), Ayuntamiento de Madrid, 1925 ; Estudios sobre el terreno cuaternario del valle del Manzanares (Madrid), Ayuntamiento de Madrid, 1926 ; La Infancia de la Humanedad. Manual de divulgación de Prehistoria, Madrid, 1928 ; « Communicaciones presentadas al Congrès de l’Institut international d’anthropologie et Congrès d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques », Anuario de Prehistoria Madrileña, II et III, 1932, p. 7-11 ; Arqueología y anthropología precolombianas de Tierra Dentro. Informe acerca de los hallazgos y excavaciones practicadas en 1936, Bogota, 1937 ; Arte rupestre en Colombia, Madrid, CSIC, 1941 ; Colombia de Norte a Sur, deux vol., Madrid, 1943 ; Manual de Anthropología, Madrid, 1946.

38VOIR :
M. del C. Priego Fernandez, « José Pérez de Barradas : in memoriam », Estudios de Prehistoria y Arqueología Madrileñas 1, 1982, p. 9-18 E. de Carrera Hontana et A. Martin Flores, « instituciones arqueológicas del ayuntamiento de Madrid dans G. Mora et M. Diaz-Andréu, La Cristalización del Pasado : Genesis y Desarollo del marco institucional de la arqueología en España, Malaga, 1997 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Pericot Garcia, Luis (1899-1978)

39Archéologue et préhistorien espagnol qui, à la suite de P. Bosch Gimpera, anime l’« École catalane » d’archéologie. Il obtient la licence d’histoire à la Faculté de philosophie et lettres de Barcelone en 1918, puis prépare à l’Université centrale de Madrid son doctorat sur La Civilización megalítica catalana y la cultura pirenaica et entre en contact avec H. Obermaier. Disciple de P. Bosch Gimpera à Barcelone, il collabore avec lui au Servicio de Excavaciones del Institut d’Estudis Catalans et fait en sa compagnie son premier voyage à l’étranger : ils se rendent à Narbonne et Béziers pour y visiter les sites archéologiques. Assistant bénévole de 1919 à 1922, il devient professeur auxiliaire à la Faculté de philosophie et lettres de Barcelone en 1922, avant d’obtenir en 1925 la chaire de Historia Antigua y Media de España à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle. En 1926, il visite les musées de Paris et se rend à Londres où il travaille pendant un mois au British Museum, puis il parcourt l’Angleterre, l’Écosse et le pays de Galles. Il enseigne quelques années à l’Université de Valence, où il est aussi sous-directeur du Service de recherche préhistorique de la Diputación Provincial jusqu’en 1949 et où il anime un groupe de disciples et pratique des fouilles importantes, dont celles de la grotte du Parpallo. Il reçoit en 1931 une bourse de la Junta para Ampliación de Estudios pour étudier le Paléolithique supérieur en Angleterre, en Italie et en France, où il suit les cours de l’abbé Breuil et de R. Vaufrey à l’Institut de paléontologie humaine de Paris. De 1917 à la fin de sa carrière, il ne cesse d’exercer des responsabilités importantes dans l’organisation des fouilles et de mener de nombreux travaux de terrain : en Catalogne, il est d’abord commissaire provincial des fouilles de Gérone, puis directeur du Servicio de Excavaciones arqueológicas de la Diputación Provincial de Barcelone, en même temps que co-directeur de l’Institut de préhistoire méditerranéenne. Il dirige des chantiers en Catalogne, dans les îles Baléares et dans le Pays valencien. Il voyage beaucoup aussi bien en Europe qu’en Afrique, en Asie ou en Amérique plusieurs fois boursier de la Wenner-Gren Foundation for Anthropological Research de New York, il mène des fouilles en Afrique du Nord où il travaille sur les sites puniques et romains, au Transvaal et au Kenya sur les sites à australopithèques, au Proche-Orient, à Smyrne, à Jérusalem et en Jordanie, et enfin en Amérique, où il étudie l’art rupestre du nord-ouest de Mexico et où il examine les monuments toltèques, aztèques et mayas. En 1945, il est l’hôte de V. Gordon Childe à Édimbourg et, tout au long de sa carrière, il dispense de nombreuses conférences dans les universités d’Europe et des États-Unis ; il participe à de très nombreux congrès en Espagne et à l’étranger dans les domaines de l’archéologie, de la préhistoire et de l’américanisme. Correspondant de la Real Academia de la Historia depuis 1944, il en devient membre en 1972. Il est également membre de l’Institut archéologique allemand, de la British Academy et docteur honoris causa de l’Université de Toulouse et chevalier de la Légion d’honneur. Par son dynamisme et la diversité de ses recherches, L. Pericot Garcia réussit dans son entreprise qui vise à poursuivre l’action de son maître P. Bosch Gimpera et assure à l’archéologie et à la préhistoire espagnole un rang privilégié sur la scène internationale.

Bibliographie sélective :

40La Prehistoria de la Península ibérica, Barcelone, 1923 ; La Civilización megalítica catalana y la cultura pirenaica, Barcelone, 1925 ; avec A. Venturino, Los Aborigenes de Sudamerica, La Servicio de investigación prehistórica de la Excma. Diputación de Valencia, 1942 Polis. Historia Universal. Politica. Antegüedad, Barcelone, 1945 ; La España primitiva (Desde el Protolítico hasta la Edad del Hierro), Barcelone, 1950 ; Las Raices de España, Madrid, 1951 ; Historia de Marruecos. I. Prehistoria. Primera. El Paleolitico y Epipaleolitico, Tetuan, 1953 ; avec E. Ripoll, The Prehistoric Art of the Western Mediterranean and the Sahara, New York, 1964.

41VOIR :
Trabajos y Títulos del Dr. D. Luis Pericot Garcia, Barcelone, « profesor Dr. Luis Pericot Garcia », Cronica del XIe Congreso Nacional de Arqueología, Saragosse, 1969, p. 28-78 ; J. Maluquer de Motes éd., Estudios dedicados al Prof. Dr. Luis Pericot, Barcelone, 1973, p. XI-XXXVI ; F. Jordá Cerdá, « Necrología. Luis Pericot Garcia », Zephyrus 30-31, 1980, p. 277-278 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Pernier, Luigi (1874-1937)

42Archéologue italien, spécialiste de la Crète. Premier directeur de l’École italienne d’Athènes. Né à Rome, il y fait ses études de lettres. En 1897, il est élève de la Scuola di archeologia de Rome et, en 1900, est intégré à la mission italienne en Crète, dirigée par F. Halbherr, qui lui confie la fouille de Phaïstos, site qui restera au centre de sa vie scientifique. Lorsqu’en 1909 est créée l’École italienne d’archéologie à Athènes, il en assure la direction et l’organise. Il est surintendant aux fouilles d’Étrurie en 1916, au moment où les recherches étruscologiques prennent un nouvel essor. La même année, il est chargé de l’enseignement de l’archéologie à l’Institut d’études supérieures de Florence, puis occupe la chaire correspondante à l’Université en 1922. En 1925, il appartient à la mission pour les fouilles de Cyrène. En 1930, à la mort de F. Halbherr, il prend la direction de la mission de Crète. Il meurt brutalement lors d’une mission à Rhodes. Il appartient à la génération positiviste des historiens italiens et contribue à la naissance et à l’essor d’une archéologie scientifique. L. Pernier est l’un des trois plus éminents archéologues italiens de cette période, les deux autres étant F. Halbherr et P. Orsi. Dans ses fouilles de Phaïstos, il montre le souci de donner des informations objectives : tous ses travaux démontrent la même précision dans les relevés, ainsi pour le dégagement du temple étrusque d’Orvieto ou celui du temple et de l’autel d’Apollon ou du temple d’Artémis à Cyrène.

Bibliographie sélective :

43«Gortina, capitale della « Provincia Cretae et Cynerarum». Scavi della Scuola archeologica italiana d’Atene (1911-1914)», Atene e Roma XVIII, mars-avril 1915, p. 49-68 ; « La scuola archeologica ialiana di Atene (1910-1920) », Emporium, vol. 52, juil.-août 1920 ; Notizie storiche di Castellina, 1925; Palazzo Minoico di Festos, vol. I, Rome, 1935 ; Il Tempio e l’altare di Apollo a Cirene, 1925-1934, L. Guida scavi italiani in Creta, Rome, 1947.

44VOIR :
R. Paribeni, Bollettino del Reale Istituto di Archeologia e Storia dell’Arte VII, 1939, p. 61-70 Atene e Roma XLIII, 19-27 A. di Vita, « 1884-1984 : cento anni di archeologia italiana a Creta », Creta antica, Rome, De Luca Editore, 1984 ; V. La Rosa éd., L’Archeologia italiana nel Mediterraneo, Catane, 1985 ; id., « Archeologia e imperialismo da F. Halbherr a R. Paribeni », Rivista di storia della storiografia moderna VIII/2-3, 1987, p. 75-89 ; M. Petricioli, Archeologia e Mare Nostrum. Le missioni archeologiche nella politica mediterranea dell’Italia 1898-1943, Rome, Valerio Levi Editore, 1990.

Perrot, Georges (1832-1914)

45Helléniste et archéologue français. Il fait ses études secondaires au lycée Charlemagne où il se lie d’amitié avec L. Heuzey qu’il retrouvera à l’École Normale supérieure où il est admis en 1852, puis à l’École française d’Athènes en 1855. Dès les années passées à l’École Normale, G. Perrot s’affirme comme le défenseur d’une histoire « scientifique », qui repose sur des méthodes d’analyse rigoureuse et exploite toutes les catégories de documents, non seulement les textes, mais les vestiges matériels révélés par l’archéologie. Lorsqu’il foule pour la première fois le sol de la Grèce, l’École française existe depuis un peu moins de dix ans et éprouve de grandes difficultés à définir une voie de recherche fouilles ont vocation archéologique qui devrait être celle de l’École. Comme L. Heuzey, G. Perrot est déterminé à développer les activités archéologiques et se lance dans des missions d’exploration du domaine hellénique : c’est ainsi qu’il se rend sur l’île de Thasos qu’il est le premier à parcourir en procédant au relevé de tous les sites et de toutes les ruines. Avec L. Thenon, il se rend en Crète en 1857 et en rapporte pour le Louvre le premier fragment de la Loi de Gortyne. Il appartient à la génération qui parvient à infléchir les travaux de l’École d’Athènes et à en faire un véritable centre de recherche sur l’Antiquité. De retour en France, il est d’abord nommé au lycée d’Angoulême, puis, une fois obtenue l’agrégation, à Orléans, et enfin à Versailles. En 1861, l’occasion se présente pour lui de retrouver l’Orient : en effet, le grand épigraphiste Léon Renier qui conseille Napoléon III pour la rédaction de son Histoire de César, et joue un rôle déterminant dans la promotion de la recherche archéologique, obtient pour G. Perrot une mission en Asie Mineure, où il devra relever les traces de l’itinéraire suivi par l’armée césarienne et recueillir tous les fragments du testament politique d’Auguste à Ancyre-Ankara. Il accomplit cette mission avec le photographe J. Delbet et l’architecte E. Guillaume qui, alors que G. Perrot relève scrupuleusement le texte du testament d’Auguste conservé sur les murs du temple d’Auguste et de Rome, réunit tous les éléments qui lui permettront de reconstituer le temple. G. Perrot quant à lui recueille cent cinquante inscriptions grecques et, en Anatolie, se rend à la citadelle hittite de Bogazköy, que C. Texier avait visitée avant lui J. Delbet réalise les premiers clichés photographiques des sites d’Euyuk et de Bogazköy et des bas-reliefs qui ornent les murs conservés. G. Perrot révèle ainsi la civilisation hittite et ouvre un nouveau domaine à la recherche archéologique, même s’il faut attendre 1882 pour que C. Humann dresse le premier plan des ruines et la mission d’E. Chantre en 1893 pour que Bogazköy suscite les premiers sondages, le premier véritable chantier étant ouvert par H. Winckler, en 1906-1908. La mission de G. Perrot en Asie Mineure – comme celles de L. Heuzey en Macédoine et d’E. Renan en Phénicie – imprime un tournant décisif à l’archéologie française qui se donne alors des principes scientifiques et s’organise grâce à de nouvelles institutions : ces trois entreprises fondamentales pour l’histoire de l’archéologie sont réunies et leurs résultats présentés au musée Napoléon-III, où le public se presse en nombre pour découvrir la collection Campana que l’empereur vient d’acquérir. Professeur dans la classe de rhétorique du lycée Louis-le-Grand où il a M. Collignon et G. Maspero pour élèves, il est appelé pour enseigner à l’École normale supérieure en 1868. Pendant la guerre franco-prussienne, il s’enrôle dans la Garde nationale et accomplit son service dans Paris assiégé : l’expérience de l’occupation prussienne lui inflige une très profonde déception à l’égard de l’Allemagne et il sera désormais animé du souci constant de démontrer la qualité de la science française. À l’École des hautes études, il devient en 1871 directeur adjoint de W. H. Waddington, alors ministre de l’Instruction publique, pour les antiquités grecques. Élu en 1874 membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il assure la promotion de l’archéologie qui, en sa personne, fait son entrée à l’Université en 1876 A. directeur de l’Enseignement supérieur, crée une chaire d’archéologie grecque à la Sorbonne ainsi qu’à l’Université de Bordeaux où est affecté M. Collignon. Dans sa leçon d’ouverture, G. Perrot affirme : « Ce n’est pas en Grèce que sont les vraies origines de la civilisation, dont les peuples de l’Europe moderne sont les héritiers mais bien en Orient il est de ces hellénistes qui ont pris conscience du rôle joué par l’Orient dans la formation de la civilisation grecque et ce sont les civilisations orientales qui ouvrent sa monumentale Histoire de l’art dans l’Antiquité, qu’il réalise avec le concours de l’architecte Ch. Chipiez. En 1883, il succède à N. Fustel de Coulanges à la direction de l’École normale supérieure et cède sa chaire de la Sorbonne à M. Collignon. À l’École, il suscite de nombreuses vocations et concourt à former de nouvelles générations d’érudits, beaucoup plus sensibles aux monuments que leurs prédécesseurs et aptes à rivaliser avec les savants allemands. Il assure avec A. Bertrand la direction de la Revue archéologique, et suggère à E. Piot la création des Monuments et Mémoires de la Fondation E. Piot dont il assume la rédaction. Il organise le centenaire de l’École normale supérieure en 1898. En 1904, il est élu secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. G. Perrot appartient à la génération des membres de l’École française d’Athènes qui donnent une impulsion décisive à l’archéologie et qui se tournent vers l’Orient pour y découvrir les origines du « miracle grec ».

Bibliographie sélective :

46Mémoire sur l’île de Thasos, 1864 ; Essai sur le droit public d’Athènes (thèse principale), 1867 ; De Galatia, provincia romana (thèse complémentaire), 1867 ; avec J. Delbet et E. Guillaume, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie d’une part, de la Mysie, de la Phrygie, de la Cappadoce et du Pont d’autre part, exécutée en 1861, Paris, deux vol., 1872 ; Mémoires d’archéologie et d’histoire, 1875 ; L’Histoire de l’art dans l’enseignement secondaire, Paris, 1900 ; avec A. Franklin et G. Boissier, L’Institut de France, Paris, 1907 ; avec Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, dix vol., 1882-1914.

47VOIR :
Mélanges Perrot. Recueil de mémoires concernant l’archéologie classique, la littérature et l’histoire ancienne, travaux M. Perrot », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1915, p. 453-485 ; M. Collignon, Monuments Piot 22, 1916, p. V et sq. S. Reinach, Revue archéologique, 1916, 24, p. 123; È. et J. Gran-Aymerich, « Georges Perrot», Archéologia 216, sept., 1986, p. 73-79 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; P. Bruneau éd., Georges Perrot, Maxime Collignon. Études d’archéologie grecque, Paris, Picard, 1992 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; id., «Le Palais de l’industrie, miroir de la politique archéologique de Napoléon III », dans Napoléon III et l’archéologie, Compiègne, à paraître en 2001.

Petrie, Hilda Mary Isabel (1871-1956)

48Archéologue britannique. Épouse de W. Flinders Petrie. Secrétaire de la British School of Archaeology d’Égypte, elle assiste son mari dans les campagnes de fouille et dans le travail de relevé et d’illustration. Dans les expéditions au Sinaï et en Palestine, elle assume l’administration de l’équipe. Après le décès de son mari, elle assure la publication des manuscrits, dont Ceremonial Slate Plates (1953). Elle fut responsable, pour la Petrie Library, du Service des antiquités du Soudan à Khartoum.

Bibliographie sélective :

49Egyptian hieroglyphs of the First and Second Dynasties, Side from Flinders Petrie’s Discoveries, 1933 ; Seven Memphite tomb chapels, 1952.

50VOIR :
W. M. F. Petrie,
Seventy Years in Archaeology, R. Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; H. S. Drower, Flinders Petrie. A Life in Archaeology, Londres, 1985.

Petrie, sir William Matthew Flinders (1853-1942)

51Égyptologue britannique qui ouvre une nouvelle ère de l’archéologie égyptienne et proche-orientale. Son goût précoce pour l’archéologie se manifeste par la collection de pièces qu’il réunit tout enfant. Il ne fréquente ni l’école ni le collège, son éducation étant assurée par son père, qui lui dispense un enseignement approfondi des Saintes Écritures ; le jeune homme est attiré par la chimie, la géologie et la numismatique, ce qui le conduit à entrer en contact avec le British Museum. Il reçoit par ailleurs de son père une excellente formation en archéologie britannique et en préhistoire. Il assure, avec lui, l’inspection du site de Stonehenge, dont il établit un plan très précis, puis, entre 1875 et 1880, il assume seul la surveillance des vestiges archéologiques du sud de l’Angleterre. Préoccupé de la question de la construction des pyramides, il se rend en Égypte pour la première fois en 1880-1882, et procède à un « survey » : il exprime alors ses inquiétudes devant les terribles destructions que subissent les monuments. Pendant ce premier séjour, il acquiert aussi de petits objets pour le British Museum, au sein duquel le conservateur du département de numismatique, R. S. Poole, lui conseille d’entrer en contact avec l’Egyptian Exploration Fund (EEF). Sa fondatrice, Amelia Blanford Edwards, lui propose de prendre la suite d’É. Naville et d’entreprendre la fouille du site de Tanis, où il s’installe en 1883. La même année, il devient secrétaire adjoint de la Société pour laquelle il fouille entre 1884 et 1886, découvrant le site de Naucratis, centre du commerce grec en Égypte au vie siècle av. J.-C., que les égyptologues avaient jusque-là cherché en vain ; c’est sur ce site qu’il met au point l’exploration stratigraphique des vestiges, innovation déterminante dans l’histoire de l’archéologie. En 1892, selon la volonté d’Amelia Blanford Edwards, est créé grâce à son legs un département d’égyptologie à l’University College de Londres ; Flinders Petri accède à la première chaire d’égyptologie de Grande-Bretagne et l’occupe de 1892 à 1933. Son enseignement le laisse libre chaque hiver de poursuivre ses activités de terrain en Égypte. À l’issue d’une querelle avec l’EEF, il décide de fouiller pour son propre compte, organise une importante expédition dans le Fayoum en 1887, puis fonde en 1894 l’Egyptian Research Account, qu’il transforme ensuite en British School of Archaeology in Egypt, d’où sortiront de nouveaux archéologues formés à ses méthodes révolutionnaires. Cependant, il rejoint l’EEF en 1896, et travaille pour cette société jusqu’en 1906. Sa curiosité scientifique le porte surtout vers les sites des périodes prédynastiques, sur lesquels il applique des méthodes de fouille empruntées à la préhistoire : en 1889-1890, il fouille à Kahun, ville de la XIIe dynastie, et y trouve des silex taillés ; de 1894 à 1905, il poursuit ses travaux en Haute-Égypte et explore en particulier l’immense nécropole de Négada et Ballas, et révèle une civilisation dont les traits font que l’on peut radicalement la distinguer de la civilisation pharaonique, mais que Petrie hésite à reconnaître comme préhistorique. Il reviendra à J. de Morgan, devenu directeur du Service des antiquités, d’identifier la « civilisation de Négada » à partir des fouilles qu’il mène sur ce site de 1895 à 1897. En 1899, G. Maspero reprend en main le Service des antiquités, renforçant les mesures contre les fouilles clandestines et nommant deux inspecteurs, tous deux anglais, l’un pour la Moyenne-Égypte jusqu’à Abydos et l’autre pour le Sud ; il accorde par ailleurs à Flinders Petrie la concession de fouille pour Abydos, où É. Amélineau l’avait précédé et avait découvert les tombes des rois des Ire et IIe dynasties, mais avait dû mettre fin à ses travaux tant ses méthodes étaient délétères. Petrie poursuit l’exploration du site et révèle les tombes de quatre des huit rois de la Ire dynastie et plus de trois cents tombes de serviteurs. En quarante-deux ans de travaux sur le terrain, Petrie fouille autant de sites que Mariette mais avec des bien fouille stratigraphique, relevés méthodiques objets et étude typologique ; reprenant le principe de la datation par la céramique établi par A. Furtwängler et A. Conze, il l’applique aussi à la céramique non peinte ; il est ainsi le premier à classer la céramique égyptienne en séquences chronologiques (sequence dating). Par la méthode de la double datation (cross dating), qu’il emprunte à O. Montelius, il établit des synchronismes chronologiques, entre la Grèce et l’Égypte, parvenant ainsi à fixer les limites chronologiques de la civilisation mycénienne. En 1890, à l’invitation du Palestine Exploration Fund, il se rend en Palestine, choisit le site de Tell el-Hesy et y inaugure la fouille stratigraphique d’un tell : il est le premier à pratiquer au Proche-Orient une archéologie scientifique, dont il expose les principes et les méthodes dans une conférence publiée en 1892 par le Palestine Exploration Fund, marquant ainsi une date cruciale dans l’exploration archéologique de la Palestine. Après avoir publié ses travaux de Tell el-Hesy et confié la poursuite des fouilles à F. J. Bliss, il retourne en Égypte où il reste jusqu’en 1925, date à laquelle il regagne la Palestine et explore les sites de Tell Jemmeh (1926-1927), Tell-el Farah (1928-1930), Tell el-Ajjul (1930-1934), et enfin Anthedon et Pétra (1935-1937). Aussi bien en Palestine qu’en Égypte, il forme plusieurs générations d’archéologues à ses méthodes : ainsi H. Carter, A. Gardner, futur directeur de l’école anglaise d’archéologie d’Athènes, ou encore Gertrude Caton Thompson ; sir Mortimer Wheeler ou K. Kenyon peuvent eux aussi être considérés comme ses héritiers.

Bibliographie sélective :

52Voir E. P. Uphill, « A Bibliography of sir William Matthew Flinders Petrie (1853-1942) », Journal of Near Eastern Studies 31, 1972 ; Inductive Metrology, 1877; The Pyramids and Temples of Gizeh, Londres, 1883 ; Naukratis. Part I., 1884-1885 ; A Season in Egypt, 1888 ; Kahun, Gurob and Hawara, 1890; Ten Years Digging in Egypt, 1881-1891 ; Tell el-Hesy, 1891 ; Tell el-Amarna, 1894 ; Nagada and Ballas, 1895, 1896 ; The Royal Tombs of the Earliest Dynasties, 1901 ; A History of Egypt from the Earliest Kings to the XVIth Dynasty, Londres, Methods and Aims in Archaeology, The of Ancient Egypt, The Revolutions of Civilization, Eastern Exploration. Past and Future, 1918; Some Sources of Human History, 1919 ; Corpus of Prehistoric Pottery and Palettes, 1917-1921 ; The Making of Egypt, Londres, 1939.

53VOIR :
W. M. F. Petrie,
Seventy Years in Archaeology, 1931 ; W. F. Albright, The Archaeology of Palestine, et, Dictionary National Biography, Oxford, 1941-1950 ; A. Scharft, Archiv für Orientforschung XV, 1945-1951, p. 187 ; G. Daniel, A Hundred Years of Archaeology, 1950, p. 174-177 The Archaeology of Palestine, Centenary Exhibition, Occasional paper 10, Institute of Archaeology, Londres, 1953 ; C. M. Daugherty, The Great Archaeologists, 1962 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; B. M. Fagan, L’Aventure archéologique en Égypte, trad. française, Paris, 1981 ; M. S. Drower, Flinders Petrie. A Life in Archaeology, Londre, 1985 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; P.R.S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991 ; R. M. Janssen, The First Hundred Years : Egyptology at University College London 1892-1992, Londres, 1992 ; È. et J. Gran-Aymerich, «À la confluence de la préhistoire et de l’égyptologie : les origines de la préhistoire orientale et Jacques de Morgan », Hommages à Jean Leclant, Paris-Le Caire, 1994 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions 1998 ; M. S. Drower, « Sir William Matthew Flinders Petrie (1853-1942) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 221-232 ; Coptos. L’Égypte antique aux portes du désert, exposition Lyon, Musée des beaux-arts, RMN, 2000.

Peyrony, Denis (1869-1954)

54Préhistorien français. Instituteur aux Eyzies-de-Tayac à partir de 1891 et directeur de circonscription archéologique, il suit l’enseignement d’É. Cartailhac et se consacre à l’exploration des sites préhistoriques de la vallée de la Vézère. Toute sa carrière de préhistorien se déroule en Périgord, où il fouille les grottes les plus importantes avec une méthode d’une rigueur remarquable. Ses travaux de La Ferrassie, Laugerie-Haute, du Moustier et de La Madeleine lui permettent de préciser la chronologie du Paléolithique le de vue Breuil la de l’Aurignacien », apportant la preuve stratigraphique de son antériorité par rapport au Solutréen par la coupe qu’il effectue à l’abri du Ruth, près du Moustier en 1908 il affine cependant les conclusions de l’abbé Breuil en distinguant l’Aurignacien et le Périgordien. En 1901, avec H. Breuil et L. Capitan, il découvre les grottes ornées de Font-de-Gaume et des Combarelles, qu’ils publient dans le cadre de l’Institut de paléontologie humaine, fondé à Paris par le prince de Monaco. L’année suivante, il fait partie de la commission réunie à Montauban, pour débattre sur l’art pariétal préhistorique, dans le cadre du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences. Au cours de ce congrès, les meilleurs spécialistes de l’époque – É. Rivière, É. Cartailhac, A. de Mortillet, F. Daleau, l’abbé Breuil – visitent Les Eyzies et constatent la présence de peintures dans une grotte close par l’occupation préhistorique ; la polémique sur l’authenticité des peintures d’Altamira prend fin par la publication du Mea culpa d’un sceptique d’É. Cartailhac. D. Peyrony crée en 1918 le Musée des Eyzies, devenu aujourd’hui Musée national de préhistoire qui réunit des collections exceptionnelles. Par ses travaux menés en collaboration avec L. Capitan et H. Breuil, il contribue à la reconnaissance de l’art pariétal préhistorique et précise la chronologie du Paléolithique.

Bibliographie sélective :

55«Une station aurignacienne à Gorge-d’Enfer, commune des Eyzies (Dordogne). L’abri Association française pour l’avancement des sciences, 35esession, 1906 ; avec L. Capitan et H. Breuil, La Caverne de Font-de-Gaume aux Eyzies, Monaco, 1910 ; avec L. Capitan, « Station préhistorique de La Ferrassie. Commune de Savignac-du-Bugue (Dordogne) », Revue anthropologique, XXII, 1912, « Le Moustérien. Ses faciès », Association française pour l’avancement des sciences, Strasbourg, 1920 ; « Les nouvelles industries du gisement préhistorique de Laugerie-Haute », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1924 ; avec L. Capitan et H. Breuil, Les Combarelles aux Eyzies (Dordogne), Paris, 1924 ; « Le Moustier. Ses gisements, ses industries, ses couches géologiques », Revue anthropologique, XLII, 1932 « Ferrassie (Moustérien, Périgordien, Aurignacien) », Préhistoire, III, 1934 ; D. et E. Peyrony, Laugerie-Haute près des Eyzies (Dordogne), Paris, 1938.

56Voir:

57Bulletin de la Société préhistorique française, Manuel encyclopédique de préhistoire et protohistoire européenne, deux vol., Prague, 1966 ; H. Delporte, É. Piette. Histoire de l’art primitif, Paris, 1987, p. 275 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Pézard, Maurice (1877-1923)

58Assyriologue français. Formé à l’École du Louvre, il présente, en 1905, un diplôme sur de « Nouveaux faits grammaticaux d’après les collections chaldéennes du musée du Louvre ». Il est attaché en 1909 à la mission de Suse, puis, attaché libre au Département des antiquités orientales du musée du Louvre, il collabore avec E. Pottier. Il entreprend des fouilles à Qadesh-Tell Nebi Mend, au sud de Homs, en 1921-1922.

Bibliographie sélective :

59Catalogue des antiquités de la Susiane au musée du Louvre, Paris, 1913 ; «Mission à Bender-Bouchir : documentation archéologique et épigraphique », Publications de la mission archéologique en Perse, XXV, 1914 ; La Céramique archaïque de l’Islam, 1920 ; « Qadesh-Mission archéologique à Tell Nebi Mend. 1921-1922 », Bibliothèque archéologique et historique du Service des antiquités de Syrie, 1931.

60VOIR :
E. Pottier, Syria, 1923 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946.

Picard, Casimir (1806-1841)

61Médecin et préhistorien français. Installé en 1830 à Abbeville, passionné d’histoire naturelle, il y fonde la Société linéenne du nord de la France et rédige plusieurs mémoires. À Abbeville, il siège dans le conseil de la Société royale d’émulation, dont Boucher de Perthes est le président. Vers 1830, des travaux de terrassement conduits dans la région attirent son attention sur des ossements d’animaux qui sont alors découverts et sur lesquels il reconnaît des traces de travail humain. Il fait une analyse extrêmement rigoureuse de ces instruments et en tire des informations techniques très précises, destinées à rétablir la fonction des objets. Par la suite, il examine les haches qu’il désigne comme « celtiques » et distingue trois catégories, les polies, petites et grandes, et les taillées, qu’il est le premier à considérer comme des objets finis ; l’analyse est strictement fonctionnelle et n’aboutit nullement à une répartition chronologique des objets, tous considérés comme celtiques. Formé à la géologie, il observe que les outils de pierre étaient associés, dans un même niveau, à des ossements d’animaux disparus, ce qui atteste leur caractère contemporain et doit permettre de dater les différentes couches de terrain. Il pose ainsi les principes de l’analyse stratigraphique qui fonde la science préhistorique ; cependant, Picard, comme les autres pionniers d’une préhistoire encore à naître, situe les objets qu’il étudie dans les limites imposées par l’histoire et la Bible, sans songer à les outrepasser. Une mort précoce interrompt les travaux de C. Picard qui sont repris par son ami J. Boucher de Crèvecoeur de Perthes, à qui il reviendra de concevoir un nouveau cadre pour les origines de l’homme.

Bibliographie sélective :

62« Notice sur quelques instruments celtiques en corne de cerf », Mémoires de la Société royale d’émulation d’Abbeville, 1834-1835 « sur instruments celtiques Mémoires de la Société royale d’émulation d’Abbeville, 1836-1837; « Rapport de la Commission archéologique pour l’arrondissement d’Abbeville, à Monsieur le Préfet du département de la Somme ; en réponse à la circulaire de Monsieur le ministre de l’Intérieur en date du 13 mars 1838 », Mémoires de la Société royale d’émulation d’Abbeville, 1838-1840.

63VOIR :
Biographie générale, 1862, XL ; T. Morgand, « Extrait de la notice biographique de M. Casimir Picard, médecin, archiviste de la Société royale d’émulation d’Abbeville… », Mémoires de la Société royale d’émulation d’Abbeville, 1841-1843 ; C. Cohen et J.-J. Hublin, Boucher de Perthes. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, Belin, 1989 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Picard, Charles (1883-1965)

64Helléniste, historien et archéologue français. Directeur de l’École française d’Athènes de 1919 à 1925. Élève de l’École normale supérieure à partir de 1905 et agrégé de lettres, il est admis à l’École d’Athènes, en devient le secrétaire et y séjourne jusqu’en 1914. Il participe aux fouilles de l’École française à Délos. De 1910 à 1913, il accomplit de nombreux voyages d’exploration en Chersonèse, en Thrace et en Macédoine, avec Ch. Avezou et A.-J. Reinach. Il propose à M. Holleaux l’ouverture à Thasos d’un chantier, qui sera inauguré en 1913 par G. Fougères. Il participe en 1913 à la campagne de fouilles du site de Claros, en collaboration avec les musées ottomans. Il consacre sa thèse aux sanctuaires d’Éphèse et de Claros. Mobilisé en 1914, il passe deux années sur le front français, puis, détaché à l’armée d’Orient, il explore, avec Ch. Avezou et A.-J. Reinach, la Macédoine, la Thessalie et l’Albanie, lors même qu’il assume la direction du Service de renseignements à l’état-major de Franchet d’Espérey. À la tête de l’École française d’Athènes de 1919 à 1925, il élargit son champ d’action, en ouvrant le chantier de Malia en Crète, et en l’orientant non seulement vers les sites de la Grèce péninsulaire et de l’Ionie, mais aussi vers la Thrace et la Macédoine. De retour en France en 1925, il reçoit la chaire d’archéologie classique de Grenoble puis, en 1928, succède à la Sorbonne à G. Fougères, et assure, à l’École normale supérieure, la préparation des normaliens à l’École d’Athènes. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1932. Parallèlement à ses recherches sur la religion grecque et ses origines, il poursuit, à partir de 1923, la publication de son Manuel d’archéologie grecque, consacré à la sculpture. En 1937, il prend la direction de l’Institut d’art et d’archéologie, qu’il a concouru à fonder en 1930. En 1939, attaché militaire à Athènes, il y recueille des renseignements sur les préparatifs de guerre de l’Allemagne, puis rejoint l’armée française de Syrie. Après la guerre, il reprend sa chaire à la Sorbonne et ses responsabilités à la tête de l’Institut d’art, de la Revue archéologique et des Monuments Piot. Il appartient à la XVe Commission du CNRS, puis à la Commission des Fouilles du ministère des Affaires Étrangères, au sein desquelles il est responsable de l’archéologie classique. Par son œuvre et ses importantes responsabilités administratives, C. Picard assure, pendant de longues années, le rayonnement de l’archéologie grecque en France.

Bibliographie sélective :

65Éphèse et Claros. Recherches sur les sanctuaires et les cultes d’Ionie du Nord, Paris, 1922 ; L’Acropole d’Athènes, Les Origines du polythéisme hellénique, deux vol., 1930 et 1932 ; La Civilisation égéenne, coll. G. Glotz, Paris, 1937 ; Manuel d’archéologie grecque, la sculpture, cinq vol., 1935-1966 ; Les Religions préhelléniques (Crète et Mycènes), Paris, 1948.

66VOIR :
P.-M. Duval, « Charles Picard (1883-1965) », Gallia 23, 1965, p. 235-236 ; P. Demargne, « Charles Picard (1883-1965) », Revue archéologique, 1965, p. 111-119 ; J. Le Gall, Revue d’études latines, 43, 1965, p. 85-87 ; J. Marcadé, Revue d’études anciennes, 68, 1966, p. 231-234; L. Robert, « Éloge funèbre de M. Charles Picard», Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1966, p. 1-6 ; F. Chamoux, « Notice sur la vie et les travaux de M. Charles Picard », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1987, p. 461-474.

Picard, Gilbert Charles (1913-1998)

67Archéologue français, spécialiste de Carthage et du monde romain en Tunisie et en France. Fils de Charles Picard, il s’oriente résolument vers le monde romain. Élève de l’École pratique des hautes études, il obtient l’agrégation d’histoire, et devient membre de l’École française de Rome en 1938. Son séjour à Rome est interrompu par la guerre, mais, sous l’impulsion de J. Carcopino, il se tourne très tôt vers le Maghreb en fouillant Castellum Dimmidi ; c’est ce qui explique qu’on lui confie, dès le 1er janvier 1942, la direction par intérim des Antiquités de Tunisie. Il surmonte les nombreuses difficultés qui font obstacle à l’activité scientifique et, en 1946, est nommé directeur du service. Il mène une activité très diversifiée dont les pôles sont Carthage et Mactar. Il parvient à concilier les responsabilités administratives et une intense activité scientifique ; alors qu’il donne une impulsion durable à de multiples opérations, il poursuit ses recherches personnelles, soutenant sa thèse sur Les Trophées romains, en 1954. Jusqu’en 1955, il est professeur à l’Institut des hautes études de Tunis, puis est nommé à l’Université de Strasbourg. Son attachement à la Tunisie ne se démentira pas et la revue Karthago qu’il dirige à partir de 1960 témoigne de cette permanence, ainsi que les ouvrages qu’il consacre aux Religions de l’Afrique antique (1954), au Monde de Carthage (1956) ou à La Civilisation de l’Afrique romaine (1959, rééd. 1990), qui reste un ouvrage irremplaçable ; par La Vie quotidienne à Carthage au temps d’Hannibal, publié avec Colette Picard sa femme, il contribue à la réhabilitation de la civilisation punique. Nommé en 1959 maître de conférences puis professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à l’Université de Paris IV, il devient archéologue national et place la Gaule romaine au centre de ses préoccupations : il conduit la fouille d’Argentomagus près de Châteauroux, mène des travaux sur les théâtres et les sanctuaires ruraux, et sur la romanisation des campagnes gauloises ; il renouvelle le problème de l’assimilation des notables gaulois. Il consacre, dans Gallia, des articles importants à la sculpture et à l’architecture de Glanum. Entré dans le comité de rédaction de la Revue archéologique depuis 1958, il en est devenu le directeur adjoint de 1979 à 1990. De 1960 à 1981, il tient dans la Revue des études latines des « Chroniques» extrêmement riches et utiles sur les de l’art romain, les arts plastiques et figuratifs. À l’Université, il a formé de nombreux disciples. Il a été élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1958. G. Picard a probablement été l’un des derniers archéologues classiques à s’être illustré dans d’aussi nombreux domaines en Tunisie et en France.

Bibliographie sélective :

68Voir « Titres et travaux de Gilbert Picard », Karthago 23, 1995, p. 9-17; Le Monde de Carthage, Paris, 1956 ; « Civitas Mactaritana », Karthago 8, 1957, p. 1-156 ; Les Trophées romains, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 187, Paris, 1957 ; avec C. Picard, La Vie quotidienne à Carthage au temps d’Hannibal. iiie siècle av. J.-C., Paris, 1958 ; « Chronique de la sculpture romaine », Revue d’études latines 37, 1959, p. 247-260 ; «Chronique de la sculpture romaine», 2. « L’art monumental au temps d’Auguste», Revue d’études latines 38, 1960, p. 323-335 ; L’Art romain, Paris, 1962; Auguste et Néron. Le secret de l’Empire, Paris, 1962 ; La Carthage de saint Augustin, Paris, 1965 ; The life and death of Carthage. A survey of Punic history and culture from its birth to the final tragedy, Londres, 1968 ; Archaeologia mundi Rom, Munich, 1969 ; Roman Painting, Londres, 1970 ; avec J. Debal, Les Gaulois en Orléanais des invasions celtiques à l’occupation romaine, 2, 1974 ; « Les fouilles de Mactar (Tunisie) 1970-1973 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1974, p. 9-33 ; avec C. Picard et A. Bourgeois, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Mactar. La Maison de Vénus. Stratigraphies et étude des pavements, Collection de l’École française de Rome, 34, Rome, 1977 ; La Civilisation de l’Afrique romaine, I 1959, II 1990 ; L’Ascension d’une dynastie gauloise. La gloire des Sedatii, 1990 ; avec M. H. Fantar et S. Ben Mansour, La Mosaïque en Tunisie, Paris, CNRS Éditions, 1994.

69VOIR :
J. Carcopino, « L’archéologie africaine », Revue hommes et mondes, oct.-nov. 1948 ; P. Gros, « Gilbert Picard (15 octobre 1913-21 décembre 1998) », Revue archéologique, 1998-2, p. 421-424.

Piette, Louis Édouard (1827-1906)

70Magistrat, géologue et préhistorien français. Fils d’un propriétaire foncier à Rumigny, dans les Ardennes, il fait avec son frère ses études de droit à Paris et fréquente aussi les cours de la Sorbonne, du Collège de France, au Muséum et à l’École des Mines. Après être devenus l’un et l’autre avocats, les deux frères optent pour la carrière judiciaire : Édouard choisit de rejoindre sa région d’origine et y exerce comme juge de paix de 1860 à 1879. Affecté par la guerre et l’occupation prussienne, il se rend en cure à Bagnères-de-Luchon, et le séjour qu’il y fait détermine l’orientation de son activité archéologique. Jusqu’à cette date en effet, Piette avait mené des recherches à caractère géologique et archéologique : membre de la Société géologique de France, il publie de nombreux articles sur les terrains et fossiles jurassiques du nord-est de la France et fréquente le milieu scientifique, représenté en particulier par A. Bertrand, conservateur du Musée des antiquités nationales. Au cours des années passées à Craonne, il a fouillé à Chassemy, nécropole appartenant pour partie au Néolithique et à la période initiale de La Tène. Dans les Pyrénées, il se livre d’abord à des travaux d’exploration géologique, mais se pose rapidement la question de l’existence de l’homme au moment du recul des glaciers. Il visite quelques grottes et choisit de fouiller celle de Gourdan, en Haute-Garonne, où les travaux se poursuivent jusqu’en 1874, alors que, dès 1873, il entreprend avec É. Cartailhac et E. Trutat, conservateur du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, l’exploration de la grotte de Lortet, dans les Hautes-Pyrénées, ainsi que celle de la grotte d’Espalungue à Arudy. Il passe chaque année deux mois dans les Pyrénées et y dirige des travaux de fouille financés sur ses fonds personnels et poursuivis en son absence. En 1879, victime d’une cabale inspirée par une rancune d’ordre politique, Piette est déplacé d’office à Eauze dans le Gers, où, investi d’une mission du ministère de l’Instruction publique, il travaille sur le site gallo-romain d’Elusa. En 1882, il est nommé à Segré et se fixe en 1885 à Angers jusqu’à sa retraite en 1891. Pendant toute cette période, il travaille très activement à la préparation de son grand ouvrage sur L’Art pendant l’âge du renne, dont l’édition définitive sera mise au point, après la mort de Piette, par son gendre H. Fischer et l’abbé Breuil, son disciple et ami. Depuis la découverte des peintures d’Altamira en 1879, il est l’un des rares préhistoriens à en défendre l’authenticité. C’est en 1887 qu’il reprend ses travaux sur le terrain et entreprend avec É. Cartailhac la fouille du Mas-d’Azil, où il reconnaît la période de transition entre Paléolithique et Néolithique. ; ces travaux seront repris en 1935 par S.-J. Péquart. En 1892, Piette aborde la dernière étape de sa carrière de fouilleur, en entreprenant, avec J. de Laporterie, l’exploration de la grotte du Pape à Brassempouy, où les travaux se poursuivront jusqu’en 1897, date à laquelle il fait la connaissance du jeune abbé Breuil ; celui-ci devient son disciple et son héritier scientifique et exécute pour lui les dessins des œuvres d’art de sa collection, qu’É. Piette lègue au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Par ses fouilles de Gourdan, Lortet, du Mas-d’Azil et de Brassempouy, É. Piette a bouleversé la connaissance de la Préhistoire, ajoutant aux classifications d’É. Lartet et de G. de Mortillet une chronologie fondée sur les variations observées sur les œuvres d’art, associées à celles de la faune et de l’outillage. En tentant cette première synthèse historique de la Préhistoire, il s’est affirmé comme le maître du Paléolithique.

Bibliographie sélective :

71« Équidés de la Période quaternaire d’après les gravures de ce temps », Matériaux, 3e série, XXI, 1887 avec J. de Laporterie, Les fouilles Brassempouy en 1894», Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, 4e série, V, 1894 ; «Note pour servir à l’histoire de l’art primitif», L’Anthropologie, t. V, 1894 ; « Hiatus et lacune. Vestiges de la période de transition dans la grotte du Mas-d’Azil », Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, 4e série, VI, 1895: « Études d’ethnographie préhistorique », I à IX, L’Anthropologie, t. VI, n° 3, 1895; t. VII, n° 1 et 3, 1896; t. XIV, 1903; t. XV, 1904 ; t. XVI, 1905 ; t. XVII, 1906; Les Écritures de l’âge glyptique, 1905 ; L’Art pendant l’âge du renne, Paris, 1907.

72VOIR :
É. Cartailhac, « Les fouilles de M. É. Piette dans la grotte du Mas-d’Azil (Ariège) », L’Anthropologie, t. 2, 1891; H. Carnoy, À l’orée du xxe siècle : portraits contemporains: Édouard Piette, Paris, 1902 ; H. Breuil, « Édouard Piette, son œuvre préhistorique », La Grive, Charleville, n° 93, 1957; H. Delporte, « Brassempouy: ses industries d’après la collection Piette », Zephyrus, t. 18, 1968 ; É. Piette, Histoire de l’art primitif, précédé de «É. Piette, pionnier de la préhistoire», par H. Delporte, Paris, 1987 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Pigorini, Luigi (1842-1925)

73Numismate et préhistorien italien. Principal créateur de la préhistoire italienne, à partir de 1865. Étudiant, il s’adonne à la numismatique au musée de Parme et entre en contact avec Pellegrino Strobel (1821-1895), professeur de sciences naturelles, qui, sous l’influence de Bartolomeo Gastaldi, entreprend d’explorer un grand site terramaricole à Castione dei Marchesi et qui, devant l’ampleur de la tâche, fait appel au jeune homme en 1861. La même année, il fait la connaissance du prêtre Gaetano Chierici qui s’intéresse lui aussi à la préhistoire ; ces trois hommes associés illustreront brillamment la « palethnologie » italienne. L. Pigorini obtient un diplôme en sciences politiques et administratives, et est admis comme membre de l’Institut de Correspondance archéologique, en tant que numismate. Il est le premier préhistorien italien à ne pas avoir reçu une formation en sciences naturelles et à entretenir avec les naturalistes des relations très étroites. Il se lie d’amitié avec le ministre de l’Instruction publique R. Bonghi, qui l’envoie en mission à Rome et à Naples pour y étudier l’Antiquité classique, mais le jeune homme fait au ministre un rapport (La Paletnologia in Roma, in Napoli, nelle Marche e nelle Legazioni), où il insiste avant tout sur son désir de promouvoir les études préhistoriques à Rome et en Italie du Sud et d’encourager les préhistoriens et géologues, qui se heurtaient aux préventions du Vatican. Il remporte pour la préhistoire une victoire extraordinaire, lorsqu’il est invité par l’Institut de correspondance archéologique, haut lieu de l’archéologie classique, à faire des conférences sur les terramare de l’Émilie et les découvertes préhistoriques de la campagne romaine ; le Bulletin et les Annales de l’Institut s’ouvrent alors aux travaux des « palethnologues » italiens. Quelques années plus tard, W. Helbig, secrétaire de l’Institut, se mettra lui aussi à étudier la Préhistoire italienne (Die Italiker in der Po-Ebene, 1879). Pendant son séjour à Naples, L. Pigorini travaille au Musée national, dirigé par G. Fiorelli, qui lui confie un cours libre de « » pour permettre l’ouverture au Musée d’une section spécifique et développer cette nouvelle science à Naples. En 1867, Pigorini obtient un poste au Musée royal des antiquités de Parme, puis, en 1870, est nommé à la Direction générale des musées et des fouilles archéologiques, qui vient d’être créée. Fort de son prestige international et de ses appuis politiques, il participe à l’organisation institutionnelle de la préhistoire en Italie et obtient la reconnaissance officielle de la « paletnologia », par la création en 1875 du Bollettino di Paletnologia italiana, dont le comité de rédaction est composé de Pigorini, Chierici et Strobel ; la même année, le ministre de l’Instruction publique, R. Bonghi, crée pour l’archéologie la Direction générale des musées et des fouilles, qui devient par la suite des Antiquités et Beaux-Arts, dont le directeur est G. Fiorelli, alors que L. Pigorini est le seul préhistorien à appartenir à la direction ; par la même loi sont créées les Notizie degli Scavi. En 1876, Pigorini obtient l’ouverture à Rome du Museo Nazionale Preistorico ed Etnografico. Cependant, l’avenir de la préhistoire ne pouvant être assuré que si elle a une place à l’Université, Pigorini, qui à Parme avait assuré un cours libre sur les origines de la civilisation humaine, parvient à faire créer la première chaire de préhistoire à l’Université de Rome en 1877. De cette position, il exerce une autorité difficilement contestée sur la préhistoire italienne. L. Pigorini concourt avec B. Gastaldi, G. Chierici, P. Strobel, et d’autres encore, à la naissance de la préhistoire en Italie et réussit à mettre en place les institutions qui assure son développement.

Bibliographie sélective :

74Avec P. Strobel, Le Terremare dell’Emilia, prima relazione, Turin, 1862 ; avec P. Strobel, Le Terremare e le Palafitte del Parmense, seconda relazione, Milan, Matériaux pour l’histoire de la paléoethnologie italienne, Parme, 1874 ; « La terramara dell’età dell’ Bronzo a Castione dei Marchesi », Memoria dei Lincei, 3e série, vol. 8, Rome, 1883 ; La Terramara di Castellazo di Fontanellato (Parme), 1893-1896 ; Gli abitanti primitivi dell’ Italia, Rome, 1910 ; Preistoria. Cinquanta anni di storia italiana (1860-1910), Rome, 1911.

75VOIR :
Un Maestro di Scienza e d’Italianità. In onore di Luigi Pigorini, 1842-1925, Rome, 1925 ;

76M. Desiterre, « Contributo alla storia della paletnologia italiana », dans C. Morigi Govi et G. Sassatelli, Della Stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della formazione del Museo Civico Archeologico di Bologna, Bologne, 1984 ; M. Desiterre, Paletnologi e studi preistorici nell’Emilia Romagna dell’Ottocento, Reggio Emilia, Civici Musei, 1988 ; A. Guidi, Storia della Paletnologia, Rome, 1988 « e protostoria, la vicenda degli studi Le Vie della preistoria, A. Delpino et E. Pellegrini, «Luigi Pigorini, cenni biografici », dans M. Bernabo Brea et A. Mutti, « Le terremare si scavano perconcimare i prati ». La nascità dell’archeologia preistorica a Parma nella seconda metà dell’Ottocento, Parme, 1994, p. 61-65 ; N. Coye et N. Provenzano, « Un octobre émilien: palethnologie et sentiment national au lendemain de l’Unification italienne », Préhistoire, anthropologie méditerranéennes, 1996, t. 5, p. 5-16.

Pillet, Maurice (1881-1964)

77Architecte et archéologue français. Après des études d’architecture à l’École des beaux-arts, il est rattaché à l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire) en 1911, puis intègre la Délégation archéologique française en Perse, et participe aux fouilles du palais de Darius Ier en 1912-1913. Pendant la Première Guerre mondiale, il se bat sur le front de France et, blessé, est envoyé au Maroc en 1916, comme directeur du Service des antiquités et des beaux-arts à Marrakech. De 1920 à 1925, il assure la direction des travaux de Karnak à la mort de G. Legrain. Il travaille ensuite au Liban, pour établir le plan des temples de Byblos (1926) et dirige les travaux à Doura-Europos, au sein de la mission conjointe de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de l’Université de Yale de 1927 à 1931. Il retourne en Égypte en 1948 pour participer aux fouilles de R. Weill à Dara. Il contribue aussi à l’histoire de l’archéologie en effectuant de longues recherches dans les archives, pour ramener en pleine lumière les pionniers de l’« âge héroïque » : V. Place, F. Fresnel ou F. Thomas. On lui doit d’avoir retrouvé les calotypes de G. Tranchand conservés par le fils de V. Place en Roumanie, dont il put tirer des épreuves et qui sont aujourd’hui conservés au cabinet d’assyriologie du Collège de France.

Bibliographie sélective :

78Khorsabad, les découvertes de V. Place en Assyrie, Paris, 1918 ; L’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie, Un pionnier de l’assyriologie. Victor Place, Cahiers de la Société asiatique XVI, Paris, 1962 ; évocation de la personnalité d’E. de Sarzec dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 25 févr. 1958, p. 52-66.

79VOIR :
A. Parrot, « M. Pillet », Syria 41 (1964), p. 385-386, portrait ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; É. Fontan (dir.), De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1994.

Piranesi, Giovanni Battista (1720-1778)

80Peintre, graveur, architecte et archéologue italien. Il est à l’origine du « nouveau style romain », qui fait des ruines romaines un sujet éminemment artistique et qui, grâce à lui et son ami Clérisseau, se diffuse dans toute l’Europe. Né à Venise, il y reçoit une formation qui détermine son destin d’architecte et d’artiste. En 1740, il vient pour la première fois à Rome, attiré par les monuments antiques qui l’emplissent d’enthousiasme et entre dans l’atelier du sculpteur Giuseppe Vasi. En 1743, il publie sa Prime Parte di Architetture e Prospettive, où il propose des reconstitutions de la Rome antique, dont l’extraordinaire caractère visionnaire constitue une grande nouveauté. De 1743 à 1745, il retourne à Venise, puis s’installe définitivement à Rome dans un atelier de chalcographie sur le Corso, en face du palais Mancini, siège de l’Académie de France à cette époque. Il exerce une profonde influence sur des architectes comme l’anglais Robert Adam et le français C. L. Clérisseau, dont il devient l’ami peu de temps après l’arrivée du jeune homme à l’Académie de France à Rome. Les relations entre Piranèse et les jeunes artistes français sont étroites : il entretient également une vive amitié avec Hubert Robert, qui travaille avec lui à partir de 1756. Au cours du long séjour de C. L. Clérisseau à Rome (1749-1767), Piranèse et lui se rendent à la villa d’Hadrien à Tivoli, lieu traditionnellement privilégié par les architectes et les archéologues, en font le relevé, y exécutent de nombreux dessins et sont présents partout où s’ouvrent des « fouilles ». En toutes occasions, Piranèse se montre avide d’informations archéologiques et a une parfaite connaissance des sites et des monuments de l’Antiquité en Italie. Il constitue une vaste collection d’antiquités qu’il restaure et qu’il propose à la clientèle anglaise des jeunes aristocrates qui accomplissent leur « Grand Tour». Du strict point de vue de l’archéologie, son œuvre principale, les Antichità Romane…, publiées en 1756, surpasse clairement tout ce qui a été fait avant lui, par l’exactitude rigoureuse du relevé architectural. A partir de 1760, Piranèse est au cœur du débat qui oppose Grecs et Romains sur la question de l’évaluation des modèles d’architecture qu’ils fournissent. Il entre alors en conflit avec P. J. Mariette proche du comte de Caylus. Piranèse concilie l’archéologie et l’imagination créatrice et il fait œuvre à la fois d’artiste visionnaire et d’archéologue exigeant, qui se met au service d’une utopie.

Bibliographie sélective :

81Voir H. Focillon, Giovanni Battista Piranesi. Essai de catalogue raisonné de son œuvre, Paris, 1918 ; Prima Parte di Architetture e Prospettive, Rome, 1743 ; Opere varie d’archi-tettura, prospettive, grottesci, antichità, Rome, 1750 ; Antichità romane de’tempi della Republica e de’primi imperatori, Rome, quatre vol, 1756 ; Le Rovine del Castello dell’Acqua Giulia, 1761 ; Della magnificenza ed architettura de’Romani, 1761 ; Parer su l’architettura, 1765 ; Vasi, candelabri, cippi, sarcophagi, tripodi, 1768-1778 ; Différentes vues de quelques restes… de l’ancienne ville de Pesto, 1778.

82VOIR :
J. G. Legrand, Notice historique sur la vie et les ouvrages de J. B. Pirenesi, architecte, peintre et graveur… rédigée sur les notes et les pièces communiquées par ses fils, les compagnons et les continuateurs de ses nombreux travaux, Paris, 1799, Bibliothèque nationale, mss. nouv. acq. fr. 5968, publié par G. Erouart et M. Mosser, « À propos de la Notice historique sur la vie et les ouvrages de J. B. Piranesi : origine et fortune d’une biographie», Piranèse et les Français, 1740-1790, 1976, p. 213-256 ; A. Giesecke, G. B. Piranesi, Giovanni Battista Piranesi, Paris, A. Mayor, Giovanni Battista Piranesi, New York, 1952 ; catalogue de l’exposition Piranesi, Smith College Museum of Art, Northampton, Massachusetts, 1961 ; G. Brunel éd., Piranèse et les Français, Rome, Académie de France, colloque tenu à la Villa Médicis, 12-14 mai 1976, Rome, 1978 ; A. Lo Bianco éd., Piranesi e la cultura antiquaria : gli antecedenti e il contesto, Rome, Università degli Studi di Roma, colloque tenu les 14-17 novembre 1979, Rome, 1983 ; V. Chevtchenko, S. Cotté, M. Pinault Sorensen éds, Charles-Louis Clérisseau (1721-1820). Dessins du musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg, Paris, RMN, 1995; S. Pressouyre, « G. B. Piranèse (1720-1778) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom 1998 ; F. de Polignac et J. Raspi Serra éds, La Fascination de l’Antique, 1700-1770. Rome découverte, Rome inventée, Paris-Lyon, Somogy-Musée de la civilisation gallo-romaine, 1998.

Pittakis, Cyrus (1798-1863)

83Archéologue grec. Membre fondateur de la Société archéologique d’Athènes, au sein de laquelle il domine les recherches archéologiques en Grèce jusqu’à sa mort. Né à Athènes, il y fait des études de mathématiques et d’archéologie. En 1822, il rejoint les assiégeants grecs de l’Acropole, occupé par les Turcs. En 1824, il se rend à Corcyre, y fréquente l’Académie ionienne et apprend les langues étrangères, le latin et la médecine. Par la suite, il recueille, sur l’île d’Égine, des inscriptions qu’il envoie à A. Boeckh et que celui-ci insère dans le Corpus Inscriptionum Graecarum, dont il est le fondateur. En 1833, il devient éphore adjoint du premier Service des antiquités et est chargé de la surveillance des travaux de l’Acropole, dont il assumera la responsabilité jusqu’en 1861. En 1836, il concourt, avec A. Rangabé, à la fondation de la Société archéologique d’Athènes et des Éphémérides archéologiques. Il est président de la Société jusqu’en 1859.

84Voir:

85B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 18371987, Athènes, 1987, p. 248-253.

Pitt Rivers, Augustus Henry Lane Fox, lieutenant-général (1827-1900)

86Officier et archéologue britannique, considéré comme le « père de l’archéologie scientifique » ; premier inspecteur des Monuments anciens de 1882 à sa mort. Il mène parallèlement les carrières d’officier, d’anthropologue et d’archéologue soucieux de l’éducation publique. En 1880, il adjoint à son nom, celui de Horace Pitt, sixième baron Rivers, dont il hérite les terres, en particulier le domaine de Cranborne Chase, à la limite entre le Dorset, le Wiltshire et le Hampshire, qui, en 1880, constituait une magnifique réserve archéologique. Il naît dans une famille aristocratique d’officiers et intègre en 1841 la Royal Military Academy de Sandhurst, où il reçoit une éducation scientifique poussée et devient officier des Grenadiers Guards. À partir de 1851, il prend une part active aux travaux du comité qui est constitué pour évaluer les armes à feu et procéder au choix du meilleur fusil pour l’armée, et entreprend des voyages en Europe pour y examiner les différents systèmes d’instruction. C’est un moment crucial de l’itinéraire de Pitt Rivers, puisque c’est alors qu’il commence sa collection d’armes à feu et s’engage dans des recherches d’ordre anthropologique et archéologique sur l’« évolution de la culture », selon les principes du darwinisme. Il est nommé principal instructeur à la School of Musketry, fondée en 1853 à Hythe dans le Kent. En 1854, quand est déclenchée la guerre de Crimée, il veille à l’instruction de la brigade des Guards à Malte, puis participe aux opérations de guerre en Bulgarie et en Crimée. De retour en Angleterre en 1857, il est en butte à une polémique sur la qualité de son travail d’instructeur à Malte, mais voit ses services reconnus en 1861, lorsqu’il est envoyé au Canada pour y instruire le premier bataillon de Grenadiers Guards. En 1862, il est affecté en Irlande pour quatre années et y inaugure sa carrière d’archéologue. À son retour d’Irlande, il donne plusieurs conférences à la Royal United Services Institution sur « l’armement primitif » et y expose ses recherches sur l’histoire des armes, envisageant non seulement l’époque moderne, mais aussi la Préhistoire, et en introduisant également un point de vue ethnographique. En juillet 1867, il choisit de ne percevoir que la moitié de sa solde, et de ne plus assurer de service dans l’armée pendant les six années à venir ; c’est en avril de la même année qu’il a entrepris sa première expérience de fouille scientifique qu’il « consacrer plus temps à ses activités archéologiques. Définitivement retiré en 1882 avec le grade honorifique de lieutenant-général, il se consacre entièrement à l’exploration archéologique du domaine hérité de la famille Rivers et à l’enrichissement et à l’agencement de ses collections il est par investi de la charge d’inspecteur des monuments anciens. Le nom de Pitt Rivers est aujourd’hui encore lié à deux musées, celui d’Oxford et le Farnham Museum, dans le Dorset. Il commence sa collection ethnographique en 1851, en recueillant des armes de toutes les époques et de différentes régions du monde. Cette initiative lui est sans aucun doute inspirée du modèle « fourni par l’Exposition universelle de 1851 et par les cercles intellectuels qu’il fréquente : il connaît personnellement Darwin et ses plus ardents partisans, T. H. Huxley et H. Spencer, les créateurs de l’évolutionnisme socio-culturel. Il entretient aussi d’étroites relations avec des géologues comme sir Joseph Prestwich et le professeur Boyd Dawkins, avec le philologue F. M. Müller et l’anthropologue E. Burnett Tylor. L’archéologie est au centre des préoccupations de tous ces hommes parce qu’elle peut permettre de répondre à la question fondamentale des origines de l’homme Pitt Rivers est en relation constante avec les plus grands archéologues et géologues de son époque, et travaille en collaboration avec sir John Evans, Augustus Franks ou sir John Lubbock, qui deviendra son gendre. De 1860 à la fin de sa vie, il occupe dans ce milieu une place de premier plan. Convaincu du principe de l’évolution, il l’appliquera à toutes ses recherches anthropologiques et archéologiques, explicitant ses principes dans la conférence intitulée «On the Evolution of Culture » (1875). En 1861, il rejoint l’Ethnological Society de Londres où il fait la connaissance de J. Lubbock qui exerce sur lui une profonde influence pour l’archéologie et la protection des monuments. En 1864, présenté par Henry Christie, collectionneur et promoteur des fouilles préhistoriques en Dordogne, il est élu à la Society of Antiquaries de Londres, ce qui traduit son intérêt grandissant pour l’archéologie. En 1871, la fusion des Sociétés d’ethnologie et d’anthropologie met fin à la rupture entre spécialistes de ces deux domaines, au bénéfice des ethnologues, et aboutit à la création, à l’initiative d’Huxley et de Pitt Rivers entre autres, de l’Anthropological Institute of Great Britain, dont J. Lubbock est le premier président. Dans les années 1860, Pitt Rivers introduit de plus en plus d’antiquités dans sa collection dont le caractère archéologique s’affirme. En 1872, il obtient que les objets qu’il a recueillis soient réunis en un musée abrité à Bethnal Green, dépendance du South Kensington Museum; il impose ses principes typologiques, proches de ceux J. Evans et O. Montelius, pour la présentation des trois sections. Transféré à Londres, le musée de Pitt Rivers prend de telles proportions à partir de 1880 en raison des fouilles qu’il conduit sur ses domaines, qu’il faut envisager un autre lieu pour l’accueillir : fidèle à son point de vue qu’un musée doit avant tout servir à l’éducation du plus grand nombre, il le propose à l’Université d’Oxford qui accepte la collection en 1884. Pitt Rivers n’est pas un simple collectionneur de curiosités mais un véritable théoricien qui associe toujours étroitement archéologie et anthropologie, et qui s’est constamment soucié de constituer des typologies illustrant le principe d’évolution culturelle. Comme Flinders Petrie, il défend l’intérêt archéologique et typologique de toutes les catégories d’objets, y compris les et les os il contribue à la Préhistoire égyptienne par les travaux qu’il mène en 1881, près de Thèbes, et qui lui permettent de retrouver des outils de silex en place dans le gravier d’un wadi, au-dessous de tombes datées de 1500 av. J.-C. Après avoir hérité des terres de Cranborne, il multiplie ses activités de terrain, et, pendant les vingt dernières années de sa vie, procède à des fouilles de nécropoles, d’habitats et d’enceintes. Il développe des méthodes de fouille perfectionnées, pratiquant l’étude de sites dans leur intégralité, accordant une grande importance à la stratigraphie et à l’emplacement de toutes les trouvailles, et utilisant une documentation écrite et graphique très soignée (coupes, plans et même maquettes des sites les plus importants). Il est le premier à avoir perçu l’étroitesse des liens entre l’archéologie et les autres branches des recherches anthropologiques et il ouvre aussi la voie dans la construction d’une chronologie de la Préhistoire britannique établie sur des bases scientifiques solides. Même si la théorie directrice de tous ses travaux, celle de l’analogie entre évolution naturelle et évolution culturelle, est fausse, ses manifestations, et en particulier le système de séquences fondé sur tous les aspects de la culture matérielle, constituent des acquis fondamentaux. Le lieutenant-général Pitt Rivers va exerçer sur les archéologues britanniques une influence considérable mais pas immédiate : il faudra attendre la génération de M. Wheeler, qui se déclare son disciple, de C. Hawkes, de S. Pigott ou encore de K. Kenyon, pour que les innovations majeures de Pitt Rivers soient assimilées et développées. Les historiens britanniques de l’archéologie sont unanimes à lui reconnaître un rôle déterminant dans l’essor de cette discipline à laquelle il donne des principes scientifiques.

Bibliographie sélective :

87« Primitive warfare », Journal of the Royal United Services Institution, 11, 12 et 13, 1867, 1868, 1869; « An examination into the character and probable origin of the hill forts of Sussex » et « Further remarks on the hill forts of Sussex : being an account of excavations in the forts of Cissbury and Highdown », Archaeologia 42, 1869 ; Catalogue of the Anthropological Collection lent by Colonel Lane Fox for Exhibition in the Bethnal Green Branch of the South Kensington Museum, June 1874, deux vol., Londres, 1874 ; On the Development and Distribution of Primitive Locks and Keys; Illustrated by Specimens the Pitt Rivers Collection, Londres, 1883 ; Excavations in Cranborne Chase, 1887-1898, quatre vol. publiés à titre privé, 1887-1898; «Typological Museums », Journal of the Society of Arts 40, 1891 ; The Evolution of Culture and other Essays, Oxford, 1966.

88VOIR :
S. Pigott,
Approach to Archaeology, Londres, 1936 ; R. E. M. Wheeler, Archaeology from the Earth, Londres, 1954 ; G. Daniel, Origins and Growth of Archaeology, Londres, 1967, et A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; M. W. Thompson, General Pitt Rivers : Evolution and Archaeology in the Nineteenth Century, Bradford-on-Avon, 1977 ; C. Chippindale, « The Making of the first Ancient Monument Act, 1882, and its administration under General Pitt Rivers », Journal of the British Archaeological Association 136, 1983 ; W. R. Chapman, « Pitt Rivers and his collection, 1875-1883: the chronicle of a gift horse », in B. A. L. Cranstone et S. Seidenberg, The General’s gift: A celebration of the Pitt Rivers Museum Centenary, 1884-1984, Journal of the Anthropological Society of Oxford, Occasional Papers, n° 3, 1984 ; P. Levine, The Amateur and the Professional : Antiquarians, Historians and Archaeologists in Victorian England 1838-1886, Cambridge, 1986 ; M. Bowden, Pitt Rivers. The Life and archaeological Work of Lieutenant-General Pitt Rivers, Cambridge, 1991 ; A. Schnapp, « A. Lane Fox, général Pitt-Rivers Encyclopaedia Universalis, Bowden, « Augustus Pitt Rivers (1827-1900) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 127-139.

Place, Victor (1818-1875)

89Diplomate et archéologue français. Alors qu’il est issu d’une famille bourgeoise aisée, la faillite de son père en 1834 l’oblige à subvenir seul aux frais de son instruction. Il donne des répétitions au collège de Vaugirard, puis y enseigne pour pouvoir suivre les cours du lycée Henri-IV et ceux de l’École de droit, où il obtient sa licence en 1839. Il entre dans la carrière consulaire en 1840 et occupe en 1851 le modeste poste de Mossoul, dans lequel il succède à P.-É. Botta. Il reprend les fouilles à Khorsabad : après une période d’abandon des fouilles françaises, les équipes d’H. Layard, et surtout d’H. Rassam, sondaient la plupart des sites intéressants de la région, et la concession explorée par Botta risquait d’échapper à la France. V. Place organise une fouille systématique, dont il fait « un magistral rapport » (A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946, p. 83). Il est assisté de Gabriel Tranchand, ingénieur civil de ses amis, qui procède à la couverture photographique de toutes les opérations de chantier, répondant par la photographie à l’exigence d’une « exactitude mathématique » que s’impose V. Place. Pour la première fois dans l’histoire des recherches au Proche-Orient, la photographie est introduite sur un chantier archéologique et pratiquée dans une perspective strictement scientifique. Les instructions de l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour la mission de V. Place font mention explicite des photographies à réaliser, non seulement sur le site de Khorsabad mais aussi pour les bas-reliefs de Maltaï et de Bavian. Les photographies de G. Tranchand sont d’une part conservées aux Archives nationales et d’autre part au cabinet d’assyriologie du Collège de France. V. Place bénéficie aussi des compétences du peintre Félix Thomas, membre de la Mission scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie, chargé d’exécuter les relevés des éléments d’architecture et des sculptures ; V. Place modifie la perspective des travaux menés par P.-É. Botta : il ne s’agit plus seulement de dégager le plus grand nombre de monuments pour enrichir les collections du Louvre, mais bien de s’attacher à comprendre le site et son organisation. Hélas, rappelé à Paris en 1854, Place n’a pu organiser le transport des antiquités qui, jointes à celles recueillies par F. Fresnel et J. Oppert au cours de leur mission en Mésopotamie, sombreront à jamais dans le Chatt el-Arab en mai 1855. Seuls seront sauvés les dessins et relevés de Thomas, ainsi que les photographies de Tranchand et les rapports de Place que F. Thomas avait pu rapporter à Paris, et grâce auxquels il peut mettre au point la publication de ses travaux à Khorsabad. Après Mossoul, V. Place est nommé en Moldavie, à Galati puis à Jassy qu’il rejoint au début de septembre 1855. En 1862, il est muté à Andrinople, puis à Calcutta et New rappelé en malade les de deux de ses fils morts en Amérique ; victime des conséquences de la guerre, il est révoqué, condamné pour malversation, puis gracié. Il se réfugie en Roumanie en 1873, et y meurt dans la misère deux ans plus tard, en laissant une veuve et quatre enfants.

Bibliographie sélective :

90Ninive et l’Assyrie, avec des essais de restauration par F. Thomas, trois vol., Paris, Imprimerie nationale, 1867-1870.

91VOIR :
M. Pillet, Khorsabad, les découvertes de V. Place en Assyrie, Paris, 1918 ; L’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie, Paris, 1922 ; id., Un pionnier de l’assyriologie, Victor Place, Cahiers de la Société asiatique XVI, Paris, 1962 ; N. Chevalier, « Des consuls en Iraq », Cités disparues, Paris, Autrement, 1990 ; É. Fontan (dir.), De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, RMN, 1994.

Poidebard, Antoine, R. P. (1878-1955)

92Jésuite, officier d’aviation et archéologue français. L’un des pionniers de la photographie aérienne appliquée à l’archéologie et de la recherche archéologique sous-marine. Né à Lyon, il entre au noviciat de la Compagnie de Jésus en 1897, et est envoyé à Tokat (Petite Arménie) de 1904 à 1907, comme membre de la mission d’Arménie qui avait été créée en 1881 ; il y apprend l’arménien et le turc, puis revient à Marsivan et Sivas (Turquie) de 1910 à 1914. Pendant la Première Guerre mondiale, il sert comme officier de l’armée de l’air en Russie puis en Perse, où il mène des reconnaissances aériennes, ainsi qu’au Proche-Orient. En 1918, il retourne à Erevan et accomplit une mission diplomatique à Tiflis et sur la mer Noire. En 1924, il est affecté à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth pour s’y occuper des réfugiés arméniens, chassés par la répression turque. Il met alors au point une méthode de photographie aérienne des ruines antiques du désert de Syrie. Il mène à bien le premier relevé systématique par photographie aérienne pour l’étude du limes romain de Syrie (1925-1932), du port de Tyr (1934-1936), du limes byzantin de Chalcis (1934-1942) et du port de Sidon (1946-1950), en collaboration avec le R. P. Mouterde et J. Lauffray. Il effectuera des travaux du même ordre en Afrique du Nord, où le colonel J. Baradez poursuivra son œuvre. Son travail est particulièrement original, car il sait voir, interpréter et présenter des documents qui, sans lui, seraient passés inaperçus. Son œuvre est celle d’un pionnier qui met la photographie aérienne au service de l’archéologie.

Bibliographie sélective :

93Au carrefour des routes de Perse, Paris, 1924 ; La Trace de Rome dans le désert de Syrie. Le Limes de Trajan à la conquête arabe. Recherches aériennes (1925-1932), Paris, 1934 ; Un grand port disparu, Tyr. Recherches aériennes et sous-marines (1934-1936), Paris, 1939 ; avec R. Mouterde, J. Lauffray et S. Mazloum, Le Limes de Chalcis, Beyrouth, 1945 ; avec J. Lauffray, Sidon, aménagements antiques du port, 1951.

94VOIR :
A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. 1, Les Étapes, Paris, 1946 ; H. Seyrig, Syria XXXII, 1955, p. 164-165 ; L. Nordiguian et J.-F. Salles, A. Poidebard, un jésuite dans le ciel du Levant, Beyrouth, Presses universitaires de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, 2000.

Poinssot, Louis (1879-1967)

95Archéologue français, directeur des Antiquités de Tunisie, le dernier représentant de la génération des organisateurs de l’archéologie française en Afrique du Nord. Il suit les traces de son père, juriste de formation, qui, au début de sa carrière dans l’administration algérienne, s’était laissé séduire par l’archéologie ; celui-ci, titulaire d’une mission du ministère de l’Instruction publique en 1882-1883, avait parcouru, sous la direction scientifique de C. Tissot, le centre de la Tunisie et notamment la région de Dougga et du Kef il avait recueilli des repéré des puis il avait aussi créé le Bulletin des antiquités africaines pour regrouper les informations dispersées. Louis Poinssot obtient la licence de lettres et celle de droit et, diplômé de l’École des hautes études, devient membre de l’École française de Rome en 1903 ; il n’y fait qu’un bref séjour, car, depuis 1901, il travaille au Service des antiquités en Tunisie sous la direction de P. Gauckler. Dès 1903, il prend la direction des fouilles de Dougga commencées par le docteur Carton, puis, en 1907, devient inspecteur des Antiquités et principal collaborateur d’A. Merlin, le directeur du service, à qui il succède en 1920. Avec ce dernier, il procède à l’exploration de l’extraordinaire épave de Mahdia. Après avoir pris sa retraite en 1942, il continue à publier et joue le rôle de conseiller auprès de G. C. Picard. À la direction des Antiquités, il poursuit l’exploration des grands sites, Dougga, Thuburbo Majus et Carthage, où il donne une nouvelle impulsion à la restauration des monuments. Il veille aussi aux fouilles dispersées sur tout le territoire et suscitées par les découvertes fortuites. Il développe les collections du Musée du Bardo et améliore leur présentation pour la période musulmane il est en effet très sensible aux problèmes d’inventaire, de restauration et conservation des objets musulmans. Il est l’auteur du premier supplément au catalogue du Bardo pour l’architecture, la sculpture, la céramique (1907-1909). Juriste de formation, il élabore une nouvelle législation très complète sur la protection des sites et monuments antiques. Même si L. Poinssot n’a pas produit de grandes synthèses, son œuvre est immense bien qu’elle soit dispersée dans les revues locales ou françaises. Il est avant tout épigraphiste et excelle dans les commentaires érudits d’inscriptions, la description minutieuse d’objets ou de mosaïques ; il a publié les textes publics et privés de Dougga (Nouvelles Archives des missions, XIII, XVIII, XXI, XXII, et Revue tunisienne de 1907 à 1922). Il précise également la géographie historique de la province. Il donne une forte impulsion à l’étude de la civilisation musulmane en se faisant le promoteur de grandes publications consacrées aux différents domaines.

Bibliographie sélective :

96L’Autel de la gens Augusta à Carthage, 1929 ; Cratères et candélabres de marbre trouvés en mer près de Mahdia, Notes et Documents, IX, 1930.

97VOIR :
A. P. (André Parrot), « Louis Poinssot (1879-1967) », Syria 45, 1968, p. 431-432 ; N. Duval, « Louis Poinssot », Antiquités africaines, t. 3, 1969, p. 7-10.

Pontremoli, Emmanuel (1865-1956)

98Architecte archéologue français. Né à Nice, il est élève de l’École des beaux-arts à Paris. Grand prix de Rome d’architecture en 1890, il rejoint la Villa Médicis, puis gagne la Grèce et l’Orient. Pendant son séjour à l’École française d’Athènes, il consacre son envoi de quatrième année à l’acropole de Pergame (1894) et participe à la mission de B. Haussoullier à Didymes, où il restitue le temple d’Apollon Philesios. Avec M. Collignon, il publie la reconstitution de la forteresse des Attalides à Pergame. À la demande de T. Reinach, il conçoit l’extraordinaire villa Kerylos à Beaulieu-sur-Mer, construite entre 1902 et 1908. Directeur de l’École nationale des beaux-arts de 1934 à 1938, il est élu membre de l’Académie en 1922.

Bibliographie sélective :

99Avec M. Collignon, Restauration et description des monuments de l’Acropole de Pergame, 1900 ; avec B. Haussoullier, Didymes. Fouilles de 1895-1896, Paris, 1904-1905 ; Kérylos, la villa grecque. Beaulieu à la Belle Époque, Marseille, 1934, nouvelle édition 1994.

100VOIR :
Ses Propos d’un solitaire, 1959 ; C. Picard, « Emmanuel Pontremoli (1865-1956) », Revue archéologique 1957, I, Publications de l’Académie des beaux-arts, 10 1957; M.-C. Hellmann, «Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 191-222 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998.

Pottier, Edmond (1855-1934)

101Helléniste et archéologue français. Il appartient au groupe des « mamelouks » d’A. Dumont et des initiateurs du grand mouvement de réforme de l’archéologie, lancé vers 1855 par L. Heuzey, G. Perrot, A. Bertrand ou encore C. Jullian. Élève de l’École normale supérieure et reçu premier à l’agrégation de lettres, il devient membre de l’École française d’Athènes en 1877, sous la direction d’A. Dumont. Celui-ci l’oriente vers l’étude de la céramique et lui en inculque les principes. E. Pottier s’affirmera comme « le maître incontesté de la céramographie ancienne » (J. Carcopino). Pendant son séjour en Grèce, il explore les côtes asiatiques, d’Adramytion à Smyrne, et il visite Chypre et Lesbos. Au cours d’une excursion, il découvre Myrina, petit village arrosé par le Phyticos, sur la côte au nord de Smyrne : le propriétaire du site offre à la France d’y engager des travaux et W. Waddington, alors président du Conseil, en confie la direction à E. Pottier et S. Reinach, qui conduisent le chantier de 1880 à 1882. Grâce aux élégantes statuettes qui viennent enrichir le Louvre – au point qu’on leur consacre une salle entière – les fouilles de Myrina connaissent un succès retentissant. Du point de vue scientifique, l’importance de ces figurines est grande, puisqu’elles conservent l’image de la sculpture hellénistique, en grande partie disparue, et reflètent la société qui les a inspirées. De retour en France, E. Pottier devient maître de conférences de littérature grecque à Toulouse, puis à Rennes. Il consacre sa thèse aux Lécythes blancs à représentations funéraires, œuvre qui marque un tournant décisif dans l’évolution de la céramographie : de l’examen minutieux des objets, il dégage les techniques employées, en appliquant une méthode qu’il fonde et qu’il enrichira tout au long de sa carrière. Les vases sont « envisagés comme des documents historiques d’une valeur égale à celle des textes et non comme une sorte de commentaire illustré, simplement propre à éclairer ce que nous savons déjà sur l’Antiquité ». De plus, les vases d’argile peints nous permettent d’évaluer les œuvres de la grande peinture : la notion même d’« mineurs se trouve les monuments les plus l’art populaire ayant un intérêt historique aussi grand que les formes « nobles » et « aristocratiques ». Sûr de sa vocation d’archéologue, il choisit la carrière de conservateur au Louvre, où il entre, en 1884, comme « attaché libre » au Département des antiquités orientales et de la céramique antique, dont L. Heuzey est le conservateur. Avec la collection Campana, achetée en 1861, il dispose du plus important ensemble de vases antiques en Europe. Il s’engage dans le travail d’inventaire et de catalogues. De 1896 à 1906, paraissent les trois volumes du Catalogue des vases antiques de terre cuite. Une introduction répond à la question « quoi sert un musée de vases antiques où E. Pottier marque son souci de faire comprendre au public l’intérêt des collections nationales. Il attache un prix très particulier aux tessons, pour le rôle primordial qu’ils jouent dans la datation, et il en expose certains. Il nourrit l’ambition de « constituer un Corpus Rerum », inventaire des objets indispensable à tous les archéologues et historiens, qu’il réalisera en partie par la création du Corpus Vasorum Antiquorum, dans le cadre de l’Union académique internationale, mise en place au lendemain de la Première Guerre mondiale. Disciple de L. Heuzey, avec qui il travaille au Louvre pendant vingt-six ans, et convaincu qu’un helléniste, pour être complet, doit se faire orientaliste, il cherche à mesurer la part des apports orientaux dans le monde grec et suit avec beaucoup d’intérêt les fouilles de Suse : il soutient tout d’abord le couple Dieulafoy dans sa première exploration du site, puis répond au vœu de J. de Morgan et étudie la céramique susienne, dont il fonde le classement. Il rédige aussi les catalogues des antiquités de la Susiane et de l’Assyrie, conservées au Louvre. Soupçonnant le rôle joué par l’Anatolie dans la transmission des civilisations orientales vers la Grèce, il consacre à l’art hittite le cours qu’il donne à l’École du Louvre en 1917-1918. À l’École du Louvre, fondée en 1882, il enseigne pendant quarante ans, en chaire d’archéologie orientale et de céramique antique. Il élargit encore son influence par la publication d’ouvrages de synthèse destinés au grand public. Il assure la direction de la Revue archéologique et de Syria ; il prend en charge le Dictionnaire des antiquités, à la mort du Dr Daremberg. Élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1899, il joue un rôle de premier plan dans la mise en place du Service des antiquités de Syrie-Liban en 1920.

Bibliographie sélective :

102Les Lécythes blancs attiques à représentations funéraires, Paris, 1883 ; avec S. Reinach, Catalogue des terres cuites et autres antiquités trouvées dans la nécropole de Myrina, Paris, 1886 ; avec S. Reinach, La Nécropole de Myrina, Paris, 1887 ; Les Statuettes de terre cuite dans l’Antiquité, Paris, 1890 ; Catalogue des vases antiques du Louvre, trois vol., Paris, 1896-1906; Vases antiques du Louvre, trois vol., Paris, 1897-1922 ; Douris et les peintres de vases grecs, Paris, 1905 ; Diphilos et les modeleurs de terres cuites grecques, Paris, 1910 ; « Céramique peinte à Suse et petits monuments de l’époque archaïque », Mémoires de la Délégation archéologique française en Perse, Paris, 1912; M. Pézard, Musée du Louvre : les antiquités de la Susiane, Paris, 1913 ; Musée du Louvre : les antiquités assyriennes, Paris, 1917 ; Corpus Vasorum Antiquorum, France, Louvre, huit fasc., Paris, 1922-1933 ; Recueil Edmond Pottier, Paris, 1937.

103VOIR :
« Adieu aux parents, aux amis » texte lu le de ses et notice, Revue archéologique, 1934, p. 5-28 ; R. Cagnat, Notice sur la vie et les travaux d’E. Pottier, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1935 ; R. Demangel, Revue des Deux Mondes, 1934 ; A. Merlin, « L’œuvre d’E. Pottier au Musée et à l’École du Louvre », Bulletin des Musées de France 10, déc. 1934 ; È. et J. Gran Aymerich, Archeologia 217, oct. 1986, p. 55-59 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Pouilloux, Jean (1917-1996)

104Helléniste français, épigraphiste et archéologue. Élève de l’École normale supérieure en 1939, il est agrégé de lettres en 1943, et devient membre de l’École d’Athènes. Durant son séjour en Grèce, il met en œuvre les principes transmis par son maître L. Robert et, dans ses travaux, associe l’étude technique des textes, littéraires ou épigraphiques, et la connaissance directe des sites et des vestiges. Il déploie une activité considérable et s’engage dans des recherches qui resteront au cœur de sa carrière scientifique : il consacre sa thèse complémentaire à la forteresse de Rhamnonte, qu’il étudie à partir des inscriptions, de l’examen topographique et de l’histoire. À propos de Delphes, il publie dans le Bulletin de correspondance hellénique une série d’articles sur les aspects financiers de l’administration du sanctuaire, qui résulte de son exploration de la région du sanctuaire située au-dessus du temple. C’est Thasos qui lui inspire sa thèse principale ; il est au côté de R. Martin, lorsque reprennent les fouilles de l’agora, et ses Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos constituent une véritable somme, point de départ de toute nouvelle recherche : il y rassemble et exploite toutes les catégories de documents, archéologiques, géographiques, historiques et littéraires. Le Choix d’inscriptions grecques, qu’il publie en 1960, et le Nouveau choix paru en 1970 illustrent sa conception de l’épigraphie comme contribution fondamentale à la connaissance de la civilisation grecque et est une source essentielle d’information pour les historiens. En 1967, il est chargé de la direction scientifique des Inscriptions grecques et latines de Syrie et accomplit de nombreuses missions des Affaires étrangères en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Israël et au Maghreb, manifestant l’ampleur de ses intérêts qui ne se limitent pas au monde grec. De 1964 à 1974, il élargit son champ de recherche à Chypre où, à raison de deux campagnes annuelles, il dirige les fouilles françaises de Salamine, en collaboration avec le Service des antiquités et Vassos Karageorghis ; il envisage les questions religieuses, les influences et les échanges, et s’attache à l’étude de l’art et de la civilisation de Chypre pendant la période grecque. Il assure par ailleurs l’enseignement de la langue, la littérature et la civilisation de l’Antiquité grecque : il est d’abord maître de conférences puis professeur d’histoire ancienne à la Faculté des lettres de Besançon. En 1957, il est nommé à Lyon où il accomplit toute la suite de sa carrière jusqu’en 1985. Par son enseignement, il plaide pour la défense des études anciennes et il s’emploie à obtenir la mise en place d’institutions où elles peuvent s’épanouir : ainsi en 1959, obtient-il la création, à la Faculté des lettres de Lyon, de l’Institut Fernand-Courby, dont les locaux et la bibliothèque facilitent le travail des chercheurs. Il est appelé à assumer d’importantes responsabilités dans la gestion de la recherche, puisqu’au sein du CNRS il préside, de 1972 à 1976, le Centre de recherches archéologiques et qu’à partir de 1979, il est directeur scientifique pour les Humanités : à ces postes, il s’attache à la promotion des recherches sur l’Antiquité et obtient en 1975 la création à Lyon de la Maison de l’Orient méditerranéen. En 1988, il succède à J. Leclant comme Secrétaire général de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1978 et en devient le président en 1988. Jean Pouilloux a donné un exemple réussi de décentralisation en implantant un grand centre de recherche à Lyon.

Bibliographie sélective :

105J. Pouilloux, « Trois décrets de Rhamnonte », Bulletin de correspondance hellénique 80, 1956, p. 57-75 ; Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos. I. De la fondation de la cité à 196 av. J.-C., 1954 ; avec H. Dunant, II. De 196 av. J.-C. jusqu’à la fin de l’Antiquité, Études thasiennes 5, Paris, 1958 ; « Inscriptions, topographie et monuments de Thasos », Revue des études Anciennes 61, 1959, p. 273-299 ; Choix d’inscriptions grecques. Textes, traductions et notes, Bibliothèque de la Faculté des lettres de Lyon, 4, Paris, 1960 ; Fouilles de Delphes. 2. Topographie et architecture. La région nord du sanctuaire, Paris, 1960 ; « La reconstruction du temple au ive siècle et les institutions delphiques », Revue des études anciennes 64, 1962, p. 300-313 ; avec G. Roux, Énigmes à Delphes, Paris, 1963 ; « Salamine de Chypre. Le site et ses problèmes », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1966, p. 232-256 ; avec T. J. Oziol, Salamine de Chypre, 1. Les Lampes, Paris, 1969 ; « Fouilles à Salamine de Chypre. Mission française, 1964-1968 », 1969, p. 43-55; «Chypriotes à Delphes », Report of the Department of Antiquities Cyprus, 1976, p. 158-167 ; Fouilles de Delphes. 3. Épigraphie. 4. Les Inscriptions de la terrasse du temple et de la région nord du sanctuaire, nos. 351 à 516, Paris, 1976 ; « L’hellénisme à Salamine de Chypre», Bulletin de correspondance hellénique 100, 1976, p. 449-460 ; « La rencontre de l’hellénisme et de l’Orient à Chypre entre 1200 et 300 av. J.-C. », Assimilation et résistance à la culture gréco-romaine dans le monde ancien. Travaux du 6e Congrès international d’études classiques, Madrid septembre 1974, Paris, 1976, p. 233240.

106VOIR :
P. Debord et G. Rougemont, «Jean Pouilloux, 1917-1996 », Revue des études anciennes98, 1996, p. 269-271 ; J. Marcadé, « Jean Pouilloux, 1917-1996 », Revue archéologique, 1996, p. 415-417 ; Annuaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Institut de France, 1996 ; G. Rougemont, «Jean Pouilloux (1917-1996) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998 ; Hommages à Jean Pouilloux, Maison de l’Orient méditerranéen, 1998.

Poulsen, Frederik (1876-1950)

107Archéologue danois. Il fait ses études à l’Université de Copenhague. En 1896, il suit les cours de Wilamowitz à Göttingen et, à Munich ceux d’A. Furtwängler. En 1900, il fréquente à Bonn les cours de G. Loeschke et, en 1901, se rend à Paris. Il écrit un premier roman, qui lui vaut d’être engagé comme précepteur chez le comte Potocki, à Varsovie. Puis, il passe un semestre à Berlin et six autres mois en Grèce et en Italie. En 1904, il soutient sa thèse sur les sépultures et les vases du Dipylon d’Athènes. Il est admis en 1905 à l’École française d’Athènes, comme membre étranger et y passe deux ans. Il fouille à Délos, avec F. Courby, G. Leroux, P. Roussel et des membres étrangers, W. Deonna et F. Mayence, sous la direction de M. Holleaux. De retour à Copenhague à l’automne 1907, il y donne des leçons, des conférences, confie des articles à la presse et aux périodiques, se livrant à une vulgarisation de haut niveau de l’histoire de l’art antique. Il n’obtient pas la chaire d’archéologie de Copenhague, mais est attaché à la Ny Carlsberg Glyptotek, qu’il dirigera de 1926 à 1943 et à laquelle il donne un essor magnifique. Il accomplit de nombreux voyages en Orient et en Europe. En collaboration avec K. Rhomaios, l’éphore grec des Antiquités, il lance en 1926 les fouilles de Kalydon, qui se poursuivront en 1928, 1932, 1935 et 1938 et qui sont financées par la Ransk Orsted Foundation. Il inaugure la tradition danoise de travaux menés conjointement avec les archéologues locaux. Élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1921, il devient associé étranger en 1946. Il développe ses recherches sur l’action de l’art oriental dans le premier art grec.

Bibliographie sélective :

108Der Orient und die frühgriechische Kunst, Leipzig, 1912 ; Das Helbig-Museum der Ny Carlsberg Glyptothek, Copenhague, 1927 ; avec E. Dyggve et K. Rhomaios, Das Heroon von Kalydon, Copenhague, 1934 ; trois volumes de mémoires : Liv og Rejser, 1946 ; I det gastfrie Europa, 1947 ; Foraar i Spanien, Sommer i England, 1950 ; Glimpses of Roman Culture, Leyde, 1950.

109VOIR :
R. Dussaud, Syria 20, 1952, p. 182 ; W. Vollgraff, Revue archéologique, 1953, p. 197-199 ; A. Rathje et J. Lund, dans Recent Danish Research in Classical Archaeology, Acta Hyperborea 3, Copenhague, 1991, p. 11-56.

Prado y Vallo, Casiano de (1797-1866)

110Géologue et préhistorien espagnol. Il découvre les premières traces de l’homme fossile en Espagne et introduit dans son pays la recherche géologique moderne, ainsi que les études préhistoriques et anthropologiques. Né à Saint-Jacques-de-Compostelle, il étudie le latin, les mathématiques et les sciences naturelles à l’Université et, dans les environs de Saint-Jacques, relève les minéraux et les animaux fossiles avec le projet de déterminer l’âge de la terre. À cause de ses idées libérales, il est emprisonné par l’Inquisition et, après sa libération, s’inscrit à la Sociedad Patriotica de Saint-Jacques. En 1829, il devient élève boursier de l’École des Mines et en 1834 est nommé ingénieur : il se voit confier la responsabilité des mines d’Aragon et de Catalogne, puis celle des mines d’Almaden, dans les montagnes de Tolède. Convaincu que l’exploitation des mines ne peut se faire sans la connaissance de la pétrographie et de la géologie, il recueille pierres et fossiles et écrit un mémoire sur la géologie d’Almaden, publié en France. Il se rend en France et en Grande-Bretagne, où il noue des relations d’amitié avec des géologues comme Verneuil, Pictet, Barrande ou Murchinson. Il appartient à la Commission de la carte géologique de la province de Madrid et, à partir de 1850, il mène l’étude géologique de la région de Madrid ; dans cette perspective, il collabore avec L. Lartet, fondateur de la paléontologie humaine en France, à qui il fait visiter les gravières du Manzanares, à San Isidro, près de Madrid. En 1848, il avait assisté sur ce site à l’extraction de restes fossiles d’« Elephas antiquus » et avait, par la suite, recueilli des silex, sans pourtant les interpréter comme des outils. L. Lartet reconnut une hache du Paléolitique supérieur; ce fut, pour lui, une véritable révélation et, selon lui, « le point de départ de toutes les autres » découvertes en Espagne. Prado étudie le site de San Isidro et en présente une stratigraphie très exacte. Il porte un tel intérêt à la préhistoire qu’en tant que vice-président de la Commission permanente de géologie industrielle, il fait appliquer une circulaire recommandant la recherche de tous les indices de l’action de l’homme et, pour la première fois en Espagne, attire ainsi l’attention des ingénieurs sur les alluvions des fleuves, les lacs, les tourbières et les cavernes. Il connaît à la fin de sa vie une reconnaissance nationale et internationale : en 1852, il est nommé membre de la Société météorologique de France ; en 1862, il devient membre de la Société géologique de Londres puis de celle de Paris ; en 1865, il est élu membre de l’Académie des sciences exactes, physiques et naturelles de Madrid. Il meurt au retour d’une exploration géologique des îles Canaries.

Bibliographie sélective :

111« Note sur la géologie de la province de Madrid », Bulletin de la Société géologique de France, 1852, p. 168, et 1854 ; « Mémoire sur la géologie d’Almaden, d’une partie de la Sierra Morena et des montagnes de Tolède », Bulletin de la Société géologique de France, t. XII, Paris, 1855; «Mapa geológico de la provincia de Segovia » et «Memorias de la Comisión del Mapa Geológico de la provincia de Madrid y general del Reino », Junta general de Estadística, Madrid, 1855 ; « Sur l’existence de la faune primordielle dans la chaîne cantabrique, suivie de la description des fossiles par MM. Verneuil et Barrande », Bulletin de la Société géologique de France, t. XVII, Paris, 1860 ; «Descripción física y geológica de la provincia de Madrid », Junta de Estadística, Madrid, 1864.

112VOIR :
J. Pérez de Barradas, « El descubridor del hombre fosil en España. D. Casiano de Prado y Vallo », Investigación y Progreso 1, 1928, p. 1-4 ; È. Gran-Aymerich, « Les échanges franco-espagnols et la mise en place des institutions archéologiques (1830-1939) », J. Arce et R. Olmos éds, Historiografía de la archeología y de la historia antigua en España (siglos XVIII-XIX), Madrid, 1991.

Prestwich, sir Joseph (1812-1896)

113Géologue et préhistorien britannique. Comme ses illustres collègues, H. Falconer, C. Lyell, J. Lubbock ou J. Evans, il est un très actif défenseur de la préhistoire et contribue à la faire triompher. Marchand de vin londonien, il occupe ses loisirs à travailler avec les plus grands géologues de son époque. Il se fait une solide réputation de savant en publiant, en 1851, sa Geological Inquiry Respecting the Waterbearing Strata of the County around London. En 1858, il appartient au comité formé au sein de la Geological Society pour vérifier, par des fouilles dans la grotte de Windmill Hill, Brixham, que des outils de silex taillés de main d’homme peuvent se trouver avec des restes d’animaux « antédiluviens » : la preuve est faite de la très haute antiquité de l’homme par la découverte effective d’outils avec des ossements d’animaux éteints. En 1859, il est, avec J. Evans, convaincu par H. Falconer de se rendre auprès de J. Boucher de Perthes à Amiens et Abbeville : les deux géologues britanniques y étudient longuement les objets et les ossements découverts par le Français et reconnaissent l’existence d’outils de silex taillés de main d’homme et contemporains d’animaux disparus. À son retour en Grande-Bretagne, J. Prestwich fait, le 26 mai 1859, devant la Royal Academy, la lecture d’un mémoire intitulé « On the Occurrence of Flint Implements, associated with the Remains of Animals of Extinct Species in Beds of a Late Geological Period », par lequel il confirme entièrement les idées que Boucher de Perthes défend depuis de longues années, et emporte l’adhésion de tous ses collègues et d’un large public. En 1870, il est vice-président de la Royal Society et président de la Geological Society. En 1874, il devient professeur de géologie à Oxford. Comme J. Evans son contemporain, J. Prestwich appartient à cette nouvelle génération d’industriels extrêmement curieux de science qui consacrent une partie de leur temps à la recherche et font considérablement avancer l’archéologie préhistorique.

Bibliographie sélective :

114Résumé de ses écrits par sir A. Geikie, dans lady Prestwich, Grace A. Mc Call, Life and letters of Sir Joseph Prestwich, Londres, 1899 ; Geological Inquiry Respecting the Waterbearing Strata of the County around London, Londres, 1851 ; «Theoretical considerations on the conditions under which the drifs deposits containing the remains of extinct mammalia and flint implements were accumulated, and on their geological age », Philosophical Transactions of the Royal Society XLIV, 1864.

115VOIR :
Lady Prestwich, Grace A. Mc Call,
Life and letters of Sir Joseph Prestwich, Londres, 1899 ; A. The Founders of Geology, Londres, 1905, 2e éd. ; H.B. Woodward, History of the Geological Society of London, Londres, 1907 ; G. Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; C. Renfrew, The Idea of Prehistory, Édimbourg, 1988 ; C. Cohen et J.-J. Hublin, Boucher de Perthes. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, Belin, 1989 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Prisse d’Avennes, Achille Constant Théodore Émile (1807-1879)

116Ingénieur, architecte, égyptologue et « publiciste » français. Calomnié par Maxime Du Camp qui fait de lui un cruel portrait dénué de tout fondement dans ses Souvenirs littéraires, il ne reçut pas de son vivant la reconnaissance qui aurait dû lui revenir, alors même qu’il fut l’un de ceux qui ont le plus contribué à faire connaître l’Égypte en Occident. Appartenant à une famille galloise installée en Flandre sous Charles II, il a gardé dans son nom la trace du patronyme originel : « Price of Aven and Carnavon ». Après la mort en 1814 de son père, inspecteur des bois du prince Talleyrand, l’enfant est d’abord élevé chez un curé des environs, puis entre en 1822 à l’école des Arts et Métiers de où il obtient le d’ingénieur architecte tenté l’aventure et enflammé par la cause grecque, il s’engage en 1826 et participe à la guerre d’Indépendance. Il s’embarque ensuite pour les Indes où il devient secrétaire du gouverneur général. Plus tard, il rend, en Palestine, des services qui lui valent le titre et la croix de chevalier du Saint-Sépulcre. Attiré par les perspectives de carrière rapide qu’offre alors l’Égypte de Méhémet-Ali, en pleine mutation technique et économique, il s’y rend et devient ingénieur civil et hydrographe du pacha, puis professeur de topographie à l’École d’état-major. D’un caractère bouillant et ombrageux, il se trouve souvent au centre d’incidents qui altèrent gravement ses relations avec le pouvoir et, en 1836, il donne sa démission de professeur et d’ingénieur pour se faire explorateur et devenir orientaliste et égyptologue ; après avoir perfectionné sa connaissance de l’arabe, vêtu à la musulmane, il se mêle aux fellahs sous le nom d’Edris-Effendi et parcourt le Delta, la Haute-Égypte et la Nubie. Il a appris à déchiffrer les hiéroglyphes et accomplit en 1836 une Excursion archéologique dans la partie orientale de la Basse-Égypte, publiée six ans plus tard dans les Miscellanea Aegyptiaca, organe de l’Association Littéraire qu’il fonde en 1842 avec le Dr Abbott. En 1838, il s’établit à Louksor, d’où il mènera toutes ses investigations dans la région thébaine. Entre 1839 et 1843, se situent les travaux les plus fructueux de Prisse d’Avennes : il fouille alors à Thèbes avec un ami anglais, George Lloyd de Brynestyn. Au cours des travaux de démolition des pylônes sud du grand temple de Karnak, il est le premier à remarquer les bas-reliefs provenant des constructions d’Akénaton et à les signaler à l’égyptologue anglais sir Gardner Wilkinson et au dessinateur français Nestor L’Hôte. En 1843, il procède au déblaiement du temple de Khons, découvre le papyrus hiératique qui porte son nom et descelle la célèbre « Chambre des rois » de Karnak qu’il dérobe à l’égyptologue allemand K. R. Lepsius, désireux de l’emporter pour les Musées de Berlin. Au terme de multiples difficultés, il réussit, l’année suivante, à acheminer les caisses contenant la fameuse « Chambre des rois » jusqu’au musée du Louvre, auquel il l’offre ; grâce à l’intervention de J. A. Letronne, il reçoit la croix de la Légion d’honneur. Il retourne en Égypte en 1858, l’année même où A. Mariette a obtenu la création du Service des antiquités et du Musée de Boulaq : Prisse ne peut plus procéder à aucune fouille et doit se contenter de prendre des photographies et de faire des estampages. Il nourrira à l’égard de Mariettte une rancœur tenace. Cependant, il se livre à de nouvelles explorations en Arabie, en Nubie et en Haute-Égypte, et recueille une considérable et précieuse documentation graphique, qui lui fournira la matière tant de ses grands ouvrages consacrés à l’Égypte antique et musulmane que de ses nombreux articles de vulgarisation. Malgré l’étendue et la qualité de son œuvre, il reste cependant en marge de la science officielle, même si l’on pense à lui pour succéder à J. A. Letronne au Collège de France ou pour assurer la conservation des salles égyptiennes au Louvre, ou encore pour représenter la France dans son ambassade à Constantinople ; son tempérament extrêmement indépendant et peu enclin aux compromis le pousse au renoncement ou au rejet des propositions qui lui sont faites.

Bibliographie sélective :

117« Remarks on the ancient materials of the Propyla at Karnak », Transactions of the Royal Society of Literature, 2e série, vol. I, Londres, 1843 (lettres à sir Gardner Wilkinson, 15 janvier et 27 mars 1840) ; sur l’archéologie égyptienne à M. Champollion-Figeac, 27 mai 1843 », Revue archéologique, 1844, vol. I, p. 723-734 ; Les Monuments égyptiens. Bas-reliefs, peintures, inscriptions, etc., d’après les dessins exécutés sur les lieux par É. Prisse d’Avennes, pour faire suite aux Monuments de l’Égypte et de la Nubie de Champollion le Jeune, Paris, 1847 ; L’Histoire de l’art égyptien, d’après les monuments, depuis les temps les plus reculés jusqu’à la domination romaine, deux vol. d’atlas et un vol. de texte, Paris, 1868-1879 ; L’Art arabe, d’après les monuments du Caire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviie siècle, deux vol. d’atlas et un vol. de texte, Paris, 1869.

118VOIR :
M. Du Camp, Souvenirs littéraires, Paris, 1882 ; É. Prisse d’Avennes fils, Notice biographique sur É. Prisse d’Avennes, voyageur français, archéologue, égyptologue et publiciste, Paris, 1894 et 1896 ; Prisse d’Avennes, explorateur français, égyptologue, archéologue et publiciste, Mémoires de la Société archéologique de l’arrondissement d’Avesnes, 1904, t. VI, p. 343-381 ; J.-M. Carré, Les Voyageurs et écrivains français en Égypte, deux vol., Le Caire, 1932, 2e édition revue et corrigée, 1951 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; M. Dewachter, Un Avesnois : l’égyptologue Prisse d’Avennes (1807-1879), Avesnes-sur-Helpe, 1988.

Puchstein, Otto (1856-1911)

119Archéologue allemand, dont l’activité se concentre sur la question des rapports entre les cultures de l’Antiquité classique et de l’Asie antérieure. Il étudie l’archéologie classique et la philologie à l’Université de Strasbourg où il est l’élève d’A. Michaelis ; il se forme également à la connaissance des cultures de l’Asie antérieure. En 1879, il devient assistant aux Musées de Berlin où il mène à bien des recherches d’ordre typologique et historique sur les vases de Cyrénaïque. En 1882, lors d’un séjour à Alexandrie comme boursier du Deutsches Archäologisches Institut, l’Akademie der Wissenschaften de Berlin le charge de se rendre au Nimrud Dag et d’en faire le relevé. Aux Musées de Berlin, il s’occupe de disposer en ordre les éléments de la frise de l’autel de Pergame. En 1892-1894, il se rend avec son ami, l’architecte R. Koldewey, en Italie du Sud et en Sicile, pour y relever les temples grecs et reconstituer leur évolution historique : par ce travail, les deux hommes fondent la méthode de l’archéologie architecturale. En 1896, il est nommé à la chaire d’archéologie de l’Université de Fribourg-en-Brisgau. Il entreprend des fouilles, en 1901-1903, à Baalbek et, en collaboration avec de nombreux architectes, il donne une nouvelle publication des ruines. En 1904, il dirige l’Institut archéologique de Rome et, l’année suivante, regagne Berlin pour y devenir secrétaire général du Deutsches Archäologisches Institut. Il reprend alors ses travaux sur l’Asie Mineure et le Proche-Orient et, en associant l’Institut archéologique avec la Deutsche Orientgesellschaft, il organise, en 1906-1907, le premier chantier sur le site de Bogazköy, récemment identifié comme la capitale du royaume hittite par H. Winckler et T. Macridy bey. Par ses travaux en Occident et en Orient, O. Puchstein a fait de l’étude de l’architecture antique l’une des composantes de l’archéologie.

Bibliographie sélective :

120Das ionische Kapitell, 1887 ; avec K. Humann, Reisen nach Kleinasien und Nordsyrien, 1890 ; Pseudohethitische Kunst, 1890 ; Beschreibungen der Skulpturen von PergamonI. Gigantomachie, 1895 ; avec R. Koldewey, Die griechischen Tempel in Unteritalien und Sizilien, 1899 ; Die ionische Säule, 1907 ; avec H. Kohl et D. Krenker, Bogazköy. Die Bauwerke, 1912.

121VOIR :
H. Winnefeld, « Otto Puchstein » Zeitschrift Geschichte der Architektur 5, 1911, et sq. ; C. W. Ceram, Enge Schlucht und schwarzer Berg, 1956 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Porträts und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1988.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

O
 
Q
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search