Version classiqueVersion mobile
M
O

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

N

Texte intégral

Naville, Henri Édouard (1844-1926)

1Égyptologue suisse, spécialiste des études bibliques. Né à Genève, il fait ses études dans sa ville natale puis au King’s College de Londres et aux universités de Bonn, Paris et Berlin. Il est l’élève de K. R. Lepsius, dont il deviendra l’exécuteur testamentaire : avec Borchardt et Sethe, il mettra au point cinq volumes de notes pour les Denkmäler. Il se consacre d’abord à la philologie, se rend en Égypte en 1865 et, à Edfou, copie les textes relatifs à Horus ; avec E. Schiaparelli, il contribue à la publication de la tombe de Sethi Ier par E. Lefébure. Il jouit déjà d’une excellente réputation d’égyptologue lorsqu’il entreprend en 1883 de fouiller pour l’Egypt Exploration Fund, créé par Amelia Blanford Edwards il ouvre un premier chantier à Tell el-Maskhuta, reprenant une hypothèse formulée par F. Chabas en 1864, qui plaçait la colonie juive de Phitom de l’Ancien Testament à cet endroit. Dans la même perspective de reconnaître sur le terrain les lieux cités par la Bible, Naville se fixe ensuite pour but d’itentifier la capitale des pharaons désignée par Zoan dans les Saintes Écritures, lieu inhospitalier du Delta que les Grecs appelaient Tanis, et les Arabes San ; cependant, il renoncera finalement à y engager des travaux qui seront ouverts par W. Flinders Petrie. Jusqu’en 1913, É. Naville explore de nombreux sites du Delta, puis se porte en Haute-Égypte où, avec D. G. Hogarth et H. Carter, il fouille Deir el-Bahari, qui fera l’objet de ses plus importants travaux, et procède à un nouvel examen de la nécropole royale d’Abydos. Par la pratique du dégagement extensif des sites, Naville appartient plutôt à l’école d’A. Mariette et de G. Maspero qu’à celle de F. Petrie. Il reçut de très nombreuses et hautes distinctions, que lui attribuèrent de nombreux pays européens.

Bibliographie sélective :

2Éd. des cinq vol. de texte pour les Denkmäler aus Aegypten, de K. R. Lepsius ; Textes relatifs au mythe d’Horus, recueillis dans le temple d’Edfou…, 1870 ; Das aegyptische Todtenbuch der 18. bis 20. Dynastie…, trois vol. in-folio et un vol. de texte, 1886 ; The Route of the Exodus, 1891 ; The Temple of Deir el-Bahari, six vol., 1895-1908.

3VOIR :
S. Reinach, Revue archéologique 25, 1927 ; R. Dussaud, Syria 7, 1926 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 D. van Berchem, « L’égyptologue genevois Édouard Naville. Années d’études et premiers voyages en Égypte 1862-1870 », Journal de Genève, 1989 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991.

Neuville, René (1899-1952)

4Diplomate et préhistorien français, l’un des pionniers de la Préhistoire palestinienne. Né à Gibraltar, d’un père consul, il aborde la carrière consulaire à Vintimille, puis est nommé à Jérusalem en 1926, au moment de l’essor des recherches archéologiques en Palestine. Il abandonne ses études d’épigraphie égyptienne, pour se consacrer à la Préhistoire; il explore l’ensemble de la Palestine et, au moyen de strictes de recherches de surface, il établit le premier tableau général des plus récentes industries lithiques (« Préhistorique de Palestine », Revue biblique, 1934). Il porte ensuite son effort sur la fouille des grottes de Judée et entretient des relations étroites de collaboration avec la grande préhistorienne britannique D. Garrod qui fouille les grottes du Carmel. Il est nommé à Alicante en 1937, pendant la guerre civile, puis à Gibraltar et au Maroc, où il collabore avec A. Ruhlman à l’exploration des rivages du Maroc atlantique : ensemble, ils publient La Place du Paléolithique ancien dans le Quaternaire marocain. À partir de 1943, il occupe diverses fonctions à Alger puis à Tunis, et retourne à Jérusalem en 1946, comme Consul général de France il alors reprendre du Paléolithique et du Mésolithique en liaison avec les préhistoriens, géologues et zoologues de l’Université hébraïque de Jérusalem, jetant ainsi les bases de la coopération scientifique entre la France et le futur État d’Israël. Il assure la continuité de la recherche en initiant à la préhistoire J. Perrot, fondateur du Centre de recherches françaises de Jérusalem. Il est considéré comme le dernier des grands consuls archéologues, dans la tradition inaugurée par P.-É. Botta en Mésopotamie et joue un rôle considérable dans l’essor de la « science préhistorique » en Palestine.

Bibliographie sélective :

5« Le Paléolithique et le Mésolithique du désert de Judée », Archives de l’Institut de paléontologie humaine, 1924 ; « Préhistorique de Palestine », Revue biblique, 1934 ; L’Outillage en silex de Teleilat Ghassul, 1934 ; avec A. Mallon, « Débuts de l’âge des métaux dans les grottes du désert de Judée », Syria, 1931 ; avec A. Ruhlman, La Place du Paléolithique ancien dans le Quaternaire marocain, Casablanca, 1941.

6VOIR :
J. Perrot, « René Neuville (1899-1952) », Syria, 20, 1952, p. 409-411 ; id., « Le Centre de recherches françaises de Jérusalem. Cent ans de découvertes en Israël », Archéologia196, nov. 1964, p. 18 et sq. ; id., Et ils sortirent du Paradis… Souvenirs d’un archéologue en Orient, Paris, de Fallois, 1997.

Newton, Charles Thomas (1816-1894)

7Archéologue britannique, conservateur des Antiquités grecques et romaines au British Museum de 1860 à 1894. L’une des grandes figures de l’archéologie britannique du xixe siècle. Il est né l’année même où les « marbres Elgin » furent acquis par le British Museum ; il va lui-même enrichir les collections d’innombrables antiquités de toute nature provenant d’Halicarnasse, de Cnide ou de Didymes. Il rejoint en 1833 le Christ Church College d’Oxford. En 1840, il est recruté comme assistant pour le British Museum, où les progrès de l’archéologie imposent le renouvellement et l’augmentation du personnel scientifique ; le musée offre aux jeunes gens qu’il recrute dans ce poste une formation pratique à l’archéologie, ce qui assurera à l’institution des conservateurs tout à fait compétents. Il passe de nombreuses années à inventorier des médailles et des inscriptions et à rédiger des catalogues pour un salaire dérisoire. En 1848, il obtient un congé pour se rendre à Naples, Rome et Athènes et y examiner les antiquités in situ. En 1851, il quitte le musée pour un poste de vice-consul à Mytilène, sur l’île de Lesbos : il reste cependant attaché au service du British Museum et est animé de la volonté de poursuivre une carrière archéologique en mettant à profit les avantages offerts par son poste de diplomate, à l’instar de Stratford Canning, ambassadeur à Constantinople ou des consuls français en Mésopotamie. Comme Layard, il est soutenu dans son action par Stratford Canning qui lui obtient un firman et lui procure des fonds pour mener des fouilles sur l’île de Calymnos, le matériel archéologique recueilli étant acheminé jusqu’au British Museum en 1855. Il voyage en Grèce et en Turquie, relevant de très nombreuses inscriptions et collectant des antiquités pour le British Museum. Il se rend en 1854 à Bodrum (Halicarnasse), où il repère en différents endroits des murs de la forteresse, des lions sculptés d’une facture manifestement grecque, qu’il identifie comme appartenant au Mausolée de l’antique Halicarnasse et qu’il est déterminé à acquérir pour le Musée britannique. Avant lui, C. Somers, mandaté par Stratford Canning, avait reçu en 1844 l’autorisation des autorités turques de visiter le château croisé de Saint-Jean et avait pu voir les bas-reliefs et les sculptures grecs classiques encastrés dans les murs, où ils avaient été placés par les chevaliers de Saint-Jean aux xve et xvie siècles ; les conditions politiques semblaient alors propices, les gouvernements turc et britannique ayant passé des accords commerciaux et les Anglais jouissant d’un véritable monopole dans tout l’Empire ottoman. Stratford Canning – dont l’intérêt pour les civilisations antiques et le désir d’enrichir les collections du British Museum se manifestent lors des travaux de Layard en Mésopotamie – pense le moment venu de récupérer les sculptures du château des Croisés de Bodrum, mais ses démarches n’aboutiront qu’en 1846: les « marbres Canning», composés de douze blocs, entrent alors au British Museum. Il reviendra à C. Newton de compléter la collection : en 1855, il retourne à Bodrum et y entreprend quelques sondages, déterminé à retrouver le Mausolée et à fouiller Cnide, sur laquelle une expédition de la Société des Dilettanti avait apporté de nombreux renseignements. De retour à Mytilène, il trouve l’ordre de se rendre à Rome pour y évaluer la collection Campana. Après avoir réclamé un vaisseau de guerre de la Navy et les services d’un lieutenant appartenant au corps royal des ingénieurs, ainsi que d’un groupe de quatre sapeurs dont l’un devait être photographe – introduisant ainsi la photographie en archéologie –, Newton débarque à Smyrne en novembre 1856, avec l’équipage du Gorgon il également accompagné de trois peintres. Après des recherches infructueuses, le lieutenant Robert Murdoch Smith, qui est chargé de reconnaître le site du Mausolée et en dresse le plan, indique à C. Newton l’endroit où, selon lui, se trouve le fameux monument et, effectivement, les premiers travaux se révèlent rapidement fructueux. Au terme de négociations souvent délicates, le site est libéré des maisons qui l’ont recouvert, et l’on procède à son dégagement : le sol du Mausolée est couvert d’innombrables fragments de sculptures et d’architecture. Quant aux lions qui ornaient le château, Newton obtient enfin le firman l’autorisant à les enlever, mais il doit en concéder certains aux autorités turques qui les transfèrent à Constantinople. En juin 1857, le Gorgon quitte Bodrum pour l’Angleterre avec deux cent dix-huit caisses destinées au British Museum. En décembre 1857, Newton confie la poursuite des travaux à Halicarnasse à Smith et se porte à Cnide, accompagné de Richard Pullan, architecte et dessinateur ; il en explore le théâtre et le temple de Déméter, mais fait sa plus belle découverte sur un promontoire à quelque distance du site : un lion en marbre de Paros en parfait état qu’il revient au lieutenant Murdoch Smith d’acheminer jusqu’au lieu où il sera embarqué sur un navire ; Newton et Pullan étudient les vestiges de la tombe et en donnent une reconstitution. La fouille de Cnide se poursuit jusqu’en mai 1859, mais Newton se rend également à Didymes, où il dégage les statues de la voie sacrée qui conduit au temple d’Apollon, les fait photographier et en enlève douze pour le British Museum. Sur le chemin de retour en Grande-Bretagne, il négocie à Rhodes l’achat de la collection de vases et d’objets d’or trouvés par Salzmann et Biliotti, consuls français et anglais, au cours de fouilles dans les tombes de l’île. En 1860, il prend le poste de consul à Rome, et accepte en 1861 celui de conservateur des Antiquités grecques et romaines au British Museum où l’énorme département des Antiquités, géré jusque-là par E. Hawkins, est alors divisé en unités plus restreintes. Par ses travaux en Asie Mineure, C. Newton avait considérablement enrichi les collections de sculpture du British Museum et révélé des domaines de l’art grec ignorés avant lui.

Bibliographie sélective :

8« On the Sculptures of the Mausoleum at Halicarnassus », The Classical Museum 5, 1848, p. 170-201 ; « Excavations and Discoveries at Calymnos », Archaeological Journal 13, 1856 ; A History of Discoveries at Halicarnassus, Cnidus and Branchidae, 2 vol., Londres, 1862 ; Travels and Discoveries in the Levant, deux vol., Londres, 1865 ; Essays on Art and Archaeology, Londres, 1880.

9Voir :
P. Gardner, « Sir Charles Newton: Born 13. sept. 1816- 28 nov. 1894 »,
Biographisches Jahrbuch für Altertumskunde 19, 1896, p. 132-142 ; A. Michaelis, Ein Jahrhundert Kunstarchäologischer Entdeckungen, Leipzig, 1908 ; G. Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; A. Luttrel et K. Jeppesen, The Mausoleion at Halicarnassos, deux vol., Londres, 1970 ; I. Jenkins, Archaeologists and Aesthetes in the Sculpture Galleries of the British Museum. 1800-1939, Londres, British Museum Press, 1992.

Nibby, Antonio (1792-1839)

10Archéologue italien, spécialiste de topographie et d’antiquités romaines. Professeur d’archéologie à l’Archiginnasio Romano et membre de l’Institut de Correspondance archéologique dès sa fondation en 1829, il donne des cours d’archéologie aux architectes de l’Académie de France à Rome. Il accomplit de nombreuses excursions dans la campagne romaine et compromet gravement une santé fragile. Il jette les bases de la topographie monumentale, qu’il étudie sur le terrain, en lui associant une parfaite connaissance des textes classiques. En collaboration avec le topographe anglais W. Gell, il établit la carte du Latium antique.

Bibliographie sélective :

11Del Foro Romano, della Via Sacra, dell’Anfiteatro Flavio, 1818 ; Viaggio antiquario ne’contorni di Roma, Rome, 1819 ; Itinerario di Roma, Rome, 1826 ; Monumenti scelti della villa Borghese, 1832 ; Analisi storico-topografico-antiquaria della carta dei dintorni di Roma, Rome, 1837 ; Roma nell’anno 1838, Rome, 1838-1841.

12Voir :
A. Michaelis,
Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts. 1829-1879, Berlin, 1879 ; Enciclopedia italiana, XXIV, Rome, 1934, p. 747.

Niebuhr, Barthold Georg (1776-1831)

13Historien allemand. Né à Copenhague, fils de Karsten Niebuhr, lui-même géographe et auteur d’une expédition en Égypte, Arabie, Mésopotamie, Perse et Inde. Barthold Georg Niebuhr a été l’élève du philologue Jaeger et fut initié à l’Antiquité par Voss. Aux universités de Kiel et Göttingen, il a étudié l’histoire et les langues anciennes. À Londres et Édimbourg en 1796-1797, il se consacre aux sciences naturelles et à la chimie. Installé à Copenhague, il occupe le poste d’assesseur au Conseil du commerce et de la banque et assure le secrétariat de la direction du consulat africain. En 1803, il devient directeur de la Banque et du Bureau des Indes orientales, puis directeur de la Banque de Berlin. Après la bataille d’Iéna, il fuit devant les Français et se réfugie à Riga. En 1810, le roi de Prusse le nomme historiographe ; il occupe la chaire d’histoire ancienne à l’Université de Berlin et est élu à l’Académie. C’est à cette époque qu’il élabore les premiers chapitres de son Histoire romaine. De 1816 à 1828, il réside à Rome, où il est ambassadeur auprès du Saint-Siège, et prend le relais de W. von Humboldt dans son rôle de promoteur de l’archéologie ; il bénéficie de la collaboration du groupe des Hyperboréens romains, et en particulier d’E. Gerhard et de T. Panofka, qui entreprennent d’étudier les monuments antiques de Rome, pour contribuer à la description qu’il réalise avec C. K. J. Bunsen. Membre fondateur de l’Institut de Correspondance archéologique de Rome, il contribue avec Bunsen à y faire entrer J.-F. Champollion. Retiré des affaires publiques, il devient professeur libre d’histoire romaine à l’Université de Bonn récemment créée. Avec Boeckh et Brandis, il fonde un périodique, le Rheinische Museum, et met au point les trois volumes de son Histoire romaine, restée inachevée, où il tente « avec des faits épars, mutilés, dégradés [...] de ressusciter une époque », selon une méthode critique et comparative inspirée de celle de Cuvier. En établissant la distinction entre légende et histoire, il jette les bases de la critique historique et exerce une grande influence sur la génération suivante d’historiens de Rome, en particulier Th. Mommsen. Il porte d’autre part une attention particulière aux peuples italiques. Comme son compatriote C. K. J. Bunsen, B. G. Niebuhr joue un rôle déterminant dans l’essor de l’archéologie classique, qui reçoit à Rome sa première institution internationale.

Bibliographie sélective :

14Römische Geschichte, deux vol., Berlin, 1828-1831 ; Abriss der Geschichte des Wachtstums und Verfalls der Alten und der Wiederherstellung der neuen Stadt Rom, Berlin, 1830 ; avec C. K. J. von Bunsen, Beschreibung Roms, Berlin, 1-1830 ; 2-1832 ; puis trois vol., 1837, 1838 et 1842 ; Vorträge über alte Geschichte an der Universität zu Bonn gehalten, trois vol., Berlin, 1847.

15VOIR :
Lebensnachrichten über B. G. Niebuhr aus Briefen desselben und aus Erinerungen einiger seiner nächsten Freunde, trois vol., Hambourg, 1838-1839 ; F. Lieber, Erinnerungen aus meinem Zusammenleben mit B.G. Niebuhr, Heidelberg, 1837 ; Bunsen, Brandis et Loebell, The Life and Letters of B. G. Niebuhr, trois vol., Londres, 1852 ; J. Classen, B. G. Niebuhr, eine Gedächtnisschrift zu seine hundertjärigen Geburtstage, Gotha, 1876 ; A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico-germanico, 1829-1879, Rome, 1879 ; C. B. Stark, Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich, 1969, p. 278 et sq. ; D. Gerhard et W. Norwin, « Die Briefe B. G. Niebuhrs », Das Literatur Archiv, Veröffentlichungen der Literaturarchiv Gesellschaft zu Berlin, 1, 1776-1809, Berlin, 1926 ; 2, 1809-1816, Berlin, 1929 ; H. Bengtson, Barthold Georg Niebuhr und die Idee der Universalgeschichte des Altertums, Würburger Rektoratsrede, 1960 ; S. Rytkönen, B.G. Niebuhr als Politiker und Historiker, Helsinki, 1968 ; K. Krist, Von Gibbon zu Rostovtzeff : Leben und Werk Führender Althistoriker, Darmstadt, 1972; B. C. Witte, Der Preussische Tacitus : Aufstieg, Ruhm und Ende des Historikers Bartold Georg Niebuhr 1776-1831, Düsseldorf, 1979 ; G. Wirth éd., « Bartold Georg Niebuhr: Historiker und Staatsmann. Vorträge bei den anlässlich seines 150. Todestages in Bonn veranstalteten Kolloquium 10-12 november 1981 », Bonner Historische Forschungen 52, 1984.

Niebuhr, Karsten (1733-1815)

16Géographe et voyageur allemand d’origine danoise. Fils d’un fermier, il reçoit peu d’instruction et se forme aux mathématiques et à l’arabe en autodidacte. En 1761, il se joint à l’expédition scientifique envoyée par Frédéric V de Danemark en Égypte, Arabie et Syrie. En 1763, resté le seul survivant, il pousse son exploration jusqu’à Babylone et de là gagne la Perse les ruines de Persépolis en 1765 et séjourne trois semaines, dessinant les reliefs en recopiant avec soin les inscriptions qui y figuraient et esquissant des plans ; ses relevés des inscriptions cunéiformes, sur lesquelles travaillera G. P. Grotefend, révèlent qu’il s’agit de trois langues différentes (identifiées plus tard comme perse ancien, élamite et babylonien). Ses travaux marquent le début de la longue et difficile entreprise de déchiffrement des écritures cunéiformes. Sa Reisebeschreibung nach Arabien und andern umliegenden Ländern, (deux vol., Copenhague, 1774-1778) eut une grande influence : Bonaparte, lors de l’Expédition d’Égypte, portait sur lui la traduction française de ce guide.

17VOIR :
Sa biographie par son fils Barthold, Leben, Kiel, 1817, éd. anglaise, 1838 ; T. Hansen, Arabia felix, Londres, 1964 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 217 ; S. Rasmussen, Carsten Niebuhr und die Arabische Reise 1760-1767, 1986 ; J. Bottéro et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

Nieuwerkerke, Alfred Émilien O’Hara, comte de (1811-1892)

18Surintendant des Beaux-Arts et sénateur. Né à Paris d’un père aristocrate hollandais et d’une mère française. Il entre à l’École de Saumur mais renonce à la carrière militaire après la Révolution de Juillet et s’engage dans des études de sculpture. Garde national pendant les journées de juin 1848, il est décoré de la Légion d’honneur. Il renoue avec Louis Napoléon des relations d’amitié nées à Londres : le 25 décembre 1849, le prince-président le nomme directeur des Musées nationaux. Très lié à la princesse Mathilde, il deviendra surintendant des Beaux-Arts en 1863, après avoir été élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1853. Au Louvre, il se révèle bon administrateur mais il subira les critiques des partisans du maintien de la collection Campana au musée Napoléon-III, dont il décide la dispersion. Nommé sénateur en 1864, il se retire en Italie après la chute de l’Empire.

19VOIR :
Panthéon des illustrations françaises, Paris, 1865, portrait ; P. de Chennevières, Gazette des beaux-arts, 1er avril 1892 ; F. Henriot, « Le comte de Nieuwerkerke », Journal des arts, 21 et 25 janvier 1893 ; F. Goldschmidt, Nieuwerkerke, le bel Émilien, Paris, Arts International Publishers, 1997 ; catalogue exposition Musée national du Château de Compiègne, Le comte de Nieuwerkerke. Art et pouvoir sous Napoléon III, 2000.

Nilsson, Sven (1787-1883)

20Zoologue suédois, collectionneur d’objets préhistoriques et créateur de l’ethnographie comparée. Professeur de zoologie et directeur du Musée zoologique à Lund, il réorganise les collections du Musée zoologique de Stockholm puis revient définitivement à Lund. Il manifeste un intérêt très précoce pour la Préhistoire et réunit une vaste collection d’objets préhistoriques dont il a l’idée de chercher des parallèles chez les populations primitives modernes, pour expliquer les outils scandinaves par analogie. La méthode comparative le conduit à distinguer quatre étapes dans le développement humain en se fondant modes sur les modes de subsistance: tout d’abord, celle de l’état « sauvage » où l’homme est pêcheur, chasseur, cueilleur ; l’état nomade, dans lequel l’homme vit de ses troupeaux, suivie de la phase où naît l’agriculture, pour aboutir enfin à l’état de la civilisation. À partir des outils de pierre, il démontre qu’un âge de la pierre a dû précéder un âge du métal ; pour lui, l’examen des objets doit permettre des conclusions sur la culture qui les a produits, pourvu que l’on détermine pour chaque type d’objet quel est le plus ancien et leur succession jusqu’aux plus récents, établissant ainsi les principes de la chronologie relative. Ces idées seront reprises par J. J. A. Worsaae et divulguées par J. Lubbock qui traduit son ouvrage en anglais (The Primitive Inhabitants of Scandinavia, Londres, 1867). Nilsson introduit pour l’étude de la Préhistoire une méthode qui n’est pas strictement archéologique, ouvrant ainsi de nouvelles pespectives scientifiques. Au même titre que R. Nyerup, C. J. Thomsen ou J. J. A. Worsaae, S. Nilsson est l’un des grands pionniers de la Préhistoire européenne qui reçoit ses fondements scientifiques en Scandinavie.

Bibliographie sélective :

21Skandinavisk Fauna, Stockholm, 1820-1853 ; Skandinaviska Nordens Urinvanare, Lund, 1838-1843; trad. all., Die Ureinbewohner des Skandinavischen Nordens, quatre vol., 1838-1843 ; trad. anglaise, The Primitive Inhabitants of Scandinavia, 3e éd. avec introduction de J. Lubbock, Londres, 1868 ; trad. fr., Les Habitants primitifs de la Scandinavie. Essai d’ethnographie comparée ; matériaux pour servir à l’histoire du développement de l’homme, Paris, 1868.

22VOIR :
L’introduction de J. Lubbock à The Primitive Inhabitants of Scandinavia, Londres, 1868 ; L’Homme, 1884, p. 50-51 ; Matériaux pour servir à l’histoire primitive de l’homme, XVII, 1884 ; I. Filip, Manuel encyclopédique de préhistoire et protohistoire européenne, Prague, 1966 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; O. Klindt-Jensen, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, 1975 K. Kristiansen, « A social history of Danish archaeology (1805-1975) », in G. Daniel (éd.), Towards a History of Archaeology, Londres, 1981 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994 ; J. Hegardt, « Sven Nilsson (1787-1883) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 65-78.

Noël des vergers, Joseph Marie Adolphe (1804-1867)

23Historien et archéologue français. Fils d’un président de la Chambre de commerce et membre de la Chambre des députés, il fait d’excellentes études, qui portent sur l’histoire, la géographie et les langues orientales. Gendre du libraire Firmin Didot, il s’associera à l’archéologue italien A. François et financera ses fouilles en Étrurie. Membre du conseil de la Société asiatique et secrétaire général de la Société géographique, il voyage en Orient et se rend en Algérie pour y étudier les inscriptions latines. Il fait publier par Firmin-Didot l’ouvrage du commandant Delamare, L’Archéologie. Il s’installe en Italie, au domaine de San Lorenzo, à Rimini, tout près de Saint-Marin, résidence du grand épigraphiste italien B. Borghesi. En relation étroite avec les savants italiens et allemands, il concourt à nourrir l’esprit de collaboration, qui anime la recherche sur l’Antiquité à cette époque. Il est chargé, en 1847, par le ministère de l’Instruction publique, de l’organisation d’un Corpus Generale Inscriptionum Latinarum mais l’entreprise échoue, l’Académie de Berlin réalisant finalement le projet. En 1849 et 1857, l’archéologue italien A. François, financé par Noël des Vergers, découvre à Vulci la célèbre tombe, qui porte son nom. Noël des Vergers collabore à la direction et à la rédaction de la Nouvelle revue encyclopédique et à l’Athéneum français. Il est correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. En 1860, il est désigné par l’empereur pour faire partie de la commission pour la publication des œuvres complètes de B. Borghesi. Par ses relations avec le « prince des épigraphistes » de Saint-Marin et le rôle qu’il joue dans la publication de ses œuvres, A. Noël des Vergers est l’un des promoteurs de l’épigraphie en France. Ses travaux en Étrurie présentés dans son ouvrage de 1862-1864 marquent une étape importante dans la formation de l’étruscologie française.

Bibliographie sélective :

24De nombreux manuscrits inédits sont conservés dans l’Archivio Biblioteca Civica Gambalunga de Rimini, fonds des Vergers. Notes à M. Letronne sur les divers projets d’un Recueil général des inscriptions latines de l’Antiquité, Paris, 1847 « Notice sur le musée Napoléon-III », Revue contemporaine, 1862 ; « Nouvelles observations sur les peintures murales découvertes par l’auteur et M. Alessandro François dans la nécropole de Vulci en 1857 », Revue archéologique, 1863, p. 457-468 ; L’Étrurie et les Étrusques, Paris, 18621864.

25VOIR :
G. Carducci, « Commemorazione di A. Noël des Vergers », Rivista bolognese, 1867, p. 219-222 ; A. Longpérier, Catalogue de la collection d’antiquités, vases peints, bronzes, peintures de feu M. A. N. des Vergers, Paris, 1867 ; N. Matteini, Rimini negli ultimi due secoli, Santarcangelo di Romagna, 1977 ; catalogue de l’exposition Les Étrusques et l’Europe, Musées nationaux du Grand Palais, Paris, 1992 ; R. Copioli, Villa des Vergers. Adolphe Noël des Vergers e il suo “Casino degli delizie”, Rimini, 1993 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 139 AA.VV., L’Ultima Corte del riminese. La Villa Des Vergers di San Lorenzo in Correggiano : la storia nelle testimonianze di alcuni studiosi e della gente che vi ha lavorato e vissuto, Rimini, 1995 ; R. Copioli éd., Adolphe Noël des Vergers (1804-1867). Un classicista eclettico e la sua dimora a Rimini, Rimini, 1996.

Nogara, Bartolomeo (1868-1954)

26Archéologue, philologue et historien d’art italien ; selon M. Pallottino, le premier étruscologue véritable. Il assure le renouveau des études étruscologiques, en particulier par l’inventaire des inscriptions pour le Corpus inscriptionum etruscarum. Il inaugure une méthode d’interprétation de la civilisation étrusque, à la fois archéologique et linguistique. Né sur les bords du lac de Côme, il fait des études de lettres à la Reale Accademia Scientifico-Letteraria de Milan, où il est l’élève d’Elia Lattes, linguiste et épigraphiste spécialiste de la langue étrusque. Il poursuit parallèlement des études de droit et, en 1895, obtient le doctorat en droit à l’Université de Gênes. De 1893 à 1900, il participe au concours du prix Lattes, qui encourage les étudiants à recueillir des inscriptions étrusques ou messapiennes ; il réalise alors des calques et des dessins, et rédige des rapports. Il explore à de nombreuses reprises la Toscane, l’Ombrie et les Pouilles. Ses publications des documents épigraphiques procèdent d’une méthode si scrupuleuse qu’il est appelé à la co-direction du Corpus Inscriptionum Etruscarum, qui, au travers de sa personne, redevient italien, après avoir été exclusivement dirigé par des savants allemands. Il est appelé au Vatican, pour y occuper le poste de « Scrittore latino » de la bibliothèque, puis devient 1903 conservateur du Musée profane; 1920, il est nommé directeur Musée étrusque-grégorien et directeur général des Musées et galeries pontificaux du Vatican et du Latran ; il reçoit en outre la direction du musée de la Patriarcale Basilica Vaticana. À la Bibliothèque vaticane, il entreprend la description des codex (Codices Vaticani latini, vol. III, 1912 ; vol. XLVIII, Scritti inediti e rari di Flavio Biondo, 1927). Devenu en 1902 membre de la Pontificia Accademia Romana di Archeologia, il fait paraître dans ses Rendiconti un « Bulletin des musées », où il donne des informations sur les collections et publie des études importantes, qui le révèlent à la fois archéologue et historien de l’art. En tant que directeur, il entreprend la réorganisation du Musée étrusque-grégorien selon les critères muséographiques modernes : les objets sont regroupés par provenance et une salle est réservée à la tombe Regolini-Galassi ; en 1937, il accueille la collection Guglielmi. Il organise les laboratoires pour la restauration des peintures des Galeries pontificales, ainsi que pour la restauration des verres et des céramiques et, en 1935, crée le Cabinet pour les recherches et les applications scientifiques. Il constitue à la direction des musées des archives photographiques et une bibliothèque : il s’affirme comme le premier directeur moderne des collections du Vatican et accomplit un travail considérable et remarquable. Outre les travaux sur les collections des musées qu’il dirige, il mène ses recherches personnelles dans son domaine de prédilection, celui de l’étruscologie, et aborde tous les aspects de cette civilisation. Son livre Gli Etruschi e la loro civiltà, publié à Milan en 1933, marque la naissance d’une nouvelle discipline archéologique, distincte de la stricte archéologie classique ; c’est l’œuvre d’un historien soucieux de réunir les connaissances et de stimuler les recherches. Membre de l’Accademia Nazionale dei Lincei, il l’est aussi de l’Institut archéologique allemand. B. Nogara fonde l’étruscologie en définissant son domaine propre et ouvre la voie à une nouvelle génération d’étruscologues italiens et européens.

Bibliographie sélective :

27« Di alcuni iscrizioni etrusche inedite del museo archeologico di Perugia », Annuario della Reale Accademia Scientifico-Letteraria di Milano, 1894-1895, p. 113-120 ; « Etruscologia (Bollettino bibliografico) », Ausonia I, 1907, p. 128-133 ; dans O. A. Danielsson éd., Corpus Inscriptionum Etruscarum Academiae Litterarum Regiae Borusicae…, section I, fasc. I, Leipzig, 1907 ; Guida del Museo Vaticano di Scultura, Musei e Gallerie Pontificie I, Rome, 1908 ; « Viaggio epigrafico del settembre-ottobre 1910 per i lavori preparatorii del Corpus Inscriptionum Etruscarum », Mitteilungen des Kaiserlichen Deutschen Archeologischen Instituts, Römische Abteilung, XXV, p. 314-322 ; dans G. Herbig éd., Corpus Inscriptionum Etruscarum, section II, fasc. I, Leipzig, 1912 ; « L’abate Luigi Lanzi e l’opera sua negli studi etruscologici e la storia dell’arte », Dissertazioni della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, série 2, XI, p. 1-27, 1914 ; ibid. p. 121-139 ; « Dell’influenza esercitata dall’Etruria sulla civiltà e sull’arte romana ; Etruria e Roma », Nuova Antologia CCXVII, 1922, p. 46-59 ; « Le armi etrusche », Enciclopedia italiana IV, 1929, p. 476-479 ; « Bucchero », ibid., VIII, p. 7-8, 1930 ; Guide du Musée de sculpture du Vatican, Cité du Vatican, 1933, p. 409-461 ; Gli Etruschi e la loro civiltà, Milan, 1933 ; O. A. Danielsson et E. Sittig éd., Corpus Inscriptionum Etruscarum, section I, fasc. 3, Leipzig, 1936 ; Les Étrusques et leur civilisation, trad. M. T. Dromard-Mairot, Bibliothèque historique, Paris, Payot, 1936 ; « Gli Studi etruschi negli ultimi cento anni », Bollettino della R. Università italiana per stranieri, Pérouse, XI, 1939, p. 81-126 ; « L’Etruscologia italiana dal Rinascimento alla fine del Settecento », ibid., XIII, 1941, p. 17-19 ; « L’Etruscologia a Perugia fino a tutto l’Ottocento », ibid., p. 19-33.

28VOIR :
F. Magi, « Commemorazione di Bartolomeo Nogara », Rendiconti, Atti della Pontificia Accademia romana di Archeologia, série III, vol. XXVIII, fasc. I-II, 1954-1956, p. 109-132, avec bibliographie ; M. Pallottino, Etruscologia, Rome, 1984.

Nyerup, Rasmus (1757-1829)

29Antiquaire danois. Le premier pionnier de la préhistoire danoise au xixe siècle. Après avoir fait ses études à Copenhague de 1784 à 1788, il devient bibliothécaire et conservateur de la collection archéologique de l’Université, qu’il a lui-même constituée en recueillant des antiquités qu’il rapporte à une période très ancienne, bien au-delà de la naissance du Christ, mais qu’il se reconnaît incapable de situer précisément dans l’échelle du temps ; de plus, il ne sait comment classer ces antiquités et en appelle à la formation d’un Musée national danois des antiquités, dont il emprunte les principes à ceux qu’a appliqués A. Lenoir au Musée des monuments français. Il alerte aussi sur le vandalisme qui frappe les monuments et les sites du plus lointain passé danois. Le gouvernement constitue alors un « Comité royal pour la préservation et la collection d’antiquités nationales », dont Nyerup est le secrétaire et qui a pour charge, outre la fondation d’un musée, de veiller à la protection des sites et monuments, et de faire connaître à un large public l’intérêt et l’importance des antiquités nationales. Le fonds primitif du Musée national de Copenhague est constitué des collections personnelles de Nyerup et des objets recueillis au cours des travaux des membres du Comité. Devant l’afflux des objets recueillis, la nécessité se fait de plus en plus impérieuse de les classer : on fait alors appel au jeune C. Jurgensen Thomsen, qui succède en 1816 à Nyerup comme secrétaire du Comité et qui, à partir de cette date, est le premier conservateur du Musée national, ouvert au public en 1819. R. Nyerup et les membres du Comité qu’il a rassemblés sont les véritables fondateurs de l’archéologie préhistorique au Danemark.

Bibliographie sélective :

30Oversyn over foedrelandets mindesmaerker fra oldtiden ; Antiquarisk Fodrejse i Fyen, 1806.

31VOIR :
G. Bibby,
The Testimony ofthe Spade, Londres, 1957 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 O. Klindt Jensen, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, 1975 ; K. Kristiansen, « A social history of Danish archaeology (1805-1975) », in G. Daniel (éd.), Towards a History of Archaeology, Londres, 1981.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

M
 
O
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search