Version classiqueVersion mobile
B
D

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

C

Texte intégral

Cabré Aguiló, Juan (1882-1947)

1Archéologue et préhistorien espagnol. Autodidacte, il est en relation avec H. Breuil et H. Obermaier et est un des pionniers de la préhistoire en Espagne. Né à Calaceite (province de Teruel), dans un milieu très modeste, il fait ses études à Teruel et à Saragosse, et manifeste son goût pour le dessin et sa passion pour l’histoire de l’Espagne. Il reçoit les conseils et les encouragements d’un collectionneur de Saragosse, S. Montserrat. La Diputación Provincial de Teruel l’envoie à Madrid comme boursier, afin qu’il poursuive des études artistiques et archéologiques à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando. En 1903, il découvre à Calapata les premières peintures pariétales espagnoles de style oriental et rencontre, à cette occasion, l’abbé Breuil, avec qui il poursuivra une très fructueuse collaboration ; il mène de nombreuses fouilles en Aragon, en particulier sur le site d’Azaila. Grâce à une bourse d’études de la Junta de Ampliación de Estudios, il parcourt l’Europe pour en visiter les musées d’art et d’archéologie. Il explore et publie les peintures rupestres de la péninsule Ibérique, et fait aussi de nombreuses découvertes dans le domaine des civilisations du métal espagnol, alors peu connues. Il fouille deux des plus grands sanctuaires de la province de Jaén : Castellar de Santisteban, dont il publie les bronzes avec R. Lantier, et le Collado de los Jardines à Despeñaperros. Il mène des recherches importantes à Las Cogotas, dans la province d’Avila. En 1912, il constitue la Commission de recherches paléoanthropologiques et préhistoriques, avec l’appui financier du marquis de Cerralbo, avec lequel il fouille dans les cimetières de l’âge du fer, à Santa Maria de Huerta et Arcobriga. Il s’oppose à l’abbé Breuil sur l’interprétation de l’art rupestre. Il travaille pour son propre compte, ou comme collaborateur du marquis de Cerralbo jusqu’en 1916 ; ensuite, il devient directeur délégué des fouilles archéologiques du ministère à Madrid : en Andalousie, pour le sanctuaire ibérique de Despeñaperros, pour les mégalithes d’Antequera, la tombe à chambre de Toya, les nécropoles de Galera à Grenade (1918) ; en Castille, pour l’habitat et les nécropoles de Las Cogotas (1927-1931), en Aragon pour le site d’Azaila (1925-1935, 1942-1943). En 1922, le marquis de Cerralbo lui confie la responsabilité du musée qu’il fonde à Madrid. En 1942, il devient conservateur au Musée archéologique national. Il est élu membre correspondant de l’Académie d’histoire de Madrid.

Bibliographie sélective :

2Avec H. Breuil, « Les peintures rupestres du bassin inférieur de l’Èbre », L’Anthropologie 20, 1909, et « Les peintures rupestres d’Espagne III. Los Toncos d’Albarracin L’Anthropologie 22, 1911 ; El arte Rupestre de la Península Ibérica, 1914 ; avec R. Lantier, El Santuario ibérico de Castellar de Santisteban, Jaen, Madrid, 1917 ; El Arte rupestre en España. Excavaciones de las Cogotas, Cardenosa (Avila), deux vol., Madrid, 1930-1932 ; Corpus Vasorum hispanorum. Ceramica de Azaila. Museos arqueológicos de Madrid, Barcelona y Zaragoza, Madrid, 1944 ; avec E. Cabré et A. Molinero Pérez, El Castro y la necropolis del Hierro Celtico de Chamartin de la Sierra (Avila), Madrid, 1950.

3VOIR :
Bibliographie par A. Beltrán, Boletín arqueológico del Sudeste español ; M. Almagro Basch, « Juan Cabré Aguiló », Ampurias, t. IX-X, 1948 ; L. Pericot, « Juan Cabré Aguiló », Pirineos IV, 9-10 (1948), p. 523-525 ; R. Lantier, « Juan Cabré Aguiló », Revue archéologique, 1951, p. 56-58 ; A. Beltrán, De arqueología aragonesa, 1978 ; J. Cabré Aguiló. Encuentro de Homenaje, Saragosse, 1984 ; M. Barril, « Colección Cabré », De Gabinete a Museo. Tres siglos de Historia. Museo Arqueológico Nacional, Madrid, 1993, p. 413-415 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999 ; J. Blanquez Pérez et L. Roldán Pérez, éds., La Cultura Ibérica a travès de la fotografía de principios de siglo, vol. 1 et 2, 1999.

Cagnat, René (1852-1937)

4Épigraphiste français, fondateur directeur de La Revue épigraphique. Orphelin de père très tôt, il est guidé par L. Renier, ami du défunt, entre à l’École normale supérieure et obtient l’agrégation de grammaire. Il reçoit l’influence d’E. Desjardins, qui assure à l’École les conférences d’histoire ancienne et l’initie à l’épigraphie. Il assiste aux cours de L. Renier au Collège de France ; celui-ci lui obtient une mission pour la Tunisie en 1881. Il suit l’exemple de son maître qui, peu après la prise d’Alger, avait parcouru les provinces d’Alger et de Constantine à la suite des colonnes de l’armée. En 1881-1883, il accompagne le corps expéditionnaire chargé d’occuper Tunis et Kairouan, recueille de nombreux textes et ouvre ainsi une nouvelle région de l’Afrique romaine à l’exploration archéologique. Désormais, il se consacrera au développement de l’archéologie nord-africaine. En 1883, il est chargé du cours d’épigraphie latine à la Faculté des lettres de Douai et publie en 1885 un Cours élémentaire d’épigraphie latine, qui comble un vide puisque les seuls manuels étaient allemands et qui connaîtra de multiples rééditions ; il montre le rôle que doit jouer la science épigraphique dans la reconstruction de l’histoire ancienne, et fixe les méthodes. En 1887, il succède à E. Desjardins dans la chaire d’épigraphie et d’antiquités romaines du Collège de France et, l’année suivante, il lance L’Année épigraphique qu’il dirigera pendant cinquante ans. Son effort pour redonner à l’épigraphie française tout son lustre est couronné de succès puisqu’il est sollicité pour participer à la rédaction du Corpus Inscriptionum Latinarum de Berlin. En 1892, il donne une nouvelle et brillante illustration de l’application de l’épigraphie à l’histoire : en se fondant en grande partie sur les inscriptions, il retrace l’histoire de l’armée romaine d’Afrique. Inspecteur général des musées scientifiques et archéologiques de l’Algérie, il traverse chaque année la Méditerranée pour organiser le déblaiement de grands sites par le Service des monuments historiques d’Algérie ; il s’attache tout particulièrement à la mise en valeur de Timgad. Avec A. Merlin, directeur du Service des antiquités de la Régence, il accueille les membres de l’École française de Rome pour leur stage archéologique en Afrique du Nord. En 1895, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres dont il deviendra Secrétaire perpétuel. Vice-président du Comité des travaux historiques et scientifiques et secrétaire de la Commission d’Afrique du Nord, il poursuit la promotion des recherches en Afrique du Nord. R. Cagnat porte l’épigraphie française à la hauteur de l’œuvre de Th. Mommsen et favorise la naissance de ce que l’on appellera l’école historique et archéologique d’Afrique du Nord.

Bibliographie sélective :

5Explorations épigraphique et archéologique en Tunisie. Archives des missions scientifiques, 1883-1886 ; Cours d’épigraphie latine, 1885, 4e éd. 1914 ; Nouvelles Explorations archéologiques en Tunisie. Archives des missions scientifiques, 1887 ; Corpus Inscriptionum Latinarum, vol. VIII, pars 1, 1891 ; pars 2, 1894 ; pars 3, 1904 ; pars 4, 1916 ; avec E. Babelon, P. Berger, V. B. Derrécagaix, H. Duveyri, S. Reinach et H. Saladin, Recherches des antiquités dans le Nord de l’Afrique : conseils aux archéologues et aux voyageurs ; avec E. Boeswilwald et A. Ballu, Timgad, une cité africaine sous l’Empire romain, 1892 ; L’Armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, Paris, 1892, 2e éd. 1912 ; avec E. Babelon et S. Reinach, Atlas archéologique de la Tunisie, 1892 ; Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. V. Le Musée de Lambèse, 1895 ; avec P. Gauckler, Les Monuments historiques de la Tunisie. I. Les Monuments antiques. Les temples païens, 1898 ; Carthage, Timgad, Tebessa et les villes antiques de l’Afrique du Nord, 1909, 2e éd. 1912 ; avec V. Chapot, Manuel d’archéologie romaine, deux vol., 1917-1920.

6VOIR :
A. Merlin, « Éloge funèbre de M. René Cagnat », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1937 ; A. Audollent, « René Cagnat (1852-1937). Hommage et souvenirs », Revue tunisienne, 33-34, 1938 ; R. Dussaud, « Notice sur la vie et les travaux de René Cagnat », Institut de France, t. 107, 1937 ; È. et J. Gran-Aymerich, « René Cagnat » : Archéologia 231, janv. 1988, p. 71-77 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Cailliaud, Frédéric (1787-1869)

7Voyageur français et minéralogiste. Il compte, au côté de L. Burckhardt, parmi les explorateurs « inventeurs » de villes. Né à Nantes, deviendra conservateur du Muséum d’histoire naturelle de sa ville natale. Après avoir voyagé en Europe, en Grèce et en Asie Mineure, en 1815 il quitte Constantinople pour l’Égypte où le consul B. Drovetti l’accueille et le présente à Méhémet-Ali qui le charge de retrouver les mines d’émeraude signalées par les historiens arabes ; il les retrouve dans les monts Zabarah, puis il explore les routes vers la mer Rouge, découvrant les ruines de Coptos. Avec B. Drovetti, il visite la Haute-Égypte et la Nubie. À son retour en France, il se met en contact avec Champollion-Figeac et lui montre la documentation qu’il a recueillie en Égypte : le ministère de l’Instruction publique acquiert l’ensemble et confie à E. F. Jomard, maître d’œuvre de La Description de l’Égypte, la mise au point du Voyage à l’oasis de Thèbes… En 1819, il obtient une mission officielle du gouvernement français pour compléter les résultats de la commission d’Égypte dans le Fayoum. En 1820, il est autorisé à se joindre à l’armée égyptienne qui se rend au Soudan : il pénètre ainsi jusqu’à Dongola, l’ancienne capitale de la Nubie et, poursuivant beaucoup plus loin, il parvient à Méroé qu’il révèle alors et où il relève quarante-cinq pyramides. Dépassant la sixième cataracte, il remonte le Nil Bleu jusqu’au sud du Sennaar. Il dessine et décrit avec une extrême précision les temples de Nubie et attire l’attention de Champollion sur ces monuments. Il entretient des relations amicales avec les frères Champollion auxquels il communique les résultats de ses explorations, en particulier en leur montrant la copie qu’il a faite de la « Table des Rois » découverte dans le temple de Ramsès II à Abydos.

Bibliographie sélective :

8Voyage à l’oasis de Thèbes et dans les déserts situés à l’orient et à l’occident de la Thébaïde fait par M. Cailliaud, pendant les années 1815, 1816, 1817 et 1818, rédigé et publié par M. Jomard, deux vol., Paris, 1821 ; E. Jomard, Voyage à l’oasis de Syouah… d’après les matériaux recueillis par M. le chevalier Drovetti… et par M. Frédéric Cailliaud…, Paris, 1823 ; Voyage à Méroé et au fleuve Blanc au-delà de Fazoql, dans le midi du royaume de Sennaar… fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, quatre vol. de texte et trois vol. de planches, Paris, 1823-1827.

9VOIR :
J.-M. Carré, Voyageurs et écrivains français en Égypte, deux vol., Le Caire, 1932, 2e éd. 1956 ; J. Leclant, « Frédéric Cailliaud et la découverte de Méroé », Archéologia 23, avril 1970, p. 6-15 ; id., « La modification d’un regard (1787-1826). Du voyage en Syrie de Volney au Louvre de Champollion », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1987, p. 3-23 ; M. Chauvet, Frédéric Caillaud. Les aventures d’un naturaliste en Égypte et au Soudan 1815-1822, Saint-Sébastien-sur-Loire, ACL Crocus, 1989 ; J.-J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes. 1815-1830, Paris, 1994.

Calvert, Franck (1828-1908)

10Agent diplomatique et archéologue britannique. Il indique à H. Schliemann le site de Troie à Hissarlik et le convainc d’en entreprendre l’exploration. F. Calvert appartient à une famille aristocratique, mais sans fortune, dont les membres sont de longue date entrés dans la carrière consulaire et se sont installés dans le Levant. Il naît à Malte où son père assure les liaisons entre la Grande-Bretagne et l’Inde mais, comme ses frères avant lui, il quitte ses parents à l’âge de seize ans pour rejoindre son oncle maternel, consul marchand aux Dardanelles, à qui il apporte son aide dans le service consulaire. La famille Calvert possède des propriétés en Chersonèse et en Troade : à Akça Köy, à quelques kilomètres d’Hissarlik, Frederick Calvert, devenu consul à la mort de son oncle, a acquis la Thymbra Farm, où sont reçues les personnalités scientifiques ou politiques qui, lors de leur séjour en Orient, visitent la Troade sous la conduite des Calvert et découvrent les antiquités recueillies au cours d’explorations ou de fouilles. C’est ainsi que le jeune Franck sert de guide à W. H. Waddington ou à C. Newton qui exercent sur lui une profonde influence, le sensibilisant aux exigences de l’archéologie scientifique. F. Calvert a une parfaite connaissance de la région et procède à des fouilles : en 1853, il reconnaît le site d’Ophryneion, dont il découvre l’acropole, la cité, le port et la nécropole et qu’il identifie grâce à des pièces de bronze portant le nom de la ville. Il tente de vérifier l’hypothèse de J.-B. Lechevalier selon laquelle Troie correspondrait au village de Bounarbashi et conduit des fouilles dans le tumulus médian : aucun des vestiges découverts ne remonte au-delà du vie siècle av. J.-C. À Hanay Tépé, il explore le tumulus en appliquant la méthode stratigraphique et réalise une coupe présentant les strates successives ; il recueille, dessine et publie les premiers vases d’époque préhistorique trouvés en Troade. Il apporte la preuve qu’un des tumuli de Troade a un caractère funéraire et il le date de l’époque homérique. Il poursuit ses prospections et ses fouilles en Troade, et, en combinant l’étude des textes, la topographie, la géologie et l’archéologie, identifie les sites de Colones et Larissa. Le retentissement de ses articles publiés dans l’Archaeological Journal est tel qu’il est nommé membre correspondant du Royal Archaeological Institute of Great-Britain. Il constitue la plus riche collection d’antiquités de Troade, fruit de ses travaux de fouilles. En 1871, il reçoit la visite d’un groupe de savants prussiens et suisses qui comprend en particulier E. Curtius, G. Hirschfeld, F. Adler et K. B. Stark qui assurent à Berlin la réputation de F. Calvert, considéré comme le meilleur spécialiste de la Troade, et déclarent que sa maison des Dardanelles est le point de départ obligé de toute recherche. F. Calvert acquiert la conviction que Troie se trouve à Hissarlik, colline dont il est partiellement propriétaire. Auteur de brefs rapports sur les fouilles qu’il mène dans les années 1850 et 1860 en Troade, il entre en relation épistolaire avec C. T. Newton et R. Virchow, et tente d’organiser des fouilles à Hissarlik, mais sans succès. Par la suite, sa famille connaît d’importants revers de fortune qui le privent de toute possibilité d’entreprendre, comme il en rêve depuis longtemps, l’exploration systématique du tell d’Hissarlik. C’est ce qui explique que, lorsque H. Schliemann se rend auprès de lui en août 1868, il lui communique l’information et lui montre la collection qu’il a réunie. Avant que l’homme d’affaires allemand ne commence les travaux en 1870, F. Calvert effectue un sondage sur le tell, mais sans pouvoir atteindre les niveaux les plus anciens. Les deux hommes parviennent à un accord, F. Calvert autorisant H. Schliemann à fouiller sur son terrain, moyennant le partage équitable des trouvailles. Non seulement F. Calvert sera déçu dans son espoir de diriger les fouilles mais il sera même spolié de la part des objets découverts qui aurait dû lui revenir. Le catalogue de sa collection resté inédit est remis par un instituteur à l’Istanbul Archaeological Museum puis, transmis au Canakkale Archaeological Museum, il est publié par H. Tiersch.

Bibliographie sélective :

11« The tumulus of Hanai Tepe in the Troad », Archaeological Journal 16, 1859, p. 1-6 ; « Contributions to the Ancient Geography of the Troad. On the Site and Remains at Ophrynium », Archaeological Journal 17, 1860, p. 286-296 ; « Excavations in Troad », Levant Herald, 4 février 1873 ; « Important Scientific Discovery. Proof of Man’s Existence during the Miocene Period », Levant Herald, 19 mars 1873 ; « Trojan Antiquities », I et II, Athenaeum 2454, 7 nov. 1874 et 2455, 14 nov. 1874 ; « Mr. Calvert and Dr. Schliemann on Troy », The Guardian, 11 août 1875 ; « Über die asiatische Küste des Hellespont », trad. de R. Virchow, Zeitschrift für Ethnologie 12, 1880, p. 31-39 ; «The Discovery of Homer’s Troy », Levant Herald et Eastern Express, 7 juil. 1894 ; « Beiträge zur Topographie der Troas », Mitteilungen des deutschen Archäologischen Instituts, athenische Abteilung 27, 1902, p. 239-245.

12VOIR :
H. Tiersch, « Katalog der Sammlung Calvert in den Dardanellen und in Thymbra », 1902, publié par G. Gamer ; « Frank Calvert, ein Vorläufer Schliemann’s : Wer hat Troia entdeckt ? »,
Troia Brücke zwischen Orient und Okzident, Tübingen, Éd. Ingrid Gamer-Wallert, 1992, p. 34-50 ; M. Robinson, « Pioneer, Scholar and Victim : An Appreciation of Franck Calvert », Anatolian Studies 44, 1994, p. 153-168 ; id. « Franck Calvert and the Discovery of Troia », Studia Troica 5, 1995, p. 323-341 ; S. Heuck Allen, Finding the Walls of Troy. Franck Calvert and Heinrich Schliemann at Hisarlik, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 1999.

Calvet, Esprit (1728-1810)

13Médecin, naturaliste et antiquaire français. Né en Avignon, il y fait ses études chez les Jésuites, qui lui inspirent le goût de la collection d’objets antiques. Il suit les cours de la Faculté de médecine d’Avignon, est reçu docteur en 1745, puis agrégé à l’Université. Il passe un an à l’École de médecine de Montpellier et en 1750 se rend à Paris, où il séjourne plusieurs années et fréquente les milieux savants. De retour à Avignon, il est nommé professeur à l’Université pontificale et ouvre un cours de physiologie qui rencontre un très grand succès, par les leçons d’anatomie comparée dont il le complète. Il cultive aussi l’histoire naturelle et l’archéologie et forme de précieuses collections. En 1761, il décide de se consacrer « aux monuments d’histoire naturelle et d’antiquités » et se met en relation avec le comte de Caylus dont il devient le correspondant, lui fournissant toutes les informations concernant les antiquités de Provence et en particulier celles relatives aux trouvailles archéologiques. Il entretient lui-même un véritable réseau de correspondants qui le tiennent au courant des découvertes et qu’il encourage même à engager des fouilles. Sous l’influence du comte de Caylus, il envisage les objets comme des moyens de connaissance et des éléments d’un patrimoine à sauvegarder. Premier professeur de la Faculté et médecin de deux hôpitaux, il est très sollicité et sa réputation le fait souvent appeler en consultation dans le Languedoc et le Dauphiné : à l’occasion de ces voyages, il enrichit ses collections des objets antiques récemment découverts. Au moment où la Révolution éclate, E. Calvet est à Toulouse et rejoint Avignon mais, effrayé par les massacres, il fuit à Marseille puis erre jusqu’à Agde et revient à Avignon à la fin de 1791. Sa fidélité à l’ordre ancien, connue de tous, lui vaut le pillage de sa maison et la prison en 1792 ; il ne doit son salut qu’à sa qualité de médecin requis pour soigner les victimes de l’épidémie qui s’est déclarée à Avignon. Une fois la tourmente passée, sa santé est ruinée et, en 1797, il doit renoncer à visiter les malades. Il se démet de ses fonctions et se consacre à ses collections et à sa correspondance avec de nombreux érudits. Il lègue toutes ses collections à sa ville pour qu’elles soient présentées au public en un Musée Calvet ; les antiques en constituent le joyau, en particulier les 12000 monnaies qui composent le plus riche médailler de France après celui de la Bibliothèque royale. Il entretient des relations épistolaires avec de très nombreuses personnalités régionales ou nationales : J.-F. Séguier, l’abbé Barthélemy, le comte de Caylus, ou encore A. L. Millin. En 1765, sur proposition de l’abbé Barthélemy et du comte de Caylus, il est élu correspondant de l’Académie des inscriptions. Esprit Calvet et ses collections témoignent de la naissance de l’archéologie régionale et du souci de la sauvegarde et de la diffusion du patrimoine.

Bibliographie sélective :

14Ses œuvres constituent six gros tomes auxquels s’ajoutent vingt volumes de correspondance, conservés à la bibliothèque municipale d’Avignon ; Dissertation sur un monument singulier des utriculaires de Cavaillon, 1766 (présentée devant l’Académie des inscriptions qui le reçoit comme correspondant) ; « Mémoire sur deux inscriptions grecques dans le genre érotique », Magasin encyclopédique, 1802 I, p. 154 ; « Deux lettres à M. de la Tourette sur la jambe de bronze trouvée dans la Saône en 1766 », Archives du Rhône IV, p. 486-490.

15VOIR :
Docteur Guérin, Vie d’Esprit Calvet, Avignon, 1825 ; Biographie universelle ancienne et moderne, supplément, Paris, 1835 ; H. Labande, Esprit Calvet, 1892, avec bibliographie ; catalogue de l’exposition du musée Calvet, Égypte et Provence. Civilisation, Survivances et Cabinetz de Curiositez, Avignon, 1985 ; M. P. Foissy-Aufrère, « Esprit Calvet, amateur, “savant antiquaire” et fondateur de musée, 1728-1810 », dans A.-F. Laurens et K. Pomian éds., L’Anticomanie. La collection d’antiquités aux xviiie et xixe siècles, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1992, p. 135-145.

Cameron, George Glenn (1905-1979)

16Orientaliste et épigraphiste américain, spécialiste de l’Iran. Fondateur du département des Near Eastern Studies à l’Université de Michigan et directeur de la rédaction du Journal of Near Eastern Studies. Né à Washington, il y fait ses études. En 1927, il est pour quelque temps professeur dans un lycée mais prépare son doctorat à l’Oriental Institute de Chicago, où il devient instructeur en langues orientales. Sa thèse le range parmi les spécialistes de l’Iran et, pour l’histoire élamite, détermine le cadre des recherches ultérieures. En 1939, il rejoint E. Schmidt à Persépolis et s’engage dans l’étude des textes élamites : il publie le glossaire de ces textes, comprenant ceux d’époque achéménide, et fournit aux spécialistes un outil de travail fondamental. Il considère les textes non seulement du strict point de vue philologique mais comme des documents à valeur historique. En 1948, il aborde l’étude des textes achéménides et se rend à Bisutun (Behistun), où il renouvelle l’exploit d’H. C. Rawlinson en relevant l’inscription élamite plus ancienne n’avait été publiée réalise des moulages au latex, collationne toutes les versions et propose des amendements aux textes publiés. De 1941 à 1948, il dirige le Journal of Near Eastern Studies et le sauve de la faillite en réduisant les coûts de fabrication, en ouvrant son contenu et en lui assurant une plus grande diffusion : il contribue ainsi à la défense et à la promotion de l’orientalisme aux États-Unis. En 1948, il quitte Chicago pour l’Université de Michigan où il inaugure la chaire d’études proches-orientales et est le seul membre du nouveau département : il réussit à réunir autour de lui étudiants et spécialistes et à faire de l’Université de Michigan un centre dynamique de recherche sur le Proche-Orient.

Bibliographie sélective :

17History of Early Iran, 1936 (deux rééd., 1968 et 1975) ; Persepolis Treasury Tablets, 1948.

18VOIR :
L. L. Orlin éd.,
Michigan Oriental Studies in Honor of George G. Cameron, 1976 ;

19M. W. Stolper, Archiv für Orientforschung 27, 1980, p. 325-327.

Campana, Giovanni Pietro, marquis (1808-1880)

20Collectionneur italien. En 1831, il entre au Mont-de-Piété de Rome, dans l’administration pontificale, et en devient directeur en 1833. Il fait effectuer des fouilles dans les nécropoles de la via Latina (1831) et reçoit du cardinal Pacca la charge des fouilles d’Ostie jusqu’en 1835. Il développe ses collections à partir de 1832, par des achats et des fouilles. Sa collection, conservée dans sa villa du Latran, est si célèbre que le pape Pie IX la visite en 1846. Il occupe des charges officielles importantes, fait partie de la Commission générale consultative des antiquités et beaux-arts avec E. Q. Visconti et L. Canina, est trésorier de l’Accademia pontificale d’archeologia et membre de l’Institut de correspondance archéologique. En 1837, il renouvelle ses recherches dans les tombes de la via Latina puis effectue d’importantes fouilles à Cerveteri (1845-1846) et Véies (1842-1843). Son immense collection, conçue comme « un musée modèle » consacré aux séries peu connues, l’amène à acheter des ensembles entiers d’objets, puis à vendre les doublons ; il se trouve ainsi au centre d’un énorme trafic d’antiquités. Il épouse Emily Rowles, fille de miss Crowford, qui, en 1846, avait aidé le futur Napoléon III à s’échapper de la prison de Ham, et, à la fin des années 1840, par l’intermédiaire de sa femme, il contribue à assurer des prêts à Louis Napoléon. Il poursuit ses fouilles à Cerveteri en 1851. À partir de 1854 jusqu’en 1857, il contracte des emprunts au Mont-de-Piété, avec la garantie de sa collection, mais il est arrêté puis jugé, et condamné à vingt ans de réclusion. En 1859, grâce à l’intervention de Napoléon III, sa peine est adoucie, et il est condamné à l’exil. Après avoir vécu à Naples, Genève et Paris, il rejoint Florence et revient enfin à Rome où il meurt. La collection Campana est partiellement achetée par Napoléon III pour le musée du Louvre et a considérablement enrichi les collections de vases grecs et étrusques.

Bibliographie sélective :

21Di due sepolcri romani del secolo di Augusto scoperti tra la Via Latina e l’Appia presso la tomba degli Scipioni, Rome, 1840 ; Antiche opere in plastica, Rome, 1842 ; Cataloghi del Museo Campana, Rome, s.d.

22VOIR :
S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de la collection Campana », Revue archéologique, 1904, p. 179 et sq., p. 363 et sq., 1905, p. 57 et sq., 208 et sq., p. 343 et sq.; A. Michaelis, Un secolo di scoperte archeologiche, Bari, 1912, p. 78 et sq. ; Enciclopedia Italiana, voir « Campana (Giampetro) », Rome, 1955 ; N. Paris dans Dizionario Biografico degli Italiani, 17, 1974, p. 349-355 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Les recherches sur le bucchero et la place de la collection Campana (au Louvre, à Bruxelles et à l’Ermitage) », Die Welt der Etrusker. Berlin. 1990, p. 327-339 ; id., « La collection Campana dans les musées de province et la politique archéologique française », dans A.-F. Laurens et K. Pomian éd., L’Anticomanie, Paris, 1992, p. 123-132 ; G. Nadalini, « Le Musée Campana : origine et formation des collections », dans A.-F. Laurens et K. Pomian éd., L’Anticomanie, Paris. 1992, p. 111-121 ; F. Gaultier, « La collection Campana et la collection étrusque du Musée du Louvre », catalogue de l’exposition, Les Étrusques et l’Europe, Paris 1992, p. 350-361 ; G. Nadalini, « La collection Campana au Musée Napoléon III et sa première dispersion dans les musées français (1862-1863) », Journal des savants, 1997, p. 183-225.

Campanari, Vincenzo (1772-1840) et ses fils

23Fouilleurs et antiquaires italiens. Notables de Toscanella, ils fouillent, de 1828 à 1846, des sites étrusques découverts en Toscane, de Vulci à Bomarzo, de Tuscania à Poggio Buco, d’Ischia di Castro à Falerii Novi, réunissant ainsi une très riche collection, qu’ils exposent en 1837 au Pall Mall de Londres, peu de jours avant l’ouverture, au Vatican, du Musée étrusque grégorien. Cette exposition, remarquable par ses choix muséographiques d’avant-garde, connut un succès extraordinaire et fit de nombreux adeptes à l’étruscologie, dont Mrs Hamilton Gray, qui se détermina alors à entreprendre son « tour » en Étrurie, accompli en 1839. Le British Museum achète tous les sarcophages exposés, les copies des peintures et les calques, ainsi que de nombreux objets, qui constituent le fonds des collections étrusques du musée. V. Campanari tenta, dès 1824, de susciter la création d’un musée étrusque à Rome et, en 1834, passa un accord avec le gouvernement pontifical pour la constitution d’une société archéologique, dont les fruits enrichirent le Musée étrusque grégorien.

Bibliographie sélective :

24S. Campanari, A Brief Description of the Etruscan and Greek Antiquities now exhibited at no. 121, Pall Mall, opposite the Opera Colonnade, Londres, s.d. (1837).

25VOIR :
G. Colonna, « Archeologia dell’et à romantica in Etruria : i Campanari di Toscanella e la tomba dei Vipinana », Studi Etruschi, 1978, p. 81-115 ; id., « L’aventure romantique », catalogue de l’exposition Les Étrusques et l’Europe, Paris, 1992, p. 322-337.

Campbell Thompson, Robert (1876-1941)

26Archéologue et assyriologue britannique. D’abord assistant au British Museum, il gagne la Mésopotamie en 1904, et collabore avec L. W. King au chantier de Ninive dont il déblaie les ruines en appliquant des méthodes scientifiques ; fermé en 1905, le chantier sera rouvert par Campbell-Thomson en 1927. Il fouille avec L. Woolley et T. E. Lawrence à Karkemish en 1914. Capitaine de l’Intelligence Corps à Bagdad, il est rattaché à l’armée d’occupation comme archéologue chargé de la protection du patrimoine. En 1918, avant même l’armistice, il commence, à Ur et Eridu, des fouilles commanditées par le British Museum, qui seront reprises en 1922 par une expédition conjointe du British Museum et de l’Université de Pennsylvanie, placée sous la direction de L. Woolley.

Bibliographie sélective :

27A Century of Exploration at Niniveh, Londres, 1929.

28VOIR :
Archiv für Orient Forschung 14, 1941-1944, p. 234-236 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust, Londres, 1980.

Canina, Luigi (1795-1856)

29Architecte et archéologue italien. Il compte parmi les rénovateurs des études classiques au début du xixe siècle à la suite de J. J. Winckelmann. Il reçoit sa formation d’architecte à Turin, arrive à Rome en 1818 et y fréquente l’architecte G. Valadier. Ses importantes publications à caractère topographique sont très précises.

Bibliographie sélective :

30Descrizione di Caere antica, Rome, 1838 ; L’Antica città di Veii descritta e dimostrata con i documenti, Rome, 1847 ; Antica Etruria marittima, Rome, 1846-1851 ; Edifizi di Roma antica, Rome, 1851 ; « Sul ristabilimento della parte media verso l’Esquilino dell’anfiteatro Flavio », Atti della pontificia accademia romana di archeologia, 1860.

31VOIR :
G. Bendinelli, Luigi Canina (1795-1856). Le opere e i tempi, Alessandria, 1953 ; M. Pallottino, Etruscologia, Milan, 1942, éd. 1984, p. 13, 17, 264 ; M. Jonsson, La Cura dei monumenti alle origini. Restauro i scavo di monumenti antichi a Roma 1800-1830, Stockholm, 1986 ; S. Pasquali, « Luigi Canina architetto e archeologo», Rassegna 55, 1993, p. 44-52.

Capart, Jean (1877-1947)

32Égyptologue belge. Il fait ses études à l’Université de Bruxelles, et suit les cours d’égyptologie de K. A. Wiedemann à Bonn. En 1900, il entre comme conservateur adjoint du département égytien aux Musées royaux du Cinquantenaire qu’il dirigera à partir de 1925. Après avoir accompagné la reine durant sa visite en Égypte, au moment de la fouille de la tombe de Toutankhamon en 1923, il obtient la création de la Fondation égyptologique Reine Élisabeth, qu’il dirige à partir de 1927, et pour laquelle il réunit une excellente bibliothèque. Il crée et dirige la revue Chronique d’Égypte, et lance aussi une Bibliographie égyptologique et la Bibliotheca Aegyptiaca. Professeur à l’Université de Liège, il organise et conduit pour la Fondation les fouilles d’El Kab en 1938, 1939 et 1945, dont les rapports sont publiés dans les Annales du Service des antiquités d’Égypte. Il consacre de remarquables ouvrages à l’art égyptien.

Bibliographie sélective :

33Recueil de monuments égyptiens, deux vol., 1902 et 1905 ; Rue de tombeaux à Saqqarah, deux vol., 1907 ; Un roman vécu il y a 25 siècles : histoire des relations d’une famille sacerdotale égyptienne avec les prêtres du Temple de Teuzoi… par Pétéisis fils d’Essemteu, 1914 ; Leçons sur l’art égyptien, trois vol. 1920 ; L’Art égyptien, 1924 ; Thèbes, la gloire d’un passé, 1925 ; Memphis à l’ombre des pyramides, 1930 ; Documents pour servir à l’étude de l’art égyptien, deux vol., 1927-1931 ; Fouilles en Égypte. El Kab, 1946.

34VOIR :
Chronique d’Égypte 44.22, 1947, p. 181-215, portrait ; A. Scharft, Archiv für Orientforschung XV, 1945-1951, p. 188 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Capitan, Louis (1854-1929)

35Médecin et préhistorien français. Élève de G. de Mortillet, il est son continuateur et lui-même forme des disciples parmi lesquels H. Breuil et D. Peyrony. Son nom reste attaché à la découverte de l’art paléolithique qu’il concourt à faire reconnaître. Docteur de la Faculté de médecine de Paris, interne des Hôpitaux de Paris (1878), il crée le premier Laboratoire de pathologie et thérapeutique générale de la Faculté de médecine de Paris ; il ne négligera jamais sa carrière médicale et fera des découvertes importantes dans le domaine de la bactériologie et de la pathologie expérimentales. Très tôt passionné par la préhistoire, il suit, à partir de 1872, les cours de G. de Mortillet à l’École d’anthropologie ; en même temps, il fréquente les cours d’archéologie romaine et médiévale de Vacquer, architecte archéologue de la commission du Vieux-Paris, et ceux d’ethnographie d’Hamy au Muséum. Dès ses premiers travaux, il témoigne de son intérêt pour les recherches de terrain qu’il mène dans toute la France. En 1898, il succède à G. de Mortillet à la chaire d’anthropologie préhistorique de l’École d’anthropologie et entreprend de fonder un enseignement nouveau qui permette de porter la préhistoire au même degré d’excellence scientifique que les autres sciences d’observation. Dans cette perspective, il affirme la nécessité de faire appel aux disciplines voisines, la géologie et la géographie physique, la pétrographie, la paléontologie, l’anthropologie et l’ethnographie. Pour ses travaux de fouilles, il met en œuvre la méthode stratigraphique. Il procède à l’étude technologique des objets en silex et fait des expériences de taille pour reconstituer les techniques des hommes préhistoriques. Les travaux qu’il mène sur les objets de La Ferrassie, qu’il découvre et qu’il fouille avec l’abbé Breuil et D. Peyrony, le conduisent à introduire une nouvelle coupure dans la classification de G. de Mortillet, l’Aurignacien. Dès 1902, il mène des expériences d’archéologie comparée sur des silex issus des fouilles de J. de Morgan à Suse, d’El Mekta en Tunisie (1910-1911), d’Ouargla en Algérie et de Tombouctou ; il démontre que les types d’objets se succèdent dans le même ordre qu’en Europe et il parvient à la même conclusion pour les origines de l’homme aux États-Unis en se fondant sur des observations d’ordre strictement stratigraphique et archéologique. Il gardera une amitié sans faille pour J. de Morgan, jusqu’à la mort de ce dernier en 1924. Il est l’un des premiers à accepter l’art pariétal préhistorique, et à le faire reconnaître : en 1901, en compagnie de l’abbé Breuil et de D. Peyrony, il découvre les grottes peintes des Combarelles et de Font-de-Gaume et tous trois exécutent des fouilles stratigraphiques qui leur permettent de dater l’occupation de la période magdalénienne. Il s’intéresse d’autre part au sous-sol parisien et devient, en 1904, vice-président de la commission municipale du Vieux-Paris et organise la mise en valeur des arènes de Lutèce. À partir de 1908, il est professeur au Collège de France, dans la chaire d’américanisme ; il est élu membre de l’Académie de médecine en 1909. Pendant la Grande Guerre, il dirige le service des contagieux de l’hôpital militaire de Vincennes ; il soignera R. Vaufrey et l’orientera vers la préhistoire. Il est l’un des premiers à établir une synthèse du Néolithique européen, à partir des sites français ; il distingue cinq phases (Néolithique européen ancien, nordique, campignien, mégalithique et lacustre). Son œuvre, qui s’inscrit dans la continuité de celle de G. de Mortillet, est très novatrice et ouvre les voies de la science moderne.

Bibliographie sélective :

36Avec H. Breuil et D. Peyrony, La Caverne de Font-de-Gaume aux Eyzies, Monaco, 1910 ; avec D. Peyrony, « Fouilles à La Ferrassie. Commune de Savignac-du-Bugue (Dordogne) », Revue anthropologique, XXII, 1912 ; Le Travail en Amérique avant Colomb, 1914 ; avec D. Peyrony, « Les origines de l’art à l’Aurignacien moyen. Nouvelles découvertes à La Ferrassie », Revue d’Anthropologie, XXXI, 1921 ; La Préhistoire, Paris, 1922 ; avec H. Breuil et D. Peyrony, Les Combarelles aux Eyzies (Dordogne), Paris, 1924 ; L’Humanité préhistorique dans la vallée de la Vézère, 1924.

37VOIR :
Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1929 ; Bulletin de la Société préhistorique française, XXVI, 1929 È. et J. Gran-Aymerich, « Louis Capitan », Archéologia 198, janv. 1985, p. 79-81 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Caputo, Giacomo (1901-1994)

38Archéologue italien. Né à Agrigente, il obtient le doctorat ès lettres à Palerme en 1925, après avoir suivi les cours de B. Pace et G. M. Columba. En 1926-1927, il enseigne les langues classiques au lycée de Palerme et, sous la direction de P. Orsi, il procède à l’exploration systématique du territoire de Palma di Montechiaro. En 1928, il est accueilli comme boursier à l’École archéologique italienne d’Athènes et peut y séjourner pendant plusieurs années grâce à l’intervention du directeur A. Della Seta. En 1930, il découvre à Lemnos le village de l’âge du bronze de Poliochni. En 1933, il est attaché comme inspecteur des antiquités à Syracuse sous la direction de Paolo Orsi. Affecté comme surintendant des antiquités en Libye en 1933-1934, il entreprend, avec B. Pace et S. Sergi, la première vraie campagne de fouilles dans le Fezzan. En 1936, il crée le chantier permanent de Ptolémaïs. Il conserve la responsabilité des Antiquités de la Libye pendant la guerre et y retourne de 1945 à 1951. Il restaure le théâtre de Leptis Magna, l’arc de Marc Aurèle à Tripoli et remonte la première colonnade de la basilique sévérienne de Leptis ; il restaure le mausolée hellénistique et la basilique chrétienne de Ptolémaïs, le Césareum et la basilique judiciaire de Cyrène, achève la restauration du théâtre de Sabratha. À partir de 1951, il est surintendant des Antiquités d’Étrurie : il inaugure l’étude de la période orientalisante sur la rive droite de l’Arno et commence l’exploration de Rosellae. Il rouvre les fouilles du Crocefisso del Tufo à Orvieto. De 1958 à 1966, il est secrétaire général de l’Istituto di Studi Etruschi ed Italici. Il a fondé les Quaderni di Archeologia della Libia et les Monografie di Archeologia della Libia. Il est élu membre de l’Accademia Nazionale dei Lincei en 1963.

Bibliographie sélective :

39« Laboratori i cantieri archeologici », Libia IV, 1940 ; « Architettura del teatro di Leptis Magna », Dionisio XIII, 1950, p. 164-170 ; « Le sculture dello scavo a sud del foro di Sabratha », Quaderni di Archeologia della Libia I, 1950, p. 7-28 ; Montagnola, l’“orientalizzante” e le tholoi dell’Arno », Bolletino d’arte XLVII, 1962, p. 111-162 ; avec R. Bianchi-Bandinelli et Vergaro-Cafarelli, Leptis Magna, 1964 ; avec F. Ghedini, « Il tempio d’Ercole di Sabratha », Monografie di Archeologia Libica 3, 1984 ; « Il teatro augusteo di Leptis Magna. Scavo e restauro (1947-1951) », Monografie di Archeologia Libica, 1987.

40VOIR :
Accademia Nazionale dei Lincei. Biografie e bibliografie degli Accademici Lincei, Rome, 1976.

Carcopino, Jérôme (1881-1970)

41Historien, archéologue et épigraphiste français. Avant tout épigraphiste, il réalise l’idéal des « historiens archéologues » du xixe siècle, dans son entreprise de restituer l’« histoire totale ». Il fait ses études au lycée Henri-IV, puis à l’École normale supérieure, où il est l’élève de Fustel de Coulanges et de Gustave Bloch, père de Marc Bloch. Dès 1902 et son mémoire de licence où il présente une Histoire de l’ostracisme athénien (Mélanges d’histoire ancienne, 1909), il instaure la méthode à laquelle il restera désormais fidèle : il réussit l’union harmonieuse de l’histoire et de l’archéologie. Agrégé d’histoire et de géographie, il devient membre de l’École française de Rome de 1904 à 1907. Pendant son séjour romain, il accomplit le « stage» en Afrique du Nord et, en 1906, explore le site d’Aïn Tounga en Tunisie et découvre la pierre inscrite d’Aïn el-Djemila. L’étude de l’inscription l’impose comme une autorité internationale dans le domaine de l’épigraphie : sa vocation est désormais fixée. En Italie, il lui semble que le site d’Ostie offre la possibilité de conjuguer archéologie, épigraphie et histoire : il entreprend une étude approfondie, d’abord dans les archives et le Corpus inscriptionum Latinarum, puis sur les cahiers des premières fouilles, mais il exécute aussi des sondages dans les quartiers des docks ; ces travaux éveillent l’intérêt des archéologues italiens qui entreprennent le dégagement de la ville à partir de 1907. La thèse de J. Carcopino porte sur Ostie et il y affirme son ambition d’atteindre l’« histoire totale » qui intègre les données de tous ordres, événementielles, littéraires, épigraphiques, archéologiques, topographiques ; il renouvelle la critique virgilienne par la topographie, la vision des paysages et l’archéologie. Professeur au lycée du Havre de 1907 à 1911, il est nommé à l’Université d’Alger en 1912, y assure jusqu’en 1914, puis en 1919-1920, le cours des antiquités de l’Afrique et assume la direction du Service des antiquités algériennes. Il accomplit de nombreuses missions épigraphiques en Algérie, en Tunisie et au Maroc. Pendant la Grande Guerre, il sert dans l’armée d’Orient, comme chef du deuxième bureau dans le corps expéditionnaire des Dardanelles. En 1919, il regagne son poste en Algérie, où le tombeau découvert à Lambiridi lui fait aborder le domaine des religions à mystères auquel il consacrera une part importante de ses recherches par la suite. En 1920, il est nommé à la Sorbonne en chaire d’histoire romaine et il y introduit l’enseignement de l’épigraphie. Il reprend l’histoire de la République romaine dans le cadre de l’Histoire générale de G. Glotz. Sa Vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire connaît un extraordinaire succès auprès d’un très large public. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1930. Il dirige l’École française de Rome à deux reprises : en 1922-1923, il assure l’intérim à la mort de Mgr Duchesne, puis devient directeur en 1937-1940. Directeur de l’École normale supérieure et recteur de l’Université de Paris en 1940, il devient secrétaire d’État à l’Éducation nationale en 1941-1942 : à ce poste, il organise la recherche archéologique en France en faisant voter les lois du 27 septembre 1941 sur les fouilles archéologiques et du 21 janvier 1942 sur le service archéologique, dont la gestion est confiée au CNRS. Il définit les circonscriptions archéologiques (préhistoriques et historiques), et crée la revue Gallia, dont la direction est assumée par A. Grenier. Après sa démission en 1942, son arrestation et son emprisonnement à la Libération, il est réhabilité en 1947 ; cependant, il ne retrouvera sa chaire de la Sorbonne qu’à la veille de sa retraite. Il est élu à l’Académie française en 1955.

Bibliographie sélective :

42« L’inscription d’Aïn el-Djemila. Contribution à l’histoire des Saltus africains et du colonat partiaire », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 1906 ; Ostiensia, 1910-1911 ; Virgile et les origines d’Ostie, Paris, 1919, 2e éd., 1968 ; Le Tombeau de Lambiridi et l’Hermétisme africain, 1922 La Louve du Capitole, 1925 Études romaines I : La basilique pythagoricienne de la Porte Majeure, Rome, 1926, 3e éd., 1948 ; Jules César. Histoire générale de G. Glotz, Paris, 1936 ; La Vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire, Paris, 1939 ; Souvenirs de sept ans, 1937-1944, Paris, 1953 ; Aspects mystiques de la Rome païenne, 1941 ; Le Maroc antique, Paris, 1943 ; De Pythagore aux apôtres. Études sur la conversion du monde romain, 1956 ; Promenades historiques au pays de la Dame de Vix, 1957 ; Souvenirs romains, Paris, 1968 ; Souvenirs de la guerre en Orient, Paris, 1970.

43VOIR :
Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino, Paris, 1966 ; A. Parrot, « Éloge funèbre de M. Jérôme Carcopino », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1970 ; H. I. Marrou, « Notice sur la vie et les travaux de M. J. Carcopino lue dans la séance du 17 mars 1972 », Recueil de l’Institut de France, 1972 ; J. Heurgon, « J. Carcopino et l’Afrique du Nord », Antiquités Africaines 6, 1972 Hommage à la mémoire de Jérôme Carcopino, Paris, 1977 ; Grimal-Cl. Carcopino-P. Ourliac, Jérôme Carcopino. Un historien au service de l’humanisme, Paris, 1981 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Jérôme Carcopino » : Archéologia 230, déc. 1987, p. 71-79; B. Yvert dir., « Carcopino (Jérôme) », Dictionnaire des ministres de 1789 à 1989, Paris, 1990 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Carnavon, lord George Edward Stanhope Molyneux Herbert (1866-1923)

44Aristocrate et collectionneur britannique. Il se rend régulièrement en Égypte à partir de 1903 et fouille à Thèbes à partir de 1906 ; il fait appel aux services d’Howard Carter et fait grâce à lui de nombreuses découvertes importantes dont la plus spectaculaire est celle de la tombe de Toutankhamon en 1922. Il ne peut en voir le dégagement complet, car il meurt d’une infection généralisée, après avoir été piqué par un moustique dans la Vallée des Rois. Sa collection, d’excellente qualité, fut acquise en 1927 par le Metropolitan Museum of Art de New York.

Bibliographie sélective :

45Avec H. Carter, Five Years Exploration at Thebes ; a record of work done 1907-1911, 1912.

46VOIR :
H. Carter et A. C. Mace,
The Tomb of Tut.ankh.amen, t. 1, 1923, p. 1-40, portrait ; Lord Carnarvon (fils), Ermine Tales, 1980 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Carpenter, Rhys (1889-1980)

47Archéologue américain, helléniste, directeur de l’American School of Classical Studies à Athènes. Il fait ses études à la Columbia University et à Oxford. De 1913 à 1935, il est professeur au Bryn Mawr College ; en 1926-1927 et en 1939-1940, il est professeur à l’American Academy de Rome ; d’autre part, de 1927 à 1932, puis de 1946 à 1948, il dirige l’American School of Classical Studies à Athènes, à laquelle il donne une forte impulsion, en lançant les fouilles de l’agora d’Athènes et en créant Hesperia, Journal of the American School of Classical Studies. En 1928, il procède à l’exploration du site de Corinthe et mène les fouilles en 1929-1930. En 1936, il exécute un survey des défenses de l’Acrocorinthe. Spécialiste de l’art grec, il retrouve dans une statue négligée du musée de l’Acropole une figure manquante au fronton ouest du Parthénon et, parmi des fragments conservés au musée, il reconnaît certains éléments des statues du fronton est.

Bibliographie sélective :

48The aesthetic Basis of Greek Art of the Fifth and Fourth Century B.C., 1921 ; The Greeks in Spain, 1925 ; The Sculpture of the Nike Temple Parapet, 1929 ; « New material for the West Pediment of the Partenon », Hesperia II, 1933 ; The Humanistic value of Archaeology, 1933 ; Corinth. Results of Excavations conducted by the American School of Classical Studies, vol. III, part II : avec A. Bon, The Defenses of Acrocorinth and the Lower Town, 1936 ; Ancient Corinth. A Guide to the Excavations, 1927 puis 1933 et 1936 ; Greek Art. A Study of the Formal Evolution of the Style, 1962.

49VOIR :
L. Lord,
The History of the American School of Classical Studies at Athens. 1882-1942, Harvard University Press, 1947 ; L. et A. Valentine, The American Academy in Rome, Charlottesville, 1973.

Cartailhac, Émile (1845-1921)

50Avocat et préhistorien français. Il est l’un des grands promoteurs de la préhistoire en France. Né à Marseille, il est, dès 1866, membre de la Société archéologique du Midi. Il fait son droit à Toulouse où son père, inspecteur des Douanes, a été affecté ; en 1868, il est inscrit au barreau mais n’éprouve aucun intérêt pour la profession d’avocat. En revanche, son oncle, Quatrefages de Bréau, le célèbre naturaliste, l’initie à la préhistoire. Il fouille de nombreux dolmens sur le plateau du Larzac ; Filhol lui confie le classement de la section anthropologique du Musée d’histoire naturelle qu’il vient de fonder à Toulouse, qui devient la première ville d’Europe dotée de galeries de paléontologie humaine, parmi les plus riches et les mieux classées. É. Cartailhac est soucieux de la divulgation des connaissances et il consacrera une part importante de son activité à la muséographie : il aménagera le Musée Saint-Raymond et confiera aux musées de Toulouse et de Saint-Germain-en-Laye les produits de ses fouilles. En 1867, année de consécration de la préhistoire, il collabore avec G. de Mortillet et É. Lartet à l’agencement des collections préhistoriques présentées à l’Exposition universelle de Paris. Il est de plus secrétaire adjoint du congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques qui se tient la même année à Paris. En 1869, dans le souci de promouvoir la connaissance de la préhistoire, il achète la revue créée par G. de Mortillet, Matériaux pour l’étude philosophique et positive de l’Homme (devenue Matériaux pour l’histoire naturelle et primitive de l’Homme). En 1889, il fait fusionner sa revue avec la Revue d’anthropologie et la Revue d’ethnographie et devient co-directeur de L’Anthropologie. É. Cartailhac visite souvent l’Espagne et le Portugal, et il est l’un des premiers à s’intéresser à la Préhistoire de la péninsule Ibérique : en 1886, il publie, Les Âges préhistoriques de l’Espagne et du Portugal et, en 1892, Les Monuments mégalithiques des Baléares, ouvrages qui lui valent un prestige et une autorité considérables dans les deux pays de la péninsule Ibérique. Après avoir nié l’authenticité des peintures d’Altamira, à la suite d’une mission qu’il accomplit avec l’abbé Breuil, il reconnaît publiquement son erreur en 1902, par son Mea culpa d’un sceptique ; les deux préhistoriens publient ensemble La Caverne d’Altamira (Monaco, 1902) et leur collaboration se poursuivra par l’exploration et l’étude des grottes de Niaux (1906) et de Gargas (1910). Le prince de Monaco finance les fouilles des grottes de Grimaldi, et les relations qu’il entretient avec Breuil et Cartailhac le conduiront à fonder en 1910 l’Institut de paléontologie humaine inauguré en 1920. É. Cartailhac s’attachera jusqu’à la fin de sa vie à la promotion de l’art pariétal et ne cessera d’explorer les grottes. En 1882, il inaugure, à la Faculté des sciences de Toulouse, un cours d’archéologie préhistorique que lui confie A. Dumont, alors directeur de l’Enseignement supérieur : pour la première fois, la préhistoire, hier encore si contestée, a sa place dans l’enseignement supérieur. En publiant, en 1889, La France préhistorique d’après les sépultures et les monnaies, il suscite l’enthousiasme d’un très large public et sa réputation grandit à tel point qu’il est enfin reconnu comme l’un des maîtres incontestés de la préhistoire. Il est correspondant de l’Institut de France.

Bibliographie sélective :

51L’Âge de pierre en Asie, Paris, 1880 ; La France préhistorique d’après les sépultures et les monuments, Paris, 1889 ; Les Monuments primitifs des îles Baléares, 1892 ; avec l’abbé Breuil, « Les cavernes ornées de dessins. La grotte d’Altamira, Espagne : “Mea culpa” d’un sceptique », L’Anthropologie, XIII, 1902 ; La Caverne d’Altamira à Santillane près Santander (Espagne), Monaco, 1906 ; Les Grottes de Grimaldi, t. 2, 1912.

52VOIR :
P. Bosch-Gimpera, « Émile Cartailhac (1845-1921) », Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, VII, 1921-1926 ; S. Reinach, Revue archéologique, 1922 ; C. Jullian, Revue des études anciennes, 1922 ; M. Boule, L’Anthropologie, XXXI ; Bulletin de la Société arhéologique du Midi de la France, 1926 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Émile Cartailhac », Archéologia 199, févr. 1985 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Carter, Howard (1874-1939)

53Égyptologue britannique. Il reçoit une éducation privée et est initié à la peinture par son père, peintre animalier. En 1891, il fait ses premières armes en égyptologie en participant au survey archéologique de Beni Hassan et El-Bersha, dirigé par P. E. Newberry, lui-même assistant de Flinders Petrie. Il est par la suite formé par Petrie, Naville et Maspero en 1892, il rejoint F. à Tell el-Amarna. 1893 à 1899, il travaille comme dessinateur sur le chantier de Déïr el-Bahari, dirigé par É. Naville. En 1899, il est nommé inspecteur des monuments de la Haute-Égypte pour le Service des antiquités et procède à la réorganisation de l’administration des antiquités sous l’autorité de G. Maspero. À partir de 1902, il surveille pour Th. Davies les fouilles dans la Vallée des Rois ; ensemble, ils découvrent la tombe de Thoutmôsis IV. En 1903, il est nommé inspecteur pour la Basse-Égypte mais, mêlé à une dispute avec des touristes français, il est contraint de démissionner. En 1907, il reprend le travail dans la nécropole thébaine pour le compte de Lord Carnavon. À partir de 1912, Davies, considérant que le secteur de la Vallée des Rois est épuisé, cède sa concession à Lord Carnarvon, qui finance les fouilles d’H. Carter ; celui-ci révèle six tombes royales dont celle de Toutankhamon découverte en 1922, à l’issue d’une interruption pendant les années de guerre. Carter fouillera pendant dix ans cette tombe, considérée comme la plus riche découverte archéologique jamais faite. Carter ne parvint jamais à publier le compte rendu exhaustif et scientifique de ses travaux mais en donna un récit détaillé destiné au grand public.

Bibliographie sélective :

54Avec P. E. Newberry, The Tomb of Thoutmôsis IV, 1904 ; avec Lord Carnavon, Five Years’ Explorations at Thebes ; a record of work done 1907-1911, 1912; H. Carter et A. C. Mace, The Tomb of Tut-ankh-Amen, trois vol., Londres, 1923-1933.

55VOIR :
C. Picard,
Revue archéologique 13, 1939, p. 260 ; P. Newberry, « Howard Carter », Dictionary of National Biography, Oxford, 1931-1940 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; A. C. Brackman, The Search of the Gold of Tutankhamen, 1976 ; Th. Hoving, Tutankhamun, the Untold Story, 1979 ; T. G. H. James, Howard Carter. The Path to Tutankhamun, Londres et New York, Kegan Paul International, 1992 ; N. Reeves et J. H. Taylor, Howard Carter before Tutankhamun, Londres, Trustees of the British Museum, 1992 ; T. Murray, « Howard Carter (1874-1939) », in T. Murray éd., The Great Archacologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 289-299.

Carton, Louis Charles (1861-1924)

56Médecin et archéologue français. Médecin chef de l’hôpital-dépôt de convalescents de Salammbô (Carthage), il est de ces archéologues amateurs qui jouèrent un si grand rôle en Afrique du Nord. Arrivé en Tunisie en 1886, comme aide major, il est enthousiasmé par les ruines romaines, ce qui décide de sa vocation archéologique. Dans l’extrême Sud tunisien, il découvre et étudie les grands travaux hydrauliques romains et attire l’attention sur l’intérêt de leur remise en valeur. En 1888, il explore les nécropoles berbère, romaine et punique de Bulla Regia, et recueille un important matériel qui constitue une partie du fonds du Musée du Bardo. Deux ans plus tard, il commence l’exploration de Dougga poursuivie pendant dix ans : il dégage le théâtre et le temple de Saturne et relève dans la région de nombreuses inscriptions importantes. Il mène également des fouilles à Chemtou et à Bulla Regia (1889-1891, 1915-1924). Il répertorie et décrit un grand nombre de nécropoles à dolmens et à sépultures en falaises à Chaouach, dans les régions de Dougga, de Mactar et de l’Enfida. Rendu à la vie civile, il réside à Carthage et y fait des découvertes importantes dont la fontaine des « Mille amphores ». Il collabore aux travaux de la Direction des antiquités et des arts de la Régence, concentre ses recherches sur les ports et l’enceinte de la Carthage punique, dont il étudie la topographie. Il milite pour arrêter le vandalisme dont le site est victime et crée une association de défense. Il commence le dégagement des catacombes de Sousse avec le concours du curé Leynaud qui deviendra évêque d’Alger. À El-Kenissia (Sousse), il fouille un grand sanctuaire de Tanit et recueille plus de six mille vases et objets de culte. À partir de 1905, il tient la « Chronique archéologique nord-africaine » de la Revue tunisienne, où il publie certaines de ses recherches sur la Carthage primitive. Président de l’Institut de Carthage, il devient en 1911 membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

57« Essai sur les travaux hydrauliques des Romains », Bulletin archéologique, 1888 ; Les Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie (région de Dougga), Paris, 1895 ; « Documents pour servir à l’étude des ports et de l’enceinte punique de Carthage », Revue tunisienne, 1911, 1912 ; « Questions de topographie carthaginoise », Revue archéologique, 1919 ; Sanctuaire punique découvert à Carthage, Paris, 1929.

58VOIR :
A. Launay, Mémorial de la Société des missions étrangères, 2e partie 1858-1913, Paris, 1916 ; Dépêche algérienne, 17 déc. 1921, publié dans la Revue archéologique, 1922, p. 355-356 ; S. R. (Salomon Reinach), Revue archéologique, 1925-1, p. 165-166.

Cassas, Louis-François (1756-1827)

59Peintre paysagiste français. Il passe sa jeunesse en Italie où il réalise une collection de vues de Sicile, d’Istrie et de Dalmatie. Protégé du comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur de France à Constantinople, il fait partie du groupe de savants et d’érudits que le diplomate a réunis pour étudier l’Orient antique. Il entreprend en 1784, à la demande du comte et à ses frais, un voyage de quatorze mois en Syrie, en Palestine et en Égypte, au cours duquel il est le premier, après R. Wood, à dessiner les ruines de Baalbek et Palmyre. Il réunit de magnifiques dessins, qui complètent le Voyage en Égypte et en Syrie de Volney. Il ne séjourne que deux mois en Égypte, d’octobre à décembre 1785, mais réalise de très belles estampes des ruines d’Alexandrie, des grandes mosquées et des remparts du Caire et des Pyramides. Il accompagne J.-B. Lechevalier en Troade pour l’aider à établir une carte archéologique de la région. Il revient en France au début de la Révolution et entreprend la publication de toute la documentation réunie au cours de ses voyages. Le Voyage d’Istrie et de Dalmatie est publié en entier mais seules trente livraisons de son Voyage pittoresque de la Syrie et de la Phénicie paraissent avec une préface de Volney, malgré l’interdiction de publication opposée par Choiseul-Gouffier. Il réalise à grands frais des modèles en liège ou en terre cuite des monuments qu’il a visités, parmi lesquels des temples antiques avec pylônes et colonnes lotiformes qu’il expose dans sa galerie privée au 8 de la rue de Seine, et qu’acquiert le gouvernement impérial au prix d’une rente viagère ; la collection est déposée dans les magasins de l’Institut national, avant de gagner le local qui lui est destiné à l’École des beaux-arts. Il est nommé inspecteur général de la Manufacture des Gobelins. La bibliothèque de l’Arsenal conserve une quarantaine de ses planches en couleurs et la Bibliothèque nationale a recueilli ses lettres au comte de Choiseul-Gouffier. Il est nommé chevalier de l’Ordre de Saint-Michel et de la Légion d’honneur.

Bibliographie sélective :

60Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et de la Basse-Égypte (accompagné d’un texte par La Porte du Theil et Langlès), trois vol., Paris, 1799 et sq. ; Voyage pittoresque de l’Istrie et de la Dalmatie, rédigé d’après l’itinéraire de Cassas par Lavallée, un vol. Paris, 1800 et sq. ; Grandes Vues pittoresques des principaux sites et monuments de la Grèce, de la Sicile et des sept collines de Rome, dessinées et gravées à l’eau-forte… par Cassas et Bance, Paris, 1813.

61VOIR :
Biographie universelle ancienne et moderne. Supplément, Paris, 1836 ; H. Boucher, « Louis-François Cassas, peintre et graveur », Gazette des beaux-arts, 1926 ; J.-M. Carré, Les Voyageurs et écrivains français en Égypte, deux vol., Le Caire, 1932, rééd. revue et corrigée, 1951 ; B. Lossky, « L’architecte-archéologue Louis-François Cassas (1756-1827) », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1954, p. 115-123 ; A. Gilet, « Contribution de Cassas à l’archéologie et à l’histoire de l’archéologie », Les archéologues et l’archéologie, Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 370-377 ; A. Gilet et U. Westfebling éds, François-Louis Cassas. Dessinateur-voyageur, 1756-1827, Cologne, Wallraf-Richartz-Museum Graphische Sammlung-Tours-Musée des beaux-arts, 1994 ; A. Schmidt-Collinet, « Antike Denkmäler in Syrien. Die Stichvorlagen von Louis-François Cassas (1756-1827), im Wallraf-Richartz-Museum in Köln », Kölner Jahrbuch 29, 1996, p. 343-548.

Casson, Stanley (1889-1944)

62Archéologue britannique, helléniste. Il fait ses études à Oxford, puis obtient une bourse pour la British School of Athens ; il s’intéresse à la fois à la sculpture et à l’architecture classique et à l’art byzantin, à la Grèce ancienne et moderne. Il est chargé du deuxième volume du catalogue du Musée de l’Acropole. Pendant la Première Guerre mondiale, il est officier dans l’East Lancashire Regiment, puis appartient au General Staff de sir G. Milne à Salonique, expérience dans laquelle, pour lui, se mêlent archéologie et aventure. Il est l’un des premiers officiers alliés à entrer à Constantinople. En 1929, il devient directeur adjoint de l’école anglaise d’Athènes et publie une géographie historique (Macedonia, Thrace and Illyria), qui inclut les résultats de ses fouilles sur les sites préhelléniques découverts pendant la guerre. Lecteur à Oxford, il est, en 1933-1934, professeur au Bowdoin College dans le Maine. De 1928 à 1935, il se consacre à la publication de ses livres sur la sculpture grecque ancienne et moderne. En 1939, il rejoint l’Intelligence Corps, sert dans l’armée grecque avec la mission britannique et meurt au combat.

Bibliographie sélective :

63Ancient Greece, 1922 ; Macedonia, Thrace and Illyria, 1929 ; Progress of Archaeology and The Discovery of Man ; Greece and Britain, 1945.

64VOIR :
J. L. Myres, « Stanley Casson. 1889-1944 », Annual of the British School at Athens, XLI, 1940-1945.

Caton-Thompson, Gertrude (1889-1985)

65Archéologue britannique, auteur de travaux remarquables sur la Préhistoire égyptienne. À la demande du British Museum, elle entreprend des fouilles à Ur et Eridu, peu avant l’armistice de 1918. En Égypte, élève de Flinders Petrie, elle poursuit entre 1921 et 1928 dans la voie ouverte par son maître : elle mène des prospections systématiques dans l’oasis de Kharga et le Fayoum. Sur le site de Hamamieh près de Badari, elle fait triompher l’archéologie scientifique en mettant au point une méthode de fouille par carrés, dégagés couche après couche ; Hamamieh est ainsi le premier site prédynastique pourvu d’une stratigraphie précise. Entre 1922 et 1925, elle explore, avec G. Brunton, six cent cinquante tombes préhistoriques à Badari, lequel site révèle une céramique inconnue jusqu’alors pour le Néolithique et constitue une nouvelle période prédynastique. En 1928-1929, elle dirige en Rhodésie les recherches stratigraphiques à Zimbabwé et prouve que la cité a été construite par les indigènes, à une époque qui correspond au Moyen Âge européen. En 1930-1933, elle reprend les travaux à l’oasis de Kharga. De 1934 à 1951, elle est professeur à Cambridge.

Bibliographie sélective :

66Avec G. Brunton, The Badarian Civilization and Predynastic Remains near Badari, 1928 ; The Zimbabwe Culture, 1931 (rééd. 1969) ; Kharga Oasis in Prehistory, 1952.

67VOIR :
Son autobiographie,
Mixed Memoirs, Gateshead, 1983 ; S. A. Huzzayin, The Place of Egypt in Prehistory, Mémoires présentés à l’Institut d’Égypte, 43, Le Caire, 1941 ; M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, Londres, 1991.

Caumont, Arcisse de (1801-1873)

68Archéologue français. Il est l’un des grands promoteurs de l’archéologie nationale. Né à Bayeux (Calvados), il suit un cours de géologie et de botanique et fonde la Société linéenne de Normandie : formé aux sciences naturelles, il est soucieux d’exactitude et de précision, et met en œuvre ces exigences dans son classement des monuments. En 1824, il crée la Société des antiquaires de Normandie, puis, en 1832, la Société française pour la conservation des monuments nationaux, qui jouent comme modèle aussi bien pour les autres provinces que pour le gouvernement central, puisque F. Guizot, ministre de l’Intérieur, s’inspire de l’organisation de la société de Caumont pour le Comité des travaux historiques qu’il institue en 1834 : la Société française… de Caumont, qui deviendra Société française d’archéologie, est soumise à l’autorité d’un comité permanent et contrôle un réseau d’inspecteurs et de correspondants. En 1825, il ouvre un cours d’antiquités où il donne aux monuments français une classification chronologique. S’inspirant des modèles allemand et autrichien de congrès savants, il réunit chaque année les Congrès archéologiques de France à partir de 1834, et parvient ainsi à établir des relations régulières entre les sociétés savantes. Membre de la Société royale des antiquaires de France, il est, en 1832, élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et entretient des relations très étroites avec les milieux savants parisiens. Il est par ailleurs membre du Comité des monuments près le ministère de l’Instruction publique. L’entreprise de Caumont de doter la France d’un réseau serré et solidaire de sociétés savantes et celle de l’État entrent en concurrence : le centralisme finira par l’emporter après avoir « récupéré » les initiatives privées, mais l’initiative d’A. de Caumont a été décisive pour l’organisation de la protection du patrimoine architectural et la promotion des recherches.

Bibliographie sélective :

69« Avertissement », Bulletin monumental, I, 1834 ; Cours d’antiquités monumentales professé à Caen. Histoire de l’art dans l’Ouest de la France, depuis les temps les plus reculés jusqu’au xviie siècle, Paris, 1830-1841 ; Histoire de l’architecture religieuse, civile et militaire, six vol., Caen, 1830-1841 ; Statistique monumentale du Calvados. Arrondissement de Caen, Paris et Caen, 1846 ; Abécédaire ou Rudiment d’archéologie. Archéologie religieuse, Caen, 1867.

70VOIR :
Préface de Abécédaire, Architecture religieuse, 5e éd., 1867 M. Cougny, Bulletin monumental, 1873, p. 327 et sq. ; E. Robillard de Beaurepaire, M. de Caumont, sa vie et ses œuvres, Caen, 1874 ; M. Sauvage, Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie 36, 1924 et 1925 ; A. Philippe, Bulletin de la Société d’émulation des Vosges, 1925 ; A. Grenier, « La tradition de l’archéologie gallo-romaine », dans Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 1, 1931 (éd. 1985), p. 52-55 ; L. Gosselin, Arcisse de Caumont et la politique, 1933 ; Centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie, t. II : La Société française d’archéologie et les études archéologiques en France de 1835 à 1935, Paris, 1935 ; F. Bercé, Les Premiers Travaux de la Commission des monuments historiques, 1837-1848, Paris, 1979 ; id., « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », dans P. Nora éd., Les Lieux de mémoire, II, La Nation, vol. 2, Paris, 1986 ; J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France. xixe-xxe siècles, Paris, 1995 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; « Arcisse de Caumont (1801-1873)», Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998.

Caviglia, Giovanni Battista (1770-1845)

71Armateur italien. Né à Gênes, il possédait un navire de commerce dont le port d’attache était Malte et se considérait pour cette raison comme sujet britannique. En Égypte, le consul britannique Salt l’emploie, à partir de 1816, dans l’exploration du Sphinx et des Pyramides. Retiré à Paris, il y vécut à partir de 1837 sous la protection de Lord Elgin.

72VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; J.-J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes. 1815-1830, Paris, 1994.

Cavro, Lucien (1905-1973)

73Architecte et dessinateur français. Il rejoint le chantier de F. Thureau-Dangin à Til-Barsib, et, en 1929, réussit à préserver en partie les peintures murales découvertes dans le palais de Tiglat-Pileser (conservées aux musées d’Alep et du Louvre). Par les relevés grandeur nature qu’il exécute, il fournit une documentation iconographique fondamentale, d’environ cent mètres de longueur, qui fut exposée à Paris au musée de l’Orangerie en octobre-novembre 1930. Il travaillera ensuite sur les chantiers de l’Université de Yale à Doura-Europos (1927), puis à Damas. Au Liban, directeur d’un cabinet d’architecture, il est appelé à restaurer les palais de Beit-Eddine et de Deir el-Kamar. Ses illutrations figurent dans le Til-Barsib de M. Dunand (pl. XLIII-LIII) et l’Assur d’A. Parrot (pl. IX-XIII).

74VOIR :
A. Parrot, « Lucien Cavro (1905-1973) », Syria 50, 1993, p. 477-478.

Cavvadias, voir Kavvadias

Caylus, Anne Claude Philippe de Turbières de Grimoard de Pestels de Lévis, comte de (1692-1765)

75Antiquaire et philologue français. Issu d’une grande famille, il est tout d’abord promis à la carrière des armes et participe à la guerre de Succession d’Espagne. Libéré par la paix de Rastatt, il peut se livrer à son goût pour les arts et les voyages : il se rend en Italie, et dans le Levant, avec l’ambassade du marquis de Bonac à Constantinople (1716). Il est l’un des premiers Européens à visiter Éphèse et Colophon. Par la suite, il séjourne en Angleterre et en Allemagne. Artiste graveur dans l’atelier de Watteau, il réalise plusieurs milliers d’illustrations à partir de toutes les monnaies d’or et des intailles du Cabinet du roi, où il collabore avec l’abbé Barthélemy. Mécène des artistes parisiens, il réunit une collection considérable d’antiquités grâce à un véritable réseau de correspondants qui s’étend non seulement sur la France mais aussi jusqu’en Égypte et à Alexandrie. Cependant, il n’a pas la mentalité du collectionneur et, lorsqu’il connaît suffisamment ses antiquités, il en fait don au Cabinet du roi selon ce principe : « Un monument qui ne nous apprend rien est médiocrement important. » Il partage le goût de l’époque pour la physique et la chimie, privilégie l’observation et entreprend de donner aux recherches antiquaires certains caractères de ces sciences exactes ; il a appris de la gravure la pratique de la loupe et s’intéresse avant tout aux techniques et aux transformations de l’art qu’elles traduisent. Il fait dessiner les objets qu’il reçoit et les étudie pour les faire connaître à ses contemporains : il fonde les principes de la démarche archéologique par la mise en œuvre de l’idée que les objets peuvent s’organiser selon des typologies, établies sur des traits communs constants qui traduisent une origine géographique et culturelle commune, mais qui se transforment au cours du temps, conférant aux objets la valeur de véritables documents historiques. En outre, le comte de Caylus participe au mouvement qui se dessine à son époque pour établir l’inventaire des antiquités de la France : dans le troisième volume de son Recueil figurent les relevés qu’exécutent les ingénieurs des Ponts et Chaussées des sites découverts au cours de leurs travaux. En 1731, il est élu membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture, puis, en 1742, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. La somme des gravures et des commentaires qu’il a réunis paraissent de 1752 à 1767, au lendemain de sa mort, dans son Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines. Il peut être considéré, au même titre que J.-J. Winckelmann, comme l’un des fondateurs de l’archéologie.

Bibliographie sélective :

76Numismata aurea imperatoris Romanorum e cimelio regis christianissimi delineata et aeri incisa, Paris, 1786 ; Pierres gravées antiques du Cabinet du Roi, deux vol. de planches sans texte ; Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, Paris, 1752 à 1767 ; avec P.-J. Mariette, J.-J. Barthélemy et P. Rive, Recueil de peintures antiques trouvées à Rome, trois vol., Paris, 1783-1787.

77VOIR :
S. Rocheblave, Essai sur le comte de Caylus, l’homme, l’artiste, l’antiquaire, Paris, 1889 ; S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique 19, 1898, p. 102 ; A. Grenier, « La tradition de l’archéologie gallo-romaine », dans Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 1, Paris, 1931 (éd. 1985), p. 42-47 ; A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France. Des superstitions médiévales à la découverte de l’homme fossile, Paris, Picard éditeur, 1964 A. Schnapp, « et Winckelmann deux manières de fonder l’archéologie, ou la méthode historique et la méthode archéologique selon le comte de Caylus », IIe Congrès national d’archéologie et d’histoire de l’art, Lyon, 1990 ; id., La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993 ; M. Fumaroli, « Un gentilhomme universel, Anne-Claude de Turbières, comte de Caylus (1694-1765) », Annuaire du Collège de France (1992-1993), 1993, p. 563-581 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 113-114 ; J. Raspi Serra et F. de Polignac éd., La Fascination de l’Antique, 1700-1770. Rome découverte, Rome inventée, Paris, Musée de la civilisation gallo-romaine, Lyon, Somogy, 1998.

Cerralbo, Enrique de Aguilera y Gamboa, marquis de (1845-1922)

78Homme politique, collectionneur et archéologue espagnol, fondateur du musée qui porte son nom. L’un des pionniers de l’archéologie péninsulaire. Grand d’Espagne, il dirige le parti conservateur carliste de 1890 à 1898, puis de 1913 à 1919. Il reçoit une formation humaniste et manifeste dès l’enfance un goût prononcé pour la numismatique. Il est très tôt lié au Musée national de sciences naturelles, qui, à la fin du xixe siècle et au début du xxe, constitue un centre de recherches très dynamique, où collaborent géologues, paléontologues et préhistoriens. Le marquis de Cerralbo appartient au même groupe que le comte de la Vega de Sella et Hernández Pacheco avec lesquels H. Breuil et H. Obermaier sont en relations étroites. C’est de ce centre de recherches qu’émane l’initiative de la création de la Comisión de Investigaciones Paleontólogicas y Prehistóricas, créée en 1912 et présidée par le marquis de Cerralbo. Il se consacre entièrement à la recherche historique à partir de sa nomination à la Real Academia de la Historia en 1908. En 1895, il se découvre de l’intérêt pour l’archéologie par les fouilles de Ciempozuelos (Madrid) qu’il finance. Vers 1903, il rencontre J. Cabré Aguiló, alors que celui-ci vient de révéler les peintures rupestres de Calapatá (Teruel), et soutient ses recherches. Sa première fouille a lieu en 1907 à Torralba, station préhistorique longtemps considérée comme la plus ancienne de la péninsule Ibérique. Puis, J. Cabré lui ayant soumis ses découvertes de San Antonio de Calaceite, il s’intéresse à l’âge du fer et entreprend des travaux dans la province de Saragosse ; il les étend dans toute la région du Haut-Jalon, dont les sites archéologiques sont alors peu connus et où il explore une douzaine de nécropoles celtibériques. La qualité de ses recherches est reconnue aussi bien en Espagne – il obtient le prix Martorell en 1911 et représente en 1912 la Real Academia de la Historia au Congrès international d’anthropologie et archéologie préhistoriques de Genève –, qu’en France ou en Allemagne. Les savants français se rendent sur les sites qu’il révèle et visitent ses collections, et il entretient des relations particulièrement étroites avec J. Déchelette. Grand collectionneur d’œuvres d’art et d’antiquités, il est animé du souci de l’intérêt public et fait en sorte que ses collections archéologiques reviennent à l’État de façon qu’elles soient correctement conservées et montrées au plus grand nombre ; il fait don de toutes ses collections au Musée archéologique national. En 1922, il crée dans sa demeure à Madrid le musée qui porte son nom et en confie la direction à J. Cabré Aguiló. Il participe à la mise en place des institutions archéologiques en Espagne, contribuant à l’élaboration de la loi de 1911 sur les fouilles et présidant la Junta Superior de Excavaciones y Antigüedades, créée en 1912. Membre de l’Académie de l’histoire (1908) et de nombreuses institutions internationales, dont l’Académie de Berlin, la Société préhistorique française et l’Institut de paléontologie humaine, il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Par ses travaux, le marquis de Cerralbo révèle des sites extrêmement importants de la pré- et protohistoire espagnoles, et il participe à la mise en place des institutions qui permettent l’organisation et l’essor de l’archéologie.

Bibliographie sélective :

79El Alto Jalón. Descubrimientos archeológicos, Madrid, 1909 ; Las primitivas pinturas rupestres. (Estudio sobre la obra La caverne d’Altamira de Mrs Cartailhac et Breuil), Madrid ; « Nécropoles ibériques », actes du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, Genève, 1912 ; « Torralba, la plus ancienne station humaine de l’Europe? », ibid. ; « Les fouilles d’Aguilar d’Anguita», Revue des études anciennes XV-4, 1913, p. 437-439 ; El Arte rupestre en la región del Duratón, Madrid, 1918 ; « Arcóbriga. Del hogar castellano. Estudios históricos y archeológicos », Biblioteca Patria, CIII, 1922, p. 91-124.

80VOIR :
J. Déchelette, « Les fouilles du marquis de Cerralbo », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1-12, 1912, p. 433-443 ; J. Cabré Aguiló, Boletín de la Sociedad Española de Excursiones 30.3, 1922, p. 223-229 ; C. Sanz Pastor et C. Fernández de Piérola, Museo Cerralbo, Madrid, 1981 ; M. Barril, « Colección Marqués de Cerralbo », dans De Gabinete a Museo. Tres siglos de Historia. Museo Arqueológico Nacional, Madrid, 1993 ; C. Jimenez Sanz, « Enrique de Aguilera y Gamboa, Marqués de Cerralbo », Revista de Arqueología, XVII, no. 182, juin 1996, p. 52-57 ; El Marqués de Cerralbo, Madrid, Ministerio de Cultura, 1996 ; P. de Novascués Benlloch et C. Jiménez Sanz, « El XVII Marqués de Cerralbo y su aportación a la arqueología española » et M. Barril et M. L. Cerdeño, « El Marqués de Cerralbo : un aficionado que se institucionaliza », dans G. Mora et M. Dìaz-Andreu (éd.), La Cristalización del pasado : genesis y desarollo del marco institucional de la arqueología en España, Malaga, 1997.

Cesnola, Alessandro Palma di (1839-1914)

81Diplomate américain. Frère de Luigi Palma di Cesnola, il mène avec lui des activités archéologiques sur l’île de Chypre. Il sert dans l’armée du Piémont, puis pendant les guerres de Crimée et d’Italie, jusqu’en 1869. À cette date, il part en Argentine puis à New York ; le gouvernement américain l’envoie comme vice-consul à Paphos, il mène des fouilles pour le compte du gouvernement anglais. Après un premier séjour à Chypre en 1873-1874, il entreprend des fouilles essentiellement à Salamine de Chypre, de 1876 à 1878, après que son frère Luigi a quitté l’île.

Bibliographie sélective :

82Cyprus Antiquities, Londres, 1880-1881 ; Salaminia (Cyprus) : the History, Traesures and Antiquities of Salamis in the Island of Cyprus, Londres, 1882.

83VOIR :
O. Masson, « Les frères Palma di Cesnola et leur correspondance », dans V. Tatton-Brown éd., Cyprus and the East Mediterranean in the Iron Age, Londres, 1988, p. 84-89 ; id., Revue d’archéologie chypriote, 1990, p. 203-207, avec des extraits de sa correspondance avec E. Renan ; id., « Encore l’urne phénicienne A. P. Cesnola », Semitica 41-42, 1993, p. 101-106, avec portrait d’A. P. di Cesnola en uniforme d’officier italien.

Cesnola, Luigi Palma di (1832-1904)

84Officier et diplomate américain d’origine italienne. Il est né à Rivarolo, près de Turin, au sein d’une famille aristocratique, qui comptait de nombreux magistrats, diplomates et officiers : son père avait participé à la campagne de Russie sous les ordres de Napoléon. Entré à 13 ans à l’École royale militaire de Turin, il s’engage dans l’armée de Sardaigne pour lutter contre l’Autriche. Il se distingue également au cours de la guerre de Crimée, regagne Turin en 1856, quitte l’armée et part en 1860 pour les États-Unis où il espère faire fortune : il donne d’abord des leçons de français et d’italien à des jeunes filles de bonnes familles et épouse l’une d’elles ; puis, lorsqu’éclate la guerre civile, il ouvre une école militaire privée où il forme la jeunesse new-yorkaise au métier des armes. Par la suite, il accepte de devenir major du 11e régiment de cavalerie de New York et accède très rapidement au grade de colonel de son propre régiment qu’il conduit en Virginie contre les fédérés ; blessé et fait prisonnier, il est libéré en 1864 et reprend le combat. Ses services lui valent le grade de général de brigade, dont le brevet lui est remis par le président Lincoln lui-même : Cesnola profite de cette rencontre pour s’assurer l’entrée dans la carrière diplomatique et obtient le poste de consul des États-Unis à Chypre, qu’il rejoint à la fin de l’année 1865. Il occupe les nombreux loisirs que lui laisse sa fonction à mener des fouilles, tout d’abord dans les tombes rupestres des environs de Larnaca, puis dans toute l’île : de 1866 à 1870, il finance lui-même ses travaux, recourant aussi à un prêt de la maison parisienne Rollin et Feuardent, les plus grands marchands d’antiquités d’Europe. Il poursuit ses travaux sur le site de Golgoï malgré l’interdiction des autorités turques et parvient à faire sortir sa collection, que le Metropolitan Museum de New York acquiert. Il retourne à Chypre de 1873 à 1876, comme représentant du Metropolitan Museum de New York et reprend ses fouilles, titulaire d’un contrat avec le musée qui devait assurer le financement des travaux en échange des objets recueillis. La crise de 1873 entraîne la suspension de ce contrat, mais Cesnola poursuit l’exploration de l’île à ses frais. Il réunit une extraordinaire collection, qui résulte de l’exploitation de seize cités antiques, de quinze temples, de soixante-cinq nécropoles, et qu’il vend au Metropolitan Museum. À New York, il devient secrétaire des « trustees » du musée en 1877, et, deux ans plus tard, est élu premier directeur appointé du Metropolitan Museum.

Bibliographie sélective :

85Scoperta del tempio di Venere a Golgos, 1870 ; Le Ultime Scoperte nell’isola di Cipro, 1876 Cyprus, its ancients Cities, Tombs and Temples, with maps and illustrations, New York, 1878 (rééd., Chypre, 1991) ; Metropolitan Museum of Art, 1882 ; History, Treasures and Antiquities of Salamis, 1882 ; A Description Atlas of the Cesnola Collection of Cyprus Antiquities in the Metropolitan Museum of Art, New York, 1885-1903.

86VOIR :
J. L. Myres,
Handbook of the Cesnola Collection, 1899 (rééd. 1974) ; C. T. Newton, The Antiquities of Cyprus discovered by L. Palma di Cesnola, 1874 ; R. Dussaud, « L’île de Chypre », Revue mensuelle de l’École d’anthropologie 1907, p. 145-175, 181-212 ; O. Masson, « Inscriptions chypriotes syllabiques », Études chypriotes 1, 1961, p. 24 ;

87E. Mac Fadden, The Glitter and the Gold. A spirited Account of the Metroplitan Museum of Arts’first Director, the audacious and high-handed Luigi Palma di Cesnola, New York, 1971 « Les frères Palma di Cesnola et leur correspondance », dans V. Tatton-Brown éd., Cyprus and the East Mediterranean in the Iron Age, Londres, 1988, p. 84-89 ; C. Tomkins, Merchants and Masterpieces. The Story of the Metropolitan Museum of Art,New York, 2e éd., 1989 ; G. R. H. Wright (Nicosie), « Louis Palma di Cesnola and Cyprus. A review article of Louis Palma di Cesnola, Cyprus. Its cities, Tombs and Temples », Archiv für Orientforschung 1991-1992, p. 161-167 ; O. Masson, « Diplomates et amateurs d’antiquités à Chypre vers 1866-1878 », Journal des savants, janv.-juin 1992, p. 123-154 ; A. G. Marangou, Life and Deeds : The Consul Luigi di Cesnola 1832-1904, New York, 2000.

Chabas, François Joseph (1817-1882)

88Commerçant et égyptologue français, comme E. de Rougé, il concourt à redonner tout son lustre à la science fondée par J.-F. Champollion. Né à Briançon (Hautes-Alpes), aîné d’une famille nombreuse, il est placé en 1831 chez ses oncles, commerçants à Nantes ; l’un d’eux l’initie aux langues anciennes, latin et hébreu. En 1837, il s’établit commerçant à Chalon-sur-Saône. Outre ses responsabilités comme président de la Chambre de commerce, il s’intéresse à l’archéologie régionale, accomplissant des prospections et des fouilles, plus particulièrement préhistoriques, et devient membre des sociétés savantes locales, pour lesquelles il fait de nombreuses communications sur la géologie, la minéralogie, la paléontologie et l’archéologie. Ce n’est qu’en 1852 qu’il découvre l’égyptologie grâce aux articles publiés par N. L’Hôte dans Le Magasin pittoresque ; conquis, il se met immédiatement à l’étude du déchiffrement des hiéroglyphes, mais l’éloignement de Paris rend la tâche difficile. Il se met en contact avec E. de Rougé, qui a succédé à J.-F. Champollion au Musée égyptien du Louvre et dans sa chaire du Collège de France ; celui-ci accepte la direction de ses travaux. F. Chabas fait immédiatement siens les principes rigoureux d’interprétation des textes qu’E. de Rougé impose, et il part en guerre contre ceux qui s’en remettent à l’imagination plutôt qu’à la science : c’est ainsi qu’il publie en 1859 dans la Revue archéologique un article où il attaque ouvertement C. Lenormant, qui, depuis 1848, occupe la chaire d’archéologie égyptienne du Collège de France. Sa brillante argumentation fait grand bruit et le consacre comme égyptologue. Son Étude sur l’inscription de Radesieh (1856) lui attire les félicitations de S. Birch et T. Devéria, attaché au Musée égyptien du Louvre, le fait admettre à la Société impériale des antiquaires de France. Il rencontre É. Prisse d’Avennes alors que celui-ci s’apprête à partir pour l’Égypte et lui remet l’Étude sur le papyrus Prisse qui détermine le collectionneur Harris à lui confier l’interprétation d’un papyrus particulièrement difficile : Chabas traduit le texte et fournit une remarquable étude sur la magie égyptienne. Le Papyrus magique Harris est son œuvre principale, unanimement considérée comme ce que l’égyptologie française a produit de plus remarquable depuis Champollion. De ce moment, la notoriété de F. Chabas le fait entrer en relation avec les plus grands égyptologues d’Europe : il entretient une riche correspondance en particulier avec S. Birch. Ses Mélanges égyptologiques (1862) lui valent l’amitié de K. R. Lepsius, grâce auquel il peut publier, en 1866, la traduction et l’interprétation du papyrus Anastasi I, sous le titre Le Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Phénicie et en Palestine au xive siècle avant notre ère ; à partir de 1864, il collabore à la Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde dirigée par Lepsius. Il s’intéresse aux origines de la civilisation égyptienne et se pose la question de sa Préhistoire : il est en contact avec A. Arcelin qui est chargé d’une mission en Égypte au cours de laquelle il recueille les preuves géologiques de la Préhistoire égyptienne. F. Chabas se montre très réservé sur les conclusions d’A. Arcelin et rejoint le camp des égyptologues sceptiques, dont A. Mariette. Il devient le centre d’un cercle européen d’égyptologie, et crée en 1874 la revue Égyptologie. Cependant, il souffre de la volonté de suprématie du milieu parisien et se brouille même avec E. de Rougé ; il tient avant tout à sa liberté et défend « la science de province », mais doit subir les réticences des savants parisiens qui ne s’empressent guère de reconnaître ses travaux. C’est ainsi que l’on « oublie » de l’inviter aux cérémonies d’inauguration du canal de Suez et ce n’est qu’en 1871 qu’il est enfin élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. À la mort d’E. de Rougé survenue en 1873, on lui propose la chaire du Collège de France mais il la refuse, laissant la place au jeune G. Maspero. Depuis Chalon, F. Chabas forme de nombreux disciples en Europe ; remarquable philologue et historien, non seulement il illustre l’égyptologie française mais il parvient à faire prévaloir la collaboration internationale sur les conflits politiques et le désir de suprématie scientifique.

Bibliographie sélective :

89« Le plus ancien livre du monde, étude sur le papyrus Prisse », Revue archéologique, 1858 ; Le Papyrus magique Harris, Société d’histoire et d’archéologie de Chalon, 1860 ; Mélanges égyptologiques, trois séries en quatre volumes, 1862-1874 ; Le Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Phénicie et en Palestine au xive siècle avant notre ère, 1866 ; Études sur l’Antiquité historique d’après les sources égyptiennes et les monuments réputés préhistoriques, 1872 ; Œuvres diverses, cinq vol., dans G. Maspero, Bibliothèque égyptologique, t. 9 à 13, 1899-1909.

90VOIR :
F. Chaba et et Ph. Virey, Notice biographique de F. J. Chabas, Paris, 1898 (rééd. dans Bibliothèque égyptologique 9) ; Congrès provincial des orientalistes français I, 1878, t. 2, p. 9-68 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 57 ; È. et J. Gran-Aymerich, « François Chabas », Archéologia 201, avril 1985, p. 78-83 ; G. Andreu, Égyptologie, le rêve et la science, catalogue de l’exposition Fondation Électricité de France, 22 janvier-26 avril 1998, Paris, 1998.

Chadwick, John (1920-1999)

91Helléniste britannique, déchiffreur avec Michael Ventris du linéaire B mycénien. Professeur à l’Université de Cambridge, il a fait ses études à la St. Paul’s School de Londres puis est entré au Corpus Christi College de Cambridge. De 1946 à 1952, il est assistant pour l’édition de l’Oxford Latin Dictionary, Clarendon Press, puis obtient un poste d’assistant pour l’enseignement du latin et du grec à Cambridge, et enfin devient professeur de langue grecque en 1966. L’événement qui donne à sa carrière tout son éclat se produit le 10 juillet 1952, lorsqu’il entend M. Ventris annoncer, sur les ondes de la BBC, qu’il a reconnu, sur les tablettes de Cnossos et de Pylos, du grec très archaïque. J. Chadwick se met alors en relation avec M. Ventris et tous deux parviennent à déchiffrer le linéaire B, au terme de longs mois au cours desquels ont alterné difficultés et doutes ; ils publient ensemble en 1956 les fameux Documents in Mycenaean Greek qui bouleversent les connaissances acquises sur le monde hellénique et qui sont très vite traduits en douze langues. En avril 1956, les deux déchiffreurs se rendent ensemble au premier colloque international d’études mycéniennes organisé par M. Lejeune à Gif-sur-Yvette. La même année, M. Ventris disparaît dans un accident de voiture et J. Chadwick doit soutenir seul les attaques provoquées par la révélation de la présence des Hellènes dans l’Égée des xive-xiie siècles av. J.-C. et poursuivre l’œuvre entreprise. Cambridge se fédère autour de Chadwick et devient le centre de la mycénologie. J. Chadwick connaît un immense renom international, et, dès 1957, devient secrétaire général du Permanent International Committee for Mycenaean Studies. Membre de la British Academy depuis 1967, il devient membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1975.

Bibliographie sélective :

92Avec W. N. Mann, The Medical Works of Hippocrates, Oxford, 1950 ; avec M. Ventris, « Evidence for Greek Dialect in the Mycenaean Archives », Journal of Hellenic Studies 73, 1953, p. 84-105 ; avec M. Ventris, Documents in Mycenaean Greek, Cambridge, 1956 ; « The Greek Dialects and Greek Prehistory », Greece and Rome 3, 1956, p. 38-50 ; The Decipherment of Linear B, Cambridge, 1958 ; (trad. all. et ital. en 1959, puis en douze langues) ; The Mycenae Tablets III, 1962 ; « The Prehistory of the Greek Language », Cambridge Ancient History, vol. II, chap. 39, Cambridge, 1963 ; The Cnossos Tablets, 1964 ; « The Linear B Tablets as Historical Documents », Cambridge Ancient History, Cambridge, 1970, vol. II, chap. xiii, p. 30-47, 50-51 ; avec J. T. Killen et J.-P. Olivier, The Cnossos Tablets IV, Cambridge University Press, 1971 ; « Introduction to the Problems of “Minoan Linear A” », Journal of the Royal Asiatic Society, 1975, p. 143-147 ; The Mycenaean World, Cambridge, 1976 ; « Der Beitrag der Sprachwissenschaft zur Rekonstruktion der griechischen Frühgeschichte », Anzeiger der phil.-hist. Klasse der Österreichischen Akademie der Wissenschaften 113-6, 1976, p. 183-204 ; « Les origines de la langue grecque », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1985, p. 697-704.

93VOIR :
M. Lejeune, « John Chadwick »,
Studies in Mycenaean and classical Greek presented to John Chadwick, Minos, 1987, p. 9-10, et bibliographie, p. 11-19; « Doctorado Honoris causa de John Chadwick », Veleia I, 1984, p. 339-343 ; J. L. Fitton, The Discovery of the Greek Bronze Age, Cambridge Massachusetts, Harvard University Press, 1996.

Chamonard, Joseph (1865-1936)

94Archéologue helléniste français, fondateur et premier directeur du Service des antiquités de Syrie. Élève de l’École normale supérieure, il devient membre de l’École française d’Athènes en 1890. En 1892 et 1893, il participe aux fouilles de Lagina en Carie, pour lesquelles il collabore avec Hamdi bey, ainsi qu’au déblaiement du théâtre de Délos. De retour à Paris en 1893, il est rappelé à Délos par M. Holleaux en 1904, 1905 et 1906. Il est secrétaire de l’École française d’Athènes de 1908 à 1912. En 1914, il s’engage comme secrétaire interprète et, dans le corps expéditionnaire des Dardanelles, collabore aux fouilles d’Éléonte. En 1920, il est chargé de former le Service des antiquités de Syrie, auquel il consacre dix mois, avant de revenir à Délos en 1924, puis en 1930. En Syrie, bien que les conditions politiques ne permettent pas la mise en œuvre immédiate de l’administration des monuments historiques et des fouilles, il prévoit cependant toute l’organisation de l’inspectorat, la formation d’une bibliothèque et d’archives photographiques, et la fondation de musées. Il négocie l’envoi en France de jeunes Libanais et Syriens pour les préparer à assumer la direction de ces musées. Il élabore par ailleurs une législation des antiquités et conçoit un plan de missions et de publications : il appelle en Syrie C. Enlart et G. Contenau et confie aux pères Jalabert et Mouterde le soin de reprendre l’œuvre de W. Waddington – le recueil des inscriptions grecques et latines de la Syrie. C’est lui encore qui inaugure une fructueuse collaboration avec l’armée.

Bibliographie sélective :

95Fouilles de Délos, VIII.

96VOIR :
H. Seyrig, Syria, 1937, p. 411-412 ; P. Legrand, Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1937.

Champollion, Jean-François (1790-1832)

97Égyptologue français. Surnommé le Déchiffreur, non seulement il donne la clé de la langue de l’Égypte antique mais il fonde l’égyptologie et définit ses bases scientifiques, en particulier par l’étude conjointe des documents écrits, des monuments et des sites. Sa naissance à Figeac et son enfance sont auréolées d’un certain mystère qui concourt à la légende du savant. Fils d’un libraire ambulant originaire de l’Isère et installé dans le Quercy, il est le dernier de cinq enfants et est élevé par son frère Jacques-Joseph, de douze ans son aîné, qui prend en main son éducation et lui transmet sa passion pour l’Égypte ; Jean-François fréquente d’abord l’école de Figeac mais le départ de son frère pour Grenoble en juillet 1798 le prive du désir d’apprendre que seule lui redonnera la perspective de rejoindre Jacques-Joseph. Celui-ci l’accueille à Grenoble et l’inscrit en 1802 à l’institution de l’abbé Dussert puis à l’École centrale de la ville où, tout en apprenant le chinois, l’hébreu et l’arabe, il étudie le Coran et la Bible. En 1805, le moine Dom Raphaël de Monachis, né au Caire dans une famille syrienne et venu en France avec l’armée de Bonaparte, l’encourage à étudier le copte et oriente ainsi d’une façon décisive la formation du jeune homme qui, à Paris, suivra les cours d’arabe que le religieux donne à l’École des langues orientales vivantes. Jean-François prend progressivement conscience des liens qu’entretiennent les langues qu’il apprend et, en 1807, il présente devant la Société des Lettres, Sciences et Arts de Grenoble, dont il est devenu membre à 16 ans, un mémoire où il soutient que le copte et les hiéroglyphes sont deux formes de la même langue. Il se rend à Paris pour s’y perfectionner et suit les cours d’I. Silvestre de Sacy, de L. M. Langlès au Collège de France et à l’École des langues orientales vivantes il étudie alors l’arabe, le persan, l’hébreu, le syriaque, l’araméen et le chinois. Il fréquente aussi le cours d’antiquités d’A. L. Millin et consulte les nombreux ouvrages sur l’Égypte qu’a réunis le conservateur du Cabinet des Médailles. À Paris, Champollion rencontre un prêtre d’origine copte, lui aussi venu en France avec les troupes de retour d’Égypte, Icaha Cheftitchi, qui lui permet de parfaire sa connaissance du copte, en vue de trouver la clé des hiéroglyphes. En septembre 1809, Jean-François est de retour à Grenoble où il occupe le poste de professeur adjoint d’histoire ancienne à la faculté ; après avoir obtenu le titre de docteur ès lettres en 1810, il devint secrétaire de la faculté de Grenoble. Quand l’Empire s’effondre, les deux frères Champollion se rallient à la première Restauration mais, lorsque Napoléon est de retour à Grenoble le 7 mars 1815, Jacques-Joseph s’engage au côté de l’empereur ; après Waterloo, ce choix entraîne leur expulsion de Grenoble et leur confinement à Figeac jusqu’au printemps 1817. De retour à Grenoble, Jean-François occupe une chaire d’histoire et de géographie au Collège royal jusqu’en 1821 où de nouveaux troubles, qui lui valent les accusations d’être un agitateur, le contraignent à rejoindre son frère à Paris ; celui-ci le présente à Bon-Joseph Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres qui prend Jean-François sous sa protection. Pendant toutes ces années, le Déchiffreur n’a cessé de poursuivre ses études et travaux en vue d’élucider enfin l’écriture hiéroglyphique de la pierre de Rosette. Il n’est pas le seul à s’être lancé dans cette entreprise et il a des concurrents en France en la personne de Silvestre de Sacy lui-même et surtout en Grande-Bretagne où le physicien et médecin Thomas Young s’est engagé dans la voie du déchiffrement depuis 1814 et a accompli des pas décisifs, établissant l’identité du copte et de l’égyptien et reconnaissant les noms de Ptolémée et de Bérénice. Au prix d’un travail acharné, en septembre 1822, Champollion est en mesure de présenter les principes du déchiffrement et, le 27 septembre, il lit devant l’Académie des inscriptions et en présence de T. Young, sa Lettre à Monsieur Dacier qui provoque l’enthousiasme mais ne manque pas de susciter aussi oppositions et récriminations. Champollion poursuit ses travaux et en 1823 publie son Panthéon égyptien, puis l’année suivante le Précis du système hiéroglyphique…, où il expose l’ensemble du fonctionnement de la langue. Toujours soucieux de vérifier et de parfaire ses acquis sur de nouveaux documents, Champollion obtient en 1824, grâce au soutien du duc de Blacas d’Aulps, une mission officielle pour visiter les collections des musées de Turin, Rome, Naples et Florence ; non seulement il voit confirmer sa théorie, mais il découvre ébloui les trésors réunis en Égypte par les consuls européens. En 1826, il est nommé conservateur du Musée égyptien du Louvre et est chargé d’y donner des cours d’archéologie égyptienne ; il organise la présentation des objets selon des principes scientifiques très novateurs, concernant en particulier l’organisation chronologique et thématique des salles ; il rédige aussi une Notice descriptive qui constitue le premier catalogue des antiquités égyptiennes du Louvre.Champollion se fixe le but de faire revivre l’antique Égypte sous tous les aspects de sa civilisation et c’est cette ambition qui le pousse à entreprendre le voyage dans la vallée du Nil. Philologue, il entend aussi restituer l’histoire de l’Égypte ancienne par l’étude des monuments. Il met sur pied une expédition franco-toscane qu’il dirige avec son disciple italien I. Rosellini et, en octobre 1828, il débarque à Alexandrie : les buts sont clairement définis et, pendant de longs mois, des relevés précis des monuments sont effectués, les inscriptions et les peintures sont recopiées ; les membres de l’expédition fondent ainsi l’archéologie de terrain en Égypte. Tout en appelant à l’intensification de l’exploration scientifique des sites, Champollion adresse au vice-roi une note pour que soit organisée la protection du patrimoine archéologique de l’Égypte. En 1830, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et, en 1831, est créée pour lui la première chaire d’égyptologie au Collège de France, mais il meurt épuisé en 1832. Non seulement, par son œuvre, J.-F. Champollion crée l’égyptologie, mais, en sa personne, s’opère la fusion de la philologie, de l’histoire, de l’archéologie et de l’histoire de l’art.

Bibliographie sélective :

98Pour une bibliographie récente, voir J. Kettel, Jean-François Champollion le Jeune. Répertoire de bibliographie analytique : 1806-1989 : Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. X, Paris, 1990 ; Lettre à M. Dacier, relative à l’alphabet des hiéroglyphes phonétiques et sur leur emploi dans les inscriptions des monuments égyptiens…, Paris, 1822 ; Panthéon égyptien. Collection de personnages mythologiques de l’ancienne Égypte, Paris, 1823 ; Précis du système hiéroglyphique anciens Égyptiens…, Paris, 1824 ; Notice descriptive des monuments égyptiens du Musée Charles-X, 1827 ; Monuments de l’Égypte et de la Nubie d’après les dessins exécutés sur les lieux…, quatre vol., 1835-1847.

99VOIR :
I. Silvestre de Sacy, « Notice sur la vie et les ouvrages de M. Champollion le Jeune, lue à la séance publique du 2 août 1833 », Institut de France, Paris, 1833 ; A. Champollion-Figeac, Les Deux Champollion. Leur vie et leurs œuvres, leur correspondance archéologique relative au Dauphiné et à l’Égypte…, Grenoble, 1887 ; L. de la Brière, Champollion inconnu, 1897 ; H. Hartleben, Champollion, sein Leben und sein Werk, deux vol., 1906 (Paris, 1983) ; H. Hartleben éd., Lettres de Champollion, deux vol., Paris, 1909 ; Recueil d’études égyptologiques dédiées à la mémoire de Jean-François Champollion à l’occasion du centenaire de la Lettre à M. Dacier… lue à l’Académie des inscriptions et belles-lettres le 27 septembre 1822, Paris, 1922 ; J.-M. Carré, Les Voyageurs et écrivains français en Égypte, deux vol., Le Caire, 1932, 2e édition revue et corrigée, 1951 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; J. Leclant, « Champollion », Le 29e Congrès international des orientalistes. Centenaire du 1er congrès réuni à Paris en 1873. Société asiatique, Paris, 1975, p. 13 ; J. Leclant, « Champollion et le Collège de France », Bulletin de la Société française d’égyptologie 95, 1982, p. 32-46 ; R. Marichal, « Champollion et l’Académie », Bulletin de la Société française d’égyptologie 95, 1982, p. 12-31 ; S. Curto, Storia del Museo Egizio di Torino, Turin, 1983 ; J. Leclant, « La modification du regard (1787-1826). Du voyage en Syrie et en Égypte de Volney au Louvre de Champollion », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1987, p. 3-23 ; C. Jacq, Champollion l’Égyptien. « Roman historique», Paris, 1987 ; J. Leclant, « Champollion, Bunsen, Lepsius », K. R. Lepsius (1810-1884). Akten der Tagung anlesslig seines 100. Todestages, Berlin, 1988 ; J. Lacouture, Champollion. Une vie de lumières, Paris, 1988 ; M. Dewachter, Champollion, un scribe pour l’Égypte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990; J. Ray, « Thomas Young et le monde de Champollion », Bulletin de la Société française d’égyptologie, 119, oct. 1990 ; S. Donadoni, S. Curto, A. M. Donadini, S. Curto, A. M. Donadini Roveri, L’Egitto dal mito all’ egittologia, Turin, 1990 ; Mémoires d’Égypte. Hommage de l’Europe à Champollion, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1990 ; A. Rolland, « Une lumière des siècles à venir », et S. H. Aufrère, « Un jour de septembre 1822 », Jean-François Champollion. Du secret des hiéroglyphes à la fondation de l’égyptologie, Les Cahiers de Science et Vie, Hors série n° 40, août 1997 ; È ; Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; L’Égypte de Jean-François Champollion. Lettres et journaux de voyage (1828-1829), photographies de H. Champollion, préface de C. Ziegler, Paris, 1998 ; R. Solé et D. Valbelle, La Pierre de Rosette, Paris, 1999.

Champollion-Figeac, Jacques-Joseph (1778-1867)

100Historien et archéologue français. Frère aîné de J.-F. Champollion. Ses études classiques ayant été interrompues par la Révolution, il obtient un poste dans l’administration municipale de Figeac, puis il entre en apprentissage dans la librairie Chatel, Champollion et Rif, des cousins installés à Grenoble. En 1798, il demande à participer à l’Expédition d’Égypte, mais sa candidature est refusée. Il transmettra à son jeune frère sa curiosité passionnée pour l’Égypte antique et son rôle dans la naissance de la vocation de Jean-François a sans doute été déterminant. À Grenoble, il fréquente les milieux cultivés et se met en contact épistolaire avec A. L. Millin, conservateur du Cabinet des Médailles, qui plus tard prendra Jean-François sous sa protection. En 1801, il fait venir son frère près de lui et prend en main son éducation. Grâce à J. B. J. Fourier, préfet de l’Isère et ancien membre de l’Expédition d’Égypte, il est admis à la Société des lettres, sciences et arts de Grenoble et, en 1804, y fait une communication sur les inscriptions de la pierre de Rosette, puis, deux ans plus tard, publie sa Lettre sur une inscription grecque du temple de Denderah. Conservateur adjoint de la bibliothèque de Grenoble en 1808, il obtient l’année suivante une chaire de littérature grecque à la faculté. Au retour de Napoléon de l’île d’Elbe et lors des Cent-Jours, il soutient l’Empereur dont il devient l’un des proches ; cette prise de position lui vaut la perte de tous ses postes, une fois la monarchie rétablie. Relégué avec son frère à Figeac, il obtient la permission de s’installer à Paris où il devient le collaborateur de B. J. Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. En 1828, il est nommé conservateur des manuscrits à la Bibliothèque royale et professeur de paléographie en 1830, et perd à nouveau ces deux postes après la révolution de 1848. En 1849, il obtient un poste de conservateur de la bibliothèque du palais de Fontainebleau. Il apporte à son frère cadet une aide précieuse, le fait bénéficier de ses relations et assure la publication posthume de certaines de ses œuvres.

Bibliographie sélective :

101Lettre à M. Fourier sur l’inscription grecque du temple de Dendérah en Égypte, Grenoble, 1806 ; L’Obélisque de Louqsor, transporté à Paris. Notice historique, descriptive et archéologique…, 1833 ; Égypte ancienne, 1858.

102VOIR :
A. Champollion-Figeac, Les Deux Champollion, Grenoble, 1887 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; Jean-François Champollion. Du secret des hiéroglyphes à la fondation de l’égyptologie, Les Cahiers de Science et Vie, hors série n° 40, août 1997 ; G. Andreu, Égyptologie, le rêve et la science, catalogue de l’exposition Fondation Électricité de France 22 janvier-26 avril 1998, Paris, 1998.

Chandler, Richard (1738-1810)

103Savant et voyageur anglais. Il fait ses études à Winchester School puis entre au Queen’s College d’Oxford en 1755. Son premier ouvrage est publié en 1759 sous le couvert de l’anonymat (Elegiaca Graeca) et offre une anthologie de la poésie grecque ancienne. Par la suite, il présente les marbres d’Oxford, dont A. Michaelis donnera une nouvelle description en 1882. Il est, en 1764, introduit dans la Société des Dilettanti, par Robert Wood, le célèbre savant voyageur qui avait publié, en 1753, The Ruins of Palmyra et, en 1757, The Ruins of Balbec. La Société finance la mission d’exploration de l’Asie Mineure et de la Grèce confiée à R. Chandler, accompagné de N. Revett, qui avait participé à l’étude des antiquités d’Athènes avec J. Stuart, et du jeune peintre W. Pars ; c’est R. Wood lui-même qui en rédige les instructions, publiées dans la préface à l’ouvrage de Chandler. Cette mission, commencée en juin 1764 et achevée en novembre 1766, revêt un caractère très professionnel par ses buts (reconnaissance et description des lieux de l’Antiquité classique) et son organisation: de ce point de vue, elle est la première des expéditions scientifiques officiellement patronnée. Les voyageurs établissent leur quartier général à Smyrne et de là se rendent à Tenedos, à Chios, Téos, Priène, Sardes et Éphèse ; de Smyrne, ils retournent à Athènes où ils complètent le travail de Stuart et Revett et rejoignent le Péloponnèse, visitant Corinthe, Épidaure, Nauplie et Tirynthe d’où ils gagnent Delphes. Tout au long de leur séjour, les membres de l’expédition ont levé des plans et des cartes et exécuté des dessins exacts de tous les monuments anciens, selon les recommandations très précises de Wood pour la Société. Non seulement, les relevés et les dessins recueillis pendant l’expédition sont publiés, mais le monde savant découvre des inscriptions nouvelles et importantes qu’A. Boeckh reprendra dans son Corpus Inscriptionum Graecarum. Dans les relations de ses voyages, Chandler corrigent les erreurs de ses prédécesseurs et n’épargne pas ses critiques à J. D. Leroy et à ses Ruines d’Athènes, publiées à la hâte pour prendre de vitesse Stuart et Revett qui avaient pourtant effectué avant lui des relevés beaucoup plus précis des monuments. En apportant une rigueur extrême à l’étude des sites et des monuments, Chandler donne des bases solides à l’exploration de la Grèce.

Bibliographie sélective :

104Marmora Oxoniensia, Oxford, 1763 ; avec N. Revett et W. Pars, Ionian Antiquities, Londres, Soc. des Dilettanti, 1769 ; Inscriptiones antiquae, pleraque nondum editae, in Asia Minore et Graecia… collectae, Oxford, 1774 ; Travels in Asia Minor ; or an Account of a Tourmade at the expense of the Society of Dilettanti, Oxford, 1776 ; Travels Greece; or an Account of a Tour made at the expense of the Society of Dilettanti, Oxford, 1776 ; History of Ilium or Troy, 1802.

105VOIR :
R. Churton, préface aux
Travels in Asia Minor and Greece, deux vol., Oxford, 1825 ; A. Michaelis, Ancient Marbles in Great-Britain, Cambridge, 1882 ; Dictionary of National biography, éd. L. Stephen, Londres, 1887 ; F. M. Tsigakou, The Rediscovery of Greece, Londres, 1981 ; D.Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, Cambridge University Press, 1984 ; R. et F. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990 ; O. Polychronopoulou, Archéologues sur les pas d’Homère. Naissance de la protohistoire égéenne, Éditions Noêsis, 1999.

Chantre, Ernest (1843-1924)

106Anthropologue et archéologue français. Formé sous P. Broca et G. de Mortillet, il est le dernier représentant de l’époque héroïque de la préhistoire. De 1873 à 1888, il dirige avec É. Cartailhac le recueil des Matériaux… et y publie des articles sur le premier âge du fer. Il accomplit de nombreuses missions officielles en Turquie d’Asie, en Russie, au Caucase, en Afrique du Nord. Grâce à une mission du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, il réalise deux explorations en Anatolie, en 1893 et 1894. Accompagné de madame Chantre, il procède à des sondages sur les sites hittites de Alaca Hüyük, Yazilikaya et Bogazköy, ainsi qu’à Karahöyük-Kultepe ; il précède ainsi H. Winckler sur le site de Bogazköy et il aurait pu, si son entreprise avait été poursuivie, assurer à la France le premier grand chantier dans le domaine hittite que C. Texier et G. Perrot avaient révélé au monde savant. Cette mission est complétée par un séjour en Égypte où il est accueilli au sein de l’Institut français du Caire en 1898-1899. Du Caucase en Cappadoce et en Égypte, E. Chantre cherche à reconstituer le cheminement des éléments constitutifs des civilisations pré-helléniques, dont il pense qu’ils sont empruntés à la Mésopotamie et à l’Égypte ; il intervient ainsi dans la polémique suscitée par la « question mycénienne ». Pionnier de la cartographie préhistorique, il propose, au congrès de Stockholm en 1876, l’adoption d’une « légende internationale pour les cartes préhistoriques ». Dans son étude de la période du Bronze en Europe, il considère une phase chronologique unitaire, précédée d’une période du Bronze ancien ou Chalcolithique, et trois grandes divisions géographiques, l’« Ouralien» (Sibérie, Russie, Finlande), le « Danubien » (de la Hongrie à la Scandinavie et aux Iles Britanniques) et le « Méditerranéen» (groupes gréco-italien et franco-suisse). Il est professeur d’ethnologie et sous-directeur du Muséum de Lyon, et en 1922 est élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Formé à l’anthropologie et à la préhistoire, il illustre ces deux disciplines et contribue à l’ouverture d’un nouveau domaine d’étude dans la préhistoire orientale.

Bibliographie sélective :

107Études paléo-ethnologiques dans le bassin du Rhône, l’âge du bronze, trois vol., 1875-1876, L’Âge du fer, 1880 ; Recherches anthropologiques au Caucase, cinq vol., 1885 ; Recherches anthropologiques dans l’Asie occidentale, mission de Cappadoce 1893-1894, deux vol., 1896-1898 ; Recherches anthropologiques dans la Berbérie orientale, deux vol., 1913 ; Les Peuples du Bassin méditerranéen, deux vol. ; manuscrit déposé au Musée de Saint-Germain-en-Laye : « La France préhistorique ».

108VOIR :
Titres et travaux de M. Ernest Chantre, Lyon, 1922 ; Discours prononcés sur sa tombe, publiés dans le Tout Lyon, 30 nov. 1924 ; S. R. (Salomon Reinach), Revue archéologique, 1925-1, p. 165.

Chapouthier, Fernand (1899-1953)

109Helléniste et archéologue français. Il fut le spécialiste de la Préhistoire hellénique le mieux informé de sa génération. Il fait des études littéraires et scientifiques à Bordeaux et est reçu à l’École normale supérieure en 1918 ; mobilisé la même année, il fait son temps d’école de 1919 à 1922 et reçoit l’influence de P. Mazon. Agrégé de lettres en 1922, il rejoint l’École française d’Athènes. En 1923, il participe aux fouilles dirigées par C. Picard à Philippes, ainsi qu’à celles de Samothrace, où il prend le goût de l’histoire et de l’iconographie religieuses. En 1926, il contribue aux travaux de Délos et consacrera sa thèse au sanctuaire des dieux de Samothrace élevé sur l’île d’Apollon. Mais à partir de 1924, c’est à Malia qu’il s’attache et il commence le déblaiement du palais et fait de la Crète un observatoire d’où il envisage l’ensemble du monde hellénique et ses relations avec les civilisations orientales. Il donne leur forme aux Études crétoises de l’École française d’Athènes, où il fait paraître des travaux très originaux : il adopte la double démarche du technicien et de l’historien humaniste ; après une présentation et un examen minutieux des objets, il élargit les perspectives par des rapprochements, en reconstituant le contexte de l’époque où ont été produits ces témoins des civilisations dont ils sont issus. Il est de ces hellénistes qui s’ouvrent au monde oriental, dont la connaissance est indispensable, à ses yeux, pour comprendre la Préhistoire égéenne. C’est ainsi qu’il suit avec beaucoup d’intérêt les travaux à Byblos, à Ras Shamra et à Doura Europos et qu’il écrit un chapitre de l’ouvrage consacré au trésor de Tôd, pour mesurer l’influence égéenne en Égypte. De 1934 à 1938, il procède à Malia à des travaux de restauration et entreprend une série de sondages pour élucider les problèmes chronologiques ; en 1946 et 1949, l’exploration archéologique reprend sur le site. L’histoire et l’iconographie religieuse constituent le second pôle de ses recherches : par sa thèse, il s’affirme comme l’émule de P. Perdrizet, F. Cumont, P. Roussel ou H. Seyrig, rapprochant, dans le même souci de précision, la méthode iconographique et la méthode philologique ; il poursuit l’étude de la mythologie grecque par l’analyse conjointe des légendes et des images. De 1929 à 1937, il enseigne la littérature grecque à Dijon et à Bordeaux, puis l’histoire, la littérature et la civilisation grecques à la Sorbonne, de 1937 à 1953. Directeur adjoint de l’École normale à partir de 1948, il contribua, par son enseignement, à l’orientation des élèves.

Bibliographie sélective :

110Rapports sur les fouilles de Malia dans les tomes I, IV, VI et X des Études crétoises « Les écritures minoennes au palais de Malia », Études crétoises, t. II, 1930 ; « L’influence grecque à Doura Europos », Revue des études anciennes, 1932, p. 72-76 ; Le Sanctuaire des dieux de Samothrace à Délos. Exploration archéologique de Délos, XVI, 1935 ; Les Dioscures au service d’une déesse, 1936 ; « Deux épées d’apparat trouvées en 1936 au palais de Malia », Études crétoises, t. V, 1938 ; « La vie de sir Arthur Evans et de ses ancêtres », Lettres d’humanité, V, 1946, p. 223-234 ; collaboration au volume Les Premières Civilisations, 1950 ; Le Trésor de Tôd, chap. III et appendice, p. 21-42, Documents de fouilles de l’IFAO, t. XI, 1953.

111VOIR :
Anonyme, Fernand Chapouthier 14 octobre 1899-12 décembre 1953, Paris, 1955 ; P. Demargne, Revue archéologique, 1956, p. 205-211 ; R. Treuil, « L’École française d’Athènes et la préhistoire/protohistoire du monde égéen », Bulletin de correspondance hellénique, 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996, p. 407-439.

Charbonneaux, Jean (1895-1969)

112Helléniste français, archéologue et historien de l’art. Né à Genlis en Bourgogne, il est élève au petit séminaire de Flavigny, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris ; mobilisé en 1915, il doit interrompre ses études universitaires. Il se bat d’abord en Argonne puis sur le front de Macédoine et reçoit la Croix de guerre. Démobilisé, il passe l’agrégation de lettres, exerce peu de temps dans l’enseignement secondaire, puis est reçu au concours de l’École française d’Athènes en même temps que J. Festugière. Il passe par Rome et la Villa Médicis, et séjourne en Grèce de 1921 à 1925 ; il travaille sur les chantiers de Philippes, de Delphes et de Malia, mais il s’attache surtout à ces deux derniers sites. C. Picard lui confie la publication de la Tholos de Marmaria (Delphes). En Crète, il fouille avec F. Chapouthier et publie avec lui le premier rapport sur Malia. Il retourne sur le site avec C. Picard en 1928 et continuera à s’intéresser à la civilisation du IIe millénaire, puisque, jusqu’en 1936, il rédige pour la Revue des études grecques la partie du Bulletin archéologique relative à cette période et, en 1940, publie dans l’Histoire générale des religions le chapitre relatif à la religion égéenne. Cependant, en 1925, sa carrière prend un tour définitif : en effet, E. Pottier part à la retraite et J. Charbonneaux entre au Louvre, où il devient conservateur du Département des antiquités grecques, étrusques et romaines, aux côtés d’É. Michon, conservateur en chef jusqu’en 1936, et d’A. Merlin qui en assurera la direction jusqu’en 1945. J. Charbonneaux sera conservateur en chef jusqu’en 1965 avec P. Devambez pour adjoint. Il prend une part active au remaniement des salles auquel préside É. Michon puis A. Merlin et, en 1947, installe les salles de sculpture et celle des bronzes qui est une extraordinaire réussite. Il procède à de nombreuses acquisitions importantes, dont la suppliante Barberini et la tête Kaufmann qui constitue la meilleure copie romaine de l’Aphrodite de Cnide. Il prodigue un remarquable enseignement à l’École du Louvre et organise des expositions en liaison avec d’autres institutions : pour le centenaire de l’École française d’Athènes en 1947 ; sur l’art et la civilisation des Étrusques, au musée du Louvre en 1955, et enfin sur l’art dans l’Occident romain, en 1963. Grand historien de l’art antique, il a traité de la plastique de toutes les époques et de tous les styles, dans de remarquables articles confiés aux Monuments Piot et au Bulletin des Musées de France qu’il transforme en la Revue du Louvre et des Musées de France dont il est directeur pendant vingt ans. Son domaine de prédilection reste celui des petits bronzes et des portraits hellénistiques et romains ; en effet, il embrasse sans les dissocier la sculpture hellénistique et son héritière romaine, mettant en évidence la continuité entre les portraits hellénistiques et les portraits romains. Spécialiste de la sculpture, il contribue aux trois volumes de l’« Univers des formes » consacrés à la Grèce. Non seulement, il jouit d’une notoriété internationale et donne de nombreuses conférences en Allemagne ou en Italie, mais il entretient de nombreuses et chaleureuses amités avec des savants américains et européens, ainsi G. Richter, R. Bianchi-Bandinelli, E. Langlotz ou B. Ashmole. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1962. Alors que la communauté scientifique s’apprêtait à lui remettre le témoignage de son admiration pour son œuvre sous la forme d’un numéro d’hommages de la Revue archéologique, il est renversé par une voiture et meurt des suites de cet accident. L’histoire de l’art perdait l’un de ses plus remarquables représentants et l’un des rares à pouvoir embrasser la très longue durée, de la période minoenne à l’âge augustéen.

Bibliographie sélective :

113Voir la bibliographie publiée dans la Revue archéologique, 1968, fasc. 1, p. 5-10 ; « Note sur la tholos d’Athéana Pronaia à Delphes (Marmaria) », Bulletin de hellénique 48, 1924, p. 209-216 ; Fouilles de Delphes II, 4 : « Topographie et architecture. Le sanctuaire d’Athéna Pronaia, II : la tholos », Paris, 1925 « Notes sur l’architecture et la céramique du palais de Mallia », Bulletin de correspondance hellénique 52, 1928, p. 347-387 ; Le Palais de Mallia, premier rapport (1922-1924), Études crétoises, I, 1928 ; L’Art égéen, Paris et Bruxelles, 1929 ; Les Terres cuites grecques, Paris, 1936 ; La Sculpture grecque au Musée du Louvre, Paris, 1936 ; La Sculpture grecque archaïque, Paris, Gallimard, coll. « Univers des formes », 1939 ; La Sculpture grecque classique, deux vol., Paris, Gallimard, coll. « Univers des formes », 1943 ; « La religion égéenne préhellénique », Histoire générale des religions, Paris, A. Quillet, 1944 ; L’Art au siècle d’Auguste, Paris, 1948 ; avec P. Devambez, « La Grèce », Histoire générale de l’art, Paris, Flammarion, 1950 ; Les Bronzes grecs, Paris, PUF, 1958 ; La Sculpture grecque et romaine au Musée du Louvre, Paris, Éditions des Musées nationaux, 1963 ; avec R. Martin et F. Villard, Grèce archaïque, Paris, Gallimard, coll. « Univers des Formes », 1968.

114VOIR :
P. Devambez, « Jean Charbonneaux, 1895-1969 », Revue archéologique 1, 1969, p. 119-120 ; P. Demargne, Notice sur la vie et les travaux de M. Jean Charbonneaux, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1970, p. 117-126 ; P. Pradel, « Jean Charbonneaux, 1895-1969 », Monuments Piot 57, 1971, p. 1-3.

Charmes, Xavier (1849-1919)

115Haut fonctionnaire français qui joua un rôle déterminant au sein du ministère de l’Instruction publique en faveur de l’organisation et de l’essor de l’archéologie. Entré en 1872 au ministère de l’Instruction publique, il devient en 1877 chef de cabinet d’A. Bardoux au ministère de l’Instruction publique et dirige la section sciences et lettres. À la tête du Bureau des missions, il choisit les grands « missionnaires » archéologues : G. Perrot, P. Foucart, Ch. Diehl, J. de Morgan, par exemple. Dès 1881 et l’établissement du protectorat sur la Tunisie, il propose l’institution d’une mission permanente qui ne sera pas réalisée. Il concentre ses efforts sur l’Égypte et obtient la création de l’École archéologique du Caire, ainsi que la nomination de J. de Morgan à la direction du Service des antiquités. Il est à l’origine de la création de la Délégation archéologique française en Perse dont il confie la responsabilité à J. de Morgan en 1897, après l’avoir chargé d’une mission d’exploration au Caucase en 1886-1889, puis en Perse en 1889-1891. De 1890 à 1892, il collabore avec L. Liard et F. Buisson à l’organisation nouvelle de l’enseignement. Il est à l’origine de la fondation du Musée d’ethnographie du Trocadéro et favorise le don et le transfert à Paris du Musée Guimet. Son nom reste attaché à la réforme du Comité des travaux historiques qu’il met en route en 1883 : il crée en particulier le Bulletin du comité, destiné à diffuser les ouvrages des sociétés savantes dont il organise les congrès annuels. Il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1887. Il quitte le ministère de l’Instruction publique en 1897.

Bibliographie sélective :

116Bureau des missions scientifiques. Le Comité des travaux historiques et scientifiques. Histoire et documents, trois vol., Paris, 1883-1886.

117VOIR :
G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, Paris, 1893 ; comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; « Discours prononcé par M. Morizot-Thibault, président de l’Académie, à l’occasion de la mort de M. Xavier Charmes », Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques 192, 1919 ; L. Bourgeois, « Notice sur la vie et les travaux de X. Charmes (1849-1919) », Publications de l’Institut de France, n° 13, 1925 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Chassinat, Gaston Émile (1868-1948)

118Égyptologue français. Fils d’un graveur parisien, il quitte l’école à quatorze ans et travaille dans l’imprimerie. En 1888, alors qu’il est employé à l’Imprimerie nationale, il suit les cours de G. Maspero à l’École pratique des hautes études, et d’E. Revillout et P. Pierret au Louvre. Attaché au département égyptien du musée du Louvre en 1894, il devient membre de l’École du Caire en 1895 ; il travaille avec le marquis de Rochemonteix sur le temple d’Edfou et y poursuit ses travaux. Il est membre de la Commission du Catalogue général du Musée du Caire. Il succède à U. Bouriant à la direction de l’Institut français d’archéologie orientale en 1898, et y demeure jusqu’en 1912, donnant à l’Institut un éclat tout à fait remarquable : il crée la meilleure imprimerie orientaliste de cette époque et donne une forte impulsion aux publications, lançant les Annales du Service des antiquités d’Égypte en 1900, et la Bibliothèque d’études et son Bulletin en 1908. Alors que jusqu’à lui, l’École n’avait pas encore ouvert de chantier, chaque année lors de sa direction, de nouvelles fouilles sont entreprises. Il se consacre à Edfou et au temple d’Horus qu’A. Mariette avait fait nettoyer en 1858 et dont le marquis de Rochemonteix avait entrepris la publication en 1891 : É. Chassinat en mène à bien l’étude et la publication complète en quatorze volumes et réalise ainsi une œuvre magistrale.

Bibliographie sélective :

119Avec le marquis de Rochemonteix pour le premier tome, Le Temple d’Edfou, quatorze vol., Le Caire, 1892-1934.

120VOIR :
P. Jouguet, préface des Mélanges Maspero. I, Orient ancien, Le Caire, 1935-1938 ; Chronique d’Égypte 47, janv. 1949 ; J. Sainte Fare Garnot, « L’Institut français d’archéologie orientale du Caire », Revue de l’Enseignement supérieur, 1953 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 61-62 ; J. Vercoutter dir., Institut français d’archéologie orientale. Livre du centenaire, Le Caire, 1980.

Chéhab, Maurice Hafez, émir (1904-1994)

121Archéologue libanais, directeur du Service des antiquités de la République libanaise, il assure très efficacement la protection du patrimoine, fait ouvrir de nombreux chantiers archéologiques et crée le Musée national de Beyrouth. Né à Homs, il est élevé à Beyrouth chez les jésuites et obtient en 1924 le baccalauréat français. Il commence des études de droit, auxquelles il renonce rapidement, pour entrer à l’École du Louvre dont il obtient le diplôme en 1928. De retour au Liban, il devient conservateur au Musée national de Beyrouth, qui n’est alors qu’un dépôt dont il va s’employer à faire un véritable musée. Le Musée national est ouvert au public dès 1938, même si l’inauguration n’a lieu qu’en 1942. Cette même année, M. Chéhab entre au Service des antiquités de la République libanaise dont il devient directeur en 1944, et directeur général en 1960. Il donne un grand essor au service et lance un vaste programme de recherches. Il laisse à M. Dunand la fouille de Byblos et lui confie celle du sanctuaire d’Echmoun à Sidon et, quant à lui, prend la direction de la fouille de Tyr et de celle du château omeyyade d’Anjarr. Il fait exécuter des restaurations à Baalbek et étendre les fouilles au sud du sanctuaire. Il dirige de nombreux chantiers archéologiques, en particulier à Tell Rachadié (1942), Tell Hazzine (1945-1947) et Kharayeb (1948-1950). Il a contribué à la sauvegarde de nombreux monuments historiques du Liban. Ses travaux à Tyr, menés jusqu’à son départ pour la France en 1982, sont fondamentaux pour la connaissance de la cité phénicienne. Il occupe plusieurs postes de professeur, en particulier à la Faculté des lettres de l’Université libanaise de Beyrouth de 1945 à 1974, dans la chaire d’archéologie et d’histoire, et à l’Académie des beaux-arts, où il enseigne l’histoire de l’architecture de 1948 à 1960. Il forme ainsi plusieurs générations d’archéologues et d’historiens libanais. Le Liban lui doit le sauvetage des collections du musée qu’il cache pour les mettre à l’abri des bombardements et des pillages, lors de la guerre qui ravage le pays. Il a toujours entretenu des relations privilégiées avec les savants français actifs au Proche-Orient : H. Seyrig, D. Schlumberger ou E. Will. En 1972, il accorde à l’Institut français d’archéologie proche-orientale la fouille de Tell Arqa et son intervention permet en 1975 l’évacuation de la bibliothèque de l’Institut et son repli dans le château de Byblos. En 1982, la guerre l’oblige à quitter le Liban pour rejoindre Paris où il reste jusqu’en 1992. Il a assumé des charges internationales importantes : créateur et président du Comité national libanais des musées membres de l’ICOMOS, membre de la Commission de sauvegarde des monuments de la Nubie. Membre de l’Accademia Pontificia di Archeologia et du Deutsches Archeologisches Institut, il est également élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1976.

Bibliographie sélective :

122Les Terres cuites de Kharayeb, Paris, 1951-1954 ; Baalbek. Guide archéologique, Beyrouth, 1955 ; Mosaïques du Liban, Bulletin du Musée de Beyrouth, XIV et XV, 1957-1959 ; Sarcophages à reliefs de Tyr, Bulletin du Musée de Beyrouth XXI, 1968 ; Tyr. Histoire-Topographie-Fouilles, Beyrouth, 1975 ; Tyr à l’époque des croisades, I, Paris, 1975, II 1 et 2, Beyrouth 1979 ; « Les Phéniciens au Proche-Orient », dans M. Chéhab, S. Moscati, A. Parrot, Les Phéniciens. L’expansion phénicienne, Carthage, Paris, 1975, p. 23-127 ; Monnaies gréco-romaines et phéniciennes du Musée national, Beyrouth, Liban. A la mémoire de Henry Seyrig, Paris, 1977 ; Fouilles de Tyr. La nécropole, quatre vol., Bulletin du Musée de Beyrouth, XXIII à XXVI, 1983-1986.

123VOIR :
J. Marcadé, « Allocution l’occasion du décès de l’émir Maurice Chéhab, correspondant de l’Académie, survenue le 24 décembre 1994 à Beyrouth (Liban) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1995, p. 1-2 ; G. Pisano, « Maurice Hafez Chéhab. 27. 12. 1904-22. 12. 1994 in Memoria », Rivista di Studi Fenici 24, 1996 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Chierici, Gaetano (1819-1886)

124Prêtre, patriote et préhistorien italien. Fondateur et directeur du Museo di Storia Patira de Reggio Emilia, il est, avec B. Gastaldi, P. Strobel et L. Pigorini, l’un des pionniers de la « paletnologia » italienne. Né à Reggio, il est le dernier d’une famille de onze enfants et fait à l’École des beaux-arts des études artistiques, qu’il abandonne rapidement. Il suit quelque temps les leçons des jésuites mais, la discipline trop sévère ne lui convenant pas, son père le retire. Grâce à Mgr F. Cattani, il peut, à partir de 1838, suivre l’enseignement au collège du séminaire d’où il sort prêtre en 1842. Il a reçu une solide culture littéraire classique mais éprouve aussi une véritable passion pour les mathématiques et la physique, ce qui lui permet de développer toutes les qualités scientifiques nécessaires à l’exercice de l’archéologie préhistorique. De 1844 à 1846, il accomplit de nombreux voyages qui éveillent en lui une profonde passion pour l’histoire antique et l’archéologie : il fait un premier voyage à Rome en 1844 puis, jusqu’en 1846, il accompagne en Sicile le jeune Achille Sidoli, fils de la patriote libérale Giuletta Bellari. De retour à Reggio Emilia en 1847, il reçoit un poste d’enseignement au séminaire. En 1848, quand le roi de Sardaigne Charles-Albert déclare la guerre à l’Autriche, G. Chierici, comme l’ensemble du clergé de Reggio, collecte de l’argent pour la garde civile et appelle à la guerre d’indépendance. Les troupes autrichiennes ayant rétabli François V à Modène, s’ensuit une répression contre les libéraux. G. Chierici est interdit d’enseignement et de tout emploi public. C’est chez lui que se tiennent les réunions de la société secrète qui lutte pour l’unité. Dénoncé, il quitte Reggio et voyage en Italie, se rend à Milan, Venise, Mantoue, La Spezia, Gênes, Turin, Vérone, et enfin, en 1858, il obtient à Guastalla, un poste de professeur de philosophie au séminaire. L’année suivante, il est rappelé à Reggio où on lui offre l’enseignement de la logique et de la métaphysique au lycée et des charges civiles et culturelles. À partir de 1859, il joue un rôle de premier plan au sein du clergé libéral et « national ». La fidélité à son engagement libéral lui vaut d’être interdit de confession en 1863. Dès 1849, il s’intéresse à la recherche archéologique et pense dès ce moment à la création d’un lieu où recueillir les antiquités. Il est le premier à mener une recherche systématique dans la région de Reggio Emilia, et devient membre de la Deputazione di Storia Patria dès sa fondation en 1860 ; il mène alors les fouilles du site romain de Ciano, pour lequel se constituent une société et, en son sein, une commission des fouilles dont G. Chierici est président. S’ensuit la création en 1862 du Gabinetto d’Antichità Patrie, dont G. Chierici est élu directeur en 1864 ; il fera de ce modeste « cabinet » le Museo di Storia Patria et l’un des musées les plus importants d’Italie pour la Préhistoire. À cette époque, il se retire de la politique militante et se consacre à ses études archéologiques. Il se livre alors avec passion aux recherches préhistoriques sur les villages néolithiques du Reggiano et surtout sur les terramare ; il réalise des fouilles stratigraphiques rigoureuses et donne l’exemple des comparaisons ethnographiques, ce qui lui vaut une grande renommée scientifique nationale. De 1870 à 1886, la vocation palethnologique de G. Chierici s’affirme : en 1871, il participe au Congrès international d’anthropologie et d’archéologie de Bologne et contribue, avec des collections du Reggiano, à l’Exposition italienne organisée à cette occasion ; en 1872, il est présent au congrès de Bruxelles. En 1875, nommé Inspecteur de la Direction générale des musées et des fouilles du royaume créée alors, il tente d’obtenir des crédits ministériels pour son musée, par l’intermédiaire de L. Pigorini, avec qui il est en relations scientifiques depuis 1861 et qui est devenu secrétaire de la Direction ; cette requête est en contradiction avec la politique centralisatrice inspirée par Pigorini lui-même qui projette – et réalisera l’année suivante – un Musée national préhistorique et ethnographique à Rome. Pour alimenter les collections de son musée, G. Chierici constitue un véritable réseau d’informateurs et d’archéologues qui fouillent les sites de terramare dans la région de Reggio, mais aussi dans la province de Mantoue ou de Brescia. Il privilégie les recherches locales dont la somme permet de reconstituer un ensemble sur le plan national. Il instaure un système de dons et d’échanges avec d’autres musées italiens pour donner une vision panoramique de la succession des cultures matérielles dans les différentes régions d’Italie et établir des comparaisons. Il est également en relation avec les musées étrangers, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Scandinavie ; il entretient en particulier d’étroites relations avec G. de Mortillet et É. Desor. La « palethnologie » est, selon lui, la nouvelle véritable science archéologique, dont le caractère est authentiquement démocratique car elle est accessible à tous. Le musée de Reggio apparaît comme un modèle pour la vision qu’il permet du passé depuis le Néolithique jusqu’à l’avènement de l’histoire : l’échantillon des collections qu’il présente au Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques de Bologne soulève l’admiration des plus grands préhistoriens. En 1884, le musée de Reggio reçoit la médaille d’or de l’exposition d’anthropologie générale, organisée à Turin : dans la section d’anthropologie préhistorique, G. Chierici illustre les résultats des travaux menés sur le site de S. Ilario d’Enza, en une vitrine qui figure la stratigraphie du site et répond à un principe diachronique et géographique ; G. Chierici offre alors la synthèse de la méthode préhistorique qu’il met en œuvre dans « un musée modèle, une véritable école de palethnologie ». Le musée de Reggio connaît une grande renommée internationale et devient en Italie l’étape obligée pour les grands préhistoriens étrangers. L’anthropologue et préhistorien R. Virchow le fait élire correspondant de la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire en 1883. Par ses travaux archéologiques, sur le terrain et au sein du musée de Reggio, G. Chierici contribue à faire naître la recherche préhistorique en Italie et à lui donner une place éminente sur le plan international.

Bibliographie sélective :

125Articles dans le Bollettino di paletnologia italiana qu’il a fondé en 1875 et qu’il dirige avec L. Pigorini et P. Strobel ; « Il Museo di Storia Patria di Reggio nell’Emilia », Bollettino di Paletnologia Italiana 5, 1879, p. 177-197.

126VOIR :
Nuova Antologia, 16 janv. 1886, p. 402 ; N. Campanini, La Vita di Don Gaetano Chierici, Reggio Emilia, 1888 ; L. Pigorini et P. Strobel, Gaetano Chierici e la paletnologia italiana, Reggio Emilia, 1888 (avec bibliographie) ; M. de Marinis, Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1980 ; M. Desiterre, Dal Gabinetto di Antichità Patrie al Museo di Storia Patria di Reggio Emilia (1862-1886), Reggio Emilia, 1985 ; id., Paletnologi e studi preistorici nell’Emilia Romagna dell’Ottocento, Reggio Emilia, 1988.

Childe, Vere Gordon (1892-1957)

127Préhistorien britannique. Comme il le souligne lui-même, il n’est pas un archéologue de terrain et ne s’est jamais consacré à l’étude d’objets de musée, mais il s’est appliqué à apporter à la préhistoire des méthodes d’explication et d’interprétation. Né en Australie, il fait des études de philologie en Grande-Bretagne, à Oxford, où il soutient une thèse inspirée par la quête du berceau des Indo-Européens et des liens entre le monde préhellénique de Crète et de Thessalie avec le nord des Balkans, l’Iran et l’Inde. Il propose un cadre chronologique pour l’Europe centrale, en se fondant sur la séquence offerte par les styles céramiques définis par J. Palliardi en Moravie grâce à la méthode stratigraphique et par référence aux influences égéennes. Il commence sa carrière en 1925 comme assistant bibliothécaire à l’Institut royal d’anthropologie de Londres et, toujours dans la perspective de l’étude des Indo-Européens, se tourne vers le Jutland et l’Écosse, où se présente pour lui la possibilité d’occuper l’Abercromy Chair : et, en effet, de 1927 à 1946, il est professeur d’archéologie préhistorique de l’Europe à Édimbourg, avant de diriger, jusqu’en 1957, l’Institut d’archéologie de l’Université de Londres. Dans la continuité de l’Alteuropa de Schuchhardt (éd. 1921), il publie en 1925 The Dawn of European Civilisation, première synthèse sur ce sujet en langue anglaise, qui connaît un grand retentissement. Le thème principal en est l’imprégnation de l’Europe « barbare » par la civilisation orientale, en réaction aussi bien contre les thèses de G. Kossina que contre le diffusionnisme défendu par E. Smith et Perry. Gordon Childe donnera cinq éditions différentes de ce livre fondateur, modifiant ses points de vue en fonction des découvertes archéologiques. Sa vision paneuropéenne de l’Antiquité préromaine se fonde sur la notion de culture, qu’il substitue au système des périodes, et sur celle de développement à la fois diffusionniste à partir des influences proche-orientales et en partie évolutionniste par la transformation radicale des apports orientaux dans les foyers européens. Sa vision du Proche-Orient évolue au fil des découvertes archéologiques dont il prend connaissance en se rendant sur place et en visitant la Mésopotamie et l’Inde, où il prend conscience des transformations décisives entraînées par l’invention de l’écriture : il introduit alors la notion de « Révolution urbaine ». En 1934, paraît L’Orient préhistorique, ouvrage capital où il s’attache à mettre en évidence les liens entre l’Orient et l’Europe et où il s’efforce de démontrer la validité historique des données archéologiques, aussi riches en information et aussi fiables que les textes. La même année, il se rend en Union soviétique, découvre la préhistoire russe et emprunte au marxisme l’idée que l’économie est dans une société la force qui provoque l’intégration. Nourri de philosophie, il s’intéresse à É. Durkheim et s’oriente vers une approche sociologique de l’épistémologie. Il est très attentif aux travaux qui s’accomplissent dans toute l’Europe et apporte son soutien aux préhistoriens espagnols réunis autour de J. Martinez Santa-Olalla. Dans la querelle qui oppose les « Occidentaux » et les « Orientaux», Childe occupe une position intermédiaire : selon lui, l’évolution commencée au Proche-Orient s’est poursuivie en Europe, mais suivant son propre génie. Gordon Childe contribue grandement à donner à l’archéologie le statut de science historique à part entière. Il exerce une très profonde influence sur la génération des orientalistes qui mettent en œuvre une archéologie scientifique et révèlent la Préhistoire du Proche-Orient, en particulier K. Kenyon et R. J. Braidwood.

Bibliographie sélective :

128The Dawn of European Civilisation, Londres, 1925 ; The Most Ancient East : the Oriental Prelude to European Prehistory, Londres, 1928 ; puis 1934, New Light on the Most Ancient East : the Oriental Prelude to European Prehistory, Londres ; The Danube in Prehistory, Oxford, 1929 ; The Bronze Age, Cambridge, 1930 ; Man Makes Himself, Londres, 1936 (2e éd. New York, 1952) ; « The Orient and Europe », The Advancement of Science, 1938, et, dans American Journal of Archaeology, 1939 ; « Prehistory in the USSR », Man, 42, 1942; What Happened in History, Harmondsworth, 1942 ; Scotland before the Scots, Londres, 1946 ; « Archaeology as a social science », University of London, Institute of Archaeology, Third Annual report, 1947 ; The Prehistory of European Society, Harmondsworth, 1958.

129VOIR :
La présentation qu’il fait de son cheminement scientifique dans G. Daniel et C. Chippindale, The Pastmasters. Eleven modern Pioneers of Archaeology, Londres, 1989 ; S. Piggott, « Vere Gordon Childe, 1892-1957 », Proceedings of the British Academy, 44, 1958, p. 305-312 ; B. G. Trigger, Gordon Childe : Revolutions in Archaeology, Londres, 1980 ; S. Green, Prehistorian : A Biography of V. Gordon Childe, Bradford-on-Avon, 1981 ; B. G. Trigger, A History of Archaeological Thought, Cambridge, 1989 ; D. R. Harris et alii, The Archaeology of V. Gordon Childe, Londres, 1994 ; P. Gathercole, T. H. Irvin, G. Mellevish éd., Childe and Australian Archaeology, Politics and Ideas, Queensland University Press, 1995 ; A. G. Sherratt, Economy and Society in Prehistoric Europe, Édimbourg, 1997, p. 38-66 ; G. « Vere Gordon Childe (1892-1957) », in Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 385-399.

Chipiez, Jérôme Charles (1835-1901)

130Architecte et archéologue français. Fils d’un architecte, il se forme à l’École d’architecture de Lyon, puis, de 1856 à 1862, il complète ses études à Paris, auprès de Viollet-le-Duc en particulier. De 1867 à 1886, il est professeur à l’École d’architecture de Paris ; pour l’Exposition universelle de 1889, il procède à des reconstitutions de monuments antiques, comme le temple de Jérusalem ou la salle hypostyle de Karnak. Sa plus importante contribution à l’archéologie est sa collaboration, à partir de 1881, avec G. Perrot pour l’Histoire de l’art dans l’Antiquité.

Bibliographie sélective :

131Histoire antique des origines et de la formation des ordres grecs, Paris, 1876 ; avec G. Perrot, Histoire de l’art dans l’Antiquité, huit vol., Paris, 1882-1899.

132VOIR :
Dictionnaire de biographie française ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 63.

Choiseul-Gouffier, Marie-Gabriel Florent Auguste, comte de (1752-1817)

133Diplomate français. Les travaux qu’il dirige font franchir un cap décisif aux recherches sur la Troade. Depuis l’enfance, influencé par l’abbé Barthélemy qui fut son précepteur, et dont il a lu l’ouvrage Les Voyages du jeune Anacharsis…, il rêve d’aller en Grèce, mais il doit d’abord entrer dans la carrière militaire puis se marier. En mars 1776, il s’embarque sur l’Atalante, navire chargé d’établir une carte des rivages méditerranéens, et reste trois années en Grèce, la parcourant en tous sens et privilégiant l’Asie Mineure. Pendant son séjour en Orient, il informe l’Académie des inscriptions de ses découvertes et s’y fait une réputation flatteuse qui lui vaut d’être nommé membre en 1780 ; il y présente un mémoire sur l’hippodrome d’Olympie, où il montre l’importance de l’étude des lieux pour la connaissance de l’Antiquité. La publication en 1782 de son Voyage pittoresque dans la Grèce, bientôt traduit en allemand, lui apporte une renommée internationale et, honneur considérable, l’élection à l’Académie française dans le fauteuil de D’Alembert. Nommé ambassadeur à Constantinople en 1784, il défend avec une grande habileté les intérêts de la France auprès de la Porte, et trahit ainsi les déclarations de philhellénisme énoncées dans le Discours préliminaire de son Voyage. Durant son ambassade, il s’entoure d’érudits et de savants, le peintre Fauvel, le dessinateur Cassas, l’helléniste d’Ansse de Villoison et le professeur de philosophie et de mathématiques Lechevalier dont il fait son secrétaire particulier. Il s’emploie à organiser l’étude de la Grèce antique et envoie des missions d’exploration en Asie Mineure et dans l’archipel grec ; lui-même parcourt la Troade avec J.-B. Lechevalier qui fait plus tard deux autres voyages au cours desquels il établit avec l’aide de L.-F. Cassas une carte de la Troade homérique. Dans sa quête du site de Troie, l’équipe de Choiseul-Gouffier attire l’attention du monde savant sur deux sites de la Troade, jusque-là négligés par les autres voyageurs : Bounarbashi et Hissarlik. J.-B. Lechevalier soutient la thèse de Troie à Bounarbashi et dresse une carte censée prouver l’identité entre la topographie du site et la description homérique. Il communique les résultats de cette expédition à la Royal Society d’Édimbourg qui publie en 1791 la Description of the Plain of Troy (trad. A. Dalzel) le philologue allemand, C. G. Heyne, en donne la version allemande en 1792 (Beschreibung des Ebene von Troja, Leipzig). Quant au tell d’Hissarlik, il est signalé pour la première fois par un autre membre du cercle de l’ambassadeur : Franz Kauffer, ingénieur que Choiseul-Gouffier a chargé d’une mission de relevé en Troade interne et dans la plaine de Troie en 1787, établit la carte de la Troade avec la première mention du site d’Hissarlik ; en 1814, Choiseul envoie J.-J. Dubois en Troade pour compléter la carte de Kauffer et indiquer les vestiges visibles, dont la ligne de fortifications. L’œuvre de Choiseul-Gouffier fournit à Hölderlin des éléments pour son roman Hyperion et joue donc un rôle non négligeable dans la définition du philhellénisme en Allemagne. En 1791, il refuse de quitter son ambassade et trouve refuge en 1793 auprès de la cour de Russie, où il devient bibliothécaire impérial. De retour en France en 1802, il travaille à l’édition de son second volume dont la première partie paraît en 1809 et la seconde, après sa mort, en 1822. La Restauration le fait pair de France, et, à sa mort, le musée du Louvre acquiert l’importante collection qu’il a réunie à Constantinople.

Bibliographie sélective :

134Voyage pittoresque de la Grèce, vol. I, Paris 1782 ; éd. allemande, trad. H. A. O. Reichard, Reise des Grafen von Choiseul-Gouffier durch Griechenland, Gotha, 1782 ; trad. en allemand de la description de la Troade, C. G. Lenz, Die Ebene von Troja nach dem Grafen Choiseul-Gouffier und anderen Reisenden, Neustrelitz, 1798 ; Voyage pittoresque de la Grèce, vol. II, Paris, 1809 ; édition J. D. Barbier du Bocage et J. A. Letronne, Paris, 1820-1829.

135VOIR :
Abbé Martin, Voyage à Constantinople fait à l’occasion de l’ambassade de M. le comte de Choiseul-Gouffier, Paris, 1821 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 63-64 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984 ; J. Marcadé et C. Pinatel, « Les avatars de la plaque des Ergastines du Louvre au xixe siècle », Parthenon-Kongress Basel. Referate und Berichte 4.-8. April 1982, Mainz 1984, p. 338-342, 455-457 ; D. E. Easton, « Troy before Schliemann », Studia TroicaI, 1991, p. 111-129 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie et des inscriptions et belles-lettre », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 114 ; O. Polychronopoulou, Archéologues sur les pas d’Homère. La naissance de la protohistoire égéenne, Paris, Noêsis, 1999 ; S. Heuck Allen, Finding the Walls of Troy. Franck Calvert and Heinrich Schliemann at Hisarlik, University of California Press, Berkeley, Los Angeles, Londres, 1999.

Christy, Henry (1810-1865)

136Ethnologue et préhistorien britannique. D’abord homme d’affaires, très tôt il choisit de se consacrer à l’étude des sciences naturelles. Après avoir accompli de nombreux voyages, en Europe, au Proche-Orient, en Afrique et dans le Nouveau Monde, il se découvre une vocation d’ethnologue. À partir de la découverte en 1858 de silex taillés en France, il se passionne pour la préhistoire et rejoint É. Lartet dans le Périgord, où ils explorent ensemble les grands sites de la vallée de la Vézère ; ils publient ensemble leurs découvertes, préparant leur grand ouvrage Reliquiae Aquitanicae (Londres, 1865-1875), dont H. Christie ne connaîtra pas la parution.

Bibliographie sélective :

137Avec É. Lartet : « Sur de nouvelles observations relatives à l’existence de l’homme dans le centre de la France à une époque où cette contrée était habitée par le renne et d’autres animaux qui n’y vivent pas de nos jours », Comptes rendus de l’Académie des sciences, LVIII, séance du 29 février 1864 ; « Sur des figures d’animaux gravées ou sculptées et autres produits d’art et d’industrie rapportables aux temps primordiaux de la période humaine », Revue archéologique 1864, p. 233-267 ; Reliquiae Aquitanicae, being Contribution to Archaeology and Palaeontology of Périgord and the adjoining Provinces of Southern France, 1865-1875.

138VOIR :
Matériaux pour servir à l’histoire positive et philosophique de l’homme, I, 1864-1865 ; G. Daniel, A Hundred and Fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Cintas, Pierre (1908-1974)

139Archéologue français. Né à Tunis, il appartient à l’administration des Douanes, mais se passionne très tôt pour l’archéologie punique. En 1947, il est appelé par Gilbert Picard, directeur du Service des antiquités de Tunisie, au poste d’inspecteur, chargé de la section punique. Il fouille de nombreux sites puniques en Afrique du Nord, mais consacre une large part de ses travaux à Carthage où, en 1945, il reprend la fouille du tophet. Il applique des techniques de fouilles empruntées à la préhistoire et publie de nombreux articles et ouvrages importants qui font faire des progrès décisifs à l’archéologie punique. En 1956, il devient chef de la Mission archéologique française qui est alors créée, mais doit regagner la France en 1961, après les événements de Bizerte. Après des recherches éphémères en Sicile, il se consacre à la rédaction de son Manuel d’archéologie punique, dont deux volumes paraîtront (Paris, 1970 et 1976). P. Cintas perpétue la tradition des « grands amateurs » qui, depuis 1830, ont remarquablement concouru à l’essor de l’archéologie de l’Afrique du Nord.

Bibliographie sélective :

140Amulettes puniques, Tunis, 1946 ; Fouilles puniques à Tipasa, Alger, 1949 ; La Céramique punique, Tunis, 1950 ; « Contribution à l’étude de l’expansion carthaginoise au Maroc », Publications de l’Institut des hautes études marocaines, Paris, 1954 ; Éléments d’étude pour une protohistoire de la Tunisie, Paris, 1961 ; Manuel d’archéologie punique, deux vol., Paris, Picard éditeur, 1970 et 1976 ; Le Port de Carthage, Paris, 1973.

141VOIR :
M. Leglay, « Nouveautés puniques », Revue africaine, t. 96, 1952, p. 399-415 ; J. Lassus, « Vingt-cinq ans d’histoire algérienne. 1931-1956 », 2, « L’Antiquité », Revue africaine, t. 100, 1956, p. 85-87 ; G. Souville, Antiquités africaines, 1977, 2, p. 7-10, avec bibliographie.

Clarac, Charles Othon Frédéric Jean-Baptiste, comte de (1777-1847)

142Archéologue français. Encore enfant, il suit son père, qui émigre en Suisse, puis en Allemagne ; le jeune homme sert dans les troupes de Condé, vit à Amsterdam, voyage au Brésil, en Guyane et aux Antilles, et revient en France. Devenu précepteur des enfants du roi de Naples, Murat, il suit les fouilles de Pompéi. Louis XVIII le nomme, en 1818, à la succession d’E. Q. Visconti comme conservateur des Antiques du Musée royal du Louvre, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort en 1847. Il poursuit la tâche de son prédécesseur qui avait rédigé les premiers catalogues du Louvre. Le comte de Clarac complète la Description des Antiques… commencée par Visconti : il se consacre entièrement à l’organisation des collections, conçoit l’idée « d’un musée qui offrirait toutes les statues de l’Europe » et s’engage dans l’immense inventaire des collections publiques et privées, tant en France que dans les autres pays d’Europe. Il élabore un recueil iconographique, dont les gravures sont d’une qualité inégalée à son époque. Des tables s’ajoutent aux planches et au texte et permettent de localiser toutes les statues antiques d’Europe ; il propose une chronologie des œuvres et établit une liste alphabétique des artistes. Même s’il ne répond pas aux critères scientifiques de la « nouvelle archéologie » définie par E. Gerhard, cet ouvrage demeure jusqu’en 1880 le plus riche recueil de monuments plastiques. De plus, le comte de Clarac s’attache à l’étude des techniques employées par les artistes, ce qui constitue une nouveauté tout à fait remarquable.

Bibliographie sélective :

143Fouilles faites à Pompéi, Paris, 1813 ; Description des Antiques du Musée royal commencée par M. le chevalier de Visconti, continuée et augmentée de plusieurs tables par M. le comte de Clarac, conservateur des Antiques, Paris, 1820 ; Musée de sculpture antique et moderne, onze vol., Paris, 1826-1841 ; Manuel de l’histoire de l’art chez les Anciens, Paris, 1847.

144VOIR :
S. Reinach, Introduction au t. I du Répertoire de la statuaire grecque et romaine, Paris, 1897-1910 ; Pompei e gli architetti francesi dell’Ottocento, catalogue exposition Paris-Naples-Pompéi, 1981.

Clerc, Michel (1857-1931)

145Archéologue français, historien de la Provence, directeur du Musée archéologique de Marseille. Ami de C. Jullian, il met en œuvre les principes énoncés par l’historien de la Gaule : il ne peut exister de bonne histoire générale de la France que fondée sur d’excellentes histoires locales. Né à Chalon-sur-Saône, il entre en 1877 à l’École normale supérieure, obtient l’agrégation d’histoire et devient membre de l’École française d’Athènes (1880-1883). Il fouille l’Héraïon de Samos et procède à des reconnaissances épigraphiques ; en compagnie de P. Paris, il explore l’Asie Mineure et fait une ample moisson épigraphique qui nourrira sa thèse complémentaire. Sa thèse sur les métèques athéniens est très remarquée à l’époque de sa parution, par l’usage qui y est fait de tous les types de documents, textes mais aussi inscriptions : en effet, il acquiert en Grèce la conviction que la « science historique » doit bénéficier des éléments nouveaux fournis par les sciences auxiliaires de l’histoire. Comme les jeunes historiens de sa génération, il ressent la nécessité de se faire épigraphiste et archéologue pour parvenir à reconstituer une histoire totale. Il se place ainsi sous le patronage de N. Fustel de Coulanges. En 1883, il est nommé maître de conférences à la Faculté des lettres d’Aix-en-Provence, se consacre à l’histoire régionale et obtient la création d’une chaire d’« histoire de la Provence » en 1895 ; il participe au mouvement d’expansion des recherches locales qui s’affirme à cette époque, et que favorise l’État par la création de chaires d’histoire locale en province : ainsi à Bordeaux ou à Toulouse. La même année, il est nommé directeur du Musée archéologique de Marseille, à la tête duquel il reste jusqu’en 1928. Il défend la notion de « science historique » qui comprend l’histoire et toutes les sciences auxiliaires et il insiste sur la nécessité d’une observation rigoureuse, se référant à l’exercice des sciences naturelles. À la direction du Musée Borély, il stimule la recherche archéologique de terrain et veille à la conservation du patrimoine il confie la rédaction de catalogues collections plus grands spécialistes, G. Maspero et W. Froehner. Par ses fouilles dans la montée de la Tourette à Marseille, il fait la démonstration du bon usage de l’archéologie au service de l’histoire : il se livre à une analyse très précise et très fine des tessons de céramique, recourant aux statistiques qui lui permettent de mettre en évidence le nombre écrasant de céramiques grecques pour le viie et le début du vie siècle ; reliant ce phénomène aux informations historiques, il montre que l’archéologie confirme l’histoire : en effet, l’alliance des Carthaginois et des Étrusques en 535 av. J.-C. a entraîné l’isolement de Massalia. Son Histoire d’Aix-en-Provence dans l’Antiquité envisage la région avant la colonisation romaine et présente les oppida salyens, Entremont, Baou Roux et Roquepertuse qu’il visite avec C. Jullian et dont il étudie la statuaire. Pour sa monumentale histoire de Marseille depuis la Préhistoire, il reçoit le prix Gobert de l’Académie française. En 1909, il est élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. M. Clerc appartient à la première génération des historiens archéologues, qui poursuivent la synthèse de toutes les disciplines historiques ; il concourt au développement de l’archéologie nationale qu’A. Bertrand, S. Reinach ou J. Déchelette défendent et illustrent à la même époque.

Bibliographie sélective :

146Les Métèques athéniens. Étude sur la condition légale, la situation morale et le rôle social et économique des étrangers domiciliés à Athènes, Paris, 1893 (thèse) ; De Rebus Thyatirenum, commentatio epigraphica, Paris, 1893 (thèse complémentaire) ; « De l’histoire considérée comme science. Discours de réception », Mémoires de l’Académie de Marseille, 1900-1901 ; « Les Phéniciens dans la région de Marseille avant l’arrivée des Grecs », Revue historique de Provence, 1901 ; L’Archéologie ligure, Marseille, 1904 ; Aquae Sextiae, histoire d’Aix-en-Provence dans l’Antiquité, 1916 ; préface à H. de Gérin-Ricard, Le Sanctuaire pré-romain de Roquepertuse à Velaux (B.d.R.), Marseille, 1927 ; Massalia, histoire de Marseille dans l’Antiquité. Des origines à la fin de l’Empire romain d’Occident (476 apr. J.-C.), deux tomes, Marseille, 1927-1929.

147VOIR :
H. de Gérin-Ricard, « Michel Clerc », Mémoires de l’Académie de Marseille, 1931-1932 ; S. Reinach, « Michel Clerc », Revue archéologique 34-2, 1931 ; È. et J. Gran-Aymerich, Archéologia 235, mai 1988, p. 71-77.

Clérisseau, Charles-Louis (1721-1820)

148Artiste, architecte et archéologue français, l’un des premiers « artistes voyageurs », initiateur des relevés scientifiques des monuments antiques, qui va jouer un rôle considérable dans la redécouverte du monde antique avant la Révolution. Né à Paris, il y fait ses études d’architecture et obtient le Grand Prix en 1746. Pensionnaire de l’Académie de France à Rome à partir de 1749, il fait la connaissance de G. B. Piranesi et, avec lui, parcourt les ruines romaines pour les dessiner : c’est ainsi qu’ils font ensemble de nombreuses séances à la villa d’Hadrien à Tivoli, dont ils exécutent un relevé, et se rendent systématiquement sur les lieux où s’ouvrent des fouilles. Piranèse et Clérisseau exercent l’un sur l’autre une profonde influence réciproque. En 1754, il quitte brutalement l’Académie après s’être fâché avec son directeur et entre en contact à Florence avec Horace Mann, représentant de la Grande-Bretagne auprès de la cour de Toscane, qui reçoit les Anglais de marque et les met en relation avec les marchands d’œuvres et d’objets d’art ; Clérisseau entre dans ce circuit et rencontre, chez H. Mann, le jeune architecte écossais Robert Adam, qui le prend à son service pour qu’il dirige les travaux des jeunes artistes qu’il a engagés pour exécuter des relevés des monuments de Rome, thermes de Caracalla, de Titus et de Dioclétien, dans la perspective de rééditer les Édifices antiques de Rome de A. Desgodetz (1682) et de publier un ouvrage sur les bains romains, projets qui ne seront pas réalisés. Clérisseau est donc lié au milieu anglais, auquel il vend ses dessins de ruines, et ce choix explique que ses compatriotes le tiennent à l’écart et font le silence sur ses travaux. À Rome, il est présenté au cardinal A. Albani, grand collectionneur d’antiquités, dont le cercle joue un rôle prépondérant pour la circulation des objets et la diffusion des connaissances sur l’Antiquité : Clérissau fait ainsi la connaissance de J. J. Winckelmann, surintendant des Antiquités à partir de 1763, qui obtient qu’il participe au chantier de la villa Albani. Pendant son long séjour en Italie – un peu moins de vingt ans –, C.-L. Clérisseau visite toutes les grandes villes d’Italie, l’Istrie et la Dalmatie, exécutant dessins et relevés des monuments, en compagnie de R. Adam, puis de son jeune frère James. En 1755, il se rend à Naples et Herculanum ; l’année suivante, ils accomplissent des excursions dans le Latium et en Ombrie. En 1757, R. Adam et lui partent pour Venise, visitent l’Istrie et gagnent Spalato (Split), où ils procèdent au relevé architectural du palais de Dioclétien. Après le départ de R. Adam pour l’Angleterre, C.-L. Clérisseau reste à Venise pour surveiller l’exécution des gravures de l’ouvrage Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalato qui sera publié sous le seul nom de R. Adam. De 1760 à 1763, il fait avec James Adam, qui, à la suite de son frère, accomplit son « grand tour », un voyage en Italie du Nord et en Istrie, puis rejoint Naples. Il reste à Rome jusqu’en 1767, date à laquelle il se rend dans le Midi de la France, probablement à l’instigation de J. J. Winckelmann qui s’intéressait beaucoup aux monuments antiques de Nîmes et se scandalisait des destructions causées par l’aménagement du jardin de la Fontaine. Clérisseau rencontre J.-F. Séguier à Nîmes et lui soumet son projet de publier un ouvrage consacré aux Antiquités de la France, constitué de relevés exacts et précis des monuments ; par la première partie de son ouvrage qu’il envisage plus vaste, il réalise une entreprise à laquelle J.-F. Séguier lui-même, le comte de Caylus et P. J. Mariette avaient employé une partie de leur énergie pendant plusieurs années, mais sans succès : une publication scientifique des monuments antiques de Nîmes. Le premier volume de Clérisseau paraît en 1778 et a bénéficié des informations et croquis fournis par Séguier, mais, faute d’un assez grand nombre de souscripteurs, Clérisseau ne peut mener à bien son immense entreprise et ne publie que ce premier volume. Le caractère novateur de l’œuvre réside dans la prise en compte des exigences rigoureusement scientifiques des dessins et relevés : les monuments sont précisément mesurés, et pour chacun sont donnés l’élévation principale et latérale, le plan, des coupes et des profils. La première préoccupation de Clérisseau est l’exactitude de la restitution, fondée sur des vérifications systématiques sur place. Il est de retour à Paris en 1768 et l’année suivante il est reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture en tant que peintre d’architecture. En 1771, il séjourne à Londres et expose à la Royal Academy. Il reçoit de nombreuses commandes, dont celle du père Thomas Le Sueur pour le décor de sa cellule au couvent de la Trinité des Monts : l’artiste y représente la cella d’un temple antique partiellement ruiné et crée un effet de parfaite illusion ; cette réalisation devient vite l’une des grandes attractions artistiques de Rome. Plus tard, il réalise aussi l’entrée monumentale du Palais du gouverneur à Metz et le Virginia State Capitol, à Richmond, aux États-Unis. Catherine II de Russie le sollicite aussi pour des projets, qui ne seront pas réalisés et, par l’intermédiaire de Grimm, lui achète dix-huit portefeuilles des dessins réalisés pendant son long séjour en Italie, le nomme « premier architecte et associé honoraire » de l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg et lui octroie une rente. Nommé membre de l’Institut par Napoléon en 1801, il est décoré de la Légion d’honneur en 1815. Maître du paysage architectural, « artiste voyageur » inlassable, C.-L. Clérisseau ouvre une nouvelle voie d’étude et inaugure un nouveau type de publications, les recueils récits de voyage illustrés par artistes par la rigueur et l’exactitude ses relevés des monuments du Midi, il fait œuvre de précurseur très en avance sur son temps et, avec J.-F. Séguier, accomplit un grand pas en avant vers la « science » archéologique.

Bibliographie sélective :

149Voir T. J. Mc Cormick, « Charles-Louis Clérisseau. A Bibliography », The American Association of Architectural Bibliographers, 1958, no 11 ; R. Adam, Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalato, Londres, 1764 ; Antiquités de la France. Première partie. Monuments de Nîmes, Paris, 1778 ; rééd. en deux vol. par J.-G. Legrand, 1804.

150VOIR :
P. J. Mariette, Abecedario de P. J. Mariette et autres notes inédites de cet amateur sur les arts et les artistes, ouvrage publié d’après les manuscrits autographes conservés au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque impériale et annoté par P. de Chennevières et A. de Montaiglon, six vol., Paris, 1850-1861, t. 9, p. 380 ; T. J. Mc Cormick, « An Unknown Collection of Drawings by Charles-Louis Clérisseau », Journal of the Society of Architectural Historians 22, 1963, p. 119-126 ; id., Charles-Louis Clérisseau and the Roman Revival, Princeton University Ph. D., 1971 ; catalogue de l’exposition Piranèse et les Français, 1740-1790, Rome-Dijon-Paris, Académie de France, Villa Médicis, 1976 ; notice biographique de Piranèse par J. G. Legrand, publiée par G. Erouart et M. Mosser, « À propos de la Notice historique sur la vie et les ouvrages de J. B. Piranesi : origine et fortune d’une biographie », Piranèse et les Français 1740-1790, 1976, p. 213-256 ; H. Lavagne, « Piranèse archéologue à la villa d’Hadrien », Piranesi e la cultura antiquaria, Rome, 1985 ; V. Chevtchenko, S. Cotté et M. Pinault Sorensen éds, Charles-Louis Clérisseau (1721-1820). Dessins du musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg, Paris, musée du Louvre, 1995 ; A.-F. Laurens, « Vivre avec l’Antique : antiquités et antiquaires du Midi », dans F. de Polignac et J. Raspi Serra éds, La Fascination de l’Antique. 1700-1770. Rome découverte, Rome inventée, Paris-Lyon, Somogy-Musée de la civilisation gallo-romaine, 1998, p. 149-151.

Clermont-Ganneau, Charles (1846-1923)

151Diplomate et orientaliste français, initiateur de l’archéologie moderne au Proche-Orient, maître universellement reconnu de l’épigraphie et de l’archéologie sémitiques. Drogman chancelier à Jérusalem puis vice-consul à Jaffa, il illustre la tradition des diplomates archéologues du xixe siècle, dont il est l’un des plus grands. Élevé par sa mère, sous la protection de Th. Gautier, il fait ses études au collège Sainte-Barbe et au lycée Louis-le-Grand, où il est co-disciple de G. Maspero. Licencié ès lettres, il s’inscrit à l’École des langues orientales vivantes et, de 1864 à 1867, fréquente les cours d’arabe, de turc et de persan. Il suit les cours d’hébreu, s’initie à la critique biblique et à l’épigraphie sémitique grâce aux leçons d’E. Renan au Collège de France ; l’auteur de la Mission de Phénicie envisage dès ce moment de le faire collaborer au Corpus Inscriptionum Semiticarum dont la publication sera entreprise par l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1867, l’année même où C. Clermont-Ganneau est nommé drogman chancelier à Jérusalem. Il ne peut en effet réaliser son désir de se consacrer pleinement à l’archéologie et entre dans la carrière diplomatique pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa mère. Il s’est fixé pour but la poursuite de l’œuvre de Renan en Phénicie, et, en Palestine et à Jérusalem, il établit un véritable réseau d’information et se livre à des explorations systématiques, aboutissant en 1869 à la retentissante découverte de la stèle de Mesha qui constitue alors le plus ancien témoignage d’écriture alphabétique : il déchiffre le texte et reconnaît une proclamation de Mesha, roi de Moab, révolté contre Israël au ixe siècle avant notre ère ; l’inscription confirmait le Deuxième Livre des Rois et ouvrait un champ nouveau aux études sémitiques. À l’instigation du marquis de Vogüé, C. Clermont-Ganneau présente la stèle à l’Académie des inscriptions et belles-lettres et fait ainsi une entrée très remarquée dans le monde des orientalistes. Devenu expert en antiquités sémitiques, il démantèle un trafic de faux moabites qui ont commencé à s’introduire dans les musées européens. Son prestige sera encore accru lorsqu’il aura démêlé les deux affaires des faux rouleaux du Deutéronome et de la tiare de Saïtaphernès. Invité par le marquis de Vogüé à le rejoindre à Constantinople où il est ambassadeur, C. Clermont-Ganneau fait le choix de l’archéologie et, plutôt que de saisir une occasion de promotion dans la carrière diplomatique répond à une offre du Palestinian Exploration Fund : en 1874, il accomplit en Palestine une mission d’une année au cours de laquelle il se livre à une enquête approfondie qui lui permet de déterminer le site de Gézer. La même année, il retourne à Paris, avec le projet de s’y installer définitivement pour se consacrer à l’étude. Il bénéficie du soutien et de l’aide d’E. Renan et du marquis de Vogüé qui lui ouvrent les portes de l’École pratique des hautes études : en 1876, est créée pour lui la Conférence d’archéologie orientale et il pense pouvoir renoncer définitivement à la carrière diplomatique mais des difficultés financières insurmontables l’obligent à reprendre le service en 1881 et à accepter le poste de vice-consul à Jaffa. C’est alors qu’il reçoit une mission du ministère de l’Instruction publique pour explorer la Phénicie, la Syrie et la Palestine. Il acquiert pour le Louvre de nombreuses antiquités mycéniennes, phéniciennes, juives, grecques et latines. Cette mission marque pour lui la fin des longs séjours au Proche-Orient : en effet, en 1882, il devient secrétaire interprète au ministère des Affaires étrangères, puis consul de première classe, consul général et enfin ministre plénipotentiaire honoraire. Désormais installé à Paris, il assure son enseignement à l’École pratique des hautes études et collabore au côté d’E. Renan au Corpus Inscriptionum Semiticarum dont il devient président de la Commission de rédaction en 1916. Reconnu comme l’égal de son maître Renan pour l’épigraphie sémitique, il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1889, et joue un rôle déterminant dans la promotion des recherches au Proche-Orient. En 1890, E. Renan obtient pour lui la création, au Collège de France, de la chaire d’épigraphie et d’antiquités sémitiques. Dans sa leçon inaugurale, il expose sa conception de la recherche, qui allie épigraphie et archéologie, et sa méthode, la « mythologie iconologique » il étudie les objets d’un point de vue épigraphique, mais il en examine aussi la technique et l’iconographie, et s’attache à montrer le rôle considérable joué par l’image dans la migration et la transformation des idées religieuses. À partir de 1895, désireux de mesurer la place des Sémites en dehors du Proche-Orient, il entreprend de suivre leurs traces de Crète jusqu’en Égypte : il visite alors le site de Cnossos, où il aurait lancé des fouilles s’il en avait eu les moyens financiers. Il va à Tripoli de Libye et en Égypte, c’est le site d’Éléphantine qui le retient pendant deux années à partir de 1904. Il y cherche les traces d’une colonie juive productrice des papyrus en caractères araméens que l’on y a retrouvés. Ces travaux sont très décevants et marquent la fin de sa carrière d’archéologue de terrain. Il se consacre désormais à ses recherches et surtout à la promotion des études sémitiques ; ainsi, concourt-il à la création de la revue Syria et à l’organisation des fouilles de Doura Europos confiées à F. Cumont. Il a la joie de voir, en 1919, la création du « centre permanent de recherches méthodiques et continues » dont il avait souligné la nécessité dès 1882 ; en effet, l’Académie des inscriptions et belles-lettres prend sous son patronage deux institutions nouvelles vouées à la recherche au Proche-Orient : une mission archéologique permanente et une École française d’archéologie rattachée à l’École biblique de Jérusalem. Le Liban et la Syrie, placés sous mandat français, sont pourvus d’un Service des antiquités qui organise et stimule les recherches, et tout particulièrement dans le domaine phénicien, par les fouilles de P. Montet à Byblos. Par ses conférences à l’École pratique des hautes études et au Collège de France, C. Clermont-Ganneau fonde un véritable enseignement de l’archéologie et de l’épigraphie sémitiques et forme plusieurs générations de chercheurs qui assureront la continuité et le progrès de ces disciplines. Il a su poursuivre l’œuvre d’E. Renan et a donné une impulsion définitive aux études sémitiques.

Bibliographie sélective :

152Voir H. Ingholt, « Bibliographie de Charles Clermont-Ganneau », Revue archéologique, juil.-déc. 1923, p. 131-158 ; « La stèle de Mésa », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1870 ; « La stèle de Dhiban ou stèle de Mesa, roi de Moab. Lettres à M. le comte de Vogüé », Revue archéologique, 1871 ; « Découverte d’une stèle du temple de Jérusalem », Revue archéologique, 1872 ; Jerusalem Researches, Palestine Exploration Fund, 1874 ; La Palestine inconnue, Paris, 1875 ; « Mythologie iconographique », Revue critique, 1878 ; L’Imagerie phénicienne et la Mythologie iconologique chez les Grecs, Paris, 1880 ; Études d’archéologie orientale, deux vol., Paris, 1880-1892 ; Mission en Palestine et en Phénicie. Rapport dans les Archives des missions scientifiques et littéraires, Paris, 1882-1884 ; Les Fraudes archéologiques en Palestine, 1885 ; Recueil d’archéologie orientale, huit vol., Paris, 1888-1923 ; Archaeological Researches in Palestine during the Years 1873-1874, deux vol., 1896-1899; « Deux projets archéologiques : 1. Création d’un fonds spécial pour antiquités ; 2. Création en Syrie d’une station archéologique orientale », Répertoire d’épigraphie sémitique, deux vol., Paris, 1900-1914.

153VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; E. Pottier, « Charles Clermont-Ganneau », Syria 4, 1923 ; R. Dussaud, « Les travaux et les découvertes archéologiques de Charles Clermont-Ganneau (1846-1923) », ibid. ; R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de M. Charles Clermont-Ganneau », publications de l’Institut de France, 1924, n° 27 bis ; È. et J. Gran-Aymerich, « Charles Clermont-Ganneau », Archéologia 222, mars 1987, p. 71-79, avec bibliographie ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Cochet, Jean Benoît Désiré, abbé (1812-1875)

154Archéologue français. Fils d’un ancien soldat de l’Empire nommé garde-côte à Étretat en 1814, il reçoit les premiers rudiments d’un ancien bénédictin, l’abbé Sence, puis est admis au collège du Havre en 1827 et au petit séminaire du Mont-aux-Malades l’année suivante. En 1830, la découverte des restes d’une villa gallo-romaine à Étretat pique sa curiosité. En 1834, il envoie à l’Académie de Rouen son premier mémoire archéologique pour signaler la découverte de vestiges gallo-romains. Il est alors nommé membre de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure et présenté à Arcisse de Caumont. En 1855, il entreprend une fouille à Étretat et au château Gaillard. Ordonné prêtre en 1836, il est nommé vicaire à Saint-François-du-Havre. Il est reçu à l’Académie de Rouen en 1842. En 1844 et 1845, il publie les deux volumes des Églises de l’arrondissement du Havre. Atteint d’une névrose générale en 1845, il doit renoncer à tout ministère actif et se retire à Dieppe. Il se livre alors à la pratique de l’archéologie et fouille la nécropole gallo-romaine de Neuville-le-Pollet. Il parcourt la Normandie, visite les églises et les monuments, les décrit, les fait restaurer ; il se rend à l’étranger pour visiter les musées et rencontrer les savants. Alors qu’il entretient de nombreux chantiers, en 1847, les travaux du chemin de fer mettent au jour une nécropole franque à Londinières, où il entreprend des fouilles méthodiques. Un champ de recherches vierge s’ouvre à lui et il multiplie les fouilles de nécropoles à Cany, au Bois-des-Loges, à Fécamp, Lillebonne, Envermeu, Nesle-Hosdeng, Sommery, Douvrend. Nommé en 1849 inspecteur des Monuments historiques, il permet le sauvetage de nombreux monuments en Seine-Inférieure et fait le point sur le résultat de ses fouilles en les confrontant aux travaux faits en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne. Correspondant du Comité des travaux historiques et scientifiques en 1843, membre de la Société des antiquaires de France en 1853, il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1864 et est nommé conservateur du Musée des antiquités de Rouen en 1867. Très affecté par l’occupation prussienne, il meurt paralysé en 1875. L’abbé Cochet se situe dans la lignée des archéologues amateurs de province dont l’action, organisée par A. de Caumont, est si importante pour l’essor de l’archéologie nationale.

Bibliographie sélective :

155Églises de l’arrondissement de Dieppe, 1850 ; La Normandie souterraine, 1854 ; Les Sépultures gauloises, romaines, franques et normandes, 1857 ; Le Tombeau de Childéric, 1859 ; Répertoire archéologique, 1871.

156VOIR :
L. Flavigny, « Notice biographique sur Jean Benoît Désiré Cochet (1812-1875) », catalogue de l’exposition La Normandie souterraine. L’abbé Cochet et l’archéologie au xixe siècle, Musée archéologique de Rouen, Rouen, 1975 ; J. Hubert, « L’abbé Cochet et l’avènement d’une science de l’archéologie », Centenaire de l’abbé Cochet (1812-1875). Rouen 3-5 juillet 1975, Rouen, 1978, p. 13-18 ; « J. B. Cochet (1812-1875) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom, 1998 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998.

Cockerell, Charles Robert (1788-1863)

157Architecte britannique. Il participe, lors de son séjour en Grèce en 1811, aux fouilles des temples d’Égine et de Bassae, avec son compatriote J. Foster, les danois P. O Brönsted et G. Koes, le balte O. Magnus von Stackelberg et les allemands Haller von Hallerstein et J. Linckh, tous membres de l’association qu’ils ont créée en 1810 et appelée le Xénéion. En Italie, il fait la connaissance de l’architecte français F. Mazois qui travaille alors à son grand ouvrage sur Les Ruines de Pompéi. De retour dans son pays, il construit la bibliothèque universitaire de Cambridge, le Musée Ashmolean à Oxford et la Banque d’Angleterre à Liverpool, où il illustre la fusion du modèle hellénique et sa conception personnelle d’un style nouveau. En 1840, il est nommé professeur d’architecture à l’Académie royale des beaux-arts de Londres.

Bibliographie sélective :

158The Temple of Jupiter Olympius at Agrigentum, Londres, 1830 ; The Temple of Jupiter Panhellenius at Aegina and of Apollo Epicurius at Bassae, Londres, 1860.

159VOIR :
S. Cockerell,
Travels in Southern Europe and the Levant, 1811-1817. The Journal of C.R. Cockerell, Londres, 1903 ; D. Watkin, C.R. Cockerell, Londres, 1974 ; G. Roux, Le Temple de Bassae. Relevés et dessins du temple d’Apollon, Strasbourg, 1976 ; D. Constantine, Early Greek Travellers and the Hellenic Ideal, Cambridge, 1984 ; E. Ikonomou, « La tradition du néo-classicisme en Angleterre », dans Athènes, ville capitale, Athènes, 1985 ; F. R. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990.

Collignon, Maxime (1849-1917)

160Helléniste français, historien de l’art grec, il appartient à la première promotion de l’École française de Rome, fondée par A. Dumont, et participe au grand mouvement de réforme de l’Enseignement supérieur. Né à Verdun dans une famille d’universitaires, il entreprend des études littéraires et prépare son entrée à l’École normale supérieure à Paris, au lycée Louis-le-Grand. À l’École qu’il rejoint en 1868, les cours de G. Perrot ou de J. Girard déterminent son attrait pour l’archéologie grecque, et, une fois agrégé, il devient membre de l’École française d’Athènes ; cependant, il ne rejoindra la Grèce qu’après la résolution de la grave crise que traverse l’école. En attendant son intégration, il est nommé professeur de rhétorique au lycée de Chambéry ; en 1873, alors qu’A. Dumont restaure et réforme l’École d’Athènes et fonde dans le même mouvement l’École française de Rome, les jeunes gens désignés pour Athènes peuvent enfin gagner la capitale grecque. Ce délai qui leur a été imposé se révèle une grande chance, puisqu’ils bénéficieront de la direction d’A. Dumont qui engage définitivement l’école sur la voie des recherches historiques, archéologiques et épigraphiques. M. Collignon s’initie à l’épigraphie et à l’étude des institutions, poursuivant par ses Recherches sur les Éphébies grecques en dehors de l’Attique le travail d’A. Dumont. Son Catalogue des vases peints de la Société archéologique d’Athènes, qui devait faire autorité pendant de nombreuses années, illustre parfaitement les principes de l’archéologie figurée qui s’élaborent à ce moment : M. Collignon dessine lui-même les vases typiques, les groupe en séries chronologiques et géographiques, reconstitue l’évolution des formes et des styles, et dégage de cette étude des éléments pour servir à la connaissance de la civilisation grecque. En 1876, il explore l’une des régions les moins connues d’Asie Mineure, puis regagne la France, où le grand mouvement de réforme de l’Enseignement supérieur est engagé ; sont alors créées des chaires d’archéologie à l’Université, à Paris et en province et, alors que G. Perrot se voit confier la chaire d’archéologie de la Sorbonne, M. Collignon est chargé de cours en chaire d’antiquités grecques et latines à la Faculté des lettres de Bordeaux, dont il deviendra titulaire en 1879. Après avoir organisé l’enseignement de l’archéologie classique à Bordeaux et collaboré à la fondation des Annales de la Faculté des lettres, il est appelé à la chaire d’archéologie de la Sorbonne en 1883 pour assurer la suppléance de G. Perrot, devenu directeur de l’École normale supérieure. Dans son ambition d’égaler les séminaires des universités allemandes, il crée un véritable institut pourvu d’un matériel adapté à l’enseignement de l’art et de l’archéologie grecs : photographies et moulages pour illustrer la succession des types essentiels ; il forme ainsi les étudiants à l’exercice de la recherche et s’attache à leur procurer les instruments de travail qui font alors complètement défaut, publiant un Manuel d’archéologie grecque, et deux ouvrages qui en sont le complément, l’Archéologie grecque et la Mythologie figurée de la Grèce, où il s’attache à montrer l’importance des objets et des monuments pour la connaissance de la civilisation grecque. En 1888, il achève l’Histoire de la céramique grecque d’O. Rayet, titulaire de la chaire d’archéologie de la Bibliothèque nationale qui a brutalement disparu ; il y définit une méthode nouvelle d’étude des vases, prêtant la plus grande attention aux techniques de fabrication, au classement chronologique et géographique des centres de production pour déterminer les relations commerciales. Son œuvre culmine avec la publication de son Histoire de la sculpture grecque où l’archéologue se double d’un historien ; dès 1894, l’ouvrage est publié en allemand et vaut à son auteur de remarquables distinctions : en 1893, la présidence de l’Association des études grecques lui est offerte et il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. À la mort de G. Perrot en 1913, il assume la co-direction des Monuments et mémoires de la Fondation E. Piot. À la suite d’A. Dumont, M. Collignon a établi la « science archéologique » sur de solides fondements et, par son enseignement, forme de nombreuses générations d’archéologues et d’historiens de l’art qui poursuivent le vaste mouvement de rénovation de l’Enseignement supérieur.

Bibliographie sélective :

161Essai sur les monuments grecs et romains relatifs au mythe de Psyché (thèse principale), Paris, 1877 ; Catalogue des vases peints de la Société archéologique d’Athènes, 1877 ; Manuel d’archéologie grecque, Paris, 1881 ; Archéologie grecque, Paris, 1882 ; Mythologie figurée de la Grèce, Paris, 1883 ; Phidias, 1886 ; avec O. Rayet, Histoire de la céramique grecque, Paris, 1888 ; Histoire de la sculpture grecque, deux vol., Paris, 1892-1897 ; avec E. Pontremoli, Pergame, restauration et description des monuments de l’Acropole, Paris, 1900 Catalogues des vases peints du Musée national d’Athènes, 1902-1906 Le Parthénon l’histoire, l’architecture et la sculpture, 1914.

162VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France. 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; T. Homolle, « Collignon (Léon-Maxime) », Association amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1918 ; id., « Maxime Collignon, collaborateur et directeur des Monuments et mémoires, (1894-1917) », Monuments et mémoires de la Fondation E. Piot 23, 1918-1919 ; F. Martroy, « Notice nécrologique sur Maxime Collignon (1894-1917) », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1919 ; T. Homolle, « Notice sur la vie et les travaux de M. Maxime Collignon », publications de l’Institut de France, 1921, n° 6 ; C. Charle et E. Telkès, Les Professeurs de la Faculté des lettres de Paris. Dictionnaire biographique. I. 1809-1908, Paris, 1985 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Maxime Collignon », Archéologia 202, mai 1985, p. 71-75 ; P. Bruneau éd., Georges Perrot, Maxime Collignon, Études d’archéologie grecque, Paris, Picard, 1992 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Colonna-Ceccaldi, Tiburce (1833-1892) et Georges (1840-1879)

163Diplomates français. Tiburce est consul à Larnaca de Chypre de 1866 à 1869, alors que son frère Georges est attaché au consulat de Beyrouth entre 1866 et 1871 et fait plusieurs séjours à Chypre. Ils entretiennent d’excellentes relations avec L. Palma di Cesnola, consul des États-Unis, et R. H. Lang, consul britannique, présents sur l’île à la même époque. Georges reçoit de L. Palma di Cesnola le libre accès à ses collections et en publie certains monuments et objets. Les deux frères entreprennent des recherches à Dali, l’ancienne Idalion, et à Golgoï, où ils réalisent des estampages d’inscriptions, des dessins et des photographies. Tiburce constitue une collection de sculptures, de terres cuites et de vases qui entreront au Louvre. Les articles publiés par Georges sont recueillis en un volume posthume dont l’éditeur est probablement l’orientaliste C. Clermont-Ganneau, son ami le plus proche, qui rédige un avertissement biographique.

Bibliographie sélective :

164Recueil posthume, G. Colonna-Ceccaldi, Monuments antiques de Chypre, de Syrie et d’Égypte, Paris, 1882.

165VOIR :
O. Masson, « Diplomates et amateurs d’antiquités à Chypre vers 1866-1878 », Journal des savants, 1992, p. 123-154 ; id., « Les archéologues et voyageurs du xixe siècle », dans Kyniras, archéologie française à Chypre, Lyon, 1993 ; A. Caubet, « Les antiquités chypriotes au musée du Louvre », ibid.

Commission des Sciences et des Arts de l’armée d’Orient (1798-1801)

166Elle réunit les savants qui accompagnent Bonaparte dans sa fameuse Expédition d’Égypte. Son élite constitue l’Institut d’Égypte, fondé à l’image de l’Institut national de Paris. Alors que Vivant Denon parcourt la Haute-Égypte à la suite des colonnes du général Desaix, les ingénieurs de la Commission sont chargés en 1799 de missions scientifiques dans le Saïd. La première (du 19 mars au 27 octobre 1799) est celle dirigée par l’ingénieur et mathématicien Pierre-Simon Girard et comprend, pour l’essentiel, trois ingénieurs des Ponts et Chaussées, Dubois-Aymé, de Villiers du Terrage et Jollois, trois ingénieurs des Mines, Rozière, Descotils et Dupuis, et un sculpteur, Casteix : les jeunes gens sont chargés d’étudier le régime du Nil et le système d’irrigation, mais Dubois-Aymé, Jollois et Villiers du Terrage, enthousiasmés par les monuments de l’Égypte pharaonique, s’acquittent le plus rapidement possible de leur mission et entreprennent de relever et de mesurer systématiquement temples et tombeaux, préludant ainsi à l’exploration méthodique des antiquités égyptiennes. Malgré les remontrances et les sanctions infligées par Girard, ils poursuivent dans la voie où ils se sont engagés : l’observation, la description et l’analyse des monuments, en se fondant sur des relevés scientifiques précis. À Dendérah, ils procèdent à l’étude rigoureuse du zodiaque qu’ils restituent avec la plus grande exactitude. À Karnak, ils dessinent sans relâche ; ils relèvent le temple d’Esna, et, sur la rive droite du Nil, le temple de Contralatopolis. Ils continuent vers le sud, passant par Edfou pour atteindre Assouan et rebrousser chemin. Après une escale à Erment, ils séjournent à Thèbes et s’attellent à la tâche de dessiner et relever tous les monuments. À Esna, ils rencontrent les deux commissions scientifiques chargées par Bonaparte de l’étude des monuments de Haute-Égypte ; la première est dirigée par Costaz (géomètre) et comprend douze membres, dont Balzac et Le Père (architectes), Saint-Genis (ingénieur des Ponts et Chaussées), Corabœuf (géographe) ; la seconde était sous les ordres de Fourier (géomètre) et réunissait, entre autres, Chabrol et Lancret (ingénieurs des Ponts et Chaussées), Jomard (géographe), Cécile (mécanicien), Redouté (peintre) et le célèbre zoologiste Geoffroy Saint-Hilaire. Découvrant le formidable travail accompli par l’équipe de Girard, les membres des commissions décident de joindre leurs efforts et se partagent les relevés restant à faire entre Thèbes et Le Caire : ils réunissent une documentation extraordinaire qui alimentera la Description de l’Égypte. Les relevés en plan, coupe et élévation revêtent une importance primordiale pour la connaissance des sites et monuments, ainsi le plan réalisé à Karnak par Le Père. Rentrés en France, après avoir réussi à emporter, malgré l’interdit anglais, leurs cartons remplis de dessins et de plans et une partie des antiquités découvertes, les membres de la Commission des sciences et des arts vont, à partir de 1802, réunir leurs compétences et leurs efforts sous la direction de Jomard, pour réaliser la plus monumentale somme jamais consacrée à aucun pays : ils jettent alors les fondements d’une science nouvelle, l’égyptologie.

Bibliographie sélective :

167Description de l’Égypte, ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française, publié par les ordres de sa Majesté l’empereur Napoléon le Grand, dix vol. de textes et dix vol. de planches, Paris, 1809-1828 ; Monuments de l’Égypte. L’Édition impériale de 1809, textes de C. C. Gillispie et M. Dewachter, deux vol., Paris, 1988 ; É. de Villiers du Terrage, Journal et souvenirs sur l’Expédition d’Égypte, par le Baron M. de Villiers du Terrage, Paris, 1899 ; P. Jollois, Journal d’un ingénieur, publié par P. Lefèvre-Pontalis avec biographie dans G. Maspero, Bibliothèque égyptologique, vol. VI.

168VOIR :
J. de Metz et G. Legrain, Aux Pays de Napoléon, l’Égypte, Grenoble, 1913 ; G. Guémard, Bibliographie critique de la Commission des sciences et des arts et de l’Institut d’Égypte, Le Caire, 1936 ; C. de la Jonquière, L’Expédition d’Égypte, cinq vol., Paris, sd. ; H. Dehérain, « L’exploration de la Haute-Égypte par la Commission des sciences et des arts de l’armée d’Orient en 1799 », Revue historique, mars-avril 1931 ; J.-M. Carré, Les Voyageurs et Écrivains français en Égypte, Le Caire, 1932, 2e éd. revue et corrigée 1951 ; J.-C. Golvin, « L’Expédition en Haute-Égypte à la découverte des sites ou à la révélation de l’architecture pharaonique », et C. Traunecker, « L’Égypte antique de la Description », chapitre 9 et 10 de H. Laurens, L’Expédition d’Égypte, 1798-1801, Paris, 1989 ; Commémoration du bicentenaire de l’élection du général Bonaparte, mardi 9 décembre 1997, présidée par M. Marc Fumaroli, Institut de France, Paris, 1997 ; Y. Laissus, L’Égypte, une aventure savante. 1798-1801, Paris, 1998. L’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières 1798-1801, Institut de France, Académie des sciences, Paris, 1999 ; J. Leclant, « Le lieutenant Bouchard, l’Institut d’Égypte et la pierre de Rosette », Bulletin de la Société française d’égyptologie, octobre 1999, p. 6-15.

169Sur É. de Villiers du Terrage, voir Mary, « Villiers du Terrage », Annales des Ponts et Chaussées, 1855 ; A. Maury, « De Villiers du Terrage », Bulletin de la Société des antiquaires de France, 1857 ; sur P. Jollois, voir É. de Villiers du Terrage, Notice sur Jollois, 1842 ; M. Dewachter, « Les manuscrits de l’ingénieur Jollois et la correspondance relative à sa première année en Égypte (1798-1799) », Revue d’égyptologie, t. XL, 1989, p. 201-220.

Comparetti, Domenico (1835-1927)

170Helléniste italien, épigraphiste et archéologue, l’un des maîtres de la philologie. Il introduit en Italie des disciplines qui n’étaient pas représentées dans la péninsule jusque-là : l’épigraphie grecque et la papyrologie. Il aborde des domaines aussi variés que le folklore, l’histoire de la littérature et de la culture, la linguistique, la dialectologie et l’archéologie. Il fait des études de pharmacie à l’Université de Rome et, en même temps, se forme dans les disciplines classiques et médiévales, et fréquente, à l’Institut de correspondance archéologique, son secrétaire, H. Brunn. En 1858, il publie ses premiers travaux philologiques : « Observationes in Hesperides Oratione funebrem » (Rheinisches Museum). En 1859, il obtient la chaire de littérature grecque à l’Université de Pise. Il tient d’A. Boeckh sa vision unitaire de l’histoire civile de l’Antiquité classique. En 1872, il accède à la chaire de littérature grecque de l’Institut d’études supérieures de Florence et participe à deux entreprises liées à l’archéologie militante : l’étude des papyri d’Herculanum et les recherches italiennes en Crète. Il est, en effet, le premier savant italien à étudier les textes d’Herculanum (« Papiro ercolanense inedito », Rivista de filologia e d’istruzione classica, III). En 1875, il devient membre de la Reale Accademia dei Lincei, et, en 1885, correspondant étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. À la suite de l’organisation de la mission d’E. Schiaparelli en Égypte, la collection des papyri conservés à Florence connaît un accroissement considérable et, entre 1906 et 1915, D. Comparetti en assure la publication avec G. Vitelli. Éprouvant un très vif intérêt pour l’épigraphie, il établit des contacts avec les orientalistes de Florence, qui, à la fin du xixe siècle, est le principal centre de ces études en Italie : il inspire le projet d’une mission italienne en Crète, sous la direction du meilleur de ses élèves, F. Halbherr. En 1884, celui-ci découvre l’inscription de Gortyne, dont Comparetti donne une édition remarquable. Pour assurer la publication des découvertes de la mission italienne en Crète, Comparetti crée le périodique Museo italiano di antichità classica qui reçoit les contributions de F. Halbherr et de P. Orsi, en particulier pour le second volume, où figure la présentation de l’« Antichità dell’antro di Zeus Ideo in Creta ». Le soutien de D. Comparetti aux travaux de la mission en Crète favorisera grandement la création de l’École archéologique italienne à Athènes en 1910. Il forme de nombreux disciples à ses méthodes et aux disciplines dont il a enrichi la science italienne, parmi lesquels E. Pais, G. Vitelli et F. Halbherr. Par son action, D. Comparetti a ouvert au secteur archéologique les horizons des sciences de l’Antiquité.

Bibliographie sélective :

171« Sulle iscrizioni relative al Metroon Pirense », Annali dellInstituto di Corrispondenza Archeologica, XXXIV, 1862 ; Virgilio nel Medioevo, Livourne, 1863 ; Saggi dei dialetti greci dell’Italia meridionale, 1866 ; « Su i papiri ercolanensi », Memorie de l’Accademia dei Lincei, V, 1880 ; La Villa ercolanese dei Pisoni, i suoi monumenti e la sua biblioteca. Ricerche e notizie, Turin, 1883 ; avec F. Halbherr, « Epigrafi arcaiche di Gortyna », Museo italiano di Antichità classica, 1888 ; « Le leggi di Gortyna e le altre iscrizioni archaiche cretesi edite e illustrate », Monumenti antichi dei Lincei, 1893 ; avec G. Vitelli, Papiri greco-egizi pubblicati della Reale Accademia dei Lincei ; Papiri litterari ed epistolari, 1915.

172VOIR :
A. Chiapelli, « Opere e scritti di Domenico Comparetti », Nuova Rivista storica 2/3, 1918 ; S. Reinach, « Éloge funèbre de M. Domenico Comparetti », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1927 ; G. Pascuali, « Ricordo di D. Comparetti », Aegyptus, 1927, p. 117-136 ; P. Treves, Lo Studio dell’Antichità classica nell’Ottocento, collection La Letteratura italiana, Storia e Testi, vol. 72, Milan-Naples, 1962 ; G. Pugliese Caratelli, Dizionario Biografico degli Italiani, 27, Rome, 1982 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Contenau, Georges (1877-1964)

173Archéologue orientaliste français. Malgré son goût pour les études littéraires, il est contraint par son père de passer le doctorat de médecine, mais s’inscrit comme auditeur de l’École des chartes, suit les cours de l’École du Louvre et prépare un doctorat ès lettres à l’Université. Il s’attache également à l’étude des langues et des civilisations de l’Orient ancien et consacre sa thèse à la Glyptique syro-hittite et donne en thèse complémentaire des Éléments de bibliographie hittite. Il accomplit de nombreux voyages en Amérique, en Europe et en Méditerranée. Attaché au musée du Louvre, il prend en 1913 la direction d’une mission à Saïda-Sidon, et y conduit des fouilles, en collaboration avec Macridy bey, conservateur au musée de Constantinople ; les travaux, interrompus par la Première Guerre mondiale, reprendront en 1920. En 1927, F. Thureau-Dangin le fait nommer conservateur au Département des antiquités orientales, à la tête duquel il remplacera R. Dussaud. Après avoir obtenu l’extension de son département sur la moitié du rez-de-chaussée de la Cour carrée, il élabore le plan de cette importante réorganisation, mais est interrompu par la Seconde Guerre mondiale et doit procéder à la mise à l’abri d’une grande partie de ses collections, dans les châteaux de province. En 1946, alors que les objets regagnent le Louvre, il part en retraite. En 1931-1932, il organise avec R. Ghirshman les fouilles de Tépé Giyan pour établir avec une plus grande certitude la classification de la céramique de Suse. En 1940, à la mort de V. Scheil, il devient directeur scientifique de la Délégation archéologique française en Iran, alors que la direction des travaux à Suse est confiée à R. de Mecquenem ; de 1946 à 1957, il est nommé directeur général des missions en Perse, R. Ghirshman assurant la direction effective de la Délégation archéologique française. De 1930 à 1942, il enseigne à l’École du Louvre, ainsi qu’à l’Université libre de Bruxelles. Il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1954.

Bibliographie sélective :

174La Déesse nue babylonienne, 1914 ; Tablettes cappadociennes, 1920 ; Glyptique syro-hittite et Éléments de bibliographie hittite, 1922 ; La Civilisation assyro-babylonienne, 1922 ; Contrats et lettres d’Assyrie et de Babylonie, 1926 ; La Civilisation phénicienne, 1926 ; La Civilisation des Hittites et des Mitanniens, 1934 ; Manuel d’archéologie orientale, quatre tomes, 1927-1947 ; Les Civilisations anciennes du Proche-Orient, 1945 ; La Vie quotidienne à Babylone et en Assyrie, 1956.

175VOIR :
Annuaire de l’Institut de philologie et d’histoire orientales et slaves 15, 1958-1960, p. V-XIX ; A. Parrot, « Georges Contenau (1877-1964) », Syria 41, 1964, p. 383-384 ; M. Rutten, Archiv für Orientforschung XXI, 1966, p. 259-260.

Conze, Alexander (1831-1914)

176Archéologue allemand. Il fut le premier à concevoir un programme clair pour les fouilles à mener en Grèce et l’un des promoteurs de l’archéologie scientifique. Il joue un rôle de premier plan dans l’essor des grandes entreprises dans lesquelles s’impliquent les gouvernements autrichien et prussien, par exemple à Samothrace et Pergame. Après avoir commencé des études de droit à Göttingen, il se tourne définitivement vers l’histoire de l’art et l’archéologie et devient l’élève d’E. Gerhard à Berlin. Il visite, en 1856-1857, les îles septentrionales de l’archipel grec, en particulier Samothrace, Imbros, Lemnos, Thasos ; il dessine ruines et sculptures, relève des inscriptions et, dans la publication, décrit les paysages et les mœurs des habitants. En 1859, il partage avec A. Michaelis la première bourse de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, séjourne en Italie et retourne en Grèce. Après avoir obtenu son habilitation à Göttingen, il est nommé professeur d’archéologie à Halle, où il tient un séminaire et ouvre un musée de moulages, créant ainsi un véritable centre de recherches. En 1869, il devient « ordinarius » à Vienne, où il fonde, avec O. Hirschfeld, le séminaire d’archéologie et d’épigraphie. Il obtient l’appui du prince R. de Metternich pour les fouilles de Samothrace, qu’il dirige de 1873 à 1880. Il s’agit de la première fouille d’un pays d’Europe du Nord en Méditerranée qui fût menée dans un but strictement scientifique ; c’est aussi le premier chantier à associer archéologues (A. Conze et O. Benndorf), architectes (A. Hauser et G. Niemann) et photographe. Les fouilles sont tout à fait novatrices ; la publication a été considérée comme le premier mémoire moderne et complet sur un chantier archéologique ; c’est aussi le premier exemple d’utilisation de la photographie dans la publication. Devenu en 1877 directeur de la galerie de sculpture des Musées de Berlin, il la transforme en l’un des plus importants musées de ce type au monde : il lui donne un nouvel aménagement et publie une série de catalogues. Il organise les fouilles de Pergame (1878-1886, puis de 1901 à 1915), obtenant le soutien du Kronprinz Frédéric et une importante allocation royale gérée par les Musées de Berlin ; de plus, le gouvernement turc permet l’achat du site et cède aux Musées de Berlin le tiers des trouvailles. C’est encore A. Conze qui veille à l’aménagement des vestiges dans les salles. Il promeut une archéologie détachée de l’histoire de l’art, à laquelle il fixe pour objectif la reconstitution de l’Antiquité sous tous ses aspects, accordant par conséquent une place équivalente à tous les vestiges, encourageant et orientant les recherches des architectes pour parvenir à la restitution des sites avec leur organisation primitive. Directeur de l’Institut archéologique allemand de 1887 à 1905, il lui donne une impulsion décisive, en définissant une nouvelle politique éditoriale et en renforçant la recherche sur le monde romain provincial par la Römisch-Germanische Kommission ; il transmet la responsabilité des fouilles de Pergame au Deutsches Archäologisches Institut et assure ainsi la continuité de la recherche sur ce site. Sur le plan administratif, il parvient à convaincre les autorités de tutelle de la nécessité de développer les grandes entreprises de fouilles sur les sites prestigieux de Méditerranée orientale, et d’y investir des crédits importants, science, diplomatie et politique se trouvant ainsi liées. Du point de vue scientifique, A. Conze, par ses recherches de céramologie sur les vases de Mélos (Melische Thongefässe, 1862 ; « Zur Geschichte der Anfänge der griechischen Kunst », Sitzungsberichte der K. Akademie der Wissenschaften, Vienne, 6, 1870), apporte une contribution essentielle à la connaissance de la céramique grecque, puisqu’il découvre la période géométrique qu’il distingue de l’orientalisante en se fondant sur l’analyse des techniques : ses conclusions sont confirmées par les découvertes de la nécropole du Dipylon à Athènes, explorée par J. Palaiologos et G. Hirschfeld, en 1871 ; ces vases de « style géométrique », trouvés en grande quantité, attestent la priorité du style géométrique sur l’orientalisant. A. Conze a restitué trois cents ans d’histoire grecque grâce à l’archéologie et fait accomplir à cette discipline un progrès considérable, en la plaçant sur la voie de l’autonomie comme science historique.

Bibliographie sélective :

177Reise auf den Inseln des Thrakischen Meeres, Hannovre, 1860 ; Über die Bedeutung der klassischen Archäologie, 1869 ; avec A. Hauser, G. Niemann, Archäologische Untersuchungen auf Samothrake I-II, Vienne, 1875-1880 ; Die attischen Grabreliefs, quatre vol., Berlin, 1893-1922 ; Pro Pergamo, Berlin, 1898 ; Alterthümer von Pergamon, Berlin, 1912.

178VOIR :
A. Conze, Unsern Kindern gewidmet, 1908 ; H. Dragendorff, A. Conze Gedächtnisrede gehalten am Winckelmannstag 1914, Berlin, 1915 ; A. H Borbein, « Ernst Curtius, Alexander Conze, Reinhardt Kekulé. Probleme und Perspektiven der klassischen Archäologie zwischen Romantik und Positivismus », dans L’Antichtà nell’Ottocento in Italia e Germania, Bologne, 1988, p. 275-302 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 59-60 ; S. Marchand, Down from Olympus, Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996, p. 93-103.

Coste, Pascal (1787-1879)

179Architecte français, l’un des pionniers de l’orientalisme. Il naît à Marseille, fils d’un menuisier ; témoignant très tôt de dispositions pour le dessin, il devient en 1804 élève de M. R. Penchaud, architecte de la ville et du département des Bouches-du-Rhône. En 1814, il est admis à l’École des beaux-arts de Paris, dans la classe de Vaudoyer ; de retour à Marseille, l’année suivante, il reprend son travail auprès de Penchaud mais, en 1817, part pour l’Égypte, envoyé en mission par E. Jomard auprès de Méhémet-Ali pour exécuter des travaux industriels. Il fait partie de ces nombreux Français qui, profitant de l’influence du consul B. Drovetti sur le vice-roi, contribuent à l’entreprise de Méhémet-Ali de faire de l’Égypte un pays moderne sur le modèle occidental. S’il s’expatrie, c’est dans l’espoir de se faire connaître par des travaux exceptionnels qui lui permettront d’accéder à un rang social supérieur. Jusqu’en 1822, il fait réaliser des travaux de génie civil et des projets de construction. Il retourne en Égypte en 1823 et, jusqu’en 1827, il pourvoit à l’aménagement et à l’entretien des canaux du Nil. En Égypte, il fait la connaissance de J.-N. Huyot qui lui fait découvrir l’importance de l’architecture arabe et lui inspire le projet d’y consacrer un ouvrage. Il s’intéresse aux monuments antiques dont il fait de scrupuleux relevés d’architecte, s’attachant surtout à la région de Memphis ; il est l’un des tout premiers à pénétrer dans la pyramide du roi Djoser à Saqqarah, et à en établir un relevé très précis. Ses séjours en Égypte correspondent à la période où l’égyptologie n’existe pas encore mais est en gestation et, de ce fait, Coste appartient à une génération intermédiaire qui ne peut déchiffrer les inscriptions, mais l’apport de ses dessins inédits, conservés à la bibliothèque municipale de Marseille, est incontestable. De retour en France, il est nommé professeur à l’École d’architecture de la Ville de Marseille et publie une « Carte de la Basse-Égypte »; en 1831, il parcourt le département du Var et réalise trente croquis de Fréjus, dont la plupart concernent les monuments antiques. En 1835, il gagne Tunis, où il est chargé de réaliser des travaux dans le port de La Goulette. De 1837 à 1839, il accomplit un voyage sur le Rhin, à travers l’Allemagne, la Hollande et la Belgique. En 1839, son ouvrage consacré à l’architecture arabe lui vaut d’être choisi par l’Académie des beaux-arts avec le peintre E. Flandin pour participer à une mission en Perse, associée à l’ambassade de M. de Sercey : ils sont chargés de relever tous les monuments, anciens et modernes. Jusqu’en 1842, les deux hommes parcourent le pays, relevant, dessinant et même exécutant des fouilles à Persépolis ; ils mettent en évidence la richesse du patrimoine architectural et artistique de la Perse et ouvrent la voie aux recherches archéologiques. La publication de leurs travaux est remarquable de qualité scientifique et artistique. À son retour à Marseille, P. Coste déploie une intense activité d’architecte et d’urbaniste, dirigeant entre autres la construction du palais de la Bourse. En ses années marseillaises, P. Coste accomplit de nombreux voyages dans tous les pays d’Europe.

Bibliographie sélective :

180Carte de la Basse-Égypte dédiée à Mohammed Aly Pacha vice-roi par Pascal Coste son architecte. Dressée d’après ses itinéraires et ses relèvements pendant les années 1818 à 1827, Paris, 1827 ; Architecture arabe ou monuments du Kaire mesurés et dessinés de à 1826, Paris, Firmin-Didot, 1837 ; Voyage en Perse de MM. Eugène Flandin et Pascal Coste pendant les années 1840 et 1841, quatre vol., Paris, 1843-1854 ; Mémoires d’un artiste : notes et souvenirs de voyage, 1817-1877, deux vol., Marseille, 1878.

181VOIR :
Le Regard du voyageur, Pascal Coste, architecte marseillais, 1787-1879, catalogue d’exposition, Marseille, Bibliothèque municipale, 1987 ; D. Armogathe et S. Leprun, Pascal Coste ou l’architecture cosmopolite, Paris, L’Harmattan, 1990 ; C. Bruant, S. Leprun et M. Volait, Figures de l’Orientalisme en architecture, Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n° 73/74, Aix-en-Provence, 1996 ; Pascal Coste, toutes les Égypte, Marseille, Éditions Parenthèses-Bibliothèque municipale de Marseille, 1998 ; S. et L. Rivet, Atlas topographique des villes de Gaulle méridionale, 2 – Fréjus –, Supplément à la Revue archéologique de la Narbonnaise, 2000.

Coudray la Blanchère, René du (1853-1896)

182Archéologue français. Il appartient à la génération de ceux qui organisent l’archéologie en Afrique du Nord et favorisent son développement. Après des études secondaires au lycée Louis-le-Grand, il rejoint l’École normale supérieure en 1874 et y est le co-disciple de René Cagnat, avec qui il suit le cours de Léon Renier au Collège de France. À l’instigation d’Ernest Desjardins et à l’aide des notes de celui-ci, il élabore une Histoire de l’épigraphie romaine. Agrégé d’histoire en 1878, il gagne l’École française de Rome (1878-1881). Sa thèse sur Terracine. Essai d’histoire locale (1884) est encore indispensable aujourd’hui. Il séjourne longtemps dans les marais Pontins, et y étudie les méthodes de drainage, d’assainissement et de canalisation employées par les Romains. En 1881, il quitte Rome, refuse une place à la Faculté de Poitiers et se fait attacher à l’École supérieure des lettres d’Alger. Avec Émile Masqueray, il fonde le Bulletin de correspondance africaine. Il parcourt l’Algérie et en rapporte un Voyage d’étude dans la Maurétanie césarienne. Xavier Charmes, directeur du secrétariat au ministère de l’Instruction publique, désireux d’organiser l’archéologie en Tunisie, le fait nommer, en 1885, directeur du Service des antiquités et des arts de la Régence. Dès 1886, il fait adopter une loi pour la conservation des monuments antiques et arabes, et pour la réglementation fouilles beaucoup d’édifices importants sont signalés aux administrateurs civils, chacun faisant l’objet d’une fiche classée aux archives. À la même époque, il conçoit un projet de musée à Tunis, le musée du Bardo, qui sera inauguré en 1888. En 1890, X. Charmes, jugeant qu’il est bon d’« étendre aux départements algériens le régime archéologique inauguré en Tunisie », le fait nommer « chef de la Mission de l’Afrique du Nord », titre auquel s’ajoute, en 1892, celui d’inspecteur général des Archives, bibliothèques et musées d’Algérie. En Algérie, il réorganise les musées archéologiques laissés à l’abandon par les mairies et y fait nommer des conservateurs compétents ; il crée la série des Musées et collections de l’Algérie et de la Tunisie qui recueillent les nombreux catalogues qu’il fait rédiger. Il conçoit l’organisation du musée d’Alger. Comme en Italie, ses recherches portent sur les traces des travaux hydrauliques romains. Il est brusquement emporté par la maladie sans pouvoir inaugurer le musée d’Alger. R. Du Coudray La Blanchère a su donner à l’archéologie nord-africaine des structures qui permettent son essor et fourniront un modèle pour l’organisation de l’archéologie en Syrie et au Liban placés sous mandat français et en France métropolitaine.

Bibliographie sélective :

183« Le port de Terracine », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 1881 ; « Le drainage profond des campagnes latines », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 1882 ; Terracine, essai d’histoire locale, 1883 ; « Voyage d’étude dans une partie de la Maurétanie césarienne », Archives des missions scientifiques et littéraires X, 1883 ; Histoire de l’épigraphie (d’après les notes de Léon Renier), Paris, 1887 ; Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. Description de l’Afrique du Nord entreprise par le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, sous la direction de R. de La Blanchère, 1890 ; L’Aménagement de l’installation de l’eau et l’installation rurale dans l’Afrique ancienne, 1895 ; Catalogue du musée Alaoui, 1897.

184VOIR :
R. Cagnat, « R. du Coudray La Blanchère », Annuaire de l’Association amicale anciens élèves de l’École normale supérieure, 1897, p. 122-124 ; L’Histoire et l’Œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Coupel, Pierre (1899-1983)

185Architecte et archéologue français. Il est l’un des principaux représentants de la génération d’architectes archéologues en Syrie et au Liban. Il entre en 1931 au Service des antiquités du haut-commissariat à Beyrouth, où il reste jusqu’en 1946 ; il s’illustre en particulier par le dégagement et la restauration du Krak des chevaliers, l’une des grandes entreprises décidées par H. Seyrig, et par ses travaux au sanctuaire de Baalbek. Agent des Bâtiments de France de 1946 à 1950, il fait un nouveau séjour en Orient jusqu’en 1956, puis entre au CNRS, où il assure jusqu’à sa retraite la direction du Bureau d’architecture antique de Paris. En 1953, il participe avec E. Frézouls à l’étude des théâtres de Chahba-Philippopolis et de Cyrrhus ; il collabore avec P. Demargne, à partir de 1958, puis avec H. Metzger, à partir de 1963, aux fouilles de Xanthos en Lycie.

186VOIR :
E. Will, « Pierre Coupel (1899-1983) », Syria 60, 1983, p. 346-347.

Courbin, Paul (1922-1994)

187Archéologue français. Après des études secondaires à Lyon, il devient élève de l’École normale supérieure ; agrégé de grammaire, il enseigne en Corse, puis est l’assistant de C. Picard à la Sorbonne. Admis à l’École française d’Athènes en 1949, en même temps que J. Deshayes, il se voit confier la publication de l’Oikos des Naxiens de Délos. Il participe au chantier de Gortys d’Arcadie et, en 1952, à la reprise des fouilles à Argos : il consacrera sa thèse à la céramique géométrique de l’Argolide. En 1954, il est nommé secrétaire général de l’école. À Argos, il prend conscience que les « méthodes » de fouille employées alors ne sont pas du tout adaptées et sa rencontre avec B. Groslier, de retour du Vietnam et d’Angkor où il a fouillé en appliquant la méthode de M. Wheeler, marque, dans son itinéraire, une véritable conversion : tous deux décident de travailler ensemble à Argos. Ils appliquent la méthode Wheeler dès 1955, mais la généralisation de son emploi en Grèce sera très progressive et se heurtera à de nombreuses résistances. En 1960, Paul Courbin quitte l’École française d’Athènes et devient directeur d’études, puis professeur, à la VIe section de l’École pratique des hautes études et fonde, en 1967, le Bureau d’études des méthodes archéologiques : il consacre dorénavant l’essentiel de son activité à l’enseignement, et très spécifiquement à celui des méthodes de fouille ; d’autre part, il crée et anime les chantiers écoles de Fontainebleau (1962-1963), Chartres (1967-1972) et Saint-Marcel-d’Ardèche (19731987). Il forme ainsi de nombreuses générations d’archéologues et contribue à pallier l’absence de formation au travail de terrain dont souffraient les générations précédentes. Avec B. Groslier encore, il contribue à la création au sein du CNRS du Centre de recherches archéologiques. Entre 1971 et 1984, il conduit une fouille sur le site de Ras el-Bassit en Syrie, pour apporter des compléments d’information sur les rapports entre le Proche-Orient et le monde grec. Entre 1970 et 1980, il doit défendre la méthode Wheeler, vivement attaquée par les tenants du système de l’« open area» : il favorise la traduction en français du texte fondateur de sir M. Wheeler Archaeology from the Earth, publié sous le titre français : Archéologie: la voix de la terre (1989). Il entretient avec A. Leroi-Gourhan un dialogue constant sur les méthodes de fouille, tentant de désamorcer la « querelle » qui oppose les partisans de la fouille stratigraphique et ceux des grands décapages. P. Courbin a joué un rôle capital dans la transformation des méthodes de fouille en archéologie classique.

Bibliographie sélective :

188« Le colosse naxien et le palmier de Nicias », Études déliennes. Bulletin de correspondance hellénique, supplément 1, 1973, p. 157-172 ; P. Courbin dir., Études archéologiques, 1963 ; La Céramique géométrique de l’Argolide, 1966 ; Tombes géométriques d’Argos, 1974 ; Essai sur la nature de la recherche archéologique, 1983 ; « André Leroi-Gourhan et la technique des fouilles », Bulletin de la Société préhistorique française 84, 1984, p. 328-334 ; préface à Archéologie : la voix de la terre, 1989, p. 9-12 ; « Fragments d’amphores géométriques grecques à Bassit », Hesperia 62, 1993 ;id., « Fouilles de Bassit. Tombes du Fer », 1993.

189VOIR :
J. Bompaire, Annuaire 1995 de l’Association amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure, p. 474-476 ; P. Darcque, « Paul Courbin et la méthode Wheeler », Bulletin de correspondance hellénique 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire » 1996, p. 315-323.

Crespellani, Arsenio (1828-1900)

190Protohistorien italien. Né à Modène, il fait ses études chez les jésuites et obtient sa licence de droit en 1853. Son goût pour l’archéologie lui est inspiré par ses oncles paternels et les séjours à la villa de Savignano-sul-Panaro, dont il sera le maire pendant de nombreuses années. Sa confortable fortune personnelle lui permet de se consacrer à ses recherches de numismatique et d’archéologie. Il complète la collection familiale grâce aux fouilles qu’il mène, et en fait don au Museo civico de Modène en 1879. En 1850, il est l’un des premiers archéologues à s’intéresser aux terramare de la région de Modène. En 1875, il devient inspecteur honoraire des fouilles et musées de Modène. Il procède aux premières classifications des matériaux protohistoriques de sa région et il est l’un des premiers à réaliser des prises de vue photographiques.

Bibliographie sélective :

191Voir la liste des ses œuvres dans Bullettino di Paletnologia Italiana 26, 1900, p. 51-52 ; Strada Claudia alle radici dei colli modanesi, 1869.

192VOIR :
G. Rinaldi, La Vita e le opere di Arsenio Crespellani, F. « Arsenio Crespellani paletnologo », Emilia preromana 2, 1949-1950, p. 157-160 ; M. Desiterre, Paletnologi e studi preistorici nell’Emilia Romagna dell’Ottocento, Reggio Emilia, 1988. A. M. Capoferro-Cencetti, « L’album di una collezione : disegno e archeologia », Les archéologues et l’archéologie : Caesarodunum 27, Tours, 1993, p. 198-232.

Cumont, Franz Valérie Marie (1868-1947)

193Philologue belge, helléniste et historien de l’Antiquité romaine. Il fut à la fois épigraphiste, archéologue, numismate et paléographe ; il se consacra à l’histoire des religions qu’il concourut à fonder solidement, en associant étroitement archéologie et philologie. Né dans une famille de la grande bourgeoisie de tradition libérale, il fait ses études à l’Athénée de Bruxelles, puis à l’Université de Gand, où il obtient en 1887 le doctorat de philosophie et de lettres. Il fréquente ensuite les universités de Bonn, où il est élève d’Usener, de Berlin et de Vienne, où il suit les cours de Mommsen et de Wilamowitz. En 1889, le mémoire qu’il présente « Sur la propagation des mystères de Mithra » annonce son œuvre monumentale consacrée aux Textes et monuments relatifs aux mystères de Mithra (1896-1899). En 1890-1891, il séjourne à Athènes et à Rome. Il se rend à Paris en 1891-1892, s’inscrit à l’École pratique des hautes études et suit les cours du Collège de France. Nommé en 1892 à l’Université de Gand, il y enseigne jusqu’en 1910, date à laquelle il donne sa démission, le pouvoir politique lui ayant préféré un autre candidat pour occuper la chaire d’histoire romaine vacante. Cet incident détermine la suite de sa carrière : en 1912, il renonce au poste de conservateur des musées du Cinquantenaire, où il avait été nommé en 1899 et s’installe à Rome. Il reste cependant très attaché à la Belgique, dont il concourt à développer l’archéologie nationale par l’article qu’il fait paraître au début de l’occupation allemande, intitulé « Comment la Belgique fut romanisée ». Son Catalogue des monuments lapidaires, sculptures et inscriptions, conservés aux musées du Cinquantenaire (1913) est un modèle, de même que celui rédigé pour le musée de Mariemont. À Rome, il entretient des liens privilégiés avec l’Institut historique belge, qui deviendra grâce à lui l’Academia belgica, héritière de sa bibliothèque, mais il a aussi des relations très étroites avec l’École française de Rome, où il jouit d’un prestige immense et suscitera de nombreux disciples, historiens des religions, épigraphistes et archéologues, classiques et orientalistes ; ainsi le R. P. Festugière, Jean Bayet, Pierre Boyancé, Alfred Ernout, Albert Grenier, Jérôme Carcopino ou André Dupont-Sommer. Son autorité et son prestige sont si grands en France, que c’est à lui que l’Académie des inscriptions et belles-lettres confie la direction des travaux entrepris en 1922 à Doura-Europos, où l’on a découvert des peintures gréco-syriennes du ier au iiie siècle, qui revêtent une importance capitale pour la question de l’origine de l’art chrétien et byzantin. Doura-Europos constitue en effet un point de contact de la civilisation hellénique avec le monde oriental. La Syrie lui était déjà familière, puisqu’il y avait accompli un voyage d’exploration en 1907, après avoir réalisé en 1900 une mission épigraphique et archéologique en Asie Mineure. Le culte de Mithra, qui a suscité son intérêt dès le début de sa carrière, est au cœur de toute son œuvre, qui met en évidence les rapports d’échange et d’influence entre le Proche et le Moyen-Orient et le monde gréco-romain. Fidèle à sa méthode, qui associe étude des textes et analyse des sites et monuments archéologiques, il établit l’influence de la civilisation chaldéo-mazdéenne et du syncrétisme irano-sémitique sur les peuples du Proche-Orient et le monde hellénique ; il détermine ainsi le rôle des Religions orientales dans le paganisme romain (Paris, 1906). À Doura-Europos, c’est son ami et successeur à la direction des fouilles, M. Rostovtzeff, qui découvrira le Mithraeum, dont ils assureront conjointement la publication. Ces travaux vont dans le même sens que les recherches menées par Alfred Foucher sur L’Art gréco-bouddhique de Gandhara (Paris, 1905-1923) et par Paul Pelliot, sur les relations entre l’Iran, l’Asie centrale et la Chine. À la fin de sa vie, Cumont a parcouru, du Moyen- et du Proche-Orient jusqu’à Rome, les voies suivies par les religions orientales jusqu’en Europe, où elles ont préparé l’avènement du christianisme. De même qu’au début de sa carrière, il avait, grâce à l’étude systématique des textes et des monuments, élucidé les Mystères de Mithra, en 1942, il présente ses Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, qui reposent sur l’analyse et l’interprétation des sarcophages et des stèles. L’ouvrage posthume Lux Perpetua (Paris, 1949) constituera la synthèse à laquelle aboutit l’historien grâce à l’alliance de la philologie et de l’archéologie. Il est élu associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1913.

Bibliographie sélective :

194Notes sur un temple mithriaque d’Ostie, 1891 ; Textes et monuments figurés relatifs aux mystères de Mithra, 1896-1899 ; Musées royaux. Catalogue des sculptures et inscriptions antiques (monuments lapidaires), Bruxelles, 1898 ; Catalogus codicum astrologorum graecorum, dix-sept vol., 1898-1936 ; Collection Raoul Warocqué. Catalogue des antiquités égyptiennnes, grecques et romaines, trois vol., 1903-1909 Études syriennes, 1917 ; Fouilles de Doura-Europos (1922-1923), Paris, 1926 ; L’Égypte des astrologues, 1937 ; avec J. Bidez, Les Mages hellénisés, deux vol., 1938 ; avec M. Rostovtzeff, Excavations at Doura-Europos, Yale University Press, 1939.

195VOIR :
Mélanges Franz Cumont, Annuaire de l’Institut de philologie et d’histoire orientales, deux vol., Bruxelles, 1949 ; Ch. Picard, Revue archéologique, 1947 ; R. Dussaud, Syria 1947 ; W. Lameere, « Sur la tombe de F. Cumont (1868-1947) », Alumni, XVII, 1947-1948, n° 3, Bruxelles, 1948 ; F. De Visscher, « La manifestation F. Cumont (Rome, 7 mai 1947)», Antiquité classique XVI, Bruxelles, 1947 ; E. Faral, « Éloge funèbre de M. Franz Cumont », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1947, p. 529-535 « Franz Cumont (1868-1947) », Lux Perpetua, 1949, p. VII-XXX ; R. P. A.-J. Festugière, Gnomon 21, 1949, p. 272 et sq. ; R. Dussaud, « Nécrologie de Franz Cumont », Syria 26, 1949 ; R. Turcan, « Le symbolisme funéraire à l’Académie des inscriptions et belles-lettres », L’Académie des inscriptions et belles-lettres et l’Académie des beaux-arts face au message de la Grèce antique, colloques de la villa Kerylos, no 6, oct. 1995, Paris, 1996 ; C. Bonnet, La Correspondance scientifique de Franz Cumont, Institut historique belge de Rome XXXV, Bruxelles-Rome, 1997 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; id., « Franz Cumont (1868-1947) et l’archéologie française », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Meditérranée, t. III, 1999 – 2, p. 525-539 ; J. Leclant dir., avec le concours d’H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, I, Paris, 1999.

Curtius, Ernst (1814-1896)

196Archéologue allemand, initiateur des premières fouilles systématiques organisées par le très jeune Reich allemand à Olympie. Il fait ses études à Bonn où il est élève de F. G. Welcker, puis est formé par K. O. Müller à Göttingen et enfin à Berlin, où il suit les cours d’A. Boeckh et E. Gerhard (1834-1836) : il reçoit donc les leçons des plus grands représentants de l’Altertumswissenschaft de cette époque et deviendra lui-même un « Grosswissenschaftler ». Précepteur des fils du philosophe G. Brandis, lui-même conseiller du roi Othon, il séjourne trois ans et demi en Grèce, qu’il parcourt en compagnie du grand géographe Karl Ritter qui lui transmet probablement son goût pour la topographie et la démographie anciennes ; il accomplit un premier voyage à Olympie en 1838. En 1840, il gagne Rome où il retrouve E. Gerhard. De retour à Berlin en 1841, il y soutient sa thèse de doctorat, devient professeur à l’Université de Berlin et donne des conférences très remarquées qui peuvent avoir attiré sur lui l’attention de la cour qui, de 1844 à 1850, lui confie l’éducation du prince Friedrich Wilhelm de Prusse. Membre de l’Académie prussienne des sciences depuis 1852, il est alors chargé de la rédaction des fascicules consacrés aux inscriptions grecques pour le Corpus Inscriptionum Graecarum et, au cours d’une conférence publique, expose un plan d’exploration d’Olympie pour lequel il présente aux ministères des Finances et de l’Éducation une demande de permis et de budget ; l’opposition de Bismark au projet et la guerre de Crimée repousseront la réalisation de cette ambitieuse entreprise jusqu’en 1874. En 1856, il accède à la chaire de philologie et d’archéologie classiques de Göttingen qu’il occupera jusqu’en 1867. À la mort d’E. Gerhard en 1867, il prend son poste de professeur de philologie à Berlin puis devient conservateur en chef des collections d’antiques. Très proche de la famille impériale tout au long de sa vie, c’est lui qui, en 1872, intervient auprès de l’État prussien pour qu’il prenne en charge l’Institut de correspondance archéologique de Rome et le transforme en Deutsches Archäologisches Institut ; il joue encore un rôle de premier plan dans la création de l’Institut d’Athènes. En 1869, les négociations entre le roi Guillaume Ier de Prusse et le roi de Grèce reprennent à propos d’Olympie ; elles n’aboutiront à un traité définitif qu’en avril 1874. Les fouilles d’Olympie commencent en octobre 1875 et sont menées dans la perspective scientifique du dégagement systématique, sous la direction de l’architecte Friedrich Adler assisté de certains de ses élèves dont Wilhelm Dörpfeld ; celui-ci déduit de l’analyse des techniques de construction de nouveaux moyens pour dater les monuments, introduisant la notion de stratigraphie architecturale. Adolf Furtwängler est quant à lui chargé de l’étude des petits objets pour lesquels il met au point des typologies scientifiquement établies. Les grandes campagnes de 1875-1881 culminent avec l’ouverture du musée de site. La stratigraphie d’Olympie est étudiée et relevée avec soin : E. Curtius, comme A. Conze à Samothrace, inaugure des méthodes de fouille tout à fait nouvelles pour l’archéologie classique. Il publie une monumentale Griechische Geschichte.

Bibliographie sélective :

197Peloponnesos, deux vol., Gotha, 1851-1852 ; Griechische Geschichte, trois vol., I 1868, II 1865, III 1867 ; trad. fr., A. Bouché-Leclercq, cinq vol. et un atlas, Paris, 1880-1885 ; E. Curtius, F. Adler et G. Hirschfeld, Ausgrabungen zu Olympia, quatre vol. Berlin, 1875-1879 ; Gesammelte Abhandlungen, deux vol., Berlin, 1894.

198VOIR :
R. Kekulé von Stradonitz, Ernst Curtius, Gedächtnisrede, Berlin, 1896 ; A. Michaelis, « Ernst Curtius », Biographisches Jahrbuch und Deutscher Necrolog, hrsg von A. Bettelheim, I, Berlin, 1897, p.56-88 ; F. Curtius, Ernst Curtius. Ein Lebensbild in Briefen, Berlin, 1903 ; T. Wiegand, « Zur Geschichte der Ausgrabungen von Olympia », Sitzumberichte der Preussischen Akademie der Wissenschaften, Phil.-hist. Klasse, 1921 ; G. Heres, « Ernst Curtius als Archäologe », Staatliche Museen zu Berlin. Forschungen und Berichte 16, Berlin, 1971, p.129-148 ; K. Christ, Von Gibbon zu Rostovsteff : Leben und Werk führender Althistoriker der Neuzeit, Darmstadt, 1972 ; A. H. Borbein, « Klassische Archäologie in Berlin vom 18. bis zum 20. Jahrhundert », dans W. Aenhövel et C. Schreiber, Berlin und die Antike, Berlin, 1979 ; id., « Ernst Curtius, Alexander Conze, Reinhard Kekulé : Probleme und Perspektiven der Klassichen Archäologie zwischen Romantik und Positivismus », dans K. Christ et A. Momigliano, L’Antichità nell’Ottocento in Italia e Germania, Bologne, 1988, p. 275-320 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 39-40 ; S. Marchand, Down from Olympus, Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996, p. 77-92 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Curtius, Georg (1820-1885)

199Philologue allemand. Frère d’Ernst Curtius. Professeur de linguistique à Prague (1849-1854), Kiel (1854-1862) et Leipzig (1862-1885). Il s’illustre par ses études de linguistique indo-européenne et ses travaux sur la grammaire comparée appliquée au grec.

200VOIR :
J. E. Sandys,
A History of Classical Scholarship, trois vol., Cambridge, 1908, III, p. 207 ; M. Bernal, Black Athena, trad. PUF, Paris 1996, p.402.

Curtius, Ludwig (1874-1954)

201Archéologue allemand. Après des études de droit à Munich et Berlin, il choisit de se consacrer à l’histoire de l’art antique et à l’archéologie classique : à Munich, élève d’A. Furtwängler en 1897 et complète sa formation à Rome en 1898-1899. Titulaire d’une bourse de voyage du Deutsches Archäologisches Institut, il se rend en Grèce et en Asie Mineure, et participe aux fouilles d’Égine et de Bogazköy. Il enseigne à Würzburg et est nommé professeur d’archéologie classique à Erlangen en 1913 ; après la Grande Guerre à laquelle il participe comme officier, il obtient le poste de Freiburg, puis celui de Heidelberg en 1920. Il y fonde une véritable école d’archéologie. Devenu en 1928 Premier secrétaire du Deutsches Archäologisches Institut à Rome, il sera mis à la retraite anticipée en 1938, en raison de son hostilité au régime national-socialiste. Il se consacre dès lors à ses recherches sur l’art antique sans quitter son domicile romain.

Bibliographie sélective :

202Antike Kunst, 1913-1923 ; Die klassische Kunst Griechenlands, 1938 ; Das antike Rom, 1944 ; Deutsche und antike Welt. Lebenserinnerungen, 1950.

203VOIR :
G. Kaschnitz von Weinberg, « Ludwig Curtius »,
Deutsche Beiträge zur Altertumswissenschaft, Heft 9, 1958 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 186-187.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

B
 
D
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search