Version classiqueVersion mobile
F
H

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

G

Texte intégral

Gabriel, Albert (1883-1972)

1Architecte et orientaliste français. Élève de l’École nationale supérieure des beaux-arts et licencié ès lettres, il est, dès 1908, recruté par M. Holleaux pour l’École française d’Athènes, et collabore aux fouilles et à la publication de Délos jusqu’en 1911. Chargé de mission sur l’île de Rhodes de 1911 à 1914, puis de 1920 à 1922, il en étudie les monuments du Moyen Âge. Pendant la Première Guerre mondiale, il est officier interprète à la division navale de Syrie, puis, en 1919, il participe aux fouilles d’Al-Foustat en Égypte. En 1922, il accomplit des missions en Lycie et Cilicie, et à Palmyre en 1925. Maître de conférences d’histoire de l’art à la Faculté des lettres de Caen de 1923 à 1925, il gagne Strasbourg en 1925 et y devient professeur d’histoire d’art moderne, tout en assurant jusqu’en 1930 des cours d’archéologie et d’histoire de l’art à la Faculté des lettres d’Istanbul. Il est alors chargé par le gouvernement de plusieurs missions en Anatolie. En 1930, il est le premier directeur de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul et accomplit des missions archéologiques en Haute-Mésopotamie, en Iraq, en Iran et en Syrie de 1932 à 1936. Il assume la direction des fouilles de Phrygie de 1936 à 1956. Correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à partir de 1933, il devient académicien libre en 1953. De 1941 à 1953, il est professeur d’histoire des arts de l’Orient musulman au Collège de France. Albert Gabriel est le premier architecte recruté pour l’École française d’Athènes et il accomplit une carrière d’architecte, archéologue et historien de l’art, tout à fait similaire à celle de ses collègues allemands.

Bibliographie sélective :

2Les Remparts de Rhodes (thèse principale), 1921 ; Les Fouilles d’Al-Foustat et les origines de la maison arabe en Égypte (thèse complémentaire), 1921 ; La Cité de Rhodes (1310-1522) I-II, 1921-1923 ; Recherches archéologiques à Palmyre, 1926 ; Monuments turcs d’Anatolie, deux vol., 1931-1934 ; Voyages archéologiques dans la Turquie orientale et les provinces d’au-delà du Tigre, deux vol., 1938-1941 ; Phrygie. Exploration archéologique, 1941-1965 ; avec E. Hospels, La Cité de Midas, Les Arts en Turquie, 1969.

3VOIR :
M. Duportet, Répertoire permanent des intellectuels, Paris, 1947 ; J. Laroche, « Albert Gabriel, le plus turc des Français, 2 août 1883-23 décembre 1972 », Turcica IV, 1972 ; P. Boyancé, « Éloge funèbre de M. Albert Gabriel », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1973 ; M.-C. Helmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 191-222 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Garcia y Bellido Ochando, Antonio (1903-1972)

4Historien de l’Antiquité et archéologue espagnol. Il est considéré comme le fondateur de l’école d’archéologie classique de Madrid et l’un des principaux promoteurs de l’histoire ancienne au sein de l’Université en Espagne. Il fait ses études secondaires à Saint-Sébastien, puis obtient une licence de philosophie et lettres à l’Université centrale de Madrid où il suit les cours d’E. Tormo, de J. R. Melida et d’H. Obermaier. Boursier de la Junta de Amplación de Estudios, il se rend à Berlin pour y compléter sa formation et fait la connaissance de G. Rodenwaldt, directeur de l’Institut archéologique allemand. Grâce à une bourse de l’Université de Madrid, il parcourt l’Europe et le Proche-Orient, se rendant en Égypte, en Palestine, en Asie Mineure et en Afrique du Nord. En 1931, il succède à J. R. Melida à la chaire d’archéologie de l’Université de Madrid, puis, au terme du processus d’épuration après la Seconde Guerre mondiale, il occupe jusqu’à sa mort la chaire d’archéologie classique à l’Université centrale de Madrid. Il dirige de nombreux chantiers archéologiques, en particulier à Ampurias, à Castro de Coana dans les Asturies et à Iuliobriga dans la province de Santander. Il fonde en 1951 l’Institut espagnol d’archéologie Rodrigo-Caro au sein du Consejo superior de investigaciones científicas (l’équivalent de notre CNRS) et le dirige jusqu’à sa mort : il y constitue la meilleure bibliothèque d’Espagne pour l’archéologie classique et l’histoire ancienne, et l’ouvre aux étudiants les plus remarquables en leur facilitant ainsi l’accès à l’Université ou au CSIC ; il lance la Biblioteca archeológica, publiée par CSIC il est de plus rédacteur et principal animateur de l’Archivo Español de Arqueología et fondateur de la revue Hispania antiqua Epigráphica. Il est, avec son disciple A. Fernandéz Avilés, l’initiateur du Corpus de Mosaicos de España. Le champ de ses intérêts s’étend de la Préhistoire à l’époque des Goths et couvre tous les domaines qui peuvent nourrir l’histoire : l’archéologie, les textes, la numismatique, la toponymie, l’ethnographie, l’histoire des institutions et des religions… Depuis sa chaire de Madrid, il a concouru à l’essor de l’archéologie classique et de l’histoire ancienne dans les universités de toute l’Espagne où ses élèves, devenus professeurs, ont diffusé les acquis de son enseignement. Il a formé de nombreux archéologues espagnols contemporains, tels A. Blanco Frejeiro, A. Balil ou J. M. Blázquez. Membre de la Real Academia de la Historia, il l’est aussi de l’Institut archéologique allemand et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

5Los Hallazgos griegos de España, Madrid, 1936 ; Fenicios y Cartaginenses en Occidente, Madrid, 1942 ; España y los Españoles hace dos mil años segun la Geografía de Strabón, Buenos Aires, 1945 ; Hispania Graeca, trois vol., Barcelone, 1948 ; Esculturas romanas de España y Portugal, deux vol., Madrid, 1949 ; chapitres « Protohistoria. Tartessos », « Colonización púnica » et « Colonización griega », du vol. II, España protohistórica, tome I de España preromana, Madrid, Espasa-Calpe, 1952 ; les chapitres « Colonizaciones púnica y griega », « El arte ibérico » et « El arte de las tribus célticas », du tome I de Ars Hispaniae. Historia Universal del Arte Hispánico, Madrid, 1947-1962 ; Urbanistica de las grandes ciudades del mundo antiguo, Madrid, 1966 ; Les Religions orientales dans l’Espagne romaine, Leyde, 1967.

6VOIR :
L. Pericot et alii, Homenaje a Antonio Garcia Bellido, Madrid, 1975 ; J. Arce, « Antonio Garcia Bellido y los comienzos de la Historia Antigua en España », dans J. Arce et R. Olmos éd., Historiografía de la arqueología y de la Historia antigua en España (siglos xviii-xx), Madrid, 1991 ; M. P. Garcia-Bellido, introduction à la 9e éd. de España y los Españoles hace dos mil años, Madrid, 1993 ; P. Gonzalez Serrano et M. Ruiz Bremon, « Antonio Garcia Bellido y la Escuela de Arqueología Clásica de Madrid », dans G. Mora et M. Diaz-Andreu, La Cristalización del pasado : genesis y desarollo del marco institucional de la arqueología en España, Malaga, 1997 ; J. Arce, « Gracia y Bellido y el Instituto Español de arqueología Rodrigo Caro », dans J. Blánquez Pérez et L. Roldán Pérez, La Cultura ibérica a través de la fotografía, 1999 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Gardiner, sir Alan Henderson (1879-1963)

7Égyptologue britannique. Fils d’un riche homme d’affaires, sa position lui permet d’envisager une longue période d’études classiques et sémitiques à Oxford, où il n’existait pas encore d’enseignement d’égyptologie ; en 1895-1896, il suit les cours de G. Maspero au Collège de France et à l’École pratique des hautes études. De 1902 à 1912, il obtient une bourse en égyptologie au Worcester College d’Oxford et poursuit ses études de philologie à Berlin avec A. Erman. En 1908-1909, il se rend en Égypte et prépare le catalogue des tombes privées de Thèbes, avec G. Davies. Maître de conférences d’égyptologie à l’Université de Manchester de 1912 à 1914, il devient professeur à l’Université de Chicago (1924-1934) ; il consacre alors la plus grande partie de son temps à la publication de ses études qu’il finance souvent lui-même. Il fonde en 1916 le Journal of Egyptian Archaeology et le dirige jusqu’en 1921, puis de 1941 à 1946. Il est élu associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1946.

Bibliographie sélective :

8Avec N. de G. Davies, The Catalogue of the Private Theban Tombs, cinq vol., 1909 ; Egyptian hieratic texts, 1911 ; avec N. de G. Davies, The Tomb of Amenemhet, 1915 ; avec T. Peet, The Inscriptions of Sinaï, deux vol., 1917 ; Description of a hieratic Papyrus with a mythological Story…, 1931 ; Egyptian Grammar (1re éd. 1927) ; Late Egyptian Stories, 1932 ; Ancient Egyptian Paintings, 1936 ; Egypt of the Pharaohs. An introduction, Oxford, 1961.

9VOIR :
Son autobiographie
My Working Years, 1962 ; A. Grabar, « Éloge funèbre de sir Alan Gardiner », 1964 ; J. Çerny, « Sir Alan Gardiner 1879-1963 », Proceedings of the British Academy 50, 1964 ; C. Picard, « Sir Alan Gardiner », Revue archéologique, 1964 ; H. Brunner, Archiv für Orientforschung XXI, 1966, p. 269-270 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Gardner, Ernest Arthur (1862-1939)

10Archéologue britannique, helléniste et égyptologue. Frère de Percy Gardner. Directeur de la British School of Archaeology d’Athènes de 1887 à 1895. Il fait ses études à Londres et Cambridge. De 1896 à 1929, il est professeur d’archéologie à l’University College de Londres. Assistant de Flinders Petrie pour les fouilles de Naucratis en 18851886, il l’aide beaucoup ensuite pour établir les relations entre l’Égypte et la Grèce et fonder la double datation. En 1891 en effet, il reçoit Flinders Petrie dans le cadre de l’École d’Athènes et lui permet d’identifier, dans le contexte mycénien, des importations égyptiennes de la xviiie dynastie ; Petrie réalise ainsi la première datation croisée (« cross dating ») de l’histoire de l’archéologie comparée. E. Gardner affirme que Petrie « avait fait plus en une semaine que les Allemands en dix ans, pour éclaircir le sujet sur la base des documents égyptiens ».

11VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill,
Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 112-113 ; G. Daniel, One Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; H. Waterhouse, The British School of Athens, Londres, 1986.

Gardner, Percy (1846-1937)

12Numismate et archéologue britannique. Frère d’E. A. Gardner. Professeur d’archéologie classique à Cambridge et Oxford, il parvient, malgré le peu de considération prêtée à la discipline, à l’insérer dans le cursus universitaire. En 1880, il concourt à la fondation de la Society et du Journal of Hellenistic Studies. Il réunit à l’Ashmolean Museum la collection de marbres antiques de l’Université et pourvoit aux nouvelles acquisitions. Avec A. Evans, il contribue à constituer la bibliothèque d’archéologie de l’Ashmolean Museum. Il réussit en 1907 à instaurer le diplôme d’archéologie classique. Il forme de nombreux archéologues, parmi lesquels V. Gordon Childe, L. Woolley, J. N. L. Myres ou J. Beazley.

Bibliographie sélective :

13The Types of Greek Coins, 1883 ; New Chapters in Greek History, 1892 ; Catalogue Greek Vases in the Ashmolean Museum, 1893 ; Principles of Greek Art, 1913 ; Histoire du monnayage antique, 700-300 av. J.-C., Oxford, 1918.

14VOIR :
J. Boardman, « 100 Years of Classical Archaeology in Oxford »,
Beazley and Oxford, Oxford University Committee for Archaeology, 10, 1985.

Garrod, Dorothy (1892-1968)

15Archéologue et préhistorienne britannique. Née à Londres, dans une famille de médecins, elle choisit d’étudier l’histoire, est admise à l’Université de Cambridge et entre au collège de Newham. Reçue Bachelor of Arts en pleine guerre, elle s’engage et sert dans les cantines de l’armée jusqu’en 1919. Elle revient alors dans sa famille à Oxford et s’engage dans l’étude de l’ethnographie comparée. En 1921, munie d’un diplôme d’anthropologie et d’une bourse de voyage, elle se rend en France, visite les cavernes ornées pyrénéennes avec le comte Bégouen, rencontre à Niaux l’abbé Breuil et, sous sa conduite, aborde l’étude du Paléolithique, à l’Institut de paléontologie humaine de Paris, où elle se lie d’amitié avec le père Teilhard de Chardin. Elle aborde l’archéologie de terrain en fouillant à La Quina avec le Dr Henri-Martin, puis aux Eyzies avec D. Peyrony. En 1926, sur les conseils de l’abbé Breuil, elle dirige sa première fouille, à l’abri de Devil’s Tower à Gibraltar. Lors de l’affaire de Glozel, elle représente son pays à la commission internationale qui démasque la fraude en 1928 ; elle fréquente alors assidûment le salon de R. Dussaud. Alors que la polémique soulevée par la publication du rapport sur Glozel fait rage, elle s’embarque pour la Palestine. À Jérusalem, elle se rend auprès du père Vincent et commence une longue et brillante carrière au Proche-Orient. La British School of Archaeology de Jérusalem la reconnaît immédiatement comme la plus apte à étudier le Paléolithique palestinien. Dès son arrivée, elle se fait confier l’exploration de la grotte de Shukbah, dans les collines de Judée, signalée par le père Alexis Mallon : elle y découvre le Mésolithique palestinien qu’elle appellera le Natoufien. L’année même de son arrivée au Proche-Orient, elle mène une prospection en Iraq, sous escorte armée, et réalise la première mission archéologique au Kurdistan du sud qui était resté jusque-là terra incognita : elle y repère des sites paléolithiques. Elle renouvellera le même type d’entreprise, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, en conduisant une mission de reconnaissance en Anatolie. En 1929, à la tête d’une mission anglo-américaine, patronnée par la British School of Archaeology et l’American School of Prehistoric Research, elle commence ses travaux dans les grottes du mont Carmel, où elle conduira sept campagnes. Elle reconstitue dans ses grandes lignes la succession stratigraphique et chronologique de l’âge de la pierre en Palestine, du Tabounien au Natoufien. À la recherche du « missing-link » entre les cultures paléolithiques du Proche-Orient et de l’Europe centrale, elle quitte Jérusalem : elle fouille la grotte de Bacho-Kiro en Bulgarie, mais le matériel insuffisant ne permet pas d’établir des conclusions. De retour en Grande-Bretagne, elle reçoit un doctorat ès sciences à Oxford et est nommée professeur à Cambridge : elle est la première femme à enseigner dans l’une de ces deux prestigieuses universités. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s’engage dans la RAF et travaille à Medmenham, au Centre d’interprétation photographique de l’armée de l’air. Ce n’est que sept ans après sa nomination qu’elle peut prononcer sa leçon inaugurale à Cambridge : Environment, Tools and Man. À partir de 1948, elle collabore aux fouilles de l’abri du Roc-aux-Sorciers dans la Vienne : amie de Suzanne de Saint-Mathurin, elle renonce à l’enseignement pour se consacrer à la recherche et, en 1953, se fixe en Charente où elle fait construire sa maison. Les deux femmes collaborent à La Quina et fouillent ensemble l’abri sous roche d’Angles-sur-l’Anglin, où elles découvrent la frise sculptée du Magdalénien. Elle retourne cependant à Jérusalem, où, accueillie par l’École américaine, elle complète le travail sur les grottes d’Emireh et de Kebarah. En 1958, avec l’appui de l’émir M. Chéhab et l’Institut français de Beyrouth, elle entreprend des sondages sur trois sites côtiers du Liban, l’abri Zumoffen, les grottes du Ras el-Kelb et celles du Bezez ; elle y découvre les plages soulevées qu’elle cherchait, ce qui lui permet de replacer les premiers habitants des grottes du mont Carmel dans une chronologie relative. « Fellow » de la British Academy et de la Société des antiquaires de Londres, D. Garrod est une véritable pionnière des études préhistoriques au Proche-Orient et a su développer de fructueuses relations de collaboration internationale.

Bibliographie sélective :

16The Upper Palaeolithic Age in Britain, Oxford, 1926 ; « The Palaeolithic of Southern Kurdistan : Excavations in Caves of Zarzi and Hazar Merd », Bulletin of the American School of Prehistoric Research 60, 1930 ; avec D. M. A. Bate, Stone Age of Mount Carmel, Oxford, 1937 ; « The Natufian Culture. The Life and Economy of a Mesolithic People in the Near East », Proceedings of the British Academy 43, 1957, p. 211-227 ; « Rouffignac », Antiquity 32, 1958, 231-234 ; avec G. Henri-Martin, « Rapport préliminaire sur la fouille d’une grotte au Ras el-Kelb », Bulletin du Musée de Beyrouth 16, 1961, p. 61-66 ; avec D. Kirkbridge, « Excavation of the Abri Zumoffen, a Paleolithic Rock-Shelter near Adlun, South Lebanon, 1958 », Bulletin du Musée de Beyrouth 16, 1961, p. 7-45 ; avec J. G. D. Clark, « Primitive man in Egypt, Western Asia and Europe. In palaeolithic times. In mesolithic times », The Cambridge Ancient History, 1, Cambridge, Cambridge University Press, 1965 ; « Mugharat el-Bezez, Adlun. Interim report, July 1965 », Bulletin du Musée de Beyrouth 19, 1966, p. 5-9 ; « Recollections of Glozel », Antiquity 42, 1968, p. 172-177.

17VOIR :
S. de Saint-Mathurin, « Dorothy, Annie, Elisabeth Garrod (5 février 1892-18 décembre 1968)
Syria 46, 1969, p. 385-390 G. C. Thompson, P. G. Bahn, J. Callander, P. J. Smith et al., « Dorothy Garrod in words and pictures », Antiquity 71, 1997, p. 265-270 ; « Obituary of Dorothy Annie Elisabeth Garrod, 1892-1968 », Proceedings of the British Academy 55, 1969, p. 339-361 ; sir Grahame Clarke, « Dorothy Garrod (1892-1968) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t.1, Oxford, 1999, p. 401-412.

Garstang, John (1876-1956)

18Égyptologue et orientaliste britannique. Il fait d’abord des études de mathématiques à Oxford, mais manifeste par ailleurs son intérêt pour l’archéologie en menant des fouilles sur des sites romains en Grande-Bretagne. En 1900, il gagne l’Égypte et fouille à Méroé, en Nubie, entre 1909 et 1914. En 1902, il est nommé « lecteur » d’égyptologie à l’Université de Liverpool où il devient ensuite professeur de « méthodes et pratiques » en archéologie (1907-1941). Il inaugure, en 1907, les fouilles de l’Université de Liverpool à Mersin, en Anatolie, et les poursuivra pendant une quarantaine d’années : assisté de S. Lloyd, il y mène une recherche stratigraphique sur un tell dont l’occupation va du Néolithique à l’âge du fer. Avec A. E. Cowley et G. Contenau, il fournit les premiers éléments complets sur la civilisation hittite. Alors qu’il dirige la British School of Archaeology de Jérusalem, on lui demande en 1920 de prendre la responsabilité du Département des antiquités de la Palestine qu’il assumera jusqu’en 1926 ; c’est alors qu’il soumet aux autorités scientifiques françaises l’idée de créer une école d’archéologie à Jérusalem et anime la collaboration entre Britanniques, Français et Américains au Proche-Orient. À la tête du Département des antiquités, il organise l’inventaire, le relevé et la documentation des monuments anciens, assure leur protection et favorise les recherches des équipes internationales. Il crée à Jérusalem le musée des Antiquités de Palestine. En 1920-1921, il mène, avec Pythian-Adams, une brève campagne à Ascalon. En 1930, après avoir ouvert des sondages sur les sites d’Ai et Tell el-Quedah (Hazor), il reprend les fouilles de Jéricho qu’il dirige jusqu’en 1936, mais sans assez tenir compte de la nécessité d’appliquer les méthodes scientifiques mises au point par G. Reisner ou W. F. Albright. Il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1947.

Bibliographie sélective :

19Tombs of the Third Egyptian Dynasty, 1904 ; Burial Customs of Ancient Egypt, 1907 Meroë, 1911 ; The Land of the Hittites, Londres, 1910 ; Hittites, 1929 ; Prehistoric Mersin, Oxford, 1953.

20VOIR :
Anatolian Studies 6, 1956, p. 27-34, portrait ; C. W. Ceram, Enge Schlucht und schwarzer Berg. Entdeckung des hethiter Reiches, 1957 ; R. O. Faulkner, dans Journal of Egyptian Archaeology 43, 1957, p. VII-VIII ; E. Weidner, Archiv für Orientforschung, 1957-1958, p. 228-229 ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991.

Gastaldi, Bartolomeo (1818-1879)

21Géologue et préhistorien italien, l’un des fondateurs de la « paletnogia » dans son pays. Il reçoit une formation scientifique de géologue et minéralogiste et enseigne à l’École d’application des ingénieurs de Turin. Son intérêt pour la Préhistoire se manifeste à l’occasion de ses travaux de minéralogiste sur le terrain, au cours desquels il recueille des vestiges préhistoriques ; il s’applique tout d’abord à étudier les phénomènes liés à la glaciation alpine et à la formation des bassins lacustres et est invité par le préhistorien suisse Édouard Desor à participer à ses recherches sur les palafittes italiens. La révélation de ce type d’habitat préhistorique avait eu lieu en 1854, à Obermeilen sur le lac de Zurich, et le savant suisse Ferdinand Keller avait immédiatement donné l’interprétation exacte des pieux alignés sur le fond du lac (Die Keltischen Pfahlbauten in den Schweizerseen, 1854). En 1860, avec É. Desor, B. Gastaldi fait les premières découvertes de palafittes sur le site de Mercurago (province de Novare) et s’engage dans les recherches préhistoriques, qu’il mène dans le Piémont et en Émilie, notamment sur la diffusion des ornements et des haches néolithiques en pierre verte ; il constitue une riche collection d’objets qui sont réunis afin d’établir avec certitude, à partir de nombreuses références, la datation selon la théorie scandinave des Trois Âges. Bien qu’acquis à la théorie de l’évolution de C. Darwin, B. Gastaldi, partagé entre ses convictions religieuses et son sentiment scientifique, n’admettra définitivement la très haute antiquité de l’homme qu’en 1866, lorsqu’il aura lui-même retrouvé à Mezzana Corti (province de Padoue) les restes associés d’un mégacéros et d’un homo sapiens sapiens. Il entretient des relations étroites avec les savants locaux, par exemple le naturaliste Pellegrino Strobel (1821-1895), professeur à l’Université de Parme, qu’il rencontre à l’occasion de son séjour d’étude au Museo di Antichità où sont exposés les objets découverts dans les terramare de la région ; sous son influence, P. Strobel s’engage dans la recherche des terramare et ne tardera pas à y entraîner le jeune L. Pigorini. B. Gastaldi est en relation étroite avec les préhistoriens des autres pays : le français G. de Mortillet, ou le danois C. Thomsen ; il organise des échanges d’objets, en particulier avec le musée des Antiquités du nord de Copenhague ou celui de Saint-Germain-en-Laye, ou bien fait réaliser des moulages. Il constitue ainsi le premier musée de Préhistoire à Turin, d’abord réuni à l’École des ingénieurs, puis transporté au Museo Civico et aujourd’hui exposé au Museo di Antichità. En 1875, il crée le Bullettino di Paetnologia Italiana, première revue nationale en Europe à être entièrement consacrée à la Préhistoire d’un territoire. B. Gastaldi est l’un des premiers en Europe à donner à la préhistoire un caractère scientifique et il est l’initiateur de l’essor des recherches préhistoriques en Italie.

Bibliographie sélective :

22« Selci lavoratte, oggetti di bronzo e di nella torbiera di Mercurago presso Arona », Il Nuovo Cimento VI, vol. XI, 1860 ; « Cenni su alcuni armi di pietra i bronzo trovate nell’Imolese, nelle miniere del Modenese… », Atti della Società Italiana di Scienze Naturali, vol. II, 1862 ; Nuovi Cenni sugli oggetti di alta antichità trovati nelle torbiere e nelle marniere dell’Italia, Turin, 1862 ; « Discussion sur les silex taillés », Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’Homme, I, 1865 ; Iconografia di alcuni oggetti di remota antichità, rinvenuti in Italia, Turin, 1869 ; « Raccolta di armi e strumenti di pietra delle adiacenze del Baltico, dono di S. M. il Re », Atti della Reale Accademia delle Scienze V, 1869-1870 ; Mazzuola o martello ascia di pietra, Turin, 1872 ; Frammenti di Paleoetnologia italiana, Rome, 1876.

23VOIR :
L. Pigorini, Matériaux pour l’histoire de la Paléoethnologie italienne, Parme, 1874 ; id., Preistoria. Cinquanta anni di storia italiana (1860-1910), Rome, 1911 ; M. Desiterre, « Contributo alla storia della paletnologia italiana », dans C. Morigi Govi et G. Sassatelli éd., Della Stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della formazione del Museo civico Archeologico di Bologna, Bologne, 1984 ; M. Desiterre, Paletnologi e studi preisto-rici nell’Emilia Romagna dell’Ottocento, Reggio Emilia, Civici Musei, 1988 ; A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome, 1988 ; R. Peroni, « Preistoria e protostoria, la vicenda degli studi in Italia », Le Vie della preistoria, Rome, Manifestolibri, 1992, p. 9-70 ; M. Bernabo Brea et A. Mutti, « Le terremare si scavano per concimare i prati ». La nascità dell’archeologia preistorica a Parma nella seconda metà dell’Ottocento, Parme, 1994, p. 61-65 ; N. Coye et N. Provenzano, « Un octobre émilien : palethnologie et sentiment national au lendemain de l’unification italienne », Préhistoire, anthropologie méditerranéennes, 1996, t. 5, p. 5-16.

Gauckler, Paul (1866-1911)

24Archéologue français. Il est né en Alsace et son père, ingénieur des Ponts et Chaussées, s’engage en 1870 dans l’armée des Vosges. Après la guerre, toute la famille doit s’installer à Épinal. Malgré son goût très précoce pour la géographie et l’histoire, il est contraint par son père de faire des études scientifiques. Il obtient un baccalauréat de rhétorique et de philosophie à Nancy, puis de sciences à Paris. En 1883, il réussit cependant à imposer son choix d’études littéraires. Fragile des bronches, il doit passer un hiver à Alger avec sa mère en 1884 : il y suit les cours de Paul Monceaux, ancien membre de l’École française d’Athènes, professeur à l’École supérieure des lettres d’Alger, qui lui donne le goût des études archéologiques. De retour à Paris, il est inscrit au lycée Louis-le-Grand, mais, malade, il se prépare presque seul au concours de l’École normale supérieure, où il est brillamment reçu en 1886. À l’École, il subit la très forte influence de Paul Vidal de la Blache. Une fois l’agrégation obtenue, Georges Perrot lui évite l’enseignement en le faisant rattacher au Service des musées et bibliothèques d’Algérie et de Tunisie, dirigé par R. du Coudray La Blanchère : il procède à la description méthodique des musées de Constantine et de Cherchell et à la fouille d’une nécropole proche de Philippeville. Il succède à La Blanchère à la direction du Service des antiquités et des arts de la Régence de Tunisie de 1895 à 1905. Il entreprend des fouilles à Carthage où il applique une méthode remarquable de rigueur, ainsi qu’à Gightis et Uthina ; organise d’art En 1899, l’Académie des inscriptions et belles-lettres lui accorde le titre de « correspondant régnicole Sa situation difficile à Tunis, où heurte à l’hostilité d’une partie de l’administration locale et de certains particuliers, il donne sa démission en 1905, revient en France et obtient une mission de l’Instruction publique pour Rome. En 1907, il entreprend de faire des fouilles au Janicule, où l’on a fait la découverte fortuite d’un sanctuaire syrien. Mais, victime d’une grave atteinte de la maladie, il se donne la mort à Rome en 1911. P. Gauckler appartient à la génération des pionniers de l’archéologie en Afrique du Nord, à l’essor de laquelle il contribue par son œuvre administrative et scientifique, introduisant dans l’archéologie punique les principes et les méthodes d’une fouille rigoureuse.

Bibliographie sélective :

25Catalogue du musée de Cherchell, 1895 ; Guide du visiteur du musée du Bardo, Tunis, 1896 ; L’Archéologie de la Tunisie, 1896 ; Découvertes archéologiques en Tunisie, 1897 ; « Les fouilles de Tunisie », Revue archéologique, 1902, 2, p. 369-408 ; « Rapport sur les travaux exécutés à Dougga », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1902-1905 ; Le Sanctuaire syrien du Janicule, 1909 ; Musée de Sousse, 1912 ; Nécropoles puniques de Carthage, trois vol., 1915.

26VOIR :
G. Perrot, « P. Gauckler », Annuaire de l’Association amicale de secours anciens élèves de l’École normale supérieure, 1912, p. 124-129 ; A. Beschaouch, La Légende de Carthage, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993.

Geffroy, Auguste (1820-1895)

27Historien français. Directeur de l’École française de Rome de 1876 à 1882, puis de 1888 à 1895. Élève de l’École normale supérieure, il se lie d’amitié à Dijon avec P.-É. Bersot, futur directeur de l’École. Titulaire d’une chaire d’histoire au lycée Louis-le-Grand, il est nommé en 1852 à la Faculté des lettres de Bordeaux, puis, en 1862, maître d’une conférence d’histoire à l’École normale supérieure et, en 1864, en suppléance de la chaire d’histoire ancienne à la Sorbonne. En 1874, il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Grand spécialiste de l’histoire des pays scandinaves, il réussit, comme directeur de l’École française, à lui faire sa place à Rome, en se ménageant l’amitié de W. Henzen, Premier secrétaire de l’Institut archéologique allemand ; c’est lui qui met l’école sur la voie de l’étruscologie.

28VOIR :
L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931 ; O. Motte, « Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire », Mélanges de l’École française de Rome 94, 1982, p. 393-483 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Gell, William (1777-1836)

29Archéologue et voyageur britannique. Il fait ses études à Cambridge et, en 1801, visite la Troade, puis, en 1804, accomplit un voyage en Morée et à Ithaque : ses ouvrages ont un intérêt plus topographique qu’archéologique. En 1820, il accompagne la princesse Caroline en Italie, en tant que chambellan et y réside jusqu’à sa mort. Il dessine l’amphithéâtre de Pompéi. Il est, à Rome, le résident plénipotentiaire de la Société des Dilettanti. Il appartient à la Society of Antiquaries et à la Royal Society britanniques ; il est membre de l’Académie royale de Berlin et de l’Institut de France.

Bibliographie sélective :

30Topography of Troy and its Vicinity, Londres, 1804 ; Geography and Antiquities of Ithaca, Londres, 1807 ; Itinerary of Greece, 1810 ; Itinerary of Morea, 1817 ; Pompeiana: the Topography, Ornaments, Londres, 1817-1819 ; Topography of Rome and its Vicinity, 1834.

31VOIR :
Dictionary of National Biography, Londres, 1890, XXI, p. 115-117 ; E. Clary et M. W. Fredriksen, Sir William Gell in Italy. Letters to the Society of the Dilettanti, 1831-1835, 1976.

Genouillac, Henri de, abbé (1881-1940)

32Assyriologue français. L’un des meilleurs représentants de l’assyriologie française. Il est l’un des derniers à mener de front les études philologiques et archéologiques. Son premier ouvrage, publié en 1909, est consacré aux tablettes sumériennes archaïques et ouvre série de est envoyé en à Constantinople, sont conservées les tablettes de Tello, pour en faire l’inventaire. Il participe ainsi à l’entreprise d’édition et d’étude des documents d’archives sumériens que lancent alors les grands musées européens ; il complète ce travail en 1930, en publiant quatre-vingt-dix-huit autographies de tablettes acquises par le musée du Louvre et particulièrement bien conservées. Le maniement des documents écrits le conduit aux travaux de terrain. Investi d’une mission de l’Instruction publique et accompagné par un architecte, il ouvre en 1912 le chantier de Kish, mais doit interrompre les travaux à cause de la guerre ; la concession est accordée ensuite, par le Service des antiquités irakien sous mandat britannique, à la mission anglo-américaine dirigée par S. Langdon, professeur à Oxford. En 1929, R. Dussaud lui obtient une mission des Musées nationaux pour reprendre les fouilles de Tello qui avaient été suspendues après le départ du capitaine Cros. La mission est composée de deux architectes, de deux dessinateurs et d’un chef de travaux, et sera conduite jusqu’en 1931 par H. de Genouillac, assisté d’A. Parrot et de R. Ghirshman ; c’est A. Parrot qui dirigera les deux dernières campagnes de 1931-1933. Jusqu’à la reprise des travaux, le site était réputé complètement dépourvu de la céramique peinte qui ailleurs en Mésopotamie avait permis de distinguer les différentes périodes de la Protohistoire mésopotamienne, à Obeid, Uruk et Jemdet-Nasr. Au cours de ses fouilles, H. de Genouillac procède au recueil systématique de la céramique peinte et, grâce à la fouille stratigraphique, révèle des niveaux archaïques semblables à ceux d’Ur et d’Uruk ; en appliquant les principes de l’archéologie scientifique, il est en mesure de reconstituer pour Tello la même sucession que sur les autres sites. De plus, il étudie les collections de céramiques préhistoriques anatoliennes conservées au Louvre et fait avancer l’étude des céramiques hittites. Il ne remplit aucune fonction officielle, et prend la responsabilité de la paroisse de Villennes-sur-Seine, dont il devient le curé. Il reçoit la Légion d’honneur pour faits de guerre au Proche-Orient entre 1914 et 1918. Il fait don de ses livres à la Bibliothèque du Louvre. Ses travaux à Tello donnent au site sa place dans la chronologie de la Protohistoire mésopotamienne.

Bibliographie sélective :

33Tablettes sumériennes archaïques, 1909 ; Trouvaille de Dréhem et Tablettes de Dréhem, 1911 ; Inventaire des tablettes de Tello, 1912-1921 ; Textes économiques d’Oumma, 1922 ; Fouilles françaises d’El’Akhymer, 1924-1925 ; Céramique cappadocienne, 1926 ; Textes religieux sumériens, 1930 ; Fouilles de Telloh, 1934-1936.

34VOIR :
A. Parrot, Syria XXII, 1941, p. 299-300 ; id., Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946 ; G. Contenau, Revue d’assyriologie et d’archéologie orientale XLI-164, 1947, p. 213-214.

Gerhard, Friedrich Wilhelm Eduard (1795-1867)

35Archéologue allemand, l’un des pères fondateurs de l’Institut de correspondance archéologique de Rome. Né à Posen (Poznan, alors en Prusse), fils de magistrat, il manifeste très tôt son goût pour l’étude de la philologie, de l’histoire ancienne et de la géographie, et doit se défendre du désir de sa mère de le voir étudier la théologie et de celui de son père de le voir devenir juriste. En 1814 il se rend à Berlin et suit les cours de Savigny, de F. A. Wolf et d’A. Boeckh qui le charge des scolies et d’une partie des commentaires de son Pindare ; il travaille aussi au Corpus Inscriptionum Graecarum. En apprenant le retour de Napoléon de l’île d’Elbe, il est sur le point de s’engager dans l’armée, mais se ravise et soutient sa thèse à Leipzig. En 1816, il enseigne à Breslau et à Posen. De santé fragile, il conçoit le projet d’un voyage en Italie et, au prix des plus grandes difficultés, il part en 1819, s’embarque à Marseille pour Florence, gagne Rome, Naples et la Sicile : il est le premier diplômé d’une université allemande à accomplir le voyage en Italie et inaugure alors une longue tradition qui sera favorisée par la création des Reisestipienden par l’Institut archéologique allemand. De retour chez ses parents en janvier 1821, il ne pense qu’à regagner l’Italie et demande à Berlin une aide pour accomplir un voyage à but scientifique ; après avoir passé un mois à Paris, en septembre 1821, il reprend la route de l’Italie en septembre 1822, et y restera jusqu’en 1826. Il s’installe à Rome, étudie la topographie de la ville antique, entre en relations avec les savants italiens, Amati, Biondi, les frères Cardinali, Guattani, Visconti avec Amati, il s’initie latine et, plus tard, entre en relation épistolaire avec B. Borghesi. Il fait la connaissance de T. Panofka qui deviendra un ami et un collaborateur fidèle et fréquente les érudits d’Europe du Nord installés à Rome, en particulier A. Kestner et O. M. von Stackelberg, avec lesquels il forme en 1823 la Société des Hyperboréens romains qui se fixe pour tâche l’étude de l’art et de la mythologie antiques. En 1824, il se rend à Florence et parcourt l’Étrurie où il fait la connaissance de F. Inghirami et d’A. Zannoni. En mai 1825, il est à nouveau en Étrurie puis, à Naples, avec T. Panofka, il entreprend la description du musée et devient correspondant de l’Académie d’Herculanum. Dans les Neapels antike Bildwerke, il met en œuvre sa conception de l’histoire de l’art qu’il envisage comme la mise en perspective des œuvres dans leur contexte historique, culturel et social. Il donne à la Beschreibung der Stadt Rom de E. Platner une introduction sur l’histoire de l’art et une présentation des collections d’antiquités du Vatican. C’est à contre cœur qu’il retourne en Allemagne en 1826, et se rend à Berlin pour renouveler sa demande d’une mission officielle, pour enfin l’obtenir : il est mandaté par le Musée de Berlin pour voyager en Italie. Au début de l’année 1828, il est de retour à Rome et, jusqu’en 1832, déploie une très intense activité : c’est à Rome qu’E. Gerhard, philologue classique, devient archéologue. Il acquiert en effet la connaissance exhaustive de toutes les collections de monuments figurés de la péninsule italienne. En relations étroites avec les milieux intellectuels, diplomatiques et politiques internationaux de Rome, les Hyperboréens conçoivent le projet d’une association plus large pour étudier et publier le plus grand nombre possible de monuments de l’Antiquité. E. Gerhard reçoit à Rome le prince héréditaire de Prusse et sollicite son soutien pour la création d’une institution internationale ; le 21 avril 1829, l’Institut correspondance archéologique se réunit pour la première fois sur le Capitole, et sa direction, comme ses membres, traduisent son caractère international. E. Gerhard partage tout d’abord les charges du secrétariat de l’Institut avec T. Panofka. Il joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’Institut, lui donnant un programme et lançant les publications : Monumenti inediti, Annali et Bulletino. Chargé à partir de 1829, par le ministère de l’Instruction publique et des Cultes, d’acquérir en Italie des œuvres pour enrichir les collections du Musée royal du Lustgarten de Berlin, il visite les villes étrusques de Toscane, et envisage un immense champ de recherche ; il conçoit alors le projet d’un corpus des urnes étrusques, selon des principes appris de son maître A. Boeckh, fondateur du Corpus Inscriptionum Graecarum. Il se rend la même année à Vulci, où Lucien Bonaparte, prince de Canino, fait explorer la nécropole étrusque et porte à la lumière des milliers de vases grecs qu’il étudie et publie dans son célèbre « Rapporto intorno i vasi Vulcenti Ce fondateur et méthode céramologie et connut un grand retentissement. Il doit quitter Rome en 1832, mais, à l’automne 1833, il reprend le chemin de l’Italie avec E. Braun, et, en tant qu’archéologue du Musée de Berlin, il est chargé d’enrichir les collections. Jusqu’en 1837, il résidera presque en permanence en Italie. Élu membre de l’Académie de Berlin en 1835, il devient professeur à l’Université en 1843. T. Panofka et lui, collègues au Musée et à l’Université, animent les études archéologiques et travaillent à la diffusion des connaissances ; en 1841, E. Gerhard crée l’Archäologische Gesellschaft, puis en 1843 l’Archäologische Zeitung. En 1854, il accède au poste de directeur du département des sculptures de l’Altes Museum. En 1860, il est élu associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. E. Gerhard est l’un des pionniers de l’archéologie scientifique et la cheville ouvrière de la première organisation internationale vouée à sa promotion ; en outre, par son étude des vases de Vulci, il jette les bases de la céramologie moderne.

Bibliographie sélective :

36Voir la bibliographie établie par J. de Witte, Notice sur Édouard Gerhard, Bruxelles, 1871 ; Lectiones Apolloniae (thèse), Leipzig, 1816 ; Antike Bildwerke, 1827-1844 ; Neapels antike Bildwerke beschrieben von E. Gerhard und T. Panofka, Stuttgart et Tübingen, 1828 ; collaboration à E. Platner et C. Bunsen, Beschreibung der Stadt Rom, Stuttgart et Tübingen, 1830-1842 ; « Rapporto intorno i vasi Vulcenti », Annali dell’Instituto di Corrispondenza archaeologica, III, 1, 1831, p. 5-218, 221-271 ; Hyperboreisch-Römische Studien für Archeologie, 1833 et 1852 ; Berlin’s antike Bildwerke, Berlin, 1836-1846 ; Auserlesenen griechischen Vasenbilder hauptsächlich etruskisches Fundortes, quatre vol., Berlin, 18401858 ; Etruskische und Kampanische Vasenbilder, Berlin, 1843 ; Etruskische Spiegel, quatre vol. de 1843 à 1867 ; Trinkschalen und Gefässe des kgl. Museum zu Berlin und Sammlungen, Berlin, 1848-1856 ; Zur monumentalen Philologie, Berlin, 1850 ; Griechische Mythologie, deux vol., Berlin, 1854-1855.

37VOIR :
O. Jahn,
Eduard Gerhard. Ein Lebensabriss (portrait), Berlin, J. de Witte, Notice sur Édouard Gerhard, Bruxelles, 1871 ; C. B. Stark, Systematik und Geschichte Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Wilhelm Fink Verlag Munich, 1969 ; R. Kekulé von Stradonitz, Eduard Gerhard, Berlin, 1910 ; D. von Bothmer, « Greek Vase-Painting : Two Hundred Years of Connoisseurship », Papers on the Amasis Painter and his World, The J. Paul Getty Museum, Malibu (Calif.), 1987, p. 185-186 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 20-22 ; G. Platz-Horster, « E. Gerhard et le Cabinet étrusque de l’altes Museum de Berlin », Les Étrusques et l’Europe, Paris, Ph. Rouet, « Aux origines de la céramologie grecque : l’étude des vases attiques avant Beazley », Histoire de l’art 29-30, 1995, p. 3-9 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Gérin-Ricard, Henry de (1864-1944)

38Archéologue français. Né à Marseille et issu d’une vieille famille provençale, il appartient à la tradition érudite du Midi de la France : associé à de nombreuses sociétés savantes locales, président de la Société de statistique de Marseille et de la Société archéologique de Provence, directeur de l’Académie de Marseille, il se situe dans la lignée des Séguier et Calvet. Dès sa jeunesse, il est en relation avec les grands noms de l’archéologie du temps : A. Héron de Villefosse, J. Déchelette, C. Jullian, E. Pottier, G. Radet, É. Espérandieu. Animateur de l’archéologie locale, il étudie tout particulièrement les oppida de la Provence occidentale. À partir de 1929, il tient la chronique archéologique de la revue Provincia de la Société de statistique de Marseille, pour laquelle il établit une riche bibliographie sur les âges du bronze et du fer. Il découvre tous les tumuli de la vallée de la Durance et de la haute vallée de l’Arc et constate les rapports étroits entre la Provence littorale et l’Europe centrale. En 1899, commencent ses fouilles à Marseille et, en 1906, il dénombre les établissements salyens autour de la ville. S’il ne peut réaliser son projet de fouiller Entremont, à Roquepertuse cependant, il met au jour un sanctuaire d’une importance capitale. De 1919 à 1932, il est conservateur suppléant puis adjoint au Musée Borély de Marseille. Sa réputation dépasse les limites de sa province, puisque, lauréat de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1928, il reçoit en 1932 la médaille de vermeil de la Société française d’archéologie et, en 1936, le prix Schlumberger de la Société nationale des antiquaires de France. Membre depuis 1927 du Comité des travaux historiques et scientifiques et de la Commission des monuments historiques depuis 1937, H. de Gérin-Ricard est l’un des promoteurs de l’archéologie nationale dans le Midi de la France.

Bibliographie sélective :

39« Statistique préhistorique et protohistorique des Bouches-du-Rhône, du Var et des Basses-Alpes », Répertoire des travaux de la Société de statistique de Marseille, t. 44 ; « Relation des tumuli hallstattiens à inhumation incomplète avec le travail du fer », Bulletin de la Société préhistorique française, 1924 ; avec le comte de Gaudemaris, Massilia : son enceinte en 49 avant notre ère, 1916 ; Promenades archéologiques dans Marseille, 1917 ; « Le sanctuaire pré-romain de Roquepertuse. Étude sur l’art gaulois avant les temps classiques », Centenaire de la Société de statistique, 1927.

40VOIR :
F. Benoit, Revue archéologique, 1947, p. 77-80.

Germer-Durand, Joseph, R. P. (1845-1917)

41Préhistorien français. Premier supérieur de l’Hôtellerie de Notre-Dame-de-France à Jérusalem, il s’est initié par lui-même à l’histoire et à l’archéologie palestinienne. Il fouille sur le mont Sion et réunit, à Notre-Dame-de-France, la collection d’antiquités la plus complète et la plus variée de Palestine : il y réserve une importante section consacrée à la Préhistoire. À l’occasion d’une conférence à l’École biblique, il reconstitue un réseau de gisements de silex taillés, pour lesquels il propose un classement typologique et chronologique (Revue biblique, 1897, p. 439-449). Au XIe congrès des orientalistes, tenu à Paris la même année, il consacre sa communication à « l’âge de pierre en Palestine » ; il concourt à faire reconnaître la Préhistoire en Palestine. Il écrit dans la Revue biblique à partir de 1897.

42VOIR :
L. Lartet, Exploration géologique de la mer Morte, de la Palestine et de l’Idumée, Paris, 1878.

Gesenius, Heinrich Friedrich Wilhelm (1786-1842)

43Philologue et orientaliste allemand, spécialiste de la Bible. Il est le premier à publier en 1837 une étude systématique de tous les documents phéniciens connus à son époque. Professeur de théologie à l’Université de Halle, il est l’auteur d’un Hebraïsch Elementarbuch, dont la Grammaire hébraïque, qui correspond au premier volume, allait fonder la recherche moderne et allait connaître dès 1858 quatorze éditions. Il étudie la théologie à partir de 1803 à Helmstedt, puis devient répétiteur de théologie à Göttingen où il obtient son doctorat en 1806 ; en 1809, il prend un poste de professeur au gymnasium d’Heiligenstadt et, en 1811, revient à l’Université de Halle comme ordinarius de théologie. Il refuse plusieurs postes de professeur à Breslau, Göttingen, Oxford. Ses travaux sur l’Ancien Testament et ses études sur l’orientalisme lui assurent la première place parmi les savants de son époque : en effet, il ouvre une nouvelle ère dans l’étude de l’hébreu et il fonde l’épigraphie phénicienne scientifique. En 1820 et 1835, il accomplit deux voyages d’étude en France, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, et noue de nombreuses relations avec les personnalités les plus éminentes en Europe.

Bibliographie sélective :

44Symbolae observationum in Ovidii fastos, novae Fastorum editionis specimen, dissertation de philologie, Göttingen, 1806 ; Hebraische Grammatik, 1813 ; Hebraische Lesebuch, 1814 ; Geschichte der hebräischen Sprache und Schrift, Leipzig, 1815 ; Thesaurus philologicus criticus linguae hebraeae et chaldaeae Veterum Testorum, I, 1828 ; II, 1829 ; III, 1, 1842 ; III, 2, 1853 ; « Indices », 1858 ; Scripturae linguaeque Phoeniciae Monumenta, trois 1837 ; « The Hymiaritic Alphabet discovered, and portions of Hymiaritic Inscriptions deciphered… », Journal of the Geographical Society of London 11, 1841 ; édition de J. L. Burckhardt, Reisen in Syrien, Palästina und den Gegend des Berges Sinaï, deux vol., 1823 (avec des remarques importantes sur la topographie).

45VOIR :
Bibliographia Geseniana, 1843 ; W. Schrader, Geschichte der Friedrichs-Universität zu Halle, t. 2, 1894 ; O. Eissfeldt, « W. G. als Archäologe », Forschungen und Fortschnitte, 18, 1942, p. 297-299 ; id., « W. G. und die Palästinawissenschaft », Zeitschrift der Deutsche Palästinaverein 65, 1942, p. 105-112 ; id., « W. G. 1786-1842 », 250 Jahre Universität Halle, 1944 ; H. J. Zobel, Neue Deutsche Biographie, VI, 1964, p. 340-341.

Ghirshman, Roman (1895-1979)

46Archéologue et orientaliste français, d’origine russe. Né à Kharkov, il subit la guerre civile russe et il se retrouve à Constantinople, contraint pour survivre de faire tous les métiers. En 1923, il arrive à Paris où il entreprend des études d’archéologie classique et orientale ; il se forme aussi aux langues orientales anciennes, sumérien, accadien et hébreu. À la Sorbonne, à l’École des hautes études et à l’École du Louvre, il suit les cours de C. Picard, de L. Delaporte, du père V. Scheil, de R. Dussaud, de G. Contenau, ou encore de C. Virollaud. Il soutiendra ses thèses de doctorat à la Sorbonne en 1948, l’une sur Begran et les Kouchans et l’autre sur Les Chionites-Hephtalites et le déchiffrement de l’écriture tokharienne. En 1930-1931, l’abbé de Genouillac lui offre de participer aux fouilles de Tello en Mésopotamie, puis, en 1931-1933, G. Contenau, conservateur adjoint au Musée du Louvre, l’invite à contribuer aux opérations de sauvetage sur le site de Tépé Giyan, près de Néhavend, en Iran. Les deux campagnes qu’il mène permettent de recueillir du matériel pré- et protohistorique, qui rend possible une première classification des cultures archaïques du plateau iranien, ainsi que la comparaison avec Suse. Il poursuit ses travaux en Iran à Tépé Sialk, où il lance trois campagnes en 1933, 1934 et 1937 : il y conduit des fouilles stratigraphiques et établit une chronologie des cultures préhistoriques du plateau iranien. Parallèlement, en 1935 et 1936, puis de 1938 à 1941, il explore le site royal de Bishapur, où il dégage le palais de Shapur Ier et un temple du feu, contribuant ainsi à une meilleure connaissance de l’art sassanide. En 1936, il entreprend l’exploration du Tépé Shurkh Dagh, en Afghanistan, où il se rend à nouveau en 1940 pour succéder à J. Hackin. En 1941, 1942 et 1943, R. Ghirshman fouille à Bégram, capitale des Kouchans, au nord de Kaboul. En 1943, nommé à l’Institut français d’archéologie orientale, il se rend au Caire, où, jusqu’à la fin de la guerre, il se consacrera à la publication de ses travaux de fouilles. En 1946, il reçoit la direction des fouilles de Suse, où il travaillera jusqu’en 1967. Il y applique la méthode stratigraphique inaugurée sur les sites de Tépé Giyan et de Tépé Sialk. Ce sont les périodes les plus récentes du site, négligées par ses prédécesseurs et peu documentées, que R. Ghirshman entend mieux faire connaître et, pour ce faire la nécessité d’ouvrir un chantier stratigraphique s’impose. Le chantier A, ouvert dès 1946 au nord de la ville royale, fera l’objet d’une exploration systématique pendant vingt ans, au terme de laquelle on est en mesure de reconnaître quinze niveaux d’occupation, du iiie millénaire avant J.-C. jusqu’au xiiie siècle de notre ère. Avec le père J.-M. Stève, R. Ghirshman reprend la fouille de l’acropole de Suse et y retrouve les traces d’un centre urbain du ive millénaire avant J.-C. D’autre part, se poursuit le dégagement du palais et de l’Apadana des rois achéménides. Parallèlement, de 1951 à 1962, il explore, à Tchoga Zanbil, à cinquante kilomètres au sud-est de Suse, la ville élamite de Dur-Untash dont il dégage la ziggourat, des temples, des palais et des tombes. Après avoir pris sa retraite, en 1967, de la direction de la mission archéologique française en Iran, dont le préhistorien J. Perrot prend alors la responsabilité, il n’abandonne pas l’archéologie de terrain et, jusqu’en 1972, organise des campagnes de fouilles dans les montagnes des Bakhtiaris, à l’est de Suse. En 1961, il réalise à Paris l’exposition « 7000 ans d’art en Iran les Mémoires de la délégation archéologique française en Iran. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1965.

Bibliographie sélective :

47Avec G. Contenau, Fouilles de Tépé Giyan, 1936 ; Fouilles de Sialk, près de Kachan 1933, 1934, 1937, deux vol., 1938-1939 ; « Le trésor de Sakkez, les origines de l’art mède et les bronzes du Luristan », Artibus Asiae, vol. 13, 1950, p. 181-206 ; L’Iran, des origines à l’Islam, Paris, 1951 ; « Cinq campagnes de fouilles à Suse (1946-1951) », Mémoires de la mission archéologique en Iran. Mission de Susiane, 1952 ; Village perse achéménide, Paris, 1954 ; avec T. Ghirshman et alii, Fouilles de Châpour, 1956 ; Trente Années de recherches archéologiques en Iran, 7000 ans d’art en Iran, Paris, Iran, Parthes et Sassanides, Paris, 1962 ; Perse, Proto-Iraniens, Mèdes, Achéménides, Paris, 1963 ; avec T.Ghirshman et alii, Tchoga Zanbil (Dur-Untash), Mission de Susiane, six vol., 1966-1976 ; avec T. Ghirshman et A. Hardy, Fouilles de Châpour, publiées sous la direction de R. Ghirshman. Bichâpour, 1971 ; Tombe princière de Ziwiyè et le début de l’art animalier scythe, publications de la Société iranienne pour la conservation du patrimoine national, Paris, 1979.

48VOIR :
T. Ghirshman, Archéologue malgré moi. Vie quotidienne d’une mission archéologique en Iran, Paris-Neuchâtel, 1970 ; bibliographie dans « Archaeologia iranica, Miscellanea in honorem R. Ghirshman », Iranica Antiqua 6-8, Louvain, 1970 ; J. Heurgon, « Éloge funèbre de M. Roman Ghirshman », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1979 ; L. Vanden Berghe, « Roman Ghirshman (1895-1979) », et R. de Mecquenem, « Les premiers fouilleurs de Suse », Iranica Antiqua XV, 1980, p. XI-XV et p. 1-48 ; E. W., « Roman Ghirshman (1895-1979) », Syria 58, 1981, p. 212-214 ; H. Gasche, « La période Roman Ghirsman (1946-1947) », dans N. Chevalier dir., Une Mission en Perse. 1897-1912, Paris, RMN, 1997 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; P. Amiet, « Roman Ghirshman (1895-1979) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998 ; È. Gran-Aymerich, « Archéologie et politique française en Iran : convergences et contradictions. Des missions Dieulafoy à la Délégation archéologique française en Iran (1881-1947) », Journal asiatique, t. 287, 1999-1 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France. 1895-1995, vol. I, Paris, 1999.

Girard, Jules Augustin (1825-1902)

49Helléniste français, philologue et archéologue. Élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres en 1847, il est d’abord professeur de rhétorique au collège royal de Vendôme, puis devient membre de l’École française d’Athènes de 1848 à 1851. Il appartient à cette génération des « Athéniens » qui affirment leur volonté de s’engager résolument dans les études archéologiques : il inaugure l’exploration scientifique de la Grèce en se rendant en Eubée et fait de cette mission le sujet de son mémoire. De 1854 à 1868, il est chargé d’une conférence de langue et littérature grecques, puis devient maître de conférences à l’École normale supérieure ; en 1874, il obtient la chaire de poésie grecque à l’Université de Paris. De 1896 à 1902, il dirige la Fondation Thiers. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1873.

Bibliographie sélective :

50Mémoire sur l’île d’Eubée, 1852 ; Recherches sur Délos, 1874.

51VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; P. Berger, « Éloge funèbre de M. Jules Girard », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1902 ; P. Girard, « Éloge funèbre de Jules Girard », Revue des études grecques, 1902 ; G. Radet, L’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; N. Valois, « Notice sur la vie et les travaux de M. Jules Girard », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1902 ; C. Charle, Les Professeurs de la Faculté des lettres de Paris, dictionnaire biographique, I, 1809-1908, Paris, 1985 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Girard, Paul (1852-1922)

52Helléniste français, archéologue et épigraphiste. Élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres en 1875, il est membre de l’École française d’Athènes de 1875 à 1879. Il dirige les fouilles de l’Héraion de Samos et acquiert pour le Louvre, en 1879, la fameuse Héra. Maître de conférences à la Faculté des lettres de Toulouse en 1881 pour la littérature grecque, il occupera de 1904 à 1922 la chaire de langue et littérature grecques à la Sorbonne. De 1893 à 1903, il assure une conférence de langue et littérature grecques à l’École normale supérieure. Premier secrétaire général de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France, il est aussi l’un des fondateurs de l’Association Guillaume-Budé (1917). Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1908.

Bibliographie sélective :

53L’Asclépeion d’Athènes d’après les récentes découvertes (thèse principale), 1881 ; La Peinture antique, 1892 ; collaboration au Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, de Daremberg et Saglio.

54VOIR :
G. Radet, L’Histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; P. Monceaux, « Éloge funèbre de M. Paul Girard », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1922 ; H. Goelzer, « Notice sur la vie et les travaux de M. Paul Girard publications de l’Institut de France, 1923 ; J. Toutain, « Notice nécrologieue », Bulletin la Société nationale des antiquaires de France, 1923 ; C. Charle, Les Professeurs de la Faculté des lettres de Paris, dictionnaire biographique, I, 1809-1908, Paris, 1985 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, vol. I, Paris, 1999.

Gjerstad, Einar (1897-1978)

55Protohistorien suédois. Il dirige, à partir de 1927, la Swedish Cyprus Expedition, et fouille à Vouni, Idalion, Solis et Enkomi ; ce sont les premières recherches, scientifiquement sérieuses, menées dans l’île de Chypre. Il engage des recherches de longue haleine sur le site de Rome et ses origines, en se fondant sur les données archéologiques ; il propose une chronologie dite « courte » pour la civilisation latiale, suivie par P. G. Gierow et contredite par H. Müller-Karpe, R. Peroni et la plupart des historiens de la Rome archaïque.

Bibliographie sélective :

56Voir la bibliographie publiée par M. et C. Callmer, « The Published Writings of Einar Gjerstad 1962-1977. A Bibliography », Scripta minora 1977-1978 in honorem Einari Gjerstad, Lund, 1977 ; The Swedish Cyprus Expedition, Stockholm, 1948 ; Early Rome. I. Stratigraphical Researches in the Forum Romanum and along the Sacra Via, Lund, 1953 ; id., II. The Tombs, Lund, 1956 ; id., III. Fortifications, domestic architecture, sanctuaries, stratigraphical excavations, Lund, 1960 ; IV. Synthesis of archaeological evidence, Lund, 1966 ; « Pottery Types. Cypro-Geometric to Cypro-Classical », Opuscula Atheniensia 3, 1960, p. 105-122 ; avec A. Boethius, C. Fries, Etruscan culture. Land and people. Archaeological research and studies conducted in San Giovenale and its environs by members of the Swedish Institute in Rome, Malmö, 1962 ; Early Rome, V. The written sources, Lund, 1973 ; Early Rome, VI, Lund, 1973 ; « The stratification at al-Mina (Syria) and its chronological evidence », Acta Archeologica 45, 1974, p. 107-123 ; avec Y. Calvet et M. Yon, « Greek Geometric and archaic pottery found in Cyprus », Skrifter utgivna av Svenska institutet i Athen., 26, Stockholm, 1977 ; « The Phoenician Colonisation and Expansion in Cyprus », Report of the Department of Antiquities, Cyprus, 1979, p. 230-254.

57VOIR :
Opuscula Atheniensia 4, 1962, p. 305-310 ; Opuscula Romana 4, 1962, p. 243-248 ; Scripta Minora 1977-1978 in honorem E. Gjerstad, Lund, 1977 ; E. Gjerstad, Ages and Days in Cyprus, Göteborg, 1980 ; « My First Archaeological Activity in Cyprus », Folia Orientalia 21, 1980, p. 187-198 ; P. Üström, « Cyprus is alpha and omega for me » Einar Gjerstad, 30.10.1897–8.1.1988 », « The fantastic years on Cyprus ». The Swedish Cyprus Expedition and its members, Jonsered, 1994 ; R. S. Merrillees, « Einar Gjerstad. Reflections on the past and the present », The Swedish Cyprus Expedition. The living past. [From a conference on Cypriote archaeology, Stockholm, November 4-5, 1992], Stockholm, 1994, p. 45-53.

Glueck, Nelson (1900-1971)

58Archéologue et orientaliste américain. Il met au point la technique de reconnaissance des sites par la céramique retrouvée en surface. Né à Cincinnati (Ohio), il fait, de 1920 à 1923, ses études à l’Hebrew Union College et est ordonné rabbin en 1923. Il se rend alors à Berlin pour y parfaire ses études bibliques, et à Iena pour y préparer un doctorat. De retour aux États-Unis, il suit les cours de W. F. Albright à la John Hopkins University de Baltimore et suit son maître en Palestine, collaborant avec lui sur le chantier de Tell Beit Mirsim ; il y acquiert la conviction de l’importance de l’évidence archéologique pour les études bibliques et fait preuve d’une étonnante maîtrise dans la datation de la céramique palestinienne. Il enseigne, à partir de 1934, à l’Hebrew Union College de Cincinnati, où il devient professeur d’archéologie biblique en 1936. En 1932-1933, il dirige l’American School of Oriental Research de Jérusalem, puis celle de Bagdad entre 1942 et 1947. De 1932 à 1947, il réalise une série remarquable de « surveys » archéologiques puis, de 1952 à sa mort, en Transjordanie, au Néguev et au Sinai, visitant plus de mille cinq cent sites ; en procédant à l’étude de la céramique trouvée en surface, il peut reconstituer le processus de l’installation sur les sites repérés et son évolution. Il réalise un travail prodigieux et inégalé par la suite. Il fouille ensuite les sites de Tell el-Kheleifeh, Khirbet et-Tannur, et assiste W. F. Albright à Tell Beit Mirsim. Le 14 juin 1971, il reçoit, à titre posthume, le Doctor of Divinity de l’Université de Yale.

Bibliographie sélective :

59« Explorations in Eastern Palestine and the Negeb », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 55, 1934 ; Rivers in the Desert, Londres, 1959 ; The River Jordan, New York et Londres, 1968 ; « Why I am a Biblical Archaeologist », Cincinnati, juin 1968.

60VOIR :
F. Bamberger, « The Mind of Nelson Glueck », dans J. A. Sanders éd.,
Essays in Honor of Nelson Glueck. Near Eastern Archaeology in the Twentieth Century, New York, 1970, p. XVII-XXIV, et, dans ce même volume, E. K. Vogel, « Bibliography of Nelson Glueck », p. 382-394 ; W. F. Albright, « Nelson Glueck in memoriam », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 202, 1971 ; A. P., « Nelson Glueck (1900-1971) », Syria 49, 1972, p. 275-277 ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991.

Godard, André (1881-1965)

61Architecte archéologue français, premier directeur du Service archéologique de l’Iran de 1928 à 1960. Diplômé de l’École des beaux-arts de Paris, il s’est formé parallèlement à l’archéologie du Moyen-Orient et en particulier à celle de l’Iran ; il fait partie de ces architectes qui choisissent la voie de l’archéologie, tout comme E. Herzfeld, avec lequel il nouera, en Iraq puis en Iran, de complexes relations de rivalité et d’amitié. Il découvre l’Orient en 1910 comme compagnon d’Henri Viollet, lui aussi architecte, titulaire d’une mission du ministère de l’Instruction publique, qui accomplit son troisième séjour en Iraq pour y étudier et relever les monuments arabes. Les deux hommes deviennent architectes de la ville de Bagdad sous contrat et, à ce titre, exécutent de nombreuses constructions. A. Godard assiste H. Viollet dans l’étude de l’architecture de la maison arabe à Bagdad et dans la recherche archéologique sur les monuments de l’époque abbasside : c’est dans cette perspective qu’en juin-juillet 1910, ils inaugurent la fouille de Samarra, capitale créée par le calife al-Mutawakkil, à cent trente kilomètres au nord de Bagdad. Après avoir sollicité le permis auprès d’Hamdy bey, directeur des Musés impériaux de Constantinople, qui meurt accidentellement avant d’avoir signé, les deux architectes français entreprennent les travaux sans attendre le document officiel, que les allemands E. Herzfeld et F. Sarre ont également sollicité pour le même site H. Viollet et A. Godard prennent donc de vitesse leurs collègues qui reprendront l’exploration de Samarra de 1911 à 1913. Le premier « contact » d’A. Godard et d’E. Herzfeld remonte à ce séjour en Iraq. En 1912, A. Godard complète son enquête sur l’architecture arabe en se rendant en Égypte. Après la Première Guerre mondiale, il épouse Yedda Reuilly (1889-1977) qui a suivi les cours de l’École des langues orientales vivantes et mettra ses compétences d’aquarelliste au service de l’archéologie. La jeune femme accompagne en effet son mari lorsqu’il est sollicité pour devenir l’architecte de la Délégation archéologique française en Afghanistan créée en 1922, sur le modèle de la Délégation en Iran, à un moment où la situation politique à Téhéran fait craindre la remise en cause du monopole français en matière d’archéologie. Sous la direction du grand indianiste Alfred Foucher, A. Godard est chargé d’une mission de reconnaissance des sites archéologiques susceptibles de donner lieu à des travaux d’exploration ultérieure. André et Yedda Godard parcourent en 1923 ce pays presque inaccessible dont l’archéologie est encore très mal connue ; ils révélent des foyers artistiques d’une grande richesse, procédant à des sondages et des déblaiements partiels : ainsi, à Bâmiyân, lieu de pélerinage bouddhique, ils relèvent le plan des grottes et copient les peintures. Les résultats de ces recherches sont présentés en une exposition organisée au Musée Guimet en 1925. De retour en France en 1924, A. Godard revient à l’exercice de sa profession d’architecte et collabore également au Manuel d’art musulman. C’est en 1928 qu’il est appelé à prendre la direction du Service archéologique de l’Iran, créé par le gouvernement de Rezâ Shâh pour compenser la suppression du monopole français pour les fouilles archéologiques. Sa nomination contrarie les projets d’E. Herzfeld, qui, présent en Iran depuis 1924, a entrepris des fouilles à Pasargades et brigue le poste de conseiller du gouvernement iranien pour l’archéologie. A. Godard commence alors une longue carrière d’architecte et d’archéologue dans cet Iran que le nouveau souverain engage sur la voie de la modernité entre 1926 et 1941 : tous les monuments, y compris religieux, sont rendus accessibles, et la construction de routes permet de très nombreuses découvertes. A. Godard conçoit un programme de protection et de restauration du patrimoine architectural : il entreprend l’inventaire méthodique des monuments et il dessine, photographie et relève plusieurs centaines d’entre-eux, fournissant ainsi les éléments d’une histoire de l’architecture iranienne. Il accomplit par ailleurs une œuvre d’architecte créateur puisqu’il réalise, en collaboration avec M. Siroux, le musée archéologique de Téhéran, dont la façade lui est inspirée par le Tâq-é-Kasrâ de Ctésiphon, et qui sera inauguré en 1936. Il dessine le plan général du campus de l’université de Téhéran et concourt à la fondation de la Faculté des beaux-arts dont il est le premier doyen : il organise le cursus des architectes selon le modèle de l’École des beaux-arts de Paris, dont il adopte même les exercices ; il permet ainsi la formation des architectes iraniens dans leur propre pays. Directeur du Service archéologique et du Musée Irân-è Bastan, il organise la recherche sur le terrain. Il est l’un des premiers à s’intéresser aux objets de bronze que les Lurs exhument des nécropoles qu’ils ont découvertes et exploitent depuis 1928, sur leur territoire des hautes vallées des Zagros, entre Dizfûl et Harsîn, au sud-est de Kermânshâh ; les objets aboutissent sur le marché des antiquités et alertent A. Godard qui, faute de pouvoir mener des fouilles systématiques, se rend sur les lieux des découvertes et visite les nécropoles kassites d’où sont issus les Bronzes du Luristan auxquels il consacre un ouvrage qui fait date (Paris, 1931). Par ailleurs, les travaux menés à partir de 1938 par E. Schmidt pour l’Oriental Institute de Chicago, dans le Luristan central, au Kûh-é Dasht, révèlent l’aspect religieux de cette culture, sous la forme d’objets votifs conservés dans un temple qui est mis à jour. A. Godard donne au Service archéologique ses « Annales », qui paraissent de 1936 à 1949, sous le titre Athar-è Irân, à raison de deux fascicules annuels, avec une suspension de la publication de 1939 à 1949. Le site de Persépolis est l’objet principal des recherches du service : la capitale achéménide est, entre 1931 et 1934, explorée par E. Herzfeld qui, devenu américain, dirige une mission de l’Oriental Institute de Chicago. Il est relayé jusqu’en 1939 par son compatriote E. Schmidt qui fouillait à Raiy pour l’Université de Philadelphie et le Musée des beaux-arts de Boston. En 1939, le site de Persépolis revient au Service archéologique de l’Iran qui assure non seulement son entretien et sa préservation mais aussi la poursuite de son exploration. On procède au dégagement complet de la Terrasse où l’on peut désormais reconnaître trois groupes de bâtiments : un quartier militaire auquel appartient la Salle aux cent colonnes, la Trésorerie et les salles de réception des souverains. Des sondages sont ouverts pour déterminer l’extension de la ville royale au bas de la Terrasse vers Naksh-é Rustam. Pendant la Seconde Guerre mondiale, A. et Y. Godard choisissent de soutenir le général de Gaulle : lorsque la légation française, représentant le gouvernement de Vichy, quitte Téhéran en 1942, A. Godard forme une section de la France libre en Iran, en assume la responsabilité comme délégué général et la pourvoit d’une publication trimestrielle ; Y. Godard anime à la radio iranienne une émission d’information sur la France libre. En 1944, le Service archéologique de l’Iran connaît une mutation, puisque M. T. Mostafavi, adjoint d’A. Godard, accède au poste de directeur alors qu’A. Godard devient directeur général. En 1947, intervient la découverte fortuite d’un riche trésor d’objets d’or, d’argent et d’ivoire à Ziwiyè, l’ancienne Zibiè ou Izibiè, à environ quarante kilomètres à l’est de Saqes, au sud du lac d’Urmiyè. Les objets récupérés par les paysans sont rapidement dispersés et vendus aux antiquaires d’Hamadan et de Téhéran certains éléments du trésor parviennent au musée de Téhéran et A. Godard leur consacre une publication (Le Trésor de Ziwiyè – Kurdistan, Haarlem, 1950) ; selon lui, à cet endroit, s’élevait une forteresse aux épaisses murailles de briques crues et le trésor, réuni dans une cuve de bronze, semble avoir été caché avant une attaque. Vingt-cinq ans plus tard, R. Ghirshman reprend la question en publiant certains éléments dispersés complémentaires (Tombe princière de Ziwiyè et le début de l’art animalier scythe, publications de la Société iranienne pour la conservation du patrimoine national, Paris, 1979) : il se rallie aux conclusions de T. Sulimirski, qui s’est rendu sur le site avec une subvention de l’Académie des sciences de Grande-Bretagne et, dans son rapport au Service archéologique de l’Iran (Bulletin of the Institute of Archaeology, London University 15, 1978, p. 7-33), affirme que la découverte de Ziwiyè correspond à la tombe sous tumulus d’un prince scythe. Par ailleurs, R. Ghirshman déplore que le site n’ait pas été l’objet d’une fouille scientifique et que son exploration ait été confiée à un grand antiquaire de Téhéran. De retour en France en 1960, A. Godard se consacre à la rédaction de son ouvrage sur L’Art de l’Iran, où il met l’accent sur « la formation et l’évolution de l’architecture de l’Iran » (préface, p. 9), qui tout au long de son séjour a été au cœur de ses recherches. A. Godard est élu membre correspondant de l’Institut de France. Architecte archéologue, A. Godard accomplit en Iran une double carrière, participant aux grands programmes d’urbanisme pour lesquels il réalise des constructions conçues dans le respect du contexte traditionnel iranien dont il a acquis une parfaite connaissance. Il crée l’enseignement de l’architecture en Iran et assure ainsi la formation des architectes iraniens. Comme directeur du Service archéologique et du Musée Irân-è Bastan, il concourt à révéler la richesse du patrimoine national et organise sa sauvegarde et son exploration. En devenant directeur du Service archéologique et en se maintenant à ce poste pendant plus de trente ans, il réalise le grand projet de J. de Morgan, premier directeur de la Délégation archéologique française en Perse, qui ambitionnait de mettre en place en Iran un service des antiquités inspiré de celui de l’Égypte.

Bibliographie sélective :

62Exposition de récentes découvertes et de récents travaux archéologiques en Afghanistan et en Chine. Travaux et documents de M. et Mme A. Godard, attachés à la mission en 1923, Paris, Musée Guimet, 1925 ; « Ghazni », Syria 6, 1925, p. 59-60 ; avec Y. A. Godard et J. Hackin, Les Antiquités bouddhiques de Bâmiyân, Mémoires de la Délégation archéologique française en Afghanistan, vol. II, Paris et Bruxelles, 1928 ; Les Bronzes du Luristan, coll. « Ars Asiatica », Paris, Van Oest 1931 ; « L’Art la Perse ancienne», dans M. Aubert éd., Histoire universelle de l’art, Paris, 1932 ; Les Monuments de Maragha, Paris, 1934 ; direction et rédaction de la plupart des articles dans Athar-é Irân, I 1936, II 1937 (Ispahan), III 1938 (« Les monuments du feu »), IV 1949 (« Khorâsân ») ; « Le tombeau du sultân Uldjâitû Khodâbendè à Sultânîyè », in A. Upham Pope éd., A Survey of Persian Art, t. I, Londres et New York, 1938-1939 ; « The Architecture of the Islamic Periods. D. Gurgan and the Gunbad-é-Kâbûs ibid. « Persépolis », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1946, p. 260-270 ; Le Trésor de Ziwiyé (Kurdistan), Haarlem, 1950 ; « Les travaux de Persépolis », Archaeologica orientalia, in memoriam E. Herzfeld, New York, 1952, p. 119-128 ; Iran – Miniatures persanes, bibliothèque impériale, coll. Unesco de l’art mondial, Paris, 1956 ; L’Art de l’Iran, Paris, Arthaud, 1962 ; article « Architecture », Iranshahr. Survey of Iransland, People, Culture, Government and Economy, deux vol., sous l’égide de l’Unesco, Téhéran, University Press, 1963.

63VOIR :
A. Parrot, « André Godard (1881-1965) », Syria 43, 1966 ; F. Vitoux, Yedda jusqu’à la fin, Paris, Grasset et Fasquelle éd., 1978 ; M. Marefat, « The Protagonists who shaped modern Tehran », dans C. Adle et B. Hourcade éd., Téhéran capitale bicentenaire, Institut français de recherche en Iran, Paris-Téhéran, 1992, p. 95-125 È. Gran-Aymerich, « Archéologie et politique française en Iran : convergences et contradictions (1881-1947) », Journal asiatique, 1999-1, p. 357-374 ; È. Gran-Aymerich et M. Marefat, « Godard, André », Encyclopaedia Iranica, New York, à paraître 2001.

Goneim, Zakaria (1911-1959)

64Égyptologue égyptien. Diplômé de l’Université du Caire, où il a été l’élève de P. E. Newberry, H. Junker et V. Vikentiev. En 1937, il est nommé assistant de fouilles au Service des antiquités et chargé de conduire à Saqqarah, sous la direction de Sélim Hassan, le dégagement de la zone des mastabas située à l’est de la pyramide d’Ounas. En 1939, il est envoyé comme inspecteur à Assouan puis à Edfou, et en 1943 devient conservateur de la nécropole thébaine, dont il entreprend de redéblayer systématiquement les tombes pour les restaurer ; il retrouve la magnifique tombe de Khérouef et est nommé inspecteur en chef de la Haute-Égypte. À Louqsor, il fait pratiquer, au nord du grand temple, des sondages qui permettent de restituer un vaste parvis avec le départ de l’allée de sphinx au nom du roi Nectanebo. Sur la rive gauche, il dirige le déblaiement de l’importante tombe de Montouemhât, dont il publie les tables d’offrandes en collaboration avec P. Barguet et J. Leclant (Annales du Service des antiquités d’Égypte, t. LI, p. 491-507). Nommé conservateur du site de Saqqarah en 1951, il découvre la fameuse pyramide inachevée de Sekhem-Khet, qu’il fouille entre 1952 et 1956 les vestiges visibles présentent des affinités architecturales avec les monuments de Djézer et, en effet, il met au jour un mur à décor à redans identique à celui de l’enceinte de la pyramide à degrés et finit par découvrir le monument funéraire, une autre pyramide à degrés de la IIIe dynastie, mais, à sa grande déception, le sarcophage est vide. Il continue la fouille sur la pyramide même et ses abords immédiats : les travaux sont extrêmement féconds du point de vue scientifique, pour l’histoire de l’architecture et l’histoire de l’Égypte puisqu’est révélé le nom d’un roi inconnu et sont mises à jour des ruines monumentales qui permettent de le situer très précisément dans la IIIe dynastie dont on ne connaît que très peu de témoignages architecturaux en dehors de la pyramide à degrés du roi Djézer. Alors que les recherches étaient interrompues en raison de complications et d’intrigues, Z. Goneim trouva une mort accidentelle en 1959.

Bibliographie sélective :

65Deux communications sur ces découvertes : à l’Institut d’Égypte au Caire, Bulletin de l’Institut d’Égypte, t. XXXVI, p. 559-581 ; et au congrès des orientalistes à Cambridge, Proceedings of the Twenty-Third International Congress of Orientalists, Cambridge, 1954, p. 57-58 ; The Buried Pyramid, 1956 ; La Pyramide ensevelie, Paris, 1957 ; Horus Sekhem-Khet. The unfinished Step pyramid, collection « Fouilles à Saqqarah » du Service des antiquités, Le Caire, 1957.

66VOIR :
J.-P. Lauer, « Le complexe funéraire de l’Horus Sekhem-Khet et la seconde pyramide à degrés de Saqqarah », Revue archéologique, 1959, p. 89-95 ; G. Menant, « La Vengeance des pharaons », Paris-Match 518,14 mars 1959, p. 50-65 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 119 ; D. Reid, « Indigenous Egyptology : the decolonization of a profession », Journal of the American Oriental Society 105, 1985, p. 233-246

Góngora y Martinez, Manuel (1822-1884)

67Avocat et écrivain espagnol, historien et archéologue ; il est l’un des premiers archéologues préhistoriens en Espagne. Il accomplit sa scolarité au séminaire San Indalecio d’Almeria, passe le baccalauréat de philosophie puis poursuit ses études à l’Université de Grenade où il obtient la licence de droit et celle de sciences naturelles. À l’Université de Madrid, il prépare une licence de philosophie et lettres et soutient un doctorat sur les croisades. Il concilie sa charge d’enseignement et l’exercice de sa profession d’avocat : il est d’abord professeur d’histoire au collège de Nuestra Señora de las Angustías à Grenade, puis, attaché à la Faculté de philosophie et lettres, il obtient en 1858 la chaire d’histoire universelle à laquelle s’ajoute en 1862 celle d’histoire de l’Espagne ; en 1868, il devient doyen de l’Université de Grenade. Il contribue à élaborer et mettre en place l’enseignement secondaire de géographie et d’histoire. Inspecteur des antiquités de Grenade et Jaén, il est membre puis vice-président de la Commission des monuments de Grenade ; il mène de nombreuses prospections et explore certains monuments mégalithiques d’Andalousie. Il rédige la première synthèse sur la pré- et protohistoire du Midi ibérique, et émet des idées nouvelles à son époque, par exemple sur l’origine locale des mégalithes et des monuments celtiques. Il collabore étroitement avec E. Hübner pour la publication du Corpus Inscriptionum Latinarum consacré à l’Espagne, en lui fournissant les calques des inscriptions relevées lors de ses tournées. Membre de la Real Academia de la Historia, il fait don par cette institution de sa collection au Musée archéologique national. Membre correspondant de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, il représente l’archéologie espagnole auprès de cette importante institution internationale. Avec F. M. Tubino, G. Bonsor et J. Vilanova y Piera, il fait partie des pionniers de la préhistoire en Espagne.

Bibliographie sélective :

68Antigüedades prehistóricas de Andalucía. Monumentos, inscripciones, armas, ustensilios y otros importantes objetos perteniencentes a los tiempos más remotos de sú población, Madrid, Real Academia de la Historia, 1868 ; Lecciones de Historia Universal y particular de España, Grenade, 1879 ; Nociones de Historia general de España, Grenade, 1880 ; Nociones de Geografía, Grenade, 1881 ; Viaje literario por la provincia de Jaén y la Puerta Quebrada sobre el rio Guadalimar. Memorias, Jaén, 1915.

69VOIR :
« Don Manuel de Góngora », Escenas comtemporáneas 41, 3 juin 1884 ; M. Pastor Muñoz-J. A. Pachón Romero, « D. Manuel de Góngora y Martínez. Biografía y obra », Antigüedades prehistóricas de Andalucía, éd. fac-similé, Grenade, 1989, p. IX-LXV ; M. Barril Vicente, « Coleccion Góngora », De Gabinete a Museo. tres siglos de historia, Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1993, p. 338-340 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Goodchild, Richard G. (1918-1968)

70Archéologue britannique. Il fait ses études à Oxford, où il est secrétaire de l’Archaeological Society. Très tôt, il fait paraître des articles sur les sites romains de l’Angleterre méridionale. Il est mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale et est nommé en 1946 Antiquities Officer de la British Military Administration, pour la Cyrénaïque et la Tripolitaine. Jusqu’en 1948, il mène une activité de terrain ininterrompue, en collaboration avec J. B. Ward Perkins. Bibliothécaire à la British School de Rome, il retourne en Libye en 1953 : il y prépare la recension des inscriptions latines en tant que Controller of Antiquities pour la Cyrénaïque. Il travaille surtout à Beida, Cyrène, Tocra, Ptolemaïs et Apollonia. Avec J. B. Ward Perkins, il publie les monuments chrétiens de Cyrénaïque. En 1960, il jette, à Dar es-Salam, les bases du British Institute of History and Archaeology en Afrique de l’Est, puis retourne en Cyrénaïque où il fouille à Tocra. Il obtient la chaire d’archéologie des provinces romaines en Afrique septentrionale à l’Université de Londres. En Libye, il a entretenu d’excellents rapports avec les archéologues italiens, a contribué à la Forma Orbis Romani, (feuilles Leptis Magna et Cyrène) et fait œuvre de topographe et d’épigraphiste.

Bibliographie sélective :

71J. M. Reynolds éd., Libyan Studies, Selected Papers, Londres, 1976 ; avec J. B. Ward-Perkins, « The Limes Tripolitanus in the light of recent discoveries », Journal of Roman Studies, 1949, p. 81-95 ; « Libyan Forts in South-West Cyrenaïca », Antiquity, 1951, p. 131 ; « Mapping Roman Libya », Geographical Journal XVIII, 1952, p. 142 ; Cyrene and Apollonia, an historical Guide, Tripoli, 1963.

72VOIR :
G. Caputo, Quaderni di archeologia della Libia 6, 1971, p. 127-132 ; Awad es-Sadawia, Libya Antiqua V, 1968, p. 211.

Gori, Anton Francesco (1691-1757)

73Antiquaire italien. À Florence, il organise l’édition du Museum Florentinum, consacré aux collections du Grand Duc et des aristocrates, et celle du Museum Etruscum, qui réunit une sélection d’antiquités appartenant aux collections particulières de Toscane. Il espérait ainsi susciter la création de musées publics, qui virent, en effet, le jour à Volterra, Cortone et Sienne. Il incarne la passion pour la civilisation étrusque qui anime la Toscane à son époque et donnera naissance à l’étruscologie.

Bibliographie sélective  :

74Museum Florentinum, dix vol., Florence, 1731-1752 ; Museum Etruscum, Florence, 1737-1743.

75VOIR :
M. Cristofani, « Le mythe étrusque en Europe entre le xvie et le xviiie siècle », Les Étrusques et l’Europe, Paris, RMN, 1992, p. 276-291.

Gozzadini, Giovanni, comte (1810-1887)

76Aristocrate et archéologue italien, qui révèle la culture de Villanova. Né à Bologne, il appartient à l’une des familles les plus anciennes et les plus prestigieuses d’Italie. Il reçoit d’abord une éducation strictement physique et s’initie seul à la culture intellectuelle : sa vocation d’historien et d’archéologue se déclare dès sa jeunesse. Il est formé à la philologie et s’inscrit dans la tradition antiquaire du xviiie siècle. Il se consacre d’abord à la paléographie et à l’histoire de Bologne du xiie au xve siècle. Il assume des responsabilités politiques : en 1859, il est élu à l’Assemblée générale de la Romagne et, en 1860, est nommé sénateur du Royaume d’Italie. Sa maison est le centre d’un cercle littéraire, scientifique et politique où se retrouvent les grands savants, artistes et patriotes de ce temps. Ce salon, animé par sa femme Maria Teresa di Serego Allighieri, lui permet d’entretenir des relations étroites avec les savants d’Europe, en particulier les français A. Bertrand, G. de Mortillet, E. Chantre, ou le suisse É. Desor, les anglais G. Dennis, J. Evans, A. H. Layard, les scandinaves H. Hildebrand, O. Montelius et les allemands H. Schliemann ou O. Tischler. En 1853, sur le domaine Gozzadini à Villanova sont révélées des tombes à crémation qui constituent l’une des plus grandes découvertes de la Protohistoire italienne. Les fouilles, premiers travaux archéologiques organisés dans le Bolonais, sont placées sous l’autorité de la Commission auxiliaire des antiquités et beaux-arts qui délègue son secrétaire F. Rocchi, professeur d’archéologie à l’Université de Bologne G. Gozzadini, qui assure les frais du chantier, est présent en permanence sur le site, ainsi que sa femme qui contribue à l’étude et à la restauration du matériel céramique. À la fin de la première campagne, cent vingt-deux tombes sont dégagées, mais aucun plan général n’a été établi et, faute de relevé systématique du mobilier de chaque tombe, les objets finissent par se mélanger. La publication proposée par Gazzadini met l’accent sur les objets et leurs caractéristiques et offre une très riche illustration comprenant un grand nombre d’objets qu’il attribue à la période étrusque, hypothèse confirmée par Conestabile et Desor. Bien que réservé au cercle restreint des amis, le volume est immédiatement commenté dans de grands organes scientifiques. En 1860, est créée la R. Diputazione di Storia Patria per le province di Romagna, dont il devient président et qui, comme agent du renouveau de la culture à Bologne, se fixe pour tâche de publier des documents et des études, de promouvoir les travaux historiques et archéologiques ; au terme de quelques années de présidence, Gozzadini entrera en conflit avec A. Zannoni qui ne juge pas nécessaire, par exemple, de prévenir la Commission de la découverte de tombes à La Certosa. En 1862, il entreprend des fouilles sur la propriété Aria à Marzabotto et interprète les vestiges comme ceux d’une vaste nécropole, alors que le préhistorien Chierici a fouillé à San Polo d’Enza un habitat en tous points semblable aux ruines de Marzabotto. En 1871, il préside le Congrès international d’anthropologie et archéologie préhistoriques, qui se réunit à Bologne et qui attire l’attention de tous les savants d’Europe sur les découvertes qui viennent d’y être faites le site de Villanova devient éponyme d’une culture qui correspond au passage entre Préhistoire et histoire, et l’on peut désormais rétablir la séquence chronologique de la Protohistoire de Bologne et de sa région. Lors de ce congrès, s’il doit admettre son erreur sur Marzabotto, Gozzadini est cependant confirmé dans sa thèse de la continuité entre Villanova, Marzabotto et La Certosa, qui témoignent d’états successifs de la culture étrusque. Il laisse à G. Aria le soin de poursuivre jusqu’en 1874 les fouilles à Marzabotto où les travaux seront repris en 1883 par E. Brizio. En 1878, Gozzadini ajoute à sa charge d’inspecteur des fouilles et des monuments pour Bologne, l’Émilie et les Marches, celle de directeur général du Museo Civico : le jeune professeur à l’Université, E. Brizio, dirige sous l’autorité de son aîné la section antique du Musée et s’oppose à la conception de l’identité ethnique des habitants de Villanova, de Felsina-Bologne et de Marzabotto, sites qui, selon Gozzadini, représentent trois états de la même culture ; le conflit entre les deux hommes traduit la profonde mutation que connaît alors l’archéologie italienne où s’affirment les valeurs et les méthodes scientifiques illustrées par les préhistoriens. Gozzadini, qui appartient à l’ancienne génération des antiquaires, se désintéresse progressivement du débat scientifique et se cantonne dans ses charges administratives. À sa mort, la collection qu’il a constituée est léguée à la mairie de Bologne mais ne rejoindra le Museo Civico qu’en 1960. G. Gozzadini, même s’il représente une tradition antiquaire obsolète à la fin du xixe siècle, a permis, par la découverte de Villanova, la mise en place et la connaissance de la Protohistoire italienne.

Bibliographie sélective :

77Voir la bibliographie établie par D. Vitali, dans C. Morigi Govi et G. Sassatelli éds, Della Stanza delle Antichità al Museo Civico, Bologne, 1984 ; Di un sepolcreto etrusco scoperto presso Bologna, Bologne, 1855 ; « “Intorno all’Acquedotto ed alle Terme di Bologna. Memoria », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le provincie di Romagna, série I, III, 1864, p. 1-80 ; La Nécropole de Villanova découverte et décrite par le comte et sénateur Jean Gozzadini, Bologne, 1870 ; Renseignements sur une ancienne nécropole à Marzabotto près de Bologne, Bologne, 1871 ; « Les fouilles archéologiques et les stèles funéraires du Bolonais », Revue archéologique, série 3, VIII, 1886, p. 129-136.

78VOIR :
C. Albicini, « Cenno necrologico del conte Giovanni Gozzadini », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le provincie di Romagna, série 3, V, 1887 ; N. Malvezzi, « Di un storico e archeologo bolognese », Nuova Antologia 15, mars 1888, p. 220-254 ; A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque. viiie-ive siècles avant notre ère, Paris, 1912 ; D. Vitali, « La scoperta di Villanova e il Conte Giovanni Gozzadini », dans C. Morigi Govi et G. Sassatelli éd., Dalla Stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della formazione del Museo Civico Archeologico di Bologna, Bologne, 1984 ; M. Desiterre, Paletnologi e studi preistorici nell’Emilia Romagna dell’Ottocento, Reggio Emilia, 1988.

Grenier, Albert (1878-1961)

79Archéologue français, historien de l’Antiquité romaine et de la Gaule, épigraphiste. Après des études à Nancy et Paris, il entre à l’École normale supérieure et obtient l’agrégation de grammaire en 1902. Il assure sa formation d’historien, archéologue et épigraphiste en suivant les cours de M. Collignon à la Sorbonne, ceux de B. Haussoullier en épigraphie grecque à l’École pratique des hautes études, de R. Cagnat au Collège de France, et enfin l’enseignement d’E. Pottier à l’École du Louvre. Il bénéficie des efforts de ses prédécesseurs pour imposer l’archéologie comme discipline scientifique et matière à enseignement et acquiert la maîtrise des « sciences auxiliaires » de l’histoire, dont C. Jullian avait affirmé le rôle primordial dans la connaissance des civilisations anciennes. Dès 1903, investi d’une mission de l’École pratique des hautes études, A. Grenier mène des recherches et des fouilles à Trèves et dans la région de Metz, et prépare un mémoire sous la direction d’A. Héron de Villefosse. Membre de l’École française de Rome de 1904 à 1907, il décide de se consacrer à l’étude des Étrusques, à la suite de J. Martha et S. Gsell. Il fouille à Bologne en 1906 dans la perspective d’études préhistoriques, puisqu’il limite son travail à la plaine du Pô et, « dans la préhistoire de cette région, aux périodes villanovienne et étrusque ». Il adopte une démarche spécifiquement archéologique, tentant, pour élucider les origines de Bologne, de faire servir à l’histoire les documents fournis par l’archéologie ; il applique une méthode qu’il a mise au point pour son mémoire de l’École pratique des hautes études sur les Habitations gauloises… dans la cité des Médiomatrices et, dans la polémique qui oppose W. Helbig et E. Brizio à propos de la question de la continuité entre Villanoviens proto-étrusques et Étrusques, il conclut à l’absence de « tombes de transition » et donc à deux civilisations distinctes, et à l’origine orientale et à la migration maritime des Étrusques. Il fait de ces travaux le sujet de sa thèse Bologne villanovienne et étrusque, viiie-ive siècle avant notre ère, publiée en 1912. Dans cet ouvrage, il fait la preuve, non seulement de la validité des documents fournis par l’archéologie, mais de leur caractère indispensable. Il accomplit des voyages en Tunisie, est en 1906 professeur au lycée de Constantine, puis devient maître de conférences de langue et littérature latines et d’antiquités nationales à l’Université de Nancy, où il est nommé professeur adjoint en 1913. Avec l’appui de C. Jullian, dont il s’affirme le disciple même s’il n’a jamais suivi ses cours, il obtient en 1919 le poste de professeur d’antiquités nationales et rhénanes, de littérature et histoire romaines à la Faculté des lettres de Strasbourg, et l’occupe jusqu’en 1932 ; l’archéologie métropolitaine entre alors à l’Université et A. Grenier suit le second versant de sa carrière, s’affirmant comme l’héritier et le successeur de C. Jullian dans l’illustration de l’archéologie métropolitaine. Rédacteur depuis 1916 des Notes gallo-romaines dans la Revue des études anciennes, il entreprend de poursuivre le Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, commencé par J. Déchelette, mort sur le front en 1914. Correspondant français de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1931, il est élu professeur au Collège de France en 1936, en chaire d’antiquités nationales créée pour lui ; se souvenant des leçons de ses maîtres, P. Vidal de La Blache et C. Jullian, il déclare, lors de sa leçon d’ouverture, que « de la topographie jaillit l’histoire : de l’intelligence du sol, l’intelligence des faits », rejoignant ainsi le point de vue des fondateurs de la revue des Annales, économie, société, civilisations. De 1937 à 1948, il est directeur d’études d’antiquités de la Gaule celtique et romaine à l’École pratique des hautes études. Il participe activement à la création du CNRS (1939) et à l’élaboration des « Carcopino de 1941-1942 il est de la XVe commission du CNRS, chargée des fouilles en France métropolitaine, et crée la revue Gallia qu’il dirige. Nommé directeur de l’École française de Rome en 1945, il détermine le choix des deux principaux chantiers de l’École, Mégara Hyblaea en Sicile (sous la direction de F. Villard et G. Vallet) et Bolsena en Toscane (sous la direction de R. Bloch). Directeur du Service des antiquités d’Algérie, il crée la revue Libyca. De retour en France en 1952, il concourt à poser « les bases de notre nouvelle archéologie nationale », selon l’expression de P.-M. Duval, qui lui succède à la tête de la revue Gallia et dans la chaire du Collège de France. Par son œuvre d’étruscologue et d’historien de la Gaule, A. Grenier donne une impulsion décisive à l’archéologie et l’asseoit dans son statut de science, indispensable pour établir la connaissance des civilisations échappant à l’histoire.

Bibliographie sélective :

80Habitations gauloises et villas latines dans la cité des Médiomatrices. Étude sur le développement de la civilisation gallo-romaine dans une province gauloise, 1906 ; « Compte rendu des fouilles de l’École française de Rome à Bologne », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1906 ; Bologne villanovienne et étrusque, viiie-ive siècle avant notre ère, 1912 ; « Notes d’archéologie rhénane Revue des études anciennes, 1921-1926 et 1930, 1932 ; Les Gaulois, 1923, 2e éd. 1945 ; Études d’archéologie rhénane. Quatre villes romaines de Rhénanie : Trèves, Mayence, Bonn, Cologne, 1925 ; Le Génie romain dans la religion, la pensée et l’art, 1925 ; Manuel d’archéologie gallo-romaine, sept vol., 1931-1960 ; « Notes d’archéologie gallo-romaine », Revue des études anciennes, 1932-1945 ; Camille Jullian, un demi-siècle de science historique et de progrès français, 1880-1930, 1944 ; La Gaule celtique, 1945 ; La Gaule romaine, 1946 ; Les Religions étrusque et romaine, 1948.

81VOIR :
P. Chantraine, « Éloge funèbre de M. Albert Grenier », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1961 ; P.-M. Duval, « Albert Grenier », Gallia 19, 1961 ; A. Merlin, « Notice sur la vie et les travaux de M. A. Grenier », Recueil de l’Institut de France, 1962 ; M. Renard éd., Hommages à A. Grenier, Bruxelles, 1962 ; Gallia XX, 1962 Gallia-préhistoire V, 1962 ; È J. Gran-Aymerich, « Albert et Grenier Archéologia 228, oct. 1987, p. 71-77 ; C. Charle et É. Telkès, Les Professeurs du Collège de France, dictionnaire biographique (1901-1939), Paris, 1988 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Grignon, Pierre-Clément (1723-1784)

82Métallurgiste et antiquaire français. Disciple du comte de Caylus, il mène la seule grande fouille du xviiie siècle. Né à Saint-Dizier, il marque un goût très précoce pour les sciences. En 1770, il remporte le prix de l’Académie de Biscaye sur la question suivante « Quel est le meilleur des trois espèces de soufflets employés dans les mines de fer ? » Directeur des forges de Bayard, il fait des expériences sur le minerai qui alimente ses fourneaux et soumet ses résultats à l’Académie des sciences. En 1772, il entreprend les fouilles du Châtelet, entre Saint-Dizier et Joinville en Haute-Marne, et est chargé par le roi de poursuivre ses travaux moyennant une indemnité de dix mille livres. Depuis 1750 et les observations de l’ingénieur Legendre, on soupçonnait l’existence d’une ville antique sur cette montagne. P.-C. Grignon entreprend de l’explorer, après avoir procédé à une prospection minutieuse. Il communique immédiatement les résultats de ses travaux à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dont il est nommé correspondant, et qui juge nécessaire d’étendre et d’approfondir l’exploration ; grâce à un financement royal, Grignon poursuit les travaux en 1773 et 1774, et dégage de nombreuses maisons établies sur des caves et pourvues de petits sanctuaires souterrains. P.-C. Grignon adopte une démarche spécifiquement archéologique, procédant au relevé en plan des vestiges, et recourt à la chimie et à l’histoire naturelle. Il reçoit l’ordre de Saint-Michel pour ses travaux. Correspondant des académies royales des sciences et des inscriptions, il est membre associé des académies de Dijon et de Châlons.

Bibliographie sélective :

83Bulletins des fouilles faites par ordre du roi, d’une ville romaine sur la petite montagne du Châtelet, Paris, 1774, 1775 ; il publie d’autre part des travaux sur la métallurgie du fer.

84VOIR :
W. S., Biographie universelle (Michaud) ancienne et moderne, t. 17e, Paris, 1857, p. 540-541 ; A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Picard, 1964 ; P. Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, « Découvrtes » Gallimard, 1991 ; id., « Archéologues des Lumières : Pierre Beaumesnil et Pierre-Clément Grignon », Les Archéologues et l’archéologie, Caesarodunum XXVII, Tours, 1993, p. 109-135 ; A. Schnapp, La Conquête du Passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993.

Grivaut de la Vincelle, Claude Madeleine (1762-1819)

85Antiquaire français. Sénateur d’Empire, il est considéré comme un continuateur du comte de Caylus, surtout, par son ouvrage le plus célèbre, Recueil de monuments antiques, la plupart inédits et découverts dans l’ancienne Gaule, ouvrage enrichi de cartes et de planches en taille-douce (Paris, 1817). Il publie le « Musée » réuni par Grignon à partir de sa fouille du Châtelet. Il fut le premier à recueillir et à étudier les fragments de céramique sigillée, trouvée dans le jardin du Luxembourg, et sa publication est restée longtemps classique (Antiquités gauloises et romaines recueillies dans les jardins du Palais du Sénat, Paris, 1807).

86VOIR :
S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique 19, 1898, p. 102 et sq. ; A. Grenier, « La tradition de l’archéologie gallo-romaine », Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 1, Paris, 1931 (éd. 1985), p. 46-47 ; A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Picard, 1964 ; P. Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Schnapp, « Découvertes » Gallimard, 1991 ; A. Schnapp, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993.

Grotefend, Georg Friedrich (1775-1853)

87Philologue allemand, professeur de latin à Göttingen. Après des études de philologie à Göttingen, sous la direction de C. G. Heyne, il est le premier à proposer un système de déchiffrement pour les inscriptions cunéiformes, et expose ses découvertes devant la Société royale des sciences de Göttingen le 14 septembre 1802. Il poursuit dans la même voie et publie encore les résultats de ses recherches en 1837 et en 1840 sans cependant parvenir à accomplir des progrès décisifs. Il eut quelques difficultés à se faire reconnaître de l’Université et acheva sa carrière de professeur de lycée comme proviseur de l’établissement de Hanovre. Ses découvertes marquent pourtant le début de l’élucidation des écritures cunéiformes et celui des recherches topographiques puis archéologiques en Mésopotamie.

Bibliographie sélective :

88Praevia de cuneatis quas vocant inscriptionibus persepolitanis legendis et explicandis relatio, 1802 ; Neue Beiträge zur Erläuterung der Persepolitanischen Keilschrift, 1837 ; Neue Beiträge zur Erläuterung der babylonischen Keilschrfit, Hanovre, 1840.

89VOIR :
A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. I, Les Étapes, Paris, 1946 ; J. Bottero et M.-J. Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993, p. 20-23.

Gsell, Stéphane (1864-1932)

90Archéologue et épigraphiste français, historien de l’Antiquité étrusque et romaine. Élève de l’École normale supérieure, il obtient l’agrégation d’histoire en 1886 et devient membre de l’École française de Rome de 1886 à 1890. Il s’engage alors dans la voie ouverte par J. Martha à l’École, celle de l’étruscologie, en menant des fouilles dans les nécropoles de Vulci en 1889. Il explore cent trente-six tombes à puits et à fosse, datées pour la plupart du viie au ve siècle dont il relève avec un soin scrupuleux la disposition et le contenu ; ses recherches ont un tout autre but que l’exploitation des tombes par Lucien Bonaparte en 1829 : il s’agit pour lui de déterminer avec précision la chronologie des tombes et d’apporter des éléments archéologiques susceptibles de résoudre la question de l’origine des Étrusques. Il applique les méthodes d’une archéologie scientifique inaugurée en Grèce sur les chantiers de Samothrace et d’Olympie, et introduite par W. Dörpfeld sur le site de Troie ; la publication qu’il donne de ses travaux est remarquable de rigueur scientifique et reste aujourd’hui encore le fondement de nos connaissances sur le site. L. Liard, directeur de l’Enseignement supérieur, le nomme à l’École supérieure des lettres d’Alger qui ne tarde pas à être promue au rang de faculté (1890), ce qui décide de la carrière africaine de S. Gsell. De 1891 à 1904, il accomplit des missions d’exploration systématique de l’Afrique du Nord, qui aboutissent à la présentation des Monuments antiques de l’Algérie et à la publication de l’Atlas archéologique de l’Algérie il reçoit guide les membres de l’École française de Rome, inaugurant ainsi le séjour africain de ces derniers. En 1902, il prend la direction du Musée des antiquités algériennes et d’art musulman et, jusqu’à son retour en France en 1912, il accomplit une œuvre administrative considérable : par la publication de catalogues qu’il rédige lui-même ou qu’il confie à des « Romains » ou des « Athéniens », il porte au plus haut degré de qualité la muséographie algérienne. Il pourvoit l’Algérie d’une administration scientifique dont la métropole n’a pas l’équivalent en créant en 1900 l’inspection des antiquités. L’essor qu’il donne à l’archéologie en Afrique du Nord est tel qu’en 1912 est créée pour lui la chaire d’histoire de l’Afrique du Nord au Collège de France ; il entreprend alors son Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, pour laquelle il applique les mêmes principes que C. Jullian pour l’histoire de la Gaule et tient le plus grand compte de la géographie humaine. Correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1902, il en est élu membre en 1923. Par son œuvre, S. Gsell contribue à l’essor de l’archéologie en Afrique du Nord, où, jusqu’à lui, prévalait la recherche épigraphique.

Bibliographie sélective :

91Les Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris et Rome, 1891 ; « Note au sujet de l’incinération en Étrurie », Mélanges de l’École française de Rome 12, 1892 ; Essai sur le règne de l’empereur Domitien (thèse principale), 1894 ; Guide archéologique des environs d’Alger (Cherchell, Tipasa, tombeau de la Chrétienne), 1896 ; Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. VI. Musée de Philippeville, 1898 ; L’Algérie dans l’Antiquité, 1900 ; Instructions pour la conduite des fouilles archéologiques en Algérie, 1901 ; Les Monuments antiques de l’Algérie, deux vol., 1901 ; Atlas archéologique de l’Algérie, sept fasc., 1902-1911 ; Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840-1845. Archéologie. Texte explicatif des planches de A. H. A. Delamare, 1912 ; Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, huit vol., 1913-1928 ; Khamissa, Announa. Fouilles exécutées par le Service des monuments historiques de l’Algérie, 1914-1922 ; Inscriptions latines de l’Algérie, 1922 ; recueil d’articles publié par C. Lepelley, posthume, Stéphane Gsell, Études sur l’Afrique antique : scripta varia, Lille, 1981.

92VOIR :
É. Michon, « Éloge funèbre de M. Stéphane Gsell », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1932 ; E. Albertini, « Stéphane Gsell (1864-1932) », Revue africaine, 1932, p. 37-53 ; S. Reinach, Revue archéologique, 1932, p. 132-133 ; Ch. Saumagne, « Sptéphane Gsell et le révérend père Delattre », Revue tunisienne, 1932, p. 3-4 ; A. Audollent, « L’œuvre de Stéphane Gsell » Revue tunisienne, 1933, p. 3-18 ; C. Picard, « Notice sur la vie et les travaux de M. Stéphane Gsell », CRAI, 1947 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Stéphane Gsell », Archéologia 203, juin 1985 ; C. Charle et É. Telkès, Les Professeurs du Collège de France, dictionnaire biographique (1901-1939), Paris, 1988 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Guarducci, Margherita (1902-2000)

93Épigraphiste italienne. Elle fait ses études secondaires et universitaires à Bologne. Entre 1925 et 1928, elle suit les cours des écoles archéologiques de Rome et d’Athènes. En 1930, elle obtient la « Libera docenza » en épigraphie et antiquités grecques. Chargée d’enseignement à l’Université de Rome en 1932, elle est titulaire de la chaire en 1942. Spécialiste d’épigraphie et des antiquités grecques, elle s’occupe aussi de la civilisation romaine, d’histoire antique et d’archéologie chrétienne. Elle contribue aux travaux de la mission italienne en Crète par son exploration épigraphique et l’examen des problèmes historiques. Pour permettre la formation d’un large public, elle publie une synthèse sur l’épigraphie grecque. A partir de 1952, elle concentre son intérêt sur la Rome chrétienne et confirme la tradition de la présence de la tombe de saint Pierre sous la basilique constantinienne. Elle démontre par ailleurs que la fibule de Préneste est fausse. Membre correspondant de l’Accademia nazionale dei Lincei en 1956, elle en devient membre ordinaire en 1969.

Bibliographie sélective :

94Inscriptiones Creticae, quatre vol., Rome, 1935-1942 ; I graffiti sotto la Confessione di San Pietro in Vaticano, Città del Vaticano, 1958 ; Epigrafia greca, quatre vol., Rome, 1967-1976 ; « La cosidetta fibula prenestina, antiquari, Eruditi e falsari nella Roma dell’Ottocento », Atti della Accademia nazionale dei Lincei, Memorie 24, 1980, p. 471-540 et « Elementi nuovi », ibid., 1984.

95VOIR :
Bibliographie de ses œuvres dans Archeologia Classica 25-26, 1973-1974 ; Biografie e bibliografie degli Accademici Lincei, Rome, 1976, p. 970 ; « Margherita Guarducci, Cultore di Roma », Studi Romani, 1986, p. 268-270.

Guérin de Vaux, voir Vaux

Guillaume, Edmond (1826-1894)

96Architecte français. D’abord élève de l’architecte P. Lebas, il entre à l’École des beaux-arts de Paris et devient pensionnaire de l’Académie de France à Rome reçoit le Prix en 1856. Pendant son séjour à Athènes, il relève les Propylées de l’Acropole pour son envoi de troisième année (1860), puis, en 1861-1863, il accompagne G. Perrot et J. Delbet dans l’exploration de la Bithynie, de la Mysie et de la Cappadoce ; il reconstitue alors le temple d’Auguste et de Rome à Ancyre. À Paris, il expose des aquarelles et des dessins exécutés à Pompéi, à Stabies et en Grèce. À partir de 1884, il est professeur de théorie à l’École des beaux-arts et architecte du Palais de Versailles, du musée du Louvre, des Tuileries et des Archives nationales.

Bibliographie sélective :

97Avec G. Perrot et J. Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie…, deux vol., 1862-1872 ; Histoire de l’art et de l’ornement, Paris, 1886.

98VOIR :
G. Perrot, Souvenirs d’un voyage en Asie Mineure, 1864 ; M.-C. Hellmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 191-222.

Gustave VI Adolphe, roi de Suède (1882-1973)

99Orientaliste. « roi archéologue » avait, dès 1898, entrepris ses fouilles dans les tombes préhistoriques de Tullgarn, résidence d’été de la famille royale. En 1902, il s’inscrit au cours d’archéologie de l’Université d’Uppsala, où cette discipline vient d’être introduite. Il s’y forme à l’archéologie nordique, puis participe à de nombreuses fouilles préhistoriques et protohistoriques en Suède, et les publie. Simultanément, il élargit le cercle de ses intérêts à la Grèce, l’Italie, l’Égypte et l’Extrême-Orient, nourrissant sa passion pour les voyages, les lectures, la collection et la fréquentation de grands savants. Sa solide formation scientifique lui évite l’écueil du dilettantisme et, dans ses travaux archéologiques, il fera toujours preuve du même sérieux et du même respect pour les méthodes et les exigences de la discipline. Il patronne et organise les recherches : il confie à Axel Person la fouille d’Asiné (Grèce) en 1920 ; avec Axel Boëthius, il fonde l’Institut suédois de Rome en 1925 ; en 1930, avec Einar Gjerstad, il lance les fouilles Chypre ; 1946, il apporte son appui personnel à la publication des Fasti Archaeologici à Rome. En 1927, il accomplit un voyage archéologique au Japon, en Chine et en Corée, où il acquiert de riches collections dont il fait don au Musée des antiquités extrême-orientales de son pays. Dans les vingt dernières années de sa vie, de 1957 à 1972, il concentre son intérêt et ses activités archéologiques sur l’Étrurie méridionale, se consacrant en particulier aux fouilles de San Giovenale à partir de 1956, puis à celles d’Acquarossa à partir de 1966, ainsi qu’aux recherches préhistoriques et protohistoriques de Luni-sur-le-Mignone. De toutes ces entreprises, il est à la fois le promoteur, le soutien et l’animateur et, en de multiples occasions, il participe aux travaux de terrain. Son œuvre scientifique a, dans certains domaines de l’archéologie italique, contribué à renouveler les points de vue, et lui a valu son élection à l’Institut d’études étrusco-italiques de Florence en 1958. Il joua un rôle décisif dans le développement des sciences humaines dans son pays, en particulier pour la recherche archéologique et l’histoire de l’art il favorisa la création du Musée égyptien et de celui d’Extrême-Orient, ainsi que celle du Laboratoire de C14 et de l’Institut d’ostéologie, installé dans son palais d’Ulriksdal. Il est élu associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1952 et de celle des beaux-arts en 1963.

Bibliographie sélective :

100San Giovenale, Etruskerna, landet och folleet, Malmö, 1960 (trad. angl. 1962) ; Excavations at Etruscan Ruins in Acquarossa (Italy), 1970 ; Méd kungen pä Acquarossa, Malmö, 1972.

101VOIR :
M. Pallottino, « Gustavo VI Adolfo di Svezia », Studi Etruschi XLI, 1973, p. 603-605 ; P. Romanelli, Studi Romani, 1973, p. 509-510 ; P. Courcelle, « Éloge funèbre de S. M. Gustave VI Adolphe », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1973 ; « Gustave VI Adolphe », Encyclopaedia Universalis, Paris, 1990 ; C. Nylander, « Gustave VI Adolphe, le “roi archéologue” », Les Étrusques et l’Europe, Paris, 1992, p. 462-467 ; « Gustav VI Adolf », The New Encyclopaedia Britannica 5, 1993 ; M. L. Windbladh éd., An Archaeological Adventure in Cyprus. The Swedish Cyprus Expedition 1927-1931, 1997 ; J. Leclant dir., avec le concours H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

F
 
H
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search