Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
D
F

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

E

Texte intégral

Ebers, Georg Moritz (1837-1898)

1Égyptologue allemand et écrivain. Fils du banquier Meier Moses Ephraim Ebers. Né à Berlin, il fait des études de droit à Göttingen puis étudie l’archéologie orientale à Berlin, où il est l’élève de R. Lepsius. Il est nommé professeur à Iéna en 1870, puis enseigne l’égyptologie à Leipzig à partir de 1875 ; parmi ses élèves, on compte le célèbre A. Erman. Il se rend en Égypte à de très nombreuses reprises et publie une description de l’Égypte, Ägypten in Wort und Bild, qui remporta un immense succès populaire et fut traduite en contribue premier Baedeker’s de l’Égypte (deux vol., 1877). Il est l’auteur de nombreux romans historiques et archéologiques, dont le célèbre Ägyptische Königstochter (1864), traduit en seize langues. Il acheta à Louqsor le célèbre papyrus médical qui porte son nom et en publia un fac-similé.

Bibliographie sélective :

2Papyros Ebers : das hermetische Buch über die Arzeinmittel der Alten Ägyptiger in hieratischer Schrift, 1875 ; Gesammelte Werke, Stuttgart, vingt-cinq vol., 1893-1895.

3VOIR :
G. M. Ebers,
Die Geschichte meines Lebens, 1893 ; G. Gosche, Georg Ebers, 1887 ; Festschrift G.M. Ebers, 1897 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Edwards, Amelia Ann Blandford (1831-1892)

4Femme de lettres anglaise, fondatrice de l’Egypt Exploration Society. Fille d’un officier qui avait servi sous Wellington, elle commence très jeune une carrière d’écrivain populaire, confiant de nombreux articles sur l’art et l’histoire aux grands journaux britanniques et composant des romans qui connaissent un grand succès et lui assurent des revenus qu’elle utilise en particulier pour voyager ; en 1873, elle entreprend un tour de l’Europe et décide de prendre la direction du sud, gagnant la Syrie puis l’Égypte. Elle exprime sa grande admiration pour A. Mariette et son œuvre de protection du patrimoine égyptien et déplore que l’exportation des antiquités soit encore très excessive : elle est dès lors déterminée à concourir à la sauvegarde des sites et des monuments. À son retour en Grande-Bretagne en 1875, elle entre en contact avec S. Birch, conservateur des antiquités orientales au British Museum, qui dit sa réticence à engager des fonds publics dans la fouille de monuments qui sont propriété du gouvernement égyptien tout comme les objets découverts et réservés au musée de Boulaq. Convaincue avec R. S. Poole, conservateur des monnaies et médailles au British Museum, et sir Erasmus Wilson, célèbre et richissime médecin, que l’initiative privée peut permettre à l’égyptologie britannique de regagner un rang équivalent à celui de la science française ou allemande, elle crée en 1882 l’Egypt Exploration Fund dont font immédiatement partie l’archevêque de Canterbury, le Grand Rabbin, Lord Carnavon, R. Browning, président de la Société des antiquaires, sir A. H. Layard… : le but fixé à l’association était la conduite de fouilles dans le delta du Nil dans la perspective de concourir à l’histoire biblique. La direction des fouilles est confiée à l’égyptologue suisse É. Naville et à Flinders Petrie. Elle se consacre désormais à la promotion des travaux de la société auprès du plus large public, confiant de nombreux articles au Times et se rendant aux États-Unis pour y sensibiliser les Américains par ses conférences. À sa mort, elle assure la création de la première chaire d’égyptologie à l’University College de Londres, dont elle exige que le premier titulaire soit Flinders Petrie ; elle lègue à l’Université sa bibliothèque et ses collections égyptiennes.

Bibliographie sélective :

5A Thousand Miles up the Nile, Londres, 1877 ; Pharaohs, Fellahs and Explorers, 1891.

6VOIR :
A. A. B. Edwards,
My Home Life, Boston, 1891 ; W. C. Winslow, The Queen of Egyptology. Amelia B. Edwards, Chicago, 1892 ; W. R. Dawson, « Letters from Maspero to Amelia Edwards », Journal of Egyptian Archaeology 33, 1947, p. 66-89, portrait ; W. R. Dawson et E.P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991.

Elgin, lord (1766-1841)

7Diplomate britannique. Il est ambassadeur à Constantinople, en 1799, à un moment où la Grèce est devenue une destination de voyage dans le « Grand tour » des jeunes aristocrates britanniques et attire de nombreux artistes et architectes. Quand lord Elgin arrive à Constantinople, il ne peut manquer de penser à l’ambassadeur français, le comte de Choiseul-Gouffier, qui a réuni autour de lui un cercle de savants et d’artistes et a organisé l’étude de la Grèce antique ; fidèle à la royauté, le diplomate français a dû prendre le chemin de l’exil, mais il a laissé à Athènes le peintre Fauvel qui exerce un véritable monopole sur le marché des antiquités. Cette situation est intolérable pour les Anglais qui prétendent eux aussi acquérir des antiquités pour leur musée national. Or, en cette extrême fin du xviiie siècle, la situation politique leur est favorable puisque le sultan s’est placé sous la protection de la Grande-Bretagne et que, comme tous les résidents français en Grèce, Fauvel est emprisonné et que ses biens sont confisqués ; c’est donc sans difficulté que lord Elgin obtient en 1801 le firman qui l’autorise à dépouiller l’Acropole d’Athènes. Jusqu’en 1805, l’ambassadeur britannique se livre à un véritable pillage, employant trois à quatre cents ouvriers sans reculer devant certaines destructions ; la réprobation de ces « méthodes » est unanime, la plus violente et célèbre protestation émanant de lord Byron. Une collection de deux cents caisses part en plusieurs navires pour l’Angleterre. Les « marbres Elgin » bouleversent à tel point tout ce que l’on croyait savoir à propos de l’art grec depuis J. J. Winckelmann qu’ils suscitent une vive polémique dans les milieux savants et artistiques : certains membres de la Société des Dilettanti affirment qu’il ne s’agit que de sculptures de la Rome tardive. Lord Elgin, soucieux de vendre son butin au British Museum, demande une expertise à deux très grands spécialistes de l’art antique, E. Q. Visconti et A. C. Quatremère de Quincy, qui, tous deux éblouis par la perfection du style et de la technique des sculptures, les attribuent à Phidias. Après de nombreuses vicissitudes, les « marbres Elgin » furent acquis par le British Museum en 1816, donnant lieu à une polémique de droit international qui s’est poursuivie jusqu’à nos jours.

8VOIR :
A. C. Quatremère de Quincy, Lettres adressées à M. Canova sur les marbres d’Elgin, ou les Sculptures du temple de Minerve à Athènes, Rome, 1818 ; A. Michaelis, Ancient Marbles in Great Britain, Cambridge, 1882 ; A. H. Smith, « Lord Elgin and his Collection », Journal of Hellenic Studies 36, 1916, p. 1-23 ; Rothenberg, « Descensus ad terram ». The Acquisition and Reception of the Elgin Marbles, New York et Londres, 1977 ; B. F. Cook, The Elgin Marbles, Londres, 1984 ; C. Hitchens, The Elgin Marbles : should they be returned to Greece ?, Londres, 1987 ; W. Saint Clair, Lord Elgin and the marbles, Oxford, 1983 ; R. et F. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990 ; I. Jenkins, Archaeologists and Aesthetes in the Sculpture galleries of the British Museum 1800-1939, Londres, British Museum Press, 1992.

Engel, Arthur (1855-1935)

9Archéologue et numismate français. L’un des pionniers de la protohistoire en Espagne, il incite P. Paris à y consacrer ses recherches et lui fait connaître G. Bonsor. Il est le fils de l’industriel Frédéric Engel-Dollfus, directeur de la Société Dollfus-Mieg et Cie de Mulhouse, qui est l’un des fondateurs du Musée archéologique de Mulhouse et se fait le mécène de l’École française de Rome. Arthur est, de 1878 à 1880, membre libre de l’École française de Rome, puis, en 1881, membre hors cadre de l’École d’Athènes. En 1886, titulaire d’une mission du ministère de l’Instruction publique et en étroite relation avec L. Heuzey, conservateur du département des Antiquités orientales au musée du Louvre, il se rend en Espagne, dans la région de Séville, où il entre en contact avec les collectionneurs et amateurs locaux et mène des fouilles archéologiques à Italica. L. Heuzey, qui, le premier, avait soutenu l’authenticité des statues découvertes sur le Cerro de los Santos, avait chargé A. Engel de vérifier s’il ne se trouvait pas d’autres statues préromaines du même type sur place ; on sait que c’est à P. Paris que revient le mérite d’avoir été informé le premier de la découverte de la Dame d’Elche en 1897 et de l’avoir rapidement acquise pour le musée du Louvre. Dès son arrivée en Andalousie, A. Engel fait la connaissance de G. Bonsor qui s’était installé à Carmona, y avait conduit des fouilles et ouvert un musée. A. Engel s’associe aux travaux que mènent Bonsor et W. G. Clark-Maxwell dans les vallées du Guadalquivir et du Genil et, en 1890, fouille avec eux le site de l’antique Arva à Alcolea del Rio. A. Engel fait connaître en France les travaux de G. Bonsor à Carmona. Quant à P. Paris, A. Engel l’avait connu à Athènes et, convaincu qu’un vaste domaine d’étude s’ouvre en Espagne, il pousse son ami à s’y engager. À l’instigation de L. Heuzey, P. Paris se rend en mission en Espagne en 1895, puis à nouveau les deux années suivantes. En 1898, A. Engel et P. Paris conçoivent un projet de mission archéologique en Espagne qu’ils présentent au directeur des Beaux-Arts sans parvenir à le convaincre et que P. Paris réalisera, au terme d’un long et difficile cheminement, en installant la Casa de Vélasquez à Madrid en 1928. Jusqu’au début de notre siècle, A. Engel et P. Paris poursuivent leur collaboration dans le domaine de la Protohistoire ibérique, en dirigeant les fouilles d’Osuna, où l’on avait découvert des fragments de statues préromaines sur un terrain qu’A. Engel acquiert : les deux hommes sont investis d’une mission du ministère de l’Instruction publique que L. Heuzey leur a obtenue. En 1904, ils explorent encore le Cerro de la Cruz à Almedinilla, dans la province de Cordoue. Avec G. Bonsor, A. Engel entreprend d’établir une carte archéologique de l’Andalousie. Par son rôle d’instigateur des recherches, et sa collaboration avec deux autres pionniers, G. Bonsor et P. Paris, il ouvre un nouveau domaine, celui de la Protohistoire ibérique, et concourt au grand mouvement de découverte des cultures d’avant l’histoire, amorcé par H. Schliemann à Troie et à Mycènes.

Bibliographie sélective :

10« Fouilles exécutées aux environs de Séville », Revue archéologique XVII, 1891, p. 87-92 ; avec G. Bonsor, « La nécropole romaine de Carmona », Revue archéologique XVII, 1891, p. 385-389 ; « Nouvelles et correspondance d’Espagne », Revue archéologique XXIX, p. 204-229 ; « Nouvelles archéologiques », Bulletin hispanique I, 1899, p. 38-39 ; avec P. Paris, « Une forteresse ibérique à Osuna, fouilles de 1903 », Nouvelles Archives des missions scientifiques et littéraires 13, Paris, 1906 ; avec P. Paris, « Fouilles et recherches à Almedinilla (province de Cordoue) », Revue archéologique VIII, 1906, p. 49-92.

11VOIR :
O. Motte, « Les origines des mélanges d’archéologie et d’histoire », Mélanges de l’École française de Rome 94, 1982, p. 393-483 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Les échanges franco-espagnolset la mise en institutions archéologiques (1830-1939) dans J. et R. Olmos éd., Historiografía de la Arqueología y de la Historia Antigua en España (siglos XVIII-XX), Madrid, 1991, p. 117-124 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 J. Maier « En torno a genesis de arqueología protohistórica en España. Correspondencia inédita entre Pierre Paris y Jorge Bonsor », Mélanges de la Casa de Vélasquez 1997, Madrid, 1999 ; P. Rouillard, « A. Engel, P. Paris y los primeros pasos en los estudios ibéricos », dans J. Blánquez Pérez et L. Roldán Pérez éds, La Cultura ibérica a través de la fotografía de principios de siglo, 1999.

Erman, Johann Peter Adolf (1854-1937)

12Égyptologue allemand. Né à Berlin, il suit les cours d’égyptologie de G. M. Ebers à Leipzig puis finit de se former à Berlin, où Lepsius l’aide à obtenir le poste d’assistant à la bibliothèque et au musée. Il commence à enseigner à l’Université en 1881. De 1884 à 1914, il assure la direction des départements égyptien et assyrien du Musée de Berlin. Il conserve la chaire d’égyptologie jusqu’en 1923 et il exerce une influence considérable, formant de nombreux égyptologues européens. Il impose une nouvelle conception de la langue égyptienne, jetant les bases de la philologie moderne : il est le premier à reconnaître la relation précoce entre l’égyptien et les langues sémitiques anciennes ; mais il s’intéresse aussi à l’histoire, à la religion, à l’art et à l’archéologie. Il joue un rôle déterminant dans la création de l’Institut allemand du Caire. En effet, il soutient l’action en Égypte de son élève L. Borchardt, nommé par l’Académie de Berlin agent consulaire permanent ; il obtient une subvention de l’Empereur pour établir dans le secteur des tombes et du temple de Thèbes-ouest une « Maison allemande » pour abriter les chercheurs et leur offrir un lieu de travail. Au sein de la Wörterbuchkommission de l’Académie de Berlin, il sollicite en 1906 que les différents établissements d’Égypte soient regroupés en une seule « station scientifique pour l’archéologie égyptienne » et que Borchardt en soit nommé directeur avec le titre de professeur : la décision est prise le 5 août 1907 de créer le Kaiserliches Deutsches Institut für Ägyptische Altertumskunde placé sous la direction de L. Borchardt. A. Ermann publie dans tous les domaines de l’égyptologie et sa bibliographie est immense.

Bibliographie sélective :

13Voir L. H. Grapow, «Adolf Erman Bibliographie », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde 71, 1935, p. 1-14; Die Pluralbildungdes Aegyptischens, 1878; Neuägyptische Grammatik, 1880 ; Ägyptische Grammatik, 1894 ; Ägypten und ägyptisches Leben im Altertum, 1885 ; Der Tontafelfund von Tell el-Amarna, 1888 ; Die ägyptische Religion, 1905 ; Die Hieroglyphen, 1912 ; Römische Obelisken, 1917 ; Die Literatur der Ägypter, 1923; avec H. Grapow, Wörterbuch der ägyptischen Sprache, 1926-1931 ; Die Welt am Nil, 1936.

14VOIR :
Son autobiographie :
Mein Werken und mein Wirken, Leipzig, 1929 ; H. Schäfer et K. Sethe, Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde 73, 1937 ; A. Scharff, Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 1938 ; J. Capart, Chroniques d’Égypte XIII, 1938, p. 131-132 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who inEgyptology, Londres, 1972 ; W. Kaiser, « Abteilung Kairo », dans K. Bittel, F.W. Deichmann, W. Grünhagen, W. Kaiser, Th. Kraus, H. Kyrieleis, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1929 bis 1979, Teil 1, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979 ; W. M. Calder III, « Adolf Erman to Wilamowitz on Mommsen’s Politics », Quaderni di Storia 14, 1981, p. 151-157 ; H. Kloft, T. Eismann et S. Gorsemann, « Der Nachlass Adolf Ermans », Veröffentlichungen der Abteilung Gesellschaftswissenschaften und der Spezialabteilung 38, Brême, 1982 ; W. M. Calder III, « Wilamowitz on Adolf Erman », Quaderni di Storia 18, 1983, p. 273-282 ; C. B. Arnst, éd., Adolf Erman, ein grosser Berliner Gelehrter, 1854-1937, Gedenkausstellung des Ägyptischen Museums / Papyrussammlung anlässlich des 50. Todestages von Adolf Erman, [Berlin] 24. Juni-31. Dezember 1987 im Bodemuseum, Berlin, 1987 ; G. Rühlmann, « Gedanken zu Adolf Ermans Werk Ägypten und ägyptisches Leben im Altertum », Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde 115, 1988, p. 157-160.

Espérandieu, Émile, commandant (1857-1939)

15Officier et archéologue français, historien de l’Antiquité romaine en Afrique du Nord et en France métropolitaine. Il fait partie de ces officiers qui, à l’occasion de leurs campagnes en Afrique du Nord, prennent une part très active à l’essor de l’épigraphie et de l’archéologie dans ces régions de la Méditerranée. Préparé à l’École militaire spéciale de Saint-Cyr et devenu lieutenant, il participe, en 1882-1883, à l’expédition de Tunisie et se découvre alors une vocation d’archéologue. En 1886, il est affecté en Algérie. Devenu professeur adjoint à l’École militaire de Saint-Maixent, il accomplit des travaux épigraphiques dans le Sud-Ouest, puis, chef de garnison à Bastia, il se livre à l’inventaire des antiquités épigraphiques en Corse. En 1899, il prend, à la suite d’A. Allmer, la direction de la Revue épigraphique et dresse l’inventaire des inscriptions des différentes provinces gauloises : grâce à des correspondants qu’il forme, il établit le Recueil des statues et bas-reliefs de la Gaule. Il fouille à Alésia de 1905 à 1914 et, en 1913, au Vieil-Évreux. Il est élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1901, puis membre libre en 1919. Après 1918, il devient conservateur des monuments et des musées de Nîmes, et publie une restitution ingénieuse pour l’inscription de la façade de la Maison carrée. Il intervient dans toute la Narbonnaise, en particulier à Vienne et Fréjus. Son Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine (onze vol.) réunit plus de huit mille monuments lapidaires, systématiquement décrits et photographiés. En 1931, il le complète par le Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Germanie romaine. Il épouse, en 1936, Jeanne de Flandreysy, laquelle fit don à la ville d’Avignon, en 1944, de sa demeure et des importantes collections qu’elle contenait et qui constituent l’actuel musée du Palais du Roure.

Bibliographie sélective :

16H. Rolland, Bibliographie d’Émile Espérandieu, membre de l’Institut, 1883-1936, Paris, 1937 ; Archéologie tunisienne. Épigraphie des environs du Kef, inscriptions recueillies en 1882-1883, 1885 ; Épigraphie romaine du Poitou et de la Saintonge, deux vol., 1888-1889 ;

17Étude sur le Kef, 1889 ; Inscriptions de la cité des Lemovices, 1891 ; Musée de Périgueux. Inscriptions antiques, 1893 ; Inscriptions antiques de la Corse, 1893 ; Les Fouilles d’Alésia en 1906, 1907 ; Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, onze vol., 1907-1938 ; Les Fouilles du Vieil-Évreux, 1913-1921; Les Monuments antiques figurés du Musée archéologique de Milan. I. Marbres, 1916; Le Musée lapidaire de Nîmes, 1924 ; La Maison carrée à Nîmes, 1929 ; Inscriptions latines de Gaule (Narbonnaise), 1929 ; du Gard, période gallo-romaine, 1934 ; Répertoire archéologique du département des Pyrénées orientales, période gallo-romaine, 1936.

18VOIR :
C. Picard, « Éloge funèbre de M. Émile Espérandieu », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1939 ; L. Réau, « Éloge funèbre du lieutenant-colonel Émile Espérandieu » Bulletin de la Société des antiquaires de France, 1939-1940 J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Evans, sir John (1823-1908)

19Géologue, archéologue et numismate britannique, l’un des fondateurs de l’archéologie préhistorique. Père d’Arthur Evans. Partenaire dans une société de fabrication de papier, comme son compatriote J. Prestwich, il appartient à la bourgeoisie qui prend son essor avec la Révolution industrielle en Grande-Bretagne et, comme l’aristocratie au siècle précédent, consacre ses loisirs à la science, en l’occurrence la géologie. Il travaille en collaboration avec les grands géologues de son époque, H. Falconer, C. Lyell, C. Lubbock, et, comme eux, est conduit à mettre au premier plan de ses préoccupations la question de l’antiquité de l’homme et à promouvoir l’archéologie préhistorique. Il est avant tout soucieux de donner des bases solides à l’archéologie britannique et procède tout d’abord à la classification des monnaies antiques de Grande-Bretagne, montrant que la numismatique fournit un moyen de dater. Par la suite, il établit des typologies pour les objets en pierre et en bronze de Grande-Bretagne et d’Irlande, constituant la séquence des formes qui donne une chronologie relative, puis replaçant ces séquences dans une chronologie absolue. En 1859, convaincu par H. Falconer de l’importance des découvertes de J. Boucher de Perthes, il se rend avec J. Prestwich dans la vallée de la Somme et consacre beaucoup de temps à l’étude des objets de silex trouvés dans les gravières d’Abbeville. Les deux géologues britanniques reviennent en Grande-Bretagne, persuadés de l’existence d’outils de silex taillés par des hommes contemporains d’animaux « antédiluviens ». Tous deux font immédiatement connaître leur point de vue et affirment leur soutien à Boucher de Perthes, J. Prestwich, par une lecture devant la Royal Society le 26 mai 1859, et J. Evans, le 2 juin, à la Society of Antiquaries ; ils rallient à la préhistoire la majorité des savants et suscitent l’enthousiasme et la curiosité d’un vaste public. En 1866, J. Evans fait partie du groupe de géologues archéologues européens – Lubbock, Franks, Lartet et Morlot – qui se rendent à Hallstatt pour y procéder à des fouilles. Non seulement J. Evans joue un rôle déterminant dans la création de l’archéologie préhistorique, mais, par son soutien aux travaux de son fils à Cnossos, il contribue à la révélation de la Protohistoire en Méditerranée orientale.

Bibliographie sélective :

20Coins of the Ancient Britons, Londres, 1863 ; The Coins of Ancient Britain, Londres, 1864 ; The Ancient Stone Implements and Ornaments of Great Britain, Londres, 1872 ; The Ancient Bronze Implements, Weapons and Ornaments of Great Britain and Ireland, Londres, 1881.

21VOIR :
R. Jessup,
The Story of Archaeology in Britain, Londres, 1964 ; G. Daniel A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; C. Cohen et J.-J. Hublin, Boucher de Perthes. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, 1989 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Evans, sir Arthur John (1851-1941)

22Helléniste et numismate britannique. Fils de sir John Evans, riche industriel qui soutient ses travaux, il révèle la civilisation minoenne et la Protohistoire du monde hellénique. D’abord voyageur, journaliste et agent diplomatique, sensibilisé par son père aux points de vue de l’archéologie préhistorique, A. Evans devient en 1884 conservateur de l’Ashmolean Museum, et, depuis ce poste, affirme sa conception de l’archéologie, à laquelle il confère le rôle majeur dans la reconstitution de l’histoire non écrite de l’humanité. Il transforme le musée en « un centre pour l’étude de l’archéologie » mettant l’accent sur la lui octroyant dans les salles la qui lui revient au côté de l’archéologie classique. De 1909 à 1921, il favorise la diffusion de ces idées par ses cours d’archéologie préhistorique à l’Université d’Oxford. En 1894, alors qu’après les découvertes de H. Schliemann à Troie et à Mycènes, les archéologues européens se tournent vers la Crète, pensant y trouver les éléments pour expliquer les origines de la civilisation mycénienne, A. Evans, présent en Crète, mène des négociations avec les autorités, qui lui permettront d’acheter le terrain de Cnossos en 1899, une fois la Crète libérée de l’occupation turque. En 1899, Evans commence alors, avec D. G. Hogarth, des fouilles qu’il poursuivra jusqu’en 1922. Il a été précédé en Crète par F. Halbherr et P. Orsi, qui dirigent les travaux de la mission italienne à Gortyne, et ont tenté, dès 1884, d’obtenir la concession de Cnossos ; H. Schliemann avait lui aussi nourri le même projet mais avait dû y renoncer. Quant à l’École française d’Athènes, elle avait délégué A. Joubin en 1891-1892 avec mission d’y organiser un chantier de l’École, mais il avait lui aussi échoué. La grande île est alors le centre d’intenses activités archéologiques pour tenter d’élucider les questions posées par la Préhistoire du monde hellénique. En abordant le site de Cnossos, A. Evans a une très claire conscience que la période mycénienne n’est qu’une étape de son histoire et qu’elle a dû être précédée de cultures plus anciennes, et il identifie en effet une civilisation de l’âge du bronze qui a donné naissance à la mycénienne ; il restitue également une culture néolithique encore antérieure ; il donne ainsi à la période mycénienne la place qui est désormais la sienne entre Préhistoire et histoire. Par ses travaux à Cnossos, A. Evans – secondé par D. Mackenzie qui avait réalisé à Phylakopi, sur l’île de Mélos, la première fouille stratigraphique sur un site de l’Égée – démontre la validité de la démarche archéologique, qui, en l’absence de textes, permet de connaître des cultures qui échappent à l’histoire. À Cnossos, on applique les principes de la fouille stratigra-phique, en tenant scrupuleusement les carnets qui rendent compte de la progression des travaux ; un architecte, T. Fyfe, attaché à la British School d’Athènes, collabore aux travaux, mettant au point la méthode de la « stratigraphie architecturale » ; A. Evans recourt « cross dating », inauguré par son ami Flinders Petrie. En 1926, il fait don à la British School of Archaeology à Athènes de toutes ses propriétés de Crète. Correspondant étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1905, il est élu associé étranger en 1939. Par ses travaux à Cnossos, A. Evans donne à la préhistoire hellénique une impulsion aussi décisive que celle qui fut imprimée tout d’abord par Schliemann et il fournit un modèle de la recherche scientifique rigoureuse.

Bibliographie sélective :

23Cretan Pictographs and Prae-Phenician Script, with an account of a sepulcral deposit at Hagios Onuphrios near Phaistos…, 1895 ; The Palace of Knossos, 1899-1904 ; Minoan Weights and Mediums of Currency from Crete, Mycenae and Cyprus, 1906 ; The Prehistoric Tombs of Knossos. I. The Cemetery of Zafer Papoura. II. The Royal Tomb of Isopata, 1906 ; Scripta Minoa, the written documents of Minoan Crete, with special Reference to the archives of Knossos, 1909 ; The Palace of Minos at Knossos, quatre vol. et un index, Londres, 1921-1936; « Monnaies d’or romaines et byzantines », « Monnaies grecques antiques », Revue numismatique, 1922 ; grecques et romaines », Revue numismatique, 1926 ; Knossos and Mycenae, 1932.

24VOIR :
Essays in Aegean Archaeology presented to Sir Arthur Evans in honour of his 75th Birthday, Oxford, 1927, rééd. New York, 1972 ; J. L. Myres, « Sir Arthur Evans 1851-1941 », Proceedings of the British Academy 27, 1941 ; J. Evans, Time and Chance. The Story of Arthur Evans and his Forebears, Londres, 1943 ; G. Dupont-Ferrier, « Éloge funèbre de sir Arthur Evans », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1944 ; C. Picard, « Sir Arthur Evans », Revue archéologique, 1945, p. 128-131 ; F. Chapouthier, « La vie de sir Arthur Evans et de ses ancêtres », Lettres d’Humanité, V, 1946, p. 223-234 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; S. L. Horwitz, The Find of a Lifetime. Sir Arthur Evans and the Discovery of Cnossos, New York, 1981, avec bibliographie ; D. B. Harden, Sir Arthur Evans. 1851-1941. A Memoir, Oxford, 1983 ; A. Brown, Arthur Evans and the Palace of Minos, University of Oxford, 1986 ; A. Farnoux, Cnossos. L’archéologie d’un rêve, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1993 ; « A. J. Evans (1851-1941) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France. 1895-1995, vol. I, Paris, 1999 ; T. Murray, « Sir Arthur Evans (1851-1941) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 211-219.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

D
 
F

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site