Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
J
L

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

K

Texte intégral

Kamal, Ahmed (1849-1923)

1Premier égyptologue égyptien de renom. Il se forme à l’École d’égyptologie créée en 1868 au Caire et dirigée par H. Brugsch. Il est attaché au Service des antiquités, d’abord comme secrétaire interprète, puis il mène de nombreux chantiers à Deir el-Bersha, Gemel el-Teir, Gamhud, Assiout… Il devient par la suite conservateur au Musée du Caire, où il contribue au classement des collections et dont il publie certains catalogues. La fermeture de l’école égyptienne en 1875 portant préjudice à la formation de jeunes savants, G. Maspero tente de remédier à cette situation en annexant en 1881 une école au Musée de Boulaq et en confiant les cours à A. Kamal. Ce n’est qu’en 1922, à la suite de l’extraordinaire découverte de la tombe de Toutankhamon, qu’est instituée une chaire d’égyptologie à l’Université du Caire, où A. Kamal donne des cours d’égyptien ancien. À sa suite, de jeunes Égyptiens s’engageront dans la voie de l’égyptologie, obtiendront des postes d’inspecteurs des Antiquités et rempliront un rôle important sur les chantiers. Il publie ses travaux dans les Annales du Service des antiquités d’Égypte. Pionnier des études égyptologiques dans son pays, il est fait bey puis pacha et membre de l’Institut d’Égypte.

Bibliographie sélective :

2Stèles ptolémaïques et romaines, deux vol., Catalogue du Musée du Caire, 1904-1905 ; Tables d’offrandes, deux vol., Catalogue du Musée du Caire, 1906-1909.

3VOIR :
Journal of Egyptian Archaeology, 1923, p. 241 ; V. M. Mosseri, Bulletin de l’Institut d’Égypte, 1924, p. 171-172 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Karo, Georg (1872-1963)

4Archéologue allemand. Né à Venise, dans une famille juive très cultivée, il passe une grande partie de son enfance à Florence et achève sa scolarité au Gymnasium de Fribourg-en-Brisgau. À partir de 1890, il fait ses études de linguistique, de philologie et d’archéologie à l’Université de Munich puis à celle de Bonn. Sous la direction de G. Loeschcke, il présente en 1896 une dissertation intitulée De arte vascularia antiquissima quaestiones. Au terme de plusieurs années de voyages d’études et un séjour à Rome, il obtient en 1902 l’habilitation pour la chaire d’archéologie classique à Bonn. En 1905, il devient Second secrétaire du Deutsches Archäologisches Institut d’Athènes, avant de succéder à W. Dörpfeld comme Premier secrétaire (directeur), en 1912. À partir de 1910, il poursuit les fouilles d’H. Schliemann à Tirynthe et prend part au chantier de l’empereur Guillaume II à Corfou. Il quitte la Grèce en 1916, et, jusqu’en 1918, il assure la protection des monuments en Asie Mineure occidentale. En 1920, il devient professeur à l’Université de Halle et, en 1930, revient à Athènes comme directeur du DAI ; en butte à de nombreuses difficultés suscitées par les lois raciales, il accepte d’être mis à la retraite en 1936, se retire à Munich, mais se résout finalement à l’exil en 1939 et gagne les États-Unis, où il assure un enseignement comme professeur invité de diverses universités. Il retourne en Allemagne en 1952, choisit de vivre à Fribourg-en-Brisgau dont l’Université lui offre le titre de professeur honoraire. La République fédérale lui décerne la Croix du mérite. G. Karo s’est d’abord penché sur les influences orientales sur le premier art grec et étrusque. Dès le début des travaux d’A. Evans à Cnossos, il se consacre à la recherche sur la culture crétoise et mycénienne, qu’il étudie sur le terrain à Tirynthe et qu’il présente par de nombreux ouvrages et articles. Pendant sa double direction de l’Institut d’Athènes, il a donné un éclat remarquable à l’archéologie allemande en Grèce et augmenté son prestige auprès des autres nations européennes.

Bibliographie sélective :

5Führer durch die Ruinen von Tiryns, 1915, 2e éd., 1934. Die Schachtgräber von Mykenai, deux vol., 1930 et 1933 ; Die Greifen am Thron, 1959.

6Voir :
Son autobiographie :
Fünfzig Jahre aus dem Leben eines Archäologes, 1959 ; L. Curtius, « Georg Karo zum 60. Geburtstag », Münchner Neueste Nachrichten, 11. 1. 1932 ; F. Matz, « Georg Karo », Gnomon 36, 1964, p. 637 et sq. ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 181-182 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen archäologischen Instituts 1879 bis 1929, Mayence, 1979.

Kavvadias, Panayotis (1850-1928)

7Archéologue grec. Secrétaire de la Société archéologique d’Athènes et directeur des Antiquités de 1885 à 1909, il joue un rôle de premier plan dans l’archéologie de son pays. Il fait des études de philologie à Athènes et, comme boursier de l’État grec, il suit les cours d’H. Brunn à Munich. Entré en 1879 comme éphore au Service des antiquités, il fouille l’Asclépieion d’Épidaure et, en 1885, succède à P. Stamatakis, qui avait commencé le déblaiement de l’Acropole. Il entreprend alors de procéder à son nettoyage jusqu’au rocher et, dans une fosse, découvre quinze statues de korai. La qualité de ses travaux est en tous points comparable à celle des Allemands et des Français à Olympie, Pergame et Delphes. Il crée et organise le Musée d’ethnographie et d’archéologie et le Musée de l’Acropole. Il enseigne l’archéologie à l’Université d’Athènes de 1904 à 1922. À nouveau secrétaire de la Société archéologique d’Athènes de 1912 à 1920, il fonde l’Archaiologikon Deltion, dont il fournit six tomes. C’est à lui que la Grèce doit la première organisation systématique du Service archéologique ainsi que la conception et le vote de lois sur le patrimoine. Au sein de la Société archéologique d’Athènes, il joue un rôle dynamique en élargissant ses domaines d’action, en particulier aux monuments byzantins, en multipliant les fouilles et les créations de musées locaux. Il mène de nombreuses fouilles dont les plus importantes sont celles d’Épidaure, de Céphalonie et de l’Acropole. Il est élu membre de l’Académie d’Athènes en 1926.

Bibliographie sélective :

8« Epigraphai ek tôn en Epidauria anaskaphôn », Ta dèmosieugmata tês Archaiologikês Ephemeridos(AE), 1883, 1884, 1885; « Anaskaphai en tê Akropolei », AE, 1886; « Topographika Athinôn kata tês peri tèn Akropolin anaskaphas », AE, 1897 ; « Epigraphè ex Epidaurou », AE, 1901; « To ieron toû Asklepeiou en Epidaurô kai è Therapeia tôn asthenôn », Bibliothèkè tês en Athinais archaiologikês Etaireias (BAAE), 1900 ; avec G. Kawerau, « Anaskaphè tès Akropléôs apo toû 1885 mechri toû 1890 », BAAE, 1906-1907.

9Voir :
Th. Reinach, « La Grèce retrouvée par les Grecs », L’Hellénisme, 1er juillet-1er août 1907 B. Petrakos, E en Athinais Archaiologikè Etaireia. E historia tôn 150 chronôn tês. 1837-1987, Athènes, 1987 ; R. et F. Étienne, La Grèce antique retrouvée, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990 ; Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998.

Keller, Ferdinand (1800-1881)

10Archéologue suisse, l’un des pionniers de la préhistoire. Il fait des études de théologie et est ordonné en 1825. Cependant, il nourrit d’autres ambitions et s’engage dans des études de sciences naturelles à Zurich, Lausanne et Paris, où il rencontre un riche Anglais qui lui confie l’éducation de son fils : pendant six ans, le jeune homme parcourt la Grande-Bretagne. De retour en Suisse en 1831, il obtient un poste de professeur d’anglais à l’Institut de technologie de Zurich. Il découvre sa vocation d’archéologue lors d’une excursion d’étudiants aux tumuli préhistoriques de Burghölzli, dont il entreprend l’exploration. L’année suivante, il fonde la Züricher Antiquarische Gesellschaft qu’il présidera pendant quarante ans, publiant dans ses Mitteilungen les articles de nombreux savants européens avec lesquels il entretient d’étroites relations. Sa société mène l’exploration systématique des tumuli et des grottes de la région de Zurich ; par ses études systématiques des gisements du lac de Zurich, il fait entrer les villages lacustres dans le domaine de l’archéologie. Lors de l’étiage des hivers 1853-1855, il a l’occasion d’examiner et d’explorer l’établissement lacustre d’Obermeilen sur les rives du lac de Zurich : il y reconnaît un habitat des âges de la pierre et du bronze et d’une période intermédiaire. En identifiant ce site, puis d’autres (comme à Lüscherz-Locras, dans le canton de Berne), F. Keller inaugure les études des palafittes, qui connurent un essor très rapide, grâce aux travaux d’A. von Morlot, F. Troyon et É. Desor. À Robenhausen, sur le lac de Pfäffikon, près de Zurich, un fermier, J. Messikommer, révèle à F. Keller la découverte d’un village lacustre dont il entreprend la fouille ; ses travaux connaissent un immense retentissement et suscitent l’intérêt des préhistoriens, en particulier de G. de Mortillet qui visite le site et donne à la première phase du Néolithique le nom de Robenhausien. En 1875, on a inventorié plus de deux cents sites lacustres en Suisse et les recherches s’étendent au lac de Constance et à l’Italie du Nord sous l’impulsion d’É. Desor, G. de Mortillet et B. Gastaldi, G. Chierici, P. Strobel et L. Pigorini. En révélant plusieurs niveaux et périodes d’occupation, les recherches sur les sites lacustres et les terramare contribuent à la reconnaissance définitive de la préhistoire en Europe, en apportant par les fouilles stratigraphiques la confirmation de la théorie des Trois Âges, énoncée par les archéologues danois. De plus, on a l’illustration de ce que peut apporter l’examen minutieux de tous les indices matériels pour la connaissance de l’homme préhistorique et de son mode de vie ; ces travaux démontrent donc la nécessité d’une fouille stratigraphique et d’analyses scientifiques des divers éléments recueillis. F. Keller introduit, dans ses fouilles et publications, les premières études sur la faune et la flore des gisements. Il étudie les objets, et en particulier les séries d’épées, découverts sur le site de La Tène, sur le lac de Neuchâtel, par le colonel Schwab en 1858 : il les rattache à une période qu’il désigne comme l’âge du fer. F. Keller est le chef de file des savants qui se consacrent à l’étude des sites lacustres et ses travaux donnent une impulsion décisive à la préhistoire.

Bibliographie sélective :

11Huit mémoires publiés entre 1854 et 1879, dont « Keltischen Pfahlbauten in den Schweizerseen » Mitteilungen der Antiquarischen Gesellschaft in Zurich, t. 2, 1854, p. 68-100, traduits en anglais par J. E. Lee, The Lake Dwellings in Switzerland and other Parts of Europe, 1866.

12VOIR :
G. Bibby, The Testimony of the Spade, Londres, 1956 ; M. R. Sauter, « Cent ans de recherches dans les palafittes », Congrès préhistorique de France, XVe session, Poitiers-Angoulême, 1956, Paris, Société préhistorique française, 1957, p. 883-888 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome, 1988 ; N. Coye, « Le bel âge de l’archéologie lacustre entre Ferdinand Keller et Oscar Paret », dans B. Barraqué, D. Bley, G. Boëtsch, M. Masali, E. Rabino Massa dir., L’Homme et le lac. Usages et représentations de l’espace lacustre, Côme, 1995, p. 61-72.

Kenyon, Kathleen (1906-1978)

13Archéologue britannique. Fille aînée de Frédéric Kenyon, un moment directeur du British Museum, elle fait ses études d’histoire à Oxford et pratique l’archéologie militante en Grande-Bretagne où elle acquiert la maîtrise de la méthode stratigraphique mise au point par M. Wheeler ; elle participe en particulier à la fouille de la porte nord-ouest de la cité romaine de Verulamium-Saint Albans explorée par M. Wheeler et reproduira la même technique de dégagement en Palestine et, en premier lieu, à Samarie où elle collabore, de 1931 à 1934, au chantier dirigé par J. W. Crowfoot. Elle-même se reconnaît deux maîtres en archéologie: M. Wheeler et V. Gordon Childe En 1951 alors qu’elle est lectrice d’archéologie palestinienne auprès de l’Institut d’archéologie de l’Université de Londres, elle a déjà publié une révision de la stratigraphie de Tell es-Sultan-Jéricho d’après les dernières fouilles de J. Garstang de 1930-1936. En 1952, elle relance l’activité archéologique britannique en Palestine, où la British School de Jérusalem avait été contrainte à l’inactivité ; elle reprend les travaux britanniques sur ce site, dans le but de recueillir des informations supplémentaires sur la chute de la cité de l’âge du bronze final, d’étendre la fouille de l’implantation néolithique découverte par Garstang et enfin d’explorer les tombes des environs du site. Les résultats qu’elle obtient, après avoir relevé les erreurs de ses prédécesseurs, sont importants pour l’archéologie biblique proprement dite et révèlent l’un des sites les plus anciens de la région. En 1960, elle s’associe au père R. de Vaux, directeur de l’École biblique, pour mener les fouilles de l’Ophel à Jérusalem. K. Kenyon introduit en Palestine la méthode que M. Wheeler avait mise au point et appliquée en Grande-Bretagne, et ses chantiers seront des lieux de diffusion et d’apprentissage pour les nouvelles générations d’archéologues au Proche-Orient.

Bibliographie sélective :

14« Excavation Methods in Palestine », Palestine Exploration Quatterly, 1939 ; Beginning in Archaeology, Londres, 1952 ; Samaria-Sebaste III : the Objects, 1957 ; Archaeology in the Holy Land, Londres, 1960 ; Excavations at Jericho, cinq vol., I-II, Londres, 1965 ; III-V avec T. A. Holland, Oxford, 1981-1983 ; Digging up Jericho, Londres, 1965 ; « An Essay on Archaeological technique : the Publication of Results from the Excavation of a Tell », Harvard Theological Review, 64, 1971 ; Royal Cities of the Old Testament, Londres, 1971 ; Digging up Jerusalem, Londres, 1974.

15VOIR :
W. F. Albright,
The Archaeology of Palestine, Harmondsworth, 1949 ; Bulletin of the Archaeological Schools of Oriental Research, 232, 1978, p. 3-4 ; P. R. S. Moorey et P. Parr éds, Archaeology in the Levant. Essays for Kathleen Kenyon, Londres, 1978 ; A. S. Western: Levant, XI, 1979, III-IV; A. P., « Dame Kathleen Kenyon (1906-1978) », Syria 56, 1979, p. 215-216 ; P. R. S. Moorey, Un Secolo di Archeologia biblica, Milan, Electa, 1998; T. Holland, « Kathleen Mary Kenyon (1906-1978) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 2, Oxford, 1999, p. 481-493.

Kinch, K. F. (1853-1921)

16Archéologue danois. Élève de J. L. Ussing, avant d’entreprendre les fouilles de Rhodes, il voyage en Turquie, en Grèce du Nord et en Macédoine. De 1902 à 1908, puis en 19131914, il dirige, avec C. S. Blinckenberg (1863-1948), les fouilles à Lindos de Rhodes ; parallèlement à ces travaux, il mène des explorations au sud de l’île et dégage des tombes mycéniennes. En 1907, il commence des fouilles à Vroulia.

Bibliographie sélective :

17Fouilles de Vroulia (Rhodes), Berlin, 1914.

18Voir :
A. Rathje et J. Lund,
Recent danish research in Classical Archaeology, Acta Hyperborea 3, Copenhague, 1991, p. 11-56.

Koldewey, Robert (1855-1925)

19Architecte, ingénieur et archéologue allemand. L’un des plus grands pionniers de la fouille systématique, grâce à laquelle il mène à bien l’exploration complète de Babylone, restituant exactement l’urbanisme de la cité. Au terme d’études d’architecture, d’archéologie et d’histoire de l’art à Berlin, Munich et Vienne, il devient architecte de la Ville de Hambourg, puis il collabore aux fouilles américaines d’Assos en 18821883. En 1885-1886, il est chargé, par le Deutsches Archäologisches Institut, des fouilles de Lesbos. Il fait des recherches à Mytilène, découvre, à Neandria, le type du chapiteau éolien archaïque. En 1887, il voyage en Mésopotamie et fouille à Surghol-Nissa et à El-Hibba. En 1890, 1891 et 1894, il explore Sendjirli, importante ville hittite du nord de la Syrie, avec F. von Luschan. En 1892 et 1893, il relève les temples grecs d’Italie du Sud et de Sicile, avec O. Puchstein. En 1898-1899, il est chargé, par Guillaume II, d’une exploration de Baalbek. La même année, il reçoit des Musées de Berlin la direction des fouilles de Babylone, qu’il poursuit jusqu’à la prise de Bagdad par les Anglais en 1917. L’équipe de Babylone est nombreuse et comprend surtout des architectes, dont W. Andrae, J. Jordan ou A. Nöldecke, qui se forment avec R. Koldewey et, à leur tour, dirigeront d’importants chantiers où ils appliqueront les principes et méthodes acquis à Babylone. R. Koldewey est animé de préoccupations tout à fait nouvelles : il se fixe pour but l’examen minutieux de l’architecture, et la restitution de l’organisation sociale de la cité. Il atteint ces objectifs grâce à des méthodes rigoureuses de fouille que les Allemands sont premiers à introduire au Proche-Orient il par dégagements horizontaux et met au point la technique de déblaiement des murs en brique crue qui sera dès lors appliquée sur tous les chantiers du Proche-Orient. À la fin des travaux, le système défensif de la cité a été reconstitué ainsi que les portes monumentales la voie des processions et les principaux monuments ont été dégagés. Les briques émaillées qui ornaient la porte d’Ishtar sont systématiquement relevées et rangées dans six cent quarante-neuf caisses, conservées dans la maison de fouille d’Hillah jusqu’à leur acheminement aux Musées de Berlin en 1927. R. Koldewey préside à Berlin à l’organisation des salles consacrées aux fouilles de Babylone et conçoit le plan de la reconstitution grandeur nature de la porte d’Ishtar, que W. Andrae réalisera au Pergamonmuseum sur l’île des Musées. Après la Première Guerre mondiale, il engage avec C. Schuchhardt des fouilles sur plusieurs sites en Allemagne. R. Koldewey est l’un des plus grands architectes archéologues allemands qui donnent à l’archéologie de terrain son caractère scientifique au Proche-Orient comme en Grèce. Il forme toute une génération d’archéologues qui, grâce aux méthodes apprises à Babylone, restitueront le Proche-Orient dans son passé le plus lointain.

Bibliographie sélective :

20Die Architektur von Sendschirli, 1898 ; avec O. Puchstein, Die griechische Tempel in Sizilien und Unteritalien, 1899 ; Babylone ressuscitée, résultats des fouilles allemandes, 1913 ; Das wiedererstehende Babylon, 1914.

21VOIR :
C. Schuchhardt éd.,
Heitere und ernste Briefe aus einem deutschen Archäologen Leben, 1925 ; W. Andrae, Babylon, die versunkene Weltstadt und ihr Ausgräber, Robert Koldewey, Berlin, 1952 S. Foundations in the Dust, et W. Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 116-117 ; S. L. Marchand, Down from Olympus. Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Körte, Gustav (1852-1917)

22Archéologue allemand. En 1871, il commence ses études d’archéologie et de philologie ancienne à Göttingen puis devient l’élève d’H. Brunn à Munich et suit à l’Université de Berlin les cours d’E. Curtius, de Th. Mommsen et d’A. Kirchhoff. Il entreprend ensuite des voyages d’études en Italie et en Grèce et, de 1877 à 1879, il est assistant au Deutsches Archäologisches Institut d’Athènes. En 1881, il obtient la chaire d’archéologie à l’Université de Rostock ; de 1905 à 1907, il dirige le Deutsches Archäologisches Institut de Rome ; il achève sa carrière comme professeur d’archéologie classique à l’Université de Göttingen. En 1900, il ouvre avec son frère Alfred les premières fouilles à Gordion et révèle la spécificité culturelle de la Phrygie aux viiie et viie siècles av. J.-C. Sa contribution majeure à la recherche concerne la civilisation étrusque : non seulement, il complète l’ouvrage d’H. Brunn sur les urnes et celui d’E. Gerhard sur les miroirs, mais il étudie les fonds d’objets recueillis dans les nécropoles d’Orvieto et de Tarquinia. Ses travaux font de lui le meilleur spécialiste de la civilisation étrusque de son temps.

Bibliographie sélective :

23Voir l’article d’A. Körte, Biographisches Jahrbuch für Altertumskunde 177, p. 99 et sq., avec bibliographie ; Etruskischen Spiegel d’E. Gerhard, t. V, 1884-1887 ; Rilievi delle urne etrusche, t. II et IV, 1890-1916 ; avec A. Körte, Gordion, 1904.

24VOIR :
L. Wickert,
Beiträge zur Geschichte des Deutschen archäologischen Instituts 1879 bis 1929, Mayence, 1979 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988.

Kossinna, Gustav (1858-1931)

25Préhistorien allemand. Il fait d’abord des études de philologie classique, avant de se tourner vers la préhistoire. Il y est conduit par l’intérêt qu’il porte aux langues germaniques. La préhistoire n’étant représentée par aucune chaire universitaire, Kossinna s’engage dans la carrière des bibliothèques : en 1887, il est conservateur de la bibliothèque universitaire de Bonn puis, en 1892, de la bibliothèque royale de Berlin. Cependant, en 1902, il est nommé professeur de Préhistoire germanique à l’Université de Berlin. Ses premiers essais portent sur la question des Indo-Germains et tentent de démontrer que l’archéologie procure des explications plus sûres que celles de la philologie au problème des origines et des voies de migration. Il n’éprouve aucune sympathie pour les archéologues classiques qui dirigent la RGK (Römisch-Germanische Kommission) et ne sera jamais pleinement reconnu sur le plan universitaire. Et, en effet, en 1908, c’est l’archéologue classique, biographe de Schliemann, Carl Schuchhardt, qui obtient la direction du département de préhistoire des Musées royaux ; la même année, Kossinna fonde la Deutsche Gesellschaft für Vorgeschichte et son propre journal, Mannus. Il entend ainsi s’opposer à l’hégémonie des archéologues officiels en s’appuyant sur les sociétés provinciales et leurs réseaux d’amateurs. Il introduit une innovation importante qu’il désigne par le terme «Siedlungsarchäologie » : selon lui, les données archéologiques permettent des conclusions d’ordre ethnologique sans avoir recours aux sources écrites ; il considère comme indissociables le style et la race. Le livre qu’il publie en 1912, Die deutsche Vorgeschichte : Ein hervorragende nationale Wissenschaft, connaît un succès fulgurant et, en 1941, donne lieu à une huitième édition : il y affirme la supériorité de la préhistoire sur les disciplines classiques pour reconstituer le passé germanique. À la suite de Gobineau et de H. Stewart Chamberlain, il défend des théories racistes, d’où émerge la supériorité mystique d’une « grande race germanique ». Ces thèses inspirent en partie les principes raciaux du national-socialisme, et, en par « La préhistoire est la doctrine de la supériorité des peuples germaniques à l’aube de l’histoire ».

Bibliographie sélective :

26« Die vorgeschichtliche Ausbreitung der Germanen in Deutschland », Zeitschrift des Vereins für Volkskunde 6, 1, 1896 ; « Die indogermanische Frage archäologisch beantwortet » Zeitschrift für Ethnographie, 34, 1902 ; Die Herkunft der Germanen Zur Methode der Siedlungsarchäologie, Würzburg, 1911 ; Die deutsche Vorgeschichte : Eine hervorragende nationale Wissenschaft, Würzburg, 1912 ; Ursprung und Verbreitung der Germanen in Vor- und Frühgeschichtlicher Zeit, Würzburg, 1928 (2e éd. 1934).

27VOIR :
A. Götze, « Gustav Kossinnas Lebben und Wirken »
Mannus 24, n° 1-3, 1932 R. Stampfuss Gustaf Kossinna. Ein Leben für die deutsche Vorgeschichte, Leipzig, 1935 ; A. Schnapp, « Archéologie et nazisme » Quaderni di Storia 5, 1977, p. 1-26 ; B. G. Trigger, A History of Archaeological Thought, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; L. Klejn, « Gustaf Kossinna (1858-1931) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t.1, Oxford, 1999, p. 233- 246.

Kramer, Samuel Noah (1897-1990)

28Orientaliste américain, spécialiste des textes littéraires sumériens. Professeur à l’Université de Pennsylvanie et conservateur au musée, auteur de l’ouvrage L’Histoire commence à Sumer, qui présente la civilisation sumérienne et rencontre immédiatement un tel succès qu’il est plusieurs fois réédité. Né en Ukraine, fils d’un rabbin, il émigre aux États-Unis en 1906 avec sa famille. En 1929, il obtient son PhD avec E. Speiser, et une bourse lui permet d’accompagner son maître sur le chantier de Billah, puis E. Schmidt à Fara. Formé par Arno Poebel, linguiste qui publie en 1923 une grammaire sumérienne détaillée (Grundzüger sumerischen Grammatik) et donne à la sumé-rologie ses fondements scientifiques, il s’attache à l’étude des textes littéraires sumériens, découverts sur les tablettes exhumées par milliers à Nippur, lors des fouilles américaines menées entre 1889 et 1900, et conservées à l’University Museum de Philadelphie et au musée des Antiquités orientales d’Istanbul. En 1933, S. N. Kramer est chargé par l’Oriental Institute de Chicago de mener à bien le grand Dictionnaire assyrien dont E. Chiera avait réuni les matériaux, en particulier les copies de textes littéraires de Nippur qu’il avait réalisées à Istanbul et à Philadelphie. Il prend alors conscience de la nécessité de publier le plus grand nombre possible des tablettes de Nippur et, pendant les vingt années suivantes, consacre la plus grande partie de son activité scientifique à autographier, compléter, traduire et interpréter les documents concernant les textes littéraires sumériens. Les fonds pour le Dictionnaire assyrien ayant été supprimés, N. Kramer se retrouve sans ressources et mène une vie difficile jusqu’en 1943, date à laquelle il est nommé conservateur adjoint de l’University Museum à Philadelphie ; en 1948, il deviendra professeur d’assyriologie à Philadelphie. En 1937, nanti d’une bourse du fonds Guggenheim, il se rend à Istanbul et, en collaboration avec le Service turc des antiquités, copie cent soixante-dix tablettes de la collection de Nippur, auxquelles s’ajoutent, en 1946 et 1951-1952, quatre cents pièces recopiées avec l’aide des archivistes du musée d’Istanbul. En 1948, les fouilles américaines reprennent à Nippur, sous l’égide de l’Oriental Institute de l’Université de Chicago et de l’University Museum de Philadelphie, et révèlent des centaines de nouveaux documents que S. N. Kramer et T. Jacobsen étudient pour combler les lacunes et parfaire la connaissance des « belles-lettres » sumériennes. Après sa retraite, il continue à enseigner comme professeur invité à Indiana, Copenhague, Paris et Jérusalem. Il n’est pas de domaine de la littérature sumérienne auquel Kramer n’ait apporté de contribution fondamentale. En transcrivant sans relâche les textes conservés dans de multiples musées et en confrontant les documents, il parvient à reconstituer des pans entiers de récits mythiques, d’hymnes, de prières et de contes épiques.

Bibliographie sélective :

29The Lamentation over the Destruction of Ur, Chicago, 1940 ; Sumerian Literary texts from Nippur, New Haven, 1944 ; Enmarkar and the lord of Aratta, Philadelphie, 1952 ; LHistoire commence à Sumer, 1re éd. fr., Paris, Fayard, 1957 ; 2e éd. 1975 ; 3e éd. 1986, avec préface de J. Bottéro ; The Sumerians, Chicago, 1963, 2e éd. 1970 ; The Descent of Innana, 1968 ; Sumerian Literary Tablets and Fragments II, Ankara, 1976.

30VOIR :
T. Jacobsen,
Archiv für Orientforschung, 1989-1990, p. 197-198.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

J
 
L

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site