Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chercheurs du passé 1798-1945

 | 
Ève Gran-Aymerich

Dictionnaire biographique d’archéologie

A

Texte intégral

Abel, Félix-Marie, R. P. (1878-1953)

1Professeur à l’École biblique de Jérusalem. Il se consacre à l’étude géographique et historique de la Palestine, en se fondant sur les textes et sur la connaissance des sites. Il complète les travaux d’E. Robinson et des topographes français Derrien et Mieulet, interrompus par la guerre de 1870 et publie une description de la Palestine. Avec A. Barrois, il conduit les fouilles de Neirab, près d’Alep. Il reconstitue l’histoire du site d’Emmaüs où le père Vincent avait pratiqué des fouilles publiées en 1932.

Bibliographie sélective :

2Une croisière autour de la mer, Paris, 1911 ; avec le R. P. L. H. Vincent, Bethléem. Le sanctuaire de la Nativité, Paris, 1914 ; avec le R. P. L. H. Vincent, Jérusalem, recherches de topographie, d’archéologie et d’histoire, 4 vol., Paris, 1914-1925 ; avec A. Barrois, « Fouilles de l’École archéologique française de Jérusalem effectuées à Neirab du 12 septembre au 6 novembre 1927 », Syria IX, 1928, p. 187 et 303 ; Géographie de la Palestine, deux vol., 1933 ; traduction et commentaire du Livre de Josué, pour l’édition de la Bible par l’École de Jérusalem ; Histoire de la Palestine, deux vol. ; avec le R. P. J. Starcky, éd. des Livres des Maccabées, 1961.

3Voir :
R. Dussaud, Syria XXX, 1953, p. 374-375.

Adler, Friedrich (1827-1908)

4Architecte archéologue allemand. Il fait ses études d’architecture à Berlin de 1848 à 1854. En 1855, il entre dans la carrière d’architecte civil, devient l’assistant de F. von Arnim à l’Académie d’architecture où il enseigne et se lance dans une recherche sur l’histoire de l’architecture à Berlin. Il est membre de l’Arkitektenverein et de sociétés historiques, ainsi que de l’Archäologischen Gesellschaft, au sein de laquelle il fait la connaissance de E. Curtius. Parmi ses contributions à l’archéologie de cette époque, la plus significative est la nouvelle interprétation qu’il donne en 1865 de la porte des Lionnes de Mycènes. La victoire de son projet au concours lancé pour la construction de l’Hôtel de ville de Berlin lui vaut une grande réputation qui, ajoutée à ses connaissances remarquables sur l’histoire de l’architecture antique, font que E. Curtius lui propose de participer à l’expédition qu’il organise en 1872 en Asie Mineure. Avec E. Curtius, il élabore le programme des fouilles d’Olympie et, de 1875 à 1880, il est associé à la direction des travaux qu’il conduit lui-même sur le terrain, assisté de ses meilleurs élèves architectes, parmi lesquels A. Bötticher et W. Dörpfeld. Il donne à l’exploration du site un caractère rigoureusement scientifique, assurant le relevé des vestiges et leur interprétation. Il conçoit le plan du musée de site construit par W. Dörpfeld. Il publie plusieurs reconstitutions de monuments antiques : Panthéon, stoa d’Attale, phare d’Alexandrie, Mausolée d’Halicarnasse. Il collabore aux travaux de H. Schliemann et de W. Dörpfeld à Tirynthe en 1886 et apporte une contribution importante à la connaissance de l’architecture grecque archaïque. Il poursuit parallèlement une carrière d’architecte, dirigeant le service officiel concernant la construction des églises en Prusse, édifiant de nombreuses églises et restaurant un grand nombre de monuments.

Bibliographie sélective :

5Mittelalterlichen Backsteinwerke des Preussischen Staates, 1859 ; avec E. Curtius et G. Hirschfeld, Ausgrabungen aus Olympia, quatre vol., Berlin, 1875-1879.

6Voir :
J. Kohte, « Friedrich Adler in seiner Bedeutung für die Geschichte der Architektur »,
Zeitschrift für Geschichte der Architektur, 2, 1908-1909, p. 212-221 ; G. Meissner, Allgemeines Künstlerlexikon, 1983 ; R. Lullies et W. Schiering, Archäologenbildnisse. Portraits und Kurzbiographien von Klassischen Archäologen deutscher Sprache, Mayence, 1988, p. 53-54, portrait.

Aharoni, Yohanan (1916-1976)

7Archéologue israélien. Exact contemporain d’Y. Yadin, comme lui, il appartient à la génération des pères fondateurs de l’archéologie israélienne. Arrivé d’Allemagne en Palestine en 1933, il vit jusqu’en 1947 dans un kibboutz et dirige le mouvement de la jeunesse kibboutzine. Il se forme aux études bibliques et classiques à l’Université hébraïque de Jérusalem, où il soutient sa thèse en 1957. Inspecteur des Antiquités de Galilée, il s’intéresse plus particulièrement à l’âge du fer et mène des études pionnières en procédant à des « surveys » complétés par des fouilles sélectives pour déterminer la nature des installations des tribus d’Israël en Haute Galilée et au Néguev. En 1953, il conduit, sous la protection de l’armée, une expédition dans les grottes de la côte occidentale de la mer Morte, d’où sont issus des manuscrits en araméen et en hébreu, mentionnant le nom de Bar-Kochba, et vendus par les Bédouins sur le marché antiquaire. Son exploration ne lui permet pas de fournir de nouveaux documents, mais atteste l’occupation de ces grottes, situées entre Qumran et Masada, depuis le Chalcolithique jusqu’au soulèvement du prince juif Bar-Kochba contre les Romains ; il découvre de nouvelles grottes et les vestiges d’un camp romain et, en 1955, procède à une nouvelle mission dans la même région, mais ne peut que constater les fouilles auxquelles ont procédé les Bédouins avant son arrivée. En 1960-1961, il participe à l’expédition organisée par l’Hebrew University, l’Israel Exploration Society et le département des Antiquités et dirige l’un des quatre groupes, les trois autres étant placés sous la responsabilité d’Y. Yadin, de P. Bar-Adon et de N. Avigad. De 1954 à 1962, il dirige, en collaboration avec S. Moscati, le chantier de Ramat Rahel, citadelle des rois de Juda du viie siècle av. J.-C., située au sud de Jérusalem. Il participe aux travaux menés par Y. Yadin sur les sites de Hatsor et de Masada. Il fonde l’Institut d’archéologie de l’Université de Tel-Aviv, concurrent de celui créé par Y. Yadin à Jérusalem et y dispense un enseignement d’archéologie et de géographie historique qui redéfinit l’étude de la terre de la Bible pour plusieurs générations d’archéologues israéliens.

Bibliographie sélective :

8The Settlement of the Israelite Tribes in Upper Galilea (thèse en hébreu), 1957 ; The Land of the Bible, en hébreu (1962), en anglais (1967) ; The Archaeology of the Land of Israel, Londres, 1982.

9Voir :
Eretz Israel 20, 1989 ; P. R. S. Moorey, A Century od Biblical Archaeology, Cambridge, 1991 (trad. ital., Milan, 1998).

Akerblad, Johan-David (1763-1819)

10Diplomate et orientaliste suédois. Attaché à l’ambassade suédoise de Constantinople, il voyage en Orient et, en 1792 puis 1797, visite Jérusalem et la Troade. Vers 1800, il se retire à Göttingen, puis, en 1801-1802, s’installe à Paris comme chargé d’affaires de Suède ; il suit, à l’École des langues orientales vivantes, les cours d’I. Silvestre de Sacy et étudie des manuscrits coptes. Il obtient une copie de la pierre de Rosette dont il entreprend de déchiffrer l’inscription en démotique ; bénéficiant du patronage de la duchesse du Devonshire, il s’installe à Rome pour y poursuivre ses études et, en quelques mois, parvient à identifier les noms propres. Ces importants résultats sont publiés dans la La Lettre à Monsieur de Sacy en 1802. Cependant, malgré l’intérêt majeur de ses travaux, il ne mènera pas plus loin ses recherches. Élu en 1803 correspondant de la troisième classe de l’Institut national de France, il meurt à Rome.

Bibliographie sélective :

11« Lettre à Monsieur de Sacy sur l’écriture cursive copte », Magasin encyclopédique, 1801-V ; « Lettre à Monsieur de Sacy sur l’inscription égyptienne de Rosette », ibidem, 1802-III.

12Voir :
C. Callmer,
Johan David Akerblad. Ett bidrag till hans biografi, Lychnos, Uppsala, 1952 ; B. J. Peterson, « Swedish Travellers in Egypt during the period 1700-1850 », Opuscula Atheniensia 7, 1967, p. 12-13 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Albertini, Eugène (1880-1941)

13Historien, archéologue et épigraphiste français. Élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres, il est membre de l’École française de Rome de 1903 à 1906. Élève de René Cagnat, il est à la fois épigraphiste, archéologue et historien de l’Antiquité romaine. En 1905, il est délégué en Espagne par Mgr Duchesne, alors directeur de l’École française de Rome, et assiste P. Paris pour les fouilles d’Elche. De retour en Espagne en 1909, il est le premier membre de l’École des hautes études hispaniques. Il appartient à la première génération d’épigraphistes français à étudier les inscriptions d’Espagne. Il envisage de réaliser un « Atlas archéologique de l’Espagne », sur le modèle de celui que S. Gsell avait publié pour l’Algérie mais, étant donné l’absence de cartes détaillées, il se contente de réaliser un recueil des sculptures antiques romaines, semblable à celui qu’Émile Espérandieu a entrepris pour la Gaule. Devenu secrétaire de l’Institut français d’Espagne, il le quitte en 1912, pour un poste d’assistant de dialectologie romane à l’Institut colonial de Hambourg. En 1919, il enseigne la langue et la littérature latines à l’université de Fribourg. En 1920, il prend le chemin de l’Afrique et est chargé du cours des Antiquités à la faculté des lettres d’Alger ; il remplace J. Carcopino à la direction des collections d’antiquités du Musée d’Alger et à l’Inspection des monuments historiques. En 1923, il assume la direction du service des Antiquités, qui est alors créé, et réorganise le Musée, où il fait ouvrir des sections d’ethnographie et de préhistoire. Il étudie la romanisation de la Berbérie sous trois aspects, par l’épigraphie, les recherches sur le limes de la province d’Oran, et sur les monuments chrétiens de Tébessa, Madaure, Djemila et Tipasa. En 1932, il succède au Collège de France à R. Cagnat, et occupe la chaire d’Antiquités latines. De retour en France en 1933, il milite aux côtés d’A. Grenier et J. Carcopino pour la création en métropole d’un service des Antiquités comparable à celui de l’Algérie. Élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1938, il disparaît brutalement en 1941.

Bibliographie sélective :

14« Les sculptures antiques du Conventus Tarraconensis », Annuari de l’Institut d’Estudis Catalans, Barcelone, 1911-1912 ; « Les étrangers résidant en Espagne à l’époque romaine », Mélanges René Cagnat, Paris, 1912, p. 297-318 ; « Inscriptions d’Espagne », Mélanges de l’École française de Rome 37, 1918-1919, p. 309-331 ; La Composition dans les ouvrages philosophiques de Sénèque (thèse principale), 1923 ; Les Divisions administratives de l’Espagne romaine (thèse complémentaire), 1923 ; avec J. Alazard et A. Bel, Histoire et historiens de l’Algérie, Paris, 1931 ; « The Latin West : Africa, Spain and Gaul », Cambridge Ancient History ; Recueil des inscriptions latines de l’Algérie, 1939 ; L’Empire romain, collection « Peuples et Civilisations, Histoire générale », Paris, 1940 ; L’Afrique romaine, 1950.

15Voir :
L. Leschi, « E. Albertini (1880-1941) », Revue africaine, 1941 ; A. Grenier, « Notice sur la vie et les travaux de M. E. Albertini », Recueil de l’Institut de France, 1945 ; C. Charle et E. Telkès, Les Professeurs du Collège de France. Dictionnaire biographique (1901-1939), Paris, 1988 ; R. Étienne et P. Le Roux, « Un siècle de recherches sur l’épigraphie romaine de la péninsule Ibérique », Actes du colloque international du centenaire de l’Année épigraphique, Paris, PUF, 1990 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France – 1895-1995, vol. I, Paris, 1999.

Albright, William Foxwell (1891-1971)

16Orientaliste américain, l’un des plus grands spécialistes de l’archéologie palestinienne. Il redéfinit les relations entre l’archéologie et la recherche biblique : son dessein est de parvenir à faire la synthèse de l’histoire de la Méditerranée orientale, dont la littérature biblique fait partie intégrante. Il est tout d’abord assyriologue et bibliste, formé à l’école allemande, puis devient archéologue à l’occasion de son séjour en Palestine. Il est né dans une famille de pasteurs protestants installés au Chili où il est élevé dans une tradition culturelle allemande. Il puise son goût pour l’Orient ancien dans la bibliothèque paternelle, puis fait des études de lettres classiques à l’Upper Iowa University et s’inscrit ensuite à la John Hopkins University de Baltimore pour y suivre des cours sur l’Orient ancien ; il prépare une thèse sur l’épopée assyrienne du Déluge sous la direction de l’assyriologue Haupt. En 1919, il se rend à Jérusalem, titulaire d’une bourse Thayer pour l’American School, dont il devient presque aussitôt le directeur de 1920 jusqu’en 1929, puis de 1933 à 1936 ; par la suite, il sera vice-président et conservateur des American Schools of Oriental Research, veillant jusqu’en 1968 à la rédaction de leur bulletin (BASOR, pour Bulletin of the American Schools of Oriental Research), qui lui permet de publier immédiatement les découvertes intervenues au Proche-Orient et lui fournit une tribune pour promouvoir ses idées sur les relations entre l’archéologie et la Bible. En 1929, il succède à son maître Haupt comme professeur de langues sémitiques à la John Hopkins University de Baltimore. À Jérusalem, il est en relations très étroites avec le père Vincent de l’École biblique : celui-ci est en effet à la fois le confesseur de sa femme, convertie à la foi catholique et… son professeur d’archéologie palestinienne. Le dominicain français, qui a une connaissance parfaite des sites de toute la région et de leur céramique, initie Albright à la typologie de la céramique palestinienne et à la pratique de l’archéologie. Le disciple affinera la typologie céramique du maître au point d’être en mesure de dater les sites par les tessons relevés en surface. L’activité proprement archéologique d’Albright correspond à une période de dix ans et représente donc une période assez courte dans une très longue carrière ; son premier chantier est ouvert sur le site de Tell el-Fuml en 1922-1923, mais ce sont les fouilles de Tell Beit Mirsim menées de 1926 à 1932 qui lui valent son extraordinaire réputation d’archéologue. Il y applique les méthodes d’exploration systématique et scientifique mises au point par Fischer et publie un compte rendu qui, par la rigueur des observations et des analyses, offre un modèle et assure des conclusions sûres : il détermine une séquence de niveaux d’occupation depuis l’âge du bronze jusqu’à celui du fer et la chronologie archéologique qu’il définit vaut pour tous les autres sites. En 1931, il fouille, avec Sellers, la citadelle de Beth-Zur et, en 1933, fait des sondages à Ader, mais l’entreprise la plus significative pour l’illustration de ses idées sur les relations entre l’archéologie et la tradition biblique est celle qui le conduit à explorer Bethel, l’une des cités les plus présentes dans la Bible. Il met en œuvre à la fois sa pratique archéologique et ses connaissances bibliques pour restituer le Proche-Orient ancien depuis la Préhistoire jusqu’au Christ, en privilégiant la question de la religion monothéiste. Sa conception globale du monde proche-oriental ancien se manifeste en particulier par sa défense d’une chronologie basse pour la première dynastie de Babylone. Il est celui qui donne une cohérence à l’archéologie palestinienne en fixant un système de référence chronologique parallèle à celui qui prévalait pour l’Europe : l’identification des trois âges, de la pierre, du bronze et du fer. Ses très nombreuses publications couvrent tout le domaine proche-oriental, de l’Iran au Nil, et il a été tout à la fois archéologue, historien, philologue et exégète. Défenseur d’un État binational – arabe et israélien –, il exerce une très profonde influence sur la première génération des archéologues israéliens.

Bibliographie sélective :

17D. N. Freedman et al., « The Published Works of William Foxwell Albright : a comprehensive Bibliography », American School of Oriental Research, Cambridge Mass., 1975 ; The Archaeology of Palestine and the Bible, 1932 ; From Stone Age to Christianity : Monotheism and the Historical Process, 1940 ; Archaeology and the Religion of Israel, Aye Lecture, Baltimore, 1942 ; New Horizons in Biblical Research, Londres, 1966 ; Yahweh and the Gods of Canaan, 1968.

18Voir :
A. Parrot, «W. F. Albright (1891-1971) »,
Syria 49, 1972, 499-500 ; G. W. van Beek éd., The Scholarship of William Albright. An Appraisal ; actes du colloque Hommage to W.F. Albright, Rockville, Maryland, 1984, Atlanta, 1989 (compte rendu d’A. Caquot : Syria 67, 1990, p. 768-769) ; P. R. S. Moorey, A Century of Biblical Archaeology, Cambridge, 1991.

Alcubierre, Roque Joaquin de (1702-1780)

19Ingénieur militaire espagnol. Grâce à l’intérêt et l’appui de Charles VI, roi de Naples, futur Charles III d’Espagne, il dirige pendant quarante-deux ans, de 1738 à sa mort, les premières fouilles systématiques sur les sites d’Herculanum (1738), de Pompéi (1748) et de Stabies (1749). Il fut très critiqué par J. J. Winckelmann, qui, dans les querelles entre Alcubierre, l’ingénieur suisse Charles Weber et le directeur du Musée royal de Portici, C. Paderni, prit parti pour ces derniers.

20Voir :
F. Fernandez Murga, « Roque Joaquín de Alcubierre, descubridor de Herculano, Pompeya y Estabia », Archivo español de Arqueología XXXV, 1962, p. 3-35 ; id., Carlos III y el descubrimiento de Herculano, Pompeya y Estabia, Salamanca, 1989.

Alliot, Maurice (1903-1960)

21Égyptologue français, restaurateur des études ptolémaïques. Il fait ses études aux lycées Charlemagne et Louis-le-Grand, puis devient élève de l’École normale supérieure en 1923. Tout en ayant acquis une solide culture classique, il se tourne vers la papyrologie et les cours de P. Jouguet, et se forme à l’égyptologie en suivant l’enseignement d’A. Moret, É. Drioton, H. Sottas et G. Lefebvre. Pensionnaire de l’Institut français du Caire de 1930 à 1933, il participe aux travaux de Deir el-Médineh et Abou-Roasch. Il fouille à Edfou de 1931 à 1933 et découvre, sous les villes d’époque romaine et grecque, un habitat d’époque pharaonique et une nécropole de l’Ancien Empire qu’il dégage en partie. Il forme alors le projet d’étudier les textes des murs du temple d’Edfou et consacre sa thèse de doctorat soutenue à Paris en 1945 au culte d’Horus. Il examine d’un point de vue historique les constructions et les textes d’Edfou et publie deux volumes sur l’histoire de l’Égypte lagide. Professeur d’égyptologie et d’histoire de l’Orient ancien à l’Université de Lyon à partir de 1937, il occupe en 1953 la chaire d’égyptologie de l’Université de Paris.

Bibliographie sélective :

22Rapports des fouilles d’Edfou publiés dans le Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, XXXVII, 1937, p. 93-160 ; « Les rites de la chasse au filet aux temples de Karnak, d’Edfou et d’Esneh », Revue d’égyptologie 5, 1946, p. 57-118 ; Le Culte d’Horus à Edfou à l’époque des Ptolémées, Paris, 1949 et 1954, thèse de doctorat récompensée par le prix Maspero ; « La Thébaïde en lutte contre les rois d’Alexandrie sous Philopator et Épiphane (216-184) », Revue belge de philologie et d’histoire XXIX, 1951, p. 421-443 ; « La fin de la résistance égyptienne dans le Sud sous Épiphane », Revue des études anciennes LIV, 1952, p. 18-26.

23Voir :
J. Sainte Fare Garnot, Revue d’égyptologie 13, 1961, p. 7-8 ; J. Leclant, Archiv für Orientforschung 20, 1963, p. 309-310 ; W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972, p. 5-6.

Allmer, Auguste (1815-1899)

24Épigraphiste et archéologue français. Il s’initie à l’archéologie en dessinant les monuments et les objets que les travaux du PLM (premier chemin de fer Paris-Lyon-Marseille) mettent au jour aux environs de Vienne. Il collabore au Corpus des inscriptions de Vienne avec A. de Terrebasse (Atlas des Inscriptions antiques et du Moyen Âge de Vienne en Dauphiné, 1875) : leur ouvrage reçoit le premier prix du concours des antiquités nationales, décerné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres. A. Allmer est l’ami de nombreux archéologues et épigraphistes français et étrangers : C. Jullian, É. Espérandieu, A. Héron de Villefosse ou encore Th. Mommsen. Il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1876. Avec P. Dissard, conservateur du Musée de Lyon, il entreprend la publication des inscriptions antiques du musée et leur ouvrage obtient en 1894 le grand prix Gobert de l’Académie française.

Bibliographie sélective :

25Atlas des Inscriptions antiques et du Moyen Âge de Vienne en Dauphiné, 1875 ; avec P. Dissard, Musée de Lyon, inscriptions antiques, quatre vol., 1888-1893 ; avec E. et F. Germer-Durand, Inscriptions antiques de Nîmes, Toulouse, 1895.

26Voir :
J. Buche,
Auguste Allmer. Sa vie, son œuvre Lyon, 1900 ; É. Espérandieu, Auguste Allmer, Vienne, 1900 ; O. Hirschfeld, Kleine Schriften, Berlin, 1915.

Almagro Basch, Martín (1911-1984)

27Archéologue espagnol. À Madrid, il suit les cours de H. Obermaier, le fameux préhistorien ami de l’abbé Breuil, qui occupe alors la chaire d’histoire primitive de l’homme. Encouragé à poursuivre ses études en Allemagne par Obermaier lui-même, il accomplit un séjour à Berlin en 1935-1936. La guerre civile éclate alors qu’il est absent d’Espagne mais, de retour dans son pays, il se déclare partisan des nationalistes et, en 1939, il est nommé directeur du Musée archéologique de Barcelone, en remplacement de P. Bosch Gimpera, contraint à l’exil. Il permet la réouverture rapide du musée et reprend les fouilles de la colonie grecque d’Ampurias, créant et dirigeant la revue qui porte le nom du site, sur lequel il implante un musée monographique. En 1940, il obtient la chaire de préhistoire de l’Université de Barcelone où, avec L. Pericot, il réunit les conditions d’une collaboration étroite entre l’Université et le musée, par les séminaires, les fouilles et la création, avec L. Pericot et N. Lamboglia en 1946, des cours internationaux de préhistoire et d’archéologie par lesquels passeront de nombreux jeunes archéologues espagnols et étrangers. Dès 1941, il fait paraître son premier ouvrage de synthèse sur la Préhistoire européenne, fournissant à plusieurs générations d’étudiants un manuel indispensable. Ses intérêts scientifiques sont très divers mais se concentrent sur la préhistoire, la culture ibérique et les travaux d’Ampurias. Il contribue à instaurer une collaboration méditerranéenne avec la France et l’Italie, par la création de l’Institut de Préhistoire méditerranéenne ; plus tard et dans la même optique, il participe aux travaux de l’Institut d’études ligures, que N. Lamboglia et F. Benoît fondent en 1961. Le quatrième Congrès international des sciences préhistoriques et protohistoriques est réuni à Madrid en 1954 et l’« école de Barcelone », représentée par M. Almagro et L. Pericot, y occupe une place de premier plan. La même année, il quitte Barcelone pour Madrid, où il succède à H. Obermaier dans sa chaire de préhistoire, supplantant J. Martinez Santa Olalla. En 1956, il est nommé conservateur en chef de la section de préhistoire du Musée archéologique national et suscite la création, au sein du Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, de l’Institut espagnol de préhistoire dont émanent la Biblioteca Prehistórica Hispana et la revue Trabajos de Prehistoria qu’il dirige jusqu’au moment de sa retraite. En 1959-1960, il réalise l’une des actions les plus remarquables de l’archéologie espagnole, en acceptant la direction de la mission confiée par le Comité espagnol pour la Nubie, suscité au sein de l’Unesco pour le sauvetage des monuments condamnés par le barrage d’Assouan ; deux équipes d’archéologues se partagent les travaux, en Égypte pour l’une et au Soudan pour l’autre ; il donne l’exemple d’une grande efficacité, puisque les travaux réalisés sont très rapidement publiés en une collection de onze tomes parus entre 1963 et 1970. Cette opération permet aux autorités espagnoles de prendre conscience de l’impact politique et culturel que peuvent présenter des missions archéologiques au Proche-Orient, si bien que la mission poursuit ses travaux en Égypte où le gouvernement lui confie la fouille de Gnasia el-Medina, l’antique Herakleopolis, à l’entrée de l’oasis du Fayoum. M. Almagro porte les recherches espagnoles en Jordanie, en particulier sur le site du palais omeyade de Quasayr Amra. En 1968, il devient directeur du Musée archéologique national qu’il transforme et modernise, y installant une bibliothèque de plus de 50 000 volumes. De 1962 à 1973, il est commissaire général des fouilles archéologiques et porte un intérêt tout particulier à Mérida et à Segóbriga dont il dirige les fouilles. M. Almagro Basch est l’héritier des pionniers de l’archéologie espagnole, aussi bien dans le domaine de la préhistoire que de l’archéologie classique ; il donne à la recherche une impulsion et un éclat remarquables, se montrant soucieux d’établir d’étroites relations avec les autres pays d’Europe et de développer des actions en dehors des frontières nationales, suivant en cela la voie ouverte par P. Bosch Gimpera.

Bibliographie sélective :

28« Exploración de los primeros sepulcros megalíticos aragoneses », Actas y Memorias de la Sociedad Española de Antropología, Etnología y Prehistoria, t. VIII, 1934 ; Introducción a la arqueología. Las culturas prehistóricas europeas, Barcelone, 1941 ; « Los Campos de urnas en Francia », Archivo Español de Arqueología, t. XV, 1942 ; Carta Arqueológica de España : Barcelona, 1945 ; Prehistoria del Norte de Africa y del Sahara Español, Barcelone, 1946 ; « El Paleolítico español », chap.III, vol. I. R. Menendez Pidal, Historia de España, Madrid, 1947 ; « Arte preistórico », t. I, Ars Hispaniae, 1947 ; Ampurias. Historia de la ciudad y guía de las excavaciones, Barcelone, 1951 ; Las Fuentes escritas referentes a Ampurias, Monografías ampuritanas, Barcelone, 1951 ; Las Inscriptiones ampuritanas griegas, ibéricas y latinas, Monografias ampuritanas, Barcelone, 1952 ; « La invasión céltica en España », vol. II, R. Menendez Pidal, Historia de España, Madrid, 1952 ; El Covacho con pinturas rupestres de Cogul (Lérida), Lérida, 1952 ; Las Necrópolis de Ampurias, deux vol., 1953 et 1955 ; « Prehistoria », t. I Manual de Historia Universal, Madrid, 1960 ; Introducción al estudio de la prehistoria y de la arqueología de campo, Madrid, 1960 « Misión Arqueológica de España Nubia Las Ciencias, XXVII, 1962 avec H. Losada Gomez et M. R. Pellicer, Exposición de Arte Egipcio. Hallazgos de la Misión Arqueológica Española en Egypto y Sudan, Madrid, 1969 ; El Templo de Debod, Madrid, 1971 ; avec L. L. Amra Periplo, n° 1, 1975 ; Segóbriga. Ciudad celtibérica y romana. Guía de las excavaciones y Museo, Madrid, 1975 ; « L’origine de l’art ibérique à la lumière des récentes découvertes », Revue archéologique, 1977.

29Voir :
Homenaje a M. Almagro Basch, quatre vol., Madrid, 1983 ; E. Ripoll Perelló, « Nota biográfica », Homenaje. Prof. Don Martín Almagro Basch (1911-1984), Madrid, 1984 ; I. Peiró Martín et G. Pasamar, Diccionario de Historiadores contemporáneos, Madrid, 1999.

Amélineau, Émile (1850-1915)

30Égyptologue et coptisant français. Né en Vendée, il fait ses études au séminaire, et est ordonné prêtre dans le diocèse de Rennes. Il suit les cours de F. Robiou, de G. Maspero et E. Grébaut. En 1882, il est admis à l’École du Caire, où il séjourne jusqu’en 1886. Il renonce au sacerdoce en 1887. Il fouille à Abydos entre 1894 et 1898, et est le premier à dégager les tombes royales. Très critiqué pour ses « méthodes » par G. Maspero lui-même, il doit céder le site à Flinders Petrie. Professeur d’histoire des religions à l’École pratique des hautes études. Le meilleur de son œuvre concerne les études coptes.

Bibliographie sélective :

31Contes et romans de l’Égypte chrétienne, deux vol., 1888 ; Histoire de la sépulture et des funérailles dans l’ancienne Égypte, deux vol., 1896 ; Les Nouvelles Fouilles d’Abydos, trois vol., Paris, 1895-1898.

32Voir :
S. Reinach
Revue archéologique, 1914, p. 333-334 ; W. R. Dawson et Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972.

Amy, Robert (1904-1986)

33Architecte et archéologue français. Il est rattaché à la mission archéologique de Palmyre en 1931, date à laquelle il rencontre H. Seyrig. Pendant de nombreuses années, il se consacre à la restauration du temple de Bêl. Architecte du haut-commissariat, il s’occupe des monuments les plus divers de la Syrie et du Liban, mais consacre sa recherche personnelle aux temples de l’époque impériale romaine. En 1945, il revient en France ; il est nommé au service des Bâtiments de France, et s’installe à Orange. À partir de 1958, et de la création des bureaux d’architecture antique du CNRS, où il est maître puis directeur de recherche, ses travaux les plus marquants concernent l’Arc d’Orange, le mausolée de Saint-Rémy-de-Provence, l’Arc de Glanum et enfin la Maison carrée de Nîmes.

Bibliographie sélective :

34Temple de Bêl à Palmyre, vol. de planches 1968, vol. de texte 1975 ; Maison carrée de Nîmes (en collaboration avec P. Gros), 1979.

35Voir :

36E. W., « Robert Amy (1904-1986) », Syria, 64, 1987, p. 149-150.

Anastasi, Giovanni (1780-1857)

37Marchand d’antiquités arménien, installé à Alexandrie. Son père, marchand de Damas établi en Égypte vers 1797 et pourvoyeur des armées de Napoléon Ier, fait banqueroute après l’évacuation des Français. Giovanni devient consul général de la Norvège et de la Suède en Égypte de 1828 à 1857 et organise un large réseau d’agents sur tout le pays, se procurant ainsi les antiquités qu’il vend principalement aux gouvernements hollandais (1828), anglais (1839) et français (1857). Son nom est lié aux nombreux papyri conservés au British Museum, à Leyde, Paris et Berlin.

38Voir :
W. R. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; B. Fagan, L’Aventure archéologique en Égypte, Paris, 1981 ; P. France, The Rape of Égypt, Londres, 1991 ; J.-J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes. 1815-1830, Paris, 1994.

Andrae, Walter (1875-1956)

39Architecte et archéologue allemand. Après des études d’architecture à Dresde, il suit R. Koldewey en Mésopotamie et participe aux premières fouilles de la Deutsche Orient Gesellschaft, de 1899 à 1903 à Babylone et Fara, puis de 1903 à 1913 à Assur et Hatra. À Babylone, il fait l’apprentissage de la conduite d’une fouille et du recueil de la documentation. À Assur, il prend la direction des fouilles allemandes et y applique ce qu’il a appris de Koldewey à Babylone. Il introduit en Mésopotamie la méthode de fouille par sondages successifs : ces travaux ont été qualifiés de « prototype de toutes les fouilles stratigraphiques » (S. Lloyd, Foundations in the Dust, 1947, p. 202). Andrae et Koldewey ont été les premiers à développer des méthodes de fouille permettant de dégager les murs de briques crues. Il prend part à la Première Guerre mondiale sur le front d’Orient, puis est nommé conservateur au Vorderasiatisches Museum de Berlin. En 1927, il devient professeur à la Technische Hochschule de Berlin-Charlottenburg et y enseigne l’histoire de l’architecture. La même année, il propose avec J. Jordan à la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft de rouvrir le chantier de Warka-Uruk : en 1928, une mission est placée sous la direction de J. Jordan et Andrae prend la direction du Vorderasiatisches Museum dont il assure l’aménagement dans les nouveaux locaux sur l’île des Musées. C’est lui qui a l’idée de reconstituer la porte d’Ishtar et une partie de la voie sacrée de Babylone, la façade sur cour du palais parthe d’Assur et la porte de la citadelle de Sendschirli. Co-fondateur de la Koldewey Gesellschaft, il assure la direction de la Deutsche Orientgesellschaft.

Bibliographie sélective :

40Hatra, 1908-1912 ; Die Anu-Adad Tempel in Assur, 1909 ; Die Festungswerke von Assur, 1913 ; Die Archaischen Ischtar-Tempel in Assur, 1922 ; Farbige Keramik aus Assur, 1923 ; Inschriften auf Bleistreifen aus Assur, 1924 ; Die ionische Säule, 1933 ; Die Kunst Vorderasiens, deux vol., 1925 et 1942 ; Das Gotteshaus und die Urformen des Bauens in alten Orient, 1930 ; « The Story of Uruk », Antiquity, 1936, p. 133-145 ; Das wiederentstandene Assur, 1938 ; Der alte Orient, dans Handbuch der Archäologie, 1939 ; Babylon, die versunkene Weltstadt und ihr Ausgräber, Robert Koldewey, Berlin, 1952 ; entre 1953 et 1956, paraissent les quatre derniers volumes sur Assur.

41Voir :
Zeitschrift für Assyriologie für seine 75. Geburstag ; E. Weidner, Archiv für Orientforschung, 1957-1958, p. 224-225 ; W. Andrae, Lebenserinnerungen eines Ausgräbers, Berlin, 1961 ; E. W. Andrae et R. M. Boehmer, « Die Orientbilder von Walter Andrae, 1898-1919 », Baghdader Mitteilungen, 20, 1989, p. 1-89, pl. couleurs 1-128 ; eid., Bilder eines Ausgräbers. Walter Andrae im Orient, Berlin, 1992 ; S. L. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, 1996 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Ansse de Villoison, Jean Baptiste Gaspar d’ (1750-1805)

42Helléniste français. Élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres à 22 ans, il fait preuve d’une étonnante érudition. Il étudie l’hébreu, le syriaque et l’arabe. De 1781 à 1784, il séjourne à Venise pour y collationner les manuscrits de la bibliothèque, découvre un manuscrit grec de l’Iliade, copié au xe siècle, qu’il publiera en 1788. En 1784, il est accueilli à la cour de Saxe-Weimar. Chargé en 1785 d’une mission en Grèce, il accompagne le comte de Choiseul-Gouffier dans son voyage en Orient, et recueille de très nombreuses inscriptions. Réfugié à Orléans pendant la Révolution, il ouvre à son retour à Paris un cours de grec par souscription : parmi ses élèves figure K. B. Hase. La chaire provisoire de grec moderne, créée pour lui près l’École des langues orientales vivantes, est transférée en 1802 au Collège de France (chaire de langue grecque ancienne et moderne).

Bibliographie sélective :

43La Théologie et les Mystères des païens, 1777.

44Voir :
Comte de Franqueville, Le Premier Siècle de l’Institut de France, 25 octobre 1795 – 25 octobre 1895, deux t., Paris, 1895 ; C. Joret, D’Ansse de Villoison et l’hellénisme en France, 1910 ; J. Leclant, « Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France. Histoire des cinq académies, Paris, Perrin, 1995, p. 114.

Anziani, Dominique (1887-1914)

45Archéologue français. Élève de l’École normale supérieure, il devient membre de l’École française de Rome et, de 1909 à 1912, se consacre à l’histoire et à l’archéologie étrusques, tout en rédigeant une monographie sur Locres. En 1913, il est chargé, par la Direction des antiquités de Tunisie, d’étudier les nécropoles de Mahdia et d’El-Alia, et de diriger les premières fouilles de Dinasse. Il meurt sur le front en 1914 ; sa disparition prématurée prive l’« école d’étruscologie » française d’un de ses espoirs.

Bibliographie sélective :

46Histoire de la ville de Locres depuis les origines jusqu’à la fin de l’Empire romain ; Cosa-Portus Cosanus-Portus Herculis. Succosa/Orbetello dans l’Antiquité, Rome, 1910 ; « Nécropoles puniques du Sahel tunisien », Mélanges de l’École française de Rome, 32, 1912, p. 245-303.

47Voir :
L’Histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931.

Arbois de Jubainville, Henri d’ (1827-1910)

48Linguiste, celtisant et médiéviste français. Premier grand maître des études celtiques en France, il leur donne un caractère scientifique. Diplômé archiviste paléographe de l’École des chartes, il est de 1852 à 1880 archiviste du département de l’Aube et devient professeur de langue et littérature celtiques au Collège de France en 1882. Il dirige la Revue celtique. Élu correspondant à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1867, il devient membre ordinaire en 1884.

Bibliographie sélective :

49Voyage paléographique dans le département de l’Aube, 1855 ; Observations sur l’histoire de France de M. Henri Martin, 1857 ; Histoire des ducs et des comtes de Champagne, depuis le vie siècle jusqu’au xie, sept vol., 1859-1869 ;Répertoire archéologique du département de l’Aube, 1861 ; Les Premiers Habitants de l’Europe d’après les écrivains de l’Antiquité et les recherches les plus récentes de la linguistique, Paris, 1877 Études sur le droit celtique, 1888 ; Le Cycle mythologique irlandais et la mythologie grecque, 1884 ; Cours de littérature celtique, douze vol., 1883-1902 ; Les Celtes depuis les temps les plus anciens jusqu’en l’an 100 avant notre ère. Étude historique, Paris, 1904 ; La Famille celtique. Étude de droit comparé, 1905 ; Les Druides et les dieux celtiques à forme d’animaux, 1906.

50Voir :
Comte P. Durrieu, R. Cagnat, E. Levasseur et E. Pottier, « Henry d’Arbois de Jubainville », Bibliothèque de l’École des chartes 71, 1910 ; J. Loth, « Notice biographique sur H. d’Arbois Jubainville Revue celtique 32, 1911 ; A. Morel-Fatio, « Notice sur la vie et les travaux de M. H. d’Arbois de Jubainville », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1913 ; S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie française », Amalthée III, p. 407-444 ; A. Grenier, « Introduction », Manuel d’archéologie gallo-romaine, Paris, 1931 ; J. Leclant, dir., avec le concours d’H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Arcelin, Adrien (1838-1904)

51Préhistorien français. Bachelier ès lettres et ès sciences du lycée de Macôn, il entre en 1860 à l’École des chartes, soutient une thèse sur les institutions parlementaires de Charlemagne et est nommé archiviste du département de la Haute-Marne. Dès 1866, il fouille Solutré avec Henri de Ferry qui a découvert le site, et se consacre à la préhistoire ; ses travaux fournissent des arguments stratigraphiques pour démontrer l’antériorité de l’Aurignacien sur le Solutréen. En 1869, chargé d’une mission en Orient par le ministère de l’Instruction publique, il se rend en particulier en Égypte où il fait des découvertes qui contribueront à démontrer l’existence de la préhistoire dans ce pays. En 1876, il devient conservateur des collections d’archéologie et d’histoire du musée de la Ville de Mâcon.

Bibliographie sélective :

52« Sur l’âge de la pierre en Égypte. Rapport au ministère de l’Instruction publique », Matériaux pour servir à l’histoire de l’homme 5, 1869, p. 237 et sq. ; L’Âge de pierre et la Classification préhistorique d’après les sources égyptiennes, 1873 ; « Les nouvelles fouilles de Solutré, près Mâcon (Saône-et-Loire) », L’Anthropologie, I, 1890 ; « Les nouvelles fouilles de Solutré, près Mâcon (Saône-et-Loire) », Bulletin des sciences naturelles de Saône-et-Loire, Essai de des préhistoriques département de Saône-et-Loire ; sous le pseudonyme d’Adrien Granile, Solutré ou les chasseurs de rennes de la France centrale (roman préhistorique).

53Voir :
Liste des œuvres : Annales de l’Académie de Mâcon, IIIe série, XI, 1906 ; L’Anthropologie XV, 1904 ; 1866 : l’invention de Solutré. Adrien Arcelin-Henri de Ferry, exposition organisée par le Musée départemental de préhistoire de Solutré (19 juin-17 septembre 1989) ; M. Groenen, Pour une histoire de la préhistoire, Grenoble, 1994, p. 412 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Astruc, Myriam (1904-1963)

54Archéologue française, orientaliste spécialiste des Phéniciens et Puniques en Espagne. Fille du Grand Rabbin de Bordeaux, elle suit, de 1929 à 1933, les cours de l’École du Louvre, où R. Dussaud l’oriente vers l’archéologie orientale de la péninsule Ibérique ; en 1933, elle devient membre de l’École des hautes études hispaniques de Madrid – aujourd’hui Casa de Vélasquez. Dès 1932, dans le cadre de l’étude de la présence phénico-punique en Espagne, elle s’intéresse aux découvertes de L. Siret dans le Sud-Est espagnol et séjourne chez lui à Herrerias ; jusqu’en 1934, date de la mort de L. Siret, elle étudie les objets de sa collection et ses cahiers de fouille, en particulier ceux qui concernent la nécropole de Villaricos. Pensionnaire de la Casa de Vélasquez à Madrid en 1952-1953, elle étudie les fonds puniques du Musée archéologique national et entreprend des fouilles à Ibiza avec J. M. Maña. Elle meurt noyée lors d’une crue sur le site de Pétra.

Bibliographie sélective :

55« Terres cuites carthaginoises », Mélanges de l’École française de Rome ; La necropolis de Villaricos, Informes y Memorias de la Comisaría General de Excavaciones Arqueológicas, Madrid, 1951 ; « Échanges entre Carthage et l’Espagne d’après le témoignage de documents céramiques provenant d’anciennes fouilles », Revue des études anciennes, t. 64, 1962.

56Voir :
A. Fernandez de Avilés, « Astruc », Archivo Español de Arqueología, 37, 1964, p. 109-110 ; Annuaire de la Casa de Vélasquez (1909-1978), Madrid, 1979.

Athanasi, Giovanni d’ (1799- ?)

57Fouilleur et collectionneur grec. La date de son décès est inconnue, car l’on perd toute trace de lui après 1850. Fils d’un commerçant de Lemnos installé au Caire, il entre très jeune au service du colonel E. Misset, consul général britannique, puis continue à appartenir au personnel de son successeur, H. Salt. Il devient, avec G. B. Belzoni, l’un des pourvoyeurs d’antiquités du consul britannique et, de 1817 à 1827, fouille pour lui à Thèbes. Par la suite, il constitue ses propres collections qui seront vendues à Londres en 1837 et 1845.

Bibliographie sélective :

58A Brief Account of the Researches and Discoveries in Upper Egypt made under the Direction of H. Salt esq. To which is added a detailed Catalogue of Mr. Salt Collection of Egyptian Antiquities, Londres, 1836.

59Voir :
W. D. Dawson et E. P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, 1972 ; B. Fagan, L’Aventure archéologique en Égypte, Paris, 1981 ; P. France, The Rape of Egypt, Londres, 1991 ; J. J. Fiechter, La Moisson des dieux. La constitution des grandes collections égyptiennes. 1815-1830, Paris, 1994.

Audollent, Auguste (1864-1943)

60Historien de l’Antiquité romaine et de la Gaule, épigraphiste et archéologue français. Il fait ses études à la Sorbonne et à l’École pratique des hautes études. Agrégé de lettres, il est membre de l’École de Rome de 1888 à 1890. Il est le premier à bénéficier d’une mission en Algérie à un moment où les liens entre l’institution romaine et l’Afrique du Nord se font plus étroits. Il se consacrera dorénavant à l’Algérie et à la Tunisie. Sa thèse porte sur Carthage romaine (1901) et confirme sa vocation d’épigraphiste. De retour en France, il enseigne à l’École normale de Cluny et, de 1893 à 1939, il est maître de conférences d’Antiquité romaine, puis professeur d’épigraphie latine à l’Université de Clermont-Ferrand. Il achève le déblaiement du temple de Mercure Dumias au sommet du Puy-de-Dôme. Son Clermont gallo-romain (1910) est qualifié de modèle de topographie urbaine par C. Jullian. Il est élu membre libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1932.

Bibliographie sélective :

61« Mission épigraphique en Algérie de MM. A. Audollent et J. Letaille », Mélanges d’archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome, 1890 ; Carthage romaine, 146 av. J.-C.-698 apr. J.-C. (thèse principale), 1901-1904 ; « Rapport sur des Tabellae Defixionum récemment découvertes à Sousse (Tunisie) », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques, 1906 ; « Clermont gallo-romain », Mélanges littéraires publiés par la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand, 1910 ; « L’Auvergne celtique et gallo-romaine », L’Université de Clermont-Ferrand et le pays d’Auvergne, 1918.

62Voir :
A. Merlin, « L’Histoire de l’Afrique du Nord L’Histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931 ; G. Dupont-Ferrier, « Éloge funèbre de M. Auguste Audollent », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres (CRAI), 1943 ; J. Carcopino, « L’archéologie nord-africaine », Hommes et Mondes, octobre et novembre 1948 ; A. Diès, « Notice sur la vie et les travaux de M. Auguste Audollent », CRAI, 1953 ; È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; J. Leclant, dir., avec le concours de H. Danesi, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, 1999.

Aurigemma, Salvatore (1885-1964)

63Archéologue italien, élève de la Scuola di Archeologia de Rome. Il participe aux travaux de la mission de Crète et à l’expédition en Tripolitaine organisée par F. Halbherr en 1911. De 1912 à 1919, il est surintendant des antiquités à Tripoli (Libye). De retour en Italie, il continue à s’intéresser à l’Afrique romaine d’époque impériale.

Bibliographie sélective :

64I Mosaici di Zliten, Rome, 1926 ; « L’elefante di Leptis Magna e il commercio dell’avorio delle « ferae Libycae » negli « emporia » tripolitani », Africa Italiana VII, 1940, p. 67-86.

65Voir :
P. Romanelli : Studi Romani XII, 1964, p. 196-197 ; G. Caputo, « Salvatore Aurigemma (1885-1964) », Studi Etruschi XXXIII, (série II), p. 656-657 ; G. Salmeri, « Epigrafia e storia antica nel Mediterraneo : il « caso » italiano », dans V. La Rosa, L’Archéologia italiana nel Mediterraneo, Catane, 1986, p. 203, 229.

Avellino, Francesco Maria (1788-1850)

66Avocat et antiquisant italien, épigraphiste et numismate. Né à Naples d’un père ingénieur, il témoigne un goût précoce pour la numismatique. Il fait des études de droit et entre au ministère de la Justice, mais poursuit ses travaux sur l’Antiquité et la philologie classique : il donne en 1807 une édition de Plaute. En 1808, il devient précepteur des enfants de Murat et collabore au Giornale numismatico. Il publie le catalogue des monnaies de l’Italie antique. En 1809, il est élu membre de l’Accademia pontaniana de Naples. En 1815, il est nommé professeur de langue et littérature grecque à l’Université de Naples et membre ordinaire de la Reale Accademia ercolanense. Il reprend ses fonctions d’avocat. Devenu en 1818 secrétaire général de la Società reale borbonica, il est chargé de veiller à la publication du Reale Museo Borbonico auquel il fournit de nombreux articles de numismatique. Alors que Th. Mommsen prépare son ouvrage Die unteritalische Dialekte, Avellino s’attache à la connaissance du dialecte osco-samnien et en 1840 publie, dans les Memorie de la Reale Accademia ercolanense, une étude fondamentale sur une inscription samnienne. De sa nomination en 1832 comme secrétaire perpétuel de la Reale Accademia ercolanense à sa mort, se déroulent les années les plus fructueuses de sa carrière : il fournit de nombreux mémoires sur la numismatique, l’épigraphie, les dialectes italiques, les monuments figurés. Il publie toutes les inscriptions du Reale Museo borbonico et trois dissertations sur des maisons de Pompéi découvertes entre 1831 et 1833. À partir de 1839, il dirige le Museo borbonico et la Surintendance générale des fouilles du royaume de Naples ; c’est alors qu’il lance la publication du Bullettino archeologico napoletano, où les monuments de tous genres sont minutieusement décrits. Depuis la création de l’Institut de Correspondance archéologique en 1829, il est membre de la direction et collabore à ses publications. Il entreprend un Corpus numorum Italiae veteris dont il achève la partie consacrée à l’Étrurie, à l’Ombrie et au Picenum. Avellino fut le restaurateur des études archéologiques dans le Mezzogiorno italien.

Bibliographie sélective :

67Italiae veteris numismata, deux vol., 1808-1811.

68Voir :
Enciclopedia italiana, VIII, 1930, p. 614-615.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site