Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
A
C

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

B

Texte intégral

Babelon, Ernest (1854-1924)

1Numismate français, conservateur du Cabinet des Médailles. Médiéviste de formation, il s’affirme rapidement comme l’un des meilleurs spécialistes de numismatique antique. Il fait ses études secondaires au petit séminaire de Langres, puis gagne Paris pour y passer le concours de l’École des chartes, où il est reçu en 1874. Sa thèse porte sur Les Bourgeois du Roi au Moyen Âge et, en 1878, sa première publication envisage Les Derniers Carolingiens d’après le moine Richer. La même année, Léopold Delisle l’appelle au Cabinet des Médailles dont il deviendra conservateur : E. Babelon y fait l’apprentissage de la numismatique et de l’archéologie. La chaire d’archéologie du Cabinet des Médailles est occupée depuis 1874 par F. Lenormant, avec qui Babelon se lie d’amitié. À l’École pratique des hautes études, il s’initie aux langues orientales, hébreu, phénicien et assyrien. Il contribue avec Anatole de Barthélemy et Gaston Schlumberger à la relance de la Revue numismatique et rédige la chronique de la Gazette archéologique, qu’il dirigera à partir de 1887. Il parfait sa formation d’archéologue en participant avec S. Reinach à la fouille de Carthage, en 1883. Tous deux déblaient partiellement les forums de Gigthis et de Ziân, dont les statues et les inscriptions entrent au Cabinet des Médailles. En 1884, F. Lenormant meurt subitement en laissant inachevée une Histoire de l’Orient : Babelon, qui est au courant des découvertes de Mésopotamie, entreprend de l’achever et fait preuve d’une singulière maîtrise. En 1885, l’entrée au Cabinet des Médailles de la collection d’Ailly lui donne l’occasion d’élaborer la Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine. Il rédige de nombreux catalogues du Cabinet des Médailles, donnant à chaque volume un caractère didactique. En 1897, il obtient de l’État qu’il se porte acquéreur de la collection Waddington de monnaies grecques et il la publie en poursuivant le Corpus régional projeté par W. H. Waddington : dans cette entreprise, il s’adjoint Théodore Reinach. Il entreprend un monumental Traité des monnaies grecques et romaines pour renouveler la Doctrina numorum veterum d’Eckhel, qui remontait à 1798. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1897. En 1902, il assure au Collège de France un cours de glyptique et numismatique, où il montre que cette dernière discipline est l’une des bases fondamentales de l’histoire politique et économique, de l’histoire de l’art et de l’archéologie en 1908, est chaire de l’Antiquité et du Moyen Âge. Il codirige la Revue numismatique et la Gazette archéologique. Il préside la section d’archéologie du Comité des travaux historiques et scientifiques, la Commission de l’Afrique du Nord et la Société française des fouilles archéologiques et joue un rôle important dans l’ouverture de nouveaux chantiers archéologiques en France et à l’étranger. En 1914-1918, il procède à l’évacuation du Cabinet des Médailles et traduit sa ferveur patriotique en consacrant un ouvrage à la question du Rhin.

Bibliographie sélective :

2Avec F. Lenormant, Histoire ancienne de l’Orient jusqu’aux guerres médiques, six vol., Paris, 1881-1888 ; avec S. Reinach, « Recherches archéologiques en Tunisie (1883-1884) », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, Le Cabinet des Antiques à la Bibliothèque nationale, Paris, 1887 ; « Les Monnaies d’or d’Athènes », Revue des études grecques, 1889, II, p. 124-148; « Les monnaies et la chronologie des Rois de Sidon sous la domination des Perses achéménides », Bulletin de correspondance hellénique XV, 1891, p. 293-320 ; Bibliothèque nationale. Catalogue des monnaies grecques. Les Perses achéménides, les Satrapes et les dynastes tributaires de leur empire, Chypre et Phénicie, 1893 ; avec R. Cagnat et H. Saladin, Musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage, II, 1899 ; Guide illustré au Cabinet des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale, 1900 ; Traité des monnaies grecques et romaines, neuf vol., 19011933 ; avec W. Waddington et Th. Reinach, Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, commencé par feu W. H. Waddington, continué et complété par…, 1925.

3VOIR :
F. Mazerolle, E. Babelon, biographie et bibliographie numismatique, Paris, 1897 ; Syria, 5, 1924, p. 80 ; A. Dieudonné, « L’œuvre numismatique d’E. Babelon (1854-1924) », Revue numismatique, 1924, p. 145 et sq. ; R. Cagnat, « Notice sur la vie et les travaux de M. Ernest Babelon », Institut de France. Académie des inscriptions et belles-lettres, t. 95, 1925 ; J. Babelon, « Un chartiste venu du monde rural : le cas d’Ernest Babelon », L’École nationale des chartes, histoire de l’école depuis 1921, Thionville, 1997.

Balanos, Nikolaos M. (1859-1942)

4Architecte grec, directeur du Service technique du ministère grec de l’Instruction publique. Il procède à la consolidation et à la restauration des monuments de l’Acropole d’Athènes. Il est chargé de cette tâche à la suite du tremblement de terre de 1895 et de la constitution d’une commission internationale par la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Il a pour principes de ne restaurer qu’en utilisant les pierres existantes avec le matériel et les techniques anciennes ; il forme des équipes d’excellents tailleurs de marbre mais sera aussi intéressé par le recours au béton armé dont l’emploi soulèvera de vives polémiques. Il travaille en étroite relation avec les savants américains auxquels il facilite l’étude des monuments : pour la reconstruction de l’Érechthéion, un architecte de l’École américaine d’Athènes est adjoint aux travaux, de même que pour celle des Propylées (1909-1917), de la colonnade nord du Parthénon (1922-1929) et du temple d’Athéna Niké (1935-1939).

Bibliographie sélective :

5« The Erechteum », American School Monograph, 1927 ; de nombreux rapports dans les Praktika et l’Archaiologikon Deltion, ainsi que dans les Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; Les Monuments de l’Acropole, Paris, 1928.

6VOIR :
W. B. D., American Journal of Archaeology, 1943, juillet-septembre, p. 331.

Ballu, Albert (1849- ?)

7Architecte français. Fils de Théodore Ballu. Il est architecte des monuments historiques de l’Algérie où il travaille jusqu’en 1925, mais l’on ne connaît pas la date de son décès. Il collabore avec son père dans la reconstruction de l’Hôtel de Ville de Paris, puis, attaché à la Commission des monuments historiques, il devient en 1885 architecte diocésain d’Aix-en-Provence et d’Alger. À partir de 1889, il se consacre entièrement à l’Algérie, d’abord comme architecte des monuments historiques puis comme inspecteur général des musées. C’est sur le site de Timgad qu’il concentre son activité, dirigeant les travaux de restauration et collaborant avec R. Cagnat ; il consacre à cette cité la plupart de ses publications. A. Ballu joue un rôle important dans la mise en valeur et la préservation des sites antiques d’Afrique du Nord.

Bibliographie sélective :

8Les Monuments antiques de l’Algérie, 1896 ; Guide de Timgad, 1897 ; Les Ruines de Timgad, 1897-1903 ; avec R. Cagnat, Musée de Timgad, 1903 ; Une cité africaine sous l’Empire romain, 1903-1904 ; Les Ruines de Timgad, sept années de découvertes, 1911 ; plusieurs rapports sur les fouilles exécutées par le Service des monuments historiques de l’Algérie.

9VOIR :
Dictionnaire de Biographie française, Paris, 1948.

Ballu, Théodore (1817-1885)

10Architecte français. Fils d’un entrepreneur parisien, il est admis à l’École des beaux-arts en 1835, dans l’atelier d’H. Lebas. Après avoir reçu en 1840 le grand prix d’architecture, il gagne Rome et l’Académie de France. À Rome, il commence le relevé et la restauration du théâtre de Marcellus, mais il est empêché de finir par les propriétaires du palais Orsini. Il se rend en Grèce pour y étudier l’art antique avec A. Paccard et P. Titeux, eux aussi architectes de l’Académie de France, et avec eux relève les monuments antiques ; ils sont les premiers élèves de l’Académie de France à Rome à pouvoir séjourner à Athènes, et, anticipant en cela la décision ministérielle de N. de Salvandy, sanctionnée par le décret du 22 février 1845, ils font œuvre de pionniers parmi les architectes français. P. Titeux meurt à Athènes mais ses travaux seront utilisés par E. C. Beulé pour son exploration de l’Acropole. Quant à A. Paccard, il consacre son envoi à la restauration du Parthénon. T. Ballu étudie l’Érechthéion, dont il propose une restauration polychrome. De retour à Paris en 1845, il devient auditeur au Conseil général des bâtiments civils puis sous-inspecteur des travaux de la Ville de Paris. Il veille aux travaux de l’église Sainte-Clotilde, puis à la restauration de la tour de Saint-Jacques-la-Boucherie. De 1858 à 1863, il dirige la construction de la tour de Saint-Germain-l’Auxerrois et celle des églises de la Trinité et de Saint-Ambroise ; il est en effet, depuis 1860, architecte en chef des travaux de la Ville de Paris pour les lieux de culte. En 1874, il remporte le premier prix pour la reconstruction de l’Hôtel de Ville de Paris et préside à sa reconstruction, ce qui lui vaut de devenir commandeur de la Légion d’honneur. En 1872, il est élu membre de l’Académie des beaux-arts. Par son travail de relevés à Athènes, T. Ballu ouvre des perspectives nouvelles sur l’art grec qui n’était alors connu que par l’ouvrage de J. Stuart et N. Revett et donne l’exemple de la contribution des architectes à l’archéologie.

11VOIR :
Dictionnaire de biographie française ; H. Daumet, Notice sur la vie et les travaux de Monsieur Théodore Ballu, Notice sur la et les ouvrages de Monsieur Théodore Ballu, Paris, 1887 ; H. Lapauze, Histoire de l’Académie de France à Rome, deux t., Paris, 1924 ; M. C. Hellmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique, n° 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire, 1849-1996 », 1996.

Balout, Lionel (1907-1992)

12Préhistorien français. Né à Nantes, il fait ses études à la Sorbonne : agrégé d’histoire et géographie, il est nommé au lycée d’Alger. C’est J. Carcopino, dont il suit les cours en Sorbonne, qui encourage sa vocation archéologique, éveillée sur des chantiers préhistoriques charentais. Il se fera spécialiste de l’Afrique du Nord, à la Préhistoire de laquelle il consacre sa thèse de doctorat. Devenu professeur à la Faculté d’Alger et conservateur du Musée d’ethnographie et de préhistoire du Bardo, il fonde le laboratoire du Musée du Bardo, qui se transformera en Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques d’Alger (1955). Il crée et dirige la partie préhistorique de la revue Libyca. Il collabore au Bulletin de la Société d’histoire naturelle de l’Afrique du Nord, aux Travaux de l’Institut de recherches sahariennes de l’Université d’Alger, à la Revue africaine et à la Revue de la Méditerranée. Il est le premier à baser la chronologie préhistorique de l’Afrique du Nord sur la géologie du Quaternaire, la paléontologie et l’archéologie, et renouvelle la préhistoire nord-africaine : pour unifier la terminologie et la nomenclature, il crée les Fiches typologiques africaines (1966-1970). Il est doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines d’Alger, de 1956 à 1962. De retour en France, il est nommé, en 1962, professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris, en chaire de préhistoire, créée pour lui. Professeur à l’Institut de paléontologie humaine, il le dirigera de 1973 à 1981. Il assume de grandes responsabilités au ministère des Affaires étrangères et au CNRS. Le gouvernement égyptien lui confie la mission de faire traiter la momie de Ramsès II par les laboratoires du Muséum et du CNRS. Il appartint au conseil permanent de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques. Par son œuvre et ses responsabilités en Algérie et en Tunisie, il appartient à la lignée des préhistoriens français qui, à partir de J. de Morgan et à la suite de R. Vaufrey, se sont attachés à la Préhistoire de l’Afrique du Nord.

Bibliographie sélective :

13Préhistoire de l’Afrique du Nord, Paris, 1955 ; Préhistoire de l’Afrique du Nord, essai de chronologie, Alger, 1956 ; Hommes préhistoriques du Maghreb et du Sahara ; Alger préhistorique, 1958 ; Musée d’ethnographie et de préhistoire du Bardo, Alger, 1959.

14VOIR :
Études d’antiquités africaines, 1979 ; Préhistoire africaine. Mélanges offerts au doyen Lionel Balout, Paris, 1981 ; G. Souville, Antiquités africaines 29, 1993, p. 13-15.

Banti, Luisa (1894-1978)

15Étruscologue italienne. Fille d’un grand médecin anatomiste, elle fait ses études à la Faculté des lettres de Florence, avec Luigi Pareti qui fut le rapporteur de sa thèse sur la topographie de Luni, avec Luigi Pernier qui l’initia à l’archéologie crétoise ou encore Giacomo Devoto qui lui ouvre l’étude des antiquités italiques. Elle se consacre d’abord à des recherches de topographie. Ses premiers travaux importants paraissent au moment où Florence est le centre de l’essor de l’étruscologie comme discipline autonome : en 1925, est créé le Comité permanent pour l’Étrurie, en 1926 se tient le premier Congrès national étrusque, et en 1928 le premier Congrès international étrusque. En 1932, l’Institut d’études étrusques et italiques (Istituto di Studi etruschi ed italici) remplace le Comité permanent pour l’Étrurie. De 1927, date du premier numéro des Studi Etruschi, à sa mort, Luisa Banti collabore très activement à la revue et assure la présidence de l’Institut de 1965 à 1972. Entre 1930 et 1940, L. Banti est attachée à la section des manuscrits grecs de la Bibliothèque vaticane et publie des études sur la philologie médiévale et humaniste, alors qu’elle participe aux travaux de la Mission archéologique italienne dirigée par L. Pernier en Crète : elle fouille à Phaïstos et Haghia Triada dont elle publie d’une façon remarquable la grande tombe à tholos découverte en 1903-1904 (Annuario reale della Scuola archeologica italiana di Atene XIII-XIV, 19301931, p. 155 et sq.). Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle devient assistante à la chaire d’histoire des religions à l’Université de Rome. Après avoir été quelques années professeur à l’Université de Padoue, elle occupe à Florence la chaire d’étruscologie et d’archéologie italique. Ses derniers travaux furent consacrés à l’édition des fouilles de l’École italienne d’archéologie à Haghia Triada au début du siècle.

Bibliographie sélective :

16« Definizione dell’ager lunensis e l’espansione etrusca a nord dell’Arno », Studi EtruschiV, 1931, p. 163 et sq. ; Mondo degli Etruschi, 1960 (rééd. 1969) ; F. Halbherr, E. Stefani et L. Banti, « Haghia Triada nel periodo tardo palaziale », Annuario della Scuola archeologica italiana di Atene 55, 1977, p. 7-342.

17VOIR :
Studi in onore di L. Banti, Rome, 1965 ; J. Heurgon, « Luisa Banti », Revue archéologique, 1979, 1, p. 139-140 ; G. Camporeale, « Luisa Banti », Studi Etruschi 1979, p. IX-XV.

Baradez, Jean, colonel (1895-1969)

18Officier français, pionnier de la photographie aérienne. Tard venu à l’archéologie, d’abord diplômé de l’Institut national d’agronomie, il sert comme aviateur pendant la Première Guerre mondiale, puis avec le grade de colonel en 1939. Sous la direction de L. Leschi, directeur des Antiquités en Algérie, il explore par avion le limes de Numidie et effectue des recherches sur les ports de Carthage. Il fouille à Gemellae en 1947, et de 1948 à 1962 à Tipasa ; il y développe les travaux, organise le site, crée un musée et relance les publications. Il est nommé directeur de la deuxième circonscription archéologique de l’Algérie. À partir de 1952, il est appelé par A. Grenier à l’École française de Rome pour classer les photographies aériennes effectuées par les armées alliées. Il est élu correspondant à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1958.

Bibliographie sélective :

19Fossatum Africae. Recherches aériennes sur l’organisation des confins sahariens à l’époque romaine, Paris, 1949; « Le port marchand de Carthage », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1955, p. 299-300 ; « Nouvelles recherches sur les ports antiques de Carthage », Karthago 9, 1958, p. 45-78 ; « Nouvelles fouilles à Tipasa », Libyca 9, 1961.

20VOIR :
M. Euzennat, dans Antiquités Africaines 5, 1971, p. 13.

Baraize, Émile (1874-1952)

21Architecte et archéologue français. Formé à l’école des Arts et Métiers d’Aix-en-Provence, il va en Égypte comme technicien dans les chemins de fer, mais il attire l’attention de J. de Morgan, et devient l’assistant d’A. Barsanti, avant de lui succéder comme directeur de travaux au service des Antiquités. Pendant cinquante ans, il assure les services de restauration architecturale, la seule interruption correspondant à son service militaire à Salonique pendant la Première Guerre mondiale. À Gizeh, il restaure le Sphinx ; il intervient aussi à Abydos et travaille avec de nombreux archéologues, dont V. Loret dans la Vallée des Rois et J. E. Quibell au Ramesseum. Ses plus grands travaux de restauration concernent le temple de Hatshepsout, celui de Louxor et les temples de Nubie. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur pour ses travaux archéologiques. Il publie de nombreux articles sur ces travaux dans les Annales du service des Antiquités.

22VOIR :
B. Bruyère, « É. Baraize », Annales du service des Antiquités d’Égypte 54, 1957, p. 5-10, portrait ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Barandiarán Ayerbe, José Miguel de (1889-1991)

23Préhistorien, anthropologue et ethnologue espagnol. Il est l’un des promoteurs de la préhistoire au Pays basque dont il affirme et défend la culture. Il fait des études classiques puis se forme à la philosophie et à la théologie au séminaire ; il obtient la licence en théologie de l’Université ecclésiastique de Burgos et est ordonné prêtre en 1914. Pendant l’été 1913, il suit à Leipzig les cours du professeur Wundt, auteur d’une monumentale Völkerpsychologie, qui le renforce dans son intérêt pour l’anthropologie et l’ethnologie. En 1917, il entre en contact avec H. Breuil qui lui fait connaître H. Obermaier. Professeur au séminaire de Vitoria, il prononce le discours d’ouverture du cours de 1917-1918 sur la Préhistoire basque. À la même époque, il se met en relation avec T. de Aranzadi, professeur à l’Université de Barcelone qui deviendra son maître et avec qui il forme le premier groupe de recherche archéologique et ethnographique en Euzkadi. Avec Aranzadi, il entreprend en 1922 un voyage en Europe au cours duquel il visite les musées et les institutions de Paris, Cologne, Mayence, Munich, Leipzig et Berlin, pour finir par la Hollande ; en 1929, il renouvelle cette tournée européenne, mais en se consacrant strictement aux sociétés et instituts anthropologiques. Pendant vingt ans, il mène avec T. de Aranzadi et E. de Eguren, professeur à l’Université d’Oviedo, des recherches systématiques sur la préhistoire et l’ethnographie du Pays Basque, fouillant de nombreux dolmens et grottes. En 1921, il fonde l’Anuario de Eusko-Folklore et collabore aux plus grandes revues espagnoles et internationales : Ampurias, Cuadernos de Historia Primitiva, le Bulletin de la Société préhistorique de France. Militant du nationalisme basque, il s’exile en France en 1936 et rejoindra son pays en 1953. En 1946, il crée l’Institut basque de recherche et son bulletin. Devenu professeur d’ethnologie basque à l’Université de Navarre en 1965, il organise de nouvelles équipes de recherche archéologiques avec lesquelles il reprend ses travaux sur la Préhistoire. Il est, en Espagne, l’un de ceux qui poursuivent les travaux pionniers promus par l’Institut de paléontologie humaine : il suit le sillage d’H. Breuil et H. Obermaier. Par ses travaux d’ethnologie et de folklore, il apporte une contribution importante à la définition d’une identité basque.

Bibliographie sélective :

24Paletnografía vasca, Mitología del Pueblo Vasco, trois vol., Vitoria, 1921-1928 ; Breve Historia del hombre primitivo, Vitoria, 1931 ; El Hombre primitivo en el País Vasco, Saint-Sébastien, 1934 ; Obras completas, Bilbao, La Grande Encyclopédie basque, 1971.

25VOIR :
J. Caro Baroja, « Barandiarán y la conciencia colectiva del Pueblo Vasco », Homenaje a Don José Miguel de Barandiarán, Saint-Sébastien, 1963, p. 11-27; « In memoriam : José Miguel de Barandiarán », Revista Internacional de los Estudios Vascos, XXXVII, 1 (1992), p. 11-18 ; J. Altuna et alii, Homenaje a Don José Miguel de Barandiarán, Bilbao, 1992 ; A. et alii, La Escuela vasca de etnología: D. José Miguel de Barandiarán, testigo excepcional, Saint-Sébastien, 1994 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Barrois, Augustin Georges (1898-1987)

26Théologien et orientaliste. Né à Charleville, il fait ses études à Louvain, est ordonné prêtre et entre dans l’ordre des Dominicains en 1924. L’année suivante, il est envoyé à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem; en 1926-1927, avec les pères P. Carrière et F. M. Abel, la direction des fouilles de Neirab, près d’Alep en Syrie. Ils découvrent une importante nécropole néo-babylonienne et achéménide, et recueillent un ensemble de vingt-cinq tablettes cunéiformes. En 1929, il participe aux fouilles d’Arslan-Tash dirigées par F. Thureau-Dangin et, l’année suivante, rejoint l’expédition de l’Université d’Harvard à Serabit el-Khadem dans le Sinaï. Il est l’auteur de nombreuses découvertes de monuments religieux en Palestine. Il publie, dans la Revue biblique et Syria des études sur la métrologie biblique et des articles sur les fouilles de Beth-Shean, Cesarea, Megiddo et Helbon. De retour en France en 1935, il devient professeur pour l’Ancien Testament à la faculté dominicaine de Saulchoir. En 1939, il gagne les États-Unis où il enseigne la théologie à Washington, à l’Université de Princeton et au séminaire orthodoxe Saint-Vladimir à Crestwood. Dans la tradition établie à l’École biblique et archéologique de Jérusalem par le père L. H. Vincent, il compose un Manuel d’archéologie biblique où il recueille les résultats des travaux menés en Palestine.

Bibliographie sélective :

27Avec F. Thureau-Dangin et al., Arslan-Tash, deux vol., Bibliothèque archéologique et historique, vol. 16, Paris, 1931 ; Précis d’archéologie biblique, Paris, 1935 ; Manuel d’archéologie biblique, deux vol., Paris, 1939-1953.

28VOIR :
P. de Miroschedji, « Barrois, Augustin, Georges », dans E. M. Meyers éd.,
The Oxford Encyclopedia of Archaeology in the Near East, New York-Oxford, Oxford University Press, 1997.

Barsanti, Alexandre (1858-1917)

29Technicien italien. Né à Alexandrie, il se rend à Florence pour y faire ses études à l’Institut des beaux-arts, puis retourne en Égypte où G. Maspero l’engage comme restaurateur au Musée du Caire pour succéder à Matteo Floris, artisan corse employé par A. Mariette au Musée de Boulaq. Intégré au Service des antiquités d’Égypte, il accompagne, en 1892, J. de Morgan en Haute-Égypte et, en 1894-1895, assiste G. Daressy dans le dégagement du temple de Medinet-Habou. L’année suivante, il surveille en Nubie la consolidation et la restauration des temples menacés par le barrage. De 1899 à 1904, il travaille à Saqqarah où il restaure nombre de mastabas et tombes tardives. Il fouille autour de la pyramide d’Ounas et découvre le temple funéraire. Il publie dans les Annales du service des Antiquités.

30VOIR :
Annales du service des Antiquités 17, 1917, p. 245-257, et bibliographie p. 258-260 ; J.-P. Lauer, Le Problème des pyramides d’Égypte, 1952, p. 73-77 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; N. Grimal, « Les fouilles françaises d’Ancien Empire », L’Art égyptien au temps des pyramides, catalogue de l’exposition de Paris 6 avril-12 juillet 1999, Paris, 1999.

Barthélemy, Anatole de (1821-1904)

31Numismate français. Il contribue à l’essor de l’archéologie nationale. Dès 1838, il collabore à la Revue numismatique. Admis à l’École des chartes en 1842, il devient sous-préfet à Belfort en 1855, puis à Neuchâtel-en-Bray. Secrétaire de la Commission de topographie des Gaules, il est aussi membre du Comité des travaux historiques. Il rédige les premiers essais de classement méthodique de la numismatique du Moyen Âge. Son étude sur les premières collections de monnaies recueillies sur le mont Beuvray lui permet de fonder l’assise chronologique sur laquelle s’appuient les recherches de J.-G. Bulliot, puis celles de J. Déchelette. De 1883 à 1900, il dirige la Revue numismatique, qu’il fait revivre. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1887.

Bibliographie sélective :

32Rapport sur quelques monuments du département de la Loire, 1842 ; Nouveau Manuel de numismatique ancienne, 1850 ; Nouveau Manuel de numismatique du Moyen Âge et moderne, 1852 ; Le Temple d’Auguste et la nationalité gauloise, 1864.

33VOIR :
A. Thomas, « Notice sur la vie et les travaux d’A. de Barthélemy »,  Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1907, p. 497 et sq. ; F. Mazerolle, « Notice nécrologique sur A. de Barthélemy (1821-1904) », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France 1909 ; M. Prévost, Dictionnaire de biographies françaises 25, 1949, col. 658-659.

Barthélemy, Jean-Jacques, abbé (1716-1795)

34Orientaliste français, le plus grand de son époque, selon C. Picard (Les Recherches d’archéologie à l’Académie des inscriptions et belles-lettres [1739-1945], Paris, 1945). Né à Cassis, il fait ses études à Marseille chez les Oratoriens puis chez les Jésuites et manifeste un intérêt très précoce et très vif pour les langues orientales : il apprend l’hébreu, le syriaque et l’arabe. Dès sa sortie du séminaire, il renonce aux ordres ; de retour dans sa famille à Aubagne, il fréquente les érudits locaux et, à leur contact, se forme à l’épigraphie, à la numismatique et à l’archéologie. Quand, en 1744, il se présente à Paris, sa réputation de savant le précède et détermine le Garde des Médailles du Cabinet du Roi, Gros de Boze, à le prendre pour adjoint ; les collections réunies par les rois de France depuis le Moyen Âge avaient été transportées de Versailles à Paris en 1741. À partir de 1754, J.-J. Barthélemy prend la responsablilité du Cabinet : il fait l’inventaire des collections numismatiques et installe le Cabinet des Antiques. Il est nommé associé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1748, puis pensionnaire en 1766. En 1754, il découvre l’araméen à partir des inscriptions de Palmyre rapportées par R. Wood, puis rétablit l’alphabet phénicien ; il encourage aussi les recherches d’inscriptions nouvelles en Orient. De 1755 à 1757, il accompagne l’ambassadeur de France à Rome, Choiseul-Stainville, et, de retour à Paris, bénéficie de sa protection : pendant ce séjour en Italie, il acquiert de nombreuses monnaies pour le Cabinet royal qu’il enrichit considérablement jusqu’à sa mort en achetant des collections particulières. De 1760 à 1789, il rédige de nombreux mémoires d’archéologie, certains publiés dans le Recueil des Antiquités du comte de Caylus et le Journal des savants. Sa dernière œuvre, Les Voyages du jeune Anacharsis en Grèce vers le milieu du ive siècle avant l’ère vulgaire (1788), connut un très grand succès, et, jusqu’au milieu du xixe siècle, « représenta pour l’étudiant le grand manuel d’institutions et antiquités grecques » (Dictionnaire de biographie française, t. 5, Paris, 1949, p. 668). Reçu à l’Académie française le 25 août 1789, il fut arrêté et emprisonné quelques heures le 2 septembre 1793, mais libéré et dédommagé de cette fâcheuse méprise par l’offre qui lui fut faite de devenir Garde de la Bibliothèque nationale ; il refuse cette responsabilité qu’il juge trop lourde et demande seulement d’être rétabli dans son poste de Garde des médailles et antiques du Cabinet du Roi. Après sa mort, le Cabinet, dont les collections sont formidablement enrichies par les saisies révolutionnaires, est envisagé comme un lieu de formation à l’archéologie : un projet, présenté à la Convention nationale le 2 juin 1795, concerne la création d’un poste de conservateur professeur d’archéologie que Aubin-Louis Millin sera le premier à occuper. L’abbé Barthélemy a fait du Cabinet des Médailles un centre de recherches savantes sur l’Antiquité et a joué un rôle primordial dans la promotion des études orientales en France.

Bibliographie sélective :

35Deuxième partie du Recueil des peintures antiques d’après Pietro Sante Bartoli donné au Roi en 1764 par le comte de Caylus et P.-J. Mariette ; « Réflexions sur quelques monuments Mémoires de tirés des registres de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, t. XXX, p. 405-427 ; Réflexions générales sur les rapports des langues égyptienne, phénicienne et grecque, Paris, 1763.

36VOIR :
La première édition complète de ses œuvres, avec une notice biographique par H. Villenave, Œuvres complètes, Paris, quatre vol., 1821-1823 ; E. Babelon, Le Cabinet des Médailles et antiquités de la Bibliothèque nationale. Notice historique et guide du visiteur. I, Les Antiques et les objets d’art, Paris, 1924 ; M. Badolle, L’Abbé Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795) et l’hellénisme en France dans la seconde moitié du xviiie siècle, Paris, 1926 ; A. Dupont-Sommer, Barthélemy Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France, n° 24, Paris, 1971 ; S. Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Paris-Genève, 1988; I. Aghion, « Barthélemy, le Cabinet des Médailles et 1789. Le Patrimoine libéré, l’exposition nationale, Paris, 1989 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, 1995, p. 115-116, J. Leclant, « L’égyptologie avant l’expédition d’Égypte », dans P. Bret éd., L’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, Paris, Académie des Sciences, 1999, p. 121-128.

Bartoccini, Renato (1893-1963)

37Archéologue italien. De 1923 à 1928, il travaille en Libye à la surintendance de Tripolitaine : sa découverte la plus importante est celle des bas-reliefs de l’arc de Septime Sévère à Leptis Magna. De 1929 à 1932, il assure la direction des Monuments de Ravenne. Surintendant des Antiquités du Dodécanèse alors italien, il fouille en Jordanie sur l’acropole d’Amman (1930-1940). De 1950 à 1958, il réforme le musée de la villa Giulia et entreprend la sauvegarde des peintures de Tarquinia, encourage l’exploration de Lucus Feroniae, les fouilles et les restaurations de Cerveteri. Enfin, il s’emploie à favoriser la poursuite des fouilles du port de Leptis Magna au début des années 1950.

Bibliographie sélective :

38Il Porto romano di Leptis Magna, Rome, 1958.

39VOIR :
G. Caputo, « Renato Bartoccini », Studi Etruschi XXXIII, 1965, p. 655-656.

Bayet, Jean (1892-1969)

40Historien de l’Antiquité et latiniste français, directeur de l’École française de Rome. Élève de l’École normale supérieure, agrégé de grammaire, il est membre de l’École française de Rome de 1917 à 1920. Il est ensuite professeur de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Caen, puis à la Sorbonne ; il devient directeur adjoint de l’École normale supérieure et directeur général de l’enseignement au ministère de l’Éducation nationale. Il assure la direction de l’École française de Rome de 1952 à 1960. Son retour en Italie lui permet de reprendre les questions étrusques qui l’avaient intéressé dès 1926 et sa thèse complémentaire. Il est élu membre ordinaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1948.

Bibliographie sélective :

41« Hercule funéraire », Mélanges de l’École française de Rome, 1922-1923 ; Les Origines de l’Hercule romain (thèse principale), 1926 ; Herclé. Étude critique des principaux monuments relatifs à l’Hercule étrusque (thèse complémentaire), Paris, 1926 ; La Sicile grecque, Paris, 1930 ; « Étrusques et Italiques : position de quelques problèmes », Studi Etruschi XXIV, 1955-56, p. 3-17; « Position historique et technique de l’art étrusque », Revue des arts V, 1955, p. 131-138 ; « Les fouilles archéologiques de l’École française de Rome en Italie de 1946 à 1956 : Mégara Hyblaea et Bolsena », Annales de l’Est publiées par la Faculté des lettres de Nancy. Études d’archéologie classique, 1956 Idéologie et plastique, mélanges d’archéologie et d’histoire, trois vol., 1959-1969.

42VOIR :
Hommages à Jean Bayet, Collection Latomus 70, Bruxelles, 1964 ; M. Lejeune, « Éloge funèbre de M. Jean Bayet », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1969 ; J. Heurgon, « Jean Bayet », Studi Etruschi XXXVIII, 1970, p. 444 ; P. Boyancé, « Notice sur la vie et les travaux de M. Jean Bayet », CRAI, 1973 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Beazley, sir John Davidson (1885-1970)

43Helléniste britannique qui révolutionna l’étude de la céramique grecque peinte. Né à Glasgow, il reçoit de son père, décorateur d’intérieur, une bonne initiation aux arts et au dessin. Il fait ses études à la King’s Edouard School de Southampton, puis est admis premier au Christ Hospital, où il est interne, alors que ses parents se sont installés à Bruxelles. Il parcourt l’Europe, d’abord en Champagne en compagnie de son frère, puis avec sa mère en Italie en 1911. C’est à Bruxelles que s’éveille sa passion pour les vases grecs. Il fait de brillantes études de philologie classique et, en 1908, est admis à Christ Church College, Oxford, comme chargé de cours de céramologie grecque. En 1910, il gagne Paris pour y étudier les collections du Louvre, et, en 1911-1912, visite les musées en France, en Allemagne, en Italie. En 1914, il fait son premier voyage aux États-Unis. Pendant la Première Guerre mondiale, il sert comme lieutenant dans la Royal Naval Volunteer Reserve. Démobilisé, il reprend son enseignement à Oxford, Christ Church College, où il devient, en 1920, University Lecturer pour les vases grecs. En 1925, il est élu à la Lincoln and Merton Professorship of Classical Archaeology d’Oxford, à la suite de Percy Gardner, et enseigne jusqu’en 1946 l’archéologie grecque. Pendant trente ans, il fait d’Oxford le grand centre mondial de l’étude de l’art grec. En 1919, il épouse Marie Bloomfield qui deviendra pour lui une précieuse collaboratrice, en particulier une excellente photographe de vases grecs. En 1941, il refuse l’invitation qui lui est faite de devenir Sather Professor à Berkeley, pour ne pas quitter la Grande-Bretagne en guerre. En 1946, il se rend à New York, sur l’invitation de Gisela Richter, Conservateur du département de l’art grec et romain au Metropolitan Museum. Il y retrouve D. von Bothmer, assistant de G. Richter, qui avait été son élève à Oxford. En 1949, il accepte de devenir Sather Professor à Berkeley. En 1964, à la demande de A. D. Trendall, il se rend en Australie et en Nouvelle-Zélande, où il donne sa dernière conférence publique, sur le peintre a de ainsi H. qui collabora avec lui à un fascicule du Corpus Vasorum Antiquorum et qui devint, en 1929, directeur de la British School of Athens ; L. Brown, auteur de The Etruscan Lion, est un autre de carrière Museum New fut l’un de ses étudiants à Oxford. A. D. Trendall, qui avait suivi ses cours, appliqua ses méthodes aux vases peints de l’Italie du Sud. L’ensemble unique au monde de photographies, de dessins et de notes sur les vases, qu’il avait constitué au cours de sa vie, a été légué à l’Université d’Oxford. Il confia aussi à l’Ashmolean Museum sa considérable collection d’antiquités. L’ensemble de son œuvre comprend 275 publications. En appliquant une méthode mise au point par G. Morelli pour l’identification des auteurs de tableaux à partir de l’étude des détails, J. D. Beazley poursuivit la reconnaissance de tous les peintres de vases attiques à figures rouges. Il fut Fellow de la British Academy depuis 1927, vice-président honoraire de la Société archéologique grecque, associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, membre de nombreuses académies en Europe et aux États-Unis.

Bibliographie sélective :

44Attic Red-figured Vases in American Museums, 1918 ; The Lewes House Collection of Ancient Gems, 1920; Attische Vasenmaler des rotfiguren Stils, 1925; chapitres sur la peinture et la sculpture archaïques et classiques dans les volumes IV, V et VI de la Cambridge Ancient History; Corpus Vasorum Antiquorum, Oxford 1 2, 1927-1931 Greek Vases in Poland, 1928 ; avec L. D. Caskey, Attic Vase-Painting in the Museum of Fine Arts, Boston, I-1931, II-1954, III-1963 ; Campana Fragments in Florence, 1933 ; « Etruscan Vase-Painting », Oxford Monographs in Classical Archaeology, 1947 The World of the Etruscan Miror, 1950 ; Attic Red-Figure Vase-Painters, trois vol., 1942, 2e éd., 1963 ; Etruscan Vase Painting, Oxford, 1947 ; Attic Black-figure Vase-painters, Oxford, 1956.

45VOIR :
D. Kurtz éd.,
Beazley and Oxford. Lectures delivered at Wolfson College, Oxford on 28 June 1985, Oxford, 1985; D. von Bothmer, Oxford Magazine, 12 juin 1970 ; A. Parrot, « Éloge funèbre de sir John Beazley », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions etbelles-lettres, 1970; Ashmole, « Sir Beazley, 1885-1970 », Proceedings of the British Academy 56, 1970 ; H. Metzger, « John Davidson Beazley », Revue archéologique, 1970/2 ; C. Isler-Kerényi, « J. D. Beazley e la ceramologia », Quaderni ticinesi di numismatica e antichità. classica IX, 1980, p. 7-23 ; P. E. Arias, « Considerazioni sulla storiografia della ceramica attica : O. Jahn e J. D. Beazley », P. E. Arias et alii, La ceramica attica a figure nere e rosse del Corpus Vasorum Antiquorum, Rome, 1985, p. 115-138 ; B. A. Sparkes, Greek Art, Oxford, 1991, p. 42-55 ; F. Frontisi-Ducroux et F. Lissarrague, « Vingt ans de vases grecs : tendances actuelles des études en iconographie grecque (1970-1990) », Métis V. 1-2, 1990, p. 205-224 ; Ph. Rouet, « Aux origines de la céramologie grecque, l’étude des vases attiques avant Beazley », Histoire de l’art 29-30, 1995 ; J. Leclant, dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Bégoüen, Henri, comte (1863-1956)

46Préhistorien français. Il se passionne pour l’archéologie à l’occasion d’un séjour en Tunisie, sous l’influence d’É. Cartailhac. En 1912, en enlevant un rideau de stalagmites, il découvre, dans la grotte du Tuc d’Audoubert, la première sculpture préhistorique, en l’occurrence deux bisons modelés dans l’argile. Il poursuit les recherches dans cette grotte et celle des Trois-Frères. Il enseigne à Toulouse à partir de 1922 et succède à É. Cartailhac comme conservateur du Musée d’histoire naturelle. Il est élu correspondant français de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1949.

47VOIR :
Mélanges de préhistoire et d’anthropologie offerts… au professeur Comte H. Bégouen, Toulouse, 1939 ; Bulletin de la Société préhistorique française 53, 1956 ; H. Breuil, Revue archéologique, 1957 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994, p. 414.

Bell, Gertrude Lauthian (1868-1926)

48Exploratrice, historienne et archéologue britannique. Secrétaire des Affaires orientales à Bagdad, elle joue en Iraq sous mandat britannique un rôle politique de tout premier plan ; comme conservateur des Antiquités, elle assure la protection du patrimoine monumental et archéologique et met en place la législation. Issue d’une grande famille de patrons d’industrie du Northumberland, elle fait ses études secondaires au Queen’s College de Londres et, en 1886, poursuit sa formation à Oxford, où elle intègre le Lady Margaret Hall, créé pour les jeunes filles en 1879 ; elle y prépare des diplômes en histoire et est la première femme à obtenir le prix d’histoire moderne. À l’issue de ses études, elle se rend auprès de son oncle Franck Lascelles, ambassadeur à Bucarest en Roumanie, qu’elle suit à Téhéran quand il devient ministre plénipotentiaire en Perse. Elle apprend alors l’arabe et le persan et traduit Hafiz. Sur le chemin de retour en Grande-Bretagne, elle s’arrête à Athènes pour y rencontrer son ami D. Hogarth, qu’elle retrouvera plus tard au Caire, à la tête du Bureau arabe. Son premier séjour au Proche-Orient remonte elle rend contre la volonté de ministration turque, elle gagne Damas par le pays druze et enfin rejoint Palmyre. Son goût pour l’archéologie la porte en 1903 à suivre les cours que S. Reinach donne à l’École du Louvre, et à entrer en relation avec R. Dussaud, qui a accompli des missions d’exploration archéologique et épigraphique en Syrie. Ce dernier lui apporte des indications précieuses pour son prochain séjour au Proche-Orient ; en janvier 1905, elle se rend à Beyrouth puis à Jérusalem et, de là, dans le Djebel druze dont les habitants, hostiles aux Turcs, considèrent les Anglais comme des alliés : elle rédige alors des rapports sur l’état du Proche-Orient pour le Foreign Office et le Bureau des Indes. En 1909, elle retourne en Syrie, pour y étudier les églises romanes et byzantines, mais elle réalise aussi son projet de gagner l’Iraq en traversant le désert syrien. Au prix de nombreux dangers, elle atteint les rives de l’Euphrate qu’elle descend sur huit cents kilomètres à partir de Bagdad pour remonter ensuite vers le nord et la Turquie en suivant le Tigre : elle découvre la forteresse d’Ukhaidir qu’elle étudie en procédant à des relevés, rêvant d’une grande publication archéologique qui ne verra pas le jour car elle sera précédée par L. Massignon. En 1913, elle est à Damas d’où elle a l’intention de rejoindre l’Arabie centrale et le désert du Nedjd pour y rencontrer Ibn Saoud et Ibn Rachid qui se disputent la suprématie sur l’Arabie. Elle ne bénéficie d’aucun soutien officiel, ni du gouvernement britannique ni des autorités turques, et ne parvient pas à pénétrer le Nedjd : elle se livre à des travaux archéologiques et à des relevés destinés à servir pour des cartes établies par la Royal Society of Geography ; elle recueille d’autre part de précieux renseignements sur les tribus arabes, qu’elle transmet aux services britanniques. À l’automne 1915, alors qu’elle attend à Londres une occasion de retourner au Proche-Orient, D. Hogarth, directeur du Bureau arabe du Caire, lui propose elle a fait la connaissance à Karkemish, alors qu’il participait au chantier conduit par L. Woolley, responsable en chef de la propagande au Caire. G. Bell est chargée d’une mission en Iraq, où elle doit recueillir les informations nécessaires pour organiser l’insurrection arabe contre les Turcs et évaluer les chances de réussite d’un État arabe. À Bagdad, elle travaille au service de Percy Fox, conseiller politique, chargé de l’administration de la Mésopotamie par le gouvernement des Indes. G. Bell est nommée correspondante du gouvernement au Caire et conseiller permanent de Cox elle alors la seule femme conseiller politique des forces britanniques. Lorsque les Anglais prennent Bagdad en février-mars 1917, G. Bell devient secrétaire des Affaires orientales et conservateur des Antiquités : elle occupe désormais un poste clé au sein des services secrets et sa connaissance intime des tribus arabes est précieuse pour la mise en œuvre de la politique britannique en Mésopotamie. Après la conférence de San Remo et la signature, le 25 avril 1920, de l’accord sur la répartition des mandats entre Français et Anglais, de graves troubles secouent l’Iraq et seuls le retour de P. Cox et l’action auprès de lui de G. Bell permettront de rétablir le calme par la mise en place du gouvernement arabe sous la conduite du roi Faysal : lors de la conférence du Caire, réunie en février-mars 1921 par W. Churchill pour trouver les meilleures solutions aux problèmes posés par la gestion du Proche-Orient, G. Bell réussit à imposer la candidature de Faysal à la royauté de l’Iraq. En juillet 1922, elle obtient de Faysal la direction du département des Antiquités et son accord sur la loi qu’elle a conçue pour protéger le patrimoine archéologique du pillage, et qui instaure le partage des objets archéologiques. Elle favorise l’intervention sur le site de Kish du Field Museum de Chicago et l’organisation des fouilles d’Ur par une mission conjointe du British Museum et de l’Université de Pennsylvanie, dirigée par L. Woolley. Après le départ de P. Cox en mai 1923, ses avis sont beaucoup moins sollicités par le nouveau haut-commissaire et elle consacre la plus grande part de son temps à l’inspection des sites et à la constitution du musée (pour lequel elle réunit elle-même plus de trois mille objets) qui ouvrira ses portes en juin 1926, un mois avant sa mort. Par son action politique, G. Bell met l’Iraq sur la voie de la modernité, dont l’une des manifestations est la gestion autonome de son patrimoine archéologique extraordinaire.

Bibliographie sélective :

49Poems from the Divan of Hafiz, Londres, 1897 ; « Notes on a journey through Cilicia and Lycaonia Revue The Desert and the Sown, 1907 «The Vaulting system at Ukhaidir », Journal of Hellenic Studies XXX, 1910 ; « Churches and Monasteries of the Tur Abdin and Neighbouring Districts », Amida, Heidelberg, 1910 ; Amurath to Amurath, Londres, 1911 ; Palace and Mosque at Ukhaidir, Londres, 1914 ; « Great Britain and Iraq : An Experiment in Anglo-asiatic Relations », publié sous l’anonymat, Londres, The Round Table, 1914 ; Persian Pictures, Londres, 1928.

50VOIR :
R. Dussaud, « Gertrude Bell »,
Syria, 1926 ; D. Hogarth, Discours lu devant la Royal Geographic Society, 1927 ; F. Bell, Letters of Gertrude Bell, deux vol., Londres, 1927 ; E. Burgoyne, From her Personal Papers 1889-1914, Londres, 1958 ; id. Gertrude Bell, deux vol., Londres, 1961 ; H. V. Winstone, Gertrude Bell, Londres, 1976 ; M. Mallowan, Mallowan’s Memory, New York, 1977 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust. Story of Mesopotamian Exploration, Londres, 1980 ; S. Goodman, Gertrude Bell, Lemington Spa, 1985 ; J. Wallach, La Reine du désert. Vie de Gertrude Bell, Paris, 1997 (traduction de Desert Queen, New York, 1995).

Beloch, Karl Julius (1854-1929)

51Historien italien d’origine allemande. Pour des raisons de santé, il s’installe en Italie et s’inscrit à l’Université de Palerme, où il suit les cours d’A. Salinas pour la numismatique sicilienne, puis il gagne Rome, où il se lie d’amitié avec R. Bonghi, professeur d’histoire antique puis ministre de l’Instruction publique, qui lui transmet sa chaire à l’Université. En 1879, Beloch devient professeur extraordinaire. En 1875, il passe une année à l’Université de Heidelberg, pour y obtenir son doctorat. K. J. Beloch est surtout sensible aux problèmes de démographie, de géographie et d’économie antique, et, à Rome, il forme une génération d’historiens et d’archéologues italiens qu’il dote d’une méthode d’analyse exemplaire et qui constituent ce que l’on a pu appeler « l’école romaine » d’histoire antique : F. Halbherr, E. Breccia, L. Pernier, R. Paribeni et G. De Sanctis. Professeur à l’Université de Rome en chaire d’histoire antique, de 1879 à 1929, avec une parenthèse de 1915 à 1923. Il accompagne la mission italienne en Crète en 1908. En 1915, il est mis d’office à la retraite, car il est considéré comme citoyen d’un pays ennemi, mais est rétabli comme professeur à Rome en 1924, après avoir pris la nationalité italienne.

Bibliographie sélective :

52L. Polverini, « Bibliografia degli scritti di Giulio Beloch », Annali della Scuola normale di Pisa, 1979, p. 1429-1462, et 1981, p. 825-827. Campanien. Geschichte und Topographie des antiken Neapel mit seiner Umgebung, Berlin, 1879 ; Der italische Bund unter Roms Hegemonie, Leipzig, 1880 ; Attische Politik seit Perikles, Leipzig, 1884 ; Die Bevölkerung der griechisch-römischen Welt, Leipzig, 1886 ; Storia Greca, traduite en allemand : Griechische Geschichte, quatre vol., Strasbourg, de 1893 à 1904 ; seconde éd., Griechische Geschichte, quatre vol. en huit tomes, 1912-1927 ; Römische Geschichte, 1926 ; Bevölkerungsgeschichte Italiens, trois vol., 1937-1965.

53VOIR :
Son profil autobiographique dans : S. Steinberg éd.,
Die Geschichtswissenschaft der Gegenwart in Selbstdarstellung, II, Leipzig, 1926, p. 1-27 ; G. de Sanctis, Rivista de filologia, LVII, 1929, p. 141-151 ; C. F. Lehmann- Haupt, Klio, 1930, p. 100-106 ; P. Treves, Lo studio dell’antichità classica nell’ottocento, Milan-Naples, 1962, p. 1231-1246 ; A. Dizionario Biografico Italiani p.45 ; G. Salmeri, « Epigrafia e storia antica nel Mediterraneo: il « caso » italiano », dans V. La Rosa éd., L’Archeologia italiana nel Mediterraneo, Catane, 1986, p. 203-229 ;

54K. Christ, Von Gibbon zu Rostovzteff, Darmstadt, 1989, p. 248-285, p. 369, 382-383 ;

55L. Polverini, introduction à Aspetti della storiografia di Giulio Beloch. Incontri perugini di storia della storiografia antica e sul mondo antico, L. Polverini éd., Naples, 1990.

Belzoni, Giovanni Battista (1778-1823)

56Aventurier italien, connu comme « le titan de Padoue » et le plus célèbre pourvoyeur d’antiquités égyptiennes du consul britannique H. Salt. Né à Padoue, fils d’un modeste barbier, véritable hercule doté d’une force peu commune, il parcourut l’Europe en saltimbanque, se produisant comme colosse de foire en Grande-Bretagne et y épousant une Irlandaise, Sarah (1783-1870), qui le suit et le seconde dans toutes ses entreprises, et avec qui il forme un couple hors du commun. Elle accomplira seule un voyage en Palestine. Après une tournée en Espagne et au Portugal, lors d’un séjour à Malte, Belzoni rencontre un agent de Méhémet-Ali qui le convainc de présenter au pacha une roue hydraulique de son invention. Une fois en Égypte, en 1815, il est reçu par B. Drovetti et se consacre pendant un an à la fabrication de sa machine, dont le fonctionnement se révèle impossible ; après avoir rencontré le voyageur suisse J. L. Burckhardt, alias cheikh Ibrahim, qui lui suggère d’entreprendre le transport d’une statue colossale connue comme le « Jeune Memnon », il entre au service d’H. Salt, consul britannique, pour qui il va une véritable « chasse » aux antiquités. En 1816, il se rend en Haute-Égypte où commencent alors les fouilles systématiques des agents des consuls britannique et français, et où Belzoni se heurtera sans cesse à J.-J. Rifaud. Alors que celui-ci conduit à Thèbes des travaux gigantesques et recueille des chefs-d’œuvre qui feront de la collection Drovetti la plus riche jamais réunie par un particulier, Belzoni explore la Vallée des Rois et découvre l’extraordinaire tombeau de Séti Ier : il procède au relevé de la décoration de la tombe avec le docteur Ricci et exécute le moulage du sarcophage d’albâtre ; cette reproduction sera exposée en 1821 à l’Egyptian Hall de Picadilly. Il se rend à Assouan et en Nubie et tente d’ouvrir le temple d’Abou-Simbel mais échoue dans un premier temps. Il fouille à Karnak et découvre la tombe du roi Aï. En quête de papyri, il pénètre dans les tombes de Qourna et procède à un vrai saccage. Il exécute un moulage du portique du temple d’Isis à Philae, et poursuit l’ouverture du temple d’Abou-Simbel, où il fait preuve d’un certain sens archéologique, procédant à des plans et à des relevés graphiques. En 1818, il ouvre la pyramide de Chephren. Il découvre le site de Bérénice, le port ptolémaïque sur la mer Rouge. Dans le contexte de son époque, Belzoni, qui, au fil du temps, développe des techniques d’enregistrement et de reproduction des monuments alors nouvelles, surpasse largement ceux qui se sont livrés au pillage des antiquités en Égypte. Il mourut au Bénin, au cours d’une expédition qu’il avait organisée pour tenter de reconnaître les sources du Niger. Sa femme Sarah rédige l’un des chapitres de l’ouvrage consacré aux travaux menés en Égypte et, après la mort de son époux, elle organise à Londres une exposition de ses dessins, relevés et moulages de la tombe de Séti Ier et tente de publier une série de planches, mais ces initiatives échouent.

Bibliographie sélective :

57Narrative of the Operations and Recent Discoveries within the Pyramids, Temples, Tombs, and Excavations, in Egypt and Nubia, Londres, 1820 ; G. Belzoni, Voyages en Égypte et en Nubie, présentation et commentaires de L. A. Christophe, Paris, 1979.

58VOIR :
L. Gaudenzio, Giovan Battista Belzoni all’luce di nuovi documenti, 1936 ; C. Clair, Strong Man Egyptologist, 1957; M. Willson Disher, Pharaoh’s Fool, 1957 ; S. Mayes, The Great Belzoni, Londres, 1959 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; B. Fagan, L’Aventure archéologique en Égypte, Paris, 1981 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; J.-J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes. 1815-1830, 1994; Rehork, Pfünderer. Archäologie und Macht, Berlin, 1994.

Bénédite, Georges Aaron (1857-1926)

59Égyptologue français, conservateur du département égyptien au Musée du Louvre. Il commence des études d’architecture à l’École des beaux-arts à Paris et, attiré par l’histoire de l’art et tout particulièrement par celui de l’Égypte, il suit les cours de la Sorbonne, de l’École des hautes études et du Collège de France. En 1880, il accompagne l’architecte C. Chipiez en Égypte, et fréquente les cours de G. Maspero et de P. Pierret à l’École du Louvre. Il devient membre de l’École française du Caire en 1887, et est attaché à la conservation du département égyptien du Louvre : dès ce moment, il se rend régulièrement en Égypte pour y acquérir des objets pour le musée. Tout au long de sa carrière de conservateur du département égyptien, jusqu’en 1926, il accomplira dix-huit missions en Égypte : il acquiert environ mille monuments et objets d’une très grande importance, dont le mastaba d’Akhoutotep, la colonne de granit du roi Ounas, la stèle de Za-Atothis, le couteau de Gebel el-Arak et la stèle du Roi Serpent. De 1895 à 1913, il réorganise complètement le Musée égyptien et met en œuvre une conception muséographique radicalement nouvelle et met en valeur les objets et les monuments en procédant à une sélection rigoureuse, privilégiant la qualité au détriment de la quantité selon des principes didactiques qui rendent claire pour le public la présentation de la civilisation égyptienne. G. Maspero lui confie le soin de rédiger le catalogue des miroirs et objets de toilette du Musée du Caire. Dès 1891, il tente d’ouvrir un chantier du musée du Louvre à Héliopolis, mais ce n’est qu’en 1925, et à Médamoud, qu’il obtient que l’Institut français d’archéologie orientale fouille avec des crédits du Musée. De 1899 à 1914, il supplée G. Maspero dans sa chaire du Collège de France, et, de 1907 à 1923, il est titulaire de la chaire d’égyptologie à l’École du Louvre. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1924.

Bibliographie sélective :

60Le Temple de Philae, 1893-1895 ; Le Tombeau de Neferhotpou, 1893-1894 ; L’Égypte, trois vol., 1900; Catalogue du Musée du Caire. Miroirs, 1907 id., Objets de toilette, 1911 ; Le couteau de Gebel el-Arak, 1916 ; « La formation du musée égyptien au Louvre », La Revue de l’art ancien et moderne, 1923.

61VOIR :
J.-B. Chabot, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1926, p. 6366 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 24-25; È. et J. Gran-Aymerich, « Georges Bénédite », Archéologia 195, oct. 1984, p. 41-45 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant, dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Benndorf, Otto (1838-1907)

62Archéologue allemand, élève de F. G. Welcker, O. Jahn et F. Ritschl. Il reçoit l’habilitation à l’Université de Göttingen et commence immédiatement une brillante carrière de professeur d’archéologie classique, d’abord à Zurich en 1869, puis à Munich en 1871, et, en 1872, à Prague. En 1877, il succède à A. Conze dans sa chaire de Vienne, où il poursuit son œuvre en maintenant la publication des Archäologisch-EpigraphischenMitteilungen aus Übungen und Seminare. En 1890, il fonde la série des collections épigraphiques Tituli Asiae minris qui s’est perpétuée sous la forme de la Commission d’épigraphie d’Asie Mineure de l’Académie de Vienne. Grand érudit, Benndorf est aussi un homme d’action qui a des liens étroits avec les centres de pouvoir ; il fait créer à Ring un séminaire d’archéologie et d’épigraphie et une collection importante de plâtres. En 1875, il participe, sous l’autorité d’A. Conze, aux fouilles de Samothrace. En 1881, il prend part à la première exploration de la Lycie à la recherche des vestiges de l’héroon de Gjölbaschi-Trysa, où il organise une seconde expédition en 1882. Il fait transporter de nombreux reliefs et fragments d’architecture qui constituent aujourd’hui une part importante des collections du Kunsthistorischen Museum de Vienne, que Benndorf s’attache son expédition à Éphèse: l’« inventeur » de Pergame, C. Humann. Les fouilles commencent en 1896 et se poursuivront longtemps avec le plus grand succès. Benndorf est en 1898 le fondateur et le premier directeur de l’Institut archéologique autrichien, dont il crée le Jahrbuch des Österreichischen Archäologischen Instituts. Il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1895.

Bibliographie sélective :

63Avec R. Schöne, Beschreibung der antiken Bildwerke im Lateran-Museum, 1867 ; Griechische und sizilanische Vasenbilder, 1869 ; Die Metopen von Selinunt, 1873 ; avec G. Niemann, Reisen in Lykien und Karien, 1884 ; id. Das Heroon von Gjölbaschi-Trysa, 1889.

64VOIR :
Almanach der Österreichischen Akademie der Wissenschaften Wien 57, 1907, p. 350 et sq. ; C. Praschniker, Atlantis, 1944 ; Österreiches Biographisches Lexikon, 1972 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979 ; R. Lullies et W. Schiering Archäologenbildnisse. Porträts und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988.

Benoit, Fernand (1892-1969)

65Archéologue français. Né en Avignon, il consacre toute sa carrière scientifique à l’histoire et à l’archéologie du Midi de la Gaule. Issu d’une famille qui avait donné à Avignon plusieurs générations de consuls et de notaires, il fait à Paris d’excellentes études au collège Stanislas. Après avoir entamé des études d’architecture, il est brillamment reçu à l’École des chartes en 1912. Entre 1914 et 1917, alors que ses trois frères aînés sont tués sur le front, il s’engage dans un régiment de chasseurs alpins. En 1922, il devient membre de l’École française de Rome et y fait la connaissance de J. Carcopino, qui lui offre le modèle de sa démarche historique fondée sur toutes les catégories de documents. De retour en France, il est nommé archiviste paléographe en Arles et s’engage dans l’entreprise de restitution de l’histoire de la Provence, qui l’occupera toute sa vie.

66De 1928 à 1932, il est conseiller culturel en Tunisie puis au Maroc, où lui est proposée une chaire d’ethnologie à laquelle il renoncera. Durant son séjour africain, il élabore un tableau de l’Afrique méditerranéenne de la Préhistoire jusqu’à l’époque moderne. Il choisit de rejoindre en Arles son poste de bibliothécaire auquel il ajoute celui de conservateur adjoint au Musée archéologique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est nommé à la direction des musées d’Arles. Il explore le territoire d’Arles, les nécropoles de Trinquetaille, des Alyscamps, et découvre à Barbegal une meunerie hydraulique qu’il date alors du Bas-Empire. Devenu archéologue de terrain, il est nommé en 1943 directeur des Antiquités historiques de Provence et Corse. Il veille en particulier à empêcher l’exploitation des sites archéologiques par les armées italienne et allemande: en 1943, Musée sculptures vertes à Entremont lors de l’installation de batteries allemandes, et, par une communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, prive-t-il les savants allemands de la primauté dans la publication. De même, il suit avec la plus vigilante attention les fouilles ouvertes à Cimiez, à Nice, par l’armée italienne et dirigées par Nino Lamboglia. Suspendu en 1944, et enfin installé en 1946 comme directeur du Musée Borély de Marseille, il le réorganise et donne une impulsion décisive aux travaux archéologiques. Il dirige dans le Vieux Port et avec François Villard, des campagnes de reconnaissance stratigraphique des rivages du Lacydon. Il fait dégager et classer le site des docks romains et procède à la fouille de la nécropole paléo-chrétienne de Saint-Victor. À Nice, il reprend en 1954 les fouilles de Cimiez. Cependant, c’est au site d’Entremont que, de 1946 à 1966, il consacre la plus grande partie de ses efforts. Chargé depuis 1936 d’un cours d’archéologie antique et médiévale à la Faculté des lettres d’Aix-en-Provence, il fait montre d’une curiosité sans relâche sur les origines de la cité qu’Entremont laisse entrevoir. L’étude des monuments de l’oppidum des Salyens lui inspire son essai sur Le Symbolisme dans les sanctuaires de la Gaule (1970) qui constitue « testament scientifique ». Son travail à Marseille le conduit à s’intéresser aux épaves, qu’il considère comme des gisements archéologiques au même titre que les habitats et les nécropoles : il inaugure les fouilles sous-marines, et, de 1952 à 1957, assure la direction scientifique de la fouille de l’épave du Grand Conglué, explorée par le commandant Cousteau. Il fonde, avec l’italien Nino Lamboglia, l’Institut d’études ligures. Ses rapports avec les archéologues italiens et espagnols (M. Almagro Basch), et la connaissance qu’il a de ces deux pays, lui permettent d’envisager le problème des relations inter-méditerranéennes et de tenter la reconstitution des voies du commerce phénicien, grec et étrusque. Élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1947, il devient académicien libre non résident en 1958. Directeur de circonscription archéologique de la première génération, F. Benoit a donné une impulsion décisive à l’institutionnalisation de l’archéologie métropolitaine et a jeté les fondements d’une archéologie européenne.

Bibliographie sélective :

67Recueil des actes des comtes de Provence et de la Maison de Barcelone, Alfonse II et Raimond Bérenguer V. 1196-1245, Monaco, 1925 ; L’Art primitif méditerranéen de la vallée du Rhône. La sculpture, Paris, 1945 ; « L’archéologie sous-marine en Provence », Revue des études ligures 18, 1952, p. 237 et sq. Fouilles sous-marines. L’épave Grand Conglué à Marseille, Paris, 1961 ; Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule, Aix-en-Provence, 1965 ; Art et dieux de la Gaule, Paris, 1969 ; Le Symbolisme dans les sanctuaires de la Gaule, Bruxelles, 1970.

68VOIR :
N. Lamboglia, « F. Benoit », Studi Etruschi XXXVII, 1969, p. 571-573 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Fernand Benoit », Archéologia 233, mars 1988, p. 71-73.

Bérard, Jean (1908-1957)

69Helléniste français, historien et archéologue, fils de Victor Bérard. Élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres, il devient membre de l’École française de Rome de 1933 à 1936, puis de 1939 à 1940. Pendant son séjour au Palais Farnèse, il prépare son étude sur l’hellénisme en Italie du Sud et en Sicile, en visitant les sites de Grande-Grèce et ceux d’Afrique du Nord. Il consacre son diplôme de l’École à Métaponte. Étude d’archéologie et d’histoire. De retour en France, il est d’abord nommé à la Faculté des lettres de Nancy, puis supplée à la Sorbonne G. Daux, lui-même appelé à la direction de l’École française d’Athènes. Il commence par mettre ses pas dans ceux de son père et il donne à l’Odyssée des commentaires historiques qui font remonter la date de la Guerre de Troie et fournissent un cadre chronologique plus satisfaisant. Ses travaux manifestent une méthode audacieuse : à partir de l’étude du monde des épopées homériques et des événements dont la légende témoigne et que J. Bérard considère comme portant une part de réalité, il entreprend de restituer le préhellénisme en conciliant analyse des textes et des récits mythologiques et archéologie. Au terme de patientes enquêtes en Italie et en Sicile, il soutient en Sorbonne sa thèse sur La Colonisation grecque de l’Italie et de la Sicile dans l’Antiquité, qui relance les recherches sur la Grande-Grèce que F. Lenormant avait inaugurées. Les découvertes archéologiques qui se multiplient à cette époque en Italie méridionale et en Sicile confirment ses vues. De 1952 à 1955, il dirige des fouilles sur l’île de Chypre, à Néo-Paphos puis à Ktima, où il découvre, dans la nécropole d’Iskendar, des tombes échelonnées de la fin du iie millénaire au iie siècle av. J.-C. Sa mort tragique par accident de la route impose un terme brutal à des recherches pleines d’avenir. Cependant, il ouvre la voie aux archéologues et historiens français qui porteront à sa suite leurs regards sur le monde grec en Italie : F. Villard, spécialiste de la céramique grecque de Sicile, entraîne sur le site de Mégara Hyblaea G. Vallet qui créera à Naples, en 1966, un centre consacré à la recherche sur l’Italie méridionale qui prendra le nom de Jean Bérard.

Bibliographie sélective :

70La Colonisation grecque de l’Italie et de la Sicile dans l’Antiquité, Paris, 1941, 2e éd. 1957, collection de la Faculté des Lettres-Sorbonne ; Bibliographie topographique des principales cités grecques de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité, Paris, 1941 ; « Recherches période Syria,

71VOIR :
C. Picard, « Jean Bérard (1908-1957) », Revue archéologique, 1958-1, p. 216-219 ; A. François-Poncet, Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1958, p. 18-20.

Bérard, Victor (1864-1931)

72Helléniste Morez dans le Jura, après les années de la « communale » au village de Longchaumois, il gagne Lons-le-Saunier pour y fréquenter le lycée. Il achève ses études à Paris, au lycée Louis-le-Grand, puis à l’École normale supérieure, où il entre en 1884. Il y est l’élève du géographe P. Vidal de La Blache : agrégé d’histoire, il gardera le point de vue du géographe. De 1887 à 1890, il est membre de l’École d’Athènes : il y nourrit sa passion pour Homère, mais parcourt aussi la Grèce et les Balkans tout entiers, se livrant à des enquêtes qui donneront naissance à des œuvres d’histoire politique, inspirées par la géographie humaine (La Turquie et l’hellénisme contemporain, 1893). Après un voyage à travers la Macédoine et la Thrace jusqu’à Constantinople, accompli en 1896, il dénonce La Politique du sultan (1896) et le massacre des Arméniens par les Turcs. Pendant son séjour athénien de 1888 à 1890, il pratique l’archéologie de terrain avec G. Fougères à Mantinée et Tégée. La lecture de Pausanias lui inspire l’idée que les Phéniciens sont à l’origine de la mythologie du Péloponnèse et qu’aux environs de 1000 av. J.-C., ils ont exercé en Méditerranée une véritable thalassocratie : il s’engage ainsi dans la polémique sur le « mirage oriental » dénoncé par Salomon Reinach. De retour à Paris, il devient directeur d’études pour la géographie ancienne à l’École pratique des hautes études. Examinateur à l’École navale puis professeur de géographie politique à l’École supérieure de la Marine, il transmet aux jeunes officiers sa passion pour Homère. Parallèlement, il se consacre à la politique et à l’économie contemporaines qui lui inspirent des articles et des ouvrages sur La Macédoine, Les Affaires de Crète, ou encore sur les rapports de La France et Guillaume II. E. Lavisse lui confie le secrétariat général de la Revue de Paris et la direction de la rubrique de politique étrangère. À partir de 1911, il renonce à ce poste pour se consacrer aux études odysséennes. Inventeur de la « topologie » (science qui « explique l’histoire particulière des habitants, leur origine, leur raison d’être et le rôle de chacun dans l’histoire locale ou générale »), il en applique les lois à l’interprétation géographique de l’Odyssée, dont il pense qu’elle a été inspirée par les Phéniciens. Devenu sénateur du Jura en 1920, il préside la Commission de l’instruction publique puis celle des Affaires étrangères. Il plaide pour la démocratisation de l’enseignement et est à l’origine d’un Office des recherches scientifiques, ancêtre de notre CNRS.

Bibliographie sélective :

73De l’origine des cultes arcadiens, essai de méthode en mythologie grecque, Paris, 1893 ; Nos grandes écoles d’application, 1895 ; Les Phéniciens et l’Odyssée, 1902-1903; L’Odyssée, « poésie homérique ». Texte grec et traduction, 1924; Introduction à l’Odyssée, 1914-1915 ; Les Navigations d’Ulysse, 1927-1928 ; Résurrection d’Homère, 1930 ; Dans le sillage d’Ulysse, Paris, 1933 (rééd. 1973).

74VOIR :
R. Dussaud, « Victor Bérard », Syria, 1931, 12, p. 392-393 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Victor Bérard », Archéologia 221, février 1987, p. 73-79.

Berbrugger, Louis Adrien (1801-1869)

75Archiviste français. Ancien élève de l’École des chartes, il recueille pour le gouvernement anglais des documents sur l’occupation de la France au xve siècle. Secrétaire du général Clauzel en Algérie, puis du maréchal Vallée à Constantine, il réunit le premier noyau de la bibliothèque d’Alger, dont il devient le conservateur, ainsi que du musée qui est alors créé. Membre de la Commission d’exploration de l’Algérie et de toutes les commissions scientifiques de l’Algérie, il fonde la Société historique algérienne et dirige les douze premiers volumes de son bulletin, la Revue africaine. Il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1839.

Bibliographie sélective :

76Notice sur les antiquités d’Alger, 1845 ; Voyages dans le sud de l’Algérie et les États barbaresques de l’ouest et de l’est, Imprimerie royale, Paris, 1846 ; Les Colonnes d’Hercule, 1863.

77VOIR :
M. Prévost, Dictionnaire de biographie française 25, 1949, col. 1480 ; M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie. Une héritière méconnue de la Commission d’Égypte, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres XIV, Paris, 1994 ; M. N Bourguet, N. Lepetit, B. Nordman, M. Sinarellis, L’Invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Berger, Philippe (1846-1912)

78Orientaliste français, spécialiste de l’Afrique du Nord, disciple d’E. Renan. Né à Beaucourt, territoire de Belfort, il fait ses études au lycée Saint-Louis, puis à Louis-le-Grand, à Paris. Il prépare une licence ès lettres à la Sorbonne et suit un cours de philologie comparée au collège Sainte-Barbe. Il parfait sa formation à la Faculté protestante de théologie de Strasbourg, où il étudie l’hébreu avec E. Reuss, puis, à Paris, il suit les cours d’E. Renan au Collège de France. En 1870, il s’engage comme infirmier ambulancier. En 1873, E. Renan lui obtient le poste de sous-bibliothécaire à l’Institut de France et l’attache à la commission du Corpus Inscriptionum Semiticarum ; d’autre part, Ph. Berger enseigne l’hébreu à la Faculté protestante de théologie installée à Paris. Avec Ch. Clermont-Ganneau, autre disciple de Renan, il devient un maître incontesté pour sémitiques le s’applique second à celle de l’Afrique du Nord. Ph. Berger s’affirme comme le meilleur spécialiste de son époque pour l’archéologie et l’épigraphie puniques, auxquelles il donne des principes scientifiques : l’étude précise et rigoureuse des inscriptions, selon une méthode empruntée aux sciences naturelles, aboutit à déterminer des faits établis sur des certitudes. En 1893, il succède à E. Renan en chaire de langue et littérature hébraïques, syriaques et chaldaïques du Collège de France et dans son fauteuil de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

79Rapport sur les inscriptions puniques récemment découvertes à Carthage, Paris, 1876 ; Les Ex-Voto du temple de Tanit à Carthage…, 1877 ; « L’Ange d’Astarté. Étude sur la seconde inscription d’Oum el-Awamid », Mélanges Édouard Reuss, 1879 ; Corpus Inscriptionum Semiticarum, Pars I, t. I-II, fasc. I-IV, Paris, 1881-1911 ; Histoire de l’écriture dans l’Antiquité, Paris, 1891 ; Ernest Renan et la chaire d’hébreu au Collège de France. Leçon d’ouverture faite au Collège de France le 9 décembre 1893, Paris, 1894 ; Musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage. T. I. Antiquités puniques, Paris, 1900 ; Renan intime. Lettres et souvenirs inédits, Paris, 1903.

80VOIR :
R. Dussaud, « Philippe Berger », Revue d’histoire des religions 65, 1912 ; P. Monceaux, Notice sur la vie et les travaux de M. Ph. Berger, Paris, Institut de France, 1914 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Philippe Berger », Archéologia 223, avril 1987, p. 77-81 ; J. Leclant, dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Bernabo Brea, Luigi (1910-1999)

81Archéologue et préhistorien italien. Il concourt au renouveau des recherches préhistoriques en Italie à partir de 1940. Né à Gênes, où il fait des études de droit, il poursuit à l’Université de Rome une formation en archéologie. De 1936 à 1938, il est membre de l’École italienne d’Athènes : pendant son séjour en Grèce, il participe aux fouilles de Poliochni sur l’île de Lemnos. Intégré en 1938 à l’administration des Antiquités et des Beaux-Arts et attaché au Musée de Tarente, il est chargé en 1939 d’organiser la nouvelle surintendance aux antiquités de Ligurie. En 1941, il devient surintendant de Sicile orientale et occupe ce poste jusqu’en 1973. Il a la responsabilté d’une énorme circonscription, où il s’efforce de relancer l’activité de fouille dans des provinces longtemps négligées : celles de Messine et d’Enna et dans l’arrière-pays de Syracuse ; pendant la guerre, il assure la protection des collections du Musée de Syracuse, qu’il réorganise en 1947-1949. Par la suite, il réalise le parc archéologique de la Neapolis qui regroupe dans le même ensemble plusieurs monuments importants : le théâtre grec, l’autel de Hiéron, l’amphithéâtre, les Latomies. En 1948, il obtient une chaire libre de « palethnologie » (préhistoire en Italie) en la chaire de l’Université laquelle il renonce pour conserver son poste de surintendant. Par ses travaux dans la grotte des Arene Candide en Ligurie et des îles Éoliennes, entre 1940 et 1956, il relance la recherche préhistorique qu’il mène en observant des méthodes rigoureuses et en faisant appel à des spécialistes des différentes disciplines. Pour l’exploration de la grotte des Arene Candide, il travaille en collaboration avec L. Cardini et l’Institut italien de paléontologie humaine et parvient à reconnaître la chronologie des cultures néolithiques de l’Italie septentrionale. De 1946 à 1956, il conduit avec M. Cavalier les recherches sur les îles Éoliennes, alors qu’il est surintendant aux Antiquités de la Sicile orientale, et crée le Musée archéologique éolien ; la fouille exemplaire du secteur du château de Lipari permet de restituer une chronologie continue du Néolithique moyen à l’âge du bronze tardif et de rétablir la succession de quatre villages superposés, qui fournit de précieux renseignements sur l’organisation sociale et les activités économiques des communautés protohistoriques. De plus, les nombreux tessons mycéniens retrouvés dans les couches de l’âge du bronze attestent les échanges avec les régions de Méditerranée orientale. Entre 1951 et 1956, il dirige, pour l’École italienne d’Athènes, la mission de Poliochni, sur l’île de Lemnos, où il découvre les phases les plus anciennes de la cité et met au jour un magnifique trésor d’orfèvrerie ; il crée sur le site le musée archéologique. Très ouvert à la collaboration internationale, il accorde à des archéologues étrangers des concessions de fouille sur sa circonscription : c’est ainsi qu’en 1948, l’École française de Rome peut confier à F. Villard, bientôt rejoint par G. Vallet, l’exploration de Mégara Hyblaea. En 1973, il choisit de se retirer à Lipari, et de poursuivre les recherches engagées depuis longtemps avec M. Cavalier, directrice du Musée éolien, sur l’ensemble des sept îles : à S. Calogero de Lipari, ils dégagent une tholos, seul monument d’architecture mycénienne conservé hors de Grèce. Il ne renonce pas d’autre part à la diversité de ses intérêts, et contribue à l’archéologie classique par l’étude de la sculpture hellénistique de Tarente, celle des nécropoles grecques de Lipari et Milazzo, et enfin par l’étude des théâtres grecs de Tindari et Syracuse. Soucieux de la diffusion rapide des connaissances, il livre aux chercheurs ses découvertes mais informe également un public plus large par des ouvrages de vulgarisation scientifique de haut niveau dont le meilleur exemple est son Sicily before the Greeks (1957), traduit en italien l’année suivante et qui devient très rapidement un classique du genre. Dans la même perspective, il crée et organise le Musée éolien, qui occupe la première place en Méditerranée. Il est élu membre de l’Accademia Nazionale dei Lincei en 1965. Par son œuvre de préhistorien, L. Bernabo Brea poursuit l’de la Préhistoire de l’méridionale inaugurée par P. Orsi.

Bibliographie sélective :

82Gli Scavi della caverna delle Arene Candide (Finale Ligure), Istituto di Studi Liguri, Bordighera, vol. I, 1946, vol. II, 1956 ; La Sicilia prehistórica, sus relaciones con l’Oriente e con la Península Ibérica, 1954 ; avec M. Cavalier, « Civiltà preistoriche delle isole Eolie », Bullettino di Paletnologia Italiana, X, 1956, p. 7-100; Akrai, 1956 ; Sicily before the Greeks, Ancient Peoples and Places, Londres, 1957 ; La Sicilia prima dei Greci, Milan Il Saggiatore, 1958 ; Mylai, 1959 M. Cavalier, Melegunis-Lipara, neuf vol., 1960-1998 « Mediterranea protostoria. Il Mediterraneo centrale e occidentale », Encyclopedia Universale dell’Arte VIII, 1963, p. 987-1012 ; Poliochni, città preistorica nell’isola diLemnos, deux vol., 1964 et 1976 ; Menandro e il teatro greco nelle terracotte liparesi, 1981 Gli Eoli e l’inizio dell’età del Bronzo nelle isole Eolie e nell’Italia meridionale : archeologia e leggende, 1985 ; Il Tempio di Afrodite, 1986 ; Pantalica, ricerche intorno all’ Anaktoron, 1990 ; avec M. Cavalier, Isole Eolie : vulcanologia e archeologia, 1991.

83VOIR :
Accademia Nazionale dei Lincei. Biografie e bibliografie degli Accademici Lincei, Rome, 1976 ; A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome-Bari, Editori Laterza, 1988 ; V. La Rosa, « La preistoria della Sicilia da Paolo Orsi a Luigi Bernabo Brea », Paolo Orsi e l’archeologia del ‘900, Atti del convegno Rovereto 1990, suppl. aux Annali dei Musei civici di Rovereto, Naples, 1991 ; J.-P. Morel, « Luigi Bernabo Brea (27 septembre 1910-4 février 1999) », Revue archéologique, 1999-1, p. 103-105 ; S. Tusa, « Luigi Bernabo Brea (19101999) », Antiquity 73, 1999, p. 255-258; V. Tusa, « Ricordo di Luigi Bernabo Brea », Kalos11 (1), 1999, p. 2-3 ; C. Malone et S. Stoddart, « Luigi Bernabo Brea (1910-1999) », American Journal of Archaeology, vol. 104 n°1, 2000, p. 123-124.

Bertrand, Alexandre (1820-1902)

84Helléniste français, historien de la Gaule. Premier conservateur du Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, il est l’un des grands pionniers de l’archéologie nationale. Né dans une famille d’intellectuels, il est très tôt orphelin. Lui et son frère Joseph sont confiés à leur oncle Roulin, naturaliste et membre de l’Académie des sciences résidant à Paris. Alors que Joseph se révèle un prodige tel en mathématiques qu’il sera reçu premier au concours de l’École polytechnique à l’âge de 11 ans, Alexandre cherche plus longtemps sa voie : il s’engage dans des études de médecine, puis se détermine pour l’École normale supérieure. Un accident suspend son séjour à l’École, où il ne reviendra qu’en 1847 comme secrétaire du directeur. Agrégé, il est nommé au lycée de Laval, où il fait la connaissance de Jules Oppert, le futur assyriologue. En 1849, A. Bertrand est admis à l’École d’Athènes où il fréquente Ch. E. Beulé, le fouilleur de l’Acropole, avec qui il s’engage dans des explorations savantes, parcourant le Péloponnèse et témoignant de son goût pour la mythologie. De retour en France en 1851, il est nommé professeur de rhétorique au lycée de Rennes. Il devient alors intime d’E. Renan et entre dans le cercle d’Hortense Cornu, à qui il doit sans doute d’être nommé secrétaire de la Commission de topographie des Gaules, créée en 1858, qui devait donner une impulsion décisive au développement de l’archéologie nationale. A. Bertrand rédige l’introduction au Dictionnaire archéologique de la Gaule celtique, publié par la Commission : il fait procéder à des relevés et des statistiques qui permettent d’établir des cartes archéologiques. Il s’agit d’une innovation capitale et Bertrand est le premier, dans son Mémoire sur les monuments mégalithiques, couronné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1862, à dresser une carte de répartition de ces monuments en France. La Commission de topographie procède à des fouilles et, avec le général Creuly, A. Bertrand sonde les abords du mont Auxois près d’Alise-Sainte-Reine, de 1860 à 1862. En 1873, il dirigera la fouille des tumulus de Magny-Lambert en Côte-d’Or. Au sein de la Commission de topographie des Gaules, A. Bertrand concourt à la naissance d’une « archéologie nationale » et imposera la réalité de la Protohistoire gauloise. Nommé en 1865 membre de la Commission d’organisation du Musée de Saint-Germain-en-Laye, Bertrand en devient, en 1867, le premier conservateur. Pour la présentation des salles, il s’inspire de l’expérience des pays du Nord de l’Europe : le Musée des antiquités du Nord, organisé à Copenhague par Thomsen et Worsaae selon la théorie des Trois âges, et le Römisch-germanisches Zentralmuseum dirigé à Mayence par L. Lindenschmit. Titulaire d’un « cours d’archéologie nationale » du Louvre, fondée en 1882, il est jusqu’en 1905, date à laquelle est créée pour C. Jullian la chaire d’histoire et d’antiquités nationales au Collège de France, le seul à former des disciples capables de promouvoir l’archéologie protohistorique. Les volumes qu’il consacre à Nos origines (1884-1894) constituent à la fin du xixe siècle les premiers essais scientifiques sur la civilisation celtique. Il est élu en 1881 membre libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

85D’Athènes à Argos. Études de mythologie et d’archéologie grecque, Rennes, 1858 ; Mémoire sur les monuments mégalithiques, manuscrit couronné par l’Institut, 1862 « monuments primitifs de la Gaule. Monuments dits celtiques. Dolmens et tumulus », Revue archéologique, 1863 ; « Les voies romaines en Gaule », Revue archéologique, 1864 ; Archéologie celtique et gauloise. Mémoires et documents relatifs aux premiers temps de notre histoire nationale, Paris, 1876 ; Cours d’archéologie nationale, leçon d’ouverture faite le 8 décembre 1882, École du Louvre, Paris, 1883 ; Nos origines ; t. 1, La Gaule avant les Gaulois, Paris, 1884 ; t. 2, avec S. Reinach, Les Celtes dans les vallées du Pô et du Danube, Paris, 1894 ; t. 3, La Religion des Gaulois, Paris, 1897.

86VOIR :
P. Berger, « Éloge funèbre de M. Alexandre Bertrand », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1902 S. Reinach, « Alexandre Bertrand », Revue archéologique, 1903 ; E. Chavannes, « Notice sur la vie et les travaux de M. Alexandre Bertrand », CRAI, 1904; J. Le Gall, Alésia, archéologie et histoire, Paris, 1963 ; M. T. Moisset, « Les origines du Musée des Antiquités nationales », Antiquités nationales 9, 1977, p. 92-99; H. Delporte, E. Piette. Histoire de l’art primitif, Paris, 1987, p. 267-268 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Alexandre Bertrand », Archéologia 227, sept. 1987, p. 71-78 ; M. Reddé, S. von Schnurbein et alii, « Fouilles et recherches nouvelles sur les travaux de César devant Alésia (1991-1994) », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission76, 1995, Mayence, p. 73-158 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, 1998 ; L. Therrien, L’Histoire de l’art en France, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; J. Leclant, dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999 ; K. Lundbeck-Culot, « L’influence du Danemark dans la création du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye » dans P. Jacquet et R. Périchon éds, Aspects de l’archéologie française au xixe siècle, La Diana, Montbrison, 2000 ; C. Goudineau, Le Dossier Vercingétorix, Paris, Actes Sud/errance, 2001.

Beulé, Charles Ernest (1826-1874)

87Archéologue français. Il concourt à affirmer la vocation archéologique de l’École française d’Athènes. De 1845 à 1848, il est élève de l’École normale supérieure, puis devient professeur de rhétorique au collège de Moulins, avant de gagner Athènes, comme membre de l’École française en 1849. Il se rend célèbre par ses fouilles sur l’Acropole, dont il dégage le complexe dispositif d’entrée : il donne ainsi le coup d’envoi des travaux archéologiques de terrain à l’École française. À son retour en France en 1854, il succède à D. Raoul-Rochette en chaire d’archéologie de la Bibliothèque impériale, qu’il occupe jusqu’en 1874. En 1859, il entreprend, à ses frais, des fouilles considérables à Carthage. En 1860, il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et prend le fauteuil de C. Lenormant. Élu en 1862 secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts, il critique en 1863 le décret impérial du 13 novembre qui dépouille l’Académie d’un certain nombre de ses prérogatives (Revue des Deux Mondes), puis attaque devant le Conseil d’État le décret autorisant la cession à l’Angleterre des statues des Plantagenêts et provoque un mouvement d’opinion qui suscite le report de la décision. Il est contraint de prendre sa retraite anticipée, mais maintient une vive opposition au régime impérial (Auguste, sa famille et ses amis, 1867 ; Le Sang de Germanicus, 1869). En 1870, il organise les ambulances de la région de l’Ouest et est élu député du Maine-et-Loire en 1871. Ministre de l’Intérieur en mai 1873, il démissionne dès le mois de novembre. Atteint d’une grave maladie, il met fin à ses jours à Carthage.

Bibliographie sélective :

88Les Monuments d’Athènes, 1853 ; L’Acropole d’Athènes, 1854 ; Études sur le Péloponnèse, Paris, 1855 ; Les Monnaies d’Athènes, Paris, 1858 ; Le Siècle de Pisistrate, 1860 ; Fouilles à Carthage, 1861 ; Fouilles et découvertes résumées et discutées en vue de l’histoire de l’art, 1873.

89VOIR :
H. Delaborde, « Éloge de M. Beulé », Recueil de l’Institut de France, 1914 ; M. Prévost, dans Dictionnaire de biographie française 31, 1951, col. 362-363 ; Pompei e gli architetti francesi dell’Ottocento, catalogue de l’exposition Paris-Naples-Pompéi, 1981 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 133.

Bezold, Karl (1859-1922)

90Assyriologue allemand. Il fait à Munich et Leipzig des études dans le domaine sémitique ; il est remarqué par F. Delitzsch pour une étude épigraphique sur l’inscription de Darius, gravée sur le rocher de Behistun (1880). Il reçoit l’habilitation à Munich en 1883 pour la première partie de son étude sur le « Schatzhühle » syrien (seconde partie en 1888). Il séjourne huit ans à Londres, pour étudier au British Museum la Bibliothèque du palais d’Assourbanipal de Ninive et les tablettes de Tell el-Amarna. En 1884, il fonde, avec son professeur Fritz Hommel, la Zeitschrift für Keilschriftforschung qui deviendra la Zeitschrift für Assyriologie und verwandte Gebiete. En 1894, il est nommé professeur à Heidelberg, où il se consacre à l’étude de la littérature akkadienne, syrienne, éthiopienne et arabe. Son Babylonisch-assyrisches Glossar fut publié à titre posthume grâce aux soins de B. A. Goetze, en 1926.

Bibliographie sélective :

91Catalogue of Cuneiform Tablets in the Khouyjundjik Collection, cinq vol., Londres, 1889-1899 The Tell el-Amarna Tablets in the British Museum, Londres, 1892 ; Babylonisch-assyrisches Glossar, 1926.

92VOIR :
L. F. Boll,
Sitzungsberichte der Heidelbergen Akademie der Wissenschaften, 1923-1 ; H. Zimmern, Zeitschrift der morgenländischen Gesellschaft, NF 2, 1923, p. 129 et sq. ; E. Littmann, Zeitschrift für Assyriologie, NF 1, 1924, p. 2111.

Bianchi Bandinelli, Ranuccio (1900-1975)

93Historien de l’art antique et archéologue. L’une des grandes figures de la recherche italienne sur l’Antiquité ; il est au centre des profondes transformations du monde universitaire italien dans ce domaine. Il suit un itinéraire caractéristique de sa génération, formée entre les deux guerres mondiales. Comme professeur, il joue un rôle de premier plan dans la transformation radicale de l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art, suscite la naissance d’une nouvelle génération d’archéologues et donne à la science italienne un nouvel éclat sur le plan international. Son milieu familial joue un rôle primordial dans sa formation. Issu par son père de la noblesse siennoise, il reçoit une éducation germanique inspirée par sa mère, d’origine viennoise, et sa grand-mère, le destine à une brillante carrière diplomatique et politique jusqu’à l’âge de 14 ans, il est éduqué dans des instituts allemands, ce qui explique la place occupée par la culture allemande dans son œuvre et dans ses conceptions scientifiques. Il fréquente ensuite une école publique et rencontre à la bibliothèque municipale le grand historien du monde antique, K. J. Beloch, confiné à Sienne pendant la Première Guerre mondiale, qui éveille peut-être chez lui l’intérêt pour le monde antique. Passionné d’art grec, il s’inscrit à l’Université de Rome, dont le niveau, élevé pour l’Histoire antique car elle était enseignée par G. De Sanctis, était assez modeste pour l’archéologie ; en effet, cette discipline avait d’abord été enseignée par E. Loewy, mais celui-ci avait dû renoncer à son poste avant la Première Guerre mondiale, sans avoir pu vraiment constitué une véritable école. R. Bianchi Bandinelli se tourne vers les antiquités italiques et plus particulièrement l’étruscologie dont l’enseignement est assuré par G. Q. Giglioli. Tout au long de sa carrière, R. Bianchi Bandinelli entretient des rapports difficiles avec l’Université de Rome très conservatrice ; il est très isolé et se forme seul sur des critères inspirés par la science allemande. L’avènement du fascisme, à la fin de ses études universitaires, transforme l’archéologie en un simple support idéologique ; pendant toute cette période, R. Bianchi Bandinelli ne renonce pas à l’esprit d’ouverture sur la culture européenne qu’il manifeste par ses nombreux voyages et ses contacts personnels avec le milieu scientifique des autres pays. Dans ses premiers écrits apparaît déjà le souci de la sauvegarde du patrimoine culturel commun. Ses premières œuvres illustrent la méthode philologique acquise à l’école allemande : esprit inquiet qui s’intéresse aux marges de l’art grec et aux périodes de crise, il soutient une thèse sur Chiusi, où il envisage l’art étrusque et italique comme des manifestations anti-classiques, en relation avec l’essor de l’expressionnisme. Il procède à la description détaillée de la géographie du territoire qu’il a exploré et accorde une grande importance aux éléments socio-économiques, ce qui lui permet de reconstituer, à partir de l’étude des tombes, le cadre démographique, social et économique afférent. Il inaugure une problématique nouvelle qui permet à l’historien d’interpréter des régions complètes de l’art antique, dont la compréhension était restée jusque-là impossible. Dans la même voie de recherche, il établit des cartes archéologiques de la zone entre Sienne et Chiusi et rédige une monographie sur Sovana. S’en suit une série d’articles sur l’art étrusque, envisagé sur le plan de l’histoire générale, dans son évaluation par rapport à l’art grec et dans ses rapports avec l’art romain dont il constitue le substrat populaire. L’année 1930 marque un tournant dans sa vie et dans sa pensée : à la mort de son père s’ajoutent de graves problèmes financiers ; il rejoint la chaire d’archéologie de Cagliari, puis accepte la chaire de Groningen en Hollande ; c’est le moment où il découvre l’œuvre de B. Croce et adopte une position politique de plus en plus évidente qui va de pair avec une profonde réflexion théorique dont témoigne Storicità dell’arte classica (Florence, 1943 et 1950) et d’où naît la revue Critica dell’arte (publiée entre 1935 et 1942). Il provoque ainsi un profond bouleversement du milieu de l’archéologie classique en montrant que l’art antique ne peut avoir une valeur immuable et ne peut constituer un modèle incontestable. La revue Critica dell’arte est un outil qui doit permettre d’intervenir sur l’évolution de l’histoire de l’art afin que ce dernier ait une incidence dans la vie sociale ; R. Bianchi Bandinelli y prend une part très active en y publiant ses Letture d’archeologia, où il fait l’histoire de l’historiographie archéologique, en particulier allemande, bien peu connue en Italie. En ces années, les échanges avec les savants allemands deviennent de plus en plus polémiques, car il reproche à la science allemande son trop grand dogmatisme qui confine au racisme. Ses positions politiques s’affermissent après les lois raciales de 1938 : il refuse de remplacer Della Seta suspendu, à la direction de l’École d’Athènes, occupe la chaire d’archéologie de Florence de 1939 à 1943, mais démissionne pour ne pas avoir à servir la République de Salo. Il adopte des positions proches du matérialisme historique et entre au Parti communiste en 1944. Animé d’une très haute conscience du rôle qu’il doit assumer comme intellectuel et citoyen, il s’engage résolument dans l’entreprise de reconstruction nationale après la Seconde Guerre mondiale : comme directeur général des Antiquités et des Beaux-Arts, il déploie une grande activité pour organiser la culture et participe intensément aux travaux des instances culturelles, l’Accademia dei Lincei et surtout l’Institut Gramsci qu’il dirige de 1957 à 1970. Au marxisme, il emprunte une méthode d’analyse de l’art, qu’il considère dans son rapport à la société à une époque donnée. Directeur puis rédacteur de la revue Società, il estime de son devoir d’intellectuel d’assumer un rôle politique et accepte le poste de directeur général des Antiquités et Beaux-Arts dans les gouvernements de coalition démocratique, de 1945 à 1947. Il collabore à l’œuvre de reconstruction et tente d’introduire des réformes dans son administration mais, constatant l’inutilité de ses efforts, donne sa démission et retourne à l’enseignement universitaire à Cagliari, après avoir refusé une chaire qui lui est offerte à Rome. Jusqu’en 1964, il se consacre à l’enseignement et à la diffusion de sa conception de l’histoire de l’art et de l’archéologie : il est successivement professeur à Cagliari (1947-1950), à Florence (1950-1957) et à Rome (1957-1964). Il introduit de nombreuses innovations dans l’enseignement de l’archéologie et exerce une très profonde influence : il crée le cours monographique, un séminaire auquel participent les meilleurs spécialistes allemands de cette époque et où se forme toute une génération de jeunes archéologues italiens, qui atteignent grâce à lui un bon niveau international ; les cours sont publiés (Storia dell’archeologia e di Storiografia dell’arte antica, 1951-1952 ; Il Problema della pittura antica, 1952-1953 ; La Sculura greca arcaica, 1958-1959..…). Directeur de la Scuola archeologica di Roma, il est animé de la ferme volonté de la réformer, mais, devant l’opposition unanime de ses collègues, donne sa démission de l’École, puis de l’Université ; les jeunes archéologues qu’il a formés se réunissent et constituent la Société des archéologues italiens. Ils se retrouvent dans la revue Dialoghi di Archeologia sous la direction de R. Bianchi Bandinelli qui, pendant toute cette période, déploie une intense activité : entre 1958 et 1965, il mène à bien l’Enciclopedia dell’arte antica, la Biblioteca Storica dell’arte antica, destinée à un public de non spécialistes, publie les trois volumes de la collection « L’univers des formes » de Gallimard de grands colloques, particulier dans le cadre de l’Accademia dei Lincei (La Persia e il Mondo grecoromano, 1965). Il s’attache à la question de la divulgation de l’histoire de l’art et à l’éducation du public en réalisant de grands ouvrages pour mettre cette discipline à la portée du plus grand nombre. Sa préoccupation essentielle reste le présent et le futur, et la place de l’histoire de l’art dans ce rapport. Il est élu membre de l’Accademia nazionale dei Lincei en 1947.

Bibliographie sélective :

94Voir bibliographie complète jusqu’à 1960, dans Archeologia e Cultura, p. 453-462, et dans R. Barzanti, A. Carandini, V. Cerroni et G. Napolitano, Per Ranuccio Bianchi Bandinelli, Rimini-Florence, 1976, p. 67-84 ; « Clusium. Ricerche archeologiche e topografiche su Chiusi e il suo territorio in età etrusca », Monumenti antichi dei Lincei, XXX, 1925, p. 209-578; « I caratteri della scultura etrusca a Chiusi », Dedalo VI, 1925-1926, p. 5-31 ; « La tomba dei Calini Sepus presso Monteriggioni », Studi Etruschi II, 1928, p. 133-176 « La posizione dell’Etruria nell’arte dell’Italia antica », La Nuova Antologia 63, fasc. 1355, 1928, p. 106-120 ; Sovana. Topografia ed Arte. Contributo alla conoscenza dell’architettura etrusca, Florence, 1929 ; Clusium. Le pitture delle tombe arcaiche, Monumenti della pittura antica scoperti in Italia, section I, fasc. I, Rome, 1939 ; Organcità e astrazione, Milan, 1956; Enciclopedia dell’Arte antica, art. « Etrusca, arte », II, 1960, p. 466-502; « Greca, arte », III, 1960, p. 1005-1055; « Romana, arte », VI, 1965, p. 939-999; Archeologia e cultura, Milan-Naples, 1961 ; avec E Vergara Caffarelli et G. Caputo, LeptisMagna, Rome, 1964; « Naissance et dissociation de la koiné hellénistico-romaine », Atti VIII Congresso Archeologia. Classica Paris 1963, Paris, 1965, p. 444-463 ; Roma. L’arte romana nel centro del potere, Milan, 1969 ; Roma. La fine dell’arte antica, Milan, 1970 ; avec A. Giuliano, Gli Etruschi e gli Italici prima del dominio di Roma, Milan, 1973 ; « L’archeologia como scienza storica », Accademia dei Lincei, Rendiconti delle adunanze solenni VII, 9, 1973, p. 717-726 ; L’Italia storica e artistica allo sbaraglio, Bari, 1974 ; Introduzione all’archeologia classica como storia dell’arte antica, Bari, 1976 ; avec E. Paribeni et M. Torelli, L’arte dell’antichità classica : Grecia, Etruria, Roma, deux vol., Turin, 1976 ; Dall’Ellenismo al Mediovo, Milan-Naples, 1976.

95VOIR :
Ses souvenirs personnels, Dal Diario di un borghese e altri scritti, Milan, 1948 ; A. La Penna, Belfagor, 1975, p. 617-649 ; R. Barzanti, A. Carandini, V. Cerroni et G. Napolitano, Per Ranuccio Bianchi Bandinelli, Rimini-Florence, 1976, p. 67-84 ; P. E. Arias, Quattro Archeologi del nostro secolo, Pise, 1976 ; F. Coarelli, « Ranuccio Bianchi Bandinelli », Belfagor 31.4, 1976, p. 415-446 ; Accademia Nazionale dei Lincei. Biografie e bibliografie degli Accademici Lincei, Rome, 1976 ; P.G. Guzzo, Antico i Archeologia. Scienza e politica delle diverse antichità, Bologne, Nuova Alfa Editoriale, 1993 ; P. Demargne, « Ranuccio Bianchi Bandinelli (1900-1975) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom 1998.

Bieber, Margarete (1879-1978)

96Archéologue américaine d’origine allemande. Née en Prusse orientale, elle fait ses études dans des institutions pour jeunes filles à Dresde et Berlin (1893-1901). Première femme à obtenir des diplômes universitaires, elle suit à l’Université de Berlin les cours de H. Diels, E. Meyer, U. von Wilamowitz-Moellendorf et R. Kekulé, puis se rend à Bonn pour suivre l’enseignement de G. Loeschke sur l’art grec (1904). En 1913, elle est la deuxième femme archéologue à obtenir une bourse du Deutsches Archäologisches Institut pour son séjour à Rome, et voyage en Italie, Grèce et Asie Mineure ; la déclaration de la Première Guerre mondiale l’oblige à regagner l’Allemagne mais elle ne peut enseigner à l’Université car à cette époque l’habilitation n’existait pas pour les femmes. Entre 1916 et 1918, elle donne des cours à domicile et compte parmi ses élèves Erwin Panofsky, qu’elle retrouvera plus tard aux États-Unis. Lorsque la République de Weimar ouvre l’enseignement universitaire aux femmes, elle obtient un poste à l’Université de Giessen (1919-1933). Après des voyages à Londres, Paris et Rome (1931-1932), elle est démise de sa chaire de Giessen, en vertu des lois raciales de Nuremberg. Elle rejoint New York, où elle est reçue par Gisela Richter, Mary Swindler et Hetty Goldman, et enseigne à la Columbia University (1935-1948), puis à la New School for Social Research (1948-1950) et à Princeton (1949-1950). En 1940, elle prend la nationalité américaine. En 1970, elle est élue membre de l’Académie américaine des arts et des sciences et reçoit en 1974 la médaille d’or de l’Archaeological Institute of America. Spécialiste de la plastique grecque et des recherches sur le théâtre antique, elle a exercé une profonde influence sur l’archéologie classique américaine.

Bibliographie sélective :

97L. Bonfante et R. Winkes, Bibliography of the Works of Margarete Bieber, New York, 1969 ; Die antiken Skulpturen und Bronzen des Kgl. Museum Fridericianum in Cassel, 1915 ; Die Denkmäler zum Theaterwesen im Altertum, 1920 ; Laocoon. The Influences of the Group since its Discovery, 1942, rééd. 1967 ; The Sculpture of the Hellenistic Age, 1955 ; The History of the Greek and Roman Theatre, 1962 ; Ancient Copies, Contributions to the History of Greek and Roman Art, 1977.

98VOIR :
Son
Autobiographie, 1959 R. Winkes, « Bieber zum 95. Geburtstag » Giessener Universitätblätter 6, 1974, p. 68-75 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts, 1879 bis 1929, Mayence, t. II, 1979 ; Bonfante, dans R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 196-197.

Birch, Samuel (1813-1885)

99Égyptologue britannique. D’abord intéressé par la Chine, il entre en 1836 comme assistant au département des antiquités au British Museum et procède au catalogage des monnaies chinoises il est chargé en antiquités égyptiennes et acquiert très vite une bonne connaissance des hiéroglyphes. Dès 1839, il est membre correspondant de l’Institut de correspondance archéologique de Rome. Il étudie les travaux de Th. Young et J.-F. Champollion, et est très vite convaincu de la validité du système de déchiffrement de ce dernier, qu’il introduit en Grande-Bretagne, à une époque où la plupart des savants anglais le remettaient en doute. Il se consacre alors à la publication de papyri dont il obtient qu’ils passent du département des manuscrits à celui des antiquités. Quand le Département des antiquités orientales est créé en 1866, il en assume la responsabilité, et ce jusqu’en 1885. Excellent conservateur, il devient un expert reconnu et, dans toute l’Europe, on se fie à ses jugements pour distinguer les faux ; il est aussi l’un des pionniers de la muséologie scientifique, inscrivant sur un même registre tous les objets acquis par le Musée, les décrivant systématiquement et donnant une traduction de chaque inscription. Il publie de très nombreux textes, en particulier les fragments de papyri des collections Salt et Wilkinson. Il est l’auteur du premier dictionnaire d’égyptien. Birch compte aussi parmi les premiers savants à donner des cours d’égyptologie en Grande-Bretagne. En 1870, il fonde avec J. Bonomi, ancien conservateur au Musée Soane, la Society of Biblical Archaeology dont il est le premier président et qui se fixe pour objet d’étude l’archéologie, la chronologie, la géographie de l’Assyrie, de l’Arabie, de l’Égypte, de la Palestine et des autres pays de la Bible, avec mission d’informer sur les découvertes ; dans son premier discours de président, S. Birch insiste sur la nécessité de développer les recherches d’archéologie et de philologie sémitiques qui doivent permettre de mieux connaître les peuples de ces régions. Son œuvre est immense et concerne le Proche- et l’Extrême-Orient aussi bien que l’archéologie classique ou britannique ; accaparé par ses responsabilités de conservateur, il ne trouva jamais le temps de se rendre en Égypte. Il est membre correspondant de l’Académie de Berlin et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

100Select Papyri in the Hieratic Character from the Collections of the British Museum, 1re partie 1841, 2e partie 1842 ; avec F. Arundale et J. Bonomi, Gallery of Antiquities, Londres, 1842 ; Introduction to the Study of Egyptian Hieroglyphics, Londres, 1857 ; Egyptian Grammar et Egyptian Dictionary, dans C. K. J. Bunsen, Egypt’s Place in Universal History, vol. V, Londres, 1867.

101VOIR :
S. Lloyd,
Foundations in the Dust, The Story of Mesopotamian Exploration, Londres, Thames and Hudson, 1947, rééd. 1980 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991.

Bissing, Friedrich Wilhelm von (1873-1956)

102Égyptologue allemand. Il fait des études d’archéologie et de philologie classiques, puis d’égyptologie et d’histoire de l’art, à l’Université de Bonn. À l’Université de Berlin, il est l’élève d’Adolf Erman. Il se rend en Égypte en 1897 et travaille pour G. Maspero au Catalogue du Caire. Il milite activement auprès de l’attaché scientifique consulaire, L. Borchardt, pour la création d’un institut allemand d’égyptologie au Caire. De 1898 à 1901, il fouille avec L. Borchardt à Abou-Gurob, où sont inaugurées des recherches sur l’histoire de l’architecture. De 1906 à 1922, il occupe la chaire d’égyptologie à l’Université de Munich.

Bibliographie sélective :

103Das Re-Heiligtum des Königs Ne-Woser-Re, Rathures, 1905-1928 ; Ägyptische Kunstgeschichte, 1934 ; Zeit und Herkunft der in Cerveteri gefundenen Gefässe aus ägyptischer Fayence und glasiertem Ton, 1941.

104VOIR :
H. Freiher, « Friedrich Wilhelm Freiherr von Bissing », 22. April 1873 bis 12. Januar 1956
Archiv für Orientforschung, 17, 1954-1956, p. 484-485 ; F. Babinger, « Friedrich Wilhelm Freiherr von Bissing 22.4.1873 – 12.1.1956 », Jahrbuch München, 1956, p. 190-202 ; H. W. Müller, « Friedrich Wilhelm Freiherr von Bissing 1873-1956 », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde 81, 1956, p. IV-VI ; G. Botti, dans Studi Etruschi XXV, 1957, p. 1-16 ; I. Wallert, « Friedrich Wilhelm Freiherr von Bissing. Verzeichnis seiner Schriften, 1895-1956 », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde 84, 1959, p. 1-16 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; W. Kaiser, « Abteilung Kairo », dans K. Bittel, F. W. Deichmann, W. Grünhagen, W. Kaiser, Th. Kraus, H. Kyrieleis, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1929 bis 1979, Teil 1, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979 ; K. Wundsam, « Adolf Wilhelms wissenschaftlicher Nachlass im Archiv der Österreichischen Akademie der Wissenschaften », Anzeiger Wien 116, 1979, p. 175-199.

Bisson de la Roque, Fernand (1885-1958)

105Égyptologue français. Il fait d’abord ses études secondaires au collège Saint-Stanislas d’Abbeville, puis suit les cours de l’École des langues orientales, et se forme à l’égyptologie à l’École du Louvre, l’École pratique des hautes études et à la Sorbonne, avec G. Bénédite, P. Guieysse et A. Moret. Il assiste R. Weill, dans ses fouilles de Jérusalem (1913), et à Zaouiet el-Maïetin en Égypte. Pendant la Première Guerre mondiale, il se bat en France, puis gagne l’Égypte où il rencontre G. Jéquier et devient assistant à l’Institut français du Caire, dont il conduit les chantiers. Par la suite, il devient directeur des fouilles pour le musée du Louvre. À partir de 1922, il explore une nécropole de mastabas à Abou-Roasch, puis travaille à Thèbes et Edfou (1921-1924). Après 1925, il se consacre à la résurrection des temples de Montou à Médamoud et de Tôd près de Louxor ; ses travaux enrichissent les musées du Caire et du Louvre de nombreuses œuvres d’art de premier ordre.

Bibliographie sélective :

106Rapport sur les fouilles d’Abou-Roasch, 1922-1923, deux vol., 1924 ; Rapport sur les de Médamoud, 1926-1933 ; Tôd, 1934 à 1936, 1937 ; Le Trésor de Tôd, 1953.

107VOIR :
H. de Morant, Chronique d’Égypte XXXIII, n° 65, janv. 1958, p. 234 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 28-29.

Bittel, Kurt (1907-1990)

108Archéologue allemand, spécialiste des Celtes et des Hittites. Président du Deutsches archäologisches Institut (DAI) de 1960 à 1972. Son initiation à l’archéologie remonte à l’enfance puisque la maison familiale à Heidenheim était comprise dans un castellum romain et qu’il procédait à des fouilles dans le jardin. Une visite au fort Hilbenhaus en 1914 confirme sa vocation : on lui montre alors deux collines qui sont en fait des tombes celtiques. À la même époque, il fouille un tumulus funéraire hallstattien entre Oggenhausen et Nattheim. Il participe ensuite à de nombreux travaux de la Würtemberg Anthropologischen Verein et, dès cette époque, noue des liens avec les grands représentants de l’archéologie régionale et découvre de nombreux sites préhistoriques. Il entreprend des études spécialisées en pré- et protohistoire à Heidelberg, Berlin, Vienne et Marbourg. En 1930, il est affecté à la Römisch-germanische Kommission à Francfort, comme collaborateur scientifique, et prend part à de très nombreuses fouilles, qui lui permettent de présenter sa thèse sur Die Kelten in Würtemberg. Titulaire en 1931 d’une bourse de voyage (Reisestipendium) du DAI, il part pour l’Égypte où il participe aux fouilles de Mérimde et à une expédition de l’Institut du Caire à l’est du delta. Il se rend ensuite à Istanbul où s’ouvre pour lui un nouveau domaine de recherche, celui de la pré- et protohistoire de l’Asie Mineure et en particulier de la civilisation hittite. Il collabore aux fouilles américaines d’Alisar. Il se voit confier la direction des fouilles que le DAI rouvre à Bogazköy : il prend la suite de H. Winckler et T. Macridy Bey et les méthodes scientifiques qu’il applique lui permettent d’élucider la stratigraphie du site ; il découvre d’autre part de très nombreuses et importantes archives et en particulier des sceaux bilingues qui apportent la preuve que la première lecture des hiéroglyphes hittites était juste. Il entreprend le dégagement de l’acropole, découvre des archives de tablettes et révèle le palais en entier. Ses travaux lui permettent d’affirmer que le site correspondait à l’ancienne Hattousa, capitale de l’Empire hittite au IIe millénaire av. J.-C. En 1937, l’architecte R. Neumann le rejoint sur le site pour l’assister et lui succédera à la direction du chantier, quand K. Bittel sera investi de la présidence du DAI à Berlin. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les travaux sont interrompus à Bogazköy, mais les membres de la direction de l’équipe restent à Istanbul jusqu’en 1943, où ils mènent des fouilles qui concernent l’époque byzantine. Bittel, de par sa charge de professeur invité de l’Université d’Istanbul, exerce une profonde influence sur les futurs archéologues turcs et noue de solides liens d’amitié qui permettent son retour à Istanbul en 1953, comme directeur de l’Institut allemand ; il reprend alors le chantier de Bogazköy. Nommé professeur à l’Institut de préhistoire de l’Université de Tübingen, il renoue avec la recherche sur le territoire national et travaille sur les sites celtiques d’Allemagne du Sud, en particulier à la Heuneburg. Durant sa direction de l’Institut d’Istanbul, il développe avant tout les fouilles à Bogazköy, qu’il fait porter sur l’ensemble de la ville et sur le dégagement du temple du sanctuaire rupestre de Yazilikaya ; il en donnera une publication remarquable avec de nombreux collaborateurs. Il explore d’autres sites, ainsi Alaca Hüyük, Imamkulu, Hanyeri, Sirkely, Demirci Hüyük et Troie, et parvient ainsi à une parfaite connaissance du développement de l’Asie Mineure, dont il peut restituer la Préhistoire jusqu’à la période grecque archaïque. En 1960, il est élu président du DAI de Berlin et, à ce titre, donne un essor considérable aussi bien à l’archéologie nationale qu’aux entreprises allemandes à l’étranger : il installe l’Institut de Rome dans un nouveau bâtiment et confie à H. H. von der Osten et R. Neumann la direction d’un chantier à Takht-i-Suleiman, site sassanide en Iran ; en 1961, il obtient la création d’un Institut allemand à Téhéran, faisant accomplir à la recherche allemande en Iran un pas considérable. Les services qu’il rend comme président du DAI sont reconnus par les distinctions qui lui sont décernées par les académies de Munich, Mayence et Heidelberg. Après son accession à la retraite, il développe ses recherches sur Bogazköy, aide le travail collectif en Turquie et met au point de nombreuses publications où il privilégie l’aspect historique des conclusions. À cette époque, il poursuit ses travaux sur la Préhistoire de la région d’Heidenheim et sur les Celtes en Würtemberg, en particulier sur les Viereckschanzen : peu de temps avant sa mort, il avait mis au point un atlas archéologique des monumentsdans le Bade-Würtemberg : Die Keltischen Viereckschanzen, Atlas archäologischer Geländedenkmäler in Baden Würtemberg, en collaboration avec S. Schieck et D. Müller ; il donnait ainsi une claire vision de la très complexe recherche historique pour ces périodes, illustrant le point de vue qui fut toujours le sien : l’archéologie doit servir à l’histoire. Membre de nombreuses académies, il est élu associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1981.

Bibliographie sélective :

109Bibliographie de ses 290 publications dans R. M. Boehmer et H. Hauptmann, Festschrift zum 75. Geburtstag, Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens, Mayence, 1983 ; Prähistorische Forschungen in Kleinasien, 1934 ; Grundzüge der Vor- und Frühgeschichte Kleinasiens, Tübingen, 1950 ; Bogazköy-Hattusa. Ergebnisse der Ausgrabungen des Deutschen archäologischen Instituts und der Deutschen Orient Gesellschaft in den Jahren 1931-1939, I, en collaboration avec R. Naumann, Architektur, Topographie, Landskunde und Siedlungsgeschichte Bogazkoy, II, Die Hethiter Grabfunde vom Osmankayasi, IX, Das hethitische Felsheiligtum Yasilikaya, Berlin, 1952-1975 ; Bogazköy III, IV, V, VI, Berlin, 1957-1984 ; Hattusha : the capital of the Hittites, 1970 ; Die Hethiter, 1976.

110VOIR :
C.W. Ceram ;
Enge Schlucht und schwarzer Berg. Entdeckung des Hethiter-Reichs, 1957; K. Bittel en collaboration avec A. Walter, Lebenserrinerungen eines Ausgrabers, 1961 ; K. Bittel, Wie ich zur Archäologie kam, 1989-1990 ; H. Vetters, « Kurt Bittel » Almanach Wien 141 (1990-1991), p. 401-405 ; D. Planck, Fusser Badwürtemberg 16, 1991, p. 651-655 ; F. Chamoux, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1991, p. 167-168 ; R. Naumann, Gnomon 63, 1991, p. 663-665.

Blacas D’Aulps, Pierre Louis Jean Casimir, duc de (1771-1839)

111Homme d’État et collectionneur français. Capitaine des dragons, il quitte la France lors de la Révolution, et rentre en 1814 avec le roi Louis XVIII, dont il devient Premier Gentilhomme de la Chambre. Victime des jalousies suscitées par son intimité avec Louis XVIII, il est écarté de la cour et envoyé en ambassade à Rome, où il négocie le concordat de 1817. Titulaire de l’ambassade de Naples, il concourt à ramener la paix dans le royaume des Deux-Siciles et, pendant son séjour en Italie, réunit une importante collection d’antiquités. En 1829, il participe à la création de l’Institut de correspondance archéologique à Rome et en devient le premier président. Après la Révolution de 1830, il suit Charles X en exil et lui offre sa fortune. Il soutient J.-F. Champollion dans ses recherches et sa mission en Italie (voir de J.-F. Champollion les Lettres à M. le Duc de Blacas d’Aulps…, Paris, 1824-1826) ; c’est à lui que l’on doit la formation du Musée égyptien au Louvre. Il confie la publication des vases grecs de sa collection à T. Panofka (Musée Blacas, les vases peints, Paris, 18301833). Son importante collection d’antiquités est augmentée par son fils Louis-Charles (1815-1868) et achetée par le British Museum en 1866. Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1816, et, la même année, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

112VOIR :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France. 25 octobre 1795-25 octobre 1895, deux tomes, Paris, 1895 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Blanco Freijeiro, Antonio (1923-1991)

113Archéologue classique espagnol, il succède à A. Garcia y Bellido dans sa chaire de l’Université de Madrid. Il commence ses études de lettres à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle et les poursuit à l’Université centrale de Madrid en se spécialisant en philologie classique. Sous la direction d’A. Garcia y Bellido, il consacre sa thèse de doctorat à la Minería y metalúrgica española en la antegüedad. Grâce à une bourse que lui octroie l’Académie d’histoire, il peut, de 1947 à 1949, suivre à Oxford les cours d’archéologie celtique de P. Jacobstahl et d’archéologie classique de J. D. Beazley, dont la conception de l’étude de la céramique du point de vue de l’histoire de l’art l’influence beaucoup. Boursier de la Fondation Alexander von Humboldt, il complète sa formation à Heidelberg, auprès de l’étruscologue R. Herbig et à Bonn, avec E. Langlotz, spécialiste de l’art ibérique. En 1956, il participe, comme boursier de l’École espagnole de Rome, aux fouilles de Gabies, dans le Latium ; il voyage d’autre part autour de la Méditerranée et visite la Gèce, la Turquie et l’Égypte. De 1950 à 1959, il est assistant d’archéologie classique de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université de Madrid, puis obtient la chaire d’archéologie, d’épigraphie et de numismatique de l’Université de Séville, avant de succéder en 1973 à Garcia y Bellido dans sa chaire de Madrid. Il collabore avec son maître Garcia y Bellido à l’Institut Rodrigo-Caro du CSIC – l’équivalent de notre CNRS – et, en 1967, il est nommé directeur de l’École espagnole des beaux-arts de Rome. Il contribue à de nombreux chantiers sur des sites de la région cantabrique et d’Andalousie, en particulier dans la province de Huelva, où il mène une enquête sur les mines métallifères. Il apporte sa contribution au Corpus de mosaicos de España, créé par A. Garcia y Bellido, par deux volumes consacrés à Mérida et Italica. Il propose à ses étudiants deux manuels, l’un sur l’art grec et l’autre sur l’art antique de l’Asie antérieure, qui sont d’excellentes synthèses et qui, à l’époque de leur parution, comblaient le vide de l’édition espagnole sur ces sujets. Il est élu à la Real Academia de la Historia en 1976. Par son enseignement à l’Université de Séville puis de Madrid, il forme plusieurs générations d’archéologues classiques. Ses travaux ont porté, non seulement sur l’art grec, mais aussi sur les manifestations, étrusques et phéniciennes, de la période orientalisante en Espagne.

Bibliographie sélective :

114« El vaso de Valdegamas (Don Benito, Badajóz) y otros vasos de bronze del mediodia español », Archivo Español de Arqueología 26, 1953 ; « Orientalia » I et II, Archivo Español de Arqueología, 1956 et vol. XXXIII, 1960 ; Museo del Prado. Catálogo de la escultura. I. Esculturas classicas. II. Esculturas, copias y imitaciones de las antiguas, Madrid, 1957 ; avec J. M. Luzón et D. Ruiz Mata, Excavaciones en el Cerro Salomón (Riotinto, Huelva),

115Séville, 1970; Huelva, prehistoria y antigüedad, Madrid, 1974 ; avec B. Rothenberg et H. G. Bachmann, Exploración arqueometalúrgica de Huelva, Barcelone, 1981 ; Historia de Sevilla. La ciudad antigua (de la prehistoria a los Visigodos), Université de Séville, 1984.

116VOIR :
P. León Alonso, Archivo Español de Arqueología, 63, 1990 ; Homenaje al profesor A. Blanco Freijeiro, Estudios de Geografía e Historia, Madrid, 1989 ; M. Mourelle de Lema, Antonio Blanco Freijeiro, Madrid, 1991 ; J. M. Luzón Nogué et P. León Alonso, Opera Minora selecta, Séville, 1996 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Blegen, Carl William (1887-1971)

117Archéologue américain. Membre de l’American School of Classical Studies d’Athènes, il dirige les travaux de Corinthe et atteste l’occupation du site dès le Néolithique. Ses travaux de Korakou, site de l’époque du Bronze à trois kilomètres de Corinthe, qui fournit une stratigraphie de l’Helladique, lui assurent une place de premier plan parmi les spécialistes de la Préhistoire grecque. Il est secrétaire de l’École américaine de 1912 à 1920, puis la dirigera à deux reprises, en 1926-1927 et 1948-1949. En 1927, il devient professeur à l’Université de Cincinnati. À partir de 1949 et jusqu’en 1971, il assure les cours d’archéologie à l’École et donne des leçons dans les salles de l’âge du bronze du Musée national d’Athènes. Il conduit de nombreuses fouilles en Grèce, à Phlius en 1925, à Némée de 1925 à 1927, à Prosymna de 1925 à 1928. En 1932, pour le compte de l’Université de Cincinnati, il reprend les fouilles de Troie, à la suite de H. Schliemann et de W. Dörpfeld et poursuit l’exploration jusqu’en 1938. Il précise et modifie la chronologie des différents états de la ville ; en particulier, il rattache la destruction de la Troie VI de Dörpfeld à un tremblement de terre, alors qu’il identifie la cité homérique avec Troie VII qu’il date vers 1300-1260. À partir de 1939, puis de 1952 à 1967, il dirige, avec K. Kourouniotis du Service archéologique grec, la fouille du palais de Nestor à Pylos, qu’il identifie à Ano Englianos à quelques kilomètres au nord de la baie de Navarin. Dès la première tranchée sur le sommet de la colline, le site offre tous les traits d’un palais mycénien et révèle immédiatement les premières tablettes en linéaire B trouvées en Grèce proprement dite : les archives découvertes sont très scrupuleusement fouillées et préservées mais ne permettront de conclusions certaines qu’en 1952, lorsque le linéaire B aura été déchiffré par J. Chadwick et M. Ventris. Pendant la première campagne, on repère également cinq tombes à tholos qui confirment l’importance du site. Interrompus par la Seconde Guerre mondiale, les travaux reprennent de 1952 à 1964 et confirment l’existence d’un très vaste palais mycénien. C. Blegen est l’un des plus grands représentants de l’école archéologique anglo-saxonne attachée à l’étude de la Préhitoire grecque.

Bibliographie sélective :

118« Corinth in Prehistoric Times », American Journal of Archaeology 24, 1920, p. 1-274 ; Korakou, a Prehistoric Settlement near Corinth, Boston, 1921; Prosymna : the Helladic settlement preceding the Argive Heraeum, deux vol., Cambridge University Press ; Corinth, vol. III, part I ; avec J.L Caskey et M. Rawson, Troy : Conducted by the University of Cincinnati, 1932-1938, quatre vol., Princeton, 1950-1958 ; The Palace of Nestor, trois vol., Princeton Un. Press, 1966-1973 ; Troy and the Trojans, 1963.

119VOIR :
Hesperia 35, 1966, p. 287-294 ; Gnomon 45, 1973, p. 222-224 ; L. E. Lord, A History of the American School of Classical Studies at Athens. 1882-1942, Cambridge-Massachusetts, 1947 ; L. Shoe Meritt, History of the American School of Classical Studies at Athens. 1939-1980, Princeton, 1984 ; J. L. Fitton, The Discovery of the Greek Bronze Age, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1996, p. 155-165.

Blinkenberg, Christian S. (1863-1948)

120Archéologue danois. Conservateur du Musée national danois, il devient le premier professeur d’archéologie à l’Université de Copenhague. De 1902 à 1908, puis en 1913-1914, il dirige, avec K. F. Kinch (1853-1921), les fouilles à Lindos de Rhodes, dont le projet avait été élaboré par J. L. Ussing et financé par la fondation Ny-Carlsberg. Il s’agit du premier grand chantier archéologique mené par une équipe danoise en Méditerranée. Les travaux portent sur l’Acropole de Lindos et les zones voisines, et font remonter les origines du sanctuaire à la période proto-géométrique.

Bibliographie sélective :

121L’Image d’Athéna Lindia, Copenhague, 1917 ; Lindiaka II-IV, Copenhague, 1926, Fibules grecques et orientales (Lindiaka V), Copenhague, 1926 ; Lindos I, les petits objets, Berlin, 1931 ; Les Prêtres de Poseidon Hippios, Études sur une inscription lindienne (Lindiaka VI), Copenhague, 1937 ; Lindos II, Inscriptions, Berlin et Copenhague, 1941.

122VOIR :
A. Rathje et J. Lund, dans
Recent danish Research in Classical Archaeology, Acta Hyperborea 3, Copenhague, 1991, p. 11-56.

Bliss, Frederic Jones (1859-1937)

123Archéologue et explorateur américain. Né à Beyrouth, il est le fils de Daniel Bliss, missionnaire presbytérien fondateur du Syrian Protestant College, qui, en 1873, deviendra l’American University of Beyrouth. Il fait ses études de théologie à New York, avant de se consacrer à l’archéologie et de se mettre au service du Palestine Exploration Fund (fondé en 1865), qui le choisit pour succéder à Flinders Petrie sur le site de Tell el-Hesy. Il se rend d’abord en Égypte pour s’initier aux méthodes de fouilles, à la photographie et à la stratigraphie. Il gagne ensuite la Palestine et mène quatre campagnes à Tell el-Hesy (1891-1892) : il y applique la méthode stratigraphique et donne une brillante illustration de ses résultats. Ne disposant pas de moyens suffisants pour dégager toute la colline, il décide de décaper couche par couche un tiers de la surface ; il identifie onze cités de l’âge du bronze ancien à l’époque romaine. Il donne de ses travaux une publication rapide, dont le caractère interdisciplinaire est très nouveau à cette époque. Flinders Petrie et Bliss sont les premiers à avoir compris la constitution d’un tell. Assisté de l’architecte A. C. Dickie, Bliss fouille pour le Palestine Exploration Fund à Jérusalem (1894-1897) et, avec R. A. S. Macalister, sur divers sites de Palestine (1898-1900). En 1903, Bliss met fin à ses travaux archéologiques de terrain et assure les Ely Lectures à l’Union Theological Seminary de New York. En 1920, les American Schools of Oriental Research le nomment conseiller pour les fouilles, afin de s’assurer que les travaux seront menés selon les meilleures techniques.

Bibliographie sélective :

124A Mound of many Cities, Londres, 1894 ; Excavations at Jerusalem 1894-1897, 1898 ; Excavations in Palestine during the years 1898-1900, Palestine Exploration Fund, Londres, 1902 ; The Development of Palestine Exploration, Londres, 1906.

125VOIR :
Palestine Exploration Quaterly, Londres, 1990-1991 ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991.

Bloch, Raymond (1914-1997)

126Archéologue et historien français, spécialiste des Étrusques. Avec son ami J. Heurgon, il perpétue la tradition étruscologique française inaugurée par J. Martha. Élève de l’École normale supérieure, diplômé de l’École pratique des hautes études et agrégé de grammaire, il devient membre de l’École française de Rome, où il séjourne de 1938 à 1940 et de 1945 à 1947. En 1939, il dirige les fouilles de Wattignies en Algérie mais, mobilisé comme officier, il est fait prisonnier en Allemagne et n’est libéré qu’à la fin de la guerre ; il reprend alors sa place à l’École française de Rome. A. Grenier, directeur de l’École, lui confie en 1946 la direction du chantier de Bolsena, dont il a pu obtenir la concession de R. Bianchi-Bandinelli, directeur général des Antiquités et Beaux-Arts. Directeur d’études d’épigraphie latine et d’antiquités romaines à l’École pratique des hautes études, R. Bloch dirige les chantiers de l’École française de Rome jusqu’en 1965, à Bolsena, Casalechio di Reno et Marzabotto près de Bologne. Il consacre sa thèse de doctorat au premier de ces trois sites. Secrétaire de la section française de l’Institut d’études étrusques et italiques de Florence, il entretient de très étroites relations scientifiques et amicales avec ses aînés, J. Heurgon et M. Pallottino. En 1973, il crée et dirige la première équipe d’études étrusco-italiques du CNRS. Il est élu membre ordinaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1978.

Bibliographie sélective :

127Les Origines de Rome, 1946 ; « Volsinnies étrusque et romaine. Nouvelles découvertes archéologiques et épigraphiques », Mémoires de l’École française de Rome, 1950 ; L’Épigraphie latine, Paris, 1952 ; L’Art et la Civilisation étrusques, Paris, 1955 Le Mystère étrusque, Paris, 1956 ; « Méthodes modernes de l’archéologie », L’Histoire et ses méthodes, Paris, Encyclopédie de la Pléiade, Gallimard, 1961 ; Les Prodiges dans l’Antiquité classique (Grèce, Étrurie, Rome), Paris, 1963 ; Tite-Live et les premiers siècles de Rome, 1965 ; L’Art des Étrusques, Paris, 1965 ; avec A. Hus, Les Conquêtes de l’archéologie, Paris, 1968 ; Les Étrusques, Paris, 1969 ; Recherches en territoire volsinien. De la protohistoire à la civilisation étrusque, Paris, La Divination. Essai sur l’avenir et son imaginaire, Paris, 1991.

128VOIR :
N. Rousset et R. Cardinaud, sous la direction de J. Leclant, Annuaire de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; D. Briquel, « Raymond Bloch », Studi Etruschi LXIII, 1999, p. 565-566.

Blouet, Guillaume Abel (1795-1859)

129Architecte français. Il fait ses études à l’École d’architecture de Paris. Grand prix de Rome en 1821, pendant son séjour à la Villa Médicis de 1822 à 1826, il propose une étude sur la restauration des Thermes de Caracalla : il y exécute des fouilles ponctuelles pour élucider des points précis d’architecture et introduit ainsi une conception radicalement nouvelle de l’exploration archéologique qui suscite l’enthousiasme de C. Quatremère de Quincy. Il travaille par ailleurs à Pompéi. Choisi pour faire partie de la mission scientifique associée à l’Expédition de Morée en 1829, il dirige la section d’architecture et de sculpture et est assisté d’A. Ravoisié, lui aussi architecte, qui contribuera aux travaux de la Commission d’Afrique du Nord. Il procède à des relevés de monuments et engage des travaux de fouille à Olympie. Architecte du palais des Thermes (1827), puis des bâtiments civils (1829) et directeur des derniers travaux de l’arc de l’Étoile à Paris (1831-1836), il devient, en 1837, inspecteur général des prisons du Royaume, après avoir effectué un voyage aux États-Unis où il visite les établissements pénitenciaires. De 1838 à 1853, il est membre du Conseil général des Bâtiments civils et, de 1846 à 1853, il est professeur à l’École des beaux-arts. Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1851.

Bibliographie sélective :

130Restauration des Thermes de Caracalla, 1828 ; Expédition scientifique de Morée, Paris, trois vol., 1831-1838.

131VOIR :
Notice par F. Halévy, séance 4 octobre 1856, Académie des beaux-arts ; Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, deux tomes, Paris, 1895 ; Pompei e gli architetti francesi dell’Ottocento, de l’exposition Paris-Naples-Pompéi, 1981 ; P. Pinon – F. X. Amprinoz, Les Envois de Rome (1778-1968). Architecture et archéologie, École française de Rome, 1988 ; F. L. Lucarelli, « Une archéologie philhellène : les relevés architecturaux de l’Expédition scientifique de Morée (1829-1838) », dans La Grèce en révolte. Delacroix et les peintres français. 1815-1848, Réunion des Musées nationaux, Paris 1996, p. 75-81 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; D. Grange, « L’École française d’Athènes. Protohistoire d’une institution : l’Expédition scientifique de Morée (1829) », dans R. Étienne éd., Les Politiques de l’archéologie du milieu du xixe siècle à l’orée du xxe, École française d’Athènes, 2000.

Boeckh, August (1785-1867)

132Philologue allemand qui, en affirmant la nécessité d’envisager l’étude de la civilisation grecque sous tous ses aspects culturels et matériels, impose la notion nouvelle de « Sachphilologie » ou « Realphilologie » distincte de la « Wortphilologie », strictement consacrée à l’étude de la langue : il ouvrait ainsi la voie à l’archéologie comme discipline autonome détachée de la philologie. Professeur de philologie classique aux universités de Heidelberg et de Berlin, il exerce une influence considérable et compte parmi ses élèves les plus grands noms des sciences de l’Antiquité en Allemagne : K. O. Müller, Th. Mommsen, R. Lepsius ou encore E. Curtius. Il est le premier à énoncer les principes de la philologie historique et, dans son Pindar, est aussi le premier, dès 1811, à considérer les textes poétiques comme des documents historiques. Son Staatshaushaltung der Athener témoigne de sa grande avance sur son temps : il établit en effet le premier tableau d’ensemble du gouvernement et de l’économie en Grèce, en se fondant en particulier sur l’épigraphie. Il est le fondateur et le promoteur du Corpus inscriptionum graecarum auctoritate et impensis Academiae regiae Borusiae, 1824 ; l’œuvre du Corpus sera poursuivie par son élève J. Frantz. Il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1831. Avec F. Welcker et K. O. Müller, il jette les fondements de l’Altertumswissenschaft dont l’un des principes est l’interdisciplinarité.

Bibliographie sélective :

133Pindar I, 1811, et II, 1821 ; Staatshaushaltung der Athener, deux vol., 1817-1840 ; Corpus Inscriptionum Graecarum, auctoritate et impensis Academiae regiae Borusiae, trois vol., Berlin, 1825-1843 ; Metrologische Untersuchungen, Berlin, 1838 ; Encyclopädie und Methodologie der philologischen Wissenschaften, Leipzig, 1877.

134VOIR :
C. B. Stark,
Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst, Leipzig, 1880, rééd. Munich, Wilhelm Fink Verlag, 1969 ; K. Bursian, Geschichte der klassische Philologie in Deutschland, 1883 ; A. Harnack et O. Köhnke, Geschichte der königlische Preussische Akademie der Wissenschaften zu Berlin, III, 1900 ; M. Hoffmann, August Boeckh : Lebensbeschreibung und Auswahl aus seinem wissenschaftlichen Briefwechsel, Leipzig, 1901 ; W. Vetter, Neue Deutsche Biographie, Berlin, 1955 ; K. B. Stark, « August Boeckh », Allgemeine Deutsche Biographie II, Berlin, 1967, p. 770 et sq. ; U. von Wilamowitz Moellendorf, Geschichte der Philologie, éd. anglaise : History of Classical Scholarship, Londres, 1982, p. 119-123, 126-129 ; Der Archäologe. Graphische Bildnisse aus der Porträtarchiv Diepenbroick, Münster, 1983 ; B. Schneider, « August Boeckh : Altertumsforscher, Universitätslehrer und Wissenschaftsorganisator im Berlin des 19. Jahrhunderts », Staatbibliothek Preussischer Kulturbesitz, Berlin, 1985 ; « August Boeckh 1785-1876 (sic). Forscher, Hochschullehrer, Zeitzeuge », Wissenschaftliche Zeitschrift der Humboldt Universität zu Berlin, 1987 ; K. Krist et A. Momigliano éds., L’Antichità nell’ Ottocento in Italia e Germania/Die Antike im 19. Jahrhundert in Italien und Deutschland, Bologne-Berlin, 1988 ; S. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996.

Boëthius, Axel (1889-1969)

135Archéologue suédois. Spécialiste de l’Italie pré-romaine, il occupa une place importante parmi les archéologues suédois qui se sont consacrés aux études étrusco-italiques depuis Oscar Montelius. Il fut aussi l’inspirateur d’une véritable école suédoise composée par exemple de G. Säflund, Ä. Akerström, A. Andren, E. Gjerstad. Très lié au roi Gustave VI Adolphe, il fut pour lui un véritable guide scientifique. Il a fait ses études classiques à l’Université d’Uppsala, où il obtient en 1918 le doctorat de philologie. De 1918 à 1926, il y est professeur. De 1921 à 1924, il participe aux fouilles de Mycènes. En 1925, il est nommé directeur de l’Institut suédois des études classiques qui vient d’être créé à Rome. À partir de cette date, ses liens avec l’Italie ne cessent de se resserrer : il contribue à la fouille d’Ardea (1930-1934) et y introduit des étudiants. En 1935, il est nommé à la chaire de philologie classique et d’histoire antique à l’École supérieure puis à l’Université de Göteborg, dont il deviendra recteur en 1946. Il rejoint Rome en 1952-1953 pour y reprendre la direction de l’Institut suédois. Il est en 1933 parmi les premiers membres étrangers de l’Institut des études étrusco-italiques de Florence. En Italie, il est membre de nombreuses institutions prestigieuses, dont l’Accademia Nazionale dei Lincei et la Pontificia Accademia Romana di Archeologia. Outre ses éminentes qualités scientifiques, il joua un rôle décisif dans l’organisation de la science sur le plan national et international, en favorisant à Rome les échanges entre savants des différents pays après la Seconde Guerre mondiale : cette coopération s’exerçait par l’Association internationale d’archéologie classique et l’Union internationale des instituts d’archéologie, d’histoire et d’histoire de l’art. Du point de vue scientifique, après une première période de sa carrière consacrée à l’archéologie, la topographie et l’histoire grecques, il développe deux axes de recherches, l’un portant sur les antiquités étrusco-italiques, l’autre sur l’architecture et l’urbanisme antiques. Il stimule et organise la reprise des travaux suédois à Ardea, à San Giovenale, à Luni-sur-le-Mignone, et enfin à Acqua Rossa.

Bibliographie sélective :

136Die Pythaïs, 1918 ; Zur Topographie des dorischen Argos, 1922 ; Korfu, 1923 ; Hellenistic Mycenae, 1924 ; Det fürhistorika Greklan, 1927 ; Das Stadtbild im spätrepublikanischen Rom, 1935 ; Roman and Greek Town Architecture, Göteborg, 1948 ; San Giovenale, Etruskerna landet arch folket. Svensk forskning i Étrurien, 1960 (Etruscan Culture, 1963) ; The Golden House of Nero, 1960 ; avec J. Ward-Perkins, Etruscan and Roman Architecture, Londres, 1970 ; rééd. 1re partie, Etruscan and early Roman Architecture, New Haven et Londres, Yale University Press, 1994.

137VOIR :
Festskrift tillägnad A. Boethius, Göteborg, 1949 ; Rendiconti della Accademia Romana di Archeologia 42, 1969-1970, p. 11-19 ; M. Pallottino, « Axel Boëthius », Studi Etruschi 37, 1969, p. 569-671.

Boissier, Gaston (1823-1908)

138Latiniste français, historien de l’Antiquité romaine. Élève de l’École normale supérieure et premier à l’agrégation de lettres en 1846, il enseigne jusqu’en 1862 aux collèges d’Angoulême et de Nîmes, puis au lycée Charlemagne à Paris. En 1862, il est professeur suppléant d’éloquence latine au Collège de France puis, de 1869 à 1904, il occupe la chaire de poésie latine. Il devient administrateur du Collège de France en 1892. De 1865 à 1899, il est d’autre part maître de conférences de littérature française puis de littérature latine à l’École normale supérieure. Lorsque l’École pratique des hautes études est créée en 1868, il est le premier titulaire de la chaire d’études latines et joue un rôle important dans le renouvellement des études supérieures. Élu membre de l’Académie française en 1876, puis en 1886 membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il est, en 1895, élu secrétaire perpétuel de l’Académie française. Par l’intérêt qu’il porte à l’Afrique du Nord, il joue un rôle important dans le développement de l’archéologie en Algérie et en Tunisie.

Bibliographie sélective :

139Cicéron et ses amis. Étude sur la société romaine du temps de César, Paris, 1865 ; La Religion romaine d’Auguste aux Antonins, deux vol. 1874 ; L’Opposition sous les Césars, Paris, 1875; Promenades archéologiques. Rome et Pompéi, Paris, 1880 ; Nouvelles Promenades archéologiques, Horace et Virgile, Paris, 1886 ; L’Afrique romaine. Promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie, Paris, 1895.

140VOIR :
« Discours… tenus par l’Académie française pour la réception de M. Gaston Boissier le 21 décembre 1876 », Paris, 1876 ; Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut France, Paris, 1895 ; E. Babelon, « Discours à l’occasion du décès de M. Gaston Boissier », Recueil de l’Institut de France, 1908 ; G. Perrot, « Notice sur la vie et les travaux de M. Gaston Boissier », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1908 ; R. Pichon, « La vie et l’œuvre de M. Gaston Boissier », Revue des Deux Mondes 46, 1908, p. 284-321 ; L. Dorez, Bibliographie des travaux et ouvrages de M. Gaston Boissier, Paris, 1909 ; P. Thoulouze, Gaston Boissier, Paris, 1923; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 132-133 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant, dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Bonaparte, Lucien, prince de Canino (1775-1840)

141Né à Ajaccio, frère de l’empereur Napoléon Ier. En 1799 il est ministre de l’Intérieur, puis de 1800 à 1802 ambassadeur en Espagne. Par l’arrêté du 28 janvier 1803, il est nommé membre de l’Institut, puis exclu par l’ordonnance royale du 21 mars 1816. En 1805, il devient prince de Canino et sénateur. C’est sur son domaine de Vulci qu’en 1828 sont découverts par milliers les « vases étrusques », dont il constitue une riche collection, et qui susciteront les études des membres de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, en particulier d’E. Gerhard. La révélation de Vulci marque le début des recherches scientifiques en Étrurie.

Bibliographie sélective :

142Museum étrusque de Lucien Bonaparte, prince de Canino, Viterbo, 1829 ; Catalogo di scelte antichità etrusche.

143VOIR :
F. Pietri, Lucien Bonaparte, Paris, 1939. M. Bonamici, « Sui primi scavi di Luciano Bonaparte a Vulci », Prospettiva 21, 1980, p. 6-24 ; Luciano Bonaparte- le sue collezioni d’arte, le sue residenze a Roma, nel Lazio, in Italia (1804-1840), Rome, 1995 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Boni, Giacomo (1859-1925)

144Archéologue italien. Il introduit la méthode stratigraphique dans ses fouilles sur le Forum. Après des études techniques et commerciales à Venise, de 1880 à 1884, il fréquente les cours d’architecture de l’Accademia di Belle Arti. Autodidacte, il apprend seul l’anglais, le latin et le grec. Il effectue en 1885 sa première fouille stratigraphique à Venise, sous les fondations du clocher de Saint-Marc, où il applique déjà la méthode stratigraphique. Le ministre de l’Instruction publique, P. Boselli, le fait venir à Rome en 1888, d’abord comme secrétaire de la Commission pour la réforme de la Chalcographie royale, puis comme remplaçant de G. Fiorelli à l’Inspection des monuments à la direction générale des Antiquités et Beaux-Arts. Il participe aux recherches autour du Panthéon en 1892. Il est chargé de la direction des fouilles du Forum en 1898, où, avant même W. Dörpfeld à Troie, il applique la méthode stratigraphique pour l’archéologie classique ; il publie ses normes dans le numéro du 16 juillet 1901 de la revue Nuova Antologia. Sa méthode est inspirée de celle qu’utilisent les préhistoriens italiens mais est tout à fait novatrice dans le domaine de l’archéologie gréco-romaine. De plus, G. Boni modifie radicalement les méthodes et les buts des recherches conduites sur le forum : il est le premier à qui s’impose la nécessité de connaître les niveaux inférieurs qui correspondent aux phases plus anciennes que les grands monuments de l’époque impériale. Il démontre, par la découverte des tombes archaïques, qu’il est possible de connaître les origines de Rome grâce à l’archéologie. De 1899 à 1905, il fouille dans le secteur des temples de César et de Vesta et de l’arc de Septime Sévère ; il découvre le Lapis Niger et les monuments sous-jacents, l’aire du Comice et la Regia ; il fait démolir l’église de Sainte-Marie Libératrice pour sonder le sous-sol ; il explore les pentes du Palatin et le secteur de la via Sacra, près du temple d’Antonin et Faustine ; il découvre la nécropole archaïque du Forum en 1902. À partir de 1906, il est chargé des recherches du Forum de Trajan, puis du mur de Servius, et à partir de 1909 du Palatin : dans la citerne à tholos, découverte en 1913, il croit reconnaître le mundus de Rome. Sous l’occupation italienne de la Libye, qu’il considère comme « una nuova guerra romana », il est envoyé, en 1912, à Tripoli. Après avoir juré fidélité à Mussolini en 1923, il intervient dans l’adoption du faisceau comme emblème du parti national fasciste et préconise la transposition des idéaux de la Rome impériale dans l’idéologie fasciste. Il fut enseveli au centre des Orti Farnesiani, sur le Palatin, en 1925. Par ses travaux sur le Forum, G. Boni modifie radicalement la méthode et les buts des recherches : il montre que l’on ne peut se satisfaire d’une étude de la topographie et des monuments conservés et qu’une exploration stratigraphique en profondeur est nécessaire pour élucider les origines de Rome. La méthode qu’il emprunte aux préhistoriens permet des résultats aussi fructueux pour l’histoire de Rome que pour la Préhistoire italienne.

Bibliographie sélective :

145« Il metodo negli scavi archeologici », Nuova Antologia, XCIV, 1901, p. 312-322 ; « John Ruskin », Nuova Antologia, 1919, p. 317-320.

146VOIR :
E. Tea, Giacomo Boni nella vita del suo tempo, deux vol., Milan, 1932 ; P. Romanelli, « Giacomo Boni : nel centenario della nascità », Studi Romani VII, 1959, p. 262-274, et Dizionario Biografico degli Italiani, 12, 1970, 75-77 A. De Sancis, scavi di Giacomo Boni al Foro Romano », Roma capitale 1870-1911. Degli scavi al museo…, catalogue de l’exposition 76-83 A. Guidi, Storia della paletnologia, Rome-Bari, Editori Laterza, 1988 ; A. Grandazzi, La Fondation de Rome, Paris, 1991 ; C. Michelini, « Della lezione di Ruskin agli scavi del Foro : Giacomo Boni », L’Archeologia italiana dall’Unità al Novecento, Ricerche di Storia dell’arte 50, Rome, 1993 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Bonomi, Joseph (1796-1878)

147Sculpteur britannique d’origine italienne. Fils de l’architecte Joseph Bonomi l’aîné (1739-1808), il naît à Rome et passe ses premières années à Londres où son père s’installe peu de temps après sa naissance. Il fait ses études à Londres et à Rome. Il se rend en Égypte en 1824, et y séjourne huit ans : il met ses talents de dessinateur au service de Robert Hay, le collectionneur écossais, qui, au cours de ses voyages en Égypte, fait exécuter de très nombreux relevés et plans ; il est également sollicité par sir J. G. Wilkinson et S. Birch. En 1829, il accompagne Linant de Bellefonds dans son expédition aux mines d’or, situées entre le Nil et la mer Rouge. Après avoir regagné la Grande-Bretagne, il accompagne les deux artistes F. Arundale et F. Catherwood dans un voyage à travers le Sinaï, la Palestine et la Syrie (1833-1834). Il se rend à Rome en 1838 pour y étudier les obélisques, puis travaille au British Museum en même temps qu’il prépare l’illustration pour les Manners and Customs… de Wilkinson. Après avoir participé à l’expédition de R. Lepsius en 1842-1845, il installe l’Egyptian Court du Crystal Palace (1853). Il crée pour le dictionnaire de S. Birch le premier jeu de caractères hiéroglyphiques d’imprimerie de Grande-Bretagne. En 1861, il est nommé conservateur du Musée Soane de Londres. Aux yeux de S. Birch, il fut, après Wilkinson, l’Anglais qui eut, dans son temps, la connaissance et l’expérience les plus approfondies de l’Égypte.

Bibliographie sélective :

148F. Arundale and J. Bonomi, Gallery of Antiquities selected from the British Museum, Londres, 1842-1843 ; Egypt, Nubia and Ethiopia…, 1862.

149VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill,
Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 33.

Bonsor, George Edward (1855-1930)

150Archéologue britannique. L’un des grands pionniers de l’archéologie moderne en Espagne, contemporain des premiers travaux français dans ce pays et ami d’A. Engel et de P. Paris, avec lesquels il collabore. Né à Lille, de père anglais et de mère française, il gardera la nationalité de son père ; il fait ses études à Tournai, au collège allemand de Moscou, aux lycées d’Albi et de Montauban, puis à Huddersfield et aux écoles des Beaux-Arts de Londres et Bruxelles. En 1880, il prend le chemin de l’Espagne, parcourt l’Andalousie et décide de s’installer à Carmona, dans la province de Séville. Au château de Mairena del Alcor, qu’il restaure, il fonde un musée, dont les collections sont le résultat des fouilles qu’il dirige de 1885 à 1902 dans la nécropole romaine, qui s’étend sur des terrains qu’il a achetés avec le pharmacien et collectionneur J. Fernandez Lopez : ces travaux marquent le début de l’exploration archéologique scientifique en Espagne. Tous deux fondent la Sociedad Arqueológica de Carmona et sont tous deux admis au nombre des membres des académies royales d’Histoire et des Beaux-Arts de San Fernando. Peintre et archéologue reconnu en Espagne, G. Bonsor fut membre des académies des Beaux-Arts et de l’Histoire de Madrid. Ses contacts avec les archéologues français commencent en 1886, année de sa rencontre avec A. Engel alors en mission en Andalousie pour le ministère français de l’Instruction publique. En 1890, G. Bonsor s’associe, pour certaines de ses recherches sur les rives du Guadalquivir et du Genil, à W. G. Clark- Maxwell de l’Université de Cambridge. A. Engel, lors de sa mission de 1889-1890 en Andalousie, se joint aux deux hommes pour la campagne menée à Alcolea del Rio. Sous l’influence d’A. Engel et des découvertes de la « préhistoire » grecque et égyptienne, G. Bonsor entreprend entre 1894 et 1898 l’exploration, du point de vue de la protohistoire, de l’Alcor, région qui correspond au bas Guadalquivir. Il réalise le premier travail sérieux sur la protohistoire espagnole et le publie dans la Revue archéologique en 1899 ; il y démontre la réalité de la colonisation phénicienne et son impact sur les populations indigènes. Il atteint alors une grande notoriété nationale et internationale, ce qui lui vaut d’être, avec l’abbé Breuil, secrétaire-adjoint du xiie Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques réuni à Paris en 1900. A. Engel fait connaître G. Bonsor à P. Paris qu’il engage à étudier l’Espagne protohistorique : ainsi se nouent entre les trois hommes des liens durables d’amitié et de collaboration. A. Engel et G. Bonsor ont une nouvelle occasion de travailler ensemble en 1903-1904, sur le site d’Osuna où ont été découverts des fragments de statues préromaines et qu’Engel achète pour y mener des fouilles. Les deux hommes ont aussi le projet d’une carte archéologique de l’Andalousie. Depuis 1898, G. Bonsor est en relation avec le mécène américain Archer Huntington, fondateur de l’Hispanic Society de New York, qui soutient ses travaux de fouilles et contribue à l’entretien du musée de Carmona, en échange d’objets destinés à la collection de la Société américaine. Lorsqu’à l’instigation de P. Paris, est créée l’École des hautes études hispaniques, c’est tout naturellement que G. Bonsor poursuit sa collaboration avec les archéologues français : entre 1917 et 1921, il contribue aux fouilles de Belo, dirigées par P. Paris. En 1926-1927, il fouille, avec R. Thouvenot, ancien membre de l’École de Rome, une nécropole protohistorique, comportant d’importants tumulus à dépositions aristocratiques d’époque orientalisante (viie-vie siècle av. J.-C.), qu’ils publient ensemble. La plus importante partie de sa collection fut mise en vente à Paris et fut acquise par l’Hispanic Society de New York. Avec A. Engel et P. Paris, G. Bonsor jette les bases de l’étude de la protohistoire espagnole et donne une impulsion décisive à l’archéologie ibérique.

Bibliographie sélective :

151Avec A. Engel, « La nécropole romaine de Carmona », Revue archéologique XVII, p. 385-389, 1891 ; « Notas arqueológicas de Carmona », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, I, 1897 « Le Musée archéologique de Séville et les ruines d’Italica », Revue archéologique XXXII, 1898 ; « Les colonies agricoles préromaines de la vallée du Betis », Revue archéologique XXXV, 1899 ; avec P. Paris, Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix). 1917-1921, Paris, 1923-1926 ; avec R. Thouvenot, Nécropole ibérique de Setefilla-Lora del Rio (Séville). Fouilles de 1926-1927, Paris, 1928 ; Tartessos : excavaciones practicadas en 1923 en el Cerro del Trigo, termino de Almonte (Huelva), Madrid, 1928 ; Early engraved Ivories in the Collection of the Hispanic Society of America, New York, 1928 ; The archaeological colloquial Expedition along the Guadalquivir. 1884-1901, Hispanic Society, New York, 1931 ; An archaeological Sketchbook of the Roman Necropolis at Carmona, Hispanic Society, New York, 1932.

152VOIR :
È. Gran-Aymerich, « Les échanges franco-espagnols et la mise en place des institutions archéologiques (1830-1939) », dans J. Arce et R. Olmos éd., Historiografía de la Arqueología y de la Historia Antigua en España (siglos XVIII-XX), Madrid, 1991 ; J. Maier Allende, « El epistolario de Jorge Bonsor : correspondencia con Luis Siret », dans J. Arce et R. Olmos éd., Historiografía de la Arqueología y de la Historia Antigua en España (siglos XVIII-XX), Madrid, 1991 ; J.-M. Delaunay, Des palais en Espagne. L’École des hautes études hispaniques et la Casa de Vélasquez au cœur des relations franco-espagnoles du xxe siècle (1898-1979), Madrid, 1994 ; J. Maier Allende, « Las sociedades arqueológicas en España : la Sociedad Arqueológica de Carmona », dans G. Mora et M. Diaz-Andreu (éd.), La Cristalización del Pasado : Genesis y Desarollo del marco institucional de la arqueología en España, Malaga, 1997 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 J. Allende, « En torno a la genesis de la arqueologia protohistórica en España. Correspondencia inédita entre Pierre Paris y Jorge Bonsor », Mélanges de la Casa de Vélasquez 1997, Madrid, 1999 ; id., Jorge Bonsor (1855-1930). Un académico correspondiente de la Real Academia de la Historia y la arqueología española, Madrid, Real Academia de la Historia, 1999.

Borchardt, Ludwig (1863-1938)

153Égyptologue allemand, fondateur et premier directeur de l’Institut allemand d’archéologie du Caire. Il étudie l’architecture à la Technische Hochschule de Berlin. Élève de l’égyptologue A. Erman, il est employé comme assistant à la section égyptienne du musée de Berlin (1887-1888) puis il se rend en Égypte en 1893 et entreprend des fouilles à Philae, pour l’Académie de Berlin, sous la direction du capitaine Lyons. En 1898, il devient collaborateur du département des antiquités du Musée du Caire pour en classer le matériel, de plus en plus abondant ; il élabore à ce moment un programme qu’il sera chargé d’appliquer par la suite, en contribuant à l’élaboration du catalogue général du Musée du Caire. Soucieuse d’assurer à l’égyptologie allemande une place équivalente à celle de la France et de la Grande-Bretagne, l’Académie de Berlin le nomme attaché scientifique au consulat allemand du Caire ; placé sous l’autorité de l’Académie, il est chargé d’informer sur les fouilles et les découvertes et de soutenir les musées allemands par l’acquisition d’objets, en les achetant sur le marché ou au moyen de fouilles. Les développements que Borchardt donne à son activité à ce poste entraîneront la création d’un institut au Caire. L’intervention d’autres égyptologues favorise cette initiative : F. W. von Bissing fait parvenir au Caire la bibliothèque d’Ebers et A. Erman obtient une subvention de l’Empereur pour établir dans le secteur des tombes et du temple de Thèbes-ouest une « Maison allemande » pour abriter les chercheurs et leur offrir un lieu de travail. Borchardt contribue par des relevés de textes à l’entreprise du Wörterbuch der ägyptyschen Sprache patronnée par l’Académie de Berlin, soutient les initiatives d’acquisition des musées allemands et poursuit ses recherches personnelles sur les questions d’architecture. En outre, il développe les activités de terrain : pendant l’hiver 1897-1898, à la demande des Musées de Berlin et en collaboration avec von Bissing et Schäfer, il commence le dégagement d’un sanctuaire de la Ve dynastie à Abou-Gourob et, en 1902, lance, sous le patronage de la Deutschen Orient-Gsellschaft, la fouille d’un groupe de pyramides de la même période à Abousir : ses travaux, menés selon des méthodes inspirées de celles de W. Dörpfeld, mettent pour la première fois en évidence les possibilités offertes par l’observation des vestiges du point de vue de l’histoire de l’architecture et mettent en relation l’art et la culture du Nouvel Empire avec ceux de l’Ancien Empire. Il apporte également son concours à de nombreuses initiatives lancées par les Musées de Berlin, à Abousir el-Melek, Ashmun et Éléphantine. L’impulsion que L. Borchardt imprime à l’égyptologie allemande est telle qu’en 1906, son poste annuel est définitivement pris en charge sur le budget de l’État et qu’est créé un poste d’assistant. La même année, A. Erman sollicite au nom de la Wörterbuchkommission que les différents établissements d’Égypte soient regroupés en une seule « station scientifique pour l’archéologie égyptienne » et que Borchardt en soit nommé directeur avec le titre de professeur : la décision est prise le 5 août 1907 de créer le Kaiserliches Deutsches Institut für Ägyptische Altertumskunde dont L. Borchardt devient le directeur. L’Institut est partie prenante dans les nombreuses entreprises allemandes et, en 1911, Borchardt lui-même commence, sous le patronage de la Deutsche Orient-Gesellschaft, l’exploration de la cité de Tell el-Amarna. Il conduit pour la première fois des travaux menés systématiquement du point de vue de l’histoire de l’architecture : jusqu’en 1914, il dégage deux cent soixante-dix maisons appartenant à des classes sociales différentes et en fait une étude détaillée, offrant un riche panorama de l’habitat. Au cours de l’une de ces campagnes, il découvre le célèbre buste de la reine Néfertiti. La Première Guerre mondiale entraîne la fermeture de l’Institut et Borchardt ne peut reprendre son poste qu’en 1923. Il doit faire face à de très nombreuses difficultés : reconstruction des maisons de sites détruites et pénurie de fonds pour les fouilles. De 1924 à 1928, il mène des recherches à Saqqarah, Abou Gourob, Meïdum, Karnak et Louxor. C’est H. Junker qui en 1927 prend sa suite à la tête de l’Institut, pour lequel Borchardt, soucieux de la place de l’étude de l’architecture, a obtenu la nomination d’un architecte. Lorsqu’il prend sa retraite en 1929, il crée le Ludwig-Borchardt-Institut pour poursuivre ses travaux sur l’histoire de l’architecture ; cette institution deviendra en 1949 le Schweizerisches Institut für Ägyptische Bauforschung und Altertumskunde. L. Borchardt avait, par ses travaux scientifiques, ouvert de nouvelles voies de recherche et avait permis à l’égyptologie allemande de rejoindre ses concurrentes britannique et française.

Bibliographie sélective :

154Die aegyptischen Pflanzensäule, 1897 ; Denkmäler des Alten Reiches im Museum von Kairo, 1901 ; avec F. W. von Bissing et H. Kees, Das Re-Heiligtum des Königs Ne-woser-re, I, Der Bau, 1905 ; Zur Baugeschichte des Amonstempels von Karnak, 1905 ; Works of Art from the Egyptian Museum at Cairo, 1908 ; Statuen und Statuetten von Königen und Privatleuten im Museum von Kairo, 1911-1936 ; Länge und Richtungen der vier Grundkanten der grossen Pyramide bei Gize, 1926 ; avec H. Ricke, Ägypten. Landschaft, Volksleben, Baukunst, 1930 ; Die Entstehung des Generalkatalogs und seine Entwicklung in den Jahren 1887-1899, 1937.

155VOIR :
A. Erman,
Borchardt-Bibliographie, 1933 ; J. Capart, Chronique d’Égypte 14, 1939, p. 141-143 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 33-34 ; W. Kaiser, « Abteilung Kairo », dans K. Bittel, F. W. Deichmann, W. Grünhagen, W. Kaiser, Th. Kraus, H. Kyrieleis, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1929 bis 1979, Teil 1, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979.

Bordes, François (1919-1981)

156Géologue et préhistorien français. Initiateur de la méthode d’analyse statistique des industries lithiques, il inaugure l’enseignement de la préhistoire dans l’Université française. Il fait ses études à Toulouse, Bordeaux et Paris, où, comme P. Teilhard de Chardin, il se fait le disciple de M. Boule, paléontologue darwinien, et suit à l’Institut de paléontologie humaine les cours de géologie et de paléontologie du Quaternaire de R. Vaufrey, lui aussi formé par M. Boule. De 1945 à 1955, il est chercheur au CNRS, où, grâce à l’action de l’abbé Breuil, d’A. Leroi-Gourhan et de R. Vaufrey, la préhistoire gagne une place qu’elle n’a pas encore dans l’enseignement supérieur. Il faut en effet attendre 1956 pour que cette discipline soit introduite à l’Université, précisément en la personne de F. Bordes, nommé à la faculté des sciences de Bordeaux, alors que L. R. Nougier est quant à lui affecté à la chaire d’archéologie préhistorique de l’Université de Toulouse et prend la direction de l’Institut d’art préhistorique. De 1957 à 1975, F. Bordes est directeur des Antiquités préhistoriques d’Aquitaine et, à partir de 1969, dirige l’Institut du Quaternaire de l’Université de Bordeaux. Il fouille le Pech-de-l’Azé, Combe-Grenal et Corbiac, et son étude des industries du Paléolithique ancien et moyen le conduit à forger un nouvel outil de travail, fondé sur l’analyse statistique. Son premier essai d’exposé de la méthode est publié en 1950 et constitue un moment crucial de l’histoire de la science préhistorique dont l’étape qui s’achève est représentée par l’abbé Breuil. Le modèle auquel celui-ci est parvenu consiste à distinguer deux voies d’évolution pour la très complexe industrie lithique du Paléolithique ancien et moyen ; ce schéma d’interprétation se répand largement à partir de 1930, malgré les difficultés qu’il présente. Conscient que la seule notion de fossile-directeur ne suffit pas à rendre compte de la complexité extrême de l’outillage lithique, F. Bordes se livre à une critique très précise des conclusions d’H. Breuil et réexamine les séries moustériennes du triple point de vue des techniques du débitage, de la typologie et de la stratigraphie ; il souligne la nécessité de prendre en compte la totalité des objets découverts et introduit le critère quantitatif et celui de la fréquence relative de certains traits techniques et des différents types d’objets. Il élabore des listes types des différentes catégories d’outils et des graphiques cumulatifs qui mettent en évidence le fait que les industries lithiques ne suivent pas une évolution linéaire, mais se diversifient selon des formes qui correspondent aux besoins ponctuels, aux matières premières disponibles et au contexte culturel ; il propose ainsi un modèle buissonnant qui prend en compte la multiplicité des formes. Cet outil de travail est rapidement adopté par de nombreux chercheurs et lui vaut une réputation internationale et de nombreuses invitations à enseigner dans des universités étrangères, tout particulièrement aux États-Unis, Chicago en 1959, Berkeley en 1965, Arizona en 1969 et 1975… Sous le pseudonyme de Francis Carsac, il publie plusieurs romans de science-fiction auxquels la Préhistoire fournit un cadre. Alors qu’A. Leroi-Gourhan ouvre à la préhistoire les perspectives de l’ethnologie et donne le modèle de l’exploration scientifique d’un site et de son interprétation exhaustive, par son œuvre et son enseignement, F. Bordes manifeste la maturité d’une science qui a connu une difficile reconnaissance, pleinement acquise par sa place au CNRS et dans l’enseignement supérieur.

Bibliographie sélective :

157« Étude comparative des différentes techniques de taille du silex et des roches dures », L’Anthropologie, LI, 1947 ; « Principes d’une méthode d’étude des techniques de débitage et de typologie du Paléolithique ancien et moyen », L’Anthropologie, LIV, p. 19-34, 1950 ; « L’évolution buissonnante des industries en Europe occidentale. Considérations théoriques sur le Paléolithique ancien L’Anthropologie, LIV, p. 1950 ; Recherches sur les limons quaternaires du Bassin de la Seine, Paris, 1953 « Les gisements du Pech-de-l’Azé (Dordogne) », L’Anthropologie, LIX, 1955 ; Typologie du Paléolithique ancien et moyen, deux vol., Bordeaux, 1961 ; Leçons sur le Paléolothique, trois vol., Bordeaux et Paris, 1984.

158VOIR :
E. Ripoll Perelló, « Prof. François Bordes, 1919-1981. Necrología », Trabajos Prehistoria 40 (1983), p. 245-246 ; J. Filip, Manuel encyclopédique de préhistoire et protohistoire européenne, deux vol., Prague, 1966 ; J. R. Sackett, « From de Mortillet to Bordes : a century of French Palaeolithic Research », dans G. Daniel, Towards a History of Archaeology, Londres, 1981, p. 85-99 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994 ; J. Tixier, « François Bordes (1919-1981) », Encyclopaedia Universalis, version cédérom 1998 ; L. Binford, « François Bordes (1919-1981) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 2, Oxford, 1999, p. 759-774.

Borghesi, Bartolomeo, comte (1781-1860)

159Numismate et épigraphiste italien, fondateur de la méthode épigraphique. Fils d’un grand collectionneur de médailles et numismate, il complète la collection de son père et en fait l’une des plus riches d’Italie. Il fait des études de lettres et de philosophie à Ravenne et Bologne, puis de droit et de diplomatie à Rome. En 1821, pour ne pas avoir à renoncer à sa foi libérale et avoir la liberté de s’adonner à l’étude, il se retire à Saint-Marin, où il prépare la publication des Fastes consulaires et triomphaux. Il s’adonne passionnément à la numismatique et à l’épigraphie, dont il est universellement reconnu comme le fondateur. Les Nuovi Frammenti dei Fasti consolari capitolini (1818-1820) lui suggèrent un moyen de reconstituer l’histoire de Rome grâce à la numismatique, en replaçant dans le temps les grands magistrats et en précisant les étapes de leur carrière. Dans ce dessein, il confie à A. Noël des Vergers la tâche de restituer par la numismatique et l’épigraphie les fastes de la République et de l’Empire, l’histoire de l’administration, des ordres militaires et religieux et de la vie privée. Sa maison de Saint-Marin est un véritable centre scientifique que fréquentent savants italiens, allemands et français – F. Rocchi, E. Braun, W. Henzen, Th. Mommsen, E. Desjardins, A. Noël des Vergers. Il inspire à son élève, le danois Kellermann, le projet, soutenu par la Prusse, d’un Corpus Universale Inscriptionum Latinarum, dont la réalisation est empêchée par la mort de Kellermann, mais reprise et menée à bien par l’un de ses plus brillants disciples, Th. Mommsen. Il fait de l’italien une langue scientifique en rédigeant toutes ses œuvres dans sa langue maternelle. À l’avènement de Pie IX en 1846, on lui propose la chaire d’archéologie de l’Université de Bologne, mais il préfère rester à Saint-Marin et céder sa place à son élève Rocchi. Élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1839, il en devient associé étranger. À sa mort, Napoléon III décide la publication de ses œuvres qu’il confie, en 1860, à une commission, qui comprend L. Renier, G. B. de Rossi, Noël des Vergers, et dont E. Desjardins est secrétaire ; collaborent aux travaux C. Cavedoni, W. Henzen, G. Minervini, T. Mommsen, F. Ritschl et F. Rocchi. Grâce à sa parfaite méthode scientifique, B. Borghesi, créateur de l’épigraphie historique, assure le passage entre les recherches de E. Q. Visconti et celles de Th. Mommsen, lequel va ressusciter et réinterpréter le monde antique en utilisant les sciences fondées par son maître, la numismatique et l’épigraphie. B. Borghesi exerça une influence considérable dans tous les pays d’Europe, où il suscita l’essor de véritables « écoles » épigraphiques.

Bibliographie sélective :

160Nuovi Frammenti dei Fasti consolari capitolini, deux vol., Milan, 1818-1820 ; Œuvres complètes de Bartolomeo Borghesi par les ordres et aux frais de S. M. l’Empereur Napoléon III, puis sous les auspices de M. le ministre de l’Instruction publique, dix vol., Paris, 1862-1897.

161VOIR :
D. D. Müller, Biografie autografe e inedite di illustri italiani di questo secolo, Turin, 1853 ; A. Noël des Vergers, Essai sur Marc Aurèle, précédé d’une notice sur le comte Borghesi, Paris, 1860; G. B. de Rossi, Archivio storico italiano, XII, 1860 ; Per Bartolomeo Borghesi, Florence, 1905, p. 15-47 ; L. Wickert, « Mommsen und Borghesi », Concordia decennalis, 1941 ; id., Theodor Mommsen, I, Francfort, 1959 ; P. Treves, L’Idea di Roma e la cultura italiana del secolo XIX, Milan-Naples, 1962 ; id., Lo Studio dell’Antichità Classica nell’Ottocento, Milan-Naples, 1962, p. 829-847 ; A. Campana, Dizionario Biografico degli Italiani, 12, 1970, p. 624-643 ; A. Fraschetti, « Per B. Borghesi : antiquari e tecnici nella cultura italiana dell’Ottocento », B. Borghesi. Scienza e liberta, Bologne, 1982 ; A. Turchini, « Breve intervento per un primo bilancio dello spoglio del carteggio fra Adolphe Noël des Vergers e Bartolomeo Borghesi », dans R. Copioli éd., Adolphe Noël des Vergers (1804-1867). Un classicista eclettico e la sua dimora a Rimini, Rimini, 1996, p. 387-388 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Bosch Gimpera, Pere (1891-1974)

162Archéologue espagnol, préhistorien à la formation classique, dont l’œuvre envisage l’Espagne depuis le Néolithique jusqu’à la romanisation. Fondateur de l’« école de Catalogne », grand promoteur des études universitaires et fondateur d’institutions de recherche à Barcelone. Il fait ses études de droit et de lettres à l’Université de Barcelone et se spécialise en philologie classique tout en adoptant une perspective historique ; il fait un doctorat de droit et de philosophie à l’Université centrale de Madrid. Boursier de la Junta d’Ampliación de los Estudios de 1911 à 1914, il se rend à Berlin, après avoir visité de nombreuses villes d’Europe centrale ; il devient l’élève d’U. Wilamowitz-Moellendorf qui éveille en lui la vocation archéologique. Il fréquente les cours de G. Rodenwalt, de G. Kossina et d’A. Frickenhaus qui avait publié en 1908 les vases grecs d’Ampurias. Wilamowitz l’oriente vers la préhistoire et lui conseille de s’y former en suivant l’enseignement de G. Kossinna et H. Schmidt, spécialiste de l’âge des métaux ; à Erlangen, il rencontre A. Schulten avec qui commence alors une longue et fructueuse relation. À la fin de l’année 1912, il accompagne H. Schmidt en Espagne, et rejoint Barcelone, après avoir visité les musées de Stockholm, Copenhague, le British Museum, le Louvre et les musées de Florence et Rome. En 1913, il soutient sa thèse sur El Problema de la cerámica ibérica, confirmant son choix de l’archéologie. En 1913-1914, il passe une seconde année universitaire à Berlin où il assiste H. Schmidt au Museum für Völkerkunde et poursuit l’étude de l’archéologie grecque et de la préhistoire. De retour en Espagne, P. Bosch Gimpera compte y introduire les nouvelles méthodes de recherche qu’il a acquises en Allemagne. Il est fait membre de la Comisión de Investigaciones Paleontológicas y Prehistóricas et obtient la chaire d’Histoire universelle, antique et médiévale à l’Université de Barcelone. Par son enseignement novateur, il constitue une véritable école d’archéologie, à laquelle appartiennent entre autres disciples L. Pericot et J. de C. Serra-Rafols. Outre son enseignement, il consacre l’essentiel de son activité au Servei d’Investigacions Arqueologiques de l’Institut d’Estudis Catalans fondé en 1914, dont il assure la direction à partir de 1915. Entre 1915 et 1923, aidé de J. Colominas, L. Pericot et C. Serra-Rafols, il fouille les habitats ibériques du Bas-Aragon, puis les sites ibériques de Catalogne, Valence et Alicante, tous ces travaux faisant l’objet d’articles publiés dans l’Anuari ; en 1933, il reprendra les fouilles d’Ampurias, dirigées depuis 1908 par Puig i Cadafalch. Il réforme profondément les méthodes de fouilles et d’enregistrement des données, introduisant l’exigence de relevé systématique de toutes les trouvailles et celle de repérage stratigraphique. Le travail accompli est considérable et la nécessité d’un musée archéologique ne tarde pas à se faire sentir. Dans le même temps, il est attaché à la Commission de recherches paléontologiques et préhistoriques récemment créée à Madrid et entre en relation avec les plus grands représentants de la pré- et protohistoire espagnole : H. Obermaier, P. Wernert, le marquis de Cerralbo, E. Hernandez Pacheco, le comte de la Vega del Sella, J. Cabre… Il entretient d’étroits rapports avec les savants des autres nations et se préoccupe avant tout de l’organisation des congrès internationaux ; en effet, après la Première Guerre mondiale, en raison des tensions entre la France et les pays germaniques, le Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques n’avait pu se réunir à Madrid et P. Bosch Gimpera, associé à H. Obermaier, s’emploie très activement à rétablir des relations scientifiques internationales en Europe. Au sein d’un groupe formé par l’abbé Breuil, R. Vaufrey, le comte Bégouen et sir John Myres, P. Bosch Gimpera déploie toute son énergie pour que se tienne, à Londres en 1932, la première session des Congrès internationaux des sciences préhistoriques et protohistoriques. L’archéologie catalane, en la personne de P. Bosch-Gimpera, occupe sur la scène scientifique internationale une place remarquable, comme en témoigne le Congrès d’archéologie classique réuni à Barcelone en 1929 qui permet de présenter le travail accompli par l’« école de Barcelone » et de mettre en évidence la nécessité d’un musée archéologique qui sera inauguré en 1935. L’avènement de la République en 1931 correspond à un tournant décisif de la carrière de P. Bosch Gimpera qui devient alors doyen de la Faculté des lettres, puis, en 1933, recteur de l’Université autonome de Barcelone ; il restera à ce poste jusqu’à la fin de la guerre civile et son départ en exil. Pendant la guerre civile, il pourvoit à la protection des sites et monuments, poursuit les fouilles d’Ampurias et donne de nombreuses conférences en Grande-Bretagne, à Bruxelles, Prague et Paris. Son engagement politique pour la rénovation de l’Université et son poste de conseiller de justice à la Generalitat au moment de la révolte dans les Asturies en 1934, lui valent la prison, sa condamnation à mort et enfin l’exil. En février 1939, il se résigne à quitter la Catalogne et se rend à Oxford où il est invité comme professeur extraordinaire par sir John Myres. En 1941, il trouve refuge à Mexico, où, après avoir pris la nationalité mexicaine, il est nommé professeur à l’Université nationale autonome et à l’École nationale d’anthropologie. Entre 1945 et 1947, il organise les études d’histoire à l’Université de San Carlos du Guatemala et donne de nombreux cours et conférences dans plusieurs pays d’Amérique latine. De 1948 à 1952, il dirige le département de philosophie et humanités à l’Unesco et séjourne donc à Paris, d’où il travaille à favoriser les relations scientifiques internationales, obtenant la création de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques. De retour à Mexico, il est nommé chercheur de l’Institut de recherches anthropologiques et obtient la constitution, au sein de l’Union académique internationale, du Corpus Antiquitatum Americaniensium ; à cette époque, la Préhistoire de l’Amérique est au centre de ses recherches. Membre de l’Institut archéologique de Berlin et membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, non seulement, P. Bosch Gimpera fut le fondateur de l’école catalane d’archéologie, et forma de nombreux disciples, dont L. Péricot, A. del Castillo Yurrita, J. Martínez Santaolalla, J. Maluquer et bien d’autres, mais il sut aussi donner à l’archéologie espagnole une dimension internationale, tout en la dotant d’institutions de recherche qui permirent son magnifique essor.

Bibliographie sélective :

163« La civilizacio crético-micénica (Estudis de prehistoria grega) », Revista Estudis Universitaris Catalans, VII, 1914 ; El Problema de la cerámica ibérica, Madrid, 1915 ; La Edat de la Pedra, Barcelone, 1916; « Prehistoria Catalana », Enciclopedia Catalana, XVI, Barcelone, 1919 ; Historia de la Antegüedad. Primera parte : Historia de Oriente, dans E. Ibarra y Rodriguez éd., Historia Universal, deux vol., Barcelone, 1927-1928 ; Las Razas Humanas. Su Vida ; Sus costumbres. Su historia. Su arte, deux vol., Barcelone, 1928 ; « La investigación arqueológica en España », Investigación y Progreso 4, 1930 ; « Etnología de la Península Ibérica », Investigación y Progreso, VI, 1932 ; El Poblamiento antiguo y la formación de los pueblos de España, Mexico, 1945 ; « L’Amérique, Paléolithique et Mésolithique et Néolithique et Précolombien », dans A. Varagnac éd., L’Homme avant l’écriture, Paris, 1960 ; L’Amérique avant Christophe Colomb. Préhistoire et hautes civilisations, Paris, 1967 ; « La chronologie de l’art rupestre semi-naturaliste et schématique de la pénisule Ibérique », La Préhistoire, problèmes et tendances. Hommage à Raymond Vaufrey, Paris, CNRS, 1968 ; L’Universitat i Catalunya, Barcelone, 1971 ; Paletnología de la Península Ibérica. Colección de trabajos sobre los Celtas, Iberos, Vascos, Griegos y Fenícios, Graz, 1974 ; Prehistoria de Europa : las raices prehistóricas de las culturas en Europa, Madrid, 1975 ; Espanya, Barcelone 1978; Memóries, Barcelone, 1980.

164VOIR :
L. Pericot, Medio Siglo de Prehistoria hispanica, Barcelone, 1964 ; préface de J. de C. Serra-Rafols dans P. Bosch Gimpera, La Universitat i Catalunya, Barcelone, 1971 ; J. Comas, « Bibliografia de Pere Bosch Gimpera », dans S. Genovés, A Pedro Bosch Gimpera en el septuagésimo aniversario de su nacimiento, Mexico, 1963 ; J. Comas, In memoriam Pedro Bosch Gimpera, 1891-1974, Pere Bosch Gimpera. Fundador del Museu d’Arqueologia de Barcelona, Barcelone, 1977 ; A. Beltrán, De arqueologia aragonesa I, 1978; Pere Bosch Gimpera el aniversari, Barcelone, 1986 ; R. Batista i Noguera et È. et J. Gran-Aymerich, « A propósito de Pere Bosch Gimpera y de su correspondencia inédita, conservada en el Musée des Antiquités nationales », Ampurias. 50e anniversaire, 48-50 (1986/89), 1993, p. 60-63 ;

165M. Diaz-Andreu, « Arqueólogos españoles en Alemania en el primer tercio del siglo XX, los becarios de la Junta de Ampliación de Estudios : Bosch Gimpera », Madrider Mitteilungen 36, 1995, p. 79-89 ; E. Sanmartí, « Bosch Gimpera y la escuela catalana de estudios ibéricos », dans J. Blanquez Pérez et L. Roldán Pérez éds, La Cultura ibérica a través de la fotografía de principios de siglo, 1999 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Botta, Paul-Émile (1802-1870)

166Diplomate et archéologue français. Fils de l’historien piémontais Carlo Botta, exilé en France à la chute de l’Empire, il a fait, de 1826 à 1829, le tour du monde avec l’expédition géographique et naturaliste du capitaine Duhaut-Cilly. Consul à Alexandrie, il parcourt l’Égypte, le Yémen et le Liban. Très impressionné par la collection que C. J. Rich avait constituée en Mésopotamie et qui avait été acquise par le British Museum, il rencontre à Paris Jules Mohl, secrétaire de la Société asiatique, et évoque avec lui la possibilité d’explorer les tells aux alentours de Mossoul, où il est nommé agent consulaire en 1842. Après avoir commencé des fouilles infructueuses sur le site de Quyundjik, que C. J. Rich avait identifié avec l’ancienne Ninive et où A. H. Layard révélera les palais de Sennachérib et Assurbanipal, Botta se porte très vite sur celui de Khorsabad où il dirige les travaux jusqu’à la fin de 1844. Il inaugure ainsi les premières fouilles archéologiques en Mésopotamie. Botta pense avoir retrouvé Ninive à Khorsabad alors qu’il s’agit en fait de l’ancienne Dûr Sharrukin, capitale éphémère de Sargon ii au viiie siècle av. J.-C. Grâce à l’action de J. Mohl, les travaux de Botta suscitent l’intérêt du gouvernement français qui accorde une subvention importante permettant d’employer de nombreux ouvriers, et envoie le peintre E. Flandin pour procéder au relevé des monuments découverts. Les deux hommes font accomplir un immense progrès à l’archéologie en réalisant le dégagement du site et le relevé systématique des vestiges. En février 1847, la première collection assyrienne d’Europe parvient à Paris et, avec elle, l’Orient antique entre au Louvre. Tombé en disgrâce après la Révolution de 1848, Botta est envoyé à Tripoli au Liban, puis à Jérusalem où il reçoit G. Flaubert ; il ne peut donc poursuivre les travaux à Khorsabad où les ruines se dégradent très rapidement. En l’absence de P. É. Botta, A. H. Layard et H. C. Rawlinson avaient désormais le champ libre pour développer les fouilles britanniques en Mésopotamie ; il faudra attendre 1851 et la nomination de V. Place au poste de Botta à Mossoul pour que reprennent les travaux français. Par ses travaux à Khorsabad, P. É. Botta a inauguré en Mésopotamie l’exploration archéologique d’un site et restitué au Proche-Orient une partie de son histoire que de nombreuses générations à venir devaient encore sonder pour rétablir l’Orient ancien dans sa plus lointaine Préhistoire.

Bibliographie sélective :

167Avec E. Flandin, Monuments de Ninive, cinq vol., Paris, 1849-1850.

168VOIR :
J. Bonomi,
Nineveh and its Palaces. The Discoveries of Botta and Layard, Applied to the Elucidation of the Holy Write, Londres, 1852 ; E. Flandin, « Voyage en Mésopotamie », Le Tour du monde, 1861; A. Parrot, « Centenaire de la fondation du Musée assyrien au musée du Louvre », Syria 25, 1946-1948 ; id., Archéologie mésopotamienne, t. 1, Les Étapes, Paris, 1946, p. 39-44 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972; P. Albenda, The Palace of Sargon King of Assyria, Paris, 1986 ; N. Chevalier, « Des consuls en Iraq », Cités disparues, Paris, Éditions Autrement, 1991 ; É. Fontan, De Khorsabad à Paris. La découverte des Assyriens, Paris, RMN, 1994 ; M. T. Larsen, The Conquest of Assyria. Excavations in antique Land, 1840-1860, Londres et New York, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Bouchard, Pierre François Xavier (1772-1832)

169Officier français, membre de l’Expédition d’Égypte qui découvre la pierre de Rosette. Après des études supérieures à l’École nationale aérostatique, il entre à l’École polytechnique. Mobilisé pour l’Expédition d’Égypte, avec le grade de lieutenant du Génie et investi du commandement du fort Julien, près de Rosette, il fait entreprendre en juillet 1799 des travaux de réaménagement du bâtiment et découvre dans les fondations une stèle inscrite de basalte noir : la « pierre de Rosette ». Conscient de la valeur historique de ce document, il le remet au général Menou. Devenu capitaine, il est fait prisonnier et ramené en France.

170VOIR :
W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972; J. Leclant, « La découverte de la pierre de Rosette », Célébrations nationales, Paris, 1999 ; id., « Le lieutenant Bouchard, l’Institut d’Égypte et la pierre de Rosette », Bulletin de la Société française d’égyptologie, octobre 1999, p. 6-25.

Boucher de Crèvecœur de Perthes, Jacques (1788-1868)

171Directeur des douanes et l’un des « pères de la préhistoire ». Président de la Société d’émulation d’Abbeville, Boucher de Perthes est en relations étroites avec un jeune médecin abbevillois, Casimir Picard, qui, en 1836 et 1837, avait étudié la géologie des terrasses de la Somme et élaboré une typologie des outils de silex ; ces travaux éveillent l’intérêt de Boucher de Perthes pour la question des origines de l’homme et, en explorant les couches d’alluvions de la Somme aux environs d’Abbeville, celui-ci découvre des instruments de silex présentant des traces de travail humain. En 1838, il présente à l’Académie des sciences les premiers documents lithiques, extraits des sablières de la Somme, dont la position stratigraphique lui permet d’affirmer l’existence de l’homme « antédiluvien ». Pendant de très longues années, il se heurte à l’opposition acharnée du secrétaire perpétuel, L. Élie de Beaumont, mais finira par démontrer la contemporanéité des outils de pierres et des restes d’espèces animales disparues : c’est en que, dans les terrasses les plus anciennes de Menchecourt-les-Abbeville, il découvre la preuve décisive de la très haute antiquité de l’homme, avec une mâchoire de mammouth associée dans la même couche à un outil de silex. J. Boucher de Perthes faisait œuvre de précurseur en appliquant à la préhistoire, qu’il fait naître, la méthode stratigraphique empruntée à la géologie. En 1859, les anglais J. Prestwich, J. Evans, J. W. Flower, R. Godwin-Austen, R. W. Hylne et C. Lyell se rendent à Abbeville et attestent définitivement l’authenticité de ses découvertes ; les savants français ne peuvent alors que convenir de la validité des idées défendues par leur compatriote. Ses Antiquités celtiques et antédiluviennes jettent les fondements de la préhistoire. Il contribuera en outre à la constitution d’un musée préhistorique en léguant ses collections au Musée des antiquités nationales qui vient d’être créé à Saint-Germain-en-Laye.

Bibliographie sélective :

172Antiquités celtiques et antédiluviennes, trois vol., Paris, 1847, 1857 et 1864 ; rééd. de ses œuvres, cinq vol., Clermont-Ferrand, Éditions Paléo-préhistoire, 1999.

173VOIR :
A. Ledieu, Boucher de Perthes, sa vie, ses œuvres, sa correspondance, 1885 ; L. Aufrère, « Figures de préhistoriens. J. Boucher de Perthes » : Préhistoire, VII, 1940, p. 1-134 ; id., Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes et les origines de l’archéologie primitive(1811-1844), Paris, 1946 ; A. Laming-Emperaire, Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, 1964 ; L. Aufrère, « Boucher de Perthes et le Musée des antiquités nationales », Antiquités nationales XVII-XIX, 1986-1987 ; J.-J. Cleyet-Merle, « Boucher de Perthes », dans J.-P. Mohen éd., Le Temps de la préhistoire, Paris, 1989 ; C. Cohen et J.-J. Hublin, Boucher de Perthes. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, Belin, 1989 ; A. Schnapp, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993 ; C. Cohen, Le Destin du mammouth, Paris, Le Seuil, 1994 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire. Le paléolithique, Grenoble, 1994 ; N. Coye, La Préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique en archéologie (1830-1950), Paris, L’Harmattan, 1997 ; C. Cohen, L’Homme des origines. Savoirs et fictions en préhistoire, Paris, Le Seuil, 1999.

Boule, Marcellin (1861-1942)

174Naturaliste et paléontologue français. Initiateur de l’histoire naturelle de l’homme, il contribue grandement à la diffusion des idées de Darwin en France. Il se forme en géologie avec Louis Lartet à Toulouse et s’initie à la paléontologie humaine. Il est licencié en sciences naturelles et en sciences physiques en 1884 puis agrégé en sciences naturelles, et travaille dans les laboratoires de pétrographie du Collège de France et de paléontologie du Muséum d’histoire naturelle où il devient assistant en 1894. De 1902 à 1936, il occupe la chaire de paléontologie du Muséum dont il crée la galerie de paléontologie ; en 1912, il initie le père Teilhard de Chardin aux recherches de paléontologie humaine. Il développe ses recherches aussi bien dans le domaine de la géologie que dans ceux de la paléontologie et de l’anthropologie. Élève de Louis Lartet, il défendit la théorie de l’existence de plusieurs glaciations et appliqua à la paléontologie humaine les méthodes géologiques de stratigraphie. Il fonde la revue L’Anthropologie en 1893 et la dirige jusqu’en 1940. Son ouvrage consacré à L’Homme fossile de la Chapelle-aux-Saints (1911) constitue la première étude scientifique de l’homme de Neandertal ; le prince de Monaco Albert Ier le charge de créer l’Institut de paléontologie humaine, inauguré en 1920. Les responsablités qu’il exerce comme professeur, directeur de l’Institut de paléontologie humaine et de la revue L’Anthropologie lui permettent de gagner de nombreux savants à la théorie darwinienne de l’évolution et de former de jeunes chercheurs acquis à ces idées ; ainsi, Raymond Vaufrey, successeur de M. Boule à l’Institut de paléontologie humaine.

Bibliographie sélective :

175« Essai de paléontologie stratigraphique de l’homme », l’Anthropologie, 1888-1889 ; Homme fossile de Chancelade, 1890 ; Homme paléolithique d’Amérique du Nord, 1893 ; « L’homme fossile de la Chapelle-aux-Saints », Annales de paléontologie 6- 1911, 7- 1912, 8-1913 ; Les Hommes fossiles, éléments de paléontologie humaine, Paris, 1921.

176VOIR :
Jubilé de M. Marcellin Boule, L’Anthropologie, XLVII, 1937, p. 583-648 ; H. V. Vallois, « Marcellin Boule », L’Anthropologie, L, 1941-1946, p. 203-210 ; H. Delporte, E. Piette. Histoire de l’art primitif, Paris, 1987, p. 268 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire. Le paléolithique, Grenoble, 1994 ; N. Richard, « Marcellin Boule (1869-1942) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 263-273.

Bovier-Lapierre, Paul, R. P. (1873-1950)

177Prêtre et archéologue français. Il est l’un des rares Français à s’attacher à l’étude de la Préhistoire égyptienne. Après des études de théologie et de sciences naturelles à Lyon, il parachève son éducation à Londres et en Hollande. Devenu prêtre, il se rend en Égypte en 1905, et enseigne les sciences au Caire, sous l’autorité de Teilhard de Chardin. En 1906-1907, il séjourne à Beyrouth, puis travaille à l’Institut Pasteur de Paris à partir de 1908. Il retourne en Égypte en 1916, après un accident qui lui interdit le travail au microscope et se consacre à la Préhistoire égyptienne. En 1917, il est associé aux recherches sur le site prédynastique d’Éléphantine. Alors que les environs du Caire n’avaient connu aucune recherche nouvelle depuis les travaux de J. de Morgan en 1896, il fait d’importantes découvertes à Abbassiya pour les périodes chelléenne, acheuléenne et levalloisienne ; il relève plus de onze sites préhistoriques et prédynastiques. En 1942, il quitte l’Égypte pour le Liban où il rattache ses recherches sur le Paléolithique et le Mésolithique aux périodes prédynastiques.

Bibliographie sélective :

178« Une nouvelle station néolithique (el Omari), au nord d’Hélouan. (Égypte) », Comptes rendus du Congrès international de géographie, IV, Le Caire, 1925 ; L’Égypte préhistorique. Précis de l’histoire de l’Égypte, I, Le Caire, 1952.

179VOIR :
S. A. Huzzayin, The Place of Egypt in Prehistory, mémoires présentés à l’Institut d’Égypte 43, Le Caire, 1941 ; P. Montet, « L’Égypte préhistorique », dans A. Varagnac (dir.), L’Homme avant l’écriture, 2e éd., Paris, Armand Colin, 1968, p. 240-276 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 37 ; M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, Londres, 1991.

Boyd Hawes, Harriet (1871-1945)

180Archéologue américaine, célèbre pour ses campagnes de fouilles menées, de 1901 à 1904 avec deux autres femmes, Blanche E. Williams et Edith H. Hall, à Gournia en Crète, où elle découvre un important site de l’âge du Bronze. Elle appartient à la mission de l’Exploration Society de Philadelphie et à celle de l’Université de Pennsylvanie et partage la direction du chantier ouvert par l’American School of Classical Studies avec R. B. Seager. Elle est l’une des premières femmes à pratiquer l’archéologie de terrain et à partager la direction d’un chantier. Aux États-Unis, son mari est directeur associé au Museum of Fine Arts de Boston, et pour sa part elle est maître de conférences en art pré-chrétien à Wellesley College (1920-1936). Elle est infirmière de la Croix-Rouge en 1897 pendant la guerre gréco-turque, puis pendant la guerre entre les États-Unis et l’Espagne en 1898 ; en 1915-1916, elle assiste les Serbes à Corfou.

Bibliographie sélective :

181Excavations at Gournia, Crete, 1901-1903 ; « Memoirs of a Pionneer Excavator in Crete », Archaeology 18, 1905 ; Gournia, Vasiliki and other Prehistoric Sites on the Isthmus of Hierapetra, Crete, 1908 ; avec C. H. Hawes, Crete, the Forerunner of Greece, 1909.

182VOIR :
M. Allsebrook,
Born to Rebel. The Life of Harriet Boyd Hawes, Oxford, D. L. Bolger, « Ladies of the Expedition : Harriet Boyd Hawes and Edith Hall in Mediterranean Archaeology », dans C. Claassen éd., Women in Archaeology, Philadelphie, 1994, p. 41-50.

Braidwood, Robert John (1907-)

183Architecte et préhistorien américain. Ses travaux en Iraq restituent la dernière phase de la Préhistoire orientale. Après des études d’architecture à l’Université de Michigan, il se forme en histoire ancienne et en anthropologie. En 1930, il participe aux fouilles de Séleucie sur le Tigre (au sud de Bagdad), organisées par l’Université de Michigan. En 1933, il devient assistant à l’Oriental Institute de Chicago et, jusqu’en 1938, il participe à l’expédition « syro-hittite » d’Amouq, dirigée par J. H. Breasted, dans la plaine d’Antioche en Syrie. En 1935, il rend visite à V. Gordon Childe qui a sur lui une profonde influence, égale à celle qu’exerce H. Frankfort, dont il a suivi les cours à l’Université de Chicago ; il s’attache désormais à l’examen du problème des origines de la civilisation proche-orientale et à la question du passage de l’économie du Paléolithique fondée sur la chasse, la pêche et la cueillette, à une économie de production. En 1948, il choisit le nord de l’Iraq pour y mener l’exploration de toute une région qu’il juge propre à avoir permis une telle évolution : l’équipe est pluri-disciplinaire et, outre des préhistoriens, dont sa femme Linda, comprend des géologues, des botanistes et des zoologues. Sur le site de Qalaat Jarmo, près de Suleimaniyeh, il constate la première installation rurale en plein air appartenant à la fin du Néolithique ; par cette découverte, il va parachever la remontée dans le temps commencée par les travaux de P. É. Botta à Khorsabad et permettre d’atteindre la Préhistoire en établissant le lien entre Chalcolithique et Néolithique. Il entretient avec J. Perrot qui, à cette époque, fouille en Palestine, des relations épistolaires qui préfigurent leur rencontre à l’Oriental Institute de Chicago en 1958. Le coup d’État de juillet 1958 en Iraq met un terme à la mission de l’Oriental Institute de Chicago et R. J. Braidwood décide de se déplacer un peu au sud, au-delà de la frontière irakienne, en Iran ; il explore en 1959-1960, près de Kermanshah, le site de Sarab qui révèle un village semblable à celui de Qalaat Jarmo. Enfin, il prend la responsabilité du projet commun des Universités d’Istanbul et de Chicago sur la Préhistoire de la Turquie et dirige le chantier de Cayönü.

Bibliographie sélective :

184Mounds in the Plain of Antioch : an archaeological Survey, Oriental Institute Publication, 48, Chicago, 1937 ; Prehistoric Man, Chicago, 1946 ; avec L. S. Braidwood, « Jarmo : a village of early farmers in Iraq », Antiquity 24, 1950, p. 189-195 ; The Near East and the Foundation for Civilization, 1952; « Jericho and its setting in Near Eastern Prehistory », Antiquity 31, 1957 ; avec B. Howe et alii, Prehistoric Investigations in Iraqi Kurdistan, Studies in Ancient Oriental Civilization 31, Chicago, Oriental Institute, 1960 ; « The Iraq Jarmo Project », in G. R. Willey (éd.), Archaeological Researches in retrospect, Cambridge, 1974 ; avec H. Cambel, Prehistoric Research in Southeastern Anatolia I, Istanbul, 1980.

185VOIR :
Sa présentation de ses propres travaux dans G. Daniel et Ch. Chippindale, The Pastmasters. Eleven modern Pioneers of Archaeology, Londres, 1989, p. 89-99 ; P. J. Anderson, Préhistoire de l’agriculture. Nouvelles approches expérimentales et ethnographiques, Monographie du centre de recherche archéologique n° 6, Paris, CNRS Éditions, 1992 ; J. Perrot, Et ils sortirent du Paradis… Carnets d’un archéologue en Orient (1945-1995), Paris, De Fallois, 1997, p. 127-141 ; P. J. Watson, « Robert John Braidwood (b. 1907) », dans T.Murray éd., The Great Archaeologists, t. 2, Oxford, 1999, p. 495-505.

Braun, Emil (1809-1856)

186Archéologue allemand. Il dirige l’Institut de correspondance archéologique de Rome de 1840 à sa mort. À Göttingen, il est l’élève de K.O. Müller, à Munich il est celui d’E. Gerhard, puis de 1829 à 1832, il complète ses études à Leipzig et Dresde. Après ses premiers travaux au Musée de Berlin en 1833, il accompagne E. Gerhard à Rome pour entrer comme assistant à l’Institut de correspondance archéologique, qui se trouve alors sur le Capitole. Après avoir occupé les différents postes de l’Institut, il en devient le Premier secrétaire en 1840. Sa direction est exceptionnelle et il donne à l’Institut tout son éclat. Il entretient avec les savants de tous les pays européens d’excellents rapports. Il s’efforce de faire part égale à l’épigraphie et à l’archéologie et encourage Wilhelm Henzen (1846-1887) à se mettre à l’école du maître de Saint-Marin, B. Borghesi : il s’agit de jeter les bases d’un Corpus des inscriptions latines, dont l’Académie des inscriptions et belles-lettres a conçu le projet à Paris mais qui sera réalisé par les savants de Berlin. Il fait de l’Institut un véritable centre d’enseignement pour les philologues formés dans les universités allemandes en organisant des « séminaires archéologiques dans les musées de Rome. Il développe les publications, et l’achat des copies réalisées selon les méthodes les plus nouvelles de reproduction des œuvres d’art par moulage, galvanoplastie ou encore photographie ; il enrichit considérablement les archives photographiques récemment créées. Cependant, à sa mort en 1856, il laisse un Institut en crise, victime de l’activité multiforme de son Premier secrétaire. Sous sa direction, l’Institut de correspondance archéologique est rattaché au budget de l’État prussien et reçoit une direction centrale à Berlin ; la création en 1859 des Reisestipendien (bourses de voyage) achèvera de conférer à l’Institut de correspondance archéologique le caractère d’Oberuniversität qu’E. Braun avait commencé à lui donner.

Bibliographie sélective :

187La plupart de ses travaux sont publiés dans les organes de l’Institut de Rome ; Antike Marmorwerke, 1843, Vorschule der Kunstmythologie, 1854 ; Die Ruinen und Museen Roms, 1854.

188VOIR :
A. Michaelis,
Storia dell’Instituto archeologico germanico. 1829-1879, Rome, 1879 ; G. Rodenwaldt, Archäologisches Institut des Deutschen Reiches, 1829-1929, Berlin, 1929 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 31-32 ; A. Schnapp, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Bréal, Michel Jules Alfred (1832-1915)

189Linguiste français, spécialiste des langues indo-européennes, promoteur de l’École pratique des hautes études et de l’École française de Rome. Élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres, il devient ensuite professeur au lycée de Strasbourg, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris. Après avoir étudié le sanscrit avec Bopp et Weber à Berlin, il remplace E. Renan à la Bibliothèque nationale au service des manuscrits orientaux. Il soutient une thèse de mythologie comparée, Hercule et Cacus, en 1863. L’année suivante, il succède à B. Hase au Collège de France en chaire de grammaire comparée. En 1868, il prend une part très active à la fondation de l’École des hautes études où il enseigne la grammaire comparée jusqu’en 1878. En 1875, il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres et, de 1879 à 1888, il est inspecteur général de l’Instruction publique pour l’enseignement supérieur. Par son Essai de sémantique, il crée une science nouvelle : par l’étude du sens des mots et de leurs variations, il rattache la philologie à la psychologie du langage. Il joue un rôle important dans la création de l’École française de Rome, dont il encourage le directeur, A. Geffroy, à l’engager dans la voie de l’étruscologie.

Bibliographie sélective :

190« La composition des livres zend », Journal asiatique, 1862 ; trad. de F. Bopp, Grammaire comparée des langues indo-européennes, quatre vol., 1866-1872 ; Les Tables eugubines, 1875; «Trois inscriptions italiques », Revue archéologique, 1876; « Sur le déchiffrement de quelques inscriptions cypriotes », Revue archéologique, 1877 ; E. Renan et la philologie indo-européenne, 1893 ; Pour mieux connaître Homère, Paris, 1906.

191VOIR :
E. Chavannes, « Discours à l’occasion du décès de M. Michel Bréal », Recueil de l’Institut de France, 3 déc. 1915 ; S. Reinach, « Michel Bréal », Revue archéologique, 1916 ; G. Maspero, « Notice sur la vie et les travaux de M. Michel Bréal », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1916 ; I. Havelange, F. Huguet et B. Lebedeff, Les Inspecteurs généraux de l’Instruction publique. Dictionnaire biographique 1802-1914, Paris, 1986 ; J. Leclant, dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999.

Breasted, James Henry (1865-1935)

192Égyptologue et orientaliste américain, co-fondateur de l’Oriental Institute de Chicago. Il fait d’abord des études de pharmacie à l’Université de Chicago (1882-1886), puis se forme à l’orientalisme à Yale (1890-1892) et à l’égyptologie à Berlin, avec A. Erman (1894). En 1895, il devient assistant en égyptologie et directeur adjoint à l’Haskell Oriental Museum de l’Université de Chicago, puis son directeur de 1901 à 1935. En 1905, il est nommé professeur d’égyptologie et d’histoire orientale, dans la première chaire créée aux États-Unis. Entre 1900 et 1904, il collabore au grand dictionnaire de Berlin, et copie les inscriptions hiéroglyphiques conservées dans les grands musées européens pour les académies de Berlin, Leipzig, Munich et Göttingen. Entre 1899 et 1904, il recueille en Égypte de nombreuses inscriptions pour les publier en un vaste corpus. De 1905 à 1907, il dirige l’expédition égyptienne de l’Université de Chicago et publie, en 1905, History of Egypt, excellente histoire de l’Égypte pharaonique, qui connaît un succès retentissant. Il fonde en 1919, avec J. D. Rockfeller Jr., l’Oriental Institute de Chicago, qui deviendra l’institution américaine la plus importante pour les recherches archéologiques sur le Proche-Orient. Breasted conçoit le projet d’étudier les origines de la civilisation humaine et décide d’explorer le tell de Megiddo, où les travaux sur le terrain seront d’abord dirigés de 1925 à 1927 par C. S. Fisher, qui recourt à une stricte méthode stratigraphique et aux techniques les plus modernes, en particulier la photographie depuis un aérostat. Cette entreprise grandiose ouvre une nouvelle ère de l’archéologie en Palestine. Breasted parvient à convaincre la communauté universitaire américaine de la nécessité de faire de l’archéologie une discipline indispensable à l’étude de l’homme. Au Proche-Orient, c’est à lui que Gertrude Bell confie le soin de faire le relevé photographique des fresques découvertes en 1921 par l’armée britannique Salihiyé, en Syrie ; sur les instances de F. Cumont, il en fera la communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1922). En 1924, il ouvre, en Égypte, le chantier de Médinet-Habou et lance en 1926 la première exploration exhaustive de la vallée du Nil, d’un double point de vue, géologique et archéologique : J. H. Breasted partage la direction de cette entreprise avec G. Sandford et C. Arkell, tous trois se fixant pour but de déterminer les modalités du passage de la Préhistoire à l’histoire en Égypte. Breasted fut le fondateur de l’égyptologie aux États-Unis, et, avec G. A. Reisner, le meilleur égyptologue américain de son temps. Comme directeur de l’Oriental Institute de Chicago, qu’il engage résolument dans l’archéologie proche-orientale, il donne une impulsion décisive à l’archéologie américaine dans cette région du monde.

Bibliographie sélective :

193History of Egypt, 1905 ; Ancient Records of Egypt, cinq vol., 1906-1907 ; A History of Ancient Egyptians, 1908 ; The Monuments of Sudanese Nubia, 1908 ; Ancient Times. A History of the Early World, 1916 ; « The Oriental Institute of the University of Chicago », American Journal of Semitic Languages and Litterature XXXV 4, juill. 1919, p. 196-204 ; « Peintures d’époque romaine dans le désert de Syrie », Syria III, 1922, p. 177-206, avec une note additionnelle de F. Cumont, p. 206-212 ; « The place of the Near Orient in the Career of Man the Task of the American Orientalist », Journal of the American Oriental Society, 39, p. 159-184 ; The Oriental Institute of Chicago, 1933; The Dawn of Conscience, New York, 1933.

194VOIR :
Ch. Breasted,
To The Past, 1945 ; R. Lantier, Revue archéologique 8, 1936, p. 95; R. Dussaud, Syria 17,1936, p. 179-184 ; D. M. Robinson, American Journal of Archaeology, XL, 1936, p. 130 ; J. A. Wilson, Signs and Wonders upon Pharaoh, Chicago, 1964, p. 124-143 ; id., « James Henry Breasted. The Idea of an Oriental Institute », Essays in Honour of Nelson Glueck. Near Eastern Archaeology in the Twentieth Century, New York, 1970, p. 41-56 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Breuil, Henri, abbé (1877-1961)

195Préhistorien français. Maître de la préhistoire qui grâce à lui connaît la consécration de l’Académie et du Collège de France, il appartient à une génération de transition entre la science formée au xixe siècle et celle qui, après lui, évolue profondément. Fils d’un magistrat, il fait ses études au collège des maristes de Senlis, puis au Grand Séminaire d’Issy-les-Moulineaux, où il est initié à la préhistoire par l’abbé J. Guibert. Le préhistorien d’Ault-du-Mesnil, ami de la famille Breuil, fait découvrir au jeune homme les gisements préhistoriques de Saint-Acheul et d’Abbeville. Sa première fouille a lieu sous la direction du docteur Louis Capitan au Campigny. En 1897, il accomplit avec l’abbé J.-M. Bouyssonie un voyage à Brive et dans les Pyrénées, au cours duquel il visite les cavernes de la vallée de Planchetorte, les Eyzies, et rencontre Émile Rivière, François Daleau et Édouard Piette, dont il devient l’ami et le collaborateur pour les travaux qu’il dirige à Brassempouy et aux Eyzies. En 1901, il découvre, avec L. Capitan et D. Peyrony, les grottes des Combarelles et de Font-de-Gaume, et entreprend avec É. Cartailhac de faire officiellement reconnaître l’art pariétal d’Altamira : tous deux se rendent à Santillana del Mar en Espagne, en 1902. É. Cartailhac reconnaît son erreur à propos d’Altamira en publiant son « Mea culpa d’un sceptique » et collabore d’une part avec l’abbé Breuil, L. Capitan, F. Daleau et D. Peyrony et, d’autre part, avec les espagnols H. Alcalde del Rio et J. Cabré, à la publication d’un Corpus de l’art préhistorique, soutenu par le prince de Monaco : le premier volume est signé par Breuil, Capitan et Peyrony, et est consacré à La Caverne d’Altamira à Santillana près Santander (Monaco, 1906-1908). H. Breuil fait la connaissance d’Hugo Obermaier, qui dirige à Puente Viesgo les fouilles du gisement quaternaire alors le plus important d’Europe. De 1905 à 1910, l’abbé Breuil enseigne la préhistoire à l’Université de Fribourg en Suisse et, jusqu’en 1910, y est d’abord Privatdozent puis professeur extraordinaire de préhistoire et d’ethnographie. En 1910, le prince de Monaco prend la décision de créer à Paris l’Institut de paléontologie humaine et y appelle H. Breuil à la chaire d’éthnographie préhistorique qu’il occupera jusqu’en 1961. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, il est affecté au Service d’information navale de l’ambassade de France à Madrid, où il fait la connaissance de R. Lantier, membre de l’École des hautes études hispaniques, et se livre avec lui à des voyages d’exploration en Espagne. Il concourt à faire créer à Madrid, pour H. Obermaier, la chaire d’histoire primitive de l’homme. Au congrès de Genève de 1911, par sa classification où il établit l’Aurignacien, il renouvelle complètement la conception du Paléolithique supérieur. Soucieux de vérifier une éventuelle parenté entre l’art pariétal espagnol et celui de l’Afrique australe, il accomplit son premier voyage au Cap en 1929. Il y suscite la création d’un service archéologique. La même année, il obtient la création de la chaire de préhistoire au Collège de France et, avec lui, la préhistoire fait son entrée dans l’enseignement supérieur puisqu’il est professeur à l’Université de Bordeaux de 1935 à 1940. Il se rend en Chine, en 1930 et 1935, auprès du père Teilhard de Chardin, qui fouille le gisement de Chou-Kou-Thien, près de Pékin. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1938. En 1941, il est appelé à Lascaux, où l’on vient de découvrir la célèbre grotte, puis se rend en 1942 en Afrique du Sud où il résidera jusqu’en 1945. Il explore le Transvaal, l’État indépendant d’Oran et le Mozambique, et définit le cycle pariétal africain. Il publie, avec R. Lantier, Les Hommes de la pierre ancienne (1951), et réunit le bilan de ses recherches dans Quatre Cents Siècles d’art pariétal. Les cavernes ornées de l’âge du renne. Avec l’abbé Breuil, la préhistoire – reconnue depuis l’Exposition universelle de 1867 et l’inauguration du Musée des Antiquités nationales mais absente des grandes institutions officielles – fait son entrée à l’Université, au Collège de France, au CNRS et à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Bibliographie sélective :

196Hommage à M. l’abbé Breuil pour son quatre-vingtième anniversaire. Sa vie, son œuvre, bibliographie de ses travaux, Leyde, 1957 ; Avec É. Cartailhac, La Caverne d’Altamira à Santillane, près Santander (Espagne), 1906 ; avec L. Capitan et D. Peyrony, La Caverne de Font-de-Gaume aux Eyzies (Dordogne), 1910 ; avec H. Alcalde del Rio et le R. P. L. Sierra, Les Cavernes de la région cantabrique (Espagne), 1911 ; Les Subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification, 1912 ; avec L. Capitan et D. Peyrony, Les Combarelles aux Eyzies (Dordogne), Paris, 1924 ; La Préhistoire, leçon inaugurale au Collège de France, Paris, 1929 ; « L’Afrique préhistorique », Les Cahiers de l’art, 1930; « Études de stratigraphie paléolithique dans le nord de la France, la Belgique et l’Angleterre », L’Anthropologie, 1931-1934 ; Les Peintures rupestres schématiques de la péninsule Ibérique, quatre vol., 1933-1935 ; Bone and Antler Industry of the Choukoutien Sinanthropus site, 1939 ; « Une Altamira française : la caverne de Lascaux à Montignac (Dordogne) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1941 ; avec G. Zbyszewski, Contribution à l’étude des industries paléolithiques du Portugal et de leurs rapports avec la géologie du Quaternaire, deux vol., 1942-1945 ; avec J. Janmart, Les Limons et les graviers de l’Angola du Nord-Est et leur contenu archéologique, 1950 ; avec R. Lantier, Les Hommes de la pierre ancienne (Paléolithique et Mésolithique), 1951 ; Quatre Cents Siècles d’art pariétal : les cavernes ornées de l’âge du renne, Montignac, 1952, rééd. 1974 ; avec M.E. Boyle et E.R. Scherz, The White Lady of the Brandberg, 1955.

197VOIR :
Son autobiographie manuscrite aux archives du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye ; Miscelanea en homenaje al Abate Henri Breuil (1877-1961), deux vol., Barcelone, 1964-1965; P. Chantraine, « Éloge funèbre de M. Henri Breuil », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1961 ; R. Lantier, « L’œuvre de l’abbé Henri Breuil (1877-1961) », Revue archéologique, janvier-mars 1962 ; È. et J. Gran-Aymerich, « Henri Breuil », Archéologia 212, avril 1986, p. 69-73 ; H. Delporte, « Hommage à l’occasion d’une exposition : l’abbé Henri Breuil (1877-1961) », Antiquités nationales, 16-17, 1987 ; C. Charle et É. Telkès, Les Professeurs du Collège de France. Dictionnaire biographique (1901-1939), Paris, 1988 ; E. Ripoll Perelló, El Abate Henri Breuil, Madrid, 1994 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant, dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999 ; C. Cohen, « Abbé H. Breuil (1877-1961) », dans T. Murray éd., The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, 1999, p. 301-312.

Brizio, Edoardo (1846-1907)

198Archéologue italien, dont l’activité se concentre à Bologne et qui joue un rôle décisif dans l’évolution de l’archéologie italienne. Né à Turin dans une famille de commerçants, il déçoit l’espoir paternel de le voir reprendre l’entreprise familiale en s’engageant dans des études classiques qu’il poursuit à la Faculté des lettres de l’Université de Turin. Il suit les cours de G. Ariodante Fabretti, titulaire de la chaire d’archéologie, qui vient de terminer son Corpus Inscriptionum Italicarum, travail qui constitue une innovation absolue en Italie et inspire à E. Brizio sa vocation d’archéologue. Il s’inscrit au concours d’entrée à la Scuola Archeologica Italiana dont G. Fiorelli a obtenu la création en 1866 : unique élève de cette école qui n’a pas de maître, il participe avec F. Barnabei aux fouilles de Pompéi, où G. Fiorelli avait introduit un plan de dégagement systématique et des méthodes rigoureuses. Il fait alors l’apprentissage de la fouille scientifique avec relevé exact du lieu de trouvaille des objets, selon le principe topographique qui transforme radicalement le travail de terrain. Il publie alors de nombreux articles sur les fouilles qu’il mène à Pompéi, dans le Giornale degli Scavi di Pompei. Pendant ce temps, à Bologne, on a inauguré le Museo Civico Archeologico, et A. Fabretti a recommandé E. Brizio pour la rédaction du catalogue : il réalise à cette occasion sa première étude sur les vestiges archéologiques de Bologne, en particulier ceux de la Certosa découverts par A. Zannoni. Constatant l’analogie et la continuité entre certains éléments de Villanova, Marzabotto et la Certosa, en accord avec G. Gozzadini, il rattache la culture villanovienne aux Étrusques, auxquels il attribue une origine septentrionale : il émet des conclusions qui manifestent une connaissance insuffisante de l’archéologie italique et qu’il modifiera radicalement par la suite. En 1872, il devient secrétaire de la Surintendance pour les fouilles et la conservation des monuments de la province de Rome et dirige des chantiers importants, en particulier celui du Forum romain. Il s’occupe aussi des découvertes qui interviennent à Tarquinia et à Cerveteri. En 1875, lorsqu’est créée la direction générale des Fouilles et Antiquités dont la responsabilité est confiée à G. Fiorelli, celui-ci appelle E. Brizio comme inspecteur des Musées et des fouilles. Pendant ces années romaines, Brizio fréquente l’Institut de Correspondance archéologique qui, en 1874, devient Institut archéologique allemand et il entretient des relations personnelles avec H. Brunn, professeur d’archéologie à Munich, qui avait publié les premières synthèses sur la statuaire grecque. Devenu membre correspondant de l’Institut, E. Brizio acquiert au contact des archéologues allemands de nouvelles méthodes pour l’étude des monuments figurés ; il complète sa formation en Grèce où une mission du ministère de l’Instruction lui permet un long séjour. Ces acquis seront répercutés dans l’enseignement qu’il est appelé à dispenser à l’Université de Bologne en 1876, où il est le premier en Italie à enseigner l’histoire de l’art classique selon les principes scientifiques établis par l’école allemande ; par son enseignement, presque exclusivement consacré à l’histoire de l’art grec, il entend transformer l’archéologie italienne en lui donnant un caractère scientifique et, à Bologne, il constitue, au sein du Musée de l’Université qu’il dirige, une collection de plâtres pour que les étudiants se familiarisent avec les œuvres. S’il accorde à l’histoire de l’art une grande place dans son enseignement, sa première leçon est intitulée « Gli Umbri nella regione circumpadana » ; et, en effet, l’« archéologie italique » constitue, en ces débuts de l’Italie unifiée, un enjeu culturel et politique primordial : il s’agit de mettre en évidence les origines nationales. Il aborde d’emblée les problèmes soulevés par les découvertes de Villanova, la Certosa et Marzabotto, et il affirme la nécessité d’identifier les peuples ayant occupé ces sites, par référence aux sources historiques. Selon lui, la culture de Villanova est le fait des Ombriens, qui ont succédé aux Ligures et ont été suivis par les Étrusques. Il est le premier à tenter, en associant vestiges archéologiques et sources écrites, de replacer dans un cadre historique les découvertes « préhistoriques » de Bologne, convaincu que la palethnologie ne devait pas rester une science strictement naturaliste, mais devait se concevoir en relation avec les disciplines historiques. La question de l’origine des Étrusques l’oppose à W. Helbig : celui-ci soutient que les habitants de Villanova étaient étrusques et que, selon une thèse invasionniste, ce peuple, venu du Nord, aurait occupé la plaine du Pô puis l’Étrurie tyrrhénienne. Quant à Brizio, il prétend démontrer scientifiquement que les Étrusques étaient d’origine orientale. En 1881, la nomination de G. Gozzadini comme commissaire des fouilles et directeur général des musées le place dans une situation de dépendance, puisque son aîné devient directeur du Museo Civico, alors que Brizio doit se contenter de la responsabilité des collections d’antiquités ; il prendra la direction du musée à la mort du comte Gozzadini en 1887. L’opposition Gozzadini-Brizio est un conflit de générations entre un antiquaire héritier du xviiie siècle et un archéologue formé aux méthodes scientifiques et soucieux de restituer la succession des cultures de la Préhistoire à l’histoire. Il mène une intense activité de terrain, à Bologne et sur son territoire, puis en Émilie et dans les Marches, en suivant un plan scientifique concerté et en publiant scrupuleusement toutes les découvertes : à Bologne, ses travaux sur la nécropole Benacci-Caprara enrichissent la documentation sur les périodes villanovienne et étrusque ; à Marzabotto, il reconnaît le plan de la ville et ses principaux éléments. E. Brizio appartient à cette génération d’archéologues des premières années de l’Italie unifiée qui tente d’élucider les origines de la jeune nation ; il est le premier à faire l’effort de relier la Préhistoire à l’histoire. De sa chaire à l’Université de Bologne, il forme plusieurs générations d’archéologues qui poursuivront son œuvre et, en particulier, G. Ghirardini et P. Ducati, qui lui succéderont à l’Université et au Museo Civico.

Bibliographie sélective :

199Cataloghi. Colezzione Palagi. Monumenti Etruschi, Greci e Romani, Museo Civico di Bologna, Bologne, 1871 ; « Scavi della Certosa presso Bologna », Bulletin de l’Institut de Correspondance archéologique, 1872, p. 12-26, 76-92, 108-117, 177-185, 202-221 ; « Scavi nel Foro Romano », Bulletin de l’Institut de Correspondance archéologique, 1872, p. 225-235,252-264; Sulle Scoperte archeologiche della città e della provincia di Roma anni 1871-1872. Relazione presentata a S. E. il Ministro dell’Instruzione dalla R. Soprintendenza degli scavi della provincia di Roma, Rome, 1873 ; « Tombe dipinte di Corneto » et « Pitture etrusche di Cerveteri », Bulletin de l’Institut de Correspondance archéologique, 1874, p. 99-105 et p. 128-136 ; « La provenienza degli Etruschi », Atti e Memorie della Diputazione di Storia Patria per le province di Romagna, série III, 1885, p. 119-234 ; « Epoca preistorica », Storia politica d’Italia, Milan, 1898.

200VOIR :
A. Grenier, « Edoardo Brizio », Revue archéologique, IX, 1907 ; G. Ghirardini, « Commemorazione di Edoardo Brizio », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le province di Romagna, série III, XXVII, 1909, p. 375-416 ; P. Ducati, « Ricordi archeologici bolognesi. Giovanni Gozzadini-Antonio Zannoni-Edoardo Brizio », Il Commune di Bologna, XIV, août 1923 ; L. Laurenzi, « l centenario di Edoardo Brizio », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le province di Romagna, VIII, 1956-1957, p. 17-27 ; G. Sassatelli, « Edoardo Brizio e la prima sistemazione storica dell’archeologia bolognese », dans C. Morigi-Govi et G. Sassatelli éd., Della Stanza delle Antichtà al Museo Civico. Storia della formazione del Museo Civico Archeologico di Bologna, Bologne, 1984 ; M. Desiterre, Paletnologi e studi preistorici nell’Emilia Romagna dell’Ottocento, Reggio Emilia, 1988.

Brongniart, Alexandre (1770-1847)

201Ingénieur français, initiateur des analyses physico-chimiques des céramiques. Il fait des études de médecine et de chimie, au terme desquelles il devient à 17 ans professeur à la Société gymnastique. Il appartient à la Société philomatique dès sa fondation en 1788. La même année, il est nommé ingénieur des mines par la Convention puis, en 1797, professeur d’histoire naturelle à l’École centrale, sise au Collège des Quatre-Nations. En 1800, il crée la Manufacture et le Musée céramique de Sèvres et en assure la direction jusqu’en 1847. À sa mort, la Manufacture possède l’une des plus vastes collections de céramiques au monde. Il est élu membre de l’Académie des sciences en 1815, puis est nommé, en 1818, ingénieur en chef des mines et enseigne la minéralogie au Muséum. Pour rédiger son Traité des arts céramiques…, il effectue de nombreux voyages dans toute l’Europe, et rassemble une importante masse de documents et d’échantillons pour la création du musée de Sèvres ; entre 1830 et 1844, il entretient une immense correspondance dans la même perspective. Son projet consiste à retracer l’histoire entière de la céramique depuis son origine et dans toutes les régions du monde ; d’une part, il est le premier à entreprendre des recherches sur la composition et la fabrication des céramiques et à les classer selon leurs caractères chimiques, suivant les principes établis par Cuvier et Linné pour les sciences naturelles et proposant des moyens de déterminer l’origine de l’argile et de dater les objets. D’autre part, il conçoit les céramiques antiques comme des modèles pour l’industrie et l’artisanat moderne.

Bibliographie sélective :

202Traité des arts céramiques et des poteries, considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, 1844.

203VOIR :
O. d’Halloy, Notice biographique sur A. Brongniart, 1860 ; M. Massoul, Musée national de Sèvres, Corpus Vasorum Antiquorum, France 13, Paris, 1935 ; T. Préaud et alii, The Sèvres Porcelain Manufactory. Alexandre Brongniart and the Triumph of Art and Industry, 1800-1847, New York, 1997.

Brönsted, Peter Oluf (1780-1842)

204Philologue et archéologue danois, le premier à effectuer le voyage en Grèce. Après avoir étudié la théologie, il se tourne vers la philologie. Bien introduit dans l’Europe entière pour avoir séjourné à Paris et à Rome, il voyage en Grèce de 1810 à 1813, en compagnie des architectes R. C. Cockerell, J. Foster, tous deux anglais, de l’allemand K. Haller von Hallerstein, de son compatriote le linguiste G. Koes et des artistes O. Magnus von Stackelberg et J. Linckh. Réunis dans l’association internationale qu’ils fondent, le Xénéion, ils exécutent ensemble les fouilles des temples d’Égine et de Bassae. Lui-même conduit avec J. Linckh des travaux à Keos en 1811 ; ils y mènent des recherches topographiques et font exécuter des sondages dans le sanctuaire d’Apollon à Karthaia : il est à cette occasion le premier Danois à réaliser des fouilles en Grèce. De retour au Danemark en 1813, il occupe la chaire de philologie à l’Université de Copenhague, écrit le récit de ses voyages et recherches, qu’il expose également en une série de cours qui suscitent de nombreux émules : ainsi, les architectes J. H. Koch (1787-1860), Ch. Hansen (1803-1883), Th. Hansen (1813-1891) et M. G. Bindesöll (18001856), ou l’épigraphiste J. L. Ussing, qui lui succédera dans sa chaire de philologie et d’archéologie à Copenhague en 1842 et, devenu membre du comité directeur de la Carlsberg Foundation, sera à l’origine de la première grande mission danoise en Méditerranée, celle de Lindos à Rhodes. En 1818, en route pour Rome où il doit représenter la cour royale de Danemark, Brönsted s’arrête à Weimar et y rencontre Goethe. En 1823, il se rend à Paris et Londres. À l’Université de Copenhague, sa chaire associe l’archéologie à la philologie et, à partir de 1832, il dirige le Cabinet royal des médailles de Copenhague. Par son séjour en Grèce et ses travaux à Keos, P. O. Brönsted donne une importante impulsion au développement de l’archéologie dans son pays.

Bibliographie sélective :

205Reisen und Untersuchungen in Griechenland, nebst Darstellung und Erklärung vieler neuentdeckten Denkmäler Griechischen Styls I, Stuttgart et Paris, 1826 ; Voyages dans la Grèce accompagnés de recherches archéologiques…, Paris, 1826 et 1830 ; A Brief Description of 32 ancient greek painted vases found near Vulci, Londres, 1832 ; De cista aenea Praeneste reperta, Copenhague, 1834 ; The Bronze of Syris, Londres, 1836 ; Reise i Graekenland i Aarene 1810-1813, 1-2, Copenhague, 1844 ; The Temple of Jupiter Panhellenius at Aegina and of Apollo Epicurius at Bassae, Londres, 1860.

206VOIR :
E. Dyggve, « Recherches et explorations archéologiques danoises dans péninsule des Balkans, dans le Proche-Orient », Le Nord VI, 1943, 133-164; id., « Oriental and classical Archaeology », The Humanities and the Sciences in Denmark during the Second World War, Copenhague, 1948, p. 55-63 ; C. P. Bracken, Antiquities acquired, The Spoliation of Greece, Londres, 1975 ; G. Roux, Karl Haller von Hallerstein, le temple de Bassae, Krarup, « Due archeologhi danesi : Georg Zoëga e Peter Oluf Brönsted », Mélanges d’histoire ancienne et d’archéologie offerts à Paul Collart, Lausanne, 1976, p. 277-284 ; Der Archäologe. Graphische Bildnisse aus dem Porträtarchiv Diepenbroick, Münster, 1983 ; I. Haugsted, « L’École architecturale de Copenhague », Athènes, ville capitale, Athènes, 1985, p. 74 et sq. ; A. Rathje et Lund, « Danes overseas. A short History of Danish Classical Archaeological Fieldwork », Recent Danish Research in Classical Archaeology. Tradition and Renewal, Acta Hyperborea, Copenhague, 1991, p. 11-56.

Brugsch, Pacha Émile (1842-1930)

207Égyptologue allemand. Frère cadet d’Heinrich, il accompagne celui-ci en 1870 pour l’assister dans l’organisation de son éphémère école d’égyptologie au Caire. D’abord assistant d’A. Mariette, il devient ensuite conservateur adjoint au musée du Boulaq puis du Caire sous la direction de G. Maspero de 1881 à 1914. Excellent dessinateur et lithographe, ainsi que photographe, il réalise la plupart des planches pour le Catalogue général du Musée du Caire. En l’absence de G. Maspero, il fut le premier Européen à pénétrer dans la tombe des momies royales à Deir el-Bahari, en 1881. Il se retire et meurt à Nice.

Bibliographie sélective :

208Avec U. Bouriant, Le Livre des rois, contenant la liste chronologique des rois, reines, princes, princesses et personnages importants de l’Égypte depuis Ménès jusqu’à Nectanebo II, 1887.

209VOIR :
H. Brugsch, Mein Leben und mein Wandern, 1893, p. 225, 331 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Brugsch, Heinrich Ferdinand Karl, pacha (1827-1894)

210Égyptologue, il est de ces nombreux Allemands qui entretinrent des liens très privilégiés avec la France. Né à Berlin, il montre un intérêt précoce pour l’égyptologie, qu’il découvre en visitant les collections conservées au château de Monbijou, lesquelles étaient placées sous la responsabilité de G. Passalacqua, qui les avait réunies en Égypte et vendues à Frédéric-Guillaume IV. Quelques mois avant la Révolution de 1848, grâce à l’appui de Passalacqua et à une bourse que lui fait obtenir A. von Humboldt, il publie en latin la première grammaire de démotique, alors qu’il est contraint d’exercer différents métiers pour assumer les frais de ses études. Toujours soutenu par A. von Humboldt, il poursuit ses études à Paris, où il rencontre les égyptologues français ; il visite la Hollande et les musées européens, et est envoyé en Égypte par le gouvernement prussien en 1853. Il se lie d’amitié avec A. Mariette, travaille avec lui à Saqqarah, et lui apporte son aide pour l’étude des inscriptions du Sérapeum (1853-1857). En 1860, il est envoyé en Perse pour une mission diplomatique, puis devient consul au Caire en 1864. Il obtient la chaire d’égyptologie créée à Göttingen en 1868. En 1870, de retour en Égypte, il est fait bey puis pacha, et dirige, jusqu’à sa fermeture en 1879, l’École d’égyptologie du Caire, fondée par le khédive. Ses contributions à l’égyptologie furent énormes, et sa connaissance de la philologie égyptienne était sans égale : il est le premier à souligner le caractère sémitique de la langue égyptienne. H. Brugsch est l’un des plus grands égyptologues de son temps.

Bibliographie sélective :

211Grammaire démotique, Paris, 1855 ; Histoire d’Égypte, 1859 ; Recueil de monuments égyptiens, 1862-1885 ; Dictionnaire hiéroglyphique et démotique, sept vol., 1867-1882 ; Thesaurus Inscriptionum Aegyptiacarum-Alteraegyptische Inschriften, 1883-1891 ; Hieroglyphische Grammatik, 1872 ; Dictionnaire géographique de l’ancienne Égypte, Leipzig, 1879-1880 ; Religion und Mythologie der alten Aegypter nach der Denkmälern, 1891.

212VOIR :
Son autobiographie, Mein Leben und meine Wandern, 1893 ; G. Maspero, « H. Brugsch », Actes du xe congrès international des orientalistes, Genève 1894, Leyde, 1897, p. 93-102. ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; J. Rehork, Plünderer. Archäologie und Macht, Berlin, 1994, p. 49 et sq.

Brunn, Heinrich von (1822-1894)

213Archéologue allemand, spécialiste de la statuaire dont il fonde les principes de l’étude. À Bonn, il est l’élève de F. G. Welcker et F. W. Ritschl pour l’archéologie classique et la philologie. En 1843, il se rend en Italie et, jusqu’en 1853, il est collaborateur scientifique de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, dont il sera le second secrétaire de 1856 à 1865. Pendant son séjour romain, il s’applique à la publication d’ensemble d’objets, par exemple, les urnes funéraires éstrusques ; à Rome, il se révèle aussi un remarquable organisateur et il donne à l’Institut une nouvelle orientation, obtenant la création de bourses (Reisestipendium) pour permettre le séjour à Rome ou à Athènes de jeunes gens destinés à devenir professeurs d’archéologie en Allemagne. À partir de 1865, il occupe la chaire d’archéologie classique récemment créée à Munich où il accomplit une œuvre considérable, non seulement par son enseignement, mais aussi en constituant une riche bibliothèque et une collection de plâtres et en publiant le catalogue de la collection de sculptures de Louis Ier ; il éleva la chaire de Munich au rang des meilleures universités allemandes. Il est conservateur du Cabinet des médailles et des collections de vases et, en 1888, dirige la Glyptothèque. Il fonde une nouvelle archéologie, moins dépendante de la philologie et plus orientée vers l’histoire de l’art. Jamais il ne se rendra en Grèce et il n’étudia les œuvres qu’à partir de leurs reproductions. Dans son ouvrage fondamental, la Geschichte der griechischen Künstler (1853-1859), il est le premier à proposer une chronologie de l’art grec en reconstituant l’évolution stylistique des œuvres.

Bibliographie sélective :

214Beschreibung der Glyptothek zu München, 1868 ; I Rilievi delle urne etrusche, Rome, 1870 ; Griechische Kunstgeschichte, Munich, 1893-1897.

215VOIR :
A. Michaelis,
Storia dell’ Instituto archeologico-germanico, 1829-1879, Rome, 1879 ; A. Flasch, Heinrich von Brunn. Gedächtnisrede, Munich, 1902 ; G. von Lücken, Neue Deutsche Biographie, Berlin, 1955, p. 446 et sq. ; W. Schiering, « Zur Geschichte der Archäologie », dans U. Hausmann, Allgemeine Grundlagen der Archäologie, Mayence, 1969 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts, t. 2, Mayence, 1979 ; Der Archäologe. Graphische Bildnisse aus dem Porträtarchiv Diepenbroick, Münster, 1983 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Porträts und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988 ;

216A. Schnapp, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993 ; H. Sichtermann, Kulturgeschichte der klassischen Archölogie, Munich, Verlag C. H. Beck, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Brunton, Guy (1878-1948)

217Égyptologue britannique. Il fait un séjour de quelques années en Afrique du Sud où il épouse l’artiste peintre Winifred Newbery qui deviendra sa collaboratrice en Égypte et réalisera l’illustration de ses publications scientifiques. De retour à Londres en 1911, il suit les cours de Flinders Petrie et de Margaret Murray, la première femme égyptologue professionnelle. De 1912 à 1914, il fouille avec Flinders Petrie à Lahun et découvre le fameux trésor de la XIIe dynastie. Après la guerre et une nouvelle campagne à Lahun en 1919-1921, il travaille avec Gertrude Caton Thompson à Qau et Badari. La nécropole de Badari, explorée entre 1922 et 1925, révèle une céramique inconnue jusqu’alors et fait du Badarien une nouvelle période prédynastique ; Brunton découvrira une phase encore plus ancienne sur le site de Der Tasa. G. Caton-Thomson et G. Brunton font faire des progrès considérables à la Préhistoire égyptienne et lui appliquent des méthodes d’une remarquable rigueur scientifique. À partir de 1931, Brunton, devenu conservateur adjoint au Musée du Caire, se consacre à l’aménagement des salles.

Bibliographie sélective :

218Lahun I. The Treasure, 1920 ; avec M. Flinders Petrie et A. H. Gardiner, Qua and Badari, trois vol., 1927-1930 ; avec G. Caton-Thompson, The Badarian Civilisation and Predynastic remains near Badari, 1928 ; avec G.M. Morant, Mostagedda and the Thasian Culture, 1937.

219VOIR :
S. A. Huzzayin,
The Place of Egypt in Prehistory, présentés à l’Institut d’Égypte, 43, Le Caire, 1941 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; M. A. Hoffman, Egypt before the Pharaohs. The Prehistoric Foundations of Egyptian Civilization, Londres, 1991.

Bruyère, Bernard (1879-1971)

220Archéologue français. Membre de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire. De 1922 à 1952, il explore et analyse le site exceptionnel de Deir el-Médineh, sur la rive ouest du Nil, face à Louksor ; s’agit du village des artisans et des ouvriers qui, pendant le Nouvel Empire, ont creusé et décoré les tombes de la Vallée des Rois. Les documents recueillis dans les maisons et les tombes donnent une image de la vie quotidienne et des croyances religieuses des gens ordinaires au xiie siècle avant notre ère. Les milliers de documents d’archives étudiés par l’épigraphiste tchèque J. Černy et les français G. Posener et J. Vandier ont révélé en particulier l’organisation du travail des ouvriers et leurs modes de rétribution.

Bibliographie sélective :

221« Aperçu des travaux », Revue d’égyptologie, 1946, p. 11-24 ; rapports de fouilles complets dans Bulletin de l’Institut français du Caire, vol. I à XXVI, 1924-1953.

222VOIR :
C. Desroches-Noblecourt, La Grande Nubiade ou le parcours d’une égyptologue, Paris, 1992 ; G. Andreu, catalogue Égyptologie, le rêve et la science, Paris, Fondation Électricité de France, 1998 ; Erik Hornung, La Grande Histoire de l’égyptologie, Paris, Éditions du Rocher, 1998.

Buckland, William (1784-1856)

223Géologue britannique. Il est le premier professeur de géologie à Oxford où il a fait ses études de théologie. Il mène de nombreuses recherches de terrain, parcourant les Îles Britanniques et l’Europe. En 1813, il devient membre de la Geological Society of London, qu’il présidera en 1824-1825, puis en 1840-1841. Nommé doyen de faculté à Westminster en 1845, il est le plus représentatif des défenseurs du catastrophisme de Cuvier et, en lui, se manifeste la contradiction entre les conclusions auxquelles la science le conduit et le dogme religieux qui l’entraîne à altérer ces conclusions : en effet, en 1822, alors que, dans sa tentative de fonder une histoire géologique pour son fameux ouvrage Reliquae Diluvianae, il explore systématiquement les grottes de Grande-Bretagne, il découvre au pays de Galles, dans la Goat’s Hole Cave de Paviland, le squelette d’un jeune homme, qu’il interprète comme celui d’une jeune femme, désormais connue comme la « Red Lady of Paviland » ; les vestiges osseux humains associés à ceux d’animaux éteints, éléphant, rhinocéros, ours et hyène. Le corps est recouvert d’une couche d’ocre rouge et Buckland relève très exactement des objets de parure : tous ces éléments le conduisent à attribuer aux restes humains la même très haute antiquité qu’aux ossements animaux ; cependant, l’obligation de concilier ses conclusions avec la chronologie biblique le conduit à dater la sépulture de l’époque romaine, et à se mettre ainsi en évidente contradiction avec les déductions que lui a inspirées la géologie. Lorsque, quelques années plus tard, le révérend J. Mac Ennery, qui fouille entre 1825 et 1841, date de sa mort, la grotte de Kent, près de Torquay, consulte Buckland sur ses découvertes d’outils de silex associés à des ossements d’animaux éteints, celui-ci écarte la conclusion de la contemporanéité de ces éléments et refuse d’envisager la très haute antiquité de l’homme au-delà de 4004 av. J.-C. Par respect pour l’autorité de Buckland, Mac Ennery renoncera à publier ses recherches qui ne seront divulguées qu’en 1869 par les soins du géologue W. Pengelly.

Bibliographie sélective :

224Reliquae Diluvianae ; or Observations on the Organic Remains contained in Caves, Fissures and Diluvial Gravel and on other Geological Phenomena attesting the Action ofan Universal Deluge, Londres, 1823 ; Geology and Mineralogy considered in relation to Natural Theology, 1836.

225VOIR :
Mrs Gordon,
Life of William Buckland, 1894 ; A. Geikie, The Founders of Geology, Londres, 1905, 2e éd. ; H. B. Woodward, History of the Geological Society of London, Londres, 1907 ; Dictionary of scientific Biography, 1970, II, p. 566-572 ; G. Daniel, A Hundred and fifty Years of Archaeology, Londres, 1975 ; D.K. Grayson, The Establishment of Human Antiquity, New York, Academic Press, 1983 ; A. Schnapp, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993 ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994.

Budge, sir Ernest Alfred Thompson Wallis (1857-1934)

226Égyptologue et orientaliste britannique. Conservateur du département des Antiquités égyptiennes et assyriennes du British Museum de 1893 à 1924, il enrichit considérablement ses collections. Il s’intéresse très tôt à l’égyptologie en visitant les salles du British Museum. S. Birch lui enseigne la langue égyptienne et l’autorise à fréquenter la bibliothèque du Musée. Tout d’abord assistant de S. Birch, il apprend à évaluer les objets autant qu’à les replacer dans l’histoire égyptienne ; il considère les antiquités d’un double point de vue, archéologique et commercial, et est persuadé qu’il est plus rentable pour un musée d’acquérir les objets par achats plutôt que par les fouilles. Devenu conservateur, il accomplit de nombreux voyages en Égypte et en Mésopotamie, s’introduit dans le milieu des marchands d’antiquités et acquiert de très nombreux objets pour le département égyptien et assyrien du Musée. Il fouille en Égypte, à Assouan, à Gebel Barkal, sur l’île de Méroé, et d’autres sites de Nubie et du Soudan, ainsi qu’à Ninive et à Der en Iraq. En 1887, en route pour la Mésopotamie, il s’arrête en Égypte, et réussit à récupérer les tablettes de Tell el-Amarna. Son abondante production scientifique touche tous les champs de l’égyptologie qu’il concourt à rendre accessible au plus grand nombre.

Bibliographie sélective :

227Coptic History of Isaac of Tiphre, Dwellers on the Nile, 1885 ; Account of Excavations at Aswân, 1888 ; The Nile. Notes for Travellers, 1890 (multiples rééds.) ; avec C. Bezold, Tell el-Amarna Tablets in the British Museum ; The Mummy, 1894 (plusieurs rééds.) ; Tutänkhamen, 1923 ; The Rise and Progress of Assyriology, Londres, 1925.

228VOIR :
Son autobiographie,
By Nile and Tigris : a narrative of journeys to Egypt and Mesopotamia on behalf of the British Museum between the years 1886 and 1913, deux vol., Londres, 1920 ; W.R. Dawson et E.P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; S. Lloyd, Foundations in the Dust, Londres, 1980 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991.

Bulliot, Jacques-Gabriel (1817-1902)

229Négociant et archéologue français ; son nom est lié au mont Beuvray qu’il identifie à Bibracte et où il ouvre les premières fouilles organisées. Négociant en vins à Autun, il a reçu une éducation classique et consacre une grande partie de son temps à l’histoire de sa région et une part importante de sa fortune à l’archéologie. Il assure, de 1861 à 1902, la présidence de la Société éduenne des lettres, sciences et arts, qui a été fondée en 1836 à Autun. C’est alors l’âge d’or de la Société qui verra l’achat de l’hôtel Rolin en 1878, la création du musée et l’ouverture des fouilles sur le mont Beuvray. En 1851, à l’occasion du congrès de la Société française d’archéologie qui se réunit à Nevers, J.-G. Bulliot présente une courte communication, fruit de ses premières explorations sur la montagne du Beuvray, où il a retrouvé les ruines de l’ancienne chapelle de Saint-Martin, et, à proximité, les vestiges d’un « petit camp romain ». Par la suite, deux membres de la Société éduenne, chargés d’exécuter le relevé des ruines décelées par J.-G. Bulliot, sont guidés sur le site par un villageois qui leur révèle l’enceinte fortifiée. Dès ce moment, J.-G. Bulliot comprend que ces vestiges correspondent à une cité qu’il ne tardera pas à identifier avec Bibracte, capitale des Éduens. Il reprend les Commentaires de César et les textes d’érudits et de chroniqueurs, qui, dès le xve, avaient Bibracte sur le mont Beuvray bientôt sa conviction est faite ruines de Bibracte sont enfouies sous les forêts du mont Beuvray et il l’affirme dans son Essai sur le système défensif des Romains dans le pays éduen, publié en 1856. Cette révélation laisse sceptiques jusqu’aux membres de la Société éduenne et ne suscite d’intérêt que lorsque Napoléon III, pour son Histoire de Jules César, s’avise de faire reconnaître les lieux de l’épopée césarienne, dont Bibracte ; J.-G. Bulliot reçoit la visite du colonel Stoffel, chargé par Napoléon III de repérages sur le terrain, qui confie à X. Garenne le soin d’ouvrir des sondages qui partout révèlent des murs. Napoléon III décide alors de mener des recherches plus sérieuses et en remet la responsabilité à J.-G. Bulliot qu’il reçoit en audience aux Tuileries et à qui il assure une somme de 4 000 francs annuels pendant trois ans, prise sur la cassette impériale. En 1867, J.-G. Bulliot ouvre les travaux d’exploration de Bibracte et les poursuivra jusqu’en 1895, avec l’aide de son neveu, Joseph Déchelette, qui prend la relève jusqu’en 1907. C’est donc à J.-G. Bulliot que l’on doit l’identification de l’une des plus importantes cités gauloises.

Bibliographie sélective :

230Essai sur le système défensif des Romains en pays éduen, Paris-Autun, 1856 ; La Mission et le Culte de Saint-Martin d’après les légendes et les monuments populaires dans le pays éduen, 1892 ; Fouilles du mont Beuvray (ancienne Bibracte), de 1867 à 1885, deux vol., Autun, 1899.

231VOIR :
J. Déchelette, « Gabriel Bulliot », Annales de l’Académie de Mâcon VII, 1902, p. 197-204 ; A. de Charmasse, Jacques-Gabriel Bulliot. Sa vie, son œuvre, Autun, 1905 ; R. Raillard, Le mont Beuvray, par P G. Hamerton, auteur de La Vie intellectuelle, autour de ma maison., Dijon, 1927 ; D. Bertin, J.-P. Guillaumet, Bibracte, une ville gauloise sur le mont Beuvray, Autun, 1982 ; Ch. Goudineau, Ch. Peyre, Bibracte et les Éduens. À la découverte d’un peuple gaulois, Paris, 1993.

Bunsen, Christian Karl Josias, baron von (1791-1860)

232Savant et diplomate allemand. Il fait ses études de théologie et de philologie aux universités de Marbourg et Göttingen, puis apprend l’hébreu et l’arabe à Munich. Il reçoit à Göttingen l’influence très profonde de C. G. Heyne. Il vient à Paris pour suivre les cours d’I. Silvestre de Sacy. En 1818, il devient à Rome secrétaire de l’envoyé prussien, B. G. Niebuhr, auquel il succédera dans sa charge diplomatique. Il joue alors un rôle déterminant dans la fondation de l’Institut de correspondance archéologique de Rome, dont il sera le Premier secrétaire et auquel il donne son organisation, obtenant le patronage du prince héréditaire de Prusse, le futur Frédéric-Guillaume IV. Il permet l’essor des recherches archéologiques qu’il favorise par son esprit d’ouverture, son influence et ses relations diplomatiques : il tient un salon où se réunissent de nombreux intellectuels et artistes européens. Niebuhr et lui mettent en chantier une description de la Rome antique, à laquelle concourent les « Hyperboréens romains », E. Gerhard, T. Panofka, O. Magnus von Stackelberg, le baron Kestner et B. Thorvaldsen. Il s’intéresse également à la civilisation étrusque, en l’occurrence aux vases grecs découverts à Vulci, aux tombes rupestres de Castel d’Asso et aux peintures des tombes de Tarquinia. Il souligne également la nécessité de constituer un Corpus des inscriptions latines. À partir de 1825, il se penche sur la civilisation égyptienne et soutient les recherches de J.-F. Champollion qui, sous son influence et celle du duc de Blacas, est reçu membre de l’Institut de correspondance qui s’ouvre ainsi à l’égyptologie. Ambassadeur de Prusse à Londres entre 1841 et 1854, il élabore sa monumentale Aegyptens Stelle in der Weltgeschichte, dont le dernier volume contient la Grammaire égyptienne et le Dictionnaire de S. Birch. Avec A. von Humboldt, il est à l’origine de l’expédition prussienne en Égypte qu’ils convainquent Frédéric-Guillaume IV d’organiser et de placer sous la direction de K. R. Lepsius, que Bunsen lui-même a entraîné vers les études égyptologiques. De plus en plus attiré par les civilisations anciennes du Proche-Orient, il avait à la fin de sa vie conçu le projet d’un institut d’ethnologie qui deviendra la Deutschen morgenländischen Gesellschaft. C. K. J. Bunsen joue un rôle déterminant dans la création de la première institution archéologique internationale qu’il dote d’une solide organisation et donne une impulsion décisive à l’archéologie classique, égyptienne et orientale.

Bibliographie sélective :

233Avec B. G. Niebuhr, Beschreibung Roms, Berlin, 1830-1842 ; Aegyptens Stelle in der Weltgeschichte, six vol., 1844-1857 (éd. anglaise, 1857).

234VOIR :
F. Bunsen,
A Memoir of Baron Bunsen (...) drawn chiefly from family papers by his widow Frances Baroness Bunsen, deux vol., Londres, 1868 ; A. Michaelis, Storia dell’Instituto archeologico-germanico. 1829-1879, Rome, 1879 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; F. W. Deichmann, Vom internationalem Privatverein zur Preussischen Staatsanstalt. Zur Geschichte des Instituto di Corrispondenza Archeologica, Mayence, Leclant, « Champollion, Bunsen, Lepsius » K. R. Lepsius (1810-1884). Akten der Tagung anlesslig seines 100. Todestages, Berlin, 1988 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; R. T. Ridley, « The founding of the German archaeological Institute : unpublished documents », Mitteilungen des Deutsche Archäologische Instituts 103, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Burckhardt, Johann-Ludwig (1784-1817)

235Explorateur suisse. Né à Lausanne, il fréquente les universités de Leipzig et Göttingen, et étudie l’arabe à Cambridge. Sous le nom de Cheikh Ibrahim, il parcourt l’Orient et séjourne en Égypte entre 1813 et 1817 : il redécouvre Petra et Abou-Simbel. Plus de huit cents manuscrits orientaux sont acquis par ses soins pour l’Université de Cambridge. Il découvre en 1812 l’une des inscriptions hittites de Hamath. Il meurt de la dysenterie en 1817 et repose au Caire.

Bibliographie sélective :

236Travels in Nubia, 1819 ; Travels in Syria and Holy Land, 1822 ; Notes on the Bedouins and Wahabys, 1830 ; Voyage en Arabie, 1935.

237VOIR :
K. Sim, Desert Traveller, 1956 ; W.R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972; J. Leclant, « Un Cent cinquantenaire : J.-L. Burckhardt et la découverte des temples d’Abou-Simbel (1813) », Cahiers d’histoire mondiale 3.3, 1964, p. 585-595 ; « Le voyage en Nubie (1813-1913) », D’un Orient l’autre. Les métamorphoses successives des perceptions et connaissances, vol. 1 : Configurations, Paris, 1991, p. 405-415 ; R. A. Stucky, « Johann-Ludwig Burckhardt alias Scheich Ibrahim », Antike Welt 24, 1993-2 ; D. Masse, Burckhardt, le Bédouin du désert, Toulon, 1996 ; C. Augé et J.-M. Dentzer, Pétra. La cité des caravanes, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1999.

Burnouf, Émile Louis (1821-1907)

238Helléniste et orientaliste français. Cousin d’Eugène Burnouf. Membre de l’École française d’Athènes dès sa fondation en 1846 puis son directeur de 1867 à 1875, il montre la voie de la recherche savante par son étude du Vieux Pnyx et des Propylées. Cependant, malgré les efforts de certains membres de l’École – J. Girard, A. Bertrand, C. E. Beulé ou A. Mézières – pour développer les recherches d’archéologie, il faudra qu’É. Burnouf succède en 1867 à Amédée Daveluy à sa direction pour que l’École devienne véritable « séminaire archéologique ». Spécialiste de mythologie comparée, il est l’auteur du premier dictionnaire sanscrit-français. Pendant sa direction de l’École française d’Athènes, il joue un rôle important auprès d’H. Schliemann, dont il promeut les travaux à Troie auprès du gouvernement français.

Bibliographie sélective :

239« Le Vieux Pnyx à Athènes », Archives des missions, t. I, 1850 ; Les Propylées. Études de mythologie comparée, 1872 ; La Science des religions, 1872.

240VOIR :
G. Radet, L’Histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, 1901 ; H. Duchêne, L’Or de Troie ou le rêve de Schliemann, Paris, 1995, p. 37 ; Bulletin de correspondance hellénique, n° 120, numéro spécial « Cent cinquantenaire », 1996 ; H. Duchêne et C. Straboni, La Conquête de l’archéologie moderne, l’histoire de l’École française d’Athènes de 1846 à 1914, cédérom, 1996.

Burnouf, Eugène (1801-1852)

241Orientaliste français qui contribue au déchiffrement de l’écriture cunéiforme. Après des études de droit, il suit les cours d’Alfred Chézy et d’Abel Rémusat au Collège de France. Il se livre à des recherches linguistiques sur le sanscrit, et, de 1829 à 1832, introduit en France l’enseignement de la grammaire comparée, par le cours qu’il dispense à l’École normale supérieure. Il fait une entrée remarquée dans la communauté savante par ses travaux sur les manuscrits rapportés par Anquetil-Duperron et par son étude de la langue zend. En 1832, il succède à J.-F. Champollion dans son fauteuil de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et à A. Chézy dans la chaire de sanscrit au Collège de France. À l’Académie des inscriptions, il encourage le développement des missions d’étude en Inde. En 1836, il traduit les inscriptions trilingues du mont Elvend, copiées par H. C. Rawlinson.

Bibliographie sélective :

242Commentaire sur le Yaçna, Paris, 1834 ; Mémoire sur deux inscriptions cunéiformes trouvées près d’Hamadan, Paris, 1836 ; Le Bhâgavata Purâna ou Histoire poétique de Krichna, Paris, 1840-1847 ; Introduction à l’histoire du bouddhisme indien, 1845 ; Le Lotus de la bonne loi, 1845.

243VOIR :
E. Burnouf, Choix de lettres d’E. Burnouf, 1825-1852, suivi d’une bibliographie, publié par Mme L. Delisle née Burnouf, Paris, 1891 ; comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795-25 octobre 1895, Paris, 1895 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 155-156.

Buschor, Ernst (1886-1961)

244Archéologue classique allemand, l’un des grands représentants de la Kunstarchäologie. Il est à Munich le dernier élève d’A. Furtwängler. En 1919, il devient professeur à Erlangen, puis en 1920 à Fribourg-en-Brisgau. En 1921, il est appelé à assumer la direction de l’Institut archéologique allemand à Athènes, où il restera Premier secrétaire jusqu’en 1929. Il redonne à l’Institut, fermé depuis le début de la Première Guerre mondiale, sa place dans la communauté scientifique internationale, renouant les relations avec les Grecs et les autres institutions étrangères, et relançant les fouilles allemandes sur les sites d’Amyklai, Égine, au Céramique, à Olympie, Tirynthe et Samos. Par ses recherches personnelles, il ouvre à l’Institut des voies novatrices il démontre alors l’importance de l’art archaïque à l’origine de l’art grec. Il donnera en 1956 une nouvelle édition de ses études fondamentales sur l’art archaïque et le début de l’art classique parues dans les Athenische Mitteilungen (Von griechischer Kunst). Il est le premier à mettre en évidence le tournant de 500 av. J.-C. pour le passage de la période archaïque à l’âge classique : il définit ainsi les principes de l’histoire de l’art géométrique et hellénistique. En 1925, il reprend les fouilles du sanctuaire d’Héra à Samos ; grâce à des méthodes scientifiques très précises, il parvient à rétablir pour la première fois la protohistoire d’un sanctuaire grec. Il aborde l’étude de la céramique par des contributions remarquables à l’ouvrage d’A. Furtwängler Griechiesche Vasenmalerei. De retour en Allemagne en 1929, titulaire de la chaire d’archéologie de Munich qu’il occupera jusqu’en 1961, et membre de l’Académie bavaroise, il donne à la chaire de Munich un nouvel éclat en ouvrant de nouvelles voies aux recherches sur la mythologie et l’histoire du théâtre grec. Ses recherches sur l’histoire de l’art grec qu’il inscrit dans l’histoire universelle, et ses œuvres sur la statuaire en particulier, traduisent la préoccupation, qui est aussi celle de certains de ses collègues, L. Curtius ou G. Rodenwaldt par exemple, de faire participer l’archéologie et l’histoire de l’art à l’ensemble de la vie intellectuelle et culturelle contemporaine.

Bibliographie sélective :

245Avec R. Hamann, Die Skulpturen des Zeustempels in Olympia, 1924 ; Die Tondächer der Akropolis, deux vol., « Altsamische Standbilder », cinq cahiers des Athenische Mitteilungen, 1934-1962 ; Die Plastik der Griechen, 1936 ; Griechische Vasen, 1940 ; Vom Sinn der griechischen Standbilder, 1942 ; Bildnisstufen, 1946 ; Phidias der Mensch, 1948 ; Das hellenistische Bildnis, 1949 ; Mausollos und Alexander, 1950 ; Von griechischer Kunst, 1956 ; Das Porträt, 1960 ; Über das griechische Drama, 1963.

246VOIR :
K. Schefold, « Ernst Buschor »,
Der Aquädukt. Im 200. Jahre ihres Bestehens hrsg von der C. H. Beck’schen Verlagsbuchandlung, 1963 ; H. Walter, « Ernst Buschor, ein klassischer Archäologe », dans E. Buschor, Vom Sinn der griechischen Standbilder, 1977 ; L. Wickert, Beiträge zur Geschichte des Deutschen Archäologischen Instituts von 1879 bis 1929, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1979 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Porträts und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988 ; H. Sichtermann, Kulturgeschichte der klassischen Archäologie, Munich, Verlag C. H. Beck, 1996.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

A
 
C

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site