Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
N
P

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

O

Texte intégral

Obermaier, Hugo (1877-1946)

1Géologue, paléontologue et préhistorien espagnol d’origine allemande. Il participe avec É. Cartailhac et l’abbé Breuil à l’essor de l’archéologie préhistorique en Espagne. Il initie le processus d’institutionnalisation de la science de par son appartenance à la Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas et la création, pour lui, de la première chaire d’« primitive de l’homme à l’Université centrale de Madrid. Né à Ratisbonne en Bavière, il est ordonné prêtre catholique en 1900 et entreprend son initiation à la préhistoire à Munich. En 1904, il soutient sa thèse de doctorat à Vienne, sur Die Verbreitung des Menschens während des Eiszeitalter in Mitteleuropa. La même année, il se rend en France, fait la connaissance de l’abbé Breuil, dont il devient l’ami et qui lui transmet sa connaissance du Paléolithique français. En 1905, l’abbé Breuil et H. Obermaier, tous deux secrétaires du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, rencontrent le prince Albert Ier de Monaco en cette occasion, se lient d’amitié avec lui, et lui font visiter les grottes préhistoriques de la région cantabrique en Espagne ; la grotte d’Altamira, dont l’authenticité est enfin reconnue en 1902 après la visite de l’abbé Breuil et d’É. Cartailhac, concentre tous les regards des préhistoriens et des amateurs locaux qui explorent la région et découvrent de nombreux sites et grottes ornées : c’est le cas d’H. Alcalde del Rio qui découvre avec L. Sierra la grotte d’El Castillo à Puente Viesgo, et avec lequel l’abbé Breuil et H. Obermaier collaboreront, soutenus par le mécénat du prince de Monaco. En 1910, ce dernier fonde à Paris l’Institut de paléontologie humaine qui marque une étape décisive dans la mise en place d’institutions vouées à la recherche préhistorique : H. Obermaier y occupe la chaire de géologie du Quaternaire, alors que l’abbé Breuil assure l’enseignement d’ethnographie préhistorique. Entre 1911 et 1914, H. Obermaier dirige, pour l’Institut, les fouilles de la grotte d’El Castillo, en collaboration, entre autres, avec H. Breuil, P. Wernert, J. Bouyssonie et P. Teilhard de Chardin. L’exploration stratigraphique fournit une chronologie de référence pour le Paléolithique cantabrique. Pendant cette période, les recherches sont menées sur d’autres sites de la région cantabrique et en particulier à la grotte de La Pasiega. L’action de l’Institut de paléontologie humaine suscite en Espagne la création d’institutions officielles où la préhistoire peut se développer : ainsi, en 1907, est fondé l’Instituto Nacional de Ciencias Fisico-Naturales, au sein duquel est constituée une Commission d’explorations spéléologiques qui, en 1913, deviendra Commission de recherches paléontologiques et préhistoriques, dont H. Obermaier sera appelé à faire partie. La Première Guerre mondiale interrompt les fouilles de l’Institut de paléontologie humaine à Puente Viesgo et provoque la dispersion de l’équipe scientifique. Les travaux sont désormais placés sous la responsabilité de la Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas, créée à l’instigation du marquis de Cerralbo, en réaction au quasi-monopole exercé sur la recherche en préhistoire par l’Institut de paléontologie humaine. La Commission est la première institution officielle espagnole intéressant la préhistoire et elle réunit les spécialistes espagnols : le marquis de Cerralbo en est le directeur, E. Hernandez Pacheco le chef des travaux, et J. Cabré Aguiló le commissaire ; elle entretient des relations étroites avec les étrangers, et H. Obermaier y est accueilli en 1915, ainsi qu’au laboratoire du Musée national de sciences naturelles, grâce à l’intervention du comte de la Vega del Sella ; il rédige alors la première version de son œuvre majeure, El Hombre Fosil, qu’il continuera à compléter et améliorer jusqu’à la fin de sa vie. La situation d’H. Obermaier est très difficile à cette époque puisque, d’une part, en tant que citoyen allemand, il a été congédié par M. Boule de son poste à l’Institut de paléontologie humaine, et qu’il fait, d’autre part, l’objet d’accusations de francophilie chez ses compatriotes ; de plus, ses relations avec les membres de la Commission espagnole se détériorent. En 1922 toutefois, sa nomination à la chaire qui est créée pour lui d’histoire primitive de l’homme auprès de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université centrale de Madrid confirme l’insertion définitive d’H. Obermaier au sein de communauté scientifique espagnole ; ainsi, la Préhistoire est-elle – non sans polémique – rattachée aux sciences historiques, alors qu’elle est revendiquée par la Faculté des sciences. Obermaier obtient la nationalité espagnole en 1924 et, l’année suivante, devient membre de la Real Academia de la Historia. À cette époque, il entreprend des fouilles à Altamira sous le patronage du duc d’Albe, mène à bien d’importants travaux de consolidation et consacre à la célèbre grotte de nombreuses publications, dont celle qu’il réalise avec l’abbé Breuil. Il se consacre dès lors presque exclusivement au Paléolithique et à la géologie du Quaternaire. En 1931, il est nommé chef de la section de préhistoire du Musée d’anthropologie et, l’année suivante, redoutant la catastrophe nationale-socialiste, il refuse une chaire d’université à Berlin. Le soulèvement militaire du 18 juillet 1936 le surprend à Oslo, où il participe au IIe Congrès international des sciences préhistoriques et protohistoriques ; il s’installe à Fribourg en Suisse et finira par y accepter un poste à l’Université catholique. C’est son disciple Martinez Santa-Olalla, partisan déclaré du franquisme, qui prend sa place à Madrid. Dans la suite de sa carrière, il mène des recherches en Europe centrale et découvre au cours de ses fouilles la Vénus de Willendorf. Son œuvre témoigne de sa capacité à faire et à présenter la synthèse des connaissances ; par ses travaux menés en collaboration avec les préhistoriens espagnols et européens, il permet le développement de la préhistoire en Espagne et concourt à son institutionnalisation. Il forme ceux qui deviendront les chefs de file de la préhistoire espagnole : J. Pérez de Barradas, J. Martinez Santa-Olalla, M. Almagro Basch ou A. Garcia y Bellido.

Bibliographie sélective :

2Avec H. Breuil et H. Alcalde del Rio, La Pasiega a Puente-Viesgo (Santander) (Espagne), Monaco, El Hombre fósil, Madrid, 1916 ; « La vida de nuestros antepasados narios en Europa », Discursos leidos ante la Real Academia de la Historia en la recepción de Don Hugo Obermaier, Madrid, 1926 ; El Hombre prehistórico y los origenes de la Humanidad, Madrid, 1932 ; « Œuvres d’art du Magdalénien final de la grotte du Pendo près Santander (Espagne) », Préhistoire I, 1932, p. 9-18 ; avec H. Breuil, La Cueva de Altamira en Santillana del Mar, Madrid, 1935.

3VOIR :
Phoebus 1, 1946, p. 176 ; Rivista di scienze preistoriche 1, 1946, p. 331-333 ; M. Almagro Basch, « Hugo Obermaier », Ampurias, t. IX-X, 1947-1948 ; Revue archéologique, 1950, p. 110-119 ; Eiszeitalter v. Gegenwart 3, 1953, p. 137-143 ; H. Breuil, «Mis trabajos sobre el arte paleolítico en España (1902-1954) », 1960, préface à E. Ripoll Perello, El Abate Henri Breuil (1877-1961), Madrid, 1994 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar Alzuria, « El naci-miento en España de la Arqueología y la Prehistoria (Academicismo y profesionalización, 1856-1936), Kalathos, 9-10, 1989-1990, p. 9-30 ; C. Züchner, « Hugo Obermaier (1877-1946). Dokumente seines Lebens und Wirkens im Archiv der Hugo Obermaier Gesellschaft », Madrider Mitteilungen 36, 1995, p. 48-59 ; A. Moure Romanillo éd., « El Hombre fosil » 80 años despues, Santander, 1996 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contempóraneos, Madrid, 1999.

Ohnefalsch-Richter, Max (1850-1917)

4Archéologue allemand. Son arrivée à Chypre en 1878, année où l’île est placée sous administration britannique, marque le début de l’exploration systématique de l’île : pour le compte du gouvernement britannique, il entame des recherches sur le site de Kition, puis multiplie les travaux archéologiques sur l’ensemble de l’île. Lorsqu’en 1887 est fondé le Cyprus Exploration Fund, soutenu par la British School d’Athènes, il collabore avec J. L. Myres à la publication des fouilles de Chypre et à la rédaction du catalogue du musée. Ses publications sont dispersées.

Bibliographie sélective :

5Repertorium für Kunstwissenschaft, 9, 1886 ; avec J. L. Myres, The Cyprus Museum Catalogue, 1899.

6VOIR :
S. Reinach, Chroniques d’Orient, I ; O. Masson, Inscriptions syllabiques chypriotes, Études chypriotes I, 1961.

Oikonomos, Georges (1883-1951)

7Archéologue grec. Fils de Panayotis Oikonomos (1852-1931), lui-même membre de la Société archéologique d’Athènes. Né à Athènes, il y étudie la philologie et, comme la plupart des intellectuels de son époque, parfait sa formation en Allemagne, à Bonn, Munich et Berlin. En 1907, il se rend à Paris et suit les cours de M. Collignon et de B. Haussoullier. Il séjourne d’autre part en Grande-Bretagne et en Italie. En 1908, il assiste P. Kavvadias sur le chantier de l’agora d’Athènes et devient éphore des antiquités en 1910 ; en 1921, il est le premier éphore de Macédoine. Il fouille à Clazomènes, en Asie Mineure. En 1921-1922, il mène à bien l’étude des antiquités grecques d’Asie Mineure et rédige un mémoire remarquable sur les sculptures de l’atelier de Tralles. De 1923 à 1928, il est conservateur du Musée numismatique puis, en 1930, conservateur du Musée archéologique national d’Athènes. À la suite de P. Kavvadias, il assume la responsabilité du Corpus des mosaïques de Grèce. Il mène des fouilles à l’agora, au cimetière du Céramique, à Céphalonie et en Messénie. Membre de l’Académie d’Athènes dès 1926, il est pendant longtemps secrétaire général de la Société archéologique d’Athènes. Après la Seconde Guerre mondiale, il est plusieurs fois ministre de l’Instruction publique et des cultes et protège efficacement l’École française d’Athènes. En 1947, il est fait docteur honoris causa de la Sorbonne et membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il publie de nombreux articles dans l’Ephemeris archaeologiki, le Deltion archaeologicon, les Athenische Mitteilungen et dans le Bulletin de correspondance hellénique.

Bibliographie sélective :

8De profusionum usa apud Graecos, thèse, 1903 ; « Epigraphai ek tês en Athinais agoras », Ta dèmosieugmata tês archaiologikês Ephemeridos (AE), 1910, 1911 ; « Ek tês Buzantinês Thessalonikês » AE ; L’Atelier de Tralles, 1923 ; « E epi tês Akropoleôs latreia tês Athènas Nikês », AE, 1939-1941.

9VOIR :
C. Picard, « G. P. Oikonomos (1883-1951) », Revue archéologique, juil. déc. 1954, p. 81-83 ; id., Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 21 juin 1951, p. 252-253 ; B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, 1987.

Oppenheim, Max, baron von (1860-1946)

10Archéologue allemand, célèbre pour la découverte du site de Tell Halaf. Il fait des études de droit et entre dans la carrière diplomatique ; il porte un très vif intérêt au monde islamique qu’il parcourt de l’océan Atlantique par l’Afrique et l’Asie jusqu’au Gange et Zanzibar. Il vit dans le quartier indigène du Caire et parmi les tribus du nord de l’Arabie, de Syrie et de Mésopotamie. En 1893, il accomplit son premier grand voyage de recherche, gagnant Beyrouth, traversant le Hauran jusqu’à la côte syrienne, puis se rendant par la Mésopotamie jusqu’à Bagdad et au golfe Persique. Ministre impérial résident au Caire à partir de 1896, il accomplit de nombreux voyages au Proche-Orient et, au cours de l’un d’eux qui le mène de la Méditerranée au golfe Persique en 1899, il reconnaît le tracé du futur Bagdadbahn et découvre Tell Halaf, qu’il veut explorer dès ce moment ; cependant, absorbé par les charges diplomatiques, il ne peut en entreprendre la fouille qu’en 1911 après avoir renoncé à la carrière diplomatique. Les travaux se déroulent en deux périodes, en 1911-1913 et en 1927-1929 ; il révèle ainsi un site plus ancien que celui de Suse et marque une étape nouvelle dans la remontée vers la Préhistoire orientale. Il assume tous les frais de ces campagnes et réunit la très riche collection des objets recueillis au cours des fouilles dans un ancien établissement industriel Berlin fait Tell Museum sera détruit un bombardement en 1943 et les vestiges archéologiques trouveront refuge dans les sous-sols du Pergamon Museum. Il crée l’Orientforschung Institut, qui à sa mort deviendra Max Freiherr von Oppenheim Stiftung, et engage de précieux collaborateurs, tels que A. Moortgat et A. Falkenstein.

Bibliographie sélective :

11Vom Mittelmeer zum Persischen Golf, deux vol., 1899 ; récit de la découverte de Tell dans Zeitschrift der Gesellschaft für Erkunde zu Berlin, Band 36, 1901 ; Der Tell Halaf und die verschleierte Göttin, 1908 ; Der Tell Halaf. Eine neue Kultur im ältesten Mesopotamien, Leipzig, 1931 ; Tell Halaf. Une civilisation retrouvée en Mésopotamie, Paris, 1939 (éd. française complétée par l’auteur) ; avec E. Bräunlich et W. Caskel, Die Beduinen, deux vol., 1939, 1943 ; Meine Forschungsreisen in Obermesapotamien, Berlin, 1943 ; Zeitschrift der deutsche Morgenlandische Gesellschaft 101, 1951, p. 7 et sq.

12Voir:

13E. Weidner, Archiv für Orientforschung XV, 1945-1951, p. 180-181 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946.

Oppert, Jules (1825-1905)

14Orientaliste et épigraphiste français, d’origine allemande. Né à Hambourg, il fait ses études aux universités de Heidelberg, Bonn et Berlin il est reçu docteur en philosophie à Kiel en 1846, mais, le professorat lui étant interdit en Allemagne, il gagne la France, enseigne l’allemand aux lycées de Laval puis de Reims. Ses premiers travaux sur les inscriptions de Persépolis en 1847 le font reconnaître comme épigraphiste. En 1851, il est désigné pour faire partie de l’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie, dirigée par F. Fresnel, et travaille sur Babylone dont la mission française établit le relevé définitif. Il rentre de Mésopotamie sans avoir pris l’avis du chef de la mission et cherche un poste mais se heurte à de nombreuses difficultés : il obtient plusieurs missions de l’Instruction publique pour étudier les documents épigraphiques du British Museum, puis pour se rendre en Allemagne. Il lit devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres plusieurs mémoires sur le site de Babylone, dont le plan a été très soigneusement relevé, et sur la lecture des cunéiformes ; une commission de l’Académie décide la publication des résultats de la mission par J. Oppert, qui propose un Atlas et deux tomes, le premier consacré au récit du voyage et aux renseignements historiques et géographiques, le second concernant le déchiffrement des cunéiformes. Naturalisé français en 1854, il devient professeur de sanscrit à l’École des langues orientales vivantes en 1857. La même année, la Royal Asiatic Society demande séparément à Rawlinson, Oppert, Hincks et Talbot, la traduction d’une inscription du roi d’Assyrie Teglatphalassar Ier ; toutes les versions concordent et confirment le bien-fondé du déchiffrement de l’écriture cunéiforme. En 1869, Oppert défend, sur des bases linguistiques, l’existence d’un peuple prébabylonien et non sémitique en Mésopotamie, thèse confirmée ensuite par la découverte de la civilisation sumérienne, grâce aux fouilles qu’E. de Sarzec commence à Tello en 1877. En 1874, il est élu à la chaire de philologie et d’archéologie assyriennes au Collège de France. En 1881, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il appartient à la lignée des grands orientalistes européens qui concourent à la connaissance des langues et des civilisations de l’Orient ancien.

Bibliographie sélective :

15Das Lautsystem des Altpersischen, Berlin, 1847 ; Expédition scientifique en Mésopotamie exécutée par ordre du gouvernement, de 1851 à 1854… deux tomes et un atlas, Paris, 1859 ; Déchiffrement des inscriptions cunéiformes, 1859 ; Éléments de grammaire assyrienne, Histoire des empires de Chaldée et d’Assyrie, Mémoire sur les rapports de l’Égypte et de l’Assyrie, 1869 ; Études sumériennes, 1881.

16VOIR :
K. Bezold, « Julius Oppert», Zetschrift für Assyriologie, t. XIX, 1905-1906, p. 169-173 ; B. Haussoulier, Notice sur la vie et les œuvres de M. Jules Oppert, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1906 ; M. Pillet, L’Expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie, 1851-1855, The Rise and Progress of Assyriology, Londres, 1925, p. 206, portrait ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946, p. 76 et sq. ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Leclant, des et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, 1995, p. 149 ; B. André-Salvini, « Les débuts de la recherche française en assyriologie. Milieu et atmosphère du déchiffrement », Journal asiatique, t. 287, 1999-1, p. 331-355.

Orlandos, Anastase (1887-1979)

17Archéologue grec. Né à Athènes, il y fait des études d’architecture et de philologie et suit les cours de W. Dörpfeld et de G. Karo. De 1910 à 1917, il est l’architecte chargé de l’anastylose des monuments anciens de l’Acropole, puis, de 1920 à 1958, il a la responsabilité de la préservation et de la restauration des monuments anciens et historiques de Grèce. Il est professeur d’architecture au Polytechnique d’Athènes de 1919 à 1940, puis d’histoire de l’architecture de 1943 à 1958, et, de 1939 à 1958, professeur d’archéologie byzantine à l’Université d’Athènes. En 1950, il est élu membre de l’Académie d’Athènes. Il joue un grand rôle par son enseignement, grâce auquel il fait prévaloir ses idées sur l’anastylose auprès des architectes et des archéologues qu’il forme.

Bibliographie sélective :

18« Toû en Souniô naoû toû Poseidônios toichoi kai orophè », Ta Dèmosieugmata tês Archaiologikês Ephemeridos (AE), 1917 ; « Ekthesis peri tôn anaskaphôn bibliothèkês Adrianou kai romaikês agoras », AE, 1964 ; « Lexikon tôn archaiôn hellenikôn architektonikôn horôn kai tinôn suggenôn pros autous genikous genikôn technikôn horôn », E bibliothèkè tês en Athinais Archaiologikês Etaireias, 1986.

19VOIR :
B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, 1987.

Orsi, Paolo (1859-1935)

20Archéologue et préhistorien italien. Pionnier de la préhistoire du sud de l’Italie et de la Sicile, il ouvre des voies nouvelles et laisse des empreintes très profondes dans l’histoire de la science archéologique. Né à Rovereto, dans le Trentin, il reçoit une formation mixte italienne et autrichienne : en effet, il fait des études classiques à Rovereto puis se rend à Vienne, où il participe au Historisches Epigraphisches Seminar d’O. Benndorf et de G. Hirschfeld, et soutient sa thèse. Il acquiert donc une solide culture historique, qu’il complète à Rome où il suit les cours de D. Comparetti – l’initiateur des fouilles italiennes en Crète – et de L. Pigorini, s’initiant par ce dernier à la préhistoire. En ces années qui suivent l’Unité italienne, l’Italie septentrionale voit l’essor des recherches sur la Préhistoire, animées par L. Pigorini, mais aussi B. Gastaldi, P. Strobbel ou G. Chierici. P. Orsi s’insère dans ce grand mouvement de découverte et s’intéresse à la Préhistoire dans la vallée de l’Adige : il accomplit de nombreux sondages et explorations sur le terrain, étudie la topographie du Trentin romain, et, au cours d’un voyage archéologique dans les petites vallées occidentales, identifie un habitat néolithique à Colombo di Mori ; ses recherches préhistoriques dans le Haut-Adige, entre 1878 et 1890, permettent la reconnaissance des phases néolithique, chalcolithique et de l’âge du fer dans ces régions. Dès le début de sa carrière, son désir de connaître des horizons très vastes et inexplorés le pousse à embrasser une longue période, de la Préhistoire à l’époque romaine et, par la suite, il fera preuve de la même attitude en s’attachant à l’histoire de la Sicile et de la Calabre, des origines jusqu’à la période byzantine… Après une brève période d’enseignement secondaire à Alatri, il devient vice-bibliothécaire à la Bibliothèque nationale de Florence. Il publie les bronzes orientalisants découverts par la mission de F. Halbherr dans la grotte du mont Ida en Crète, ce qui lui vaut une excellente réputation internationale. Le grand philologue D. Comparetti l’oriente vers la Sicile, pour y succéder au directeur du Musée syracusain, F. S. Cavallari. Il devient en 1877 le premier inspecteur des Antiquités de Sicile ; attaché au Musée de Syracuse en 1888, il en devient le directeur en 1891 et assume également la responsabilité de surintendant. Il accomplit une œuvre remarquable d’exploration archéologique et de protection du patrimoine malgré le manque de moyens en crédits et en personnel. Il inaugure la recherche préhistorique en Sicile, qui, de ce point de vue, n’a pas encore suscité la même curiosité que le nord de l’Italie, où les travaux sur les terramare ont donné naissance à la «palethnologie » italienne. Dès son arrivée à Syracuse, il se lance dans la recherche de sa Préhistoire et l’étude de la civilisation des Sicules, question à laquelle il consacrera cinquante années de travaux ininterrompus ; ses explorations lui donnent une connaissance inégalée du territoire. P. Orsi commence par fouiller la station néolithique de Stentinello, puis, en collaboration avec des anthropologues et des naturalistes, il étend ses recherches aux nécropoles de Pantalica, Melilli, Castelluccio, Thapsos… et parvient à distinguer quatre périodes pour la Préhistoire sicilienne, fournissant un cadre chronologique qui vaut encore aujourd’hui pour l’ensemble de la Sicile préhellénique. Ses recherches dans les nécropoles de l’âge du bronze de Castelluccio sont restées célèbres, car elles révélaient les rapports avec l’Égée de même, les fouilles qu’il mène dans la nécropole de Thapsos lui permettent de reconnaître les traces de la civilisation mycénienne, confirmées par les recherches conduites depuis 1968. Pendant la même période, il retourne à Rovereto pour s’occuper des monnaies romaines du musée et des nécropoles romaines de Bassano Veneto… Il ouvre un autre domaine à la recherche en envisageant les rapports entre Grecs et Sicules et s’attache à définir le territoire des colonies grecques en explorant les centres indigènes de l’intérieur de l’île. Jusqu’en 1933, il poursuit ses activités de fouille et de recherche sur la colonisation grecque de la Sicile, particulièrement à Syracuse, Thapsos et Gela, et donne une formidable impulsion aux recherches. En 1890 et 1899, il entreprend l’exploration de Megara Hyblaea, poursuivie à partir de 1949 par l’École française de Rome. Parallèlement, il travaille aussi en Calabre, où, en 1907, il assure l’intérim de la surintendance de Calabre alors créée et, devenu surintendant en 1911, s’attache à la restauration des monuments byzantins de Calabre, explore Medma, Caulonia et Crotone. Il entreprend des fouilles à Locres pour retrouver les niveaux préhistoriques de la nécropole, découvre le temple ionique et, entre 1910 et 1915, mène de grandes campagnes de fouilles au cours desquelles il dégage neuf cent quatre-vingt-quinze tombes contenant des milliers de vases, terres cuites et bronzes ; il aborde aussi le problème du sanctuaire de Perséphone et découvre le lot le plus extraordinaire de tablettes votives jamais trouvées en Grande-Grèce et en Sicile. En 1924, il conduit à Ciro sa dernière fouille calabraise. En plus de tous ces travaux de terrain, il procède à l’inventaire des collections du musée de Syracuse. Ses recherches sur la Sicile et la Calabre font de Syracuse un véritable centre de l’archéologie européenne où P. Orsi reçoit tous les grands savants français (F. Lenormant, M. Collignon, C. Picard, T. Homolle), allemands (O. Benndorf, W. Helbig, K. Robert, Th. Mommsen), et anglais, notamment sir John Beazley. Auteur d’un grand nombre de monographies remarquables, P. Orsi a cependant privilégié la recherche de documentation archéologique, et a estimé ne pas être en mesure d’en tirer une grande synthèse historique. Il est fait sénateur du Royaume en 1927. Par son activité poursuivie sur le terrain pendant quarante ans, P. Orsi restaure l’archéologie de l’Italie méridionale depuis la Préhistoire jusqu’à la période byzantine et la très riche documentation qu’il a scientifiquement réunie et traitée va servir de base aux recherches ultérieures.

Bibliographie sélective :

21Voir la bibliographie établie par G. Agnello, Archivio Storico per la Calabria e la Lucania, Rome, 1935 ; voir aussi en appendice de L. Bernabo Brea, La Sicilia prima dei Greci, Milan, 1958, p. 205-207 ; La Topografia del Trentino all’epoca romana, Rovereto, 1880 ; « Scoperte archeologico-epigrafiche nel Trentino », Archaeologisch-epigraphische Mitteilungen Österreich VI, 1882 ; «Note di Paletnologia trentina », Bollettino di Paletnologia Bullettino Istituto di Corrispondenza archeologica, 1885 ; « Gaetano Chierici. Commemorazione », Archivio per l’Antropologia e l’Etnologia XVI, 1886 ; avec F. Halbherr, Antichità dell’antro di Zeus Ideo in Creta, Museo italiano di Antichità Classica II, 1887 ; « Appunti per la paletnologia di Siracusa e su territorio », Bollettino di Paletnologia italiana XV, 1889 ; « Stazione neoli-tica di Stentinello (Siracusa) », Bollettino di Paletnologia italiana XVI, 1890 ; avec F. S. Cavallari, « Megara Hyblaea, Storia. Topografia, necropoli e anathemata », Monumenti antichi dei Lincei I, 1892 ; « Thapsos. Necropoli sicula con vasi e bronzi micenei », Monumenti antichi dei Lincei, vol. VI ; « Sur une très antique statue de Megara Hyblaea », Bulletin de correspondance hellénique, 1895 ; greche del R. Museo Archeologico di Siracusa », Rendi conti dell’Accademia Nazionale dei Lincei, 1897 ; Quattordici anni di ricerche archeologiche nel Sud-Est della Sicilia, Rome, 1904 ; « Per la Siracusa sotteranea », Archivio storico della Sicilia Orientale III, 1906 ; « Gela. Scavi del 1900-1905 », Monumenti antichi dei Lincei XVII, 1906 ; « Nuovi documenti della civiltà premicenea miceneain Italia », Ausonia I, 1906 ; Note archeologiche calabresi. Rhegium. Lokri. Kaulonia, 1909 ; Esplorazione dentro ed intorno al tempio di Athena in Siracusa, 1910 ; « Gli scavi intorno all’Athenaion di Siracusa negli anni 1912-1917 », Memorie della Accademia Nazionale dei Lincei, p. 353 et sq. ; L’Arte in Sicilia attraverso i secoli, Milan, 1919 ; Scavi e scoperte calabresi nel decennio 1911 e 1921, 1922 ; « I Siculi e l’indagine archeologica. Appendice di Paolo Orsi », dans E. Pais, Storia dell’Italia antica e della Sicilia, Turin, 1933, p. 939-944.

22VOIR :
G. Agnello et U. Zanotti-Bianco, Paolo Orsi, Archivio Storico per la Calabria e la Lucania, Rome, 1935. G. Agnello, Paolo Orsi, Florence, 1935 ; P. E. Arias, Quattro archeologi del nostro secolo. Paolo Orsi. Biagio Pace. Alessandro Della Seta. Ranuccio Bianchi Bandinelli, Pise, 1976, p. 15-29, p. 113-126 ; V. La Rosa, « Paolo Orsi e la preistoria della Sicilia», Annali Musei Civici Rovereto I, 1985, p. 5-21; P. E. Arias, « Un pionere dell’ar-cheologia italiana : Paolo Orsi », Cinquanta anni di ricerche archeologiche sulla Calabria (1937-1987), Reggio Calabria, Marra editore, 1988, p. 451-461 ; V. La Rosa, « La preistoria della Sicilia da Paolo Orsi à Luigi Bernabo Brea », Paolo Orsi e l’archeologia del ‘900, Atti del convegno Rovereto 1990, suppl. aux Annali dei Musei civici di Rovereto, Naples, 1991 ; P. G. Guzzo, Antico e archeologia. Scienza e politica delle diverse antichità, Bologne, Nuova Alfa Editoriale, 1993, p. 88-93 ; M. Barbanera, L’Archeologia degli Italiani, Rome, Editori Reuniti, 1998.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

N
 
P

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site