Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
C
E

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

D

Texte intégral

Dacier, Bon-Joseph, baron (1742-1833)

1Helléniste français. Il fait ses études au collège d’Harcourt et, à 30 ans, publie une traduction des Histoires diverses d’Élien, ce qui lui vaut son admission comme membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Pendant les années révolutionnaires, il quitte la capitale, se réfugie à Marly puis à Londres en 1793, quand les académies sont dissoutes ; deux ans plus tard, il est rappelé à l’Institut que l’on vient de créer. Devenu secrétaire perpétuel, il oriente l’Académie des inscriptions et belles-lettres vers l’étude des manuscrits de la Bibliothèque du roi. Ami des frères Champollion, il soutiendra l’un et l’autre, et c’est à lui que le cadet adresse sa fameuse Lettre…, où il énonce les principes du déchiffrement des hiéroglyphes. Conservateur de la Bibliothèque nationale de 1800 à 1833, il est élu à l’Académie française en 1823.

Bibliographie sélective :

2Tableau historique de l’érudition française, ou Rapport sur les progrès de l’histoire et de la littérature ancienne depuis 1789, Paris, 1810.

3VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Leclant : « l’Académie des inscriptions et belles-lettres… il y a deux cents ans », Comptes rendus de l’Académie des inscrpitions et belles-lettres, 1989, fasc. 3-4 ; id., « Histoire de l’’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995.

Daumet, Pierre Jérôme Honoré (1826-1911)

4Architecte français, membre de la mission d’exploration de la Macédoine et de la Thrace de L. Heuzey. Issu d’une famille bourgeoise et orphelin à 13 ans, il est successivement employé chez les architectes Hérard et Saint-Père. En 1846, il est admis à l’École des beaux-arts, où il est élève d’A. Blouet, architecte de la mission de Morée. Grand prix de Rome en 1855, il est pensionnaire de l’Académie de France de 1855 à 1860 et procède au relevé des plans des monuments antiques puis gagne la Grèce : en 1858, il emploie son séjour athénien à dessiner le temple de la Victoire Aptère et le théâtre d’Hérode Atticus, pour son envoi de troisième année en 1859. À la fin de son séjour à la Villa Médicis, il présente la restauration de la villa d’Hadrien, pour laquelle il a effectué des travaux sur place et découvert de splendides mosaïques. De retour à Paris, il est désigné par Napoléon III pour acquérir des œuvres antiques et accompagner L. Heuzey dans son exploration de la Macédoine et de la Thrace en 1860 ; avec une vingtaine d’assistants, il séjourne dix mois en Épire et met au jour le tombeau de Vibius et le palais macédonien de Palatitza. Il signe avec L. Heuzey, la Mission archéologique de Macédoine. En 1862, il s’installe à Paris, y ouvre un atelier d’architecture et entre au Service d’architecture de la Ville de Paris, comme inspecteur des monuments. En 1873, il devient membre du Conseil général des bâtiments de France ; jusqu’en 1894, il est professeur et chef d’atelier à l’École des beaux-arts. Il dirige des travaux de restauration de monuments anciens sur le territoire métropolitain, en particulier sur le théâtre d’Orange, sur le temple d’Auguste et la cathédrale Saint-Pierre à Vienne, ou encore au château de Saint-Germain-en-Laye. Sa restauration du château de Chantilly, commandée par le duc d’Aumale, lui vaut une réputation prestigieuse dans toute l’Europe. Il est élu à l’Académie des beaux-arts en 1885. H. Daumet, comme E. Guillaume, est de ces architectes qui interviennent dans les missions archéologiques et y apportent une contribution scientifique primordiale.

Bibliographie sélective :

5Catalogue de la mission de Macédoine et de Thessalie, Paris, 1862 ; avec L. Heuzey, Mission archéologique de Macédoine, deux vol., Paris, 1876 ; « Notice sur M. Th. Ballu », publications de l’Institut de France, 1886 ; l’Académie de France à Rome, 1905 ; Le Château de Saint-Germain-en-Laye, 1905.

6VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; l’Architecture, 30 déc. 1911 et 14 fév. 1914 ; A. Soubies, Les Membres de l’Académie des beaux-arts depuis la fondation de l’Institut, Paris, 7e série, 1917 ; L. Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, Paris, 1957; M. C. Hellmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », p. 191-222.

Daveluy, Amédée Gaston (1798-1867)

7Premier directeur de l’École française d’Athènes, de 1846 à 1867. Titulaire d’une chaire de littérature grecque à la Faculté des lettres de Dijon, puis professeur de rhétorique au lycée Charlemagne et au lycée Henri-IV, où il a le duc d’Aumale pour élève. À la tête de l’École française d’Athènes pendant de longues années, il s’oppose à son évolution en véritable centre de recherches sur l’Antiquité et entre en conflit avec certains des jeunes membres qui parviendront finalement à donner à l’archéologie française ses principes scientifiques.

8VOIR :
G. Radet, l’Histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; P. Cabanes, « l’École française d’Athènes en Épire et en Albanie », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 397-403; H. Duchêne et C. Straboni, La Conquête de l’archéologie moderne, l’histoire de l’École française d’Athènes de 1846 à 1914, cédérom, 1996.

Davies, Anna (Nina) Macpherson (1881-1965)

9Artiste et archéologue britannique. Née à Salonique, elle fait des études de dessin et peinture en Angleterre. Elle se rend en Égypte en 1906, et épouse l’égyptologue Norman de Garis Davies l’année suivante. Pendant plus de trente ans, elle travaille à Thèbes (1908-1939), et effectue les reproductions en couleurs publiées dans les trois premiers volumes de The Theban Tombs Series, Ancient Egyptian Paintings (1936). Elle travaille aussi à Tell el-Amarna et à Beni Hassan.

10VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill,
Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 77.

Davies, Norman de Garis (1865-1941)

11Égyptologue britannique. Il fait ses études aux universités de Glasgow (1889) et Marbourg. En 1898, il rejoint l’équipe de F. Petrie à Denderah, puis exécute des copies d’un très grand nombre de tombes à Sheik Saïd (1901), Der el-Gebrawi (1902) et Tell el-Amarna (1903-1908). Il fait partie de l’expédition de J. H. Breasted en Nubie, puis des campagnes de G. A. Reisner sur les pyramides.

Bibliographie sélective :

12The Mastaba of Ptahhetep and Akhethetep at Saqqarah, deux vol., 1900-1901 ; The Tombs of Menkheperrasonb, Amenmose, and another…, avec Nina M. Davies, 1933.

13VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill,
Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 78.

Dawkins, Richard Mac Gillivray (1871-1955)

14Archéologue britannique. Il dirige la British School of Athens de 1906 à 1914. Il a reçu une formation d’ingénieur et a poursuivi parallèlement des études de linguistique. À partir de 1902, il séjourne à Athènes et est chargé des travaux de Palaikastro, où il se révèle un excellent fouilleur. Ses qualités d’archéologue de terrain se confirmeront à Sparte, où il mène une fouille exemplaire sur le temple d’Artémis Orthia. Avec la découverte d’objets votifs en ivoire, ces travaux bouleversent les connaissances sur l’art à Sparte et révèlent la richesse et la délicatesse de l’art spartiate archaïque ; les très nombreuses poteries, trouvées en stratigraphie, associées à de la céramique corinthienne, permettent de donner une chronologie certaine aux productions de Sparte. Les fouilles sur ce site reprendront en 1924. En tant que directeur de l’École britannique, il engage les premières fouilles à Rhitsona en Béotie et poursuit celles de Crète, dans la grotte de Kamarès et à Lasithi. Pendant la Première Guerre mondiale, il est officier de l’Intelligence Service en Crète.

Bibliographie sélective :

15Excavations at Phylacopi in Melos, 1911 ; avec J. P. Droop, « Excavations at Plati in Lasithi, Crete », Annual of the British School at Athens, XX ; Sparta Muséum Catalogue ; Dawkins et alii, Artemis Orthia, Hellenic Society, 1929.

16VOIR :
J. P. Droop, « Les fouilles du temple d’Artémis Orthia à Sparte »,
Mouseion, 43-44, 1938, p. 221-224 ; H. Waterhouse, The British School of Athens, Londres, 1986.

Dawkins, sir William Boyd (1838-1929)

17Géologue britannique. Il a jeté les fondements de la science préhistorique. Géologue de formation, il devient paléontologue. Professeur à Manchester, il explore de nombreux gisements de l’âge du renne en Angleterre. Il est l’auteur d’un ouvrage classique sur les grottes habitées.

Bibliographie sélective :

18Cave Hunting : Researches on the Evidence of Caves respecting the early Inhabitants of Europe, Londres, 1874 ; Early Man in Britain, 1880 ; British Pleistocene mammalia, 1887.

19VOIR :
C. Picard, Revue archéologique, 1929, I, p. 371.

Déchelette, Joseph (1862-1914)

20Protohistorien français. Contemporain de C. Jullian, il s’attache lui aussi à élucider les origines de la Gaule, et fait faire à la « science des Antiquités nationales » (C. Jullian) et à la protohistoire européenne des progrès considérables. Né dans une famille d’industriels du textile implantée à Roanne, il envisage un moment d’entrer à l’École des chartes, mais y renonce pour répondre au désir de son père de le voir reprendre l’affaire familiale. Il est initié à l’archéologie par son cousin Auguste Chaverondier, archiviste, avec qui il fouille l’oppidum du Crêt Chatelard de 1872 à 1887, et dont il hérite la bibliothèque qu’il complétera tout au long de sa vie, constituant un centre de documentation tout à fait exceptionnel. Au cours de ses voyages d’affaires qui lui font parcourir toute l’Europe, l’Afrique du Nord, la Grèce et le Proche-Orient, il visite sans relâche les musées et les sites, recueillant d’innombrables informations qu’il organisera en une très vaste synthèse. Son oncle J.-G. Bulliot a ouvert les fouilles sur le mont Beuvray-Bibracte, et J. Déchelette participe aux travaux avant de diriger les fouilles de 1897-1901, puis en 1907. Il fera du site une référence obligée pour la Protohistoire européenne. Convaincu que l’on ne peut envisager la pré- et la protohistoire de chaque pays d’Europe qu’en étroite relation avec celles des autres pays, il se tient parfaitement informé des progrès de la recherche, aussi bien en Europe du Nord ou centrale qu’en Espagne, où, très attentif aux travaux des frères Siret et du comte de Cerralbo, il se rend pour visiter les nouveaux sites découverts. Conservateur du musée de Roanne depuis 1892, il est membre actif de la Société éduenne et de La Diana de Montbrison. Son Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine est unanimement salué comme une œuvre fondatrice de la protohistoire européenne et lui vaut l’estime et l’admiration générale : après avoir été récompensé en 1905 de la première médaille du concours des Antiquités de la France, décernée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il est élu correspondant en 1911, année où il est fait docteur honoris causa de l’Université de Fribourg-en-Brisgau. Mobilisé comme capitaine d’infanterie, il meurt sur le front le 3 octobre 1914 : sa disparition prive l’archéologie française de l’un de ses chefs de file les plus importants. Pour élaborer sa vaste synthèse de la Protohistoire, J. Déchelette met en œuvre la méthode comparative, réunissant et organisant les éléments de connaissance acquis dans toute l’Europe. Il joue un rôle de premier plan dans la mise en perspective de la Protohistoire française avec la Préhistoire européenne, par la publication de son Manuel… et ses études comparatives sur la civilisation celtique, en France, en Italie du Nord et en Hongrie. L’influence de J. Déchelette est considérable en France et à l’étranger, y compris pour ce qui concerne le domaine ibérique. Son œuvre, brutalement interrompue, sera poursuivie par A. Grenier.

Bibliographie sélective :

21Voir la bibliographie établie par M. S. Binétruy, Joseph Déchelette, Lyon, 1994 ; « Les vases peints gallo-romains du musée de Roanne », Revue archéologique, 1895, p. 196-212 ; « Inventaire général des monnaies antiques recueillies au mont Beuvray », Revue numismatique, 1899, p. 129-175 ; « Note sur l’oppidum de Bibracte et les principales stations gauloises contemporaines », Compte rendu du Congrès international d’anthropologie, Paris, 1900, p. 418-427 ; « l’Archéologie celtique en Europe », Revue de synthèse historique, juil.-août 1901 ; « Poterie de La Tène à décoration géométrique incisée », Revue archéologique, juil.-déc. 1901 ; « Montefortino et Ornavasso, étude sur la civilisation des Gaulois cisalpins », Revue archéologique, janv.-juin 1902; « La fabrique de la Gaufresenque (Aveyron) », Revue des études anciennes, V-1, 1903 ; l’Oppidum de Bibracte. Guide du touriste et de l’archéologue au mont Beuvray et au Musée de l’hôtel Rolin, Paris, 1903 ; Les Vases céramiques ornés de la Gaule romaine, deux vol., Paris, 1904 ; Les Fouilles du mont Beuvray de 1897 à 1901, Paris-Autun, 1904 ; « Essai sur la chronologie de la péninsule Ibérique », Revue archéologique, juil.-déc. 1908, p. 218-263 et p. 390-415 ; « Essai sur la chronologie protohistorique de l’Espagne et du Portugal », Revue archéologique, 1909-1, p. 15-38 ; Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, quatre vol., Paris, Picard, 1908-1914 (rééd. Picard 1986) ; avec l’abbé Parat, le dr Brûlard, P. Bouillerot et C. Drioton, La Collection Millon, antiquités préhistoriques et gallo-romaines, Paris, 1913.

22VOIR :
S. Muisant, Joseph Déchelette, Paris-Mâcon, 1919 ; P. Bosch-Gimpera, « Josep Déchelette », Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 1913-1914 ; V. Déchelette, Quelques souvenirs de famille, 1950 ; F. Déchelette, Livre d’or de J. Déchelette. Centenaire 1862-1962, Roanne, 1962 ; J. et R. Périchon, « La correspondance de Joseph Déchelette », Bulletin de La Diana 44, 1975, p. 163-167 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Joseph Déchelette », Archéologia 185, déc. 1983, p. 71-73 ; M.-S. Binétruy, Joseph Déchelette, Lyon, 1994.

Dehérain, Henri (1867-1941)

23Historien et géographe français. De 1919 à 1934, il est conservateur à la bibliothèque de l’Institut de France. Secrétaire à la rédaction du Journal des savants, il en devient le directeur adjoint en 1937. Historien et géographe attaché à l’histoire de l’Orient, il consacre sa thèse au Soudan sous Méhémet-Ali et fait des recherches sur les orientalistes et voyageurs en Syrie. Il étudie en particulier la correspondance de S. de Sacy, conservée à la bibliothèque de l’Institut. Il fait aussi un bilan provisoire de « l’œuvre scientifique française en Syrie et en Perse » en 1931.

Bibliographie sélective :

24Silvestre de Sacy et ses correspondants, Paris, 1919 ; « Les infortunes des Français d’Alep pendant l’Expédition d’Égypte », Syria, 1922, p. 328 et sq. ; « Le voyage du consul Joseph Rousseau d’Alep à Bagdad en 1807 », Syria, 1925, p. 174 et sq. « La diplomatie française et les études archéologiques et historiques dans le Levant », Affaires étrangères I, 1931, p. 497 ; « l’œuvre scientifique française en Syrie et en Perse », dans G. Hanotaux et A. Martineau, Histoire des colonies françaises et de l’expansion de la France dans le monde, t. III, 1931 ; Silvestre de Sacy, 1758-1838. Ses contemporains et ses disciples, Paris, 1938 ; Table analytique du Journal des savants 1909-1938, Paris, 1942.

25VOIR :
A. Merlin, notice dans Le Journal des savants, 1941, p. 5-10 ; R. Dussaud, « La contribution de Henri Dehérain à l’histoire de l’activité scientifique française en Syrie », Syria, 1942-1943, p. 258-267.

Delamare, Adolphe Hedwige Alphonse (cité parfois sous la forme : de La Mare) (1793-1861)

26Officier d’artillerie français, capitaine de l’armée d’Afrique, membre de la Commission d’exploration scientifique de l’Algérie. Élève de l’École polytechnique, il poursuit sa formation militaire à l’École d’application de l’artillerie et du génie de Metz, puis à l’École d’artillerie de Douai. En 1832, il est affecté en Algérie. Sur sa demande, il est détaché comme membre adjoint à la Commission d’exploration scientifique de l’Algérie, créée en 1839. Titularisé comme membre de la Commission, il sera maintenu en Algérie jusqu’en 1854, au-delà même du rappel en France des membres de la Commission et de sa dissolution officielle en 1843. Passionné d’archéologie sans y avoir été formé, il partage avec l’architecte A. Ravoisié le relevé des monuments, des objets et des inscriptions antiques. Après son retour en France, il bénéficie de congés successifs afin qu’il puisse assurer la publication de ses travaux. En 1850, il obtient de retourner pour six mois en Algérie, où il accompagne l’épigraphiste Léon Renier dans sa quête d’inscriptions, en particulier sur le site de Lambèse. Ses explorations des provinces de Constantine et d’Oran sont si fructueuses que l’on envisage l’ouverture au Louvre d’un musée algérien : la mosaïque du Coudiat Aty, découverte en mai 1842, est dessinée par Delamare qui prend en charge son expédition à Paris. La publication d’un volume consacré à l’archéologie en Algérie est décidée au sein de la Commission. La difficulté majeure étant l’absence de compétence épigraphique de Delamare, on lui adjoignit L. Renier pour qu’il rédigeât les textes de commentaire des inscriptions. Mais celui-ci ne fournit pas ce travail et l’ouvrage de Delamare se réduisit à un volume de planches. Il faudra attendre 1912 pour que S. Gsell élabore et publie le texte explicatif de ces planches. Les données recueillies par le capitaine Delamare servirent à L. Renier pour son ouvrage sur les Inscriptions romaines d’Algérie (Paris, 1855), et leur importance fut reconnue par le grand épigraphiste italien B. Borghesi, qui proposa le prêt d’une partie importante de sa collection épigraphique en échange de copies des inscriptions trouvées en Algérie et concernant les personnages consulaires et les grandes magistratures de Rome. Soutenu par A. de Longpérier, conservateur au musée du Louvre, le capitaine Delamare est admis en 1851 comme membre de la Société impériale des antiquaires de France. Le capitaine Delamare est l’un des plus remarquables officiers archéologues qu’ait suscités la conquête de l’Algérie.

Bibliographie sélective :

27Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842, 1843, 1844 et 1845. Publiée par ordre du gouvernement et avec le concours d’une commission académique. Archéologie, Exploration scientifique l’Algérie pendant les années 1840-1845. Archéologie. Texte explicatif des planches de A. H. A. Delamare, Paris, 1912.

28VOIR :
N. Duval et M. Royo, « La collection épigraphique latine du Louvre, présentation historique et catalogue » dans A. Donati éd., Il Museo Epigrafico. Colloquio AIEGL. Borghesi 83 : Studi a cura dell’Istituto di storia antica dell’Università di Bologna, Faenza 1984, p. 241-256 ; M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie. Une héritière méconnue de la Commission d’Égypte, et Le capitaine Delamare. La réussite de l’archéologie romaine au sein de la Commission d’exploration scientifique de l’Algérie, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, XIV et XV, Paris, 1994 ; M. N. Bourguet, B. Lepetit, D. Nordman, M. Sinarellis, l’Invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998.

Delaporte, Louis Joseph (1874-1944)

29Orientaliste français, spécialiste de la civilisation hittite. Il fait des études de mathématiques et, à partir de 1901, suit les cours d’assyrien et de syriaque à l’École pratique des hautes études, et fréquente l’École du Louvre et l’Institut catholique. Il obtient le doctorat de philosophie en 1903, le diplôme de l’École du Louvre en 1904 et celui de l’École des hautes études en 1910. Il publie les catalogues des cylindres orientaux du Musée Guimet (1909), de la Bibliothèque nationale (1910) et du Louvre (1920-1923). Son intérêt est appelé sur les Hittites et leur langue, par les travaux de B. Hrozny, qui avait, à partir de 1915, résolu le problème de l’interprétation de cette écriture. Il désire développer ces études en France et, à son enseignement de l’assyrien à l’Institut catholique de Paris, où il est professeur depuis 1921, il ajoute celui du hittite ; il met à la disposition des étudiants et du monde savant un Manuel de langue hittite qui en est une excellente introduction. Attaché aux musées nationaux, il fonde en 1930 la Société des études hittites et asianiques et la Revue hittite et asianique, qui bénéficient de l’appui du ghazi Atatürk. Il entreprend d’importantes fouilles à Arslan-Tépé-Malatya, en Turquie, de 1933 à 1939. Il meurt en déportation, au camp de Vollau.

Bibliographie sélective :

30La Glyptique de l’Assyrie, 1910 ; Épigraphes araméens, 1912 ; Inventaire des tablettes de Tello, 4e volume ; La Mésopotamie, les civilisations babylonienne et assyrienne, coll. « Évolution de l’humanité», 1re section, vol. VIII, Paris, 1923 ; Die Babyloner, Assyrer, Perser und Phöniker, vol. II de Die Völker des antiken Orients, 1933 ; Les Hittites, coll. « Évolution de l’humanité », Paris, 1936 ; Manuel de langue hittite, quatre vol., 1929-1933 ; Pour lire le hittite cunéiforme, 1934 ; Les Peuples de l’Orient méditerranéen, 1938 ; L’Iran antique, 1943 ; Malatya (fouilles de la mission archéologique française). Arslan Tépé, Mémoire de l’Institut français d’archéologie de Stamboul, V.

31VOIR :
R. Dussaud, Syria, XXIV, 1944-1945, p. 287-289 ; A. Cavaignac, Revue hittite et asianique, fasc. 44, 1944-1945, p. 3-8 ; Archiv für Orientforschung XV, 1945-1951; R. Limouzin-Lamothe, Dictionnaire de biographie française, 10, 1962, col. 702-703.

Delattre, Alfred Louis, R. P. (1850-1932)

32Homme d’église et archéologue français. Né à Déville-les-Rouen, il entre au séminaire de Mont-aux-Malades en 1866. Poussé par une vocation de missionnaire, il intègre en 1873 le noviciat des Pères blancs et est ordonné prêtre par le cardinal Lavigerie. Après un bref séjour au Canada, il gagne Carthage en 1875 et y demeurera. Le cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger, s’est installé à Carthage en cette même année 1875, avec le projet de construire la cathédrale sur la colline de il confie au père Delattre le soin de surveiller les travaux et de recueillir les vestiges archéologiques. Le cardinal lui-même présente à l’Académie des inscriptions et belles-lettres une proposition d’institut archéologique français en Tunisie. Les travaux du père Delattre commencent par le dégagement de l’amphithéâtre, mais, à partir de 1878, il se consacre à l’exploration des nécropoles puniques de Carthage : les premières tombes sont découvertes sur la colline de Junon, où les fouilles se poursuivront jusqu’en 1886. De Byrsa à Bordj-Djedid, toutes les collines sont explorées. Dans la nécropole des Rabs à Bordj-Djedid, on met au jour des sarcophages anthropoïdes, dont celui qui est orné de l’extraordinaire statue féminine enveloppée de deux grandes ailes peintes et dorées. Les objets et les monuments recueillis dans les quelque mille cinq cent tombes découvertes par le père Delattre sont exposés au Musée Lavigerie qu’il crée. L’Académie des inscriptions et belles-lettres, par A. Héron de Villefosse et le marquis de Vogüé, porte le plus vif intérêt à ses travaux et l’admet au nombre de ses correspondants en 1890. S’il fait faire des progrès décisifs à la connaissance de la Carthage punique, il est aussi soucieux de ressusciter la Carthage chrétienne : il exhume quatre grandes basiliques, dont celle de Damous el-Karita en 1912. Les résultats des travaux de terrain sont publiés en de nombreux et courts mémoires parus dans de nombreuses revues savantes, et par des communications à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Par ses découvertes et la diffusion qu’il leur assure, le père Delattre incite les savants français à tourner leurs regards vers la cité punique : en 1894, E. Babelon et S. Reinach relèvent cinq cent quatre-vingt stèles puniques ; de 1899 à 1902, P. Gauckler, directeur des Antiquités de Tunisie, explore la nécropole de Dermech, puis A. Merlin et L. Drappier fouillent les tombes d’Ard el- Kheraïb. Le père Lapeyre, collaborateur de L. Delattre, poursuivra son œuvre et l’exploration de la cité.

Bibliographie sélective :

33Musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage, 1899 ; Archéologie chrétienne, 1900.

34VOIR :
S. Reinach, « Le père Delattre », Revue archéologique, 1932, p. 133-34 ; A. Audollent, « Le R.P. Delattre », Revue d’histoire des missions 8, 1932, p. 1-9 ; Ch. Saumagne, « Stéphane Gsell et le révérend père Delattre », Revue tunisienne, 1932, p. 3-4 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Le père Delattre », Archéologia 208, déc. 1985, p. 74-80.

Della Seta, Alessandro (1879-1944)

35Archéologue italien, directeur de l’École italienne d’Athènes. Il fait des études d’archéologie et d’histoire de l’art grec et romain, à l’Université de Rome, en suivant les cours d’E. Loewy. Titulaire d’une bourse d’études, il séjourne en Grèce. En 1905, il est assistant à la chaire d’archéologie de Rome. Outre l’influence de Loewy, il reçoit celle de K. J. Beloch et de F. Halbherr. Il s’intéresse aux civilisations minoenne et mycénienne, et aux travaux d’Evans, Halbherr et Pernier. En 1909, il devient inspecteur au Musée de la Villa Giulia à Rome et publie le catalogue des collections. Professeur d’étruscologie et archéologie italique à Rome, il confronte l’archéologie classique aux nouvelles disciplines que sont l’archéologie orientale et la préhistoire, qui remettent en cause les méthodes de fouille et montrent à l’évidence l’importance qu’il faut accorder à la céramique. Il se place ainsi dans la lignée de G. Boni. En 1914, il est nommé commissaire au Musée d’Arezzo, mais se porte volontaire sur le front ; il reçoit la croix de guerre. Directeur de l’École italienne d’Athènes à partir de 1919, il lui ouvre des voies nouvelles, en orientant les travaux vers les périodes les moins connues de la civilisation grecque, et en inaugurant les fouilles de Lemnos ; la découverte du site préhistorique de Poliochni et sa fouille stratigraphique donnent à l’archéologie italienne en Grèce une place de premier plan. Il adhère au régime fasciste par nationalisme. Il concentre ses recherches sur l’art antique, et principalement la sculpture, en particulier le nu de l’archaïque grec à l’époque hellénistique.

Bibliographie sélective :

36Bibliographie dans Annali della Scuola Archeologica di Atene, 24-26, 1950 ; « La collezione Barberini di antichità prenestine», Bollettino d’Arte III, 1909, p. 161-211 ; Religione ed arte figurata, 1912 ; dei Greci, da Winckelmann a noi. Compiti e metodi », Nuova Antologia I, 1913, p. 499-512 ; Catalogo del Museo di Villa Giulia, 1918 ; Italia antica, Bergamo, 1921 ; Il nudo nell’arte. Arte antica, Milan, 1930.

37VOIR :
American Journal of Archaeology, 1945, juil.-sept., p. 358 ; P. E. Arias, Quattro Archeologi del nostro secolo, Pise, 1976, p. 43-63, p. 139-140.

Demangel, Robert (1891-1952)

38Helléniste et archéologue français. Directeur de l’École française d’Athènes de 1936 à 1950. Agrégé de lettres en 1914, il devient membre de l’École française d’Athènes en 1919. En 1921, le directeur, C. Picard, saisit l’occasion offerte par la présence de l’armée d’Orient en Cilicie et Constantinople pour organiser des fouilles françaises il envoie R. Demangel en Troade pour explorer le «tumulus de Protésilas », puis le charge, avec A. Laumonier, de prospecter la région de Téos ; de 1921 à 1923, R. Demangel assure à Constantinople la direction des chantiers ouverts sur l’ensemble des Manganes et l’Hebdomon, avec le titre de « conseiller technique du corps d’occupation français à Constantinople la conduite fouilles 1924 assure le secrétariat général de l’École. Après avoir soutenu sa thèse de doctorat en 1933, il devient professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à Montpellier. Il rejoint Athènes en 1936 pour y assurer la direction de l’École ; après les années dramatiques de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre civile grecque, il s’emploie à redonner à l’École française toute sa place : les travaux de fouille reprennent à Malia en 1946 et, en 1948, à Thasos et Délos. Le centenaire, célébré en Grèce et à Paris en septembre et novembre 1947, revêt une grande solennité et offre l’occasion d’un rapprochement avec le gouvernement turc, qui envoie à Athènes une forte délégation de haut niveau. Cependant, l’espoir de voir reprendre les travaux de l’École en Turquie sera déçu.

Bibliographie sélective :

39Fouilles de Delphes. Les temples de tuf, 1923 ; Le Tumulus dit de Protésilas. Recherches françaises en Turquie 1, 1926 ; avec E. Mamboury, Le Quartier des Manganes et la première région de Constantinople. Recherches françaises en Turquie 2, 1939 ; Contribution à la topographie de l’Hebdomon. Recherches françaises en Turquie 3, 1945.

40VOIR :
Le Centenaire de l’École française d’Athènes, supplément au Bulletin de correspondance hellénique, 1946 ; Bulletin de correspondance hellénique, n° 120, numéro spécial « Cent-cinquantenaire, 1846-1996 », 1996.

Demargne, Joseph (1870-1912)

41Helléniste français, initiateur des travaux de l’École française d’Athènes en Crète. Agrégé de lettres, il devient membre de l’École française d’Athènes en 1897 ; il explore la Crète orientale, occupée par les troupes françaises, relève les six inscriptions d’Olous qu’il publie avec d’autres textes d’Itanos, Oléros, Kritsa, Biennos et Cnossos ; à Kanêné, près de Praisos, où F. Halbherr avait fait des sondages en 1894, il recueille un lot de terres cuites archaïques à reliefs, et, dans la grotte de Psychro, des pièces votives. Par ailleurs, son attention est attirée par les ruines étendues qui couronnaient la colline de Goulas ; il y commence les fouilles en 1899 et 1900, et identifie Latô, une cité grecque. Il fouille ensuite à Itanos. En 1900, il est nommé professeur de littérature latine et française à Aix-en-Provence mais meurt prématurément. Ses travaux en Crète seront repris par A. J. Reinach en 1910-1911 et poursuivis par son fils Pierre qui, en 1947, consacre sa thèse à La Crète dédalique. La place de l’École française d’Athènes dans l’archéologie crétoise sera définitivement acquise en 1921, quand s’ouvrira le chantier de Malia.

Bibliographie sélective :

42« Terres cuites de Praesos », Bulletin de correspondance hellénique 22, 1902, p. 570-583 ; « Monuments figurés et inscrits de Crète », Bulletin de correspondance hellénique 24, p. 222-246 ; « Les ruines de Goulas ou l’ancienne ville de Latô en Crète », Bulletin de correspondance hellénique 25, p. 282-307; « Fouilles à Latô en Crète (1899-1900) », Bulletin de correspondance hellénique 27, p. 206-232.

43VOIR :
G. Radet, L’Histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; A. J. Reinach, Revue archéologique, 1912-1, p. 149-150.

Dennis, George (1814-1898)

44Voyageur et diplomate britannique. En 1836, il se rend dans le sud du Portugal et de l’Espagne, et publie Summer in Andalucia (1839). Il visite, en 1839, la Suisse et l’Italie du Nord, et il rencontre H. Layard à Venise. En 1842, il visite Florence, puis, en 1842-1843, effectue trois circuits parmi les monuments étrusques. Dès 1843, il établit des contacts avec l’éditeur J. Murray, pour la publication du premier guide archéologique de l’Étrurie, The Cities and Cemeteries of Etruria. À partir de 1844, il effectue des voyages d’étude à Rome et Florence, publie son ouvrage sur l’Étrurie et part pour la Guyane britannique comme secrétaire du gouverneur. En 1863, il s’installe en Sicile et mène des fouilles à Terranova et Girgenti. Nommé vice-consul à Benghazi en 1864, il entreprend des fouilles à Cyrène, Taucheira et Ptolémaïs. En 1868, il s’installe à Smyrne et explore le site de Sardes. Consul en Crète (1869), puis à Palerme (1870), il achève sa carrière à Smyrne, de 1879 jusqu’à sa retraite en 1888. Connu surtout pour son guide de l’Étrurie, dont la deuxième édition (1879) est dédiée à H. Layard, il révéla les Étrusques au grand public anglophone. Il insiste sur le rôle de premier plan joué par les bronzes étrusques, qu’il recense en grand nombre au nord des Alpes, dans la naissance de l’art en Europe tempérée.

Bibliographie sélective :

45Summer in Andalucia, 1839 ; Cities and Cemeteries of Etruria, Londres, 1848 (rééd. 1883).

46VOIR :
D. E. Rhodes, Dennis of Etruria. The Life of George Dennis, Londres, 1973.

Denon, Dominique Vivant, baron (1747-1825)

47Antiquaire et artiste français. Né à Givry, près de Chalon-sur-Saône, il appartient à une famille de petite noblesse bourguignonne. Il reçoit une éducation classique très soignée et révèle très tôt des talents de dessinateur. Son père, fournisseur de la Cour pour les vins de Bourgogne, l’envoie à Paris avec des recommandations qui lui permettent de s’introduire auprès du roi et de ses proches, en particulier la marquise de Pompadour dont il sera le maître à graver. Il devient l’ami du comte de Caylus, et est chargé de veiller à la conservation de la collection de pierres gravées que madame de Pompadour avait laissée au roi. Il s’engage ensuite dans la carrière diplomatique et gagne Saint-Pétersbourg comme secrétaire par la suite, il est affecté à Stockholm puis accompagne à Naples l’ambassade de France et en rapporte les illustrations de son Voyage pittoresque de Naples et de Sicile. Il est reçu à l’Académie des beaux-arts en 1787. Sauvé de l’échafaud par le peintre David, il fréquente le salon de Joséphine de Beauharnais et y rencontre probablement le général Bonaparte ; il faudra qu’il insiste et fasse intervenir ses relations pour être admis parmi les cent soixante-sept savants de l’Expédition d’Égypte. Pendant son séjour, qui ne dure que treize mois, il accompagne les colonnes du général Desaix qui poursuit les Mamelouks et met à profit cette expédition pour examiner et dessiner les monuments jusqu’à Assouan. Il est le premier Européen à procéder à une telle exploration et il devance les savants que Bonaparte enverra en mission dans la vallée du Nil étudier systématiquement les monuments antiques. De retour en France, il décide de publier la chronique de son Voyage dans la Basse et la Haute-Égypte, pendant les campagnes du général Bonaparte (Paris, an X, 1802, deux vol. et un atlas) ; le livre de Denon, par la qualité exceptionnelle de son illustration et la finesse de l’observation et de l’analyse, marque un progrès considérable dans la connaissance de l’Égypte à du xviiie siècle; de plus, il permet de donner une de ce pays sans qu’il faille pour cela attendre la fin de la campagne d’Égypte et la mise en œuvre de l’immense Description. Le Voyage connaît très rapidement un immense succès en France et en Europe : il est plusieurs fois réédité en français et reçoit des traductions en anglais, en italien et en allemand. Une fois que l’Empire est instauré, il accompagne Napoléon dans ses campagnes en Autriche, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Portugal, et veille au choix du butin artistique qui est transporté au Musée Napoléon au Louvre. Directeur général des musées français de 1804 à 1815, il remplit toutes les fonctions d’un véritable ministre de la Culture ; il fut le premier organisateur du Louvre. En octobre 1815, il présente sa démission au roi Louis XVIII, après avoir été contraint d’accepter la restitution des œuvres d’art réquisitionnées sous l’Empire. Il se retire dans son hôtel du quai Voltaire et gère ses collections personnelles.

Bibliographie sélective :

48Voyage dans la Basse et la Haute-Égypte, pendant les campagnes du général Bonaparte, réed., introduction de J.-C. Vatin, Le Caire, 1988.

49VOIR :
P. F. Tissot, « Notice sur Vivant Denon », nouvelle édition augmentée, deux vol. et atlas, Paris, 1829 ; A. France, La Vie littéraire, Paris, 1890, vol. III, p. 166-180 ; H. Gauthier, « Vivant Denon en Égypte (juillet 1798-août 1799) », Bulletin de l’Institut d’Égypte, t. V, 1923, p. 163-193 ; J.-M. Carré, Les Voyageurs et écrivains français en Égypte, deux vol., Le Caire, 1932, éd. revue et augmentée, Le Caire, 1951 ; P. Lelièvre, Vivant Denon, directeur des beaux-arts de Napoléon. Essai sur la politique artistique du Premier Empire, Angers, 1942 (rééd., Vivant Denon. Homme des Lumières, « ministre des arts  » de Napoléon, Paris, Picard, 1993) ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Châtelain, Vivant Denon et le Louvre de Napoléon, Paris, 1973 ; G. Vallet, « Vivant Denon ou les leçons familières sur les antiquités siciliennes », Settecento siciliano. Storia della Sicilia, Palerme-Naples, 1979, p. 139-170 ; I. A. Ghali, Vivant Denon ou la conquête du bonheur, Le Caire, 1986 ; R. Brunon, « Présentation », réédition du Voyage dans la Basse et la Haute-Égypte, pendant les campagnes du général Bonaparte, Paris, 1990 ; Ph. Sollers, Le Cavalier du Louvre. Vivant Denon (1747-1825), Paris, 1995 ; Y. Laissus, l’Égypte, une aventure savante, 1798-1801, Paris, 1998 ; P. Rosenberg et M.-A. Dupuy, catalogue de l’exposition Dominique-Vivant Denon. L’Œil de Napoléon, Paris, Réunion des musées nationaux, 1999 ; l’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières 1798-1801, Institut de France, Académie des sciences, Paris, 8-10 juin 1999.

De Rossi, Giovanni Battista (1822-1894)

50Archéologue et épigraphiste italien. Professeur à Rome, fondateur de l’archéologie chrétienne. Issu par sa mère d’une famille noble, il fait ses études au Collège romain, dirigé par les jésuites. Il s’y forme aux humanités et à la philosophie, et reçoit du P. G. Secchi la passion de l’épigraphie. Il est admis à suivre les cours d’épigraphie antique à l’Accademia Greca, créée au Collège romain en 1838 par le P. G. Bonvicini. En 1836, la rencontre avec le cardinal A. Mai, préfet de la bibliothèque apostolique vaticane, détermine sa vocation à étudier les antiquités. En 1841, il s’inscrit à la Faculté de droit de l’Université La Sapienza de Rome. La même année, il descend pour la première fois dans les catacombes avec le P. G. Marchi, avec qui il poursuivra cette exploration pendant de nombreuses années. Pourvu d’un poste à la Bibliothèque apostolique par le cardinal Mai, il décide de se consacrer entièrement à l’archéologie. Dans l’exploration systématique des catacombes, il inaugure une méthode qui combine les données historiques, les textes et la topographie. Il est, dans le domaine de l’épigraphie, l’héritier de B. Borghesi, de Cavedoni et Avellino. Très respecté de Th. Mommsen et W. Henzen, il fait partie avec eux de la commission mise en place en 1858 par l’Académie de Berlin pour la réalisation du Corpus Inscriptionum Latinarum et y apporte une très précieuse contribution. Il exerce une profonde influence sur Mgr Duchesne, futur directeur de l’École française de Rome. Il fait partie de la commission créée par Napoléon III pour la publication des œuvres de B. Borghesi (1860). En 1874, il devient secrétaire de la Commission d’archéologie sacrée. En 1878, Léon XIII le désigne comme préfet et conservateur à vie du Musée chrétien du Vatican. Il préside jusqu’à sa mort la Pontificia Accademia Romana di Archeologia. Il crée le Bollettino di archeologia sacra (1863-1894), qui se poursuit sous le titre Nuovo Bollettino.

Bibliographie sélective :

51Le Prime Raccolte d’antiche iscrizione in Roma, Rome, 1852 ; Inscriptiones Christianae Urbis Romae septimo saeculo antiquiores, 1861 ; Roma Sotterranea Cristiana, 1864-1877 ; Corpus Inscriptionum Latinarum, vol. VI, 1876-1888.

52VOIR :
H. I. Marrou, « Duchesne et l’histoire ancienne du christianisme actes du colloque Monseigneur Duchesne et son temps, Rome, 1975, p. 14 et sq. ; A. Baruffa, Giovanni Battista De Rossi. l’archéologo esploratore delle Catacombe, Cité du Vatican, 1994 ; catalogue de l’exposition G. B. De Rossi e le catacombe romane, Cité du Vatican, 1994 ; M. Buonocuore, « Le lettere di Adolphe Noël des Vergers a Giambattista de Rossi nei codici della Biblioteca Vaticana », Adolphe Noël des Vergers (1804-1867). Un classicista eclettico e la sua dimora a Rimini, éd. R. Copioli, Rimini, 1996, p. 401-416; M. Buonocore, « Giovanni Battista De Rossi e l’Istituto archeologico germanico di Roma (Codici Vaticani latini 14238-14295) », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Römische Abteilung 103, 1996.

De Sanctis, Gaetano (1870-1957)

53Historien et archéologue italien. Élève de K. J. Beloch à la Scuola di Archeologia de Rome, il reçoit une très solide formation historique et philologique. En 1895, il est envoyé en Grèce ; à Athènes, il suit l’enseignement de W. Dörpfeld et se lie avec de jeunes savants russes, M. Rostovztev, G. Smirnoff et E. Pridik. Avec ce dernier, il accomplit une reconnaissance épigraphique en Thessalie. En 1899, à la suite de F. Halbherr, il rejoint la Crète, dont il explore la partie occidentale et où il conduit la fouille d’un temple archaïque à Axos. Par la suite, il retourne souvent en Crète, pour publier des inscriptions. En 1902, dans l’article « La civiltà micenea e le ultime scoperte in Creta » (Rivista di Filologia XXX, 1902, p. 91-118), il met en cause les fouilles d’Evans à Cnossos et les travaux italiens à Phaestos. En 1910, il participe à l’expédition organisée par F. Halbherr en Cyrénaïque. Dans ses études historiques, il accorde plus d’importance à l’épigraphie qu’à l’archéologie.

Bibliographie sélective :

54« La civiltà micenea e le ultime scoperte in Creta », Rivista di Filologia XXX, 1902, p. 91-118 ; Storia dei Greci, Florence, 1961 ; Storia dei Romani, Florence, 1964.

55VOIR :
A. Momigliano, « In memoria di G. De Sanctis », Rivista di Studi Italiani LXIX, 1957, p. 177-195; F. Halbherr e G. Sanctis, pionieri delle Missioni archeologiche italiane a Creta e in Cirenaica, Rome, 1984.

Deshayes, Jean Fernand (1924-1979)

56Helléniste, protohistorien et orientaliste français. Né à Paris, il fait ses études secondaires au lycée Henri-IV. Il est élève de l’École normale supérieure et membre de l’École française d’Athènes (1949-1952) en même temps que P. Courbin, avec qui il gagne Argos, où l’École française d’Athènes reprend les fouilles menées de 1902 à 1904 par W. Vollgraff, membre étranger de l’École. Il choisit de fouiller la nécropole mycénienne, alors que P. Courbin dégage la zone du cimetière sud : l’un et l’autre sont soucieux d’appliquer la technique stratigraphique, ce qui constitue une nouveauté à cette époque. Il retourne à Argos en 1954, 1955 et 1958, mais il s’est alors déjà tourné vers l’Orient. En effet, de 1952 à 1955, il fouille à Chypre, avec J. Bérard, à qui il voue une grande admiration. Attaché de recherches au CNRS de 1952 à 1958, il est pensionnaire scientifique de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth de 1958 à 1961. Il se consacre désormais à l’archéologie proto-historique (fouille de Dikili Tash en Macédoine orientale) et proche-orientale (fouilles de Turang Tepe, en Iran). Professeur à l’Université de Lyon de 1961 à 1968, il inaugure l’enseignement de l’archéologie orientale dans cette ville. En 1965, il est chargé de cours à la Sorbonne et, en 1968, il quitte Lyon pour Paris I, où il inaugure la chaire d’archéologie orientale. Il est directeur de l’UER d’art et d’archéologie de l’Université de Paris I de 1971 à 1974, puis vice-président de 1973 à 1978. Membre de la Commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères, il est, avec H. Seyrig et J.-C. Gardin, parmi les organisateurs du Centre de recherches archéologiques du CNRS à Valbonne. Il s’intéresse très vivement à la Péninsule arabique et oriente ses élèves vers ces études. J. Deshayes est l’héritier des hellénistes du xixe siècle, L. Heuzey, E. Pottier ou encore S. Reinach, qui tournèrent leurs regards vers l’Orient et sa « Préhistoire »

Bibliographie sélective :

57« Fouilles exécutées à Mallia (1948-1954) », Études crétoises XI, 1959 ; Les Outils de l’âge du bronze, de l’Indus au Danube (IVe au IIe millénaire), Paris, 1960 (important compte rendu de M. Garasanin dans Syria 41, 1964, p. 167-173) ; Nécropole de Ktima, 1963 ; « Argos. Les fouilles de la Deiras », Études péloponnésiennes de l’École française d’Athènes, 1966 ; Civilisations de l’Orient ancien, Paris, Arthaud, 1969 ; Fouilles de Toureng Tépé, Paris, ERC, 1987.

58VOIR :
J.-L. Huot, « Jean Deshayes (1924-1979) », Syria 57, 1980, p. 497-499 ; P. Courbin, Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale Supérieure, 1981, p. 102-104 ; J. Pouilloux, « Histoire et archéologie », De l’Indus aux Balkans. Recueil à la mémoire de Jean Deshayes, Paris, 1985, p. 17-19.

Desjardins, Ernest (1823-1886)

59Épigraphiste et géographe français. Licencié ès lettres, puis docteur en 1855, avec une thèse sur La Topographie du Latium. Il enseigne l’histoire aux collèges d’Angers, de Dijon, d’Alençon et de Macon, et enfin au lycée Bonaparte à Paris. Introduit par L. Renier dans le cercle d’Hortense Cornu, il est nommé, en 1861, maître de conférences pour la géographie historique, à l’École normale supérieure. Désigné comme secrétaire de la commission académique décidée par Napoléon III pour publier l’œuvre de B. Borghesi, il accomplit trois missions en Italie, la dernière pour acquérir les papiers du grand épigraphiste italien. Il concentre son intérêt sur la Gaule romaine et contribue à la révéler, en particulier à son élève C. Jullian. Il s’affirme comme un maître de l’épigraphie, qu’il enseigne à l’École normale supérieure puis à l’École pratique des hautes études et, à partir de 1882, au Collège de France. En 1875, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Par son enseignement, E. Desjardins forme de nombreux disciples, dont C. Jullian, qui s’appliqueront à leur tour à l’étude de la Gaule et contribueront à l’essor de l’archéologie métropolitaine.

Bibliographie sélective :

60Publication de la Table de Peutinger ; Atlas de géographie ancienne de l’Italie, 1852 ; De tabulis alimentariis. Topographie du Latium, 1854 ; Alésia, septième campagne de César en Gaule, 1859 ; Mémoire sur les découvertes archéologiques faites dans la campagne de Rome, 1860 ; Notice sur le Musée Napoléon III. Du patriotisme dans les arts, 1862 ; publication des œuvres de B. Borghesi : Œuvres complètes de Bartolomeo Borghesi par les ordres et aux frais de S. M. l’Empereur Napoléon III, puis sous les auspices de M. le ministre de l’Instruction publique, dix vol., Paris, 1862-1897 ; Rhône et Danube, 1869 ; Géographie historique et administrative de la Gaule, quatre vol., 1870-1892 ; Acta musei nationalis Hungarici, 1873 ; Les Antonins d’après les documents épigraphiques, 1875 ; Desiderata du Corpus Inscriptionum Latinarum de l’Académie de Berlin, 1874-1875.

61VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Rome, 1990.

Desor, Pierre Jean Édouard (1811-1882)

62Géologue, paléontologue et archéologue suisse. Avec F. Keller, le colonel Schwab, A. Morlot et F. Troyon, il participe à la découverte et à l’étude des habitats lacustres de Suisse et joue donc un rôle de premier plan dans l’avènement de la préhistoire en Europe. D’origine française et né en Allemagne – près de Francfort-sur-le-Main –, c’est lors d’un court séjour à Paris qu’il est initié à la géologie par Élie de Beaumont. La rencontre à Neuchâtel en 1837 du naturaliste L. Agassiz marque le tournant de sa carrière : à son côté, il se forme aux sciences naturelles et devient son meilleur collaborateur, publiant des rapports sur les expéditions d’Agassiz dans les glaciers des Alpes. En 1846, il suit son ami en Amérique où il étudie la faune de la côte atlantique, prend part à l’inventaire géologique du district du lac Supérieur et étudie le bassin charbonnier de Pottsville en Pennsylvanie. Brouillé avec L. Agassiz, il regagne Neuchâtel en 1852, et devient professeur de géologie aux Auditoires. Il fait de Neuchâtel un centre actif de diffusion scientifique et joue un rôle important dans la réouverture de l’Académie en 1866. De 1857 à 1860, il collabore avec F. Keller pour l’étude du site de La Tène découvert et fouillé par le colonel Schwab. En 1858, il renonce à l’enseignement et se consacre entièrement à ses recherches de géologie et d’archéologie. Il entreprend alors l’exploration systématique des habitats lacustres du lac de Neuchâtel et décide d’étendre recherches aux sites du il s’associe naturaliste turinois B. Gastaldi et avec lui découvre en 1860 l’habitat lacustre de l’âge du bronze de Mercurago. Ses travaux ainsi que ceux de G. de Mortillet en Italie donnent une impulsion décisive à l’étude des terramare et à la préhistoire au-delà des Alpes, domaine auquel les naturalistes tentent d’appliquer leurs compétences ; en 1866, il préside le premier Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques réuni à Neuchâtel, qu’il a contribué à créer avec G. de Mortillet. Pendant vingt ans, il travaille à l’établissement de la carte géologique de la Suisse. Après avoir pris la nationalité suisse en 1859, il s’engage dans la carrière politique et deviendra en 1874 président de l’Assemblée fédérale. L’œuvre d’É. Desor, comme celle de F. Keller, a autant d’impact et d’importance que celle des archéologues danois dans la naissance de la recherche préhistorique et sa reconnaissance en Europe.

Bibliographie sélective :

63Avec L. Agassiz et G. Valentin, Monographie d’échinodermes vivants et fossiles, Neuchâtel, 1838-1843 ; Excursions et séjours dans les glaciers et les hautes régions des Alpes de M. Agassiz et de ses compagnons de voyage, Neuchâtel, 1845 ; Les Palafittes ou Constructions lacustres du lac de Neuchâtel, Paris, 1865 ; avec L. Favre, Le Bel Âge du bronze lacustre en Suisse, Paris, 1874.

64VOIR :
L. Favre, « Notice nécrologique d’Édouard Desor (1811-1882) », Bulletin de la Société des sciences naturelles de Neuchâtel 12, 1882 ; C. Vogt, « Eduard Desor. Lebensbild eines Naturforschers », Nord und Süd 22, 1882, p. 108-127 et p. 262-274 ; J. P. Lesley, « Obituary notice of E. Desor », Proceedings oft he American Philosophical Society 20, 1882 ; G. Bibby, The Testimony of the Spade, Londres, 1956 ; M. R. Sauter, « Cent ans de recherches dans les palafittes », Congrès préhistorique de France, XVe session, Poitiers-Angoulême, 1956, Paris, Société préhistorique française, 1957, p. 883-888 ; J. Filip, Manuel encyclopédique de préhistoire et protohistoire européennes, Prague, 1966 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; M. Desiterre, « Contributo alla storia della paletnologia italiana », dans C. Morigi Govi et G. Sassatelli éd., Dalla Stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della formazione del Museo Civico Archeologico di Bologna, Bologne, 1984 ; C. Coulston Gillepsie, puis F. L. Holmes éd., Dictionary of Scientific Biography, New G. Kaener, Desor les “Helvétiens” vers le milieu du xixe siècle Archéologie suisse 1991-1, 19-28 ; N. Coye, « Le bel âge de l’archéologie lacustre entre Ferdinand Keller et Oscar Paret », dans B. Barraqué, D. Bley, G. Boëtsch, M. Masali et E. Rabino Massa, L’Homme et le lac. Usages et représentations de l’espace lacustre, Côme, 1995, p. 61-72 ; « la préhistoire, une manœuvre tactique ? », dans C. Blanckaert éd., Usages de l’anthropologie en France, 1850-1914, Paris, L’Harmattan, 2000 ; M.-A. Kaeser, « Édouard Desor, naturaliste (1811-1882) », Biographies neuchâteloises, tome III, Hauterive, Attinger, 2001.

Devambez, Pierre (1902-1980)

65Helléniste français, historien de l’art grec et archéologue. Entré à l’École normale supérieure en 1922, il est agrégé de lettres en 1926 et, de 1928 à 1933, il est membre de l’École française d’Athènes ; il séjourne à Istanbul de 1933 à 1937, comme membre de l’Institut français d’archéologie, et rédige le Catalogue des Grands Bronzes. Il dirige les fouilles de Thasos de 1929 à 1933, puis à nouveau en 1953-1954, et celles du sanctuaire de Sinuri près de Mylasa en Carie de 1935 à 1938 ; il travaille à Xanthos (1950) et à Laodicée du Lycos (1961-1963). À partir de 1937, il commence une longue carrière de conservateur, puis de conservateur en chef du Département des antiquités grecques et romaines au musée du Louvre, et assure un cours de céramique grecque à l’École du Louvre. Chargé de cours à l’École normale supérieure en 1954, il transporte le séminaire d’archéologie classique dans les salles du Louvre. De 1961 à 1967, il dirige à l’École pratique des hautes études un séminaire de religion grecque archaïque et classique. Élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1970, il est président de la commission internationale du Corpus vasorum antiquorum, dont il fut l’un des plus éminents spécialistes.

Bibliographie sélective :

66F. Villard, « Publications de Pierre Devambez », Revue archéologique, 1972/1; « Un quartier romain à Thasos (fouilles de 1925 à 1931) », 1932 ; Grands Bronzes du musée de Stamboul, 1937 ; La Sculpture grecque, Paris, 1939 ; « Sculptures thasiennes », Bulletin de correspondance hellénique, 1942 ; L’Art au siècle de Périclès, Lausanne, 1955 ; bulletin céramologique dans la Revue des études grecques, LIX-LX, p. 419-446 ; avec E. Haspels, Le Sanctuaire de Sinuri près de Mylasa, II, 1959; Sculptures grecques, Paris, 1960 ; « Les arts grec, étrusque et romain », Histoire de l’art. I. Le monde non chrétien, Paris, 1961 ; avec R. Flacelière, P. M. Schuhl et R. Martin, Dictionnaire de la civilisation grecque, Paris, 1966.

67VOIR :
P. Demargne, « Éloge funèbre de M. Pierre Devambez », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1980 ; F. Villard, « Pierre Devambez », Revue archéologique, 1980 ; J. Pouilloux, « Notice sur la vie et les travaux de Pierre Devambez… Lue dans la séance du 9 octobre 1981 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1981 ; P. Demargne, Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1981, p. 64-68 ; B. Holtzmann, « Pierre Devambez 1902-1980 », Encyclopaedia Universalis, Universalia, 1981, et version cédérom, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Devéria, Théodule (1831-1871)

68Égyptologue français. Fils du peintre Achille Devéria, il s’intéresse à l’égyptologie sous l’influence de Prisse d’Avennes, un ami de la famille. Il étudie le copte avec C. Lenormant et l’arabe à l’École des langues orientales. Employé à la Bibliothèque nationale en 1851, il entre au musée du Louvre sur la recommandation d’E. de Rougé. En 1858, il accompagne A. Mariette en Égypte, en qualité de copiste, et participe bénévolement à quatre missions. Il publie très peu mais laisse de très nombreux manuscrits, conservés au Louvre.

Bibliographie sélective :

69Catalogue des manuscrits égyptiens, 1881 ; Le Papyrus judiciaire de Turin et les papyrus Lee et Rollin, 1897.

70VOIR :
G. Devéria, Théodule Devéria. Mémoires et fragments, dans G. Maspero éd., Bibliothèque égyptologique, t. I, p. I-XLVIII, Paris, 1896-1897 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Dhorme, Paul Édouard (1881-1966)

71Orientaliste français, sémitisant et assyriologue, archéologue et historien des religions, directeur de l’École archéologique française de Jérusalem. Dominicain et exégète, il est d’abord élève de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, avant d’y enseigner de 1904 à 1931 l’assyrien et l’hébreu, et d’y donner des cours de langues sémitiques comparées et d’histoire de l’Ancien Orient. Il dirige l’École de Jérusalem et la Revue biblique. de 1923 à 1931. Pendant la Première Guerre mondiale, sous le feu de l’ennemi, il dirige des fouilles à Éléonte. Il maîtrise les deux domaines de l’assyriologie et des études hébraïques et peut établir des ponts de l’un à l’autre, présentant par exemple dans un même ouvrage Les Pays bibliques et l’Assyrie (1911). Rentré définitivement en France en 1931, il donne à l’Université de Lyon des cours sur l’Orient et la Bible et, en 1933, devient directeur d’études à l’École pratique des hautes études où il assure une conférence d’hébreu et d’araméen. À partir de 1937, il est chargé à la Sorbonne du cours de langue et littérature hébraïques et, en 1945, est élu à la chaire d’assyriologie du Collège de France. En 1948, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Épigraphiste rigoureux, il a pour devise « au-delà de ce qui est écrit », principe qu’il met en œuvre dans son entreprise de déchiffrement de l’écriture ougaritique découverte à Ras Shamra. Il propose de l’écriture pseudo-hiéroglyphique de Byblos une lecture qui n’a pas été admise par tous les spécialistes, mais qui constitue la tentative la plus sérieuse de déchiffrement. Enfin, il réalise son rêve de jeunesse en donnant une édition magistrale de la Bible, publiée dans la collection de la Pléiade. É. Dhorme appartient à la seconde génération des animateurs de l’École « des hautes études bibliques conçue par le père Lagrange il est l’un de ceux qui accentuent son caractère archéologique ; il a occupé une place éminente dans l’orientalisme français et en a défendu les intérêts auprès des institutions.

Bibliographie sélective :

72« Choix de textes religieux assyro-babyloniens », Études bibliques, 1907 ; La Religion assyro-babylonienne, Paris, 1910 ; Les Pays bibliques et l’Assyrie, 1911 ; l’Emploi métaphorique des noms de parties du corps en hébreu et en accadien, 1923 babylonienne de Neirab », Revue d’assyriologie, 1928 ; Langues et écritures sémitiques, 1930 ; « Première traduction des textes phéniciens de Ras Shamra », Revue biblique, 1931 ; sur l’histoire de la découverte et du déchiffrement, Journal of the Palestinian Oriental Society, 1931, p. 767 et sq. ; « Élam, élamites », Supplément au Dictionnaire de la Bible, 1934 L’Évolution religieuse d’Israël. La religion des Hébreux nomades (thèse principale), 1937; Les Religions de Babylonie et d’Assyrie, 1945 ; « Déchiffrement des inscriptions pseudo-hiéroglyphiques de Byblos », Syria, 1946-1948, et Syria 27, 1950, p. 203-204 ; édition : La Bible. L’Ancien Testament, deux vol., Paris, coll. La Pléiade, 1956 et 1959.

73VOIR :
Recueil Édouard Dhorme, Études bibliques et orientales, Paris, 1951, avec bibliographie ; M. Duportet, « Édouard Dhorme», Répertoire permanent des intellectuels I, fasc. 1, notice 6, 1947 ; A. Parrot, « Éloge funèbre de M. Édouard Dhorme », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1966 ; id., « Nécrologie : Édouard Dhorme (1881-1966) », Syria 43, 1966 ; J. Nougayrol, Archiv für Orientforschung XXII, 1968-1969, p. 208-210 ; Commémoration du centenaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, Académie des inscriptions et belles-lettres, 23 nov. 1990, Paris.

Didot, Ambroise Firmin (1790-1876)

74Éditeur français. Il est l’un des membres de la famille d’éditeurs installée à Paris en 1713. Après des études classiques à Paris, il fait un voyage de trois ans en Grèce et au Proche-Orient. En 1836, il inaugure la série de textes grecs et latins qui rendent célèbre la maison Didot. Il voyage en Égypte et publie ses Notes d’un voyage fait dans le Levant en 1816 et 1817. Beau-père d’A. Noël des Vergers, dont il publie L’Étrurie et les Étrusques (Paris, 1862-1864), il finance les fouilles à Chiusi et Vulci de la société qu’ils forment avec l’archéologue italien A. François.

75VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill
, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 86 ; R. Copioli éd., Adolphe Noël des Vergers (1804-1867). Un classicista e la sua demora a Rimini, Rimini, 1996.

Dieulafoy, Marcel (1844-1920)

76Ingénieur et orientaliste français. Initiateur des fouilles françaises à Suse. Polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, il appartient à cette génération d’ingénieurs qui se consacrent à l’archéologie militante et concourent à son développement ; J. de Morgan, son successeur à Suse, a la même formation mais ses compétences de géologue le portent vers la préhistoire. Affecté d’abord en Algérie, puis attaché à la Compagnie des chemins de fer du Midi, M. Dieulafoy dirige le Service de la voirie de Toulouse, où il devient par la suite architecte des Monuments historiques, sous l’autorité d’E. Viollet-le-Duc. Ce dernier éprouve le plus grand intérêt pour l’idée exprimée par M. Dieulafoy de chercher en Perse l’origine de la voûte et l’encourage dans son projet d’explorer l’Iran. En 1880-1881, il accomplit, avec Jane sa femme, une célèbre exploration de la Perse, parcourant tout le pays et relevant par le dessin et la photographie tous les monuments : ils complètent ainsi la mission accomplie en 1840-1842 par le peintre E. Flandin et l’architecte P. Coste. Jane et Marcel Dieulafoy visitent le site de Suse et conçoivent le projet d’y mener des fouilles. De 1884 à 1886, il prennent la suite de l’anglais W. K. Loftus qui avait commencé l’exploration de Suse en 1850-1853 et, conduisant deux campagnes, ils dégagent en partie l’apadana du palais d’Artaxerxès, et révèlent les premières frises de faïences de cette époque ; ils enrichissent le musée du Louvre des premières antiquités achéménides rapportées en Europe : les célèbres frises des Lions et des Archers et le monumental chapiteau à protomé de taureau. Malgré leur désir de poursuivre les travaux, les Dieulafoy ne se verront pas confier la direction de la Délégation française en Perse dont leur rival, J. de Morgan, prend la tête en 1897. Le retentissement des découvertes de Suse vaut à M. Dieulafoy son élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1895. Il dirige en France les fouilles de Saint-Bertrand-de-Comminges, et consacre la seconde partie de sa carrière à l’Espagne et au Portugal où, accompagné de Jane, il accomplit de nombreuses missions entre 1888 et 1914. Volontaire pendant la Première Guerre mondiale, il est affecté comme colonel du génie à Rabat, au Maroc, et contribue à la politique de mise en valeur du patrimoine monumental marocain adoptée par le général Lyautey : il commence, en 1914-1916, les fouilles de la mosquée Hassan de Rabat, que dirige sa femme, et conçoit un plan d’exploration archéologique de Volubilis. M. Dieulafoy appartient à cette génération d’ingénieurs qui, au Proche-Orient, assurent la transition entre les consuls archéologues et les archéologues professionnels. Ses travaux à Suse préludent la création de la Délégation archéologique française en Perse qui constitue l’entreprise archéologique européenne la plus considérable et la plus pérenne qui ait été.

Bibliographie sélective :

77L’Art antique de la Perse, cinq vol., Paris, 1884-1889 ; Les Origines de l’architecture du Moyen Âge et ses rapports avec l’architecture perse, Paris, 1887 ; l’Acropole de Suse d’après les fouilles exécutées en 1884, 1885, 1886, Paris, 1893 ; Les Antiquites de Suse découvertes et rapportées par la mission Dieulafoy 1884-1886, Paris, 1893 ; La Statuaire polychrome en Espagne, Paris, 1908 ; L’Art de l’Espagne et du Portugal, Paris, 1913 ; La Mosquée de Hassan à Rabat, Paris, 1922.

78VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; École polytechnique : Livre du centenaire 1794-1894, Paris, 1897 ; C. Diehl, « Discours prononcé aux funérailles de Marcel Dieulafoy, le 28 février 1920 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1920 ; R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de M. Marcel Dieulafoy », Publications de l’Institut de France, 1921, n° 2 ; P. Amiet, « Dieulafoy, Marcel-Auguste », Encyclopaedia Iranica, vol. VII, fasc. 4, p. 399-401 ; È. et J. Gran-Aymerich, Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, Paris, Perrin, 1991; È. Gran-Aymerich, « Archéologie et politique française en Iran : convergences et contradictions (1881-1947) », Journal Asiatique, t. 287, 1999-1, p. 357-374.

Dieulafoy, Jane, née Magre (1851-1916)

79Exploratrice, femme de lettres et archéologue française. Elle participe avec Marcel, son mari, à la guerre de 1870 et à l’exploration de la Perse elle tient un rôle de premier plan dans les premières fouilles françaises sur le site de Suse, et participe à la restauration et à la présentation des murs achéménides en briques émaillées au musée du Louvre. Elle fait le récit de ces expéditions dans la revue Le Tour du monde et commence ainsi sa carrière littéraire, qu’elle poursuit par des romans historiques et la biographie d’Isabelle la Catholique. Elle tient à Passy un salon renommé et contribue à la création du prix de La Vie heureuse, dont elle est la première présidente et qui devient ensuite le prix Fémina. Elle s’engage en même temps que son mari dans l’hispanisme, parcourt avec lui l’Espagne et le Portugal, et prononce de nombreuses conférences sur le théâtre espagnol du siècle d’or. Pendant la Première Guerre mondiale, elle accompagne Marcel au Maroc et dirige les fouilles de la mosquée Hassan à Rabat. Elle meurt dans son domaine de Langlade, près de Toulouse, des suites d’une maladie contractée au service de l’ambulance à Rabat. Personnage hors du commun et des normes, J. Dieulafoy peut être considérée comme l’une des très rares Françaises de cette époque à pratiquer l’archéologie de terrain.

Bibliographie sélective :

80La Perse, la Chaldée, la Susiane, relation de voyage, Paris, Hachette, 1887 ; À Suse, journal des fouilles, Paris, Hachette, 1888 (rééd. Phebus, 1989) ; Parysatis, Paris, 1890 ; Aragon et Valence, Paris, Hachette, 1901 ; Castille et Andalousie, Paris, Hachette, 1908 ; Isabelle la Grande, Paris, Hachette, 1920.

81VOIR :
È. et J. Gran-Aymerich, « Jane Dieulafoy », Archéologia 189, avril 1984, p. 77-81 ; id., Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, Paris, Perrin, 1991 È. Gran-Aymerich, «Archéologie et politique en Iran: convergences contradictions (1881-1947) », Journal Asiatique, t. 287, 1999-1, p. 357-374 ; id., « Jane Dieulafoy, exploratrice et archéologue en Orient », dans G. M. Cohen et M. Sharp Joukovsky éd., Women in Archaeology. The Classical World and the Near East, University of California Press, 2001.

Dikaios, Porphyrios (1904-1971)

82Archéologue grec. Né à Chypre, il fait ses études supérieures à Athènes, Liverpool et Paris (à la Sorbonne, de 1926 à 1929). Il fait toute sa carrière au Service des antiquités, dont il devient directeur en 1960. Admis à la retraite en 1963, il obtient une bourse pour Princeton, puis donne des cours au Bryn-Mawr College, à Brandeis, à Heidelberg et à Uppsala.

Bibliographie sélective :

83The Excavations at Vounous, 1938 ; The Excavations at Enkomi, 1958.

84VOIR :
P. Devambez, « Porphyrios Dikaios (1904-1971) », Syria 49, 1972, p. 500-501.

Dilettanti, Société des

85Fondée en 1734 à Londres par de jeunes aristocrates britanniques de retour de leur Grand Tour en Italie, cette association, constituée surtout de membres de la haute société, réunit aussi des collectionneurs, des savants et des voyageurs, et joue un rôle de premier plan en Europe dans la découverte et l’étude des sites et des monuments de l’Antiquité. Elle reçut en son sein les auteurs des grandes explorations menées en Grèce et au Proche-Orient, C. R. Cockerell, J. Stuart et N. Revett, R. Wood. La Société exerce le mécénat pour la promotion des beaux-arts et la remise en honneur de l’Antiquité classique ; après avoir concouru au financement de la publication des Antiquities of Athens de Stuart et Revett, la Société s’oriente résolument vers l’archéologie classique, domaine où elle joue un rôle de pionnier : en 1764, elle organise et finance la mission de R. Chandler en Grèce et en Asie Mineure, et confie sa préparation à R. Wood. En favorisant les travaux sur les monuments de l’Antiquité, les Dilettanti concourent à la Renaissance grecque en Angleterre et à l’essor du néo-classicisme architectural.

86VOIR :
W. Fraser, Members of the Society of Dilettanti, Londres, 1877 ; S. Colvin et L. Cust, History of the Society of Dilettanti, Londres, 1898, puis 1914 ; F. C. Mougel, « La Société des Dilettanti (1734-1800) », Revue historique, avril-juin 1978, p. 389-414 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984.

Dörpfeld, Wilhelm (1853-1940)

87Ingénieur, architecte et archéologue allemand. Directeur de l’Institut archéologique allemand d’Athènes, de 1887 à 1912. Il fait d’abord des études littéraires, puis devient architecte. Il s’inscrit à l’Académie d’architecture de Berlin, en 1873, et devient l’élève de F. Adler, co-directeur avec E. Curtius des fouilles d’Olympie. Dörpfeld est le seul de ses condisciples à réussir un plan détaillé des Propylées d’Athènes, ce qui détermine la suite de sa carrière Adler l’engage dans cabinet privé d’architecte avant de l’envoyer sur le chantier d’Olympie. Assistant de l’architecte R. Bohn, il participe, en 1877, à la troisième campagne de fouilles et dégage complètement l’Héraïon dont il fait la description pour F. Adler. Ses qualités sont si remarquables que la direction technique des fouilles lui est confiée dès la campagne suivante. Il introduit la méthode stratigraphique dans l’étude des vestiges architecturaux, établissant des plans pour les niveaux successifs du sanctuaire ; ce travail exemplaire fera rapidement des émules sur les chantiers internationaux. Il atteint très vite une telle notoriété qu’on lui propose à la fois un poste important à l’Institut archéologique allemand, à l’inspection des fouilles pour la Société archéologique grecque et une collaboration avec H. Schliemann. Il poursuivra les travaux d’étude d’Olympie jusqu’à la fin de sa carrière. En 1882, il entre à l’Institut archéologique allemand d’Athènes et mène de front les travaux pour la Société archéologique d’Athènes et sur les chantiers d’H. Schliemann. Il entreprend à Athènes des recherches sur le théâtre de Dionysos et, par la suite, envisage une étude d’ensemble de ce type de monuments en Grèce et en Asie Mineure. Il participe d’autre part à de nombreuses entreprises de la Société archéologique d’Athènes, à Éleusis, Épidaure, Oropos, au Pirée et à Mycènes. Il fait office de conseiller pour la restauration de l’Acropole. Pour le compte de l’Institut archéologique allemand, il dégage les temples de Tégée, Sounion et Corinthe. À Troie, il devient dès 1882 le conseiller et le collaborateur de Schliemann et conduit les fouilles jusqu’en 1894 ; il détermine clairement les différents niveaux d’occupation et procède au dégagement et à l’étude systématique de l’architecture. À la mort de Schliemann, W. Dörpfeld prend la direction du chantier à Hissarlik et y mène encore deux campagnes, établissant une nouvelle stratigraphie et datant avec précision chaque niveau. En 1884-1885, il participe aux fouilles de Schliemann à Tirynthe, où il applique la méthode stratigraphique inaugurée à Olympie, découvrant le palais mycénien et dégageant l’ensemble du rempart. Il est, en 1886, le premier architecte à devenir Second secrétaire de l’Institut archéologique allemand. En 1887, il prend la direction de la section athénienne et, à partir de 1892, lance l’Institut dans les fouilles de l’Agora. À partir de 1897, il se porte à Ithaque, et y poursuit son enquête sur le monde homérique : convaincu que l’île ne peut être le berceau d’Ulysse, il entreprend la fouille de Leucade en 1901 et maintient que les vestiges de l’âge du bronze qu’il y découvre sont ceux du palais d’Ulysse. De 1900 à 1911, les fouilles de Pergame se déroulent sous sa responsabilité. De 1911 à 1914, il entreprend des recherches sur le temple d’Artémis à Corfou. W. Dörpfeld est, par ses travaux à Olympie, un pionnier de l’archéologie scientifique qui introduit la méthode stratigraphique sur un site classique. On lui doit aussi la connaissance de la « Préhistoire » grecque dont la découverte à Troie, Mycènes ou Tirynthe bouleverse la vision du monde hellénique ancien et ouvre des voies de recherche radicalement nouvelles.

Bibliographie sélective :

88Participation à la publication finale des fouilles d’Olympie, Olympia, die Ergebnisse der vom Deutschen Reich veranstatteten Ausgrabungen, II, Berlin, 1890, et Olympia I, 1897 ; Bericht über die Ausgrabungen in Troja im Jahre 1890, Vorwort von S. Schliemann, 1890 ; avec E. Reisch, Das griechische Theater, 1896 ; Troja und Ilion: Ergebnisse der Ausgrabungen in den vorhistorischen und historischen Schichten von Ilion, Athènes, 1902 ; « Die kretischen, mykenischen und homerischen Paläste », Athenische Mitteilungen 30, 1905, p. 257-297; « Die altgriechische Kunst und Homer », Athenische Mitteilungen 50, 1925, p. 77-111 ; Alt-Ithaca, ein Beitrag zur Homer Frage, Osnabrück, 1927; Alt Olympia. Untersuchungen und Ausgrabungen zur Geschichte des ältesten Heiligtums von Olympia und der älteren griechischen Kunst, 1935 ; Alt Athen und seine Agora, 1937-1939.

89VOIR :
A.von Gerkan, « Wilhelm Dörpfeld », Gnomon 16, 1940 ; P. Goessler,
Wilhelm Dörpfeld. Ein Leben im Dienst der Antike, 1951 ; A. Mallwitz, « Ein Jahrhundert deutsche Ausgrabungen in Olympia », Athenische Mitteilungen 92, 1977, p. 2-11 ; R. Lullies-W. Schiering Archäologenbildnisse. Porträts und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 112-113 ; K. Herrmann, « Wilhelm Dörpfeld, personnalité et œuvre », Deltion tês en Athinais Arkaiolagikês Etaireias 11, Athènes, sept. 1990, p. 71-85 (en grec) ; E. Kluwe, « Schliemann und Dörpfeld », dans J. Herrmann éd.,Heinrich Schliemann : Grundlagen und Ergebnisse moderner Archäologie 100 Jahre nach Schliemanns Tod, Berlin, 1992 ; O. Polychronopoulou, Archéologues sur les pas d’Homère. La naissance de la protohistoire égéenne, Paris, Noêsis, 1999.

Dossin, Georges (1896-1983)

90Épigraphiste, assyriologue et orientaliste belge. Il répond à l’invitation d’A. Parrot et organise l’étude des textes de Mari. Il constitue une équipe d’épigraphistes dont il forme certains de ses membres lui-même. Le résultat de ces travaux est une série de vingt volumes de textes et plusieurs répertoires lexicographiques, onomastiques et topographiques.

91VOIR :
A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, t. 1 Les Étapes, Paris, Albin Michel, 1946 ; P. Garelli, « Les découvertes de Mari », lecture faite dans la séance publique annuelle du 25 novembre 1983, Institut de France 18, 1983.

Dragendorff, Hans (1870-1941)

92Archéologue allemand. Né à Dorpat (Estonie alors russe), où il étudie l’archéologie classique, l’histoire et la philologie anciennes, il poursuit sa formation à Berlin et Bonn où il suit les cours de G. Loeschke. Ses années d’études à Bonn le portent vers le passé romain de l’Allemagne et ses liens avec celui de la Méditerranée : il s’intéresse tout particulièrement à la sigillée dont il poursuivra l’étude toute sa vie. Boursier du Deutsches Archäologisches Institut (DAI) en 1896-1897, il participe aux fouilles de F. Hiller von Gärtringen à Théra et en étudie le matériel archaïque. En 1902, il prend la direction de la Römisch-germanische Kommission (RGK), fondée par le DAI à Francfort-sur-le-Main : il s’applique à développer les recherches sur la pré- et proto-histoire de l’Allemagne. En 1911, il devient secrétaire général du DAI à Berlin. En 1916, il est élu à l’Akademie der Wissenschaften de Berlin. En 1922, il est appelé à la chaire d’archéologie de l’Université de Fribourg-en-Brisgau et entreprend avec C. Watzinger la publication des sigillées de la collection de Tübingen. En 1939, il reprend la direction de la RGK à Francfort. Il donne une impulsion décisive à l’étude de la céramique, du point de vue de la méthodologie et de la datation par l’étude des formes et de leur évolution.

Bibliographie sélective :

93De vasculis Romanorum rubris capita selecta Arretinische, 1884 ; Terra sigillata, 1895; Verzeichnis der Stempel auf Terra sigillata-GefäBen, 1896 ; Theraïsche Gräber. Thera II, 1903 ; Westdeutschland zur Römerzeit, 1912 ; Reliefkeramik mit Beschreibung der Sammlung in Tübingen, 1948.

94VOIR :
G. Rodenwaldt, « Gedächtnisrede auf Hans Dragendorff »,
Jahrbuch der Preussischen Akademie der Wissenschaften, 1941 ; P. Goessler, « Hans Dragendorff (1870-1941) », Badische Fundbericht 17, 1941-1947 R. Lullies et W. Schiering, Archäologischenbildnisse. Porträts und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 179-180.

Dressel, Heinrich (1845-1920)

95Numismate, épigraphiste et archéologue allemand, créateur de l’étude des amphores romaines appliquée à l’histoire de l’économie antique. Fils du docteur Albert Dressel et d’Anna Baldassari qui était romaine. Son père avait été à Rome secrétaire particulier de Christian von Bunsen, ambassadeur de Prusse auprès du Vatican et secrétaire général de l’Institut de correspondance archéologique. Heinrich reçoit de son père une formation philologique et complète ses études dans un Gymnasium de Berlin, puis à l’Université de cette ville, où il est l’élève de Th. Mommsen et de L. Curtius. En 1874, il obtient son doctorat à l’Université de Göttingen pour une dissertation sur saint Isidore, couronnée par l’Académie de Berlin. De 1874 à 1878, il bénéficie d’une bourse obtenue grâce à Mommsen et parcourt l’Italie, en quête d’inscriptions en vue de l’élaboration des volumes IX et X du Corpus Inscriptionum Latinarum. En 1878, l’Académie des sciences de Berlin le charge de l’étude des inscriptions domestiques de Rome pour le tome XV du Corpus : il fait à cette occasion œuvre novatrice en portant une égale attention à l’inscription et à son support. La même année dans un article paru dans les Annali de l’Institut archéologique allemand, il révélait que le mont Testaccio de Rome était fait des fragments d’amphores utilisées pour le transport des liquides. L’étude des estampilles prouva l’origine hispanique de la plupart des récipients. En 1891, il fait paraître son étude des estampilles de briques, en 1899 celle sur les marques de fabrique des amphores, des lampes et autres objets de terre cuite. En 1889, il accepte la direction du Cabinet numismatique de Berlin et, à partir de ce moment, se consacre exclusivement à la numismatique et applique l’étude des types monétaires à la topographie de Rome. En 1902, il est élu à l’Académie des sciences de Berlin et prend en charge la poursuite de ses publications numismatiques. Son œuvre sur les médailles romaines du Cabinet numismatique des Musées de Berlin n’a pu être publiée qu’en 1973. Il y montre l’importance de l’étude de la numismatique pour la connaissance topographique de Rome. Ses travaux furent fondateurs d’un très riche courant d’études sur l’histoire économique de l’Antiquité à partir des objets.

Bibliographie sélective :

96Voir la bibliographie établie par K. Regling, Zeitschrift für Numismatik 33, 1922, p. 1-18 ; Corpus Inscriptionum Latinarum, t. IX et X, t. XV, 2e partie, 1878 ; t. XV du CIL, 1891 et 1899 ; Annali del Instituto di Corrispondenza Archeologica, 1878 ; Die Römischen Medaillone des Münzkabinetts der Staatlischen Museen zu Berlin, 1973.

97VOIR :
K. Regling,
Zeitschrift für Numismatik 33, 1922, p. 1-18 ; H. Dragendorff, Sitzungsberichte der Deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1921, p. 487-491 ; P. R. Franke, Neue Deutsche Biographie, t. 4, 1959, p. 111 et sq. ; M. Blech, dans J. M. Blazquez éd., Producción y comercio del aceite en la antigüedad, Ier congrès international, Madrid, 1980, p. 13-18.

Drioton, Étienne Marie Félix, chanoine (1889-1961)

98Égyptologue français, à la fois philologue et archéologue. Dernier directeur français du Service des antiquités d’Égypte. Après des études au séminaire de Nancy, il obtient en 1913 son doctorat en philosophie de l’Académie de Saint-Thomas et celui de théologie de l’Université grégorienne de Rome. Il est d’autre part licencié ès sciences bibliques. En 1919, il enseigne la philologie égyptienne et copte à l’École libre des langues orientales de l’Institut catholique de Paris, et publie un Cours de grammaire égyptienne. Chargé de mission au Département égyptien du Louvre, il en devient conservateur en 1926, puis conservateur en chef en 1940. À partir de 1929, il est l’épigraphiste des fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale à Médamoud, et en 1936, il est désigné par le gouvernement égyptien pour succéder à P. Lacau comme directeur du Service des antiquités d’Égypte, poste qu’il occupe jusqu’en 1952, où il se révèle excellent administrateur et jouit d’une très grande popularité. Il est ensuite professeur d’égyptologie à l’Université du Caire. À son retour en France, il est nommé directeur de recherche au CNRS, puis succède à P. Montet en 1957 en chaire d’archéologie et de philologie égyptienne du Collège de France. Ses recherches suivent trois directions : elles portent sur le théâtre égyptien, la cryptographie et les études coptes qu’il considère comme partie intégrante de l’égyptologie. Étienne Drioton est l’un des derniers égyptologues à être capable d’embrasser tous les domaines de sa discipline.

Bibliographie sélective :

99Sa bibliographie a été établie en 1956 par J. Jacquiot, Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale LVI, 1957, p. 1-18 ; « Les quatre Montou de Médamoud, palladium de Thèbes », Chronique d’Égypte 12, 1931, p. 259-270 ; « Recueil de cryptologie monumentale », Annales du Service des antiquités d’Égypte XL, 1940, p. 305-427 ; Le Théâtre égyptien, Le Caire, 1942 ; avec J. Vandier, Les Peuples de l’Orient méditerranéen, II, L’Égypte, collection « Clio », Paris, PUF, 1946 ; Le Texte dramatique d’Edfou, supplément aux Annales du Service des antiquités d’Égypte, cahier n° 11, 1948 ; « Le théâtre dans l’ancienne Égypte », Revue d’histoire du théâtre VI, 1954, p. 7-45 ; « La religion égyptienne », dans Brillant-Aigrain, Histoire des religions, t. III, Paris, 1955 ; Pages d’égyptologie, 1957.

100VOIR :
J. Sainte Fare Garnot, « Souvenirs sur Étienne Drioton », Bulletin de la Société française d’Égyptologie 32, déc. 1961, p. 31-34, et n° 34-35, déc. 1962, p. 54-62 J. Sainte Fare Garnot et Ch. Picard, Revue archéologique 1961, p. 83-85, et 1962, p. 97 ; J. Leclant, Archiv für Orientforschung 20, 1963, p. 300-309, portrait ; W.R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; C. Desroches-Noblecourt, La Grande Nubiade, Paris, Éditions Stock-Pernoud, 1992.

Drovetti, Bernardino (1776-1852)

101Juriste, officier et diplomate français d’origine prémontaise. Il est de ces consuls qui représentent en Égypte les grands pays européens et rivalisent âprement dans la course aux antiquités. Dans la lutte d’influence que se livrent la France et la Grande-Bretagne après l’échec de l’Expédition d’Égypte, il joue un rôle décisif auprès de Méhémet-Ali et tient une place largement équivalente à celle d’H. Salt, le consul britannique. Fils d’un notaire piémontais, né près de Turin, où il a fait des études de droit, B. Drovetti, séduit par les idées révolutionnaires, rejoint l’armée française en juin 1796, participe à la campagne d’Italie comme simple soldat mais se distingue sur les champs de bataille et intègre rapidement l’état-major des troupes cisalpines avec le grade de sous-lieutenant. Après avoir pris la nationalité française, il assume le poste important de commissaire du gouvernement français au Piémont. En juin 1800, il participe à la bataille de Marengo et, aux côtés de Murat et de Desaix, il contribue grandement à cette victoire. Nommé en 1800 premier officier au ministère de la Guerre du gouvernement du Piémont, il est chargé de réorganiser sa nouvelle armée sur le modèle français. L’armée d’Italie se trouvant démobilisée par la signature de la paix de Lunéville en 1801, Drovetti est affecté comme juge au tribunal de Turin. Recommandé à Bonaparte par le général Murat, il fait connaître son désir d’entrer dans la carrière diplomatique et, à l’automne 1802, Talleyrand, ministre des Relations extérieures, le nomme sous-commissaire des relations commerciales à Alexandrie, où il débarque en 1803, avec son collègue Mathieu de Lesseps, qui, quant à lui, est affecté à Damiette. L’Égypte qu’il découvre est la proie de luttes sanglantes entre le nouveau maître reconnu par la Sublime Porte, Méhémet-Ali, et les beys avec à leur tête Méhémet bey al-Afy que les Anglais soutiennent. En 1806, Drovetti est nommé vice-consul général et s’emploie à lutter contre l’influence anglaise sur les affaires égyptiennes en soutenant très activement Méhémet-Ali : il organise la résistance à l’expédition de l’armée britannique pour occuper Alexandrie et concourt à l’échec de l’entreprise. Pendant près de quarante ans, Drovetti entretiendra avec Méhémet-Ali d’étroites relations d’amitié et jouera le rôle d’un conseiller très écouté qui guidera le souverain dans la modernisation de l’Égypte sur le modèle français. Soucieux comme son ami Edme Jomard, l’un des savants de l’expédition de Bonaparte et maître d’œuvre de la Description de l’Égypte, de permettre au souverain égyptien d’assurer une gestion autonome de son pays, il organisera en 1825 le séjour à Paris de jeunes Égyptiens qui seront formés pour devenir les cadres chargés de l’entrée de leur pays dans le monde moderne. En 1811, Drovetti entreprend un voyage en Haute-Égypte avec le colonel Boutin, officiellement investi d’une « mission culturelle et archéologique », mais en fait chargé par Napoléon d’établir un rapport détaillé sur la situation miltaire de l’Égypte c’est pour la première rencontre si attendue avec la civilisation égyptiennne, à Thèbes, Louxor et Karnak, Dendérah, Kom-Ombo, sur l’île de Philae et jusqu’au-delà des cataractes d’Assouan. En 1814, le marseillais J.-J. Rifaud débarque à Alexandrie ainsi que le nantais F. Cailliaud : Drovetti retourne en Haute-Égypte et en Nubie avec Cailliaud pour lequel il obtient un firman du pacha qui lui permet de mener des recherches de métaux ou de mines il engage d’autre part J.-J. Rifaud pour qu’il exécute des recherches archéologiques. C’est en 1816 que commencent les fouilles systématiques en Haute-Égypte où Rifaud s’opposera à Belzoni, agent du consul britannique H. Salt. Privé de tout traitement consulaire, Drovetti poursuit les recherches et les achats d’antiquités, malgré les difficultés économiques qu’il connaît mais, dès 1817, il envisage la vente au moins partielle de sa collection et envoie des caisses d’antiquités en Europe. Le comte de Forbin, directeur des musées royaux, et E. Jomard tentent de convaincre le gouvernement français d’acheter la collection pour le Louvre et de restaurer Drovetti dans le poste de consul général en Égypte, ce qui sera fait en 1821. La France tardant à prendre une décision, le royaume de Sardaigne fait à Drovetti des propositions intéressantes, l’honorant de sa plus haute décoration ; en janvier 1824, la vente est conclue et la plus grande collection d’antiquités égyptiennes jamais réunie est acheminée vers Turin, où J.-F. Champollion, ébloui, la découvre et en dresse le catalogue raisonné. Soucieux de favoriser la formation d’une très grande collection égyptienne au Louvre, Drovetti constitue une seconde collection, résultat des travaux menés par J.-J. Rifaud à Thèbes, dans l’oasis du Fayoum et sur le site de Tanis ; l’acquisition en est faite par Charles X en 1827. L’année suivante, le consul général reçoit la mission franco-toscane de Champollion et Rosellini et apporte son concours à leurs recherches en Égypte. En juin 1829, Drovetti, malade, s’embarque pour l’Italie et se consacrera désormais à l’administration de son domaine près de Turin.

Bibliographie sélective :

102E. Jomard, Voyage à l’oasis de Syouah… d’après les matériaux recueillis par M. le chevalier Drovetti… et par M. F. Cailliaud, Paris, 1823 ; Epistolario (1800-1851), publié par S. Curto et L. Donatelli, Milan, 1985.

103VOIR :
J.-M. Carré, Voyageurs et écrivains français en Égypte, deux vol., Le Caire, 1932 et 1951 ; G. Marro, « Louis Alexis Jumel e Bernardino Drovetti », Bulletin de l’Institut d’Égypte 31, 1948-1949, p. 279-295 ; id., « La personnalità di Bernardino Drovetti », Memorie della Accademia delle scienze di Torino, série II, t. 71, IIe partie, Turin, 1951 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; B. Fagan, l’Aventure archéologique en Égypte, Paris, 1981 ; S. Curto, Storia del Museo Egizio di Torino, Turin, 1983 ; S. Curto et L. Donatelli, Bernardino Drovetti. Epistolario (1800-1851), Milan, 1985 ; S. Donadoni, S. Curto, A. M. Donadini Roveri, L’Egitto dal mito all’egittologia, Turin, 1990 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; R. T. Ridley, Bernardino Drovetti, a Biography, Cambridge, 1993 ; J.-J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes, 1815-1830, Paris, 1994.

Ducamp, Maxime (1822-1894)

104Voyageur, écrivain et photographe français. Il fait de longs voyages et accompagne Gustave Flaubert en Europe et au Proche-Orient, entre 1849 et 1852. Investi d’une mission du ministère de l’Instruction publique, il réalise l’un des premiers reportages photographiques sur de nombreux monuments d’Égypte, de Nubie, Palestine et Syrie. Sa documentation est précieuse pour de nombreux monuments qui ont été endommagés ou détruits par la suite. Il entretient des rapports très difficiles avec ses contemporains, en particulier avec É. Prisse d’Avennes et A. Mariette.

Bibliographie sélective :

105Égypte, Nubie, Palestine et Syrie, dessins photographiques recueillis pendant les années 1849, 1850, 1851…, Paris, 1852 ; Souvenirs littéraires, Paris, 1882.

106VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 91 ; M. Dewachter, « En Égypte du temps de Flaubert », Archéologia 98, septembre 1976 ; M. Dewachter et D. Oster, Un voyageur en Égypte vers 1850. « Le Nil » de Maxime Du Camp, Paris, Sand-Conti, 1987.

Dumont, Albert (1842-1884)

107Helléniste et archéologue français. Fondateur de l’École française de Rome, directeur de l’École française d’Athènes et directeur de l’Enseignement supérieur, il joue un rôle décisif dans la réorganisation de l’Université française après la guerre franco-prussienne de 1870. Élève de l’École normale supérieure et premier à l’agrégation d’histoire, il est membre de l’École d’Athènes de 1864 à 1868. Il concourt, à la suite des L. Heuzey, G. Perrot, P. Foucart ou A. Bertrand, à donner à l’École française d’Athènes le caractère d’un institut scientifique : comme membre, il pratique l’étude systématique des documents archéologiques, visitant les collections particulières grecques et établissant des catalogues ; puis, comme directeur de 1875 à 1879, il fait de l’école un centre concurrent de l’Institut allemand dans l’exercice de l’archéologie scientifique en Grèce, créant le Bulletin de correspondance hellénique et la Bibliothèque des écoles d’Athènes et de Rome. Pendant son premier séjour athénien, naît en lui une très vive curiosité pour les origines de la civilisation grecque et il soumet à l’Académie des inscriptions une Note sur les monuments de l’âge de la pierre trouvés en Grèce (1866). Il est le premier membre de l’École d’Athènes à s’intéresser à la Préhistoire ; il entretient des relations avec G. de Mortillet et est convaincu que la Préhistoire grecque est un très riche domaine de recherches : il étudie les céramiques de Santorin, recueillies par H. Gorceix et H. Mamet, membres de l’École d’Athènes, auteurs d’une mission de fouilles sur l’île volcanique en 1870. Il procède à l’étude des inscriptions céramiques dont il établit un véritable corpus, base de sa thèse, Essai sur la chronologie des archontes athéniens postérieurs à la CXIIe Olympiade et de son Essai sur l’éphébie attique (1875), sur lesquels les savants allemands eux-mêmes portent un jugement très élogieux, admettant ainsi Dumont dans la communauté des archéologues scientifiques. En 1870, il obtient pour lui-même et pour Jules Chaplain, jeune graveur membre de l’Académie de France à Rome, une mission du ministère de l’Instruction publique pour l’étude des vases grecs peints dont il veut élucider le problème de la provenance ; cependant, le séjour en Grèce est rendu impossible par le déclenchement de la guerre franco-prussienne qui entraîne les deux amis à s’engager au service des ambulances. La paix revenue, les deux jeunes gens mènent à Athènes l’étude des vases peints qui n’avait jusque-là été envisagée qu’à partir des vases retrouvés en Italie : l’œuvre définitive aura une publication posthume. A. Dumont reprend le projet de L. Renier de créer à Rome une école d’épigraphie et d’archéologie et présente un rapport à J. Simon, ministre de l’Instruction publique, où il affirme la volonté des intellectuels français de vivre dans l’éclat de la science malgré le récent désastre ; or, à Rome, les savants français sont désormais privés de tout centre d’étude puisque l’Institut de correspondance archéologique a été transformé, par ordonnance de Guillaume Ier signée à Versailles, en Institut archéologique impérial allemand. A. Dumont, soutenu par le monde universitaire, obtient la création à Rome d’un « cours d’archéologie » par décret du 25 mars 1873, qui l’investit de la sous-direction de l’École française d’Athènes ; l’École archéologique de Rome est définitivement créée quand A. Dumont en est nommé directeur par décret du 26 novembre 1874. Il l’organise mais en quitte la direction à la fin de l’année 1875, pour prendre la responsabilité de l’École française d’Athènes qui traverse une grave crise et qu’il va s’employer à redresser. Il transforme l’institution qui cherchait difficilement sa voie en véritable institut de recherche et il forme à l’exercice de l’archéologie scientifique de nombreux disciples, parmi lesquels les historiens C. Bayet, G. Bloch, et les archéologues M. Collignon, T. Homolle, J. Martha ou E. Pottier, qui concourront à la profonde réforme de l’enseignement supérieur. L’expérience de la guerre le marque profondément et explique en partie son ardeur à relever l’Enseignement supérieur, dont il est le directeur de 1879 à 1884 ; il introduit l’archéologie dans l’enseignement universitaire, créant des chaires à Paris et à Bordeaux et confiant à É. Cartailhac un enseignement de préhistoire à la Faculté des lettres de Toulouse. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, en 1882. A. Dumont a accompli une œuvre importante d’administrateur : on lui doit la fondation de l’École française de Rome et l’impulsion nouvelle qu’il a su donner à l’École d’Athènes. Son œuvre de savant et d’érudit est remarquable par l’importance qu’il accorde à l’épigraphie et à l’archéologie qu’il conçoit comme des auxiliaires des sciences historiques et sociales.

Bibliographie sélective :

108Note sur les monuments de l’âge de la pierre trouvés en Grèce, 1866-1867 ; Essai sur la chronologie des archontes athéniens postérieurs à la CXIIe Olympiade, Paris, 1870 ; l’Administration et la propagande prussiennes en Alsace, 1871 ; Marques des anses d’amphores, 1872 ; «Sur les vases d’Acrotiri», Journal des savants, déc. 1872 ; avec J. Chaplain, « Les vases peints de la Grèce propre », Journal des savants, sept. et déc. 1872, et avril et sept. 1873, mis au point par E. Pottier, publiés sous le titre : A. Dumont et J. Chaplain, Les Céramiques de la Grèce propre, 1888-1890 Inscriptions et monuments de la Thrace. Le Balkan et l’Adriatique, 1873 ; Essai sur l’éphébie attique, 1875 ; Mélanges d’archéologie et d’épigraphie, réunis par T. Homolle, Paris, 1892.

109VOIR :
O. Riemann, « Notice sur Albert Dumont », 1885 ; Mélanges d’archéologie et d’épigraphie réunis par T. Homolle et précédés d’une notice sur A. Dumont par L. Heuzey, Paris, 1892 ; H. Wallon, « Notice sur la vie et les travaux M. Albert Dumont Académie des inscriptions et belles-lettres, 1893 ; comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France. 25 octobre 1795- 25 octobre 1895, Paris, 1895 ; G. Radet, l’Histoire et l’Œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Albert Dumont », Archéologia 200, mars 1985, p. 75-79 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 134-135 ; R. Treuil, « l’École française d’Athènes et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », p. 407-439 ; H. Duchêne et C. Straboni, La Conquête de l’archéologie moderne, l’histoire de l’École française d’Athènes de 1846 à 1914, cédérom, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Dunand, Maurice (1898-1987)

110Archéologue français, qui accomplit toute sa carrière au Proche-Orient et explore entièrement le site de Byblos. Mobilisé en 1917, il participe à la campagne de Syrie (1919-1920) et découvre sa vocation d’archéologue. Il suit les cours de l’École du Louvre et de l’École pratique des hautes études puis, en 1924-1925, est pensionnaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem. Il participe aux travaux de Harald Ingholt à Palmyre, de P. Montet à Byblos, et exécute des sondages dans le temple d’Echmoun à Sidon. Il accomplit des missions épigraphiques dans le Safa, le Hauran et le djebel druze en 1925. Il participe aux missions du P. Poidebard, dans le Ledjâ et en Djezireh, et collabore avec F. Thureau-Dangin à Arslan Tash, au tell Ahmar-Til Barsib et dans le Louristan. À partir de 1926, et pendant plus de cinquante ans, il dirige les fouilles de Byblos, dont il fera le seul site du Proche-Orient presque intégralement fouillé depuis ses origines au VIe millénaire jusqu’à la période médiévale ; il a utilisé une méthode de fouille d’avant-garde pour son époque, établissant sur toute la ville antique un carroyage de dix mètres de côté, fouillant chacun des carrés par tranches de vingt centimètres (malheureusement, cette stratigraphie artificielle ne s’accompagna ni de relevés ni de coupes de terrain, qui auraient permis de reconstituer également la stratigraphie naturelle). Dans ces travaux, il a été secondé par sa femme et, à partir de 1937, par l’architecte J. Lauffray. Directeur des Antiquités au haut-commissariat de France pour la Syrie et le Liban de 1940 à 1945, il continue à diriger des fouilles, avec l’architecte J. Duru, sur le site hellénistique d’Oumm el-Amed de 1943 à 1945. Après l’accès du Liban à l’indépendance, il prend le grade de conservateur en chef des Musées nationaux, met sur pied une mission archéologique permanente et obtient du Service des antiquités libanais, dirigé par l’émir M. Chéhab, la poursuite des travaux à Byblos. De 1954 à 1974, il reprend l’exploration du site d’Amrith, qu’il avait entamée en 1926, et cherche, avec A. Bounni, l’emplacement de la ville phénicienne de Simyra, qu’il pense avoir retrouvée au tell Kazel. De 1961 à 1976, il reprend ses travaux de 1924 à Sidon et ouvre un vaste chantier au temple d’Echmoun, qui est, avec celui d’Amrith, le seul sanctuaire phénicien méthodiquement exploré. M. Dunand assure la continuité des recherches françaises inaugurées en Phénicie par E. Renan.

Bibliographie sélective :

111Fouilles de Byblos, cinq vol., 1937-1973; Oumm el-Amed, 1962 ; Amrith, 1985.

112VOIR :
H. de Contenson, « Maurice Dunand (1898-1987) », Syria 64, 1987, p. 337-340.

Dupont-Sommer, André (1900-1983)

113Orientaliste français, spécialiste d’exégèse biblique, d’épigraphie phénicienne, hébraïque et araméenne. Maître incontesté de la littérature intertestamentaire, il sera l’un des interprètes autorisés des manuscrits découverts près de la mer Morte, et en particulier à Qumran en 1948. Il est membre de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem en 1928-1929. Docteur en théologie et professeur au grand séminaire et à l’Institut catholique de Paris, il choisit en 1933 l’état laïque et, de 1934 à 1940, il est secrétaire bibliothécaire au Collège de France. L’épigraphie sémitique de l’Ouest l’attire, puis il s’attache, de 1948 à 1952, au déchiffrement des inscriptions phéniciennes de Karatepe, qui témoignent de l’expansion de la langue phénicienne dans le sud-est de la Turquie au début du viiie siècle av. J.-C. Dans ce champ d’études, il examine l’inscription phénicienne de Nora en Sardaigne, la lamelle punique de Pyrgi en Étrurie et plusieurs épigraphes de Chypre. Devenu, en 1938, directeur d’études d’histoire ancienne de l’Orient à l’École pratique des hautes études, il consacrera de nombreuses années à la langue araméenne, et il publiera Les Araméens en 1949, et, en 1958, en collaboration avec l’abbé J. Starcky, un travail sur les stèles araméennes de Sfiré. En 1945, il est chargé de cours à la Sorbonne et y devient, en 1953, professeur titulaire de la chaire de « Langues et civilisations des anciens Sémites ». À partir de 1963, il est professeur d’hébreu et d’araméen au Collège de France. Élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1961, il en devient le président en 1967 et le secrétaire perpétuel de 1968 à 1983.

Bibliographie sélective :

114Le Quatrième Livre des Maccabées (introduction, traduction et notes), 1939 ; La Doctrine gnostique de la lettre « wâw » d’après une lamelle araméenne inédite (thèse de doctorat), 1946 ; Les Araméens, 1949 ; Aperçus préliminaires sur les manuscrits de la mer Morte,1950 ; Nouveaux Aperçus sur les manuscrits de la mer Morte, 1953 ; littérature hébraïque », Histoire des littératures, 1956 ; trad. intégrale avec introd. et notes, Le Livre des Hymnes découverts près de la mer Morte, 1957 ; avec J. Starcky, Les Inscriptions araméennes de Sfiré (stèles I et II), Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Les Écrits esséniens découverts près de la mer Morte, 1959 ; « Une inscription phénicienne archaïque récemment trouvée à Kition (Chypre) », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1970 ; avec M. Philonenko éd., La Bible. Écrits intertestamentaires, 1987.

115VOIR :
Mélanges André Dupont-Sommer, La Nouvelle Clio 5, juillet-décembre 1953, Bruxelles-Mayence Comptes rendus l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1983 ; M. Philonenko, « André Dupont-Sommer Encyclopaedia Universalis, 1984 Revue études juivesp. 263 et sq. ; id., « Notice sur la vie et les travaux de M. André Dupont-Sommer », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1986 ; M. Sznycer, Journal asiatique 272, 1984, p. 1-10 ; P. Bordreuil, « André Dupont-Sommer », Syria 61, 1984, p. 148-150 J. Leclant, « de l’Académie inscriptions et belles-lettres Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 144-145 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France. 1895-1995, vol. I, Paris, 1999.

Durand, Edme Antoine, chevalier (1768-1835)

116Collectionneur français. Né à Auxerre, marchand et fils d’un riche marchand, il emploie sa considérable fortune à l’achat d’une collection de peintures, gravures, gemmes, monnaies et vases ; une partie fut vendue au musée du Louvre en 1825, le reste fut dispersé après sa mort, en 1836.

117VOIR :
J. de Witte, Description des antiquités et objets d’art qui composent le Cabinet de feu M. le chevalier Durand, Paris, 1836 ; I. Jenkins, « La vente des vases Durand (Paris, 1836) et leur réception en Grande-Bretagne F. et K. Pomian éd., L’Anticomanie. La collection d’antiquités aux xviiie et xixe siècles, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1992, p. 269-278.

Durand, Vincent (1831-1902)

118Archéologue français. Spécialiste du Forez et membre actif de la société savante La Diana de Montbrison, dont il fut secrétaire (1876-1902). Ses travaux portent surtout sur le tracé des voies antiques, les oppida et l’ethnologie régionale, et sont publiés dans le Bulletin monumental et le Bulletin de La Diana.

119VOIR :
R. Périchon-P. Péronnet, Vincent Durand, archéologie et recherche au xixe siècle (Les fouilles du Crêt-Châtelard, 1872, 1895), Montbrison, 1984 ; E. Crozier, R. Périchon, I. Chol, Récits et notes d’excursions de 1860 à 1871, par Vincent Durand, Montbrison, 1990 ; R. Périchon, « Vincent Durand », Aspects de l’archéologie française au xixe siècle, Recueil de Mémoires et Documents sur Le Forez publiés par La Diana, Montbrison, 2000, p. 191-206.

Duruy, Victor (1811-1894)

120Historien et homme politique français. Fondateur de l’École pratique des hautes études, il concourt à donner une organisation plus solide à l’enseignement de l’archéologie. Né à Paris, il est élevé par son père, maître artisan à la manufacture des Gobelins, dans le patriotisme et la foi dans le libéralisme hérités de 1789. D’abord apprenti aux Gobelins, il suit au collège Sainte-Barbe les leçons de J. Michelet, et en 1830 est admis à l’École normale supérieure. Devenu professeur d’histoire au lycée de Reims, il est invité par Louis-Philippe à accepter la charge de précepteur de ses fils. Il est alors suppléant au lycée Henri-IV et assiste Michelet à la Sorbonne. En 1843, il commence une Histoire des Romains. En 1845, il est professeur au lycée Saint-Louis, puis en 1855 au lycée Henri-IV. Il dirige chez Hachette une Histoire universelle pour les écoles secondaires. En 1859, le maréchal Randon, gouverneur général de l’Algérie, devenu ministre de la Guerre, l’introduit auprès de Napoléon III, qui a été très impressionné par son Histoire des Romains. En 1861, lecteur à la Sorbonne, il devient inspecteur de l’Académie de Paris et, à ce poste, prépare une liste de réformes du système universitaire français. Nommé inspecteur général en 1862, il occupe une nouvelle chaire d’histoire à l’École polytechnique. Il est nommé ministre de l’Instruction publique en 1863, poste qu’il occupe jusqu’en 1869. Soucieux de voir enseigner les sciences auxiliaires de l’histoire, il fonde en 1868 l’École pratique des hautes études, sur le modèle des séminaires allemands. Il crée d’autre part des cours libres d’archéologie à Paris et dans les universités de province.

Bibliographie sélective :

121Rapport à l’Empereur. Statistique de l’Enseignement supérieur, Paris, 1868 ; Notes et souvenirs (1811-1894), Paris, 1901.

122VOIR :
S. Horvath Peterson, Victor Duruy and the French Education Liberal Reform in the Second Empire, Baton Rouge et Londres, 1984 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 132 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Dussaud, René (1868-1958)

123Orientaliste français, maître d’œuvre de l’archéologie française au Proche-Orient à partir de 1920. Fils d’un ingénieur assistant de F. de Lesseps, il fait dès l’enfance de nombreux séjours au Proche-Orient, qui déterminent sa vocation d’orientaliste. Il accomplit des études d’ingénieur à l’École centrale des Arts et Manufactures, apprend l’arabe à l’École des langues orientales vivantes, fréquente, avec V. Bérard, le cours d’hébreu d’Auguste Carrière à l’École pratique des hautes études et suit au Collège de France la conférence d’épigraphie sémitique. C’est alors que se dessine le vaste champ des intérêts qui seront les siens tout au long de sa carrière d’orientaliste : les études sémitiques, et tout particulièrement l’épigraphie qu’elle soit arabe ou hébraïque, son horizon s’ouvrant aussi au domaine phénicien et punique et à toute la Protohistoire orientale en y incluant les civilisations égéennes préhelléniques. De 1895 à 1901, il voyage et séjourne à de nombreuses reprises en Syrie, où il procède à des missions épigraphiques dans des régions peu explorées jusque-là. Brillant épigraphiste, il déchiffre l’inscription du sarcophage d’Ahiram, roi de Byblos, et, en reconnaissant dans cette écriture le plus ancien spécimen du phénicien alphabétique, il renouvelle complètement la question. L’histoire des religions est son premier domaine de recherches : en 1898, il fait paraître une Étude sur les visions d’Ezéchiel, et, en 1914, propose une synthèse sous la forme d’une Introduction à l’histoire des religions ; dès 1908, il devient co-directeur de la Revue d’histoire des religions. De 1901 à 1910, il est professeur de protohistoire orientale à l’École d’anthropologie, alors qu’à partir de 1904, il est aussi professeur suppléant d’épigraphie et d’antiquités sémitiques, puis de langues et littératures chaldaïques et syriaques au Collège de France. Préoccupé, comme les autres historiens et archéologues de cette époque, par la question de l’origine des civilisations, il se rend en Grèce avec V. Bérard et visite avec lui les fouilles d’A. Evans à Cnossos. Il en rapporte Les Civilisations préhelléniques dans le bassin de la mer Égée, publié en 1910, année où il devient conservateur adjoint au Département des antiquités orientales du Musée du Louvre. Devenu conservateur en chef en 1928, il le restera jusqu’en 1937 et, pendant toute cette période, il enseigne aussi à l’École du Louvre. À partir de 1920, date du traité de San Remo, qui confie à la France le mandat sur la Syrie, R. Dussaud devient le maître d’œuvre de l’archéologie française au Proche-Orient : c’est lui qui suggère le choix sites de Byblos, Ras Shamra et Mari, et obtient les moyens d’y organiser les fouilles. Il concourt à la création de la revue Syria et de la Bibliothèque archéologique et historique du Service des antiquités de Syrie. Membre, à partir de 1945, de la Commission des fouilles hors de France, créée auprès du ministère des Affaires étrangères, il y joue un rôle de premier plan, comme dans les commissions du CNRS, en faveur de l’archéologie proche-orientale. Élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1923, il en devient le secrétaire perpétuel en 1937 : en 1946-1947, il publie deux volumes consacrés à La Nouvelle Académie des inscriptions et belles-lettres (1795-1914). Il intervient aussi de tout son poids « académique » dans l’affaire de Glozel, contre les partisans de l’authenticité des découvertes faites sur ce site. Il est, par le rôle qu’il a joué au musée du Louvre, dans les commissions du CNRS et du ministère des Affaires étrangères, le promoteur de l’archéologie française au Proche-Orient, qui connaît à partir de 1920 un formidable essor.

Bibliographie sélective :

124« Voyage en Syrie. Notes archéologiques », Revue archéologique, 1895-1898 ; avec F. Macler, Voyage archéologique au Safa et dans le Djebel ed-Druz, Paris, 1901 ; avec la collaboration de F. Macler, Mission dans les régions désertiques de la Syrie moyenne, Paris, Numismatique des rois de la Nabatène, Paris, 1904 ; Les Arabes Syrie avant l’Islam, Paris, 1907 ; Les Civilisations préhelléniques dans le bassin de la mer Égée, Paris, 1910 ; Les Monuments palestiniens et judaïques, musée du Louvre, Paris, 1912 ; Le Sacrifice en Israël et chez les Phéniciens, Paris, 1919 ; « Les religions des Hittites et des Hourrites, des Phéniciens et des Syriens », Mana, 1924-1925; Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris, 1927 ; Autour des inscriptions de Glozel, 1927 ; Glozel à l’Institut, 1928 ; La Lydie et ses voisins aux hautes époques, Paris, 1930 ; La Syrie antique et médiévale illustrée, Paris, 1931 ; Les Découvertes de Ras-Shamra (Ugarit) et l’Ancien Testament, 1937 et 1941 ; L’Art phénicien du IIe millénaire, Paris, 1949 ; « Anciens bronzes de Louristan et les cultes iraniens », Syria, 1949 ; Prélydiens : Hittites et Achéens, Paris, 1955.

125VOIR :
Mélanges syriens offerts à Monsieur René Dussaud par ses amis et ses élèves, deux vol., Paris, 1939 ; L. Renou, « Éloge funèbre de M. René Dussaud », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1958 A. Merlin, « Notice sur la vie et les travaux de M. René Dussaud », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1958 ; H. Seyrig, « René Dussaud (24 décembre 1868-17 mars 1958) », Syria 36, 1959 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; È. et J. Gran-Aymerich, « René Dussaud », Archéologia 188, mars 1984, p. 71-75, avec bibliographie ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 149 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, Paris, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France. 1895-1995, vol. I, Paris, 1999.

Duthoit, Edmond (1837-1889)

126Architecte français. Élève de Viollet-Leduc, il a pour tâche essentielle d’étudier les monuments gothiques. En 1861, il accompagne le marquis Melchior de Vogüé jusqu’à Beyrouth où ils rejoignent W. H. Waddington dans son exploration de la Syrie ; il participe aux travaux des deux orientalistes à Chypre où ils se rendent à la demande d’E. Renan qui n’a pu poursuivre sur l’île ses travaux de la mission de Phénicie. Il procède aux relevés des monuments du temps des Lusignan, puis regagne la Syrie où il accompagne M. de Vogüé dans son exploration de la zone centrale et le seconde dans son relevé des cités ruinées mais bien conservées des débuts du christianisme. Par la suite, il est envoyé en Algérie par l’administration des Beaux-Arts en 1872 et engage les premiers travaux de restauration de monuments mauresques à Tlemcen. Il est nommé architecte en chef du Service des monuments historiques de l’Algérie, en 1880.

127VOIR :
P. A. Février, Approches du Maghreb romain, t. 1, chap. 1 : « Les étapes de la recherche », Aix-en-Provence, 1989 ; N. Oulebsir, « La découverte des monuments de l’Algérie : les missions d’Amable Ravoisié et d’Edmond Duthoit (1840-1880) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 73-74, 1996, p. 57-76.

Duval, Paul-Marie (1912-1997)

128Historien et archéologue français, spécialiste de la Gaule. Né à Paris, dans une famille cultivée, qui compte parmi ses membres E. Saglio (1828-1911), rédacteur avec C. Daremberg du Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, il fait ses études secondaires au lycée Louis-le-Grand, puis devient élève de l’École normale supérieure. Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire géographie, il espère être admis à l’École française d’Athènes, mais la Seconde Guerre mondiale ayant été déclarée, il est mobilisé, retenu en captivité, puis, malade, renvoyé à Paris où il enseigne au lycée Claude-Bernard. En 1942, il est, à la demande de J. Carcopino, nommé membre de l’École française de Rome, pour diriger des fouilles en Afrique du Nord. De retour en France, il mène le chantier de Cimiez, à Nice. De 1946 à 1957, il assure la direction des fouilles du Musée de Cluny, alors qu’il est assistant d’histoire ancienne à la Sorbonne, puis est élu directeur d’études à la IVe section de l’École pratique des hautes études : il examine les relations entre Celtes et Romains et jette les bases d’une nouvelle histoire de la Gaule, à la lumière des objets, des textes et des fouilles. De 1964 à 1982, il occupe au Collège de France la chaire « Archéologie et histoire de la Gaule », succédant ainsi à C. Jullian et à A. Grenier. L’enseignement occupe une place très importante dans sa carrière et il forme effectivement plusieurs générations de spécialistes de l’art celtique, de l’histoire de la Gaule et de la civilisation romaine. Par ailleurs, le souci de l’organisation de la recherche et de sa publication l’anime et il y prend une large part : il succède à A. Grenier à la direction de la revue Gallia et appartient jusqu’en 1988 à la rédaction de la Revue des éudes celtiques. Il a tenu une « Chronique gallo-romaine » dans la Revue d’études anciennes depuis 1953. Il est également membre de la Commission du Vieux Paris et de la Société des antiquaires de France. Il convainc A. Malraux, alors ministre de la Culture, de créer un Conseil supérieur de la recherche archéologique et il en assure la présidence de 1971 à 1978 : il joue alors un rôle important dans la promotion et l’organisation de grands chantiers urbains, à Marseille et à Paris. En 1971, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il entretient de très étroits rapports avec les chercheurs étrangers, originaires des pays anglo-saxons et des pays de l’Est, et, avec eux, s’attache à restituer la réalité de la communauté celte aux origines de l’Europe. Son œuvre écrite est considérable (voir infra H. Dessales, 1998, p. 65-82).

Bibliographie sélective :

129Cherchell et Tipasa. Recherches sur deux villes fortes de l’Afrique romaine, Paris, 1946 ; La Vie quotidienne en Gaule pendant la paix romaine, Paris, 1952 ; « Contribution des fouilles de France (1941-1955) à l’histoire la Gaule Historia, 5, 1956, p. 238-253 ; Paris antique, des origines au troisième siècle, Paris, 1961 ; La Gaule jusqu’au milieu du ve siècle. Les sources de l’histoire de France des origines à la fin du ve siècle, Paris, 1971 ; Les Celtes, Paris, 1977 ; avec V. Kruta, L’Art celtique, Paris, 1990 ; De Lutèce oppidum à Paris, capitale de la France, Paris, 1993.

130VOIR :
N. Rousset et R. Cardinaud, Annuaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, sous la direction de J. Leclant, Paris, 1996, t. I, p. 93-96 ; H. Dessales, Archives de Paul-Marie Duval (1912-1997), inventaire et introduction biographique, avec la liste des titres et travaux, universités Paris IV et Paris I, Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques, Doucet, Paris, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France. 1895-1995, vol. I, Paris, 1999. R. Turcan, « Notice sur la vie et les travaux de Paul-Marie Duval », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2000.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

C
 
E

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site