Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
L
N

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

M

Texte intégral

Mackenzie, Duncan (1861-1934)

1Archéologue britannique. Après des études de philosophie, d’histoire de l’art et d’archéologie à Édimbourg, il séjourne, de 1891 à 1895, à Berlin, Munich et Vienne, où il suit les cours d’Otto Benndorf et obtient un doctorat en philosophie. Devenu membre de la British School of Archaeology à Athènes en 1895, il conduit, sous la direction de Cecil Smith et jusqu’en 1899, la fouille exemplaire de Phylakopi (Mélos), où il découvre le premier village contemporain des tombes cycladiques ; ces travaux sont les premiers après ceux d’Hissarlik-Troie à mettre en œuvre la méthode stratigraphique en Méditerranée orientale et permettent d’établir la première séquence chronologique de la civilisation prémycénienne, appelée cycladique ou égéenne. Par la suite, il assiste A. Evans dans le dégagement de Cnossos, de 1900 à 1910 : il garantit le caractère scientifique des méthodes employées, fouille stratigraphique, relevé scrupuleux des objets, exécution de plans et de dessins, tenue de cahiers de fouilles. En 1910, il succède à R. A. S. Macalister dans la direction des fouilles du Palestine Exploration Fund et se livre à des voyages d’exploration et des recherches à Amman et Rabbath ; de 1911 à 1913, il dirige les fouilles d’Aïn esh-Schems en Palestine. De 1914 à 1919, il est chargé du réaménagement des départements crétois et égéen de l’Ashmolean Museum d’Oxford et collabore au Palace of Minos d’A. Evans. De 1920 à 1926, il dirige à nouveau les fouilles de Cnossos, passées sous la responsablité de la British School of Archaeology, à laquelle A. Evans a légué toutes ses propriétés de Crète, et qui crée le poste de conservateur du palais de Minos dont D. Mackenzie est chargé. Il accomplit par ailleurs de nombreux voyages d’exploration archéologique en Sardaigne et en Corse, où il s’intéresse aux civilisations préhistoriques. Congédié de son poste à Cnossos en 1929, il perd la raison. D. Mackenzie est l’un des pionniers de l’archéologie scientifique qu’il contribue à doter de méthodes rigoureuses.

Bibliographie sélective :

2« Ancient Sites in Melos », Annual of the British School at Athens 3, 1896-1897, p. 71-88 ; avec T. D. Atkinson et C. C. Edgar, « Excavations at Melos. 1898 », Annual of the British School at Athens, 4-5, 1898 et 1899 ; Excavations at Phylakopi in Melos, Society for Promotion of Hellenic Studies, supplément IV, 1904 ; « The pottery of Knossos », Journal of Hellenic Studies, 23, 1903, p. 157-205 ; « Cretan Palaces and Aegean civilization », Annual of the British School at Athens 11-14, 1904-1905 ; « Excavations at Ain Shems (Beth-Shemesh) », Palestine Excavation Fund Annual, 1912 et 1913.

3VOIR :
F. J. Bliss,
The Development of Palestine Exploration, Londres, 1906 ; R. A. S Macalister, A Century of Excavations in Palestine, Londres, 1925 ; S. L. Horwitz, The Find of a Lifetime. Sir Arthur Evans and the Discovery of Cnossos, New York, 1981 ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, The Lutterworth Press, 1991 ; A. Momigliano, « Duncan Mackenzie : a cautious canny Highlander », Klados. Essays in honour of J. N. Coldstream, Londres, 1995, p. 163-170.

Macridy Bey, Theodoros (?-1941)

4Archéologue grec, directeur adjoint des Musées de Stamboul (Constantinople), où il a joué un rôle très important. Il a lutté ardemment pour la sauvegarde des monuments grecs et a fait un grand nombre de découvertes, des temps primitifs à ceux de la chrétienté, malgré les moyens modiques dont il disposait. Il révèle en particulier l’intérêt du site de Claros et en réserve l’accès à la France (1913). Méthodique et passionné, c’est un excellent archéologue de terrain. Il fait partie de la mission Winckler à Bogazkhöy, étudie la porte des sphinx à Euyuk, à propos de laquelle il fait d’importantes observations sur la chronologie de l’art hittite. Il découvre Ak-alan, citadelle archaïque du Pont, près de Samsoun ; il reprend l’exploration du Metrôon à Cyzique et travaille à Claros avec C. Picard. À Sidon, il explore plusieurs nécropoles et collabore avec G. Contenau. À Istanbul même, il travaille à l’aménagement des musées et au dégagement des ruines byzantines, en particulier, celles de l’hebdomon à Macrikeni, où il permet que le corps expéditionnaire français et l’École française d’Athènes soient associés aux travaux. À Thasos, il reconnaît le temple d’Artémis Polô et y dégage un lot très important de statues. En 1910, il exhume, en Macédoine, le tombeau dit « de Langaza ». À la fin de sa carrière, il revient à Athènes et prend la direction du Musée Benaki, qu’il organise et complète.

Bibliographie sélective :

5Sur Ak-alan : Mitteillungen der vorasiatischen Gesellschaft, 12, 1907, p. 167 ; sur Claros : Österreichische Jahrschifte, 8, 1905, p. 155 et 1912, p. 36 ; avec C. Picard, Bulletin de correspondance hellénique, 39, 1915, p. 33.

6VOIR :
C. Picard, Revue archéologique, 1941, p. 48-50.

Maffei, Scipione, marquis (1675-1755)

7Littérateur et archéologue italien. Fondateur de l’Académie et du musée de Vérone. En 1711, il séjourne à Turin pour y consulter les manuscrits de la Bibliothèque royale et organise la collection d’objets d’art, que le roi a fait venir de Rome. Dans son palais de Vérone, le marquis Maffei réunit une importante collection d’antiquités et d’objets d’art. Il étudie l’histoire de sa ville natale et publie en 1727, à Mantoue, une Istoria diplomatica. En 1732, il conçoit un projet international de recueil et d’étude des inscriptions grecques et latines qui anticipe les Corpus Inscriptionum Graecarum et Latinarum qui verront le jour au xixe siècle. Il fixe alors les règles de l’épigraphie et, dans la perspective de la réalisation de cette vaste entreprise, il décide d’accomplir un « Grand Tour » de l’Europe c’est lors de son séjour dans le Midi de la France qu’il fait la connaissance, à Nîmes, du botaniste J.-F. Séguier, relève de très nombreuses inscriptions dont il donne la première étude scientifique et l’exacte traduction (Galliae Antiquitates quaedam selectae atque in plures epistolas distributae), et étudie les monuments antiques. J.-F. Séguier se met à la disposition du savant italien et l’accompagne dans son voyage à travers l’Europe ; les deux hommes accomplissent un travail considérable de relevés d’inscriptions dans le Midi français et apporte une contribution fondamentale à la connaissance de l’Antiquité dans cette région. Une très vive amitié les deux savants pendant plus de trente ans Séguier suit en effet S. Maffei en Italie et collabore à ses travaux jusqu’à la mort du marquis en 1755. S. Maffei passe quatre ans à Paris, où il conçoit le projet d’un musée pour réunir les antiquités dispersées, sans toutefois réussir à convaincre les autorités françaises. Il devient membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (membre honoraire étranger en 1734, puis académicien libre en 1750). Il poursuit son voyage par la Hollande et gagne Londres où il est accueilli triomphalement et est nommé membre honoraire de la Royal Society of Antiquaries. Par Mayence et Vienne, J.-F. Séguier et lui regagnent Vérone, où il fait construire un musée pour y placer sa collection et le lègue à sa ville natale. Il crée ainsi le premier musée d’inscriptions antiques, et joue un rôle incitatif dans la fondation du musée du Capitole à Rome. Il publie d’une façon tout à fait nouvelle les inscriptions latines du nord de l’Italie (Museum Veronense). Il est un des grands pionniers et promoteurs de l’épigraphie et de la collaboration scientifique internationale.

Bibliographie sélective :

8Verona illustrata, Vérone, 1731-1732 ; Prospectus universalis collectionis Latinarum veterum ac Graecarum Ethnicarum et Christianarum Inscriptionum…, Vérone, 1732 ; Galliae Antiquitates quaedam selectae atque in plures epistolas distributae, Paris, 1733 ; Museum Veronense hoc est antiquarum inscriptionum atque anaglyphorum collectio…, Vérone, 1742 ; Ars critica lapidaria, publié par Donati dans le Supplementum au Thesaurus de Muratori, 1765, p. 1-432 ; Epistolario (1700-1755), C. Garibotto éd., Vérone, 1955.

9Voir:

10C. B. Stark, Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst. Handbuch der Archäologie der Kunst, 1, Leipzig, 1880, p. 109, 118 ; A. Grenier, « La tradition de l’archéologie gallo-romaine », Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 1, Paris, Picard, 1931 (éd. 1985), p. 47, note 2 ; C. Valoti, Epigraphica, X, 1948 ; A. Momigliano, « Gli Studi classici di Scipione Maffei », Secondo contributo alla storia degli studi classici, Rome, 1960, p. 255 et sq.; id., « Mabillon’s Italian disciples », Terzo contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, 1966, p. 135 et sq. ; G. Silvestri, Scipione Maffei europeo del Settento, Vicenza, 1968 ; G. P. Marchi, « Il Museum Veronense nell’edizione del Maffei e nei cataloghi successivi », Studi di Storia Veronesi L. Simeoni, 1972-1973, p. 1-65 ; Der Archäologe. Graphische Bildnisse aus dem Porträtarchiv Diepenbroick, Münster, 1983, p. P. et Gemmensammler und Gemmenforscher, p. 109, 138, 142 ; Nuovi Studi Maffeiani. Atti del Convegno : Scipione Maffei e il Museo Maffeiano, Vérone, 1985 ; A. Buonopane, « Scipione Maffei e l’epigrafia romana d’Europa », Les archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 180-197 ; G. P. Marchi, Un Italiano in Europa. Scipione Maffei tra passione antiquaria e impegno civile, Vérone, 1992 ; Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998.

Maiuri, Amadeo (1886-1963)

11Archéologue italien. Il fait des études de philologie byzantine à Rome, mais, converti à l’archéologie par F. Halbherr, il fait ses premières expériences sur le terrain en Crète, où il participe aux fouilles de Gortyne ; nommé en 1912 inspecteur des antiquités de Campanie, il mène des recherches dans le Latium méridional, le Samnium et la Campanie. En 1914, il reçoit la direction et la tutelle des antiquités des îles du Dodécanèse, placées sous administration italienne : jusqu’en 1924, il organise les travaux à Rhodes, fouille les nécropoles de Talysos, Cameiros et Acramiti. Cependant, c’est à la Campanie et à Pompéi que son nom reste attaché. En 1924, il est nommé surintendant à Naples et, jusqu’en 1961, occupe la chaire d’antiquités pompéiennes et d’Herculanum près l’Ateneo Napoletano. Son activité s’exerce surtout sur les Champs Phlégréens (près de Pouzzoles en Campanie), sur Herculanum, Pompéi, Capri et des sites mineurs de l’intérieur ; il réorganise le Musée national de Naples et celui de Capoue et fonde des musées locaux. Dans les dernières années de sa vie, il privilégie la Grande-Grèce. En 1934, il devient membre ordinaire de l’Istituto di Studi Etruschi ed Italici et examine le problème de la présence étrusque en Campanie et celui de la part prise par les Étrusques dans les origines de Pompéi. Il mène des fouilles stratigraphiques dans la célèbre cité campanienne et obtient des résultats remarquables : en 1931-1932, puis en 1942-1943, il dégage le secteur du temple d’Apollon et relève des terres cuites architecturales et des fragments de bucchero (céramique noire) campanien portant des inscriptions étrusques.

Bibliographie sélective :

12Vita d’archeologo. Cronache dell’archeologia napoletana, Naples, s. d. ; Aspetti e problemi dell’archeologia campana, 1930 ; Brevario di Capri, 1937 ; Pasegiate campane, 1937 ; Ultima fase edilizia di Pompei, Naples, 1942 ; Greci ed Etruschi in Campania, 1944 ; La Villa dei Misteri, 2e éd. 1949 ; Tacciuno napoletano, 1956 ; Scavi di Ercolano, 1958 ; Lettere di Tibero di Capri, Naples, 1960.

13VOIR :
P. Romanelli, Studi romani 11, 1963, p. 317-319 ; M. Napoli, Studi Etruschi 32, 1964, p. 233-234 ; D. Mustilli, « Commemorazione di Amadeo Maiuri », Rendiconti XVI, Atti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, 1963-1964, p. 13-21 ; C. Picard, Revue archéologique, 1965-1, p. 104-106 ; G. Maggi, Archeologia magica di Amadeo Maiuri, Naples, 1974.

Mallowan, sir Max Edgar Lucien (1904-1978)

14Archéologue britannique, l’un des promoteurs de l’archéologie scientifique qui se développe au Proche-Orient entre les deux guerres mondiales. Après des études classiques à Oxford, il fait partie de l’expédition conjointe du British Museum et de l’Université de Pennsylvanie à Ur, où il est l’assistant de L. Woolley de 1925 à 1930 et contribue à l’extraordinaire découverte de la nécropole royale. En 1931-1932, il se rend à Ninive où les travaux ont repris depuis 1927, sous l’égide du British Museum et sous la direction de R. Campbell Thompson, dont il devient l’assistant, puis le Field Director : il réalise une fouille profonde jusqu’au sol vierge et rétablit la succession complète des différentes étapes de la Protohistoire mésopotamienne depuis le Ve millénaire, et vérifie cette chronologie sur le site proche d’Arpatchiya. Lors de la création, en 1932, de la British School of Archaeology, il reçoit le patronage des missions en Iraq ; lorsqu’en 1933, la législation irakienne sur le patrimoine annule la disposition du partage des objets, M. Mallowan, comme les archéologues européens ou américains, quitte l’Iraq pour se porter en Syrie du Nord, dont il explore méthodiquement tous les tells de la Djézireh, se fixant à Tell Chagar Bazar et Tell Brak, où il retrouve, pour les périodes protohistoriques, la même succession chronologique qu’en Mésopotamie centrale et en Sumer, et où il révèle les échanges très précoces entre les pays du Tigre et la Méditerranée et la région de l’Indus. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sert dans la RAF puis, en 1948, devenu professeur à l’Institut d’archéologie de Londres, il peut réaliser le projet qu’il nourrissait depuis longtemps de reprendre l’exploration de Nimrud, où il conduira les travaux jusqu’en 1962 ; la mission bénéficie du soutien du Metropolitan Museum de New York, de la fondation de l’École Gertrude-Bell en Iraq, de l’Ashmolean Museum d’Oxford et de celui de Birmingham. Outre la mise au jour des vestiges de plusieurs palais, des deux temples de Nirurta et d’Ishtar et des installations sur les quais au bord du Tigre, il révèle les éblouissantes séries d’ivoires. Directeur de la Bagdad School, il occupe à partir de 1962, la chaire d’archéologie de l’Université de Londres et il a la responsabilité de la revue Iraq. Fellow de la British Academy, il est élu membre associé de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1964. M. Mallowan est l’un des archéologues du Proche-Orient qui, par la mise en œuvre de méthodes scientifiques de fouille et d’étude, ont contribué à la restitution de la Protohistoire orientale.

Bibliographie sélective :

15« Archaeological Survey of the Habur Region of North Syria », Iraq 3, 1936 ; Nimrud and its Remains, trois vol., Aberdeen, 1966 (compte rendu d’A. Parrot, Syria 43, 1966, p. 292-296) ; Twenty-five Years of Mesopotamian Discovery (1932-1956), Londres, 1956.

16Voir:

17Ses mémoires : Mallowan’s Memoirs, Londres, 1977 ; A. Parrot, « Sir Max Mallowan (1904-1978) », Syria 56, 1979, p. 214-215.

Mallowan Christie, Agatha (1890-1976)

18Femme de lettres britannique, épouse de M. Mallowan. Elle découvre le Proche-Orient en 1929 et y rencontre le grand archéologue britannique qu’elle épouse en 1930. C’est lors de son second séjour à Ur qu’elle fait la connaissance de M. Mallowan qui assiste L. Woolley dans l’exploration du site. Tous deux se rendent à Ninive où, en 1930, M. Mallowan collabore aux travaux de R. Campbell-Thompson. Jusqu’en 1932, ils visitent ensemble les sites de la région. À Arpatchiya, à l’est de Ninive, elle se fait l’auxiliaire de son mari. Les époux fréquentent les archéologues américains et européens qui mènent de nombreux chantiers en Iraq. Les romans qu’elle écrit à cette époque se nourrissent de cette expérience orientale : ainsi Meurtre en Mésopotamie, paru en 1935, qui a pour cadre le camp de base d’une mission archéologique américaine en Iraq, ou encore Rendez-vous à Bagdad, dont l’héroïne se rend à Ur, site rendu célèbre par la découverte que L. Woolley venait d’y faire de la fameuse nécropole royale. Lorsqu’en 1933 la législation sur le patrimoine se durcit et supprime le partage des objets, les missions françaises et britanniques quittent l’Iraq et se portent en Syrie : les Mallowan explorent alors les tells du bassin du Habour et se fixeront sur Tell Halaf, Tell Chagar Bazar et Tell Brak : de cette expérience et des rencontres avec les archéologues français M. Dunand et C. Schaeffer, A. Christie fait un récit très vivant. Le couple Mallowan regagnera l’Iraq en 1949 lorsque M. Mallowan reprend les fouilles de Nimrud ; Agatha Christie participe aux travaux ; en particulier, c’est elle qui assume le nettoyage des fameux ivoires. Les romans qui ont pour cadre le Proche-Orient et les récits autobiographiques d’A. Christie restituent les conditions de vie et de travail des missions archéologiques de cette époque.

Bibliographie sélective :

19Come, tell me how you live, Londres, 1946 (trad. française : Dis-moi comment tu vis, Paris, 1978) ; An Autobiography, Londres, Harper Collins Publishers, 1993.

20Voir:

21S. Zakri-Lafleuriel, « L’archéologie dans les romans d’Agatha Christie », Archéologia 336, juil.-août 1997 ; C. Trümpler, Agatha Christie und die Orient. Kriminalistik und Archäologie, catalogue exposition du Ruhrland Museum Essen, Munich-Vienne, 1999.

Maluquer de Motes i Nicolau, Juan (1915-1988)

22Archéologue et préhistorien espagnol. Disciple de P. Bosch Gimpera et M. Almagro Basch, il consacre une part importante de son activité à la mise en place d’institutions universitaires de recherche dans le domaine de l’archéologie préhistorique. Issu de la grande bourgeoisie catalane, il fait ses études supérieures d’histoire à la Faculté de Philosophie et lettres de l’Université de Barcelone, dont P. Bosch Gimpera est alors le recteur. Après la guerre civile, il prépare son doctorat à l’Université centrale de Madrid, sous la direction de M. Almagro Basch et sur « Les invasions européennes dans le nord de l’Espagne pendant l’âge du bronze et le premier âge du fer ». De 1940 à 1943, il est conservateur au Musée archéologique de Barcelone et participe à sa réorganisation ; à la même époque, il est secrétaire de la section de Barcelone de l’Institut Diego-Vélasquez du Consejo superior de investigaciones científicas, et des cours d’Ampurias, dirigés par M. Almagro dont il devient l’assistant à l’Université de Barcelone. En 1949, il obtient la chaire d’archéologie, d’épigraphie et de numismatique de l’Université de Salamanque, où il crée la revue Zephyrus et dirige les travaux de la Carta Arqueológica de Salamanca. En 1959, il s’installe à la chaire de préhistoire de l’Université de Barcelone où il ouvre et dirige l’Institut d’archéologie et de préhistoire et fonde la revue Pyrenae : il suit ainsi l’exemple de P. Bosch Gimpera et tente de reconstituer la fameuse « École catalane d’archéologie ». Son domaine de recherches est la Protohistoire ibérique et, tout au long de sa carrière, il mène des travaux de terrain dans le nord de la Castille, en Catalogne, en Navarre et, enfin, en Andalousie et en Estrémadure sur le site de Cancho Roano, à Zalamea de la Serena. En 1973, il succède à M. Almagro à la direction générale du Service des fouilles archéologiques et conçoit un vaste programme de recherche intitulé « Programa de Investigaciones Protohistóricas » qui poursuit l’étude des communautés ibériques et de l’impact que la colonisation méditerranéenne a eu sur elles, en particulier en ce qui concerne l’urbanisme ; de nombreuses explorations sont menées sur le terrain dans deux régions privilégiées, la basse vallée de l’Èbre et la vallée du Guadalquivir, en prolongeant jusqu’en Estrémadure par la vallée du Guadiana. Il organise de nombreux congrès en Espagne pour faire le point de la recherche sur les aspects très divers de la Protohistoire. Correspondant de la Real Academia de la Historia, il est membre de l’Institut archéologique allemand et de la Prehistoric Society de Cambridge. Dans la continuité de l’œuvre de P. Bosch Gimpera et de M. Almagro Basch, J. Maluquer de Motes donne aux recherches sur la Protohistoire ibérique une forte impulsion en complétant le cadre institutionnel où elle peut s’épanouir.

Bibliographie sélective :

23« Edad del Bronce en las islas Baleares « Pueblos célticos » et « Pueblos ibérico », Historia de España dirigida por R. Menendez Pidal, tome I, España primitiva, vol. I, La Prehistoria, et vol. III, Etnología de los Pueblos de Hispania, Madrid, 1947 ; Epigrafía prelatina de la Península Ibérica, Barcelone, La Humanidad Prehistórica, Barcelone, 1968 ; Tartessos, la ciudad sin historia, Madrid, 1970 ; Historia económica y social de España. La Prehistoria, Pampelune, 1974 ; El Santuario protohistórico de Zalamea la Serena, Badajoz, 1978-1986 ; en collaboration avec E. Huntingford et alii, Arquitectura i Urbanisme iberics a Catalunya, Barcelone, 1986 ; avec A. M. Rauret, Prehistoria i edat antiga, dans P. Vilar dir., Historia de Catalunya, Barcelone, 1987.

24VOIR :
A. Beltrán, « Juan Maluquer de Motes y Nicolau : in memoriam », Caesaraugusta 65, 1988, p. 7-22 ; J. M. Blázquez, « Tres arqueólogos españoles del siglo XX : los profesores A. Garcia y Bellido, A. Blanco y J. Maluquer de Motes », VII Jornadas de Arte. Historiografía del Arte Español en los siglos XIX y XX, Madrid, 1995, p. 194-195 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Marcellus, Lodoïs Demartin du Tyrac, comte de (1795-1861)

25Diplomate français qui négocie l’acquisition de la Vénus de Milo. En 1814, il est membre de la garde royale à cheval du duc d’Angoulême, qui a tenté de résister dans le Midi à Napoléon de retour de l’île d’Elbe. À titre de récompense, le jeune homme est admis en 1817 dans une compagnie de mousquetaires du roi et envoyé comme secrétaire d’ambassade à Constantinople. Il est prévenu par l’enseigne de vaisseau Dumont-d’Urville, le futur amiral, qu’une statue féminine d’une qualité exceptionnelle a été fortuitement découverte par un paysan sur l’île de Milo, où son navire, La Chevrette, a été contraint de mouiller. Le croquis exécuté par l’officier de marine incite le vicomte de Marcellus à demander à l’ambassadeur la permission de se rendre à Milo, où il débarque le 23 mai 1820 et constate que les morceaux de la statue destinés à un dignitaire de Constantinople sont déjà chargés sur un bateau albanais. Se fondant sur le fait que l’agent consulaire Brest avait réclamé la statue pour la France au moment même de sa découverte, Marcellus émet une véhémente protestation et obtient ainsi que la Vénus lui revienne. L’ambassadeur français à Constantinople, le marquis de Rivière, la remet au roi, qui la fait entrer dans les collections du musée du Louvre. En 1822, Marcellus quitte Constantinople pour Londres où il devient secrétaire de Chateaubriand, nommé ambassadeur. Retenu loin de son ambassade par le congrès de Vérone, Chateaubriand remet la responsabilité des affaires à Marcellus qui s’en acquitte brillamment en 1822 et 1823. La disgrâce de Chateaubriand le laisse sans emploi. En 1824, le vicomte de Marcellus épouse Valentine de Forbin, fille du comte L. N. de Forbin, directeur général des Musées royaux. En février 1826, il est nommé envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Lucques puis, en 1829, devient sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères dans le ministère Polignac, mais, en désaccord avec le programme du gouvernement, il donne sa démission, refuse de prêter serment à Louis-Philippe et n’occupe plus aucune fonction officielle. Il se retire et se consacre à la rédaction d’essais littéraires et de ses souvenirs.

Bibliographie sélective :

26Vingt Jours en Sicile, 1841 ; Portefeuille du comte de Forbin, 1848 ; Souvenirs de l’Orient, deux vol., 1854 ; Souvenirs diplomatiques. Correspondance intime de M. le vicomte de Chateaubriand, 1858 ; Les Grecs anciens et les Grecs modernes, 1861.

27VOIR :
A. Pasquier, La Vénus de Milo et les Aphrodites du Louvre, Paris, 1985 ; A. de Marcellus, Les Piis et les Marcellus de la fin du xviiie siècle à nos jours, « chez l’auteur », 1998 ; C. Doumet-Serhal, « Rencontre à Sidon avec Lady Esther Stanhope. Le comte de Marcellus et la Vénus de Milo en transit », Archaeology and History in Lebanon, automne 2000, p. 24-34.

Mariette, Auguste, pacha (1821-1881)

28Égyptologue français, l’une des très grandes figures de l’égyptologie française, le premier véritable archéologue, fondateur de l’archéologie égyptienne, créateur du Service des antiquités de l’Égypte et du Musée de Boulaq, ancêtre de celui du Caire. Né à Boulogne-sur-Mer, il ne peut achever ses études au collège de sa ville natale, car son père le place comme surnuméraire au bureau maritime. En 1839-1840, il se rend en Angleterre et enseigne le français et le dessin dans une école privée de Stratford-on-Avon. Il revient à Boulogne, y parfait ses études, obtient le baccalauréat, puis devient maître d’études au collège de Boulogne, en 1841. L’année suivante, sa famille reçoit en dépôt les papiers du peintre Nestor L’Hôte, parent des Mariette, qui avait participé à l’expédition franco-toscane dirigée par J.-F. Champollion et I. Rosellini et qui était décédé lors d’un séjour en Égypte. Le jeune homme dépouille tous les documents qui comprennent des dessins de monuments et des relevés d’inscriptions hiéroglyphiques et s’enflamme pour l’égyptologie. Il apprend l’écriture hiéroglyphique et son déchiffrement. Pendant sept ans, il travaille seul, apprend le copte et publie, dans l’Annotateur boulonnais, son premier article « Catalogue analytique des monuments composant la Galerie égyptienne du Musée de Boulogne », qui le fait connaître des savants parisiens, et en particulier de C. Lenormant qui avait lui aussi accompagné Champollion en Égypte et qui occupait la chaire d’archéologie égyptienne du Collège de France : c’est lui qui procurera au jeune homme un poste subalterne au Louvre quand, après avoir épousé Éléonore Millon, il s’installe à Paris en 1848. Mariette continue à étudier fébrilement, cataloguant et classant les collections de papyri du Louvre et publiant dans la Revue archéologique. En 1850, il reçoit la mission de se rendre en Égypte pour y acquérir des manuscrits coptes, éthiopiens et syriaques, mais il ne tarde pas à concentrer tout son intérêt sur des sphinx appartenant au même type qu’il a remarqués en divers endroits à Alexandrie et au Caire et qui proviennent tous de Saqqarah, petit village situé non loin de la nécropole de Memphis. Il se rend sur place, entreprend de dresser un plan chronologique de la nécropole et avise un jour la tête d’un sphinx enfoui dans le sable : il a immédiatement la conviction de se trouver sur l’emplacement du Sérapeum, demeure funèbre d’Apis, sous les noms d’Osiris et de Sérapis : le 1er novembre 1850, « il joue sa vie sur un coup de dés » (G. Maspero) et commence sans permis la fouille du Sérapeum et la conduira jusqu’en 1854. Il travaille de nuit, dissimulant les objets qu’il envoie en secret à Paris, où les collections égyptiennes du Louvre s’enrichiront de sept mille pièces dont le célèbre scribe accroupi. Dans cette entreprise périlleuse, Mariette avait pris des risques énormes, mais il avait bénéficié du soutien de l’Académie des inscriptions et belles-lettres qui lui avait obtenu des crédits du ministère de l’Intérieur et des Musées nationaux. Il connaît alors la gloire, et le poste de conservateur adjoint au Louvre qui lui est accordé en 1855 lui permet d’envisager une véritable carrière d’égyptologue. Couvert d’honneurs, il se rend à Turin, où il est fait correspondant de l’Académie et à Berlin, où il rencontre son ami H. Brugsch et est reçu par Frédéric Guillaume IV. Au Louvre, il procède au classement des collections issues du Sérapeum, mais, privé de perspectives de carrière, il préfère regagner l’Égypte pour se consacrer pleinement à l’archéologie de terrain : en 1857, il s’y installe définitivement. À l’occasion de la visite du prince Napoléon, F. de Lesseps présente au vice-roi un plan d’action archéologique et de sauvegarde d’un patrimoine pillé et gravement destruction suggère Mariette la mission de surveiller les antiquités et de créer un centre où regrouper les collections. L’année suivante, l’ordonnance du 5 juillet, par laquelle le vice-roi le nomme « directeur des travaux d’antiquités », l’attache définitivement à l’Égypte et crée ainsi le premier service archéologique égyptien, qui est aussi la première institution au monde à laquelle sont dévolues la protection et la mise en valeur du patrimoine monumental. Mariette se vouera passionnément à l’énorme tâche. De cette date jusqu’à sa mort, en 1881, il ouvre des chantiers simultanés d’Assouan à la Méditerranée, employant jusqu’à quinze mille fouilleurs, identifiant et dégageant les principaux sites, et découvrant des monuments et des objets d’une importance capitale : à Abydos, trois temples sont entièrement dégagés ; Edfou a livré le temple le plus complet et le mieux conservé que l’on connaisse alors ; à Karnak, le temple de Thoutmès le Grand a été désensablé… Il fonde aussi à Boulaq le premier musée national jamais organisé au Proche-Orient et défend avec vigueur son point de vue : les monuments et les objets antiques doivent rester en Égypte. Il est secondé par l’égyptologue allemand H. Brugsch et par T. Devéria, attaché à la conservation du Louvre. En 1867, il est désigné comme l’un des commissaires de l’Exposition universelle de Paris et fait élever sur le Champ-de-Mars un temple égyptien conçu comme un résumé chronologique de l’art religieux de l’ancienne Égypte : c’est pour l’égyptologie et Mariette une véritable apothéose. A l’occasion des fastes qui ponctuent l’inauguration du canal de Suez, Mariette collabore avec G. Verdi pour son opéra « égyptien », Aïda, dont il conçoit le scénario, la mise en scène et les décors. Après 1870 et la défaite française devant la Prusse, la situation de Mariette est de plus en plus difficile et même menacée par ceux qui voudraient le remplacer par H. à la du Service des antiquités en outre, les deuils le frappent durement puisque cinq de ses enfants disparaissent successivement après la mort de sa femme en 1865. À la mort d’E. de Rougé, survenue en décembre 1872, ses amis tentent de le convaincre de revenir en France pour y occuper la chaire du Collège de France et diriger le département égyptien du Louvre, mais il reste fidèle à l’Égypte pour continuer à y défendre les fouilles et le musée. Son œuvre est couronné par le prix de l’Académie des inscriptions et belles-lettres dont il est élu membre en 1878. En 1880, il est à l’origine de la découverte des textes des pyramides : à Saqqarah, il décide de faire ouvrir une butte de décombres, et une rampe descendante révèle des textes dont les estampages sont réalisés par E. Brugsch, G. Maspero identifiant le nom du pharaon Pépi Ier  ; après avoir rejeté l’existence de pyramides inscrites, Mariette, juste avant sa mort, découvre la pyramide de Mérenrê Ier et se rallie à l’opinion du jeune Maspero qui fait ouvrir trois autres pyramides de rois de l’Ancien Empire possédant des textes, celles d’Ounas, de Pépi II et de Téti. À la veille de la mort d’A. Mariette, la situation de l’archéologie française en Égypte risque d’être gravement compromise par sa disparition voilà l’instigation G. et d’E. Renan, le gouvernement français crée au Caire l’École française d’archéologie orientale. L’œuvre de Mariette est ainsi sauvegardée et sa pérennité assurée.

Bibliographie sélective :

29Le Sérapeum de Memphis, Paris, 1857 Description des fouilles exécutées en Égypte, Paris, 1863 ; Notice des principaux monuments exposés dans les galeries provisoires du musée… à Boulaq, Le Caire, 1864 ; Abydos, deux vol., 1869-1880 ; Dendérah, cinq vol., 1870-1875 ; Karnak. Études topographiques et archéologiques, Paris, 1875 ; Deir el-Bahari, 1877.

30VOIR :
E. Renan, « Les antiquités égyptiennes et les fouilles de M. Mariette », 1865 ; E. Desjardins, « Les découvertes de l’égyptologie française. Les missions et les travaux de M. Mariette », Revue des Deux Mondes, 1874 ; E. Mariette, Mariette Pacha, 1904 ; G. Maspero, « Mariette (1821-1881). Notice biographique », dans A. Mariette, Œuvres diverses, 1904, vol. 1 ; « A. Mariette », Bulletin de l’Institut égyptien 11, p. 60 ; J.-P. Lauer, « Mariette à Sakkarah. Du Sérapeum à la direction des Antiquités », Mélanges Mariette, Le Caire, 1961 ; G. Daniel, A Hundred Years of Archaeology, p. 56, 69, 118, 156, 160-164, 175 ; J. Leclant, « Mariette pacha et le patrimoine archéologique de l’Égypte », Centenaire de l’Institut français d’archéologie orientale, Paris, 1981 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Auguste Mariette », Archéologia 219, déc. 1986, p. 71-79 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; E. David, Mariette Pacha. 1821-1881, Paris, Pygmalion Gérard Watelet, 1994 ; G. Andreu, Égyptologie, le rêve et la science, catalogue de l’exposition Fondation Électricité de France, 22 janvier-26 avril 1998, Paris, 1998 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; C. Le Tourneur d’Ison, Mariette Pacha ou le rêve égyptien, Paris, 1999 ; A. Labrousse avec la collaboration de M. Albouy, Les Pyramides des reines. Une nouvelle nécropole à Saqqarah, Paris, 1999.

Marinatos, Spiridon (1901-1974)

31Archéologue grec. L’une des grandes figures de l’archéologie grecque contemporaine. Éphore des Antiquités de 1919 à 1939, il est professeur à l’Université d’Athènes de 1939 à 1967. Il apporte une grande contribution à la préhistoire grecque, par ses travaux en Crète, à Céphalonie, à Pylos ou à Marathon. En 1939, il conçoit une théorie « révolutionnaire » pour expliquer la destruction des sites de la Crète minoenne : il émet l’hypothèse que, étant donné la proximité des deux îles, la terrible éruption volcanique, dont Théra-Santorin présente les marques évidentes, a pu provoquer la ruine des cités minoennes de Crète. Il compte bien ouvrir des fouilles à Théra pour étayer son explication mais la Seconde Guerre mondiale reporte à 1967 le début des travaux à Akrotiri, village sur la côte sud de l’île, où la couche de cendres et de pierre ponce est moins épaisse et permet une exploration moins difficile. Les recherches, entreprises sous les auspices de la Société archéologique grecque, sont menées avec sir Denys Page, et révèlent l’âge ces faire d’immenses progrès à la connaissance de cette période pour le monde hellénique, en restituant l’urbanisme d’une cité dont les maisons sont conservées dans leur élévation et dans leur décor de fresques et où se manifestent l’appartenance à la civilisation cycladique et l’influence minoenne. Quant à l’hypothèse de S. Marinatos, elle ne trouve pas de confirmation claire car l’on note un décalage chronologique entre l’éruption du volcan de Théra et la destruction des cités minoennes de Crète. S. Marinatos trouve la mort au cours d’un écroulement accidentel sur le chantier.

Bibliographie sélective :

32Voir la bibliographie établie par G. S. Korres, Dèmosieumata Spyridonos N. Marinatou, Athènes, 1979 ; « Homère, Mycènes et l’Anatolie », Ta Dèmosieugmata tês archaiologikês Ephemeridos, 185, 1927-1928 ; « The Volcanic Destruction of Minoan Crete », Antiquity XIII, 1939, p. 425-439 ; « Excavations at Thera », I à VI, E Bibliothèkè tês en Athinais archaiologikês Etaireias (BAAE), 1968-1974.

33VOIR :
Österreichischen Akademie den Wissenschaften Almanach 124, 1974 (1975), p. 493-513 ; B. Petrakos, E en Athinais archaiologikè Etaireia. E istoria tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, 1987, p. 175 ; J. L. Fitton, The Discovery of the Greek Bronze Age, Cambridge Massachusetts, Harvard University Press, 1998, p. 186-189.

Martha, Jules (1853-1932)

34Étruscologue français, l’un des précurseurs de l’étruscologie moderne. Fils de Constant Martha, professeur d’éloquence latine à la Sorbonne et au Collège de France. Né à Strasbourg, il doit quitter l’Alsace pour Paris, où son père est appelé à succéder à Sainte-Beuve à sa chaire du Collège de France ; l’enfant devient interne au lycée Louis-le-Grand et, en 1872, est admis à l’École normale supérieure. Reçu second à l’agrégation de lettres, il devient en 1875 membre de l’École française de Rome qui vient d’être fondée et qu’A. Dumont s’efforce d’organiser. C’est J. Martha qui installe la bibliothèque de l’École et l’appartement de son directeur au palais Farnèse, dont l’ambassadeur de France a obtenu la location auprès de l’ex-roi des Deux Siciles. Il consacre ses moments de liberté à parcourir Rome en compagnie de l’abbé Duchesne et entreprend l’inventaire des monuments funéraires romains à représentations marines qui constituera la seconde de ses thèses de doctorat. En 1876, A. Dumont le fait admettre à l’École française d’Athènes, dont il a pris la direction et qu’il transforme en un véritable centre de recherches historiques et archéologiques. Poursuivant dans la même voie que ses aînés, J. Martha met en œuvre les principes scientifiques rigoureux définis par A. Dumont et se soumet aux exigences des inventaires et catalogues, en réalisant celui des figurines en terre cuite du Musée de la Société archéologique d’Athènes. Pendant son séjour athénien, il participe aux missions d’exploration du territoire grec et parcourt le Péloponnèse, Rhodes et Naxos. En juin 1879, il se rend, avec Th. Homolle et P. Girard, sur le chantier allemand d’Olympie : les jeunes Français contribuent ainsi à nourrir les bonnes relations entre l’École française et l’Institut archéologique allemand qui vient d’ouvrir une section à Athènes. À son retour en France en 1879, il est chargé du cours des antiquités grecques et latines à l’Université de Montpellier et inaugure un cours d’archéologie : en effet, A. Dumont est devenu directeur de l’Enseignement supérieur et mène de profondes réformes, introduisant à l’Université des enseignements nouveaux, dont celui de l’archéologie. En 1882, J. Martha soutient ses thèses de doctorat en Sorbonne ; la principale porte sur Les Sacerdoces athéniens ; elle lui vaut la réputation d’un excellent helléniste et sa nomination à l’Université de Lyon en 1884. Cette date marque un tournant décisif dans sa carrière puisqu’il décide d’aborder un nouveau domaine de recherche, celui de la civilisation étrusque, dont l’intérêt lui avait été indiqué par A. Dumont lui-même, à l’époque de son séjour romain ; il demande et obtient une mission du ministère de l’Instruction publique pour l’Italie, où il recueille la documentation pour un Manuel d’archéologie étrusque et romaine, publié dans la même collection et le même esprit que le Manuel d’archéologie grecque de M. Collignon. Dans cet ouvrage, il défend une idée « révolutionnaire », traduite par l’association dans le titre des deux grandes civilisations de la péninsule Italique : il soutient l’origine étrusque de l’art romain. La portée de ce Manuel… est considérable et, longtemps, il va rester un outil indispensable. Quatre ans plus tard, il développe la première partie de son ouvrage et publie la première synthèse sur L’Art étrusque, relançant en France les recherches étruscologiques, délaissées depuis les travaux d’A. Noël des Vergers. En 1892, il est appelé à Paris par G. Perrot, directeur de l’École normale supérieure, pour y assurer un enseignement, puis succède à son père à sa chaire d’éloquence latine à la Sorbonne. À partir de ce moment, sa production scientifique semble se tarir : en fait, il se consacre entièrement à des recherches sur la langue étrusque, dont l’origine n’avait pas encore été élucidée, malgré les nombreuses tentatives. J. Martha fait le choix de l’hypothèse de l’appartenance au groupe des langues finno-ougriennes et, lorsqu’il a le sentiment d’être arrivé à la solution, il présente ses résultats devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; la presse et les chansionniers s’emparent alors de « l’événement en bruyant met un terme à la carrière ascendante de J. Martha et lui ferme définitivement les portes de l’Institut. Il en prend philosophiquement son parti et connaîtra en 1920 la grande joie d’être délégué à l’inauguration de l’Université française de Strasbourg. J. Martha, disciple d’A. Dumont, appartient à la génération des membres de l’École d’Athènes qui mettent en œuvre une archéologie « scientifique » et, en choisissant l’étruscologie, il ouvre la voie d’un riche domaine de recherche où la science française s’illustrera jusqu’à nos jours.

Bibliographie sélective :

35Catalogue des figurines en terre cuite du Musée de la Société archéologique d’Athènes, Paris, 1880 ; Quid significaverint sepulcrales Nereidum figurae (thèse secondaire), Paris, 1881 ; Manuel d’archéologie étrusque et romaine, Paris, 1884 ; L’Art étrusque, Paris, 1889 ; « Observations grammaticales sur la langue étrusque », Mélanges G. Perrot, 1903 ; La Langue étrusque, 1913 ; Cicéron. Des termes extrêmes des biens et des maux, Paris, 1928.

36VOIR :
J. Carcopino, Annuaire de l’Association amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1933 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Jules Martha », Archéologia 207, nov. 1985, p. 76-81.

Martin, Roland (1912-1997)

37Archéologue français, spécialiste de l’architecture et de l’urbanisme du monde grec. Fils d’instituteurs, né en Haute-Saône, il fait ses études secondaires au lycée de Vesoul, puis à Lyon et prépare le concours d’entrée à l’École normale supérieure au lycée Henri-IV de Paris. Il devient élève de l’École normale supérieure en 1934, en même temps que R. Bloch, F. Chamoux et P.-M. Duval. Agrégé de grammaire, il rejoint l’École française d’Athènes en 1938, mais, mobilisé, il doit se rendre à Beyrouth. Il est ensuite affecté à l’armée des Alpes, puis, une fois démobilisé, il regagne la Grèce en 1940, et reste membre de l’École française d’Athènes jusqu’en 1946. À l’École normale, C. Picard l’avait orienté vers Thasos, en lui proposant un mémoire sur l’agora de cette ville ; en 1939, il commence la fouille de l’agora mais la guerre suspend les travaux. À son retour en 1940, la Grèce du Nord est fermée aux archéologues, ce qui l’oblige à changer de projet : avec H. Metzger, il se tourne vers le Péloponnèse et tous deux ouvrent en 1941 le chantier de Gortys d’Arcadie. Il retourne à Thasos en 1946 et en 1962 et, à partir de 1950, accompagne L. Robert à Claros où celui-ci comptait rouvrir le chantier inauguré par C. Picard et Macridy bey en 1913. En 1950, il soutient sa thèse d’État sur l’agora grecque et y adopte une démarche originale d’étude et d’histoire de l’architecture urbaine. Jusqu’en 1961, il se consacre à Claros où sont découvertes les installations d’un oracle sous la cella du temple ; pour une question de préséance dans la publication, ces recherches restent inédites. Il accomplit un voyage en Asie Mineure qui lui permet d’élargir ses perspectives : en effet, il découvre Pergame et les villes de Carie, et de cette expérience naît un nouvel ouvrage sur L’Urbanisme dans la Grèce antique (1956). Il revient ensuite à Thasos, le site auquel il garde sa préférence. À son retour en France, il est nommé maître de conférences à la Faculté des lettres de Dijon, puis professeur d’archéologie et doyen jusqu’en 1969, date à laquelle il succède à P. Demargne à Paris-I. Pendant la période bourguignonne de sa carrière, il est également directeur des antiquités et anime la recherche dans cette région, en lançant les « Journées archéologiques » qui réunissent archéologues amateurs et professionnels ; en 1963, sont découvertes les sculptures en bois des sources de la Seine et de nouvelles fouilles sont organisées en 1966-1967, qui aboutissent très rapidement à la publication. Sur le site d’Alésia, il dirige, en 1960 et 1962, la fouille du sanctuaire d’Ucuétis et Bergusia : on y reconnaît, pour la première fois hors d’Italie, le siège d’une association professionnelle, celle des artisans du fer (XVIe supplément à Gallia, 1993). En 1958, P. Demargne et lui sont à l’origine de la création du Service d’architecture antique du CNRS, dont il assurera la direction jusqu’en 1980 ; l’équipe du service est répartie sur plusieurs sites universitaires – Paris, Dijon, Aix-en-Provence, Pau – et s’attache à promouvoir l’étude et la publication des monuments gallo-romains ; par ailleurs, des travaux sont aussi menés sur certains sites classiques de Méditerranée et en particulier à Xanthos de Lycie. En 1962, il est élu à l’École pratique des hautes études pour y assurer un enseignement d’architecture grecque. En 1969-1970, il se tourne résolument vers la Grèce d’Occident et, avec G. Vallet, directeur de l’École française de Rome, il tente d’engager les recherches françaises dans cette direction. Il participe très activement aux congrès sur la Grande-Grèce à Tarente et entretient d’excellentes relations avec les archéologues italiens qui lui permettent de travailler sur l’enceinte de Vélia. Avec les architectes du Service d’architecture antique, il engage deux actions, l’une à Sélinonte, l’autre à Syracuse, et applique à l’étude des monuments de ces villes les méthodes acquises en Grèce et Mineure d’étudier seul monument pour lui-même, il s’efforce de déterminer ses fonctions dans l’ensemble urbain, de restituer ses transformations au cours du temps, et met l’urbanisme en rapport avec l’histoire de la cité. De 1949 à 1959, il a tenu un bulletin d’architecture dans la Revue des études grecques et, de 1979 à 1984, a dirigé la Revue archéologique. Élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1975, il reçoit la médaille d’or du CNRS en 1982.

Bibliographie sélective :

38Liste des travaux, dans Architecture et urbanisme, Rome, collection de l’École française de Rome, 1987, p. VII-X ; L’Agora grecque, 1953 ; L’Urbanisme dans la Grèce antique, Paris, 1956 ; avec M. Lejeune, « Stèle inscrite des sources de la Seine », Revue des études anciennes 58, 1956, p. 71-82 ; L’Agora, Études thasiennes 6, Paris, 1959 ; « Chapiteaux ioniques d’Halicarnasse », Revue d’études anciennes 61, 1959, p. 65-76 ; « Le sanctuaire d’Ucuétis et Bergusia… Alésia », dans Hommages à Albert Grenier, Bruxelles, 1962, vol. III, p. 1119-1133 ; « Sculptures en bois découvertes aux sources de la Seine », Revue archéologique de l’Est 14, 1963, p. 7-35 ; Manuel d’architecture grecque, 1. Matériaux et techniques, Paris, 1965 ; « Wooden Figures from the Source of the Seine », Antiquity 39, 1965, p. 247-252 ; Architecture et urbanisme, Rome, Collection de l’École française de Rome, 1987 ; avec J. Charbonneaux et F. Villard, Grèce archaïque, 620-480 avant J.-C, Paris, collection « L’univers des formes », Gallimard, 1968 ; avec J. Charbonneaux et F. Villard, Grèce hellénistique, 330-50 av. J.-C., Paris, collection « L’univers des formes Gallimard, 1970 ; avec S. Lloyd et H. W. Müller, Architettura mediterranea preromana,Venise, 1972 ; « Aspects financiers et sociaux des programmes de construction dans les villes grecques de Grande-Grèce et de Sicile », dans Economia e società nella Magna Grecia. Atti del dodicesimo convegno di studi sulla Magna Grecia. Taranto, 8-14 ottobre 1972, Naples, 1973, p. 185-205 ; avec P. Varène, Le Monument d’Ucuétis… Alésia, Gallia. Suppléments, 26, Paris, 1973 ; « Histoire de Sélinonte d’après les fouilles récentes », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1977, p. 46-63 ; avec R. Ginouvès, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, 1 Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Collection de l’École française de Rome, 84, Paris, 1985 ; L’Art grec, 1994.

39VOIR :
M. Roland-Martin, « Souvenirs d’une femme de membre (1939-1945) », Bulletin de correspondance hellénique, n° spécial 120 « Cent cinquantenaire », 1996, p. 101-126 ; C. Rolley, Revue archéologique, 1997-1, p. 129-130 ; H. Metzger, « Notice sur la vie et les travaux de Roland Martin », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1998, p. 391-396.

Martinez Santa-Olalla, Julio (1905-1972)

40Préhistorien espagnol, il contribue à donner à l’archéologie espagnole sa dimension internationale et élargit le champ de la préhistoire. Fils du général Martinez Herrera, ami personnel du général Franco, il connaît un brillant début de carrière, mais l’évolution des forces au sein du régime franquiste entraîne sa relative marginalisation à partir de 1955. Il obtient la licence de philosophie et lettres à l’Université de Barcelone, où il est le disciple de P. Bosch Gimpera, puis passe son doctorat à l’Université de Madrid, sous la direction d’H. Obermaier. Lecteur d’espagnol à l’Université de Bonn de 1929 à 1932, il parachève sa formation de préhistorien et participe à divers chantiers de fouilles en Allemagne et Hongrie. En 1933, il devient assistant d’H. Obermaier à la chaire d’histoire primitive de l’homme à l’Université de Madrid. Il obtient en 1936 la chaire d’histoire de l’art à Saint-Jacques-de-Compostelle et assure aussi les cours de celle d’archéologie et de numismatique. Réhabilité après l’épuration de 1940, il demande à être relevé de ses fonctions d’enseignant pour occuper le poste de commissaire général aux fouilles archéologiques et prendre en charge la chaire d’histoire primitive de l’homme, laissée vacante par le départ d’H. Obermaier ; lorsque est mis au en 1954, et emporté par M. Almagro Basch, Martinez Santa-Olalla tente un recours en justice, mais doit rejoindre l’Université de Saragosse, puis celle de Valence et enfin regagne Madrid en 1965 pour occuper la chaire d’histoire de l’art. À Madrid, entre 1943 et 1954, il dirige et anime le séminaire d’histoire primitive, où l’on présente les dernières découvertes en Espagne et dans les autres pays européens ; dans ce cadre, sont organisés des congrès et des fouilles et sont proposées des publications, Cuadernos de Historia Primitiva, Notas del Seminario et Disertaciones Matritenses. Le séminaire possède une excellente bibliothèque et une riche collection d’objets archéologiques, réunis à l’occasion des travaux réalisés au Sahara espagnol et dans les îles Canaries. Il réussit à développer les relations avec les institutions et les personnalités étrangères : ainsi, en 1947, V. Gordon Childe se rend à Madrid et fait une conférence devant le séminaire. Le grand préhistorien britannique fait aussi un don pour soutenir les travaux de ce centre d’études. J. Martinez Santa-Olalla et son groupe donnent une grande impulsion à la préhistoire de l’Afrique du Nord par les expéditions organisées au Sahara et en Guinée espagnols et la rédaction du Cuestionario de Arqueología Norteafricana destiné à favoriser le recueil des informations sur les sites préislamiques. Secrétaire de la Société espagnole d’anthropologie, ethnographie et préhistoire, il favorise l’essor de l’anthropologie en Espagne et contribue à faire connaître les travaux de la Société dans les autres pays européens. Directeur à partir de 1940 de la Comisaria General de Excavaciones Arqueológicas, il met en place un réseau de commissaires locaux qui couvre tout le territoire et qui, dans son esprit, doit permettre d’intéresser à l’archéologie et aux questions du patrimoine un très large public ; les subventions réunies sont consacrées à des fouilles, des restaurations et à la création de musées. J. Martinez Santa-Olalla s’efforce également de promouvoir des méthodes scientifiques de pointe, prônant la prospection aérienne et les analyses physico-chimiques. Inquiet de voir les sites des environs de Madrid sans protection, il suggère la création par la mairie de Madrid de l’Institut archéologique municipal, qu’il dirige de 1953 à 1972, organisant la surveillance des sablières et les fouilles de sauvetage ; l’Institut de Madrid est représenté à tous les congrès internationaux qui se réunissent à cette époque en Espagne et en Europe. Il constitue, au sein de l’Institut municipal, un musée didactique composé d’objets issus de sa collection et fondé sur la comparaison de l’évolution cuturelle du monde et celle de l’Espagne. À sa mort, sa collection archéologique est reprise par ses héritiers qui en vendent une partie au Musée archéologique national.

Bibliographie sélective :

41Excavaciones en la necrópolis visigótica de Herrera de Pisuerga (Palencia). Memoria, Madrid, 1933 ; Como nació y vivió Madrid medio milion de años, Madrid, 1963.

42VOIR :
F. Presedo, « Colección Martínez Santa-Olalla », dans A. Marcos Pous éd., De Gabinete a Museo. Tres siglos de Historia. Museo arqueológico nacional, Madrid, 1993, p. 474 et sq. ; R. Castelo Ruano, L. M. Cardito Rollan, I. Panizo Arias et I. Rodriguez Casanova, Julio Martinez Santa-Olalla. Crónicas de la cultura arqueológica española, Madrid, 1995 ; id., « Julio Martinez Santa-Olalla. Vinculación y contribución a los organismos e instituciones arqueológicas españolas de posguerra », dans G. Mora et M. Diaz-Andreu éd., La Cristalización del Pasado : Genesis y Desarollo del marco institucional de la arqueología en España, Malaga, 1997 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Maspero, Gaston Camille Charles (1846-1916)

43Égyptologue français, fondateur et premier directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire. Avec J.-F. Champollion, E. de Rougé et A. Mariette, il concourt à porter l’égyptologie française au premier rang sur la scène internationale. Né à Paris, d’un père italien, il fait de brillantes études au lycée Louis-le-Grand, et s’initie très tôt et seul à l’égyptologie, par les livres d’E. de Rougé et de F. Chabas. Reçu à l’École normale supérieure, il y prépare l’agrégation d’histoire et élabore une grammaire et un dictionnaire égyptiens. Ses compétences sont si grandes qu’on lui prête la capacité de traduire en huit jours n’importe quel texte égyptien inédit ; il est mis au défi par A. Mariette et traduit en une semaine la stèle du Songe, dont le texte est publié en 1868. La fermeture de l’École normale supérieure en 1867 l’empêche de se présenter à l’agrégation ; privé de ressources, il part pour l’Uruguay, où il séjourne pendant deux ans sans abandonner l’égyptologie, traduisant l’Hymne du Nil, d’après des textes du British Museum. À son retour en 1869, il propose à l’Académie des inscriptions et belles-lettres la traduction d’une pièce judiciaire de l’ancienne Égypte : « Une enquête judiciaire à Thèbes, au temps de la XXe dynastie ». Malgré ces succès, G. Maspero, qui ne dispose d’aucune fortune personnelle, doit trouver des moyens de subsistance, et c’est à E. de Rougé qu’il doit de pouvoir entrer dans la carrière de l’égyptologie : le conservateur du département égyptien du Louvre lui obtient le poste de répétiteur de langue et archéologie égyptiennes à l’École pratique des hautes études. En 1872, il soutient Sorbonne thèse sur chez les Anciens Égyptiens et est le premier égyptologue à obtenir le titre de docteur : au travers de sa personne, l’Université reconnaît alors officiellement l’égyptologie comme discipline scientifique. En 1873, la mort d’E. de Rougé pose le problème de sa succession à sa chaire du Collège de France : en effet, A. Mariette refuse de quitter l’Égypte et F. Chabas ne peut abandonner son négoce à Chalon-sur-Saône. G. Maspero est donc sollicité et accède au poste le plus prestigieux à vingt-sept ans ! Il publie en 1875 son Histoire ancienne des peuples de l’Orient, qui connaît un succès immédiat et est traduite en de nombreuses langues ; il la reprend à partir de 1894, sous le titre Histoire des peuples de l’Orient. En 1880, la disparition imminente d’A. Mariette, et le risque de le voir remplacé à la tête du Service des antiquités d’Égypte par un égyptologue allemand, décident le gouvernement français à créer, sur le modèle des écoles françaises d’Athènes et de Rome, une École d’archéologie orientale au Caire. G. Maspero en est nommé directeur et assure aussi la responsabilité du Service des antiquités jusqu’en 1886. G. Maspero commence sa carrière d’archéologue par le dégagement à Saqqarah de la pyramide du roi Ounas, qui livre non seulement le sarcophage royal mais un grand nombre de textes hiéroglyphiques à caractère religieux et apporte un démenti à la conviction d’A. Mariette que les pyramides étaient muettes. Puis il explore les pyramides de Pépi Ier, de Mirinri, de Téti III et Pépi II, dans lesquelles il recueille plus de quatre mille lignes de textes, dont il donne la traduction, au terme de dix années de travail. Il reconstitue la série des rites en usage sous l’Ancien Empire (V-VIe dynasties), et aboutit à une conception neuve et originale de la religion égyptienne, que, jusqu’à lui, l’on pensait vouée de tous temps au monothéisme solaire : à partir des hymnes et des formules, « la plupart rédigés aux temps antéhistoriques de l’Égypte », auxquels il applique la critique historique, G. Maspero distingue non seulement le dieu solaire Râ, mais aussi le dieu des morts Osiris et les dieux des forces naturelles, qui perpétuent les fétiches primitifs. Ces conclusions seront confirmées dix ans plus tard par les découvertes d’Amélineau à Abydos. Une autre éclatante découverte marque le début de la carrière de G. Maspero en Égypte : en 1881, après une patiente enquête auprès des marchands d’antiquités, il exhume à Déir el-Bahari, non loin de Louksor, une cachette renfermant onze momies royales des XVIIIe, XIXe et XXe dynasties parmi les dépouilles royales, figurent celle de Ramsès II, le Sésostris des Grecs, et celle de son père Seti Ier. Il organise, par la Revue des Deux-Mondes, une souscription qui permet le dégagement du temple de Louksor et du sphinx de Gizeh ; il fouille également à Karnak et Thèbes et accomplit l’exploration systématique de la vallée du Nil jusqu’Assouan, organisant des expéditions pour repérer des sites mineurs qui fournissent une vision plus complexe de l’Égypte ancienne. Élu, en 1883, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il revient en France en 1886, mais est rappelé à la direction du Service des antiquités d’Égypte par la démission de V. Loret en 1899 : il restera en Égypte jusqu’en 1914. Pendant ce second séjour, il va donner la pleine mesure de ses qualités d’administrateur et d’organisateur. Il installe dans le plus beau quartier du Caire le musée créé par Mariette à Boulaq, et multiplie les espaces d’exposition ; il s’attache également à permettre la formation d’un personnel qualifié. Une Commission internationale est constituée en 1902 et placée sous la présidence de G. Maspero et de L. Borchardt, directeur de l’Institut allemand implanté au Caire depuis 1897 : elle est chargée de mettre au point le plan d’un immense Catalogue général du musée du Caire. Il réorganise en outre le Service des antiquités d’Égypte en favorisant la collaboration en sorte que le reste dirigé un Français, mais les trois secteurs du Delta, de la Moyenne et de la Haute-Égypte sont répartis entre Anglais et Français. En 1900, il crée les Annales du Service des antiquités, qui assurent la publication rapide des fouilles pratiquées par toutes les équipes. Parallèlement, il poursuit ses travaux de terrain, reprenant les fouilles à Saqqarah et faisant relever les colonnes de la salle hypostyle du temple de Karnak. Il fait désensabler le sanctuaire d’Abou-Simbel, s’efforçant de sauver les monuments menacés chaque année par les eaux du Nil ; il lutte sans relâche contre les pillages et les dégradations et, dès 1901, propose un projet de loi pour la protection des monuments qui sera enfin adoptée en 1912. De retour en France, il est élu secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres le 24 juillet 1914, mais la Première Guerre mondiale le frappe cruellement en la personne de son fils Jean, qui est tué sur le front en 1915. G. Maspero ne peut se consoler de cette perte et meurt brutalement alors qu’il préside une séance de l’Académie, le 30 juin 1916. Tout à la fois philologue, historien et archéologue, G. Maspero ouvre des perspectives nouvelles à l’histoire des religions lui doit mise au jour et la préservation de ses grands monuments : le sphinx de Gizeh, les temples de Louksor et de Karnak, ceux d’Assouan, le sanctuaire d’Abou-Simbel. Il fit aussi beaucoup pour susciter l’intérêt du grand public pour l’égyptologie le musée du Caire lui doit autant qu’à A. Mariette.

Bibliographie sélective :

44Voir H. Cordier, Bibliographie des œuvres de Gaston Maspero, Paris, 1922 ; Essai sur la stèle du Songe, Paris, 1868 ; Hymne du Nil publié d’après deux textes du Musée britannique, Paris, 1869 ; Une enquête judiciaire à Thèbes, au temps de la XXe dynastie. Étude sur le papyrus Abbott, Paris, 1872 ; Histoire ancienne des peuples de l’Orient, Paris, 1875 ; Les Contes populaires de l’Égypte ancienne traduits et commentés, Paris, 1882 ; Fouilles exécutées en Égypte de 1881 à 1885, Paris, 1886 ; Études de mythologie et d’archéologie égyptiennes, quatre vol., Paris, 1893-1900 ; Les Temples immergés de la Nubie. Rapport relatif à la consolidation des temples, Paris, 1909 ; Aux temps de Ramsès et d’Assourbanipal, Paris, 1910 ; Ruines et paysages d’Égypte, Paris, 1910 et 1914, rééd. présentation et notes par S. Basch, Paris Éditions Payot & Rivages, 2000 ; Rapport sur la marche du Service des antiquités de 1899 à 1910, Le Caire, 1912.

45VOIR :
A. Moret, « L’œuvre de Gaston Maspero », Revue de Paris, 1er août 1906, p. 565. ; M. Revue des Deux-Mondes, 15 août 1916, p. 763 ; H. Cordier, Maspero en Amérique, 1920 ; É. Naville, Journal des Savants, janv.-févr. 1923, p. 5-19 ; Mélanges Maspero, cinq vol., Paris-Le Caire, 1934-1940 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; È. et J. Gran-Aymerich, Archéologia 192-193, 1984, 109-113 ; P. The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; J. Leclant, « Un égyptologue : Gaston Maspero (1846-1916) », Institut de France, Paris, 1998 ; G. Andreu, Égyptologie, le rêve et la science, catalogue de l’exposition Fondation Électricité de France, 22 janvier-26 avril 1998, Paris, 1998 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; É. David, Gaston Maspero, 1846-1916. Le gentleman égyptologue, Paris, Pygmalion Gérard Watelet, 1999 ; A. Labrousse avec la collaboration de M. Albouy, Les Pyramides des reines. Une nouvelle nécropole à Saqqarah, Paris, 1999 ; S. Basch, « Présentation. L’égyptologue et la littérature », Ruines et paysages d’Égypte, rééd. Paris, Éditions Payot & Rivages, 2000 ; Coptos. L’Égypte antique aux portes désert, exposition Lyon, musée des Beaux-Arts, Réunion des Musées nationaux, 2000.

Maspero, Jean (1885-1915)

46Égyptologue français. Second fils de Gaston Maspero. Devenu membre de l’Institut français d’archéologie orientale, il assiste É. Chassinat et se spécialise en papyrologie, pour l’époque byzantine. Il est chargé, par la Commission du catalogue du musée du Caire, de l’étude et de la publication du fonds de manuscrits grecs byzantins du musée. Il met au point un premier volume, mais rejoint les forces françaises au début de la Première Guerre mondiale et est tué, le 18 février 1915, lors de l’attaque de Vauquois, sur le front d’Argonne.

47VOIR :
G. Maspero, « Introduction » au Catalogue général du Musée du Caire: papyrus grecs d’époque byzantine, Le Caire, 1916, p. I- XXXVI ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Mazois, François (1783-1826)

48Architecte archéologue français, auteur de la première grande œuvre consacrée à l’architecture de Pompéi ; il donne des ruines la première illustration architectonique et la première vision de son urbanisme. Passionné de littérature latine et d’architecture, il effectue ses années d’apprentissage sous C. N. Ledoux et A. L. T. Vaudoyer ; il fréquente aussi l’école de Percier où il noue des rapports d’amitié avec A. Leclère. En 1806, il écrit un Mémoire sur les monuments antiques de la Gaule qui lui vaut sa réception à l’Académie celtique. Féru d’Antiquité, il fréquente D. Vivant Denon et lit Winckelmann et Visconti. En 1808, il suit à Rome A. Leclère, qui a obtenu le grand prix d’architecture, mais il est bientôt appelé à Naples par E. Lecomte, architecte officiel de la reine Caroline, pour y mener à bien les embellissements de la capitale du royaume de Murat. Il se met alors à relever les monuments anciens de Campanie, à Pouzzoles, à Paestum et sur toute la côte de Naples : grâce à Lecomte, il obtient l’autorisation d’exécuter ces travaux, alors qu’aucun étranger n’avait encore pu vaincre les très fortes résistances locales. À cette époque, les souverains de Naples, Joachim Murat et Caroline, reprennent le projet de dégager entièrement la cité antique de Pompéi. Dorénavant, ce sont l’architecture et l’urbanisme qui retiennent l’attention et cette nouvelle orientation donnée aux travaux explique l’on appel F. Mazois en effet, dessinateur de son cabinet, lève les interdictions qui empêchent les étrangers de travailler à Pompéi et lui verse une pension pour lui permettre de réaliser ses relevés et ses dessins entre 1809 et 1811. Il travaille sans relâche, douze à quatorze heures par jour. F. Mazois n’est pas le seul architecte à étudier les monuments antiques en Italie : comme en Grèce, ce sont les Anglais, membres de la très active Société des Dilettanti, qui s’intéressent en particulier à l’art de l’Occident grec, en Grande-Grèce et en Sicile. Au début de 1811, pour mettre au point le texte de son œuvre, F. Mazois retourne à Rome, où il est logé à la Trinité des Monts, grâce à la bienveillance du directeur de l’Académie de France. En 1815, la chute de le met dans une situation très difficile, puisqu’il perd sa pension de plus, l’architecte anglais C. R. Cockerell qui, en 1811, a participé, en Grèce et avec ses amis du Xénéion, au dégagement des temples d’Égine et de Bassae, puis l’année suivante, s’est rendu en Sicile pour y relever les temples de Girgenti-Agrigente, est à Rome et sa présence fait craindre un moment à F. Mazois que son travail sur Pompéi ne soit soumis à la concurrence d’une entreprise britannique. Son inquiétude se dissipe quand, après avoir fait la connaissance de Cockerell et noué avec lui des relations de vive amitié, l’Anglais, donnant un magnifique exemple de générosité scientifique, renonce au travail qu’il avait envisagé de faire sur la Cività pour le compte de l’architecte de la cour d’Angleterre. Nommé au Conseil des bâtiments civils, Mazois bénéficie d’un congé pour lui permettre de retourner à Naples et Pompéi et compléter ses travaux. En 1820, il épouse la nièce d’Alexandre Duval, frère de l’antiquaire Amaury-Duval et poursuit à Paris une carrière d’architecte. Il décède subitement en 1826, mais C. Gau, F. de Clarac et J. A. Letronne utiliseront les dessins qu’il avait déposés à la Bibliothèque royale, pour achever la mise au point des derniers volumes des Ruines de Pompéi.

Bibliographie sélective :

49« Considérations sur la forme et la distribution des théâtres antiques », préface à Amaury-Duval et J.-B. Levée, Théâtre complet des Latins, Paris, 1820-1823 ; Les Ruines de Pompéi dessinées et mesurées pendant les années 1809, 1810, 1811, 1re partie, Paris, 1813-1824 ; 2e partie, 1824 ; 3e partie, Les Ruines de Pompéi… continué par M. Gau, Paris, 1829 ; 4e partie, Paris, 1838.

50VOIR :
Amaury-Duval et Arthaud dans la 4e partie des Ruines de Pompéi… ; A. Maiuri, Pompei ed Ercolano, fra case e abitanti, 1950 ; R. Étienne, La Vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966 ; F. Zevi, La Storia degli scavi e la documentazione in Pompéi (1748-1980). I tempi della documentazione, Rome, 1981 ; R. Étienne, Pompéi, la ville ensevelie, Paris, « Découvertes », Gallimard, 1987 ; L. Mascoli, « Architectes, “antiquaires” et voyageurs français à Pompéi de la moitié du xviiie siècle à la fin du xix» Pompei e gli architetti francesi dell’Ottocento, catalogue de l’exposition Paris-Naples-Pompéi, 1981.

Mecquenem, Roland de (1877-1957)

51Ingénieur et archéologue français, successeur de J. de Morgan à la direction des fouilles de Suse. Ingénieur civil formé à l’École des Mines, il est présenté à J. de Morgan par le père Vincent Scheil qui le connaissait depuis 1889, et il se joint à la Délégation française en Perse en 1903. Il entre dans le projet de J. de Morgan d’étendre les travaux de la Délégation à la géologie et à la paléontologie : sa première mission consiste en l’étude d’os de vertébrés fossiles provenant de la fouille de Maragha, près du lac d’Ourmiah. Il est également associé aux fouilles de Suse et appliquera, à la suite de J. de Morgan, la méthode que celui-ci avait définie. En 1912, lorsque J. de Morgan démissionne, la Délégation est réorganisée en mission archéologique de Perse avec à sa tête deux directeurs, V. Scheil pour l’épigraphie et la publication des Mémoires et R. de Mecquenem pour fouilles reprend l’exploration du palais achéménide avec l’aide de l’architecte M. Pillet qui relève le plan de l’édifice. À la mort du père Scheil en 1940, G. Contenau le remplace. R. de Mecquenem a conduit les fouilles de Suse jusqu’en 1946 et a notamment repéré le site de Tchoga Zanbil où il fait des sondages de 1935 à 1939, précédant R. Ghirshman qui y dégagera une imposante ziggourat. R. de Mecquenem achève sa carrière comme chercheur au CNRS.

Bibliographie sélective :

52Nombreux articles dans la Revue des arts asiatiques, l’Anthropologie, la Revue d’assyriologie (comptes rendus des campagnes 1914-1924, t. XIX et XXI, études sur la glyptique : t. XXII, XXIV et XXV) ; « Offrandes de fondation du temple de Shushinak », Mémoires de la mission de Suse, t. VII, 1905 ; Cylindres et cachets de la collection Gustave Schlumberger, 1924 ; « Céramique et petits monuments archaïques », Mémoires de la mission de Suse, t. XIII et XX ; « Contribution à l’étude du palais achéménide de Suse », Mémoires XXX, 1947, p. 1-119 ; Corpus des signes proto-élamites et leurs variantes, Mémoires de la Mission de Suse, t. XXXI, 1949 ;sondages de Tchoga Zanbil publiés avec l’architecte M. Michalon, Mémoires de la Mission de Suse, t. XXXIII, 1953. « Les fouilleurs de Suse », Iranica Antiqua 15, 1980, p. 1-48.

53VOIR :
G. Contenau, Syria XXXV, p. 426-428 ; P. Amiet, « La période Roland de Mecquenem (1912-1946) », dans N. Chevalier dir., Une mission en Perse (1897-1912), Paris, RMN, 1997.

Mélida y Alinari, José Ramón (1856-1933)

54Écrivain, et archéologue espagnol, considéré comme l’un des grands maîtres de l’archéologie péninsulaire. Issu d’une famille de la grande bourgeoisie madrilène, il est élevé dans un milieu cultivé et artistique. Il entre à la Escuela Superior de Diplomática pour y recevoir une formation d’archiviste. De 1876 à 1881, il est stagiaire bénévole au Département de préhistoire et antiquité que dirige, au Musée archéologique national, J. de Dios de la Rada y Delgado, son professeur à l’École de diplomatique, et il publie des romans archéologiques. En 1884, il devient conservateur de département au musée et y introduit des aménagements, par exemple en créant une salle des antiquités ibériques. De 1901 à 1916, il dirige le Musée des reproductions artistiques, puis revient au Musée archéologique national pour en assumer la direction de 1916 à 1930. Il occupe aussi la chaire d’archéologie à l’Université centrale de Madrid, de 1912 jusqu’à sa retraite en 1926. Il dirige d’importants chantiers de fouille sur les grands sites de Numance, de 1906 à 1923, de Mérida, 1932 il favorise la création Museo Numantino de Soria. A Mérida, il découvre le théâtre romain, reconstitue son plan et fait commencer sa reconstruction. Il représente officiellement l’Espagne au IIe congrès international d’archéologie du Caire en 1909 et préside le IVe congrès international d’archéologie de Barcelone en 1929. Membre depuis 1899 de la Academia de Bellas Artes de San Fernando, il est élu membre de la Real Academia de la Historia en 1906 ; il est également membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et membre de l’Institut archéologique allemand.

Bibliographie sélective :

55Avec I. Lopez, El Sortilegio de Karnak, Madrid, 1880 ; Sobre los vasos griegos, etruscos e italo-griegos del Museo Arqueológico Nacional, Madrid, 1882 ; Salomon, Rey de Israel. Leyenda bíblica, Barcelone, 1884 ; Sobre las esculturas de barro cocido griegas, etruscas y romanas del Museo Arqueológico Nacional, Madrid, 1884 ; Historia del Arte Griego, Madrid, 1897 ; Historia del Arte Egipcio, Madrid, 1899 ; Viaje a Grecia y Turquía. Memoria oficial, Madrid, 1899 ; Escultura Hispano-cristiana de los primeros siglos de la Era, Madrid, 1908 ; El Arte antiguo y el Greco, Madrid, 1915 ; Provincia de Cáceres, trois vol., Madrid, 1924 ; Provincia de Badajoz, trois Monumentos romanos de España, Madrid, 1925 ; Arqueología española, Barcelone, 1929 ; Corpus Vasorum Antiquorum, Espagne, Musée archéologique national, fasc. I et II, 1930 et 1934 ; Arqueología Clásica, Barcelone, 1933.

56VOIR :
F. Alvarez Ossorio, « Notas biográficas y bibliográficas del Excmo Sr. D. Jose Ramón Mélida y Alinari », Anuario del Cuerpo Facultativo de Archiveros I, 1934, p. 1-48 ; H. Obermaier, « José Ramón Mélida y Alinari », Sociedad Española de Anthropología, Ethnografía y Prehistoria. Actas y Memorias 13, 1934, p. 229-231 ; A. Almela Boix, « La aportación de José Ramón Mélida a la consolidación de la Arqueolgía como disciplina científica en España », dans J. Historiografía de la Arqueología, Madrid, 1991 ; F. Lara Peinado, « Un cultivador de la egiptología : José Ramón Mélida » Boletín de la Asociación Española de Egiptología, 3, 1992, p. 188-193 ; De Gabinete a Museo. Tres siglos de Historia. Museo arqueológico nacional, Madrid, 1993 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Mendel, Gustave (1873-1938)

57Archéologue français. Né à Reims où il fait ses études secondaires, il est ensuite élève d’H. Bergson au lycée Henri-IV, à Paris. Il est reçu à l’École normale supérieure en 1893, agrégé de lettres en 1897 et membre de l’École française d’Athènes de 1898 à 1903. En 1899, il mène, avec P. Perdrizet, des recherches à Thasos, en Macédoine et en Bithynie. Fin 1900, il est chargé des fouilles de Piali (Tégée), dans le Péloponnèse, où il reprend le dégagement du temple fédéral arcadien d’Athéna Alea, commencé par Milchhöfer et Dörpfeld. En 1903, il poursuit les travaux du Ptoïon en Béotie, laissés inachevés par M. Holleaux. Nommé fin 1903 à la Faculté des lettres de Bordeaux, il est, en 1904, chargé d’une mission de l’Instruction publique en Turquie, près la direction des Musées de Constantinople, où il restera dix ans : il fait alors le choix de l’archéologie militante aux dépens de sa carrière. Conservateur adjoint des Musées de Constantinople, il publie trois remarquables catalogues, pour lesquels il fait preuve d’un savoir exceptionnel, d’une grande diplomatie scientifique et d’une héroïque constance. Il se livre aussi à de nombreuses explorations, surtout en Anatolie. Il met ses excellentes relations avec les autorités turques au service de l’archéologie française, pour laquelle il obtient les sites d’Aphrodisias en Carie (1905) et Claros (1913). Mobilisé en 1914, il participe à l’expédition des Dardanelles et contribue à l’organisation du Service des antiquités du corps expéditionnaire français. À la veille de la guerre, le ministère de l’Instruction publique l’avait chargé de l’organisation de l’archéologie française en Turquie, mais las et médiocrement reconnu en France, il renonce à la carrière archéologique et s’engage dans le monde des affaires. Membre de la Société archéologique d’Athènes, de l’Institut archéologique allemand, de l’Institut impérial russe de Constantinople, il n’est pourtant pas élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

58Voir la bibliographie établie par Y. Béquignon, Revue archéologique, 1945 ; Musées impériaux ottomans. Catalogue des figurines grecques de terre cuite, Constantinople, 1908 ; Catalogue du Musée Brousse, Athènes, 1908 ; Musées impériaux ottomans. Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, Constantinople, I-1912, II-1914, III-1914 ; « Les travaux du Service archéologique de l’armée française d’Orient », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1918, p. 8-9, p. 306.

59VOIR :
C. Picard, Revue archéologique, 1945, p. 122-125.

Mérimée, Prosper (1803-1870)

60Écrivain français. Inspecteur général des Monuments historiques, il acquiert progressivement des compétences de plus en plus précises en archéologie. Appartenant à une famille bourgeoise sensible au monde artistique, il bénéficie, grâce à ses amis du journal Le Globe, de nombreuses relations avec les hommes politiques et en particulier avec le comte d’Argout, ministre du Commerce et des Travaux publics, dont il est chef de cabinet pendant deux ans et qui le fait maître des requêtes au Conseil d’État en 1832. En 1834, F. Guizot, ministre de l’Instruction publique de 1832 à 1837, le nomme inspecteur général des Monuments historiques, poste dans lequel il succède à Ludovic Vitet. À partir de 1837, il appartient à la commission des Monuments historiques établie auprès du ministre de l’Intérieur et effectivement dirigée par L. Vitet ; celui-ci l’initiera à l’archéologie et jusqu’en 1848 lui prodiguera les conseils, exerçant sur le jeune écrivain une influence déterminante. Mérimée contribue très activement à la sauvegarde du patrimoine architectural sur tout le territoire métropolitain par les très nombreuses tournées qu’il accomplit jusqu’en 1853 : il parcourt la France et la Corse, inventoriant, et souvent révélant, sites et monuments préhistoriques, gallo-romains ou médiévaux. En relation avec les archéologues danois, et en particulier avec J. J. A. Worsaae, il concourt à diffuser en France leurs idées sur les monuments mégalithiques. Il favorise la préservation et le sauvetage de monuments aussi importants que la basilique de Vézelay, restaurée par son ami E. Viollet-le-Duc, ou l’abbaye de Sainte-Marie-des-Dames à Saintes, ou celle de Fontevrault, ou encore les remparts d’Avignon. C’est lui aussi qui persuade le gouvernement d’acheter l’hôtel de Cluny et la collection réunie par A. du Sommerard, ainsi que le palais des Thermes : il réalise ainsi le projet de musée historique conçu par A. Lenoir. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1843, puis à l’Académie française en 1844.

Bibliographie sélective :

61Correspondance générale établie et annotée par M. Parturier avec la collaboration de P. Josserand et J. Mallion…, dix-sept vol., Paris-Toulouse, 1941-1964 ; P. M. Auzas éd., Notes de voyage, Paris, 1971 ; Monuments militaires des Gaulois, des Grecs et des Romains, instructions du Comité des monuments historiques, 1839 ; L’Architecture au Moyen Âge, id., 1843 ; Monuments historiques, Paris, 1843 ; « Inscriptions romaines de Baena », Revue archéologique, juin 1844 ; Études sur l’histoire romaine, 1844.

62VOIR :
F. Chambon, Notes sur Prosper Mérimée, Paris, 1902 ; M. Parturier, introduction aux Lettres de Mérimée à Ludovic Vitet, Paris, Plon, 1934 ; P. Josserand, R. Pierrot, P. M. Auzas, Prosper Mérimée, catalogue de l’exposition organisée pour le cent cinquantième anniversaire de sa naissance, Bibliothèque nationale, Paris, 1953 ; G. Costa, Prosper Mérimée, inspecteur général des monuments historiques, numéro spécial de la Revue des Monuments historiques de la France, 1970-3, pp. 55-153 ; F. Bercé, Les Premiers Travaux de la Commission des monuments historiques, 1837-1848, Paris, Édition A. et J. Picard, 1979 ; A. Fermigier, « Mérimée et l’inspection des Monuments historiques », dans P. Nora éd., Les Lieux de mémoire, II. La Nation, vol. 2, Paris, Gallimard, 1986 ; E. Morel, Prosper Mérimée, l’amour des pierres, Paris, 1988 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 130-131 ; F. Bercé, La Naissance des Monuments historiques : la correspondance de Prosper Mérimée avec Ludovic Vitet (1840-1848), Paris, Éditions du CTHS, 1998.

Merlin, Alfred (1876-1965)

63Archéologue et épigraphiste français, spécialiste de l’Afrique du Nord. Né à Orléans, il fait ses études secondaires au petit séminaire de Sainte-Croix, puis gagne Paris et suit les cours de rhétorique supérieure du collège Stanislas pour préparer son entrée à l’École normale supérieure, où il est admis en 1896. Agrégé d’histoire géographie, il devient membre de l’École française de Rome de 1900 à 1903. Il consacre sa thèse à L’Aventin dans l’Antiquité, ouvrage qui devient rapidement un classique ; sa thèse complémentaire concerne Les Revers monétaires de l’empereur Nerva et est dédiée à E. Babelon, conservateur du Cabinet des Médailles et professeur au Collège de France, qui était à cette époque le maître de la numismatique en France. Pendant son séjour à Rome, il se rend en Tunisie et participe aux fouilles de L. Carton à Dougga (ancienne Thugga) ; il revient en 1903 puis en 1904-1905, est chargé par le ministère de l’Instruction publique de la mission de réviser les inscriptions découvertes depuis la publication du supplément au tome VIII du Corpus Inscriptionum Latinarum. Son intérêt pour l’archéologie tunisienne justifie sa nomination à la direction du Service des antiquités et des arts de la Régence, à la suite de P. Gauckler : jusqu’en 1920, il connaît en Tunisie les années les plus brillantes et les plus heureuses de sa carrière. En 1908, il fonde une nouvelle collection, les Notes et Documents du Service des antiquités de Tunisie ; il fait explorer les nécropoles puniques de Carthage et organise l’exploration et la mise en valeur des grands sites. L’événement le plus marquant de son expérience tunisienne survient en juin 1907, lorsque des pêcheurs d’éponges découvrent à Mahdia, entre Sousse et Sfax, une épave romaine de la première moitié du 1er siècle av. J.-C., chargée d’œuvres d’art. Avec L. Poinssot, il procède à cette exploration pendant plusieurs années et publie l’extraordinaire matériel qui en est remonté. Après la Première Guerre mondiale, il demande à rentrer en France et succède à P. Jouguet, dans la chaire d’histoire ancienne, d’épigraphie et de papyrologie de Lille ; cependant, il préfère en 1921 postuler le poste de conservateur-adjoint au Département des antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre. Pour être en mesure d’assumer la responsabilité des collections céramiques du département, il parfait sa formation en céramologie, et l’enseigne à l’École du Louvre, où il supplée E. Pottier. Il devient titulaire du cours de céramique antique en 1925 et, en 1934, prend la direction de la série française du Corpus Vasorum Antiquorum, et l’année suivante sa direction générale. Devenu conservateur en chef en 1937, il contribue à la grande entreprise de rénovation du Louvre. Membre de la Commission d’Afrique du Nord, il en devient le secrétaire à la mort de R. Cagnat qui a été son maître en épigraphie. Depuis sa mission de 1901 en Tunisie, A. Merlin n’a cessé d’affirmer sa vocation d’épigraphiste, publiant les inscriptions latines d’Afrique, et prenant en 1943 la direction de l’Année épigraphique. Correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1912, il en est élu membre en 1928, puis en devient le secrétaire perpétuel en 1948. Par son œuvre archéologique et administrative en Tunisie, A. Merlin contribue à l’éclat de l’archéologie en Afrique du Nord.

Bibliographie sélective :

64L’Aventin dans l’Antiquité, 1906 ; avec R. Cagnat, E. Babelon et S. Reinach, Atlas archéologique de la Tunisie, 1920 ; avec R. Cagnat et L. Chatelain, Inscriptions latines d’Afrique, 1923 ; Inscriptions latines de Tunisie, Paris, 1944.

65Voir:

66« L’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord », L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931 ; G. Tessier, « Notice sur la vie et les travaux d’A. Merlin », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1965, p. 482-494.

Mesnil du Buisson, Robert, comte du (1895-1986)

67Officier de cavalerie et archéologue français. Affecté en 1919 au haut-commissariat en Syrie, il participe à l’essor des fouilles archéologiques en Syrie, pendant le mandat français. Il dirige plusieurs missions à Mishrifé Qatna en 1924 et 1927, puis à Bagouz. En 1930-1931, il est sous-directeur sur le chantier franco-américain de Doura-Europos ; puis, en 1965, il travaille à Palmyre.

Bibliographie sélective :

68Les Tessères et les monnaies de Palmyre du Cabinet des Médailles ; « L’ancienne Qatna ou les ruines d’El Mishrifé au nord-est de Homs », Syria, 1928, p. 6-24, 681 et sq. ; Les Peintures de la synagogue de Doura-Europos, Rome, 1929 ; La Technique des fouilles archéologiques, Paris, 1934.

69VOIR :
J. Thirion, Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1987, p. 17.

Micali, Giuseppe (1769-1844)

70Commerçant, antiquaire et archéologue italien, célèbre par son ouvrage L’Italia avanti il dominio dei Romani. Né à Livourne, il est le fils d’un riche négociant, dont il hérite les affaires qu’il fait fructifier. Très tôt, il se lance dans la découverte de l’Europe qu’il parcourt de Berlin à Paris, en passant par Venise où il se lie d’amitié avec Melchiorre Delfico, lui aussi adonné aux études antiquaires et à la numismatique. C’est lors d’un voyage dans le Mezzogiorno italien, pour y recueillir des monnaies des villes de Grande-Grèce, qu’il a la révélation de sa vocation d’historien. Son œuvre principale, L’Italia avanti il dominio dei Romani, plusieurs fois rééditée, reçut le prix de l’Académie de Florence, connut un grand succès et provoqua même le scandale par son parti pris anti-classique et anti-romain : il réaffirmait la place de l’Italie préromaine et indigène dans l’histoire nationale ; il contribuait à la renaissance des études classiques dans la Péninsule et assurait la transition entre l’érudition provinciale du xviie siècle et l’historiographie de la fin de son siècle, ouvrant la voie aux historiens, dont Niebuhr lui-même. Il entreprend d’écrire une nouvelle histoire, celle des vaincus, et concourt à la naissance de l’étruscologie en composant un catalogue du Musée étrusque-grégorien.

Bibliographie sélective :

71L’Italia avanti il dominio dei Romani, Florence, 1810, éds. de 1824, 1832, sous le titre Storia degli antichi popoli italiani, puis éds. de 1836 et 1843 ; traduction française de D. Raoul Rochette, Paris, 1824 ; Musei Etruschi quod Gregorius XVI Pont. Max. in aedibus vaticanis constituit monumenta, 1842 ; Monumenti inediti a illustrazione della storia degli antichi popoli italiani, deux vol., Florence, 1844 ; Monumenti per servire alla storia degli antichi popoli italiani, Florence, 1849, 3e éd.

72VOIR :
J. C. L. De Sismondi, recension dans la Revue encyclopédique, XIII, 38e cahier, février 1822, p. 411-413 ; F. De Lamennais, Revue des Deux-Mondes, 15 mai 1833 ; A. Sainte-Beuve, Portraits contemporains, Paris, 1847, III, p. 541 ; F. Pera, Ricordi e biografie livornesi, Livourne, 1867 ; A. Coen, Giuseppe Micali e gli studi sulla storia primitiva dell’Italia, Livourne, 1878 ; B. Croce, Storia della storiografia italiana nel secolo decimonono, I, Bari, 1947, p. 110 et sq. ; M. A. Levi, Roma negli studi storici italiani, Turin, 1934 ; A. Momigliano, Contributo alla storia degli studi classici, Rome, 1955 ; P. Treves, « Giuseppe Micali », Lo studio dell’antichità classica nell’Ottocento, t. I, Milan-Naples, 1962, p. 293-311 ; M. Pallottino, Etruscologia, Milan, 1984, p. 12.

Michaelis, Adolf (1835-1910)

73Archéologue allemand. Proche d’O. Jahn dont sa mère était la belle-sœur, il est très tôt attiré par l’Antiquité. Il fait ses études secondaires à Kiel, puis s’engage dans l’étude de la philologie classique à Leipzig. En 1854-1855, il se rend à Berlin pour suivre l’enseignement d’E. Gerhard, d’A. Boeckh et E. Curtius. De 1857 à 1861, il séjourne à Rome, où il est introduit auprès des archéologues de l’Institut de correspondance archéologique. En 1859-1860, il bénéficie de l’une des deux bourses de voyage dont la création vient d’être décidée : il se rend alors en Grèce. De retour à Kiel en 1861, il est nommé professeur d’archéologie et conservateur de la collection de moulages à Greifswald en 1862. De 1865 à 1872, il est professeur de philologie et d’archéologie à Tübingen, où il dirige le musée universitaire. À partir de 1872 et jusqu’à sa mort, il occupe la chaire d’archéologie de l’Université Empereur-Guillaume fondée alors à Strasbourg ; il bénéficie de crédits très importants pour y créer une riche collection de moulages destinés à soutenir l’enseignement de l’archéologie. Michaelis s’intéresse avant tout à la muséographie qu’il illustre brillamment par le catalogue qu’il dresse des sculptures en marbre dans les collections privées anglaises : Ancient Marbles in Great Britain (Cambridge, 1882). Il attache aussi une grande importance à l’histoire des sciences de l’Antiquité et a publié une importante histoire de l’archéologie.

Bibliographie sélective :

74Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts, 1829-1879, Berlin, 1879 ; Die archäologischen Entdeckungen des 19 Jhs., Leipzig, 1906 ; Ein Jahrhundert kunstarchäologischer Entdeckungen, 2e édition, Leipzig, 1908 ; A Century of Archaeological Discoveries, trad. B. Kahnweiler, préf. P. Gardner, Londres, 1908.

75VOIR :
L. Wickert,
Beiträge zur Geschichte des Deutschen archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 61-62.

Millin, Aubin Louis (1759-1818)

76Antiquaire et érudit français, considéré comme le maître de l’archéologie à son époque. Né à Paris, il fait ses études au Collège du Plessis. D’abord employé à la Bibliothèque royale, il fréquente les milieux lettrés, introduit en France le système de Linné et fonde à Paris la Société linéenne, puis, en 1799, la « Société des observateurs de l’homme ». Incarcéré pendant la Terreur, il devient, après sa libération, professeur d’histoire dans les écoles centrales. En 1795, il succède à J.-J. Barthélemy, dans la charge de garde des médailles du Cabinet du roi, assure un cours d’« Archéologie monumentale romaine et du Moyen Âge », et inaugure en France l’enseignement de l’archéologie grecque et romaine ; son programme est contenu dans l’Introduction à l’étude des Monuments antiques ; il s’agissait, par la création de cette première chaire d’archéologie en France, de tenter de rattraper le retard sur l’Allemagne où cet enseignement, associé à celui de la philologie, était déjà dispensé dans certaines universités. Élu, en 1806, membre de l’Institut national de France, il crée et dirige le Magasin encyclopédique ou Journal des sciences, des lettres et des arts (1795-1816), grâce auquel il établit des relations entre les archéologues français et allemands. C’est lui qui, en 1790, introduit les termes et la notion d’« antiquités nationales », mais ce n’est qu’en 1834 que les moyens d’une politique archéologique seront accordés, sous le ministère Guizot. Il séjourne en Italie de 1811 à 1813 et visite alors Pompéi : il rapporte en France de très nombreux dessins de monuments et relevés d’inscriptions. Il a constitué une très riche bibliothèque qui comprend de très nombreux ouvrages sur l’Égypte et que les savants de toute l’Europe viennent consulter. Il accueille Jean-François Champollion lorsque celui-ci quitte Grenoble pour parfaire ses études à Paris.

Bibliographie sélective :

77Introduction à l’étude des monuments antiques, Paris, an IV, 1796 ; Antiquités nationales ou recueil de monuments pour servir à l’histoire générale et particulière de la France, tels que tombeaux, inscriptions, statues, vitraux, fresques, etc., tirés des abbayes, monastères, châteaux et autres lieux devenus monuments nationaux, Paris, cinq vol., 1790-1798 ; Monuments antiques inédits ou nouvellement expliqués, Paris, 1802-1804 ; Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, 1807 et 1811 ; Peintures de vases antiques vulgairement appelés étrusques, Paris, 1808-1811 ; Description des tombeaux qui ont été découverts à Pompéi dans l’année 1812, Naples, 1813 ; deux éditions posthumes : Introduction à l’étude de l’archéologie, des pierres gravées et des médailles (éd. B. de Rochefort, 1826) et Peintures de vases grecques et étrusques, (rééd. par S. Reinach, 1891).

78VOIR :
P. R. Auguis, « Éloge funèbre de A. L. Millin », Mémoires et dissertations sur les antiquités nationales… publiés par la Société royale des antiquaires de France, t. II, 1820 ; B. J. Dacier, « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Millin... », dans A. L. Millin, Introduction à l’étude de l’archéologie, Paris, 1826 ; S. Reinach, notice sur Millin en tête de la réédition des Peintures de vases antiques recueillies par A. L. Millin (1808) et J. Millingen (1813), Paris, 1891 ; C. Jullian, « Introduction », Extraits des historiens français du xixe siècle, Paris, 1896 ; id., « La vie et l’étude des Monuments français », Au seuil de notre histoire, Paris, 1930 ; E. Babelon, Le Cabinet des Médailles et antiquités de la Bibliothèque nationale. Notice historique et guide du visiteur. I. Les Antiques et les objets d’art, Paris, 1924 ; A. Grenier, « La tradition de l’archéologie gallo-romaine », Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 1, Paris, 1931 (éd. 1985), p. 47-48 ; S. Balaye, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Paris-Genève, 1988 ; A. Castorina, « Un « observateur de l’homme » e lo studio dell’archeologia, note su Millin », Prospettiva 69, 1993, p. 88-93 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; C. Rétat, « Revers de la science. Aubin Louis Millin, Alexandre Lenoir », dans E. Perrin-Saminadayar éd., Rêver l’archéologie au xixe siècle : de la science à l’imaginaire, Presses universitaires de Saint-Étienne, à paraître en 2001.

Millingen, James (1774-1845)

79Antiquaire britannique. Élève à l’école de Westminster, il suit son père à Paris pendant la Révolution. Employé à l’Hôtel des Monnaies, il fait la connaissance de l’abbé J.-J. Barthélemy. Pendant la Révolution, il est arrêté et enfermé à la prison des Écossais. Ses connaissances en numismatique lui assurent une renommée européenne. En 1821, il se rend à Rome et Naples, puis s’installe à Florence, où il se livre au commerce des médailles et des antiquités. Membre et secrétaire de la section anglaise de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, fondé en 1829, il devient, en 1833, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

80VOIR :
S. Reinach, Peintures de vases antiques recueillies par A. L. Millin (1808) et J. Millingen (1813), Paris, 1891.

Minutoli, Heinrich Karl Menu, baron von (1772-1846)

81Officier de l’armée prussienne. Né à Genève, il est d’origine napolitaine. En 1820, il est envoyé en Égypte par le gouvernement prussien ; il parcourt le désert occidental, mais ne peut pénétrer en Cyrénaïque. Assisté de l’ingénieur italien G. Segato, il explore la pyramide à degrés de Saqqarah. Il publie un intéressant compte rendu de sa mission : Reise zum Tempel des Jupiter Ammon in der Libyschen Wüste und nach Ober-Aegypten in den Jahren 1820-1821, Berlin, 1824. Il réunit en Égypte une considérable collection, dont une partie est vendue à Paris, et le reste acquis par le Musée de Berlin.

82VOIR :
Mes Souvenirs d’Égypte, Paris, 1826, par sa femme, née comtesse de Schulembourg ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; A. Labrousse en collaboration avec M. Albouy, Les Pyramides des reines. Une nouvelle nécropole à Saqqarah, Paris, 1999.

Mohl, Jules (1800-1876)

83Orientaliste français d’origine allemande, éditeur et traducteur du Shah Nameh de Firdusi ; il joue un rôle de premier plan dans l’essor de l’orientalisme européen. Né à Stuttgart, il étudie la théologie à l’Université de Tübingen, mais, par l’hébreu, glisse vers l’orientalisme qui l’attire au point qu’en 1823, il gagne Paris, dont le Collège de France est le seul lieu en Europe où sont enseignées les disciplines orientales ; il suit les cours de S. de Sacy en arabe et persan, et d’A. Rémusat, en chinois. Comme son compatriote J. Oppert, il appartient à une génération de jeunes savants allemands attirés par le rayonnement de Paris et de l’orientalisme français et témoigne de l’intense circulation des intellectuels en Europe avant 1870. Il fréquente les orientalistes de Paris et est séduit par l’esprit d’ouverture qui règne dans ce milieu ; il noue une solide relation d’amitié avec un autre « Allemand de Paris A. von Humboldt, lequel l’introduit auprès de G. Cuvier qui le reçoit chez lui. En 1826, le gouvernement de Wurtemberg lui offre une chaire de langues orientales à l’Université de Tübingen, en l’autorisant à poursuivre ses études à Paris. En 1830 et 1831, il se rend en Angleterre, où il s’attire l’amitié de nombreux orientalistes de l’East India Company, forme le projet de partir en Inde, mais revient à Paris. Il a choisi de se spécialiser en persan et c’est à lui que le gouvernement français confie, en 1826, l’édition et la traduction du Shah Nameh de Firdusi, qui doit faire de la « orientale de l’Imprimerie nationale. Cette entreprise devient l’œuvre de sa vie en 1829, il donne, une publication préalable de Fragments relatifs à la religion de Zoroastre ; l’impression du premier volume de son édition de Firdusi commence en 1833, année où il résilie sa chaire à Tübingen où il n’a jamais enseigné, et s’installe définitivement à Paris. La capitale française est alors la ville la plus cosmopolite au monde et attire les intellectuels européens, si bien que J. Mohl ne peut renoncer aux nombreuses amitiés qu’il a suscitées aussi bien dans le milieu scientifique – avec S. de Sacy, A. Rémusat, F. Fresnel, J.-J. Ampère, E. Burnouf – que dans le milieu politique : il jouit d’une grande influence auprès de F. Guizot, A. F. Villemain, V. Cousin ou A. Thiers qui siègent avec lui à l’Institut et qu’il peut sensibiliser au développement des études orientales. En 1838, il choisit la nationalité française et dès lors accomplit sa carrière dans son pays d’adoption : en 1847, il est élu à la chaire de persan du Collège de France et, en 1852, devient inspecteur du Département oriental de l’Imprimerie impériale. De plus, au sein de la Société asiatique, dont il est d’abord secrétaire adjoint, secrétaire et enfin président, il rend les plus grands services à l’orientalisme, suscitant et soutenant les recherches. Il assure la cohésion des progrès dans le déchiffrement des écritures cunéiformes, assurant le lien entre les savants européens et est à l’origine des découvertes de P.-É. Botta en Mésopotamie. C’est lui, en effet, qui favorise la nomination de P.-É. Botta comme consul à Mossoul et soutient ses travaux à Khorsabad, obtenant en particulier une subvention officielle importante et le concours de l’architecte F. Thomas, accordés par le Bureau des missions scientifiques et littéraires, dont la création en 1842 doit beaucoup à son action auprès du gouvernement. Après la malheureuse suspension des travaux de Botta, il intervient en faveur de la poursuite des travaux de V. Place à Khorsabad, menacés d’être interrompus, et obtient l’envoi d’une mission en Mésopotamie, sous la direction de F. Fresnel. La chronique annuelle sur les études orientales et les découvertes, qu’il fait paraître dans le Journal asiatique à partir de 1840, constitue une véritable histoire de l’orientalisme entre 1840 et 1867. J. Mohl jouit d’une très grande autorité scientifique ; il se considère lui-même tout à la fois comme allemand, français et anglais et compte de nombreux amis dans les trois pays. Il nourrit le rêve de fusion de la culture allemande et française, le voit presque réalisé sous Louis-Philippe, mais a la tristesse de connaître la guerre franco-prussienne qui anéantit tous les espoirs de cohésion intellectuelle européenne. Après 1871, il se retire mais continue à recevoir rue du Bac l’élite de la science européenne. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1844.

Bibliographie sélective :

84Confucii, Chi-King, sive liber carminum, 1830 ; Traduction du Livre des Rois de Firdusi, six vol., 1838-1868 ; Lettres de M. Botta sur ses découvertes à Khorsabad, près de Ninive, publiées par M. J. Mohl, Paris, 1845 ; Le Livre des Rois par Abou’Ikasim Firdousi, traduit et commenté par Jules Mohl et publié par Mme Mohl, sept vol., Paris, 1878 Vingt-Sept Ans d’histoire des études orientales (1840-1867). Rapports à la Société asiatique de Paris, deux vol., Paris, 1879-1880.

85VOIR :
E. Renan, « Rapport sur les travaux du Conseil de la Société asiatique », 1876 ; F. Max Müller, « Julius Mohl », The Contemporary Review, août 1878 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. 1, Les Étapes, Paris, 1946 ; É. Fontan dir., De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, RMN, 1994 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; B. André-Salvini, « Les débuts de la recherche française en assyriologie. Milieu et atmosphère du déchiffrement », Journal asiatique, tome 287, 1999-1, p. 331-355.

Momigliano, Arnaldo (1908-1987)

86Historien italien. D’origine juive, il eut beaucoup à souffrir du régime fasciste, puisque ses parents meurent tous deux, en 1943, dans un camp nazi. Lui-même est victime des lois raciales appliquées par le régime de Mussolini : professeur dans la chaire d’histoire romaine de l’Université de Turin, il est suspendu en 1938 et passe à Oxford les années 1939-1947. À Turin, où il fait des études de lettres, il est l’élève de G. De Sanctis, dont il sera l’assistant à Rome. En 1929, il soutient une thèse sur la composition de l’Histoire de Thucydide, publiée, dès l’année suivante, dans les Memorie della R. Accademia delle Scienze de Turin. De 1932 à 1936, il est professeur chargé de l’histoire grecque à Rome, puis à Turin pour l’histoire romaine. Suspendu en 1938, il est rétabli, en 1945, à l’Université de Turin, comme professeur ordinaire mis à disposition du ministère des Affaires étrangères : il continue à enseigner en Grande-Bretagne, comme « Lecturer » (1947-1949), puis « Reader » (1949-1951), d’histoire antique à Bristol et à Londres. Il est nommé docteur honoris causa de l’Université d’Oxford. Transféré à l’École normale supérieure de Pise, il reste à la disposition du ministère des Affaires étrangères et enseigne aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Israël et aux Pays-Bas. De 1934 à 1936, il est membre de la rédaction de l’Enciclopedia italiana, co-dirige la Rivista storica et le Journal of Roman Studies, et collabore à de nombreuses encyclopédies italiennes et étrangères. Il apporte une très riche contribution à l’historiographie des études classiques et il est, avec son ami M. Rostovzteff, l’un des géants de l’histoire antique. Membre de l’Accademia nazionale dei Lincei depuis 1961, il est aussi membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

87Six Contributi alla storia degli studi classici, Rome, 1955-1982 ; « Gli studi italiani di storia greca e romana dal 1895 al 1939 : Cinquanta anni di vita intellectuale italiana (1896-1946) », Scritti in onore di Benedetto Croce, Naples, 1950, I, p. 84-106 ; Studies in historiography, Londres, 1969 ; Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, 1982.

88VOIR :
Biografie e bibliografie degli Accademici Lincei, Rome, 1976 ; E. Patlagean, Annales ESC, 37, 1982, p. 1004-1013 ; E. Gabba éd., « Tria corda : Scritti in onore di Arnaldo Momigliano », Biblioteca di Athenaeum 1, Côme, 1983 ; O. Murray, Journal of Roman Studies, 77, 1987, p. XI-XII ; K. Christ, Gnomon, 60, 1988, p. 571-575 ; J. de Romilly, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1987, p. 519-522 ; A. Viarengo éd., Rivista storica italiana 100, fasc. 2, Naples, 1988 ; M. Mazza, Orpheus, 12, 1991, p. 317-341.

Mommsen, Théodore (1817-1903)

89Historien, juriste, philologue, épigraphiste, numismate et archéologue allemand, spécialiste de l’Antiquité romaine ; il alimente la connaissance historique par la pratique et les acquis des différentes disciplines particulières, dont les principes et les méthodes se sont définis au cours du xixe siècle. Né à Garding, dans le Schleswig-Holstein, Th. Mommsen est l’un des trois fils du pasteur Jens Mommsen, qui, malgré la modestie de ses revenus, donne à ses enfants une excellente éducation classique. Theodor fait ses études secondaires au Gymnasium d’Altona où il acquiert, par la lecture des œuvres originales, la maîtrise des grandes langues européennes. Sujet danois, il deviendra l’ardent défenseur de l’unité allemande. À l’Université de Kiel, il est l’élève d’O. Jahn, qu’il retrouvera comme collègue à l’Université de Leipzig et sur le chemin de l’exil ; il étudie à la fois la philologie, l’histoire et le droit, maîtrisant parfaitement ces trois disciplines dont il réalisera la synthèse dans son œuvre. En 1843, il soutient une thèse de droit, Ad legem de scribis et viatoribus, qui met en œuvre l’épigraphie. Grâce au grand juriste Savigny, il obtient une bourse qui lui permet de se rendre en France et en Italie, où il entre en contact avec les membres de l’Institut de correspondance archéologique de Rome ; il rend visite à San Marino à B. Borghesi, maître de l’épigraphie latine en Europe, qui lui conseille de recueillir les inscriptions de l’Italie méridionale. Th. Mommsen se consacre à cette tâche pendant deux ans, relevant et étudiant non seulement les inscriptions latines mais aussi les textes inscrits en d’autres langues italiques, l’osque, le messapien, le marse ; il ouvrait ainsi un domaine de recherche tout à fait nouveau et suggérait la création d’un Corpus dont son étude constituait le premier élément. En 1847, il rentre en Allemagne et participe comme journaliste à la vie politique en plaidant pour le rattachement du Schleswig-Holstein à la Prusse. En 1848, il devient professeur de droit civil à l’Université de Leipzig : pendant la crise ouverte en mars 1848, il écrit de nombreux articles dans les journaux où il s’affirme comme libéral et anti-autrichien, défenseur de l’unité allemande. Après l’échec de la Révolution, il est victime de la réaction et, destitué en 1850, se résout à l’exil en Suisse où il occupe une chaire de droit romain à Zurich et retrouve son professeur à Kiel et collègue à Leipzig, O. Jahn, qui a subi le même sort que lui. De retour en Prusse en 1854, il est nommé professeur de droit romain à Breslau, et poursuit la rédaction des trois premiers tomes de sa Römische Geschichte, consacrés à la République, qui, dès leur parution entre 1854 et 1856, font grand bruit et lui acquièrent une immense réputation d’écrivain et de savant. Cependant, il renonce à rédiger l’histoire du triumvirat et de l’Empire. En 1858, il obtient, après dix années de démarches, que l’Académie de Berlin accepte de donner corps à son projet de Corpus qu’il est chargé de mettre en œuvre, au sein d’une commission de trois membres qui lui adjoint deux très grands épigraphistes de cette époque, W. Henzen et J. B. de Rossi. Il réalise ainsi un projet conçu de longue date par S. Maffei et J.-F. Séguier (Prospectus universalis collectionis Latinarum veterum ac Graecarum Ethnicarum et Christianarum Inscriptionum…, Vérone, 1732), repris et soumis à B. Borghesi par O. Kellermann, archéologue danois membre de l’Institut de correspondance archéologique et officiellement pris en charge par l’Académie des inscriptions et belles-lettres entre 1843 et 1848 : une commission avait alors été formée qui comprenait des correspondants étrangers, dont bien sûr B. Borghesi, mais aussi le jeune Mommsen. L’entreprise française avait cependant échoué et il revient à Mommsen de l’avoir reprise et conduite au succès, sous la forme des seize tomes qui regroupent 400000 inscriptions latines publiées avec la plus grande rigueur scientifique. En 1861, il est nommé à la chaire d’histoire ancienne de l’Université. Son séminaire bénéficie d’un immense prestige partout en Europe et les étudiants de toutes nationalités s’y pressent, parmi lesquels C. Jullian, envoyé par A. Dumont pour en observer le fonctionnement dans la perspective de la réforme de l’enseignement supérieur français. À Berlin, Mommsen se fait l’organisateur de grandes entreprises collectives placées sous le patronnage de l’Académie : non seulement le Corpus Inscriptionum Latinarum, mais le Thesaurus Linguae Latinae, le Corpus Juris civilis, les Monumenta Germaniae Historica. Il a, dès le milieu des années 1870, l’idée que fonder une institution officielle et nationale pour l’archéologie romaine et germanique serait utile ; il est donc à l’origine de la création de la RLK (Reichslimes-kommission). En tant que membre éminent du DAI (Deutsches Archäologisches Institut), il joue un rôle de premier plan dans l’organisation de l’archéologie en Allemagne. Malgré la multiplicité de ses activités scientifiques, il continue à intervenir dans la vie politique et à travailler à l’unité allemande : il est député à la Chambre prussienne de 1863 à 1866, puis de 1873 à 1879, et au Reichstag de 1881 à 1884. Homme des Lumières et de 1848, il considère l’action politique comme de son rôle d’historien et de son devoir de citoyen ; il s’oppose constamment à la politique de Bismarck, au Kulturkampf et à l’antisémitisme. En 1870, il approuve la guerre contre la France et se déclare partisan de l’annexion de l’Alsace-Lorraine à l’Allemagne : ses prises de position déclenchent de vives réactions des savants français, ainsi de G. Boissier et de Fustel de Coulanges. Il est membre des académies de Berlin, de Vienne, de Munich, de Saint-Pétersbourg et Turin, membre associé de l’Institut de France. Il reçoit en 1902 le prix Nobel de littérature pour sa Römische Geschichte, qui a fait de lui l’un des plus grands écrivains de langue allemande et où il inaugure un style radicalement nouveau pour raconter l’histoire de Rome et toucher un large public. Disciple des philologues, archéologues et épigraphistes qui jettent les fondements scientifiques des sciences historiques « spéciales », Th. Mommsen réalise la parfaite synthèse entre érudition et histoire, au service de laquelle il met sa formation de juriste et ses compétences d’épigraphiste et de philologue.

Bibliographie sélective :

90Voir le catalogue complet de ses œuvres établi par K. Zangemeister et E. Jacobs, Theodor Mommsen als Schrifsteller. Ein Verzeichnis seiner Schriften, Berlin, 1905 ; Gesammelte Schriften, huit tomes, 1905-1913 ; Oskische Studien, 1845, Iscrizioni marsi, 1846 ; Iscrizioni Messapiche, 1848 ; Unteritalischen Dialekten, 1850 ; Inscriptiones Regni Neapoletani Latinae, Leipzig, 1852 ; Römische Geschichte, Berlin, 1854-1856/1856-1857 ; Tagebuch der französisch-italienischen Reise 1844-1845, Berne, 1976 ; Römische Kaisergeschichte. Nach den Vorlesungs-Mitschriften von Sebastian und Paul Hensel, 1882-1886, Munich, 1992 ; A. Heuss éd., Gesammelte Schriften in 3 Bänden, Stuttgart, 1995.

91VOIR :
E. Costa,
Theodor Mommsen, Bologne, 1905 ; L. M. Hartmann, Theodor Mommsen, Eine biographische Skisse, Gotha, 1908 ; F. et D. von Gaertringen éds., Mommsen und Wilamowitz Briefwechsel 1872-1903, Berlin, 1935 ; L. Wickert, « Mommsen und Borghesi », Concordia decennalis, Cologne, 1941 ; A. Heuss, Theodor Mommsen und das 19. Jahrhundert, Kiel, 1956 ; L. Wickert, Theodor Mommsen. Eine Biographie, 1. Lehrjahre 1817-1844, Frankfort-sur-le-Main, 1959 ; 2. Wanderjahre. Frankreich und Italien, 1964 ; 3. Wanderjahre. Leipzig. Zürich. Breslau. Berlin, 1969 ; 4. Grüsse und Grenzen, 1980 ; id., Theodor Mommsen./Otto Jahn. Briefwechsel 1842-1868, Frankfort-sur-le-Main, 1962 ; A. Heuss, « Niebuhr und Mommsen », Antike und Abendland 14, 1968, p. 1-18 ; K. Krist, « Theodor Mommsen », Von Gibbon zu Rostovtzeff, Darmstadt, 1972, p. 84-118 ; F. Sarotri, « Il primo incontro di Theodor Mommsen con Francia e Italia », Paideia 32, 1977, p. 13-19 ; C. Nicolet éd., Th. Mommsen, Histoire romaine, L. I à IV, Paris, Robert Laffont coll. Bouquins, 1985 ; A. Heuss, « Theodor Mommsen als Geschichtsschreiber », dans Gesammelte Schriften in 3 Bänden, Stuttgart, 1995, p. 1744-1802 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996.

Montelius, Oscar (1843-1921)

92Préhistorien suédois, l’un des « inventeurs » de la typologie archéologique. Comme son ami d’enfance, H. Hildebrand, il est très marqué par les sciences naturelles et la théorie de l’évolution de Darwin. H. Hildebrand et lui font ensemble leurs études à l’Université d’Uppsala. Jusqu’au moment où, en 1907, il succède à son ami dans la charge d’Antiquaire royal, il occupe un poste au Statens historika museum. En 1871, il participe avec H. Hildebrand au Congrès international d’anthropologie et archéologie préhistoriques de Bologne, et présente avec lui une méthode de recherche inspirée de la théorie de l’évolution de Darwin, appliquée à la classification des outils préhistoriques qu’ils appellent la typologie. Le premier, il met au point en 1884 le procédé du « cross dating » développé ensuite par W. M. Flinders Petrie, et établit la chronologie de l’âge du bronze européen, au demi-siècle près ; au terme de larges études comparatives menées dans les collections de toute l’Europe, il détermine cinq périodes pour l’Europe du Nord et les numérote sans utiliser de toponymes, donnant ainsi à sa chronologie un caractère d’objectivité scientifique, qui tient au recours au principe de classification typologique ; bien que critiquée, cette chronologie resta en usage jusqu’à la mise au point de la datation par carbone-14 ou thermoluminiscence. Il propose pour le Néolithique de l’Europe du Nord une classification en quatre périodes, (Néolithique I, II, III, IV), fondée sur les mêmes principes scientifiques que sa chronologie de l’âge du bronze ; il rompt ainsi avec la pratique inaugurée par É. Lartet et poursuivie par G. de Mortillet. Alors que le « cross-dating », inauguré par Worsaae pour le Néolithique et l’âge du bronze scandinaves, sur la base de synchronismes établis entre l’Europe du Nord et la Méditerranée orientale, est appliqué par Flinders Petrie, qui instaure des relations chronologiques entre le monde égéen et mycénien et l’Égypte, Montelius applique sa méthode à l’âge du bronze des Îles Britanniques et démontre sa validité. Dans la polémique qui oppose les tenants de la théorie de l’ex oriente lux et les défenseurs de cultures spécifiquement européennes, Montelius se range dans le camp des premiers. Il applique aux nécropoles danoises de Kanikkegaard la méthode de la stratigraphie horizontale, qui lui permet de distinguer les périodes successives et de constituer des groupes de tombes. Montelius introduit en archéologie des méthodes de travail sur le terrain et de classification-datation qui seront adoptées, non seulement en préhistoire, mais aussi en égyptologie et en archéologie classique, la céramique jouant le rôle des outils de silex ou des objets de bronze ; l’œuvre d’O. Montelius et ses répercussions manifestent l’influence décisive de la préhistoire et de ses progrès sur les autres domaines de l’archéologie.

Bibliographie sélective :

93Pour une bibliographie complète, voir G. Ekholm, Bibliographia Monteliana, Uppsala, 1922 ; Les Temps préhistoriques en Suède et dans les autres pays scandinaves, paru en Suède en 1873, et traduit par S. Reinach pour l’édition française, Paris 1895 ; « Den förhistoriska fornforskungens metod och material », Antiqvarisk tidskrift för Sverige, 1884 ; « Sur la chronologie de l’âge du bronze, spécialement dans la Scandinavie », Matériaux pour servir à l’histoire positive et philosophique de l’homme, 1885 ; La Civilisation primitive en Italie depuis l’introduction des métaux, quatre vol., Stockholm, 1895, 1904, 1910 et 1923 ; Orient und Europa. Einfluss derorientalischen Cultus auf Europa bis zur Mitte des letzten Jahrtausends, Stockholm, 1899 ; Die Chronologie der ältesten Bronzezeit in Nord-Deutschland und Skandinavien, Brunswick, 1900 ; Die typologische Methode. Die älteren Kulturperioden im Orient und Europa, I, Die Methode, Stockholm, 1903 ; La Grèce préclassique, Stockholm, 1924.

94VOIR :
« Montelius O. in memoriam », Memorial papers by T. J. Arne, S. Reinach, G. Kossina
et alii, Nordisk tidskrift, 1922 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; O. Klindt Jensen, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, 1975 ; K. Kristiansen, « A social history of Danish archaeology (1805-1975) », dans G. Daniel éd., Towards a History of Archaeology, Londres, 1981 ; B. G. Trigger, A History of archaeological Thought, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; B. Gräslund, « Gustaf Oscar Augustin Montelius (1843-1921) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t.1, Oxford, 1999, p. 155-163.

Montet, Pierre (1885-1966)

95Égyptologue français, inventeur des tombes royales de Tanis. Il fait ses études à Lyon, où il est l’élève de V. Loret, qui l’initie à l’égyptologie. En 1910, il devient pensionnaire de l’Institut français d’archéologie du Caire et, de 1919 à 1947, enseigne l’égyptologie à l’Université de Strasbourg et crée la revue Kêmi. Sa connaissance de l’Égypte ancienne est nourrie des fouilles qu’il mène d’abord en Phénicie puis en Égypte même. Après avoir visité le site de Byblos en 1919, il décide d’y reprendre les fouilles pour trouver des témoignages des relations entre l’Égypte et la Phénicie ; de 1921 à 1924, investi d’une mission de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il mène quatre campagnes dans les ruines d’un temple incendié, qu’il désigne comme celui de « la Dame de Byblos » et y retrouve de précieux dépôts de fondation, qui attestent les relations égypto-phéniciennes dès la IVe dynastie égyptienne ; avec C. Virollaud, il explore par ailleurs la nécropole de Sidon, et découvre quatre tombeaux dont un, contemporain de Ramsès II (1929-1225 av. J.-C.), porte une inscription qui le désigne comme celui d’Ahiram et que R. Dussaud reconnaît comme le plus ancien document en caractères alphabétiques phéniciens. Ces recherches renouvellent radicalement la connaissance de la civilisation phénicienne et celle des relations avec l’Égypte. Pour poursuivre l’étude des liens entre le monde sémitique et la vallée du Nil, il entreprend en 1929 des fouilles à Tanis, site bien oublié des égyptologues depuis les travaux d’A. Mariette en 1860-1863, où il découvre la nécropole royale dix ans plus tard. En effet, la campagne de 1939 révèle les tombeaux d’Osorkon II et de Psousennès, dont le déblaiement se poursuit en 1940. Interrompus par la guerre, les travaux reprennent en 1945 et complètent la plus extraordinaire découverte, depuis celle de la tombe de Toutankhamon ; par ces travaux, P. Montet apporte des lumières sur une période très mal connue et ouvre des voies nouvelles de recherche. De 1947 à 1950, il dirige les fouilles de Behbeit el-Hagar puis, également curieux des relations entre Grecs et Égyptiens, il entreprend, de 1953 à 1956, l’exploration d’Apollonia en Cyrénaïque. En 1948, il est élu au Collège de France, et en 1953, à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

96Les Scènes de la vie privée dans les tombeaux égyptiens de l’Ancien Empire, 1925 ; Byblos et l’Égypte, 1927 ; Les Nouvelles Fouilles de Tanis (1929-1932), Publications de la Faculté des lettres de Strasbourg, deuxième série, vol. 10, Paris, Les Belles-Lettres, 1933 ; Le Drame d’Avaris. Essai sur la pénétration des Sémites en Égypte, Paris, 1941 ; Tanis, douze années de fouilles dans une capitale oubliée du Delta égyptien, Paris, 1942 ; La Vie quotidienne au temps des Ramsès, Paris, 1946 ; La Nécropole royale de Tanis, trois vol., 1947, 1951, 1960 ; Isis ou à la recherche de l’Égypte ensevelie, Paris, 1956 ; Géographie de l’Égypte ancienne, deux vol., 1957, 1961.

97VOIR :
J. Vandier, « Pierre Montet (1885-1966) », Syria 43, 1966, p. 335-338 ; J. Leclant, « Pierre Montet (1885-1966) », Revue archéologique, 1967 ; W. Helck, Archiv für Orientforschung XXXIII, 1968-1969, p. 216-217 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, Tanis, Trésors des Pharaons, Paris, Le Seuil, 1987 ; G. Goyon, La Découverte des trésors de Tanis. Aventures archéologiques en Égypte, Paris, Perséa, 1987 ; J. Leclant, « Montet, Pierre », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 27, p. 2693-2694 ; G. Andreu, Égyptologie, le rêve et la science, catalogue de l’exposition Fondation Électricité de France, Paris 22 janvier- 26 avril 1998, Paris, 1998 ; C. Montet-Beaucour et J. Yoyotte éd., P. Montet, Lettres de Tanis. La Découverte des trésors royaux, Paris, Éditions du Rocher, 1998.

Montfaucon, dom Bernard de (1655-1741)

98Bénédictin et érudit français, paléographe et philologue. Fils de Timoléon de Montfaucon, il appartient à la plus haute noblesse du comté de Comminges. Au château de la Rochetaillade, il consacre sa jeunesse à la lecture des historiens de l’Antiquité. En 1672, il entre dans les Cadets de Perpignan, et se porte volontaire pour partir en Allemagne, avec l’armée du maréchal de Turenne. Après avoir déposé l’épée, il reprend ses études et entre dans l’ordre des Bénédictins de Saint-Maur, au couvent de la Daurade à Toulouse (1676). Il apprend alors le grec, l’hébreu, le syriaque, le copte et le chaldéen. Transféré à Saint-Germain-des-Prés, il s’y forme à la numismatique, et, en 1694, est chargé de la garde du cabinet des médailles de l’abbaye. Son édition de saint Athanase connaît un grand succès dans les milieux savants. En 1698, il se rend en Italie, et, à Rome, devient procureur général de la Congrégation de Saint-Maur ; son attention se porte alors sur les antiquités et il a l’idée de recueillir les dessins des monuments anciens de Rome. De retour en France en 1701, il se retire à Saint-Germain-des-Prés, poursuit sa quête d’information en France et dans le reste de l’Europe et se consacre à son Antiquité expliquée et représentée en figures, qui commence à paraître en 1719, et dont la première édition connaît un tel succès qu’elle est épuisée en deux mois. Dans cet ouvrage, qui est une véritable somme des connaissances archéologiques de son temps, il offre une « iconographie scientifique » (A. Momigliano, 1983, p. 244) et considère les objets comme des documents historiques, au même titre que les textes. Il fait de l’objet un sujet d’étude et, par exemple, présente en 1734 les « anciennes armes des Gaulois » dans une communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, où, soucieux de classer et de dater les objets, il fait état de l’hypothèse des Trois Âges – pierre, cuivre et fer. En rapport épistolaire avec les savants de toute l’Europe, il connaît les recherches menées sur les sépultures mégalithiques au Danemark, en Norvège ou en Grande-Bretagne. Il publie, dans le tome V de son recueil, l’un des premiers comptes rendus de fouille connus, celui de la tombe mégalithique de Cocherel, près de Dreux dans l’Eure, explorée en 1685 ; il déduit de l’absence d’outillage métallique, l’existence d’un âge de la pierre. La suite de cet ouvrage est Les Monuments de la monarchie française (cinq vol., 1729-1736), qui traitent surtout des monuments du Moyen Âge français. Son œuvre connaît un retentissement extraordinaire en Europe et suscite des émules, en particulier en Italie. B. de Montfaucon marque une étape importante sur la voie qui conduit de la pratique antiquaire à l’archéologie.

Bibliographie sélective :

99Une note bibliographique établie par Montfaucon lui-même figure dans E. de Broglie, La Société de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés au xviiie siècle. Bernard de Montfaucon et les Bernardins, 1891 ; Palaeographia graeca, 1708 ; L’Antiquité expliquée et représentée en figures, dix vol., Paris, 1719-1724.

100VOIR :
C. B. Stark,
Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst. Handbuch der Archäologie der Kunst, 1, Leipzig, 1880 (rééd. Munich, 1969) ; E. de Broglie, La Société de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés au xviiie siècle. Bernard de Montfaucon et les Bernardins, d’une de Revue celtique 19, 1898, p. 102 ; E. Babelon, Traité des monnaies grecques et romaines. 1. Théorie et doctrine, Paris, 1901, p. 166 ; A. Grenier, « La tradition de l’archéologie gallo-romaine », Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 1, Paris, 1931 (éd. 1985), p. 31-34 ; A. Momigliano, Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, 1983 ; Der Archäologe. Graphische Bildnisse aus dem Porträtarchiv Diepenbroick, Münster, 1983, Gemmensammler und Gemmenforscher, München, p. 24, 33, 42-44, 60, 105, 174-176 ; P. Gasnault, « Un portrait peu connu de Montfaucon », Bulletin de la Société des antiquaires de France, 1993, p. 51-60 ; A. Schnapp, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Morgan, Jacques Jean Marie de (1857-1924)

101Préhistorien et orientaliste français. Premier directeur de la Délégation archéologique française en Perse. Né à Huisson-sur-Cosson, dans le Loir-et-Cher, il passe son enfance dans la Somme, où sa famille, d’origine galloise, entretient d’étroites relations avec le comte de Chambord. Son père, ingénieur des Mines, l’entraîne à sa suite dans ses explorations géologiques et archéologiques. Au cours de ses études secondaires au lycée de Lons-le-Saunier, il manifeste du goût et des dispositions pour la paléontologie et, entre 1872 et 1874, il fouille le site du Campigny dans l’Eure ; en 1883, il commence l’exploration des tumuli des Moidons, dans le Jura. Suivant l’exemple paternel, il entre à l’École des Mines et, en 1882, en sort ingénieur. Il s’engage alors dans une carrière qui se déroule tout entière à l’étranger : commandité par un consortium de bijoutiers, il repère des mines d’or en Transylvanie, puis passe aux Indes. Envoyé sur la presqu’île de Malacca (Malaisie), pour y étudier des mines d’étain, il s’intéresse à tous les aspects de cette région du monde : la géologie minière, la faune, les populations négritos et les ruines. De retour de ces expéditions, il publie ses découvertes dans des revues scientifiques ; ces articles, touchant les sciences naturelles, la préhistoire ou les langues, attireront sur lui l’attention du ministère de l’Instruction publique qui lui confie une mission au Caucase de 1886 à 1889 ; tout en dirigeant une mine, il pratique alors des fouilles dans des nécropoles de l’âge du fer, au sud de Tiflis. Il se voit ensuite confier une nouvelle mission du ministère de l’Instruction publique pour la Perse qu’il parcourt du nord au sud de 1889 à 1891. Il visite ce pays au moment où des négociations difficiles sont engagées entre le gouvernement français et le souverain persan, pour la reprise des fouilles commencées par M. et J. Dieulafoy à Suse ; X. Charmes, directeur du Bureau des missions au ministère français, songe déjà à confier à J. de Morgan la poursuite de ces travaux. Pendant sa longue exploration, J. de Morgan étudie en détail les régions peu connues du Louristan et du Kurdistan et se rend à Suse où il relève des silex taillés et des poteries non tournées sur les pentes du tell le plus élevé, celui de la citadelle. Il acquiert alors la conviction que ces collines artificielles doivent être composées des débris superposés de plusieurs civilisations successives et qu’à Suse, on doit retrouver des traces de la Préhistoire orientale. Au cours de cette mission, il fait une autre découverte importante, celle d’un gisement pétrolifère à l’ouest de la chaîne du Zagros : cette information, pourtant précieuse, est négligée par le gouvernement français qui laisse à la Grande-Bretagne la possibilité d’exploiter la première le pétrole iranien. Cette mission en Perse est déterminante dans la carrière de J. de Morgan, puisqu’à son terme, il fait le choix définitif de l’archéologie. En 1892, il est nommé directeur intérimaire des Antiquités de l’Égypte, en remplacement d’E. Ce « par l’Égypte le retour à Suse est d’une importance capitale : par les fouilles qu’il conduit de 1895 à 1897 à Négada près d’Abydos, il explore deux nécropoles, l’une où il dégage un vaste monument de briques crues renfermant le tombeau du premier pharaon de la première dynastie et l’autre qui témoigne d’un état de civilisation plus ancien et révèle la « Préhistoire » égyptienne. Ces découvertes le conduisent à se poser la question des origines de la civilisation égyptienne qu’il s’attachera à élucider par la suite de ses travaux. Dans ses Recherches sur les origines de l’Égypte, il présente les résultats de ses enquêtes dans la vallée du Nil, au cours desquelles il a identifié des stations paléolithiques et néolithiques, et ses découvertes extraordinaires de Négada : il fonde ainsi la recherche préhistorique en Égypte. Pendant son séjour sur les rives du Nil, il explore également les nécropoles royales de Dachour d’où il exhume un magnifique trésor. Il réorganise le Service des antiquités d’Égypte et crée la Direction des travaux de Karnak qu’il confie à Georges Legrain. En 1897, X. Charmes, directeur du Bureau des missions, lui propose de prendre la responsablilité de la Délégation archéologique française en Perse que le gouvernement français crée pour poursuivre les travaux engagés par les Dieulafoy à Suse. J. de Morgan accepte et se rend en Perse avec l’idée qu’il y trouvera les clefs des origines égyptiennes. La Délégation, la plus grande entreprise archéologique jamais organisée par un pays européen, bénéficie de moyens considérables qui permettent à J. de Morgan d’appliquer met Suse, une ébauche de fouille stratigraphique portée jusqu’au sol vierge. Comme en Égypte, il révèle à Suse une civilisation inconnue jusque-là, celle de l’Élam, et ouvre la voie vers la révélation complète de la « Préhistoire orientale ». Les fouilles de Suse valent au musée du Louvre l’un des fonds les plus importants du Département des antiquités orientales, comprenant la céramique archaïque de Suse, les tablettes proto-élamites, dont la statue de Napir-Asu et surtout les fameuses stèles de Narâm-Sin et du code d’Hammourabi. En 1912, il décide de donner sa démission, car il ne peut obtenir la transformation de la délégation en mission permanente et est exposé aux tracasseries administratives sur la gestion de son budget, encore amplifiées par une cabale fomentée contre lui par certains membres de son équipe. Malgré les remarquables résultats de ses travaux en Égypte et en Iran, les inimitiés qu’il s’est créées lui ferment les portes de l’Institut de France, M. Dieulafoy constituant un barrage efficace contre son élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Malade et très amer, il se retire à Marseille, et se consacre à la rédaction d’œuvres de synthèse, de son journal et de divers manuscrits d’histoire ou encore de romans archéologiques. Il travaille sans relâche à la rédaction de La Préhistoire orientale, (cinq vol., 1926), véritable testament scientifique qui ouvre des perspectives de recherche appelées à être confirmées par les travaux ultérieurs au Proche-Orient. Il meurt isolé de la communauté scientifique, dont seul le préhistorien Louis Capitan lui conserve jusqu’au bout son amitié et son soutien. En avril 1999, un lot de 350 photographies prises par J. de Morgan au cours de sa mission en Perse de 1888 à 1891 a été acquis sur le marché des antiquités et offert à la Fondation Golestan de Téhéran. Ingénieur des Mines, géologue et préhistorien, J. de Morgan a joué un rôle fondamental dans la difficile reconnaissance de la Préhistoire en Égypte et au Proche-Orient et l’a introduite « au seuil de notre histoire (cf. C. Jullian).

Bibliographie sélective :

102Notice sur le Campigny, station de la pierre sise à Beaugey-sur-Bresles, Seine-Inférieure, Amiens, 1872 ; Archéologie préhistorique du Jura. Forêt des Moidons, Lons-le-Saunier, 1883 ; Mission scientifique au Caucase, deux vol., Paris, 1889 ; Recherches sur les origines de l’Égypte, deux vol. 1896-1897 ; Mission scientifique en Perse, neuf vol., 1891-1905 ; Les Premières Civilisations, 1909 ; Le Principe des nationalités, 1917 ; L’Humanité préhistorique, Paris, 1921 ; Manuel de numismatique orientale, cinq vol., 1923 ; La Préhistoire orientale, cinq vol., posthume, Paris, 1926.

103VOIR :
Ses souvenirs édités par A. Jaunay, Mémoires de Jacques de Morgan, Paris, L’Harmattan, 1997 ; E. Pottier, « Jacques de Morgan », Syria, 5, 1924, p. 373-380 ; S. Reinach, Revue archéologique, 1924, p. 204-222 ; F. Marquez Miranda, Siete arqueólogos, siete culturas, Buenos Aires, Hachette, 1959 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Jacques de Morgan », Archéologia 187, févr. 1984, p. 79-82 ; id., Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, Paris, Perrin, 1991 ; È. Gran-Aymerich, « Préhistoire européenne et préhistoire orientale », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 90, n° 1, janv.-fév. 1993 ; id., « À la confluence de la préhistoire et de l’égyptologie. Les origines de la Préhistoire orientale et Jacques de Morgan », Hommages à Jean Leclant, Institut français d’archéologie orientale, 1994, p. 85-96 ; N. Chevalier dir., Une mission en Perse (1897-1912), Paris, RMN, 1997 È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; id., « Archéologie et politique française en Iran : convergences et contradictions. Des missions Dieulafoy à la Délégation archéologique française en Iran (1881-1947) », Journal asiatique, t. 287, 1991-1, p. 357-374.

Morlot, Adolphe (1820-1867)

104Géologue suisse, professeur à l’Université de Lausanne. Il fait partie des savants qui, en Suisse et au Danemark, introduisent des idées nouvelles concernant « la haute antiquité de l’homme » et permettent l’avènement de la Préhistoire. En 1854, il découvre avec F. Troyon (1815-1866), le village lacustre de Morges sur le lac de Genève. Avec son collègue, il se rend à Copenhague en 1856 pour visiter le Musée national danois et prendre connaissance du système des Trois Âges mis au point par Thomsen. Il est du nombre des géologues et archéologues suisses – F. Keller, É. Desor, le colonel Schwab – qui révèlent l’une des phases de la Préhistoire européenne, dont le schéma chronologique a été construit par les archéologues scandinaves, et font la démonstration de la nécessité de recourir à des méthodes rigoureuses d’exploration et d’étude des sites pour donner tout leur sens aux documents recueillis ; A. Morlot applique aux sites lacustres la méthode stratigraphique.

Bibliographie sélective :

105Allgemeine Bemerkungen über die Alterumskunde, 1859 ; « Études géologico-archéologiques en Danemark et en Suisse », Bulletin de la Société vaudoise de sciences naturelles, XLVI, Lausanne, 1860 ; « Leçon d’ouverture d’un cours sur la Haute Antiquité faite à l’Académie de Lausanne », Actes de la Société d’émulation jurassienne, t. II, 1860, résumée par J. Lubbock, « The Swiss Lake Dwellings », Natural History Review, 1862 ; « General Views on Archaeology », Annual Report of the Smithsonian Institution for 1860, Washington, 1861, p. 284-343 ; « Notes sur la tranchée en cône de la Timère à Villeneuve », dans le cinquième Rapport de M. F. Keller sur les habitations lacustres de la Suisse, 1864.

106Voir:

107H. G. Bandi, Hundert Jahre Pfahlbauforschung in der Schweiz, 1954 ; M. R. Sauter, « Cent ans de recherches dans les palafittes », Congrès préhistorique de France, XVe session, Poitiers-Angoulême, 1956, Paris, Société préhistorique française, 1957, p. 883-888 ; I. Filip, Manuel encyclopédique de préhistoire et de protohistoire européenne, Prague, 1966 G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome-Bari, 1988 ; N. Coye, « Le bel âge de l’archéologie lacustre Ferdinand Keller et Oscar Paret », dans B. Barraqué, D. Bley, G. Boëtsch, M. Masali et E. Rabino Massa, L’Homme et le lac. Usages et représentations de l’espace lacustre, Côme, 1995, p. 61-72.

Mortillet, Adrien de (1853-1931)

108Préhistorien français. Fils de Gabriel de M., il collabore très activement avec son père, en particulier pour le classement des collections du Musée des antiquités nationales. Professeur à l’École d’anthropologie de Paris, il est chargé en 1889 du cours d’ethnographie comparée, et, en 1929, succède à L. Capitan dans la chaire d’anthropologie préhistorique. Il se fait connaître par ses études sur l’art rupestre et fait partie du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences réuni à Montauban en 1902, dans lequel fut discutée l’authenticité de l’art rupestre préhistorique, d’Altamira, des Combarelles, de La Mouthe, de Pair-non-Pair et de Font-de-Gaume: c’est à la fin de ce colloque qu’une visite aux toutes récentes trouvailles des Eyzies apporta la preuve définitive de cet art. Il s’opposa violemment à l’abbé Breuil dans la « bataille de l’Aurignacien ». Il est l’un des fondateurs de la Société préhistorique française, en 1904.

Bibliographie sélective :

109Avec G. de Mortillet, Musée préhistorique, 1881 ; La Préhistoire, Paris, 1910.

110VOIR :
Bulletin de la Société préhistorique française 28, 1931 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Mortillet, Gabriel de (1821-1898)

111Préhistorien et anthropologue français. Auteur d’une chronologie de la Préhistoire fondée sur la classification des industries lithiques, il appartient à la génération de ces pionniers qui ont obtenu de haute lutte la reconnaissance de la science préhistorique. Élevé au collège des Jésuites de Chambéry, il en garde toute sa vie un résolu parti pris anti-clérical. Il poursuit ses études à Paris, au Muséum d’histoire naturelle et au conservatoire des Arts et Métiers, ce qui fait de lui un ingénieur pourvu de connaissances étendues en conchyliologie et en géologie. À la suite de la Révolution de 1848, il publie de nombreuses brochures d’une grande violence contre Louis-Philippe et Guizot et se voit contraint à l’exil. Il se réfugie en Savoie, où il devient directeur du musée d’Annecy, puis gagne la Suisse et l’Italie : il occupe alors, jusqu’en 1863, un poste d’ingénieur de la Compagnie des chemins de fer lombards, vénitiens et de la Haute-Italie et découvre la préhistoire par les cités lacustres de la plaine padane il visite la Lombardie en quête d’établissements lacustres avec É. Desor, préhistorien suisse qui étudie les palafittes du lac de Neuchâtel. G. de Mortillet est à cette époque en relation étroite avec les savants italiens, en particulier B. Gastaldi. Ses travaux sur les terramare associés à ceux des géologues suisses sur les habitats lacustres donnent une impulsion considérable à la recherche préhistorique en Italie. Après son retour en France, l’Italie restera l’un de ses centres d’intérêt puisqu’en 1870, il reconnaît, parmi les tombes découvertes à Marzabotto, près de Bologne, la présence des envahisseurs celtes, contemporains de la phase de La Tène, et mentionnés dans les récits des historiens latins. Revenu d’exil, il crée, en 1864, la revue Matériaux pour servir à l’histoire positive et philosophique de l’homme, revue scientifique de combat où il défend la cause de la préhistoire et où il accueille des articles de « palethnologues » italiens ; par ailleurs, à l’occasion d’une réunion exceptionnelle de la Société italienne de sciences naturelles, il propose la fondation du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques dont la première réunion a lieu à Neuchâtel et est présidée par É. Desor ; ce congrès annuel manifeste l’intérêt grandissant que les savants européens portent à la Préhistoire qui triomphe des sceptiques et de ses détracteurs en 1867, quand se tiennent ensemble à Paris le troisième Congrès et l’Exposition universelle, où est présentée une Galerie de l’histoire du travail qui s’ouvre sur les collections préhistoriques. G. de Mortillet prend une part déterminante dans la reconnaissance de la Préhistoire, puisqu’il est secrétaire de la Commission pour l’archéologie préhistorique à l’Exposition universelle de Paris en 1867, et que, l’année suivante, il est attaché au musée de Saint-Germain-en-Laye pour y classer les collections d’É. Lartet et organiser les salles consacrées à la Préhistoire. En 1869, il conçoit la première version de sa classification, exposée en 1872 au congrès de Bruxelles. Il se fonde sur le système des Trois Âges établi par les danois Thomsen et Worsaae et reprend la chronologie proposée par É. Lartet en modifiant le critère directeur : alors que son aîné se fonde sur la paléontologie, G. de Mortillet choisit le facteur de l’évolution technologique pour déterminer la chronologie préhistorique. Dans son « Essai de classification des cavernes et des stations sous abri, fondée sur les produits de l’industrie humaine », il établit la chronologie de la Préhistoire sur des données archéologiques, et donne naissance à l’une des méthodes fondamentales de la nomenclature archéologique, en attribuant aux associations qu’il distingue des noms dérivés de sites choisis comme références : sa classification toponymique se substitue à celle d’É. Lartet, basée sur la faune ; ainsi, l’âge de l’hippopotame devient-il le Chelléen, puis suivent le Moustérien, le Solutréen, l’Aurignacien, le Magdalénien. Cette classification prévaudra jusqu’aux travaux de l’abbé Breuil qui, en 1912, déterminera « les subdivisions du Paléolithique supérieur ». G. de Mortillet est un maître et un chef d’école : il est dès 1866 un membre très actif de la Société d’anthropologie, prend une part importante dans la fondation en 1876 de l’École d’anthropologie conçue par P. Broca et en assume la direction à partir de 1880. Il y assure des cours d’anthropologie préhistorique, et concourt à la formation des préhistoriens des générations suivantes. G. de Mortillet a largement contribué à la reconnaissance de la préhistoire et l’a dotée de méthodes précises et rigoureuses empruntées aux sciences naturelles.

Bibliographie sélective :

112« Sur les plus anciennes traces de l’homme dans les lacs et les tourbières de Lombardie », Atti della Società italiana di Scienze naturali, vol. II, 1860 ; « Promenades préhistoriques à l’Exposition universelle », Matériaux pour servir à l’histoire positive et philosophique de l’homme…, III, 1867 ; « Promenades au Musée de Saint-Germain », Matériaux pour servir à l’histoire positive et philosophique de l’homme…, IV, 1868 ; « Essai d’une classification des cavernes et des stations sous abri, fondée sur les produits de l’industrie humaine », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences 58, 1869 ; « Classification des diverses périodes de l’âge de la pierre », Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, 6e session, Bruxelles, 1872 ; Le Préhistorique, antiquité de l’homme, Paris, 1883.

113Voir:

114L’Homme, I, 1884 et II, 1885 ; L’Anthropologie 9, 1898 ; S. Reinach, Gabriel de Mortillet, Nogent-le-Rotrou, 1899 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; J. R. Sackett, « From de Mortillet to Bordes : a Century of French Palaeolithic Research », dans G. Daniel, Towards a History of Archaeology, Londres, 1981 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Gabriel de Mortillet », Archéologia 197, déc. 1984, p. 71-75 ; A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome-Bari, 1988 ; M. Desiterre, Paletnologi e studi preistorici nell’Emilia Romagna dell’Ottocento, Reggio Emilia, 1988 ; N. Richard, « La revue L’Homme de G. de Mortillet. Anthropologie et politique au début de la IIIe République », Bulletin et Mémoires de la Société d’anthroplogie de Paris, 1989 ; id., « Le temps catastrophiste de Boucher de Perthes. Le temps transformiste de G. de Mortillet. », Le Temps de la préhistoire, sous la direction de J. P. Mohen, t. 1, p. 8-11, Dijon, 1989 ; J. Y. Pautrat, « Le préhistorique de G. de Mortillet : une histoire géologique de l’homme », Bulletin de la Société préhistorique française, XC, 1993 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994 ; N. Richard, « Gabriel de Mortillet (1821-1898) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 93-107.

Moscati, Sabatino (1922-1997)

115Orientaliste italien, philologue, épigraphiste et archéologue, dont l’œuvre très abondante couvre des domaines très divers. Né à Rome, il fait ses études d’arabe au Pontificio Istituto Biblico ; il se spécialise tout d’abord sur l’histoire du califat, mais la rencontre de G. Levi Della Vida, professeur d’arabe, de syriaque et de punique, le conduit à élargir son champ d’intérêt aux langues et cultures sémitiques dans leur ensemble. Il poursuit ses travaux d’arabisant jusqu’en 1955 et, à partir de cette date, se consacre de plus en plus aux études sémitiques, et plus particulièrement à l’épigraphie. Dès 1949, il publie un premier livre de synthèse, Storia e civiltà dei Semiti, qui offre déjà le modèle des œuvres de haute divulgation scientifique qu’il multipliera par la suite ; le succès est immense. S. Moscati est le premier en Italie à considérer la langue, la culture et l’histoire sémitiques dans leur ensemble ; il introduit la linguistique sémitique comparée et envisage l’histoire des Sémites. Ses recherches sur les anciennes cultures sémitiques du Proche-Orient le conduisent à s’intéresser aux civilisations non sémitiques, ce qui lui permet d’offrir une vision d’ensemble de l’Orient antique (Oriente antico, 1952). De 1954 à 1962, S. Moscati poursuit dans la voie de l’étude sur les langues et l’histoire des peuples sémitiques dans leur ensemble. En 1964, il fait paraître en Allemagne An Introduction to the Comparative Grammar of the Semitic Languages qui marque l’aboutissement de ses travaux et constitue une œuvre de référence obligée pour les sémitisants. 1960 marque un tournant décisif dans la carrière de S. Moscati qui commence alors les fouilles menées en collaboration avec Y. Aharoni à Ramat Rahel en Israël et fait prévaloir à partir de ce moment ses intérêts archéologiques, historiques et artistiques ; enfin, en 1963, il se tourne vers le domaine qui le retiendra définitivement, celui des études phéniciennes. Son œuvre fait une place de plus en plus grande à l’archéologie, tout en adoptant une perspective historique ; il envisage l’ensemble du monde phénico-punique, mais porte une attention particulière à la Sardaigne, où il organise des missions archéologiques (Fenici e Cartaginesi in Sardegna, 1968), ainsi qu’en Sicile. En 1966, il donne la première synthèse sur la civilisation phénicienne (Il Mondo dei Fenici), qui recueille toutes les données d’ordre historique, religieux, artistique, économique et linguistique sur les Phéniciens d’Orient et d’Occident. De plus en plus attentif aux données archéologiques, il entreprend l’étude systématique des matériaux puniques recueillis au cours des fouilles ou conservés dans les musées de Sardaigne. Il présente, à partir des découvertes récentes, l’art de la Sardaigne, de la Sicile et de l’Italie puniques. Sa collaboration à la direction de l’Enciclopedia Universale dell’Arte pour l’aire proche-orientale lui permet d’appréhender le fait artistique en lui appliquant une méthodologie moderne. Sa constante préoccupation de la diffusion des connaissances scientifiques lui inspire en 1986 la création de la revue Archeo qu’il dirige. Professeur d’études sémitiques à l’Université de Rome, dont il dirige l’Istituto di studi del Vicino Oriente, et directeur du Centro di Studi fenici e punici du Centro Nazionale di Ricerca (CNR), il organise de nombreuses missions archéologiques italiennes en Syrie (Ebla), en Tunisie et à Malte, ainsi que sur de nombreux sites italiens, en Sicile et en Sardaigne. Il est le promoteur des Congrès internationaux d’études phéniciennes et puniques (Rome, 1979, 1985, Tunis, 1990, Cadix, 1995) et des expositions parmi lesquelles I Fenici et I Celti au Palazzo Grassi (Venise, 1988). Couvert de responsabilités et d’honneurs, il est membre de l’Accademia Nazionale dei Lincei, de l’Institut archéologique allemand et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. S. Moscati, par l’ampleur de sa vision du monde sémitique, est l’un des plus grands spécialistes de ce domaine et l’un de ceux qui contribuèrent le plus à faire connaître la civilisation phénico-punique.

Bibliographie sélective :

116Voir E. Acquaro et S. Pernigotti éd., Sabatino Moscati. Bibliografia degli scritti 1943-1991, Pise, 1992 ; G. Chiera, « Bibliografia degli scritti di Sabatino Moscati », dans E. Acquaro éd., Alle soglie della classicità. Il Mediterraneo tra tradizione e innovazione. Studi in onore di Sabatino Moscati, Pise-Rome, 1996, p. XXI-LVI ; « Studi storici sul califfato di al-Mahdi », Orientalia XIV, 1945, p. 300-344 ; Civiltà lingue Storia e civiltà dei Semiti, Bari, 1949 ; L’epigrafia ebraica antica. 1935-1950, 1951 ; Il profilo dell’Oriente mediterraneo. Panorami di civiltà preclassiche, Turin, 1956 ; The Semites in Ancient History, 1959 ; introduction à Excavations at Ramat Rahel. Seasons 1959-1960, Rome, 1962, p. XI-XVI ; Historical Art in the Ancient Near East, 1963 ; « La missione a Malta », Quadrivio IV, 1964, p. 163-170 ; An Introduction to the Comparative Grammar of the Semitic Languages, 1964 ; Archeologia mediterranea. Missioni e scoperte recenti in Asia, Africa, Europa, Milan, 1966 ; Il Mondo dei Fenici, Milan, 1966 ; « Quattro anni di a Monte Sirai », Sirai IV, Rome, 1967 ; Fenici e Cartaginesi in Sardegna, Milan, 1968 ; Tra Cartagine e Roma, 1971 ; I Fenici e Cartagine, 1972 ; avec A. Parrot et M. Chéhab, Les Phéniciens, I Cartaginesi in Italia, Il Mondo dei Fenici, 1979 ; Alla scoperta della civiltà mediterranea, 1979 ; Il mondo punico, 1980 ; Scavi a Mozia. Le stele, 1981 ; Cartaginesi, 1982 ; L’enigma dei Fenici, 1982 ; Italia punica, 1986 ; L’Arte della Sardegna punica, 1986 ; L’Arte della Sicilia punica, 1987 ; Le Civiltà periferiche del Vicino Oriente antico, 1989 ; L’Arte dei Fenici, 1990.

117VOIR :
Son autobiographie Sulle vie del passato. Cinquant’anni di studi, incontri, scoperte, Milan, 1990 ; « Sabatino Moscati », Biografie e bibliografie degli accademici Lincei, Rome, 1976, p. 1124-1131 ; « La figura di Sabatino Moscati e il suo servizio alla scienza », Antiqua 9, 1984, 1, p. G. Garbini, « Sabatino Moscati », dans E. Acquaro et S. Pernigotti Sabatino Moscati. Bibliografia degli scritti 1943-1991, Pise, 1992, p. 1-9.

Mostafavi, Mohammad Taqi (1905-1980)

118Archéologue iranien, premier directeur iranien du Service des antiquités. D’abord instituteur, il obtient en 1928 une licence en droit et, en 1931, il entre au Service des antiquités où il occupe le poste de contrôleur des fouilles à Suse auprès de la Délégation française, puis à Persépolis où E. Herzfeld dirige la mission américaine. En 1935, il assiste A. Godard à la direction du service et assure l’intendance des travaux de restauration d’Ispahan il est membre de la délégation iranienne au troisième Congrès international d’art et d’archéologie de l’Iran à Leningrad. En 1944, il devient directeur du Service des antiquités, A. Godard prenant le titre de directeur général. Il prend l’initiative, au sein de l’Association des antiquités nationales, de la publication d’une série d’études sur les monuments des provinces de l’Iran dont au moins trente-trois volumes sont aujourd’hui parus. Admis à la retraite en 1958, il se consacre à la rédaction d’ouvrages sur les monuments d’Iran.

Bibliographie sélective :

119la plupart de ses publications étant écrites en langue persane, les titres donnés ici sont traduits. Traduction persane des numéros d’Athar è-Iran, revue du Service des antiquités de l’Iran, 1937-1939 ; “Hagmatana” : la ville antique de Hamadan, 1955 ; Histoire de la protection des arts et monuments en Iran, Le pays de “Pars” (premier volume la série consacrée aux monuments des provinces iraniennes, trad. anglaise de N. Sharp), 1964 ; Aperçu de l’architecture de l’Iran (trad. anglaise), 1967 ; Les Monuments historiques de Téhéran, vol. 1, édité par M. H. Mohaden, 1982.

Mouterde, René, R. P. (1880-1961)

120Ecclésiastique et archéologue français. Il occupe une grande place dans l’archéologie du Liban et de la Syrie ; il constitue, à partir de 1905, le premier groupe d’archéologues qui se fixent au Proche-Orient. Avec les pères Sébastien Ronzevalle (archéologue) et Louis Jalabert (épigraphiste), il s’attache à copier et rassembler les nombreux monuments épigraphiques épars en Syrie. À la fin de la Première Guerre mondiale, son petit centre archéologique fit le lien entre deux périodes très distinctes de l’exploration au Levant, avant et pendant le mandat français. Il crée les Mélanges de la Faculté orientale, qui deviennent, à partir de 1922, les Mélanges de la Faculté de l’Université Saint-Joseph. Avec L. Jalabert, et l’appui de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il crée le Corpus des inscriptions grecques et latines de la Syrie, repris ensuite par J. Pouilloux.

121VOIR :
Mélanges de l’Université Saint-Joseph à Beyrouth 37, 1960-1961, p. 3-29 ; H. Seyrig, « Le R. P. René Mouterde, S.J. », Syria 40, 1963, p. 226-227.

Müller, Karl Ottfried (1797-1840)

122Philologue, archéologue et historien allemand. Fils de pasteur, il fait ses études à Breslau où il rencontre l’historien de Rome, B. G. Niebuhr, puis il s’installe à Berlin où il est l’élève d’A. Boeckh. En 1819, il est nommé professeur de « philologie, archéologie et éloquence » à Göttingen. Il concentre son intérêt et son enseignement sur l’archéologie (Archäologie der Kunst) et la religion grecques ; les ouvrages qu’il publie lui valent rapidement une grande renommée internationale. En 1823, il est élu membre de l’Akademie der Wissenschaften de Berlin. Habitué des salles des musées depuis l’époque de ses études à Berlin, il parcourt l’Europe, visitant systématiquement les musées d’Angleterre, de Hollande et de France. En 1839, il gagne Athènes par Rome, Naples et la Sicile, avec pour projet une histoire de la Grèce du Nord, où Delphes constitue son but principal. À Kastri, le village moderne construit sur les ruines de Delphes, il reprend les travaux entamés par l’architecte français Laurent, dégage en partie le mur polygonal couvert d’inscriptions, mais meurt des suites d’une insolation, en 1840, à Athènes. K. O. Müller met en œuvre une conception nouvelle et originale de l’Antiquité : il la considère comme un tout que l’on doit envisager en recourant à la topographie, à l’épigraphie, aux textes, à l’histoire de l’art et à celle des religions. C’est ce qui explique qu’il fut aussi bien philologue qu’archéologue et historien des religions. Dans sa Geschichte hellenischer Stämme und Städte, il accomplit la synthèse de l’histoire de l’art et de l’archéologie ; il introduit l’idée pionnière que l’art et l’archéologie peuvent contribuer à la compréhension des textes ; avec A. Boeckh et F. Welcker, il fonde l’Altertumswissenschaft. Par le Handbuch der Archäologie der Kunst, il entreprend une histoire de l’art antique fondée sur l’étude des monuments, en tenant compte de leur répartition géographique et en procédant à leur classification systématique.

Bibliographie sélective :

123Prolegomena zu einer wissenschaftlichen Mythologie, Göttingen, 1820-1824, 2e éd. 1844, réimp. 1970 ; Geschichte hellenischer Stämme und Städte, trois vol., Breslau, 1820-1824, 2e éd., 1844 ; Die Etrusker, Göttingen, 1829 ; Handbuch der Archäologie der Kunst, 1830 ; De Munimentis Athenarum Quaestiones Historicae et Tituli de Instauratione eorum perscripti Explicatio, Göttingen, 1836 ; Karl Ottfried Müllers kleine deutsche Schriften über Religion, Sprache, und Literatur, Leben und Geschichte des Altertums, gesammelt und hrsg von E. Müller, deux vol., Breslau, 1847-1848.

124VOIR :
U. von Wilamowitz-Moellendorf,
Geschichte der Philologie, 1927 ; S. Reiter éd., K. O. Müller, Briefe aus einem Gelehrten Leben 1797-1840, deux vol., Berlin, 1950 ; A. Momigliano et alii, « Seminario su K. O. Müller », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, série 3-14, 1984, p. 893-1226 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 23-24 ; W. Unte, « Karl Ottfried Müller. 28 August 1798-1 August 1840 », dans W. W. Briggs et W. Calder III, éds., Classical Scholarship : A Biographical Encyclopedia, New York, 1990, p. 310-320 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Phillhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; W. M. Calder III et R. Schlesier, Zwischen Rationalismus und Romantik. Karl Ottfried Müller und die antike Kultur, Hildesheim, 1998.

Murray, Margaret Alice (1863-1963)

125Égyptologue britannique. Elle est la première femme égyptologue professionnelle en Grande-Bretagne. Née à Calcutta dans une famille de gens d’affaires installée en Inde, elle envisage tout d’abord de devenir infirmière mais renonce et entre en 1894 à l’University College de Londres où elle suit les cours de W. M. Flinders Petrie ; en 1899, elle devient lectrice à l’University College et sa renommée lui vaut de devenir professeur-assistant de 1924 à 1935. Dès 1902, elle participe aux fouilles de Flinders Petrie en Égypte, puis travaille sur les mégalithes, à Malte en 1921-1923, à Minorque en 19301931. En 1937, elle se rend au Proche-Orient, étudie les ruines nabatéennes de Pétra et rejoint Flinders Petrie à Tell Ajjul en Palestine en 1938. Sa bibliographie, très riche, porte surtout sur l’Égypte ancienne ; elle collabore à la rédaction des rapports de Flinders Petrie sur ses travaux, réalisant en particulier une grande proportion des planches.

Bibliographie sélective :

126Son autobiographie, My First Hundred Years, Londres, 1963 ; Guide to the collection of Egyptian Antiquities in the Edinburgh Museum of Science and Art, 1903 ; The Osireion, 1904 ; Saqqara Mastabas, deux vol, 1905, 1937 ; The Tomb of two Brothers, 1910 ; Handbook of egyptian Sculpture, 1930 ; Egyptian Temples, 1931 ; The Splendour that was Egypt, 1949 ; avec W. M. Flinders Petrie, Seven Memphite Tomb Chapels, 1952 ; The Genesis of Religion, 1963.

127VOIR :
H. Brunner,
Archiv für Orientforschung, 21, 1966, p. 279 ; G. Daniel, Antiquity, n° 146, 37, 1963, p. 87 et p. 92-95 ; ibid., n° 149, 38, 1964, p. 1-4 ; H. S. K. Bakry, Annales du Service des antiquités d’Égypte 59, 1966, p. 1-9 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, The Egypt Exploration Society, 1972.

Mylonas, Georges Emmanuel (1898-1988)

128Archéologue américain d’origine grecque. Né à Smyrne, il y fait ses études, puis les poursuit à l’Université d’Athènes. Pendant la Première Guerre mondiale, il s’engage dans l’armée grecque contre les Turcs. Prisonnier de guerre, il parvient à s’échapper grâce à des amis américains et revient en Grèce en 1923. Il devient alors assistant interprète à l’American School of Classical Studies d’Athènes et soutient sa thèse de doctorat sur le Néolithique en Grèce. En 1928, il se rend aux États-Unis et prépare une nouvelle thèse à la John Hopkins University de Baltimore, où il s’installe et devient citoyen américain. Pendant quarante ans, il enseigne à l’Université de Chicago, à l’Université de l’Illinois et à la Washington University de Saint-Louis. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travaille pour la Greek Relief Organization et donne des cours aux officiers de l’Armée américaine sur la situation en Méditerranée orientale. En 1968, il retourne en Grèce, où il devient secrétaire général de la Société archéologique d’Athènes et le reste jusqu’en 1988. Il participe aux fouilles de Corinthe avec B. H. Hill et à Némée et Aghiorghitika avec C. W. Blegen (1923-1928). Il fouille encore avec D. Robinson à Olynthe (1932-1933), à Éleusis avec K. Kouvouniotis (1931-1934) et, avec S. Marinatos et J. Papadimitriou, il concourt à la découverte et à la fouille du cercle B des tombes de Mycènes (1952-1954). Il dirige la fouille du site de l’âge du bronze d’Aghios Komas, près d’Athènes (1930-1931, 1952), et explore la nécropole d’Éleusis (1952-1957). Il donne de nombreuses conférences aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon. De 1958 à 1988, il mène la fouille systématique de Mycènes et crée la Mycenian Foundation pour l’éducation des villageois, la constitution d’un centre archéologique et les publications. À Mycènes, il poursuit le travail non publié de C. Tsountas et d’A. J. B. Wace : il repère et date les fortifications, détermine l’étendue du palais, complète la fouille, établit la signification du centre de culte de la citadelle et dégage des tombes et des bâtiments au-delà des murs. Membre de l’American Academy of Arts and Sciences, il l’est aussi de l’Académie d’Athènes.

Bibliographie sélective :

129The Neolithic Period in Greece, Athènes, 1927 ; Introduction to the History of the Balkan States ; en grec, Le Cercle B des tombes à Mycènes, Athènes, 1973.

130Voir:

131E. Moutsopoulos, « In Memoriam Georges E. Mylonas », Kernos, 1989, p. 9-11 ; S. Iakoridis, American Journal of Archaeology, 1989, p. 235-237 ; J. L. Fitton, The Discovery of Greek Bronze Age, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1996 ; P. Darcque, « G. E. Mylonas (1898-1988) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998.

Myres, sir John Linton (1869-1954)

132Archéologue britannique qui joue un rôle considérable à Chypre. Professeur d’histoire ancienne à l’Université d’Oxford. Il fait des études classiques à Winchester et au New College de Cambridge, mais se forme aussi à la géologie et publie dans des revues locales ; il considérera toute sa vie que la science et l’art sont indissociables. Membre de la British School of Archaeology d’Athènes, il voyage en Grèce et en Asie Mineure où il s’intéresse à la céramique cappadocienne et aux idoles primitives. Il se rend en Crète, où il partage avec A. Evans l’enthousiasme de la découverte de Cnossos et de l’écriture minoenne ; c’est lui qui est chargé de la publier dans les Scripta Minoa II. En 1894, il est envoyé à Chypre par la British School et commence les fouilles sur le site d’Amathonte ; il se voit confier par le haut-commissaire anglais l’ordonnancement du musée de Nicosie et la rédaction du catalogue, pour lequel il s’adjoint M. Ohnefalsch-Richter. Il réalise aussi le catalogue de la collection Cesnola au Metropolitan Museum de New York en 1914. En 1901, il fonde la revue Man. Lecteur d’archéologie classique à Oxford de 1903 à 1907, il devient professeur de grec et lecteur de géographie ancienne à l’Université de Liverpool de 1907 à 1910. Enfin, il retourne à Oxford comme professeur d’histoire ancienne. Lieutenant-commandant au Naval Intelligence Department à Athènes de 1916 à 1919, il exécute des missions de renseignement, grâce à sa connaissance intime des côtes d’Asie Mineure. Président de la Royal Anthropological Society de 1928 à 1931, et secrétaire général des Congrès internationaux des sciences anthropologique et ethnologique, il maintient la concorde entre les savants européens dans l’hystérie de l’après-guerre. Il est président de la British School d’Athènes de 1934 à 1947. J. Myres et M. Ohnefalsch-Richter introduisent dans l’exploration de l’île de Chypre les principes et les méthodes de l’archéologie scientifique.

Bibliographie sélective :

133bibliographie établie par lui dans Geographical History in Greek Lands, 1953 ; avec M. Ohnefalsch-Richter, The Cyprus Museum Catalogue, 1899 ; A History of Rome, 1902 ; The Dawn of History, Londres, 1911 ; A Handbook of the Cesnola Collection of Antiquities from Cyprus in the Metropolitan Museum of Arts, N. Y., 1914 ; « Primitive man in geological times », Cambridge Ancient History, vol. I, p. 1-56, Cambridge, 1923 ; « Neolithic and Bronze Age Cultures » ibid., p. 57-111 ; Who were the Greeks, 1930 ; « Minoan Dress », Man 50, 1950 ; « The Tomb of Porsena at Clusium », Annual of the British School of Athens 46, 1950 ; Scripta Minoa II, 1952, Geographical History in Greek Lands, 1953 ; Herodotus, Father of History, Oxford, 1953 ; Homer and his Critics, Londres, 1958.

134Voir:

135R. D. (R. Dussaud), Syria XXXI, 1954, p. 385-386 ; D. H. G., « J. L. Myres », The Journal of Hellenic Studies LXXIV, 1954, p. 181-182 ; Annual of the British School of Athens 49, 1954, p. 311-314.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

L
 
N

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site