Version classiqueVersion mobile
G
I

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

H

Texte intégral

Hakemi, Ali (1915-1997)

1Archéologue iranien. Il est l’un des artisans de la relance de l’archéologie en Iran après le Seconde Guerre mondiale. Né à Rasht, il fait ses études d’archéologie et d’architecture à Téhéran ; cette double spécialisation était très appréciée par le Service des antiquités de l’Iran, dirigé par A. Godard qui avait lui aussi suivi ce double cursus et qui, en 1939, reçoit A. Hakemi au sein de l’équipe du Musée Iran Bastan de Téhéran. Le jeune archéologue architecte y accomplit toute sa carrière jusqu’en 1977. Il participe au formidable développement de l’activité archéologique en Iran pendant les années soixante et soixante-dix : le nombre des chantiers auxquels il prend part ou qu’il dirige est considérable. Il commence par travailler à Persépolis, Pasargades, Suse et Nippur. Par la suite, il explore de nombreux sites dans la province de Gilan et participe aux travaux d’Hasanlu. L’une de ses entreprises les plus importantes est menée entre 1970 et 1977, dans le district de Shahdad, au sud de l’Iran, où il révèle une série de sites du IIIe millénaire qui témoignent d’une riche civilisation de l’âge du bronze inconnue jusque-là. Il est en relation personnelle et épistolaire avec tous les grands spécialistes de l’Iran. Il occupe également responsabilités il assure la direction du Musée Iran Bastan par deux fois, de 1956 à 1960, puis à partir de 1968. Il participe à de nombreuses sessions du Congrès sur l’archéologie de l’Asie du Sud à Venise, Paris, Berlin, Helsinki, Cambridge, et enfin à Rome, où il succombe brusquement.

Bibliographie sélective :

2Shahdad : archaeological excavation of a Bronze Age center in Iran, Rome, 1997.

3VOIR :
H. Bivar, « Doctor Ali Hakemi », School of Oriental and Asian Studies, Londres, 16.7.1999.

Halbherr, Federico (1857-1930)

4Archéologue italien. Initiateur de la mission archéologique italienne en Crète. Professeur d’épigraphie et d’antiquités grecques à l’Université de Rome à partir de 1889. Élève à Florence de l’épigraphiste D. Comparetti, il fait en 1883 un séjour à Athènes et se révèle remarquable épigraphiste puis, l’année suivante, il gagne la Crète où l’envoie son maître et y découvre l’inscription de l’ekklesiasterion de Gortyne : cette découverte lie son destin à la Crète et marque le début des entreprises italiennes en Méditerranée. Par la suite, jusqu’en 1888, il retourne à plusieurs reprises en Crète et devient archéologue, découvrant la grotte de l’Ida et ses magnifiques bronzes orientalisants ainsi que les inscriptions du temple d’Apollon Pythien ; il se livre également à d’importantes observations topographiques. Tous ces travaux sont réalisés par F. Halbherr seul et grâce à des fonds privés. La situation politique de la Crète et celle de l’Italie rendant impossible l’organisation d’une mission italienne, F. Halbherr, au cours d’un deuxième voyage aux États-Unis, accepte de travailler pour la Société archéologique américaine qui lui permet de séjourner en Crète en 1893-1894, années au cours desquelles il se consacre à la sauvegarde de l’inscription de Gortyne et à son relevé pour la publication dans le Corpus ; il est alors accompagné de plusieurs membres de la Scuola Archeologica de Rome qui entreprennent l’exploration systématique de l’île. F. Halbherr conçoit le projet d’une mission italienne permanente et souligne le grand intérêt politique d’une telle initiative au moment où la Crète est placée sous le contrôle des nations européennes. Grâce à l’action de L. Pigorini, directeur de la Scuola Archeologica de Rome, et de D. Comparetti, le gouvernement italien, désireux d’affermir la position de l’Italie dans l’île et en Méditerranée, décide la constitution d’une mission officielle en Crète. En 1899, la première mission italienne jamais organisée à l’étranger est celle dont F. Halbherr prend la responsabilité en Crète ; il est en accompagné de G. de Sanctis et de L. Savignoni, élève de la Scuola Archeologica de Rome. De Gortyne les fouilles sont portées à Phaistos où elles sont confiées à L. Pernier, et à Haghia Triada où F. Halbherr travaille avec R. Paribeni. La mission de Crète met l’Italie au rang des grandes nations européennes, et favorise la création de l’École italienne d’archéologie d’Athènes en 1909 ; F. Halbherr, inquiet de conserver la première place à la mission de Crète, propose et obtient que la direction de la nouvelle école soit confiée à L. Pernier. Il joue un rôle de premier plan dans l’essor de l’archéologie italienne en Méditerranée il élabore, dès de à Libye, où se en 1910, à la veille de l’intervention militaire. Après la conquête, il organise en Libye le service archéologique.

Bibliographie sélective :

5« Scavi e trovamenti nell’antro di Zeus sul Monte Ida in Creta », Museo italiano di Antichità, II, 1888 ; « Researches in Crete », Antiquary XV-XXVIII, 1891-1893 ; « Le leggi di Gortyna e le altre iscrizioni arcaïche cretesi edite e illustrate », Monumenti Antichi III, 1893 ; F. Halbherr, E. Stefani et L. Banti, « Haghia Triada nel periodo tardo palaziale », Annuario della Scuola archeologica italiana di Atene 55, 1977, p. 7-342.

6VOIR :
C. Anti, « L’esplorazione archeologica italiana della Cirenaïca », Rivista di Filologia e Istruzione VI, 1928 ; L. Pernier, « Commemorazione del socio Federico Halbherr », Rendiconti Accademia dei Lincei VI-6, 1930, p. 428 et sq. ; S. Aurigemma, « F. Halbherr e la missione archeologica italiana in Cirenaica e Tripolitania », Africa italiana, IV, 1931, p. 237-250 ; S. Accame, F. Halbherr e G. De Sanctis. Pionieri delle Missioni archeologiche italiane a Creta e in Cirenaica. Dal carteggio De Sanctis 1909-1932, et F. Halbherr e G. De Sanctis. Nuove lettere dal carteggio De Sanctis 1892-1932, Studi pubblicati dall’Istituto italiano per la storia antica, 34 et 37, Rome, 1984 et 1986 ; A. di Vita, « 1884-1984 : cento anni di archeologia italiana a Creta » Creta antica, Rome, De Luca Editore, D. Levi, « L’opera di Federico Halbherr », Cento anni di attività archeologica italiana in Creta. Giornata lincea, Roma 15 gennaio 1985, Rome, 1985, p. 7-14 ; V. La Rosa éd., L’Archeologia italiana nel Mediterraneo, Catane, 1985 ; id., « Archeologia e imperialismo da F. Halbherr a R. Paribeni », Rivista di storia della storiografia moderna VIII/2-3, 1987, p. 75-89 ; M. Petricioli, Archeologia e Mare Nostrum. Le missioni archeologiche nella politica mediterranea dell’Italia 1898-1943, Rome, Valerio Levi Editore, 1990 ; La Ricerca archeologica nel Mediterraneo. P. Orsi, F. Halbherr, G. Gerola., Rovereto, 1991.

Hall, Henry Reginald Holland (1873-1930)

7Égyptologue et orientaliste britannique. Après des études à Oxford, il entre au British Museum, comme assistant de W. Budge en 1896, devient assistant du Département des antiquités égyptiennes et assyriennes en 1919, puis conservateur, de 1924 à sa mort. Il fouille avec É. Naville à Deir el-Bahari de 1903 à 1907, et à Abydos en 1910 et 1925. Pendant la Première Guerre mondiale, il travaille d’abord dans le Service de presse militaire, puis dans le service d’intelligence. Il relaie, en 1919, R. Campbell-Thompson sur le site d’Ur, pour le compte du British Museum, et découvre, la même année, le site d’El Obeïd, à six kilomètres d’Ur : en quelques semaines, il dégage la structure quadrangulaire d’un temple, prototype des ziggourats sumériennes, et recueille des objets manifestement préhistoriques. Faute de crédits suffisants, le chantier sera fermé et les travaux à Ur et El Obeïd ne reprendront qu’en 1922, sous la direction de L. Woolley, à la tête d’une Joint Expedition du British Museum et de l’Université de Pennsylvanie.

Bibliographie sélective :

8The Oldest Civilisation of Greece, 1901 ; avec L. W. King, Egypt and Western Asia in the Light of Recent Discoveries, 1907 ; avec É. Naville et alii, The Eleventh Dynasty Temple at Deir el-Bahari, trois vol., 1907-1913 ; Ancient History of the Near East from the Earliest Times to the Battle of Salamis, 1913 ; avec L. Woolley et alii, Al’Ubaid, 1927 ; avec L. Woolley, Ur Excavations.

9VOIR :
C. J. Gadd,
Antiquaries Journal 11, 1931, p. 73-74 ; W. R. Dawson E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 131-132 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust, Londres, 1980.

Haller von Hallerstein, Carl, baron (1774-1817)

10Architecte et voyageur allemand. Il naît dans une famille patricienne de Nuremberg et reçoit une formation militaire dans la tradition familiale ; dans ce cadre, il étudie l’architecture à la Carls-Schule de Stuttgart et se perfectionne à Berlin. Il devient membre de la Berliner Architektonischen Gesellschaft à laquelle appartiennent aussi K. F. Schinkel et L. von Klenze. En 1806, il devient inspecteur des Bâtiments à Nuremberg, mais, dès 1808, entreprend un voyage de deux années en Italie : il gagne Rome à pied et consacre son temps à dessiner et à étudier l’architecture antique et chrétienne primitive. Il entre dans un cercle d’artistes et de savants et forme avec eux le projet d’un voyage en Grèce : ses compagnons seront son compatriote Jacob Linkh, les danois Peter Oluf Brönsted et George Koes et le baron balte O. Magnus von Stackelberg. L’expédition est organisée dans une perspective savante et l’on prévoit une publication collective qui ne verra jamais le jour. À l’automne 1810, on atteint Athènes où les amis rencontrent les architectes anglais J. Foster et C. R. Cockerell qui se sont fixé le but d’améliorer l’œuvre de J. Stuart. Tous se réunissent en une association à laquelle il donne le nom de Xénéion, première société archéologique internationale. En 1811, ils se rendent à Égine où ils dégagent le temple et en détachent les précieuses statues qui seront vendues aux enchères et acquises par Louis de Bavière pour la Glyptothèque de Munich ; l’année suivante, ils procèdent à des travaux sur le temple d’Apollon Épikourios de Bassae dont ils détachent la frise vendue à la Grande-Bretagne. Haller dessine et relève très exactement les monuments et fait ainsi progresser l’étude de l’architecture antique ; Cockerell publiera après la mort prématurée de Haller les documents réunis par lui à Égine et Bassae (The Temple of Jupiter Panhellenius at Aegina and of Apollo Epicurius at Bassae, Londres, 1860). Haller travaille également sur le théâtre de Mélos et les monuments de l’Acropole d’Athènes dans l’intention d’en donner des reconstitutions aussi exactes que possible : la rigueur que Haller montre dans ses relevés fait de lui le précurseur en Allemagne des recherches archéologiques sur l’architecture. A. Furtwängler le considérait aussi comme le premier archéologue auteur de fouilles véritablement scientifiques à Égine puis à Ithaque. Haller meurt en Thessalie en 1817.

11VOIR :
G. Roux, Le Temple de Bassae. Relevés et dessins du temple d’Apollon, Strasbourg, 1976 ;

12H. Bankel éd., Karl Haller von Hallerstein in Griechenland 1810-1817. Architekt, Zeichner, Bauforscher, Berlin, 1986 ; R. et F. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990.

Hamdi Bey, Osman (1842-1910)

13Archéologue turc. En véritable précurseur, il établit un trait d’union entre l’Empire ottoman et la France. La Turquie lui doit les musées d’antiques, la bibliothèque archéologique, l’École des beaux-arts, le Service des monuments archéologiques et des fouilles, les lois sur les antiquités, qui mettent fin aux dilapidations et au vandalisme. Il a favorisé les travaux français en archéologie grecque et orientale. Fils d’un haut personnage, il vient à Paris en 1857, pour y étudier le droit, les sciences politiques et la peinture. En 1867, il est le commissaire ottoman à l’Exposition universelle de Paris. Ses liens familiaux facilitent son accès aux fonctions publiques : en 1869, il devient directeur des affaires politiques du vilayet de Bagdad. Secrétaire général au ministère des Affaires étrangères, il prend ensuite la direction de la presse. En 1881, il reçoit la responsabilité des collections d’antiquités réunies depuis 1852 par Fethi Pacha, grand-maître de l’Artillerie. Il propose à S. Reinach d’en établir le catalogue. Tous deux travaillent en collaboration et Hamdy Bey se forme à l’archéologie grecque. Il obtient des crédits pour l’installation du musée, la création d’une bibliothèque et l’outillage d’une école des beaux-arts. De 1883 à 1895, il fouille avec D. Baltazzi, commissaire du gouvernement turc auprès de l’équipe française de Myrina, où il poursuivra lui-même les travaux pour les musées impériaux. En 1887-1888, il découvre à Sidon les fameux sarcophages, dont il offre la publication à Th. Reinach. À Constantinople, il poursuit l’agrandissement des musées, secondé par son fils Edhen, et confie à des archéologues français, A. Joubin et G. Mendel, le soin des catalogues. Il milite dans le mouvement Jeunes Turcs et salue avec joie les événements de juillet 1908. Élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1893, il est aussi docteur honoris causa de quatre universités allemandes et de deux universités anglaises.

Bibliographie sélective :

14Avec Th. Reinach, Une nécropole royale à Sidon. Fouilles de Hamdy-Bey, 1892.

15VOIR :
S. Reinach, Revue archéologique, 1911.

Hamilton, sir William (1730-1803)

16Diplomate et antiquaire britannique. Ambassadeur britannique à Naples en 1764, il réunit l’une des plus importantes collections de vases grecs de son temps, achetée ensuite par le British Museum. Il confie la publication de cette collection au chevalier d’Hancarville et demande à J. J. Winckelmann, qu’il reçoit chez lui à Naples, d’assurer la description des vases du point de vue historique et mythologique : le savant allemand ne mènera pas à bien ce travail commencé en 1767. Le succès de cette collection en Angleterre et sa publication incitèrent J. Wedgwood à fabriquer ses vases dans le style « étrusque », dans des ateliers qui portent encore le nom d’Etruria.

Bibliographie sélective :

17Chevalier d’Hancarville, Collection of Etruscan, Greek and Roman Antiquities from the Cabinet of the Hon.ble Wm. Hamilton, his Britannic Majesty’s Envoy Extraordinary at the Court of Naples, 1766.

18VOIR :
B. Fothergill,
Sir William Hamilton : Envoy Extraordinary, New York, 1969 (avec bibliographie) ; F. Haskell, dans E. Chaney-N. Ritchie éds., Oxford, China and Italy. Writings in Honour of Sir Harold Acton on his Eightyth Birthday, Londres, 1984, p. 177-191 ; M. Vickers, « Value and Simplicity. Eighteenth-Century Taste and the Study of Greek Vases », Past and Present 116, 1987, p. 98-37 A.-F. Laurens, « L’Europe des amateurs : la mémoire à l’ancan », dans C. Landes et A-F. Laurens éds., 1988, Les Vases à mémoire. Les collections de céramique grecque dans le Midi de la France, Montpellier ; A. Schnapp, « La pratique de la collection et ses conséquences sur l’histoire de l’Antiquité. Le chevalier d’Hancarville », dans K. Pomian et A.-F. Laurens éds., L’Anticomanie, La collection d’antiquités aux xviiie et xixe siècles, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1992, p. 209-218 ; E. Chevalier, « Un collectionneur à Naples au xviiie siècle : l’ambassadeur d’Angleterre William Hamilton », dans Les Archéologues et l’archéologie : Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 233-251.

Hancarville, P., baron, chevalier d’ (1719-1805)

19Aventurier et historien de l’art français. Premier éditeur de la collection de vases grecs de W. Hamilton, ambassadeur de Grande-Bretagne à Naples. Aventurier né à Nancy et mort à Padoue, il est aussi homme de salon familier de Voltaire, Lessing et Winckelmann. Le recueil publié en 1766 connaît un très grand succès, malgré toutes ses insuffisances. Quoi qu’il en soit, il introduit dans l’étude des vases des notions fondamentales : il répartit les vases en catégories définies selon la destination des objets (la religion, la vie publique ou la vie privée), qui elles-mêmes déterminent l’usage des vases, considérés comme des œuvres d’art susceptibles de permettre de reconstituer une histoire de la peinture. Un soin particulier, et nouveau dans ce type d’ouvrage, est apporté à la reproduction la plus exacte possible des objets à l’échelle, avec recours à la couleur. D’Hancarville peut être considéré comme l’un des précurseurs de l’analyse de la céramique grecque.

Bibliographie sélective :

20Collection of Etruscan, Greek and Roman Antiquities from the Cabinet of the Hon.ble Wm. Hamilton, his Britannic Majesty’s Envoy Extraordinary at the Court of Naples, 1766 ; Antiquités étrusques, grecques et romaines tirées du cabinet de M. Hamilton envoyé extraordinaire de Sa Majesté Britannique en cour de Naples, 1768-1776 ; Recherches sur l’origine, l’esprit et les progrès des arts de la Grèce ; sur leurs connexions avec les arts et la religion des plus connus ; sur les monuments antiques de Perse, du reste de l’Asie, de l’Europe et de l’Égypte, Londres, 1785 ; Antiquités étrusques, grecques et romaines, ou Les beaux vases étrusques, grecs et romains et les peintures rendues avec les couleurs qui leur sont propres, Paris, 1787 (2e éd. augmentée et modifiée).

21VOIR :
F. Haskell, « The Baron d’Hancarville, an Adventurer and Art Historian in Eighteenth-Century Europe », dans
Past and Present in Art and Taste, Yale, 1987, 30-45 (trad. fr. De l’art et du goût, jadis et naguère, Paris, 1989, p. 79-105) ; M. Vickers, « Value and Simplicity and the Study Greek Vases », Past and Present 116, 1987, p. A. Schnapp, « La pratique collection et ses conséquences sur l’histoire de l’Antiquité. Le chevalier d’Hancarville », dans K. Pomian et A.-F. Laurens éds., L’Anticomanie. La collection d’antiquités aux xviiie et xixe siècles, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1992, p. 209-218.

Hansen, Christian (1803-1883)

22Architecte danois, né à Copenhague. En 1831, il obtient une bourse de voyage et, avant de gagner Rome, passe par Berlin et Munich, où il admire les réalisations des architectes néo-classiques, K. F. Schinckel et L. von Klenze. Il passe deux ans à Rome, où il fréquente le cercle de Thorvaldsen et étudie les monuments antiques et les collections des musées du Vatican. En 1831, il part pour Athènes et y séjourne dix-sept ans. Avec L. Ross et l’architecte allemand E. Schaubert, il entreprend une restauration de l’Acropole, de 1835 à 1837. À la demande du gouvernement grec, il construit, à Athènes, le bâtiment de la Monnaie et l’université.

23VOIR :
I. Haugsted, « L’École architecturale de Copenhague », Athènes, ville capitale, Athènes, 1985, p. 74-81.

Hase, Karl Benedikt/Charles Benoît (1780-1864)

24Philologue français d’origine allemande, le plus grand spécialiste de paléographie grecque de son temps, le seul à associer la connaissance intime des auteurs grecs classiques et celle des auteurs byzantins. Il appartient à une famille de très ancienne bourgeoisie et est élevé dans un milieu très cultivé. À la mort de son père en 1791, la situation économique familiale se dégrade brusquement mais il bénéficie à Weimar de l’enseignement et du soutien de l’archéologue K. A. Böttiger, avec qui il entretiendra une longue et riche correspondance. En 1798, il s’inscrit à la Faculté de philosophie et de théologie de l’Université de Iéna, mais la quitte pour celle de Helmstedt, où vit son grand-oncle J. B. Carpzow, homme influent qui lui obtient un poste au lycée et une bourse ; il peut ainsi entreprendre des études de philologie classique, apprendre le turc et l’arabe et lire le Coran. Il retourne pourtant à Iéna et suit les cours de chimie, géographie, histoire naturelle et mathématiques. En même temps, il approfondit sa connaissance des langues anciennes et apprend le grec moderne. Séduit par la cause de l’indépendance grecque, il quitte la Thuringe en septembre 1801 pour participer à la libération du Péloponnèse. Mais il se rend tout d’abord, à pied, à Paris pour y parfaire sa connaissance des langues orientales auprès de Silvestre de Sacy. Il entre en contact avec A.-L. Millin et l’helléniste d’Ansse de Villoison, qui lui confie l’étude de manuscrits grecs et lui fait rencontrer le baron de Breteuil ; il fréquente aussi la marquise de Condorcet, veuve du philosophe, qui l’introduit dans le milieu de la franc-maçonnerie. Il travaille à la Bibliothèque impériale, où ont été déposés les milliers de manuscrits rapportés d’Italie et d’Allemagne par Bonaparte, et noue des relations avec A. von Humboldt, de retour de son expédition en Amérique du Sud, qui a choisi de résider à Paris pour rédiger le compte rendu de ses travaux. C. B. Hase transcrit alors et traduit en latin les manuscrits inédits de Léon Le Diacre, historien byzantin du xe siècle Grâce à A. von Humboldt, il entre en relation avec les plus grands savants français, dont J.-F. Champollion et surtout le grand orientaliste I. Silvestre de Sacy. Introduit et soutenu par l’élite de l’orientalisme, il obtient en 1805 un poste au département des manuscrits de la Bibliothèque impériale et accomplira dans cette institution une brillante carrière puisqu’en 1832, il sera nommé administrateur du département des manuscrits, en charge des études internationales et de la recherche. À son entrée à la Bibliothèque impériale, il est également nommé « inspecteur général du concours des lycées » et se voit confier par la reine Hortense l’éducation de ses enfants, dont le futur Napoléon III. En 1816, il succède à Ansse de Villoison en chaire de grec moderne et de paléographie grecque à l’École des langues orientales vivantes, où il donne une forte impulsion aux études byzantines. Élu en 1824 membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il joue un rôle important dans les relations entre les savants français et allemands. Professeur d’allemand à l’École polytechnique depuis 1830, il a contribué à la formation de nombreux officiers français qui, en Algérie, mirent à profit son enseignement de l’histoire antique et de numismatique en procédant au relevé d’inscriptions. Il appartient aux commissions de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, constituées dès 1833 pour l’exploration scientifique de l’Algérie, puis il prend part à la commission de publication en 1842. En 1839, il accompagne les fils de Louis-Philippe en Algérie, pour les intéresser aux monuments antiques et à leur conservation, et visite Alger, Bougie, Philippeville, Bône, Blida et une partie de l’Atlas. Il entreprend une nouvelle édition du Thesaurus Graecus de Henri Estienne, constituant un répertoire étymologique à partir de textes tirés des auteurs classiques, des inscriptions et des pères de l’Église. En 1847, il succède à I. Silvestre de Sacy à la présidence de l’École des langues orientales vivantes, et est promu par Napoléon III commandeur de la Légion d’honneur. En 1852, est créée pour lui la première chaire de grammaire comparée à la Sorbonne. Membre de sept académies européennes, il est docteur honoris causa de l’Université de Iéna. Son immense correspondance, qui témoigne de ses relations avec les plus grands intellectuels de son temps, est conservée au Goethe und Schiller Archiv de Weimar et a fait l’objet d’études et de publications partielles par certains des membres de sa famille.

Bibliographie sélective :

25Recueil de mémoires sur différents manuscrits grecs de la Bibliothèque impériale, Paris, 1810 ; Commentarius de J. L. Philadelphino Lydo ejusque scriptis ; articles dans les notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque royale, la Revue archéologique, le Journal des savants et le Bulletin universel des sciences ; édition du Thesaurus linguae Graecae de H. Estienne ; Recommandations pour la sauvegarde des monuments antiques en Algérie.

26VOIR :
J. Guigniaut, Notice historique sur la vie et les travaux de Charles Benoît Hase, Paris, 1868 ; M. Bréal, « La Jeunesse de M. Hase », Revue des Deux Mondes 56, 1883, p. 347 ; C. Pitollet, « Le père Hase. Histoire de la venue en France de celui qui refusa A. France au baccalauréat », La Renaissance d’Occident 3, 1922 ; J.-F. Foucaud, La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), Paris, 1978 ; H. Höstmark-Peucer, « Aus dem Leben Karl Benedikt von Hases (11.5.1780-21.3.1864) nach den Errinerungender Familie Peucer », dans H. C. von Hase éd., XXII. Mitteilungen des Haseschen Familienbundes, avril 1981 ; P. Petitmengin, « Deux têtes de pont de la philologie allemande. Le Thesaurus Graecus et la Bibliothèque des auteurs grecs (1830-1867) », dans M. Bollack-H. Wismann éd., Philologie und Hermeneutik in 19 Jahr., II, Göttingen, 1981, p. 76-98 ; K. Dietrich-M.-H. Varnier, « Les Allemands naturalisés en France de 1791 à 1848 », Les Cahiers d’études germaniques 13, 1987, p. 44-50, pour « Le Dossier de la naturalisation de Carl Benedikt Hase » ; A. von Hase, « Weimar. Paris. St. Petersburg. Karl Benedikt Hase (1780-1864) und sein europäisches Umfeld », dans F. W. von Hase-Koehler éd., Beiträge zur Haseschen Familiengeschichte, Band 1, Mayence, 1994 ; id., dans Archiv für Kulturgeschichte, éd. par E. Boshof, 76. 1, Cologne-Weimar-Vienne, 1994, p. 165-199 ; M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. XIV, Paris, 1994 ; A. von Hase, dans P. Jacquet et R. Périchon éds., Aspects de l’archéologie française au xixe siècle, Montbrison, 2000, p. 217-227.

Hassan, Selim (1886-1961)

27Égyptologue égyptien. Il fait ses études à l’Université du Caire, où il suit les cours de V. Golenischeff et H. Junker ; il est aussi l’élève d’A. Kamal. Nommé assistant conservateur au musée du Caire en 1921, il complète sa formation à Paris et obtient son doctorat à l’Université de Vienne. Il est, en 1928, le premier archéologue égyptien professeur d’égyptologie à l’Université du Caire. Il commence sa carrière d’archéologue de terrain en assistant H. Junker dans ses fouilles autour de la grande pyramide de Gizeh, puis poursuit les travaux à la tête de sa propre équipe de l’Université du Caire ; jusqu’en 1937, il mène les fouilles du Sphinx de Gizeh et de son temple ; il travaille aussi à Saqqarah. Par la suite, il devient directeur du Service des antiquités d’Égypte, pour la basse vallée du Nil. Il laisse une œuvre considérable écrite en arabe, en français et en anglais.

Bibliographie sélective :

28Hymnes religieux du Moyen-Empire, 1928 ; Excavations at Giza, dix vol., 1929-1960 ; The Sphinx. Its History in the Light of Recent Excavations, 1949.

29VOIR :
H. Brunner, Archiv für Orientforschung XX, 1963 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; G. Andreu, « L’égyptologie, une science en partage », À la découverte de l’Égypte, collection « Les expositions de L’Œil », hors série n° 4, Paris-musées, janvier 1998 ; Z. Hawass, « Les fouilles et les découvertes d’archéologues égyptiens à Memphis », L’Art égyptien au temps des Pyramides, catalogue de l’exposition de Paris, 1999.

Haussoullier, Bernard (1853-1926)

30Helléniste français, archéologue et épigraphiste. Élève de l’École normale supérieure, il devient membre de l’École française d’Athènes de 1876 à 1880. En 1878-1879, il effectue une importante mission en Crète, au cours de laquelle il relève deux nouveaux fragments de la loi de Gortyne. Maître de conférences à la Faculté des lettres de Caen de 1880 à 1883, il est ensuite professeur suppléant à celle de Bordeaux. En 1885, il est nommé maître de conférences à l’École pratique des hautes études pour les antiquités grecques, et est responsable de la Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes. De 1891 à 1896, il dirige, avec l’architecte E. Pontremoli, les fouilles du temple d’Apollon à Didymes. Il est l’un des hellénistes de cette génération qui s’intéressent à l’Orient, et en particulier aux travaux de J. de Morgan à Suse. Il entretient une étroite amitié avec le père V. Scheil et publie l’osselet de bronze offert en ex-voto à Apollon didyméen par deux habitants de Milet et ravi comme trophée de guerre par Darius, et enfin retrouvé à Suse. En correspondance avec les fouilleurs américains de Sardes, il devient leur collaborateur pour les inscriptions lydiennes. Avec l’archéologue danois H. Ingholt, il étudie des inscriptions grecques de Syrie. Il fut, avec L. Heuzey, S. Reinach et E. Pottier, l’un des premiers « Athéniens » à établir un pont vers l’Orient et à faire comprendre l’union intime du domaine classique et de l’orientalisme. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1905.

Bibliographie sélective :

31« Inscriptions de Chios », Bulletin de correspondance hellénique, 1879 ; La Vie municipale en Attique. Essai sur l’organisation des dèmes au ive siècle (thèse principale) ; Grèce. I. Athènes et ses environs. II. Grèce continentale et îles, 1888-1891 et 1896-1903 ; La Vie municipale en Attique, 1884 ; avec G. Mathieu, Recueil des inscriptions juridiques grecques, deux vol., 1891-1904 ; avec E. Pontremoli, Didymes. Fouilles de 1895 à 1896, Paris, 1904 ; Études sur l’histoire de Milet et du Didyméion, 1905.

32VOIR :
G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; J.-B. Chabot, « Éloge funèbre de M. Bernard Haussoullier », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1926 ; E. Pottier, Syria, 1926 ; É. Chatelain, « Bernard Haussoullier », Revue de philologie 50, 1926 ; A. Farnoux, Cnossos. L’archéologie d’un rêve, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Helbig, Wolfgang (1839-1915)

33Helléniste allemand, philologue et archéologue De 1856 à 1861, il fait des études de philologie classique, archéologie et histoire ancienne à Göttingen, puis à Bonn où il est l’élève de F. Ritschl, F. G. Welcker et O. Jahn. Une bourse du Deutsches archäologisches Institut lui permet de travailler de 1862 à 1865 à l’Institut de correspondance archéologique de Rome, sous la direction de W. Henzen et H. Brunn, auquel il succède comme Second secrétaire en 1865. Il arrive à Rome dans un groupe d’étudiants qui bénéficient des efforts de l’État allemand pour favoriser la formation des professeurs d’archéologie. En 1863, au moment où G. Fiorelli quitte sa chaire de l’Université de Naples, il suggère au ministre de l’Instruction d’y nommer le jeune Helbig qui finira par préférer le poste de Secrétaire de l’Institut de Rome qu’il occupera jusqu’en 1887. Cependant, si, à la différence d’E. Loewy et de K. J. Beloch, il n’assure pas d’enseignement de l’archéologie à Rome, il donne bénévolement un cours d’« archéologie de l’art » à l’Institut allemand en 1874. Sur la question de l’origine des Étrusques qui agite à cette époque les milieux savants européens, il s’oppose à E. Brizio en soutenant que Villanoviens et Étrusques se sont succédé sans discontinuité et qu’à Bologne l’évolution entre les deux périodes a été régulière et ininterrompue. Son mariage, en 1866, avec la princesse Nadejda Schakowskoy, lui ouvre le milieu des collectionneurs et des antiquaires. Sur ses conseils, le baron Giovanni Barracco constitue sa collection, dont Helbig fait le catalogue. Entré en relation avec l’industriel danois Carl Jacobsen, il achète pour lui de nombreuses antiquités étrusques et dirige la copie d’un grand nombre de peintures de tombes étrusques, qui orneront le Helbig-Museum de la Ny Carlsberg Glyptothek de Copenhague. Une enquête de M. Guarducci sur la fibule de Préneste semble prouver ses liens avec des faussaires. Il se spécialise dans l’étude de la peinture d’époque romaine. Correspondant étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1887, il est élu associé étranger en 1894.

Bibliographie sélective :

34Voir la bibliographie jusqu’en 1908 parue dans Bullettino di paletnologia italiana, 1915 ; Wandgemälde der vom Vesuv verschütteten Städte Campaniens, Leipzig, 1868 ; Untersuchungen über die campanische Wandmalerei, Leipzig, 1873 ; Die Italiker in der Poebene, Leipzig, 1879 ; « Sopra la provenienza degli Etruschi », Annali dell’Instituto di Corrispondenza Archeologica, 1884 ; Führer durch die öfflentichen Sammlungen Klassischer Altertümer in Rom. Die Päpslichen Sammlungen im Vatikan und Lateran I, quatre vol., 1891, éd. Tübingen, 1963-1972 ; avec G. Barracco, La Collection Barracco, 1893 ; « Sur la question mycénienne », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1896.

35VOIR :
La présentation qu’il donne de sa carrière scientifique : « Eine Skizze meines wissenschaftlichen Bildungsganges », Ny Carlsberg Glyptotek. Helbig Museet. Fortenelse over Gjenstandene ved Carl Jacobsen, 1911, p. III-XVI ; Strena helbigiana sexagenario obtulerunt amici…, Leipzig, 1899 ; A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico-germanico. 1829-1879, Rome, 1879 ; comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; É. Chavannes, « Éloge funèbre de M. Wolfgang Helbig », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1915 ; L. P. Volters, Jahrbuch der Bayerische Akademie der Wissenschaften, 1916 ; G. Rodenwaldt, Archäologisches Institut des Deutschen Reiches, 1829-1929, Berlin, 1929 ; « Helbig Wolfgang », Enciclopedia italiana, t. XVIII, Milan, 1933 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, 1979 ; M. Guarducci, « La cosidetta fibula prenestina, antiquari, eruditi e falsari nella Roma dell’Ottocento », Atti della Accademia Nazionale dei Lincei, Rome, 1980 et 1984 ; M. Holtesen, Wolfgang Helbig, Brygger Jacobsens Agent. Rom 1887-1914, Stockholm, 1987 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 71-72 ; H. Lehmann, « Wofgang Helbig (1839-1915) », Mitteilungen des Deutschen Archaeologischen Instituts, Römische Abteilung XVI, 1989, p. 47 et sq. ; M. M. Donato, « Archeologia dell’Arte. Emmanuel Löwy all’Università di Roma (1889-1915) », L’Archeologia italiana dall’Unità al Novecento, Ricerche di storia dell’Arte 50, Pise, 1993 ; J. Leclant dir., le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Henzen, Wilhelm (1846-1887)

36Philologue, épigraphiste et archéologue allemand. De 1836 à 1838, il étudie l’archéologie classique sous la direction de F. G. Welcker, le sanscrit et les langues modernes à Bonn. À Berlin, il est élève d’A. Boeckh et suit aussi les cours de L. von Ranke et de K. Ritter. En 1841-1842, il voyage en Angleterre et en France puis gagne l’Italie, où il retrouve son maître Welcker avec qui il part pour la Grèce. Il visite la Sicile en compagnie d’E. Braun, Premier secrétaire de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, dont il devient l’un des collaborateurs bénévoles. En 1844, il prend la charge de la bibliothèque, puis, en 1845, il est désigné comme Second secrétaire. C’est E. Braun qui l’oriente vers l’épigraphie latine et l’encourage à se rendre à Saint-Marin où il se met à l’école de B. Borghesi. Membre, avec Th. Mommsen et G. B. De Rossi, de la commission mise en place par l’Académie de Berlin pour la réalisation du Corpus Inscriptionum Latinarum, il apparaît comme le successeur du grand épigraphiste italien Orelli, auteur du premier manuel d’épigraphie, et comme l’un des plus grands épigraphistes de son temps. C’est lui qui, pour le Corpus, se charge des inscriptions de Rome. Il entretient avec les Italiens aussi bien qu’avec les Allemands d’excellentes relations et devient Premier secrétaire de l’Institut de Rome à la mort d’E. Braun en 1856 ; son mandat l’Institut de correspondance devient prussien et une importante réforme (1885-1887). Il laisse une considérable œuvre d’épigraphiste : il participe en particulier à la publication des œuvres de B. Borghesi, au sein de la Commission constituée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres à Paris.

Bibliographie sélective :

37Plus de quatre cent articles pour la plupart parus dans les publications de l’Institut archéologique allemand de Rome ; supplément au Recueil d’inscriptions d’Orelli, 1856 ; Fasti consulares, Corpus Inscriptionum Latinarum, I, 1863 ; Acta Fratrum Arvalium, 1874 ; Die stadtrömischen Inschriften. Corpus Inscriptionum Latinarum, VI 1-3 (1876-1886).

38VOIR :
A. Michaelis, Jahrbuch des Deutschen Archeologischen Instituts, 1887, p. 1 et sq. ; G. Fiorelli, Rendiconti della Accademia dei Lincei 4, 3, 1887, p. 173 et sq. ; A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico-germanico. 1829-1879, Rome, 1879 ; G. Rodenwaldt, Archäologisches Institut des Deutschen Reiches, 1829-1929, Berlin, 1929 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, 1979 ; H. G. Kolbe, « Wilhelm Henzen und das Institut auf dem Kapitol. Aus Henzens Briefen an Eduard Gerhard », Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts, Band 5, Mayence, 1984 ; R. Lullies-W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988.

Hernandez Pacheco y Estevan, Eduardo (1872-1965)

39Naturaliste, géologue et préhistorien espagnol ; il est considéré comme l’un des pères de l’« école géographique espagnole » et joue un rôle important dans l’essor de la préhistoire dans son pays. Après des études secondaires à Badajoz, il obtient sa licence de sciences naturelles à l’Université centrale de Madrid et se voit récompenser d’un prix extraordinaire. Sa thèse de doctorat consiste en l’Estudio geológico de la Sierra de Montanchez. Boursier de la Junta para Ampliación de Estudios, il visite et étudie de nombreux musées et institutions en France, en Belgique, en Suisse et en Italie. Professeur de sciences naturelles au collège de Cáceres puis de Cordoue, il obtient en 1910 la chaire de géologie de la Faculté des sciences de l’Université centrale de Madrid, puis y ajoute celle de géographie physique. Il exécute de nombreux travaux de terrain dans toutes les régions d’Espagne et s’intéresse plus particulièrement à l’art pariétal du Levante, pour lequel il propose une datation plus récente que celle défendue par l’abbé Breuil et Hugo Obermaier. Il est, avec le marquis de Cerralbo, l’instigateur de la Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas créée en 1913 au sein de la Junta para Ampliación de los Estudios : il y est désigné chef des travaux et directeur des publications et il organise la collaboration entre les préhistoriens espagnols et étrangers, le comte de la Vega de Sella, J. Cabré Aguiló, H. Alcalde del Rio, H. Obermaier. Devenu chef de la section de géologie et de paléontologie du Musée de sciences naturelles en 1910, il coordonne la publication de guides sur les sites naturels d’intérêt national. Il dirige des travaux géologiques et paléontologiques en Espagne et au Sahara espagnol où il exécute plusieurs missions de 1942 à 1945, étendant ses recherches jusqu’au golfe de Guinée. Il préside la Commission des terrasses pliocènes et pléistocènes de l’Union géographique internationale et il prend part à de nombreuses réunions internationales. Il est élu membre de l’Académie des sciences exactes, physiques et naturelles en 1922 et il appartient au conseil de l’Institut international d’anthropologie de Paris. Par son enseignement et ses travaux de divulgation sur la géologie, la paléontologie et la préhistoire, E. Hernandez Pacheco est l’un des grands promoteurs de ces recherches en Espagne.

Bibliographie sélective :

40Prácticas elementales de Historia natural, 1903 ; Ensayo de síntesis geológica del norte de la Península Ibérica, Madrid, 1912 ; avec Geleogía y Paleontología del mioceno de Palencia, Madrid, 1915 ; avec J. Cabré Aguiló et F. Benitez Mellado, La Caverna de la Peña de Candamo (Asturias), Madrid, 1919 ; Las Pinturas preistóricas de las cuevas de Arana (Valencia). Evolución del arte rupestre en España, Madrid, 1924 ; Aranjuez y el territorio al Sur de Madrid, Madrid, 1926 ; Guias de los sitios naturales de interés nacional, 1931-1935 ; « La Península hispánica en los tiempos prehistóricos », Historia de España dirigida por R. Menendez Pidal, tome I, España primitiva, vol. I, La Prehistoria, Madrid, 1947 ; Sahara español. Estudio geológico, geográfico y botánico, Madrid, 1949 ; España y Portugal, Barcelone, 1954.

41VOIR :
« Sucinta biografía del Profesor Eduardo Hernandez Pacheco », Real Sociedad Española de Historia Natural, tomo extraordinario de trabajos geológicos, publicado con motivo del 80 aniversario del nacimiento del prof. Eduardo Hernandez Pacheco, Madrid, 1954 ; M. Almagro, « Prof. Eduardo Hernandez Pacheco », Ampurias 26-27, 1964-1965 ; F. Jordá Cerda, « Eduardo Hernandez Pacheco », Zephyrus XVI, 1965 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Héron de Villefosse, Antoine (1845-1919)

42Archéologue et épigraphiste français, historien de l’Antiquité romaine et de la Gaule. Élève de l’École des chartes de 1865 à 1869, il est d’abord archiviste à Nevers, puis, attaché en 1869 à la conservation du Département des antiquités grecques et romaines au musée du Louvre où il est introduit par W. Froehner, il en devient le conservateur de 1881 à 1918. À partir de 1882, il est directeur adjoint et chargé de cours d’épigraphie latine et d’antiquités romaines à l’École pratique des hautes études. Il entretient des relations très suivies avec les archéologues des provinces et joue un rôle de premier plan au sein de la Société française d’archéologie. Il accomplit plusieurs missions épigraphiques en Algérie en 1873, et en Tunisie en 1874 et 1877. Élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1886, il est président de la Société nationale des antiquaires de France, délégué du ministère de l’Instruction publique aux congrès de la Société française d’archéologie.

Bibliographie sélective :

43Rapport sur une mission archéologique en Algérie, 1875 ; Notice des monuments provenant de la Palestine et conservés au musée du Louvre (salle judaïque), 1876 ; « Mélanges archéologiques », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1880-1882 ; avec H. Thédenat, Cachets d’oculistes romains, deux vol., 1882 ; avec H. Thédenat,

44Inscriptions latines de Fréjus, 1889 ; Catalogue sommaire des marbres antiques du Louvre, 1896 Œuvres complètes de Bartolomeo Borghesi, L’Argenterie et les bijoux d’or du trésor de Boscoreale ; « Les sarcophages peints trouvés à Carthage », Monuments et Mémoires de la Fondation E. Piot, 1905 ; posthume, préface de R. Cagnat, Description de l’Afrique du Nord. Musées et collections de l’Algérie et de la Tunisie XIV, Musée africain du Louvre, 1906.

45VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; P. Girard, L. Havet et E. Lefèvre-Pontalis, « Nécrologie d’Antoine Héron de Villefosse », Bibliothèque de l’École des chartes 80, 1919 ; R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de M. Antoine Héron de Villefosse », publications de l’Institut de France, 1920 ; H. Hubert, « A. Héron de Villefosse. Notice nécrologique », Revue celtique, t. XXXVIII, 1920-1921 ; J. Toutain, Antoine Héron de Villefosse (1845-1919), Paris, 1920 ; Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie, t. II, La Société française d’archéologie et les études archéologiques en France de 1835 à 1935, Paris, 1935 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Herzfeld, Ernst (1879-1948)

46Archéologue américain d’origine allemande. Architecte de formation, il s’initie à la technique de fouille avec F. Delitsch et W. Andrae, à l’occasion de la mission Delitsch à Assur, en 1903-1906. Comme historien et philologue, il envisage un très vaste champ, de la Mésopotamie à la Syrie et à la Perse, de la Persépolis achéménide à la Samarra islamique. Très tôt, il s’intéresse aux périodes tardives de l’histoire du Proche-Orient et est parmi les premiers à percevoir l’importance de la civilisation parthe. En 1903, lors d’un séjour à Bagdad, il découvre Samarra et rêve d’y organiser une fouille systématique ; il présente les résultats de ses prospections dans cette région dans deux publications où il associe restitution des monuments et étude des textes. Après avoir obtenu en 1907 le doctorat, avec une thèse dirigée à Berlin par E. Meyer et Kekule von Stradonitz, et consacrée à Pasargades et Persépolis, il est nommé en 1911 à la chaire de géographie historique et lance avec F. Sarre les fouilles de Samarra, auxquelles il consacrera six volumes, qui ouvrent un chapitre entièrement nouveau dans l’histoire des origines de l’architecture islamique. Parallèlement, il relève les sites islamiques de la vallée du Tigre et de l’Euphrate. Il s’intéresse aussi à la Perse, dont il publie avec F. Sarre les Iranische Felsreliefs en 1910 ; il se rend en Iran en 1924 et entreprend des fouilles à Pasargades. Il conçoit le projet de mener des travaux de fouilles et de restauration à Persépolis et tente de se faire nommer conseiller pour les antiquités de l’Iran. Il échouera dans cette entreprise et ne parviendra pas à battre en brèche l’influence française dans ce domaine, puisque A. Godard sera nommé à la tête du Service des antiquités d’Iran, créé en 1929. Cependant, en 1930, Herzfeld obtiendra l’accord du gouvernement iranien pour l’ouverture du chantier de Persépolis par l’Oriental Institute de Chicago. De 1931 à 1934, il met au jour le grand escalier de l’Apadana et celui du Tripylon, dégage le « harem » de Darius et de Xerxès qu’il reconstruit en partie et aménage en musée. Après un séjour aux États-Unis en 1935, il rejoint en 1936 le groupe d’érudits, qui forment la première faculté « For Advanced Study », à Princeton. Il collabore au Corpus Inscriptionum Arabicarum par trois volumes des Mémoires de l’Institut français d’Archéologie orientale, présentant les inscriptions d’Alep (t. LXXVI, LXXVII, LXXVIII). Par la part qu’il a prise à l’archéologie iranienne, et par sa double appartenance à l’Allemagne et aux États-Unis, E. Herzfeld témoigne de la politique que ces deux pays menèrent en Iran après 1921 ; l’Allemagne multiplie les initiatives pour resserrer ses liens avec l’Iran, et, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis répondent par l’ouverture du chantier de Persépolis au désir exprimé par l’Iran de les voir occuper le rôle de puissance arbitre entre la Grande-Bretagne et la Russie.

Bibliographie sélective :

47Samarra, Aufnahmen und Untersuchungen zur islamischen Archeologie, Berlin, 1907 ; Untersuchungen über die historische Topographie der Landschaft am Tigris, kleinen Zab und Gebel Hamrin, vol. F. Iranische Felsreliefs, F. Archäologische Reise in Euphrat- und Tigris- Gebiet, t. I et III, 1911, t. II et IV, 1920 ; ses fouilles à Pasargades sont publiées dans les Archäologische Mitteilungen aus Iran, 1929 ; ses travaux à Persépolis font l’objet d’articles dans The Illustrated London News, entre 1933 et 1936 ; Altpersische Inschriften, Berlin, 1938 ; Iran in Ancient East, Londres-New York, 1941 ; Zoroaster and his World, 1947 ; Corpus Inscriptionum Arabicarum par trois volumes des Mémoires de l’Institut français d’Archéologie orientale, Le Caire, t. LXXVI, LXXVII, 1954-1956 ; The Persian Empire, Wiesbaden, 1968.

48VOIR :
J. H. Breasted, The Oriental Institute, Chicago, 1932 ; E. Weidner, Archiv für Orientforschung XV, 1945-1951, p. 185 ; A. Godard, « Persépolis », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1946, p. 260-270 ; W. B. Henning, Zoroaster, Politician or Witch-doctor, Oxford University Press, 1951 ; Archaeologica Orientalia in Memoriam Ernst Herzfeld, New York, 1952 ; L. Vanden Berghe, L’Archéologie de l’Iran ancien, Leide, 1959 ; È. Gran-Aymerich, « Archéologie et politique française en Iran : convergences et contradictions. Des missions Dieulafoy à la Délégation archéologique française en Iran (1881-1947) », Journal asiatique, t. 287, 1999-1, p. 357-374.

Heurgon, Jacques (1903-1995)

49Étruscologue français, historien de l’Antiquité romaine et latiniste. Au lycée Condorcet de Paris, où il fait toutes ses études, il a pour professeur de lettres supérieures Paul Desjardins, organisateur des « Décades de Pontigny », dont il épousera la fille. Élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres classiques en 1927, il est membre de l’École française de Rome de 1928 à 1930. Professeur au lycée de Nancy de 1930 à 1932, il est jusqu’en 1945 chargé de cours de langue et littérature latines à la Faculté des lettres d’Alger, où il poursuit la tradition des liens entretenus avec l’Afrique du Nord par les membres de l’École française de Rome, et mène des recherches à Tipasa ; il noue des liens d’amitié avec A. Camus qui est alors l’un de ses étudiants. Après le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord de novembre 1942, il rejoint l’armée française et retrouve l’Italie, où il participe au combat de Monte Cassino ; il rentre à Rome le 5 juin 1944 et hisse le drapeau français sur le palais Farnèse. Attaché culturel à l’Ambassade de Rome près le Quirinal, il emploie toute son énergie à rétablir les liens entre la France et l’Italie. De retour en France, il est nommé professeur à la Faculté des lettres de Lille et conduit des fouilles à Bavay, alors qu’il assume la charge de directeur de la première circonscription des antiquités historiques de 1947 à 1952. Jusqu’en 1971, il est professeur de langue et littérature latines à la Sorbonne. De 1971 à 1995, il est co-directeur des Monuments et Mémoires de la Fondation E. Piot. Dès son séjour à l’École de Rome, il choisit pour domaine de recherche, l’histoire, l’archéologie et l’épigraphie des civilisations préromaines d’Italie. Il consacre sa thèse aux Recherches sur l’histoire, la religion et la civilisation de Capoue pré-romaine (1942). Il redonne à l’étruscologie française le lustre dont elle brillait avant 1914, et la porte à la hauteur de la science italienne dont le plus brillant représentant, M. Pallottino, est aussi l’un de ses amis les plus proches ; tous deux appartiennent à l’Institut d’études étrusques et italiques de Florence et à l’Accademia dei Lincei, où J. Heurgon est le premier Français à être reçu comme membre étranger. Sa Vie quotidienne chez les Étrusques (1961) connaît plusieurs éditions et traductions, ainsi que son ouvrage de synthèse consacré à Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques (1969). Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1968.

Bibliographie sélective :

50« Nouvelles recherches à Tipasa, ville de Maurétanie césarienne », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1930 ; Recherches sur l’histoire, la religion et la civilisation de Capoue pré-romaine, des origines à la deuxième guerre punique (thèse principale), 1942 ; Études sur les inscriptions osques de Capoue dites « iuvilas » (thèse complémentaire), 1942 ; Le Trésor de Ténès, 1958 ; La Vie quotidienne chez les Étrusques, 1961 Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, 1969 (2e éd. 1986, 3e éd. 1993).

51VOIR :
L’Italie pré-romaine et la Rome républicaine. Mélanges offerts à J. Heurgon, collection de l’École française de Rome, deux vol., 1976 ; Jacques Heurgon. Scripta varia, Bruxelles, 1986, avec un avant-propos de M. Renard, p. V-X ; D. Briquel, J.-P. Callu, È. et J. Gran-Aymerich, « Hommage à Jacques Heurgon », dans Archéologia 318, déc. 1995, p. 10 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999 ; D. Briquel, « Jacques Heurgon », Studi Etruschi LXIII, 1999, p. 567-569.

Heuzey, Léon (1831-1922)

52Archéologue français, helléniste et orientaliste. Né à Rouen, où il fait ses études, il gagne Paris pour suivre les cours du lycée Charlemagne, où il est co-disciple de G. Perrot, puis est admis à l’École normale supérieure. Agrégé d’histoire et membre de l’École d’Athènes en 1855, il y rejoint N. Fustel de Coulanges et G. Perrot. Les fouilles d’E. Beulé sur l’Acropole avaient ouvert à l’École la voie de la recherche archéologique, où L. Heuzey et G. Perrot s’engagent résolument. En 1855-1856, L. Heuzey fait une première expédition au mont Olympe puis, l’année suivante, en Acarnanie ; il recherche les origines de la civilisation grecque et fait deux découvertes importantes : celles du tombeau peint de Pydna et de la résidence royale de Palatitza. À son retour en France, il est nommé au lycée de Lyon, mais obtient un congé de l’enseignement pour achever ses thèses, se met en contact avec l’épigraphiste L. Renier, qui l’introduit auprès de madame Cornu, proche de Napoléon III. Celui-ci rédige alors une Histoire de Jules César et organise des missions topographico-historiques sur les lieux des grandes batailles du consul romain. En 1858, L. Heuzey est désigné pour diriger l’expédition qui doit identifier le champ de bataille de Philippes. Il part en Macédoine avec l’architecte H. Daumet et le guide du Génie Laloy : par cette mission, il compte apporter des éléments de connaissance de l’art grec archaïque. Cette Mission archéologique de Macédoine (Paris, 1876) connaît un très grand retentissement et marque l’avènement d’une archéologie vraiment scientifique. En 1863, il obtient la chaire d’histoire et d’archéologie à l’École des beaux-arts. En 1870, il est nommé conservateur adjoint au Département des antiquités grecques et romaines du Louvre : il consacre un catalogue aux figurines de terre cuite (1882), dont il est le premier à saisir l’importance pour la compréhension de la civilisation grecque. À l’occasion de ce travail, il conçoit la théorie de « l’action en retour », influence réciproque de la Grèce et de l’Orient. En 1874, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et, de cette position, assure le patronage des travaux que le vice-consul de France à Bassora, E. de Sarzec, a entrepris à Tello. L. Heuzey obtient du parlement le vote de crédits pour la poursuite des fouilles, et, en 1881, la création du Département des antiquités orientales, qu’il dirige au Louvre et qui s’enrichit des monuments trouvés à Tello la série des du patesi Goudea et la stèle Vautours en particulier. L. Heuzey – l’helléniste attaché à élucider les origines de l’art grec – se fait orientaliste et montre que « l’archéologie fournissait des conclusions aussi précises, parfois plus précises que l’épigraphie » (E. Pottier). Il fixe le cadre d’une science nouvelle en retraçant l’évolution des styles des œuvres d’art, depuis les bas-reliefs grossiers d’Our-Nina jusqu’aux statues de Goudea : le Catalogue des antiquités chaldéennes (1902) illustre le même souci de méthode que celui des figurines de terre cuite, mais L. Heuzey ne s’intéresse pas qu’à l’Orient de la Méditerranée, et l’Espagne attire son attention par les statues du Cerro de los Santos, découvertes en 1869, et dont l’authenticité est controversée ; il se rend en Espagne pour examiner les objets, les authentifie et y reconnaît les influences grecque et phénicienne. L’achat et l’étude de la dame d’Elche par P. Paris confirme cette hypothèse. Ainsi, s’ouvrait un nouveau chapitre de l’histoire de l’art, celui de l’art ibérique. À la fin de sa vie, L. Heuzey se consacre aux Découvertes en Chaldée (1906) et aux Origines orientales de l’art.

Bibliographie sélective :

53Le Mont Olympe et l’Acarnanie, Paris, 1860 ; L’Exaltation de la fleur, étude sur l’archaïsme grec, Paris, 1868 H. Daumet, Mission archéologique en Macédoine, deux vol., Paris, 1876 ; Catalogue des figurines antiques de terre cuite du musée du Louvre, 1882 ; Découvertes en Chaldée par Ernest de Sarzec, deux vol., 1884-1912 ; Les Opérations militaires de Jules César étudiées sur le terrain par la mission de Macédoine, Paris, 1886 ; « Statues espagnoles de style gréco-phénicien, question d’authenticité », Revue d’assyriologie, 1890 ; « Statues espagnoles de style gréco-phénicien », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1890, p. 125 et sq. ; « À propos des statues du Cerro de los Santos », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1897 ; Mélanges d’archéologie et d’épigraphie réunis par T. Homolle et précédés d’une notice sur A. Dumont par L. Heuzey, Paris, 1892 ; Les Origines orientales de l’art, 1891-1915 ; avec G. de Sarzec, Découvertes en Chaldée, deux vol., 1906 ; avec F. Thureau-Dangin, Nouvelles Fouilles de Tello par le commandant G. Cros, 1910-1914 ; Histoire du costume antique d’après des études sur le modèle vivant, Paris, 1922.

54VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; E. Pottier, « Hommage à Léon Heuzey », Revue de Paris, 1911 ; id., « Souvenirs d’un collaborateur », Revue archéologique, 1922 ; P. Monceaux, « Éloge funèbre de M. Léon Heuzey », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1922 R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de Léon Heuzey », Recueil de l’Institut de France, Gazette beaux-arts 726, avril 1922 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Léon Heuzey », Archéologia 213 mai 1986, 71-75 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Les échanges franco-espagnols et la mise en place des institutions archéologiques (1830-1939) », Historiografía de la Arqueología y de la Historia Antigua en España (siglos XVIII-XX). Madrid 1988, Madrid, 1991, p. 117-124 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; M. L. Sánchez Gomez, « El Cerro de los Santos en el siglo XIX… » et « El Cerro de los Santos y su eco en la prensa (1871-1963) », dans J. Blánquez Pérez éds, La Cultura ibérica a través de la fotografía de principios de siglo, 1999.

Heyne, Christian Gottlob (1729-1812)

55Philologue et archéologue allemand. Fils d’un tisserand de Chemnitz, il connaît une enfance très difficile, mais, grâce au soutien de personnes charitables, fait ses études à Leipzig, reçoit de J. F. Christ sa formation à l’archéologie, et est initié au droit romain par J. A. Bach, second bibliothécaire de l’électeur de Saxe à Dresde. Il obtient tout d’abord une place de copiste à la bibliothèque du comte Brühl et rencontre le jeune J. J. Winckelmann avant son départ pour l’Italie. Dans cet emploi qui lui vaut un salaire de misère, il se consacre à une édition de Tibulle et d’Épictète, jugée si remarquable qu’elle lui permettra d’accéder à la chaire d’éloquence de Göttingen où il est appelé en 1763 et demeurera jusqu’à sa mort. Il exerce, pendant un demi-siècle, une influence considérable, devenant l’âme même de l’Université : il est à la fois professeur, directeur de séminaire, bibliothécaire en chef, secrétaire de l’Académie des sciences et enfin rédacteur des communications savantes, les Gelehrten Anzeigen. Vers 1770, il prend connaissance du livre de R. Wood, An Essay on the original Genius of Homer, édité à Londres en 1769 et traduit par C. F. Michaelis en allemand ; le compte rendu qu’il en donne est une de ses œuvres les plus importantes : il y manifeste son enthousiasme pour un livre qui provoqua en lui une véritable révolution quant à sa conception de l’Antiquité. En effet, il prend conscience de ce que peuvent apporter la géographie et l’anthropologie à la connaissance du texte d’Homère, les acquis du savant et du voyageur se complétant. Désormais, dans son étude des textes anciens et tout particulièrement ceux d’Homère, il fait intervenir toute l’information topographique et archéologique qu’il juge recevable. Il donne des cours d’archéologie et prépare les étudiants à la connaissance des œuvres qu’ils découvriront au cours de leurs visites aux grandes collections européennes ; il se tient au courant des dernières découvertes intervenues en Italie grâce à J. J. Winckelmann ; il développe considérablement l’Institut d’archéologie et de numismatique de l’Université. Son œuvre concilie philologie et archéologie, et témoigne de son intérêt pour l’Antiquité tout entière, latine, grecque ou orientale. Avec Winckelmann et Lessing, Heyne est l’un de ceux qui ont le plus efficacement contribué à la formation de l’« Archäologie der Kunst » en Allemagne.

Bibliographie sélective :

56Deutsche Schriften der Königlichen Sozietät der Wissenschaften zu Göttingen I, 1771 ; Einleitung in das Studium der Antike oder Grundriss einer Einführung zur Kenntnis der alten Kunstwerke…, 1772 ; préface à la traduction de l’Essay de R. Wood, Versuch über das Originalgenie des Homers, Francfort, 1773 ; Sammlung antiquarischer Aufsätze I, 1778 ; Kasseler Lobschrift, 1788 ; traduction de J.-B. Lechevalier, Beschreibung der Ebene von Troja, Leipzig, 1792 ; Akademischen Vorlesungen über die Archäologie der Kunst des Altertums…, 1822.

57VOIR :
A. H. L. Heeren,
Christian Gottlob Heyne biographisch dargestellt, Göttingen, 1813 ; C. B. Stark, Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich, 1969 ; T. Carlyle, « The Life of Heyne », The Works of Thomas Carlyle, Londres, 1899, XXVI ; Christian Gottlob Heyne 1729-1812, Ausstellung anlässlich seines 250. Geburtstages, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen, 1979 ; N. Kamp et alii, Der Vormann der Georgia Augusta, Christian Gottlob Heyne zum 250. Geburtstag. Sechs akademische Reden, 1980 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 8-9.

Hildebrand, Bror Emil (1806-1884)

58Archéologue et numismate suédois. Il est formé à la numismatique et à l’archéologie à Copenhague par C. J. Thomsen avec qui il entretiendra une très profonde amitié ; de retour à Lund, il organise le musée selon le système des Trois Âges et fait de même au musée de Stockholm dont il devient conservateur en 1832. Nommé Antiquaire du royaume en 1837, il est aussi directeur du Cabinet royal de numismatique et du Musée archéologique et exerce une profonde influence sur le développement de la préhistoire en Scandinavie où il favorise l’adoption du système de Thomsen.

Bibliographie sélective :

59Anglosachsiska mynt i svenska Kungemyntkabinnet, funna i Sveriges jordschriftleiter (1864-1880) für Antiqvarist tidschrift für Sverige, 1881.

60VOIR :
I. Filip,
Manuel encyclopédique de préhistoire et de protohistoire européennes, Prague, 1966 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; O. Klindt Jensen, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, 1975 ; K. Kristiansen, « A social history of Danish archaeology (1805-1975) », in G. Daniel (éd.), Towards a History of Archaeology, Londres, 1981.

Hildebrand, Hans (1842-1913)

61Historien et archéologue suédois. Fils de Bror Emil, il succède à son père en qualité d’Antiquaire royal en 1879. Il est très influencé par la théorie de l’évolution de Darwin, tout comme son ami d’enfance, O. Montelius, avec qui il fait ses études à l’Université d’Uppsala ; son doctorat porte sur l’ethnographie ancienne de la Suède. En 1871, il participe ainsi qu’O. Montelius au Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques à Bologne, et tous deux exposent des idées inspirées par Darwin qu’ils appliquent l’un et l’autre à la classification des outils préhistoriques, désignant leur méthode par le terme de « typologie » : à partir de l’étude des objets dans de nombreux musées scandinaves et d’Europe continentale, il classe les fibules selon le double critère des types et de la distribution géographique, et démontre que les types de l’âge du fer ancien dans les pays du Nord sont issus de formes celtiques d’Europe centrale. En 1872, il propose la division de l’âge du fer en deux périodes, ancienne et récente, auxquelles il donne le nom des deux sites de Hallstatt et La Tène. Hildebrand, comme son compatriote Montelius, est l’un des grands promoteurs de la typologie archéologique.

Bibliographie sélective :

62Svenska folket under hednatiden, 1866 ; « Studien i jämförande fornforsking », I. « Bildrag till spännets historia », Antiqvarist tidskrift 4, trad. all. Beitrag zur Geschichte der Fibel, 1872 ; trad. anglaise, Contribution to the History of the Brooch, 1873 ; Die förhistoriska folken i Europa, 1873-1880 ; Sveriges medeltid-Kulturhistorik Skildring, 1873-1903.

63VOIR :
I. Filip,
Manuel encyclopédique de préhistoire et de protohistoire européennes, Prague, 1966 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; O. Klindt Jensen, A History of Scandinavian Archaeology, Londres, 1975 ; K. Kristiansen, « A social history of Danish archaeology (1805-1975) », in G. Daniel (éd.), Towards a History of Archaeology, Londres, 1981.

Hincks, Edward, docteur (1792-1866)

64Égyptologue, assyriologue et pasteur irlandais. Il publie en 1846, en même temps que H. Rawlinson, une traduction de l’inscription cunéiforme de Behistun. Il est en 1857 l’un des quatre savants auxquels la Royal Asiatic Society de Londres confie la traduction d’une inscription de huit cent neuf lignes du roi d’Assyrie Teglatphalassar Ier, retrouvée à Qala’at Shergat, l’antique Assur : H. Rawlinson, J. Oppert, W. H. Fox Talbott et lui donnent une version rigoureusement semblable et fournissent la preuve que le déchiffrement de l’assyrien est acquis.

Bibliographie sélective :

65Catalogue of the Egyptian Manuscripts in the Library of Trinity College, 1843 ; « On the three kinds of Persepolitan Writing », Transactions of the Royal Irish Academy XXI (1847) p. 240-241.

66VOIR :
D. F. Davidson, Edward Hincks, Oxford, 1933, portrait R. Dawson et E. P. Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Bottéro et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes », Gallimard, 1993.

Hirschfeld, Gustav (1847-1895)

67Archéologue allemand. Il fait ses études aux universités de Berlin, Tübingen et Leipzig. Sous la direction d’E. Curtius, il présente à Berlin une dissertation sur les inscriptions sur sculpture. En 1871-1872 et 1872-1873, il obtient la bourse (Reisestipendium) de l’Institut archéologique allemand et séjourne en Italie, en Grèce et en Asie Mineure. Il contribue aux fouilles de Marzabotto et de la Certosa à Bologne, à celles du Dipylon d’Athènes. Il résout des points de topographie en Grèce et en Asie Mineure. De 1875 à 1877, il participe à la direction des fouilles d’Olympie. Il visite les musées européens et est appelé à la chaire d’archéologie classique de l’Université de Königsberg, qu’il occupera de 1878 à 1895. Dans son enseignement, il associe l’archéologie classique, l’épigraphie, la numismatique et la métrologie ; il répercute dans ses cours les résultats des travaux à Olympie, Troie, Mycènes, Athènes, Rome également des leçons sur l’histoire de l’art de l’Orient ancien.

Bibliographie sélective :

68Tituli statuariorum sculptorumque Graecorum cum prolegomenis, 1871 ; « Athena und Marsyas », Winckelmannsprogramm der Archäologischen Gesellschaft zu Berlin, 1872.

69VOIR :
R. Lullies et W. Schiering,
Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 88-89.

Hirschfeld, Otto (1843-1922)

70Épigraphiste allemand, historien de l’Antiquité romaine, spécialiste de la Gaule. De 1859 à 1863, il fait ses études aux universités de Königsberg, Bonn et Berlin, où il est élève de Th. Mommsen. Privatdozent d’histoire ancienne à l’Université de Göttingen de 1869 à 1872, il devient en 1872 professeur d’histoire ancienne à l’Université Charles-IV de Prague. En 1876, il passe à l’Université de Vienne, où il enseigne l’histoire ancienne, l’art antique et l’épigraphie, et fonde avec A. Conze le séminaire d’archéologie et d’épigraphie ; en 1885 enfin, il obtient la chaire d’histoire romaine et d’épigraphie à l’Université Friedrich-Wilhelm de Berlin et dirige jusqu’en 1917 l’Institut für Altertumskunde. Il collabore au Corpus Inscriptionum Latinarum dès 1872, et en devient le directeur général à partir de 1903. Membre du K. Deutsches Archäologisches Institut de Berlin et de la K. Preussische Akademie der Wissenschaften, il est élu en 1891 correspondant étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

71« I Sacerdoci dei municipi romani nell’Africa », Annali dell’Istituto di correspondenza archeologica, 1866 ; Getreideverwaltung in der rômischen Kaiserzeit, 1869 ; « Epigraphische Nachlese zum Corpus Inscriptionum Latinarum vol. III. aus Dacien und Moesien », Sitzumberichte der kaiserlichen Akademie der Wissenschaften. Philologischhistorische Classe, 1874 ; Archaeologisch-epigraphische Mitteilungen aus Östereichisch-Ungarn Jahr. 1-20, 1877-1897 ; Lyon in der Römerzeit, 1878 ; Gallische Studien, deux vol., 1883-1884 ; Inscriptiones Galliae Narbonensis (CIL XII), 1888 ; Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, 1899 ; Haeduer und Arverner unter römischen Herrschaft, 1897 ; Inscriptiones Belgicae, 1904.

72VOIR :
Beiträge zur alten Geschichte und griechisch- römischen Altertumskunde. Festschrift Otto Hirschfeld zum 60. Geburtstag, Berlin, 1903 ; comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; P. Monceaux, « Éloge funèbre de M. Otto Hirschfeld », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1922 ; U. Wilcken, « Gedächtnisrede auf O. Hirschfeld », Sitzungsberichte der Preussischen Akademie der Wissenschaft, 1922 ; « Otto Hirschfeld », Almanach der Akademie der Wissenschaften Wien 72, 1922 ; E. Kornemann, Biographisches Jahrbuch der Altertumskunde, 44, 1924 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts 1879 bis 1929, Mayence, Philipp von Zabern Verlag, 1979 ; « Hirschfeld Otto », Biographisches Lexicon zur Geschischtswissenschaft in Deutschland, Österreich und der Schweiz, Francfort-Berne-New York-Paris, 1987.

Hittorff, Jacob Ignace (1792-1867)

73Architecte français d’origine allemande, né à Cologne, où il commence ses études d’architecture. Arrivé en 1809 à Paris, il est admis en 1811 à la section d’architecture de l’École des beaux-arts, où il est l’élève de Le Bas et de Percier. Devenu inspecteur des Fêtes et cérémonies royales, il accomplit un long voyage en Europe entre 1819 et 1823, et s’intéresse surtout à l’Italie : il s’attache en particulier au problème de la polychromie des monuments grecs de Sicile dont il fait des relevés précis. Il participe au grand mouvement de découverte et d’étude des monuments antiques, animé par les architectes, anglais pour la plupart, qui parcourent la Méditerranée et font naître l’archéologie des monuments. À Paris, il réalise de nombreux aménagements aux alentours des Champs-Élysées, en particulier la Rotonde du panorama, construit les hôtels de la place de l’Étoile, la gare du Nord et l’église Saint-Vincent-de-Paul.

Bibliographie sélective :

74Architecture antique de la Sicile, 1826-1830 ; Antiquités de l’Attique, 1832 ; Restitution du temple d’Empédocle à Sélinonte ou l’Architecture polychrome chez les Grecs, 1851 ; « Pompéi et Pétra », Revue archéologique, 1856.

75VOIR :
K. Hammer, Jacob Ignaz Hittorff, ein pariser Baumeister, 1792-1867, Stuttgart, 1968 ; Pompei e gli architetti francesi dell’Ottocento, catalogue exposition Paris-Naples-Pompei, 1981 ; Der Archäologe. Graphische Bildnisse aus dem Porträtarchiv Diepenbroick, Münster, 1983 ; « J. I. Hittorf (1792-1867) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom 1998.

Hogarth, David G. (1862-1927)

76Archéologue britannique. Directeur de l’École anglaise d’Athènes. En 1899, alors qu’il est directeur de la British School of Archaeology à Athènes, il accompagne A. Evans à Cnossos, lui apporte son expérience d’archéologue de terrain et entreprend à Gypsades l’exploration de la ville minoenne, correspondant au palais que dégage Evans. Il travaille ensuite à Chypre et voyage beaucoup en Orient. En 1909, il succède à A. Evans comme conservateur de l’Ashmolean Museum d’Oxford et obtient la direction des fouilles entreprises par le British Museum sur le site de Karkemish en Syrie ; ne pouvant assurer une présence permanente sur le terrain, il engage L. Woolley comme chef du chantier et R. Campbell-Thompson et T. E. Lawrence comme chefs des travaux. L’équipe du British Museum se heurte souvent aux ingénieurs allemands qui construisent, tout près du site, un pont sur l’Euphrate. Son amie G. Bell se rend sur le site de retour d’un séjour au Proche-Orient. Une fois les hostilités déclarées, toujours en compagnie de T. E Lawrence et L. Woolley, il est affecté en Égypte au service de renseignements de l’armée britannique et devient directeur du Bureau arabe du Caire, alors que L. Woolley est responsable de la propagande ; quant à T. E. Lawrence, on sait quel rôle il jouera dans la politique britannique au Proche-Orient pendant la Première Guerre mondiale. En 1915, Hogarth décide de la carrière de G. Bell en Iraq en l’appelant au Caire comme collaboratrice du Bureau arabe et en la chargeant d’une mission de renseignements en Mésopotamie.

Bibliographie sélective :

77The Penetration of Arabia : A Record of the development of Western Knowledge concerning the Arabian Peninsula, New York, 1904 ; Ionia and the East, 1909 ; Excavations of Carchemish, 1911 ; Hittite Seals, 1920.

78VOIR :
Son
Accidents of an Antiquary’s Life, Londres, 1910 ; H. Macmillan, « A short History of the British School at Athens », Annals of the British School at Athens, 17, 1910-1911 ; R. Dussaud, Syria, 1928, p. 272 ; S. L. Horwitz, The find ofa Lifetime. Sir Arthur Evans and the Discovery of Cnossos, New York, 1981 ; A. Farnoux, Cnossos, l’archéologie d’un rêve, Paris, « Découvertes Gallimard », 1993 J. Wallach, La Reine du désert. Vie de Gertrude Bell, Paris, 1997.

Holleaux, Maurice (1861-1932)

79Helléniste, archéologue et épigraphiste français. Directeur de l’École française d’Athènes de 1904 à 1912. Élève de l’École normale supérieure, il se fait le disciple de l’historien N. Fustel de Coulanges, dont il adopte la méthode exigeante ; il ne reçoit pas de formation particulière en épigraphie, mais connaît et apprécie l’œuvre de L. Renier. Agrégé d’histoire en 1882, il est membre de l’École française d’Athènes de 1882 à 1885. Sous la direction de P. Foucart, qui oriente l’École d’Athènes vers l’épigraphie, il accomplit de nombreuses explorations à Samos, Rhodes et en Asie Mineure avec P. Paris, et y fait la découverte d’inscriptions importantes. Il se voit confier la direction du chantier ouvert sur le sanctuaire d’Apollon Ptoïos en Béotie où il travaille jusqu’en 1891 ; il mène la fouille avec une extrême rigueur scientifique et enrichit la connaissance de la statuaire archaïque, par les Apollons archaïques qu’il étudie, et révèle des textes de premier ordre qu’il commente remarquablement, parmi lesquels le discours prononcé en 67 à Corinthe par Néron, rendant la liberté aux Grecs, qu’il découvre à Akraiphiai (Karditza) sur une inscription engagée dans le mur d’une église. Chargé de cours d’histoire ancienne à la Faculté des lettres de Bordeaux en 1886, il est, à partir de 1888, chargé d’un cours d’antiquités grecques et latines à la Faculté des lettres de Lyon. En 1893, il fonde, dans cette ville, un musée de moulages, développé plus tard par H. Lechat. En 1888 et 1891, il complète la fouille du Ptoïon de Béotie mais, dans ses recherches personnelles, se désintéresse de l’archéologie monumentale pour se concentrer sur l’épigraphie et l’histoire. Pendant sa direction de l’École française d’Athènes, il fait une place égale à toutes les disciplines de l’archéologie et fait même passer au second plan ses travaux d’épigraphie et d’histoire pour privilégier la recherche collective sur le site de Délos : grâce à la contribution généreuse du duc de Loubat, il reprend sur un plan plus large les fouilles de T. Homolle ; il procède au dégagement méthodique de l’ensemble du sanctuaire et de la cité pour lequel il fait appel à des architectes français et danois qui travaillent avec les membres de l’École. Il organise la publication en lançant la collection « Exploration archéologique de Délos ». Il confie à F. Durrbach et à P. Roussel l’édition de l’ensemble des inscriptions trouvées à Délos depuis les premiers travaux et obtient leur insertion dans le Corpus Inscriptionum Graecarum. De plus, il met en route les fouilles de Tégée et de l’île de Thasos. En 1912, il démissionne de la direction de l’École française d’Athènes pour prendre la responsabilité d’un cours d’institutions grecques et d’épigraphie à la Sorbonne. Docteur ès lettres en 1923, il devient professeur d’histoire hellénistique à la Sorbonne puis est nommé en 1927 professeur d’épigraphie grecque au Collège de France, où il succède à P. Foucart, dont il poursuit l’œuvre en infléchissant les orientations de la science épigraphique : alors que P. Foucart ignorait absolument la géographie, M. Holleaux en tient le plus grand compte et affirme la nécessité de maintenir un lien étroit entre épigraphie, numismatique, histoire et philologie. Comme A. Wilhelm, avec qui il est en relation d’amitié et avec qui il entretient une correspondance, il utilise la méthode des parallèles pour restituer les inscriptions d’une façon exacte, et l’épigraphie, à ses yeux, doit être à la fois historique et philologique. Il forme de nombreux disciples à la Sorbonne et au Collège de France, dont le plus proche est L. Robert qui consacrera une part importante de son activité scientifique à la publication des écrits de son maître. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1928. Par ses travaux qui embrassent tout le monde hellénistique, M. Holleaux est l’un des initiateurs les plus remarquables des études d’histoire hellénistique ; après J. A. Letronne et P. Foucart, il montre brillamment comment l’histoire naît des inscriptions et il donne à l’épigraphie grecque en France un éclat exceptionnel.

Bibliographie sélective :

80Voir la bibliographie établie par L. Robert. éd., M. Holleaux, Études d’épigraphie et d’histoire grecques, t. VI, Paris, 1968 ; « Fouilles au temple d’Apollon Ptoïos. Statues et fragments archaïques », Bulletin de correspondance hellénique, 1886, p. 66-80, 98-101, 190-199 ; « Recherches sur la chronologie de quelques archontes béotiens », Revue d’études grecques VIII, 1895, et XIII, 1900 ; dir. en collaboration avec T. Homolle et G. Fougères, Exploration archéologique de Délos, cinq fasc., 1909-1914 ; STRATÈGOS UPATOS, Étude sur la traduction en grec du titre consulaire, Paris, 1918 ; Rome, la Grèce et les monarchies hellénistiques au IIIe s. av. J.-C., 273-205, Paris, 1921 ; « The Romans in Illyria », Cambridge Ancient History, vol. VII, chap. XXVI, 1928 ; « Rome and Macedon : Philipp against the Romans, The Romans against Philipp » ; « Rome and Antiochus », Cambridge Ancient History, vol. VIII, chap. V, VI, VII, 1930 ; travaux réunis et publiés par L. Robert, Études d’épigraphie et d’histoire grecques, six vol., 1938-1968.

81VOIR :
G. Radet, L’Histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; Mélanges

82M. Holleaux. Recueil des mémoires concernant l’Antiquité grecque, offert à M. Holleaux en souvenir de ses années de direction de l’École française d’Athènes (1904-1912), Paris, 1913 ; É. Michon, « Éloge funèbre de M. Maurice Holleaux », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles- lettres, Revue des études anciennes, 1932, p. 454-456 ; S. Reinach, Revue archéologique 1932-2, p. 180-181 ; J. Carcopino, « Maurice Holleaux », Revue historique, janvier-février 1933, p. 273 ; P. Roussel, « Maurice Holleaux », Bulletin de correspondance hellénique, 57, 1933, p. 1-5 ; L. Robert éd., M. Holleaux, Études d’épigraphie et d’histoire grecques, t. I, 1938, préface, p. I-VI ; id., L’Épigraphie grecque au Collège de France-Leçon d’ouverture donnée le 25 avril 1939, Limoges et Paris, 1939, rééd. Opera Minora selecta III, Paris, 1969 ; M. Roques, « Notice sur la vie et les travaux de M. Maurice Holleaux », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Mâcon, 1943 ; C. Charle, Les Professeurs de la Faculté des lettres de Paris. Dictionnaire biographique, II, 1909-1939, Paris, Éditions du CNRS, 1986 ; H. Duchêne et C. Straboni, La Conquête de l’archéologie moderne, l’histoire de l’École française d’Athènes de 1846 à 1914, cédérom, 1996 ; L. Therrien, L’Histoire de l’Art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours d’H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, I, Paris, 1999.

Homolle, Théophile (1848-1925)

83Helléniste français, archéologue et épigraphiste. Directeur de l’École française d’Athènes de 1890 à 1903 et en 1912-1913. Élève de l’École normale supérieure et agrégé d’histoire en 1874, il est d’abord membre de l’École française de Rome, puis de celle d’Athènes. A. Dumont, directeur fondateur de l’École, lui confie la direction du chantier de Délos, où, de 1878 à 1888, il conduit un programme clair, commençant par le dégagement du temple et poursuivant par l’exploration de la cité religieuse et marchande ; en 1880, il se fait accompagner de l’architecte H.-P. Nénot qui dresse le premier plan. En 1878, il est nommé maître de conférences d’antiquités grecques et latines à la Faculté des lettres de Nancy, puis, de 1884 à 1890, professeur suppléant d’épigraphie et d’antiquités grecques au Collège de France. De 1890 à 1903, il dirige l’École française d’Athènes et revivifie l’institution créée par A. Dumont et quelque peu éclipsée par l’Institut allemand ; il restaure l’Institut de correspondance hellénique et réclame pour les jeunes membres une formation pratique pour les travaux de terrain, qui leur apporterait les connaissances élémentaires de topographie et de numismatique ou d’épigraphie. Il donne à l’école son second grand chantier, en concluant les négociations avec le gouvernement grec pour obtenir la concession de Delphes : il réalise ainsi le projet de P. Foucart et la « Grande fouille » est ouverte le 10 octobre 1892. Il dirige les travaux de Délos de 1877 à 1880, puis en 1885 et 1888, et ceux de Delphes, pour lesquels il fait appel à l’architecte A. Tournaire et à l’ingénieur H. Convert. Conscient de la nécessité de recourir à un architecte pour relever les monuments et le plan d’ensemble des ruines, il obtient en 1899 le rattachement d’un architecte et, l’année suivante, il assure le rayonnement international de l’École par la création de la section étrangère. Directeur des Musées nationaux en 1904, il est contraint, en 1911, de résigner son poste après le vol de la Joconde. Il reprend la direction de l’École d’Athènes en 1912-1913. Enfin, de 1913 à 1923, il est administrateur de la Bibliothèque nationale. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1892, et membre libre de l’Académie des beaux-arts en 1910. Il est aussi secrétaire, puis président de l’Union académique internationale.

Bibliographie sélective :

84Les Archives de l’intendance sacrée à Délos (315-166 avant J.-C.), (thèse principale), 1887 ; « Topographie de Delphes », Bulletin de correspondance hellénique, t. XVIII, 1894 ; « Les Romains à Délos » Bulletin de correspondance hellénique, t. VIII, 1897 ; « L’Aurige de Delphes » Monuments et Mémoires de la Fondation E. Piot, 1898 ; « Monuments figurés de Delphes. Les fouilles du temple d’Apollon », Bulletin de correspondance hellénique ; dir. Fouilles de Delphes, à partir de 1907 ; direction avec la collaboration de M. Holleaux et G. Fougères, Exploration archéologique de Délos, cinq fasc., à partir de 1909.

85VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; C. V. « Éloge de M. Théophile Homolle », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1925 ; A. Joubin et P. Chabas, « Théophile Homolle », Bulletin de l’Académie des beaux-arts I, 1925 ; É. Moreau-Nélaton, « Notice sur la vie et les travaux de M. Théophile Homolle », publications de l’Institut de France, 1926, n° 25 ; E. Pottier, « Homolle Théophile », Association amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1926 ; R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de M. Théophile Homolle », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1927 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 134 ; H. Duchêne et C. Straboni, La Conquête de l’archéologie moderne, l’histoire de l’École française d’Athènes de 1846 à 1914, cédérom, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant dir. avec le concours d’H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, I, Paris, 1999.

Hrözny, Bedrich/Friedrich (1879-1952)

86Orientaliste tchèque, assyriologue et déchiffreur du hittite cunéiforme. Il fait très tôt le choix de l’assyriologie, à laquelle il se forme à Berlin en suivant les cours de F. Delitzsch ; il soutient son doctorat à l’Université de Vienne, et se distingue immédiatement en reconstituant la série des textes de Ninurta. Il accompagne le professeur Sellin à Tell Ta’Annak, en Palestine, en 1904. L’année suivante, il est professeur à l’Université de Vienne, puis de Prague. Il s’intéresse avant tout aux problèmes d’histoire économique et politique de la Babylonie et considère que les documents de tous ordres, y compris les textes, doivent servir à cette histoire ; il consacre en particulier un ouvrage important au problème de la culture des céréales, où il introduit la préoccupation nouvelle des aspects de l’organisation économique. C’est en avril 1914 que commence sa carrière de déchiffreur : il passe quatre mois à Constantinople, où il copie les textes hittites cunéiformes de Bogazköy, pour l’édition dont l’a chargé la Deutsche Orientgesellschaft, et il tente alors d’en déchiffrer la langue et le contenu. En 1915, il publie les premiers éléments de la grammaire hittite et la traduction de deux recueils de lois. Il reconnaît à cette langue un caractère indo-européen et ses conclusions soulèvent des discussions ardentes. Nommé à l’Université de Prague, il donne un prolongement historique à son œuvre de déchiffrement et d’interprétation des textes, et élucide la complexité des langues et des peuples d’Asie Mineure sous la domination hittite. Il entreprend alors de compléter la connaissance de cette civilisation en recourant aux documents fournis par l’archéologie et envisage de poursuivre les recherches d’H. Winckler sur le site de Hattousa (Bogazköy), mais se heurte au refus du gouvernement turc. Les travaux sur ce site seront repris en 1931 par l’archéologue allemand K. Bittel. En 1924-1925, la mission tchécoslovaque explore différents sites en Syrie du Nord, placée sous mandat français. Il dirige en 1924 les fouilles de Sheikh Sa’D et Tell Arfad, l’antique Arpad, en Syrie. Puis il se fixe au lieu-dit Kültépé, non loin de Kayseri : B. Hrözny révèle l’origine et précise la chronologie des tablettes cappadociennes et manifeste une fois encore son profond intérêt pour la très ancienne histoire du grand commerce, pour l’étude du pays et de ses populations. Pendant toute cette période, B. Hrözny anime la recherche dans son pays : en 1929, sont créés l’Institut oriental de Prague, au sein duquel il préside la section de la recherche scientifique, et le séminaire d’études cunéiformes de la Faculté des lettres ; il assume également la rédaction de la revue Archiv Orientalni à laquelle il donne la primeur de ses découvertes en même temps qu’à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. De 1932 à 1937, il se consacre entièrement à l’exploration et à la traduction des textes hittites hiéroglyphiques, mais accomplit un voyage en Turquie en 1934 et donne de nombreux comptes rendus d’ouvrages d’archéologie qui confirment son intérêt pour ce domaine de la recherche. Quand se déclenche la Seconde Guerre mondiale, il jouit d’un très grand prestige et prend les fonctions de recteur, mais, le 17 novembre 1939, par décision allemande, tout enseignement supérieur tchèque est suspendu ; seules continuent à fonctionner les institutions autonomes de documentation et de recherche, dont l’Institut oriental de Prague. Plutôt porté au respect pour les autorités allemandes par sa formation universitaire, il ose cependant publier une vive réponse à certaines critiques allemandes (Pro domo, Archiv Orientalni XIV, 1943), mais est très affecté par le refus de lever l’interdiction frappant les universités qu’il réclame en vain. À partir de 1939, il se lance dans une double entreprise de déchiffrement, sur les textes proto-indiens et crétois. Membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1927, il est élu associé étranger en 1937. B. Hrözny, en fournissant la clef de l’écriture hittite, assure la connaissance d’une civilisation que G. Perrot avait révélée en 1861.

Bibliographie sélective :

87Voir la bibliographie établie par V. Cihar, Symbolae Hrözny, t. I ; « Sumerisch-babylonische Mythen von dem Gott Ninrag », Mitteilungen der Vorderasiatisch-Ägyptischen Gesellschaft, 1903, VIII 5 ; « Ninib und Sumer », Revue sémitique XVI, 1908 ; Das Getreide im alten Babylonien, Vienne, 1913 ; Die Sprache der Hethiter, ihr Bau und ihre Zugehörigkeit zum indo-germanischen Sprachstamm. Ein Entzifferungsversuch, Leipzig, 1916 ; Über die Völker und Sprachen des alten Chatti-Landes, Leipzig, 1920 ; Code hittite provenant de l’Asie Mineure (vers 1350 av. J.-C.), Paris, 1922 ; fouilles de Kultépé, rapport publié dans Syria VIII, 1927 ; article Hittites de l’Encyclopédie britannique, 1929 ; Les Inscriptions hittites hiéroglyphiques, essai de déchiffrement, monographie de l’Institut oriental de Prague, 1933, 1934, 1937 ; Die älteste Völkerwanderung und die proto-indische Zivilisation, Prague, 1939 ; Histoire de l’Asie antérieure, de l’Inde et de la Crète, depuis les origines jusqu’au début du deuxième millénaire, Les Inscriptions crétoises, Prague, 1949 ; Inscriptions cunéiformes du Kültépé, vol. I, Prague, 1952.

88VOIR :
L. Matous, Bedrich Hrözny, la vie et l’œuvre scientifique d’un orientaliste tchèque, Prague, 1949 ; M. David, « La vie et l’œuvre de Bedrich Hrözny (1879-1952) Revue d’assyriologie et d’archéologie orientale, XLVII n° 2, 1953, p. 96-100 ; R. Dussaud, Syria XXX, 1953, p. 185-186 ; C. W. Ceram, Enge Schlucht und Schwarzer Berg. Entdeckung des Hethiter Reiches, 1957 ; E. Masson, « À la découverte des Hittites », Dossiers d’archéologie. Les Hittites, mai 1994, p. 7-8.

Hubert, Henri (1872-1927)

89Archéologue, orientaliste et préhistorien français. Élève de l’École normale supérieure, il entreprend des études orientalistes et suit les cours d’hébreu et de syriaque d’A. Carrière. S. Reinach l’appelle au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, où il conçoit la salle d’archéologie comparée. Il dispense des cours de pré- et protohistoire à l’École pratique des hautes études et à l’École du Louvre. À l’occasion de l’exposition au Louvre des objets découverts à Byblos par P. Montet, il signale un lot de bronzes dont il décèle l’origine caucasienne : il éclaire ainsi d’une vive lumière les travaux d’E. Chantre et de J. de Morgan. Il entreprend de restituer la civilisation celtique en recourant à toutes les catégories de sources, pour aboutir à la publication d’un volume de synthèse dans la collection « L’Évolution de l’Humanité » d’Henri Berr. Il appartient au cercle de la Revue de Synthèse et entretient des relations d’amitié avec M. Mauss, neveu d’É. Durckheim, avec lequel il collabore à L’Année sociologique. À sa mort, ce sont M. Mauss, J. Marx et R. Lantier qui mettront au point les deux volumes consacrés aux Celtes et restés inachevés.

Bibliographie sélective :

90Avec M. Mauss, « Essai sur la nature et la fonction du sacrifice », L’Année sociologique II, 1899, puis dans Mélanges d’histoire des religions, Paris, 1909 ; Les Celtes et l’expansion celtique jusqu’à l’époque de La Tène et Les Celtes depuis l’époque de La Tène et la civilisation celtique, Paris, 1932 ; Les Celtes, publié et mis à jour par R. Lantier, J. Marx et M. Mauss, collection « L’Évolution de l’Humanité », Paris, 1943-1959, rééd. avec bibliographie complémentaire de R. Joffroy, Paris, Albin Michel, 1973.

91VOIR :
R. Dussaud, Syria, 1927 ; C. Goudineau, Le Dossier Vercingétorix, Paris, Actes Sud/Errance, 2001, p. 181-182.

Hübner, Emil (1834-1901)

92Archéologue et épigraphiste allemand. Il fait ses études de philologie et d’archéologie aux universités de Berlin et de Bonn. Entre 1855 et 1857, il voyage en Italie, puis s’installe à Berlin en 1859, où il devient professeur de philologie et d’épigraphie latines en 1863. À partir de 1860, il accomplit de nombreuses missions en Espagne et au Portugal et fait de l’archéologie et de l’épigraphie romaine de la pénisule Ibérique sa spécialité ; chargé par Th. Mommsen de recueillir les inscriptions romaines d’Espagne et du Portugal pour le second volume du Corpus Inscriptionum Latinarum, il parcourt la péninsule et y rencontre les savants, dont M. Rodriguez de Berlanga, l’épigraphiste andalou, avec lequel il entretiendra une longue amitié. Il remporte le prix Martorell de la mairie de Barcelone en 1888 pour son Arqueología de España, que Rodriguez de Berlanga a préfacée et corrigée du point de vue de la langue. Jusqu’à sa mort, E. Hübner est universellement tenu pour le plus grand épigraphiste spécialiste de l’Espagne. Il tient des rubriques dans les revues Hermes. Zeitschrift für Klassische Philologie (1866-1881) et Archaeologische Zeitung de Berlin (1868-1872), dont il est rédacteur jusqu’en 1873.

Bibliographie sélective :

93« Antichità della Spagna II Tarragona », Bullettino dell’Instituto di Correspondenza Archeologica, Rome, 1860 ; Epigraphische Reiseberichte aus Spanien und Portugal, Berlin 1861 ; Die antiken Bildwerke in Madrid, Berlin, 1862 ; Inscriptiones Hispaniae, 2e vol. du Corpus Inscriptionum Latinarum, Berlin, 1869, et Inscriptionum Hispaniae Latinarum Supplementum, 1892 ; Grundriss zu Vorlesungen über römische Epigraphik, 1877 ; Arqueología de España, Barcelone, 1888 ; Monumenta linguae Ibericae, 1893 ; Inscriptiones Britanniae christianae, 7e vol. du Corpus Inscriptionum Latinarum, 1873 ; Römische Herrschaft in Westeuropa, 1890.

94VOIR :
C. B. Stark,
Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich, Wilhelm Fink Verlag, 1969 P. Le Roux, « E. Hübner ou le métier d’épigraphiste », Épigraphie hispanique. Problèmes de méthode et d’édition, actes de la table ronde internationale du C.N.R.S., organisée par l’Université de Bordeaux III, les 8, 9, 10 décembre 1981, Paris, 1984, p. 17-31 ; R. Étienne et P. Le Roux, « Un siècle de recherches sur l’épigraphie romaine dans la péninsule Ibérique », actes du colloque international de l’Année épigraphique, Paris, 1990.

Humann, Carl (1839-1895)

95Ingénieur allemand des Ponts et Chaussées, premier explorateur du site de Pergame et inventeur du Grand autel. Il se forme à la construction des chemins de fer et au service des travaux publics de la province du Rhin, puis gagne Berlin où la fréquentation des collections des musées fait naître son intérêt pour l’archéologie. Atteint d’une affection pulmonaire, il rejoint en 1861 son frère qui travaille comme ingénieur des travaux publics à Samos, au service du bey. De 1864 à 1866, il accomplit pour le compte du grand vizir Fuad Pasha de nombreux voyages dans tout le Proche-Orient : il est chargé de repérer les meilleurs itinéraires pour le tracé de routes et de chemins de fer. Cette expérience, non seulement lui apporte la connaissance intime de la langue et des mentalités turques, mais lui permet surtout d’établir un relevé précis de cités antiques. En 1867, il est nommé responsable des travaux publics dans la région de Bergama – l’antique Pergame – qu’il choisit pour y établir son quartier général. Très vite, il prend conscience de la richesse du site et, dès 1871, soumet un projet de fouilles à E. Curtius qui, trop absorbé par Olympie, ne donne pas de suite à cette démarche ; Humann entreprend alors des travaux avec des fonds privés et poursuit ses efforts pour susciter l’intérêt et l’engagement du gouvernement prussien. En 1878, il réussit à convaincre A. Conze, nouveau directeur des collections de sculpture des Musées de Berlin, qui fait en sorte d’obtenir l’appui du Kronprinz et une importante subvention royale, accordée aux Musées de Berlin pour les travaux à Pergame. En outre, une convention est passée avec le gouvernement turc qui permet l’achat du site et accorde le tiers des trouvailles aux Musées de Berlin. C. Humann dirigera les fouilles de 1878 à 1886. La découverte du Grand autel et de la Gigantomachie suscite un enthousiasme extraordinaire et permet aux musées de la capitale prussienne de compenser le déficit en statuaire grecque originale dont ils souffraient jusque-là. En 1884, Humann est nommé directeur des Musées de Berlin, et assume dorénavant la responsabilité de toutes les entreprises archéologiques prussiennes au Proche-Orient. Il mène à bien un travail considérable de topographie, en dressant les plans de nombreuses cités d’Asie Mineure, où il met en route bon nombre de chantiers en 1887 à Hiérapolis, en 1888 à Tralles, de 1890 à 1893 à Magnésie du Méandre, en 1895 à Priène et à Éphèse. C’est lui qui en 1888 inaugure les fouilles occidentales en pays hittite en explorant le Nemrud Dag avec O. Puchstein et F. von Luschan et en menant la première campagne à Sendjirli.

Bibliographie sélective :

96Rapports successifs sur les fouilles de Pergame publiés dans le Jahrbuch der Königlischen Preussischen Kunstsammlungen I, 1880 ; Reisen in Kleinasien und Nordsyrien, Berlin, 1890.

97VOIR :
C. Schuchhardt et Th. Wiegand, Der Entdecker von Pergamon. Carl Humann. Ein Lebensbild, Berlin, 1930 ; E. Schulte, Carl Humann, der Entdecker des Weltswunders von Pergamon in Zeugnissen seiner Zeit, Dortmund, 1971 ; id., « Carl Humann », Neue Deutsche Biographie 10, 1974 ; R. Stupperich, Carl Humann, Westfälische Lebensbilder 13, Münster, 1984 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portaits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 69-70 ; F. K. et E. Dörner, Von Pergamon zum Nemrud Dag : Die archäologischen Entdeckungen Carl Humanns, Kulturgeschichte der Antiken Welt 40, Mayence, 1991 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996.

Humboldt, Karl Wilhelm, baron von (1767-1835)

98Poète, critique, philologue et homme d’État allemand, fondateur de l’Université de Berlin. Après des études de philologie à Göttingen sous G. Heyne, il devient l’élève de F. A. Wolf, professeur à Halle ; ils lui communiquent une véritable passion pour l’Antiquité grecque. K. W. von Humboldt est l’ami de Schiller et de Goethe. En 1797, il décide de partir pour l’Italie avec son frère Alexander, mais séjourne d’abord un an et demi à Paris, puis se rend en Espagne. En 1802, il est nommé ambassadeur du gouvernement prussien auprès du Saint-Siège, et tient à Rome un salon très important, qui réunit écrivains, artistes et savants dont les plus grands philologues parmi lesquels G. Zoëga : pendant son séjour romain, il complète sa formation classique et se fait le promoteur de l’archéologie. Son action à Rome sera poursuivie par son successeur à l’ambassade, B. Niebuhr, et aboutira à la création de l’Institut de correspondance archéologique. De retour dans son pays en 1808, il est nommé ministre de l’Instruction publique et des Cultes, et fonde en 1810 l’Université de Berlin. Après la défaite prussienne de Iéna, il est en effet convaincu que seul l’État peut défendre et promouvoir l’idéal qu’il a conçu pour l’éducation ; il place la Faculté de philosophie au-dessus des autres et donne la priorité aux « humanités » sur les sciences naturelles. Il attire à Berlin de brillants étudiants, en particulier pour la philologie qu’il considère comme le cœur même de son dispositif universitaire. Devenu ministre extraordinaire et plénipotentiaire auprès de la cour de Vienne, il obtient l’entrée de l’Autriche dans la coalition contre Napoléon, et joue un rôle déterminant au congrès de Vienne (1815). Tombé en disgrâce en 1820, il se consacre à l’étude et concourt à créer la philologie comparée.

Bibliographie sélective :

99Wilhelm von Humboldts gesammelte Werke, sept vol., Berlin, 1841-1852 ; Wilhelm von Humboldts gesammelte Schriften, dix-sept vol., Berlin, 1903-1936.

100VOIR :
R. Haym,
Wilhelm von Humboldt : Lebensbild und Charakteristik, Osnabrück, 1856 ; A. Michaelis, Die archäologischen Entdeckungen des neunzehten Jahrhunderts, Leipzig, 1908 ; R. Pfeiffer, History of Classical Scholarship II, 1976 ; P. R. Sweet, Wilhelm von Humboldt. A Biography, deux vol., Ohio State University Press, 1978-1980 ; U. von Wilamowitz Moellendorf, Geschichte der Philologie, éd. anglaise History of Classical Scholarship, Londres, 1982 ; J. Quillien, G. de Humboldt et la Grèce. Modèle et histoire, Lille, 1983 ; M. Bernal, Black Athena, trad. PUF, Paris, 1996, p. 343-350 ; S. Marchand, Down from Olympus. Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996, p. 24-35 ; H. Sichtermann, Kulturgeschichte der klassischen Archäologie, Munich, Verlag C. H. Beck, 1996, p. 155-162.

Huntington, Archer Milton (1870-1955)

101Mécène américain qui contribue à développer les recherches archéologiques en Espagne. Fils de Collis Potter Huntington, homme d’affaires constructeur du Central Pacific Railroad, il fait d’excellentes études classiques à New York, puis aux universités de Yale, Harvard et Columbia. Il fréquente très tôt et assidûment les musées européens et sa vocation d’hispaniste se révèle à l’occasion d’un voyage à Mexico en 1885 ; il entreprend alors l’étude du castillan ancien et de l’arabe. Il accomplit son premier voyage dans la péninsule Ibérique en 1892. Il traduit en anglais le Poema del Cid et sera reçu membre de la Real Academia sevillana de Buenas Letras en 1902 et, l’année suivante, de la Real Academia de la Historia. En Espagne, il s’adonne à des travaux d’archéologie. Apprenant en 1898 qu’A. Engel est sur le point de mettre un terme à sa fouille d’Italica, près de Séville, A. Huntington loue le terrain au propriétaire et poursuit l’exploration ; les objets découverts sont répartis entre A. Huntington et le musée de Séville. En 1904, il fonde l’Hispanic Society of America et son musée à New York ; par la suite, l’Audubon Terrace se couvrira de bâtiments adjacents au musée de la Société hispanique, qui abriteront l’American Numismatic Society, l’American Geographical Society, le Museum of American Indian… Il fait la connaissance de G. Bonsor et acquerra pour l’Hispanic Society la collection de l’archéologue, dont un important lot d’ivoires orientalisants du Bas-Guadalquivir, mis en vente à Paris dans les années 1920. Il est en relation avec P. Paris et L. Heuzey ; il accorde une somme importante à la Casa de Vélasquez pour les fouilles de Bolonia-Belo en 1916 et, sous les auspices de l’Hispanic Society of America, la Revue hispanique est publiée entre 1905 et 1933. Il contribue à la restauration de la maison du Greco à Tolède et de Cervantès à Valladolid. Il emploie sa fortune à constituer une riche collection d’objets archéologiques et de tableaux, exposés aujourd’hui encore au Musée de l’Hispanic Society.

Bibliographie sélective :

102A Notebook in Northern Spain, 1898.

103VOIR :
The Hispanic Society of America. Handbook Museum and Library Collections, New York, 1938 ; A History of the Hispanic Society of America. Museum and Library. 1904-1954, New York, 1954 ; A. R. Nykl, Archer Milton Huntington, 10 March 1870-11 December 1955, Bethel, Con., 1956 ; B. Gilmann Proske, Archer Milton Huntington, New York, 1963 ; « The Hispanic Society of America », revue Apollo XCV, avril 1972.

Huyot, Jean-Nicolas (1780-1840)

104Architecte français. Il remporte en 1807 le grand prix d’architecture de l’École des beaux-arts et est admis à l’Académie de France à Rome où il séjourne six ans. En 1813, il est nommé inspecteur des travaux du gouvernement. En 1817, il participe au voyage en Orient du comte de Forbin et, en Égypte, est chargé par le Pacha de surveiller les travaux d’un canal reliant le Nil à Alexandrie ; jusqu’en 1819, il explore la vallée du Nil et se rend en Nubie : il dresse un plan de Karnak et pénètre dans le temple d’Abou Simbel, ouvert par Belzoni en 1817. Ami des Champollion, il communique ses documents à Jean-François, et les copies de cartouches nubiens qu’il rapporte sont une des sources décisives du déchiffrement des hiéroglyphes. De retour en France, il se voit confier le cours d’architecture de l’École des beaux-arts.

105VOIR :
D. Raoul-Rochette, « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Huyot », compte rendu de la séance publique de l’Académie des beaux-arts, 1841, p. 49-82 ; J. Leclant, « Le voyage de J. N.-Huyot en Égypte (1818-1819) et les manuscrits de Nestor Lhôte », Bulletin de la Société française d’Égyptologie 32, 1961, p. 35-42 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Leclant, « Le voyage en Nubie (1813-1913) », D’un Orient l’autre, vol. I, Paris, 1991, p. 405-415 ; P. Dufournet, « Jean-Nicolas Huyot (1780-1840) ou la carrière exemplaire d’un architecte archéologue », Les Archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 49-69.

Hyperboréens, Société des

106Fondée à Rome en 1823 sur le modèle du Xénéion, qui avait réuni à Athènes des amateurs de l’Antiquité grecque. En effet, O. Magnus von Stackelberg, J. Linckh et P. avoir travaux les temples d’Égine et de Bassae, pour en poursuivre l’étude ; ils forment un cercle très actif en relation étroite avec le milieu international qui anime la vie intellectuelle à Rome, où l’historien B. Niebuhr a succédé en 1816 à W. von Humboldt comme ambassadeur de la Prusse auprès du Saint-Siège et qui, comme lui, réunit en son salon les artistes, les écrivains et les savants des pays européens. Comme son prédécesseur, il se fait aussi le très actif promoteur de la philologie et de l’archéologie ; il est secondé dans ce rôle par C. von Bunsen. En 1823, les allemands A. Kestner, ambassadeur de Hanovre auprès du Saint-Siège, E. Gerhard et T. Panofka fondent, avec le baron balte O. Magnus von Stackelberg et l’artiste danois B. Thorvaldsen, la Société des Hyperboréens romains, dont l’un des buts est d’étudier les monuments de Rome, pour contribuer à sa description entreprise par Niebuhr et Bunsen. Le projet est rapidement élargi à l’étude des collections privées sur tout le territoire italien : c’est ainsi qu’en 1825, Stackelberg, Panofka, Kestner et Gerhard dressent l’inventaire du Musée Bourbon de Naples. À l’occasion de leurs voyages dans toute l’Italie jusqu’en Sicile, les Hyperboréens découvrent la nécessité de dresser catalogues et corpora d’objets. E. Gerhard joue un rôle de plus en plus important dans la définition d’un travail véritablement scientifique et prend conscience de la nécessité de diffuser les résultats des travaux par la publication. T. Panofka contacte alors le duc de Luynes, grand collectionneur, expert de l’histoire de l’art et numismate, qui accepte de financer les Monumenti antichi inediti della Società iperborea romana : l’aristocrate français donne ainsi l’un des premiers exemples du mécénat scientifique. Le caractère européen de cette Société se manifeste encore par le rôle joué par le duc de Blacas, ambassadeur à Naples et propriétaire d’une importante collection d’antiquités grecques, étrusques et romaines, dont il confie la publication à T. Panofka. Cependant, cette association privée se révèle vite insuffisante pour remplir l’objectif que se sont fixé ses membres : faire de Rome le centre de l’étude de l’Antiquité. La visite à Rome en 1828 du Kronprinz de Prusse fournit à Bunsen l’occasion de lui présenter le projet d’élargir leur société en un Institut de correspondance archéologique dont le futur Frédéric Guillaume IV accepte le patronage ; le premier institut archéologique international est né et tient sa première réunion le 21 avril 1829.

Bibliographie sélective :

107B. G. Niebuhr et C. K. J. von Bunsen, Beschreibung Roms, Berlin, 1830 ; E. Gerhard, Antike Bildwerke zum ersten Mal bekannt gemacht, Berlin, 1827-1843 ; T. Panofka, Musée Blacas, Paris, 1830.

108VOIR :
A. Michaelis,
Storia dell’Instituto archeologico-germanico, 1829-1879, Rome, 1879 ; G. Rodenwaldt, Archäologisches Institut des Deutschen Reiches, 1829-1929, Berlin, 1929 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, 1979 ; G. Platz Horster, « E. Gerhard et le cabinet étrusque de l’Altesmuseum de Berlin », Les Étrusques et l’Europe, Paris, RMN, 1992 ; S. L. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, 1996 ; R. T. Ridley, « The Founding of the German Archaeological Institute : unpublished Documents », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Römische Abteilung 103, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

G
 
I
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search