Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
K
M

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

L

Texte intégral

Laborde, Alexandre Louis Joseph, comte de (1774-1842)

1Diplomate, voyageur et archéologue français. Pendant la Révolution, il est envoyé à Vienne auprès de l’empereur Joseph II et sert dans l’armée autrichienne. De retour en France en 1797, il s’adonne à l’étude et voyage en Angleterre, Hollande, Italie et Espagne. Il éprouve pour ce dernier pays un attrait tout particulier et finit par s’y consacrer complètement. En 1800-1801, il est attaché à l’ambassade de Lucien Bonaparte en Espagne et, sur le modèle de ce qu’a fait le comte de Choiseul-Gouffier pour la Grèce, il entreprend une description du pays, le parcourant plusieurs années durant, accompagné de dessinateurs. Il en résulte les cinq volumes de l’Itinéraire descriptif de l’Espagne et les quatre volumes du Voyage pittoresque et historique en Espagne, riches en plans des monuments et en vues pittoresques. Parallèlement, il poursuit l’œuvre d’A. L. Millin et entreprend de recenser et réunir en un recueil des Monuments de la France… tous les monuments depuis l’époque romaine jusqu’au Moyen Âge : cet ouvrage, qui réalise un très ancien projet de Colbert d’illustrer les monuments romains de la Gaule, résulte d’un long travail d’inventaire et de dessin, exécuté par des artistes qui ont parcouru les départements ; A. de Laborde lui-même a visité chacun des monuments et a mené une enquête d’archives pour en retracer l’histoire. Le soulèvement de l’Espagne en 1808 entraîne la ruine du comte de Laborde, qui rejoint alors l’administration, devenant successivement auditeur au Conseil d’État, maître des requêtes puis directeur du service des Ponts et Chaussées de la Seine. Dans la perspective de ses travaux précédents, il reprend un projet de P. Legrand d’Aussy et obtient en 1810, du comte de Montalivet, ministre de l’Intérieur, l’envoi aux préfets d’une circulaire questionnaire qu’il a conçue et soumise à une commission de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et qui est destinée à permettre l’inventaire et la nomenclature des monuments des départements. Cette initiative, faute de moyens financiers et administratifs, échoue tout d’abord, mais ses conséquences à plus long terme sont importantes, puisqu’en 1819, la commission académique dont A. de Laborde est l’âme devient définitive sous l’intitulé « Commission des antiquités de la France » ; ce sont les prémices d’une organisation du patrimoine architectural et historique que réalisera F. Guizot. En 1826-1827, il accomplit un voyage en Orient avec son fils Léon. En 1830, il prend le parti de la Révolution et est nommé préfet de la Seine. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1813. Il laisse une œuvre considérable pour l’archéologie.

Bibliographie sélective :

2Description d’un pavé en mosaïque découvert dans l’ancienne ville d’Italica, près de Séville, suivie de recherches sur la peinture en mosaïque chez les Anciens et sur les monuments en ce genre, Paris, 1802 ; Voyage pittoresque et historique en Espagne, quatre vol. et Itinéraire descriptif de l’Espagne, atlas, 1809-1827 ; Les Monuments de la France classés chronologiquement et considérés sous le rapport des faits historiques et de l’étude des arts, deux vol., Paris, 1816 et 1836.

3VOIR :
J.D. Guigniaut, « Notice sur la vie et les travaux de M. le comte de Laborde », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2e série, 23, 1857-1860 ; S. Reinach, «Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique 19, 1898, p. 117; A. Grenier, « La tradition de l’archéologie gallo-romaine », Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 1, Paris, 1931 (éd. 1985), p. 49-51 ; R. Chevallier, « L’archéologie espagnole vue par le comte A. de Laborde », Les Archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 20-29.

Laborde, Léon Emmanuel Simon Joseph, comte de (1807-1869)

4Diplomate, voyageur et archéologue français. Fils d’A. de Laborde. Son père l’envoie faire ses études à l’Université de Göttingen, où il acquiert une solide culture classique. En 1826, il accompagne son père dans un voyage qui les conduit d’Italie en Grèce, à Smyrne et Constantinople, puis, à travers l’Anatolie jusqu’en Syrie du Nord, dans le Hauran et en Palestine ; enfin, ils gagnent l’Égypte et, alors que son père rejoint la France, Léon demeure au Caire, où il rencontre L. Linant de Bellefonds avec qui il organise le voyage à Pétra à travers le Sinaï (1828). Ils réalisent ce qu’aucun Européen n’avait réussi avant eux : aller du Caire à Pétra et y séjourner assez longtemps pour dresser une carte du site et faire des dessins et des relevés des monuments qui, publiés dès 1830, révèlent la capitale des Nabatéens au monde occidental. Cette expédition est en fait la première mission archéologique à Pétra. Rentré en France, il aborde la carrière diplomatique en devenant le secrétaire de l’ambassadeur de France à Rome, A. de Chateaubriand, puis aide de camp de La Fayette, commandant général de la Garde nationale. A partir de 1830, il reprend la carrière diplomatique, comme secrétaire auprès de Talleyrand à Londres, puis à la légation de Hesse-Kassel où il prépare la publication de la grande mission de son père en Orient et se consacre à l’histoire de la gravure et de l’imprimerie. En 1836, il se retire de la carrière diplomatique pour se consacrer entièrement à ses recherches historiques. Il accomplit parallèlement une carrière d’homme public et est élu en 1841 député de Seine-et-Oise. En 1842, il succède à son père dans son fauteuil de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et devient membre de la Commission des monuments historiques, au sein de laquelle il s’intéresse surtout à l’organisation des musées nationaux. En 1845, on lui confie la conservation des Antiques au musée du Louvre laquelle lui est retirée en 1848, mais il réintègre le Louvre en 1850 comme conservateur des collections du Moyen Âge et de la Renaissance. En 1857, il devient directeur général des Archives et crée le musée des Archives, l’actuel Musée de l’histoire de France. Il est nommé sénateur de l’Empire en 1868.

Bibliographie sélective :

5Avec L. Linant de Bellefonds, Voyage de l’Arabie Pétrée, Paris, 1830-1833 ; Voyage en Orient (Voyage de l’Asie Mineure, suivi de Voyage de la Syrie), 1837 et sq. ; Voyages en Abyssinie, Paris, 1838.

6VOIR :
J.-M. Les Voyageurs et les écrivains français en Égypte, Le Caire, F. Les Premiers Travaux de la commission des monuments historiques 1837-1848, Paris, Éditions A. et J. Picard, 1979 ; C. Augé et P. Linant de Bellefonds éd., L. de Laborde et L. M. A. Linant de Bellefonds, Pétra retrouvée. Voyage de l’Arabie Pétrée, 1828., Paris, Pygmalion dans Dictionnaire de biographie française, 1994 ; C. Augé et J.-M. Dentzer, Pétra. La cité des caravanes, Paris, «Découvertes» Gallimard, 1999.

Labrouste, Henri Pierre François (1801-1875)

7Architecte français, constructeur de la Bibliothèque nationale et de la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris. Admis en 1819 à l’École des beaux-arts de Paris, il y est l’élève de A. L. T. Vaudoyer et de H. Le Bas. Grand prix de Rome en 1824, il est pensionnaire de la Villa Médicis de 1825 à 1830 : il consacre plusieurs «envois » au temple d’Antonin et Faustine, à la colonne trajane, à l’arc de Titus et propose une restitution du « temple de Neptune » à Paestum. Au cours de deux séjours à Pompéi, il réalise de nombreux dessins conservés au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale. De retour à Paris, il ouvre un studio où il enseigne l’architecture jusqu’en 1856. Il est aussi professeur d’architecture à l’École polytechnique. Pendant son séjour à Rome, il parcourt l’Italie, exécutant des relevés d’architecture pré-romaine, romaine, médiévale et de la Renaissance il s’intéresse tout particulièrement à l’Étrurie et spécialement aux tombes de Tarquinia. Il accorde une grande importance aux caractéristiques architecturales des tombes, ce que ne faisaient ni les artistes ni les archéologues. À Tarquinia, il dessine une tombe dite « tombe Labrouste », qui était encore visible en 1829, mais dont la localisation est perdue aujourd’hui. Certains de ses relevés et dessins sont utilisés par G. Micali, pour son ouvrage L’Italia prima della dominazione dei Romani (Florence, 1810). Les relevés exécutés par H. Labrouste, en Italie, entre 1825 et 1830, sont conservés à la Bibliothèque nationale de Paris.

8VOIR :
Henri Labrouste, Bibliothèque nationale, 1953 ; L. Banti, « Disegni di tombe e monumenti etruschi fra il 1825 e il 1830: l’architetto Henri Labrouste », Studi Etruschi XXXV, Florence, 1967, p. 575-593 ; P. Saddy, Henri Labrouste, Paris, CNMHS, 1977.

Lacau, Pierre (1873-1963)

9Égyptologue français, à la fois archéologue et philologue dont le domaine de recherche s’étend des temps les plus anciens à la période copte. Directeur de l’Institut français d’archéologie orientale de 1912 à 1914 puis directeur du Service des antiquités d’Égypte jusqu’en 1936. Fils d’architecte, il fait des études de sciences naturelles et de philosophie, fréquente l’École des langues vivantes orientales, et, enthousiasmé par l’enseignement de G. Maspero dont il suit les cours au Collège de France et à l’École pratique des hautes études, il devient membre de l’École du Caire, de 1899 à 1906. Dès 1901, il manifeste son talent de philologue en publiant des textes de l’Ancien Testament rédigés en copte. Devenu membre de la Commission internationale pour la rédaction du Catalogue général du Musée du Caire, il fait preuve d’une parfaite maîtrise dans la publication des textes cursifs très difficiles des sarcophages antérieurs au Nouvel Empire et établit une editio princeps des textes religieux égyptiens, qui restera pendant longtemps un grand classique. Il s’est rapidement affirmé comme l’un des meilleurs philologues de son époque et publie des travaux importants dans ce domaine. Directeur de l’IFAO entre 1912 et 1914, et du Service des antiquités de 1915 à 1936, il porte un très grand intérêt aux monuments et aux problèmes d’architecture et, en collaboration avec H. Chevrier, restitue deux des monuments les plus célèbres de l’Égypte: la « chapelle blanche » de Sésostris 1er et la « chapelle rouge » de la reine Hatshepsout. De retour en France en 1938, il succède à A. Moret dans sa chaire de la Sorbonne, et jusqu’en 1947, occupe la chaire du Collège de France. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1939. P. Lacau a mené avec succès l’étude totale de la civilisation égyptienne et formé de nombreux disciples, dont J. Sainte Fare Garnot.

Bibliographie sélective :

10Voir sa bibliographie établie en 1957 dans le Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale LXVI, p. 121-130 ; « Une coupe d’incantation hébraïque », Revue d’assyriologie III 2, 1894, p. 49-51; « Textes de l’Ancien Testament en copte », Recueil de travaux de l’Institut français d’archéologie orientale XXIII, 1901, p. 103-124 ; Sarcophages antérieurs au Nouvel Empire, deux vol., 1904-1906 ; « Textes religieux égyptiens, editio princeps », Recueil de travaux de l’Institut français d’archéologie orientale XXVI-XXVII, 1904-1915 ; Stèles du Nouvel Empire, Catalogue général du Musée du Caire, 1er fasc. 1909, 2e fasc. 1926, 3e fasc. 1957; « Notes de grammaire à propos de la Grammaire égyptienne de M. Erman », Recueil de travaux de l’Institut français d’archéologie orientale, XXXIV-XXXV, 1912-1913 ; Sur le système hiéroglyphique, Le Caire, 1954 ; rôle de l’or dans la décoration des monuments égyptiens », Annales du Service des antiquités d’Égypte LIII, 1955, p. 221-250 ; avec J.-P. Lauer, La Pyramide à degrés, IV Inscriptions gravées sur les vases, deux fasc., 1959 et 1961.

11VOIR :
J. Sainte Fare Garnot, Revue d’égyptologie 15, 1964 ; J.-P. Lauer, Annales du Service des antiquités d’Égypte 59, 1966, p. 33-52 ; J. Leclant, Archiv für Orientforschung 21, 1966, p. 272-273 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 160-161.

Lagrange, Albert Joseph-Marie, R. P. (1855-1938)

12Érudit français. Dominicain et exégète, il prononce ses vœux à Salamanque. En 1888, il se rend avec le père V. Scheil en Autriche, puis, en 1889, à Jérusalem, avec le projet de créer, à la maison de Saint-Étienne, une « d’écriture il reprend projet conçu en 1871 par le marquis de Vogüé, ambassadeur de France à Constantinople, et le père V. Ligiez, assistant du maître de l’Ordre des dominicains et organise, en 1890, l’École pratique d’études bibliques de Jérusalem. En 1892, il fonde la Revue biblique qui permet la diffusion des recherches non seulement françaises mais aussi bien anglo-saxonnes et allemandes. Alors qu’à l’exception du marquis de Vogüé et de C. Clermont-Ganneau, les orientalistes français n’avaient, dans leur majorité, guère porté d’intérêt à la Bible et à l’archéologie de la Palestine, l’École pratique de Jérusalem entend mettre au service de l’exégèse biblique les recherches archéologiques et épigraphiques. Le père Lagrange fonde une véritable « école », qui développe la méthode critique et historique et instaure avec l’Académie des inscriptions et belles-lettres des rapports d’étroite collaboration. Avec le père Vincent, il explore Pétra en 1890, pour retrouver la grande inscription nabatéenne découverte par Irby et Mangles : ils répondent à une demande du marquis de Vogüé pour l’édition des textes araméens du Corpus des inscriptions sémitiques. En 1897, Lagrange et Vincent relèvent et publient la célèbre carte en mosaïque de Madaba. Sur la suggestion de C. Clermont-Ganneau, le père Lagrange étudie le site de Gezer (Tell Djeser) et les textes bilingues, qui délimitent le territoire de la ville. Il publie les premières inscriptions phéniciennes, découvertes dans les fondations du temple d’Eshmoun, à Sidon. L’École biblique de Jérusalem et ses professeurs jouent un rôle de premier plan dans la recherche archéologique française au Proche-Orient, avant la création en 1920 d’une véritable école d’archéologie formée à l’image des grandes institutions fondées tout au long du xixe siècle autour de la Méditerranée: par père Lagrange de ouvrir de chantier archéologique en Palestine, elle organise chaque année des missions d’exploration dans tout le Proche-Orient, répertoriant et relevant les monuments, recopiant et étudiant les inscriptions ; parmi ces missions, on compte celles que les pères Jaussen et Savignac mènent au Néguev en 1899 ou en Arabie en 1907 et en 1912. L’École biblique de Jérusalem concourt, en étroite collaboration avec l’Académie des inscriptions et belles-lettres, à l’essor de la recherche épigraphique et archéologique française au Proche-Orient. Le père Lagrange assurera la direction conjointe de l’École biblique et de l’École française d’archéologie de Jérusalem. En 1920, il préside la Palestine Oriental Society, qui réunit catholiques et protestants, arabes et hébreux, et manifeste la volonté de collaborer dans la restauration du passé de la Palestine.

Bibliographie sélective :

13La Méthode historique, surtout à propos de l’Ancien Testament, 1903 ; Études sur les religions sémitiques, 1903 ; Le Livre des juges, 1903 ; Le Messianisme chez les Juifs, 1909 ; La Vie de Jésus d’après Renan, 1923 ; Introduction à l’étude de l’Ancien Testament, 1937.

14VOIR :
R. Dussaud, Syria, 1938, p. 190-191 ; Un siècle d’archéologie à l’École biblique de Jérusalem 1890-1990, Jérusalem, 1988 ; « Commémoration du centenaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem : séance publique annuelle Académie des et belles-lettres, nov. l’École biblique de Jérusalem », Colloque du centenaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, 1992, p. 325-329.

Lamboglia, Nino (1912-1977)

15Archéologue italien. Il fait ses études à l’Université de Gênes, et soutient une thèse de topographie antique en 1933. En 1932, il fonde la Società Storico-Archeologica Ingauna, qui deviendra aussi Intemelia, et qui préfigure l’Institut d’études ligures ; cette dernière institution est implantée par N. Lamboglia, dans la propriété des Bicknell à Bordighera, lorsque l’héritière de ce domaine et de son musée, épouse du vice-consul de Grande-Bretagne, dut quitter l’Italie, au cours de la Seconde Guerre mondiale. Commissaire politique du régime fasciste, N. Lamboglia fait partie de la commission d’armistice à Menton et Nice et peut ainsi commencer des fouilles sur le site de Cimiez. En 1947, l’Institut d’études ligures devient international, avec la participation de la France et de l’Espagne (sous la direction de F. Benoit et de M. Almagro Basch). À partir de 1938, N. Lamboglia fouille le site d’Albintimillium-Ventimille, en utilisant des méthodes stratigraphiques et un carroyage général, ce qui est exemplaire et exceptionnel pour l’archéologie appliquée alors à l’époque romaine impériale. Il accorde un intérêt tout particulier aux céramiques, qu’il considère comme les guides chronologiques les plus sûrs, et élabore les premières typologies, aujourd’hui encore en usage, pour les céramiques à vernis noir « campaniennes » et pour les sigillées claires. À partir de 1950, il est l’un premiers à organiser les fouilles archéologiques sous-marines, et, avec la France et l’Espagne, il crée un comité international permanent pour la cartographie des sites sous-marins, la Forma Maris Antiqui ; il commande les premiers bateaux spécialement aménagés et réservés à ces recherches archéologiques, le Daino, puis le Cycnus. Il meurt accidentellement dans le port de Gênes.

Bibliographie sélective :

16Pour la bibliographie de N. Lamboglia, voir Rivista di Studi Liguri 43, 1977, p. 25-105.

17VOIR :
G. Airaldi, « Lamboglia et la “nouvelle histoire” », Rivista di Studi Liguri 51, 1985, p. 270275 ; M. Borzone, « La Liguria di Nino Lamboglia », ibid., p. 276-278 ; A. Carandini, « Ricordando Lamboglia », ibid., p. 283-285 ; G. Pistarino, « Cinquant’anni di storiografia medievistica in Liguria nell’opera di Nino Lamboglia », ibid., p. 251-269 ; M. Marini Calvani, « N. Lamboglia e il nuovo corso della ricerca archeologica in Italia », Les Archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 275-285.

Lanciani, Rodolfo (1847-1929)

18Archéologue italien. Élève de G. B. De Rossi, il prend la responsabilité des fouilles du Forum à la suite de G. Fiorelli et contribue à la connaissance de la topographie de Rome et à la conservation des monuments. À partir de 1872, secrétaire de la Commission archéologique communale de Rome, il dirige de nombreuses fouilles. En 1882, il est professeur à Rome.

Bibliographie sélective :

19Ancient Rome in the Light of Modern Discoveries, 1888 ; Forma Urbis Romae, cinq vol. 1893-1901 ; Pagan and Christian, Londres, 1892 ; The Ruins and Excavations of Ancient Rome, Storia degli scavi di Roma, quatre six Rome, 1994).

20VOIR :
G. Q. Giglioli, « Rodolfo Lanciani », Bulletino Communale di Archeologia, LVII, 1929, p. 367 ; P. Ducati, « R. Lanciani », Historia, 1929 ; T. Ashby, « R. Lanciani », Archivio della Società Romana di storia patria, LI, p. 103-142.

Lantier, Raymond (1886-1980)

21Archéologue français. Né à Lisieux, il suit, à l’Université de Caen, les cours de M. Besnier en histoire ancienne et archéologie, puis fréquente l’École pratique des hautes études et l’École du Louvre, où le grand celtisant Henri Hubert l’oriente vers les recherches sur les antiquités de la Gaule et la sociologie des sociétés préhistoriques. En 1911, il est attaché au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Il suit, au Collège de France, les cours de S. Gsell et R. Cagnat, puis se rend en Espagne, où il entre en 1913 à l’École des hautes études hispaniques et se lie d’amitié avec l’abbé Breuil. Il fouille alors des établissements romains et pré-romains en Estrémadure et publie, en 1918, le premier volume de l’Inventaire des monuments sculptés de la péninsule Ibérique (Mérida). Blessé en 1914, il est affecté en 1915 au Service auxiliaire de l’armée en Espagne. Il devient l’un des rares représentants français de l’archéologie ibérique et, de 1916 à 1928, tient les «Chroniques ibéro-romaines » du Bulletin hispanique. De 1921 à 1926, il est inspecteur des Antiquités en Tunisie et collabore avec A. Merlin et L. Poinssot aux fouilles de Carthage, Thuburbo Majus, Dougga et El Djem : il étudie alors l’occupation romaine et les rapports des colons avec les indigènes. Adjoint de S. Reinach au musée des Antiquités nationales en 1926, il en devient conservateur en chef en 1932, et le restera jusqu’en 1956. Avec E. Pottier, puis Ch. Picard, il dirige la Revue archéologique. En 1932, il fonde la revue Préhistoire. Son intérêt pour les Celtes ne s’est jamais démenti et, avec deux sociologues, Jean Marx et Marcel Mauss, il publie les deux volumes qu’H. Hubert leur a consacrés (H. Hubert, Les Celtes, 19431959). Il étudie les relations entre Celtes et Ibères, du point de vue religieux et artistique. Il reprend la suite des travaux d’É. Espérandieu et complète le Recueil des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1946.

Bibliographie sélective :

22Inventaire des monuments sculptés préchrétiens de la péninsule Ibérique, 1918 ; Bronzes votifs ibériques, 1935 ; Recueil des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, quatre vol., XII-XV, 1947-1966 ; La Vie préhistorique, 1952.

23VOIR :
P. Demargne, « Discours à la mort de R. Lantier », séance du 18 avril 1980, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1980, p. 295-297 ; P.-M. Duval, « Raymond Lantier, 1886-1980 », Gallia 39, 1981, p. 1-2 ; C. Picard, « Raymond Lantier », Revue archéologique, 1984, p. 105 ; R. Turcan, « Notice sur la vie et les travaux de R. Lantier », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1994, p. 157663 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Les échanges franco-espagnols et la mise en place des institutions (1830-1939) dans et R. Olmos Historiografía de la Arqueología y de la Historia Antigua en España (siglos XVIII-XX). Madrid 1988, Madrid, 1991, p. 117-124.

Lanzi, Luigi (1732-1810)

24Érudit italien. Fondateur de l’étruscologie et l’un des grands pionniers des sciences de l’Antiquité. Jésuite, puis prêtre séculier et conservateur adjoint au musée des Offices de Florence, dont il aménage le « musée étrusque » (1775), complétant les collections par de nombreuses acquisitions. Il est l’un des initiateurs des recherches historiques sur l’art italien et l’un des fondateurs de l’étruscologie moderne, par l’ouvrage qu’il consacre à la langue étrusque et aux autres aspects de cette civilisation, le premier essai sérieux d’étude sur ce sujet. Son Saggio… n’est pas une œuvre strictement linguistique et épigraphique, mais une entreprise à caractère historique qui fait intervenir tous les moyens d’information, sources littéraires et historiques antiques, textes épigraphiques et toutes les catégories de « monuments». La grande originalité de L. Lanzi, dans le contexte de son époque, réside dans l’utilisation des témoins matériels, textes épigraphiques, monuments et objets, considérés comme des documents pouvant servir à l’histoire ; c’est à l’issue d’un examen minutieux des monuments et objets, et en particulier du matériel numismatique italique et grec, que L. Lanzi conclut à la dépendance de la civilisation étrusque à l’égard de la civilisation grecque. Il contredit et combat ainsi l’opinion des adeptes de l’etruscheria toscane, qui tiennent que la civilisation étrusque est la première à s’être développée dans le monde antique. Il est le premier à démontrer que l’alphabet étrusque dérive du grec et à avoir souligné l’importance de la colonisation grecque en Occident. Dans ce contexte, il montre tout ce que les Étrusques ont emprunté aux Grecs et, en particulier, il affirme que les vases peints que l’on dit « étrusques sont grecs : il apporte le premier la bonne réponse à cette question très débattue. On lui doit aussi la distinction des trois Étruries : tyrrhénienne, campanienne et padane, définies à partir du monnayage, des données historiques et archéologiques. En donnant un caractère scientifique à ses recherches sur la civilisation étrusque, L. Lanzi corrige les excès de l’etruscheria et crée l’étruscologie moderne.

Bibliographie sélective :

25Saggio di Lingua etrusca e di altre antiche per servire alla storia de’popoli, delle lingue e delle belle arti…, trois vol., Rome, 1789 ; Notizie preliminari circa la scoltura degli antichi e i vari suoi stili, 1789 ; Dei Vasi antichi dipinti, volgarmente chiamati etruschi, s. l. n. d. (1806).

26VOIR :
U. Segre, Luigi Lanzi e le sue opere, Assise, 1904 ; B. Nogara, « L’abate Luigi Lanzi e l’opera sua negli studi etruscologici e la storia dell’arte », Dissertazioni della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, série XI, 1914, p. 1-27 ; ibid., p. 121-139 ; G. Devoto, M. Pallottino et G. Caputo, « In memoria di Luigi Lanzi », Studi Etruschi, 29, 1961, p. 17 et sq. ; D. von Bothmer, « Greek Vase-Painting : Two Hundred Years of Connoisseurship », Papers on the Amasis Painter and his World, The J. Paul Getty Museum, Malibu (Calif.), 1987, p. 185-186 ; M. Cristofani, « Le mythe étrusque en Europe entre le xvie et le xviiie siècle », Les Étrusques et l’Europe, Paris, RMN, 1992, p. 276-297; Ph. Rouet, « Aux origines de la céramologie grecque : l’étude des vases attiques avant Beazley », Histoire de l’art 29-30, 1995, p. 3-9 ; J.-P. Thuillier, Les Étrusques. La fin d’un mystère, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1992 ; D. Briquel, Les Étrusques. Peuple de la différence, Paris, Belin, 1993.

Laroche, Emmanuel (1914-1991)

27Orientaliste français. Spécialiste de la philologie et de l’histoire des civilisations de l’Anatolie ancienne. Élève de l’École normale supérieure, agrégé de grammaire, il enseigne d’abord au lycée de Chartres en 1940-1942, puis à la Faculté des lettres de Nancy jusqu’en 1946, date à laquelle il devient maître assistant à Strasbourg, où il occupera jusqu’en 1972 la chaire de linguistique générale et grammaire comparée. En 1954, il est désigné à la direction d’études à l’École pratique des hautes études pour les religions hittite et asianique dont il inaugure l’enseignement. En 1972, il est élu au Collège de France et devient membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il publie de très nombreux articles dans la Revue hittite et asianique, fondée par L. Delaporte en 1930 dont il assume la direction de 1945 à 1991. Helléniste de formation, il s’intéresse très tôt à la linguistique indo-européenne et à la grammaire comparée des différentes langues du groupe. Conscient du rôle central de l’Anatolie, de ses langues et de sa civilisation, il choisit de se consacrer à ce domaine. Avant lui, B. Hrözny avait, pendant la Première Guerre mondiale, déchiffré l’écriture cunéiforme hittite des tablettes de Bogazköy, mais en 1940 il n’existe aucun manuel d’épigraphie et presque tout reste à faire. De plus, la situation linguistique de l’Anatolie est très complexe et la première tâche d’E. Laroche est de différencier et d’analyser les dialectes. De 1956 à 1971, il met au point le Catalogue des textes hittites (suppléments en 1972 et 1975). Il se fixe aussi pour but la lecture et l’analyse des textes des différentes langues indo-européennes et non indo-européennes. Cependant, la connaissance philologique doit conduire à celle de la civilisation et de l’histoire des religions et des mentalités, et c’est le point de vue qui prévaut à l’examen des Noms des Hittites (1966). La comparaison du louvite avec le hittite et la restitution de sa filiation avec le lycien conduit E. Laroche à établir un Dictionnaire de la langue louvite (1959) et à replacer le lycien dans la famille des langues indo-européennes : c’est dans cette perspective qu’il participe à la publication de l’inscription trilingue de Xanthos. Il accomplit plusieurs missions en Turquie, en particulier à Yasilikaya pour y déchiffrer les inscriptions rupestres ; jusqu’en 1965, il assure la direction de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul. Il contribue à l’étude des textes de Ras Shamra et d’Emar et, avec J. Courtois, fouille le site de Gülnar en Turquie.

Bibliographie sélective :

28Voir la bibliographie parue dans Florilegium Analoticum, 1979 ; avec J. Nougayrol, « Le palais royal d’Ougarit », Mission de Ras Shamra VI, 1955 ; « Documents hiéroglyphiques hittites provenant du palais d’Ougarit », Ugaritica III, 1956, p. 97-160 ; contribution à C. F. A. Schaeffer, Mission de Ras Shamra VIII, Beyrouth, 1958 ; Les Hiéroglyphes hittites, 1960 Les Hittites, ourartéenne » Histoire des littératures. Encyclopédie de la Pléiade, Paris, 1965, p. 119-135 ; Langues et civilisations de l’Asie Mineure, leçons inaugurales du Collège de France, 1973-1974.

29VOIR :
D. Arnaud, Annuaire de l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1993.

Lartet, Édouard (1801-1871)

30Géologue et préhistorien français, fondateur de la paléontologie humaine à partir des restes des hommes fossiles découverts à Aurignac, qui fournit à la Préhistoire sa première chronologie, fondée sur la faune. Il fait des études de droit à Toulouse, mais suit aussi les cours d’histoire naturelle du Collège de France. Il se consacre ensuite à l’administration des terres familiales près de Castelnau-Barbarens. Le sol de ses propriétés est très riche en fossiles du Tertiaire qu’il recueille, classe et étudie. En 1836, il fait à Sansan la découverte d’une mâchoire de singe, trouvée parmi les restes fossiles de faune tertiaire, qui prouve donc la très haute antiquité de cette espèce et infirme l’une des thèses de Cuvier. Vers 1860, Lartet renforce son intérêt pour l’homme fossile et, sans doute sous l’influence de Boucher de Perthes, adopte le principe de la stratigraphie qu’il applique à l’étude de la grotte d’Aurignac, où il parvient à déterminer la chronologie des occupations et des inhumations humaines ; ses travaux apportent la preuve incontestable de la coexistence de l’homme et d’animaux éteints ; par ailleurs, reprenant le principe de la paléontologie stratigraphique, il établit un lien entre les types de faune et les couches géologiques où on les trouve, ce qui permet de dater par ces fossiles directeurs des couches géologiques non stratifiées ou de comparer les couches de sites éloignés ; à Aurignac, il distingue quatre périodes, définies par les restes de faune – l’âge du grand ours des cavernes, celui de l’éléphant et du rhinocéros, l’âge du renne et enfin celui de l’aurochs. Il fonde ainsi la première chronologie de la Préhistoire et G. de Mortillet et É. Piette, s’ils proposent d’autres fossiles directeurs de datation, ne modifient en rien le principe établi par É. Lartet qui est définitivement acquis. Il concourt à la reconnaissance officielle de la préhistoire en présentant devant l’Académie des Sciences, en sa séance du 16 septembre 1859, une communication où il plaide pour la «très haute antiquité » de l’homme. Il fouille dans la grotte de Massat (Ariège) et publie, en 1861, plusieurs gravures sur os et corne, reconnues comme les premiers témoignages d’un art préhistorique, au même titre que les matériaux découverts par Brouillet dans la grotte de Chaffaud. Après avoir ainsi révélé l’existence de l’art paléolithique, à partir de 1863, Lartet explore le premier les grands sites du Périgord, en collaboration avec le banquier anglais H. Christy, qui finance les opérations ils connaître grotte Laugerie-Basse, La Madeleine, Le Moustier, Le Pech-de-l’Azé et, sur tous ces sites, ils confirment, par les objets découverts, l’existence d’un art préhistorique. Conscient des transformations dont témoignent les outils, Lartet ne concevra cependant pas tout le parti que l’on peut en tirer pour établir une chronologie plus sûre : il reviendra à G. de Mortillet de proposer une chronologie typologique. La collaboration avec Christy est interrompue brutalement par le décès de celui-ci en 1865, mais se poursuit par leur publication commune, mise au point par R. Jones et J. Evans : Reliquiae Aquitanicae, being Contribution to Archaeology and Palaeontology of Périgord and the adjoining Provinces of Southern France (1865-1875). En accord avec sa vision européenne de la préhistoire, Lartet s’intéresse de près aux trouvailles faites en Espagne, et publie plusieurs documents issus des gravières du Manzanares, près de Madrid. En 1866, il fait partie du groupe de savants européens qui travaillent à Hallstatt, avec J. Evans, J. Lubbock, A. Franks et G. Morlot. En 1869, il est nommé professeur de paléontologie au Muséum d’histoire naturelle de Paris. É. Lartet, en conjuguant géologie et paléontologie, a fait accomplir à la Préhistoire un pas décisif en l’inscrivant dans le temps et en lui fournissant une échelle chronologique.

Bibliographie sélective :

31« Note sur les ossements fossiles des terrains tertiaires de Simore de Sansan, etc., dans le département du Gers, et sur la découverte récente d’une mâchoire de singe fossile », Compte rendu de l’Académie des sciences, IV, séance du 16 janvier 1837; « Sur l’ancienneté géologique de l’espèce humaine dans l’Europe occidentale », Compte rendu de l’Académie des sciences, L, séance du 19 mars 1860, p.599 ; « Nouvelles recherches la coexistence de l’homme fossile et des grands mammifères fossiles réputés caractéristiques de la dernière période géologique », Annales des sciences naturelles, II Zoologie, 4esérie, XV, 1861 avec E. de Verneuil, « Note sur un silex trouvé dans le diluvium des environs de Madrid », Bulletin de la Société géologique de France, 1re série, t. 20, 1862, p. 698 ; avec H. Christy, « Sur de nouvelles observations relatives à l’existence de l’homme dans le centre de la France à une époque où cette contrée était habitée par le renne et d’autres animaux qui n’y vivent pas de nos jours », Comptes rendus de l’Académie des sciences, LVIII, séance du 29 février 1864; avec H. Christy, « Sur des figures d’animaux gravées ou sculptées et autres produits d’art et d’industrie rapportables aux temps primordiaux de la période humaine », Revue archéologique, IX, 1864 ; avec H. Christy, Reliquiae Aquitanicae, being Contribution to Archaeology and Palaeontology of Périgord, 1865-1875 ; «Remarques sur la faune de Cro-Magnon, d’après les débris osseux découverts soit dans la sépulture humaine, soit dans les restes de foyers trouvés à proximité », Annales des sciences naturelles, II. Zoologie, 5e série, X, 1868.

32VOIR :
Vie et travaux d’É. Lartet, Paris, 1872 ; D. Dupuy, Notice biographique sur Édouard Lartet, Paris, É. Cartailhac, « Édouard Lartet. Une féconde découverte à Aurignac », Revue du Comminges, XXXIII, 1918; L. Méroc, « Édouard Lartet et son rôle dans l’établissement de la préhistoire », Aurignac et l’aurignacien. Centenaire des fouilles d’Édouard Lartet, Toulouse, 1963 ; G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; G. Laurent, « Édouard Lartet (1801-1871) et la paléontologie humaine », Bulletin de la Société préhistorique française, XC, 1993, p. 22-30 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Lartet, Louis (1840-1899)

33Géologue et préhistorien français. Fils d’Édouard Lartet, il suit les traces de son père et mène des activités parallèles de géologue et de préhistorien : en 1864, il fait partie de l’expédition scientifique que le duc de Luynes organise aux rivages de la mer Morte et, s’il procède à l’Exploration géologique… de la région, il fait également œuvre de préhistorien, soulignant les liens entre sciences naturelles et préhistoire ; le duc de Luynes et lui procèdent à une fouille dans les grottes du Nahr el-Kelb et découvrent des silex taillés semblables à ceux de l’âge du renne du Périgord et de l’Aquitaine, associés à des ossements d’animaux éteints. Cette découverte constitue une preuve de la Préhistoire de la Palestine, dernier bastion des défenseurs de la chronologie biblique. En 1868, il procède à la fouille méthodique de l’abri de Cro-Magnon, découvert à l’occasion de travaux menés pour l’aménagement d’une route voisine du village des Eyzies, au cours desquels l’entrepreneur met au jour un surplomb rocheux et dégage des squelettes humains accompagnés de silex taillés et d’ossements animaux ; l’observation minutieuse à laquelle il procède permet à L. Lartet de reconnaître cinq foyers superposés et séparés par couche stérile composée de marines et de dents percées. Pour la première fois, est mise au jour une déposition funéraire, composée de cinq squelettes et diverses offrandes, remontant au Paléolithique supérieur. L’examen du crâne du vieillard, désormais connu comme « l’homme de Cro-Magnon », conduit les anthropologues, P. Broca le premier, et A. de Quatrefages et E. T. Hamy à sa suite, à identifier « la race de Cro-Magnon ».

Bibliographie sélective :

34« Une sépulture des troglodytes du Périgord (crâne des Eyzies) », Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, 2e série, III, 1868 ; « Mémoire sur une sépulture des anciens troglodytes du Périgord », Annales des sciences naturelles. II. Zoologie, 5e série, X, 1868 ; Exploration géologique de la mer Morte, de la Palestine et de l’Idumée, Paris, 1878.

35VOIR :
Bulletin de la Société d’histoire naturelle de Toulouse 45, 1912, p. 87-92 ; J. Bouchud, « Remarques sur les fouilles de L. Lartet à l’abri de Cro-Magnon (Dordogne) », Bulletin de la Société d’études et de recherches préhistoriques, XV, 1965 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, Jérôme Millon éditeur, 1994 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

La Tour d’Auvergne, Théophile Mulo Corret de (1743-1800)

36Officier et érudit français. Il est à l’origine de la « celtomanie » en France. Né à Carhaix, en Bretagne, il se passionne pour l’étude de la langue celtique. Il accomplit une carrière militaire et, sous la Révolution, il participe à la conquête de la Savoie. Fait prisonnier par un corsaire anglais, il est échangé en 1797 et, pensionné par le gouvernement français, il pense pouvoir se consacrer aux études celtiques avec son ami Le Brigant, mais il prend la place dans l’armée du dernier fils de celui-ci et, après de hauts faits d’armes, il meurt à Oberhausen. Ses recherches dans le domaine celtique sont surtout d’ordre linguistique, mais il attribue les dolmens bretons aux Gaulois préromains. Il inspire la grande vogue des Celtes en France, qui se manifeste entre autres par la création, en 1804, de l’Académie celtique, qui deviendra, en 1814, la Société royale des antiquaires de France.

Bibliographie sélective :

37Origines gauloises, celles des plus anciens peuples de l’Europe, Paris, 1797.

38VOIR :
S. Reinach, Revue celtique, XIX, 1898, p. 111-116 et 292-307 ; Société nationale des Antiquaires de France. Centenaire (1804-1904), Paris, 1904 ; C. Fallu de Lessert, Contribution à l’histoire de la Société nationale des Antiquaires de France, Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, t. LXXIV, 1916 ; A. Laming-Emperaire, Les Origines de l’archéologie préhistorique en France, 1964, p.108-109 N. Belmont, Aux sources de l’ethnologie française. L’Académie celtique, Paris, 1995.

Lawrence, Thomas Edward (1888-1935)

39Officier et archéologue britannique. Il devient très célèbre sous le nom de « Lawrence d’Arabie » et connaît en Orient un destin assez semblable à celui de son amie Gertrude Bell, avec qui il contribue à porter l’émir Faysal d’Arabie sur le trône d’Iraq. Né dans une famille aisée, il fait d’excellentes études, se révèle très bon helléniste et se passionne très tôt pour le Moyen Âge, constituant une collection d’objets qui enrichiront l’Ashmolean Museum d’Oxford. En 1906, il sillonne la France à bicyclette pour visiter les châteaux forts et, la même année, s’inscrit au Jesus College d’Oxford, où il se spécialise en histoire et archéologie ; il entreprend de rédiger une thèse sur l’influence des croisades sur l’architecture militaire européenne et, pendant l’été 1909, gagne la Syrie, pour y recueillir de la documentation. Il parcourt à pied le pays et découvre avec ravissement le monde arabe. De retour à Oxford, il obtient une bourse pour poursuivre ses recherches et entre en contact avec D. Hogarth, devenu conservateur de l’Ashmolean Museum et directeur, pour le British Museum, du chantier archéologique sur le site hittite de Karkemish. T. E. Lawrence se porte candidat comme chef de travaux et repart pour la Syrie, en compagnie de L. Woolley qui est chargé de diriger le chantier. Il passe en Syrie les quatre années qui précèdent la Première Guerre mondiale, se ménageant, en 1911-1912, un stage de perfectionnement sur le chantier de W. M. Flinders Petrie à Kafr Ammar, en Égypte. Au début de 1914, il est engagé, ainsi que L. Woolley, par le Palestinian Exploration Fund pour participer au relevé archéologique et cartographique des régions frontalières entre l’Égypte et la Palestine : il ne tarde pas à se rendre compte que cette mission, dirigée par le capitaine Newcombe, est avant tout destinée à renseigner l’armée britannique sur les travaux menés par les Turcs, alliés des Allemands, pour établir le chemin de fer du Hedjaz. La mission remonte vers le nord, faisant l’inventaire des voies de communication en Palestine et en Syrie, s’arrêtant à Karkemish avant de regagner Constantinople, après avoir rédigé un rapport très précis sur le Bagdadbahn. Au début de la guerre, Lawrence et Woolley sont envoyés au Caire où est créée une nouvelle section militaire de l’Intelligence Service sous la responsabilité de D. Hogarth ; Lawrence a l’occasion alors de faire plus ample connaissance avec G. Bell qui, quelques années auparavant, avait visité le chantier de Karkemish, et qui est invitée par D. Hogarth à rejoindre le Bureau arabe du Caire. Lawrence se spécialise dans les questions arabes, intervient dans l’orientation de la politique proche-orientale de la Grande-Bretagne et favorise le projet de révolte arabe contre les Ottomans : il entre dans la légende en combattant au côté de l’émir Faysal dont les troupes s’emparent d’Akaba et entrent victorieuses dans Jérusalem et Damas. Nommé lieutenant-colonel en 1918, il est, comme G. Bell, membre de la Délégation britannique à la Conférence de la paix en 1919, puis conseiller aux Affaires arabes en 1921-1922. Il s’engage ensuite dans la RAF, mais comme simple soldat et sous un faux nom ; découvert, il est renvoyé en 1923 et enfin réintégré à la demande de l’écrivain G. B. Shaw. En 1927, il est envoyé en Inde où il sert dans des emplois de bureau et des postes éloignés : il continue à rédiger le récit et l’analyse de son expérience mais, à nouveau démasqué, il est rapatrié en Angleterre en 1929. Il est ensuite affecté dans les bases navales de la RAF comme mécanicien des hydravions. Il quitte la RAF en 1935 et aspire à une vie tranquille consacrée à la littérature, loin du harcèlement dont il est victime de la part de la presse. Il meurt le 19 mai 1935 dans un accident de moto. Archéologue prometteur, T. E. Lawrence a, en Orient, suivi d’autres voies qui le conduisent à devenir l’un des plus grands écrivains britanniques. Son itinéraire, comme celui de G. Bell, D. Hogarth ou L. Woolley, témoigne du rôle joué par les archéologues au Proche-Orient où les grandes puissances européennes se disputent les dépouilles de l’Empire ottoman ; archéologie et politique entretiennent, dans cette région du monde et à cette époque, des liens complexes, mais indéniables.

Bibliographie sélective :

40The Wilderness of Sin, 1915 ; Seven Pillars of Wisdom, 1935; D. Garnett éd., The Letters of T. E. Lawrence, 1938, rééd. Londres, 1964 ; Les Textes essentiels de T. E. Lawrence, Paris, 1965 ; A. et R. Guillaume éd., Les Sept Piliers de la sagesse, Paris, La Pochothèque, 1995.

41VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill,
Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Wilson, Lawrence of Arabia, the authorised Biography of T. E. Lawrence, Londres, 1989 ; H. Laurens, Lawrence en Arabie, Paris, « Découvertes », Gallimard, 1992 ; A. Guillaume, Lawrence d’Arabie, Paris, Fayard, 2000.

Layard, Austen Henry (1817-1894)

42Archéologue et homme politique britannique, « inventeur » de Ninive. Comme son compatriote C. J. Rich, A. H. Layard a des liens avec la France : il naît en effet à Paris et passe une partie de son enfance à Moulins ; il réside ensuite quelques années en Suisse et en Italie, avant d’être envoyé dans une école en Angleterre, sur les instances de son oncle Benjamin Austen, qui, étant donné sa situation sociale, exerce sur la famille une autorité indiscutée. Le jeune homme sera mis en apprentissage au cabinet de juriste de cet oncle, dont il adjoindra le nom au sien. Cependant, Henry n’est pas fait pour le travail de bureau et s’ennuie ; de plus, il rencontre les personnalités marquantes de la société londonnienne dans le salon que Sarah Austen tient à cette époque ; il fait en particulier la connaissance de B. Disraeli qui, par les lettres qu’il a écrites au cours des années qu’il a passées en Orient, lui fait découvrir un monde qui l’attire. C. Fellows, explorateur de la Lycie et «inventeur » de Xanthos, fréquente également le salon et inspire au jeune homme son goût pour l’archéologie. Quand l’occasion se présente de quitter Londres pour devenir juriste à Ceylan, Henry n’hésite pas un instant et part en compagnie d’un ami pour gagner leur destination à cheval, en traversant le Proche et le Moyen-Orient, en particulier la Perse. Après avoir parcouru la Palestine, la Transjordanie et la Syrie, Layard gagne Mossoul où il rencontre C. Texier, de retour d’un voyage en Perse, où il a exécuté de très nombreux relevés et dessins de monuments. H. Layard visite la Mésopotamie et gagne Bagdad où il prépare son voyage en Perse ; il passe plusieurs mois dans la région la plus inaccessible, dans les montagnes du Sud-Ouest, tenues par la tribu des farouches Bakhtyaris, et visite le site de Suse où son compatriote K. Loftus ouvrira les premiers sondages. Il rencontre E. Flandin et P. Coste qui accomplissent une mission de relevés des monuments pour le gouvernement français. Sur le chemin de Constantinople, il fait à nouveau halte à Mossoul, où il fait la connaissance du consul français P. É. Botta : celui-ci a entrepris l’exploration de Quyundjiq mais, découragé par le peu de résultats, il se déplace à Khorsabad et y découvre le palais de Sargon. Layard, quant à lui, reste convaincu que Quyundjiq renferme des ruines importantes. Dans l’immédiat, il rejoint Constantinople et révèle à sir Stratford Canning, ambassadeur de Grande-Bretagne, la richesse des renseignements qu’il peut fournir sur le territoire des Bakthyaris, encore totalement fermé aux Européens et à leur commerce. À cette époque, l’Angleterre s’apprête à jouer un rôle de conciliateur entre la Turquie et la Perse pour la délimitation des frontières, et Layard est chargé d’une mission officieuse au cours de laquelle il doit concourir à élaborer un projet d’accord entre les deux pays. En relation épistolaire avec Botta, il rend compte des découvertes du consul français dans la presse européenne. En 1845, enfin attaché au service de l’ambassade britannique, Layard obtient de sir Stratford Canning son soutien juridique financier pour des fouilles à Mossoul que cette initiative soit prise, le consul britannique sur place, C. Rassam, était intervenu auprès des Trustees du British Museum pour qu’à l’exemple des Français, le gouvernement anglais prît l’initiative de fouilles en Mésopotamie, mais cette démarche avait été vaine. Quand Layard arrive à Mossoul, P. É. Botta a mis fin à ses travaux et le consulat français est vacant : Layard a donc la voie parfaitement libre pour explorer et fouiller les environs, d’abord avec ses propres fonds puis des crédits accordés par Stratford Canning. De 1845 à 1847, il entreprend des fouilles à Nimrud, puis à Quyundjiq où il découvre le palais de Sennachérib, dégage des milliers de tablettes cunéiformes et d’innombrables sculptures ; l’identification de Quyundjiq avec Ninive était ainsi confirmée. Pendant toute cette période, la course aux sites et aux antiquités fait rage entre Layard et les représentants français, Rouet et Guillois. De retour en Europe en 1847, il s’arrête à Paris où Botta et les savants français l’accueillent avec enthousiasme et où il est invité à présenter ses travaux devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres. En 1849, il retourne à Mossoul avec quelques crédits alloués par le British Museum et reprend les fouilles à Quyundjiq et sur le site même de Khorsabad, où les travaux français ont été interrompus ; entre octobre 1850 et février 1851, il conduit des travaux en Mésopotamie du sud, au moment même où la France envoie F. Fresnel, J. Oppert et F. Thomas pour réaliser l’expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie. Quand il quitte Mossoul en avril 1851, Layard laisse la direction des chantiers à C. Rassam, vice-consul d’Angleterre, alors que H. C. Rawlinson est investi, par les Trustees du British Museum, de la responsabilité de coordonner toute l’activité archéologique en Mésopotamie. La concurrence entre les représentants de la France et de la Grande-Bretagne s’intensifie alors, surtout à partir de 1852, quand intervient Hormuzd Rassam, frère du vice-consul, qui s’oppose par tous les moyens aux entreprises de V. Place, nouveau consul de France. À Londres, Layard est accueilli avec enthousiasme et ses publications, conçues pour être accessibles au plus large public, rencontrent un succès prodigieux. Le British Museum connaît des records d’affluence et les visiteurs se pressent dans les salles assyriennes. Cependant, Layard, cédant le terrain à Rawlinson, préfère renoncer définitivement à l’archéologie et s’engager dans la vie politique. Il accomplit une brillante carrière : deux fois ministre des Affaires étrangères, il est nommé ambassadeur à Madrid en 1869 et à Constantinople en 1877. À la fin de sa vie, il se retire à Venise où il rédige le récit de ses premières aventures en Perse. Célèbre et honoré en Grande-Bretagne, il reçoit le titre de doctor honoris causa de l’Université d’Oxford à trente et un ans et est anobli. Layard, au même titre que Botta, inaugure l’archéologie de terrain en Mésopotamie et ressuscite les Assyriens, déterminant la première étape d’une longue quête qui permettra de remonter jusqu’à la Préhistoire du Proche-Orient.

Bibliographie sélective :

43Nineveh and its Remains, deux vol., Londres, 1849 Discoveries in Nineveh and Babylon, Londres, 1853 ; Early Adventures in Persia, Susiana and Babylonia, Londres, 1887.

44VOIR :
W. N. Bruce et A. Otway, éds.,
Sir A. Henry Layard : autobiography and letters, deux vol., Londres, 1903 ; A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946 ; G. Waterfield, Layard of Nineveh, Londres, 1963 ; A. C. Brackman, The Luck of Nineveh, Londres, 1980 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust, Londres, 1980 ; F. M. Fales et B. J. Hickey (éd.), Austen Henry Layard tra l’Oriente e Venezia, symposium international, Venise 26-28 octobre 1983, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1987 ; I. Jenkins, Archaeologists and Aesthetes in the Sculpture Galleries of the British Museum. 1800-1939, Londres, British Museum Press, 1992 ; M. T. Larsen, The Conquest of Assyria, Londres et New York, Routledge, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Le Bas, Philippe (1794-1860)

45Historien et épigraphiste français. Fils de Philippe Le Bas, conventionnel ami de Robespierre. Après des débuts dans la Marine, puis dans la Garde impériale, il devient, en 1820, le précepteur en Italie des enfants de la reine Hortense et en particulier de Louis-Napoléon Bonaparte. À Rome, il fréquente les archéologues italiens et allemands. De retour à Paris en 1827, il suit les cours de l’helléniste Boissonnade. Agrégé en 1829, il est d’abord professeur au lycée Saint-Louis puis devient, en 1830, maître de conférence d’histoire à l’École normale supérieure, où il assure ensuite une conférence de langue et littérature grecques et fait naître une véritable école d’épigraphie. Alors qu’il concourt à fonder l’épigraphie grecque et son enseignement, il conçoit le projet d’un corpus des inscriptions latines dont l’idée lui est venue en fréquentant les grands épigraphistes italiens, Borghesi, Cardinali, Bondi et les archéologues allemands de la société des Hyperboréens romains, Gerhard et Panofka. L’initiative française, pourtant relancée en 1843 par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, n’aboutit pas, et c’est à A. Boeck et à Th. Mommsen que reviendra le mérite de créer les Corpus des inscriptions grecques et latines. P. Le Bas interprète et commente les inscriptions recueillies par la Commission de Morée, ainsi que quelques inscriptions latines trouvées par l’armée d’Afrique. Il contribue à l’essor de l’activité archéologique française en Grèce par la mission qu’il accomplit en 1842-1844 : titulaire d’une mission du ministère de l’Instruction publique et accompagné du dessinateur E. Landron, il se rend à Athènes, parcourt le Péloponnèse, gagne la Carie, les îles et la Phrygie qu’il est le premier archéologue à explorer. Il recueille plus de cinq mille inscriptions dont il publie une partie dans le compte rendu de sa mission. Élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1838, il devient, en 1846, conservateur administrateur de la bibliothèque de l’Université de Paris. P. Le Bas, par son enseignement à l’École normale supérieure et sa mission épigraphique en Grèce et en Asie Mineure, donne une impulsion décisive à la science épigraphique française.

Bibliographie sélective :

46Dissertation sur l’utilité que l’on peut retirer de l’épigraphie pour l’intelligence des auteurs anciens, thèse, Paris, s.d. (1829) ; Inscriptions grecques et latines, recueillies en Grèce par la Commission de Morée et expliquées par Ph. Le Bas, deux vol., Paris, 1835-1839 ; Antiquités grecques et romaines, 1836 ; Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure fait… pendant les années 1843 et 1844 et publié par Ph. Le Bas et W. Waddington, 1 Itinéraire, 2 Inscriptions grecques et latines, quatre vol., 3 Monuments d’antiquité figurée, 4 Architecture, Paris, 1847-1854 ; La Jeunesse de Napoléon III. Correspondance inédite de son précepteur Ph. Le Bas, Paris, s.d.

47VOIR :
Correspondance de Ph. Le Bas pendant son voyage archéologique en Grèce, Paris, 1898 ; S. Reinach, rééd. du Voyage en Grèce et en Asie Mineure…, Paris, 1888.

Le Chevalier, Jean-Baptiste (1752-1836)

48Voyageur et archéologue français. Destiné à l’état ecclésiastique, il fait ses études au collège Saint-Louis de Paris, mais n’entre pas dans les ordres et enseigne dans plusieurs collèges à Paris. En 1784, il devient secrétaire particulier du comte de Choiseul-Gouffier qui constitue un cercle de savants et d’érudits dans la perspective de son ambassade à Constantinople. Il accompagne le diplomate dans une exploration de la Troade, puis renouvelle le voyage les deux années suivantes et, accompagné du dessinateur L.-F. Cassas et de l’ingénieur F. Kauffer, il établit une carte de la Troade homérique et affirme avoir retrouvé le site de Troie sur la colline de Bali-Dag, au-dessus du village de Bounarbaschi. Il contribue aux travaux du comte de Choiseul-Gouffier jusqu’en 1786, mais ils se brouillent car l’ambassadeur français refuse que son secrétaire publie ses travaux en Troade. Le Chevalier quitte donc Constantinople, et est envoyé à Jassi auprès du hospodar de Moldavie avec mission d’observer l’armée russe qui opère sur le Bas-Danube. De retour à Paris en 1788, il quitte la France au moment de la Révolution, gagne l’Allemagne où il est admis comme membre de l’Académie de Göttingen. Il visite ensuite la Suède, le Danemark, la Russie, la Hollande. Il se rend en Écosse et présente sa carte de la Troade devant la Royal Society of Edinburgh, qui diffuse ses résultats. L’intérêt du monde savant est immédiat et les avis se partagent entre partisans et contradicteurs de la thèse Bounarbaschi/Troie. Cependant, F. Kauffer continue à parcourir la Troade où il fait une dernière mission en 1793, prospectant dans la région d’Hissarlik et publiant une carte où le site figure, entouré de ses remparts (« Plan d’Ilium Recens et de ses environs, levé en 1793 par F. Kauffer », publié dans le Voyage pittoresque de la Grèce, du comte de Choiseul-Gouffier). Le Chevalier passe enfin en Angleterre, où il est généreusement accueilli dans la famille de sir Francis Burdett et rentre en France en 1797. Il en repart aussitôt et jusqu’en 1805 voyage en Espagne et en Italie. De retour en France, il devient conservateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève.

Bibliographie sélective :

49Description of the Plain of Troy, trad. et éd. A. Dalzel, Edinbourg, 1791 ; « Tableau de la plaine de Troie : accompagné d’une carte levée géométriquement en 1785 et 1786 », Transactions of the Royal Society of Edinburgh, vol. III, part II, Papers of the Literary Class, 1794, p. 3-92 ; Voyage dans la Troade, ou tableau de la plaine de Troie dans son état actuel, Paris, 1799 ; Voyage dans la Troade contenant la description de la plaine de Troie, Paris, 1800 ; Voyage de la Propontide et du Pont-Euxin, avec la carte générale de ces deux mers…, Paris, deux vol. 1801 ; Recueil des cartes, plans, vues et médailles pour servir au voyage de la Troade, Paris, 1802 ; 3e éd., revue, corrigée et considérablement augmentée, trois vol., Paris, 1802.

50VOIR :
L.J., Nouvelle Biographie générale, dir. Dr. Hoefer, t. 29, 1859, p. 190-191 C. Schuchhardt, Schliemann’s Excavations : An Archaeological and Historical Study, Londres, 1891 ; D. E. « Troy before Schliemann », Studia Troica I, 1991, p. 111-129 ; S. Heuck Finding the Walls of Troy. Franck Calvert and Heinrich Schleimann at Hisarlik, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 1999 ; O. Polychronopoulou, Archéologues sur les pas d’Homère. La naissance de la protohistoire égéenne, Paris, Noêsis, 1999.

Legrain, Georges (1865-1917)

51Égyptologue français. Muni du seul certificat d’études primaires, il entre, en 1883, à l’École des beaux-arts et fréquente l’École du Louvre, où il suit les cours de L. Heuzey et d’E. Pottier, et ceux de P. Pierret et E. Revillout en égyptologie. Élève de G. Maspero à l’École pratique des hautes études et au Collège de France, il rejoint, en 1892, la Mission archéologique française au Caire. Jacques de Morgan, alors directeur du Service des antiquités, le nomme inspecteur dessinateur et lui confie, en 1895, la direction des travaux de Karnak, qui retiendra la plus grande part de son activité jusqu’en 1917. Tout au long de cette période, il réalise une documentation photographique exceptionnelle et réunit une collection de clichés pris par d’autres photographes parfois trente ans que lui-même commence à travailler sur le site ; ces archives comprenant plus de mille tirages sont conservées au Centre franco-égyptien d’études des temples de Karnak (CNRS) en Égypte. G. Legrain accompagne J. de Morgan à l’oasis de Kharga et au Sinaï en 1896, et poursuit ces recherches préhistoriques en 1907 dans la région comprise entre Le Caire et Suez. Inspecteur en chef à Louksor, il travaille sur le temple pendant la Première Guerre mondiale. Sa grande œuvre fut l’exploration et la restauration de Karnak : il reste le modèle de l’architecte archéologue et ses travaux inspirent encore aujourd’hui ses successeurs en Égypte.

Bibliographie sélective :

52Avec J. de Morgan et al., Catalogue des monuments et inscriptions de l’Égypte antique, trois vol., 1894-1909 ; avec J. de Morgan, Fouilles à Dachour, deux vol., 1895-1903 ; Le Temple de Karnak. Fragment du dernier ouvrage de Georges Legrain, éd. J. Capart, 1929.

53VOIR :
A. Moret : Revue archéologique, 1917, p. 309-311 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; G. Réveillac, « L’Égypte des pharaons sous l’œil des premiers photographes », Archéologia, n° 325, juillet-août 1996.

Legrand d’Aussy, Pierre Jean Baptiste (1737-1800)

54Jésuite et érudit français. Tout d’abord professeur de rhétorique à Caen, il est, après la suppression de la Compagnie, nommé secrétaire de la direction des études à l’École militaire à Paris. En 1788-1789, il parcourt l’Auvergne et y mène une enquête de naturaliste. En 1793, il devient conservateur des manuscrits français à la Bibliothèque nationale. Il se livre à des recherches sur l’histoire de la poésie française et devient membre de l’Institut en 1795, dans la classe des sciences morales et politiques qui lui demande un rapport sur Les Anciennes Sépultures nationales (Paris, 1799) : il fait preuve d’un intérêt tout à fait inédit pour les vestiges de la Préhistoire, en particulier pour les mégalithes, qu’il rattache aux plus lointaines origines de la nation. Conscient de l’importance de ce patrimoine, il réclame officiellement des mesures de protection, propose l’organisation de la sauvegarde du patrimoine et des fouilles, devançant très largement les historiens de 1830 dans ce domaine. Il est le premier à procéder à une classification chronologique des vestiges archéologiques en France et à montrer l’intérêt de fouilles systématiques sous le contrôle de l’État. Dans ce rapport, il suggère l’envoi dans les départements, d’un formulaire questionnaire sur l’état des monuments ; cette initiative d’inventaire du patrimoine architectural et historique sera reprise par le comte A. de Laborde en 1810 et aboutit en 1819 à la constitution de la Commission des antiquités de la France, au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. P. Legrand d’Aussy manifeste le souci du patrimoine national qui se fait jour à son époque.

Bibliographie sélective :

55Fabliaux ou contes des xiie et xiiie siècles, traduits ou extraits d’après les manuscrits, Paris, 1779 ; Voyage dans la Haute- et Basse-Auvergne, Paris, 1788 ; Mémoire sur les anciennes sépultures nationales… et sur un projet de fouilles à faire dans nos départements, Mémoires de l’Institut de France, 1799, rééd. M. de Roquefort, 1824.

56VOIR :
P. C. Lévesque, « Notice historique sur Legrand d’Aussy », Mémoires de l’Institut national des sciences et arts. Sciences morales et politiques, t. IV, Paris, vendémiaire an XI (1803), p. 84-111 ; A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, 1964 ; A. Chastel, « La notion de patrimoine », dans P. Nora dir., Les Lieux de mémoire, II. La Nation, vol. 2, Paris, Gallimard, 1986.

Le Lasseur, Denise (1889-1945)

57Orientaliste française. Diplômée de l’École du Louvre, elle s’initie au turc et à l’arabe en suivant les cours de l’École des langues orientales vivantes. Elle est aussi l’élève de C. Clermont-Ganneau à l’École pratique des hautes études et au Collège de France. Elle fait partie des premiers « missionnaires » envoyés en Syrie, après la Première Guerre mondiale, et accomplit deux campagnes à Tyr, en 1921-1922.

Bibliographie sélective :

58Les Déesses armées dans l’art classique grec et leurs origines orientales, Paris, 1919 ; « Mission archéologique à Tyr, 1921 », Syria, 3, 1922, p. 1 et sq., p. 116 et sq.

59VOIR :
G. Contenau, Manuel d’archéologie orientale…, quatre vol., Paris, 1927-1947 ; R. Dussaud, Syria 1944-1945, p. 289-290.

Lenoir, Marie Alexandre (1761-1839)

60Archéologue et égyptologue français. Après des études au collège des Quatre-Nations, il suit les leçons de Doyen, peintre du roi, et se lie avec de nombreux artistes. En 1790, il conçoit le projet de soustraire à la vente des domaines nationaux tous les objets d’art qui pouvaient s’y trouver et obtient de l’Assemblée nationale l’autorisation de réunir les objets dignes d’être conservés par la nation. Une commission des monuments est constituée, et le couvent des Augustins est assigné comme dépôt pour les objets ; Lenoir sauve ainsi plus de cinq cents monuments précieux. Le 12 vendémiaire an III, il ouvre le Musée des monuments français, dont il dresse le catalogue. En 1815, la Restauration ordonne la fermeture et affecte le local à l’École des beaux-arts. Membre de l’Académie celtique, il publie aussi plusieurs études d’égyptologie.

Bibliographie sélective :

61Notice historique des monuments des arts réunis au Dépôt national, rue des Petits-Augustins, Paris, 1793 ; Musée des monuments français, Paris, huit vol., 1804 ; Nouvelle Explication des hiéroglyphes, quatre vol., 1809-1810 ; Antiquités égyptiennes apportées à Paris par M. Passalacqua, 1821 ; Essai sur le Zodiaque de Dendereh, 1822 ; Nouveaux Essais sur les hiéroglyphes, 1826 ; Examen des nouvelles salles du Louvre contenant les antiquités égyptiennes, 1833.

62VOIR :
L. Courajod, Alexandre Lenoir, son journal et le Musée des monuments français, trois vol., Paris, 1878-1887 ; C. Jullian, Notes sur l’histoire en France au xixe siècle, 1897, 1979 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; Histoire du Musée des monuments français. La logique de l’inaltérable, Paris, s. d. ; D. Poulot, « Alexandre Lenoir et les musées des Monuments français », dans P. Nora dir., Les Lieux de Mémoire, II. La Nation, Paris, Gallimard, 1986.

Lenormant, Charles (1802-1859)

63Archéologue français. Il fait ses études secondaires aux lycées Charlemagne et Napoléon et manifeste très tôt son goût pour les arts. En 1824-1825, il entreprend un voyage en Italie et en Sicile, avec son ami Durand, qui constituera l’une des plus belles collections d’objets antiques du xixe siècle ; il séjourne à Naples où il rencontre madame Récamier, dont il épouse la nièce et dont il fréquente assidûment le salon. Il est nommé inspecteur des Beaux-Arts en 1825 et parfait sa connaissance de l’art européen en visitant les musées de Belgique et de Hollande. En 1828, il demande à accompagner J.-F. Champollion en Égypte, mais se montre plus artiste qu’archéologue, et plus archéologue qu’égyptologue, et ne manifeste pas la même passion pour l’antiquité égyptienne que le chef de l’expédition ; c’est en Égypte cependant que naît son goût pour la mythologie. Pressé de rentrer, il gagne Alexandrie seul et y apprend qu’il a été nommé directeur adjoint à la section d’archéologie de la mission scientifique de Morée. Il débarque à Navarin le 29 mars 1829 mais revient en France en juillet avec l’intention de retourner en Grèce pour rejoindre les membres de l’expédition ; toutefois, ne comptant plus d’amis dans le nouveau ministère, il renonce à demander la prorogation de sa mission. Après la Révolution de juillet 1830, F. Guizot, ministre de l’Intérieur, lui confie la section des Beaux-Arts, mais C. Lenormant quitte ce poste au départ de Guizot et entre au service des bibliothèques, qui lui offre une carrière beaucoup moins soumise à la politique. Il est tout d’abord conservateur à la bibliothèque de l’Arsenal, puis, en 1832, entre à la Bibliothèque royale comme conservateur adjoint au Cabinet des Médailles. De 1835 à 1845, il supplée Guizot à la Sorbonne, dans la chaire d’histoire moderne. Son activité scientifique est intense et, dès 1829, il confie de nombreux articles aux Annales de l’Institut de correspondance archéologique qui vient d’être créé à Rome et dont il est l’un des membres les plus actifs. Il est en étroite relation avec de nombreux savants européens : T. Panofka, O. Müller ou E. Gerhard qu’il rencontre à Paris, en Allemagne ou en Italie. Le baron Jean de Witte se met à son école et ils mèneront de concert l’étude des vases peints, se rendant ensemble pour des voyages d’étude, en Angleterre et en Toscane. En 1841, il est nommé conservateur du Cabinet des Antiques et reçoit de F. Guizot, devenu ministre des Affaires étrangères, une mission diplomatique en Grèce, où il se rend en compagnie de J.-J. Ampère, P. Mérimée et J. de Witte des de le point sur le « parti français » et la rivalité franco-britannique ; cependant, le goût des antiquités l’emporte et il se porte en Asie, séjournant à Smyrne. Devenu titulaire de la chaire d’histoire moderne à la Sorbonne, il se convertit au christianisme militant et, en 1848, est chassé de la Sorbonne par les étudiants qui entendaient venger ainsi la suspension d’E. Quinet au Collège de France. Rédacteur en chef du Correspondant, il lutte pour la liberté d’enseignement. En 1849, il succède à J. A. Letronne dans la chaire de J.-F. Champollion au Collège de France. Conservateur du Cabinet des Médailles, il cultive la numismatique, dont il est, avec le duc de Luynes, l’un des premiers restaurateurs en France ; ses « Considérations générales sur les monnaies de la Gaule » constituent le point de départ des idées qui ont prévalu par la suite. Membre de l’Institut de correspondance archéologique de Rome depuis sa fondation en 1829, il publie en collaboration avec J. de Witte l’Élite des monuments céramographiques, où, à partir des éléments fournis par les découvertes de Vulci et le travail magistral d’E. Gerhard, ils tentent de dégager les principes de la céramologie. Ami de P. Mérimée, il appartient à la Commission des monuments historiques, au sein de laquelle il est très actif, et qu’il présidera sous le Second Empire, après en avoir été écarté par la Révolution de 1848. Il accorde beaucoup de soin à l’éducation de son fils, qu’il assure lui-même, l’initiant à l’art par la visite des musées européens et par les voyages. C’est alors qu’il a entrepris de révéler la Grèce à son fils qu’il trouve la mort à Athènes où il repose près de K. O. Müller. Il a été élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1839. C. Lenormant participe du grand mouvement d’essor des études d’érudition qui s’affirme en France vers 1840, et avec J. de Witte, est l’un des fondateurs de l’étude des vases grecs.

Bibliographie sélective :

64« Étude sur les vases grecs », Revue française, 1827; Les Artistes contemporains, deux vol., 1833 ; Trésor de numismatique et de glyptique, 1834-1850 ; avec N. L’Hôte, Musée des antiquités égyptiennes, 1835-1842 ; Introduction à l’histoire orientale, 1838 ; « Considérations générales sur les monnaies de la Gaule », Revue de numismatique, 1838 ; avec J. de Witte, Élite des monuments céramographiques : matériaux pour l’intelligence des religions et des mœurs de l’Antiquité, quatre vol., 1837-1861 ; Introduction à l’étude des vases peints, 1846 ; son journal de voyage en Égypte est publié dans le volume Beaux-Arts et Voyages, 1861, p. 60-209.

65VOIR :
J. de Witte, Notice sur Charles Lenormant, Bruxelles, 1862, avec bibliographie ; H. Wallon, « Notice sur la vie et les travaux de M. Charles Lenormant », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1878, p. 47-119 ; comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France 25 octobre 1795 – 25 octobre 1895, Paris, 1895 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; F. Bercé, Les Premiers Travaux de la commission des monuments historiques 1837-1848, Paris, Éditions A. et J. Picard, 1979.

Lenormant, François (1837-1883)

66Archéologue français, helléniste et orientaliste. Fils de Charles Lenormant. Il fait toutes ses études sous la direction de son père, et bénéficie d’une très grande liberté sa formation très éclectique explique sans doute la diversité de ses intérêts. Il est initié à l’archéologie figurée par son père conservateur du Cabinet des Médailles et se révèle un véritable prodige de précocité : à vingt ans, il reçoit un prix de l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour un Mémoire sur la classification des monnaies des Lagides. En 1857, il établit le Catalogue de la collection du baron Behr et entre dans la carrière des sciences de l’Antiquité par la numismatique. Devenu professeur d’archéologie à la Bibliothèque nationale en 1874, il poursuivra dans cette voie et, pendant deux années consécutives (1875-1877), consacrera son cours au Cabinet des Médailles aux monnaies antiques. Il élabore sur ce sujet un ouvrage capital mais resté inachevé, dont seuls trois volumes paraissent en 1878 et 1879. L’année qui suit la mort de son père, il retourne en Grèce avec sa mère, commence des fouilles à Éleusis, et pousse jusqu’au Liban qu’il quitte lorsque le corps expéditionnaire français débarque pour faire cesser les massacres de chrétiens. En 1862, devenu sous-bibliothécaire de l’Institut de France, il publie ses Recherches archéologiques à Éleusis, exécutées dans le cours de l’année 1860, lesquelles comprennent le recueil des inscriptions déjà connues et celles découvertes par lui, puis en 1864, paraît le premier tome de la Monographie de la voie sacrée éleusinienne, de ses monuments et de ses souvenirs, mais le second volume consacré à la description de la voie reste inachevé ; jusqu’en 1866, il retourne périodiquement en Grèce, pour participer aux fouilles grecques à Éleusis. Toutefois, attiré par l’Orient, il se penche sur l’alphabet phénicien et rédige un Manuel d’histoire ancienne de l’Orient (1869). Il s’applique à la vulgarisation des connaissances acquises sur la Mésopotamie et s’attache au déchiffrement et à l’interprétation des textes cunéiformes ; il consacre deux années de son cours au panthéon chaldéo-assyrien (1879-1881) et sa production sur ces sujets est d’une prolixité étonnante. Ces études orientales constituent la part la plus contestable de son œuvre et, à la fin de sa vie, il revient à l’Antiquité classique et se tourne vers la Grande-Grèce : en 1879, il accomplit un voyage au sud de Naples ; encouragé et soutenu par G. Fiorelli, il y retourne en 1881 et 1882 ; les cinq volumes nés de cette exploration comportent trois études importantes : sur Vélia, son histoire et ses philosophes ; sur Paestum ; enfin, sur les fouilles de M. La Cava à Métaponte. Par ces ouvrages, F. Lenormant attire l’attention des savants européens sur l’Italie méridionale dont P. Orsi révèle la richesse archéologique, et il introduit les méthodes scientifiques d’exploration et d’étude d’un territoire. C’est lors de ce voyage en Calabre qu’il subit un grave accident dont il mourra. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1881.

Bibliographie sélective :

67Essai sur la classification des monnaies des Lagides, 1856 ; Recherches archéologiques à Éleusis, 1862 ; Essai sur l’organisation de la monnaie dans l’Antiquité, 1863 ; Monographie de la voie sacrée éleusinienne, 1864 ; La Grèce et les îles ioniennes, 1865 ; Chefs d’œuvre de l’art antique. Monuments de la peinture et de la sculpture, deux 1867-1868 ; Manuel d’histoire ancienne de l’Orient, 1869 ; Collection d’antiquités grecques d’E. Piot, Paris, 1870 ; Lettres assyriologiques et épigraphiques, quatre vol., 1871-1872 ; Sur la propagation de l’alphabet phénicien dans l’ancien monde, 1872-1875 ; Choix de textes cunéiformes inédits, 1873-1875 ; Les Premières Civilisations, deux vol., 1874 ; Les Antiquités de la Troade et l’histoire primitive des contrées grecques, 1876 ; La Monnaie dans l’Antiquité, leçons professées dans la chaire d’archéologie près la Bibliothèque nationale en 1875-1877, Paris, 1878 et 1879 ; La Grande-Grèce, paysages et histoire, trois vol., Paris, 1881-1884 ; Histoire ancienne de l’Orient, sept vol., 1881-1889 ; À travers l’Apulie et la Lucanie, deux vol., 1883.

68VOIR :
J. de Witte, « Notice sur François Lenormant », Annuaire de l’Académie royale de Belgique, O. Rayet, « François Lenormant » Journal des débats, 9 1884, dans Études d’archéologie et d’art, Paris, 1888, XXI, p. 405-424 ; comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France 25 octobre 1795 – 25 octobre 1895, Paris, 1895 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; C. Belli, « F. Lenormant, archeologo aventuroso », Atti del XIII Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Tarente, 1974 ; O. Masson, « François Lenormant, un érudit déconcertant », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1992, p. 50-52.

Lepsius, Karl Richard (1810-1884)

69Égyptologue allemand, fondateur de l’égyptologie dans les pays germaniques, souvent considéré comme l’héritier spirituel de Champollion. Formé aux universités de Leipzig et Göttingen, il suit des cours de sanscrit et bénéficie des cours d’archéologie et d’antiquités grecques de K. O. Müller. À Berlin, il reçoit l’enseignement d’A. Boeckh et de F. Bopp, et procède à la critique de la méthode philologique. En 1833, il soutient sa thèse sur les Tables eugubines (De eugubinis tabulis) et, sur les conseils d’E. Gerhard, il se rend à Paris pour travailler auprès du duc de Luynes, directeur adjoint des Antiquités grecques et égyptiennes du Louvre. Il séjourne dans la capitale française de 1833 à 1836 et suit les cours de J. A. Letronne sur l’histoire de l’Égypte. Ce sont C. von Bunsen et A. von Humboldt qui le poussent à se consacrer à l’égyptologie. Sa « Lettre à M. le Professeur I. Rosellini sur l’alphabet hiéroglyphique » marque un tournant décisif puisque Lepsius y démontre une fois pour toutes la validité du système de Champollion et parachève le déchiffrement des hiéroglyphes. Il visite systématiquement toutes les collections égyptiennes en France, en Grande-Bretagne, en Hollande et en Italie. En 1840, Frédéric Guillaume IV qui a accédé au trône de Prusse, aspire à ce que son royaume participe aux recherches que la France et la Grande-Bretagne mènent brillamment en Égypte ; l’idée mûrit d’organiser une expédition officielle et Bunsen et Humboldt suggèrent de mettre Lepsius à sa tête. De 1842 à 1845, il explore les sites d’Égypte et de Nubie avec pour mission, non seulement l’étude scientifique des monuments de la vallée du Nil et de la péninsule du Sinaï, mais aussi la constitution de collections d’antiquités. Il est accompagné de dessinateurs professionnels et procède au repérage des monuments et au recueil d’objets ; il passe six mois à Memphis et sept à Thèbes ; à Gizeh, il dégage et numérote plusieurs tombes privées, pénètre dans la pyramide de Chéops et exécute des cartes et des plans du site. Au cours de ses travaux sur le site du Labyrinthe du Fayoum, il introduit une méthode de fouille tout à fait nouvelle : il procède à une coupe stratigraphique et précède les archéologues qui, en Grèce et au Proche-Orient, généraliseront cette technique beaucoup plus tard. Il atteint Khartoum, se rend au Sinaï et en Palestine. Il rapporte à Berlin une collection de 15000 objets, est nommé en 1846 professeur ordinaire d’égyptologie à l’Université de Berlin, et est élu membre de l’Académie en 1850. À la mort de Passalacqua en 1865, il lui succède au poste de conservateur des antiquités égyptiennes du Musée de Berlin. Son expédition, organisée et financée par l’État prussien, s’avère très fructueuse sur le plan scientifique et politique et fournira un modèle pour d’autres entreprises officielles du même type. Il retourne en Égypte en 1866, dans le cadre d’une nouvelle expédition, conduite dans la région de Suez et à l’est du Delta, au cours de laquelle il découvre, à Tanis, le décret de Canope, dit « la deuxième pierre de Rosette », texte bilingue qui finit de démontrer la validité des conclusions de Champollion. Les résultats de sa première expédition sont publiés dans les douze volumes de planches parus de son vivant auxquels s’ajouteront les cinq volumes de texte mis au point par É. Naville, K. Sethe et L. Borchardt. Cet ensemble était à son époque le plus complet et le plus soigné jamais publié sur les antiquités égyptiennes.

Bibliographie sélective :

70« Lettre à M. le Professeur I. Rosellini sur l’alphabet hiéroglyphique », Annali dell’Instituto di Corrispondenza Archeologica Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien, douze vol., 1849-1859 et cinq vol. de texte, édités par É. Naville et alii ; Die Chronologie der Aegypter, 1849 ; Königsbuch der alten Aegypter, 1858 ; Königliche Museen. Abteilung der Aegyptischen Alterthümer und Gypsabgüsse von R. Lepsius, 1871.

71VOIR :
G. M. Ebers, Richard Lepsius. Ein Lebensbild, Leizig, 1885 (Richard Lepsius, a biography, New York, 1887) ; E. Curtius, « Richard Lepsius », Unter drei Kaisern, Berlin, 1889 ; B. Lepsius, Das Haus Lepsius, Berlin, 1933 ; E. Freier et S. Grunert, Eine Reise durch Ägypten. Nach den Zeichnungender Lepsius Expedition in den Jahren 1842-1845, Berlin, 1984 ; J. Leclant, « Champollion, Bunsen, Lepsius », dans E. Freier et W. F. Reineke éd., K. R. Lepsius (1810-1884). Akten der Tagung anlässlich seines 100. Todestages, Berlin, 1988 ; W. R. Dawson et E.P. Uphill, Who was Who in Egyptology, P. The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; S. Marchand, Down from Olympus. Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, 1996 ; P. Der Maneulian, « La découverte de la nécropole de Giza », L’Art égyptien au temps des pyramides, catalogue de l’exposition de Paris, 6 avril-12 juillet 1999, Paris, 1999.

Leroi-Gourhan, Georges Léandre Adolphe André (1911-1986)

72Anthropologue et préhistorien français. Après la mort de son père, marin pendant la Grande Guerre, il est élevé par ses grands-parents maternels et doit travailler dès l’âge de 14 ans. À Moret-sur-Loing, où il passe ses vacances auprès de son grand-père paternel, il parcourt la forêt avec des naturalistes et des préhistoriens dont il subit l’influence. À Paris, il rend de nombreuses visites à la Galerie de paléontologie du Muséum. Initié à la préhistoire par le livre de Marcellin Boule, Les Hommes fossiles, il fréquente, dès 1927, l’École d’anthropologie. Il fait des études de russe à la Sorbonne, au Collège de France et à l’École des langues orientales vivantes et, grâce à l’influence de Paul Boyer, administrateur de l’École, il y devient secrétaire adjoint puis aide bibliothécaire. Il suit, à l’École pratique des hautes études, le cours de chinois de Marcel Granet et obtient son diplôme en 1933, en même temps que la licence ès lettres. Il est l’élève de Marcel Mauss à l’École pratique des hautes études et à l’École d’anthropologie (19351937). En 1933-1934, il est pensionnaire de la Maison de l’Institut de France à Londres et travaille au département d’ethnologie du British Museum. De retour en France, il obtient un poste de bibliothécaire auxiliaire au Musée d’ethnographie du Trocadéro, dont Paul Rivet et Georges-Henri Rivière ont entrepris la réorganisation. À partir de 1935, il commence à publier et donne un Bestiaire du Bronze chinois et La Civilisation du renne. En 1936, il bénéficie d’une bourse de deux ans pour le Japon, dont il revient en 1939 avec une collection de mille cinq cents objets destinés au Musée Guimet et au Musée de l’homme. Mobilisé comme officier interprète dans la Marine, il accepte de remplacer Philippe Stern, touché par les lois raciales, à son poste de conservateur adjoint au Musée Guimet de 1940 à 1943, alors qu’il est aussi devenu boursier puis chargé de recherches au CNRS jusqu’en 1950. Vers la fin de l’Occupation, il est chargé des œuvres du Louvre déposées au château de Valençay et intervient dans les activités d’un maquis de la région, ce qui lui vaut, à la Libération, la croix de guerre et la Légion d’honneur. C’est à cette époque qu’il publie la première de ses œuvres majeures Évolution et techniques. En 1944, il est nommé maître de conférences à la Faculté des lettres de Lyon, pour y donner un cours d’« ethnologie coloniale ». Il soutient en 1945 sa thèse de doctorat sur l’Archéologie du Pacifique nord publiée en 1946. Convaincu qu’il faut à ses étudiants des travaux pratiques, il les leur procure en les faisant participer à des fouilles, par exemple, de 1945 à 1948, dans la grotte des Furtins, en Saône-et-Loire. En 1946, il devient sous-directeur du Musée de l’homme créé par Paul Rivet, et fonde le Centre de formation aux recherches ethnologiques (CFRE), ouvert aux étudiants déjà licenciés et prodiguant un enseignement concret, qui comprenait un stage sur le terrain dans les provinces françaises. Au Musée de l’homme, pour contribuer au développement de la recherche préhistorique, il constitue en 1948 le Centre de documentation et de recherches préhistoriques (CRDP) comprenant une école de fouilles qui fonctionne à partir de 1945 aux Furtins, puis à Arcy-sur-Cure. Vers 1950, il assume de nombreuses responsabilités : outre ses cours à Lyon et à l’Institut d’ethnologie de Paris, il enseigne aussi au Centre d’études sociologiques, à l’École normale de Saint-Cloud et à l’École des langues orientales vivantes ; à partir de 1946, il appartient à la Commission d’ethnologie-anthropologie du Comité national du CNRS ; il est également membre de la Commission de sciences humaines de l’Office de la recherche scientifique coloniale et du Comité des fouilles de la Direction des monuments historiques. En 1954, il soutient sa thèse ès sciences, Les Traces d’équilibre mécanique du crâne des vertébrés terrestres, publiée en 1983. À l’école de fouilles d’Arcy-sur-Cure ouverte en 1946, A. Leroi-Gourhan enseigne des méthodes qui n’ont rien à voir avec celles pratiquées par la majorité des préhistoriens de son époque : il met en évidence la nécessité de fouilles très minutieuses, respectueuses des sols des habitats, que l’on suit et dont on relève strictement les éléments avant de poursuivre en profondeur. En 1956, il succède à Marcel Griaule en chaire d’ethnologie de la Sorbonne et, se préoccupant alors surtout de l’art préhistorique, il visite les grottes ornées de France et d’Espagne, où il dirige en 1956-1957 un chantier à El Pendo. Le CRDP se développe dans le domaine de l’enseignement – il délivre un certificat d’archéologie préhistorique, créé en 1960 – et dans celui des fouilles à Arcy, au Mesnil-sur-Oger, à Champs, à Escolives, à Nitry, en Espagne. En 1962, est créé le Centre de recherches préhistoriques et protohistoriques (CRPP), qui dépend de la chaire d’ethnologie générale à la Sorbonne. La même année, Leroi-Gourhan prend la direction de Gallia préhistoire. En 1964, il commence les travaux sur le site tout à fait exceptionnel de Pincevent, où il peut faire la démonstration de sa méthode de décapage horizontal des sols préhistoriques. Dès 1965, il met en place le premier grand moulage de sol préhistorique réalisé au monde et publie, en 1966, « L’Habitation magdalénienne n° 1 de Pincevent », article qui révolutionne la discipline. En 1969, il est élu professeur au Collège de France et consacre son cours à l’art paléolithique. En 1967, il obtient la transformation du CRPP en équipe de recherche associée au CNRS, qui deviendra en 1977 le Laboratoire d’ethnologie préhistorique du Collège de France. Jusqu’en 1971, il est, avec C. Levi-Strauss, directeur de l’Institut d’ethnologie. Malgré les effets de la maladie de Parkinson dont il est atteint, il continue ses travaux à Pincevent, et dirige l’édition d’un Dictionnaire de la préhistoire. En 1973, il obtient la médaille d’or du CNRS. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1980. Commandeur de la Légion d’honneur.

Bibliographie sélective :

73Évolution et Techniques, deux vol., I. L’Homme et la Matière, 1943 ; II. Milieu et Techniques, 1945 ; Les Fouilles préhistoriques, techniques et méthodes, Paris, 1950 ; « L’histoire sans les textes : ethnologie et préhistoire », in L’Histoire et ses méthodes, Paris, Encyclopédie de la Pléiade, Gallimard, 1961 ; Préhistoire de l’art occidental, Paris, 1965; Les Religions de la préhistoire, 1964 ; Le Geste et la Parole, deux vol., Paris, 1964-1965 ; La Préhistoire, 1966 ; « L’Habitation magdalénienne n° 1 de Pincevent », Gallia préhistoire, t. 9, fasc. 2, 1966, p. 263-365 ; Essai d’analyse ethnographique d’un habitat, 1972 ; Le Fil du temps. Ethnologie et préhistoire (1935-1970), Paris, 1983 ; Les Traces d’équilibre mécanique du crâne des vertébrés terrestres, 1983.

74VOIR :
A. Leroi-Gourhan, Símbolos, artes y creencias de la prehistoria, Madrid, 1984; B. et G. Delluc, « Hommage à André Leroi-Gourhan », Archéologia 212, avril 1986, p. 6-10; J. Leclant, « In memoriam, André Leroi-Gourhan», Intra-marine, Bulletin de liaison 38, déc. 1986, p. 59-61 ; G. Gaucher, « André Leroi-Gourhan. 1911-1986 », Bulletin de la Société préhistorique française, 1987, t. 84, n° 10-12, p.302-315 ; actes du colloque du CNRS, André Leroi-Gourhan ou les voies de l’homme, Paris, 1988 ; Les Nouvelles de l’archéologie, numéro spécial A. Leroi-Gourhan, éd. par F. Audouze et A. Schnapp, 1992 A. Coudart, «André Leroi-Gourhan (1911-1986) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t.2, Oxford, 1999, p. 653-664.

Le Roy ou Leroy, Julien-David (1728-1803)

75Architecte archéologue français. Fils d’un horloger renommé et frère du physicien Jean-Baptiste Leroy, membre de l’Académie des sciences. En 1750, il obtient le premier grand prix d’architecture et part pour Rome comme pensionnaire du roi. Il y séjourne de 1751 à 1753, à l’époque où l’on commençait à redécouvrir les monuments grecs du Royaume de Naples et du Levant : des architectes anglais, membres de la Société des Dilettanti, voyagent en Grèce et au Proche-Orient, et, parmi eux J. A. Stuart et N. Revett, qui effectuent une expédition en Grèce en 1751. À Rome, où il séjourne en même temps que C. L. Clérisseau, lui aussi membre de l’Académie royale, J.-D. Leroy se consacre à l’étude des vestiges antiques, se rend probablement à Paestum et conçoit alors le projet de gagner la Grèce. À Athènes, il procède au relevé des monuments de l’Acropole et, à son retour en France, avec le soutien du comte de Caylus, il publie Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce en 1758, quatre années avant les Antiquities of Athens de Stuart et Revett. Leroy fait œuvre de pionnier en affirmant la primauté de la Grèce sur Rome en matière d’architecture, puisque ce n’est qu’à partir de 1760 que J. J. Winckelmann imposera l’idée de l’antériorité de l’art grec. Très critiqué par Stuart et Revett, l’ouvrage de Leroy connut en France un très grand succès et valut à son auteur une brillante carrière académique : nommé adjoint de Blondel à l’Académie d’architecture en 1764, Leroy lui succède en 1774 après avoir été élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1770.

Bibliographie sélective :

76Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris, 1758 ; Observations sur les édifices des anciens peuples, Paris, 1767.

77VOIR :
B. J. Dacier, notice nécrologique dans Recueil de l’Institut de France, 1815, I, p. 267-284 ; C. Mosser, Catalogue exposition Piranèse et les Français, 1740-1790, Rome, Académie de France, 1976, p. 220-224 ; F. Pousin, « J.-D. Leroy ou un nouveau statut pour l’architecte » et C. Grell, « J.-D. Leroy et l’histoire de l’architecture grecque », Athènes, ville capitale, Athènes, 1985, p. 82-89.

Leschi Louis (1893-1954)

78Archéologue, épigraphiste et historien français. Élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres, membre de l’École française de Rome de 1922 à 1924. Disciple de R. Cagnat et S. Gsell, il est nommé au lycée d’Alger, et, à la Faculté des lettres, assure une conférence d’histoire ancienne. En 1932, il succède à E. Albertini dans la chaire des antiquités d’Afrique et à la Direction des antiquités. À la tête de ce service, il permet l’essor de l’archéologie préhistorique, en approuvant la création, au Musée du Bardo d’Alger, d’un laboratoire d’anthropologie et d’archéologie préhistorique. Spécialiste d’archéologie romaine, il favorise cependant le développement de l’archéologie punique et fait à plusieurs reprises intervenir Pierre Cintas.

Bibliographie sélective :

79« Recherches aériennes sur le limes romain de Numidie », Comptes rendus l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1937 ; Études d’épigraphie, d’archéologie et d’histoire africaines, 1957.

80VOIR :
J. Despois, Louis Leschi (1893-1954), Alger, 1954.

Letronne, Jean Antoine (1786-1848)

81Épigraphiste français. On le considère comme le fondateur des études modernes d’épi-graphie classique. Il entre, tout enfant, dans l’atelier du peintre David, et suit des cours de mathématiques et de latin, puis des cours de grec au Collège de France. De 1810 à 1812, il parcourt le Midi de la France, l’Italie et la Suisse. Il manifeste son intérêt pour l’Égypte par un mémoire sur Le Système métrique des Égyptiens, couronné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dont il devient membre, par une ordonnance de 1816. L’Académie le désigne pour faire partie de la Commission chargée de choisir les participants à la mission de Morée (1829-1831) et d’énoncer les instructions. Nommé, en 1820, co-conservateur avec D. Raoul-Rochette du Cabinet des Antiques de la Bibliothèque royale, il occupe, à partir de 1831, une chaire d’histoire et de morale au Collège de France, dont il devient l’administrateur en 1838, année où il est désigné pour succéder à J.-F. Champollion dans la chaire d’archéologie qu’il occupe jusqu’en 1848. La charge de garde général des Archives du royaume couronne sa brillante carrière en 1840. Alors que les épigraphistes allemands A. Boeckh et J. Franz entreprenaient le Corpus Inscriptionum Graecarum, Letronne fixe la méthode épigraphique. Très tôt, il s’intéresse à l’Égypte et aux efforts de T. Young et J.-F. Champollion pour déchiffrer les hiéroglyphes, entreprend des études sur le zodiaque et établit, à partir d’inscriptions, la chronologie des Ptolémées. Le Recueil des inscriptions grecques et latines d’Égypteconstitue son œuvre maîtresse, à la fois corpus d’une région et monument d’histoire, bien différent du Corpus d’A. Boeckh et de J. Franz, qui ont entrepris l’inventaire exhaustif de toutes les inscriptions connues du monde grec. Ses Observations philologiques et archéologiques sur les noms des vases grecs, rédigées pour corriger les attributions fantaisistes de T. Panofka, donnent un exemple de la rigueur de sa méthode. Cependant, en 1848, J. A. Letronne laisse une méthode mais pas de disciples et la réimpression de ses articles ne paraît qu’en 1881-1885. Après lui, le niveau des publications d’épigraphie grecque en France est très bas ; la Revue de philologie, créée en 1845 par L. Renier, s’éteint en 1847 pour ne renaître qu’en 1877. Les études antiques, et plus particulièrement l’épigaphie grecque, ne reprennent vigueur qu’à la fin du Second Empire, de qui crée l’enseignement de l’épigraphie grecque en France, sera l’un des plus grands artisans de cette renaissance.

Bibliographie sélective :

82Recherches pour servir à l’histoire de l’Égypte pendant la domination des Grecs et des Romains, 1823 ; Observations critiques et archéologiques sur l’objet des représentations zodiacales, 1824; « Observations philologiques et archéologiques sur les noms des vases grecs à l’occasion de l’ouvrage de M. T. Panofka… », Journal des savants, 1833 ; Recueil des inscriptions grecques et latines d’Égypte dans leurs rapports avec l’histoire politique, l’administration intérieure, les institutions civiles et religieuses dans ce pays, depuis la conquête d’Alexandre jusqu’à celle des Arabes, deux vol., Paris, 1842 et 1848 ; Œuvres choisies : assemblées, mises en ordre et augmentées d’un index, E. Fagnan éd., deux vol., Paris, 1881-1885.

83VOIR :
A. Maury, Revue archéologique, 1848, p. 637-649 ; G. Perrot, « Notice sur la vie et les travaux de Désiré Raoul-Rochette », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1906, p. 638-701 ; L. Robert, « L’épigraphie grecque au Collège de France. Leçon d’ouverture donnée le 25 avril 1939 », Limoges et Paris, 1939 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 176 ; J. Leclant, « Une tradition : l’épigraphie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres Séance publique de l’Institut de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, 18 novembre 1988 ; J. Leclant, « de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 138; C. Feyel, « Letronne et l’archéologie de son temps », dans E. Perrin-Saminadayar éd., Rêver l’archéologie au xixe siècle : de la science à l’imaginaire, Presses universitaires de Saint-Étienne, à paraître en 2001.

Levi, Doro (1898-1991)

84Archéologue italien. Il fait ses études aux universités de Florence et de Rome. Membre de l’École italienne d’Athènes en 1921-1923, il fouille sur l’acropole d’Athènes et à Gökciallar près de Bodrum. En 1926, il est nommé inspecteur à la direction des Antiquités d’Étrurie à Florence : il fouille à Chiusi, Vetulonia, Volterra, Massa Marittima. En 1931-1933, il organise la première mission italienne en Mésopotamie et fouille la ville assyrienne de Kalzo. En 1934, il organise la section Orient pour la Mostra Augustea della Romanità. De 1935 à 1938, il est professeur d’archéologie et d’histoire de l’art antique à l’Université de Cagliari et surintendant des antiquités et art médiéval en Sardaigne. Il fouille à Olbia, réorganise les musées de Cagliari et Sassari. De 1938 à 1945, il séjourne aux États-Unis, donne des cours à l’Université d’Harvard et est nommé membre de l’Institute for Advanced Studies de Princeton. En 1947, il devient directeur de l’École archéologique d’Athènes et rouvre les fouilles de Cyrène et de Tripolitaine. Il fonde la mission d’Hiérapolis en Phrygie. À partir de 1950, il fait reprendre les fouilles de Phaestos et de Gortyne en Crète, crée le musée stratigraphique de Phaestos. Il réorganise les fouilles de Poliochni à Lemnos. En 1959, il se rend en Israël et ouvre les fouilles de Cesarea. À partir de 1960, il dirige la mission de Iasos en Carie. Il est élu membre de l’Accademia nazionale dei Lincei en 1968.

Bibliographie sélective :

85« The Italian Excavations in Crete and the earliest European Civilization », « Creta e la civiltà cretese-micenea », Encyclopedia Italiana, XI, 1931, p. 849-853, 864-891 ; Il Museo civico di Chiusi, Rome, 1935 ; « Gli scavi italiani a Creta », Nuova Antologia, 1956, p. 221-240 ; Quaderni dell’Istituto italiano di cultura in Dublino, I, 1963.

86VOIR :
Accademia nazionale dei Lincei. Biografie et bibliografie degli accademici Lincei, Rome, 1976 ; V. La Rosa, « Ricordo di Doro Levi, Trieste 1.6. 1898, Rome 3.7. 1991 », Sileno, 17, 1991, p. 349-358 ; C. Laviosa, « Doro Levi, 1898-1991 », American Journal of Archaeology, 97, 1993, p. 165-166 ; P. Cassola Guida et E. Floreano éd., Mnhmeion. Ricordo triestino di Doro Levi, Rome, 1995.

L’Hôte, Nestor (1804-1842)

87Artiste français, cousin d’A. Mariette. Fils d’un officier des douanes, il est né à Cologne et gagne la France en 1814, où son père le fait entrer dans son service en 1822 ; il franchit les échelons et est nommé, en 1827, à Paris, où il rencontre J.-F. Champollion. Il fait partie, comme dessinateur, de la mission de Champollion et Rosellini en Égypte, en 1828. Il accomplit un immense travail, réalisant plus de cinq cents aquarelles et trois cents à quatre cents pages de notes et croquis. Il revient en France en 1830, mais en 1838, le ministre A. N. de Salvandy lui confie la mission de retourner en Égypte pour compléter la collection de dessins de la mission franco-toscane de 1828, en vue d’une seconde édition des Monuments de l’Égypte et de la Nubie. Il accomplit un dernier séjour en 1840, au cours duquel il fait la connaissance de Prisse d et trouve la mort. Ses papiers sont alors envoyés à sa famille de Boulogne-sur-Mer ; c’là que le jeune Mariette découvre les nombreux dessins de monuments et les relevés d’inscriptions hiéroglyphiques et sent s’éveiller en lui sa vocation d’égyptologue.

Bibliographie sélective :

88J. Vandier d’Abbadie, Nestor L’Hôte (1804-1842). Choix de documents conservés à la Bibliothèque nationale et aux Archives du Musée du Louvre, Leiden, 1963.

89VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; G. Andreu, Égyptologie, le rêve et la science, catalogue de l’exposition Fondation Électricité de France, Paris, 22 janvier-26 avril 1998, Paris, 1998.

Liard, Louis (1846-1917)

90Grand fonctionnaire français. Docteur ès lettres en 1873, il est professeur à l’Université de Bordeaux, puis recteur à Caen, et enfin directeur de l’Enseignement supérieur, où il poursuit la réorganisation et la réforme universitaire à partir de 1884. À ce poste, il concourt à la création de chaires pour l’archéologie ; il obtient la fondation de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire et de la Délégation archéologique française en Perse. Il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1896.

Bibliographie sélective :

91L’enseignement supérieur en France. 1789-1889, deux vol., Paris, 1888 et 1894.

92VOIR :
C. Lyon-Caen, Notice sur la vie et les travaux de Louis Liard, Académie des sciences morales et politiques, Paris, 1920 ; P. de La Gorce, « Discours prononcé le 19 décembre 1920 », Académie des sciences morales et politiques, Paris, 1920.

Linant de Bellefonds, Louis Maurice Adolphe, bey et pacha (1799-1883)

93Ingénieur français établi en Égypte. Né à Lorient, fils d’un capitaine de frégate, il commence une carrière dans la marine, puis la quitte en 1817 pour accompagner le comte de Forbin dans son expédition au Proche-Orient. Arrivé en Égypte en 1818, il rencontre W. J. Bankes, qui organise un voyage jusqu’au Soudan et l’engage pour dessiner ; ils sont les premiers à explorer le site de Méroé. Une deuxième expédition porte Linant jusqu’au Nil Blanc. Avec Léon de Laborde, il organise une mission d’exploration jusqu’à Pétra qu’ils visitent en 1828 et qu’ils sont les premiers Européens à documenter par des relevés et des dessins. Entré au service de Méhémet-Ali, il joue un rôle important dans le projet du canal de Suez. Il vivra en Égypte soixante-cinq ans. Grand dessinateur et artiste, il apporte une aide précieuse à Champollion dans sa mission de 1828.

Bibliographie sélective :

94Account of a Journey into the Oases of Upper Egypt, Londres, 1822 ; avec L. de Laborde, Voyage de l’Arabie Pétrée, Paris, 1830-1833 (rééd. C. Augé et P. Linant de Bellefonds, Pétra retrouvée. Voyage de l’Arabie Pétrée, 1828, Paris, Pygmalion-Gérard Watelet éditeur, 1994) ; Mémoire sur les principaux travaux d’utilité publique exécutés en Égypte depuis la plus haute Antiquité jusqu’à nos jours, 1872-1873 ; Journal d’un voyage à Méroé dans les années 1821 et 1822, Kartoum, 1958, éd. M. Shinnie, avec une biographie et un portrait ; Journal du voyage de l’Arabie Pétrée, manuscrit inédit, bibliothèque du musée du Louvre.

95VOIR :
J. Vercoutter, « Le journal de voyage en Basse-Nubie de Linant de Bellefonds (1821-1822) », Bulletin de la Société française d’égyptologie 37-38, 1963, p. 39-64 et 41, 1964, p. Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 177-178 ; Ch. Augé et P. Linant de Bellefonds, « Deux Français à Pétra. Léon de Laborde, Adolphe Linant de Bellefonds », Archéologia 262, nov. 1990, p. 48-59 ; id., préface et notes à L. de Laborde et A. Linant de Bellefonds, Pétra retrouvée. Voyage de l’Arabie Pétrée, 1828, Paris, 1994 ; C. Augé et J.-M. Dentzer, Pétra. La cité des caravanes, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1999.

Lindenschmit, Ludwig (1809-1893)

96Peintre et archéologue allemand, fondateur du Römisch-germanische Zentralmuseum de Mayence. Né dans une famille d’artistes, il est professeur de dessin au lycée de Mayence de 1831 à 1875 et consacre à l’archéologie son temps libre : il est membre très actif et conservateur de la Gesellschaft der Freunde vaterländischer Geschichtsforschung und Altertumskunde in Mainz, fondée à Mayence en 1844. Dès 1848, il publie seul ou avec son frère Wilhelm des ouvrages qui lui valent une renommée internationale et de nombreuses distinctions académiques, dont le titre de docteur honoris causa de l’Université de Bâle. Avec son frère Wilhelm, il crée et dirige la Verein zur Erforschung der rheinischen Geschichte und Altertümer et, au cours d’une réunion de l’ensemble des associations allemandes pour l’étude des antiquités germaniques, il obtient en 1852 la fondation du Römisch-germanische Zentralmuseum, qu’il dirigera jusqu’à sa mort. Cette création est le fruit de l’esprit de 1848, encore vivant, et traduit l’aspiration à l’unité de l’Allemagne. Le musée devait jouer un rôle de coordination du point de vue scientifique et présenter au public une vision des temps anciens en Allemagne. Il tente de surmonter la difficulté de réunir des objets originaux, jalousement conservés par les collectionneurs ou les musées locaux, en utilisant des moulages, des copies et des dessins : il ouvre ainsi une voie muséographique nouvelle. Il entretient des rapports étroits avec les archéologues danois, C. J. Thomsen et J. J. A. Worsaae, même s’il refuse le système des Trois Âges qu’ils ont élaboré. Ses relations sont étroites avec les savants français, en particulier l’abbé Cochet et A. Bertrand ; celui-ci conçoit le Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye sur le modèle du musée de Mayence, L. Lindenschmit jouant le rôle de conseiller scientifique et technique. Avant même l’inauguration du musée de Saint-Germain-en-Laye, une fructueuse collaboration s’instaure entre Allemands et Français qui réalisent ensemble de nombreux moulages qu’ils échangent. En 1866, L. Lindenschmit, très attentif aux progrès de la préhistoire, crée avec l’anatomiste A. Ecker l’Archiv für Anthropologie qui devient en 1870 l’organe de la Deutschen Gesellschaft für Anthropologie, fondée alors avec A. Ecker et R. Virchow. Les relations du musée de Mayence sont étroites avec l’ensemble des musées européens, ceux de Bruxelles, d’Amsterdam, de Copenhague, le British Museum ou encore le musée de South Kensington. L. Lindenschmit est l’un des principaux adversaires du système des Trois Âges du danois C. J. Thomsen.

Bibliographie sélective :

97Avec W. Lindenschmit, Das germanische Todtenlager bei Selzen, in der Provinz Rheinhessen, Mayence, 1848 ; Über eine besondere Gattung von Gewandnadeln aus deut-schen Gräbern des V. und VI. Jahrhunderts, Mainzer Alterthümer III, 1851 ; Die Alterthümer unserer heidnischen Vorzeit. Nach den öfftlichen und Privatsammlungen befindlichen Originalen, zusammengestellt und herausgegeben von dem Römisch-Germanischen Centralmuseum in Mainz durch dessen Conservator L. Lindenschmit, Heft I-XII, Mayence, 1858-1881 Die vaterländischen Fürstlich Sammlungen zu Sigmaringen, Mayence, 1860 ; « Le Pilum. Lettre à M. J. Quicherat », Revue archéologique, n.s., 11, 1865, p. 387-391 ; Handbuch der deutschen Altertumskunde, Braunschweig, 1880-1889.

98VOIR :
S. Reinach, « L. Lindenschmit »,
Revue archéologique, XXII, 1893, p. 136 ; L. Lindenschmit fils, « Beiträge zur Geschichte des Römisch-Germanischen Central-Museums in Mainz », Festschrift zur Feier des fünfzigjährigen Bestehens des Römisch-Germanischen Centralmuseums zu Mainz, Mayence, 1902, p. 1-72 ; K. Schumacher, « Ludwig Lindenschmit », Mainzer Zeitschrift 1, 1906, p. 38-41 ; L. Lindenschmit fils, « Erinnerungen als Randverzierungen zum Charakterbild Ludwig Lindenschmits und zur Geschichte seines Lebenswerkes », Festschrift zur Feier des 75 jährigen Bestehens des Römisch-Germanischen Zentralmuseums zu Mainz 1927, Mayence, 1927, p. 5-51 ; « Das Römisch-Germanische Zentralmuseum von 1901 bis 1926 », Festschrift zur Feier des 75 jährigen Bestehens des Römisch-Germanischen Zentralmuseums zu Mainz 1927, Mayence, 1927 ; K. Böhner, « Das Römisch-Germanische Zentralmuseum. Eine vaterländische und gelehrte Gründung des 19. Jahrhunderts », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, Mayence 25, 1978, p. 1-48; id., «Ludwig Lindenschmit », Personen und Wirkungen, Mayence, 1979, p. 194-201 ; id., « Ludwig Lindenschmit and the Three Age System », dans G. Daniel éd., Towards a History of Archaeology, Londres, 1981, p. 120-126 ; J. Street-Jensen, « C. Jürgensen Thomsen und L. Lindenschmit. Eine Gelehrtenkorrespondenz aus der Frühzeit der Altertumskunde (1853-1864). Beiträge zur Forschungsgeschichte », Römischgermanisches Zentralmuseums Monographien 6, Mayence, 1985 ; F. W. von Hase, « Ludwig Lindenschmit et Napoléon III. Un chapitre précoce de la coopération archéologique franco-allemande », P. Jacquet et R. Périchon éds, Aspects de l’archéologie française au xixe siècle, Montbrison, La Diana, 2000, p. 63-88 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; T. Panke, « Altertumskunde zwischen Fortschritt und Beharrung : Ludwig Lindenschmit D. Ä. (1809-1893) in seiner Zeit », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseum Mainz 45, 1998, p. 711-774.

Lloyd, Seton Howard Frederick (1902- 1996)

99Architecte et orientaliste britannique, directeur de l’Institut britannique d’archéologie à Ankara, l’un des derniers pionniers de l’archéologie scientifique au Proche-Orient. Il appartient à la famille des célèbres banquiers. Devenu architecte en 1927, il accomplit deux années de formation pratique, au terme desquelles il remplace un ami, architecte lui aussi, auprès d’H. Frankfort, qui dirige alors la mission de l’Egypt Exploration Society à Tell el-Amarna. J. H. Breasted, directeur de l’Oriental Institute de Chicago, confie à Frankfort la direction de l’Iraq Expedition, et S. Lloyd, qui, en Égypte, a immédiatement révélé de remarquables qualités d’archéologue de terrain, est invité à l’accompagner comme architecte. Il participe aux travaux de la mission dans la région de la Diyala, au nord-est de Bagdad ; il travaille à Tell Asmar, Khafadje et Telle Agrab jusqu’en 1937. Il s’initie à la méthode de dégagement des murs en brique crue inaugurée par Koldewey à Babylone et Andrae à Assur, la parfait et y forme les ouvriers. Il énonce en outre la problématique de l’exploration des tells et de la méthode spécifique à leur appliquer. En 1933, il s’associe à l’assyriologue Thorkild Jacobsen, futur directeur de l’Oriental Institute de Chicago, pour l’étude de l’aqueduc de Jerwan, à environ vingt-cinq kilomètres au nord de Khorsabad, puis fouille, à Tell Aqab, le temple de Shara. De 1937 à 1939, il fait une nouvelle expérience et aborde un type différent de travail archéologique en participant au chantier de J. Garstang à Mersin, en Cilicie (Turquie) ; il contribue à l’exploration stratigraphique du tell occupé depuis le Néolithique précoce jusqu’à l’âge du fer. Dans le même temps, il mène un survey dans le district de Sinjar, repérant de nombreux sites qui feront plus tard l’objet de fouilles. Alors qu’en 1937, l’OIC a suspendu ses fouilles en Iraq, Seton Lloyd y revient en 1939 pour succéder à Julius Jordan comme conseiller à la Direction générale des antiquités d’Iraq ; il passe la guerre à Bagdad et Jérusalem et est chargé de faire transporter deux taureaux ailés de Khorsabad au musée de Bagdad qu’il aménage. Il travaille avec de jeunes collègues irakiens qu’il initie aux méthodes de fouilles mises au point dans la Diyala ; il noue une étroite collaboration avec l’archéologue irakien Fuad Safar, et inaugure avec lui les chantiers de Tell Uqair et Hassuna en 1943-1944. Entre 1946 et 1949, il dirige, encore avec F. Safar, le chantier d’Abu Shahrein, site de l’antique et prestigieuse cité d’Eridu, à quelques kilomètres au sud d’Ur ; la fouille du secteur de la ziggourat restitue dix-huit sanctuaires superposés qui illustrent d’une façon exemplaire l’époque d’El Obeïd, et révèle une céramique extrêmement abondante et variée qui correspond à la phase la plus ancienne de la période. En 1949, l’année même où M. Mallowan revient en Iraq pour relancer les activités de la British School of Archaeology suspendues par la guerre et pour y reprendre les travaux de Nimrud, S. Lloyd le quitte pour prendre la direction de l’Institut britannique d’archéologie, fondé à Ankara. Il entreprend alors d’élucider la séquence chronologique du plateau anatolien : il procède à l’exploration de sites fortifiés, le long de la frontière nord de la Syrie, sur le tell de Polath, à l’ouest d’Ankara ; avec D. Storm Rice, il conduit les travaux à Harran et à Sultantepe, dont il fouille l’acropole assyrienne et où il découvre une extraordinaire bibliothèque. L’entreprise la plus importante est l’exploration du site de Beycesultan. Les recherches dans le domaine de la Préhistoire sont favorisées par les autorités turques depuis la découverte par Hamit Kosay des tombes royales d’Alaca Hüyük. L’Institut britannique bénéficiant d’un budget qui permet l’ouverture de chantiers, le site de Beycesultan est choisi, au terme d’un survey exécuté par l’un des membres de l’Institut, James Mellaart, qui relève en surface de la poterie attestant l’occupation du Chalcolithique à l’âge du bronze tardif : les six campagnes de fouille permettent d’établir avec certitude la séquence des céramiques pour le sud-ouest de l’Anatolie, du Veau IIe millénaire. À la fin des travaux à Beycesultan, l’intérêt de l’Institut se tourne vers le site préhistorique d’Halicar qu’explore J. Mellaart, avant que celui-ci n’entreprenne ses magnifiques travaux à Chatal Hüyük. De retour en Angleterre en 1961, à la demande de Max Mallowan lui-même, S. Lloyd lui succède à la chaire d’archéologie de l’Asie occidentale à l’Institut d’archéologie de Londres et occupe ce poste jusqu’en 1969. En 1965, avec C. Burney, il mène la première équipe étrangère en Ourartou, à Kayalidere, citadelle ourartienne, où une seule mission peut être conduite, le permis n’étant pas renouvelé. Par ses importants travaux au Proche-Orient, S. Lloyd réussit la synthèse de l’archéologie et de l’architecture ; il est de ces architectes archéologues qui ont contribué à transformer radicalement l’archéologie pratiquée au Proche-Orient pour en faire une véritable science à laquelle il forme de grands archéologues britanniques, dont J. Mellaart, son successeur à Chatal Hüyük, et D. Stronach qui deviendra directeur de la British School of Archaeology à Téhéran. De plus, doué du talent de l’écrivain, il restitue l’histoire des recherches au Proche-Orient dans un ouvrage qui demeure une référence obligée : Foundations in the Dust. The Story of Mesopotamian Exploration, Oxford, 1947 (éd. revue et augmentée, Londres, 1980). Fellow de la British Academy, il est aussi membre correspondant de l’Institut archéologique allemand.

Bibliographie sélective :

100Voir Iraq, 1982, et, dans The Interval, 1986 ; « Model of a Tell el-Amarna house », Journal of Egyptian 19, 1933 ; avec T. Jacobsen, Sennacherib Aqueduct at Jerwan, Oriental Institute Publications 24, Chicago, 1935 ; Mesopotamia. Excavations on Sumerian Sites, 1936 ; avec P. Delougaz, Pre-Sargonid Temples in the Diyala Region, Oriental Institute Publications 58, Chicago, 1942 ; Twin Rivers, 1943 ; avec W. Brice, «Harran», Anatolian Studies 1, 1951 The Arts of the Ancient Near East, 1961 Mellaart, Beycesultan, trois vol., Londres, 1962-1972 ; Mounds of the Near East, Édimbourg, 1963 ; The Archaeology of Mesopotamia, 1978 ; avec F. Safar et M. A. Mustafa, Eridu, 1981 ; Ancient Turkey, 1989.

101VOIR :
Sa biographie,
The Interval, 1986 ; Anatolian Studies 22, 1972, p. 8-10 ; Iraq, 44, 1982, p. 221-229 ; Antiquity, 52, 1982, p. 181-188 ; G. Daniel et C. Chippindale éd., The Pastmasters. Eleven modern Pioneers of Archaeology, Londres, 1989 ; D. Collon, « Seton Howard Frederick Lloyd (1902-1996) », et G. R. H. Wright, «Seton Lloyd and the Middle East of his day », Archiv für Orientforschung, 1995-1996, p. 334-335 et p. 335-337.

Loeschcke, Georg (1852-1915)

102Archéologue allemand. Longtemps professeur à l’Université de Bonn, où il forma de nombreuses générations d’archéologues de premier plan, allemands ou étrangers. De 1871 à 1873, il étudie, à Leipzig, l’histoire et l’allemand, et est conduit à l’archéologie par J. Overbeck. A. Furtwängler est alors son co-disciple et il noue avec lui une amitié très profonde. Il poursuit ses études à l’Université de Bonn, où il suit les cours de R. Kekulé, F. Bücheler, M. Ritter ou H. Usener, et où s’affirme son choix de faire carrière en archéologie ; c’est à cette époque qu’il élabore les bases de sa méthode de l’étude des vases. En 1877, il obtient une bourse du Deutsches archäologisches Institut et, pendant deux ans, parcourt l’Italie et la Grèce. Il retrouve A. Furtwängler à Rome et tous deux se rendent à Mycènes, où H. Schliemann mène des fouilles ; ils étudient les vases et les tessons qui, jusque-là, ont été complètement négligés, et, par leurs deux ouvrages fondateurs de la céramologie non attique (Mykenische Thongefässe et Mykenische Vasen), ils font entrer la nouvelle culture découverte par Schliemann dans la continuité historique. En 1879, il devient professeur de philologie classique et d’archéologie à Dorpat. Dans sa Geschichte der bildlichen Tradition, il définit de nouvelles méthodes pour la recherche en archéologie et en histoire de l’art. En 1889, il succède à R. Kekule dans sa chaire de Bonn et rassemble autour de lui de nombreux disciples, qui deviendront illustres, parmi lesquels W. von Bissing, H. Dragendorff, P. Jacobsthal, C. Watzinger ou M. Bieber. Il accorde tous ses soins à l’Akademischen Kunstmuseum dont il augmente les collections de plâtres dans une perspective pédagogique. A Bonn, se développe son intérêt pour les antiquités nationales et, en 1892, il suscite la création de la Reichslimeskommission et oriente ses étudiants vers l’étude du limes dont ses recherches renouvellent profondément la connaissance, apportant des explications sur la construction et ses phases ; dans ce domaine, il fait encore la preuve de l’importance de l’étude de la céramique dans la résolution de questions historiques. En 1911, il succède à R. Kekulé dans sa chaire de Berlin et travaille à mettre son Institut d’archéologie au-dessus de ceux de Munich et de Bonn.

Bibliographie sélective :

103Avec A. Furtwängler, Mykenische Thongefässe, 1879 ; avec A. Furtwängler, Mykenische Vasen, 1886.

104VOIR :
U. von Wilamowitz-Moellendorf, « Gedächtnisrede auf A. Conze und G. Loeschcke »,
Sitzungsberichte der Deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1916 I, p. 754 ;

105F. Koepp, « Georg Loeschcke », Neue Jahrbuch für das klassische Altertum, Geschichte und Deutsche Literatur 37, 1916, p. 139 ; C. Weickert, «Gedenkworte zum 100. Geburtstag G. Archäologische Anzeiger, 1953, p. Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 106-107.

Loewy (ou Löwy), Emmanuel (1857-1938)

106Archéologue et historien autrichien. Il fait ses études d’archéologie classique à Vienne avec A. Conze, puis O. Benndorf, comme professeurs. Il suit, en particulier, le séminaire d’archéologie et d’épigraphie, que Conze venait de créer en 1876. O. Hirschfeld, professeur d’histoire ancienne et d’épigraphie à Vienne, a également une très grande influence sur lui. Il prend part en 1882 à la deuxième expédition de Benndorf à l’héroon de Gjölbaschi-Trysa en Lycie. Cependant, plus qu’archéologue de terrain, il est historien de l’art et surtout remarquable professeur. En 1889, il devient professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à l’Université de Rome, et en 1901 à la Scuola italiana d’archeologia. Sa nomination à Rome correspond à la volonté affirmée par les archéologues et les hommes politiques italiens de faire rattraper à l’archéologie italienne le retard qu’elle avait pris, ses plus grands représentants s’étant presque exclusivement consacrés à son organisation dans les décennies qui suivirent l’Unité. L’enseignement d’E. Loewy porte d’abord sur les périodes les plus anciennes de l’art dans le monde grec : il exploite les plus récentes recherches de la mission archéologique italienne en Crète, et place la civilisation crétoise au cœur de sa conception de l’art grec. Il a formé la première génération d’archéologues italiens d’envergure européenne, parmi lesquels C. Anti, A. Della Seta, L. Pernier, G. Gigliogli. Il entretient des contacts avec les représentants de la préhistoire italienne et fait appel dans son œuvre à des notions « paleth-nologiques » ou ethnographiques. En 1892, il obtient la création du Musée des moulages, qui occupa une place importante dans l’enseignement de l’archéologie en Italie. Cependant, les innovations qu’il introduit dans l’Université italienne suscitent certaines résistances, en particulier celles de L. Pigorini et K. J. Beloch qui font éclater l’« affaire Loewy» en 1895 : il faillit alors ne pas être confirmé dans son poste. En mai 1915, à la veille de la déclaration de guerre, Loewy, qui est autrichien et appartient donc à un pays ennemi, demande un congé pour retourner à Vienne, sans savoir qu’il a renoncé définitivement à l’enseignement en Italie. Par ailleurs, sa réinsertion à Vienne est difficile ce n’est qu’en 1918 obtient une place titulaire. Il renoue son amitié avec S. Freud, sur qui il exerce une grande influence ; en effet, lorsque Freud définit la psychanalyse comme « l’archéologie de l’âme », c’est à l’issue de discussions avec son ami et après avoir lu de nombreux ouvrages archéologiques, pour la majorité ceux de Loewy. L’Italie l’a remarquablement honoré en le nommant membre étranger de la Pontificia Accademia Romana di Archeologia et de l’Académie royale de Naples.

Bibliographie sélective :

107Untersuchungen zur griechische Künstlergeschichte, 1883 Lysipp und seine Stellung in der griechische Plastik, 1891 ; Naturwiedergabe in der älteren griechischen Kunst, 1900 ; La Scultura greca, 1911 ; Neuattische Kunst, 1922 ; Polygnot, 1929 ; article « Arte greco-romana » de l’Enciclopedia Italiana, 1929.

108VOIR :
Almanach Wien 88, 1938, p. 303 ; G. Q. Giglioli, Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia 14, 1938, p. 19, avec bibliographie d’E. Loewy ; E. Paribeni, Enciclopedia dell’Arte Antica IV, Rome, 1961, p. 678-679 ; P. P Kahane, Enciclopedia Judaïca vol. XI, 1971, col. 456 et sq. ; E. Diez, Österreichisches Biographisches Lexikon 1815/1950, vol. V, 1971, p. 296 ; H. Kenner, Neue Deutsche Biographie, vol. XV, 1986, p. 114 et sq. ; M. M. Donato, « “Archeologia dell’Arte”. Emmanuel Löwy all’Università di Roma (1889-1915) », dans S. Settis éd., L’Archeologia italiana dall’Unità al Novecento, Ricerche di Storia dell’arte 50, Pise, 1993, p. 62-75.

Loftus, William Kennett (1821-1858)

109Archéologue britannique. Géologue de formation, il est membre de la Commission de délimitation de la frontière turco-persane de 1849 à 1852, et explore à cette occasion avec H. A. Churchill les régions de Niffar-Nippur, de Muqayar-Ur et de Warka-Uruk, où il entreprend pendant trois semaines des fouilles en 1849, puis à nouveau, en 1852, pour l’Assyrian Excavation Fund. De 1853 à 1854, il poursuit à Ninive les travaux d’H. Rassam. Il fouille à Warka en 1850, et fait quelques sondages à Suse en 1851, puis 1852 et 1853, inaugurant la recherche archéologique sur ce site.

Bibliographie sélective :

110Travels and Researches in Chaldea and Susiana, 1857.

111VOIR :
A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. 1, Les Étapes, Paris, 1946 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust, Londres, 1980.

Longpérier, Henri Adrien Prévost de (1816-1882)

112Numismate français, spécialiste de l’archéologie et de la numismatique de l’Orient antique et du monde musulman. Il a une parfaite connaissance de l’hébreu, du persan et de l’arabe. Il obtient, en 1840, le prix de numismatique de l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour son Essai sur les médailles des rois perses de la dynastie sassanide. Attaché au Cabinet des Médailles depuis 1836, il est désigné en même temps que Léon de Laborde pour succéder au comte de Clarac à la conservation des Antiques au musée du Louvre et assume la charge de la section des monuments égyptiens et orientaux ; il déploie au Louvre une activité exceptionnelle et organise en un temps record le Musée assyrien de P. É. Botta qui est inauguré le 1er mai 1847. C’est lui qui recevra la collection Campana et en assurera la présentation. Il rédige les notices des collections orientales du Louvre et ouvre d’importantes perspectives scientifiques : il est le premier à avoir l’intuition de l’influence des civilisations orientales sur le monde grec et l’Étrurie. Il aura la joie, à l’extrême fin de sa vie, de voir entrer au Louvre les antiquités sumériennes de Tello qui confirment sa conviction qu’une civilisation plus ancienne que l’assyrienne s’est épanouie au sud de la Mésopotamie. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1854. Il est, avec E. Renan, le promoteur du Corpus inscriptionum semiticarum, dont il s’était réservé, avec H. Waddington, le domaine numismatique. Il dirige avec Jean de Witte la Revue numismatique jusqu’en 1877.

Bibliographie sélective :

113Voir J. de Witte, Bibliographie des publications de M. de Longpérier, Paris, 1884 ; Essai sur les médailles des rois perses de la dynastie sassanide, Paris, 1840 ; « Ninive et Khorsabad », Revue archéologique, 1844, p. 213-234 ; « Recension de l’Élite des monuments céramographiques », Revue archéologique, t. 1, oct. 1844-mars 1845, p. 776-784 et 846-852 Notice des exposés dans d’antiquités musée du Louvre, Paris, 1848 ; Notice des monuments exposés dans la salle des Antiquités grecques au musée du Louvre, Paris, 1849; «Antiquités assyriennes », Revue archéologique, 1850, p. 427-451 ; Notice des antiquités assyriennes, babyloniennes, perses, hébraïques, Paris, 1854 ; «Notice sur les monuments antiques de l’Asie nouvellement entrés au musée du Louvre, lue à la Société asiatique dans la séance générale du 12 juin 1854 », Journal asiatique, 1855 ; Musée Napoléon-III. Choix de monuments antiques pour servir à l’histoire de l’art en Orient et en Occident, Paris, 1861 ; « Discours d’ouverture du Congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques », Compte rendu de la 2e session du Congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques, Paris, 1867 ; Notice des bronzes antiques exposés dans les galeries du Musée impérial du Louvre, Paris, 1868 ; phéniciennes de Carthage », Journal asiatique, 1869 ; « Sur les antiquités de l’île de Santorin », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1875 « antiques de la Chaldée, découverts et rapportés par M. de Sarzec », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1882.

114VOIR :
O. Rayet, « Adrien de Longpérier », Gazette des beaux arts, 1er février 1882, publié dans Études d’archéologie et d’art, XX, p. 396-404, Paris, 1888 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; É. Fontan dir., De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1994 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Loret, Victor (1859-1946)

115Égyptologue français, fondateur de l’école d’égyptologie de l’Université de Lyon. Grand linguiste et maître très complet. Né à Paris, fils et petit-fils d’organistes, il s’oriente d’abord vers des études musicales au Conservatoire de Paris, où il est le condisciple de C. Debussy. Sa carrière d’égyptologue commence par la rencontre de G. Maspero au musée du Louvre, à propos de textes hiéroglyphiques que le hasard lui a mis entre les mains. Il s’inscrit à l’École des hautes études pour suivre les cours de Maspero ; très doué pour les langues, il publie avant même de terminer ses études et, lorsque l’Institut français d’archéologie du Caire est fondé en 1881, G. Maspero en fait l’un des premiers membres. Il travaille avec E. Lefébure sur les textes de la Vallée des Rois, puis recopie les textes de nombreuses tombes thébaines. À son retour en France en 1884, il succède à E. Lefébure à la maîtrise de conférences pour l’égyptologie créée à Lyon en 1878 et, jusqu’en 1929, forme l’élite de l’égyptologie française. Nommé en 1897 directeur général du Service des antiquités, il ne reste à ce poste qu’une courte période jusqu’en 1899, mais il accomplit en peu de temps un travail considérable : à Saqqarah, il prend la suite de J. de Morgan, conduit pour la première fois des fouilles systématiques dans un secteur, celui de Téti, et dégage les premières pyramides des reines ; dans la Vallée des il fait nettoyer les tombes de III et d’Amenhotep II ; il crée outre les Annales du Service des antiquités. Il quitte l’Égypte en 1899 pour raisons de santé et reprend sa chaire à Lyon. Ses intérêts sont multiples, aussi bien pour la philologie, l’histoire, la religion, que pour la botanique la zoologie musicologue, il étudie la musique égyptienne antique. En matière de religion, il présente des idées originales mais très controversées sur le totémisme égyptien. À sa mort, il laisse de nombreux manuscrits inédits, en particulier, un monumental Dictionnaire hiéroglyphique. En 1932, il reçoit le prix Maspero. Chevalier de la Légion d’honneur, il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1945. De sa chaire de l’Université de Lyon, V. Loret a de grands C. P. Montet, A. Varille, J. Fare Garnot.

Bibliographie sélective :

116Voir la bibliographie établie par C. Kuentz, introduction aux Mélanges offerts à V. Loret, Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, t. XXX, 1931 ; Quelques documents relatifs à la littérature et à la musique populaires de la Haute-Égypte, 1884 ; La Tombe d’un ancien Égyptien, 1886 ; La Flore pharaonique, d’après les hiéroglyphiques et les spécimens trouvés dans les tombes, 1887 ; Manuel de langue égyptienne, 1889 ; L’Égypte au temps des pharaons, la vie, la science et l’art, 1889 ; Horus le faucon, 1903 ; L’Égypte au temps du totémisme, 1906 ; Études sur le nom égyptien de l’Oryx, 1908 ; Recherches les poissons représentés dans quelques tombeaux égyptiens, 1923.

117VOIR :
Mélanges Victor Loret, Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, t. XXX, Le Caire, 1931 ; J. Sainte Fare Garnot, «Victor Loret (1859-1946) », Revue archéologique XXXVIII, juil.-sept. 1951, p. 54-56 ; G. Lefebvre, Kémi 12, 1952, p. 5-23 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; A. Labrousse avec la collaboration de M. Albouy, Les Pyramides des reines. Une nouvelle nécropole à Saqqarah, Paris, 1999.

Lottin de Laval, Victorien (1810-1903)

118Archéologue et peintre orientaliste français, inventeur de la « lottinoplastique ». Fils d’un marchand chapelier, il reprit en l’ennoblissant le nom de sa mère – Marie-Victoire Delaval – et se fit appeler Victor Lottin de Laval. À l’âge de 13 ans, il s’installe à Paris, où, grâce à la protection de F. Guizot, il peut obtenir un emploi et fréquenter le milieu intellectuel et artistique de la capitale. Il peint alors ses premiers tableaux et rencontre F. de Saulcy, au contact duquel s’éveille sa vocation d’orientaliste et de voyageur ; en 1844, il gagne l’Orient, qu’il parcourt pendant trois ans, de l’Arménie à l’Égypte en passant par le Kurdistan, la Mésopotamie, la Perse, la Syrie et la Palestine. Il est le premier Européen à se rendre sur le chantier de P.-É. Botta à Khorsabad, où il prend des empreintes des reliefs grâce au procédé qu’il a mis au point au cours de son voyage. À son retour en France, il organise une exposition de ses moulages de Khorsabad et propose à l’État le secret de son procédé et sa collection, mais sans succès jusqu’en 1849, où on lui accorde une indemnité annuelle de 1500 francs. En 1850, il lui est confié une mission officielle pour le Sinaï, où il effectue le moulage de plus de deux cents inscriptions, reliefs et stèles, complétés par des documents relevés en Égypte. Le Louvre, où sont déposées les collections de Lottin, lui ménage un atelier sous les combles pour qu’il tire les épreuves en plâtre. En 1851, il est chargé de réaliser les moulages des reliefs assyriens conservés au British Museum pour compléter les collections françaises. À cette époque, où l’on envisage la reprise des travaux à Khorsabad, Lottin de Laval nourrit l’espoir de participer à une nouvelle mission conduite par F. de Saulcy, mais l’on confiera l’exploration du site à V. Place, nouveau consul à Mossoul. Le procédé de moulage inventé par Lottin est révélé à F. Thomas, qui l’appliquera à Khorsabad. La « lottinoplastique » consiste en un estampage au papier dont on tire une épreuve au plâtre. Après ses déconvenues parisiennes, Lottin se retire dans son manoir, près de Bernay, en Normandie, et se consacre alors à l’archéologie régionale, comme membre de la Société des antiquaires de Normandie ; il concourt à la création du musée de Bernay.

Bibliographie sélective :

119Voyage dans la péninsule Arabique du Sinaï et de l’Égypte moyenne. Histoire, géographie, épigraphie, Paris, 1855-1859 ; Manuel complet de Lottinoplastique, l’art du moulage de la sculpture en bas-relief et creux…, Paris, 1857 ; Bernay et son arrondissement Souvenirs et notices historiques et archéologiques, 1890.

120VOIR :
É. Delville, Lottin de Laval. Sa vie, son œuvre. 1810-1903, Paris, 1910 ; É. Fontan dir., De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1994 ; N. Zapata-Aubé, Lottin de Laval. Archéologue et peintre orientaliste, Bernay, 1997.

Lubbock, sir John, devenu lord Avebury (1834-1913)

121Entomologiste, anthropologue, botaniste et philosophe britannique. Gendre du général Pitt Rivers, il joue un rôle important dans la divulgation de l’archéologie préhistorique. Associé à la banque paternelle, il se forme lui-même à l’histoire naturelle en suivant les conseils de son voisin, C. Darwin, avec qui il entretient une profonde et longue amitié. Ces circonstances expliquent qu’il soit rapidement acquis à la théorie de l’évolution énoncée par Darwin dans son ouvrage « révolutionnaire », The Origin of Species by Means of Natural Selection or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life, paru en 1859. En 1855, le géologue C. Lyell le présente à la Geological Society et, en 1858, il est élu membre de la Royal Society. Comme de nombreux géologues et spécialistes de sciences naturelles, il s’intéresse vivement à la question de l’antiquité de l’homme et se tourne vers l’anthropologie et la préhistoire. De 1860 à 1864, il voyage dans toute l’Europe, visitant et étudiant tout à la fois la vallée de la Somme et les découvertes de Boucher de Perthes, les grottes de Dordogne, les villages lacustres suisses et les sites et musées danois. Acquis au système danois des Trois Âges, il contribue à la diffusion de ces idées nouvelles en traduisant l’ouvrage du zoologue danois S. Nilsson, Skandinaviska Nordens Urinvanare (Les Premiers Habitants de Scandinavie, 1re éd., 1838-1843 ; 2e éd., 1862-1866) et, à son tour, expose sa conception de la préhistoire dans son ouvrage Prehistoric Times, paru en 1865 et réédité sept fois jusqu’en 1913. Dans ce livre fondamental, dont le succès prodigieux auprès d’un large public concourut grandement à la reconnaissance de la « science préhistorique », il fournit le cadre chronologique définitif de la Préhistoire : il complète système danois y introduisant distinction proposée par les Français entre âge de la pierre taillée et âge de la pierre polie et propose les termes de Paléolothique et Néolithique. En 1866, il fait partie du groupe de préhistoriens européens qui fouillent à Hallstatt, avec J. Evans, G. Franks, É. Lartet et G. Morlot. Partageant avec Pitt Rivers les mêmes préoccupations scientifiques, il contribue à fonder avec lui en 1871 l’Anthropological Institute of Great-Britain, dont il devient le premier président. Soucieux de la conservation du patrimoine historique, il lutte de nombreuses années pour obtenir que soit enfin promulgué en 1882 The Ancient Monuments Act, qui garantit l’enregistrement et la protection des sites et monuments, grâce à la nomination d’un inspecteur, en l’occurrence le général Pitt Rivers. En ces années cruciales pour la reconnaissance de la préhistoire, Lubbock, comme les géologues C. Lyell et H. Falconer ou les préhistoriens J. Evans et J. Prestwich, a non seulement joué un rôle scientifique déterminant mais a aussi concouru à emporter l’adhésion d’un très large public.

Bibliographie sélective :

122Prehistoric Times as illustrated by Ancient Remains and the manners and Customs of Modern Savages, Londres, 1865 (trad. fr. 1867) ; The Origins of Civilisation and the Primitive Condition of Man, Londres, 1871.

123VOIR :
A. Geikie,
The Founders of Geology, Londres, 1905, 2e éd. ; H. B. Woodward, History of the Geological Society of London, Londres, 1907 ; H. G. Hutchinson, Life of Sir John Lubbock, Lord Avebury, deux vol., Londres, 1914 ; A. G. Duff, The Life and Work of Lord Avebury, Londres, 1924 ; G. Daniel, The Idea of Prehistory, Londres, 1962 ; id., A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 2e éd. 1975 ; G. W. Stocking, Victorian Anthropology, New York, 1987 ; B. G. Trigger, A History of archaeological Thought, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; M. Bowden, Pitt Rivers. The Life and archaeological Work of Lieutenant-General Augustus Henry Lane Fox, Cambridge, 1991.

Luynes, Honoré Théodoric Paul Joseph d’Albert, duc de (1802-1867)

124Aristocrate français, historien, archéologue, protecteur des lettres et des arts, il met aussi ses compétences en chimie et en géologie au service du progrès scientifique. Né à Paris, il meurt à Rome, où, toute sa vie, il entretient des liens étroits avec le milieu savant de l’Institut de correspondance archéologique. Il marque un goût précoce pour le dessin et son talent sert ses publications archéologiques. En 1825, lorsqu’est créé le Musée Charles-X au Louvre, il est nommé directeur adjoint des Antiquités grecques et égyptiennes ; après avoir organisé le nouveau musée, il donne sa démission. En 1825 et 1828, il accomplit deux séjours en Italie pour compléter sa formation sur les monuments antiques. Attiré par la Grande-Grèce et la Sicile, il commence, avec l’architecte F. J. Debacq, les fouilles de Métaponte. Ils effectuent des dessins et des relevés, restituant le plan de la cité, et révèlent sur certains éléments d’architecture des restes de polychromie. Pendant ce séjour en Italie, il entre en contact avec les savants réunis dans la Société des Hyperboréens romains et joue un rôle déterminant dans la fondation de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, dont il devient le mécène, finançant ses publications. Secrétaire de la section française de l’Institut, il participe également à la recherche par la publication de nombreux mémoires dans les Annales. Ces travaux lui valent, en 1830, son élection comme membre libre à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. De 1836 à 1851, il est membre du Conseil général de Seine-et-Oise. Après la Révolution de février 1848, il rentre de Rome à Paris et est élu à l’Assemblée nationale constituante, puis à l’Assemblée législative. Le coup d’État du 2 décembre 1851 marque la fin de sa carrière politique ; en effet, il donne sa démission de toutes ses fonctions, se retire et se consacre à l’étude : archéologie, numismatique, philologie, mais aussi sciences physiques, chimie et minéralogie. Il suit les cours du chimiste Barruel et installe un laboratoire et un musée d’histoire naturelle dans son domaine de Dampierre. Il se livre à une recherche sur la panification et sur la fabrication de l’acier fondu. Il tente d’élucider le processus de fabrication du vernis noir des vases dits étrusques – en fait les vases grecs – : après des analyses chimiques, il parvient à l’imiter, sans toutefois le reproduire exactement, et fabrique des vases qu’il fait cuire à la Manufacture de Sèvres. En 1832, il consacre à ces recherches sur la céramique antique un mémoire où il adopte le double point de vue de la fabrication et de l’art. Il porte un très grand intérêt à la photographie, et instaure un concours destiné à récompenser les inventeurs qui réussiront à réduire le coût et à améliorer la conservation des clichés. Il encourage les initiatives qui visent à servir l’histoire locale, par exemple en soutenant la création de la Société archéologique de Rambouillet, et l’histoire nationale et étrangère, en apportant des fonds aux publications. Il est cependant avant tout antiquaire archéologue porté vers l’étude des médailles et des vases peints, au sujet desquels il confie, dès 1829, de nombreuses contributions aux Annales de l’Institut de correspondance archéologique. Vers 1835, déplorant l’absence à Paris d’un institut d’archéologie équivalent de celui de Rome, il entreprend d’en promouvoir la création, sans pouvoir cependant aboutir ; pour assurer malgré tout le rayonnement de l’archéologie française, il lance et finance les Nouvelles Annales de l’Institut archéologique de la section française, rattachée à l’Institut de Rome. Cette publication étant réduite à un sort éphémère, il confie ses travaux sur les « médailles » à la Revue numismatique qui vient d’être créée. Il se tourne vers l’antiquité orientale, apprend l’arabe et l’hébreu, pour parvenir à la compréhension des textes phéniciens, palmyréniens et araméens ; il entreprend l’étude des monuments orientaux qu’il a réunis dans son château de Dampierre, et les compare à ceux des collections étrangères. Par l’étude de la tablette de bronze d’Idalion et le tableau comparatif qu’il établit des alphabets chypriote et phénicien, il ouvre le domaine alors tout à fait nouveau de l’épigraphie chypriote. Il apporte une contribution importante aux études sémitiques en achetant, pour l’offrir au musée du Louvre, le sarcophage d’Eshmounazar, découvert en 1855 par Peretié, chancelier du consulat de France à Beyrouth, et en rédigeant un mémoire sur la longue inscription en caractères phéniciens qu’il porte. Grand mécène de l’archéologie de son temps, il soutient l’égyptologie en finançant les travaux d’A. Mariette pour le dégagement du sphinx de Gizeh. La préhistoire n’échappe pas au cercle immense de ses intérêts et c’est en géologue qu’il envisage en 1864 la mission d’exploration à la mer Morte, organisée avec Louis Lartet, géologue, fils du célèbre préhistorien ; l’étude est tout à la fois géographique, ethnographique, archéologique et intéresse aussi l’histoire naturelle. Aux environs de Beyrouth, ils procèdent à l’exploration des cavernes signalées par P.-É. Botta et, par cette mission en Palestine, ils contribueront à imposer l’existence de la préhistoire dans cette région du monde. En son château de Dampierre, il réunit une importante collection d’antiquités, dont il fait don en 1862 au Cabinet des Médailles. En 1852, il reçoit de Frédéric-Guillaume IV l’ordre du mérite civil de Prusse, pour son soutien à l’Institut de correspondance archéologique de Rome. À une époque où la « science archéologique » prend essor et s’organise, le duc de Luynes joue un rôle important en donnant le premier exemple d’un mécénat qui permet la création de la première institution archéologique internationale, et en participant aux recherches dans les différentes disciplines historiques qui se définissent alors.

Bibliographie sélective :

125« Sur quelques médailles des Campaniens de Sicile », Annales de l’Institut de Correspondance archéologique, 1829, p. 150 ; «De la poterie antique», Annales de l’Institut de Correspondance archéologique, 1832, p. 138 ; avec F. J. Debacq, Métaponte, Paris, Firmin Didot, 1833 ; Études numismatiques sur quelques types relatifs au culte d’Hécate, Paris, Firmin Didot, 1835 ; Description de quelques vases peints étrusques, italiotes, siciliens et grecs, Paris, Firmin Didot, 1840 ; « Numismatique de Syracuse », Revue numismatique, Essai sur la numismatique des satrapies et de la Phénicie sous les rois Achéménides, deux vol., Paris, Firmin Didot, 1846 ; Numismatique et inscriptions cypriotes, Paris, 1852 ; Mémoire sur le sarcophage et l’inscription funéraire d’Esmunazar, roi de Sidon. Inscription punique de Malte, Paris, 1856 ; Exploration de la mer Morte et de la vallée de l’Arabah par la mission de M. le duc de Luynes, Paris, 1875 (publication revue et mise au point par M. de Vogüé).

126VOIR :
A. de Longpérier, « Discours prononcé aux funérailles de M. le duc de Luynes, le 28 déc. 1867 », Institut de France, 1867 ; Revue numismatique, 1867, p. 468 ; J.-D. Guigniaut, Notice sur la vie et les travaux de M. le duc de Luynes, Institut de France, 1868 ; J. L. A. Huillard-Bréholles, Notice sur M. le Duc de Luynes, Paris, Plon, 1868 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Lyell, sir Charles (1797-1875)

127Géologue britannique. Comme son compatriote J. Lubbock, il contribue à faire admettre et reconnaître la préhistoire. Il s’intéresse surtout à la stratigraphie et à la paléontologie et s’oppose à la conception catastrophiste de G. Cuvier. Chef de file de la géologie anglaise, il énonce ses Principles of Geology, parus pour la première fois en 1830-1833, et qui, en 1868, connaissent leur dixième édition, considérablement différente de la première, puisque l’auteur a tenu compte des découvertes intervenues pendant cette période d’intense activité scientifique. Dès 1830, et avant Darwin, il avance l’idée du développement des formes organiques les unes à partir des autres, émettant l’hypothèse de la transmutation ou transformation des espèces. C’est d’ailleurs après avoir lu l’œuvre de Lyell que C. Darwin conçoit sa théorie de l’évolution et fait paraître en 1859 son Origins of Species by Means of Natural Selection... Lyell soutient aussi que, les conditions géologiques anciennes étant semblables à celles que nous connaissons, on peut, par comparaison, comprendre le processus géologique des temps les plus reculés et que l’on doit admettre que les restes humains et les outils ensevelis sous des couches de stalagmites ou de terre ont été déposés très longtemps auparavant et que par conséquent, ils révèlent l’existence d’un homme préhistorique ; c’était plaider l’authenticité des découvertes intervenues en Europe, par exemple celles de P. Schmerling, à qui Lyell rend visite sur le site de la grotte d’Engis, près de Liège, où il a retrouvé deux crânes humains. Comme ses compatriotes géologues et naturalistes, il s’intéresse vivement à la question de l’antiquité de l’homme et à la préhistoire naissante : en 1858, il fait partie du comité constitué au sein de la Geological Society, à la demande de H. Falconer, pour vérifier par la fouille la présence combinée d’outils et d’ossements d’animaux « anthédiluviens » dans les grottes de Windmill Hill, Brixham : le test est positif puisque l’on retrouve des outils ensevelis avec des ossements d’animaux éteints sous des couches de stalagmites. En 1859, comme H. Falconer, J. Evans et J. Prestwich, il se rend à Amiens et Abbeville pour y étudier les découvertes de J. Boucher de Perthes et affirme publiquement la très haute antiquité de l’homme ; son livre, The Geological Evidence for the Antiquity of Man, publié en 1863 et immédiatement réédité à de nombreuses reprises, expose et défend les idées de J. Boucher de Perthes et de C. Darwin et gagne à la préhistoire un vaste public enthousiaste et curieux.

Bibliographie sélective :

128Principles of Geology, Londres, 1830-1833 (nombreuses rééd. revues et augmentées jusqu’en 1868) ; The Geological Evidences for the Antiquity of Man, Londres, 1863 ; Descent of Man, Londres, 1871.

129VOIR :
K. M. Lyell,
Letters and Journal of Sir Charles Lyell, Londres, 1881 ; T. G. Bonney, Charles Lyell and Modern Geology, Londres, 1895 ; A. Geikie, The Founders of Geology, Londres, 1905, 2e B. Woodward, History ofthe Geological Society of London, Londres, 1907 G. Daniel, One Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; C. Cohen et J.-J. Hublin, Boucher de Perthes. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, Belin, 1989.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

K
 
M

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site